Navigation – Plan du site
Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations

Introduction du Dossier « Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations »

Daniel Cefaï, Alexandra Bidet, Joan Stavo-Debauge, Roberto Frega, Antoine Hennion et Cédric Terzi

Texte intégral

1Ce Dossier de SociologieS a pour finalité de donner un aperçu de la pluralité des réceptions du pragmatisme en sciences sociales dans le monde francophone 1. Elle s’inscrit dans la continuité d’un séminaire qui s’est tenu pendant l’année 2012-2013 à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS-Paris), coorganisé par Alexandra Bidet, Daniel Cefaï, Antoine Hennion, Roberto Frega, Joan Stavo-Debauge et Cédric Terzi 2. Ce séminaire s’est poursuivi en 2013-2014 par une coopération de Daniel Cefaï et Howard Becker autour du thème « Relire la sociologie de Chicago » 3 et reprend sous une forme élargie en 2014-15 avec le groupe de 2012, qu’ont rejoint Yves Cohen et Bénédicte Zimmermann 4. L’entreprise entre également en résonance avec la création récente, en 2014, d’une association d’études pragmatistes dans le monde francophone, Pragmata 5, qui fédère les chercheurs en sciences humaines et sociales, mais aussi dans d’autres domaines comme la philosophie morale et politique, l’épistémologie, les sciences formelles, les sciences de la nature, les sciences du langage, les sciences cognitives… Dans cette livraison, nous avons invité, au-delà du noyau du séminaire, un certain nombre de collègues francophones, connus pour leur intérêt pour le pragmatisme, à y participer : Mathieu Berger, Francis Chateauraynaud, Jean-François Côté, Louis Quéré et Joëlle Zask. Nous espérons ainsi donner un aperçu des apports foisonnants de cette transplantation et de cette acclimatation d’une philosophie nord-américaine dans les sciences sociales de langue française – en Belgique, en France, au Québec et en Suisse.

  • 6 Un aperçu sur ces reprises du pragmatisme en France pourra être pris lors de la journée d’études or (...)

2PragmatismeS, au pluriel. Il n’est en effet pas « un » pragmatisme, mais plusieurs, et ce dès la première période à laquelle nous nous référons plus spécifiquement (Ogien, 2014) 6. Le carré classique dessiné par Charles Sanders Peirce, William James, John Dewey et George Herbert Mead est celui qui a été retenu par l’histoire de la philosophie. Mais beaucoup d’auteurs importants en leur temps ont été en partie oubliés – Josiah Royce, James Hayden Tufts, James Rowland Angell, Alfred Henry Lloyd, Addison Moore, ou plus proches de nous par leurs préoccupations, Charles W. Morris et sa pragmatique linguistique et dans le domaine de la politique progressiste, Jane Addams, la cheville ouvrière de Hull House, Mary Parker Follett, qui a proposé une nouvelle théorie du pouvoir, de l’organisation et du management, Ella Flagg Young, qui coopérait avec Juon Dewey à la mise en place de la Laboratory School, ou Sidney Hook, marxiste hétérodoxe et infatigable défenseur de John Dewey dans les années 1920 et 1930. Pas question de faire dans ce Dossier un recensement de tous ces travaux ni l’exégèse de leur intérêt pour les sciences sociales. Le sens de la catégorie de « pragmatisme » s’est lui-même transformé au cours du temps et il suffit de discuter un moment avec des collègues pour percevoir la diversité de cette renaissance. Nous nous en tiendrons ici à l’exploration de différentes voies à travers lesquelles les auteurs pragmatistes continuent de nous interpeller. Ce Dossier de SociologieS présentera donc un certain nombre d’héritages et de réceptions – historiques, théoriques et empiriques – du pragmatisme et tentera de montrer quelques-unes des multiples voies d’exploration qui s’en inspirent aujourd’hui, au croisement de la sociologie, des sciences politiques, de l’anthropologie et de l’histoire.

3Notre première tâche aura été d’en faire le point, de repérer un certain nombre d’interrogations, de choisir et de relire quelques textes, de comprendre comment tel ou tel auteur s’est emparé d’une idée particulière et l’a fait jouer dans son propre travail de recherche. Comment le pragmatisme nous travaille-t-il ? Qu’en retenons-nous ? En quoi le monde de ces œuvres nous parle-t-il encore ? Quels ont été les modalités et les enjeux de ces processus de réception, d’appropriation, d’interprétation et d’application ? Qu’est-ce qui a été dit et fait de ces textes, qu’est-ce qu’on leur a fait dire et qu’est-ce qu’ils ont permis de faire ? Mais aussi, en quoi une démarche pragmatiste, dont le sens reste à définir, s’éprouve-t-elle dans les façons de s’engager dans des enquêtes de sciences sociales ? En quoi la référence aux pragmatismes nous aide-t-elle à travailler ? Comment et pour quoi ces idées, qui datent pour certaines de plus d’un siècle, nous permettent-elles de décrire et d’analyser le monde contemporain ? Que nous disent-elles et de quoi nous rendent-elles capables ?

S’engager dans l’enquête : en passant par Chicago…

4À Chicago, au début du xxe siècle, la science sociale est entendue comme une science de la définition et de la résolution des problèmes sociaux – problem-defining et problem-solving, non pas au sens d’une ingénierie sociale, mais de la boucle réflexive à travers laquelle une société exerce une prise sur elle-même et sur son devenir (Cefaï & Terzi, 2012). La place centrale, pour les pragmatistes, de l’enquête empirique et de ses connexions avec les affaires publiques est à comprendre dans ce cadre-là. Nous sommes en amont de la figure du sociologue-expert, manipulant de grandes séries statistiques à l’échelle nationale et occupant une place de conseiller du gouvernement fédéral, qui se développera à partir des années 1920 aux États-Unis et s’affirmera dans la publication des Recent Social Trends in the United States et avec l’administration du New Deal. La figure de l’activiste progressiste qui pratique l’enquête sociale (social survey), qui est avant tout impliqué dans l’action civique et politique de son quartier et de sa ville et pallie les déficiences des pouvoirs publics, n’a pas encore disparu. Va ainsi s’imposer une figure intermédiaire du sociologue en voie de professionnalisation, concerné par et impliqué dans les affaires publiques de la zone métropolitaine de Chicago : un sociologue qui fréquente encore les social settlements et qui connaît les élites éclairées de la ville, qui œuvre surtout dans le cadre des services du plan urbain, des agences démographiques et met en place des dispositifs d’observation des relations raciales ou de régulation criminologique de la délinquance… Charles Henderson, William Isaac Thomas, Robert E. Park, Ernest Watson Burgess ou John Dewey, George Herbert Mead, Charles Merriam ou Clifford Shaw en sont de bons exemples. Premier point, donc, une certaine modalité de participation – via l’enquête collective et la promotion de dispositifs d’enquête collective – à la vie publique, dans une continuité avec les enquêtes ordinaires des acteurs – une continuité que John Dewey thématise dans la Logique (1993), dans le chapitre « L’enquête du sens commun et l’enquête scientifique » et dans le chapitre conclusif sur « L’enquête sociale ».

  • 7 Le partage disciplinaire entre psychologie sociale et écologie humaine, au sein de la sociologie, n (...)

5La science sociale à Chicago est donc avant tout, deuxième point, une science de l’enquête, selon des canons rigoureux, se substituant lentement aux social surveys – Robert E. Park évoque la sociologie comme un « mouvement » (au sens de mouvement social) dont la philosophie naturelle serait le pragmatisme. Cette enquête peut prendre de multiples formes : à l’encontre d’une image d’Épinal de l’école de Chicago, elle n’est pas « ethnographique » ni « qualitative » ou « interprétative »… Elle combine méthode statistique et étude de cas, recourt aussi bien à des hypothèses fortes, quantitatives et cartographiques – souvent pensées dans l’horizon de la démographie ou de l’écologie – qu’à des enquêtes sur les « identités », les « expériences » ou les « significations », souvent traitées comme relevant de la psychologie sociale 7. Elle suit des carrières de personnes (délinquants ou professionnels), de collectifs (familles ou gangs) ou d’institutions (presse, églises ou syndicats), afin de rendre compte de la dynamique de transformation de la relation entre des formes de vie et leur environnement. Elle tente de tenir ensemble le devenir des structures sociales et la façon dont elles sont perçues et agies par ceux qui y prennent place et qui y enquêtent déjà bien souvent à leur façon. Mais à la différence de ce que nous avons longtemps connu en France, la sociologie est avant tout conçue à partir de l’enquête et de ses conséquences et non pas de la spéculation théorique. S’inspirer du pragmatisme, c’est promouvoir davantage encore l’enquête empirique dans le travail sociologique et dans le travail de la pensée, en concevant la connaissance comme une activité pratique propre à nourrir la variété des « arts », une « méthode permettant de faire face aux périls véritables de la vie » – selon les mots de John Dewey au début de La Quête de la certitude (Dewey, 2014 [1929], p. 24).

6La science sociale apparaît enfin, troisième point, comme la science d’une société en constant mouvement, qui sollicite les individus au-delà de leurs appartenances primaires. Ils ne sont donc pas des agents-marionnettes, dont les horizons seraient déterminés par des propriétés sociodémographiques déjà constituées, ni des acteurs-stratèges capables de modeler leur univers en fonction de leurs intérêts. Sous la plume de John Dewey ou de George Herbert Mead et des pédagogues s’inspirant de leur pensée, ce que deviennent les êtres humains est le résultat contingent des transactions qu’ils entretiennent avec leurs environnements, à la croisée de divers cercles sociaux et au milieu d’organisations et d’institutions qui favorisent ou verrouillent leur liberté d’invention, individuelle et collective.

« Il incombe aux sociétés d’assurer la participation de leurs membres en mettant à leur disposition les méthodes, outils, ressources, qui leur permettent de s’intégrer, non seulement sans qu’ils aient à sacrifier leur individualité, mais en outre, en jouissant d’opportunités de développement personnel » (Zask, 2011, p. 278).

7L’horizon de cette interrogation est résolument démocratique. Elle ouvre une place à des individualités en regard des collectifs et les envisage comme le résultat émergent d’un processus d’expérimentation, dont la forme la plus aboutie est l’enquête au cours de laquelle des publics se constituent pour acquérir une capacité d’intervention sur les processus qui les affectent directement ou indirectement (Dewey, 1927). Elle attribue une place centrale aux médiations institutionnelles, aux ordres d’interaction et aux trajectoires personnelles qu’elles rendent possibles. Autant d’invitations à écrire l’histoire politique de ces formes de régulation sociale, organisationnelle ou légale et des expériences collectives qui leur sont associées (par exemple Stavo-Debauge, 2008), en prêtant une attention particulière à la manière dont elles stimulent ou entravent l’épanouissement de capacités d’action individuelle et collective (Zimmermann, 2008, 2014).

8Le monde social et ses institutions ne cessent de se faire, se défaire et se refaire (Joas, 1993, 2002). Ils sont le produit in the making du comportement collectif, soit d’un ensemble d’« activités conjointes », qui regroupent des individus et des groupes les uns avec les autres et les uns contre les autres. Ceux-ci alignent et composent localement leurs définitions de la situation, coordonnent leurs ressources et ajustent leurs objectifs, non sans compétition entre groupements d’intérêt (ethniques, professionnels, religieux, etc.), en vue de s’accommoder à des environnements et de répondre à leurs sollicitations. Comme George Herbert Mead l’a montré – et Robert E. L. Faris ou Herbert Blumer, Anselm Strauss ou Tomatsu Shibutani l’ont ensuite développé, c’est seulement dans ces jeux d’interactions entre acteurs et de transactions avec un environnement matériel et culturel, dont les pièces maîtresses sont des organisations et des institutions, que se forment des expériences de soi et d’autrui, que se prennent et s’attribuent des rôles et que se livre un sens de la réalité partagée – ou non. Ces transactions n’ont pas lieu dans le vide comme en témoignent les études écologiques et démographiques et comme le sanctionnent les modèles d’histoire naturelle. Elles sont ancrées dans des processus sociaux et historiques vis-à-vis desquelles elles sont relativement dépendantes. Mais en prenant la forme de la coopération ou de la compétition, de la ségrégation ou de la coexistence, elles peuvent exercer un contrôle social d’un type particulier, à savoir l’autorégulation de la collectivité par elle-même. Elles organisent une intelligence collective émancipée de ces autres formes de contrôle social que sont « la tradition, la coutume, les usages, les mœurs, les cérémonies, les mythes, les croyances et les dogmes » (Park & Burgess, 1921). C’est dans cet horizon, tendu vers la démocratisation de la vie collective, que prennent sens la problématique du « public » chez John Dewey et chez Robert E. Park, ainsi que les travaux de Chicago sur le « comportement collectif », le « processus politique » et l’« opinion publique », des années 1920 à la fin des années 1950.

  • 8 La collection « Raisons pratiques » aux Éditions de l’EHESS a été importante dans la diffusion de q (...)

9Le retour à Chicago, dont Isaac Joseph a été l’un des artisans en France, marque ainsi un premier moment d’interpénétration de la philosophie pragmatiste et de la science sociale. Il invite à circonscrire un périmètre d’interrogations caractérisé par la place centrale de l’enquête et de ses implications, le souci des problèmes publics et une compréhension de la société comme activité et processus. Nous redonnons en ce sens la parole à Isaac Joseph, brutalement disparu il y a dix ans déjà, en exhumant et en retravaillant l’un de ses textes, inédit et inachevé. Isaac Joseph a engagé (Joseph, 2007a), au début des années 2000, un travail de réélaboration de sa réflexion sur l’expérience urbaine, religieuse et civile à l’épreuve de la lecture des pragmatistes – une lecture qui circule entre Charles S. Peirce, John Dewey et William James (Joseph, 2002). Le texte repris dans cette livraison rassemble quelques-uns de ses thèmes fétiches, par exemple le public comme « communauté d’explorateurs », avec sa traduction dans l’« observation coopérative » en ethnographie, ou encore la vulnérabilité des cadres de l’expérience démocratique et les risques pour l’opinion publique de la propagande ou de la rumeur. On a là déjà la matrice de son dernier texte « L’athlète moral et l’enquêteur modeste » (Joseph, 2007b) qui ouvre le volume, La Croyance et l’enquête, dont il a eu l’initiative pour la collection « Raisons Pratiques » 8.

  • 9 Dont l’actualité est brûlante aux États-Unis avec la publication du livre de Daniel Huebner, Becomi (...)

10Daniel Cefaï relit ensuite certains textes de George Herbert Mead 9 et s’appuie sur la tradition de sociologie de Chicago pour développer une conception des mondes sociaux. La perspective des « mondes sociaux » est connue en France à travers ce qu’en ont fait Anselm Strauss, dans ses enquêtes sur l’hôpital (Strauss & Baszanger, 1991) et Howard Becker, dans son livre classique sur les mondes de l’art (Becker, 1986 [1982]). Mais le concept a été préalablement élaboré par Tamotsu Shibutani (1955, 1986) et pousse ses racines dans l’histoire de la sociologie de Chicago, depuis les années 1920. Daniel Cefaï propose une « reconstruction » de ce concept – au sens de la « reconstruction » de John Dewey (2004 [1920]) – en puisant à la fois dans la pensée de George Herbert Mead, relue à travers un prisme écologique et dans des thèses, publiées et non-publiées, réalisées à Chicago dans les années 1920 et après la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit là d’une première étape d’un projet qui vise à redévelopper le projet d’écologie humaine de Robert E. Park, Ernest W. Burgess et Roderick C. McKenzie en y intégrant des hypothèses tirées de la philosophie pragmatiste et des enquêtes menées à partir des concepts d’activité, d’expérience et d’identité, d’institution, de culture et de communication. Cette reprise permettra ultérieurement de retravailler la question de la formation du public et des problèmes publics et de leurs ancrages dans des mondes sociaux.

11Jean-François Côté avance lui aussi quelques hypothèses interprétatives sur George Herbert Mead, qu’il relit comme un philosophe et un psychologue social et rouvre le débat houleux des relations entre la pensée de ce professeur, qui enseignait à l’Université de Chicago et les usages qui en ont été faits par ses collègues et étudiants du département de sociologie dans les années 1920. Mais il ne cherche pas tant à retrouver dans les archives ce qui a bien pu « passer » des cours, des articles et des conférences de George Herbert Mead chez ses successeurs, qu’à examiner la façon dont le naturalisme ou l’expérimentalisme ont été repris dans les travaux empiriques, ou à souligner quelques aspects du lien de ces enquêtes au réformisme social de l’époque. Il se centre surtout sur les dimensions esthétique et éthique de cette sociologie de Chicago, dans laquelle il voit une réflexion pluraliste sur la démocratie, distincte des thématiques développées en Europe par Émile Durkheim ou Max Weber. Il développe ainsi une réflexion originale sur la « représentation kaléidoscopique de la société » qui y est donnée avec le théâtre de Gertrude Stein, laquelle avait étudié avec William James.

12Quant à elle, Joëlle Zask se porte sur le terrain de l’anthropologie nord-américaine au début du xxe siècle et approfondit l’enquête sur son rapport avec le pragmatisme (Zask, 2003). Elle part de la seconde introduction à Experience and Nature (1949 et 1951), où John Dewey écrit que le concept d’« expérience », dont il a eu l’usage jusqu’alors, peut être remplacé par celui de « culture », de sorte à éviter les malentendus dont a pâti la réception de ses travaux. Si cette remarque tardive de John Dewey doit beaucoup à l’état des discussions de l’époque, où les thèses des anthropologues « culturalistes » avaient le vent en poupe, sa pertinence s’étend au-delà de ces raisons conjoncturelles. John Dewey a été proche de Franz Boas et des anthropologues de la Columbia University et mènera toute sa vie durant une réflexion sur l’épanouissement de la liberté dans une culture démocratique, comme l’atteste Freedom and Culture (1939). Outre qu’elle invite à étudier la façon dont le concept de culture, de Franz Boas à Edward Sapir, consonne à bien des égards avec la perspective pragmatiste, Joëlle Zask ouvre des pistes sur le lien entre culture et habitudes et donne une définition dynamique du changement culturel. Celle-ci se trouve, chez John Dewey, au cœur d’une interrogation sur l’« individualité » et sur ses capacités d’innovation culturelle. Les différents auteurs en viennent ainsi à évaluer la « culture » selon que, « vraie » (genuine) ou « fausse » (spurious), elle permet à l’individualité de s’épanouir ou bride sa liberté.

Sur le politique : de multiples expériences d’enquête

13Les réceptions francophones du pragmatisme ne se limitent pas au périmètre circonscrit dans cette première partie. Elles se sont aussi emparées empiriquement des thèmes chers aux pragmatistes du début du xxe siècle : l’habitude et l’action, la croyance, la formation des valeurs, l’expérience, l’enquête, l’expérimentation, le pluralisme, le public ou l’éthique et les ont explorés dans de nouveaux contextes sociaux.

14On l’a vu, par son souci de l’enquête empirique et de sa dimension publique, le pragmatisme n’est en effet pas seulement une théorie philosophique, une de plus, suspendue dans le ciel des idées. Il est indissociable d’un travail réflexif qui fait émerger simultanément des faits sociaux à examiner, des méthodes d’investigation et des idées à analyser. Données, méthodes et analyses ont vocation à s’approfondir les unes les autres. Le chercheur en sciences sociales se trouve alors engagé dans : 1) un effort d’observation, d’enquête et d’expérimentation, où s’élabore une prise pratique sur des situations sociales ; 2) une mise à l’épreuve de ses croyances, des habitudes pratiques de la vie quotidienne et des propositions théoriques de la science sociale ; et 3) un processus d’élaboration et d’établissement, via l’enquête, de nouvelles hypothèses qui s’avèreront plus vraisemblables, jusqu’à nouvel ordre. Se déploie ainsi un autre rapport aux sciences sociales, qui ne sont jamais que provisoires et faillibles, sans cesse remises en cause par l’avancée de l’enquête scientifique, la transformation des processus sociaux et la créativité individuelle et collective.

  • 10 Un colloque sur « Le pragmatisme et l’analyse du politique », organisé par Roberto Frega et soutenu (...)

15Un domaine de prédilection de ce régime d’enquête est le politique 10 – entendu non pas comme un champ institutionnel ou une profession spécialisée, mais comme forme de vie et comme activité. John Dewey a ouvert la voie avec un livre, Le Public et ses problèmes (2010 [1927]), qui a été, depuis sa traduction en français en 2003 par Joëlle Zask, la source de nombreux commentaires. La sociologie de l’expérience publique et des problèmes publics s’est emparée de cette perspective (Cefaï & Terzi, 2012) et John Dewey est devenu en quelques années une référence incontournable pour les chercheurs sur la démocratie délibérative et participative (voir les nombreux articles qui s’y réfèrent dans la revue Participations). Petit à petit, on redécouvre la richesse du progressisme américain. L’épopée de Hull House autour de Jane Addams cohabite avec les engagements civiques dans la réforme sociale de George Herbert Mead (Cefaï & Quéré, 2006) et avec les prises de position de John Dewey, que ce soit en pédagogie (Dewey, 1983), sur le libéralisme (Dewey, 2014), sur la religion (Stavo-Debauge, Gonzalez & Frega, 2015) ou dans la commission Trotski (Dewey & Trotski, 2014).

16Le pragmatisme a ainsi ouvert la voie et fourni des hypothèses à des travaux sociologiques soucieux de saisir le politique comme une activité, dans différents espaces de la vie sociale. John Dewey considère que la dimension éthique et politique d’une situation s’enracine dans son indétermination pratique – que faire, comment y répondre, comment bien y agir ? Cette indétermination est, pour ceux qui y sont confrontés, un appel à enquêter sur les composantes de la situation, en s’affrontant à sa complexité, en endurant et en cultivant le désagrément propre au doute. C’est aussi pour chacun un appel à enquêter sur ce qui le concerne, sur ses attachements et sur leur portée : dans quelle mesure suis-je concerné, jusqu’où, pourquoi, avec quelles conséquences ? Si l’on entend la démocratie comme un « mode de vie » et pas simplement comme une « forme de gouvernement », chaque personne peut être amenée, au cours d’activités les plus diverses, à s’interroger sur ce qui la concerne au-delà de ses propres affaires, à élaborer un point de vue sur les bonnes façons de vivre ensemble et les contours d’un possible bien commun, ou encore à se faire une idée de ce qu’elle doit à ses concitoyens et ce qu’elle peut en attendre (Gayet-Viaud, 2011). Cet ensemble de questions a déjà trouvé des formulations diverses dans le monde francophone, des interrogations sur le civisme ordinaire (Pharo, 1985), à celles sur la citadinité-citoyenneté dans l’espace public (Joseph, 1998) ou sur les politiques ordinaires de la vie urbaine (Relieu & Terzi, 2003), d’une sociologie de la vigilance et de l’alerte (Chateauraynaud & Torny, 1999) à une anthropologie des engagements citoyens (Cefaï, 2007) ou à une ethnographie du vivre-ensemble (Berger, Cefaï & Gayet-Viaud, 2011). On le retrouve également dans les enquêtes sur les sensibilités pragmatiques dans l’action publique (Cantelli, Roca i Escoda, Stavo-Debauge & Pattaroni, 2009), sur les esthétiques du politique (Breviglieri, Stavo-Debauge & Trom, 2000) ou sur les politiques du proche (Thévenot, 2011 ; Breviglieri, 2012). Il travaille, enfin, la praxéologie des controverses médiatiques autour de problèmes publics (Terzi, 2005 ; Bovet, 2013) ou des mobilisations nationalistes dans des assemblées religieuses (Gonzalez, 2014a et b). Les apports de la sociologie pragmatique et praxéologique se sont ainsi récemment mêlés à ceux du pragmatisme, dans des synthèses qui n’ont pas d’équivalent hors du monde francophone.

17Dans ce sens, les trois contributions de cette section mettent en jeu la notion pragmatiste d’expérience pour s’intéresser à ce qui affecte les personnes, à ce qui les trouble ou les « prend ». Comment les expériences se constituent-elles, se croisent-elles, s’opposent-elles, ou encore se partagent-elles au fil d’activités concrètes ?

18Francis Chateauraynaud 11 nous montre la façon dont la torsion d’une tradition pragmatiste lui a permis de réconcilier sa sociologie pragmatique et réflexive avec la question du pouvoir, prise sous l’angle des « relations d’emprise ». Cet auteur a puisé, depuis les années 2000, dans une vision des publics propre à John Dewey et a développé depuis Les Sombres précurseurs (Chateauraynaud & Torny, 2014 [1999]) une sociologie des affaires et des risques publics en forme de pragmatique des alertes et des controverses, puis plus récemment, de « balistique sociologique » (Chateauraynaud, 2011). Avec Josquin Debaz, Jean-Pierre Charriau et leurs logiciels Prospero et Marlowe, ils traitent de dossiers complexes sur de longues séries longitudinales 12 ; et avec Jean-Michel Fourniau, ils enquêtent sur des formes de concertation et de participation du public aux processus de décision politique 13. Dans ce cadre, Francis Chateauraynaud en est venu à creuser en direction d’une réflexion sur les « asymétries de prise » et sur les « relations d’emprise », point aveugle selon lui des approches en termes d’épreuves de justification, d’action située et d’acteur-réseau. Il publie ici pour la première fois le résultat de cette recherche, qui traite le pouvoir de commander non pas comme l’expression de hiérarchies statutaires, ni comme découlant du charisme d’un chef ou d’une technique d’administration (Cohen, 2013), mais comme le pouvoir d’« empêcher les actes de dévoilement et de dénonciation, soit en les rendant très coûteux pour leurs auteurs, soit en les différant dans le temps de telle sorte qu’ils apparaissent décalés et caducs ». Ce questionnement, enraciné dans l’enquête empirique, donne l’occasion à Francis Chateauraynaud d’indiquer en quoi sa prise de position se distingue de celles de la sociologie dite « critique ».

19Dans un même désir de dialogue avec la tradition critique, du côté de Jürgen Habermas ou d’Axel Honneth, Mathieu Berger s’adosse à la tradition pragmatiste pour documenter des « pathologies de l’interaction démocratique » dans différents dispositifs participatifs. Après avoir recouru au dernier Erving Goffman pour rendre compte des « infélicités » et des « résistances » (Berger, 2011 et 2012a) de la parole profane et s’être appuyé sur Charles Sanders Peirce et sa trichotomie du signe (symbole, indice, icône) pour penser à nouveaux frais les modalités d’engagement des citadins-citoyens dans les affaires publiques (Berger, 2014), il présente ici les premiers résultats d’une enquête de longue haleine menée à Bruxelles et à Los Angeles (voir aussi 2012b), sur les dynamiques et les effets propres de ce qu’il appelle la « participation faible ». Reprenant les thèmes lippmannien du « public fantôme » et deweyen de l’« éclipse du public », il met en évidence la formation de « publics fantomatiques », en montrant comment les responsables de dispositifs participatifs d’État en viennent à nourrir une « hantise » (Stavo-Debauge, 2012b) de la participation de certains perturbateurs, perçus comme indésirables, sinon fous, par les autres membres des assemblées (Berger & Charles, 2014). L’essentiel de l’activité des responsables de ces dispositifs consiste ainsi, pour une part, en un travail de contention des modalités de participation qui ne répondent pas aux formats de prise de parole attendus et, d’autre part, en l’invention de nouveaux formats privilégiant à la fois une dépolitisation des engagements et une atomisation des contributions.

20Après le pouvoir d’emprise et les pathologies de l’interaction démocratique, c’est la question d’une ethnographie des actes citoyens en ville que pose le troisième texte. Alexandra Bidet a contribué à diffuser la réflexion de John Dewey sur les valeurs (Bidet, 2008 ; Bidet, Quéré & Truc, 2011) et à réinvestir son approche du travail (Bidet, 2011a et b ; Bidet, Boutet & Chave, 2013), qui innerve les champs de recherche foisonnants des Workplace studies, Practice-based studies et Science and technology studies. L’article ici co-écrit avec Manuel Boutet, Frédérique Chave, Carole Gayet-Viaud et Erwan Le Méner quitte l’espace du travail pour celui des interactions entre inconnus dans les espaces publics urbains. De même que l’on peut identifier, en deçà du travail comme question sociale, une dimension éthique et politique du travail comme activité, de même il existe, à côté de la formation de « publics concernés », des engagements citoyens, à maints égards éphémères, mais posant de façon consistante la question du bien commun. La citoyenneté n’est plus abordée sous l’angle d’une énumération de droits et de devoirs abstraits, mais comme mode de vie ; et elle ne se laisse pas saisir seulement dans la formulation d’opinions, l’élection ou la mobilisation, mais dans l’ordre des interactions et des relations en public (Goffman, 2011 [1963] et 1973 [1971] ; Joseph, 1998). La coexistence entre citadins est porteuse d’un sens moral qui se donne dans les épreuves de civilité propres au côtoiement ordinaire et irréductibles à l’inattention civile qu’Erving Goffman avait décrite (Gayet-Viaud, à paraître). Elle se donne non seulement dans les épreuves de trouble et de concernement, qui ouvrent à la problématisation de la situation, mais aussi dans des épreuves de « sollicitation » qui ébranlent la sensibilité affective et la responsabilité morale et qui appellent une « intervention ». L’horizon du politique comme activité se trouve ainsi considérablement étendu (Gayet-Viaud, 2011). Cette démarche relance les enquêtes ethnométhodologiques ou ethnographiques sur la civilité, le civisme et la citoyenneté en y intégrant des éléments provenant de la philosophie pragmatiste, principalement de John Dewey.

Traverses : le renouvellement de traditions de recherche

21Les réceptions francophones ont enfin accompli un certain nombre de confrontations du pragmatisme avec différents courants de recherche – la sociologie de l’innovation, des sciences et des techniques, l’ethnométhodologie, la phénoménologie et, plus généralement, la philosophie morale et politique. Ce sont celles-ci qui sont examinées dans cette troisième partie, avec à chaque fois une entrée originale. Il ne s’agit pas tant de lancer des passerelles entre deux domaines de recherche qui seraient préétablis et de trouver des connexions entre eux, que de repartir d’une perspective et de la faire travailler à l’épreuve de l’une ou l’autre version du pragmatisme.

22Louis Quéré et Cédric Terzi travaillent ainsi à reproblématiser le lien que leurs travaux ont noué entre le pragmatisme et l’ethnométhodologie. Ils approfondissent leur réflexion sur les formes de l’expérience publique (Quéré, 2002 et 2003) et sur le rôle de l’« enquête sociale » (Dewey, 1993 [1938]) en démocratie. Plutôt que de postuler une continuité théorique et pratique entre le pragmatisme et l’ethnométhodologie, ils s’attachent à montrer de quelle manière faire converger des perspectives qui ne sont pas aussi immédiatement compatibles qu’on a bien voulu le dire (Emirbayer & Maynard, 2011). Revenant sur leur parcours intellectuel, les deux auteurs tentent de comprendre comment certaines enquêtes peuvent demeurer impuissantes, alors même qu’elles sont conduites dans des environnements libéraux et encadrées par des institutions démocratiques et participatives. Leur recherche les conduit à mettre au travail les écarts entre les perspectives de John Dewey et de Harold Garfinkel (celui des Studies, 1987 [1967] principalement) et leurs descendances. Ils jouent des angles morts de chacune de ces traditions, de sorte de renouveler les modalités de l’enquête sociologique ainsi que les pratiques politiques qu’elle inspire. Leur texte approfondit ainsi un sillon déjà creusé dans de précédentes publications (Quéré & Terzi, 2011), offrant la solution d’une articulation, tant théorique que pratique, du pragmatisme deweyen et de l’ethnométhodologie garfinkelienne. Ils enrichissent, enfin, la perception du public en empruntant à Jan Patočka (1999 [1990]) et définissent le collectif singulier qui se déploie autour d’une situation problématique comme une « communauté des ébranlés ».

23Le texte de Joan Stavo-Debauge n’est pas sans entrer en résonance avec celui de Louis Quéré et Cédric Terzi. Son enquête sur la communauté, qui l’avait déjà amené à interroger avec Danny Trom (Stavo-Debauge & Trom, 2004) les interprétations spontanéistes du public de John Dewey, le conduit à présent à proposer une relecture de The Stranger (Schütz, 2003 [1945]). Il remet en cause la portée du tournant pragmatiste que certains ont repéré dans la période américaine d’Alfred Schütz. Réinterrogeant les présupposés existentiaux et normatifs de la sociologie de l’« attitude naturelle » d’Alfred Schütz, Joan Stavo-Debauge montre ensuite comment les mêmes présupposés ont été repris dans le programme ethnométhodologique lancé par les Studies de Harold Garfinkel (2007 [1967]). De l’étranger d’Alfred Schütz au cas de la transsexuelle Agnès de Harold Garfinkel, Joan Stavo-Debauge diagnostique une même distance au pragmatisme et relève une même inattention à la question de l’hospitalité dans l’expérience de l’« étrangèreté ». Cette question est tout autant absente de l’École française de sociologie, qui n’a pas su se laisser troubler par le « choc » de l’étrange et du nouveau (Stavo-Debauge, 2012a), aux antipodes des philosophies et sociologies pluralistes qui émergeaient à la même époque aux États-Unis.

  • 14 Ce qui n’empêcha pas plusieurs sociologues de s’en saisir, d’Alfred Schütz sur les « réalités multi (...)

24Avec Antoine Hennion, c’est une autre exploration qui s’engage (Floux & Schinz, 2003). Cet auteur s’est souvent réclamé de William James, notamment via les pragmata, ces « choses dans leur pluralité » et cette référence a joué en sous-main dans ses enquêtes sur l’« attachement » des « amateurs » à une variété d’objets (de la musique au vin ou aux drogues) (Hennion, 2010 ; Hennion & Gomart, 1999) ou plus récemment dans une enquête coordonnée avec Pierre Vidal-Naquet (2012 et 2015) sur l’aide à domicile. Membre du Centre de sociologie de l’innovation, il s’efforce ici de présenter de manière plus circonstanciée et plus précise ce que la pensée de William James a pu lui faire et ce qu’il a pu en faire. C’est paradoxalement parce que William James, des quatre grandes figures classiques du pragmatisme américain (Charles Sanders Peirce, William James, John Dewey et George Herbert Mead), a l’écriture la moins « sociologique » 14, qu’Antoine Hennion y puise d’autant plus son inspiration. Moins qu’une relecture commentée de l’œuvre, celui-ci avance un certain nombre de propositions sur une forme d’enquête dont les épreuves, les méthodes, les dispositifs, les problèmes et les objets seraient en train de se faire, in process of making. À la façon de l’association Dingdingdong de co-production de savoirs sur la maladie de Huntington et d’autres enquêtes sur des objets à l’existence incertaine dans le programme « Attachements » qu’il coordonne, il imagine une conception « additive » de la recherche, qui ne se substitue pas aux enquêtes et aux expérimentations menées par les enquêtés, ni prétende parler en leur nom, mais fasse émerger de nouvelles perspectives d’expérience et d’action en coopérant avec eux.

25Enfin, Roberto Frega, qui a co-fondé la revue European Journal of Pragmatism and American Philosophy 15 (laquelle a publié deux dossiers consacrés aux interactions entre pragmatisme et sciences sociales : Frega & Da Silva, 2011 et 2012a) et installé un Centre John Dewey 16 au Centre d’études des mouvements sociaux-Institut Marcel Mauss (CNRS-EHESS), apporte son éclairage sur la possibilité de penser la normativité comme un fait social. Cet article ébauche une théorie de la normativité, qui met en valeur sa dimension de « pratique » et ses sources sociales, tout en restant sur le terrain prescriptif de la normativité comme force orientant la conduite. Chez les pragmatistes, notamment chez John Dewey, cette idée d’une immanence de la normativité aux situations singulières dans lesquelles elle opère est déjà présente. On retrouve des intuitions semblables chez des philosophes politiques contemporains comme Charles Taylor, Stanley Cavell ou Michael Walzer (Frega, 2013). Seule une approche interdisciplinaire peut permettre de relever le défi d’une conception sociale de la normativité, au croisement entre les démarches empiriques propres à l’histoire et aux sciences sociales (Edward Palmer Thompson, James Scott…) et une approche conceptuelle inspirée de la philosophie morale et politique (Frega, 2012b). Selon ce modèle, un sens normatif est inhérent à toute activité humaine. Les pratiques normatives répondent à des conditions de validation dans des ordres normatifs : elles ont leur propre rationalité que Roberto Frega essaie d’analyser, en s’orientant vers une théorie de l’objectivité morale ouverte à la contextualité des expériences individuelles et collectives. Il conclut en reprenant une étude de cas sur la délibération d’un jury populaire, qui avait été développée par une enquête ethnométhodologique sur le droit en action.

26Ce Dossier de SociologieS témoigne d’un renouveau du pragmatisme, un siècle après la déclaration d’Émile Durkheim en février 1913 devant la Société française de philosophie : « Entre le pragmatisme et moi, il y a l’abîme qui sépare le rationalisme de l’empirisme mystique. Toute confusion est impossible » (Durkheim, 1913, p. 82). Un Émile Durkheim sensible, toutefois, au « sens de la vie et de l’action » de William James et qui n’a pas manqué de se réapproprier l’idée du primat des pratiques dans son enquête sur les formes élémentaires de la vie religieuse (Baciocchi & Fabiani, 2012)… Après une longue éclipse, le pragmatisme est de retour en sciences sociales.

Haut de page

Bibliographie

Baciocchi S. & J.-L. Fabiani (2012), « Durkheim’s Lost Argument (1895-1955): Critical Moves on Method and Truth », Durkheimian Studies, vol. 18, pp. 19-40.

Becker H. (1986 [1982]), Les Mondes de l’art, Paris, Éditions Flammarion.

Berger M. (2011), « Micro-écologie de la résistance. Les appuis sensibles des voix citoyennes », dans Berger M., Cefaï D. & C. Gayet-Viaud (dir.), Du Civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Éditions Peter Lang, pp. 101-130.

Berger M. (2012a), « Mettre les pieds dans une discussion publique. La théorie de la position énonciative appliquée aux assemblées de démocratie participative », dans Cefaï D. & L. Perreau (dir.), Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris, Presses universitaires de France, pp. 391-425.

Berger M. (2012b), « La démocratie urbaine au prisme de la communauté. Effervescence, emphase et répétition dans la vie civique à Los Angeles », Participations, n°4 (« Ethnographie de la participation »), pp. 49-77.

Berger M. (2014), « La participation sans le discours. Enquête sur un tournant sémiotique dans les pratiques de démocratie participative », Espacestemps.net, 15 septembre, [espacestemps.net/articles/la-participation-sans-le-discours].

Berger M., Cefaï D. & C. Gayet-Viaud (dir.) (2011), Du Civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Éditions Peter Lang.

Berger M. & J. Charles (2014), « Persona non grata. Au seuil de la participation », Participations, n°9 (« Les limites de l’inclusion démocratique »), pp. 7-36.

Bidet A. (2008), « La genèse des valeurs : une affaire d’enquête », Tracés : Revue de sciences humaines, n°15 (« Pragmatismes »), pp. 211-216.

Bidet A. (2011a), L’Engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?, Paris, Presses universitaires de France.

Bidet A. (2011b), « La multi-activité, ou le travail est-il encore une expérience ? » Communications, n°89 (« Travailler »), pp. 9-24.

Bidet A., Quéré L. & G. Truc (2011), « Ce à quoi nous tenons. Dewey et la formation des valeurs », introduction à Dewey J., La Formation des valeurs, Paris, Éditions La Découverte/ Les Empêcheurs de penser en rond, pp. 5-64.

Bidet A., Boutet M. & F. Chave (2013), « Au-delà de l’intelligibilité mutuelle : l’activité collective comme transaction. Un apport du pragmatisme illustré par trois cas », activités.org, vol. 10, n°1, pp. 172-191.

Bovet A. (2013), La Démocratie et ses gènes. Le génie génétique dans l’espace public suisse (1990-2005), Lausanne, Éditions Antipodes.

Breviglieri M. (2012), « L’espace habité que réclame l’assurance intime de pouvoir. Un essai d’approfondissement sociologique de l’anthropologie capacitaire de Paul Ricœur », Études Ricœuriennes/Ricœur Studies, vol. 3, n° 1, pp. 34-52.

Breviglieri M., Stavo-Debauge J. & D. Trom (2000), Ordres politiques, ordres esthétiques, Compétences sensibles en milieu urbain, Paris, Groupe de sociologie politique et morale.

Cantelli F., Roca i Escoda M., Stavo-Debauge J. & L. Pattaroni (dir.) (2009), Sensibilités pragmatiques. Enquêter sur l’action publique, Bruxelles, Éditions Peter Lang.

Cefaï D. (2007), Pourquoi se mobilise-t-on ? Théories de l’action collective, Paris, Éditions La Découverte.

Cefaï D. (2014), « Public, socialisation et politisation : relire Dewey à l’épreuve de Mead », dans Cukier A. & E. Debray (dir.), La Théorie sociale de George Herbert Mead, Lormont, Éditions Le Bord de l’Eau, pp. 342-368.

Cefaï D. & I. Joseph (dir.) (2002), L’Héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Cefaï D. & D. Pasquier (2003), « Publics politiques, publics médiatiques », dans Cefaï D. & D. Pasquier (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, pp. 13-59.

Cefaï D. & L. Quéré (2006), « Naturalité et socialité du Self et de l’esprit », Introduction à Mead G. H., L’Esprit, le soi et la société, Paris, Presses universitaires de France, pp. 3-90.

Cefaï D. & C. Terzi (2012), « Présentation », dans Cefaï D. & C. Terzi (dir.), L’Expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », vol. 22), pp. 9-47.

Charles J. (2012), « Les charges de la participation », SociologieS, mis en ligne le 15 novembre 2012 [sociologies.revues.org/4151].

Chateauraynaud F. (2011), Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Éditions Pétra.

Chateauraynaud F. & D. Torny (2014 [1999]), Les Sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’EHESS.

Dewey J. (1939), Freedom and Culture, New York, G. P. Putnam’s Sons Editors.

Dewey J. (1949 et 1951), Introduction to Experience and Nature, in The Later Works 1925-1953, vol. 1, Carbondale, University of Illinois Press.

Dewey J. (1993 [1938]), Logique : La théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France.

Dewey J. (2004 [1920]), Reconstruction en philosophie, Paris, Éditions Gallimard.

Dewey J. (2010 [1927]), Le Public et ses problèmes, Paris, Éditions Gallimard.

Dewey J. (2011 [1939]), La Formation des valeurs, Paris, Éditions La Découverte.

Dewey J. (2014 [1935]), Après le libéralisme ?, Castelnau-le-Lez, Éditions Climats.

Dewey John (2014 [1929]), La Quête de certitude. Une étude de la relation entre connaissance et action, Paris, Éditions Gallimard.

Dewey J. & L. Trotski (2014 [1938]), Leur Morale et la nôtre, Paris, Éditions La Découverte.

Durkheim É. (1981 [1913]), Pragmatisme et sociologie. Cours 1913-1914 rassemblés par Armand Cuvillier à partir de notes d’étudiants, Paris, Éditions Vrin.

Emirbayer M. & D. Maynard (2011), « Pragmatism and Ethnomethodology », Qualitative Sociology, vol. 34, n° 1, pp. 221-261.

Floux P. & O. Schinz (2003), « Engager son propre goût ». Entretien autour de la sociologie pragmatique d’Antoine Hennion [ethnographiques.org/2003/Schinz,Floux].

Frega R. (2006), John Dewey et la philosophie comme épistémologie de la pratique, Paris, Éditions L’Harmattan.

Frega R. (2012b), Practice, Judgment, and the Challenge of Moral and Political Disagreement: A Pragmatist Account, Lanham, Lexington Editor.

Frega R. (2013), Les Sources sociales de la normativité, Paris, Lanham, Lexington Editor Vrin.

Frega R. (dir.) (2015), Le Pragmatisme comme philosophie sociale et politique, Lormont, Éditions Le Bord de l’Eau.

Frega R. & F. C. da Silva (dir.) (2011 et 2012a), « Pragmatism and the Social Sciences: A Century of Influences and Interactions – volumes 1 et 2 », The European Journal of Pragmatism and American Philosophy, vol. 3, n° 2 et vol. 4, n° 1.

Garfinkel H. (2007 [1967]), Recherches en ethnométhodologie, Paris, Presses universitaires de France.

Gayet-Viaud C. (2011), « La moindre des choses. Enquête sur la civilité et ses péripéties », dans Berger M., Cefaï D. & C. Gayet-Viaud (dir.), Du Civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Éditions PIE Peter Lang, p. 27-54.

Gayet-Viaud C. (à paraître), La Civilité urbaine. Enquête sur les formes élémentaires de la coexistence, Paris, Éditions Economica.

Goffman E. (1973 [1971]), Les Relations en public. La mise en scène de la vie quotidienne II, Paris, Éditions de Minuit.

Goffman E. (2011 [1963]), Comment se conduire dans les lieux publics ? Notes sur l’organisation sociale des rassemblements, Paris, Éditions Economica.

Gomart É. & A. Hennion (1999), « A Sociology of Attachment: Music Amateurs, Drug Users », dans Law J., & J. Hassard (dir.), Actor Network Theory and After, Oxford, Blackwell Editor, pp. 220-247.

Gonzalez P. (2014a), Que ton Règne vienne. Des évangéliques tentés par le pouvoir absolu, Genève, Éditions Labor & Fides.

Gonzalez P. (2014b), « Être affecté : petite phénoménologie de la “prophétie” charismatique (et de ses conséquences) », SociologieS, mis en ligne le 24 juin 2014, [sociologies.revues.org/4696].

Hennion A. (2007), « Those Things That Hold Us Together: Taste and Sociology », Cultural Sociology, vol. 1, n° 1, pp. 97-114.

Hennion A. (2010), « Vous avez dit attachements ?… », dans Akrich M. et al. (dir.), Débordements… Mélanges en l’honneur de Michel Callon, Paris, Éditions PÉM, pp. 179-190.

Hennion A. (2013), « D’une sociologie de la médiation à une pragmatique des attachements », SociologieS, mis en ligne le 25 juin 2013, [sociologies.revues.org/4353].

Hennion A., Vidal-Naquet P. et al. (2012), Une Ethnographie de la relation d’aide : de la ruse à la fiction, ou comment concilier protection et autonomie, MiRe (DREES), CSI/Cerpe : [hal-ensmp.archives-ouvertes.fr/hal-00722277/PDF/AHPVN-HandiColl2012.pdf].

Hennion A. & P. Vidal-Naquet (2015), « La contrainte est-elle compatible avec l’éthique du care ? Le cas de l’aide et du soin à domicile », Alter, vol. 9, n° 1, [dx.doi.org/10.1016/j.alter.2014.07.001].

Huebner D. (2014a), Becoming Mead: The Social Process of Academic Knowledge, Chicago, The University of Chicago Press.

Huebner D. (2014b), « La fabrique de L’esprit, le soi et la société : le processus social à l’arrière-plan de la psychologie sociale de G. H. Mead », dans Cukier A. & E. Debray (dir.), La théorie sociale de George Herbert Mead. Études critiques et traductions inédites, Lormont, Éditions Le Bord de l’Eau, pp. 106-128.

Joas H. (1993), Pragmatism and Social Theory, Chicago, University of Chicago Press.

Joas H. (2002), « Pragmatisme et sciences sociales. L’héritage de l’École de Chicago », dans Cefaï D. & I. Joseph (dir.), L’Héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, pp. 18-61.

Joseph I. (1999), La Ville sans qualités, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Joseph I. (2002), « Pluralisme et contiguïtés », dans Cefai D. & I. Joseph (dir.). L’Héritage du pragmatisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, pp. 83-105.

Joseph I. (2007a), « Parcours : Simmel, l’écologie urbaine et Goffman », dans Cefaï D. & C. Saturno (dir.), Itinéraires d’un pragmatiste. Autour d’Isaac Joseph. Paris, Éditions Economica, pp. 3-18.

Joseph I. (2007b), L’Athlète moral et l’enquêteur modeste, Paris, Éditions Economica.

Karsenti B. & L. Quéré (dir.) (2004), La Croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », vol. 15).

Mead G. H. (2006 [1934]), L’Esprit, le soi et la société, Paris, Presses universitaires de France.

Ogien A. (2014), « Pragmatismes et sociologies », Revue française de sociologie, vol. 55, n° 3, pp. 563-579.

Park R. E. & E. W. Burgess (1921), Introduction to the Science of Sociology, Chicago, The University of Chicago Press.

Patočka J. (1999 [1990]), Essais hérétiques, Sur la philosophie de l’histoire, Paris, Éditions Verdier.

Quéré L. (2003), « Le public comme forme et comme modalité d’expérience », dans Cefaï D. & D. Pasquier (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, pp. 113-134.

Quéré L. & C. Terzi (2011), « Some Features of Pragmatist Thought Still Remain Insufficiently Explored in Ethnomethodology », Qualitative Sociology, vol. 34, n° 1, pp. 271-275

Quéré L. (2002), « La structure de l’expérience publique d’un point de vue pragmatiste », dans Cefaï D. & I. Joseph (dir.), L’Héritage du pragmatisme, La Tour d’Aigues, Éditions de L’Aube, pp. 131-160.

Relieu M. & C. Terzi (2003), « Les politiques ordinaires de la vie urbaine », dans Cefaï D. & D. Pasquier (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, pp. 373-397.

Schütz A. (2003 [1945]), L’Étranger, trad. Bégout B., Paris, Éditions Allia.

Shibutani T. (1986), Social Processes, Berkeley, University of California Press.

Shibutani T. (1955), « Reference Groups as Perspectives », American Journal of Sociology, n° 60, pp. 522-529.

Stavo-Debauge J. (2008), « Faut-il s’en remettre aux pouvoirs de la statistique pour agir contre les discriminations et réaliser le droit ? La catégorisation ethnique et raciale en question au Royaume-Uni et en France », dans Lyon-Caen A. & A. Perulli (dir.), Efficacia e diritto del lavoro, Padova, Cedam Editore, pp. 163-194.

Stavo-Debauge J. (2012a), « Des événements difficiles à encaisser. Un pragmatisme pessimiste », dans Cefaï D. & C. Terzi (dir.), L’Expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », vol. 22), pp. 191-223.

Stavo-Debauge J. (2012b), « Le concept de “hantises” : de Derrida à Ricœur (et retour) », Études Ricœuriennes/Ricœur Studies, vol. 3, n° 2, pp. 128-148.

Stavo-Debauge J. & D. Trom (2004), « Le pragmatisme et son public à l’épreuve du terrain. Penser avec Dewey contre Dewey », dans Karsenti B. & L. Quéré (dir.), La Croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », vol. 15), pp. 195-226.

Stavo-Debauge J., Gonzalez P. & R. Frega (dir.) (2015), Quel Âge post-séculier ? Religions, démocraties, sciences, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », vol. 24).

Strauss A. (1978), « A Social World Perspective », dans Denzin N. (dir.), Studies in Symbolic Interaction, vol. 1, Greenwich, CT, JAI Press, pp. 119-128.

Strauss A. & I. Baszanger (1991), La Trame de la négociation, Paris, Éditions L’Harmattan.

Thévenot L. (2006), L’Action au pluriel, Paris, Éditions La Découverte.

Thévenot L. (2011), « Powers and Oppressions Viewed from the Sociology of Engagements : In Comparison with Bourdieu’s and Dewey’s Critical Approaches of Practical Activities », Irish Journal of Sociology, vol. 19, n° 1, pp. 35-67.

Terzi C. (2003), « L’expérience constitutive des problèmes publics. La question des “fonds en déshérence” », dans Carrel M., Barril-Rejman C., Guerrero J.-C. & A. Marquez (dir.), Le Public en action, Usages et limites de la notion d’espace public en sciences sociales, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 25-50.

Terzi C. (2005), « Qu’avez-vous fait de l’argent des juifs ? » Problématisation et publicisation de la question « des fonds juifs et de l’or nazi » par la presse suisse, 1995-1998, Thèse de doctorat, Université de Fribourg, Suisse.

Zask J. (1999), L’Opinion publique et son double, 2 vol., Paris, Éditions L’Harmattan.

Zask J. (2003), « Nature, donc culture. Remarques sur les liens de parenté entre l’anthropologie culturelle et la philosophie pragmatiste de John Dewey », Genèses, vol. 50, n° 1, pp. 111-125.

Zask J. (2011), Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation, Paris, Éditions Le Bord de l’eau.

Zask J. (2012), « Postface sur les concepts d’expérience et de culture », dans Dewey J., Expérience et nature, Paris, Éditions Gallimard.

Zimmermann B. (2008), « Capacités et enquête sociologique », dans De Munck J. & B. Zimmermann (dir.), La Liberté au prisme des capacités, Paris, Éditions de l’EHESS ( « Raisons pratiques », vol. 8), pp. 113-137.

Zimmermann B. (2014), « Sociologie des capacités et pragmatisme critique », Postface à Ce que travailler veut dire, Paris, Éditions Economica (seconde édition).

Haut de page

Notes

1 Cette livraison s’inscrit dans le cadre d’un Programme de recherches interdisciplinaires (PRI) de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), intitulé « Le pragmatisme dans les sciences sociales » et d’un Atelier du Labex Tepsis, intitulé « L’expérimentalisme démocratique : pragmatisme et politique ». Merci à Guillaume Braunstein pour son travail de mise en forme des textes et bibliographies.

2 [ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/826].

3 [ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2013/ue/634].

4 [enseignements-2014.ehess.fr/2014/ue/1116].

5 Pragmata. Association d’études pragmatistes : [pragmataaep.wordpress.com].

6 Un aperçu sur ces reprises du pragmatisme en France pourra être pris lors de la journée d’études organisée par de jeunes chercheurs à l’EHESS, le 20 mai 2015 : [pragmataaep.wordpress.com/2014/11/07/usages-contemporains-du-pragmatisme-en-france-entre-heritage-et-reappropriation-appel-a-communications].

7 Le partage disciplinaire entre psychologie sociale et écologie humaine, au sein de la sociologie, n’était pas ce qu’il est actuellement. Georg Simmel ou Alfred Schütz pouvaient alternativement se décrire comme psychologues sociaux, philosophes ou sociologues et Erving Goffman a longtemps donné des cours sous un intitulé de psychologie sociale…

8 La collection « Raisons pratiques » aux Éditions de l’EHESS a été importante dans la diffusion de questions liées au pragmatisme au sein de l’espace francophone de la philosophie et des sciences sociales. Outre le volume De la Croyance à l’enquête (Quéré & Karsenti, 2004), voir Les Objets dans l’action (Conein, Dodier & Thévenot, 1993), La Logique des situations (De Fornel & Quéré, 1999), Les Formes de l’action collective (Cefaï & Trom, 2001), La Régularité (Chauviré & Ogien, 2002), La Liberté au prisme des capacités (De Munck & Zimmermann, 2008), Dynamiques de l’erreur (Chauviré, Ogien & Quéré, 2009), L’Expérience des problèmes publics (Cefaï & Terzi, 2012), Le Mental et le social (Ambroise & Chauviré, 2013) et Quel âge post-séculier ? (Stavo-Debauge, Gonzalez & Frega, 2015).

9 Dont l’actualité est brûlante aux États-Unis avec la publication du livre de Daniel Huebner, Becoming Mead: The Social Process of Academic Knowledge (2014a – voir aussi 2014b) et la préparation d’une nouvelle édition critique de Mind, Self, and Society par le même Daniel Huebner et Hans Joas pour les Presses de l’Université de Chicago.

10 Un colloque sur « Le pragmatisme et l’analyse du politique », organisé par Roberto Frega et soutenu par l’Institut Marcel Mauss et le Labex Tepsis, se tiendra du 5 au 7 juin 2015 à Paris. Plusieurs sessions seront également consacrées au rapport entre pragmatisme, sciences sociales et questions politiques au Congrès international de l’European Pragmatism Association/Association européenne du pragmatisme, organisé par l’association Pragmata à Paris du 9 au 11 septembre 2015 : [europeanpragmatism.org].

11 Jérôme Lamy, Arnaud Saint-Martin, Entretien avec Francis Chateauraynaud, « Faire de la sociologie “un pied dedans, un pied dehors”. Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique », [zilsel.hypotheses.org/379] ; [zilsel.hypotheses.org/352] ; [zilsel.hypotheses.org/418].

12 Pour un aperçu sur un certain nombre de dossiers comme nanosciences, grippe aviaire ou pêche au thon, ondes électromagnétiques, OGM ou nucléaire, voir : [gspr-ehess.com/index.php?option=com_content&view=article&id=68&Itemid=11].

13 Sur la portée de la concertation : [gspr-ehess.com/index.php?option=com_content&view=article&id=142&Itemid=80].

14 Ce qui n’empêcha pas plusieurs sociologues de s’en saisir, d’Alfred Schütz sur les « réalités multiples » (1945) à Erving Goffman sur les « cadres de l’expérience » (1991 [1974]) et jusqu’à Isaac Joseph.

15 EJPAP : [lnx.journalofpragmatism.eu].

16 Centre John Dewey : [dewey.ehess.fr].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Cefaï, Alexandra Bidet, Joan Stavo-Debauge, Roberto Frega, Antoine Hennion et Cédric Terzi, « Introduction du Dossier « Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations » », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations, mis en ligne le 23 février 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4915

Haut de page

Auteurs

Daniel Cefaï

CEMS – IMM – EHESS, Pairs, France - cefai@ehess.fr

Articles du même auteur

Alexandra Bidet

Chargée de recherche au CNRS, Centre Maurice-Halbwachs, Paris (France) - alexandra.bidet@ens.fr

Articles du même auteur

Joan Stavo-Debauge

CRIDIS- Université Catholique de Louvain (Belgique), CEMS- EHESS, Paris (France) et LABSO- Université de Lausanne (Suisse) - jstavodebauge@yahoo.fr

Articles du même auteur

Roberto Frega

CEMS- EHESS, Paris (France) - fregarob@gmail.com

Articles du même auteur

  • Les pratiques normatives [Texte intégral]
    Repenser la normativité entre philosophie et sciences sociales
    Paru dans SociologieS, Dossiers, Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations

Antoine Hennion

Centre de sociologie de l’innovation, MINES-ParisTech, Paris, France - antoine.hennion@mines-paristech.fr

Articles du même auteur

Cédric Terzi

Université de Lille 3 et Centre d’études des mouvements sociaux, EHESS, Paris (France) - cedric.terzi[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page