Navigation – Plan du site
Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels

Ce que flexibiliser veut dire

Discussion de l’ouvrage de Bénédicte Zimmermann, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Paris, Éditions Economica, 2011
Jean De Munck

Notes de la rédaction

Le grand résumé de l’ouvrage Ce que travailler veut dire par son auteure est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4391 et la discussion par Charles Gadea à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4394

Texte intégral

1Qu’est-ce que le travail flexible ? Que deviennent les notions de carrière et de compétence dans un monde flexibilisé ? En quoi le management participatif renouvelle-t-il le rapport du travailleur et de son entreprise ? Quelle est l’expérience des employés d’un « groupement d’employeurs » (qui offre à chacun d’entre eux un contrat d’emploi unique pour une grande variation de postes) ? Toutes ces questions qui hantent la sociologie du travail contemporain, Bénédicte Zimmermann les a placées au cœur de sa recherche. Par des enquêtes empiriques approfondies menées (avec Delphine Corteel) dans des firmes françaises, elle a collecté des informations de première main, au ras du monde vécu, qui apportent des informations complexes, nuancées, parfois déroutantes, sur les aspects les plus divers de la flexibilisation post-industrielle. Sous sa plume, s’anime un monde complexe de contraintes et d’opportunités, de volontés et de résignations, d’engagements et d’égoïsmes. Et les idées reçues fondent comme neige au soleil : la flexibilité n’est pas enchantée mais pas non plus nécessairement oppressante ; elle conduit à des chemins de triomphe mais aussi à des parcours de défaite ; elle peut libérer des potentialités insoupçonnées des travailleurs tout comme elle peut les enferrer dans des états non reconnus et sous-estimés. Loin des rhétoriques opposant éloges et dénonciations, fidèle à elle-même, Bénédicte Zimmermann ne connaît qu’une sagesse : celle que donne la patiente exploration du réel par des descriptions sociologiques d’une probité sans faille.

2Mais cette fidélité au réel, digne d’un miniaturiste flamand du xve siècle, n’est que le premier intérêt de cet ouvrage. Il y en a aussi un autre qui lui donne, dans la littérature expansive et envahissante que génère la flexibilité, une place particulière. Il tient au cadre conceptuel novateur qui, au départ de la Capability Approach, s’enrichit au fil du texte. Dans ce livre, on ne reconnaîtra pas les analyses classiques du rapport salarial déduites des grandes sociologies disponibles (marxiste, régulationniste, bourdieusienne…). On ne découvrira pas non plus une ethnographie de plus, sans ossature conceptuelle, soucieuse d’observations pointillistes et dénuée de tout souci de généralisation. On ne retrouvera pas même la flexibilité interne et la flexibilité externe, celle qui est fonctionnelle et celle qui est numérique, comme dans les travaux des études de gestion ou les rapports de consultants. On trouvera plutôt un nœud entre d’une part l’approche (généralisante) par les capacités, organisée autour des notions de facteurs de conversion, de ressources et d’accomplissements (functionings), de pouvoir d’agir et de choix ; et d’autre part des méthodes singularisantes d’analyse propres à la sociologie compréhensive, articulées sur les récits de vie, l’analyse des contenus et l’analyse lexicale. Audacieux mélange : Amartya Sen, l’auteur de la Capability Approach, ne pratiquait, quant à lui, que des méthodes quantitatives à un niveau macroscopique. Bénédicte Zimmermann s’inspire de sa démarche épistémologique, mais innove méthodologiquement.

  • 1 L’idée d’appliquer la notion peircienne d’abduction à la grounded theory sociologique est due à Idd (...)

3Cette démarche est-elle fertile ? Pour en convaincre le lecteur, je voudrais relever trois thèmes sur lesquels elle permet d’incontestables avancées : la notion de carrière, le rôle central de l’entreprise et le type de démarche critique. Sur ces trois points, la démarche de Bénédicte Zimmermann a débouché sur un effort d’abduction imaginative 1 qui produit des clarifications et des catégories nouvelles, ou en tout cas des catégories profondément redéfinies.

Parcours, carrière, développement

4Un premier apport du travail de Bénédicte Zimmermann (le principal, à mes yeux) réside dans l’articulation fine de trois notions souvent confondues, le parcours, la carrière et le développement personnel.

5Le parcours est défini comme un enchaînement qui n’est pas prédéterminé (comme le serait une trajectoire balistique) d’expériences de travail générées des choix posés en incertitudes. Ces choix ne sont pas gracieux : ils sont posés face à des opportunités offertes par l’environnement, dépendent des ressources disponibles et de facteurs de conversion liés à leurs contextes. Un parcours suppose qu’un sujet passe des épreuves mais soit aussi capable de les ordonner en un récit. Celui-ci remplit une fonction épistémologique cruciale. Il est ce qui permet la prise réflexive du sujet sur des situations opaques. Mais il est aussi ce qui permet la prise cognitive par une sociologie post-wébérienne qui ne veut pas expliquer sans comprendre. Le parcours n’est pas une course de haies sans rime ni raison mais la mise en intrigue, heureuse ou malheureuse, d’un sujet en quête de sens.

  • 2 Selon le droit et selon le mérite, deux des trois formes de reconnaissance pertinentes dans la syst (...)

6La carrière, pour Bénédicte Zimmermann, est ce qui, du parcours, est validé par un tiers suite à une évaluation. Ce concept très complexe, projeté par ce livre au cœur de la nouvelle question sociale, ne doit pas être confondu avec la « carrière » d’Howard Becker ou d’Anselm Strauss. Il s’agit plutôt de la conjonction d’une mise en perspective temporelle orientée par le futur et d’une sémantique de la progression individuelle fondée sur des valeurs 2. Elle passe par des marqueurs symboliques et matériels importants pour la capacitation d’un individu puisqu’elle conditionne l’accès à des ressources matérielles (salaire direct et indirect) et au prestige dans le milieu de l’entreprise ou en dehors de lui. La carrière ainsi définie dépend de façon cruciale d’un Autrui généralisé qui peut prendre la figure de l’autorité qui valide un savoir-faire et (surtout) un savoir-être professionnels ; ou, plus diffuse, la figure de l’opinion entretenue par l’entourage, qui reconnaît, ou non, une réussite, un accomplissement, au sens quasiment moral du terme.

7Tout parcours n’est pas convertible en carrière (chapitre 5). Qu’y a-t-il, alors, en-dehors de la carrière ? L’expérience, amère, de la non-reconnaissance des parcours, qui est montrée sans fard au long du livre; mais aussi des formes alternatives de développement du travailleur. Bénédicte Zimmermann en repère quelques-unes (chapitre 9) : par exemple, le développement par polyvalence au sein de l’entreprise, non validé comme une carrière ; le développement militant, qui passe par la reconnaissance d’un tiers alternatif au patronat, le syndicat.

Le déficit de carrière

8Ces distinctions étant acquises, un des résultats empiriques les plus saillants de l’analyse de Bénédicte Zimmermann est le suivant : il est probable qu’en situation de flexibilité, c’est-à-dire de diversification des parcours, la carrière devienne une caractéristique biographique (très) rare. Par exemple, il faut sortir du groupement d’employeurs pour « faire carrière ». Dans l’entreprise Bigtrucks (dont l’exploration occupe trois chapitres), plutôt favorable aux capacités, la carrière est un bien rare qui n’est distribué que sur la base d’un mérite. On se trouve donc devant une question insistante : la raréfaction, en régime de flexibilité, des formes manifestes de reconnaissance sociale du parcours professionnel accompli.

9Ce problème ne vient pas seulement de la rareté quantitative des conversions des parcours flexibles en carrières. Les perspectives explicites du management flexible d’une part, l’herméneutique de l’expérience de travail que l’enquête met en œuvre d’autre part, témoignent d’une réorientation qualitative : l’évaluation du travail se centre sur la personne plutôt que sur les compétences stricto sensu. La notion de personne déborde dans ce cas de loin celle du travailleur. Elle fait rentrer dans le monde du travail des coordonnées bien différentes de celles qui encadrent la stricte productivité. Les évaluations de la « personne » portent sur sa civilité, sa socialité, sa disponibilité, sa créativité, sa réflexivité, etc. Pour faire carrière, il ne suffit plus de faire preuve de travail assidu selon des critères conventionnels clairs ; il faut aussi être la « bonne personne », la « personne qui convient » dont le parcours atteste la valeur. On peut s’en réjouir ; mais les « épreuves de la carrière » n’en sont que plus difficiles à franchir.

10Si le travail continue à fournir une part importante de la reconnaissance sociale, la flexibilité crée donc un trouble. Elle produit des déficits de reconnaissance importants (quantitativement et qualitativement) qui génèrent une souffrance identitaire qui double, comme un pénible ourlet symbolique, les stagnations statutaires. Cette problématique de travailleurs dotés de parcours très riches et de carrières très pauvres est loin d’être anodine : elle est insistante non seulement dans le monde de l’entreprise mais aussi dans le monde associatif. Un conflit social comme celui des intermittents du spectacle permet de donner une version politique du problème ainsi soulevé. Les parcours ne maillent plus alors que des présents éternels, dépouillés de leur référence à l’avenir. On connaissait les working poors ; on se demande si on ne voit pas émerger des workers without professional identity.

11La notion de carrière serait-elle devenue un corset trop étroit pour couvrir les besoins en reconnaissance dans une société post-industrielle ? Quelles sont alors les formes alternatives que pourraient prendre les reconnaissances par des autorités reconnues et instituées en-dehors de l’entreprise ? On pense à d’autres tentatives théoriques qui ont tourné autour du même problème. Par exemple, dans le cas de la théorie des marchés transitionnels de l’emploi (Bernard Gazier, Günter Schmid, Peter Auer), il s’agit de donner un statut explicite, négocié et validé, aux transitions entre le marché du travail et d’autres sphères d’activité comme la famille, la formation, la vie associative etc. Le rapport Supiot plaidait, de son côté, pour la reconnaissance juridique de formes non rémunérées d’activité. Il me semble que les résultats de l’enquête de Bénédicte Zimmermann accentuent cette nécessité en prenant acte des insuffisances contemporaines de l’institution de la carrière pour encadrer les parcours professionnels. Les politiques publiques devraient s’indexer sur une version beaucoup plus ouverte du développement personnel. L’auteure s’arrête à ce point où sa réflexion débouche sur une question pratique de la plus haute importance.

La question de l’entreprise

12Nous pouvons aussi prendre le problème par l’autre bout : plutôt que de nous centrer sur le travail, s’interroger sur son contexte. Un apport majeur du livre est l’importance accordée à l’entreprise. Le Grand résumé le rappelle dans cette même revue : une thèse majeure est que la flexibilité n’est pas seulement une affaire de marché du travail mais aussi d’entreprise. On doit donc se demander ce qu’on y apprend sur l’entreprise.

13Le livre montre la connexion étroite qui existe entre politique d’entreprise et développement des capacités des personnes. Répétons ici qu’il ne s’agit pas seulement de compétences, au sens strictement individualiste et utilitariste. Les entreprises constituent des potentiels incubateurs des capacités personnelles au choix libre et à l’épanouissement individuel. Dans la tradition républicaine classique, une telle capacitation n’est réservée qu’à l’école et à la participation politique. Mais Bénédicte Zimmermann renoue avec une profonde intuition socialiste : le lieu du travail, le rapport de travail et les conditions de travail constituent des facteurs déterminants du choix et de l’action libres. Et cela, elle cherche à le montrer à travers des portraits d’entreprises aussi riches et détaillés que ceux des personnes qui les peuplent.

14Des distinctions émergent de cette exploration. Il ne s’agit pas seulement de distinguer entre des entreprises capacitantes et des entreprises décapacitantes. Ce serait trop simple, même s’il est sûrement vrai que certaines entreprises décapacitent leurs travailleurs sans vergogne. Il s’agit plutôt de tenter une analytique des modalités de la capacitation : certaines entreprises préparent à la carrière en-dehors d’elles, certaines non ; certaines entreprises offrent de vraies opportunités de développement politique, d’autres non. Et surtout, cette distinction : certaines entreprises ne sont qu’habilitantes, alors que d’autres sont capacitantes. Quelle est la différence ? Là où l’entreprise habilitante

« offre des opportunités, des ressources, des espaces de possibles, sans nécessairement se soucier de leur conversion en réalisations effectives, un dispositif capacitant donne en outre aux personnes les moyens de convertir ces ressources en pouvoir d’agir. En matière de formation accessible à l’ensemble des salariés, cela signifie non seulement des opportunités de formation accessibles à l’ensemble des salariés, mais encore des possibilités de choisir, des moyens de réaliser la formation choisie et d’en tirer parti dans son parcours » (Zimmermann, 2011, p. 163).

15Le livre analyse finement deux faces de l’entreprise : d’un côté, un discours y projette des valeurs et des normes, de l’autre des infrastructures, des dispositifs multiples. Aucun automatisme, pas de nécessité implacable dans cette construction sociale de l’entreprise, bourrée de contradictions où chacun dégage, comme il le veut et le peut, l’espace des choix. L’entreprise est prise comme un tout complexe sans dominante. L’auteure a choisi de l’analyser sous un angle principal : l’entreprise comme lieu d’accomplissement personnel. Et à titre d’angle secondaire : l’entreprise comme dispositif gestionnaire. La théorie de l’entreprise qui se dégage ainsi du livre est passionnante mais elle reste, en même temps, inaboutie car elle laisse dans l’indétermination deux autres dimensions qui, si on en croit Olivier Favereau, caractérisent aussi l’entreprise : un dispositif économique de valorisation (au croisement de trois marchés : travail, finance, produit), un dispositif juridiquement réglé de pouvoir (Favereau, 2012). On devine certes la présence de ces différentes facettes dans la description de Bénédicte Zimmermann, mais on ne voit pas très bien leur incidence dans la construction des dispositifs. En quoi les dispositifs résultent-ils des pressions nées des marchés (financiers ou autres) ? Quelle est au juste l’incidence du droit externe à l’entreprise sur la construction des capacités ? Du coup, on se demande si l’analyse de Bénédicte Zimmermann n’a pas tendance à trop « endogénéiser » la capacitation au sein de l’entreprise et du coup, de négliger ses motivations externes.

16Il y a un deuxième point sur lequel on voudrait en savoir un peu plus long : la constitution politique de l’entreprise. L’auteure souligne le déplacement progressif qu’induit la flexibilisation vers une sémantique éthique de l’entreprise. Cette sémantique éthique présente deux faces : d’un côté, elle tente de problématiser le rapport de travail d’une manière qui respecte la singularité des personnes compte tenu des difficultés de mise en équivalence qu’engendre l’univers flexible ; d’un autre côté, elle se conjoint à un régime de coordination fait d’arrangements interpersonnels plutôt que de formes standardisées et conventionnelles (pages 45-49). Bénédicte Zimmermann attire l’attention sur la contradiction existant entre ce régime de l’arrangement contractuel et les dispositifs conventionnels nés de la négociation collective. Cette question est tout à fait centrale car en elle se joue, comme le note encore Bénédicte Zimmermann, le sort des répertoires classiques de la mobilisation politique des travailleurs. Les formes de gestion politique du conflit entre travail et capital sont donc en train d’évoluer. Mais cette gestion-là reste peu explorée dans le livre, au contraire de celle des managers, bien détaillée.

Une contextualisation politique

17Avec cette dernière remarque, nous nous aventurons sur le terrain politique. Registre déplacé pour un ouvrage de « pure » sociologie ? Pas le moins du monde. Dès l’ouverture du livre, Bénédicte Zimmermann laisse entrevoir cet horizon puisqu’elle se réfère négativement aux politiques de « flexécurité » qui se focalisent sur l’emploi en négligeant le travail et positivement aux rapports Boissonnat et Supiot, qui ont appelé de leurs vœux des réformes profondes du modèle de protection du travail. En élaborant un langage qui permette de répondre à la crise du « social », en pistant obstinément, dans l’opacité de l’expérience, le « pouvoir d’agir », la « prise sur les situations » et les « capacités de choisir la vie qu’on a des raisons de vouloir mener », l’auteure fait plus qu’élaborer des pistes analytiques. Elle contribue de façon importante au grand renouvellement du débat qu’appelle, désormais, ce que Bruno Trentin diagnostiquait comme la cause principale d’épuisement d’un projet social(iste) digne de ce nom : l’abandon, par les forces politiques les plus progressistes, de la lutte contre l’aliénation du travail (Trentin, 2012). Ce n’est pas la moindre ironie de ce livre : par une démarche rigoureuse et sans grand souci d’orthodoxie, Bénédicte Zimmermann redonne du crédit à cette intuition oubliée de Karl Marx : dans le travail, se joue notre liberté.

18D’inspiration marxiste (hétérodoxe), Bruno Trentin avance la thèse d’une sorte de fourvoiement historique de la gauche européenne, qui a pris, à ses yeux, deux formes croisées. Premièrement : l’adhésion progressive de la social-démocratie et du marxisme orthodoxe à une croyance centrale du capitalisme industriel : le caractère rationnel, sans alternative, du productivisme et de sa forme scientifique, le taylorisme. Ayant adhéré au fordisme, la gauche occidentale a renoncé à s’attaquer à ce qui, pourtant, a constitué le cœur de son diagnostic sur les pathologies du capitalisme : l’aliénation du travail. Les promesses d’une démocratie au sein de l’entreprise, de la liberté du travailleur, des droits à l’épanouissement personnel et de la créativité singulière, toutes ces promesses socialistes ont progressivement été reléguées au magasin des utopies inutiles. Bien connu en Belgique (pour notre déshonneur), le « planisme » d’Henri de Man fut, au tournant de la crise des années 1930, l’expression par excellence de cette concession majeure au nécessitarisme techno-scientifique à connotation autoritaire.

19Le corollaire en fut, deuxièmement, le rabattement de la pratique de la gauche, en ce compris la gauche syndicale, sur la revendication de compensations à ce renoncement. De là vient l’obsession de la gauche sociale-démocrate pour une politique de redistribution des revenus qui a, par ailleurs, alimenté le consumérisme croissant des sociétés occidentales. De là vient aussi l’abandon de luttes culturelles et sociales qui visaient à donner un sens radicalement nouveau au travail, à développer la démocratie d’entreprise, à introduire des droits culturels et des formes de vie émancipées de la nécessité économique.

20L’État providence et le système de protection sociale que nous connaissons en Europe est né de cet échange : la reconnaissance d’une nécessité de la domination technique et organisationnelle du travail contre des compensations en termes de salaire et de temps de loisirs. Depuis lors, la vie est clivée en deux parts pour nous qui, comme le disait Daniel Bell, sommes supposés travailler le jour et bambocher la nuit. Le problème est qu’aucune de ces deux parts n’incarne une figure honorable de la liberté. La crise du système tayloro-fordiste, à partir des années 1970, n’a rien arrangé. À la chaîne de montage s’est substituée la confiance dans les programme d’ordinateurs, soupire Alain Supiot dans sa préface à La Cité du travail de Bruno Trentin : du point de vue de l’épanouissement, un bien maigre progrès par rapport au travail à la chaîne.

21Face à la spécialisation flexible et à la dislocation de l’entreprise fordiste des années 1980-1990, la gauche s’est trouvée fort démunie. C’est qu’elle était dépourvue d’une culture pratique et d’une sociologie théorique du travail libre pour y objecter. Ses penseurs les plus autorisés constataient, horrifiés, l’avancée de processus qui fragmentaient le monde du travail. Mais sur quoi appuyer leur critique puisque, du travail, ils ne connaissaient plus que l’inexorable loi productiviste ? Puisque l’économie politique qu’ils connaissaient était celle du capital, celle du travail dominé et non celle du travail libre ? Puisqu’ils avaient renoncé, une fois pour toutes, à la démocratie dans la gestion de l’entreprise ? Ne fallait-il donc pas, une fois de plus, s’incliner devant la nécessité de l’organisation « scientifique » (désormais flexible) du travail ? Les observateurs les plus sensibles se dédièrent à une critique incantatoire du travail aliéné sur base de la « souffrance » des travailleurs. D’autres, plus rationnels (les mêmes, parfois), se sont attachés à rechercher les voies du plein-emploi, fût-ce dans ce monde sans cœur du techno-productivisme étroit. Enfermée dans son dogme, la gauche européenne a été incapable de dire non à la nouvelle cage de fer de la programmation du travail.

22En réalité, la difficulté tient à ce qu’on ne sait plus très bien, à gauche, ce que travailler veut dire. Le capitalisme n’a, quant à lui, jamais douté de la réponse à cette question : travailler veut dire maximiser le capital investi pour relancer l’accumulation. Mais si travailler voulait dire : libérer une personnalité ? Si travailler signifiait : participer à une œuvre de justice ? Si travailler rimait avec diversité, choix personnel, utilité sociale, créativité ? Si le travail méritait d’être revisité, non comme une fonction de production, mais comme l’expression d’une liberté ? Si le travail participait à la capacité de « choisir et mener la vie qu’on a des raisons de préférer » ? Pour donner un peu de vraisemblance à ces conditionnels, il faudrait une redescription du travail, à la fois réaliste et normative. À côté du Karl Marx réaliste et sociologue du travail réel, il faudrait peut-être revisiter le Karl Marx utopique, qui rêve de l’homme « intégral » (polyvalent ?) et qui fait du travail l’instrument d’une reconnaissance et d’une réciprocité. À ce stade d’épuisement de son projet, alors que les derniers appuis des politiques fordistes se disloquent sous l’effet de la globalisation, une pensée du travail émancipé n’est-elle pas ce qui manque, désespérément, à la gauche européenne ?

Une double critique

23Tout se passe comme si la sociologue post-wébérienne, compréhensive et ethnographe, soucieuse d’empirie, détestant les discours idéologiques, avait reçu cinq sur cinq le message du vieux chef syndical post-marxiste, communiste jamais dévoyé, militant infatigable et penseur lucide. Du livre de Bénédicte Zimmermann se dégage une définition de l’aliénation du travail en termes de privation de capacités. C’est autre chose que sa confusion avec l’exploitation. Celle-ci n’en est en fait qu’une dimension, « ressourciste » pourrait-on dire dans les termes d’Amartya Sen, de l’aliénation. C’est aussi autre chose que la lecture en termes de réification, qui néglige les prises et opportunités ouvertes par la flexibilisation. À passer à côté de l’ambivalence des processus en cours, la sociologie se condamnerait à ne pas comprendre les adhésions qu’ils suscitent – ni, d’ailleurs, la vraie nature des résistances qu’ils provoquent.

24La vertu principale du livre de Bénédicte Zimmermann pourrait bien s’avérer, finalement, critique et politique. Particulièrement élaborée, sa position critique se déploie sur un double niveau. À un premier niveau, il y a « la mise en évidence des tensions et contradictions entre les prescriptions faites aux personnes et les moyens mis à leur disposition pour y répondre ». C’est une sorte de critique immanente que revendique donc Bénédicte Zimmermann. Elle se met à l’écoute des acteurs, s’appuie sur leurs dires, analyse le monde dans leur lexique et leurs catégories, enregistre leurs désaccords avec leur propre vie et la réalité qu’elle traverse. Mais ne fait-elle vraiment que cela ? À un deuxième niveau, le langage de l’observatrice dépasse le compte-rendu des tensions internes à l’expérience des acteurs racontée par eux-mêmes. L’auteure recourt systématiquement à des concepts gorgés de philosophie politique. Anthony Giddens parlait de double herméneutique. Bénédicte Zimmermann renchérit et met en œuvre, quant à elle, une double critique. C’est sans aucun doute cette audace épistémologique qui a transformé une enquête de terrain minutieuse en boîte à idées utile non seulement à la sociologie mais aussi à une politique du travail.

Haut de page

Bibliographie

Favereau O. (2012), « Investigations et implications : synthèse des travaux », dans Roger B. (dir.), L’Entreprise, formes de la propriété et responsabilités sociales, Paris, Éditions Lethielleux.

Tavory I. & S. Timmermans (2012), « Theory Construction in Qualitative Research: From Grounded Theory to Abductive Analysis », Sociological Theory, vol. 30, n° 3, pp. 167-186.

Trentin B. (2012), La Cité du travail. Le fordisme et la gauche, trad. de Jérôme Nicolas, préface de Jacques Delors, introduction d’Alain Supiot, Paris, Éditions Fayard.

Zimmermann B. (2011), Ce que Travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Paris, Éditions Economica.

Haut de page

Notes

1 L’idée d’appliquer la notion peircienne d’abduction à la grounded theory sociologique est due à Iddo Tavory et Stefan Timmermans (2012).

2 Selon le droit et selon le mérite, deux des trois formes de reconnaissance pertinentes dans la systématique d’Axel Honneth.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean De Munck, « Ce que flexibiliser veut dire », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4393

Haut de page

Auteur

Jean De Munck

CriDIS - Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, Belgique - Jean.Demunck@uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page