Navigation – Plan du site
Premiers textes
Premiers textes

Devenir art-thérapeute

Élise Vandeninden

Résumés

Les professionnels qui animent des ateliers artistiques en psychiatrie – et que beaucoup appellent aujourd'hui « art-thérapeutes » sont loin de constituer une profession telle qu’on se la représente. Ces travailleurs partageant une « occupation » commune – l’animation d’ateliers artistiques dans des institutions de santé mentale – ne sont pas analysables comme une « profession » telle que la conçoivent les sociologues fonctionnalistes et interactionnistes. Même la sociologie des groupes professionnels n’apparait pas comme une clé d’entrée évidente tant ces travailleurs en constitueraient une sorte de « cas limite » puisqu’ils ne partagent même pas un nom, une appellation. Aborder leur activité sous l’angle de la « professionnalisation » apparait dès lors comme la seule voie pertinente pour dégager ce qui rassemble ces professionnels au-delà de ce que l’on peut appeler leur « dissémination ». L’analyse en terme de « professionnalisation » ouvre une voie nouvelle en sociologie des professions en ce qu’elle permet de prendre en compte le processus de fabrication par la formation, l’organisation et l’expérience d’un membre s’intégrant à un collectif de travail et devenant reconnu par tous ses partenaires. En suivant cette voie, il s’agira de placer la question de la « reconnaissance », collective et subjective, au cœur de l’analyse de la constitution des identités professionnelles des art-thérapeutes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 1

  • 1 Nous tenons à remercier pour leurs conseils avisés et leurs relectures attentives les membres du Ce (...)
  • 2 Dans les milieux de soins psychiatriques, les pratiques artistiques utilisées à des fins thérapeuti (...)

1Les processus de constructions identitaires des art-thérapeutes 2 seront décrits en croisant deux angles d’analyse : celui de la « qualification » (formation, statut) qui est le critère traditionnellement mobilisé pour définir l’accès à une profession et qui, on le verra, « pose problème » pour les art-thérapeutes ; mais aussi celui de la « compétence » au sens de la « reconnaissance » de la spécificité de l’activité effectuée par les différents partenaires (organisation) mais aussi par le travailleur lui-même (expérience).

2Notre hypothèse de départ est la suivante : ce qui fait que l’on peut considérer ces travailleurs comme un groupe de professionnels au-delà de l’irréductible hétérogénéité de leur « qualification », c’est la « compétence » qui leur est reconnue au sein des institutions dans lesquelles ils exercent. Il s’agira alors pour nous de travailler la notion de « profession » au travers celle de « fonction » en référence à la quatrième acception de la notion de « profession » distinguée par Claude Dubar et Pierre Tripier en tant qu’elle met en avant les processus de définition « exogène » (Demazière & Gadéa, 2010, p. 441) d’un groupe de travailleurs. Restera alors à se poser la question de la reconnaissance en interne, au sein du groupe de travailleurs.

3Cet article se composera de trois parties. Il s’agira en premier lieu de comprendre les raisons de leur situation « floue » (en terme de « qualification »), de décrire ce collectif que rien ne semble unifier et que nous dirons « disséminé ». Ensuite nous chercherons ce qu’il y a de structurant, ce qui confère une certaine unité à leurs pratiques et qui a à voir avec la « fonction », la « compétence » qui leur est conférée par leur hiérarchie et que l’on interrogera sous le terme de « mission ». Finalement, il s’agira d’observer les « expériences », les positionnements individuels des acteurs par rapport aux missions qui leur sont confiées, c’est-à-dire d’examiner, au-delà de la fonction qu’on leur donne, la fonction qu’ils se donnent et qui est à mettre en rapport avec leur « identité », leur vision subjective de la « mission ».

Des professionnels « disséminés »

4La dissémination qui caractérise ce groupe de travailleurs est le fruit d’une combinaison de trois facteurs. En les examinant un par un, il va s’agir de dresser le portrait d’un groupe très hétérogène.

Pas de formation commune

5En Belgique comme en France, il n’existe pas encore de filières spécifiques permettant aux travailleurs de se former à « l’art-thérapie ». Bien sûr, des formations, tant « privées » qu’universitaires, sont mises en place un peu partout mais aucune n’est encore reconnue par l’État et n’a donc le pouvoir de restreindre l’accès à la profession à l’inverse de ce qui a été mis en place en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas par exemple, où l’exercice de la profession « d’art-thérapeute » est réservé aux détenteurs d’un diplôme en « art-thérapie ».

  • 3 Les données présentées ici sont issues d’une enquête (entretiens semi-directifs [dix-huit] et quest (...)
  • 4 Trois enquêtés n’appartenant à aucune des quatre catégories : une romaniste, un régent français/his (...)

6L’accès au métier n’exige donc aucune qualification spécifiquement requise ; c’est ce que nous avons pu observer lors de notre enquête auprès des art-thérapeutes belges 3. Sur 60 professionnels, on a en effet pu dénombrer plus d’une quinzaine de formations distinctes. Elles peuvent se rassembler selon quatre groupes 4 : les formations médicales, paramédicales ou médicosociales ; les formations artistiques ; les formations en art-thérapie et enfin, ceux que nous appellerons les « pluri-diplômés ».

Tableau 1

Formations médicales, paramédicales, médicosociales

Formations artistiques

Formations en art-thérapie

Pluri-diplômés

27

8

5

15

7Le groupe le plus représenté est celui des formations médicales, paramédicales et médico-sociales comprenant les psychologues (dix), les ergothérapeutes (six), les éducateurs spécialisés (trois), les psychiatres (deux), les infirmiers psychiatriques (deux), les assistants sociaux (deux) et même les kinésithérapeutes (deux). Les praticiens diplômés de l’enseignement artistique ne totalisent, quant à eux, que 13% des travailleurs enquêtés ce qui nous conduit dès lors à conclure que ce sont davantage des « soignants » que des « artistes » qui animent les ateliers artistiques dans le champ de la santé mentale ; le manque de qualification artistique étant même valorisé aux yeux de certains soignants :

« J’aime bien l’idée d’être au même niveau que les jeunes. Il n’y a pas besoin d’avoir des compétences particulières pour les ateliers, on est tous capables. Il n’y a pas une personne qui sait et les autres qui ne savent pas. L’animateur est seulement le garant des consignes et du matériel » (Éducatrice spécialisée, Titeca, Bruxelles, 07/07/2008.)

  • 5 L’une est diplômée de l’Académie des Beaux-Arts (peinture), éducatrice spécialisée mais a aussi enr (...)

8Les choses se complexifient cependant dès lors que l’on prend en considération le nombre important de professionnels qui sont « pluri-diplômés». Il fut en effet surprenant de constater que 25% des enquêtés avaient suivi un double voire un triple cursus scolaire. Les combinaisons allient généralement « l’art » et « la thérapie » : certaines fois, le praticien s’est d’abord formé dans le domaine paramédical ou associé (infirmier, ergothérapeute, psychologue, assistant social) complété ensuite par une formation artistique (cours du soir et stages) ; d’autres fois la formation initiale relève du domaine artistique et sera suivie d’un cursus paramédical (infirmier psychiatrique, formation en psychanalyse). Il y a aussi ceux qui d’un des deux domaines – artistique ou thérapeutique – complètent leur approche avec une formation spécifique en « art-thérapie ». Deux praticiens ont été jusqu’à se spécialiser dans les trois approches : art, thérapie et art-thérapie 5.

  • 6 Ce n’est pas le cas des formations hollandaises, frontalières, qui ont beaucoup de succès en Belgiq (...)

9Le nombre de praticiens ayant suivi une formation spécifique en art-thérapie – comme formation unique (5) ou complémentaire (10) – est de 15, ce qui représente un quart des praticiens enquêtés. Cette proportion nous semble importante en regard du fait que le diplôme « d’art-thérapeute » n’est pas reconnu en Belgique dans le sens où il ne donne pas accès à un statut du même nom 6. Cette volonté de se former de façon spécialisée malgré la non-reconnaissance du diplôme, nous semble témoigner de la nécessité ressentie par certains professionnels d’acquérir des compétences spécifiques, relatives à la somme des deux domaines – « art » et « thérapie » – perçue comme différente de chaque discipline apprise séparément (vs pluri-diplômés).

Pas de dénomination spécifique au sein des institutions qui les emploient

  • 7 Cinq n’ayant pas précisé leur statut.

10La corrélation précédemment établie entre reconnaissance de la formation et attribution d’un statut spécifique se confirme ici à un double niveau : au sujet de l’hétérogénéité des statuts dans un premier temps, puisqu’à la multitude des formations précitées correspond une multitude de statuts équivalents (à peu de choses près lorsque l’on recoupe avec les données précédentes). Cela concourt à mettre en évidence que les institutions de santé mentale qui emploient ces professionnels animant des ateliers artistiques les engagent sous une pléthore de dénominations. De notre enquête, aucune appellation ne s’est en effet imposée de façon claire : on a pu dénombrer, parmi les statuts déclarés par les 60 professionnels interrogés 7, treize appellations différentes que l’on distinguera, en premier lieu, en fonction de leur appartenance au personnel soignant ou non : ici encore, la catégorie la plus représentée (58%) est celle liée au monde soignant et aux professions qui le composent. Ces travailleurs qui animent des ateliers artistiques en psychiatrie sont donc intégrés dans des entités existantes, relevant essentiellement du monde soignant mais qui ne correspondent pas nécessairement à leurs attributions réelles.

Tableau 2

Personnel soignant

Personnel non soignant

« Art-thérapeute »

Divers

35 (soit : neuf psychologues, huit ergothérapeutes, six éducateurs spécialisés, quatre assistants sociaux, trois infirmiers psychiatriques, deux médecins psychiatres, deux sociothérapeutes, une monitrice d’autonomie).

onze animateurs d’atelier

cinq

un coordinateur d’activité, une directrice, deux professeurs (dessin/français)

  • 8 Les débats relatifs à l’appellation sont parmi les plus virulents de la discipline : « Notre concep (...)
  • 9 Précisons que ces controverses ne se retrouvent pas chez les néerlandophones : l’appellation généri (...)

11La corrélation entre reconnaissance du diplôme et obtention d’un statut équivalent se vérifie aussi, en second lieu, lorsque l’on examine les cinq répondants se réclamant du statut « d’art-thérapeute » (en néerlandais, creatief therapeut). Pour la plupart néerlandophones, ils ont en commun d’avoir suivi une formation en art-thérapie de haut niveau (postuniversitaire et master), pour l’un au Luxembourg, pour les quatre autres aux Pays-Bas où la profession est institutionnalisée. Pour ceux-là qui se sont « légitimement » formés à « l’art-thérapie », l’appellation semble aller de soi, ne fait l’objet d’aucune justification particulière dans les discours alors qu’elle est vivement débattue tant dans la littérature consacrée à l’art-thérapie que dans les discours des praticiens enquêtés. Alors que les auteurs de l’art-thérapie lui cherchent des substituts ou lui font subir des transformations 8, dans la pratique, il est ressorti davantage des opérations de rejet 9. C’est ainsi que se justifie par exemple ce praticien ayant refusé de répondre à notre enquête qui mentionnait le terme « d’art-thérapie » :

« Il convient de préciser que je ne suis pas art-thérapeute mais écrivain, poète et conteur. C’est comme artiste que je suis intervenu dans plusieurs institutions de santé mentale […]. Votre questionnaire étant centré sur le concept d’art-thérapie, je ne me reconnais pas dans celui-ci et ne puis y répondre » (animateur d’atelier, ASBL Andrago).

Pas ou peu de regroupements professionnels

12La diversité des formations et des dénominations mais aussi les débats que l’appellation « d’art-thérapeute » suscite parmi les praticiens aboutissent au fait que ces professionnels – exerçant pourtant des activités similaires – n’éprouvent pas le sentiment d’une « identité » partagée. En témoignent le peu de collaborations entre eux et la méconnaissance du travail de leurs homologues que l’on a tenté d’appréhender à travers cette question : « Pourriez-vous me recommander d’autres personnes qui travaillent dans le milieu de l’art-thérapie en Belgique ? Est-ce qu’il vous arrive de collaborer avec des professionnels issus d’autres institutions ? ».

Tableau 3

> 3 contacts

< 3 contacts

Pas de contact

Sans réponse

9

30

3

18

  • 10 Traduit du néerlandais par nos soins.
  • 11 Idem.

13Seuls 15% des enquêtés ont donc été capables de mentionner plus de trois contacts. La moitié d’entre eux en ont « recommandé » entre un et trois et 5% – auxquels on doit probablement ajouter les 30% restant de réponses non précisées – ont déclaré ne pas avoir de réseau du tout. Voici les commentaires récoltés à ce sujet : « Nous travaillons trop peu avec d’autres institutions ; sporadiquement, nous avons des contacts mais cela reste très informel » 10 (Éducateur, Sint Jan De Deo, Gent). Ou encore : « Les possibilités de collaborations avec d’autres institutions sont très limitées. Malheureusement, on ne dispose pas d’assez de personnel pour pouvoir étendre nos activités dans ce sens » 11 (Statut non précisé, Hôpital psychiatrique Sint Norbertus, Duffel). Mais aussi : « On est fort peu payé donc on n’a pas trop de temps à dégager pour créer des collaborations […] Il faudrait faire ça à côté, en plus de tout le reste, sur son temps personnel » (Infirmière psychiatrique à l’Hôpital Saint-Michel, Bruxelles et animatrice d’atelier CEC Côté Cour, Bruxelles, 07/11/2008).

  • 12 En Belgique, sur l’année de notre enquête, c’était le cas de six institutions : Le théâtre du Code (...)

14Notons encore que parmi les contacts mentionnés, la plupart sont ceux générés en interne, c’est-à-dire au sein de l’institution dans laquelle ils exercent (certains centres développent plusieurs ateliers artistiques voire se spécialisent uniquement dans ce type d’activités 12). Les échanges intraprofessionnels qui franchissent les murs de l’institution sont donc rares. En 2009 (année de réalisation de notre enquête), une seule association existait dans le but de rassembler différents praticiens au-delà des appartenances institutionnelles : il s’agit du réseau « Art et santé », attenant à l’A.S.B.L. (association sans but lucratif) « Culture et Démocratie ». Cependant, l’axe « Santé mentale », bien que représenté, n’était pas particulièrement privilégié par ce réseau consacré à « la santé » au sens large, c’est pourquoi l’on ne pourra pas parler à leur sujet de regroupement d’« art-thérapeutes » (appellation d’ailleurs vivement rejetée par ses membres).

La dissémination

15Au sujet de ce groupe de travailleurs, on parlera dès lors de « dissémination », terme dont on doit la conceptualisation au philosophe Jacques Derrida (qui le mobilise dans un tout autre domaine que celui des professions) et qui renvoie à cette idée d’une multiplicité qui n’a jamais fait l’objet d’une unification, d’une pluralité qui ne peut être dépassée en tant que telle. La « dissémination » observée et décrite dans le cadre de cet article doit donc se distinguer nettement de « l’éclatement » touchant d’autres professions et qui suppose, à l’origine du moins, l’existence d’une certaine unité.

16Pour étudier notre groupe de travailleurs, on ne peut donc se référer à cette démarche qui consisterait à voir de quelle façon l’identité commune ancienne a été dévalorisée et se recompose aujourd’hui dans de nouvelles formes identitaires à la reconnaissance incertaine (Dubar, Tripier & Boussard, 2011, p. 307). Il faut chercher un facteur structurant ailleurs que dans le nom ou la qualification et c’est dans la « fonction » – qui leur est attribuée mais aussi qu’ils s’attribuent – que nous pensons pouvoir la déceler. Il s’agira alors de mener une analyse en terme de « professionnalisation » à l’instar de la voie identifiée par Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Broussard (Ibid., pp. 316-317) à partir des travaux de Didier Demazière (2009) et Dominique Schnapper (2003). En interrogeant les fonctions qu’on leur donne comme celles qu’ils se donnent, nous espérons parvenir à mettre au jour la spécificité de ce groupe « non professionnel » à l’« occupation » commune.

Une « mission » d’intermédiaire

17Nous allons dans ce deuxième temps observer, au-delà des différents facteurs disséminants, l’axe principal de rassemblement de ce groupe de professionnels qui est celui de leur « fonction » au sein de l’organisation du travail médical. Fonction non pas ici qu’ils se donnent (cf. ci-dessous) mais qu’on leur donne et que l’on appellera – en référence à la terminologie de Fabienne Barthélémy (Barthélémy, 2011) – une « mission » que nous distinguerons du « mandat » au sens d’Everett Hughes (Hughes, 1996). Les art-thérapeutes seront donc envisagés dans cette section en tant que groupe de travailleurs qui ont en commun une fonction qui est reconnue comme spécifique par les différents partenaires de leur activité. Nous présenterons en premier lieu ces partenaires pour ensuite préciser les contenus de cette « mission » et penser leur rôle d’« intermédiaire ».

Des professionnels subordonnés

18La « mission » des art-thérapeutes leur est conférée non par l’État mais par le pouvoir psychiatrique. Ils ne font pas partie de ces nouveaux métiers d’intermédiaires tels les consultants en justice réparatrice (CJR) (Dubois, 2011) ou les médiateurs sociaux (Barthélémy, 2011) qui sont mandatés par les pouvoirs publics dans le but de « réaliser des idéaux ». L’État ici n’est pas un facteur central ; nous l’avons vu, il ne légifère ni sur les formations, ni sur les statuts. C’est ce déficit de reconnaissance officielle qui nous conduit à mobiliser le terme de « mission » plutôt que celui de « mandat » au sens d’Everett Hughes. Le glissement opéré par cette terminologie vise à distinguer la reconnaissance officielle d’un « mandat » de la reconnaissance officieuse, sur le terrain, d’une « mission », à l’instar de Fabienne Barthélémy qui distingue (au sujet du travail des médiateurs sociaux) le « mandat » étatique de la « mission » qui leur est attribuée, dans les faits et après travail de « renormalisation » (Dujarier, 2006), par les assistants sociaux.

19Ceux qui créent les « art-thérapeutes », ce sont avant tout, les psychiatres. 80% des professionnels travaillent en effet dans des institutions psychiatriques, soumises à l’autorité médicale et subventionnées par l’INAMI.

Tableau 4

Hôpitaux généraux (service psychiatrique) ou hôpitaux psychiatriques

Centres de santé mentale (centre de jour, de réadaptation fonctionnelle, « activiteit centrum », etc.)

Divers

47%

33%

20%

20Pour les 20% restant, le financement provient d’autres fonds tels des fonds privés (pour trois ateliers, ce sont les droits d’inscription des participants qui rémunèrent l’art-thérapeute et assurent le financement des ateliers) ou d’autres formes de subsides publics (cinq institutions constituées en ASBL, deux institutions CEC – centres d’expression et de créativité, financés par le ministère de la Culture – une école à l’hôpital et un planning familial). Mais même pour ces quelques cas, les liens au monde médical sont souvent loin d’être ténus (pour les deux CEC par exemple, dont les responsables sont pour l’une, psychologue exerçant anciennement au centre de santé mentale attenant, pour l’autre infirmière psychiatrique travaillant à mi-temps dans un hôpital voisin).

21Parmi les 80% de professionnels officiellement « missionnés » par le pouvoir psychiatrique, il faut encore distinguer un nouveau facteur disséminant qui est dû à la segmentation récente du secteur psychiatrique en Belgique entre une psychiatrie d’hôpital et une psychiatrie de réseau (De Munck et al., 2003). La diversité des logiques d’action qui composent ces deux secteurs constitue, assurément, un nouveau facteur de dissémination et explique, sous un angle nouveau, la difficulté éprouvée par ces professionnels à se constituer en tant qu’acteur collectif.

  • 13 Option souvent présentée comme un « choix » de la part d’art-thérapeutes « artistes » qui souhaiten (...)

22Notons encore qu’une certaine précarité d’emploi touche ces travailleurs qui, bien qu’étant en majorité salariés, exercent parfois uniquement à mi-temps 13 voire comme indépendant fonctionnant au gré des contrats, conventions, ou comme responsables d’ateliers privés (statuts non précisés : 22%).

Tableau 5

Salarié temps plein

Salarié mi-temps

Indépendants

Cumul des statuts

48%

10%

12%

8%

  • 14 Parmi elles, ce sont les psychotiques chroniques qui sont les plus représentés (12%).
  • 15 17% des ateliers ont une fréquence hebdomadaire tandis que seuls 7% d’entre eux ont lieu moins d’un (...)
  • 16 Les ateliers sont destinés en majorité à des groupes (70%) : l’art-thérapie se pratique en effet fo (...)
  • 17 Les réponses des art-thérapeutes qui se sont révélées les plus intéressantes sont celles qui porten (...)
  • 18 Plus de la moitié des ateliers sont des ateliers pluridisciplinaires au sein desquels plusieurs tec (...)

23La plupart des art-thérapeutes sont donc soumis à la hiérarchie médicale, ce qui signifie d’une part, que leur travail s’effectue sous contrôle du médecin, sur prescription médicale (c’est donc le médecin qui envoie ses clients à l’art-thérapeute comme c’est le cas pour bon nombre de métiers dits paramédicaux), d’autre part que leur profession est dominée, subordonnée au sein de la division, très hiérarchisée, du travail soignant. Le poids de la hiérarchie médicale pèse aussi, au quotidien, sur l’organisation des pratiques : outre qu’elle fixe les conditions d’admission et de participation aux ateliers (prescription), l’institution régit aussi le mode de prise en charge (résidentiel ou ambulant), le public cible (majoritairement adulte à 78%), ses pathologies (65% des praticiens prennent en charge des diagnostics psychiatriques multiples, les pathologies plus spécifiques représentent 25% de la prise en charge et sont la plupart du temps liées à la spécificité de la prise en charge institutionnelle 14) mais aussi les conditions matérielles du déroulement des ateliers (fréquence 15, nombre de participants 16, local 17 et disciplines artistiques 18 utilisées).

24Le mouvement qui rassemble ces travailleurs apparait dès lors tel un processus descendant, provenant d’une demande hiérarchique structurante mais aussi « exogène » (Demazière & Gadéa, 2010, p. 441) parce que constituée hors du groupe de professionnels lui-même. Le poids constant des normes imposées par cette tutelle psychiatrique, doublée à la « dissémination » des travailleurs, conduit à la conclusion d’une autonomie professionnelle difficile à revendiquer et, nous le verrons, de fait peu revendiquée.

Une fonction d’intermédiaire

25Il s’agit à présent d’investiguer plus précisément le contenu de cette « mission » conférée par le pouvoir psychiatrique aux art-thérapeutes afin de saisir ce qui, aux yeux de ses commanditaires, définit la spécificité de leur activité.

  • 19 7% restant indéterminées malgré nos recherches.

26Pour la décrire, nous allons nous appuyer ici non pas tant sur les résultats de notre enquête que sur la littérature consacrée à l’art-thérapie dont nous avons réalisé ailleurs un état de l’art (Vandeninden, 2012). L’analyse de la littérature peut en effet se révéler intéressante si, à l’instar du travail effectué par Sophie Divay sur les médiateurs sociaux (Divay, 2010), nous la mobilisons telle « une rhétorique qui accompagne les pratiques » au travers de laquelle on va pouvoir saisir les définitions « normatives » de l’art-thérapie. Lorsque l’on examine les formations 19 des auteurs des 136 ouvrages répertoriés en langue française, on observe une répartition sensiblement différente de celle des praticiens enquêtés.

Tableau 6

Formations médicales, paramédicales, médicosociales

Formations artistiques

Pluri-diplômés

Collaborations soignants-artistes

Divers

66% dont 32% de psychiatres

2%

18%

5%

< 2%

27Ce qui ressort de cette étude, c’est à nouveau la prépondérance (66%) du monde médical dans les appartenances disciplinaires. Cette catégorie « monde médical » se constitue ici encore de divers métiers allant des infirmiers en psychiatrie aux psychologues en passant par les psychiatres. Mais ces derniers, contrairement à ce qui a pu être observé dans l’enquête, sont les plus représentés dans la littérature puisqu’ils constituent près de la moitié de la catégorie « monde médical » en totalisant 32% des 136 publications recensées. Ils apparaissent dès lors comme les figures dominantes de la littérature consacrée à l’art-thérapie. Le monde de l’art est quant à lui nettement moins représenté que sur le terrain puisque seulement 2% des ouvrages sont le fait d’auteurs se revendiquant comme artistes. On peut donc conclure à une « psychiatrisation » ou du moins une « médicalisation » des discours consacrés à l’art-thérapie.

28Mais si ce recours à la littérature s’est imposé aussi c’est que, paradoxalement à cette prédominance psychiatrique en littérature, dans le cadre de notre enquête, nous n’avons pas été amenée à rencontrer beaucoup de psychiatres praticiens. Notre objectif de départ étant de rencontrer uniquement les « animateurs d’atelier », seuls deux psychiatres ont été intégrés parmi nos enquêtés, ce qui traduit une implication marginale. C’est ainsi que nous sommes amenée à suivre Didier Fassin (2006) qui, au sujet de « l’exclusion », dressait le portrait, au travers de l’analyse des discours, d’une thématique psychiatrisée à l’extrême alors qu’il observait que dans les faits, sur le terrain, la profession se « désengage » :

« Dès lors, la psychiatrisation, tant redoutée par certains, peut être retournée en dépsychiatristaion, dans la mesure où les engagements d’une minorité de professionnels permettent le désengagement de la profession en tant que telle et même la psychologisation de l’exclusion, souvent évoquée, doit être mise en balance avec une dépsychologisation des pratiques des spécialistes qui interviennent auprès de ces populations » (Fassin, 2006).

29En croisant les discours des auteurs avec ceux des praticiens, nous allons tenter à présent de décrire les éléments qui définissent, du point de vue des commanditaires psychiatriques, la « mission » des art-thérapeutes. Ce qui fait l’originalité de leur activité relève de deux propriétés, parfois cumulées : l’utilisation du medium artistique comme outil psychothérapeutique et l’art-thérapeute comme intermédiaire entre patient et personnel soignant.

L’art comme médiateur

  • 20 Pierre Bourdieu l’a dénoncé à travers, par exemple, sa déconstruction de L’Amour de l’art (Bourdieu (...)

30Ce qui, aux yeux des auteurs de l’art-thérapie, constitue la spécificité de leur travail par rapport aux autres professionnels du secteur de la santé mentale, c’est l’utilisation du medium artistique. L’art-thérapie est en effet intégrée, dans la littérature, parmi l’ensemble des psychothérapies – sa visée « thérapeutique » y apparaît en effet indiscutée et indiscutable –mais elle s’en distingue en utilisant l’art comme outil de communication, « en plus » ou parfois même « à la place » du langage. La discipline se définit ainsi  outre par phénomène d’exclusions successives de champs qui lui sont proches tels que l’ergothérapie ou la psychiatrie de l’enfant  en travaillant à caractériser la spécificité de l’art comme langage expressif et ce, essentiellement en opposition au langage verbal, utilisé dans les formes plus classiques de psychothérapies. Ce dernier est décrit comme étant « commun », partagé », « normé ». À l’inverse, l’expression artistique semble dénuée d’apprentissage, « innée » 20. C’est ainsi que, selon les principes au fondement de la discipline art-thérapeutique, l’utilisation du langage artistique est plus propice à l’expression des émotions : il n’intègre pas entre la sensation et son expression une distance (sociale, collective) mais promet l’« immédiateté ». Il est question, par son utilisation, d’un accès direct au siège des émotions :

« La forme créatrice surgit d’un fond dont nous sommes incapables de dire l’essence […] Tout se passe comme si la signification n’était que l’articulation secondaire d’un rapport mimétique, immédiat, pré-conceptuel au mouvement expressif inhérent à l’œuvre elle-même » (Florence, 1997, p. 60).

31Ce langage artistique perçu comme affranchi des normes et des conventions sociales, aboutit aussi à l’idée d’un accès plus direct à l’« authenticité » du sujet, à son « moi », sans fard ni faux-semblants. On ne se situe pas tant au niveau « non-verbal » que « préverbal » ; l’art serait un « mode de communication faisant appel aux instances archaïques de notre psychisme » (Lesniewaska, 2003, p. 67). Un peu comme si, avec le medium artistique, on avait affaire à la « vérité » profonde du sujet :

« Le langage des mots est le moyen traditionnel de transmettre mais combien imparfait car il est conçu pour échanger avec autrui ce que nous avons précisément de commun avec lui. C’est à l’art qu’il appartient de révéler ce qui nous semble le plus inexprimable et le plus indicible en nous, par-delà cette participation banale qui nous associe au monde extérieur, à la vie sociale » (Scharbach cité par Moron, Roux & Sudres, 2003, p. 91).

32Au départ de toute pratique art-thérapeutique se trouve donc cette conception de l’art comme « mode d’expression unique d’un individu unique » (Boyer Labrouche, 2000, 1999), comme voie d’accès privilégiée à la « vérité » du sujet indicible à travers « les mots des autres ». C’est là l’effet « magique » de l’intermédiaire artistique : rendre possible le partage, sans la médiation du commun, de ce que l’on possède de plus singulier et de plus « incommunicable ».

33La fonction du medium artistique est donc bien celle d’un intermédiaire, souvent même nommé « médiateur ». Selon les conceptions, ce tiers technique dont nous nous sommes attachée à décrire la spécificité opère à deux niveaux : sur le plan de la relation qui unit le patient à lui-même, à son inconscient et à un second niveau, dans la relation qui unit le patient au thérapeute. Dans le premier cas, on parlera du medium artistique tel un « objet transitionnel », en référence à la pensée winnicotienne. Ce qui est en jeu alors, c’est la formation d’une relation substitutive objectale rendue possible au travers de cet objet transitionnel, cet objet « médiateur » qui se situe « entre » deux réalités en tension qu’il a pour fonction de « réconcilier » : celle de la réalité interne et externe, celle du dedans et du dehors. Ainsi, pour Liliane Goldsztaub, avec l’art-thérapie, on est dans une « "thérapie de médiation" […] permettant notamment la tradition d’une réécriture intérieure des évènements vécus ; permettant, à partir d’une série de transformations, d’aller d’une figure du fait brut à une autre figure de sa représentation symbolique » (Goldsztaub, 2009, p. 13). La conception de la médiation est donc ici celle d’un objet intermédiaire « régulateur » qui permettrait de supporter les tensions ; il se glisse entre deux pôles distincts qu’il a pour fonction de rapprocher, de concilier.

34Dans la seconde conception, le mécanisme de la « médiation » par l’objet artistique est expliqué en référence au courant des psychothérapies dites « médiatisées » :

« L’adjectif médiatisé renvoie à la notion d’intermédiaire. Les psychothérapies médiatisées se définissent donc comme une méthode indirecte de traitement […]. Les objectifs sont indirects, car la finalité n’est pas de traiter un symptôme ciblé comme dans les programmes du comportementalisme mais d’obtenir la suppression par le détour d’un autre projet, qui est l’exploration et la reconnaissance de soi-même à l’occasion de la participation dans un dispositif qui ne le prend plus en compte » (Granier cité par Moron, Roux & Sudres, 2003, p. 220).

35La notion centrale qui permet dans cette tradition de penser l’effet de la médiation est celle du « détour », du traitement indirect. L’objet médiateur est donc plutôt ici ce qui vient s’insérer dans la relation unissant soignant et soigné : l’objet artistique est ce qui permet de sortir du face à face, de la confrontation directe avec le patient et ses symptômes.

36Transformation d’un côté, détour de l’autre, mais le sens donné à ces différentes modalités d’action reste inchangé : la guérison. L’art-thérapeute est donc missionné par le pouvoir psychiatrique tel un soignant dont la spécificité est d’utiliser un intermédiaire, l’objet artistique.

Le tiers humain

37Cette vision de l’art comme intermédiaire, abondamment développée dans la littérature, nous intéresse finalement peu dans le cadre de cet article puisqu’elle réfléchit uniquement son « utilisation » (comment on s’en sert ?, dimension « fonctionelle ») et non ses « usages » (qu’est-ce qui se joue ?, dimension « symbolique ») (Jeanneret, 2010). Elle insiste sur la spécificité de l’outil et néglige celle du travail du « tiers humain », du professionnel « art-thérapeute » sur lequel nous nous focalisons ici. On trouve bien sûr quelques conceptions de l’art-thérapeute comme « médiateur » mais d’une part, elles sont marginales par rapport à celles consacrées à l’objet artistique, d’autre part, elles se limitent à désigner deux schémas d’interaction : celui qui unit le patient à son « monde interne » et celui qui l’unit au thérapeute.

38Or c’est à un tout autre niveau de l’interaction que la spécificité de la fonction d’intermédiaire de l’art-thérapeute se joue selon nous. À la lumière des propos recueillis auprès des deux psychiatres enquêtés (étant donné leur faible représentativité, il va de soi que les hypothèses sont proposées ici à titre heuristique même si elles trouvent un écho, nous le verrons plus bas, chez certains praticiens), il apparait en effet que ce qui caractérise la fonction médiatrice de l’art-thérapeute c’est le rôle d’intermédiaire qu’il joue « entre » le patient et le monde médical en général. Examinons quelques extraits de ces deux entretiens :

« L’art et la guérison… je ne sais vraiment pas si on peut relier ces deux choses-là. Mais par contre, ce dont je suis sûr, c’est qu’il y a un avantage au contact du monde artistique qui est la tolérance […] C’est un monde où on peut être différent, où il existe une certaine tolérance » (Médecin psychiatre, Centre psychiatrique Sint Alexius, Bruxelles, 29/02/2008).

« Les personnes qui sont les plus justes ne sont pas celles qui connaissent précisément la pathologie de chaque patient mais qui ont avec eux un rapport d’écoute et d’attention à ce qui se passe dans l’instant. […] Écoute de ce qui est là, en face de moi […] C’est une question de compétence "humaine", pas de savoir de type "psy" […] On s’est promis d’un jour écrire un livre là-dessus, sur le côté "que artistique", à ne pas mélanger épistémologiquement avec le volet thérapeutique » (Médecin psychiatre, Centre Antonin Artaud, Bruxelles, 04/07/2008).

39L’analyse de ces propos révèle une autre vision de « l’art-thérapie » qui apparaît dès lors comme une discipline polarisée entre un volet à finalité « thérapeutique » et un volet à finalité « artistique ». En effet, on peut déceler dans les discours de ces deux psychiatres une volonté de dégager le travail des art-thérapeutes de la mission « thérapeutique » dévolue au monde soignant. Ce dont il est question ici, c’est de tracer les contours de leur autonomie par rapport au travail médical et d’y inscrire, précisément, la spécificité de leur intervention.

40Mais pour décrire les enjeux de cette nouvelle « mission », à la fois portée par le tiers humain et à la finalité non thérapeutique, il faut au préalable préciser les contenus de l’implication de ces deux psychiatres qui, rappelons-le, est marginale sur le terrain de l’art-thérapie. Pour le premier, il n’est pas question d’organiser des ateliers « d’art-thérapie » proprement dits, mais simplement de laisser le temps et l’espace, à ceux des patients qui le désirent, de s’adonner, de façon autonome donc, à la pratique artistique au sein de l’hôpital psychiatrique. Quelquefois, des ateliers collectifs animés par des artistes sont organisés mais c’est chose rare. C’est à un tout autre niveau qu’il perçoit la spécificité de son intervention : celui du soutien à la diffusion des œuvres :

« Je suis devenu psychiatre un peu par hasard. J’ai commencé en 1995 […]. J’ai toujours été intéressé par l’art et j’ai souvent participé à des projets artistiques. Donc, je me suis assez naturellement intéressé à la créativité de mes patients mais sans aucun but thérapeutique. J’étais frappé par la richesse de ce qu’ils faisaient. Je pense que j’ai un rôle à jouer qui n’est pas exclusivement un rôle thérapeutique : je peux aussi aider les gens à se développer dans ce domaine. Par le fait qu’ils sont malades, ils ont plus difficile que d’autres à faire carrière : à se présenter dans des galeries d’art, être présent le jour du vernissage, etc. […]. Par exemple, j’ai organisé des expositions avec le travail de ces gens mais ce n’est pas quelque chose d’organisé à l’hôpital, par l’hôpital. Ce sont des patients qui travaillent en individuel ; on leur fournit juste le temps et l’espace. […] Et puis, on commence à essayer d’éditer des livres aussi […]. On essaie de ne pas faire référence à la psychiatrie » (Médecin psychiatre, Centre psychiatrique Sint Alexius, Bruxelles, 29/02/2008).

41Son engagement dans la pratique artistique des artistes-patients (qui ne sont d’ailleurs pas nécessairement tous ses patients) ne se fait donc pas dans une perspective « thérapeutique ». Au contraire, c’est la spécificité de la perspective artistique qui est à ses yeux intéressante en ce qu’elle propose (cf. premier extrait d’entretien) un autre système de valeur. Tandis que le monde médical est fondé sur la distinction entre le « normal et le pathologique », pour les artistes, comme Howard Becker par exemple l’a décrit dans Outsider, l’anormalité, la marginalité, est quelque chose qui est fièrement revendiqué, qui fait partie des « valeurs » de la profession. Cet autre système de valeur mis en œuvre au sein de l’institution psychiatrique, est ce qui permet d’être « réflexif » sur le cadre médical dominant c’est-à-dire d’amener non seulement le patient mais aussi le personnel médical a percevoir le malade en dehors du « rôle » qui lui est imposé par l’institution. Plus largement, il peut inciter soignés comme soignants, à percevoir les « personnes » derrière les « rôles » (Goffman, 1991).

42Pour le second psychiatre, l’implication dans la pratique de « l’art-thérapie » est davantage revendiquée : directeur d’un centre de jour organisant uniquement des activités artistiques, il anime un « groupe de parole » mais laisse aux artistes la responsabilité de leurs ateliers. La qualification artistique des animateurs étant, à ses yeux, essentielle :

« Pour moi, il n’est pas nécessaire d’avoir une formation spécifique en « art-thérapie » mais il est important d’être un artiste engagé dans un travail artistique personnel. Ce savoir artistique est important car il s’agit de proposer sa propre technicité à des personnes particulières […]. En revanche, tous les artistes participent à la réunion d’équipe du mardi et là, on va s’appuyer sur leurs compétences humaines […] Les gens qui sont les plus justes ne sont pas forcément ceux qui ont acquis des connaissances en psychothérapie » (Médecin psychiatre, Centre Antonin Artaud, Bruxelles., 04/07/2008).

43Les artistes animateurs d’ateliers sont donc « missionnés » par ce psychiatre tel des intermédiaires – « extérieurs » au monde soignant – entre équipe médicale et patient. Ce qui l’intéresse c’est leur regard « neuf » sur les patients et leur « fraicheur d’écoute ». Il travaille dans la perspective de créer ce qu’il appelle des « rapports de réceptivité artistique » avec les patients dans lesquels on n’est plus en contact avec la personnalité (et ses problèmes) mais avec l’œuvre créée.

Médiation thérapeutique et médiation institutionnelle

44Du tiers technique et thérapeutique au tiers humain et artistique, on est passé d’une figure à l’autre de la médiation. Dans son article Les Usages du tiers dans la négociation, Élisabeth Volckrick distingue trois formes de tiers à l’œuvre dans les processus de médiation professionnels (juridiques, familiaux, scolaires, etc.) : le tiers « empirique », le tiers « généralisé » et le tiers « réflexif » auxquels elle fait correspondre trois types d’interactions : une interaction à configurations « ajustées », « où le pouvoir de contrainte est lié à un ou des acteurs concrets » (Volckrick, 2010, p. 132), une interaction à configurations « normées », où « l’obligatoriété de la norme ne peut plus être fondée sur des volontés individuelles [mais] devient un phénomène collectif […]. La contrainte morale est liée à un engagement moral c’est-à-dire à la conscience d’une obligatoriété valable pour toute personne se trouvant dans la même situation » (Ibid.) et une interaction à configurations « réflexives » dans laquelle « il s’agit de s’interroger sur les cadres normatifs qui ont structuré les processus de construction des situations problématiques. Ceci suppose la prise de conscience du caractère contingent des cadres normatifs et nécessite un rapport réflexif à soi et au collectif » (Ibid.).

45Ce sont surtout les deux dernières formes du « tiers » que nous allons mobiliser pour notre analyse en les mettant dès à présent en perspective avec les deux missions d’intermédiaires précédemment identifiées : au « tiers généralisé » correspond le recours au « tiers technique et thérapeutique ». Il se caractérise par une attitude de « confirmation » (Boltanski, 2009) du cadre normatif médical par les professionnels : c’est la logique de l’institution soignante qui prime, qui régit les interactions et les interprétations. L’objectif de « guérison » s’applique à tous, tel une « règle » ; il a force de « norme ». L’usage du tiers humain et artistique renverrait quant à lui à une attitude « critique » (Boltanski , 2009) porteuse d’« incertitude » sur les références normatives institutionnelles et en particulier sur le caractère statique des rôles de soignés et de soignants. Il conduit à la prise de conscience de leur contingence. On cherche dès lors à activer le « tiers réflexif » décrit par Élisabeth Volckrick :

« Ce sont les parties elles-mêmes qui construisent en situation les propres normes de leurs interactions. Ce qui est proposé par le médiateur est une sorte d’accompagnement. Il accompagne les parties dans leur recherche de mise en sens des situations conflictuelles ou problématiques vécues, qui débouche progressivement sur des normes partagées et consenties. Le médiateur active le tiers réflexif. […] La mise à la discussion du contenu des cadres normatifs qui ont structuré les processus de construction de la situation problématique ou conflictuelle ne peut se faire que si les parties prennent conscience du caractère contingent des normes. C’est l’activation du tiers réflexif qui fait passer de la contingence des normes à la nécessité de la discussion » (Volckrick, 2010).

46Avec la polarisation de l’art-thérapie entre deux foyers, l’un thérapeutique, l’autre artistique, on se retrouve, in fine, à désigner deux fonctions bien distinctes pour ces intermédiaires : tandis que dans un cas, on est dans une médiation thérapeutique où il s’agit d’utiliser l’art comme médiateur à la psychothérapie, dans l’autre on serait plutôt dans une médiation que l’on nommera « institutionnelle » au sens où les actions des intermédiaires « humains et artistiques » ont pour but de mettre en discussion les normes qui sont imposées par le cadre psychiatrique. Reste maintenant à observer la façon dont ces différentes fonctions de médiation – thérapeutique et dominante (littérature) ; institutionnelle et marginale (enquête) – identifiées par les psychiatres commanditaires de l’art-thérapie, se retrouvent dans le vécu des travailleurs.

Les identités professionnelles

47Nous avons examiné de quelle façon les psychiatres ancrent la finalité et la mise en œuvre du travail des art-thérapeutes au sein du projet institutionnel qui est le projet thérapeutique. Il faut à présent examiner la façon dont ce travail prescrit est interprété par les professionnels de terrain auprès desquels nous avons enquêté. En suivant les analyses de Marie-Anne Dujarier, nous allons étudier les écarts qui peuvent exister entre « travail prescrit » et « travail réel » (Dujarier, 2006). Dans son sillage, il s’agira alors d’examiner non seulement les conceptions subjectives de la prescription, mais aussi ce qu’elle appelle ses « renormalisations » successives :

« Ils reçoivent ces prescriptions multiples et sophistiquées qui les informent sur le service à accomplir, avec quelles attentes de résultats (qualitatifs, économiques, sociaux…), dans quelles conditions matérielles et normatives et avec quelles méthodes. Les équipes opérationnelles vont réaliser un travail d’organisation local, visant à construire un fonctionnement « qui marche », en acte. Ce travail de renormalisation collective de la prescription est abondamment décrit dans la littérature sociologique. Il est de nature opérationnelle. Il constitue un cadre prescriptif renouvelé pour l’individu, qui travaille sous le regard – effectif ou imaginaire – de son équipe et de ses pairs, auteurs de ce travail d’organisation » (Ibid.).

  • 21 « Elle concerne tous les accommodements avec soi-même, son corps, son langage, ses mouvements, ses (...)
  • 22 « Une activité de coproduction de la prestation (Whitaker, 1980 ; Eigler & Langeard, 1987). Dans ce (...)

48Le terme de « renormalisation » nous intéresse particulièrement en ce qu’il met l’accent sur le cadre normatif imposé par l’institution psychiatrique et sur les multiples possibilités, pour les travailleurs, de le réinterpréter. Contrairement à d’autres métiers remplissant des fonctions d’intermédiaires tels les CJR décrits par Christophe Dubois (2011) ou les médiateurs sociaux (Bathélémy, 2011 ou Divay, 2010), la mission dévolue aux art-thérapeutes est loin d’être « floue » et ne nécessite pas « des opérations de transformation d’inventions politiques relativement vagues et floues en contenus empiriques pouvant leur donner sens » (Dubois & Vrancken, 2014) . La finalité comme les moyens à mettre en oeuvre étant clairement définis, c’est bien le travail de « renormalisation » de la mission qui leur est conféré qui va nous intéresser et que l’on va aborder à un triple niveau : collectif (niveau intra et interprofessionnel), personnel (activité « d’élaboration par le sujet de sa propre tâche » [Leplat, 1997, p. 16]) 21 mais aussi dans ses interactions avec le patient 22.

Quatre formes identitaires

49De notre enquête auprès des art-thérapeutes belges, il est ressorti le portrait d’un groupe professionnel « disséminé » dans ses caractéristiques (formation, dénomination, collaboration, appartenance institutionnelle) mais aussi dans ses visions subjectives du métier. À partir de cette pluralité des conceptions de l’activité coexistant au sein du même groupe de travailleurs, nous avons tenté d’élaborer un modèle permettant de caractériser les différents courants qui le segmentent.

Tableau 7

Orientations/statuts

Projet thérapeutique

Projet artistique

Personnel soignant

L’art comme outil psychothérapeutique

Des rapports esthétiques avec les patients

Personnel non soignant

L’art guérisseur en soi

L’art pour l’art en psychiatrie

50C’est la notion de « mixte stratégico identitaire » développée par Olgierd Kuty qui nous a inspiré ce tableau (Kuty, 1998, p. 298). Sa modélisation des identités professionnelles est riche au sens où elle permet de croiser deux variables rarement associées de façon simultanée : une variable statique et objective, celle du statut professionnel ; l’autre davantage souple et subjective, celle de ce qu’il appelle « l’orientation » professionnelle. D’un côté, on pense donc l’identité telle qu’elle est définie par le « système » (au sens crozérien) qui est une identité fixe et qui dépend de la qualification. Dans l’univers très hiérarchisé de l’hôpital, nous avons vu en effet que c’est avant tout la qualification scolaire qui détermine le statut – personnel soignant ou non – la classification, des travailleurs. Cette identité est donc héritée, liée au passé – « elle est la conséquence de variables antérieures et extérieures à l’action » et sera, précise Olgierd Kuty, acceptée ou non par le travailleur : elle agit comme une contrainte qui prédétermine, sans déterminer pour autant, les comportements. De l’autre côté, avec la seconde variable, Olgierd Kuty prend en compte un autre aspect de la forme identitaire qui a à voir avec le « projet », l’ »orientation » du travailleur et qui peut se définir en continuité ou en rupture avec l’identité précédente héritée. La référence ici est celle d’un futur qui se dégage de la structure formelle, du « système » où la définition des rôles et des fonctions est claire. Avec cette modélisation nous évitons donc l’écueil qui consisterait à penser par exemple que tout psychologue travaillerait dans une perspective thérapeutique tandis que seuls les artistes seraient les garants des objectifs artistiques. Olgierd Kuty démontre qu’une identité se définit aussi, par-delà le système, en référence à une « communauté de projet », une finalité, une intention qui se construit dans « l’action en cours ». On touche alors à la question de l’engagement subjectif de chacun et à la valeur symbolique qu’il attribue à son action.

51Dans cette perspective, nous allons décrire à présent les différents courants identitaires qui segmentent les professionnels. Il va s’agir d’en préciser les contenus en les illustrant au travers de quatre cas représentatifs.

L’art comme outil psychothérapeutique

  • 23 Institut pour la recherche et l’association des médiateurs de l’expression.
  • 24 Centre de revalidation fonctionnelle.
  • 25 Association interrégionale de guidance et de santé.

52Nathalie est logopède de formation mais aussi artiste amateur, même si pour elle « artiste, c’est un bien grand mot. Je dirais plutôt que je peins avec de l’aquarelle, de l’acrilyque, etc. ». C’est son intérêt pour la pratique artistique qui l’a poussée, alors qu’elle travaillait avec des enfants en tant que logopède, à suivre une formation en art-thérapie à l’I.R.A.M.E. 23 (Bruxelles). En 2005, elle est engagée dans un C.R.F 24 de la région liégeoise dans l’objectif d’animer les ateliers artistiques destinés aux adultes. Sa formation d’art-thérapeute est, selon elle, essentielle dans l’attribution de sa nouvelle fonction : « On ne peut pas s’improviser comme ça. Il faut avoir des objectifs bien précis. On ne peut pas faire des ateliers n’importe comment ». La dénomination précise de son statut n’est cependant pas celle « d’art-thérapeute » mais de «  monitrice d’autonomie », une appellation institutionnelle partagée au sein des différents C.R.F. L’objectif du centre est en effet la « réinsertion sociale et/ou professionnelle : « cela ne veut pas dire que les patients qui entrent ici vont trouver un emploi tout de suite mais ce qu’on vise, c’est de leur donner des outils : suivre une formation par exemple, parfois réintégrer un travail mais cela peut être tout simplement aussi, se réinsérer dans une activité sociale de "loisir" ». Parallèlement aux activités qui incombent à son statut de « monitrice d’autonomie » (« apprendre aux patients à (re)trouver une autonomie : gérer ses comptes, le repas, le linge etc. »), elle anime deux types d’ateliers artistiques : des ateliers artistiques dits « de créativité » (trois séances par semaine) et un atelier « d’art-thérapie » (une séance par semaine) coanimé avec la psychologue de l’équipe. Tandis que l’objectif des premiers est d’« apprendre une technique artistique et de donner un élan aux patients pour suivre un atelier artistique « en extérieur », qu’ils pourraient continuer à fréquenter à la fin de leur prise en charge », le but du second relève plus clairement de la psychothérapie car là, « l’art agit comme un provocateur d’expression. Peu importe que ce soit beau, on n’est pas dans la recherche d’une performance et c’est quelque chose qui est toujours rappelé en début de séance. D’ailleurs, ce ne sont pas nécessairement les mêmes personnes qui viennent dans les deux types d’ateliers ». Ce qui distingue encore les productions artistiques des deux types d’ateliers, c’est leur destination : tandis que les travaux effectués dans les premiers sont laissés à la libre disposition du patient et parfois exposés (les différents C.R.F. disposent d’une galerie gérée par l’A.I.G.S. 25 dont ils font partie), les seconds ne sont « jamais exposés, jamais montrés car ils renferment une certaine confidentialité [...]. On en fait un archivage photographique et on les insère dans le dossier des patients, accompagnées des commentaires de chacun ». Ces œuvres-là sont donc considérées comme faisant partie intégrante de la thérapie du patient et discutées en réunion d’équipe.

53Avec Nathalie, on le voit, on s’inscrit clairement dans l’usage de l’art comme outil psychothérapeutique. Ce qui fait de son témoignage un « beau cas » c’est que les vertus thérapeutiques de l’art y sont mobilisées de façon double : une première consiste à utiliser la pratique artistique comme un vecteur de réinsertion sociale tandis que l’autre se fonde sur le pouvoir expressif du langage artistique. L’« orientation » thérapeutique qu’elle confère à son travail s’inscrit dans la logique institutionnelle (psychiatrie de réseau) au sein de laquelle elle exerce et se confirme aussi par son statut et sa formation initiale dans le domaine soignant. Avec cette tendance, la « mission » thérapeutique conférée par les psychiatres (littérature), aux « art-thérapeutes » est acceptée et revendiquée comme gage de professionnalisme : la qualification soignante apparait comme le garant du bon déroulement des ateliers et est même doublée par la pratique de la coanimation avec le psychologue de l’équipe.

L’art guérisseur en soi

54Laure dispense, depuis 1992, des cours de dessin à des adolescents hospitalisés dans les services psychiatriques de deux hôpitaux généraux bruxellois. Elle a été engagée en tant que professeure de dessin par la Ville de Bruxelles et a dû suivre, dès son entrée en fonction, une année supplémentaire de pédagogie. Elle possède initialement une solide formation artistique pluridisciplinaire (graduat en gravure, sculpture puis des licences en sérigraphie à La Cambre). À ses qualifications multiples, elle oppose dès le départ les restrictions techniques imposées par le contexte institutionnel :

« Le problème, avec la sérigraphie, ce sont les odeurs et en hôpital, c’est quelque chose de très gênant, ce serait difficilement accepté je pense… il y a des consultations dans le couloir juste à côté. Et puis avec la gravure, il y a le danger que représentent les instruments. […] On craint qu’un adolescent ne s’en serve contre lui-même alors… c’est interdit aussi ».

55Elle travaille à mi-temps et présente cela comme un choix : « j’ai compris que c’était important de continuer à me consacrer à mon propre travail artistique de façon à ne pas me projeter dans celui des adolescents ». Le milieu psychiatrique dans lequel elle travaille l’a également conduite à « se payer une supervision à son compte » :

« J’ai été voir une psy pour ne pas faire de bêtises mais aussi pour ne pas me faire marcher sur les pieds […] Ça m’a aidée à définir mon rôle et ses limites. Souvent, dans ce milieu, il y a des confusions de rôles : tout le monde est un peu "psy" et avec de l’expérience, tu as l’impression de tout savoir aussi bien que les médecins. Je ne voulais pas dépasser mon rôle et en connaissant bien ses limites, je peux me permettre plein de liberté. Pour être bien avec les ados, il faut savoir ce que l’on fait, ne pas mélanger ».

56Les exercices qu’elle propose sont soit collectifs, soit individuels. Les premiers visent en général à réaliser des fresques thématiques composées de plusieurs panneaux dans lesquels différents élèves interviennent avec des engagements divers. Dans les exercices individuels, Laure propose une multitude de techniques (peinture, feutre, pastel sec, gras, crayon, aquarelle, collage, etc.) et fournit des idées d’exercices à ceux qui sont demandeurs. Les adolescents participent à l’atelier sur prescription médicale, le cours est inscrit dans leur programme hebdomadaire. Laure, en tant que professeure de dessin, ne participe pas aux réunions de l’équipe soignante ; ses contacts avec le monde médical sont rares et « ça m’arrange bien ».

57La visée qu’elle donne à son atelier est, d’un premier abord, fondée sur des exigences « artistiques » :

« Je ne me considère pas comme une art-thérapeute car je ne suis pas art-thérapeute mais artiste c’est-à-dire que pour moi, c’est le résultat esthétique qui compte. […] Je ne veux pas qu’ils viennent à mon cours comme on vient en thérapie occupationnelle. Je veux une dynamique, je veux qu’ils se disent "on attend quelque chose de moi, quelque chose d’autre qu’un bête petit dessin". Je suis moi-même une artiste et dans mon travail personnel, je cherche à obtenir un résultat qui me plaît ; j’attends d’eux la même implication dans leur travail, je souhaite qu’ils réfléchissent, qu’ils prennent ça au sérieux ».

58Pas question pour autant d’attendre des adolescents qu’ils deviennent « des artistes », ce qui lui importe, c’est de « faire quelque chose qui leur fasse plaisir, dont ils sortent contents, un peu grandis ».

59Dans ce premier cadre, sa réponse à notre question dont le libellé était : « existe-il selon vous un lien entre les ateliers artistiques et le processus de guérison ? Pensez-vous que l’art puisse jouer un rôle dans le mieux-être d’un patient ? », nous a surpise : « Oui, je pense que l’art en soi est réellement thérapeutique, depuis toujours. Je travaille dans des hôpitaux médicamenteux mais je suis convaincue que oui. L’art permet de se trouver et de communiquer […]. Pour moi c’est l’art en soi qui est thérapeutique ». Elle nous confia plus tard (c’est auprès d’elle que nous avons effectué un terrain ethnographique de six mois) que sa visée thérapeutique, c’est à son expérience de soignée qu’elle la doit : « L’art, je sais que c’est vrai : ça sauve. Et c’est pour ça que je continue. […] Le fait de refuser que ce soit occupationnel donne un sens, pour eux comme pour moi : je ne les prends pas pour des idiots mais pour des gens comme moi et j’essaie de trouver ce qu’il y a de mieux à faire pour chacun, ça c’est le point de départ ». Ou encore : « Ce n’est pas parce que tu es dans la folie, à un moment de ta vie, que tu vas rester figé là-dedans. Je le sais parce que ça m’est arrivé et puis je le vois tous les jours avec les adolescents ». On comprend donc que même si elle donne à son travail une visée thérapeutique, elle est loin de l’inscrire dans des rapports du type soignants-soignés. Son empathie pour les patients est un des traits caractéristiques de son travail.

60Avec Laure, on s’inscrit donc dans un autre type de pratique de « l’art-thérapie » (rappelons qu’elle réfute l’appellation) : il ne s’agit pas du tout d’utiliser l’art comme un outil qui va venir « au secours » de la thérapie verbale puisqu’on voit très clairement au travers de ses propos qu’elle inscrit son activité en marge de l’activité de soin : non seulement par sa formation, par son statut (qui n’implique a priori pas de contact avec le monde médical) mais aussi par son exigence première artistique. On a pu observer cependant qu’elle confère bel et bien, comme « par surcroît » un caractère thérapeutique au travail artistique mais ce pouvoir, l’art le possède « en soi » et n’a rien à voir avec la thérapie telle qu’elle est pratiquée au sein des services psychiatriques hospitaliers. Elle l’a expérimentée elle-même en tant qu’« auto soignée » par l’art. C’est cette expérience personnelle qui la guide dans son travail avec les adolescents.

Des rapports esthétiques avec les patients

61Le troisième cas que nous allons présenter est un de ceux que nous avons déjà évoqués ci-dessus : il s’agit d’un des deux psychiatres « missionnant » les art-thérapeutes en tant qu’ils sont des tiers humains et « non thérapeutiques ». Frederick est néerlandophone, médecin psychiatre dans un hôpital universitaire ainsi que directeur d’une clinique psychiatrique dans la région bruxelloise. Parce que nous avons déjà exposé en partie son parcours et sa vision, nous allons présenter ici la situation particulière d’entretien à laquelle sa rencontre nous a confrontée. Il s’agissait du quatrième entretien que nous menions et sur le moment, il nous est apparu tel un entretien « manqué » puisqu’avec Frederick, notre guide d’entretien s’est révélé rapidement obsolète.

62À la question de l’organisation des ateliers d’art-thérapie dans son institution, nous étions déjà déconcertée par sa réponse puisqu’il nous a expliqué qu’ils n’organisaient pas vraiment d’ateliers artistiques, mais qu’ils laissaient simplement le temps et l’espace et les moyens matériels aussi à ceux qui le désiraient de s’adonner, de façon autonome donc, à la pratique artistique au sein de l’hôpital. Son rôle à lui, nous l’avons dit, il l’inscrit plutôt dans l’aide apportée à ces « patients-artistes », qui travaillaient de façon autonome, à diffuser leur travail auprès de galeries – en réseau outsider ou non selon leurs souhaits – et aussi une aide à l’édition de livres sur leur œuvre.

63Sa réponse qui nous a le plus déstabilisée fut celle relative à notre question sur les liens entre l’art et le processus thérapeutique : « Je ne sais pas […]. Je ne sais vraiment pas si on peut relier ces deux choses-là ». Frederick était le premier psychiatre que nous rencontrions et nous nous attendions à ce qu’il ait un point de vue très étayé sur cet aspect. Or, il n’en était rien et après avoir tenté de reformuler la question, nous avons compris que cette orientation « thérapeutique » ne l’intéressait tout simplement pas. Nous avons alors lâché notre guide d’entretien pour le laisser nous présenter, pendant près de deux heures, les œuvres de certains de ses patients, soit sous forme de livres qui avaient été édités soit sur son ordinateur, sous forme de diaporama. Il les commentait avec passion, d’un point de vue esthétique mais aussi biographique, donc en lien avec la vie de l’artiste et forcément parfois aussi de sa maladie, ou du moins de l’apparition de la maladie :

« Il y a une mythologie qui existe autour de la création et de la folie et qui est vraie : il y a des artistes fous et des patients psychiatriques qui sont plus créatifs que les autres, qui ont quelque chose de visionnaire. Parfois c’est le cas mais parfois aussi, c’est le contraire car on est peu libre dans la maladie. Ce sont des questions qui me hantent et j’éprouve un grand intérêt de pouvoir en discuter avec les patients ».

64Ce que nous avons compris en retravaillant cet entretien « manqué » avec Frederick, c’est qu’il y avait dans l’utilisation de l’art en psychiatrie, un objectif tout autre que celui de la thérapie, que celui de la guérison. Nous l’avons appelé, en reprenant les termes du second psychiatre rencontré, l’orientation des « rapports esthétiques avec les patients ». Il y est question, pour un membre du personnel soignant, d’établir d’autres relations que celles unissant habituellement soignants et soignés. Par le biais de l’art en effet, quelque chose d’important se joue au niveau de la relation : on entre dans des rapports différents, non déterminés par le « système » et qui unissent alors, du moins dans le cas de cet entretien, un homme intéressé par l’art à un artiste, à quelqu’un qu’il considère comme un artiste.

« L’art pour l’art » en psychiatrie

65Maud est animatrice d’atelier dans un centre de revalidation psychosociale de la région liégeoise :

  • 26 Service public de l’emploi et de la formation en Wallonie.

« Ici, le projet, c’est l’insertion sociale. Les gens nous sont envoyés d’un peu partout : le Forem 26, les hôpitaux, etc. On ne travaille pas sur diagnostic mais on mélange tout le monde […]. On fonctionne au cas par cas et on cherche surtout ce qu’aime la personne. C’est une dynamique "intensive" sur la personne doublée d’une dynamique extensive parce qu’on travaille en réseau avec d’autres centres thérapeutiques mais aussi des centres culturels par exemple […]. Un tas d’institutions de notre réseau sont non psychiatriques ».

66Son parcours est un peu atypique : romaniste de formation, elle a repris des cours du soir en peinture. C’est là qu’elle a rencontré le psychologue du centre : « à l’époque, ils cherchaient à recruter un artiste pour animer les ateliers et il m’a incitée à postuler ». Elle fut engagée à mi-temps et elle présente, comme Laure, ce temps partiel comme un choix qui lui permet de se consacrer à son travail artistique personnel.

« Selon moi, pour faire ce travail, il était vraiment nécessaire d’avoir une formation artistique. Je n’avais aucune formation dans le domaine de la psychologie et pourtant ça a été, j’ai de bons contacts avec les patients. Finalement, je pense même que c’est préférable de ne pas avoir fait la psychologie car on a un regard plus frais sur les productions artistiques des patients. […] En plus, j’avais déjà animé des ateliers en dehors d’ici ».

67Aujourd’hui elle anime trois ateliers par semaine. Au départ, elle animait en collaboration avec le psychologue de l’équipe (« c’était plus pour voir comment ça allait se passer avec les patients, s’ils allaient m’accepter, etc. ») mais maintenant, elle en assume seule la responsabilité. Ses contacts avec le monde soignant au sein du centre sont plutôt détendus :

  • 27 Institut national d’assurance maladie-invalidité.

« ici, il y a un psychiatre, mais bon, il est vraiment cool […]. Il travaille en Suisse aussi donc on le voit, genre, quelques jours par mois […]. Il vient signer les papiers pour les admissions afin qu’on puisse avoir les subsides parce qu’en tant que centre psychosocial on est subventionné par l’I.N.A.M.I. 27 et la participation des patients est soumise à la prescription médicale ».

68La tutelle psychiatrique est perçue ici comme une aide à l’obtention de moyens (financiers) visant au bon déroulement des ateliers plus que comme une contrainte qui oriente l’activité. Son travail avec les patients, elle l’inscrit d’ailleurs clairement en marge de toute intention thérapeutique :

« Je travaille dans l’image comme signe : j’analyse comment elle marche et dans cette analyse, il y a une mise à distance. Je discute avec eux de leur travail et on ne parle pas de la maladie sauf si, vraiment, ça a un sens pour eux. Je leur parle de leurs images comme images construites, je fais référence à d’autres artistes ("ça me fait penser à ça"), ce qui les intègre dans autre chose, dans une suite ».

69Avec Maud, on est typiquement dans une pratique de « l’art pour l’art en psychiatrie », courant que nous avons nommé ainsi en référence au mouvement parnassien qui s’insurgeait contre la volonté d’attribuer une utilité (sociale, politique etc.) à l’art et en revendiquait l’autonomie par la seule quête de la beauté. C’est « l’art brut » qui intéresse Maud davantage que « l’art thérapie », la qualité des productions artistiques plutôt que leurs retombées psychologiques.

70L’examen de ces différents « cas » révèle qu’à partir de la « mission » structurante psychiatrique (littérature), une multitude de « renormalisations » (Dujarier, 2006) sont effectuées par les professionnels de terrain. Il est temps d’en examiner, pour conclure, les enjeux en terme de « professionnalisation ».

La professionnalisation des art-thérapeutes

71Après avoir décrit les différentes visions qui segmentent les conceptions de l’activité des art-thérapeutes, on peut déceler deux voies distinctes dans les processus de professionnalisation qui sont liés aux rapports que les travailleurs entretiennent avec la hiérarchie médicale mais aussi aux relations qu’ils construisent avec les patients que l’on a jusqu’ici trop peu évoqués.

L’autonomie vs la dépendance

72Avec ceux que nous appelons par facilité rhétorique les « art-thérapeutes » (même si, on l’a vu, ils sont loin de partager cette appellation), on est face à un groupe professionnel segmenté entre deux formes de professionnalisme telles qu’elles ont été identifiées par Julia Evetts (Dubar, Tripier & Broussard, 2011, pp. 290-291) : celui qui nous semble dominant est le « professionnalisme organisationnel » qui repose sur la « substitution des valeurs organisationnelles aux valeurs professionnelles ». Selon cette voie, la reconnaissance fonctionne dans des rapports de dépendance par rapport aux employeurs, à la hiérarchie. C’est ce processus qui a été décrit par Fabienne Barthélémy dans son analyse des médiateurs sociaux acquérant une reconnaissance dans la « mission » qui leur est confiée par les assistants sociaux (se rendre au domicile des personnes en tant qu’ils sont plus « fusionnels » avec eux) (Barthélémy, 2011). Ce processus, on le retrouve à l’œuvre dans notre groupe avec les professionnels de la première tendance, se revendiquant de l’utilisation de l’art comme outil thérapeutique mais aussi avec certains membres (non illustrés) des deux autres tendances. Pour ceux-là, il est en effet évident que la reconnaissance provient du monde soignant et que ce sont les valeurs et les objectifs de l’institution psychiatrique qui priment. Il ne faudra cependant pas suivre Julia Evetts à la lettre en parlant de « substitution » puisque la discipline art-thérapeutique étant, par essence, polarisée entre deux visées, on parlera plutôt du « choix » du professionnel d’inscrire son activité dans le projet thérapeutique en mettant de côté les valeurs artistiques.

73La seconde voie décrite par Julia Evetts est celle d’un « professionnalisme professionnel » qui est fondé sur la reconnaissance interprofessionnelle, contrôlée par les pairs et qui défend des valeurs qui leur sont propres. Mais ici encore il faut pointer une particularité du groupe étudié puisque l’autonomie ne se revendique pas tant par la mise en avant de valeurs qui leur seraient propres que par le projet artistique défini comme projet « critique » et en quelque sorte « antipsychiatrique». C’est ce qu’ont illustré les cas de Laure, Frederick et Maud. Précisons aussi qu’étant dépourvus de dénomination et de formation commune, disposant de peu de collaborations intraprofessionnelles et étant pris dans des logiques institutionnelles très diverses (psychiatrie d’hôpital et de réseau), l’autonomie, même si elle est revendiquée, touche plutôt celle d’un acteur isolé que celle d’un collectif, dépourvu de nom, qui chercherait à se constituer.

Les rapports aux patients

74Les rapports que les art-thérapeutes entretiennent avec les patients et le type de reconnaissance qu’ils impliquent n’ont jusqu’ici pas été évoqués. Or Olgierd Kuty a bien montré que ces rapports aux patients étaient, au même titre que ceux qu’ils entretiennent avec leur hiérarchie, partie prenante de la construction identitaire du professionnel : « ce sont les orientations culturelles des médecins qui sont à l’origine des différences structurelles que nous relèverons dans la relation thérapeutique » (Kuty, 1975, p. 189). Il repère deux types de rapports possibles : les premiers obéissent à une « structure hiérarchique» et créent une relation asymétrique dans laquelle le professionnel soignant détient le savoir face à un patient ignorant et passif. Tandis que les seconds mettent en place une « structure égalitaire » basée sur des relations dites « affectives » avec les patients (Ibid., p. 199). Le fait que certains professionnels se refusent à considérer les patients comme des personnes « anormales » en préférant les considérer tels leurs semblables (« des gens comme moi » disait Laure) nous est en effet apparu comme le critère le plus déterminant dans l’orientation – thérapeutique ou « artistico-critique » – d’un professionnel. Au cours de notre enquête, on a en effet observé qu’un petit pourcentage (10%) de professionnels refusait de parler des participants de leurs ateliers selon les termes imposés par la nomenclature médicale. Le vocable de « patient » fait l’objet de vives critiques au sein de ce groupe : certains préfèrent par exemple parler de « personnes psychologiquement vulnérables qui sont intéressées de manière artistique » (art-thérapeute, centre de jour De Vinken, Anvers) ; tandis que d’autres lui substituent des termes comme celui « d’artiste » (« artiste avec une structure de personnalité psychotique », animateur d’atelier, Ateliers Artisit, Genk) ; ou encore ce responsable d’atelier qui, précisant « qu’ici, on ne donne pas de traitement » (Assistant social, centre de jour De Bolster, Courtrai), emploie le mot de « collaborateurs » (« medewerkers »).

Conclusion

75En tant que groupe professionnel « disséminé », les processus de professionnalisation des art-thérapeutes sont difficiles à appréhender. Nous avons vu que leur activité est structurée par une demande hiérarchique, émanant du monde médical, psychiatrique. Tandis que certains se définissent en conformité avec la « mission » qui leur est dévolue, d’autres choisissent la voie « critique » de l’autonomie. Cependant, dans notre perspective de construction de la professionnalisation via la « reconnaissance », il convient aussi de souligner l’importance des relations aux patients dans la définition des orientations des professionnels. Claude Dubar, Pierre Tripier et Valérie Broussard, à partir des travaux de Dominique Schnapper (2003), ont démontré que la reconnaissance se construisait aussi au travers de cette « mission » envers le destinataire qui peut se définir comme « relation vécue et unique avec autrui » (Dubar, Tripier & Broussard, 2011, p. 215). En définitive, il nous semble que c’est par ce biais que se polarisent le plus clairement les professionnels « art-thérapeutes » et les « anti art-thérapeutes ». Restera peut-être à trouver une dénomination commune à ces professionnels au projet critique dont la fonction « médiatrice » a été définie comme « institutionnelle » en ce qu’elle permet de mettre en discussion les normes qui président aux interactions. À l’heure où, en Belgique, les hôpitaux – généraux comme psychiatriques – développent de plus en plus des pratiques de « médiation » (devenue obligation légale depuis la loi de 2002 relative aux droits du patient), l’appellation de « médiateur artistique » présenterait au moins l’avantage de dissiper toute confusion sur leur orientation.

Haut de page

Bibliographie

Barthélémy F. (2011), « La dimension stratégique de la profession », dans Barthélémy F. (dir.), Sociologie de l’action organisée, Bruxelles, Éditions De Boeck.

Barthélémy F. (2009), « Médiateur social, une profession émergente ? », Revue française de sociologie, n° 50, pp. 287-314.

Becker H. S. (1985 [1963]), Outsiders, Étude de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métailié.

Boltanski L. (2009), De la Critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Éditions Gallimard.

Bourdieu P. & A. Darbel (1969 [1966]), L’Amour de l’art. Les musées d’art européens et leur public, Paris, Éditions de Minuit.

Broustra J. (2000), L’Abécédaire de l’expression. Psychiatrie et activité créatrice : l’atelier intérieur, Ramonville Saint-Agne, Éditions Érès.

Demazière D. & C. Gadea (2010), Sociologie des groupes professionnels, Paris, Éditions La Découverte.

De Munck J., Genard J.-L., Kuty O., Vrancken D., Delgoffe D., Donnay J.-Y., Moucheron M. & C. Macquet (2003), Santé mentale et citoyenneté. Les mutations d’un champ de l’action publique, Gent, Academia Press.

Divay S. (2010), « La médiation sociale : un nouveau métier plus de dix ans après son émergence ? » dans Demazière D. & C. Gadea (2010), Sociologie des groupes professionnels, Paris, Éditions La Découverte.

Dubar C., Tripier P., Broussard V. (2011), Sociologie des professions (3ème éd.), Paris, Éditions Armand-Colin.

Dubois C. (2011), « L’accompagnement psychosocial des détenus : entre gestion de risques et guidance » dans Barthélémy F. (dir.), Sociologie de l’action organisée, Bruxelles, Éditions De Boeck.

Dubois C. & D. Vrancken (2014), « Travail sur Soi et justice réparatrice : comptes rendus d’une mise en pratiques », Sociologie et sociétés, vol. 46, n° 1, pp. 249-273.

Dujarier M.-A. (2006), « La division sociale du travail d’organisation dans les services », Nouvelle revue de psychologie, n°1, pp. 129-136.

Evers A. (2010), Le Grand livre de l'art-thérapie, Paris, Éditions Eyrolles.

Fassin D. (2006), « Souffrir par le social, gouverner par l’écoute », Politix, n°73, pp. 137-157.

Florence J. (1997), Art et thérapie, liaison dangereuse, Bruxelles, Faculté universitaire Saint-Louis.

Forestier R., (2000), Tout savoir sur l’art thérapie, Lausanne, Éditions Favre.

Goffman E. (1968), Asiles, Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit.

Goffman E. (1991 [1974]), Les Cadres de l’expérience, Paris, Éditions de Minuit.

Goldsztaub L., (2009), Sociodrame et psychodrame analytiques. De l'art de jouer aux billes, Toulouse, Éditions Erès.

Jeanneret Y., (2009), « La relation entre médiation et usage dans les recherches en information-communication en France », RECIIS, n°3, pp. 81-90.

Klein J.-P. (2001 [1997]), L’Art-thérapie, Paris, Presses universitaires de France.

Kuty O. (1975), « Orientation culturelle et profession médicale. La relation thérapeutique dans les unités de rein artificiel et son environnement », Revue française de sociologie, vol. 16, n° 2, pp. 189-214.

Kuty O. (1998), La Négociation des valeurs. Introduction à la sociologie, Bruxelles, Éditions De Boeck.

Lesniewaska H.K., (2003), Alzheimer. Thérapie comportementale et art-thérapie en institution, Paris Éditions L'Harmattan.

Moron P., Roux G. & J.-L. Sudres (2003), Créativité et art-thérapie en psychiatrie, Paris Éditions Masson.

Rodriguez J. & G. Troll (2001 [1995]), L’Art-thérapie. Pratiques, techniques et concepts. Manuel alphabétique, Paris, Éditions Ellébore.

Vandeninden E. (2012), Approcher la médiation par ses usages professionnels. Le cas de l’art-thérapie, Thèse de doctorat, Université de Liège.

Volckrick E. (2009), « Les usages du tiers dans la négociation », Négociation, n° 12, pp. 135-148.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier pour leurs conseils avisés et leurs relectures attentives les membres du Centre de recherches et d’interventions sociologiques de l’Université de Liège et en particulier Messieurs Olgierd Kuty et Christophe Dubois. L’exploitation sociologique des données relatives à notre thèse de doctorat en Information et communication n’aurait pas été possible sans leur implication dans l’élaboration de cet article.

2 Dans les milieux de soins psychiatriques, les pratiques artistiques utilisées à des fins thérapeutiques, regroupées généralement sous le nom d'« art thérapie », suscitent un intérêt croissant. En témoignent l'émergence d'ateliers de ce type dans un grand nombre d'institutions spécialisées ainsi que la quantité de formations diverses (y compris universitaires) mises en place pour répondre à la demande de professionnels soucieux d’acquérir des outils spécifiques. Parallèlement, ces pratiques « art-thérapeutiques » ont fait l'objet de plusieurs publications d'envergure, mais aussi de nombreuses expositions. Des revues et des musées leur sont aujourd'hui entièrement dédiés. Cependant, « l’art-thérapie » reste un objet aux contours assez flous ; c’est, avant tout, une appellation qui suscite de nombreuses controverses : certains récusent le terme « art » en revendiquant des aspirations bien plus modestes (on parle alors par exemple d’« ateliers d’expression »), d’autres se refusent à employer le mot « thérapie » en contestant l’objectif de guérison qu’il induit. Définir l’« art-thérapie » est aussi une tâche complexe en raison de la grande hétérogénéité des pratiques liées à la combinaison possible de plusieurs paramètres : la catégorie de public visé (psychiatrie adulte ou pédopsychiatrie, gériatrie, soins palliatifs, assuétudes, etc.), la technique artistique privilégiée (arts plastiques, arts de la scène, etc.) ou encore le caractère individuel ou collectif de la prise en charge. Les pratiques varient également en fonction de la formation de l’art-thérapeute (artiste professionnel ou psychologue par exemple) et des obédiences dont il se réclame (psychanalyse, systémique, psychothérapie institutionnelle, etc.).

3 Les données présentées ici sont issues d’une enquête (entretiens semi-directifs [dix-huit] et questionnaires envoyés par mails et/ou courriers [42]) réalisée en 2009 auprès de 60 art-thérapeutes belges représentants 58 institutions distinctes. L’état des lieux dressé par cette enquête se veut exhaustif sur l’année 2009 puisque d’une part, toutes les institutions de santé mentale en Belgique ont été contactées, d’autre part, il a été demandé à chaque enquêté de préciser ses contacts dans le milieu qui ont été intégrés par effet « boule de neige ». Cette enquête ayant été réalisée dans le cadre de notre thèse de doctorat en Information et communication (portant sur la notion de « médiation » envisagée à travers le cas de l’art-thérapie), l’exploitation sociologique que nous en proposons ici n’était donc pas sa visée originaire.

4 Trois enquêtés n’appartenant à aucune des quatre catégories : une romaniste, un régent français/histoire, un ne revendiquant « aucune formation académique dans aucun des deux domaines mais de nombreux stages et pratiques » ; deux n’ayant pas répondu.

5 L’une est diplômée de l’Académie des Beaux-Arts (peinture), éducatrice spécialisée mais a aussi enrichi son parcours d’une formation complémentaire (deux ans) en art-thérapie (Belgique). L’autre est psychologue, a suivi des cours du soir en académie et une formation privée en art-thérapie, en Belgique également

6 Ce n’est pas le cas des formations hollandaises, frontalières, qui ont beaucoup de succès en Belgique. C’est ainsi que cinq praticiens néerlandophones sont partis se former aux Pays-Bas où l’on enseigne l’art-thérapie à un niveau équivalent au master (les Universités ou Hautes Écoles d’Utrecht, Zusten et Zeist sont citées ainsi que deux formations en « dramathérapie » dont ni les lieux ni les institutions n’ont été précisés). Parmi les formations étrangères, certaines françaises (Diplôme universitaire à Paris V et formation au « Centre d’étude de l’expression ») et une Luxembourgeoise (Diplôme postuniversitaire à l’Université du Luxembourg) sont également citées même si, dans ces pays non plus, le diplôme obtenu n’est pas « qualifiant ». Reste enfin sept praticiens qui se sont formés en Belgique : deux à la Provinciale Hogeschool Limburg (« creatief therapeut »), un à Artevelde Hogeschool de Gent (« creatief therapeut »), un au Lemmensinstituut de Louvain, un à l’IRAME (Bruxelles), un aux « Ateliers de L’Insu » (Bruxelles) et le dernier à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles (formation en « art-thérapie » aujourd’hui disparue). Si l’on voulait scinder l’art-thérapie belge, c’est peut-être cela qui distinguerait le mieux les néerlandophones des francophones : la plus importante institutionnalisation de l’offre de formation, probablement inspirée de la réussite du modèle hollandais (les offres de formation francophones citées étant « privées »).

7 Cinq n’ayant pas précisé leur statut.

8 Les débats relatifs à l’appellation sont parmi les plus virulents de la discipline : « Notre conception est que la copule soudant l’art et la thérapie (« art-thérapie ») est un mariage contre nature avec risque tératologique pour les descendants » (Broustra, 2000, p.37). L’appellation d’« art-thérapie », dérivée de l’anglais « art-therapy », est en effet loin de faire l’unanimité. Selon l’acception anglophone, elle désigne uniquement l’utilisation des arts plastiques alors qu’en France, l’expression semble rassembler les diverses disciplines artistiques (Evers, 2010, p. 21). Dans la littérature consacrée à l’art-thérapie, pléthore de transformations et de substituts sont proposés par les auteurs. C’est ainsi que, bien que la plupart l’écrivent avec un trait d’union, certains le font en un mot (« arthérapie » de Sara Pain par exemple) tandis que d’autres y ajoutent un « et » dans l’objectif de mettre un terme à cette « liaison dangereuse » (cf. « art et thérapie » de Jean Florence). D’autres appellations sont aussi en vigueur telles que celles de « psychothérapie par les expressions plastiques » de Claude Wiart, les « thérapies par l’art » de Marc Muret, la « psychothérapie médiatisée » de François Granier, l’« art-thérapie expressive » de Jean-Pierre Klein, « l’expression créatrice » de Jean Broustra ou encore la « thérapie à médiation artistique » proposée par Nicole Chidiac. La liste est longue et pourtant encore incomplète… Face à ce phénomène, les plus étranges sont ceux qui osent encore se réclamer du terme « générique » tant décrié. C’est le cas par exemple de Jean-Luc Sudres, de Jean Rodriguez et Geoff Troll ou encore de Richard Forestier. Ce qui leur est commun, c’est de vouloir rassembler sous le terme « d’art-thérapie » la diversité des visions existantes, d’aligner en un seul tous les points de vues.

9 Précisons que ces controverses ne se retrouvent pas chez les néerlandophones : l’appellation générique de « kunsttherapie » n’a suscité aucune réaction particulière, le terme étant légitimé aux Pays-Bas où les art-thérapeutes bénéficient de formations reconnues et de statuts correspondant dans les institutions. Dans ce rejet de l’appellation d’« art-thérapie » ou de la dénomination d’« art-thérapeute », on a pu voir qu’il était surtout question pour les professionnels de se distinguer du champ médical et de l’objectif thérapeutique qu’il induit.

10 Traduit du néerlandais par nos soins.

11 Idem.

12 En Belgique, sur l’année de notre enquête, c’était le cas de six institutions : Le théâtre du Code (Bruxelles), Le Club Antonin Artaud (Bruxelles), Le Club Theo Van Gogh (Charleroi), A.S.B.L. Oxot (Westerlo), Centre de jour De Vincken (Anvers), Ateliers Artisit (Genk).

13 Option souvent présentée comme un « choix » de la part d’art-thérapeutes « artistes » qui souhaitent conserver du temps pour leur production artistique personnelle : « J’ai un travail artistique personnel. Je ne travaille qu’à mi-temps pour cela et c’est le cas pour tout le monde ici » (Animatrice d’atelier, Club André Baillon, Liège, 11/03/2008). Ou encore : « J’ai compris combien il était important que je consacre du temps à mon propre travail artistique […] Cela permet d’éviter de se projeter dans les réalisations des adolescents et d’y intervenir, de façon inappropriée » (Professeur de dessin, École Robert Dubois, Bruxelles, 27/02/2008).

14 Parmi elles, ce sont les psychotiques chroniques qui sont les plus représentés (12%).

15 17% des ateliers ont une fréquence hebdomadaire tandis que seuls 7% d’entre eux ont lieu moins d’une fois par semaine. Le plus souvent (36%) les ateliers se déroulent plusieurs fois par semaine. Dans 8% des cas, ils sont même organisés tous les jours et constituent alors l’essentiel des activités proposées par l’institution. Dans cette perspective, l’art ou l’art-thérapie est une spécialité revendiquée, une marque distinctive par rapport aux autres offres thérapeutiques. Ces institutions en Belgique sont au nombre de six : Le CODE (Bruxelles), Le Club Antonin Artaud (Bruxelles), Le Club Theo Van Gogh (Charleroi), A.S.B.L. Oxot (Westerlo), Centre de jour De Vincken (Anvers), Ateliers Artisit (Genk).

16 Les ateliers sont destinés en majorité à des groupes (70%) : l’art-thérapie se pratique en effet fort peu en consultation individuelle, ce qui s’explique très certainement par les contraintes du contexte institutionnel hospitalier dominant. Seul un praticien travaille uniquement en individuel tandis que quelques-uns alternent les deux modes de prises en charge en fonction des patients : « parfois, selon la pathologie, je prends en individuel ; certains ne supportent pas le groupe » (Professeur de dessin, École Robert Dubois, Bruxelles, 27/02/2008) ou exercent à côté, en dehors de leur activité institutionnelle, en libéral.

17 Les réponses des art-thérapeutes qui se sont révélées les plus intéressantes sont celles qui portent sur la « spécificité » du local (et/ou du matériel). Cette question, en apparence anodine, a permis l’expression des différents rapports que les art-thérapeutes entretiennent avec l’institution qui les emploie. C’est dans les multiples acceptions de l’adjectif « spécifique » que s’éprouvent au mieux les tensions : 55% des art-thérapeutes déclarent en effet bénéficier d’un local « spécifique » ; pour certains, cela signifie que la salle est réservée uniquement aux ateliers artistiques, qu’y est entreposé un matériel approprié : « l’équipement est assez complet, on a beaucoup investi » (Ergothérapeute, Centre de revalidation Inghelbruch, Brugge), qu’elle est adaptée aux besoins de la discipline « pour le théâtre, on loue une salle au centre-ville… » (Assistant social, Centre Laurent Maréchal, Mouscron). Pour d’autres, la « spécificité » des locaux se loge dans la distinction entre les salles réservées aux ateliers et celles réservées aux soins, à la « psychiatrie » : « Je loue un local à La Roseraie qui se situe en dehors de tout ce qui concerne de près ou de loin le monde psychiatrique ou la santé mentale […] afin de permettre à des personnes de sortir petit à petit de tout lieu-dit psychiatrique et de côtoyer des personnes dites "normales", qui circulent dans le lieu de la Roseraie [d’autres ateliers se déroulent sur place] » (Éducatrice à la Clinique Fond’Roy, Hôpital de jour Le Quotidien, Uccle ; indépendante complémentaire à l’Atelier Style Broc, atelier privé, Bruxelles). Ou encore : « Les ateliers se déroulent dans un bâtiment à part, non attenant à une des unités […] l’atmosphère y est différente […] l’atelier artistique est un espace de liberté à l’intérieur de la psychiatrie » (Psychologue, Centre hospitalier neuro-psychiatrique Luxembourg). Ceux qui déplorent ne pas bénéficier d’un local « spécifique » (28%), le comprennent aussi dans ce sens : « En hôpital psychiatrique, l’infrastructure ne permet pas toujours d’avoir un local réservé uniquement aux ateliers » ou parlent de local « polyvalent ». On voit ici encore que, dans les tensions avec l’institution, c’est la distinction entre une art-thérapie « médicale » et une art-thérapie « artistique » qui se joue.

18 Plus de la moitié des ateliers sont des ateliers pluridisciplinaires au sein desquels plusieurs techniques artistiques sont proposées, soit par des animateurs différents (on trouve alors plusieurs ateliers dans la même institution), soit par le même animateur qui opère une alternance. Parmi les disciplines privilégiées dans les ateliers « unidisciplinaires », les plus utilisées sont la peinture et le dessin suivis du théâtre, de la musique et enfin, de l’écriture. Même sur le choix de la discipline artistique, les contraintes institutionnelles s’imposent à l’art-thérapeute ; certaines pratiques, telles la gravure ou la sculpture par exemple, étant proscrites compte tenu du danger potentiel que représente l’usage de certains instruments pour les patients.

19 7% restant indéterminées malgré nos recherches.

20 Pierre Bourdieu l’a dénoncé à travers, par exemple, sa déconstruction de L’Amour de l’art (Bourdieu & Darbel, 1969), terme auquel il substitue l’expression de « capital culturel » mettant ainsi en avant les processus d’acquisition (milieu familial) et de légitimation (système scolaire).

21 « Elle concerne tous les accommodements avec soi-même, son corps, son langage, ses mouvements, ses affaires, ses outils, son histoire subjective. Ce travail d’organisation individuel vise à rendre le travail possible et cohérent pour le sujet. Il peut se dérouler de manière très visible ou, au contraire, se tricoter plus discrètement, hors du regard des clients, des collègues et de la hiérarchie » (Dujarier, 2006).

22 « Une activité de coproduction de la prestation (Whitaker, 1980 ; Eigler & Langeard, 1987). Dans cette relation intersubjective, chacun reprend et met à sa main la prescription et les normes collectives de manière à pouvoir résoudre le cas singulier qui se présente. Ce travail d’organisation peut être soutenu par le collectif et alimenter sa compétence. Il peut aussi se dérouler de manière silencieuse et coupable » (Dujarier, 2006).

23 Institut pour la recherche et l’association des médiateurs de l’expression.

24 Centre de revalidation fonctionnelle.

25 Association interrégionale de guidance et de santé.

26 Service public de l’emploi et de la formation en Wallonie.

27 Institut national d’assurance maladie-invalidité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Vandeninden, « Devenir art-thérapeute », SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 10 novembre 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4805

Haut de page

Auteur

Élise Vandeninden

Docteure en Information et communication, Laboratoire d’Études sur les médias et la médiation (LEMME), Université de Liège (Belgique) - elise.vandeninden@ulg.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page