Navigation – Plan du site
Temps professionnels, temps prescrits, temporalités sociales

Temps professionnels, temps prescrits, temporalités sociales

Introduction
Diane-Gabrielle Tremblay et Marco Alberio

Texte intégral

1La thématique des temporalités sociales, comme celle des temps prescrits, des temps professionnels, des temps biologiques et autres temps est un des axes importants des recherches en sociologie du travail. Au cours des dernières années, surtout dans le contexte de l’économie du savoir, on s’est beaucoup intéressé aux transformations de l’organisation du travail, des prescriptions et règles associées au travail, aux malaises organisationnels engendrés par l’imposition de temporalités souvent difficiles pour les salariés, en lien avec la flexibilité, l’annualisation ou encore l’urgence des temps imposés. L’articulation entre les temps professionnels et les temps familiaux est de plus en plus complexe dans la majorité des pays industrialisés parce que la plupart des milieux de travail ne se sont pas nécessairement adaptés à ces nouvelles exigences. Par exemple, on observe la faiblesse des mesures offertes par les employeurs pour favoriser l’articulation – définie sous l’angle d’une conciliation – des responsabilités parentales, familiales et professionnelles et l’on peut dire qu’au fil du temps, les organisations ont géré ces temporalités de manières différentes (Ollier-Malaterre, 2013).

2Les entreprises et les organisations où se déroule le travail rémunéré semblent pouvoir jouer un rôle médiateur favorable ou défavorable à la mise en œuvre et à la pratique de dispositifs d’articulation des temporalités. Toutefois, les milieux de travail ne se réduisent pas aux organisations qui, elles-mêmes, s’inscrivent dans des champs professionnels ou des secteurs d’activité ; ces derniers peuvent également influencer les temporalités et l’appel pour ce Dossier de SociologieS invitait à se pencher sur ces médiations professionnelles, sectorielles et organisationnelles (Tremblay, 2012 a et b).

3Les temporalités peuvent aussi être analysées en fonction des parcours ou trajectoires de vie, de même qu’en fonction des âges (les temps des jeunes travailleurs vs ceux des plus âgés) et certains des textes de ce Dossier incluent ces visions axées sur les parcours de vie ou trajectoires de vie. Même si les analyses ne sont pas toujours fondées sur une analyse de parcours de vie, ceux-ci se font sentir dans les réalités observées à un moment donné (Alberio & Tremblay, 2013).

4Les temporalités sociales renvoient à l’ensemble des temps de la vie personnelle, familiale ou professionnelle et au fil des ans les chercheurs ont été amenés à distinguer le temps de travail, le temps de formation personnelle et professionnelle, les loisirs – qui faisaient l’objet d’analyses dans les années 1980-1990 déjà – et plus récemment, depuis les années 2000, les temps de soins (care), ainsi que le temps parental, davantage mis en évidence dans les travaux récents (Barrère-Maurisson, 2009). L’ensemble de ces temps peuvent être perçus comme des faits ou des données ; cependant, bien que des régulations et des normes sociales définissent certains d’entre eux, surtout le temps de travail – balisé par un grand nombre de normes – il existe aussi une vision ou une perception personnelle de ces temps et c’est alors que l’on peut peut-être parler de temporalités sociales, lorsqu’on s’intéresse davantage au vécu ou à la perception de ces temps que l’on cherche à articuler (Tremblay, 2008a). Les transformations de l’emploi, le développement de la précarité, les difficultés des fins de carrière et l’augmentation des préretraites comme du chômage dans nombre de pays ont tous eu une incidence sur les perceptions du temps et donc sur ces temporalités (Gaullier, 1982 et 2003 ; Guillemard, 2003 ; Tremblay 2008b).

5De plus en plus, la question des temporalités sociales est envisagée non pas de manière synchronique, à un moment précis, mais de manière diachronique, ou historique, tenant compte du parcours et des événements sur l’ensemble du cycle de vie. Aussi, alors qu’on avait auparavant une vision ternaire des évolutions, fondée sur les trois temps « études-travail-retraite » (Guillemard, 2003), on constate aujourd’hui une perméabilité croissante entre les temporalités associées à la sphère professionnelle, aux études (Alberio & Tremblay, 2013), à la famille, aux loisirs, à la parentalité ou autres et cette porosité est aussi la source de questionnements dans la recherche (Tremblay, 2013 ; Tremblay & Genin, 2008).

6Dans le modèle à trois temps, le travail constitue l’étape centrale et il détermine l’ensemble des autres temporalités. Sur une base synchronique, en matière d’articulation des temps sociaux et notamment des responsabilités personnelles et professionnelles, il impose également sa temporalité. Le temps de travail est de toute évidence le temps déterminant, tant en termes diachronique que synchronique et c’est à partir du temps de travail que l’ensemble des autres temps sociaux s’articulent, comme on le verra dans plusieurs des articles réunis dans ce Dossier. Le temps familial, parental et les autres temps sociaux sont en quelque sorte le résidu et les recherches montrent que le temps de travail crée davantage d’interférences sur le temps personnel et familial que le temps familial n’en induit sur le temps de travail, comme plusieurs articles réunis ici le montreront bien.

7Dans le contexte actuel de remise en question de ce modèle à trois temps des parcours de vie et des temporalités sociales, il apparaît important d’envisager les temporalités et les parcours de vie des individus dans leur ensemble et non pas de se pencher seulement, de manière isolée, sur des moments précis mais d’analyser aussi les imbrications, les perméabilités et les porosités qui les caractérisent. Il nous semble que le fait de réfléchir en termes d’articulation des temps sociaux et de gestion des temporalités sur l’ensemble du parcours de vie permettra de trouver de meilleures solutions aux enjeux démographiques, sociaux et économiques auxquels sont confrontées nos sociétés et de mieux comprendre les situations analysées dans un moment précis, de manière synchronique, par le regard diachronique porté sur l’ensemble du parcours. Comme on le verra également dans les articles, la diversité des situations de travail et d’emploi comme la diversité des lieux de travail et de vie – dont la diversité des pays et des professions – viennent influer sur cette diversité des temporalités, tant en ce qui concerne les situations observées que les aspirations.

  • 1 L’Alliance de recherche sur la gestion des âges et des temps sociaux (ARUC-GATS), dont font partie (...)

8Les aspirations sont peut-être moins souvent traitées dans les analyses, mais il nous paraît tout de même essentiel de réfléchir davantage aux souhaits des individus pour leur parcours de vie, les temporalités et ajustements qu’ils souhaitent tout au long du parcours, mais aussi l’articulation entre les temps sociaux (temps personnel, familial, de travail, d’étude, de loisir, de soins…) sur l’ensemble de la vie active 1.

9Un autre élément important à considérer lorsqu’on parle de temporalités sociales a trait aux défis du vieillissement des populations et de la longévité accrue, qui constituent un défi pour toutes les sociétés développées. Il est par ailleurs important dans ce contexte d’élargir le débat, de dépasser la question du financement des retraites pour aborder aussi les temporalités sociales, l’évolution des temps de la vie, l’organisation de ces temps et bien sûr aussi la solidarité entre générations.

10Pour revenir aux dimensions plus générales de la question, il faut réfléchir à une nouvelle vision de la diversité des temporalités et remettre en question la vision linéaire, fondée sur les trois temps bien distincts (éducation, travail, retraite), qui est clairement rattachée à la société industrielle (Guillemard, 2003). La remise en question de cette rigidité des temps et des temporalités tout au long de la vie paraît essentielle, si l’on tient compte des demandes des individus, comme ils invitent à le faire ; mais il faut aussi prendre en compte le rôle important des acteurs sociaux sur les questions d’articulation des temps (Barrère-Maurisson & Tremblay, 2009).

11La remise en question de la vision ternaire des parcours de vie, avec ruptures sèches entre les études, le travail et la retraite, correspond de moins en moins à la réalité et aux aspirations des individus comme acteurs sociaux qui influent sur la régulation de ces parcours de vie et trajectoires professionnelles. Cette transformation dans la succession des temps et cette interpénétration des grands temps sociaux s’observent depuis un bon moment dans nos sociétés développées, puisqu’on y constate une augmentation des études tout au long de la vie, un report des naissances, mais aussi parfois une combinaison avec les études et, en fin de parcours, des retours en emploi après la retraite (surtout avec la crise). Nombre de recherches font état du désir des individus d’organiser différemment leur vie active, leur temps d’études et leur temps de retraite (vieillissement actif, retour en emploi, bénévolat, etc.).

12Si la société des loisirs a été évoquée dans les années 1970 – bien qu’elle ne se soit pas du tout matérialisée – on a clairement pu observer de nouvelles imbrications des temps, ce que nous avons aussi qualifié de porosité des temps (imbrication du travail et du temps libre) (Tremblay & Genin, 2008). Sur ce plan, on peut bien sûr parfois s’interroger à savoir s’il ne s’agit pas aussi d’un envahissement de la vie personnelle et familiale par le travail –notamment avec les technologies de l’information et de la communication, qui ont brisé la frontière entre le travail et la vie personnelle-familiale pour un grand nombre de personnes et qui ont des incidences importantes sur la manière dont le travail est réalisé, comme on le verra par exemple dans certains articles réunis ici. Pour certains auteurs, dont Sue Campbell Clark, les frontières entre les différents domaines de la vie peuvent être plus ou moins perméables ou flexibles selon les personnes ou catégories professionnelles (Campbell Clark, 2000). Cette auteure définit la perméabilité comme le degré auquel des composantes d’un domaine pénètrent dans l’autre sphère. Elle distingue ainsi trois formes de frontières ou de perméabilités : spatiales, temporelles et psychologiques, la deuxième et la troisième nous intéressant davantage ici, mais les trois étant souvent imbriquées. L’auteure indique qu’une frontière spatiale, comme le mur d’un bureau ou d’une maison, définit l’espace les comportements relatifs à un domaine se tiennent. Par ailleurs, une frontière temporelle détermine quand ces comportements doivent être tenus (horaires de travail par exemple). Enfin, une frontière psychologique est un ensemble de règles élaborées par les individus pour déterminer les émotions, les attitudes et les comportements appropriés à chaque domaine.

13Il en découle trois types de perméabilités, que l’on verra aussi apparaître dans divers articles de ce dossier :

  1. la perméabilité spatiale, par exemple le fait d’avoir un bureau dédié à son activité professionnelle à domicile, en plus du bureau dans l’entreprise ;

  2. la perméabilité temporelle, qui peut renvoyer au fait de travailler en dehors des horaires « normaux » (le soir, les week-ends, etc.), que nous retrouverons chez plusieurs groupes étudiés ici ;

  3. la perméabilité psychologique, qui renvoie à une forme de débordement (spillover) du travail dans la vie privée, par exemple.

14Désormais, travail et temps libre ou inactivité s’interpénètrent de plus en plus tout au long de la vie et on peut parler d’un « brouillage entre les âges » (Guillemard 2003) ; nous serions tentés d’ajouter un « brouillage entre les temporalités sociales ». Ceci conduit à une situation paradoxale, où il y a eu changement dans les pratiques et les réalités, les étapes et les temporalités de la vie n’étant plus cloisonnées et s’interpénétrant clairement, mais les organisations et les employeurs n’ayant apparemment pas adapté leur vision à cette réalité.

15Sur le plan des temps sociaux, on peut dire qu’il n’y a plus de normes ou de standard compte tenu des nombreux changements observés sur le marché du travail, mais aussi dans la famille – la manière de voir la famille, ses temporalités et les arrangements entre les sphères du travail et de la famille. Il faut rappeler la très grande diversité des situations que l’on observe sur le marché du travail – et donc sur le plan des temporalités sociales – diversité qui peut s’expliquer par des situations différentes et des sources de différenciation variables, principalement le genre, l’âge, le secteur d’activité, la catégorie professionnelle et le type d’employeur, comme on pourra le voir dans les articles.

16Nombre d’articles montreront bien que les hommes et les femmes n’ont toujours pas les mêmes parcours de carrière, même si les nouvelles cohortes se rapprochent dans certains domaines. En effet, les femmes ont souvent eu des parcours d’emploi plus discontinus que les hommes, ont vécu davantage les porosités dans les temps sociaux et ceci se traduit bien dans plusieurs des articles présentés ici. Par ailleurs, le secteur d’activité économique a une incidence, puisqu’il influe sur les conditions de travail, sur la santé et sur l’âge social (l’âge auquel on est perçu comme « vieux » ou « vieille »), influant donc de ce fait sur le vécu des temporalités sociales. Ainsi, outre le genre, le secteur et la catégorie professionnelle influent sur le vécu des temporalités sociales et les aspirations en matière de temps sociaux.

17Passons maintenant à la présentation des articles de ce dossier, qui illustrent cette diversité de vécu et de réalité des temporalités dans divers milieux, divers pays et sous divers angles. Dans cette perspective, le Dossier comprend huit textes qui se concentrent respectivement sur la méthodologie, sur les fins de carrières comme moment central de la vie des individus et sur six différents milieux professionnels dans divers pays : le Gabon, le Québec, la France et le Brésil.

18Le premier texte que nous proposons est celui de Gilles Pronovost qui porte sur les études d’emploi du temps et en particulier sur la méthodologie utilisée pour mesurer le temps consacré au travail. Comme l'explique l'auteur, son texte s’appuie sur l’analyse des données originales de cinq enquêtes canadiennes réalisées entre 1986 et 2010 et de trois autres enquêtes françaises. L'article fait une analyse de la méthode d’enquête, en soulignant les forces mais aussi les faiblesses et l’auteur cherche à démontrer comment « la perception du temps consacré au travail est peu fiable au regard d’une mesure d’emploi du temps quotidien ». L’auteur affirme que la mesure du temps quotidien permet au contraire de pouvoir prendre en compte non seulement le temps consacré directement au travail rémunéré, mais aussi d’autres aspects importants tels que les déplacements. L'auteur souligne aussi l'importance de considérer les différentes variables (âge, genre, situation familiale, etc.) qui peuvent influencer la gestion du temps : le temps de travail, comme celui de la vie personnelle et des loisirs. Les études d'emploi du temps représentent donc un aperçu crédible de l’évolution des mouvements du temps. En même temps, dans ses conclusions l'article souligne une limite non négligeable, soit la perspective exclusivement quantitative de cette méthode, qui au contraire d'une approche qualitative ne permet malheureusement pas de se concentrer sur « le contenu des tâches, la satisfaction au travail, les représentations et les normes ». Pour conclure avec ce premier article, il permet de mieux comprendre et de faire le point sur l’une des méthodes utilisées pour mesurer le temps dédié au travail.

19La deuxième contribution, celle de Nathalie Burnay, porte sur l'aménagement des fins de carrière en Belgique. Son objectif est de comprendre les transformations des temporalités à travers ce que l'auteure appelle le « prisme des fins de carrière ». La dimension temporelle au moment de la fin carrière, quand les travailleurs se préparent à la retraite, pourrait sembler moins centrale mais elle reste au contraire fondamentale pour plusieurs raisons. Tout d'abord parce que la perception temporelle des travailleurs peut changer au fil des années : travailler sur de longues heures pourrait devenir moins évident avec la progression de l'âge surtout dans certains milieux professionnels, mais aussi parce que dans la période qui sépare de la retraite, celle-ci est vue comme une étape importante, en positif comme en négatif. En particulier, l'auteure se concentre sur le développement de dispositifs spécifiques de réduction du temps de travail en Belgique et montre leur action de transformation sur les vécus des « seniors » autant dans le contexte du travail que du hors travail, dans ce qu'elle appelle « une recomposition des temps sociaux et des parcours de vie ». Parmi les mérites de cet article, soulignons une coprésence d'approches et de méthodes quantitatives et qualitatives. D'une part, le questionnaire avait surtout pour objectif d'identifier les facteurs qui contribuent soit à maintenir les travailleurs âgés à temps plein en fin de parcours professionnel, soit, au contraire, à envisager une réduction du temps de travail en fin de carrière. D’autre part, avec les entrevues, l'auteure a voulu mieux cerner l'impact d'une action spécifique telle que le crédit-temps dans la perspective de construction des parcours de vie. Comme elle le dit : « L’intérêt de cette partie qualitative repose donc sur une intégration du crédit-temps à l’intérieur d’un espace de vie, comme un point de bifurcation significatif pour l’individu, c’est-à-dire un moment clé et charnière dans le déroulement de son existence ». D'ailleurs un élément très intéressant de cet article est aussi la proposition de cinq figures ou idéaux-types de participants au programme, identifiés à partir des entrevues qualitatives.

20Après avoir traité de façon générale la méthodologie pour mesurer le temps de travail et la fin de carrière, les quatre articles suivants proposent une entrée par la profession et cibleront spécifiquement le milieu des travailleurs qualifiés.

21L'article de Gilbert de Terssac et Bertin Yanga Ngari nous permet d’entrer dans un premier milieu professionnel, soit celui de l'administration publique au Gabon. Les auteurs traitent de la dimension temporelle en partant des tensions qui apparaissent entre les entrepreneurs et l'administration publique. Comme ils l’expliquent : « les employés de l’État veulent obliger les entrepreneurs à déclarer leurs activités ; [au contraire] les entrepreneurs veulent aménager la règle » et développent des contre-stratégies pour contourner les efforts de l’administration qui veut, entre autres, les faire sortir de l’économie informelle. L'article nous montre donc comment la dimension temporelle – et en particulier la coprésence de deux conceptions opposées du temps – devient la raison principale d'un conflit qui peut avoir des conséquences importantes sur le développement socio-économique du pays. Dans la première partie, l'article traite des deux conceptions opposées du temps, tandis que dans la deuxième, les auteurs introduisent une dimension également fondamentale, celle de la régulation temporelle entrainée par cette opposition. La force de cette contribution nous semble donc être le fait de combiner une recherche de terrain originale et un cadre théorique rigoureux et fort intéressant.

22Dans le texte suivant, Diane-Gabrielle Tremblay et Elena Mascova se concentrent sur le milieu des professions libérales et en particulier sur le travail d'avocat au Québec. L'objectif est ici de mettre en évidence la prégnance de l’ethos professionnel dans ce secteur de travail et de vérifier dans quelle mesure les temps prescrits pour le travail d’avocat peuvent être conciliables avec la vie familiale et ses temporalités, surtout dans les grands bureaux. Cet article s'appuie sur des entrevues avec près d’une cinquantaine d'avocats, qui ont permis de constater l'existence dans cette profession d'une diversité de modèles de division du travail et des temporalités familiales et domestiques. Les auteures soulignent l'importance de la dimension de genre au sein de la profession, un élément qui ressort aussi de la typologie utilisée pour déterminer quels types de situations sont majoritairement observés au Québec et dans quelle mesure ces situations peuvent influer sur l’égalité d’accès à la profession d’avocat, sur le développement de carrière et le maintien en emploi pour les hommes et surtout pour les femmes. Pour conclure, cet article propose des pistes d'action et nous permet de faire la lumière sur une profession qui est très présente dans l'imaginaire collectif lorsqu'on traite de conciliation et de différences de genre au sein d'un milieu professionnel, mais qui a rarement fait l'objet d'études scientifiques. Le défi auquel les chercheures ont dû faire face a été la difficulté d'accéder à des individus qui se perçoivent et se représentent souvent comme très occupés et pour lesquels la gestion du temps devient clairement une priorité et un enjeu central.

23Le texte d’Adeline Gilson analyse les cadres et plus spécifiquement les conseillers financiers de La Poste en France. Ce cas nous semble particulièrement intéressant si l’on considère la typologie de l'entreprise : une société anonyme à capitaux publics depuis 2011 qui fut auparavant un organisme public. Cette privatisation a exigé une réorganisation du travail et a sans doute modifié les exigences du management comme les attentes des employés. L'auteure aborde « la façon dont la disponibilité temporelle se construit à la fois par l’entreprise qui impose, de manière parfois implicite, une gestion normée du temps et par les salariés qui se la réapproprient au quotidien ». En raison de cette gestion normée du temps ainsi que de l'augmentation de la charge de travail, les cadres en question font face à des contraintes temporelles importantes et doivent souvent prolonger leur journée au travail. Partant de la littérature récente, l'auteure pose une question très pertinente : quelles significations accordent les travailleurs à cette « norme flexible autonome » capable d'offrir des contreparties statutaires et salariales en échange de leur disponibilité temporelle au travail ?

24Le quatrième article portant sur des travailleurs qualifiés est celui de Paulo Cesar Greenhalgh qui traite du cas très intéressant de deux groupes de travailleurs de la connaissance : les journalistes et les pigistes embauchés par de grands éditeurs à Rio de Janeiro au Brésil. Ce texte aborde la question de l'articulation travail-vie familiale/personnelle dans une profession qui exige de plus en plus de flexibilité et un esprit d'adaptation de la part des travailleurs, mais qui pourrait de par sa nature et grâce au développement technologique des dernières années être aussi porteuse d'innovation dans les formes et les modalités de travail. Cette dimension de la flexibilité est la catégorie analytique utilisée dans cette étude et semble selon l'auteur contribuer encore plus au déséquilibre de la relation travail-famille, qui est souvent déjà précaire dans un contexte de travail post industriel.

25En conclusion, nous proposons deux textes qui traitent de la dimension de l'âge et donc des temporalités longues. Le premier article est celui de Séverine Marguin intitulé : « Les temporalités de la réussite : le moment charnière des quarante ans chez les artistes d’art contemporain ». Dans cette étude menée à l'échelle de deux capitales artistiques en Europe (Paris et Berlin), l'auteure nous propose une analyse qui repose sur deux éléments fondamentaux. Le premier est la profession d'artiste avec toutes ses spécificités qui la différencient des autres occupations. À travers l’analyse des temporalités des carrières d’artistes, l'auteure met en évidence la normalisation de ces parcours professionnel en lien avec le modèle de l’entreprise. Le deuxième élément est l'âge et en particulier l'opposition entre jeunesse et vieillesse dans ce secteur de l’art contemporain : « La valorisation de la jeunesse, à la fois par les acteurs institutionnels publics mais également par les acteurs privés du milieu de l’art contemporain, à travers l’émergence de la catégorie taxinomique de "jeune artiste", a conduit à l’instauration rigide de prescriptions temporelles, s’articulant autour du moment charnière des quarante ans ». Cette intersection entre âge et milieu professionnel nous semble constituer l'originalité de cette contribution qui montre très bien cette tension et cette contrainte temporelle vécue par les artistes qui doivent « avoir pu exploiter leur potentiel de création jusqu’à cet âge, au risque sinon de tomber dans l’oubli ». Dans cette perspective il est particulièrement intéressant de pouvoir comprendre les stratégies mises en place par les artistes pour faire face ou pour contourner cette norme temporelle qui s'exprime à travers l'âge.

26Pour conclure la présentation de ce numéro, l'article de Rachid Bouchareb est axé sur la combinaison de trois dimensions : l'âge (jeunesse), la profession (vendeuse dans les enseignes de prêt-à-porter) et le genre (féminin), une multi-dimensionnalité qui rend cette contribution particulièrement intéressante. L'article questionne les facteurs biographiques et professionnels qui conduisent ces jeunes femmes à accepter ou à refuser d'offrir une disponibilité temporelle large et flexible à leur employeur. En fait, plus que d'autres secteurs, celui de la vente au détail impose aux travailleurs (en majorité peu qualifiés ou avec un statut particulier tel que celui d'étudiant) de s'adapter aux exigences du marché (flux de clients) et exige une disponibilité temporelle flexible : temps partiel et variabilité. Cette dimension de la variabilité est particulièrement problématique pour certaines travailleuses du secteur.

27L’ensemble des contributions de ce dossier aborde donc la question des temporalités sociales et temps prescrits sous divers angles. Le dossier montre bien combien les temps de travail continuent de dominer les temporalités sociales, mais montre aussi comment les temporalités longues et les parcours de vie se transforment au fil du temps et comment ceci influe sur les réalités et les perceptions dans nombre de milieux professionnels.

Haut de page

Bibliographie

Alberio M. & D.-G. Tremblay (2013), « L’importance et le rôle du temps dans les entreprises d’insertion au Québec », dans Tremblay D.-G. (dir.), Temporalités sociales, temps prescrits, temps institutionnalisés, Québec, Presses de l’université du Québec, pp. 133-152.

Barrère-Maurisson M.-A. (2009), « Genèse et histoire des régulations en matière de conciliation travail-famille. Le rôle des acteurs et des institutions en France », dans Barrère-Maurisson M.-A. & D.-G Tremblay (dir.), Concilier travail et famille. Le rôle des acteurs. Québec-France, Québec, Presses de l’université du Québec, pp. 35-60.

Barrère-Maurisson M.-A. & D.-G Tremblay (2009), « La gouvernance de la conciliation travail-famille. Une nouvelle approche à partir des acteurs », dans Barrère-Maurisson M.-A. & D.-G Tremblay (dir.), Concilier travail et famille. Le rôle des acteurs. Québec-France, Québec, Presses de l’université du Québec, pp. 15-34.

Campbell Clark S. (2000), « Work/Family Border Theory: A New Theory of Work/Family Balance », Human Relations, n° 53, pp. 747-770, http://hum.sagepub.com/content/53/6/747

Gaullier X. (1982), L’Avenir à reculons : chômage et retraite, Paris, Les éditions ouvrières.

Gaullier X. (2003), Le Temps des retraites. Les mutations de la société salariale, Paris, Éditions du Seuil.

Guillemard A.-M. (2003), L’Âge de l’emploi. Les sociétés à l’épreuve du vieillissement, Paris, Éditions Armand Colin.

Ollier-Malaterre A. (2013), « Les organisations et la vie hors travail de leurs membres : incorporation, relégation, substitution au fil du temps », dans Tremblay D.-G. (dir.), Temporalités sociales, temps prescrits, temps institutionnalisés, Québec, Presses de l’université du Québec, pp. 17-32.

Tremblay D.-G. (2008a), Pour une articulation des temps sociaux tout au long de la vie. L’aménagement et la réduction du temps de travail, Montréal, Éditions Saint-Martin et Fides Éducation.

Tremblay D.-G. (2008b), L’Éclatement de l’emploi, Québec, Presses de l’université du Québec.

Tremblay D.-G. (2012a), Articuler emploi et famille. Le rôle du soutien organisationnel au cœur de trois professions (infirmières, travailleuses sociales et policiers), Québec, Presses de l’université du Québec, http://puq.ca/catalogue/livres/articuler-emploi-famille-1306.html

Tremblay D.-G. (2012b). Conciliation emploi-famille et temps sociaux (3e édition), Québec, Presses de l’Université du Québec. http://puq.ca/catalogue/livres/conciliation-emploi-famille-temps-sociaux-edition-1803.html

Tremblay D.-G. (dir.) (2013), Temporalités sociales, temps prescrits, temps institutionnalisés, Québec, Presses de l’université du Québec.

Tremblay D.-G. & É. Genin (2008), « Permeability between Work and Non-Work: the Case of IT Self-Employed Workers », Canadian Journal of Communication, vol. 33, n° 4, pp. 701-720.

Haut de page

Notes

1 L’Alliance de recherche sur la gestion des âges et des temps sociaux (ARUC-GATS), dont font partie les responsables de ce Dossier, porte ce projet et anime depuis quatre ans les discussions sur ces thèmes : voir www.teluq.ca/aruc-gats.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane-Gabrielle Tremblay et Marco Alberio, « Temps professionnels, temps prescrits, temporalités sociales », SociologieS [En ligne], Dossiers, Temps professionnels, temps prescrits, temporalités sociales, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 01 juillet 2016. URL : http://sociologies.revues.org/4433

Haut de page

Auteurs

Diane-Gabrielle Tremblay

TÉLUQ, Université du Québec à Montréal, Qc, Canada - tremblay.diane-gabrielle@teluq.uqam.ca

Articles du même auteur

Marco Alberio

Université du Québec à Rimouski, Qc, Canada - marco_alberio@uqar.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page