Navigation – Plan du site
Temps professionnels, temps prescrits, temporalités sociales

La mesure du temps de travail

Gilles Pronovost

Résumés

Cet article porte sur la méthodologie utilisée pour mesurer le temps consacré au travail dans les études d’emploi du temps. Pour ce faire il s’appuie sur l’analyse des données originales de cinq enquêtes canadiennes réalisées entre 1986 et 2010, de trois enquêtes françaises réalisées la même année que l’une des enquêtes canadiennes, ainsi que de trois enquêtes américaines. Après avoir décrit sommairement cette méthode d’enquête, en avoir souligné l’intérêt mais aussi les limites, il illustre comment la perception du temps consacré au travail est peu fiable au regard d’une mesure d’emploi du temps quotidien. Une telle mesure permet de pouvoir prendre en compte non seulement le temps consacré directement au travail rémunéré, mais aussi d’autres aspects du travail tels les déplacements, ce qui augmente de manière significative la charge totale de travail. Sur la longue durée, on peut aussi analyser assez finement les déplacements de temps, tout particulièrement en ce concerne la sensibilité très forte du temps consacré au loisir par rapport à toute augmentation ou toute diminution du temps de travail, de même que les différences selon le genre et selon le statut parental.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il existe plusieurs méthodes pour évaluer la durée du temps de travail. La plupart des pays disposent de statistiques officielles, notamment sur la durée légale du travail, sur les heures rémunérées, sur le temps supplémentaire ou sur les congés fériés. Les séries de données sont souvent tirées de grandes enquêtes régulières auprès de la main-d’œuvre. Par exemple au Canada, L’Enquête sur la population active distingue entre « les heures habituellement travaillées », « les heures effectivement travaillées » et « les heures supplémentaires travaillées ». La mesure est obtenue en effectuant tous les mois un sondage auprès d’un échantillon considérable de la population. Deux des questions posées sont les suivantes : « En ne tenant pas compte des heures supplémentaires, combien d’heures payées travaillez-vous par semaine ? ». Et « En ne tenant pas compte des heures supplémentaires, combien d’heures payées travaillez-vous habituellement par semaine ? » (Statistique Canada, 2011).

2Ces données ont l’avantage d’être comparables et de porter sur un échantillon considérable et représentatif de la population (environ 47 000 personnes au Canada, 60 000 aux États-Unis dans le cas du Current Population Survey). Leur qualité ne peut être mise en doute. Malgré leur limite, comme la méthode de cueillette est relativement constante, les résultats permettent de bien suivre dans le temps les tendances dans l’évolution de la durée du travail en général, selon l’âge, le sexe, le type d’emploi, etc.

3Leur principale faiblesse cependant est qu’elles portent sur des évaluations du temps consacré au travail. Elles comportent une part de perception de la part des personnes interrogées quant au temps qu’elles ont consacré au travail. On ne sait pas toujours si ces estimations incluent ou non par exemple les repas au travail, les pauses, les déplacements, le travail effectué à domicile. On pourrait parler d’une méthodologie basée sur des perceptions personnelles.

4Le propos de cet article est de présenter une méthode complémentaire d’analyse et de mesure de la durée du travail, basée sur les enquêtes d’emploi du temps. Certes celles-ci ont leurs propres limites et leurs propres biais. Mais on peut en tirer des enseignements intéressants et significatifs puisqu’elles apportent un nouvel éclairage sur la question.

Les études d’emploi du temps

Aspects méthodologiques

5Les écrits sur ce sujet sont nombreux. On peut renvoyer à quelques ouvrages classiques (dont Robinson & Godbey, 1999 ; Gershuny, 2000 ; on lira une présentation générale de l’intérêt et de l’utilité de ce type d’études dans Chenu & Lesnard, 2006). Pour en résumer sommairement la méthode, disons que l’on ne demande pas à des informateurs de déclarer combien de temps ils consacrent à telle ou telle activité quotidienne (du genre : « en moyenne combien de temps consacrez-vous à telle ou telle activité ? »). On ne cherche aucunement à leur demander de se rappeler plus ou moins précisément la durée de leur temps de travail. Les études d’emploi du temps procèdent autrement, soit sous forme d’un carnet d’activités (utilisé en France) ou plus généralement par le biais d’un sondage téléphonique, on demande aux informateurs de décrire la séquence de leurs principales activités quotidiennes la journée précédant l’enquête (ou une journée déterminée à l’avance dans certains cas) en commençant par la première activité éveillée, jusqu’à la journée complète. Le total doit toujours demeurer le même (soit vingt-quatre heures). Si on déclare plusieurs fois la même activité (par exemple les trois repas de la journée) c’est l’ordinateur qui procède au calcul, non l’individu lui-même, à partir des informations portant sur le début et la fin de l’activité. L’information recueillie est relativement standardisée : l’activité principale pratiquée, l’heure du début, sa fin marquant le début d’une autre activité, le lieu, les personnes éventuellement en présence. C’est un simple calcul qui permet de mesurer le temps total consacré à une activité (en soustrayant l’heure de la fin de celle du début et en additionnant toutes les durées pour chacune des occurrences d’une activité, puisque l’on peut par exemple, interrompre puis reprendre ultérieurement une activité quelconque). Le total donne toujours vingt-quatre heures, alors que les études de perception ne permettent pas de vérifier cette limite quotidienne.

  • 1 Dans le cas de la France il s’agit de carnets individuels complétés plutôt que de répondants différ (...)

6Les échantillons sont considérables et s’étendent généralement sur une année entière, de manière à éviter les biais saisonniers ou ceux liés à une journée particulière (par exemple pendant les week-ends) ; de sorte que les résultats sont généralement valables soit pour une journée particulière de la semaine, soit pour la fin de semaine, soit pour un mois ou une saison, etc. Par exemple, les trois enquêtes réalisées en 2010 au Canada, aux États-Unis et en France comportaient respectivement 15 390, 13 260 et 17 383 répondants 1.

  • 2 En 2010 en France par exemple, toute activité déclarée est imputée d’une durée d’au moins dix minut (...)

7Bien entendu de telles enquêtes comportent leurs propres limites. On en retiendra trois principales. La première est que les répondants ont généralement tendance à faire débuter une activité à des heures assez fixes, généralement au quart d’heure, à la demie ou à l’heure. Il en résulte certainement un écart d’au moins dix à quinze minutes dans la durée réelle d’une activité, même si dans de nombreux cas – et notamment pour ce qui est du temps de travail – certaines activités débutent bien à heure fixe 2. L’autre limite porte sur la sélection des activités principales par rapport à une activité exercée en même temps (prendre le repas en regardant la télévision par exemple ; préparer un repas en jouant avec un enfant). C’est au répondant qu’incombe la responsabilité de déclarer l’activité principale et l’activité secondaire ; de nombreuses enquêtes contiennent toutefois un registre des activités principales et un registre des activités secondaires, celles-ci étant majoritairement consacrées aux médias. La troisième limite porte sur la déclaration d’activités uniquement licites ou valorisées. À la décharge de telles enquêtes, comme nous disposons de séries assez longues et que la méthodologie est très semblable d’une enquête à l’autre, on peut dire que les biais systématiques sont toujours du même ordre et n’empêchent pas des analyses de tendance.

8La nomenclature des activités quotidiennes constitue un biais également soulevé. Cependant, une classification internationale relativement comparable permet de décrire les grandes catégories d’activités quotidiennes. Au Canada, par exemple, on utilise dix grands groupes d’activités, eux-mêmes subdivisés en sous-catégories, aux États-Unis il y en a dix-sept, en France il y en a douze. Toutes les enquêtes retiennent bien entendu une catégorie « Travail » ; l’enquête canadienne utilise quinze sous-catégories, l’enquête américaine vingt-trois et l’enquête française, douze : on dispose ainsi d’informations très détaillées non seulement sur le travail rémunéré mais aussi sur les autres composantes du travail, telles les pauses, les attentes ; le temps de déplacement est aussi mesuré.

Source des données

  • 3 Tous les détails techniques sont donnés en annexe. La référence aux documents disponibles est égale (...)
  • 4 Dans le cas de la France, l’échantillon de 2009-2010 porte sur la population âgée de 11 ans et plus (...)

9Dans les analyses qui suivent nous allons faire appel à trois séries nationales d’études d’emploi du temps. La première est une série de cinq études canadiennes s’étendant de 1986 à 2010, dont ne seront retenues, pour des fins de comparaisons, que les enquêtes réalisées en 1986, 1998, 2005 et 2010. La seconde est une série de trois enquêtes françaises, réalisées en 1986, 1998-1999 et 2009-2010, trois années identiques à des enquêtes canadiennes retenues. La troisième source est la série de « American Time-Use Survey », enquêtes réalisées annuellement depuis 2003 par le Bureau Of Labor Statistics ; dans ce cas, pour des fins de comparaison, ont été retenues la première enquête réalisée en 2003 de même que celles réalisées en 2005 et 2010 3. Dans toutes ces enquêtes, la population de référence est la population âgée de 15 ans et plus 4. Les résultats présentés sont issus de traitements à partir des données originales de toutes ces enquêtes, données pondérées en fonction des variables de pondération fournies pour chacune des enquêtes. De plus, comme l’analyse porte sur le temps de travail, seuls les répondants se déclarant en emploi quelle que soit sa durée  au moment de l’enquête ont été retenus ; les chômeurs en sont exclus ; de plus pour éviter les biais liés aux variations du temps de travail parmi la population aux études et celle à la retraite, seule la population âgée entre 18 à 64 ans a été retenue.

Nos perceptions du temps sont-elles fiables ?

10De nombreuses études ont montré que la plupart des individus peinent à donner une information exacte quant au temps qu’ils consacrent à telle ou telle activité. Ainsi, dans un couple, les conjoints tendent à sous-estimer le temps que leur partenaire consacre à des tâches domestiques et aux soins aux enfants… et à surestimer le leur. En raison d’un certain discrédit, on sous-estime systématiquement le temps passé devant le petit écran, alors que l’inverse est observé dans le cas d’activités plus « nobles » telle la lecture ou l’activité physique (Robinson, 1999 et 2011).

11Il en va ainsi pour ce qui est du temps de travail. L’enquête canadienne de 2010 sur l’emploi du temps permet d’en donner une illustration. Outre la mesure du temps consacré au travail rémunéré, l’enquête comporte dans une autre section une question portant sur « le nombre d’heures habituellement travaillées par semaine ». On peut donc aisément comparer le nombre d’heures déclarées par rapport au nombre d’heures réellement travaillées. Les résultats sont présentés à la Figure 1. On peut y lire que les personnes effectuant entre 30 et 45 heures de travail par semaine évaluent bien – à quelques heures près – leur temps effectif. Mais en deçà on observe une sous-estimation systématique, au-delà c’est la surévaluation. Ces résultats reproduisent à peu de chose près de nombreuses autres observations, tout particulièrement celles que John Robinson a observées constamment à partir des enquêtes américaines ou internationales (Robinson & Godbey, 1999, p. 88 ; Robinson et al., 2011, p. 49). Au moins deux interprétations peuvent être données à une telle situation. La première pourrait faire appel à ce qui semble être devenu une norme sociale en Occident : il est « normal » qu’une personne sur le marché du travail consacre entre 30 et 45 heures à cette activité et sans doute le chiffre de 35-40 heures constitue la principale référence. Ainsi, en deçà de cette norme, soit que l’on tende à valoriser le fait que l’on peut se permettre d’échapper à cette norme (dans le cas, par exemple d’un jeune parent ayant choisi pour un temps le travail à temps partiel ou d’une personne en situation de préretraite), soit qu’une telle situation soit perçue comme insupportable au point d’en accentuer le trait. Dans un ouvrage récent, Paul Bouffartigue évoque pour sa part une norme fordiste du temps de travail proprement dit, « norme du compromis fordien » déterminant les durées socialement acceptables, convention permettant d’identifier les équilibres sociaux à respecter (entre travail, loisir, vie familiale et vie personnelle) (Bouffartigue, 2012). C’est bien ce dont il s’agit ici, puisqu’il s’agit encore de la détermination du temps de la vie active (normes d’entrée et de sortie, normes de congé, de retraites, etc.).

12Une deuxième interprétation, plus prosaïque, serait que les personnes ayant une durée hebdomadaire « normale » de travail, les fordiens, bénéficient de conditions favorables, notamment des heures plus fixes, ce qui leur permet de mieux en évaluer la durée. Les autres seraient par contre plus susceptibles d’avoir des heures moins régulières, plus courtes ou plus longues, voire coupées et en conséquence l’évaluation du temps de travail est, à juste titre, plus difficile. Cela pourrait renvoyer à deux autres normes temporelles qu’évoque Paul Bouffartigue : la norme flexible hétéronome (la forte flexibilité du temps de travail est imposée, par exemple dans l’industrie de la restauration) et la norme flexible autonome, observable notamment chez les cadres qui peuvent mieux maîtriser les variations de leur temps de travail.

Figure 1 : Sous-estimation ou surévaluation du temps consacré au travail, selon la durée réelle de la semaine de travail. Canada, 2010, population active âgée de 18 à 64 ans

Figure 1 : Sous-estimation ou surévaluation du temps consacré au travail, selon la durée réelle de la semaine de travail. Canada, 2010, population active âgée de 18 à 64 ans

13C’est pourquoi, exception faite d’activités fortement institutionnalisées (comme la durée du travail dans le cas d’horaires relativement fixes) de nombreux travaux en sont arrivés à la conclusion que la seule alternative fiable pour la mesure des temps de la vie quotidienne est bien la méthodologie des études d’emploi du temps (Chenu & Lesnard, 2006 ; Robinson & Godbey, 1999 ; Robinson, 2011).

Les études d’emploi du temps et la mesure du temps de travail

14On peut répartir la mesure du temps de travail selon trois composantes :

  1. le temps consacré au travail rémunéré, incluant les heures supplémentaires ou un emploi secondaire ;

  2. le temps total consacré aux déplacements domicile travail, trajets aller et retour ;

  3. toute autre activité reliée au travail : pauses, attentes, entrevues, recherche d’emploi, etc.

15C’est l’intérêt des études d’emploi du temps que de pouvoir donner une image relative non seulement de la durée du travail rémunéré mais aussi de toutes les activités connexes qu’il engendre. Le Tableau 1 donne les résultats par pays pour les années choisies. De nombreux enseignements peuvent être tirés de ce tableau. Signalons en premier lieu, comme il a été établi antérieurement, que la durée moyenne du travail rémunéré au Canada en 2010 est surestimée de 4 heures parmi la population active (38,6 heures par semaine travaillées par rapport à 42,6 heures estimées), mais que le total des heures consacrées de manière directe ou indirecte au travail est sous-estimé.

La composante du travail rémunéré

16Si l’on s’en tient aux seules heures consacrées au travail rémunéré, on constate une stabilité remarquable aux États-Unis alors qu’en France et au Canada celles-ci sont sujettes à d’importantes fluctuations, tout particulièrement en France. Les études d’emploi du temps ont permis de conclure à des changements lents et graduels des temps sociaux (sommeil, tâches domestiques, temps consacré à la culture, etc.), ce qui n’est manifestement pas le cas pour ce qui est du travail dans deux des pays retenus.

17Une autre donnée sur laquelle il y a un débat important à entreprendre porte sur l’accroissement de la durée réelle du travail à l’aube du xxie siècle dans de nombreux pays occidentaux. Jonathan Gershuny, grand spécialiste de cette question, l’a mis en évidence en analysant la situation dans onze pays ; il pense que la situation est sans doute temporaire et liée à l’accroissement du travail féminin (Gershuny, 2011). Alain Chenu et Laurent Herpin ont montré que dans le cas de la France la situation s’explique en grande partie par l’accroissement du temps de travail chez les professionnels et chez les cadres (Chenu & Herpin, 2002) ; Jonathan Gershuny fait d’ailleurs la même constatation. La situation québécoise est tout à fait typique : le saut dans le xxie siècle a été douloureux pour l’ensemble de la population active car, pour la première fois depuis près d’un demi-siècle, le temps consacré au loisir a diminué (en fait on en est revenu à la situation du début des années 1980), en très grande partie en raison de l’accroissement important du temps consacré au travail, ce qui a également induit une diminution du temps parental et du temps familial et des niveaux jamais atteints auparavant de stress temporel.

18On notera également que la durée réelle du temps consacré au travail s’accroit de près de 20 % au Canada et en France si l’on tient compte des activités connexes et du temps de déplacement. Au Canada par exemple, en 2010 la semaine réelle de travail était de 45,6 heures par semaine. Autrement dit, la charge de travail qu’impose un travail rémunéré implique environ 20 % de temps additionnel pour pouvoir exercer cette activité, tout particulièrement en déplacements. Il s’agit d’une donnée peu souvent évoquée mais qui donne une image plus juste du poids du travail dans l’ensemble des temps sociaux.

19

Tableau 1 : Composantes de la durée du temps de travail (Canada, États-Unis, France) sur quelques années choisies, population active âgée de 18 à 64 ans

Tableau 1 : Composantes de la durée du temps de travail (Canada, États-Unis, France) sur quelques années choisies, population active âgée de 18 à 64 ans

Une définition culturelle des autres composantes du temps de travail

  • 5 C’est tout le contraire qui se produit dans le cas des sondages portant sur la participation cultur (...)

20Dans les activités connexes au travail rémunéré, le temps de déplacement peut raisonnablement faire l’objet d’une mesure fiable. On y observe que parmi les trois cas étudiés, les travailleurs américains consacrent généralement une heure de moins par semaine à cette composante et même une heure et demie de moins que les travailleurs français. Mais comment se fait-il que la population américaine déclare neuf fois moins de temps que la population canadienne pour toute activité connexe hors déplacements (cinq fois moins qu’en France) ? La nomenclature utilisée ne peut être mise en cause car les répondants n’en sont pas informés ; il s’agit d’une classification a posteriori que l’on a raffinée progressivement pour des besoins de mesures plus précises de certains aspects du temps de travail 5. La définition culturelle du travail constitue une explication possible. En résumant sommairement, on peut dire que lorsqu’un Américain se trouve sur les lieux de travail, quelle que soit l’activité précise à laquelle il s’astreint, celle-ci renvoie généralement à son travail rémunéré : ses pauses, ses attentes, ses repas, sont incluses dans sa représentation du travail pour lequel il est payé, alors que sans doute pour un Canadien ou un Français, des distinctions s’imposent. En France par exemple, il s’agit du seul des trois cas où les grèves et les activités syndicales font l’objet d’une catégorie distincte, de même que les pots, alors que les enquêtes américaines parlent de « eating and drinking as a part of job ». Les institutions nationales de sondage se font ainsi en grande partie le relais de la représentation du travail rémunéré dominante.

Le temps de travail comme temps pivot : l’exemple de la situation québécoise

21Un autre intérêt des études d’emploi du temps est de pouvoir mesurer l’ensemble des temps sociaux de la vie quotidienne et d’établir à la fois la hiérarchie effective entre des divers temps et l’influence de l’un sur l’autre. En effet, puisque l’on dispose d’une mesure standardisée des vingt-quatre heures de la journée on peut observer les mouvements du temps. À leur manière, les études d’emploi du temps peuvent contribuer au débat sur « la centralité du travail », sur la place relative qu’il occupe dans la vie quotidienne et sur « l’éthos du travail » (Mercure & Vultur, 2010), de manière limitée, il va sans dire, mais complémentaire et très significative. La situation observable au Québec sur près de vingt-cinq années nous servira d’exemple.

22

23Le Tableau 2 illustre que les mouvements du temps sont très lents, même sur une longue période ; à ce chapitre, la situation québécoise n’est nullement atypique. Par exemple, le temps de sommeil demeure relativement stable, le temps consacré à faire des courses (achats et services), celui consacré à la vie associative ne bougent pas beaucoup. Si on observe l’évolution du temps de travail, c’est comme si rien ne s’était passé entre 1986 et 2010, puisque entre ces deux enquêtes réalisées à 24 années d’intervalle, les durées sont très proches. Mais en y regardant de plus près on constate bien deux mouvements inverses : une réduction du temps de travail dans les deux dernières décennies du siècle dernier suivie d’une nette remontée durant ce siècle. Un tel mouvement a été observé dans de nombreux pays occidentaux, exception faite des États-Unis (Gershuny, 2011). En France par exemple, la remontée a débuté dès la fin du siècle dernier (Chenu & Herpin, 2002), même si le mouvement s’est essoufflé par la suite en raison notamment de la politique des trente-cinq heures. En d’autres termes, la « civilisation du loisir », caractérisée notamment par une réduction régulière du temps de travail, temps reporté en grande partie sur le temps de loisir, a été perturbée fortement au passage du présent siècle.

24On peut également observer qu’entre 1986 et 2010, il y a à peine au total 0,2 heures par semaine qui ont été échangées, il en est de même pour la période comprise entre 1998 et 2010 pendant laquelle, pourtant, temps de travail et temps de loisir ont suivi des mouvements inverses très importants. C’est qu’au jeu des échanges de temps, seuls le temps de travail et le temps consacré à des soins personnels ont fait des gains hebdomadaires significatifs, le grand « perdant » étant le temps de loisir dans une proportion pratiquement équivalente à l’accroissement de travail. Le temps consacré aux tâches ménagères a connu un certain recul et dans une moindre mesure le temps consacré aux courses diverses et à la vie associative (Tableau 3). On a bien l’illustration ici de la très grande sensibilité d’un temps social, le loisir, par rapport au temps de travail ; au sein de ce temps, le petit écran a connu un léger gain, récemment, mais le recul du temps consacré à la culture (hors média) et à l’activité sportive est en proportion directe du recul du temps de loisir et est avéré autant en France qu’aux États-Unis.

25

Tableau 3 : Échanges de temps entre 1998 et 2010. Québec, population active âgée de 18 à 64 ans

Tableau 3 : Échanges de temps entre 1998 et 2010. Québec, population active âgée de 18 à 64 ans

26Toutes les enquêtes d’emploi du temps illustrent le fait que la structure des temps sociaux diffère selon le genre. La situation québécoise est particulièrement significative de ce mouvement de quasi généralisation de la présence des femmes sur le marché du travail, que l’on explique en partie par des politiques familiales et sociales parmi les plus généreuses en Amérique du Nord (congés parentaux, services de garde d’enfants à tarif réduit). Entre 1998 et 2010 les femmes ont connu une hausse de près de cinq heures de temps de travail mais ont subi une chute de près de quatre heures de temps libre. Elles ont compensé l’impact du temps de travail par une diminution de leur temps libre et du temps consacré aux tâches domestiques, ce qui leur a permis de maintenir la durée de leur temps personnel et même d’accroitre légèrement le temps de soin aux enfants.

27De toutes les catégories de population, ce sont les parents sur le marché du travail qui subissent le plus fortement les contrecoups de la hausse du temps de travail. Qu’on en juge : les mères actives consacrent environ 42 heures par semaine au travail, toutes activités confondues, soit trois heures de plus qu’en 1998 ; elles jouissent maintenant du plus faible temps de loisir jamais mesuré dans les enquêtes canadiennes. Quant aux pères actifs, leur semaine de travail s’est stabilisée à environ 50 heures par semaine (toujours toutes activités confondues) et eux aussi jouissent du plus faible temps de loisir jamais mesuré. Malgré toutes les contraintes que les parents subissent, on notera l’effort actuel qui est fait pour accroître malgré tout le temps consacré aux enfants : entre 1998 et 2010 il est passé de 6,4 à 7,1 heures par semaine chez les mères et de 5,3 à 6,6 heures chez les pères. On ne s’étonnera pas d’observer que des mesures de stress temporel placent les parents actifs ayant de jeunes enfants parmi ceux qui affichent les scores les plus élevés (Bianchi et al., 2006 ; Pronovost, 2007) ; et que les problèmes de « désynchronisation de la journée de travail conjugale » sont omniprésents (Lesnard, 2009).

Conclusion

28En arriver à une mesure fiable de la durée réelle du temps consacré au travail pose des défis méthodologiques importants. Les perceptions se révèlent souvent approximatives, les mesures institutionnelles ne sont pas exemptes de biais méthodologique voire culturel. Ce texte a cherché à illustrer que les études d’emploi du temps pouvaient procurer des mesures complémentaires significatives et apporter une certaine contribution à des débats importants : le temps de travail serait-il reparti à la hausse dans les pays industrialisés ? La « civilisation du loisir » serait-elle en déclin ? Les activités connexes au travail, tels les déplacements, n’alourdissent-elles pas la charge réelle du travail ? Au vu de l’importance du temps que les parents consacrent au travail, faut-il s’étonner des enjeux actuels autour de la question de la conciliation entre le travail, la famille et les activités personnelles ?

29Bien entendu les études d’emploi du temps ne mesurent que des quantités de temps consacrées au travail et à ses diverses composantes, elles ne peuvent faire l’économie d’études qualitatives sur le contenu des tâches, la satisfaction au travail, les représentations et les normes. Mais elles donnent un aperçu crédible de l’évolution des mouvements du temps. Elles permettent d’identifier les « travailleurs hors normes », ceux dont les horaires sont les plus longs, ceux qui sont astreints à des horaires irréguliers et même d’en suivre les traces sur quelques décennies. Elles témoignent des « effets de genre » sur la composition des vingt-quatre heures de la journée. Elles étayent que le temps de travail constitue bien le temps pivot de la vie quotidienne.

Haut de page

Bibliographie

Bouffartigue P. & J. Bouteiller (collaborateur) (2012), Temps de travail et temps de vie. Les nouveaux visages de la disponibilité temporelle, Paris, Presses universitaires de France.

Bianchi S. M., Robinson J. P. & M. A. Milkie (dir.), (2006), Changing Rhythms of American Family Life, New York, Russel Sage.

Canada, Statistique Canada (2011), Guide de l’Enquête sur la population active, Ottawa, catalogue 71-543-G, 43 p.

Chenu A. & N. HERPIN (2002), "Une pause dans la marche vers la civilisation des loisirs?", Économie et Statistique, no. 352-353, p. 15-37

CHENU A. & L. Lesnard (2006), « Time Use Surveys: a Review of their Aims, Methods and Results », European Journal of Sociology, vol. 47, n° 3, pp. 335-359.

Gershuny J. (2000), Changing Times. Work and Leisure in Postindustrial Society, Oxford, Oxford University Press.

Gershuny J. (2011), « Increasing Paid Work Time? A New Puzzle for Multinational Time-diary Research », Social Indicators Research, n° 101, pp. 207-213.

Lesnard L. (2009), La Famille désarticulée, Paris, Presses universitaires de France.

Mercure D. & M. Vultur (2010), La Signification du travail. Nouveau modèle productif et ethos du travail au Québec, Québec, Presses de l’Université Laval.

Pronovost G. (2007), « Le temps dans tous ses états : temps de travail, temps de loisir et temps pour la famille à l’aube du xxie siècle », Enjeux publics IRPP, vol. 8, n° 1. http://www.irpp.org/fr/pm/archive/pmvol8no1.pdf

Robinson J. & G. Godbey (1999), Time for Life: The Surprising Ways Americans Use their Time, University Park, Pennsylvania State University Press, 2ème édition.

Robinson J. et al. (2011), « The Overstimated Workweek Revisited », Washington, Monthly Labor Review, June, pp. 43-53.

Haut de page

Annexe

Sources d’information pour les études d’emploi du temps

Canada

Canada, Statistique Canada, (1987), Emploi du temps, mobilité sociale et langue 1986, Ottawa, Statistique Canada, pagination diverse.

Canada, Statistique Canada, (1993), Enquête sociale générale 1992 – Cycle 7. L’emploi du temps, Ottawa, Statistique Canada, pagination diverse.

Canada, Statistique Canada, (1999), Aperçu sur l’emploi du temps des Canadiens en 1998, Ottawa, Statistique Canada, 21 p. (catalogue 12F0080X1F). http://www.statcan.ca/​

Canada, Statistique Canada, (2006), Enquête sociale générale sur l’emploi du temps. Aperçu sur l’emploi du temps des Canadiens en 2005, Ottawa, Statistique Canada, 70 p. (catalogue 12F0080X1F). http://www.statcan.ca/​

Canada, Statistique Canada, (2011), Enquête sociale générale 2010. Aperçu sur l’emploi du temps des Canadiens, Ottawa, Statistique Canada, 32 p. (catalogue 87-647X). http://www.statcan.ca/​

États-Unis

Tous les fichiers ainsi que la documentation sont disponible sur le site de l’American Time Use Survey du Bureau of Labor Statistics. http://www.bls.gov/​tus/​home.htm

Harrigan M. & D. Herz (2004), « Planning, Designing, and Executing the BLS American Time-Use Survey », Washington, Monthly Labor Review, October, pp. 3-19.

France

Informations techniques sur l’enquête 2010? http://www.cmh.ens.fr/​greco/​enquetes/​XML/​lil-0695.xml

Dumontier F. & J.-L. Pan Ké Shon (1999), « En 13 ans, moins de temps contraints et plus de loisirs », Insee première, n° 675.

« L’emploi du temps », Économie et Statistique, n° 352-353, 2002. http://www.insee.fr.

Ricroch L. & B. Roumier (2011), « Depuis 11 ans, moins de tâches ménagères, plus d’Internet », Insee première, n° 1377. http://www.insee.fr

Haut de page

Notes

1 Dans le cas de la France il s’agit de carnets individuels complétés plutôt que de répondants différents.

2 En 2010 en France par exemple, toute activité déclarée est imputée d’une durée d’au moins dix minutes.

3 Tous les détails techniques sont donnés en annexe. La référence aux documents disponibles est également indiquée.

4 Dans le cas de la France, l’échantillon de 2009-2010 porte sur la population âgée de 11 ans et plus ; le fichier utilisé ne porte que sur l’échantillon de la France métropolitaine âgée de 15 ans et plus.

5 C’est tout le contraire qui se produit dans le cas des sondages portant sur la participation culturelle. Il est par exemple évident qu’une question générale posée sur la fréquentation muséale donnera des taux plus faibles que si l’on pose plusieurs questions portant sur divers types de musée, en y ajoutant par exemple les sites historiques. Mais dans le cas des études d’emploi du temps on ne demande pas aux informateurs s’ils ont fait une pause au travail, s’ils ont eu du temps d’attente, etc. On ne fait que catégoriser a posteriori, ordinairement à l’aide d’un logiciel assisté, les diverses réponses données.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Sous-estimation ou surévaluation du temps consacré au travail, selon la durée réelle de la semaine de travail. Canada, 2010, population active âgée de 18 à 64 ans
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/4435/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 1 : Composantes de la durée du temps de travail (Canada, États-Unis, France) sur quelques années choisies, population active âgée de 18 à 64 ans
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/4435/img-2.png
Fichier image/png, 174k
Titre Tableau 2
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/4435/img-3.png
Fichier image/png, 173k
Titre Tableau 3 : Échanges de temps entre 1998 et 2010. Québec, population active âgée de 18 à 64 ans
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/4435/img-4.png
Fichier image/png, 68k
Titre Tableau 4
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/4435/img-5.png
Fichier image/png, 222k
Titre Tableau 5
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/4435/img-6.png
Fichier image/png, 225k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Pronovost, « La mesure du temps de travail », SociologieS [En ligne], Dossiers, Temps professionnels, temps prescrits, temporalités sociales, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4435

Haut de page

Auteur

Gilles Pronovost

Université du Québec à Trois-Rivières, Qc, Canada - gilles.pronovost@uqtr.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page