Navigation – Plan du site
Affecter, être affecté. Autour des travaux de Jeanne Favret-Saada

De l’acteur à l’institution. Esquisse d’une sociologie de l’action d’aide

Maëlle Meigniez

Résumés

L'approche ethnographique initiée par Jeanne Favret-Saada a permis de réinterroger la participation du chercheur sur son terrain. Plus particulièrement, elle a montré la fécondité d'une enquête où l'ethnographe occupe véritablement une place dans les interactions. Cette approche permet de penser les prémices d'une sociologie de l'action en termes de système de places que la sociologie pragmatique actuelle prolonge et approfondit. À partir de l'ethnographie d'une association d'aide alimentaire, cet article vise à comprendre le fonctionnement d'un système d'aide, composé d’au moins deux places – celle d'aidant et celle d'aidé – et à éclairer les interactions entre bénévoles et bénéficiaires. L'analyse porte sur une situation problématique qui permet d’expliciter les contraintes pragmatiques et morales qui pèsent sur les occupants de ces places. Elle permet également de comprendre comment l'association, en tant qu’institution, joue un rôle essentiel dans les situations d'aide et agit sur les acteurs, autant qu'eux-mêmes agissent sur elle en la mobilisant, en l'utilisant, voire en la subvertissant.

Haut de page

Texte intégral

Introduction. Pour une autre ethnographie 1

  • 1 Je tiens ici à remercier, pour leurs précieuses suggestions lors des relectures de ce texte, Lauren (...)

1Jeanne Favret-Saada a vu s’effriter les principes des manuels de méthodologie lorsqu’elle s’est retrouvée dans le Bocage pour son enquête à présent célèbre. En prise avec son terrain, lui est venue la nécessité de pratiquer une « autre ethnographie » (Favret-Saada, 1977, p. 30). Une ethnographie qui n’est pas objectivante, qui ne lutte pas contre le subjectivisme du chercheur et qui ne cherche pas à en effacer les traces.

« De tous les pièges qui menacent notre travail, il en est deux dont nous avions appris à nous méfier comme de la peste : accepter de "participer" au discours indigène, succomber aux tentations de la subjectivation. Non seulement il m’a été impossible de les éviter, mais c’est par leur moyen que j’ai élaboré l’essentiel de mon ethnographie. [...] Je n’ai eu à aucun moment la possibilité de choisir entre la subjectivation et la méthode objective telle qu’on me l’avait enseignée » (Ibid., pp. 48-49).

2En réinterrogeant ainsi la participation du chercheur sur son terrain, Jeanne Favret-Saada propose une approche méthodologique tout à fait différente de celle dans laquelle elle avait baigné et qui est toujours aussi féconde une cinquantaine d’années plus tard.

3Il s’agira dans ce texte de montrer en quoi cette « autre ethnographie » – qui s’était imposée à Jeanne Favret-Saada un peu malgré elle – peut être fructueuse pour toute enquête de terrain. Les fondements de ce type d’ethnographie permettront aussi de penser les prémices d’une sociologie de l’action inspirée par l’idée de places. La sorcellerie étudiée par Jeanne Favret-Saada renvoie en effet à un système de places ouvert par des situations d’énonciation : l’annonciation qui permet de désigner celui qui est pris et l’accusation qui sert à désigner le sorcier (Ibid., 1977). Cette idée de système de places m’invitera à penser une sociologie focalisée sur les actions, qui sont à analyser, en situation, en fonction de la place occupée dans le système, ou pour le dire autrement la position à partir de laquelle l’individu agit. Ces places, bien que faisant partie d’un système relativement stable, ne peuvent en effet apparaître qu’en situation et, comme le diraient les ethnométhodologues, dans un accomplissement pratique.

  • 2 Cette enquête s'est déroulée, au sein de l’association « Les Cartons du Cœur », sur plusieurs mois (...)
  • 3 J’utilise le terme générique de « bénéficiaire » pour désigner les gens qui reçoivent l’aide, terme (...)

4Mon analyse prendra appui sur une enquête ethnographique réalisée dans une petite association d’aide alimentaire en Suisse romande qui distribue des cartons de nourriture à des personnes défavorisées 2. Mon terrain consistait à suivre, dans leur activité, les bénévoles qui livrent ces cartons chez les bénéficiaires de l’association 3. Je proposerai ainsi une analyse de l’action d’aide, avec un système ouvrant au moins deux places, celle d’aidant – qui est occupée par les bénévoles de l’association – et celle d’aidé – occupée par les bénéficiaires. Il s’agira finalement de montrer les possibilités d’actions liées à l’occupation de ces places et le rôle de l’institution qu’est l’association dans les interactions.

De la participation de l’ethnographe

5Refusant d’effacer ses traces sur le terrain, le chercheur, par sa participation, devient lui-même sujet dans l’enquête ethnographique. En effet, la présence de l’ethnographe sur le terrain est reconnue comme portant à conséquence. Plus encore, suivant Jeanne Favret-Saada qui a dû occuper une place du système dans les situations étudiées, cette présence fait partie de l’enquête. Comme le dit Robert Emerson en réponse à ceux qui cherchent à limiter la participation pour éviter les interférences : « Les solutions à la réactivité [des enquêtés] ne sont pas dans la régularisation, la restriction ou la suppression des interactions sur le terrain. Elles réclament que l’on devienne sensible et réceptif à la façon dont les protagonistes se perçoivent et se traitent les uns les autres » (Emerson, 2003, p. 410). Ainsi sur mon terrain, les bénévoles, connaissant mon rôle d’observatrice, ne me percevaient et ne me traitaient pas de la même manière que les bénéficiaires qui, eux, m’identifiaient comme bénévole et me traitaient comme telle. Afin de proposer une véritable prise en compte des effets du chercheur sur le terrain, il faut analyser sa présence comme élément de la situation observée et étudiée. N’en ressort pas une vision subjective du phénomène social mais bien une description de la réalité telle qu’elle a été observée, une description objective tenant compte de tous les éléments de la situation. Comme le dit Howard Becker, « ce que nous présentons n’est pas une vision déformée de la "réalité", mais la réalité dans laquelle sont engagées les personnes que nous avons étudiées, la réalité qu’ils créent en donnant un sens à leur expérience et par référence à laquelle ils agissent » (Becker, 1985, p. 196).

6Dans cette perspective, ethnographier implique d’occuper une place. Ce qui était pour Jeanne Favret-Saada un impératif de participation auquel elle ne pouvait échapper s’avère être une posture méthodologique tout à fait éclairante. Cependant, le choix de la place à occuper pour l’ethnographe n’est pas toujours facile. Étudiant une population vulnérable ou de personnes dites « en difficulté » qui sont aidées, je pouvais mal occuper la place du bénéficiaire. Soit je devais conduire une enquête secrète et mettre en scène une vulnérabilité fictive pour recevoir l’aide de l’association – ce qui pose d’épineuses questions éthiques – soit je me dévoilais en tant que chercheuse et il m’était impossible de tenir une place de personne en difficulté, puisque, comme le souligne Jeanne Favret-Saada, il est difficile de se montrer vulnérable dans l’exercice de sa profession de chercheur (Favret-Saada, 1977, p. 40). Face à l’impossibilité d’occuper cette place, j’ai choisi d’ethnographier le travail des bénévoles livreurs auquel il m'était possible de prendre part. Occuper cette place de bénévole impliquait donc non seulement que j’apparaisse comme telle pour les bénéficiaires qui ignoraient mon autre « casquette », mais j’accomplissais également cette activité ; mes gestes et mes paroles font ainsi partie des données empiriques et se retrouvent dans le système d’aide étudié. Être partie prenante de ce système était inévitable puisque j’étais obligée de m’adresser aux bénéficiaires – ne serait-ce que pour les saluer ; ce faisant, je me retrouvais du côté des bénévoles, j’étais identifiée comme telle, assignée à cette place.

7En tant qu’acteur prenant part à la situation – occupant une place – le chercheur est lui aussi engagé et peut se laisser affecter par les événements. Son expérience est donc importante dans la compréhension du phénomène social observé. Vécue à la première personne, elle permet notamment de comprendre comment on devient « indigène », ou dans mon cas, comment on apprend à être une bénévole, ce qui m’a permis de déceler les compétences techniques, relationnelles et critiques liées à cette place. Mais cette participation implique-t-elle que le chercheur s’identifie à son « rôle » ou qu’il risque de « virer indigène » comme le dénonce notamment Raymond Gold (2003, p. 344) ? Selon lui, la participation pourrait entraîner une identification totale du « soi » du chercheur au « rôle » adopté sur le terrain, alors qu’il devrait s’en tenir détaché. Cependant, dans sa volonté de bien distinguer la personne elle-même de la fonction de chercheur, Raymond Gold oublie de dire que le « soi » ne peut pas rester à la maison pendant que l’ethnographe va faire ses observations en jouant un rôle. Ainsi, je ne puis faire simplement semblant d’être une bénévole ; j’occupe effectivement cette place qui m’est assignée par la situation et l’occupation de cette place m’affecte. Être affecté, c’est expérimenter le système de places en engageant sa propre personne, mais cela ne veut pas dire que l’ethnographe s’identifie à l’indigène (Favret-Saada, 2009). En effet, tout cela n’empêche pas le maintien d’une certaine distance à son objet afin de l’observer. Bien entendu, cette distance critique n’est pas la chasse gardée de l’enquêteur. Les acteurs que j’ai étudiés ne sont pas dénués de « compétences critiques » (Boltanski, 1990) et l’analyse des discours qu’ils énoncent avant ou après les livraisons montre bien à quel point ils parviennent à se distancer de leur rôle de bénévole.

Une parole qui compte

8Le poids de la parole est une autre leçon que nous pouvons tirer des travaux de Jeanne Favret-Saada. Plutôt que d’opposer discours et pratique, considérons également les discours comme des pratiques, où le dire agit sur la situation (Favret-Saada, 1977). L’ethnographie se doit de prendre au sérieux les paroles des acteurs, non seulement dans les significations qu’elles portent, mais également comme des actions. En ce sens, les énonciations qui font le système sorcellaire sont des « performatifs », où l’acte de dire « c’est le faire », un accomplissement qui ne se résume pas simplement à une description ou une affirmation (Austin, 1991). De même, les bénévoles qui racontent ce qui se passe chez certains bénéficiaires ne font pas que « parler » au sens d’un simple reflet d’une réalité vécue, ils énoncent des discours qui sont autant de jugements accomplis en situation et qui portent à conséquences, puisque ces jugements affectent directement leur travail. Dire qu’untel abuse de l’aide de l’association, c’est procéder à une dénonciation qui dégrade le bénéficiaire au statut de « profiteur » et qui peut l’exposer à une certaine sanction : il risque de ne plus recevoir les cartons.

9Si les places du système sorcellaire sont ouvertes par des dire performatifs (l’annonciation, l’accusation), celles du système de l’aide reposent d’abord sur le geste, l’acte de donner les cartons à la personne désignée comme bénéficiaire. Les conditions matérielles nécessaires à l’accomplissement de certains performatifs – également soulignées dans l’enquête de Jeanne Favret-Saada – sont donc d’autant plus centrales dans le système de l’aide et, comme le dit John Austin, « l’on peut difficilement parler d’un don si je dis "Je te le donne", mais ne tends point l’objet en question » (Ibid., p. 43). L’objet, ici le carton rempli de nourriture, joue effectivement un rôle essentiel dans ce système et le geste permet, avant même les paroles, d’assigner les individus à des places.

10Par ailleurs, les énoncés des bénévoles ne performent pas les mêmes actions selon leur destinataire et la portée visée. En tant qu’ethnographe, je distingue les discours des bénévoles lorsqu’ils s’adressent aux bénéficiaires, en interaction, ou lorsqu’ils me rapportent certaines situations vécues, au cours d’un échange informel. Suivant en cela les recommandations de Robert Emerson, il s’agit de ne pas prendre « les récits pour des comptes rendus factuels, mais plutôt comme une expression de l’expérience du locuteur et de sa vision des choses à un moment particulier, pour un public spécifique, en vue d’accomplir un objectif particulier » (Emerson et al., 2010, p. 141). Évidemment l’objectif ne sera pas le même en fonction du destinataire visé par les bénévoles. Cette approche rejoint précisément ce que souligne Jeanne Favret-Saada en rendant compte du système sorcellaire, impliquant que « rien n’est dit de la sorcellerie qui ne soit étroitement commandé par la situation d’énonciation. Ce qui importe alors, c’est moins de déchiffrer des énoncés – ou ce qui est dit – que de comprendre qui parle et à qui » (Favret-Saada, 1977, p. 32). L’énonciateur ne dira pas la même chose sur les sorts selon qu’il attribue à son interlocuteur la place de quelqu’un qui est pris par la sorcellerie ou une place d’extériorité (Ibid., pp. 36-37). De même, dans ma recherche, un acteur me parle différemment lorsqu’il me place dans une position de bénévole ou d’enquêtrice.

11On peut ainsi, suivant Dorothy Smith, différencier trois niveaux de discours dans l’enquête. Un acteur peut s’adresser soit à un autre acteur, soit à l’enquêteur. A ces deux niveaux, s’ajoute celui de l’enquêteur qui s’adresse à d’autres enquêteurs, à travers le travail d’écriture notamment (Smith, 1981). Lors de mes observations, les bénéficiaires s’adressaient à moi en tant qu’acteur puisqu’ils ignoraient mon statut de chercheuse ; ils parlaient à une bénévole, comme dans les nombreux cas où ils me remerciaient, par exemple en disant « Merci pour ce que vous faites ! ». Dans un tel cas, ils ne me remerciaient pas d’effectuer une enquête sociologique, mais bien de leur apporter une aide au travers de ma participation à l’association. À l’inverse, lors de mes entretiens avec les bénévoles – généralement informels – ceux-ci s’adressaient parfois à moi comme enquêtrice, en m’expliquant en quoi leur association était bien ou ce que je devrais écrire dans mon compte-rendu. À d’autres moments, ils s’adressaient à moi en tant que bénévole. Les positions qu’ils m’attribuaient variaient ainsi selon la situation. Dans la voiture par exemple, entre deux livraisons, ils s’adressaient à moi en passant d’un niveau à l’autre, parlant tantôt à une « collègue » – « t’as vu ce qu’il a dit », tantôt à une chercheuse – « il faudrait réfléchir à ça pour ton travail », selon l’objectif visé. Ma présence d’enquêtrice offrait ainsi aux bénévoles des espaces de réflexivité sur leurs pratiques.

Pour une sociologie de l’action d’aide

12L’ethnographie proposée par Jeanne Favret-Saada ne nous apporte donc pas seulement une méthodologie novatrice. Bien plus qu’une méthode, l’ethnographie relève en ce sens d’une démarche sociologique et anthropologique qui vise à observer les acteurs dans leurs activités, les décrire et donc partir des actions pour analyser le monde social. Jeanne Favret-Saada initie ainsi une approche qui sera celle de la sociologie pragmatique notamment, où l’action est le point de départ de l’analyse (Gonzalez & Kaufmann, 2012). Son développement le plus connu concernant le système de places est sans doute la notion de « système actanciel » déployée par Luc Boltanski. Ce système désigne les relations entre plusieurs actants, y occupant les diverses places. Ainsi, différents individus peuvent occuper ces places sans que la structure de la relation en soit modifiée (Boltanski et al., 1984).

13Le « système actanciel » permet de penser le dispositif de l’aide et les actants – aidant et aidé – qui y sont associés. Pour avoir une situation d’aide, il faut au moins que ces deux places soient remplies. Parler d’actant plutôt que d’acteur permet également de prendre en compte l’action d’entités non-humaines, comme par exemple des objets – j’ai souligné l’importance des cartons dans la situation d’aide, mais aussi des êtres collectifs, ce qui relève d’une importance primordiale pour l’analyse et permet de rendre toute la complexité du système de l’aide esquissé ici. La suite de ce texte permettra en effet d’interroger la place de l’institution en tant qu’actant, dans les interactions.

14Dans mes observations, les places étaient occupées par des personnes différentes d’une situation à l’autre. Comme le montre Luc Boltanski, dans les cas où le degré de proximité entre les individus est plutôt faible – ils ne se connaissent pas en dehors de la relation qu’ils entretiennent au sein de ce système – les personnes peuvent varier au sein d’une même place (Boltanski, 1984, p. 9). J’ai ainsi observé plusieurs bénévoles occupant la place d’aidant et plusieurs bénéficiaires occupant la place d’aidé, sans que cela change la structure de la relation aidant-aidé. Pour mieux préciser ce qui se joue dans les interactions entre les acteurs occupant ces places, je souhaite faire appel à une certaine sociologie de l’action qui, si elle peut être considérée dans la lignée de ces sociologies pragmatiques, offre des outils d’analyse un peu différents et tout à fait précieux. En effet, l’analyse de catégorisations, initiée par Harvey Sacks, permet de montrer au mieux ce qu’implique, en situation, le fait d’être un bénévole ou d’être un bénéficiaire. Si les travaux de Jeanne Favret-Saada invitent déjà à penser les possibilités d’action liées aux places (Gonzalez & Kaufmann, 2012), l’analyse de catégorisations – et particulièrement celle en terme de « dispositifs d'action » proposée par Jean Widmer – permet de préciser comment les places sont rendues pertinentes en situation, si ces places sont remplies et comment elles le sont (Widmer, 2001, p. 232).

15La situation d’aide correspond à ce qu’Harvey Sacks appelle une paire relationnelle standardisée (Sacks, 1974 ; Barthélemy, 1999, p. 197) ; les deux catégories vont de pair, comme déjà suggéré dans l’idée de système. En ce sens, lors des livraisons, lorsque la personne apportant le carton est identifiée comme bénévole, la personne en face est automatiquement identifiée comme bénéficiaire. Ces deux catégories renvoient chacune à des attentes, des obligations et des activités (Sacks, 1974) que l’ethnographie peut mettre en lumière. Par exemple, un bénévole ne peut pas prendre la nourriture contenue dans les cartons – activité liée à la catégorie bénéficiaire – et un bénéficiaire ne peut pas montrer des signes de trop grande richesse puisqu’il doit être identifiable comme étant « en difficulté matérielle ». S’il ne répond pas à cette attente, il sera immédiatement considéré comme un « mauvais » bénéficiaire, renvoyant également à la dimension morale de la catégorie (Jayyusi, 2010). Cette question morale est tout à fait centrale dans le système de l’aide et constitue un enjeu fort non seulement pour les acteurs, dans le sens où le « mauvais » et le « bon » bénéficiaire ne seront pas traités de la même manière, mais aussi pour l’association, dont la légitimité vis-à-vis des donateurs repose sur sa capacité à aider ceux qui en ont le plus besoin.

16Occuper une place, c’est donc avoir un certain nombre de possibilités d’action. L’analyse qui suit exemplifie – à partir d’un extrait de mes notes de terrain – comment les actions des individus sont liées aux catégories et comment un acteur peut rencontrer de grandes difficultés par l’occupation de sa place. Cet exemple interrogera aussi la présence de l’association, en tant qu’institution, dans les interactions et la place qu’elle peut occuper dans le dispositif de l’aide.

Quand occuper une place, c’est agir

17Ce jour-là, j’accompagne Noémie, l’une des bénévoles. Nous nous rendons chez une dame qui nous reçoit devant sa porte d'entrée.

[...] La femme souhaite nous rendre des cartons vides. Elle les sort de l'armoire située à côté de la porte. Noémie répond : « comme ça on peut vous laisser ceux-là », désignant les cartons que l'on a apportés. La femme la remercie et poursuit : « j'ai un immense service à vous demander », en regardant Noémie. Elle explique qu'elle doit aller à la pharmacie, son fils a eu un accident et elle doit acheter des pansements pour changer les pansements de son fils, mais elle n'a même pas 20 francs dans son porte-monnaie. Elle demande si l’on ne peut pas la « dépanner » de 30 francs. Elle ajoute qu'elle devrait bientôt recevoir sa paye, mais qu'elle peine simplement à finir le mois. Noémie répond de manière hésitante qu'elle doit regarder, son sac est resté en bas dans la voiture, et ajoute qu'elle n'a plus grand chose non plus à la fin du mois. La femme souhaite redescendre avec nous, pour que l’on n’ait pas besoin de remonter. Elle répète, dans l'escalier, qu'elle a juste besoin de 30 ou 40 francs pour acheter les médicaments et les pansements, craignant que la blessure ne s’infecte. Nous arrivons en bas de l'immeuble et Noémie va chercher son porte-monnaie. La femme s’exclame : « heureusement que les Cartons du cœur existent ! ». Noémie répond par l’affirmative, en ajoutant : « ça dépanne ». La femme continue en disant que ça l'aide, ayant de la peine à tourner avec deux enfants à charge et les Services sociaux qui ne veulent pas l'aider. Elle nous explique que son dossier traîne depuis le mois d'août. Noémie dit qu'elle comprend ; elle est aussi dans le même genre de situation. [...] Noémie donne 30 francs à la femme, en précisant qu'elle lui donne 30 pour garder quand même 10 francs dans son porte-monnaie [Compte-rendu du 22/01/2011].

18Cette situation renvoie à l’idée de « cas négatif » si précieuse pour les ethnographes (Katz, 2010). Il s’agit d’une situation qui ne fait pas sens a priori, où les places ne sont pas remplies de manière habituelle, où la façon dont elles le sont semble poser problème pour l’interaction. Ce type de situation nous informe également, par la négative, sur les cas où tout semble se dérouler normalement, le chercheur pouvant alors rendre explicite un savoir implicite nécessaire au déroulement d’une situation ordinaire (Widmer, 2001, p. 212).

  • 4 Cette explication sera confirmée par la suite dans mon enquête, lorsque je me retrouve à nouveau ch (...)

19Dans ce cas, la bénéficiaire sort du cadre institué pour faire une demande particulière. En effet, l’association étudiée est une association d’aide alimentaire et ne propose que des aides sous forme de nourriture ; en aucun cas elle n’attribue d’aides monétaires. En ce sens, nous nous sommes retrouvées en dehors du cadre prévu par l’association. La bénéficiaire elle-même explicite ce mouvement de déplacement de l’aide en disant qu’elle a un « service à demander ». Il est à noter qu’elle regarde Noémie en énonçant sa demande puisque c’est elle qui mène la discussion et qu’elles se sont manifestement déjà rencontrées 4. L'utilisation du terme « service » souligne le caractère exceptionnel de sa requête. En effet, elle ne demande pas la nourriture comprise dans le carton, elle sait que les bénévoles sont là pour la lui donner – leur présence chez une inconnue est même légitimée par cette aide. En mobilisant l’idée de « service », elle sait et reconnaît que sa demande n’est pas directement légitimée par la venue des bénévoles. Elle s’expose également à la possibilité d’un refus de la part de ceux-ci puisqu’un « service » n’est pas d’emblée considéré comme dû.

20Après ce cadrage en terme de « service », le besoin de se justifier en invoquant la difficulté médicale de son fils accidenté souligne encore le caractère exceptionnel de sa requête. Par ailleurs, elle mobilise la catégorie « enfant » en parlant de son fils, catégorie qui a un effet tout particulier lorsque l’on pose la question de l’aide, impliquant d’emblée une position de victime à aider (Barthélemy, 1996). De plus, les catégories « mère » et « fils » sont fortement liées (Sacks, 1974) et impliquent que la mère doit s’occuper de son fils. En ce sens, le manque de moyens pour mener à bien sa mission de mère est exposée aux yeux des bénévoles, qui sont alors soumis à une obligation morale, non seulement d’aider l’enfant, mais encore plus d’aider la mère à être une « bonne » mère.

21Cette obligation morale est ancrée dans la situation et s’inscrit dans un système de places particulier. La femme ne va pas demander cette aide dans la rue à un inconnu, mais à une personne identifiable comme bénévole et donc occupant la place d’aidant dans cette situation. L’appel à un interprétant institutionnel permet de faire sens de l’interaction ; c’est l’institution – ici, l’association – à laquelle réfère la situation, qui rend intelligible – « interprétable » – l’interaction, autant pour les acteurs que pour l’enquêtrice. Les deux personnes, la bénéficiaire et la bénévole, remplissent en effet des places instituées par l’association : la place d’aidant et la place d’aidé, qui ne sont pas remises en question par l’action de la bénéficiaire. C’est ce qui nous permet de comprendre pourquoi la demande n’apparaît pas comme totalement incongrue, contrairement à ce qui se passerait entre inconnus dans un autre contexte – une demande d’argent, dans la rue par exemple ou dans certains lieux publics, dépasse rarement quelques francs, mais n’atteint jamais 30 ou 40 francs. En ce sens, sa demande d’aide n’apparaît pas comme une forme de mendicité anonyme.

22L’interaction sort donc du cadre institué par l’association, mais est également rendue possible par son existence. Ce cadre institutionnel instaure une relation d’aide entre les deux personnes et la demande ne semble que déplacer le contenu de l’aide, alors que les places instituées sont préservées. Cette situation rend le refus difficile pour Noémie qui, agissant en tant que bénévole, reconnaît le bien-fondé de l’association et de ses bénéficiaires. Par son activité de bénévole, elle admet donc la légitimité de la femme comme bénéficiaire de l’association et par là, sa description en tant que personne ayant besoin d’aide. La femme est donc d'emblée configurée comme une personne dans le besoin, la présence même de la bénévole à son domicile participant de cette configuration. Si Noémie souhaitait refuser d’apporter son aide, elle aurait dû soit invoquer des règles institutionnelles strictes lui interdisant de répondre à ce genre de demande – ce qui l’aurait fait apparaître comme une bénévole procédurière et « sans cœur » – soit produire une nouvelle description de la bénéficiaire et ainsi remettre en cause la légitimité de l’association – ce qui pose évidemment problème pour elle en tant que représentante de cette institution.

23Au lieu de cela, elle choisit une autre reconfiguration en invoquant sa propre situation pour répondre à la bénéficiaire, en opérant un rapprochement positionnel avec celle-ci. Elle cherche à changer de position (Goffman, 1987) : sortir de sa position de bénévole pour se positionner comme une personne également en difficulté. Elle tente ainsi de symétriser les places, mais n’y parvient pas ; la situation rend difficile tout changement de place en cours d’action. Elle énonce une nouvelle proposition d’identification – « elle n’a plus grand chose non plus à la fin du mois » – mais qui n’est pas reprise par la femme qui la contient dans son rôle initial. Ce qui demeure implicite dans la requête de cette femme, c’est qu’elle formule une demande, non pas à l’encontre d’un agent institutionnel, mais à un individu particulier qui se trouve obligé d’apporter une aide de particulier à particulier. Elle semble s’adresser à Noémie en tant qu’agent institutionnel – notamment lorsqu’elle dit : « heureusement que les Cartons du cœur existent ! » – alors que celle-ci parle en son nom propre puisqu’il lui est impossible d’apporter une aide monétaire en tant qu’agent institutionnel. La bénéficiaire configure ainsi un alignement entre Noémie – une personne particulière occupant la place de bénévole – et l’association, comme faisant partie d’une même collectivité qui reconnaît son besoin légitime d’être aidée. Ceci facilite le passage d’un registre d'action publique – où la bénévole agit en tant que représentante d’une institution – à un registre d'action privée – où elle agit en son nom propre (Barthélemy, 1999, p. 213).

24Le cadre institutionnel relativement souple de l’association laisse donc une certaine marge de manœuvre aux acteurs qui peuvent s’en écarter, notamment pour formuler des demandes particulières. Cependant, une analyse en termes de places permet de montrer les difficultés de s’en extraire ou d’en changer au cours de l’action. Dans ce cas, ni la symétrisation des places, ni un « retournement » complet des positions (Claverie, 2009, p. 5) ne semblent possibles. En effet, la bénévole ne peut demander de l’aide à la bénéficiaire. L’échec de la bénévole dans sa description alternative provient sans doute de l’absence d’un acteur pouvant remplir la place d’aidant si elle ne l’occupe plus. Le fait que j’apparaisse par ailleurs comme étudiante aux yeux de Noémie l’empêche de m’assigner cette place.

L’agir de l’institution

25Cet exemple nous invite à penser les modalités de présence des institutions dans les situations. Si l’analyse nécessite une finesse particulière pour éclairer ce qui se passe en interaction, il ne s’agit pas de nier l’importance et le poids des institutions dans les possibilités d’actions. L’exemple présenté montre non seulement les marges de manœuvre des acteurs, mais surtout les effets des places du système de l’aide. Ainsi, l’existence de l’institution qu’est l’association permet de faire sens de la situation et ouvre des places disponibles à « remplir » par les individus. Elle rend aussi possible la situation analysée : une bénéficiaire susceptible de demander une aide particulière à la bénévole, qui peut difficilement refuser. L’action de la bénéficiaire subvertit en quelque sorte la relation d’aide institutionnelle. S’en suivra aussi un récit de la bénévole, qui fonctionne comme une explication de sa réaction, se positionnant à nouveau comme personne dans le besoin pendant le trajet en voiture que nous partageons, elle et moi, une fois l’interaction terminée avec la bénéficiaire.

26La bénévole et la bénéficiaire font ainsi partie de ce que Jean Widmer appelle un « dispositif d’action conjointe » qui nous permet de comprendre l’interaction et ainsi d’en restituer le sens, en mobilisant un savoir commun qui dépasse le cours de l’action et qui la rend lisible (Widmer, 2001, p. 229). En mettant l’accent sur l’action dans l’analyse des catégorisations, Jean Widmer montre que le dispositif catégoriel réfère à quelque chose de plus que les personnes en présence, notamment la figure de l’institution. Ce dispositif, où Noémie agit en tant que bénévole de l’association et la femme en tant que bénéficiaire de cette même association, n’est pas pertinent en soi, mais bien « reconnu pertinent par une collectivité dont il tire sa force morale » (Ibid., p. 234). La pertinence du dispositif d’action repose sur l’institution et ses normes morales qui sont reconnues par les acteurs en présence. Cette force morale rend difficile la reconfiguration ou dé-configuration du dispositif et empêche Noémie de répondre par la négative à la bénéficiaire. La bénévole ne peut remettre en cause les normes morales de l’association, à commencer par la plus importante : aider ceux qui en ont besoin et en font la demande. Le cadre institutionnel permet une certaine souplesse qui rend la transgression souhaitable quand elle vise à répondre à cette règle d’or. L’institution agit donc dans la situation, non seulement comme un cadre institutionnel qui ouvre des places et règle les interactions, mais également comme levier moral qui rend difficile tout refus d’aide.

27On peut donc intégrer, dans l’analyse de l’action, les institutions comme actants, sans avoir besoin de faire appel à une structure sociale surplombante qui expliquerait l’interaction. C’est ce que nous propose notamment François Cooren avec son concept métaphorique de ventriloquie, qui permet d’analyser des « figures » collectives et abstraites – telles que les institutions – « sans qu’on ait tout d’un coup à invoquer des structures tombées du ciel » (Cooren, 2010, p. 50). Ces « figures » que les interlocuteurs font parler donnent ainsi une autorité à ceux qui les mobilisent, explicitement ou implicitement et agissent par-là dans la situation. Lorsque la bénéficiaire dit « heureusement que les Cartons du cœur existent ! », elle invoque l’institution, rend visible la place d’aidant de Noémie et l’invite à poursuivre l’action de l’association en l’aidant un peu plus. Fortement inspirée par Bruno Latour, on retrouve chez François Cooren cette « épistémologie symétrique », déjà présente chez Jeanne Favret-Saada (Gonzalez & Kaufmann, 2012, p. 62), où des êtres divers peuvent occuper les places d’un système.

Conclusion. Une ethnographie pour penser les institutions

28En replaçant les institutions au cœur de l’interaction et en leur attribuant une capacité d’action, il s’agit de reconnaître leur existence et de s’interroger sur leur ontologie. Pour reprendre les propos de François Cooren, quelle que soit la sincérité ou l’instrumentalisation que l’on postule chez les individus qui mobilisent l’une ou l’autre figure institutionnelle, « nos interactions sont littéralement investies d’une multitude d’êtres aux ontologies variables, des êtres que nous faisons parler dans la mesure précisément où ils sont censés justement nous faire parler » (Cooren, 2010, p. 46). En les invoquant, le locuteur leur donne ainsi un mode d’existence particulier, leur action dépendant toujours de la situation. Pour rendre compte de cet être institutionnel et de son action, il faut donc l’observer et l’analyser dans « des modes d’existence » pluriels et toujours situés (Ibid., p.47). Ainsi, l’institution qu’est l’association étudiée ici n’existe pas seulement par les agents institutionnels qui l’incarnent, comme j’ai pu le montrer ; elle existe également sous d’autres formes et supports, que ce soit les documents qui la constituent (charte, statuts, site Internet, etc.) ou les apparitions médiatiques qui lui donnent une visibilité publique particulière. Ces formes d’apparition variées sont autant de modalités d’existence de l’association observables et analysables dans une démarche ethnographique.

29L’ethnographie proposée par Jeanne Favret-Saada m’a ainsi poussée à penser une sociologie de l’action d’aide qui éclaire toute la complexité de l’agir d’une association, si petite soit elle. Le passage d’une ethnographie d’un système de places à une sociologie de l’action permet de proposer une lecture, en situation, des institutions et de leurs actions. Plutôt que de voir l’ethnographie dans son sens restreint d’observation participante des situations de co-présence, il faut alors plutôt la considérer comme une approche d’exploration et de description des différentes modalités d’existence des êtres, individuels, collectifs, ou institutionnels.

Haut de page

Bibliographie

Austin J. L. (1991 [1962]), « Première conférence », dans Quand dire, c'est faire, Paris, Éditions du Seuil, pp. 37-45.

Barthélemy M. (1996), « La pratique de l'annonce : légitimation de l'acte humanitaire », Quaderni, n° 30, pp.47-64.

Barthélemy M. (1999), « Le message humanitaire et sa réception : la relation d'aide, le public et les ONG », dans Gruson P. & R. Dulong (dir.), L'Expérience du déni. Bernard Mottez et le monde des sourds en débats, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, pp.193-220.

Becker H. S. (1985 [1963]), Outsiders, Paris, Éditions A.-M. Métailié.

Boltanski L. (1990), « Ce dont les gens sont capables », dans L'Amour et la Justice comme compétences, Paris, Éditions Métailié, pp.13-134.

Boltanski L., Darré Y. & M.-A. Schiltz (1984), « La dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 51, pp. 3-40.

Claverie E. (2009), « Bonne foi et bon droit d'un génocidaire », Droit et Société, n° 73, pp. 1-28.

Cooren F. (2010), « Ventriloquie, performativité et communication. Ou comment fait-on parler les choses », Réseaux, n° 163, pp. 33-54.

Emerson R. (2003 [1981]), « Le travail de terrain comme activité d'observation. Perspectives ethnométhodologiques et interactionnistes », dans Cefaï D. (dir.) (2003), L'Enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte, pp. 398-424.

Emerson R., Fretz R. & L. Schaw (2010 [1995]), « Prendre des notes de terrain. Rendre compte des significations des membres », dans Cefaï D. (dir.) (2010), L'Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l'École des Hautes études en Sciences sociales, pp. 129-168.

Favret-Saada J. (1977), Les Mots, la mort, les sorts, Paris, Éditions Gallimard.

Favret-Saada J. (2009), « Etre affecté », dans Désorceler, Paris, Éditions de l’Olivier, pp. 145-161.

Goffman E. (1987 [1981]), « La position », dans Façons de parler, Paris, Éditions de Minuit, pp. 133-166.

Gold R. I. (2003 [1958]), « Jeux de rôles sur le terrain. Observation et participation dans l'enquête sociologique », dans Cefaï D. (dir.) (2003), L'Enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte, pp. 340-349.

Gonzalez P. & L. Kaufmann (2012), « The Social Scientist, the Public, and the Pragmatist Gaze. Exploring the Critical Conditions of Sociological Inquiry », European Journal of Pragmatism and American Philosophy, vol. IV, n° 1, pp. 55-82.

Katz J. (2010 [2001]), « Du comment au pourquoi. Description lumineuse et inférence causale en ethnographie », dans Cefaï D. (dir.) (2010), L'Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l'École des Hautes études en Sciences sociales, pp. 43-105.

Meigniez M. (2011), « ''Nous, on préfère être sur le terrain et aider !'' Ethnographie de la relation d'aide dans une association bénévole », Mémoire de Maîtrise universitaire en Sciences sociales, Faculté des sciences sociales et politiques, Université de Lausanne.

Sacks H. (1974), « On the Analysability of Stories by Children », dans Turner R. (dir.), Ethnomethodology, Harmondsworth, Penguin Books, pp. 216-232.

Smith D. (1981), « On Sociological Description: A Method from Marx », Human Studies, vol. 4, pp. 313-337.

Widmer J. (2001), « Catégorisations, tours de parole et sociologie », dans de Fornel M., Ogien A. & L. Quéré (dir.), L’Ethnométhodologie. Une sociologie radicale, Paris, Éditions La Découverte, pp. 207-238.

Haut de page

Notes

1 Je tiens ici à remercier, pour leurs précieuses suggestions lors des relectures de ce texte, Laurence Kaufmann et Marine Kneubühler, mais également Fabienne Malbois, Philippe Gonzalez et Léonore Cabin.

2 Cette enquête s'est déroulée, au sein de l’association « Les Cartons du Cœur », sur plusieurs mois entre 2010 et 2011, pendant lesquels j'ai pu suivre les équipes de bénévoles – ils fonctionnent par binôme – et également participer au remplacement de l'un ou l'autre bénévole. Les tournées de livraison de cartons se faisaient en voiture et se déroulaient une après-midi par semaine. Une dizaine de bénévoles différents – c'est-à-dire presque la totalité des bénévoles livreurs de l'association – ont été suivis (Meigniez, 2011).

3 J’utilise le terme générique de « bénéficiaire » pour désigner les gens qui reçoivent l’aide, terme utilisé par l’association, dans la Charte notamment. Cependant, ce terme n’est que rarement mobilisé par les bénévoles qui, sur le terrain, parlent plus souvent de personnes en particulier que d’une catégorie générique.

4 Cette explication sera confirmée par la suite dans mon enquête, lorsque je me retrouve à nouveau chez cette bénéficiaire avec une autre bénévole. Lors de cette seconde visite, c’est vers moi qu’elle se dirigera pour demander de l’argent, comme si je fonctionnais en témoin de cette pratique possible puisqu’une autre l’avait déjà fait sous mes yeux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maëlle Meigniez, « De l’acteur à l’institution. Esquisse d’une sociologie de l’action d’aide », SociologieS [En ligne], Dossiers, Affecter, être affecté. Autour des travaux de Jeanne Favret-Saada, mis en ligne le 24 juin 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4702

Haut de page

Auteur

Maëlle Meigniez

Doctorante, Institut des sciences sociales, Université de Lausanne - Maelle.Meigniez@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page