Navigation – Plan du site
Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ?

Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ? Conditions sociologiques et portée heuristique d’un néologisme « barbare »

Introduction du Dossier
Dahlia Namian et Carolyne Grimard

Texte intégral

1Dans l’une des premières manifestations d’art conceptuel (Card Files), Robert Morris (1992) présente un tiroir de fichiers où se trouvent rangées en ordre alphabétique 48 fiches qui décrivent le processus d’élaboration de l’œuvre, allant de la conception à la fabrication. Parmi celles-ci se trouvent les fiches « accidents », « erreurs », « décisions », tandis que celles indiquant « futur » sont laissées en attente. En expliquant cette pièce, l’artiste mentionne que « ce qui est contesté, c’est la notion rationaliste suivant laquelle l’art est un genre d’activité qui aboutit à un produit fini » (Morris, 1992). La science a souvent été envisagée, notamment à partir de la seconde moitié du vingtième siècle, comme plus vaste et plus profonde que la stricte question de la connaissance ; comme une activité, productrice ou créatrice, irréductible à une réflexion cognitive et comparable à une activité artistique (Badiou, 2012, p. 14). Peut-on pour autant se passer de la notion rationaliste en science, notamment en ce qui a trait à la démarche de recherche scientifique, suivant laquelle les processus menant aux découvertes et aux résultats suivraient un fil conducteur logique et prévisible, allant de la formulation des hypothèses à leur vérification et confirmation ? Car en sciences sociales, c’est même souvent cette notion rationaliste qui lui accorde une légitimité à proprement dit scientifique ; une certaine place dans la grande famille de la science considérée noble ou digne de ce nom.

2Alors que la construction de l’objet permettrait aux chercheurs en sciences sociales de distinguer leur savoir du « savoir commun », le processus rationnel de la démarche de recherche permettrait d’arracher, un tant soit peu, les savoirs du social des « profondeurs d’une réalité mouvante » (Feldman, 2001) qui caractérisent le terrain empirique de ses objets, fluides et changeants. Or à l’instar du tiroir de fichiers de Robert Morris, tout chercheur en sciences sociales serait sans doute prêt à avouer, ne serait-ce qu’à lui-même, qu’il détient lui aussi un « tiroir » dans lequel se trouvent enfouis, rangés, cachés, voire placés « en attente », tous ces phénomènes qui surgissent en cours de démarche, qui font rupture ou bouleversent l’« ordre des choses » préalablement établi ou anticipé, mais qui ne sont pourtant pas dévoilés dans le « produit fini » de l’article scientifique ou du rapport de recherche. Ces phénomènes, tels que les hasards, les erreurs, les accidents, ou les « décalages » involontaires, qu’on pourrait ainsi qualifier de déviants par rapport à une norme rationaliste, procèdent de dynamiques rarement mises de l’avant dans la narration de la démarche méthodologique. Tout indique en effet qu’il existe un écart important entre le contexte de la découverte, où surgissent ces éléments qui mettent à l’épreuve la norme rationaliste et celui de la narration où on expose, dans un produit scientifique fini, les résultats selon cette même norme. Qui plus est, les justifications de ces résultats sont, bien souvent, des reconstructions a posteriori de la trame méthodologique suivie pour parvenir à ceux-ci. Dans cette narration, qui s’éloigne ainsi du contexte dans lequel sont survenues les découvertes, le chercheur est appelé à témoigner du travail systématique réalisé en amont des résultats ; celui que tout chercheur prudent serait amené à faire pour préparer et contrôler un tant soit peu les paramètres de son enquête. Souvent au moment même du produit fini, il révèle « sa lunette », qu’il aurait patiemment sélectionnée à l’avance, le devis ou le plan qu’il aurait savamment élaboré, en bref tout ce qui lui aurait rationnellement permis de mettre à jour un ensemble de réponses logiques à un questionnement tout autant logique. Or si tel est bien le cas, si l’on tient compte, effectivement, de tout ce travail préalable, peut-on réellement parler de « découvertes » à proprement dit ? Ne sont-elles pas que des confirmations d’hypothèses patiemment élaborées ? Quelle place alors faire à ces trouvailles insoupçonnées, celles qui tendent parfois à désarçonner le chercheur, le bousculer, le provoquer, parce qu’elles surgissent justement en dehors des paramètres fixés au préalable de sa recherche ? Entre, d’un côté, une notion strictement rationaliste, ne faisant aucune place à ces découvertes hasardeuses ou phénomènes « déviants » qui peuvent émerger dans le cours d’une enquête et d’un autre côté, un désordre assumé, qui ne reconnaîtrait en rien l’importance de baliser au préalable la démarche de recherche par certains paramètres de contrôle, peut-on envisager une méthode – et une manière d’en rendre compte – qui soit capable de réconcilier ces éléments procédant à la fois du hasard et de l’intelligence d’une programmation scientifique ?

Sérendipité : des origines aux conditions sociologiques actuelles

  • 1 Expression utilisée par Robert Merton pour qualifier le terme serendipity (1957, cité dans Berthelo (...)

3Sérendipité, ce néologisme « barbare » 1 créé par calque de l'anglais serendipity, est sans doute le terme le plus utilisé, depuis les années 1950, pour traduire ces découvertes fortuites, accidentelles, parfois même fallacieuses, qui surviennent de manière inattendue dans le cours d’une recherche et qui peuvent emmener, moyennant une certaine disposition du chercheur, à réorienter les objectifs, trouver de nouveaux résultats, ou encore créer et étendre une théorie. Si l’origine de ce mot est ancien, trouvant racine dans un compte littéraire persan datant du xive siècle (Bourcier & van Andel, 2011), sa signification scientifique a d’abord et surtout été associée au domaine des sciences pures, alors que certains chercheurs reconnaissent qu’elle est au centre de nombreuses inventions techniques aussi importantes que disparates, telles que la radioactivité, la fission nucléaire, le viagra, le botox, le zyban, le teflon, le velcro, le post-it, etc. Walter B. Cannon, un physiologiste américain à la Harvard Medical School, avait ainsi relaté, dans The Way of an Investigator (1945), les récits de nombreux cas de sérendipité. Mais qu’en est-il de la sérendipité en sciences sociales ? Quelle place lui accorde-t-on dans la démarche de recherche ?

4La paternité de l’usage de ce terme en sciences sociales est généralement attribuée au sociologue Robert K. Merton (Norton, 2002), qui admettait que des découvertes insoupçonnées, ces formes d’« anomalies stratégiques », pour reprendre son terme, puissent devenir l’occasion de développer, étendre, voire de renverser un modèle théorique existant. Si Robert K. Merton est surtout connu comme un « fonctionnaliste modéré » et pour avoir introduit le concept de « théorie de moyenne portée », il est également l’un des rares sociologues de son temps à avoir réfléchi de manière systématique sur les liens entre l’empirie et la théorie (Berthelot, 2000), notamment sur l’apport de la recherche empirique à la théorie sociologique. Au moment où il découvre le terme serendipity, dans les années 1930 (dans le Oxford English Dictionnary) et s’intéresse à son étymologie jusque-là attribuée au monde littéraire, ses recherches étaient consacrées aux fondements de la sociologie des sciences, notamment à l’élaboration d’une théorie sociologique de la découverte (Merton, 1973) et sur les conséquences imprévues (unintended consequences) de l’action sociale. Cet intérêt combiné pour les décalages de l’action rationnelle et de la découverte scientifique se concrétisa alors, quatre décennies plus tard, dans son ouvrage posthume The Travels and Adventures of Serendipity (écrit avec Elinor Barber, 2006). Cet ouvrage, complété en 1958, aurait intentionnellement été laissé non-publié pendant un peu plus de trente ans, voyant son effet de nouveauté sensiblement diminuer, d’année en année, en raison d’une diffusion massive du terme serendipity (Campa, 2008). Robert K. Merton avait remarqué en effet à quel point ce terme s’était rapidement répandu dans le discours scientifique et courant. Entre 1958 et 2001, il dénote par exemple que le terme est apparu dans le titre de 57 ouvrages, qu’il a été utilisé 13 000 fois dans les journaux au cours des années 1990 et qu’en 2001, on le retrouve dans 636 000 documents Internet (Merton & Barber, 2006). Pour Robert K. Merton et Elinor Barber la diffusion de ce terme s’explique notamment par l’émergence et le développement de la société industrielle, marquée par une expansion sans précédent de la science et de la technologie ayant suscité à son tour le besoin pour les chercheurs de créer des néologismes, fautes d’images ou de catégories langagières adéquates pour exprimer les nouveaux paramètres de la réalité, créés ou bouleversés par cette expansion (Merton & Barber, 2006). Mais si Robert K. Merton a attendu aussi longtemps pour publier cet ouvrage sur la sérendipité, il utilisa néanmoins son concept dans sa théorisation à plusieurs reprises (Campa, 2008). Vers la fin des années 1940, Robert K. Merton introduit notamment le concept de serendipity pattern, alors qu’il cherchait à penser au-delà de la vieille dichotomie entre les théoriciens et chercheurs empiriques, laquelle avait largement investi sa discipline, la sociologie. Il partait du principe qu’une interrogation sérieuse sur les relations possibles entre la théorie et la recherche n’avait presque plus lieu d’être, tant il était désormais admis, dans une abondance de revues et de discussions, que les deux entités étaient liées :

« L’histoire a le don de démoder des lieux communs. L’histoire de la sociologie nous en offre un bel exemple. Le stéréotype du théoricien planant dans l’empyrée des idées pures à l’abri de la souillure des faits terrestres, se démode aussi rapidement que celui du chercheur armé d’un questionnaire et d’un crayon à la poursuite de statistiques isolées et dépourvues de signification » (Merton, 1957, cité dans Berthelot, op.cit., p. 146).

  • 2 Voir à ce sujet l’article dans ce Dossier de Dalhia Namian et Carolyne Grimard.

5Il n’empêche. S’il considérait que les exposés portant sur les liens entre la recherche et la théorie n’avaient plus lieu d’être, il dénotait néanmoins avec justesse que, d’un point de vue épistémologique, ces mêmes exposés portaient surtout sur l’influence de la théorie dans la recherche, c’est-à-dire sur le rôle de la théorie dans l’idée initiale, le plan et l’exécution de l’enquête. Qui plus est, faisait-il remarquer, lorsqu’on s’attardait à l’autre sens de la relation, c’était surtout pour réduire le rôle de la recherche au contrôle et à la vérification d’hypothèses préalablement réfléchies. Or à son avis, il était tout autant impératif de penser l’apport de la recherche empirique dans le développement de la théorie et de prendre par le fait même en compte tout ce qui se passe « dans l’ombre » et en pratique au cours d’une enquête. Dans Éléments de théorie et de méthode sociologique (1949), Robert K. Merton introduit dans cet esprit l’idée de sérendipité afin de discuter de « l’influence de données inattendues, aberrantes et capitales sur l’élaboration d’une théorie » (Merton, 1957, cité dans Berthelot, op.cit., p. 148). Inattendues, aberrantes, capitales constituent les trois aspects de ce que l’auteur a désigné comme le serendipity pattern, donnant ainsi une « configuration » (Chazel, 2006) plus systématique à la notion. D’abord, une donnée est avant tout inattendue quand, orientée vers la vérification d’une hypothèse, elle conduit à une observation insoupçonnée qui relève de théories étrangères à la recherche en cours. Ensuite, une donnée est aberrante ou surprenante – ce qui rapproche la sérendipité de l’abduction – lorsque qu’elle questionne ou met à l’épreuve une théorie faisant consensus ou des faits déjà établis. La contradiction provoquée par cette donnée aberrante, loin de constituer un frein à la fécondité théorique, éveille au contraire la curiosité du chercheur, l’encourage à faire preuve d’imagination en trouvant un sens à ce qu’il observe ailleurs que dans un modèle avéré ou dominant. Cela peut alors le conduire à formuler une hypothèse nouvelle, à édifier une théorie inédite ou à en élargir sa portée. Finalement, la donnée peut, ou plutôt doit être capitale, en ce sens que le chercheur devrait être capable, par une certaine sensibilité 2 ou tournure d’esprit théorique, de tirer le général du particulier. Il doit être capable de voir, même dans des données les plus banales ou les plus observées, des données capitales, susceptibles d’étendre ou de faire émerger une nouvelle théorie, moyennant de la part du chercheur une certaine sagacité, un esprit curieux, une disponibilité mentale lui permettant de rester à l'affût du neuf et du surprenant. Robert K. Merton donne l’exemple de Sigmund Freud qui fut capable de se saisir de faits banals comme les trous de mémoire et les erreurs typographiques et de langage, pour en faire des données capitales dans sa théorie de l’inconscient.

6En ce qui a trait à sa propre expérience « sérendipiteuse », Robert K. Merton donne un exemple de sa recherche sur la sociologie de l’habitation, où il a étudié l’organisation sociale du quartier ouvrier, Craftown. Partant du constat empirique qu’une large proportion de ses habitants était davantage affiliée à une organisation (politique, civique, culturelle, etc.) que dans leur lieu de résidence antérieure, Robert K. Merton rencontre un fait inattendu, contraire au «bon sens » : cette affiliation augmente chez les parents de jeunes enfants, alors que le sens commun voudrait que la charge des enfants constitue un obstacle ou un frein à la participation active des parents à la vie collective. Les parents expliquèrent qu’ils pouvaient compter sur l’abondance des adolescents du quartier pour surveiller les enfants, leur laissant ainsi la possibilité de s’absenter pour participer à des activités sociales. Or cette explication constituait une donnée aberrante car, dans les faits, Robert K. Merton remarque que, Craftown, comme pour d’autres nouvelles cités résidentielles de l’époque, comptait en réalité très peu d’adolescents – la moitié des enfants du quartier avaient dans les faits moins de dix ans. Ainsi, comment expliquer cette croyance illusoire en une majorité d’adolescents ? Cette donnée aberrante était contradictoire aux faits avérés et ne cadrait pas avec l’idée initiale de la recherche, car Robert K. Merton n’avait pas introduit dans ses hypothèses le facteur subjectif de la croyance. Si d’autres chercheurs avaient pu ignorer cette contradiction, il considéra qu’il fallait choisir d’en faire une donnée capitale, c’est-à-dire y trouver une signification sociale importante, voire centrale, pouvant mettre à l’épreuve les théories sociales dominantes de l’époque (notamment, avec Émile Durkheim et Karl Marx). Puisque celles-ci ne parvenaient pas à fournir de clés explicatives suffisantes ou satisfaisantes pour comprendre les racines sociologiques de cette croyance erronée, il fallut se tourner de nouveau vers l’explication des parents, afin d’en tirer une signification adéquate, à savoir que la confiance détient une fonction importante dans la cohésion sociale. Non seulement cette signification lui permit de confirmer la théorie voulant que la perception soit le produit d’un cadre social, mais aussi de l’élargir en montrant l’importance de prendre en compte la psychologie des normes sociales.

  • 3 Voir à ce sujet l’article dans ce Dossier de François Lavie.

7En somme, cet exemple tiré d’une expérience de Robert K. Merton met clairement de l’avant les trois éléments de son concept de serendipity pattern. Il démontre en outre que sa dynamique peut bel et bien exister dans le domaine de la recherche en sciences sociales, bien que, force est de constater, peu de cas aient été relatés à ce sujet depuis la démonstration qu’en a faite Robert K. Merton – les exemples étant davantage tirés du domaine des sciences pures ou techniques. En sociologie, c’est quelques tenants de l’École de Chicago qui en ont fait un usage plus systématique, notamment Barney Glaser et Anselm Strauss, qui cherchaient à penser la sérendipité comme une méthode scientifique propre à la « théorie ancrée », en mettant de l’avant l’idée de Robert K. Merton voulant que la recherche empirique puisse générer de nouvelles théories, notamment si les hypothèses et questions de recherche sont suffisamment précises et flexibles (Glaser & Strauss, 1967). Du côté de la sociologie des sciences ou des Science studies, Robert K. Merton a surtout été associé au « programme faible » de ce champ disciplinaire 3 et, de ce fait, considérablement critiqué par les tenants du « programme fort », notamment pour ne pas avoir tenu compte de l’impact de la société sur les découvertes scientifiques (Campa, 2008). Robert K. Merton et Elinor Barber vont à ce sujet rappeler les critiques adressées au concept de sérendipité de la part des marxistes orthodoxes qui considéraient que les découvertes scientifiques et techniques étaient le fruit de la « nécessité » (la base matérielle de la société) et par conséquent appartenaient au registre de la prédiction et de la détermination, plutôt qu’à celui des accidents, des hasards ou des erreurs (Merton & Barber, 2006, p. 166).

  • 4 À titre d’exemple, on peut penser à l’ouvrage de Pek van Andel et Dominique Bourcier, De la sérendi (...)
  • 5 On peut penser au titre du film grand public de Peter Chelsom (2001), qui a permis d’introduire out (...)
  • 6 Jon Udell a introduit en 2002 le concept de manufactured serendipity pour décrire la capacité du We (...)
  • 7 Par exemple, en France, la notion apparaît dans un article du Figaro du 2 janvier 2008 « Quel vœu f (...)

8Le destin de la notion de sérendipité dans les sciences sociales suivra donc les traces de ces deux chemins balisés par la tension entre recherche empirique et théorique, voire entre programme fort et programme faible ; tension que Robert K. Merton cherchait pourtant à surmonter lorsqu’il introduisit une telle notion au cœur de la réflexion sur les fondements de la science. Plus de quarante ans après cette entrée de la sérendipité dans le discours scientifique, nous sommes alors en droit de nous demander ce qu’il en est, aujourd’hui, de son héritage et de sa pérennité dans les sciences sociales. Cette question demeure d’autant plus pertinente à la lumière de ce qui apparaît de nouveau comme un certain engouement pour le concept, en particulier en France et ailleurs dans le monde francophone, où la notion était restée jusque-là peu utilisée. On la voit apparaître de plus en plus, depuis les années 2000, dans différents ouvrages, articles et colloques scientifiques 4. La revue Sciences humaines l’a d’ailleurs consacré en 2011 « concept de l’année ». On voit également le terme et la notion se diffuser en dehors du domaine strictement académique, en ayant fait son entrée au cinéma 5, dans le langage technique des affaires et du Web 6, ou dans d’autres médias de masse, comme les quotidiens écrits 7. Qu’est-ce qui explique aujourd’hui ce « succès social » ? Peut-on le réduire à une simple question de publication (liée à la publication de l’ouvrage posthume de Robert K. Merton ?), ou participe-t-il également d’une certaine « épistémè » (Foucault, 1966) de l’époque contemporaine, caractérisée par l'existence d'un certain nombre de conditions sociologiques qui encadrent, dans le discours scientifique, ce qui est possible et acceptable de dire et de penser ? Quels seraient alors les conditions ou les éléments de cette configuration sociologique qui encouragent actuellement de nombreux penseurs à parler de sérendipité ?

Trois dimensions du serendipity turn

9À l’instar des trois éléments qui caractérisent le concept de serendipity pattern de Robert K. Merton, on pourrait de la même façon soulever les trois principales dimensions qui configurent ce que nous pouvons désigner comme le serendipity turn, c’est-à-dire un intérêt méthodologique et substantiel pour une démarche qui met en lumière tous ces phénomènes habituellement refoulés dans l’ombre de la norme rationaliste – comme les erreurs, les hasards, les accidents et autres « déviances » de la recherche. Parler de serendipity turn permet surtout, en introduction de ce dossier, de resituer l’intérêt pour ce concept à l’aune de ses conditions de possibilité sociologiques, en mettant de l’avant certaines dynamiques qui contribuent, à notre avis, à son « succès social » actuel et à rendre compte de sa portée heuristique.

Montée des affectivités et extension du domaine de la subjectivité

10La sérendipité est un concept épistémique qui rend compte d’« environnements sociocognitifs » dans la production de la connaissance (Merton & Barber, 2006). Selon cette perspective, l’observation rigoureuse et logique qui procède de la norme rationaliste doit pouvoir intégrer des dimensions « psychosociales » dans la démarche de la recherche. Si l’impact de la société dans la production de la connaissance n’est pas exclue, l’usage de ce concept traduit la volonté de prendre en compte la subjectivité du chercheur (sa sensibilité, son intuition, son imaginaire, etc.) comme des conditions essentielles pour produire une interprétation plausible de la réalité. La sérendipité procèderait en quelque sorte d’une « individuation épistémique », car elle sous-tend une définition de la démarche de recherche comme un processus indissociablement social et psychologique, qui ne se réduit ni au tout social ni à une stricte question d’intériorité psychique. En ce sens, l’influence de la société dans ses dimensions plus structurelles ou micro-sociales n’est pas exclue, mais considérée comme indissociable de la subjectivité du chercheur dans la production des découvertes et de la connaissance. À première vue, rien ne paraît fondamentalement novateur dans ces idées. Toutefois, force est de constater qu’elles font fortement écho à l’ère du temps contemporain, où « la subjectivité est devenue une question collective » (Ehrenberg, 1995, p. 14). En effet, le succès social de la sérendipité semble entrer en résonnance sociologique avec l’observation de plus en plus prégnante des dimensions subjectives (affects, émotions, intuitions, etc.) sur une diversité de scènes de la vie sociale, allant du rapport au travail, à la famille, aux aspirations personnelles, etc. Il ne s’agit pas ici de dire que tout est devenu subjectif, ou par extension que l’objectivité et la norme rationaliste des sciences sociales se déclinent au profit d’un relativisme tous azimuts. Il s'agit surtout de mesurer ce que le serendipity turn, auquel nous semblons assister actuellement dans la recherche en sciences sociales, doit à la place centrale occupée aujourd’hui par l’individu dans la société et en quoi l’extension de moins en moins timide des dimensions subjectives à la sphère, jusque-là principalement objective, de la recherche, participe de cette dynamique sociologique plus globale.

11Cette dynamique qui propulse à l’avant-scène la sérendipité comme « concept de l’année » en sciences humaines, traduit en d’autres termes une société d’individualisme de masse dans laquelle les questions de subjectivité, d’émotions, de sensibilités, d’affects, ou ce que nous avons regroupé ailleurs sous le terme des « affectivités sociales » (Namian, 2012), occupent une place centrale dans la production de l’individualité et de la socialité contemporaine. Les affectivités ne constituent pas en ce sens une simple réduction des dimensions collectives aux dimensions purement subjectives, mais sont indissociablement psychologiques et sociales, là où les forces et vulnérabilités individuelles se confondent avec les coercitions et possibilités sociales. La promotion de la sérendipité ou autres « déviances » de la recherche (accidents, hasards, erreurs, intuitions, etc.) à titre de facteurs ordinaires de la démarche scientifique témoignerait alors d’un certain déplacement de la valeur sacrée de l’objectivité de la démarche de recherche en sciences sociales; à une extension des frontières de la sphère d’expression de la subjectivité qui s’étendrait dorénavant au domaine de la recherche. Le chercheur est de plus en plus enjoint, en toute transparence, à rendre compte des rapports affectifs entretenus à l’égard son terrain, des personnes rencontrées lors de son enquête, à ancrer et à faire sens de sa démarche de recherche dans sa trajectoire singulière et personnelle, à être réflexif, à faire un travail sur soi pour éviter les biais, à penser sa relation à l’autre et aux institutions, etc.

Vulnérabilité sociale et fragilité épistémologique

12Cette valorisation de l'individu et de sa subjectivité, qui constitue ainsi le levier permettant à la sérendipité d’être reconnue comme une stratégie légitime ou ordinaire du domaine de la recherche en sciences sociales, sous-tend en contrepartie une dynamique de fragilisation structurelle qui s’exprime dans ce que plusieurs ont qualifié de « vulnérabilité sociale » : soit un mode de société caractérisé à la fois par une précarisation et une individualisation des supports sociaux et parallèlement par un déclin des repères classiques de la régulation sociale. Ainsi, d’un côté, la vulnérabilité comme forme sociale rendrait compte d’un nombre croissants d’individus exposés aux bouleversements qui s’opèrent dans les formes d’encadrement et de soutien sociaux, en les propulsant dans des situations considérées « à risque » socialement (désaffiliation, exclusion sociale, grande marginalité). D’un autre côté, cette fragilisation structurelle conduit à repenser les catégories d’appréhension du réel qui permettaient, hier, d’avoir une certaine représentation de la vie sociale et des inégalités qui l’informent : une représentation de la société en tant que « totalité fonctionnelle » (dans laquelle les classes sociales, notamment, constituaient les principaux horizons conceptuels pouvant mettre en relation les dimensions structurelles de la société avec la dynamique des rapports sociaux). Ainsi, la vulnérabilité sociale rend compte d’un modèle de société caractérisé par une fragilisation des appareils productifs de la société et une mise à l’épreuve des dispositifs théoriques qui leur étaient intimement liés pour comprendre et lire les dynamiques des rapports sociaux en vigueur (Genard, 2009). Certes, dans cette perspective, les grandes « sphères » collectives (Sloterdijk, 2006) telles que la Classe, l’État, la Nation, le Travail, la Société mais aussi la Science, avec lesquelles la sociologie a forgé en majeure partie sa compréhension du réel, demeurent. Mais de la même manière que la religion a perdu, dans les sociétés occidentales, le monopole du rôle intégrateur structurant des individus et de leurs identités, toutes ces grandes sphères subissent aujourd’hui en majeure partie le même sort : elles ne sont pas entièrement radiées, mais perdent de plus en plus de leur consistance dans une socialité qui accorde une place centrale à l’individu, ce qui entraîne logiquement la sociologie à devoir repenser ce qui « fait tenir » aujourd’hui en dehors de ces grandes sphères unitaires ou machines à produire de la société (Namian, 2012). Les systèmes, les dogmes, qu’ils soient religieux, politiques ou scientifiques, ne s’imposent plus, ou de moins en moins, à l’individu du dehors comme des modèles universels de référence et d’action capables de prendre en charge tous les aspects de la vie.

13Dans cette perspective, la vulnérabilité et la dynamique sociétale qu’elle recouvre trouvent écho aujourd’hui à une certaine fragilité épistémologique contenue dans l’idée de sérendipité. Cette fragilité, sans nécessairement faire l’objet d’un plaidoyer (Corcuff, 2003), procède aujourd’hui de l’apoplexie du « mythe du progrès » et de la conception corollaire de la science et de l’objectivité en tant que toute puissante. Le déclin de ces référents dans le domaine de la science, qui teintaient en grande partie le « programme fort » en sociologie et en histoire des sciences, contribue à laisser la place à des phénomènes, dans la démarche de recherche, qui ne procèderaient ni strictement du registre du déterminisme et de la prévisibilité, ni simplement de « la nécessité » et des conditions sociales. La sérendipité constitue sans doute l’une des stratégies actuelles dont se dotent les chercheurs aujourd’hui pour se démarquer nettement des constructions plus ou moins factices, élaborées sur la connaissance scientifique et la démarche prétendument objective et réaliste de recherche en sciences sociales (Macherey, 2008). Il s’agit avec elle d’écarter le piège, souvent lénifiant, d’une représentation périmée, impropre à la dynamique actuelle des rapports sociaux, qui identifie entièrement la démarche de la recherche à ses conditions sociales et qui tend de ce fait à l’ériger comme une forme contraire à cette fragilité épistémologique, c’est-à-dire en certitude ou en idéologie.

Économies du risque et de la responsabilité

  • 8 Voir le numéro thématique « Enquêter en milieu difficile », Revue française de science politique, v (...)

14Pour autant, si la sérendipité sous-tend une stratégie de recherche qui tient compte des registres autonomes de la production de la connaissance (autres que celles de la nécessité), c’est notamment parce qu’elle fait écho à la généralisation d'un nouveau mode de régulation sociale qui s’emploie à promouvoir et à canaliser l'autonomie des acteurs (savants comme profanes) par une certaine « culture du risque » qui les investit de nouvelles responsabilités individuelles (Beck, 2003). En effet, il semble a priori paradoxal de revisiter un concept comme la sérendipité qui revendique la place du hasard, de l’incertitude, de la prise de risques, etc., alors que tout aujourd’hui – hommes comme machines – semble programmé pour empêcher le hasard d’entrer dans la vie des individus, de prévenir les risques, de gérer les incertitudes. Or en filigrane de ce paradoxe, nous pouvons néanmoins saisir certaines tensions qui sont propres au modèle contemporain de la société, celui où prend forme une véritable culture du risque, prise entre la généralisation d’une norme d'autonomie et une volonté de sécurité accrue. D’un côté, une société qui exige de l’individu de toujours faire preuve d'autonomie, incitant chacun à se prendre en charge, à s'investir « personnellement » dans des projets, à prendre des risques et à en assumer la responsabilité, y compris dans le domaine de la recherche qui promeut une certaine culture positive du risque. En effet, cette dernière conçoit le risque « comme une opportunité à saisir et même plus, comme un bien à défendre » (Soulet, 2007, p. 72) et encourage une certaine héroïsation de celui qui prend les risques, comme en témoigne la valorisation actuelle des récits ethnographiques consacrés aux « terrains difficiles » 8, clandestins, audacieux, etc. La sérendipité renvoie à cette conception positive du risque dans la mesure où le chercheur est encouragé non seulement à se préparer aux risques et hasards potentiels de la recherche (qui peuvent survenir de manière inattendue, par surprise, par accident, etc.), mais aussi d’avoir la sensibilité, le flair et la tournure d’esprit scientifique suffisants pour y faire face et « faire avec » – notamment en en assumant les conséquences. De l’autre côté, cette même société met pourtant également en scène une certaine culture négative du risque, c’est-à-dire une culture qui en appelle à des instances capables d’encadrer l’autonomie des individus par des dispositifs de sécurité et par la production d’évènements prévisibles et calculables. Dans le domaine de la recherche, cette culture s’exprime dans la place de plus en plus prégnante des comités éthiques qui encadrent la recherche auprès des sujets vivants dans les sciences sociales, en s'efforçant de faire prévaloir un bon « gouvernement de soi » du chercheur et de faire appel à sa responsabilité individuelle dans la production de la connaissance. Ou encore, elle trouve son illustration dans une exigence croissante de production de recherches de type evidence based (fondées sur des données probantes), qui tend à annuler d’avance toute prise de risques véritables en sommant les chercheurs en sciences sociales de se mouler au modèle des sciences pures et de produire des résultats exacts, prévisibles et calculables – contraires finalement à ceux qui procèderaient de la logique de la sérendipité. Dans une société où les risques sont effectivement évités au maximum, où l’on tente de circonscrire, prédire, calculer le plus possible les relations, les maladies, les crises financières, etc., la sérendipité ne surviendrait-elle pas alors comme concept afin de faire effet de soupape ? N’est-elle pas en vogue justement dans un contexte sociétal où les accidents et les hasards n’ont pas leur place ? Pourrions-nous même penser qu’elle sert de stratégie à certains chercheurs pour résister à ces « modèles-réflexes » qui réaniment par différents moyens la norme rationaliste en recherche ?

Conclusion

15En somme, le serendipity turn auquel nous semblons assister actuellement répond de ces trois dimensions révélatrices de dynamiques sociales parfois contradictoires ou paradoxales – celles d’une société où l'individu, devenu central, gagne en responsabilités ce qu'il perd en certitudes, y compris dans le domaine de la science et de la recherche. L’intérêt pour la sérendipité ne relève donc pas tant d’une curiosité d’esthète pour ce « néologisme barbare », mais tient au fait qu’il permet de réfléchir aux conditions sociologiques de sa reconnaissance actuelle et à sa portée heuristique pour la recherche en sciences sociales aujourd’hui. Ce dossier reprendra tour à tour ces dimensions, parfois tricotées dans l’empirie, parfois en surplomb à la réflexion. Qu’on la nomme ici plus largement sérendipité, ou encore, de manière plus spécifique, comme « hasard », « surprises », « imprévus » « erreurs », « biais », « distorsions », « discordances », « court-circuit » ou « décalages », les sept contributions de ce dossier tentent d’explorer cette part d’ombre de la norme rationaliste de la recherche rarement mise de l’avant en sciences sociales.

16François Lavie amorce ce dossier par une réflexion large sur la sociologie des sciences et l’intégration à son champ d'investigation des découvertes jugées improbables, inattendues ou surprenantes et des notions jusque-là peu assumées par les scientifiques : hasard, chance, contingence et sérendipité. Deux aspects de cette intégration sont alors à prendre en compte : l’écart entre le contexte de la découverte et le contexte de la justification à laquelle se conforme l’exposition des résultats scientifiques. Ensuite, la place accordée respectivement au « génie », à la chance et aux conditions sociales de la production scientifique, dans le processus de découverte scientifique. Cette réflexion permet alors de tracer les frontières théoriques entre les « programmes » forts et faibles de l’étude des sciences. La contribution de Philippe d’Iribarne nous amène quant à elle sur d’autres sentiers. Qu’en est-il des données qui « viendraient sauver de manière inattendue le chercheur perplexe face à un fouillis d’éléments » ? La sérendipité surviendrait ainsi dans ce contexte à l’aide d’une démarche abductive : c’est-à-dire avec des éléments n’ayant pas été mis en place auparavant et ne servant pas non plus à la production d’un modèle a posteriori : il s’agit d’éléments servant de relais. Mieux encore, ces éléments permettraient selon lui un « court-circuit » porteur de résonnances analytiques. Pour Jean-Louis Genard et Marta Roca i Escoda, la question de la sérendipité se présente davantage sous un ensemble de circonstances qu'ils appellent « l'hospitalité » à la surprise. Cette surprise justement, qui survient lorsque les « canevas préétablis » ne suffisent pas, peut alors être reprise par le chercheur qui, s'il y est disposé, réexpliquera les nouveaux évènements. C'est sous un double regard, selon la disposition du chercheur et les paradigmes sociologiques mobilisés, que peut survenir cette « hospitalité » à la surprise, laissant place à son tour à une nouvelle grammaire où à l'inattendu se joignent le plaisir et le déplaisir dans ce qu'ils nomment une « esthétique » de la recherche.

17Christian Papinot quant à lui nous invite ensuite à nous questionner sur les matériaux de recherche et sur l’influence que la relation enquêteur/enquêté a sur ceux-ci. Le sociologue, en tant qu’enquêteur, observateur ou même relationniste, est appelé à réfléchir constamment à ses techniques, ses actions, ses attitudes et à la manière dont celles-ci interagissent avec les matériaux. Entre le rôle de perturbateur des données ou de témoin invisible, quelle place du sociologue pour quels effets dans l’analyse ? Puisque celui-ci n’est jamais absent, souligne-t-il, ce texte met en lumière comment la production des faits par les enquêteurs est un processus de recherche singulier qui ne peut que bénéficier de ce qui est « qualifié d’"erreurs", de "biais", de "distorsions" ou de "perturbation de l’observateur" ». Maria Caiata Zufferey explore ensuite de manière empirique la notion de « risque zéro » chez les femmes ayant reçu un diagnostic de mutation génétique prédisposant au cancer du sein et de l’ovaire. Parcourant les discours des femmes qui ont eu recours à une chirurgie ablative des seins ou des ovaires, elle relève ce qui dans ces discours a été régulier ou discordant, non pas à des fins d’opposition mais afin que les deux soient moteurs de découvertes, permettant ainsi des analogies fécondes. Ces contradictions introduisent une possibilité d’étonnement scientifique, qui permet ensuite une relecture décalée, entrainant le chercheur à introduire de nouveaux indices, voire à redéfinir son énigme. L’analyse ne peut alors qu’en être bonifiée. Nous verrons par ailleurs dans le texte d’Audrey Wyart et Nicolas Fait, un ensemble de préoccupations qui sont soulevées lorsque l’enquête est jugée délicate, voire difficile. Qu’est-ce que les chercheurs doivent prendre en compte méthodologiquement ? Est-ce que ces prises en compte se transforment à tout coup en « heureux hasard de la recherche » ? Dans leur cas, c’est en poussant ou en modifiant leurs outils méthodologiques et analytiques, pour les adapter aux réalités de leurs terrains, qu’a surgi la sérendipité. Nous profitons (Dahlia Namian et Carolyne Grimard) également de l’occasion de ce dossier pour explorer, en dernier lieu, les « décalages » dans la logique de la découverte. Partant du fait que l’analyse des problèmes sociaux contemporains se fait parfois à tâtons, dans des terrains souvent en marge du social et des frontières disciplinaires, nous verrons comment ces processus analytiques non-linéaires peuvent être vecteurs de découvertes, à l’aide de deux figures de décalages qui ont émergé dans des expériences de terrain respectives : la sensibilité et l’ironie.

Haut de page

Bibliographie

Badiou A. (2012), L’Aventure de la philosophie française : depuis les années 1960, Paris, Éditions La Fabrique.

Berthelot J.-M. (2000), Sociologie. Épistémologie d’une discipline. Textes fondamentaux, Belgique, Éditions De Boeck.

Beck U. (2003), La Société du risque, Paris, Éditions Flammarion.

Bourcier D. & P. van Andel (2011), La Sérendipité, le hasard heureux, Paris, Hermann Éditeurs.

Campa R. (2008), « Making Science by Serendipity. A Review of Robert K. Merton and Elinor Barber’s The Travels and Adventures of Serendipity », Journal of Evolution and Technology, vol. 17, pp. 75-83. http://jetpress.org/v17/campa.html

Cannon W. B. (1945), The Way of an Investigator. A Scienticist’s Experiences in Medical Research, New York, WW Norton & Co Editors.

Chazel F. (2006), « Merton et la serendipity : à propos d’une publication récente », Revue d’Histoire des sciences humaines, vol. 1, n° 14, pp. 209-217.

Corcuff P. (2003), « Pour une épistémologie de la fragilité », Revue européenne des sciences sociales, XLI-127, consulté le 15 Septembre 2013. URL : http://ress.revues.org/519 ; DOI : 10.4000/ress.519

Ehrenberg A. (1995), L’Individu incertain, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Feldman J. (2001), « Pour continuer le débat sur la scientificité des sciences sociales », Revue européenne des sciences sociales, XXXIX-120, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 11 août 2013. URL : http://ress.revues.org/662 ; DOI : 10.4000/ress.662

Foucault M. (1966), Les Mots et les choses, Paris, Éditions Gallimard.

Genard J.-L. (2009), « Une réflexion sur l’anthropologie de la fragilité, de la vulnérabilité et de la souffrance », dans Périlleux T. & J. Cultiaux (dir.), Destins politiques de la souffrance, Toulouse, Éditions Érès, pp. 27-47.

Glaser B. & A. Strauss (1967), The Discovery of Grounded Theory: Strategies for Qualitative Research, New-Brunswick, Aldine Transaction.

Macherey P. (2008), « Le rôle des conflits disciplinaires dans l’histoire des savoirs : le cas de la sociologie des connaissances », conférence donnée à l’ENS dans le cadre du colloque Les disciplines face à leur histoire. URL : http://www.entretemps.asso.fr/Histoire/Macherey.htm

Merton R. K. (1949), Social Theory and Social Structure, New York, Free Press.

Merton R. K. (1973), The Sociology of Science. Theoretical and Empirical Investigations, Chicago, The University of Chicago Press.

Merton R. K. & E. Barber (2006), The Travels and Adventures of Serendipity, Princeton, Princeton University Press.

Morris R. (1992), Card files, Paris, Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou.

Namian D. (2012), Entre fin de vie et itinérance, Montréal, Presses de l’Université du Québec.

Norton R. (2002), « Unintended Consequences », dans The Concise Encyclopedia of Economics, Indianapolis, Liberty Fund. http://www.econlib.org/library/Enc/UnintendedConsequences.html

Sloterdijk P. (2006), Écumes, Paris, Éditions Pluriel.

Soulet M.-H. (2007), « La vulnérabilité. Un problème social paradoxal », dans Roy S. & V. Châtel (dir.), Penser la vulnérabilité, Montréal, Presses de l’Université du Québec pp. 65-87.

Haut de page

Notes

1 Expression utilisée par Robert Merton pour qualifier le terme serendipity (1957, cité dans Berthelot, 2000, p. 147).

2 Voir à ce sujet l’article dans ce Dossier de Dalhia Namian et Carolyne Grimard.

3 Voir à ce sujet l’article dans ce Dossier de François Lavie.

4 À titre d’exemple, on peut penser à l’ouvrage de Pek van Andel et Dominique Bourcier, De la sérendipité. Leçons de l’inattendu, L’Act mem, 2008, premier sur le sujet en France, ou encore au Tome 2 du Dictionnaire de sciences humaines et sociales (2010) intitulé : « S'orienter dans la vie : la sérendipité au travail » ?, ou plus récemment au colloque de 2013 du Réseau international francophone sur la recherche qualitative (RIFREQ) portant sur la logique de la découverte et qui consacra à l’idée de sérendipité une conférence d’ouverture ainsi qu’un panel de discussion entier.

5 On peut penser au titre du film grand public de Peter Chelsom (2001), qui a permis d’introduire outre-Atlantique le terme dans le langage.

6 Jon Udell a introduit en 2002 le concept de manufactured serendipity pour décrire la capacité du Web à produire en permanence de l'innovation.

7 Par exemple, en France, la notion apparaît dans un article du Figaro du 2 janvier 2008 « Quel vœu formuler à un chercheur ? ») ; une émission de radio de France Culture lui est également consacrée en 2009, ou plus récemment un billet du Monde, daté du 1er décembre 2012, avec pour titre « Sérendipité ».

8 Voir le numéro thématique « Enquêter en milieu difficile », Revue française de science politique, vol. 57, n° 1, 2007. http://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2007-1.htm

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dahlia Namian et Carolyne Grimard, « Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ? Conditions sociologiques et portée heuristique d’un néologisme « barbare » », SociologieS [En ligne], Dossiers, Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ?, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4490

Haut de page

Auteurs

Dahlia Namian

Université d’Ottawa, ONT, Canada – dahlia.namian@uottawa.ca

Articles du même auteur

  • Quelle place pour les « décalages » dans la logique de la découverte ?
    Paru dans SociologieS, Dossiers, Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ?

Carolyne Grimard

Université de Fribourg, Suisse – carolyne.grimard@unifr.ch

Articles du même auteur

  • Quelle place pour les « décalages » dans la logique de la découverte ?
    Paru dans SociologieS, Dossiers, Pourquoi parle-t-on de sérendipité aujourd’hui ?
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page