Navigation – Plan du site
Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ?

Sérendipité et sciences sociales : enseignements d’une expérience vécue

Philippe d’Iribarne

Résumés

La rencontre de données imprévues n’est pas seulement de nature à troubler le chercheur trop sûr de ses théories. Elle peut aussi sauver le chercheur perplexe face à un fouillis d’éléments dont il est incapable de rendre compte tant leur ensemble n’évoque immédiatement aucune figure intelligible. Ainsi, des observations faites en Inde ont permis de sortir de l’ornière une recherche qui peinait à comprendre le fonctionnement d’une usine française. De même, des travaux portant sur la société féodale ont permis de mieux comprendre le lien actuel entre la diversité des fonctionnements d’organisations dans les mondes anglo-saxon, germanique et français et les conceptions de la liberté propres à chacun de ces mondes. Reste que plus l’on a en tête un grand nombre de figures susceptibles de fournir des schémas d’interprétation, plus le hasard risque d’être favorable.

Haut de page

Texte intégral

1Quel part le hasard joue-t-il dans l’avancée des recherches ? À défaut de pouvoir le contrôler, peut-on du moins contribuer à le rendre propice ? Et quel type de hasard est-il fécond ? Robert K. Merton évoque la rencontre de données imprévues de nature à troubler le chercheur trop sûr de ses théories (Merton, 1957). N’y en a-t-il pas qui, à l’inverse, viendraient sauver de manière inattendue le chercheur perplexe face à un fouillis d’éléments dont il est incapable de rendre compte tant leur ensemble n’évoque immédiatement aucune figure intelligible ? On sait qu’il lui faut alors passer par une démarche d’abduction pour construire une telle figure ce qui implique, pour commencer, de se livrer à une conjecture la concernant (Peirce, 1934-1948 ; Eco, 1992 ; Czarniawska, 1999). Mais, cette conjecture, d’où va-t-elle sortir ? L’inspiration ne se commande pas – en anglais on pourrait parler d’act of God. Quels facteurs sont-ils du moins susceptibles de la favoriser ? Je voudrais, sur ces points, tirer des enseignements de ma propre expérience de recherche, en m’interrogeant sur deux hasards heureux qui ont joué un rôle décisif dans leur avancée.

Une rencontre entre l’Inde et Montesquieu pour comprendre le fonctionnement d’une usine française

2Un premier épisode concerne la sortie d’une phase d’obscurité profonde concernant l’interprétation de données recueillies dans l’usine d’électrolyse d’aluminium de Saint-Jean-de-Maurienne. J’ai observé cette usine à l’occasion d’une comparaison entre les fonctionnements de quatre usines, techniquement très voisines, situées respectivement en France, aux États-Unis, aux Pays-Bas et au Cameroun. L’idée de départ était de reprendre la vieille question, marquée par l’héritage de Max Weber, de l’influence de la culture sur le développement économique. Il s’agissait, pour mieux saisir cette influence, de se plonger dans la vie des ateliers de manière à analyser de façon aussi précise que possible la manière dont le travail s’y effectue ainsi que ce qu’il en résulte quant au fonctionnement technique des unités de production et à l’efficacité productive.

3Dans une première étape, un examen de l’état du savoir dans les divers champs concernés, de la sociologie comparée des organisations à l’anthropologie du développement et à l’histoire des mentalités, avait conduit à quelques hypothèses : on retrouve les mêmes formes de régulation aux divers niveaux d’une société, d’un État pris dans son ensemble aux organisations que l’on y rencontre ; ces formes relèvent à la fois des institutions et des mœurs ; leurs principes fondamentaux demeurent tout en étant l’objet de multiples réinterprétations. Munie de ces hypothèses, la recherche a eu pour objet de comprendre ce qui différenciait, d’une usine à l’autre, les fonctionnements de deux départements de production et les activités correspondantes des départements d’entretien. Une démarche très classique de sociologie des organisations a été suivie à cet effet. Il s’agissait de considérer un système d’acteurs interdépendants, de chercher à quelles contraintes est soumis chacun d’eux, du fait de son environnement technique et institutionnel et d’analyser les stratégies qu’il adopte. Il fallait combiner à cet effet l’observation, l’analyse de documents et un ensemble d’entretiens. De multiples traces écrites du fonctionnement de chaque unité : manuels de procédure, rapports techniques, traces d’incidents ou de litiges, etc., ont été rassemblées. Des membres du personnel de toutes fonctions, du directeur d’usine à l’opérateur de base, ont été interrogés. Les investigations ont été centrées sur les objectifs techniques de chacun, les mesures prises pour les atteindre, les difficultés rencontrées pour exercer ses responsabilités et la manière de les surmonter, de manière à mettre en évidence, pour chacun de ceux qui étaient interrogés, le cadre de référence qui conditionnait le sens accordé aux situations où il se trouvait et aux actes qu’il était susceptible d’accomplir. L’analyse de ce matériau a d’abord porté sur les usines camerounaise et néerlandaise, pour lesquelles de multiples traits d’organisation et de comportement spécifiques ont immédiatement pris du relief. En prêtant attention aux catégories servant à ceux qui avaient été interrogés à structurer leurs propos et pas seulement à ce qu’ils avaient énoncé, des codes d’interprétation à la fois cohérents au sein de chaque terrain et bien contrastés d’un terrain à l’autre sont apparus nettement. Jusque-là la recherche avançait sans heurts.

4La situation s’est nettement dégradée quand est venu le moment d’interpréter les matériaux recueillis dans l’usine française. Certes, de multiples contrastes se dessinaient avec ce qui avait été observé dans les autres usines et en particulier aux États-Unis et aux Pays-Bas. Mais c’était pour constater l’absence des modes de fonctionnement bien réglés observés dans ces pays, non pour mettre en lumière un mode d’organisation pourvu de quelque cohérence. L’impression donnait d’être en face de jeux de pouvoir peu régulés par des procédures à la fois très succinctes (le contraste était particulièrement vif, en la matière, avec ce qui avait été observé parallèlement dans l’usine américaine) et peu respectées. La centralisation présentée par Michel Crozier comme une caractéristique des entreprises françaises (Crozier, 1963) n’était manifestement pas la règle. Ainsi, le directeur d’usine ne paraissait guère intervenir dans le fonctionnement interne des services. Aucun mode d’exercice de l’autorité ayant quelque unité n’était apparent. Celui de la maîtrise de fabrication n’avait, par exemple, à première vue pas grand-chose à voir avec celui de la maîtrise d’entretien. Loin d’avoir peur du face à face, les acteurs manifestaient un goût certain pour les affrontements directs dont l’intensité semblait largement modulée par la qualité des relations personnelles.

5Sur un point essentiel dans la perspective de cette recherche, on était face à une énigme : alors qu’un fonctionnement aussi peu ordonné aurait dû conduire à une faible efficacité productive, l’usine supportait la comparaison avec ses homologues américaine et néerlandaise. Certes, en creusant un peu, quelques éléments de régulation apparaissaient : un certain devoir de modération qui limite les affrontements lorsque quelque chose de grave est en jeu, l’existence, parfois, de bonnes relations entre pairs qui ont « le contact ». De premières publications s’en sont tenues à cette vision des choses (Iribarne, 1985 ; Iribarne, 1986). Mais il paraissait douteux que cette explication soit suffisante.

6Quatre ans après le travail de terrain, les données d’enquête ont été reprises, au moment d’écrire la partie française de La Logique de l’honneur (Iribarne, 1989). C’est à ce stade qu’un hasard heureux est intervenu et qu’un pas significatif a été franchi.

7Cette reprise du matériau recueilli en France a suivi de près une enquête réalisée dans une usine indienne. Or, au sein de cette usine, la manière, très rigide et très rituelle, qu’avait chacun, au sein du personnel ouvrier, de comprendre la tâche qui lui incombait, sautait aux yeux. Ainsi, par exemple, l’opération consistant à extraire l’aluminium en fusion des cuves d’électrolyse où il est produit était répartie entre trois opérateurs : le premier perçait un trou dans la croûte solide qui recouvrait l’aluminium liquide, le second enfonçait un bec suceur dans le trou en question, le troisième aspirait l’aluminium à travers ce bec pour le transvaser dans un réservoir. Pour que l’opération se passe convenablement, il fallait que le premier opérateur perce un trou suffisamment large pour que le second puisse enfoncer le bec suceur profondément (de façon que l’aluminium prélevé ne soit pas mêlé d’autres produits, de moindre densité, qui flottent à sa surface) et que le second tire parti de la possibilité ainsi offerte pour enfoncer correctement le bec. Or, les deux premiers opérateurs n’envisageaient pas de tenir compte, dans l’accomplissement de leur tâche, des conséquences de leur action sur la suite du processus. Cette manière de faire, dont on retrouvait largement l’équivalent à propos d’autres opérations, suggérait une sorte de réinterprétation moderne, à propos de la tâche dévolue à chacun, d’une logique traditionnelle liant de manière très spécifique les devoirs de chacun au dharma de sa caste. De plus certains, dans l’usine, posaient explicitement la question de la réinterprétation, dans l’Inde moderne, des devoirs traditionnels de leur caste, au sens propre du terme. L’un d’entre eux, un chef de service appartenant à une famille de brahmanes, s’était en particulier longuement étendu sur ce que cela impliquait quant à sa manière de concevoir son rôle dans l’usine.

8Ce détour indien avait ainsi conduit à prêter attention à une manière de concevoir son travail qui, tout en détachant les obligations professionnelles de chacun des tâches assignées par la direction de son entreprise et des directives reçues quant à la manière de les exécuter, ne la liait pas pour autant au « bon plaisir » évoqué par Michel Crozier. Un sentiment d’obligation était bien présent, mais attaché à une identité sociale (identité traditionnelle de caste, ou réinterprétation moderne d’une telle identité) qui pesait plus lourd que les directives reçues. Ce détour indien avait ainsi rendu présente à l’esprit – et donc prête à être mobilisée en d’autres circonstances – l’image correspondant à cette forme de devoir. La familiarité ainsi acquise avec cette image ne pouvait qu’inciter, dans le retour aux données françaises, à prêter attention à un ensemble d’expressions que je n’avais pas remarquées jusqu’alors et dont je n’avais pas vu qu’elles constituaient des manières diverses d’exprimer une même idée : l’un parlait de ce qu’il devait faire en tant que technicien (« ça fait partie de mes fonctions en tant que technicien »), un autre affirmait que « un surveillant ça doit faire ceci et cela », un troisième indiquait ce qu’il était normal de faire pour un membre de tel groupe professionnel et non pour ceux d’un autre groupe (« pour eux [le personnel d’entretien] ça semble normal, pour nous, fabricants, nous n’aimons pas […] »). Dans chacun de ces cas, ce qu’il convient de faire (« ça doit », « ça fait partie de mes fonctions », « ça semble normal », « nous n’aimons pas ») est mis en relation avec une position dans le corps social (« un surveillant », « en tant que technicien », « eux [le personnel d’entretien] », « nous, fabricants »). S’agissant de la France et non de l’Inde, il n’était pas question d’associer ces expressions à une logique de caste (même si l’on entend dire parfois que la France est une société de caste). Elles ont d’abord pris sens en évoquant l’expression traditionnelle « les devoirs de ma charge ». Mais le terme de charge a paru bien pompeux pour désigner des activités parfois très modestes et l’expression « devoir de son état » a semblé plus appropriée.

9L’étape suivante, qui a conduit à un pas de plus dans la construction d’une image cohérente à partir des données recueillies dans l’enquête, s’est appuyée sur un rapprochement entre ces données et la description que donne Montesquieu d’une société régie par l’honneur, rapprochement suggéré par son affirmation : « Les vertus qu’on nous y montre [dans les monarchies] sont toujours moins ce que l’on doit aux autres que ce que l’on se doit à soi-même : elles ne sont pas tant ce qui nous appelle vers nos concitoyens que ce qui nous en distingue » (Montesquieu, 1964 [1747]). Un ensemble de données relatives au rapport aux règles, aux relations hiérarchiques et à la coopération entre services que je peinais sans succès, depuis des années, à organiser en un ensemble cohérent a soudain pris sens. Ainsi les bizarreries apparentes de l’exercice français de l’autorité ont perdu ce caractère dès qu’il est apparu que la notion de relation d’autorité recouvre en France une grande variété de rapports coutumiers marqués par la nature des « états » propres au supérieur et au subordonné et en particulier par leur degré relatif de noblesse – cf. à propos des relations entre contremaîtres et ouvriers, le « triangle du contremaître » (Iribarne, 1989, p. 114). De plus la référence à l’honneur de métier a permis de comprendre l’intensité de l’engagement des acteurs dans leur travail et en particulier le fait que cette intensité subsiste dans des circonstances où les « bonnes raisons » de se désengager ne manquent pas, que l’organisation ne fournisse pas à chacun les moyens dont il estime avoir besoin pour faire un bon travail, ou encore que les rapports hiérarchiques ou les relations entre services soient médiocres, etc. L’efficacité productive obtenue par l’usine cessait dès lors de paraître incompatible avec son fonctionnement humain.

10À ce stade, le hasard a-t-il joué à nouveau ? En un sens non, car Montesquieu faisait bien partie des auteurs de référence au moment d’entamer la recherche. Mais en un autre sens oui. Se livrer à un rapprochement systématique entre d’une part des données d’une enquête menée dans une perspective de sociologie des organisations et d’autre part des analyses d’un auteur qui ne relève pas de ce champ ne s’imposait pas a priori. C’est l’existence d’intérêts simultanés et aux sources bien différentes, d’une part, pour la sociologie des organisations et, d’autre part, pour l’œuvre de Montesquieu qui relevait quelque peu du hasard.

Marc Bloch, conceptions de la liberté et régulation des rapports sociaux

11La comparaison qui vient d’être évoquée entre les fonctionnements d’usines techniquement proches situées dans des pays différents a constitué la première étape d’un programme de recherche portant sur le rôle des cultures sur le fonctionnement des organisations. Il est apparu, dès le départ, que les formes contrastées de régulation des rapports sociaux observées dans des usines d’aujourd’hui pouvaient être mises en relation avec certains traits qui paraissaient marquer durablement les pays où elles étaient implantées. Mais cette mise en relation était loin d’avoir la même rigueur que le travail ethnographique réalisé dans les usines. De plus on ne voyait pas quel type de processus était susceptible d’assurer une certaine continuité dans le temps au sein de sociétés dont l’histoire était marquée par de grandes transformations.

12Des recherches réalisées en Tunisie (Zghal, 1994) ont commencé à ouvrir une piste en attirant l’attention sur l’opposition entre l’autorité qui convient à des hommes libres et celle qui s’exerce sur des esclaves. Ces recherches conduisaient à prendre conscience de la relativité des manières dont cette opposition s’incarne : dans un contexte tunisien, une autorité qu’un regard français qualifierait volontiers de paternaliste est perçue comme impliquant une reconnaissance de l’autre comme personne, reconnaissance qui relève d’un rapport entre hommes libres, alors qu’une forme d’autorité qui s’inscrit dans une relation purement contractuelle sans dimension proprement humaine évoque l’aspect strictement utilitaire d’une position d’esclave. Pendant ce temps, on trouve aux États-Unis une vision opposée d’une relation contractuelle. L’attachement à une telle relation entre l’entreprise et son personnel était présenté par les représentants syndicaux de l’usine où nos investigations s’étaient déroulées comme fondé sur le refus d’un pouvoir arbitraire laissé à la direction. Or la tradition politique américaine voit dans l’existence d’un tel pouvoir le signe par excellence du fait que l’on n’a pas affaire à une société d’hommes libres (Foner, 1998). La diversité des conceptions de la liberté paraissait donc mériter qu’on y prête attention, mais aucune piste claire ne se dessinait pour aborder la question. Celle-ci est restée en suspens durant des années. Et puis la chance a joué à nouveau.

13Tombant sur La Société féodale de Marc Bloch (1968), un collègue qui liquidait des piles de livres à l’occasion d’un déménagement a préféré me donner l’ouvrage plutôt que de le jeter. L’ayant lu par curiosité, sans rien en attendre pour mes recherches, j’ai eu le choc intellectuel sans doute le plus décisif de ma carrière. Marc Bloch compare les conceptions de l’homme libre qui prévalaient au Moyen-Âge en France, en Allemagne et en Angleterre. Il note que, dans l’Allemagne médiévale, l’homme libre est celui qui, au côté de ses pairs et comme membre à part entière du groupe qu’ils forment, a droit au chapitre dans les décisions qui règlent la vie de la communauté. Dans l’univers français, l’homme libre se distingue par le fait qu’il exerce une activité empreinte de noblesse, tel le métier des armes. Dans l’univers anglais, la frontière se trouve dans le fait d’être ou non protégé par la loi de l’arbitraire d’un maître. Le parallèle était saisissant entre la forme d’intégration de l’individu dans l’entreprise (le type d’autonomie revendiquée, la conception du devoir professionnel communément acceptée) qui prévalait dans chacune de nos trois usines française, américaine et néerlandaise et ce qui avait été la marque de l’homme libre en France, en Angleterre et dans l’univers germanique.

14Que faire de pareille constatation ? Elle a tout d’abord suscité un vif scepticisme parmi les quelques collègues à qui j’en ai fait part, considérant que de tels rapprochements enjambant des siècles d’histoire n’avaient pas de sens. Et, pendant plusieurs années, je l’ai pratiquement gardée pour moi. Puis de nouvelles données m’ont conduit – et la chance a de nouveau été présente – à m’y intéresser à nouveau.

15Parti de toutes autres préoccupations, je m’étais intéressé au message d’émancipation porté par les Lumières et m’étais plongé dans l’œuvre d’un ensemble de penseurs de la liberté, tels John Locke, Jean-Jacques Rousseau ou Emmanuel-Joseph Sieyès (Iribarne, 1996). Et le rapprochement entre ce que j’avais retenu de leur fréquentation et les données tant médiévales que contemporaines laissait penser qu’ils pouvaient fournir un bon relais entre les mondes correspondants. On trouve chez John Locke, dans ses Two Treatises of Government, un passage où il oppose, parmi ceux qui travaillent pour un maître, celui qui, ce faisant, reste un homme libre à celui qui se trouve réduit à une condition d’esclave. L’existence d’un contrat qui, en délimitant strictement les obligations du serviteur, fait obstacle à l’arbitraire du maître, est présentée comme la pierre de touche du travail libre :

« Un homme libre se rend serviteur et valet d'un autre, en lui vendant, pour un certain temps, son service, moyennant un certain salaire. Or, quoique cela le mette communément dans la famille de son maître et l'oblige à se soumettre à sa discipline et aux occupations de sa maison, il ne donne pourtant de pouvoir au maître sur son serviteur ou son valet, que pendant quelque temps, que pendant le temps qui est contenu et marqué dans le contrat ou le traité fait entre eux ([it gives the master a temporary power over him, and no greater than what is contained in the contract between’ em]). Mais il y a une autre sorte de serviteurs, que nous appelons, d'un nom particulier, esclaves et qui [...] sont [...] sujets à la domination absolue et au pouvoir arbitraire de leurs maîtres » (Locke, 1960 [1690], p. 322).

16On retrouve dans ce passage la conception du contrat rencontrée dans l’usine américaine de Frederick : un obstacle à l’arbitraire. Par ailleurs, une parenté se dessinait avec la vision de l’homme libre dans l’Angleterre médiévale.

17Dès lors, une piste s’ouvrait. Le saut direct du Moyen-Âge au monde contemporain était hasardeux. Mais les choses changeaient singulièrement si l’on prenait comme relais les philosophes de la liberté. Il ne paraît pas insensé de supposer que la conception qu’ils se sont fait de la liberté ait pu être influencée par la vision de l’homme libre qui prédominait dans la société à laquelle ils appartenaient. De plus, il paraît raisonnable de supposer l’existence, dans chaque pays, d’une certaine continuité entre la vision de la liberté qui a inspiré ses philosophes et l’organisation contemporaine du vivre ensemble. Malheureusement les travaux de philosophie politique comparant (au-delà de l’opposition classique entre liberté des anciens et liberté des modernes, ou entre liberté positive et liberté négative) les conceptions de la liberté qui ont prévalu dans les divers pays européens à l’époque des Lumières faisaient défaut. Je me suis plongé dans les écrits d’auteurs ayant des positions politiques contrastées au sein de chacun des univers qui m’intéressaient : John Locke et Edmund Burke en Grande-Bretagne, Emmanuel Kant, Johann Gottlieb Fichte et Jürgen Habermas en Allemagne, Emmanuel-Joseph Sieyès et Alexis de Tocqueville en France. Les résultats, publiés dans Annales (Iribarne 2003) ont montré combien la piste était bonne. Quand les sociétés européennes sont passées d’une vision ancienne de la liberté, comme ce qui caractérisait une position sociale – celle de l’homme libre par opposition à celle de l’esclave ou du serf – à une vision moderne de celle-ci comme ce qui caractérise la nature même de l’homme – ce à quoi il a droit quelle que soit sa position sociale – les conceptions de la liberté anglo-saxonne, allemande et française sont restées en rapport étroit avec des manières anciennes de caractériser l’homme libre. Ce qui a été exigé au nom de la liberté s’est largement coulé dans les manières traditionnelles de concevoir ce que veut dire « être libre ». Et la forme ainsi prise par l’exigence de liberté a marqué profondément le destin ultérieur des pays concernés (Iribarne, 2006).

Aider la chance ?

18En quelles circonstances faut-il de la chance pour arriver à interpréter ses données ? Un facteur essentiel réside dans la difficulté à accéder au schéma d’interprétation qui va leur permettre de prendre sens. De manière générale, interpréter des données consiste à les mettre en correspondance avec des formes connues. Dans les cas favorables, les acteurs utilisent eux-mêmes, quand ils évoquent leur expérience, des catégories qui permettent de donner sens à ce qui a été observé les concernant. Ainsi, les catégories de contrat et de fairness qui, lors de la recherche déjà citée comparant le fonctionnement d’usines d’aluminium, ont permis d’organiser les données recueillies dans l’usine américaine, structuraient déjà les propos qui y ont été recueillis. Bien des choses, étranges pour un regard extérieur, que l’on trouvait dans cette usine ont pu s’interpréter en tenant compte de la difficulté qu’il y a à bâtir le fonctionnement d’une entreprise comme un ensemble de contrats fair entre un client et un fournisseur. Si, dans le cas français, il était plus difficile d’avancer, c’est que la figure qui a finalement permis de structurer les données françaises n’a jamais été évoquée de manière claire par les personnes interrogées et était absente des documents recueillis. Les termes d’honneur ou d’état (au sens traditionnel) n’ont jamais été utilisés. De plus, à la différence du terme de contrat, ces termes ne correspondaient pas aux catégories canoniques que l’on a « naturellement » en tête quand on aborde un fonctionnement d’entreprise (cela était vrai, en tout cas, avant qu’une certaine diffusion de nos analyses au sein des entreprises françaises ne fasse quelque peu évoluer les choses).

19Plus les données recueillies d’un côté et les figures permettant de leur donner sens de l’autre appartiennent à des mondes usuellement disjoints, plus leur rencontre est problématique, et plus il faut une sorte de court-circuit improbable pour qu’une telle rencontre se réalise et donc plus il faut une part de chance pour qu’il en soit ainsi. C’est un tel court-circuit qui s’est produit en Inde, mettant en relation l’univers d’une entreprise industrielle moderne avec celui des devoirs associés à une position sociale, relation dont les analyses de Montesquieu ont aidé à voir la forme qu’elle prenait en France. C’est également un tel court-circuit qui s’est produit quand les analyses de Marc Bloch comparant diverses formes prises par la société féodale sont entrées en résonnance avec des analyses portant sur diverses formes d’organisation d’une entreprise contemporaine.

20Reste que la chance n’intervient pas totalement au hasard. Plus l’on a en tête un grand nombre de figures diversifiées susceptibles de fournir des schémas d’interprétation, plus on risque, face à un ensemble de données dont l’interprétation est problématique, de pouvoir faire appel à une figure susceptible de convenir. La variété des expériences comme l’étendue des lectures sont, à ce titre, susceptibles d’être précieuses. Et en particulier, s’agissant de comprendre les sociétés dites modernes, la familiarité avec les figures associées à la compréhension du monde dit traditionnel n’est pas forcément superflue.

Haut de page

Bibliographie

Bloch M. (1968 [1939]), La Société féodale, Paris, Éditions Albin Michel.

Crozier M. (1963), Le Phénomène bureaucratique, Paris, Éditions du Seuil.

Czarniawska B. (1999), Writing Management: Organization Theory as a Literary genre, Oxford, Oxford University Press.

Eco U. (1992), Les Limites de l’interprétation, Paris, Éditions Grasset.

Foner É. (1998), The Story of American Freedom, New York, Norton Editor.

Iribarne d’ P. (1985), « La gestion à la française », Revue française de gestion, janvier-février.

Iribarne d’ P. (1986), « Régulation sociale, vie des entreprises et performances économiques », Revue Économique, Vol. XXXVII, n° 3.

Iribarne d’ P. (1989), La Logique de l’honneur, Paris, Éditions du Seuil.

Iribarne d’ P. (1996), Vous serez tous des maîtres, Paris, Éditions du Seuil.

Iribarne d’ P. (d’) (2003), « Trois figures de la liberté », Annales, septembre-octobre.

Iribarne d’ P. (2006) L’Étrangeté française, Paris, Éditions du Seuil.

Locke J. (1960 [1690]), Two Treatises of Government, edited by P. Laslett, Cambridge University Press ; traduction française, limitée au deuxième traité, Traité du gouvernement civil (1728), Garnier-Flammarion, 1992.

Merton R. K. (1957), Social Theory and Social Structure, Glencoe, The Free Press, traduit et adapté par H. Mendras (1965), Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Éditions Plon.

Montesquieu (1964 [1748]), De l’Esprit des Lois, dans Œuvres complètes, Paris, Éditions du Seuil.

Peirce C. S. (1934-1948), Collected Papers (4 vol.), Cambridge, Harvard University Press.

Zghal R. (1994), La Culture de la dignité et le flou de l’organisation. Culture et comportement organisationnel. Schéma théorique et application au cas tunisien, Centre d’études, de recherches et de publications, Tunis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe d’Iribarne, « Sérendipité et sciences sociales : enseignements d’une expérience vécue », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ?, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4529

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page