Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Les temps de la vieillesse au Sénégal : le malentendu intergénérationnel

Sadio-Ba Gning

Résumés

L’efficacité de la prise en charge des personnes âgées semble être remise en cause par le malentendu qui existe entre les enfants et les parents sur la façon de gérer la vieillesse. Ce malentendu semble traduire un décalage temporel entre les enfants qui pensent bien s’occuper de leurs parents en les accueillant chez eux – tandis que ceux-ci entendent rester dans leur sociabilité habituelle. L’accès aux soins, l’occupation professionnelle et la situation résidentielle des personnes âgées sont autant de domaines où se cristallisent les conflits intergénérationnels entre les enfants et les parents qui sont inscrits dans des régimes temporels distincts. Pour montrer l’écart entre les temporalités de la vieillesse et les pratiques intergénérationnelles de prise en charge des personnes âgées, nous mobiliserons sur le plan méthodologique les données d’entretiens croisées auprès de gériatres et des ménages urbains et ruraux sénégalais. Nous voudrions ici appréhender les conditions de vie des personnes âgées. Il s’agit d’étudier certains aspects de leur vulnérabilité dans l’entourage familial où les soins proposés par les enfants peuvent se révéler inadaptés ou vécus comme relevant d’un isolement social, d’une infantilisation, voire d’une maltraitance – et de montrer comment les stratégies adoptées par les personnes âgées leur permettent de polariser l’attention autour d’eux et de se maintenir dans des positions sociales respectables.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 En 2006 le Sénégal lance un programme d’assurance maladie universelle pour les personnes âgées : le (...)

1Au dernier recensement de la population sénégalaise (2002), les personnes ayant atteint ou dépassé les 60 ans n’étaient qu’un peu plus de 5 %. Analyser la situation des personnes vieillissantes présente un intérêt à plus d’un titre. Leur nombre ne cesse de croître et continuera de manière inéluctable dans les années à venir (Golaz et al., 2012). Cependant elles évoluent dans un contexte de précarité marqué par l’absence de couverture sociale généralisée, la faiblesse, voire l’inexistence de retraites et de pensions. Les personnes âgées ont commencé à constituer une timide priorité pour les politiques publiques avec l’avènement du plan Sésame 1. La prise en charge repose essentiellement sur la présentation de la carte d’identité numérisée des personnes qui ont atteint l’âge de 60 ans. Toutefois, son application a montré que cette initiative politique n’est jusque-là accessible qu’à une minorité de personnes âgées de 60 ans et plus, souvent retraitées de la fonction publique et résidant en ville. Le plan Sésame est peu connu en milieu rural où habite la moitié des personnes âgées, soit 63,8% contre 32,2% en ville (Mbaye et al., 2012). Enfin les personnes âgées vivent des situations de vulnérabilité « structurelle et relationnelle » en dépit de leur fonction centrale dans l’espace social. Elles y sont engagées dans des échanges qui appellent à la réciprocité entre leur descendance et leurs réseaux sociaux qui gèrent exclusivement leur prise en charge (Golaz & Antoine, 2011).

  • 2 Dans l’ethnie wolof qui est l’une des plus répandue au Sénégal, on retrouve un certain nombre d’exp (...)

2Dans l’imaginaire wolof, la personne âgée est souvent célébrée à travers différentes expressions vernaculaires qui rappellent son importance 2. Or, quand on observe leurs conditions de vie dans les ménages, on s’aperçoit très vite qu’elles ne reflètent pas l’épanouissement du troisième âge. Comment appréhender la place des personnes âgées et expliquer le malaise de ces gardiennes de la mémoire dans une société qui leur rend hommage sous différentes facettes ? Comment procéder pour distinguer les représentations collectives des pratiques effectives autour de la vieillesse entre ascendants et descendants ? Sur quels critères s’appuyer ? Comment réagissent les personnes âgées ? Voilà autant de questions qui nous poussent à étudier les rapports aux temps de la vieillesse selon les générations, particulièrement chez les « jeunes », les femmes et les personnes âgées – non parce qu’il s’agit des seuls groupes qu’on puisse étudier, mais parce qu’ils jouent un rôle prépondérant dans la prise en charge des personnes âgées dans les ménages.

3Pour montrer que les différences entre les représentations et les pratiques de gestion de la vieillesse sont déterminées par l’âge, le sexe et la position économique et sociale des « anciens » et de leur entourage, nous proposons une analyse de trois cadres sociaux présentant des temporalités spécifiques : la résidence, le travail et les soins qui leur sont apportés. Pour cela nous construirons notre argumentaire autour de ce que nous désignons par temporalités de la vieillesse. C’est le cadre de références partagé par les personnes âgées et leur entourage. Il comprend les temporalités généalogiques et intergénérationnelles, à l’origine du décalage entre différents régimes temporels et relatives aux représentations sociales du travail et de la retraite. Le contexte de la recohabitation parent-enfant, centré particulièrement ici sur la sphère privée du ménage, permettra d’étudier ce malentendu intergénérationnel, en fonction de la situation économique des enfants et de la position sociale des parents.

  • 3 Les résultats présentés ici s’inscrivent dans le cadre du projet franco-britannique et panafricain (...)

4Sur le plan méthodologique, nous mobiliserons les données de notre enquête qualitative 3. Les entretiens ethnographiques ont porté sur 56 individus dont 30 personnes âgées de 60 ans et plus et 26 aidants. Les enquêtes-ménages ont été réalisées en binôme sur trois sites : en milieu rural, semi-rural/semi-urbain et en milieu urbain, de juillet à décembre 2011. Elles se sont déroulées dans deux villages sérères situés sur la petite côte dans les îles du Sine Saloum, dans un premier temps. Ces villages de pêcheurs restent encore marqués par une organisation traditionnelle. Dans un second temps, nous avons enquêté des ménages dans un village semi-urbain, semi rural, en périphérie de la ville de Saint Louis et de la frontière du Sénégal avec la Mauritanie. Le brassage ethnique entre les Wolofs et les Maures est notoire dans ce dernier village où l’activité dominante demeure le maraîchage, la pêche et la main d’œuvre industrielle. Enfin, les dernières enquêtes-ménages ont été faites dans un des vieux quartiers de la capitale, Dakar. L’ensemble des entretiens a été réalisé sur la base d’une fiche descriptive du ménage et d’un guide d’entretien axé sur les relations intergénérationnelles. L’utilisation des entretiens ethnographiques dans une perspective de récit de vie nous a permis de faire des portraits qualitatifs de chaque participant, avec l’aide des bandes enregistrées. Les entretiens en milieu rural ont été faits en sérère avec un interprète, avant d’être retranscrits puis traduits vers le français. Toutefois, la tendance du guide-interprète à répondre aux questions au lieu de les poser directement à l’enquêté a parfois constitué un biais. Tous les entretiens ont été rendus anonymes et précédés d’un consentement éclairé. Leur analyse permettra d’étudier dans une première partie les perceptions de la vieillesse ; nous décrirons dans une deuxième partie les conditions d’isolement des personnes âgées, puis leurs stratégies.

Être vieux au Sénégal : temporalités de la vieillesse

5Les perceptions de la vieillesse, essentiellement construites autour du contrat implicite, rappellent aux descendants la dette intergénérationnelle qu’ils doivent acquitter toute leur vie durant auprès des ascendants. Ainsi, ils peuvent espérer être rétribués à leur tour, en tant que parents. La vieillesse est perçue comme un temps qualitatif qui n’est pas seulement un temps de repos, mais un temps sacré de « régénération des contacts avec le divin » (Tabboni, 2006). La vie active, « intramondaine », est relativement bannie et le retour à la religiosité encouragé. La temporalité de la vieillesse est aussi celle de la préparation à la mort où le rapport avec Dieu est convoité. Elle est donc censée impliquer une période de recueillement, voire d’ascèse, pour les personnes âgées. Dans cette logique, leur participation à des causeries de mosquées ou d’églises, les visites aux malades, les pèlerinages aux lieux saints de l’islam et du christianisme sont valorisés. Toute la relation au futur est motivée par le souci d’entrer en « collaboration avec Dieu » (Bourdieu, 1963, p. 66). L’âge de la vieillesse est donc celui du renoncement aux projets, de la piété consolidée, du renforcement de l’autorité morale et du transfert du pouvoir décisionnel et économique des personnes âgées vers leur descendance ‑ celle qui est en mesure de maintenir l’ordre hiérarchique dans la famille et d’en assurer la survie matérielle et morale. De fait, la prise en charge des personnes âgées se fait suivant une différenciation qui favorise les descendants (hommes) disposant d’une bonne situation socioéconomique, au détriment des femmes et des cadets (Gning, 2013). Cette aide qui reste très normée rappelle la détermination sociale des dons et services rendus aux parents.

  • 4 Terme emprunté à Norbert Elias (1996).

6Marcel Mauss a montré que le don est un « fait social total » en étudiant notamment les liens qui peuvent exister entre le transfert des objets et la hiérarchie sociale : « Donner, c’est manifester sa supériorité, être plus, plus haut, magister ; accepter sans rendre ou sans rendre plus, c’est se subordonner, devenir client et serviteur, devenir petit, choir plus bas (minister) » (Mauss, 1950, pp. 269-270). La solidarité et la générosité unissent de façon contradictoire volonté et obligation, liberté et nécessité de donner. Cette obligation morale de rendre est doublée par celle d’une dette qui pousse les descendants à « bien » s’occuper de leurs parents – cela avant tout en signe d’admiration et de reconnaissance à leur égard. Dans cette perspective, les descendants considèrent la vieillesse comme une « retraite sociale » qui se manifeste par l’arrêt définitif du travail. Elle est censée permettre aux parents de récolter en tout repos et dans le confort les fruits de leurs investissements, sacrifices et privations consentis à leur égard. Les personnes âgées gardent la préséance, arbitrent les conflits et sont garants de la cohésion sociale des familles (Golaz, 2007). Relayés dans leurs responsabilités économiques par leurs enfants, elles peuvent alors se consacrer à des activités nécessitant peu d’efforts physiques. La vieillesse est le symbole de l’âge d’or qui confère respect, pouvoir et reconnaissance sociale. Elle constitue un moyen de revitaliser le « contrat social » de la filiation. Elle met en évidence une logique sacerdotale qui engage les descendants qui veulent acquérir la grâce, le pouvoir, la richesse, bref la « baraka », à s’occuper de leurs parents. En effet, leur bénédiction constitue, au-delà de sa fonction salutaire, la condition d’une prospérité dans ce monde et l’accès au paradis dans l’autre monde. D’ailleurs, l’échec et la réussite sociale, souvent corrélés dans l’opinion populaire aux prières des parents, constituent une bonne illustration de l’importance accordée à cette bénédiction. Sa quête pousse les descendants à beaucoup de générosité dans l’échange. L’importance des transferts financiers des migrants sur le prestige social de leurs parents et sur la fonction de « retraite » ou « d'assurance vieillesse » en atteste (Demonsant, 2007). Ce qui permet aux enfants d’asseoir une certaine « sécurité psychique » 4.

7Qu’en est-il des malentendus qui peuvent alors naître de cette relation ? Pour étudier les conflits temporels dans les ménages, analysons les temporalités résidentielles parents-enfants, les temporalités des soins quotidiens et médicaux et les temporalités professionnelles des personnes âgées.

L’isolement social des personnes âgées dans l’entourage 5 : malentendus, inégalités et disparités

  • 5 L’usage de ce concept a l’avantage d’éviter les glissements sémantiques entre le ménage (groupe de (...)

8La place centrale de l’aide de l’entourage et de la vie religieuse pendant la vieillesse permet de distinguer le temps qu’Émile Durkheim a étudié dans sa dimension sociale comme une « catégorie de l’entendement » née des pratiques collectives. Ses élèves Henri Hubert et Marcel Mauss ont souligné la dimension totalisante du temps social, produit de la conscience collective qui laisse peu de place aux temps individuels, aux expériences subjectives des temporalités et à l’analyse diachronique. Toutefois, l’étude du temps social de la vieillesse ne peut être limitée aux seuls aspects normatifs des représentations collectives décrites. Les choix et les pratiques des individus effectués dans des processus multi- et trans-individuels méritent d’être pris en compte pour étudier les conflits temporels qui naissent de l’aide apportée aux personnes âgées dans l’entourage.

  • 6 Le plan Sésame a vite montré ses limites. L’analyse des conditions d’accès, les parcours de soins, (...)
  • 7 Les recherches menées en Afrique à ce jour ne montrent que rarement ces aspects.

9L’accueil des séniors en institution dans les pays occidentaux telle que la France est souvent perçu lors de nos entretiens comme un facteur d’exclusion par l’âge, comportant un risque de fracture entre les générations qui entraine un sentiment d’éloignement et de décrochage social. Il demeure donc une préoccupation pour les familles au Sénégal. Dans un contexte de faible volonté politique 6 à l’égard des personnes âgées, l’entourage familial apparaît comme la sociabilité privilégiée qui organise la solidarité. Le décalage entre les générations, relativement bien géré en son sein, engendre des malentendus lors de la prise en charge des personnes âgées 7. En effet, l’urbanisation, la paupérisation, le boom démographique et par conséquent l’individualisation, l’effritement des solidarités traditionnelles ont considérablement affecté la famille. Elle est devenue de plus en plus le terrain de confusions et de conflits temporels qui ne se posent pas avec la même acuité dans les ménages relativement aisés et les ménages modestes, entre les personne âgées, hommes et femmes, avec ou sans enfants, en ville et à la campagne. Pour mieux comprendre la précarisation des conditions de vie des personnes âgées, analysons le temps de la recohabitation parent-enfant.

Sur les temporalités résidentielles : « Mes parents, mon standing et moi »

  • 8 Pour ceux qui ont une retraite, sachant que seuls 20% de la population ont une sécurité sociale.

10Dans les ménages qui accueillent une personne âgée, le chef de ménage se confond avec le chef de famille le plus âgé reconnu comme l’autorité morale ou le « kilifa » de la concession. Il possède donc un pouvoir sur l’ensemble des membres du ménage qui le considèrent comme la personne de référence de la famille. Consulté sur toutes les affaires concernant le ménage, il arbitre, prend les décisions et règle les conflits. En tant qu'autorité morale, il veille à assurer la stabilité et la cohésion du ménage. Toutefois, avec le vieillissement et la retraite 8, le statut de chef de ménage, souvent attribué à un pouvoir économique, se déprécie. Les revenus baissent pendant que les attentes vis-à-vis de la fonction de chef de ménage demeurent. Le parent âgé continue d’être perçu par les membres de son entourage comme le principal soutien du ménage, malgré son départ à la retraite ou l’arrêt de ses activités. Une position qu’on lui attribue, au-delà de son âge, en fonction de ses revenus. Pour pallier la baisse de revenus et par-là la perte du statut social, ils sont censés satisfaire les sollicitudes sociales de la parentèle. Face à cette situation, seules les personnes âgées qui ont plus de ressources semblent gérer cette pression qui les expose à un déclassement social. Le cas échéant, les enfants et les femmes y jouent un véritable rôle. Celles-ci s’investissent dans le petit commerce informel et remplacent au pied levé le chef de famille dans ses responsabilités financières, tout en lui cédant la préséance en tant qu’autorité morale du ménage. Les différentes figures du travail informel féminin manifestent des recompositions dans les relations de genre dans la société sénégalaise, à la fois les contraintes liées à la résistance du patriarcat et les stratégies d’émancipation relatives des femmes. Bien qu’il y ait des réussites remarquables parmi elles, qui finissent par imposer une relative autonomie, cela reste l’apanage d’une minorité. La plupart de ces femmes ont à se battre contre la « résistance » des pouvoirs masculins, aussi bien dans leur famille que dans la société, au sens large. Vendeuses, patronnes ou employeuses, elles dépendent pour la plupart des réseaux de solidarité et de distribution de marchandises alors contrôlés par les hommes. En définitive, les femmes de l’informel acquièrent un pouvoir, le plus souvent limité à la sphère familiale. Ce pouvoir est parfois occulté par celui du chef de ménage homme, déclaré, alors que ce sont elles qui sont les véritables pourvoyeuses de ressources. Au demeurant, même si le travail reste libérateur, ces femmes sont encore dépendantes d’une organisation patriarcale (Gning, 2013).

  • 9 Il est important de prendre en compte la spécificité de chaque secteur informel selon les pays et l (...)
  • 10 Les différents cas de figures observés sur le terrain nous ont conduit à abandonner les critères st (...)

11On s’intéresse aux ménages à faibles niveaux de vie dont une partie des enfants a réalisé une certaine ascension sociale alors que l’autre est confrontée au chômage ou est active dans le secteur informel 9. La situation financière assez confortable des enfants du premier groupe permet à ces derniers de vivre hors du domicile familial. Ils choisissent alors d’installer leurs parents dans leur propre logement ou dans une maison construite, louée ou achetée à cet effet. Cette décision est souvent prise après le décès d’un des conjoints-parents et/ou le départ des autres enfants. Face à la diversité des situations résidentielles des personnes âgées 10, nous mettons l’accent sur les parents venus vivre chez leurs enfants. Les entretiens révèlent que cette situation concerne moins les hommes que les femmes. Les hommes viennent en effet rarement habiter avec un de leurs enfants après le décès de leur femme ou un divorce. Ils se sont souvent remariés. En revanche les veuves seules – rares sont parmi les veuves celles qui sont « remariées de corde », les « takkoo » (mariages polygames) – habitent avec leurs enfants. Entériner une telle décision pour les enfants de la veuve âgée, en particulier pour les fils, n’est pas toujours aisé. De plus, ce type d'union n'offre pas aux femmes les possibilités d'avoir une vie de couple. Elles sont amenées à la mettre entre parenthèse, voire à y renoncer. La recohabitation tardive, souvent considérée comme un moyen de contribuer de manière significative au renforcement du lien social parent-enfant est ici pénalisant quand on est veuve, même remariée. Ces parents âgés sont alors perçus par leurs enfants nantis comme « vulnérables ». Ces derniers espèrent mieux s’acquitter de leur dette intergénérationnelle en leur offrant une prise en charge qui reflète leur réussite économique et sociale. En les installant dans un logement de confort, ils ne lésinent pas sur les moyens pour les mettre dans des conditions idoines pour « bien vieillir ». Ce choix ne semble pas être partagé par les parents qui préfèrent rester dans le domicile familial, lequel représente un lieu de mémoire et un patrimoine. Ils ne souhaitent pas que le présent efface les habitudes et les souvenirs du passé, bien qu’ils perçoivent parfois un hiatus entre les deux. La recohabitation intergénérationnelle est vraisemblablement source de conflits. Elle entretient une représentation magnifiée de la vieillesse qui tend alors à occulter l’isolement social de certaines personnes âgées dans l’entourage familial. Cet isolement est renforcé par le décalage entre leurs besoins et le confort qui leur est proposé par leurs enfants. Accueillies en ville ou à l’étranger dans le cadre d’une migration de santé par exemple, elles sont confrontées à la désarticulation des temps professionnels et familiaux de leurs enfants. Ce qui soulève un autre facteur de désocialisation des personnes âgées : la fin des activités de travail.

Sur les temporalités professionnelles : « travailler, toujours travailler ou arrêter de travailler… »

12Pitirim Sorokin et Robert Merton (1937) ont montré que le temps social est aussi structuré en fonction des activités significatives qui le composent : il n’est pas uniquement celui qui est comptabilisé dans les enquêtes sur les emplois du temps et doit être appréhendé selon ses qualités. Dans la littérature anthropologique, le temps des sociétés traditionnelles a été longtemps considéré comme plus qualitatif et concret en raison de l’absence ou de la moindre prégnance de la mesure mathématique du temps astronomique. Edward E. Evans-Pritchard estime ainsi que chez les Nuer, la succession temporelle n’est pas nombrée. Elle naît des expériences de la succession des tâches dans la journée ou encore de la succession des générations dans l’espace familial (Evans-Pritchard, 1994 [1937]). L’historien britannique Edward Palmer Thompson en a tiré l’idée que dans les sociétés préindustrielles, la mesure du temps est « orientée par la tâche » qu’il paraît naturel d’accomplir pour vivre. Les rythmes sont plus lents et il n’existe pas de séparation radicale entre « le travail et la vie » (Thompson, 2004 [1967]).

13La modernisation implique une autre conception du travail et du temps : un travail abstrait, productif et intensif, mesuré en durées quantifiées. Confrontés à un contexte de chômage urbain élevé, les jeunes sont très attachés au travail moderne, source de valorisation et de sécurité matérielle. Ils s’inscrivent dans la temporalité dominante des sociétés actuelles, celle du temps linéaire et cumulatif de la vie professionnelle et de la mobilité sociale (Pronovost, 1996). L’importance de la vie professionnelle pose également un problème de représentation intergénérationnelle. En effet, le travail des parents, surtout lorsqu’il s’agit d’une activité génératrice de revenus, paraît dévalorisant pour les enfants qui ont acquis une bonne situation économique. Ces activités vécues de façon hautement significative par les parents peuvent alors être perçues comme contingentes, voire hasardeuses par leurs enfants. Ces derniers accordent plus d’importance au temps libéré du travail consacré au repos physique.

14Cette vision participe à une mise en scène de la prise en charge des personnes âgées. Elle implique un jeu de rôle pour les parents qui n’entendent pas rompre du jour au lendemain avec le travail qui a rythmé leur vie pendant plusieurs années. Par contre les enfants tiennent à préserver une certaine image sociale. Or dans les villages sérères étudiés le prolongement du temps de travail des personnes âgées est aussi valorisé que dans le secteur informel urbain. Il est perçu avant tout comme un signe et un moyen de se maintenir en bonne santé. La pêche et le travail des champs mobilisent toutes les forces de la famille, mais encore plus les hommes. Dans le bassin arachidier par exemple, les hommes âgés de 55 ans et plus détiennent le contrôle de la terre. Ils sont nettement moins tournés vers des activités de saison sèche ou les migrations temporaires de travail que les femmes du même âge. Celles-ci restent actives dans certains travaux agricoles (Vandermeersch & Kouevidjin, 2007). Les activités liées au coquillage et à la transformation des produits halieutiques sont non négligeables.

  • 11 Le bissap est la plante qui produit les feuilles d’ibiscus. Il existe en blanc, utilisé à la prépar (...)

15Le repos n’est pas envisagé dans une seule perspective de temps libre. Il s’organise autour d’activités libérées des contraintes du travail salarié et du travail domestique. En d’autres termes, le repos est rythmé par le « travail à-côté » pour reprendre le titre du livre de Florence Weber (2001). Alors qu’il est vécu par les hommes à travers les activités de bricolage, les femmes sont tournées vers les pratiques alimentaires. Elles s’occupent de leur potager en bordure des champs ou à l’arrière-cour des concessions, rafistolent des vieux habits, trient des denrées alimentaires (riz, graines d’arachides, haricots), recherchent du bois mort, etc. De même, le fait de vendre des feuilles de « bissap » 11, des cacahuètes, de l’eau glacée sur la voie publique ou encore du kola, du poisson séché et des condiments au coin du quartier ou au marché ne répond pas à un besoin financier important. Il est apprécié par le parent âgé qui en profite pour surveiller ses petits-enfants qui jouent dans la rue ou pour participer à des lieux de sociabilité autre que le seul ménage.

16En un mot, nous pouvons dire que les conflits temporels autour du travail des personnes âgées en ville comme à la campagne résultent avant tout de la logique de la dette sociale qui rappelle aux enfants le devoir de s’occuper de leurs parents en les déchargeant de leurs responsabilités économiques pour les hommes et des tâches ménagères pour les femmes. Ce passage dans le monde de la vieillesse laisse transparaître une perception de la retraite qui se distingue du sens occidental. À cause de la faiblesse du salariat et de l’importance du secteur informel, la pension n’est pas automatique après l’arrêt du travail. La retraite est perçue par les enfants comme l’arrêt définitif du travail non envisagé par les parents. Il est davantage difficile pour ceux qui n’ont pas été salariés ou qui ont toujours travaillé à leur compte. En ville, cette difficulté du passage à la retraite fait basculer les chefs de ménage dans la dépendance. Cependant qu’au village, la maladie, la perte d’autonomie ou la mort sont les seuls facteurs qui peuvent conduire les hommes et les femmes âgés à renoncer au travail vital des champs. Est-ce à dire que les soins dont bénéficie le parent âgé sont à même de parer à ce besoin de travailler et satisfont à ses attentes ?

Sur les temporalités des soins : « On ne peut pas être quand on a été »

17Comment est considéré le temps des soins apportés aux personnes âgées, leur rythme et leur déroulement dans les ménages, par elles-mêmes et par leur entourage ? Que nous apprennent les relations entre belles-mères/belles-filles, la figure de la bonne dans la prise en charge et les arbitrages de santé sur les conflits intergénérationnels ?

18En étudiant les rivalités dans la fratrie, nous avons montré combien est déterminante la différentiation selon le sexe, l’âge, le revenu dans la prise en charge des personnes vieillissantes dans les ménages au Sénégal et au Burkina Faso. De même que la cohabitation parents/enfants/petits-enfants rend plus fréquente l’aide apportée, elle favorise une proximité intergénérationnelle selon le genre. Elle se traduit par le renforcement des liens affectifs entre petites-filles et grands-mères, l’apaisement des conflits entre belles-mères et belles-filles et le renforcement du sentiment des personnes âgées d’être bien entourées (Gning, 2012). À l’inverse, cette cohabitation est aussi source de conflits. En effet, les soins apportés par les belles-filles – que nous avons appelées les « secondes mains », car étant au cœur de l’aide – représentent un véritable enjeu. Il l’est d’autant qu’une « bonne » épouse s’accomplit en s’occupant de ses beaux-parents au-delà ou avant d’être mère. De fait, la retraite sociale des belles-mères est perceptible à travers leur détachement de l’organisation domestique du ménage, alors confiée aux belles-filles venues habiter avec elles. Cela confère aux belles-mères une certaine reconnaissance et du pouvoir sur leurs brus et de manière générale sur toutes les affaires relatives à la cuisine et à la maternité par exemple. Aussi, elles gagnent plus de notoriété avec l’âge (Journet & Juilliard, 1994). Face à cette situation, on assiste à une lutte de pouvoir entre les belles-filles qui veulent prendre la pleine mesure de leur statut d’épouse. Elles rivalisent pour assumer le rôle de la maîtresse de maison tandis que les belles-mères refusent parfois de passer le relais. Ce tiraillement entre une logique d’avenir incarnée par les belles-filles et le souci des belles-mères de perpétuer un pouvoir domestique affecte la qualité des soins qui leur sont dispensés. Il se traduit par une désynchronisation des horaires et des besoins alimentaires des personnes âgées avec ceux de leur entourage. En effet, l’absence d’horaires aménagés pour alimenter le parent âgé perturbe la qualité des soins qui lui sont alloués. Elle se traduit par des rythmes décalés qui ne correspondent pas souvent à ses habitudes. Pour le petit déjeuner par exemple, celui-ci est amené à attendre la fin du toilettage du bébé pour être servi alors qu’il peut être levé depuis l’aube – idem pour le repas du midi où le parent âgé se cale sur l’heure de retour d’école des enfants pour déjeuner au même moment que les autres membres du ménage. On observe une certaine inégalité intergénérationnelle entre les entrants (bébé-enfants) et les sortants (parents âgés). Cette inégalité est encore plus criante lorsque les membres de l’entourage ne sont pas qualifiés pour accompagner le parent âgé. Il fait l’objet d’une négligence « ordinaire » qui le conduit à « se débrouiller » en cas d’indisponibilité passagère ou partielle et en l’absence de l’aidant. Cette dépendance évoque le pouvoir de la bonne et des belles-filles qui ont souvent la charge de s’occuper de lui. Celles-ci sont inscrites dans des temps professionnels et domestiques difficilement conciliables. Actives, elles sont confrontées à la « double journée ». Femmes au foyer ou aide familiale, elles doivent s’occuper à la fois de la préparation des repas, des enfants, du ménage, du linge et en plus de la personne âgée qui a ses besoins spécifiques. Il s’avère encore plus difficile de les satisfaire lorsque la mobilité est réduite et que la personne âgée a besoin d’être aidée pour se promener, se nourrir, se laver, prendre ses médicaments, etc. Dans les deux cas, la désarticulation des temps familiaux et professionnels modifie la nature des soins apportés. Elle confine le parent âgé dans une zone de seconde, voire de tierce priorité – cela à plus forte raison quand la famille n’a pas les moyens de recourir aux services d’un aidant professionnel.

19Avec la précarisation urbaine de surcroît, offrir des soins au parent âgé n’est pas une démarche facile à engager lorsqu’on est le seul et principal soutien de famille. Les enfants adultes du parent âgé sont alors amenés à faire des arbitrages intergénérationnels entre la santé de leurs propres enfants et la santé de leurs parents. « Qui choisir entre mon enfant, ma femme, ma mère ou mon père ? » est une question qui est posée dans la population étudiée. Dans ce contexte, certains jeunes chefs de ménage sont pris dans un dilemme entre mettre la priorité sur leurs descendants ou sur leurs ascendants. Ces choix délicats à opérer posent par là-même la question du sens de l’investissement humain, économique et social sur la santé de la personne vieillissante. Symbole de la continuité mais également de la fin, cette dernière peut être reléguée au second plan dans l’accès aux soins. Par contre, les enfants incarnent la jeunesse et l’avenir. Ils sont privilégiés. L’importance accordée à la santé des enfants et des femmes par la plupart des chefs de ménages rencontrés, les conduisant parfois à oublier de parler d’eux-mêmes, révèle une certaine hiérarchisation dans les priorités en matière de soins entre les générations. En conséquence, certains jeunes chefs de ménage font le choix de payer en premier lieu par exemple l’ordonnance de leur enfant malade plutôt que celui de leur parent âgé. D’autres, en revanche, vont s’appuyer sur le réseau familial pour pourvoir aux frais de santé de ce parent au lieu d’avoir à les supporter seul. Dans le même prolongement de ces arbitrages, on assiste à un relâchement de la prise en charge du parent âgé au fur et à mesure que celle-ci dure. Avec le rythme urbain ou macro social (Pronovost, 1996) qui place les personnes âgées dans la population souvent qualifiée de « désynchronisée », la routinisation de la prise en charge peut être perçue comme un « boulet inavoué » et/ou le décès de la personne âgée être vécu comme une délivrance.

20Somme toute, est-il permis de parler de « maltraitance » des personnes âgées vivant dans l’entourage familial ? Alors qu’un discours convenu et bienveillant, souvent opposé au modèle médicalisé en institution, s’est construit autour de l’efficacité de leur prise en charge dans les ménages, comment les stratégies des personnes âgées participent-elles de la lutte contre cette solitude sociale (Van Rompaey, 2003) ?

Face à des destins contrastés devant la vieillesse, hommes et femmes se mobilisent

  • 12 Ce dernier aspect – que semblent occulter la cohabitation intergénérationnelle ou encore l’arrêt du (...)

21Rester chef de ménage constitue le grand défi des personnes âgées que nous avons rencontrées. En considérant la vieillesse comme une déchéance physique, source de vulnérabilité économique et sociale, elles essaient d’infléchir les conséquences de ce processus. Conscients du pouvoir libérateur du travail et soucieux de préserver le prestige rattaché au statut de chef de ménage, les séniors développent différentes stratégies pour lutter contre la dépendance dans l’espace social 12. Ces stratégies s’appuient sur l’entourage familial et professionnel (anciens pairs ou collègues).

22Sur le plan résidentiel, les séniors installés chez leurs enfants optent souvent pour le retour « chez eux », c’est-à-dire dans la maison familiale où ils ont longtemps vécu. Ils préfèrent renoncer au confort qui ne fait pas sens à leurs yeux. Ainsi certains repartent au village ou au marché pour tenir leur petit commerce, s’activent dans les champs ou fréquentent des « grand’places ». Ces espaces jusque-là réservés aux hommes permettent à des personnes âgées d’un quartier, d’un village ou à d’anciens retraités de se retrouver sous un arbre pour « tuer le temps » en buvant du thé, en jouant aux cartes et en discutant de l’actualité. On peut également citer les regroupements par comité de mosquée qui s’appuient essentiellement sur des pratiques de sociabilité en manifestant une grande solidarité, une cohésion et une entraide propres aux classes d’âges. Pendant ce temps, les femmes s’occupent de la garde ou de l’éducation de leurs petits-enfants, dont les parents sont partis travailler, en ville ou à l’étranger, tout en continuant de contrôler la gestion domestique du ménage.

23Sur le plan professionnel, on assiste à un étalement temporel du passage à la retraite. Il est marqué par un retour au travail et par la reconversion dans des métiers moins valorisants pour les retraités (hommes) de la fonction publique. Leurs stratégies sont relativement différentes de celles des femmes qui sont plus actives dans l’informel puisqu’elles travaillent à leur compte et ne sauraient bénéficier par conséquent d’une pension de retraite (Antoine, 2007).

24Quand on regarde de plus près l’occupation des personnes âgées, on se rend très vite compte de leurs fonctions sociales sur leur vie et sur celle de leur entourage. En plus de favoriser la transmission et le rapprochement intergénérationnel, travailler constitue un moyen de faire face aux charges du ménage et aux différentes sollicitations de l’entourage. L’allongement du travail ou la reconversion représentent un pouvoir économique et social pour le travailleur âgé. Celui-ci peut conserver sa position sociale et consolider sa fonction d’autorité morale et par-là lutter contre un déclassement social et un désœuvrement, bref éviter une « mise sur la touche sociale ». Enfin, le travail constitue pour eux un moyen d’organiser leurs temps quotidiens. Il conduit certains parents âgés, aidés financièrement par leurs enfants, à chercher des moyens d’occuper leur temps libre. Ceux qui sont dans l’informel se rendent régulièrement sur leurs anciens lieux de travail alors gérés désormais par leurs enfants pour faire « passer le temps ». La routine des longues journées consacrées à « se tourner les pouces », l’absence de rythme réglé par les obligations professionnelles, deviennent dès lors source d’angoisse. La « peur du vide social » pousse donc le travailleur âgé à se maintenir dans le secteur formel et à continuer dans l’emploi informel (Peixoto, 2006).

  • 13 Témoignage recueilli auprès du directeur d’un centre de gériatrie de Dakar.

25Sur le plan des soins, les stratégies des séniors sont encore plus fines en ce qui concerne leur santé et particulièrement leur alimentation. Obligés de suivre des régimes alimentaires spécifiques lorsqu’ils souffrent du diabète ou de la tension artérielle, ceux qui ont les moyens font une cuisine séparée du reste du ménage. En outre, certains séniors qui se sentent délaissés peuvent aller jusqu’à demander à être hospitalisés pour susciter une mobilisation familiale 13. D’autres, par contre, cherchent à attirer l’attention en mettant en concurrence les enfants pour recevoir des dons qu’ils pourront redistribuer. D’un côté, ils mettent à contribution le statut de certains de leurs enfants qui sont « arrivés ». Ceux-ci sont amenés à jouer le jeu social de l’enfant prodigue, dans l’entourage du parent âgé. Il est attendu d’eux qu’ils répondent de près ou de loin aux sollicitations sociales venant de la concession, du quartier, du village et des parents. De l’autre, ils mettent l’accent sur la nécessité d’accompagner et de soutenir les jeunes générations en situation de précarité. Dans leur diversité, ces stratégies montrent un parent âgé qui s’appuie sur le réseau familial et utilise les capitaux économiques et sociaux de son entourage pour préserver son statut. Ainsi il pourra non seulement « garder la face » vis-à-vis de la famille et du voisinage, mais aussi se rassurer d’être encore dépositaire de l’autorité sur ses enfants. Autrement dit, en refusant d’être assisté, il redoute une inversion des rôles qui le placerait sous la dépendance de ses enfants qui se mettraient alors à jouer le rôle des parents. En effet, la peur de l’infantilisation, perçue comme une forme de décadence mentale, montre les limites des stratégies du parent âgé.

Conclusion

26En étudiant les représentations temporelles de la vieillesse combinées avec des parcours de vie différents, nous avons mis en évidence les difficultés à synchroniser des cadres temporels pluriels. Il s’agissait de montrer que la recohabitation intergénérationnelle occulte l’isolement social de certaines personnes vieillissantes. Le décalage observé entre les régimes de temporalités généalogiques et intergénérationnelles et les régimes de temporalité domestiques et professionnels atteste fort bien de la différence de perception de la retraite sociale par les jeunes et par leurs parents âgés. Le malentendu intergénérationnel se creuse de plus en plus entre ascendants et descendants sous l’effet des transformations économiques et sociales induites par la modernité. Ainsi nous avons pu évoquer les conflits sur le temps de l’accueil tardif entre parents et enfants, sur le temps des soins entre belles-mères et belles filles et sur le temps professionnel entre enfants actifs et parents à la « retraite ». À ces trois niveaux, la désynchronisation des rythmes est notoire : les parents âgés ne se voient pas vivre hors de leur sociabilité habituelle, sans avoir une activité sociale. Par contre les enfants sont engagés dans des parcours professionnels et/ou domestiques qui ne leur laissent pas le temps de s’occuper de leurs parents âgés comme ils le voudraient.

27La prise en charge familiale des parents âgés, conformément à notre hypothèse, est remise en cause par un décalage temporel dans les manières de gérer la vieillesse par l’entourage. Les temporalités liées à la cohabitation, au travail et aux soins mettent en jeu les logiques de différenciation sociale et économique. Il est ainsi remarquable de constater les limites de la gestion familiale de la vieillesse.

28Des précédentes observations, on peut tirer un certain nombre de conclusions. La première concerne le temps libéré des activités de travail : il n’est pas le seul marqueur de vieillesse. La deuxième porte sur les changements de repères des temps de la vieillesse au Sénégal. La perception du vieillissement normatif, celui du retrait graduel de l’activité humaine, tend à être remplacée par les formes d’investissement social après la retraite. La troisième conclusion indique que les représentations de la vieillesse sont étroitement liées à la répartition des ressources et aux facteurs de différenciation sociale. Au-delà du sexe et de l’âge, la forme de prise en charge de la personne âgée dépend de son statut dans le ménage et des conditions de vie de son entourage. Quelle que soit l’importance du parent âgé, tout dépend de sa capacité à mobiliser des ressources, sans quoi il s’expose à un isolement social.

29Ces résultats dévoilent des inégalités masquées par les configurations familiales et les solidarités sociales. Nous avons vu que le parent âgé qui habite depuis toujours avec sa famille est aussi exposé à un isolement social que le parent qui repart vivre chez ses enfants. Cet isolement touche, en particulier, plus les femmes que les hommes. En profitant du statut de chef de ménage, les hommes ont plus de possibilité d’élargir et de diversifier leur espace de sociabilité hors du ménage et de la famille, alors que les femmes sont davantage tournées vers l’espace domestique et commercial. Ainsi les hommes peuvent se remarier après un divorce ou un veuvage, alors que les femmes restent souvent seules.

30Aussi, la prise en charge des personnes âgées est un débat de générations. L’apologie de la famille, qui s’est avérée être jusque-là le modèle dominant, mérite d’être considérée, eu égard à la faiblesse des politiques publiques et à la pauvreté, sous l’angle de la répartition des ressources dans l’entourage de la personne vieillissante. D’une part, les situations d’isolement décrites témoignent en partie des difficultés économiques chroniques qui conduisent la plupart des personnes âgées à continuer à travailler ou à retourner au travail pour demeurer les principaux soutiens familiaux. Toutefois, force est de reconnaître que ces solidarités se reconfigurent et sont portées par des jeunes et des femmes qui sont inscrits dans des parcours d’individualisation certains. Deux questions se posent désormais : jusqu’à quand les personnes âgées auront-elles les moyens de résister à la dépendance à laquelle les expose le vieillissement ? Inversement, comment les jeunes et les femmes vont-ils pouvoir gérer seuls cette dépendance ? Corésident dans un ménage à deux ou trois générations, travailleur ou bénéficiaire de soins, les différentes situations auxquelles est confronté le parent âgé dans son parcours de vieillesse met en évidence des besoins spécifiques : une politique de dépendance articulée avec les solidarités traditionnelles doit lui donner une place réelle dans l’espace social.

Haut de page

Bibliographie

Antoine P. (2007), « La place et l'activité des personnes âgées dans sept capitales ouest-africaines », dans Antoine P. (dir.), Les Relations intergénérationnelles en Afrique, approche plurielle, Paris, Éditions du CEPED.

Bonvalet C. & E. Lelièvre (1995), « Du concept de ménage à celui d’entourage : une redéfinition de l’espace familial », Sociologie et sociétés, vol. XXVII, n° 2.

Bourdieu P. (1963), « La société traditionnelle. Attitude à l’égard du temps et conduite économique », Sociologie du travail, n° 1, pp. 24-44.

Décret n°2008-381 du 7 avril 2008 Instituant un système d’assistance « Sésame » en faveur des personnes âgées de 60 ans et plus.

Demonsant J.-L. 2007, « Un système informel de retraite basé sur le prestige des notables au village. Étude de cas à Matam (Sénégal) », dans Antoine P. (dir.), Les Relations intergénérationnelles en Afrique, approche plurielle, Paris, Éditions du CEPED.

Elias N. (1996 [1974]), Du temps, Paris, Éditions Fayard.

Evans-Pritchard E. E. (1994 [1937]), Les Nuer. Description des modes de vie et des institutions politiques d’un peuple nilote, Paris, Éditions Gallimard.

Gning S. B. (2013), « Les femmes dans le secteur informel aujourd’hui : indépendantes et exploitées ? », dans Maruani M. (dir.), Travail et genre dans le monde. L’état des savoirs, Paris, Éditions La Découverte

Golaz V. (2007), « Vers une nouvelle définition des relations intergénérationnelles en milieu rural gusii (sud-ouest du Kenya) », dans Antoine P. (dir.), Les Relations intergénérationnelles en Afrique, approche plurielle, Paris, Éditions du CEPED.

Golaz V. & P. Antoine (2011), « Quelles sont les personnes âgées en situation de vulnérabilité ? Estimations à partir de données censitaires en Ouganda et au Sénégal », IRD-CEPED.

Golaz V., Nowik L. & M. Sajoux (2012), « L’Afrique, un continent jeune face au défi du vieillissement », Population et Sociétés, n° 491.

Journet O. & A. Julliard (1994), « Le van des grand-mères », dans Attias-Donfut C. &, L. Rosenmayr (dir.), Vieillir en Afrique, Paris, Presses universitaires de France, pp. 191-210.

Mauss M. (1950 [1923-1924]), « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », dans Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France, pp. 143-279.

Mbaye E., Ka O. & I. (2012), « Le plan Sésame ou la gratuité des soins pour les personnes âgées au Sénégal », dans La gratuité des soins en Afrique de l’Ouest : améliorer l’équité d’accès aux soins, ONG Help, Université de Montréal. http://www.usi.umontreal.ca/nouvelles.asp?news=581

Peixoto C. (2006), « Retour au travail après 60 ans et cohabitation entre les générations : deux aspects de la solidarité familiale chez les Brésiliens », dans Vignikin K. & P. Vimard (dir.), Familles au nord et au sud, Louvain-la-Neuve, Éditions Academia-Bruylant.

Pronovost G. (1996), Sociologie du temps, Bruxelles, Éditions De Boeck université.

Sorokin P. A. & R. K. Merton (1937), « Social Time: A Methodological and Functional Analysis », The American Journal of Sociology, vol. XLII, pp. 615-629.

Tabboni S. (2006), Les Temps sociaux, Paris, Éditions Armand Colin.

Thompson E. P. (2004 [1967]), Temps, discipline du travail et capitalisme industriel, Paris, Éditions La Fabrique.

Vandermeersch C. & E. Kouevidjin (2007), « La situation des personnes âgées de 55 ans et plus en milieu rural ivorien et sénégalais », dans Antoine P. (dir.), Les Relations intergénérationnelles en Afrique, approche plurielle, Paris, Éditions du CEPED.

Van Rompaey C. 2003), « Solitude et vieillissement », Pensée plurielle, vol. 2, n° 6, pp. 30-41.

Weber F. (2001), Le Travail à-côté. Études ethnographiques ouvrières, Paris, Éditions de l’EHESS.

Haut de page

Notes

1 En 2006 le Sénégal lance un programme d’assurance maladie universelle pour les personnes âgées : le plan Sésame. L’objectif de cette politique spécifique de prévoyance pour le troisième âge est de corriger les inégalités d’accès aux soins et les dysfonctionnements entre les coûts de soins hospitaliers et les indemnités journalières en vigueur. Il devait contribuer à améliorer les conditions de vie des personnes âgées en rendant accessibles les services sociaux de base : faciliter l’accès aux modalités de paiement des factures, l’accès aux services de soins, faciliter l’accès au logement, réserver des sièges dans les transports en commun.

2 Dans l’ethnie wolof qui est l’une des plus répandue au Sénégal, on retrouve un certain nombre d’expressions : « mag bour la » (la personne âgée mérite tous les honneurs), « Kaddou mag téeré la » (« la parole de la personne âgée est sacrée », ou encore « mag matna bayyi ci réew » (« la personne âgée est le pilier de la société »).

3 Les résultats présentés ici s’inscrivent dans le cadre du projet franco-britannique et panafricain qui s’intéresse à l’implication des collectes standardisées sur les ménages et sur la compréhension des relations intergénérationnelles. Il nous a donc amenée à faire des enquêtes ethnographiques en milieu rural dont notamment des villages sérères de pêcheurs, agriculteurs et éleveurs situés sur la petite côte du Sénégal, dans la région de Fatick.

4 Terme emprunté à Norbert Elias (1996).

5 L’usage de ce concept a l’avantage d’éviter les glissements sémantiques entre le ménage (groupe de résidents) et la famille (groupe apparenté) et permet de suivre l’évolution des liens de cohabitation (Bonvalet & Lelièvre, 1995).

6 Le plan Sésame a vite montré ses limites. L’analyse des conditions d’accès, les parcours de soins, la nature des prestations, les ressources allouées sont autant de facteurs explicatifs qui ont rendu cette politique mort-née (Source : Ministère de la Santé et de la Prévention, 2009).

7 Les recherches menées en Afrique à ce jour ne montrent que rarement ces aspects.

8 Pour ceux qui ont une retraite, sachant que seuls 20% de la population ont une sécurité sociale.

9 Il est important de prendre en compte la spécificité de chaque secteur informel selon les pays et les types d’opérateurs, vu son caractère équivoque à bien des égards. L’hétérogénéité de ce secteur, allant des activités indépendantes de survie aux petites et moyennes entreprises, à cheval sur la formalité et l’informalité, rend bien compte de la difficulté à englober sous le même vocable d’informel ses diverses réalités. Il désigne ici les petits métiers à la limite de la survie : vendeuses de poissons, de légumes, d’eau, de cacahuètes, de cartes de recharge de téléphone, la transformation des produits agricoles et halieutiques, la restauration (gargotes et autres marchands de produits comestibles), la distribution (achat et revente de denrées de première nécessité), la coiffure, la confection de vêtements à domicile, le commerce de détail.

10 Les différents cas de figures observés sur le terrain nous ont conduit à abandonner les critères statistiques de choix du chef de ménage. Ici, il peut être une personne âgée retraitée vivant toujours avec ses enfants et sa famille, l’autorité morale du ménage d’un de ses enfants qui est lui-même le chef de ménage économique et enfin la personne âgée peut être membre du ménage non apparentée aux autres membres du ménage.

11 Le bissap est la plante qui produit les feuilles d’ibiscus. Il existe en blanc, utilisé à la préparation des plats et en rouge pour faire du jus de fruit.

12 Ce dernier aspect – que semblent occulter la cohabitation intergénérationnelle ou encore l’arrêt du travail – est, rappelons-le, difficilement objectivable. Toutefois, le choix d’opérer un détour méthodologique en questionnant les perceptions des personnes âgées sur leur propre état de santé et les conditions de leur bien-être a été édifiant pour rendre compte de ce malaise social. Ainsi, la prise en charge familiale de certaines maladies alors perçues par elles-mêmes comme liées à la vieillesse (perte de mémoire, perte de l'ouïe, de la vue ou cécité, hypertension, sénilité, paralysie, diabète et dépression nerveuse) montre des aspects de cet isolement.

13 Témoignage recueilli auprès du directeur d’un centre de gériatrie de Dakar.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sadio-Ba Gning, « Les temps de la vieillesse au Sénégal : le malentendu intergénérationnel », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 07 mars 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4618

Haut de page

Auteur

Sadio-Ba Gning

Université Gaston Berger, Saint-Louis, Sénégal - sadio-ba.gning@ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page