Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Mobilités internationales et attaches familiales des diplômés maghrébins de grandes écoles

Éric Gobe, Catherine Marry et Françoise Chamozzi

Résumés

Cet article interroge le jeu de la famille dans les mobilités géographiques et professionnelles des diplômés tunisiens et marocains des grandes écoles d’ingénieurs françaises. Il centre l’attention sur les promotions de diplômés des années 1989-2002, qui s’insèrent dans une économie libéralisée et internationalisée, ouvrant aux ingénieurs des grandes écoles une large palette de choix dans la localisation de leur emploi. Articulé à ces opportunités socioéconomiques, le « choix » du conjoint exerce une forte contrainte sur la mobilité géographique. Les diplômés qui ont épousé une étrangère (une Française le plus souvent) sont plus enclins à rester durablement en France, c'est l'inverse pour ceux qui ont épousé une Marocaine ou une Tunisienne. Cette dimension de la famille conjugale est souvent négligée par les travaux sur les migrations internationales, y compris par ceux qui s’intéressent aux familles transnationales. Dans le même temps, la perspective développée ici conduit à nuancer l’hypothèse selon laquelle les « héritiers » auraient de plus grandes dispositions à la circulation internationale, favorisées par des expériences de séjours plus ou moins longs à l’étranger (notamment en France).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Contrairement au Maroc et à la Tunisie, l’Algérie n’a pas passé d’accord de coopération avec la Fra (...)

1Les États maghrébins issus de l’indépendance ont mis en place un système de formation des cadres de la haute fonction publique et de dirigeants du privé qui reproduit la dualité caractéristique du système français entre « grandes » et « petites » écoles ou facultés (Bourdieu, 1989). Cette opposition prend au Maroc et en Tunisie une forme spécifique dans la mesure où les filières d’excellence réservées aux meilleurs étudiants sont localisées à l’étranger, en premier lieu en France, avec les grandes écoles d’ingénieurs 1. Cela constitue l’héritage historique de pays qui ont dû construire ex-nihilo un système d’enseignement supérieur. Depuis le milieu des années 1960, les grandes écoles françaises constituent ainsi un lieu de production et de reproduction d’une partie des élites tunisiennes et marocaines. Mais cette production/reproduction exige que les ingénieurs diplômés ainsi formés à l’étranger retournent, pour une part au moins, dans leur pays d’origine.

  • 2 On trouvera une présentation de ces travaux dans Saïd Bensedrine et Vincent Geisser (2001).

2L'interrogation sur la sédentarisation des diplômés des pays dominés (du Sud) dans les pays du Nord qui les forment a donné lieu, dans les années 1980, à des travaux dénonçant « l’exode des cerveaux », analysé comme une perte, pour le pays d'origine, d'une de leurs ressources les plus rares – le capital humain – et comme aggravant les inégalités entre pays 2.

  • 3 Voir également André Grelon (2004, p. 380).

3D'autres travaux critiquent ce point de vue. Ils font ressortir l’émergence de diasporas scientifiques qui, grâce au développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, contribuent au développement des échanges scientifiques et techniques entre personnels hautement qualifiés expatriés et cadres supérieurs locaux. Si les cerveaux fuient, les idées n’ont jamais autant circulé (Gaillard et Meyer, 1996) 3.

4Bien que centrée sur les mobilités internationales des diplômés marocains et tunisiens des grandes écoles, qui se sont accrues et complexifiées depuis la fin des années 1980 avec la mondialisation des économies, la question posée par cet article se démarque toutefois de ce débat. Elle déplace en effet l'attention des effets – bénéfiques ou délétères pour le pays d'origine – des mobilités internationales des diplômés maghrébins des grandes écoles françaises vers les modalités et les ressorts de ces mobilités.

Encadré sur l'enquête

Cet article s’appuie sur les résultats d’une enquête menée auprès de diplômés tunisiens et marocains de trois des plus grandes écoles d’ingénieurs françaises : Polytechnique, Centrale et les Ponts et Chaussées, dans le cadre du programme collectif FSP « Mondialisation et recompositions de la catégorie professionnelle des cadres », coordonné par Éric Gobe, de 2006 à 2009. Ces trois établissements ont été choisis car ils font partie en France des institutions d’enseignement supérieur les plus prestigieuses, autrement dit des grandes écoles du pouvoir (économique et politique) qui contribuent à la reproduction des élites françaises, marocaines et tunisiennes. Nous avons exclu les Algériens de notre étude, car les effectifs concernés sont entre cinq et dix fois moins importants que pour le Maroc et la Tunisie, l’Algérie n’ayant pas passé d’accord de coopération avec la France pour envoyer de manière systématique et organisée ses étudiants dans les grandes écoles françaises. Éric Gobe, Françoise Chamozzi et Catherine Marry ont réalisé 90 entretiens principalement en France, au Maroc et en Tunisie, le plus souvent en face à face, parfois au téléphone, notamment avec des diplômés installés à Londres. Pour constituer notre échantillon, nous avons choisi des promotions sorties de ces écoles entre 1970 et 2002, à partir des annuaires des écoles. La base est constituée de 841 diplômés – 554 Marocains (dont 20 Marocaines, soit 3,6%) et 287 Tunisiens (dont 21 Tunisiennes, 7,3%). Les annuaires présentent des limites importantes pour retracer les trajectoires géographiques et professionnelles, du fait du caractère lacunaire, mal actualisé et surtout statique des informations. Mais ils donnent quelques grandes tendances de la répartition par pays et secteurs d’activité des diplômés de différentes cohortes et écoles. Les entretiens biographiques, sur lesquels nous nous appuyons ici (68 dont 36 Tunisiens et 32 Marocains) auprès de diplômés principalement dans les années 1990 et 2000, permettent de saisir les déterminants familiaux dans les trajectoires et de mieux restituer la dimension longitudinale des carrières. Concernant les Marocains, 15 entretiens ont été réalisés auprès de diplômés qui travaillent et vivent au Maroc (Rabat et Casablanca) (8 Polytechniciens, 4 Centraliens, 4 Ponts), dont 1 femme ; 17 en France (Paris), dont 2 femmes (12 Polytechniciens, 2 Centraliens, 3 Ponts). Quant aux 36 entretiens concernant les Tunisiens, 17 ont été réalisés en France (Paris) (2 Centraliens dont une femme, 3 Ponts, 12 Polytechniciens), 3 par téléphone avec Londres (2 Polytechniciens et 1 Centralienne) (dont deux femmes) et 16 en Tunisie (5 Centraliens, 1 Pont, 10 Polytechniciens).

Dans le cadre de cet article, nous avons délibérément ignoré les trajectoires des diplômés des années 1970 et 1980. En effet, les statistiques tirées des annuaires des diplômés des trois grandes écoles étudiées montrent l’ampleur massive du retour des générations des diplômés des années 1970, dont le comportement ne différait guère de leurs aînés diplômés dans les années 1960 (cf. tableau 2a), En effet ces derniers rentraient directement au Maroc ou en Tunisie une fois le diplôme de l’école d’ingénieur obtenu. Si le taux de retour a diminué durant les années 1980, il demeure élevé. La rupture dans la relation au pays d’étude s’opère réellement à partir de la fin des années 1980.

  • 4 La question des familles transnationales, dont les membres dispersés dans deux ou plusieurs pays, m (...)

5À partir de l’analyse d’entretiens biographiques de 68 Tunisiens et Marocains, diplômés de grandes écoles d’ingénieurs françaises dans les années 1989-2002 (cf. encadré), nous nous proposons d’éclairer ces mobilités par une dimension souvent négligée par les travaux sur les migrations internationales des élites, celle de la famille conjugale 4. Au-delà des évolutions du contexte politique et économique du Maroc, de la Tunisie et de la France, le « choix » du conjoint – ici plus souvent de la conjointe – pèse fortement sur les décisions de mobilités géographiques et professionnelles.

  • 5 Le concubinage est une situation rarement mentionnée.

6L’ancrage durable en France, ou dans un autre pays plutôt que dans le pays d’origine, est surtout le fait des diplômés qui ont épousé une étrangère (ici le plus souvent des Françaises) 5. Les diplômés rentrés dans leur pays après la fin de leurs études en France et une expérience professionnelle en France et/ou à l’étranger (Londres, États-Unis) d’une durée variable (de quelques mois à une quinzaine d’années) ont le plus souvent épousé une femme de leur pays et n’envisagent plus d’émigrer, sauf pour une courte période. Ces conjointes (ou plus rarement les conjoints) souhaitent en effet préserver leurs attaches avec leur famille d’origine et redoutent aussi de ne pas pouvoir poursuivre leur carrière, en France pour les Françaises, au Maroc ou en Tunisie pour les Marocaines et Tunisiennes. Des recherches auprès de diplômés français des grandes écoles ont souligné en effet l'enjeu que représente la mobilité géographique dans les carrières et les tensions que cet enjeu génère dans les couples où la double carrière devient la norme au fil des générations (Marry, 2004). Composer avec les attentes et ambitions de sa conjointe (et plus encore avec celles de son conjoint), tenir compte aussi de la bonne intégration scolaire et amicale des enfants, peut ainsi infléchir la trajectoire professionnelle dans un sens qui n'est pas toujours celui d'une ascension professionnelle.

7Notre approche permet également de nuancer l’hypothèse selon laquelle les plus grandes dispositions à la circulation internationale des « héritiers » (Wagner, 2007 ; Garneau, 2007) sont favorisées par des expériences de séjours plus ou moins longs, avec ou sans leurs parents, à l’étranger (notamment en France), dans leur enfance et adolescence et par une familiarité précoce avec les langues étrangères, ici le français et de plus en plus souvent, l’anglais.

8Avant de développer ces deux principales propositions, nous présenterons le modèle de formation des élites et les trajectoires sociales des diplômés. Nous nous attacherons ensuite aux relations que l’on peut établir entre attaches familiales et mobilités.

Modèles de formation et trajectoires sociales des élites maghrébines

Des modèles de formation encastrés dans une logique bi-nationale

  • 6 Mohamed V a déclaré l'indépendance du Maroc le 7 mars 1956. Le traité de Fès de 1912 établissant le (...)

9Les États maghrébins issus de l’indépendance 6 ont mis en place un système de sélection de leurs cadres supérieurs étroitement lié à celui des grandes écoles françaises.

10En Tunisie, dès 1965, les meilleurs bacheliers de l'enseignement public tunisien sont orientés vers des classes préparatoires aux grandes écoles françaises et, dans une moindre mesure, vers les universités allemandes et américaines. Par ailleurs, pour préserver les meilleurs élèves de la massification de l’enseignement secondaire, les autorités tunisiennes ont institué, à partir de 1983 et jusqu’aux années 2000, des lycées pilotes qui destinent aussi leurs meilleurs éléments aux grandes écoles françaises d’ingénieurs et aux universités techniques allemandes. Le français est la langue principale des matières scientifiques. Les premiers bacheliers, sortis des lycées pilotes Bourguiba et de l’Ariana en 1990, apparaissent dans notre population en 1995 et montent en puissance à partir de 1997. En revanche, les trois lycées du réseau des établissements scolaires français en Tunisie, situés dans l’agglomération tunisienne et à Sousse, ne sont pas les lieux de formation privilégiés des diplômés des grandes écoles. Seuls trois Tunisiens de notre échantillon, issus d’ailleurs d’un environnement plutôt francophile, sont passés par le lycée Pierre-Mendès-France de Tunis. Outre les classes préparatoires françaises, les meilleurs bacheliers tunisiens – depuis la réforme du cursus de l’ingéniorat en 1991 – intègrent l’Institut préparatoire aux études scientifiques (IPEST) de La Marsa qui prépare à la fois aux grandes écoles françaises et aux écoles d’ingénieur tunisiennes. Qu’ils soient dans les classes préparatoires locales ou françaises, ils reçoivent une bourse du gouvernement tunisien. Admis aux plus grandes écoles (Polytechnique, Centrale, Les Mines, Les Ponts et Chaussées…) ils bénéficient d’une bourse de coopération délivrée par le gouvernement français. La réforme des études d’ingénieurs a ainsi perpétué la logique bi-nationale du système d’enseignement supérieur. D’une année sur l’autre, les 20 ou 30 premiers du baccalauréat optent pour une scolarité dans les classes préparatoires françaises, les 30 suivants partent en Allemagne, tandis que plus d’une centaine d’étudiants s’inscrivent à l’IPEST.

  • 7 On ajoutera les établissements scolaires de l’OSUI (l’Office scolaire et universitaire internationa (...)
  • 8 Mouna Izddine, Maroc Hebdo, n° 138, 30 mars 2007.

11Le modèle de formation des élites marocaines donne une place beaucoup plus importante aux établissements scolaires du secondaire français qu’en Tunisie, car il n’existe pas de lycées pilotes au Maroc. Au-delà des lycées, les établissements français au Maroc apparaissent comme « une véritable filière de substitution à un enseignement public arabisé de plus en plus dégradé » (Vermeren, 2002, p. 390). Les familles issues des catégories supérieures de la société marocaine placent leur progéniture dans les établissements scolaires de la « Mission française ». Si a priori, le système d’enseignement français au Maroc s’adresse aux enfants d’expatriés français, il accueille de plus en plus de Marocains : sur un effectif total en 2006-2007 de 23 600 élèves (de la maternelle au lycée) on compte 60 % d’élèves de nationalité marocaine. La plupart de ces établissements dépendent de l’AEFE (l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger), organisme placé sous la tutelle du ministère français des Affaires étrangères 7. La pression des demandes d’inscription est telle que depuis le début des années 1990 un test d’entrée pour les enfants a été institué dans les établissements de la Mission dès la seconde année de maternelle 8. Les frais de scolarité à la hausse d’une année sur l’autre contribuent au développement d’un enseignement privé marocain primaire et secondaire qui sert parfois de tremplin pour intégrer plus tardivement les établissements de l’AEFE. Plus de la moitié des diplômés marocains que nous avons rencontrés (19 sur 32) sont passés, à un moment ou à un autre de leur cursus secondaire, par un établissement de la Mission. Il s'agit presque exclusivement (18 sur 19) « d'héritiers », issus des milieux sociaux les plus favorisés de la société marocaine. Faire sa scolarité à la Mission est un « privilège rare » et « constitue (non seulement) l’assurance d’échapper aux maux de l’enseignement public marocain, la garantie d’une culture francophone (et même bilingue en filière "Option internationale bilingue franco-arabe" créée dans les établissements secondaires AEFE au début des années 1990), mais encore une garantie pour l’avenir universitaire » (Vermeren, 2002, p. 391). Passer par un lycée marocain public n’empêche pas toutefois de réussir à entrer dans une grande école française. Le niveau en mathématique et en physique soutient la comparaison avec les établissements de la Mission. Les diplômés des catégories populaires et ceux en ascension sociale sont d’ailleurs passés par l’enseignement secondaire marocain. On retrouve les mêmes caractéristiques au niveau des classes préparatoires, les héritiers partant massivement en France pour les suivre, alors que les autres restent dans les lycées marocains.

12Le système de classe préparatoire existant au Maroc diffère quelque peu de celui de la Tunisie. Jusqu’en 1987, Casablanca a abrité une classe préparatoire au sein d’un établissement de la Mission, le lycée Lyautey, le restant des bacheliers était envoyé dans les « prépas » françaises. Sa disparition a été pensée dans le cadre d’un projet de coopération franco-marocain dont l’objectif était de créer au sein du système d’enseignement supérieur marocain des classes préparatoires sur le modèle français. Plusieurs lycées des principaux centres urbains marocains accueillent ainsi des classes préparatoires. Les bacheliers admis dans ces « prépas » se voient ainsi accorder la possibilité de présenter les écoles d’ingénieurs marocaines et françaises. Ceux qui réussissent les écoles les plus prestigieuses – Polytechnique, Centrale, Mines, les Ponts et Chaussées et Télécom Paris – bénéficient d’une bourse de coopération allouée par la France.

Des trajectoires d’ascension sociale masculines

  • 9 Les « héritiers » se distinguent des diplômés « en ascension sociale » et des « transfuges » par l’ (...)

13Si la plupart des diplômés marocains et tunisiens passent par une filière spécifique d’élite, ils ne sont pas pour autant, à la différence de leurs homologues français, le produit d’une reproduction sociale exclusive (cf. Tableau 1). En reprenant la typologie en trois catégories de la recherche effectuée en France sur les normaliens et les normaliennes par Michèle Ferrand, Françoise Imbert et Catherine Marry (1999) 9, on constate que près de la moitié des diplômés est issue de l’élite économique et culturelle de la Tunisie, comme du Maroc (les héritiers), avec des pères dirigeants d’entreprises, membres de professions libérales, hauts fonctionnaires ou enseignants du supérieur. Un quart provient de la classe moyenne (en ascension sociale) disposant d’un capital économique relatif (commerçants, petits entrepreneurs), ou culturel (enseignants du secondaire et du primaire). Ce sont également les diplômés qui ont des parents ayant des situations stables (« fonctionnaires » ou employés divers). Un autre quart est issu de milieux défavorisés (les transfuges), avec des parents dont le niveau d’études est très bas (quelques années de primaire), voire analphabètes (ouvriers agricoles, maçons…) et dont les mères sont au foyer. On trouve ainsi des polytechniciens dont les parents sont des nomades analphabètes sédentarisés depuis peu.

  • 10 En 1966, dix ans après l’indépendance, plus de 70 % de la population active tunisienne est « sans i (...)
  • 11 Les résultats des recherches conduites par Étienne Gérard et Laurence Proteau vont dans le même sen (...)

14Ces trajectoires de diplômés de grandes écoles issus de familles pauvres et très peu scolarisées sont beaucoup plus fréquentes au Maroc et en Tunisie qu’en France. Ce phénomène peut surprendre au regard du poids écrasant (autour de 80 %) des polytechniciens et normaliens français issus des milieux les plus favorisés et ce depuis plusieurs décennies (Baudelot & Matonti, 1994 ; Euriat & Thélot, 1995) et de la part quasi nulle de diplômés français d'origine maghrébine et ouvrière dans les grandes écoles. Il renvoie aux transformations très rapides de la scolarisation et des structures socio-professionnelles au Maroc et en Tunisie depuis les années 1960. En effet, vu le caractère étroit des élites et des cadres administratifs et économiques au sortir de l’indépendance 10, il a bien fallu constituer et former une élite susceptible de prendre la place des cadres français, puis des coopérants 11.

Tableau 1 - Origine sociale des Tunisiens et Marocains (entretiens)

Héritiers

En ascension

Transfuges

Ensemble N=94

45 soit 47,87%

25 soit 26,59%

24 soit 25,53%

Hommes n=84

36/84 soit 42,85%

24/84 soit 28,57%

24/84 soit 28,57%

Femmes n=10

9/10 soit 90%

1/10 soit 10%

0

Dont Tunisiens N=52

26 soit 50%

13 soit 25%

13 soit 25%

Hommes n=46

21/46 soit 45,65%

12/46 soit 26,08%

13/46 soit 28,26%

Femmes n=6

5/6 soit 83,33%

1/6 soit 16,66%

0

Dont Marocains N=42

19/42 soit 45,23%

12/42 soit 28,57%

11/42 soit 26,19%

Hommes n= 38

15/38 soit 39,47%

12/38 soit 31,57%

11/38 soit 28,94%

Femmes n=4

4/4 soit 100%

0

0

15Globalement, la proportion de ceux dont les grands-pères étaient de petits agriculteurs, ouvriers agricoles, petits artisans ou commerçants est forte. Les parents, venus en ville, ont permis le début d’une vive ascension sociale. Dans le cas marocain, les investissements très forts de familles modestes, souvent illettrées, des pères et des mères, dans l’éducation de leurs nombreux enfants, notamment dans le milieu structuré des artisans de Fès – appuyés sur la politique de détection des élites scolaires par les enseignants français et marocains – ont permis des trajectoires de réussite.

16L’enquête d’Éric Gobe et Saïd Bensedrine effectuée en 2000 sur un échantillon représentatif d’ingénieurs tunisiens montre toutefois que l’origine sociale des diplômés s’élève au fil des cohortes. Si 2 % seulement des ingénieurs de plus de 50 ans sont issus de familles où le père est cadre moyen ou supérieur, cette part atteint 34,5 % parmi les moins de 30 ans. Autrement dit, c’est dans la génération des jeunes diplômés ingénieurs que les logiques de la reproduction s’imposent avec le plus de rigueur au regard des transformations économiques et sociales connues par ces deux pays.

17La relative diversité d’origine sociale des diplômés ne doit pas occulter la forte polarisation de leurs origines géographiques : la quasi-totalité de ceux que nous avons rencontrés (à l’exception de certains transfuges) ont vécu leur enfance et adolescence dans les grands centres urbains des deux pays.

18L’autre limite à cette ouverture des possibles est qu’elle concerne très peu les femmes (moins de 10 %). Et contrairement à ce qui se passe pour les hommes, les très rares jeunes femmes venues faire leurs études à Polytechnique, Centrale ou aux Ponts sont presque exclusivement (9 sur 10) issues de l’élite du pays, très éduquée et souvent déjà formée en France. Cette origine élitiste des jeunes femmes se reflète dans le type d’études suivies par leurs pères : on a ainsi le deuxième polytechnicien tunisien, un des premiers centraliens marocains, un ingénieur ENSTA, un ingénieur d’une école d’agronomie marocaine ayant complété avec l’École des eaux et forêts de Nancy, un énarque parisien. Ces pères occupent ou ont occupé des postes de premier plan dans l’administration du pays ou dans les entreprises privées (fondateur de la principale banque tunisienne, PDG de groupe, magistrat, colonel). Une seule diplômée a un père commerçant bijoutier. Les mères sont fortement actives (seulement quatre sur dix sont au foyer dont une qui a d’abord travaillé comme institutrice) et diplômées. Elles exercent des métiers dans l’enseignement (inspectrice de l’éducation nationale en histoire et géographie, institutrice puis conseillère pédagogique), la fonction publique (inspectrice), la médecine (une d’elles a été la première radiologue du Maroc). Plus encore que pour les Françaises (Ferrand, Imbert & Marry, 1999 ; Marry, 2004), disposer de ressources familiales élevées, du côté paternel et maternel, s’avère donc une condition indispensable à ces scolarités et trajectoires professionnelles d’exception. L’attention portée aux destins improbables des femmes contribue ainsi à une approche sociologique, qui évite à la fois « le fatalisme et l’enchantement » (St-Martin, 2008, p. 102).

Mobilités et attaches familiales

La France, premier pays d'accueil des diplômés marocains et tunisiens

19Jusqu’à la fin des années 1980, la très grande majorité des diplômés des trois grandes écoles étudiées (et tous les diplômés des Ponts marocains) sont retournés dans leur pays d’origine directement après la sortie de l’École pour aller peupler les directions des entreprises d’État et de la haute fonction publique. À partir de la fin des années 1980, les trajectoires géographiques se diversifient et s’internationalisent.

20Les statistiques tirées des annuaires (Tableaux 2a et 2b) donneraient à penser que les taux de retour diminuent considérablement à partir des années 1990. Mais ces chiffres globaux sont à nuancer dans la mesure où ils constituent une photographie à un moment donné. Si pour les diplômés des années 1970 à 1980, l’image n’a guère bougé et ne bougera probablement pas en termes de mobilité géographique, il n’en est pas de même pour les diplômés des années 1990-2002. Il convient d’introduire une dimension longitudinale pour mieux apprécier les mobilités des ingénieurs. Et là, force est de constater que la dichotomie retour/non-retour se brouille.

21Les entretiens permettent de dynamiser cette photographie des mobilités des diplômés donnée par les annuaires. Dans les promotions des années 1989 à 2002, un éventuel retour s’accompagne de manière quasi systématique d’expériences professionnelles antérieures en France ou ailleurs, plus ou moins longues (entre 1 an et 16 ans).

Tableau 2a. Pays de résidence des ingénieurs diplômés tunisiens en fonction de la grande école fréquentée (en %, n = 227)

  • 12 Les données sur les diplômés des Ponts et Chaussées tirées de l’annuaire de l’ATUGE sont particuliè (...)

Polytechnique

Centrale

Ponts et Chaussées 12

Tunisie

30

45

57

France

49

50

40

Angleterre

11

2

0

Maroc/Émirats Arabes Unis

3

1

3

Amérique du Nord

7

2

0

Total

100

100

100

Source : Annuaires des écoles (Polytechnique et Centrale) et de l’Amicale marocaine des ingénieurs des Ponts et Chaussées 2007, promotions 1970-2002

Tableau 2b. Pays de résidence des ingénieurs diplômés marocains en fonction de la grande école fréquentée (en %, n = 457)

Polytechnique

Centrale

Ponts et Chaussées

Maroc

39

64,5

84,5

France

35

25,5

10

Angleterre

14,5

3

1,5

Arabie Saoudite/Émirats Arabes Unis

1,5

0,5

0

Amérique du Nord

6,5

4,5

3

Autre pays

3,5

2

1

Total

100

100

100

Source : Annuaires des écoles (Polytechnique et Centrale) et de et de l’Amicale marocaine des ingénieurs des Ponts et Chaussées 2007, promotions 1970-2002

22L’expatriation aux États-Unis et à Londres est fréquente mais elle s’observe le plus souvent en début de carrière pour des stages ou un peu plus tard pour un MBA. En Tunisie, seul un polytechnicien est rentré directement et définitivement en 2001, une fois sa scolarité finie.

  • 13 Un exemple parmi bien d’autres : le magazine français Usine Nouvelle titre le 2 octobre 2008 : « Le (...)

23Les mobilités professionnelles, entre statuts (salariés/indépendants) et entre secteurs d’activité – public, privé, petites entreprises et grands groupes, industrie et services – se complexifient aussi à partir de la fin des années 1980. Des secteurs en plein essor accueillent les diplômés de toute origine sociale, au Maghreb comme en France ou encore aux États-Unis et à Londres : grandes banques (BNP et Société Générale) et sociétés de conseil en stratégie (Mac Kinsey, Arthur Andersen, Accenture, etc.) qui « harcèlent » les nouveaux diplômés, au sortir de l’École. Comme l’exprime un de nos interviewés, « ils sont moins regardants sur la couleur du passeport ». Ce diplômé marocain des Ponts de 32 ans n’avait pas réussi à obtenir un stage dans l’automobile et dans l’aéronautique. Il est entré à la BNP comme analyste il y a huit ans. Les années 2000 voient la floraison de start up (finances, téléphonie, Internet…), notamment dans la Silicon Valley, où nous retrouvons plusieurs de nos diplômés. Dans ces mêmes années on voit apparaître, dans les entretiens de ceux rentrés au pays, des discours sur l’essor des économies marocaines et tunisiennes avec le lancement de grands projets d’infrastructures en Tunisie et au Maroc (port de Tanger-Med, autoroutes etc.) 13, le développement des NTIC, la libéralisation des télécommunications, le développement du secteur financier et des salaires relevés. En ouvrant l’économie locale aux capitaux et aux investissements étrangers, la mondialisation a ainsi favorisé plus qu'elle n'a entravé le retour au pays des élites maghrébines.

24L’utilisation des catégories proposées par Anne-Catherine Wagner dans ses recherches sur des cadres supérieurs de grands groupes étrangers expatriés en France permet de dégager trois figures de mobilité dans notre population : celle des « cosmopolites » polyglottes, des cadres ou « managers internationaux » et des « nationaux ». Les premiers se définissent comme des « citoyens du monde », se situant au-delà des frontières et des identités nationales. Ils sont très peu nombreux dans notre population. En revanche, nos diplômés sont bien représentés chez les « managers internationaux ». Anne-Catherine Wagner reprend ici une distinction opérée par Marcel Mauss qui souligne et oppose en effet le « "a-nation" du cosmopolitisme de "l’internation" qui la situe, l’isole » (Mauss, 1969, p. 629). Les cadres marocains et tunisiens que nous avons rencontrés se disent souvent bi-nationaux ou bi-culturels. Ils sont pour la plupart très attachés à leur pays d’origine, à leur culture nationale et à leur famille. Enfin, une troisième et dernière catégorie de cadres ou de managers, qui concerne surtout les Marocains, peut être définie comme « nationale », dans la mesure où les liens professionnels et personnels avec la France sont devenus très ponctuels et distendus depuis leur retour au « pays », dès la fin de leurs études.

25Au-delà des évolutions politiques et économiques, les familles des diplômés que nous avons rencontrés, celle dont ils sont issus et celle dans laquelle ils vivent, sont un élément central de compréhension des mobilités géographiques et des trajectoires professionnelles.

Le poids de la famille d’origine

  • 14 Dans le cas tunisien, il reste à analyser l’effet sur les mobilités des diplômés de l’instabilité p (...)
  • 15 « J’ai connu les désagréments de la carte de séjour, etc. J’avais pas mal de déplacements pour alle (...)

26Quel que soit le degré d’internationalisation de la carrière, les arbitrages en faveur du retour ou du non retour dans le pays d’origine sont largement influencés par l’attachement à la famille qui mêle obligations de solidarité, telles le soutien financier et affectif à des parents âgés (Bryceson & Vuorela, 2002) et la volonté de voir grandir ses enfants dans le pays et la culture où l’on a été socialisé dans son enfance. Cette assertion ne revient pas à nier d’autres facteurs, notamment ceux liés aux dynamiques économiques internationales. La mondialisation n’apparaît pas comme un facteur de départ définitif des élites tunisiennes et marocaines : bien au contraire, en ouvrant les économies locales aux capitaux et aux investissements étrangers, elle offre la possibilité de s’insérer sur un marché de l’emploi des hauts cadres en expansion 14. Par ailleurs, une politique « libérale » d’accueil des diplômés étrangers des grandes écoles, ainsi que les relatives facilités avec lesquelles les autorités françaises accordent la nationalité aux diplômés des grandes écoles les incitent pour la majorité d’entre eux à demeurer sur le territoire français le temps d’obtenir le précieux sésame. En effet, les nationalités marocaines et tunisiennes, dominées à l’échelle internationale, constituent un obstacle à la mobilité géographique pour l’occupation d’emplois internationalisés : les États développés exigent des Marocains et des Tunisiens qu’ils aient un visa pour se rendre sur leur territoire. De ce point de vue, bien que sortis des établissements français les plus prestigieux, les diplômés marocains et tunisiens ne sont pas à égalité avec leurs homologues français. Cette position d’infériorisation les incite à s’engager rapidement dans des procédures visant à obtenir la nationalité française 15. Par conséquent, il est préférable avant de s’expatrier ou de retourner dans le pays d’origine de résider en France le temps d’obtenir la nationalité française.

27Mais, dans tous les cas observés, les liens avec la famille marocaine ou tunisienne des expatriés restent étroits, certains faisant venir en France un parent resté seul ou se rendant plusieurs fois par an au Maroc ou en Tunisie. Seule une petite minorité des diplômés rencontrés disent s’être affranchis de ces relations familiales, qu’ils vivent comme pesantes, voire intrusives. Les diplômés marocains et tunisiens des promotions des années 1990-2000 sont plus enclins que ceux des décennies précédentes à partir aux États-Unis pour faire des études (MBA) ou occuper des postes lucratifs dans la finance, le conseil, l’informatique. En dépit d’un accueil et de perspectives de carrières qu’ils jugent souvent plus favorables qu’en France, la plupart tendent à rentrer au pays ou préfèrent s’établir à Londres ou Paris, pour pouvoir rentrer plus régulièrement au Maroc ou en Tunisie. Résider en France ou en Angleterre leur permet de maintenir un contact familial et d’envisager sans trop d’inquiétudes les modalités d’une réinsertion professionnelle au Maroc ou en Tunisie. Des allers-retours sur un week-end sont envisageables et les diplômés passent leurs congés dans la famille au pays. Autrement dit, cela leur permet de ne pas prendre trop de retard « par rapport aux étapes du vieillissement social national » et de garder une maîtrise des enjeux nationaux et le « sens du placement dans la société d’origine » (Wagner, 1998, p. 187).

28L’attachement à la famille d’origine explique ainsi la polarisation des mobilités sur la France et la faible présence de « cosmopolites » ou « citoyens du monde » dans cette élite du Maghreb. Parmi ces derniers, les héritiers issus de familles très privilégiées sont surreprésentés. Les dispositions à la mobilité internationale ont en effet été souvent transmises par les expériences de plusieurs générations (Wagner, 2005) et ils jouissent aussi de ressources financières, culturelles, linguistiques très importantes.

29Parmi les diplômés marocains, le tiers des héritiers (6 sur 18) sont passés par l’international, c’est-à-dire pour l’essentiel les États-Unis et le Royaume Uni, qu’ils soient retournés au Maroc ou qu’ils soient en France à la date de l’enquête. Cette part n’est plus que d’un quart (3 sur 12) pour ceux en ascension sociale et d’un sur dix parmi les transfuges. À l’inverse, ceux qui sont rentrés au Maroc peu de temps après leurs études, dans ces générations des années 1990-2000 et qui n’ont eu aucune (ou une très brève) expérience professionnelle en France ou dans un autre pays étranger, sont presque tous des diplômées d’origine modeste voire très modeste. Ils s'opposent en tous points aux cosmopolites : issus de familles rurales pauvres, uniquement arabophones et très peu scolarisées, ils ont suivi toute leur scolarité, y compris leurs classes préparatoires, dans l'enseignement marocain, ont épousé une Marocaine et fait toute leur carrière au Maroc, avec peu de changement de secteur ou d’entreprises. On retrouve en revanche des diplômés d’origines sociales diverses dans la catégorie des cadres internationaux, qui sont le plus souvent bi-nationaux (Maroc et France). L’origine sociale ne clive pas en effet ceux qui sont restés en France et les autres.

30Le portrait suivant d’un transfuge marocain revenu au Maroc est un exemple de ce refus plus ou moins conscient de ces diplômés de se projeter ailleurs que dans leur pays d’origine. Éviter d’épouser une Française (voire d’avoir des « copines » françaises) est lié à ce refus. Le récit évoque aussi des expériences de racisme auxquelles n’échappe pas toujours cette élite, surtout celle d’origine très populaire.

Sollicité par un polytechnicien marocain, E., polytechnicien diplômé des Ponts de 31 ans, d'origine très modeste, rentre au Maroc après deux années passées chez Arthur/Ernst. Il était pourtant sur le point (en 2006) d'intégrer la Société Générale, entreprise qu'il avait auditée. Le propriétaire de la franchise d’une entreprise de location de voitures au Maroc, qu'il connaissait parce qu'il « donnait des cours de maths à son fils à Paris », lui propose d’assurer la direction générale de cette entreprise au Maroc. Ce qui l'a poussé à rentrer, c’est qu’en octobre 2005, il y a eu les événements en banlieue : « J’ai été submergé », dit-il, « par tous les commentaires. J’ai commencé à me sentir… même si je n’étais pas concerné et que j’étais tranquille dans mon coin Paris 14e… Je n’ai pas trop aimé l’image renvoyée par les médias des Arabes. Voilà, la proposition (au Maroc) a coïncidé à ce moment-là. Sans les événements de banlieue, j’aurais intégré la Société Générale pendant je ne sais pas combien d’années. J’aurais probablement demandé la nationalité française. J’aurais certainement passé trois à quatre ans avant de rentrer. Je sentais que l’environnement en France était un peu hostile, même si cela n’avait rien à voir avec moi. J’étais obligé de justifier, auprès de mes collègues, mes convictions et compagnie. Comme je ne me sentais plus à l’aise en France, je suis rentré chez moi ».
Est-ce qu’il y avait des raisons personnelles, un mariage en vue par exemple ?
Absolument pas. Même mes parents ne me poussaient pas à rentrer. Ils me disaient « tu fais ce que tu veux ». Bon c’est l’environnement en France et le poste ici qui m’ont poussé. À 27 ans, devenir DG d’une société qui fait un chiffre d’affaires d’à peu près 15 millions d’euros, on n’a pas ce type d’opportunités tous les jours. Là c’était en janvier 2006. Je suis rentré le 1er janvier 2006, le premier avion qui quitte la France. Donc j’ai commencé en janvier pour occuper la fonction de DG de la franchise A. au Maroc… »
Il n'envisage pas de mobilité à l’étranger et ne « pourrait pas revenir en France ». Il ajoute alors : « Il y a la famille, je me suis marié, j’ai une petite fille ». À la question sur la nationalité de sa femme, il répond : « Marocaine... De toute manière, je pense qu’inconsciemment je ne voulais jamais sortir avec une Française. Je ne voulais pas m’engager et chambouler tous mes plans. En arrière-plan, il y avait cette volonté de rentrer un jour ou l’autre au Maroc… ».

31Dans l’élite tunisienne, les différences de mobilités internationales en fonction de l’origine sociale sont moins manifestes. Les retours directs en Tunisie après la fin des études en France sont en effet exceptionnels dans ces cohortes de diplômés des années 1989 à 2002. Notons, toutefois, que parmi les deux diplômés (sur 36) dans ce cas, l’un est un polytechnicien transfuge qui a fondé une entreprise de fournisseur d’accès Internet en Tunisie ; l’autre est une centralienne, issue d’une famille très privilégiée et francophile (père PDG de son groupe, mère médecin, deux frères centraliens qui vivent en France), mais dont le parcours est marqué par les inégalités de genre. Mariée à un centralien PDG d’une société informatique tunisienne, elle est revenue en Tunisie pour élever ses enfants, a travaillé en free lance comme consultante, s’est arrêtée quelque temps après la naissance du troisième, a dirigé un call center avant de démissionner pour suivre son mari à Londres. Lors de l’enquête elle élève ses enfants et s’occupe de l’Association tunisienne des grandes écoles (ATUGE).

32En outre, les carrières les plus internationalisées sont le fait d’héritiers, comme celle de MS, dont le portrait est esquissé dans l’encadré suivant.

Un Tunisien héritier entre ancrage tuniso-français et management international

Âgé de 36 ans lors de l’entretien, MS (X-Mines, 1998) est un héritier par les deux lignées : le père et la mère sont respectivement professeurs en faculté de géographie et d’histoire. Sa sœur cadette est également diplômée d’une grande école française (Supélec). Il s’oriente pendant sa scolarité à Polytechnique vers la finance et fait son stage de fin d’études à Paribas, son futur employeur. Sa femme, connue au lycée à Tunis, suit un cursus d’art plastique entre la France et la Tunisie et obtient un poste d’assistant dans l’université tunisienne. Analyste en finance d’entreprise pour les pays émergents, MS connaît une progression rapide au sein de BNP Paribas et est nommé au bout de quatre ans et demi responsable de l’activité de conseil sur la région Afrique et Moyen-Orient. Responsable de deux équipes d’analystes respectivement basés à Paris et Dubaï, son travail le conduit à effectuer de nombreux voyages au Moyen-Orient et dans les pays du Golfe. Se sentant plus Tunisien que Français (nationalité obtenue à la sortie de l’école) et sa femme travaillant en Tunisie, il envisage, à partir du milieu des années 2000, de rentrer au pays, mais dans un environnement professionnel qui ne soit pas trop éloigné de celui qu’il connaît à la BNP Paribas : « j’ai passé un an et demi à faire la navette entre la France et la Tunisie. Bon, je savais que m’exposer à l’environnement professionnel tunisien, c’était totalement suicidaire pour moi. La composante professionnelle est très importante dans la vie. Donc j’ai attendu la bonne opportunité ». Lors d’une négociation autour d’opérations de financement, il rencontre le président d’une banque d’investissement tunisienne offshore installée à Tunis et Riyad. Ce dernier lui propose de venir travailler à Tunis dans des conditions financières et de performance proches de celles de BNP Paribas. Désormais responsable de quatre équipes d’analystes (35 personnes) répartis dans cinq pays différents (Dubaï, Riyad, Djedda, Genève et Tunis), il passe plus de la moitié de son temps hors de Tunisie.

33Nos entretiens révèlent aussi le poids des choix matrimoniaux sur les mobilités géographiques. Les retours définitifs au pays sont moins fréquents dans la population des diplômés ayant épousé une étrangère, notamment une Française (ou pour les rares femmes, un Français). Ces dernières souhaitent préserver leurs attaches avec leur propre famille d’origine et redoutent aussi de ne pouvoir mener leur carrière au Maroc ou en Tunisie. C’est l’inverse pour les diplômés qui ont épousé une femme de leur pays.

34Cette influence de la conjointe se module différemment au Maroc et en Tunisie, même si dans les deux pays, épouser une Française tend à ancrer le diplômé et sa nouvelle famille en France (voir infra). Sur 32 Marocains, trois sont célibataires et quinze ont épousé des étrangères, dont neuf sont des Françaises d'origine maghrébine ou d'autres pays musulmans (Égypte). Le mariage des diplômés marocains avec une Française ou une étrangère clive fortement cette population du point de vue du retour ou non retour définitif au pays. La totalité des dix-sept diplômés qui sont en France à la date de l’enquête sont mariés et quinze d’entre eux ont une épouse « étrangère ». Ces épouses sont toutes diplômées du supérieur (écoles d’ingénieur ou de commerce) et mènent une carrière de cadre dans le privé. Toutes sont très attachées à leur métier et la question est donc celle de la double carrière du couple. Certaines se font dans la même entreprise (Renault, Areva), d’autres sont très différentes (un polytechnicien a épousé une franco-marocaine, chanteuse lyrique) mais le retour au Maroc (voire en Tunisie pour une conjointe tunisienne, polytechnicienne) est refusé par l’épouse, avec le soutien plus ou moins affirmé du mari.

35Le portrait de cet héritier marocain qui a épousé une Tunisienne illustre cet ancrage en France.

M., polytechnicien de 32 ans, est un héritier par les deux lignées. Son père est ingénieur, sa mère inspectrice de l'enseignement secondaire. Son grand-père paternel était notaire, et son grand-père maternel, fonctionnaire au Ministère des finances. Une sœur, diplômée de l’Essec, travaille à la BNP en France. À la sortie de l’X, en 1998 – il a alors à 23 ans – il est très tenté par un poste qu’on lui propose en Californie mais le refuse, car c’est « trop loin du Maroc » :
« Quand vous êtes aux États-Unis, qui plus est sur la côte ouest, vous avez quinze jours de congés par an que vous pouvez rarement prendre d’affilée ; si vous voulez rentrer voir la famille au Maroc, vous avez une journée de voyage – une journée aller, une journée retour – si vous avez pris une semaine, vous restez trois jours sur place et vous avez épuisé vos congés de l’année. C’est vraiment ça, si je restais aux États-Unis, petit à petit j’allais complètement me détacher du Maroc […] Pour moi, je n’étais pas prêt à faire le sacrifice ; pour moi la France c’est vraiment la porte à côté par rapport aux États-Unis et puis "y a les vacances" ».
Il travaille chez un constructeur automobile français jusqu’en 2007. Ce poste le conduit à de nombreux déplacements à l’étranger. Puis un ami polytechnicien le contacte pour intégrer AXA. Il espérait un peu être envoyé par son entreprise au Maroc mais « la mobilité [dans celle-ci] est un mythe » et refuse des offres « d’entreprises internationales qui essayaient de s’installer au Maroc comme Mac Kinsey, des cabinets de conseil en stratégie » car cette activité « ne l’intéressait pas du tout ». Sa perception du marché marocain est « qu’il est vraiment très opaque » : « Ce n’est pas un marché transparent, c’est un marché de connaissance, ça l’est encore majoritairement aujourd’hui, un petit peu moins, les entreprises commencent à publier leurs postes dans des sites qui voient le jour ». Il ajoute alors qu’il n’a pas « trop activé son réseau au Maroc », car il n’a pas « eu une intention ferme de rentrer ». Les aspirations de son épouse, une Tunisienne, polytechnicienne de sa promo qui réalise une belle carrière en France dans une grande entreprise automobile, y sont pour beaucoup. Contrairement à la sienne, la famille de son épouse, en Tunisie, est peu « étoffée » et elle pourrait facilement faire venir ses parents en France.

36Les deux épouses marocaines de diplômés marocains vivant en France ont un profil atypique. L’une, de nationalité française, a fait des études de lettres à Aix-en-Provence puis un MBA aux États-Unis où elle a travaillé dans un cabinet de chasseurs de têtes. Elle a rencontré son futur mari pendant des vacances au Maroc. Elle n’a pu retrouver un emploi dans son domaine au Maroc et a dû revenir à son métier de traductrice. Ils ont mal supporté l’un et l’autre l’emprise de la famille sur leur vie privée et ont fait le choix de revenir en France (elle voulait les États-Unis, lui non). Ils ont tous deux fait une belle carrière en France avec trois enfants et n’envisagent plus de rentrer. L’autre est une Marocaine dont toute la famille a émigré en France et qu’elle a voulu rejoindre, incitant son mari à quitter le Maroc où il menait une carrière dans l’informatique.

37À l’inverse, parmi les diplômés qui vivent au Maroc, douze sur quinze sont mariés, tous avec des Marocaines. Ces dernières ont toutes, elles aussi, suivi des études supérieures (pharmacie, médecine, kinésithérapie), parfois en France (HEC, DESS d’ergonomie au CNAM, DEA biologie à Nancy) mais plusieurs ont interrompu leur carrière. Deux de nos interviewés (diplômés des Ponts, transfuges) disent que leur épouse « n’a jamais travaillé, par choix personnel ». Un Centralien vit à Tunis, son épouse marocaine travaille comme cadre dans une banque.

  • 16 Un diplôme des Ponts est divorcé d'une Française et a épousé une Tunisienne. Ce deuxième mariage es (...)

38L'endogamie géographique domine chez les Tunisiens. Sur les 36 diplômés tunisiens que nous avons rencontrés, 26 sont mariés dont 21 avec des Tunisiennes de la même ville (notamment de Sfax), voire du même village. Cinq seulement le sont ou l'ont été avec des étrangères 16. Cette rare exogamie géographique recouvre en outre, comme pour les Marocains, une endogamie culturelle et religieuse. Nées en France et ayant suivi leurs études supérieures dans ce pays, trois des conjointes « étrangères » ont une double nationalité – franco-marocaine pour l’une qui est avocate et juriste, franco-tunisienne pour les deux autres (l’une travaille comme ingénieure). Elles sont issues de familles immigrées en France. La quatrième conjointe étrangère est une Égyptienne, professeure à l’école des Langues Orientales (à Paris). Ces épouses sont donc toutes de culture arabo-musulmane.

39Bien qu’extrêmement minoritaires, ces unions matrimoniales exogames inscrivent les diplômés dans une perspective de sédentarisation durable hors de la Tunisie. En revanche, les probabilités de retour en Tunisie sont fortes pour les ingénieurs dont les conjointes ayant fait leur formation en Tunisie ne peuvent pas trouver en France un emploi correspondant à leurs compétences, en raison du caractère fermé de certains segments du marché de l’emploi (médecine, pharmacie, etc.). De manière générale l’endogamie géographique apparaît comme un facilitateur pour un éventuel retour dans la mesure où elle simplifie la réinsertion dans la société d’origine.

Conclusion

40Les attaches familiales interviennent fortement dans les récits des mobilités géographiques réalisées (ou évitées) par les diplômés marocains et tunisiens de grandes écoles françaises. L'enquête bouscule ainsi les discours sur l'importance des figures de cadres de la mondialisation, cosmopolites et sans attaches. Ces derniers sont des exceptions dans notre enquête. Il s'agit pour la plupart d'héritiers, s'inscrivant dans une tradition familiale de mobilité internationale et cumulant des ressources financières, linguistiques, culturelles. L’attachement à la famille d’origine limite en effet le plus souvent l’ampleur de l’éloignement géographique accepté pour sa carrière. Le choix de la France ou de Londres, plutôt que celui des États-Unis, par les diplômés marocains et tunisiens renvoie largement à ce souhait de proximité.

41L’article montre aussi l’intérêt de prendre en compte la famille conjugale – couple et enfants – dans l’analyse des mobilités géographiques. Celle-ci est souvent négligée par les travaux sur les migrations internationales, y compris par ceux qui s’intéressent aux familles transnationales. La nationalité de la conjointe (ou plus rarement du conjoint) contraint en effet ces mobilités. Les diplômés ayant épousé une étrangère – le plus souvent une Française – tendent à s'ancrer plus durablement en France pour permettre à leur épouse de préserver ses liens avec sa famille et de mener à bien sa carrière. C'est l'inverse pour ceux qui ont épousé une femme de leur pays d'origine : ils tendent à revenir au Maroc ou en Tunisie après une expérience de durée variable en France et/ou ailleurs (Londres, États-Unis) et n’envisagent plus de repartir (sauf pour de courtes durées).

42L’attachement à la culture d’origine, arabo-musulmane, se révèle aussi dans les pratiques matrimoniales. On note en effet à la fois une faible proportion d'unions exogames et une forte majorité, dans ces dernières, d'épouses (mais pas d'époux) Françaises d’origine marocaine, tunisienne ou provenant d’autres pays arabo-musulmans. Cet attachement va de pair, pour la grande majorité des diplômé-e-s, avec une très bonne intégration à la société et à la culture françaises, via la socialisation familiale et scolaire : nombre de parents et de frères et sœurs ont fait (ou font) des études supérieures en France. C’est le cas aussi des conjointes, y compris marocaines et tunisiennes.

43Cette attention portée aux attaches familiales ne doit pas faire oublier le poids du contexte économique et politique dans les mobilités. Le régime de ces dernières a en effet radicalement changé à la fin des années 1980 : les retours des diplômés, de toute origine sociale et mariés ou non à des étrangères, étaient systématiques dans les années 1960 et 1970 marquées par la construction des nouveaux États indépendants. Les mobilités se sont accrues et internationalisées à la fin des années 1980, du fait du tournant libéral.

44Il faut noter toutefois que ce caractère moins systématique des retours est lié aussi aux transformations des rapports entre hommes et femmes. Dans ces pays, comme ailleurs, les jeunes femmes sont de mieux en mieux formées, de plus en plus souvent actives et accèdent à des professions qualifiées longtemps réservées aux hommes (magistrates, avocates, médecins, professeures d'université...). Elles affirment donc, plus souvent que celles des générations antérieures, leurs aspirations à une carrière et refusent des mobilités trop coûteuses.

45Cette question des doubles carrières dans les couples « mixtes », à peine esquissée ici, mériterait d'être mieux intégrée dans l'analyse des mobilités internationales des diplômés, à côté de celle, plus souvent posée, des stratégies de mobilité ou de reproduction sociale.

Haut de page

Bibliographie

Baudelot C. & F. Matonti (1994), « Le recrutement social des normaliens 1914-1992, dans Sirinelli J-F. (dir.), École normale supérieure. Le livre du bicentenaire, Paris Presses universitaires de France, pp. 155-190.

Bensedrine S. & É. Gobe (2004), Les Ingénieurs tunisiens : dynamiques récentes d’un groupe professionnel, Paris, Éditions L’Harmattan.

Bensedrine S. & V. Geisser (2001), Le Retour des diplômés. Enquête sur les étudiants tunisiens formés à l’étranger : Europe, Amérique et Monde arabe, Tunis, Centre de publication universitaire.

Bourdieu P. (1989), La Noblesse d'État, grandes écoles et esprit de Corps, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu P. & M. de Saint-Martin (1987), « Agrégation et ségrégation : le champ des grandes écoles et le champ du pouvoir », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 69, sept, pp. 1-49.

Bourdieu P. & M. de Saint-Martin (1987), « Variations et invariants, éléments pour une histoire structurale du champ des grandes écoles », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 70, novembre, pp. 1-30.

Bryceson D. & U. Vuorela (2002), The Transnational Family: New European Frontier and Global Networks, Oxford, Berg Editor.

Euriat M. & C. Thélot (1995), « Le recrutement social de l’élite scolaire en France de 1950 à 1990 », Revue française de sociologie, vol. XXXVI, n° 3, juillet-septembre, pp. 403-438.

Ferrand M., Imbert F. & C. Marry (1999), L’Excellence scolaire : une affaire de famille, Le cas des normaliennes et normaliens scientifiques, Paris, Éditions L’Harmattan

Gadea C. & C. Marry (2000), « Les pères qui gagnent : descendance et réussite professionnelle chez les ingénieurs », Travail, Genre et Sociétés, n° 3, mars, pp. 109-135.

Gaillard J. & J.-B. Meyer (1996), « Le brain drain revisité : de l’exode au réseau », dans Gaillard J. (dir.), Coopérations scientifiques internationales, Paris, Orstom Éditions.

Garneau S. (2007), « Les expériences migratoires différenciées d’étudiants français. De l’institutionnalisation des mobilités étudiantes à la circulation des élites professionnelles », Revue européenne des migrations internationales, vol. 23, n° 1.

Geisser V. (dir.) (2001), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS Éditions.

Gérard É & L. Proteau (dir.) (2008), Mobilités étudiantes Sud-Nord. Trajectoires scolaires de Marocains en France et insertion professionnelle au Maroc, Paris, Éditions Publisud.

Gobe É. (dir.), 2004, L'Ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècle), Paris, Éditions Maisonneuve et Larose/Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.

Grelon A. (2004), « Les ingénieurs au Maghreb : un bilan d’avenir » dans Gobe É. (dir.), L’Ingénieur moderne au Maghreb (xixe-xxe siècles), Paris, Éditions Maisonneuve et Larose/Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.

Karvar A. (2004), « La trajectoire des Polytechniciens dans l’espace franco-maghrébin : des indépendances à l’instauration du nouvel ordre économique », Cahiers du Gdr Cadres, n° 8.

Lam T., Yeoh B. & L. Law (2002), « Sustaining Families Transnationally: Chinese-alaysian in Singapore », Asian and Pacific Migration Journal, vol. 11, n° 1, pp. 117-143.

Le Gall J. (2005), « Familles transnationales : bilan des recherches et nouvelles perspectives », Les Cahiers du Gres, vol. 5, n° 1, pp. 29-42. URI: http://id.erudit.org/iderudit/010878ar

Marry C. (2004), Une Révolution respectueuse : les femmes ingénieurs, Paris, Éditions Belin.

Mauss M. (1969), « L’internationalisme et les nations » (1920), dans Oeuvres, t. III, Paris, Éditions de Minuit.

Mérignac O. (2009), « Les femmes dans le processus d’expatriation », Travail, genre et sociétés, vol. 1, n° 21, pp. 131-151.

Razy E. & V. Baby Collin (dir.) (2011), « La famille transnationale dans tous ses états », Autrepart, n° 57-58.

de Saint-Martin M. (2008), « Les recherches sociologiques sur les grandes écoles : de la reproduction à la recherche de justice », Éducation et sociétés, n° 21, pp. 95 à 103.

Streiff-Fenart J. (1999), « Construction d’un réseau de parenté transnational : une étude de cas d’immigrés tunisiens dans le sud de la France », Revue européenne des migrations internationales, vol. 15, n° 3, pp. 45-61.

Vermeren P. (2002), La Formation des élites marocaines et tunisiennes. Des nationalistes aux islamistes, 1920-2000, Paris, Éditions La Découverte.

Wagner A.-C. (1998), Les Nouvelles élites de la mondialisation. Une immigration dorée en France, Presses universitaires de France.

Wagner A.-C. (2005), « Les élites managériales de la mondialisation : angles d’approches et catégories d’analyse », Entreprises et histoire, n° 41, pp. 15-23.

Wagner A.-C. (2007), Les Classes sociales dans la mondialisation, Paris, Éditions La Découverte.

Haut de page

Notes

1 Contrairement au Maroc et à la Tunisie, l’Algérie n’a pas passé d’accord de coopération avec la France pour envoyer de manière systématique ses étudiants dans les grandes écoles françaises. Nous avons donc exclu ce pays de notre enquête (cf. encadré).

2 On trouvera une présentation de ces travaux dans Saïd Bensedrine et Vincent Geisser (2001).

3 Voir également André Grelon (2004, p. 380).

4 La question des familles transnationales, dont les membres dispersés dans deux ou plusieurs pays, maintiennent activement des contacts (Lam et al., 2002) fait l’objet d’une littérature importante ces dernières années, tout particulièrement aux États-Unis. Mais ces travaux, comme ceux rares en France qui s’y intéressent (Razy & Baby-Collin, 2001), portent pour l’essentiel sur des migrations de populations faiblement dotées en capital scolaire, comme celles étudiées par Jocelyne Streiff-Fenart (1999) en provenance d’un village du Sud-Ouest tunisien : implantées depuis plusieurs générations dans le Sud de la France, ces migrants ont développé un réseau familial étendu dans les deux pays.

5 Le concubinage est une situation rarement mentionnée.

6 Mohamed V a déclaré l'indépendance du Maroc le 7 mars 1956. Le traité de Fès de 1912 établissant le protectorat français sur le pays a été abrogé le 2 mars 1956. La France a reconnu l'indépendance de la Tunisie le 20 mars 1956.

7 On ajoutera les établissements scolaires de l’OSUI (l’Office scolaire et universitaire international) qui dépend d’une association – la Mission laïque française – et dont le périmètre est défini par la convention maroco-française de partenariat de juillet 2003.

8 Mouna Izddine, Maroc Hebdo, n° 138, 30 mars 2007.

9 Les « héritiers » se distinguent des diplômés « en ascension sociale » et des « transfuges » par l’ancienneté de l’accumulation des capitaux sociaux. Les grands-parents (d’une lignée au moins) des premiers appartenaient aux classes favorisées, ceux des seconds ont des grands-parents d’origine populaire et des parents des classes moyennes ; les « transfuges » ont des grands-parents et parents ouvriers ou employés. Nous avons adapté cette typologie au contexte maghrébin, où la part des transfuges est beaucoup plus importante (environ le quart contre moins de 5 % en France).

10 En 1966, dix ans après l’indépendance, plus de 70 % de la population active tunisienne est « sans instruction ». En 1997 ce chiffre s’élevait à 19 % (Ben Sedrine et Gobe, 2004).

11 Les résultats des recherches conduites par Étienne Gérard et Laurence Proteau vont dans le même sens. Dans leur étude sur les étudiants marocains en France, les auteurs distinguent les « héritiers », les « pionniers » et les étudiants « d’avant-garde ». Ils constatent que leurs parents sont globalement de milieu aisé, « et ce dans des proportions bien supérieures à celles que représente leur milieu social dans la structure des classes au Maroc. Mais cela est très important à prendre en considération, une proportion non négligeable des étudiants marocains aujourd’hui en France sont issus de milieux modestes, voire très modestes : si 60 % environ des pères d’étudiants marocains en France sont cadres moyens ou supérieurs, 40 % au moins appartiennent aux classes sociales moins favorisées » (Gérard & Proteau, 2008, p. 127).

12 Les données sur les diplômés des Ponts et Chaussées tirées de l’annuaire de l’ATUGE sont particulièrement lacunaires. Nous n’avons pu déterminer que pour la moitié d’entre eux le pays de résidence.

13 Un exemple parmi bien d’autres : le magazine français Usine Nouvelle titre le 2 octobre 2008 : « Les logisticiens se ruent sur le Maghreb ».

14 Dans le cas tunisien, il reste à analyser l’effet sur les mobilités des diplômés de l’instabilité politique engendrée par la chute du régime politique autoritaire de Ben Ali

15 « J’ai connu les désagréments de la carte de séjour, etc. J’avais pas mal de déplacements pour aller au Mexique, pour aller en Suède, pour aller en Angleterre, etc. À chaque fois, il fallait que je fasse une démarche pour avoir le visa. Quand on arrive à l’aéroport, les autres passaient rapidement, moi je devais faire la queue. Ça donne pas mal de facilités administratives ». Entretien à Casablanca avec YLH (Marocain, X-Mines, 2001-2003, 34 ans), 16 juin 2009.

16 Un diplôme des Ponts est divorcé d'une Française et a épousé une Tunisienne. Ce deuxième mariage est lié à son retour en Tunisie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Gobe, Catherine Marry et Françoise Chamozzi, « Mobilités internationales et attaches familiales des diplômés maghrébins de grandes écoles », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4422

Haut de page

Auteurs

Éric Gobe

Directeur de recherche au CNRS (Institut de recherches d’études sur le monde arabe et musulman – IREMAM), Aix-en-Provence, France - jbheuman@gmail.com

Articles du même auteur

Catherine Marry

Directrice de recherche au CNRS (Centre Maurice Halbwachs – CMH), Paris, France - Catherine.Marry@ens.fr

Françoise Chamozzi

Ingénieure d’études au CNRS (Centre Maurice Halbwachs – CMH), Paris, France - francoise.chamozzi@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page