Navigation – Plan du site
Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels

Quand la conception de l'enquête est en jeu

Réponse aux commentaires sur le Grand résumé de Ce que travailler veut dire
Bénédicte Zimmermann

Notes de la rédaction

Le principe des « Grands résumés » consiste à demander à l’auteur d’un ouvrage paru récemment de rédiger un texte en en reprenant les idées et les enjeux principaux. Ce « Grand résumé » est ensuite soumis à deux « discutants » dont la mission est d’y réagir, d’en proposer une critique, ce terme étant pris dans le sens d’une reprise réflexive incluant évidemment la possibilité d’une entrée en controverse. L’hypothèse sous-jacente à cet exercice est à la fois que le « Grand résumé » constitue un texte qui se suffit à lui-même et que c’est à son propos que s’opère la discussion. Même si la plupart des discutants lisent l’ouvrage dans son intégralité, cette lecture ne constitue en rien une condition de l’exercice. En privilégiant ce modèle de discussion qui juxtapose ces trois textes destinés à être lus ensemble, SociologieS a voulu se démarquer du modèle plus classique de la recension critique et donner ainsi l’envie d’aller plus avant dans la saisie des enjeux théoriques et de la pertinence des controverses soulevées par les discutants. Ce jeu n’est évidemment pas sans risque puisqu’il peut conduire à construire la critique sur des arguments dont, aux yeux de l’auteur du « Grand résumé », la réponse se trouve dans l’ouvrage tout en ne faisant pas l’objet de ce « Grand résumé ». C’est une telle situation qui nous a conduit à publier à sa demande une réponse de Bénédicte Zimmermann  aux discussions de son ouvrage Ce que travailler veut dire proposées dans la dernière livraison de la revue (juin 2013).

Texte intégral

1Je remercie Jean De Munck et Charles Gadéa pour leurs commentaires au Grand résumé de Ce que travailler veut dire paru dans la précédente livraison de SociologieS 1. Ils diffèrent tant par le procédé que la tonalité. Le premier, après avoir dressé un bilan des apports et des limites de l’ouvrage, ouvre la discussion sur les orientations qui en résultent pour des recherches futures. Le second, plus critique, place le propos au niveau de l’usage des mots, sans jamais cependant confronter cet usage à l’économie d’ensemble du livre et ses objectifs propres. Le registre est dès lors celui des malentendus qui oblitèrent le débat de fond. Je ne peux que regretter cette occasion manquée. Il me semble cependant, qu’au-delà des différents malentendus pris séparément, leur facture d’ensemble pointe vers des enjeux essentiels quant à la conception de l’enquête sociologique. Charles Gadéa élude ce point. Je voudrais m’employer à montrer en quoi ses propos le placent pourtant, implicitement, au cœur de la discussion.

2Commençons par le malentendu originel, celui par lequel les autres sont rendus possibles. Il porte sur le procédé, sur l’exercice même du Grand résumé et de ses commentaires. Pour ce qui me concerne, plutôt que de produire un résumé linéaire, redondant et ennuyeux pensais-je pour les commentateurs qui auront lu le livre, j’ai pris le parti d’apporter une pièce supplémentaire au dossier, à travers une présentation synthétique de la thèse développée en lien avec la démarche théorique et méthodologique. C’était évidemment présupposer que les commentateurs liraient l’ouvrage. Or comme il l’indique à la fin de son commentaire, Charles Gadéa semble avoir compris devoir discuter un livre sans l’avoir lu. Dans ce cas, pourquoi prendre le parti de faire porter l’essentiel de la discussion sur ce qui n’est pas dans le résumé – sans savoir ce qu’il en est dans le livre – plutôt que d’en discuter les grandes orientations et leurs implications ? Cela rend les malentendus immanquables et le débat improbable.

3Je ne rentrerai pas dans le détail des différents points soulevés par Charles Gadéa (tout lecteur pourra de lui-même trouver en quoi et comment le livre leur apporte réponse), je souhaiterais plutôt m’arrêter sur ce que je considère être les deux principaux volets qui structurent sa critique : le premier porte sur l’enquête empirique, le second sur la problématique conceptuelle. Parce que tenir ensemble enquête empirique et enquête conceptuelle est au principe même de l’ouvrage et des recherches qui l’étayent, il s’agit là d’un point décisif qu’il m’importe tout particulièrement de sortir du marécage des malentendus.

4Charles Gadéa attire l’attention sur la prétendue absence de résultats empiriques, introduisant le doute sur la nature et la solidité des investigations. Il s’agit là d’une insinuation lourde, dans la mesure où elle vise à ruiner la démarche même de l’ouvrage qui place l’enquête en son centre. « La référence au terrain semble ne constituer qu’un prétexte, une justification, parfois une illustration » nous dit Charles Gadéa. Le vrai propos serait d’ordre théorique visant à articuler « le pragmatisme critique de John Dewey avec une discussion théorique autour de la notion de parcours et avec la conceptualisation des capacités d’Amartya Sen ». Si ce propos théorique occupe effectivement une place centrale dans le Grand résumé, ce n’est pas parce qu’il serait plus « vrai » que le propos empirique, mais parce qu’il se prête davantage à un débat de fond à portée générale que ce dernier. Celui-ci n’en occupe pas moins une place tout aussi décisive dans l’ouvrage. Aucun chapitre n’échappe à l’enquête empirique. Au contraire de ce qu’affirme Charles Gadéa, l’ouvrage fournit des réponses détaillées à la question de ce qu’il en est, dans les faits, de l’expérience au quotidien et des parcours des salariés des groupements d’employeurs et des entreprises étudiées.

5Fondé sur l’analyse de première main de textes législatifs et des recherches in situ selon des méthodologies éprouvées, le propos déployé au fil des chapitres résulte donc d’un va et vient permanent entre investigations théoriques et empiriques, dans un souci de tricoter ensemble ces deux fils complémentaires de la démarche sociologique. C’est là-même un levier essentiel du pragmatisme critique mis en œuvre. La désinvolture avec laquelle Charles Gadéa formule sa critique serait inconcevable sans le malentendu originel. Il fallait ne pas avoir lu le livre pour pouvoir mettre en question de la sorte son ressort même.

6Les considérations méthodologiques de symétrie de l’enquête et de variation d’échelles – combinant les niveaux institutionnels, organisationnels et biographiques – présentées dans le Grand résumé ne relèvent pas de simples formules cosmétiques, elles sont effectivement constitutives de la pratique de l’enquête auprès des institutions, des entreprises et des personnes. Par conséquent l’analyse est loin de se focaliser sur la seule entreprise. L’accès empirique au terrain passe par l’entreprise oui, mais pour tirer, à partir de là, les fils vers d’autres échelles : celle des institutions et des parcours biographiques. En aucun cas il ne saurait être question de « vouloir chercher uniquement dans l’entreprise les ressources dont peuvent disposer les salariés pour conduire leur parcours professionnels ». Il s’agit tout au contraire de comprendre comment l’environnement prodigué par l’entreprise, ou le lieu de travail, interagit avec les autres éléments constitutifs de l’environnement plus large dans lequel évolue une personne (familial, institutionnel etc.). Les chapitres quatre, cinq et neuf sont, conformément à cette démarche, tout entiers dédiés à l’analyse des éléments et interactions multiples qui façonnent des parcours biographiques contrastés.

7Venons-en maintenant au deuxième volet de la critique de Charles Gadéa : la problématique conceptuelle. Distinguer le parcours de la carrière ou encore la liberté de l’autonomie en matière de travail salarié relèverait d’un simple jeu sur les mots. Certes travailler sur les concepts et leurs usages peut se nourrir d’un tel plaisir, mais l’enquête conceptuelle ne s’y arrête pas. Elle fait le pont entre, d’une part, la manière dont les concepts sont mis en forme et mobilisés comme catégories structurantes de la réalité empirique et, d’autre part, les catégories dont dispose le chercheur pour analyser cette réalité. Alors que les catégories des politiques publiques de l’emploi et du travail, de même que celles qui président aux politiques d’entreprises, ont connu une reformulation importante au cours des quinze dernières années autour des concepts d’activation, d’employabilité, de projet, de contrat, mais également de parcours et de liberté, l’objet de l’ouvrage est de prendre la mesure des transformations empiriques liées à ces glissements sémantiques, mais aussi d’interroger l’adéquation des catégories d’analyse disponibles à l’étude de ces transformations. Le chapitre cinq, dédié à l’analyse de parcours professionnels qui ne s’agrègent pas en carrières, met en évidence les points aveugles qu’engendre une analyse de la sémantique institutionnelle des parcours et de ses effets sous le seul prisme de la carrière ou de la trajectoire, catégories sociologiques consacrées pour l’étude des processus biographiques.

8Charles Gadéa s’en réfère à l’autorité de Jean-Claude Passeron pour dénoncer l’artifice d’une distinction entre carrière et parcours. Or dans le texte qu’il cite de cet auteur, la définition de la carrière en lien avec le « pouvoir contraignant d’un appareil qui lui a imposé la gradation prédéterminée des sanctions ou des récompenses », précise utilement un des paramètres différenciant la carrière et le parcours. Le parcours n’implique pas nécessairement cette gradation normée et prédéterminée qui engage évaluation et reconnaissance par autrui. En renvoyant d’abord la personne à elle-même et à sa propre réflexivité, le parcours implique un véritable changement de paradigme. Jean De Munck s’y arrête tout particulièrement dans son commentaire, je n’y reviendrai pas. Des critères fins permettant de distinguer le parcours de la carrière constituent une aune décisive pour prendre la mesure des effets des politiques qui font de la notion de parcours leur parangon. Et se donner les moyens d’une telle analyse suppose qu’on s’autorise à revisiter le contenu de la boîte à outils sociologique. Ainsi, proposer une conceptualisation sociologique du parcours n’enlève rien à la pertinence du concept de carrière, il s’agit plus exactement d’introduire une nuance supplémentaire afin d’ajuster l’équipement conceptuel du chercheur aux faits de société qu’il se propose d’instruire. Le même raisonnement vaut pour les concepts d’autonomie et de liberté. La liberté au sens de capacité n’est pas réductible à la notion d’autonomie en sociologie du travail ou des organisations parce qu’elle opère une connexion avec l’égalité comme valeur politique et engage une réflexion sur les principes de justice au travail. Alors pourquoi ce repli exclusif sur des concepts existants dont la sanctification conduit à créer des angles morts de la recherche ?

9Et si, au-delà du malentendu de départ, le procès fait à l’ouvrage, avec pour éléments fictifs à charge l’« inconsistance empirique », l’« artifice conceptuel » et la « trivialité des hypothèses », masquait un enjeu de fond sur la conception même de l’enquête sociologique ? Le propos voudrait faire entrer le livre dans les cases d’un clivage simpliste et étriqué entre enquêtes empiriques et recherches théoriques, éludant toute discussion sur la manière d’articuler les deux. C’est pourtant exactement là, dans la manière de concevoir l’articulation entre empirie et théorie que je vois un point essentiel de discussion avec Charles Gadéa. Alors qu’il semble se rattacher à ceux qui considèrent que les cadres théoriques existants ont vocation à structurer des enquêtes dont les attentes se situent dès lors essentiellement au niveau des résultats empiriques, je considère, pour ma part, que chaque nouvelle recherche est également susceptible d’engendrer des ajustements significatifs sur le plan conceptuel. Mais cela suppose de placer l’enquête conceptuelle sur un pied d’égalité avec l’enquête empirique et de les déployer de front.

10Il s’agit là d’une exigence forte. Elle implique, comme le souligne Jean De Munck, de faire du travail et de ses multiples facettes, tant individuelles que collectives, un objet de sociologie générale. Alors que les sociétés occidentales ont perdu de vue la finalité humaine du travail au profit de sa finalité économique, il s’agit de replacer l’être humain et ses multiples dimensions au cœur de l’enquête sur le travail. De ce point de vue, l’exploration des concepts de parcours, de capacité et de développement professionnel engagée dans l’ouvrage ouvre autant de pistes pour des recherches à venir qu’elle apporte de résultats.

Haut de page

Notes

1 Le Grand résumé de Ce que travailler veut dire est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4391, son commentaire par Jean De Munk à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4393 et par Charles Gadéa via : http://sociologies.revues.org/4394.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Zimmermann, « Quand la conception de l'enquête est en jeu », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4536

Haut de page

Auteur

Bénédicte Zimmermann

EHESS, Centre Georg Simmel, Paris - Bzim@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page