Navigation – Plan du site
Premiers textes
Premiers textes

Deux préjugés au miroir. Adolescents et questions d'immigration au sein de l'espace européen

Alessandro Bergamaschi

Résumés

Cette étude illustre les réactions de deux populations d'adolescents, échantillonnés en France et en Italie, face à la montée du pluralisme culturel et religieux. En ce qui concerne le thème de l’immigration, les différences entre ces deux pays ont trait à l’inégale ancienneté du phénomène et à la conception de la diversité dans l’espace public. Les hypothèses de cette étude considèrent les dissemblances de contexte comme principales sources de variation des stéréotypes et des attitudes envers l’immigration. La prise en compte des variables contextuelles permet de comprendre pourquoi les jeunes Italiens expriment un préjugé à caractère social et économique, tandis que les jeunes Français font preuve d’un préjugé de type identitaire. En guise de conclusion, on avance l’hypothèse que les attitudes conflictuelles des adolescents envers les questions posées par l’immigration sont un reflet de la condition sociale si particulière qui marque aujourd’hui les jeunes générations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Toutes les traductions sont de l’auteur.

1L’immigration est un phénomène qui traverse profondément l’espace européen et tout particulièrement les pays ayant fait partie de l’Europe des 15 jusqu’en 2004. La diffusion massive des problématiques soulevées par la présence des populations immigrées, même dans des pays qui n’étaient pas, jusqu’à ces dernières années, concernés par l’immigration internationale, a amené à parler d’un processus de convergence des modalités de gestion du phénomène (Heckmann, 1999 ; Carrera, 2007 ; Zincone, 2007 ; Joppke, 2004 ; Koopmans et al., 2005). Christian Joppke essaie de synthétiser ces stratégies grâce à l’expression d’« intégration civique » 1 (Joppke, 2006, pp. 5-9). Ce concept prévoit que les immigrés respectent, avant tout, les valeurs européennes et maîtrisent la langue du pays d’accueil. Ensuite, afin d’alléger la dépense sociale, il est nécessaire de se doter de dispositifs permettant aux groupes minoritaires une totale inclusion économique. Pour cela, il faut promouvoir de solides actions antidiscriminatoires qui atténuent « les préjugés de la part de la société d’accueil » (Ibid., p. 9) et permettent aussi la construction de solides carrières socio-professionnelles pour cette tranche de population. Face aux difficultés vécues par l’État-nation et la constante extension géographique des trajectoires migratoires, un nouveau cadre se profile à l’horizon. L’immigration est un problème commun qui impose des exigences et des problématiques analogues aux différents pays.

2Cette vision homogénéisante semble aussi s’étendre aux perceptions que les populations nationales nourrissent à l’égard du phénomène migratoire. De nos jours, dans l’imaginaire collectif des sociétés d’accueil, l’immigré – même s’il vaudrait mieux parler de « générations issues de l’immigration » – aurait abandonné son statut d’agent économique typique des années 1960-1970 et ce au profit d’une représentation publique qui serait aujourd’hui particulièrement axée sur des questions d’ordre culturel et identitaire. Marco Martinello propose une synthèse claire des effets sur l’opinion publique de ce changement de perspective : « selon les interprétations, [l’immigré, nda] enrichit "notre" culture ou la met en péril » (Martinello, 2000, p. 43).

3Les tentatives de réduire à un cadre homogène les problématiques, les craintes et les réponses publiques que le phénomène migratoire suscite au niveau européen doivent cependant s’ajouter à la persistance des différences significatives internes à chaque État (Bertossi & Duyvendak, 2009 ; Goodman, 2010). En effet, plusieurs auteurs soulignent que la façon de gérer les problématiques liées à l’immigration continuerait à subir l’influence des principes socio-politiques de chaque pays (Castles, 1995 ; Castles et al., 2002). Selon Ruud Koompans, la source principale des politiques d’insertion des populations immigrées continue à demeurer dans l’action de chaque État-nation, à savoir « sa souveraineté dans le contrôle des frontières, ses manières d’octroyer la citoyenneté, de définir son identité et l’appartenance à la communauté nationale » (Koompans, 2005, p. 233). Dans le cadre de ces spécificités, l’historicité du phénomène joue un rôle non négligeable. Il est en effet commun de distinguer les pays d’ancienne immigration – Belgique, France, Allemagne, Pays-Bas, Angleterre – et les pays où ce phénomène est plus récent – Grèce, Italie, Portugal, Espagne (Koopmans 2010). Les pays du premier groupe sont des importantes destinations d’immigration depuis au moins les années 1950. Au long des années, la manière de gouverner le phénomène a promu un discours sur les politiques d’intégration visant à les insérer dans une rhétorique mettant en exergue les principes constitutifs de la « singularité nationale » (Bertossi & Duyvendak, 2009, p. 30). Quant aux pays du deuxième groupe, ils ont commencé à devenir des destinations pour les migrations internationales plus tardivement, le phénomène s’imposant sur la scène publique à cheval sur les années 1980/1990. Leur manière de gérer l’insertion des populations immigrées se distingue par un discours où l’idée qu’il existe un socle de principes constitutifs de l’histoire et de l’identité nationale, à partir duquel toute politique d’insertion devrait se conformer, trouve bien moins d’écho que dans les pays dits d’ancienne immigration (Pastore, 2006).

4L’immigration en Europe continuerait donc à représenter une question hétérogène et diversifiée. Dans un tel contexte, parmi les problèmes que ces pays doivent affronter – que l’on parle des flux actuels ou des populations désormais stables et naturalisées mais d’origine étrangère – les réactions des sociétés d’accueil face à la différence culturelle et religieuse sont fondamentales. Ce dernier point est en relation avec la contribution présentée dans ce texte, c’est-à-dire la variabilité des stéréotypes et des préjugés envers l’immigration. À cet effet, une enquête comparative a été menée en France et en Italie sur la base de deux échantillons de lycéens, invités à exprimer leurs points de vue à l’égard des immigrés et des problèmes posés par l’immigration. L’objectif de l’étude est d’illustrer comment la manière de percevoir et d’évaluer ce phénomène s’insère dans de plus vastes dynamiques qui, dans un pays donné, contribuent à orienter voire à définir le débat public sur ce thème. La première partie définit les références théoriques et les hypothèses qui étayent l’étude, ainsi que les raisons de se concentrer sur une population adolescente. Ensuite, s’agissant d’une comparaison entre deux contextes profondément différents du point de vue de l’immigration (Italie et France), il est question d’argumenter le choix de focaliser la recherche sur ces deux pays. La troisième partie s’arrête sur les choix méthodologiques de l’enquête, tels que la construction des échantillons et la sélection des indicateurs pour le recueil des données. La quatrième présente les résultats. La discussion, quant à elle, s’orientera principalement sur la typologie des préjugés qui émerge de l’analyse des données, soulignant que le pays de résidence des jeunes discrimine fortement les attitudes envers l’immigration. Enfin, dans les conclusions nous essaierons de mettre en relief la plasticité des représentations et des préjugés ainsi que la capacité des dynamiques de contexte à les modeler. Les « prises de position » (Montmollin, 2003, p. 90) des adolescents étudiés semblent encore sensiblement dépendantes des questions que le phénomène soulève dans leurs pays. La solidité des influences contextuelles semble prouvée par le type de population étudiée. Malgré le jeune âge des interviewés, ils réagissent aux problèmes posés par l’immigration d’une manière « cohérente » avec les discours dominants sur ce thème. En guise de conclusion, on avancera l’hypothèse que ce phénomène est lu à travers le prisme des difficultés qui caractérisent la condition sociale des jeunes de nos jours.

La construction sociale des questions sur l’immigration et la jeunesse en tant que témoin privilégié pour son étude

5Lorsqu’on veut vérifier la capacité des caractéristiques d’un contexte à influencer les représentations et les attitudes envers un phénomène donné, il est opportun de se concentrer sur la posture des acteurs qui, d’une manière directe ou indirecte, alimentent le débat public à son égard. En effet, la diffusion de la xénophobie nécessite l’existence de conditions permettant son enracinement dans le discours public. Comme Christian Koopmans et ses collaborateurs le montrent, l’intolérance envers les groupes minoritaires se développe lorsque l’arène des partis politiques permet la circulation de stéréotypes négatifs à leur égard, qui sont ensuite repris et amplifiés par l’action des médias (Koopmans, 1996 et Koopmans et al., 1999b, 2004). On considère que les préjugés envers l’immigration se répandent lorsqu’il existe une « structure d’opportunité discursive » (Koopmans & Olzak, 2004, p. 201), ce qui les rend facilement maniables par l’opinion publique. Les thèmes concernant le rôle de l’immigration dans le marché du travail, dans la criminalité, dans les questions identitaires ainsi que sur l’octroi de la citoyenneté représentent les sujets principaux autour desquels le débat sur la présence des groupes minoritaires prend forme. C’est à partir de ces thèmes que l’ensemble des arguments politiques se définit, permettant aux partis de prendre position et d’être visibles grâce à l’action du système médiatique. Cet enchevêtrement entre, d’un côté, l’agencement des acteurs politiques et, de l’autre, le monde des médias, constitue la toile de fond nécessaire pour la diffusion de stéréotypes et de préjugés à l’égard des groupes minoritaires.

6Dans le cadre de cette étude on vise donc à tisser un lien entre ce qui a été qualifié d’« opportunité discursive » pour la diffusion de la xénophobie et deux variables de niveau contextuel. On peut supposer que les réactions des populations locales envers l’immigration subissent l’influence : a) d’une familiarité majeure ou mineure, d’un point de vue historique, qu’un contexte entretient avec ce phénomène ; b) des relations qui subsistent entre la culture politique d’un pays et la diversité, c’est-à-dire le niveau d’acceptation de cette dernière dans l’espace public. L’hypothèse avancée prévoit que ceux deux variables se placent en tant que sources de variations principales des représentations de l’immigré et des attitudes envers l’immigration.

  • 2 Expression empruntée à Dominique Schnapper (1998).

7Le questionnement proposé a été opérationnalisé par des modèles analytiques tels que la théorie des conflits réels et la théorie de l’identité sociale. L’avantage d’avoir recours à ces modèles théoriques, nés au sein de la psychologie sociale et ensuite empruntés par les sciences sociales au sens large, réside dans leur vocation à faire ressortir les tensions précises qui affectent la « relation à l’Autre » 2. Le but est d’aller au cœur des arguments qui animent le débat politique sur l’immigration – qui de nos jours caractérise les réalités française et italienne – et qui se greffent sur les représentations et les attitudes à l’égard de ce phénomène.

8Les réactions envers l’immigration dont nous nous occupons sont celles exprimées par un groupe d’adolescents français et un groupe d’adolescents italiens. La décision de se focaliser sur une population jeune, encore loin des « rôles adultes », est motivée par le fait que l’adolescence représente un moment crucial pour l’étude des attitudes inter-groupes. En effet, c’est pendant l’adolescence que les évaluations, singulièrement à l’égard des questions sociales et politiques, se consolident (Altmeyer, 1998 ; Reinders, 2003 ; Hooghe & Wilkenfeld, 2008 ; Duriez & Soenens, 2009) car l’individu commence à réfléchir à son futur et à former ses attentes de statut (Galland, 2007). Durant ces années, le monde extérieur acquiert progressivement pour lui une signification et il commence à évaluer la relation « Nous-Eux » sous le prisme de sa position sociale et de ses représentations de la réalité. Outre les arguments inhérents au développement cognitif, le choix d’étudier des adolescents relève aussi de motifs d’ordre purement sociologique. À ce titre, en Europe les adolescents incarnent aujourd’hui la population la plus impliquée, en termes d’interaction quotidienne, par la diversité culturelle et religieuse (Hooghe, Trappers & Meuleman, 2008 ; Ford, 2008). Ensuite, des travaux menés récemment ont relevé l’épaisseur de ce qu’on pourrait appeler la « culture adolescente », grâce à des jeunes qui disposent d’une autonomie de plus en plus développée par rapport aux générations précédentes (Singly, 2006 ; Galland, 2010). L’essor de cette « culture adolescente » ne fait pas l’objet d’une revendication en termes conflictuels comme lors des années 1970, se distinguant plutôt par une quête de reconnaissance. S’agissant de jeunes qui revendiquent le droit d’être écoutés, notre questionnement vise à faire ressortir leur point de vue sur l’une des questions les plus marquantes de nos jours – la montée du multiculturalisme et de la multiethnicité – question qui bientôt les impliquera en tant qu’adultes.

Deux contextes d’immigration différents

  • 3 On peut mentionner ici des organismes tels que le Haut Conseil à l’intégration (HCI), l’Agence nati (...)

9L’Italie et la France sont deux contextes où la présence immigrée joue un rôle important, soit pour l’activité du gouvernement soit au niveau des débats publics. Cependant, les caractéristiques que ce phénomène revêt dans ces pays diffèrent considérablement, au moins sur la base de deux caractéristiques principales. Tout d’abord en ce qui concerne la disparité de l’expérience historique avec l’immigration internationale : phénomène récent en Italie qui s’est imposé soudainement aux yeux de l’opinion publique à la fin des années 1980, après un long passé d’émigration (Marletti, 1992 ; Bolaffi, 2001; Pastore, 2006), réalité fortement enracinée en France où l’immigration est un phénomène important de son histoire contemporaine (Noiriel, 1988; Schor, 1996). Ensuite, la façon de concevoir la diversité culturelle et religieuse à l’intérieur de l’espace public diffère sensiblement. Les principes constitutifs de l’histoire nationale imprègnent profondément la gestion française de l’immigration, au point que celle-ci est définie comme « assimilatrice » et nivelant les différences (Schnapper, 1998, 2008). L’engagement des institutions publiques dans ce domaine est important 3, « grâce à une expérience constituée au cours de longues années, pendant lesquelles ces institutions ont eu la possibilité de réfléchir et d’intervenir dans le cadre des politiques menées selon les époques » (Bergamaschi, 2010, p. 51).

10Quant aux politiques italiennes, elles ne sont que pour une part minime le résultat d’un discours axé sur une philosophie renvoyant à l’idée de communauté nationale (Caponio, 2006). En Italie, contrairement à la réalité française, l’État ne possède pas de réseau d’institutions agissant en son nom par capillarité, par conséquent son poids en matière d’immigration est considérablement réduit. Comme il a été dit plus haut, il y a 30 ans encore l’Italie était un pays d’émigration, avec un peu moins de 30 millions d’expatriés entre l’Unification (1861) et les années 1970 (Fondazione Migrantes, 2006, p. 16). À présent, devenu un pays d’immigration, la Péninsule se caractérise au contraire par le rôle important que joue la société civile dans la gestion de l’immigration. Bien que, comme le souligne Maurizio Ambrosini, la question n’ait pas fait l’objet d’études spécifiques, nombreux sont les auteurs qui le constatent (Ambrosini, 2002, 2003 ; Zincone, 2006).

11Il s’agit de deux pays qui, au regard de leurs caractéristiques respectives au sujet de la question migratoire, constituent un cas comparatif intéressant pour les objectifs préfixés par cette étude. France et Italie résument de façon exemplaire les deux variables indépendantes, ici sources des variations principales pour l’interprétation des réactions à l’égard de l’immigration telles que : l’enracinement historique du phénomène et la conception de la diversité dans l’espace public. Il n’est alors pas sans intérêt de connaître et de comparer ce que les jeunes générations pensent d’une des questions les plus retentissantes dans leurs sociétés. On peut particulièrement se demander dans quelle mesure de telles différences contextuelles se reflètent dans les perceptions et les évaluations que les adolescents expriment à l’égard de ce phénomène.

La recherche : aspects de méthode

La stratégie d’échantillonnage

  • 4 Le recueil des données a eu lieu aux mois de janvier et février 2010.

12L’étude s’appuie sur un échantillon de 1.198 lycéens répartis entre Français (49,1%) et Italiens (50,9%). L’âge moyen est égal à 17,2 ans. Les effectifs ont été sélectionnés dans les lycées des villes de Nice et de Marseille, pour la France et de Turin et Gênes, pour l’Italie 4. Le but étant de disposer d’une population la plus hétérogène possible, la répartition des effectifs dans les trois filières lycéennes classiques nous a semblé être le moyen le plus pertinent pour répondre à cette exigence. Deux variables principales ont donc servi à orienter un échantillonnage par choix raisonné : a) un statut socio-économique hétérogène, exprimé par la profession des parents, b) une plus ou moins grande densité d’élèves membres de groupes minoritaires inscrits dans les établissements, exprimée par le pourcentage d’élèves étrangers ou nés à l’étranger, puis naturalisés. Dans les quatre villes ont été sélectionnés au hasard un lycée général, un lycée technologique et un lycée professionnel, avec un pourcentage d’élèves étrangers supérieur à la valeur moyenne que chacune de ces filières enregistre au niveau de l’Académie, ainsi qu’un lycée général, un lycée technologique et un lycée professionnel avec un pourcentage inférieur. Ensuite, avec l’accord des directions des lycées sélectionnés, une classe de seconde et une classe de terminale ont été tirées au sort. Il est à souligner que cette étude n’a pas l’ambition d’une représentativité statistique, les résultats ne pouvant pas être généralisés à la globalité de la jeunesse française et italienne. La portée de l’analyse menée a donc une validité située et limitée à deux groupes d’adolescents évoluant dans des contextes d’immigration différents.

  • 5 Le codage de la variable de classe a suivi les recommandations indiquées dans la Classification Int (...)
  • 6 La corrélation entre les trois niveaux scolaires et la classe sociale d’appartenance, donnée par la (...)
  • 7 Les différences entre les pourcentages sur les élèves étrangers entre les deux échantillons sont di (...)

13La population des deux échantillons est divisée selon le type d’école fréquentée : lycées professionnels (It 37,1% - Fr 39,2%), lycées technologiques (It 29,2% - Fr 28,8), lycées généraux (It 33,3% - Fr 32,0%). Quant au statut socio-économique, ses caractéristiques sont les suivantes 5 : statut bas (It 42,2% - 37,1% Fr), moyen (It 37,8% - Fr 40,3%), élevé (It 20,0% - Fr 21,6%) 6. Le pourcentage d’étudiants immigrés ou issus de l’immigration oscille entre 2,1% et 25,2% du total des inscrits pour les établissements sélectionnés en Italie et entre 1,4% et 12,3% des inscrits pour l’échantillon français 7.

Une étude focalisée sur le groupe majoritaire

  • 8 L’échantillon non épuré des cas avec origines étrangères compte en fait un nombre supérieur de cas, (...)

14L’analyse des données se concentre sur la population nationale, ou majoritaire, en l’occurrence une population composée d’adolescents sans expérience d’immigration et dont la famille est française depuis au moins deux générations. Dans le sillage d’un certain nombre de recherches, qui depuis quelques années sont en train d’étudier les préjugés à base ethnique entre adolescents et les mises à l’écart qui en découlent, on a exclu de l’analyse des données les cas nés à l’étranger ou dont au moins un parent ou un grand-parent est né à l’étranger 8 (Baerveld et al., 2004 ; Vermeij et al., 2009). La démarche adoptée dans cette enquête privilégie donc les évaluations sur les problèmes liés à l’immigration de la part d’une population jeune dont les origines sont exclusivement italiennes ou françaises pour les deux générations précédentes. La notion de population nationale étant au cœur d’un débat actuel méthodologique et épistémologique dont l’issue est incertaine, il convient de préciser que cette recherche ne vise nullement à apporter une contribution d’ordre épistémologique à la question « que signifie être national ? » (Tribalat, 1995 ; Blum, 1997, Le Bras, 1998). Nous avons au contraire pris le parti pragmatique de nous concentrer sur une population dont la mémoire familiale récente n’est pas marquée par des expériences d’immigration. Il est en effet assez contestable de soutenir que les souvenirs et la mémoire familiale d’un adolescent puissent remonter au-delà de la biographie des grands-parents (Dolto, 1989 ; Ancelin-Schutzenberger, 1997).

Les variables

  • 9 Source ESS 2002 round 1.
  • 10 Source ISSP 2003.

15La technique de collecte des données se base sur un questionnaire semi-structuré. Une partie des items a été empruntée à d’autres enquêtes menées au niveau européen sur ce thème, notamment l’European Social Survey 2002 round 1 et l’International Social Survey Programme 2003, tandis que l’autre partie a été spécialement conçue pour ce travail. L’étude veut d’abord relever les aspects perceptifs, comme la représentation sociale de l’immigré au moyen d’une question ouverte. (Q : « Peux-tu me dire ce qui te vient immédiatement à l’esprit lorsque tu entends le mot "immigré" ? »). Ensuite, l’attention s’est orientée sur certains stéréotypes relatifs à la question épineuse « immigration-criminalité », celle-ci relevée au moyen de deux variables likert (Q : « Selon toi, combien y a-t-il d’immigrés en [France/Italie] ? 9. Les immigrés font augmenter le taux de criminalité » 10).

16L’analyse des attitudes proprement dites s’articule au contraire sur trois dimensions spécifiques, d’ordre socio-économique et culturel, typiquement utilisées par les études sur les attitudes inter-groupes (Scheepers et al., 2002 ; Gijsberts et al., 2004). La première dimension se rapporte à la théorie des conflits réels et explore la relation entre le phénomène migratoire et les prérogatives économiques que le groupe majoritaire se représente en termes exclusifs, notamment l’insertion sur le marché du travail (Sherif & Sherif, 1969, 1979 ; Smith, 1981 ; Bobo 1983, 1993).

  • 11 Source EVS 2008.

17Dimension socio-économique : « Les immigrés prennent le travail des gens qui sont nés en [France/Italie] - Les immigrés ne prennent pas le travail des gens qui sont nés en [France/Italie] » ; variable numérique 1 – 10 (M 4,98 – SD 2,81) 11.

18La seconde et la troisième dimension s’inspirent des principes de la théorie de l’identité sociale, un paradigme pour l’étude des relations inter-groupes focalisé sur les questions d’ordre symbolique et identitaire (Tajfel, 1981; Tajfel & Turner, 1986). Au vu du haut degré de complexité qui caractérise les débats sur les impacts identitaires de l’immigration, on a préféré utiliser plusieurs indicateurs, essayant de capturer la plus grande part de cette multidimensionnalité (Wieviorka, 2005). Les items utilisés examinent à la fois les réactions à l’augmentation du pluralisme culturel et religieux (côté socio-culturel) et la disponibilité à octroyer la nationalité aux étrangers (côté naturalisation) (Scheepers et al., 2002).

  • 12 Les variables a. et b. ont été empruntées à l’enquête ISSP 2003.

19Dimension identitaire (côté socio-culturel) : a. « Les immigrés améliorent la société [française/italienne] en y introduisant de nouvelles idées et de nouvelles cultures » ; b. « Les minorités ethniques devraient bénéficier de l’aide du gouvernement pour préserver leurs coutumes et leurs traditions » ; c. « Dans les mosquées, il y a trop souvent un endoctrinement politique » ; d. « Les femmes musulmanes devraient être autorisées à porter le foulard au travail et à l'école ». Il s’agit de variables likert qui ont fait l’objet d’un codage en un indice cumulatif (alpha de Cronbach 0,77 – M 8,22 - SD 3,28) 12.

  • 13 Source: ESS 2002 round 1.

20Dimension identitaire (côté naturalisation) : « À ton avis, est-il juste qu’un étranger qui vit en [France/Italie] puisse devenir [français/italien] ? »13. Variable dichotomique : 0 non – 1 oui.

21Les deux premières dimensions, s’agissant de variables métriques, ont été analysées au moyen de deux modèles de régression linéaire, alors que la troisième dimension, vu sa forme dichotomique, a été analysée au moyen d’un modèle de régression logistique (Demaris, 1992). Il est à souligner que la force de la corrélation statistique entre ces trois indicateurs de préjugé est modeste, atteignant le score le plus élevé (r. 0.38) entre la dimension socio-économique et la dimension identitaire (côté socio-culturel). Cette information est utile pour les deux raisons suivantes. D’abord, nos variables dépendantes, bien que dotées d’une certaine affinité, ne sont pas marquées par des problèmes de colinéarité statistique, chacune renvoyant à une dimension du débat sur l’immigration qui paraît dotée d’un bon degré d’autonomie sémantique. Ensuite, le fait de disposer de plusieurs dimensions de préjugé permettra de faire ressortir des différences entre les deux échantillons, alors qu’une seule mesure aurait empêché à la comparaison de prendre véritablement forme.

22Ces dimensions d’attitudes doivent être lues comme des indicateurs du niveau de « menace » – de caractère économique, social et culturel – perçu par le groupe majoritaire à l’égard du phénomène de l’immigration (Blumer, 1958 ; Stephan & Stephan, 1996). L’intérêt de l’étude réside dans la mise en relation des représentations, des perceptions et des évaluations que les deux groupes d’adolescents expriment à propos de ce phénomène quand il est associé à de telles thématiques, compte tenu des caractéristiques qu’il revêt dans les pays respectifs (Rodriguez et al., 2009).

Les résultats

Deux images différentes de l’immigré

  • 14 Q. : « Peux-tu me dire ce qui te vient immédiatement à l’esprit lorsque tu entends le mot "immigré" (...)

23Les adolescents ont d’abord été interviewés sur le principal acteur de l’immigration : l’« immigré ». On a suivi l’enseignement d’Abdelmalek Sayad, selon lequel de « nombreuses représentations collectives » pèsent sur l’immigré qui se trouve au centre du débat sur l’immigration (Sayad, 2006, p. 63). Pour éviter de le présenter sous un aspect problématique qui aurait pu, dès le début, conditionner la spontanéité des réponses, on a préféré recourir à une technique qualitative et exploratrice. Grâce à un test d’association verbale, les adolescents italiens et français ont associé au terme « immigré » les premiers mots qui leur venaient à l’esprit 14. Les expressions citées, jusqu’à un maximum de six, ont été analysées au moyen de deux variables principales. La fréquence est donnée par l’importance que chaque catégorie revêt sur le total et est exprimée en pourcentage. Le rang moyen s’exprime en valeurs absolues et a été calculé à travers l’analyse de la variance (anova). Le rang est l’ordre d’apparition des mots, termes ou attributs sur le jeu des associations. Un rang faible signifie que l’énoncé figure sur les premières lignes du test et il fait donc partie du noyau de la représentation (Abric, 1994, 2003).

24Les représentations de l’immigré formulées par les deux groupes se placent sur des registres différents. Pour les adolescents italiens, l’image de l’immigré est focalisée sur l’idée de « menace sécuritaire » (19,2% - moyenne 2,36). Cette idée perd son importance pour les adolescents français et c’est surtout celle de « non-intégration » qui s’impose comme pilier de leur représentation (28,2 % – moyenne 2,15).

25On remarque avec intérêt que les deux représentations qui émergent sont insensibles à l’influence d’autres variables sociologiques classiques, comme le statut socio-économique familial ou le capital éducatif des parents. On ne trouve pas non plus de dissemblances pour les sous-échantillons relatifs aux quatre villes sièges de l’enquête. Cette preuve indique qu’on se trouve devant des systèmes cognitifs placés à un haut niveau d’abstraction, aspect qui confirme le caractère fondamental des représentations sociales (Seca, 2005).

26Lorsqu’on utilise des items plus structurés, le cadre suivant se profile. À la demande d’estimer le nombre d’étrangers présents dans leur pays, les adolescents italiens ont largement surestimé la dimension du phénomène et les écarts avec le groupe français sont nets.

Q. : « Selon toi, combien y a-t-il d’immigrés en France/Italie ? » (dichotomique)

p ≤ .001***, p ≤ .010**, p ≤ .050*

Sous-estime / Estimation correcte

Surestimation

Total

Italie

valeurs absolues

155

395

550

%

28,2%

71,8%

100,0%

France

valeurs absolues

433

195

628

%

68,9%

31,1%

100,0%

Total

valeurs absolues

588

590

1178

%

49,9%

50,1%

100,0%

p*** - phi 0,41.

27Quand on demande directement si l’immigration a augmenté la délinquance dans le pays, les résultats du groupe italien ne changent pas par rapport à ceux issus précédemment pour la représentation de l’immigré : presque la moitié de l’échantillon accuse l’immigration d’avoir significativement augmenté la délinquance en Italie. En cohérence avec cette vision, il faut noter que si le quota de ceux qui « disculpent » l’immigration de cette responsabilité concerne un groupe très restreint d’adolescents italiens (1,5% du total), le groupe homologue de l’échantillon français implique au contraire un dixième des répondants.

Q. : « Les immigrés font augmenter le taux de criminalité »

p ≤ .001***, p ≤ .010**, p ≤ .050*

oui beaucoup

oui assez

un peu

non pas du tout

Total

Italie

valeurs absolues

255

148

114

8

525

%

48,6%

28,2%

21,7%

1,5%

100,0%

France

valeurs absolues

206

189

174

62

631

%

32,6%

30,0%

27,6%

9,8%

100,0%

Total

valeurs absolues

461

356

288

51

1156

%

39,9%

30,8%

24,9%

4,4%

100,0%

p*** - V di Cramer 0.19

28Ces premiers résultats contribuent à tracer deux tableaux spécifiques. D’un côté, celui des adolescents italiens (contexte de récente immigration) où l’immigré et l’immigration sont étroitement associés à l’idée de déstabilisation de l’ordre social. À ce sujet on peut avancer l’hypothèse que la tendance à surestimer les dimensions du phénomène s’insère dans une « peur d’invasion » implicite. Cette réaction pourrait être suscitée par les débarquements fréquents de réfugiés sur les côtes de la Péninsule qui font l’objet d’un vaste relai médiatique (Morcellini, 2009, p. 27). D’un autre côté, pour le groupe français (contexte d’ancienne immigration), cette vision alarmiste laisse la place à des perceptions plus pacifiques, même si l’immigré évoque d’abord l’idée de « non intégration ». Selon les dernières informations fournies par l’Institut national de la statistique et des études économiques, il semblerait que ces adolescents sont bien conscients du fait que le « taux de chômage des immigrés est le double par rapport à celui des non-immigrés » (INSEE, 2008).

Les dimensions du préjugé: modèles nationaux et facteurs socio-culturels

29D’importantes différences caractérisent la façon d’évaluer le phénomène de l’immigration quand il est présenté en relation avec les questions économiques et culturelles.

  • 15 La variance expliquée par le modèle de régression est égale à : R2 0,323.

30Lorsque les jeunes ont dû réfléchir aux relations entre le phénomène et le marché du travail (dimension socio-économique), c’est le groupe italien qui a exprimé l’attitude hostile la plus marquée (p ≤ .000) 15. Cette évaluation semble suggérer la volonté de dresser des barrières socio-économiques nettes, pour préserver les carrières et les statuts les plus qualificatifs, auxquels « Moi, j’ai droit parce qu’ils Nous appartiennent ». Pour les jeunes Français, la perception de cette compétition semble être plus éloignée et l’idée de menace socio-économique est reléguée au second plan.

  • 16 La variance expliquée par le modèle de régression linéaire est égale à : R2 0.377.

31La situation s’inverse si on passe aux effets du pluralisme culturel et religieux dans la société d’accueil. Dans ce cas ce sont les adolescents français qui accusent les groupes non-nationaux de « polluer » l’identité française avec leurs traditions et leurs différences culturelles (p ≤ .000) 16. Il est possible que cette réaction de caractère identitaire soit dictée par deux items particuliers des quatre pris en compte dans l’indice cumulatif qui constitue cette dimension. Si on décortique l’indice sur un plan bivarié, les items où le groupe français se démarque par les attitudes les plus hostiles concernent les deux questions sur l’Islam ; le tableau suivant présente les fréquences des deux items.

Q. : « Dans les mosquées il y a trop souvent un endoctrinement politique »

p ≤ .001***, p ≤ .010**, p ≤ .050*

très + plutôt d'accord

plutôt pas + pas d'accord du tout

Total

Italie

valeurs absolues

228

302

530

%

43,0%

57,0%

100,0%

France

valeurs absolues

309

287

596

%

61,8%

38,2%

100,0%

Total

valeurs absolues

537

589

1126

%

47,7%

52,3%

100,0%

p** - phi 0.16

Q. : « Les femmes musulmanes devraient être autorisées à porter le foulard au travail et à l'école »

p ≤ .001***, p ≤ .010**, p ≤ .050*

très + plutôt d'accord

plutôt pas + pas d'accord du tout

Total

Italie

valeurs absolues

224

326

550

%

40,7%

59,3%

100,0%

France

valeurs absolues

105

527

632

%

16,6%

83,4%

100,0%

Total

valeurs absolues

329

853

1182

%

27,8%

72,2%

100,0%

p*** - phi 0.31

  • 17 La variance expliquée par le modèle de régression logistique est égale à : R2 Nagelkerke 0.344.

32Qu’il s’agisse de la question des mosquées ou du droit de porter le foulard dans les espaces publics, c’est l’échantillon français qui exprime les attitudes les plus orientées vers la fermeture. Enfin, le deuxième aspect de la dimension identitaire (côté naturalisation) examiné concerne la disponibilité à octroyer la naturalisation. Même dans ce cas ce sont les étudiants français qui se déclarent les moins enclins à octroyer la nationalité aux étrangers (p ≤ .000) 17. Cette réticence s’insère, probablement, dans le sillon des premiers résultats sur la dimension identitaire (côté socio-culturel). L’octroi de la naturalisation est soumis à des évaluations attentives par crainte que les us et coutumes des groupes minoritaires puissent troubler la « pureté » de la culture nationale. Ce résultat semble être en conflit avec la législation française en matière de naturalisation, définie encore aujourd’hui comme l’une des plus inclusives d’Europe (Ersanilli & Koopmans, 2010).

33Du point de vue de l’analyse des données, on note avec intérêt la solidité des questions socio-économiques pour le groupe italien et des questions identitaires pour le groupe français. On pourrait justement supposer que le tableau se modifie en insérant dans les modèles des variables de contrôle comme le statut économico-culturel de la famille, la quantité d’amis membres de groupes minoritaires ou encore les perceptions de la situation économique de nos jours. Si on procède à ces contrôles, les résultats obtenus corroborent les attentes. D’abord, une plus forte « similarité sociale » (Braun & Koopmans, 2010) entre les adolescents interrogés et le phénomène de l’immigration s’accompagne par l’expression d’attitudes plus fermées : les attitudes conflictuelles s’intensifient lorsque le statut socio-économique de la famille et le capital scolaire des parents baissent (p ≤ .010). En ce qui concerne le degré d’interaction entre majoritaires et minoritaires : moins le réseau amical compte des amis d’origine immigrée et plus les préjugés se renforcent (p ≤ .000). De même, le niveau de préjugé augmente lorsqu’on pense que la conjoncture économique actuelle aura des effets conséquents tant sur l’économie nationale (p ≤ .010) que sur son propre avenir professionnel (p ≤ .000). Cette dernière est une information importante si on considère que la population étudiée se trouve dans un moment de la vie marqué par un questionnement incontournable, celui-ci pouvant être résumé par l’interrogation « que dois-je faire maintenant, continuer à étudier ou bien commencer à travailler » ? Toutefois l’analyse multivariée confirme la typologie de préjugé que l’on vient de présenter, abstraction faite des effets des variables de contrôle : quelles que soient les ressources familiales, la densité des contacts amicaux avec les groupes minoritaires et les perceptions sur la situation économique, les attitudes de fermeture des jeunes italiens sont toujours polarisées sur la crainte que l’immigration puisse entraver leur insertion dans le marché du travail, tandis que les questions identitaires restent l’objet du litige privilégié pour les adolescents français. Ce résultat est important. Malgré les effets de la stratification sociale, des caractéristiques de l’interaction quotidienne ainsi que de la perception du paysage économique et social – effets conformes à l’essentiel de la littérature sur le préjugé depuis les travaux de Theodor W. Adorno et Gordon Allport – les attitudes inter-groupes des deux échantillons s’enracinent et prennent forme à l’intérieur de discours plus vastes sur l’immigration actuellement diffus en France et en Italie.

Les deux facettes d’un (jeune) préjugé

34Les résultats de cette étude montrent le lien étroit entre les représentations et les préjugés à l’égard de l’immigration et les caractéristiques que ce phénomène revêt en tant que question publique. La perspective d’analyse ici employée, privilégiant le pays de résidence comme principale variable indépendante, a permis que se dessine une typologie de préjugés. Les adolescents italiens se caractérisent par une menace de caractère socio-économique, où l’immigration fait avant tout peur pour les problèmes d’ordre public et les effets qu’elle peut avoir sur la réalisation des carrières personnelles. Le groupe français se distingue au contraire par un préjugé identitaire, où les groupes minoritaires sont, avant tout, accusés d’affaiblir la solidité de la culture nationale avec la diversité de leurs us et coutumes ; un préjugé orienté en particulier vers les groupes de religion musulmane. En outre, ayant peur de ce qui, à leurs yeux, est perçu comme une source possible de « menace culturelle », il n’est pas surprenant que les adolescents expriment aussi une plus grande réticence pour l’octroi de la nationalité aux étrangers – acte grâce auquel les particularismes culturels sont élevés au même statut que la population nationale. L’inégale ancienneté de l’immigration internationale et les différences de conception du statut de la diversité au niveau public sont les deux variables qui ont probablement contribué au dessin de ce type de préjugés.

Le cas italien et le préjugé envers un phénomène peu connu

35L’Italie est un pays avec une histoire nationale jeune (Rusconi, 1997 ; Segatti, 1999). Son immigration internationale est un phénomène récent qui s’est manifesté aux yeux de l’opinion publique en concomitance avec la crise de l’Albanie et donc avec l’exode de réfugiés sur les côtes de la Péninsule. Toutefois, vingt ans plus tard, à la fin de 2009, la population étrangère résidente frise les cinq millions de présences (Caritas/Migrantes, 2010, p. 107). Il s’agit d’un changement soudain de statut, difficile à assimiler pour une population qui a été, pendant longtemps, habituée à se considérer comme un pays d’émigration (Bolaffi, 2001).

  • 18 Une disposition du texte semble particulièrement symptomatique du climat qui flotte sur la Péninsul (...)
  • 19 Accords qui ont été signés en 2010.

36Depuis la fin des années 1990, la Péninsule semble vivre une période d’« urgence ». L’image de l’immigré commence à se mêler avec celle de l’envahisseur et ce dernier devient la « métaphore sociale de la déviance » (Dal Lago, 1999, pp. 30-31). Même des observateurs externes comme Kitty Calavita n’hésitent pas à affirmer qu’en Italie l’immigration est considérée comme un des principaux « maux sociaux » qui affligent le pays (Calavita, 2005, chap 3). Avec la loi n° 94 du 15 juillet 2009, le gouvernement fonde complètement la gestion de l’immigration sur les principes du contrôle et de l’ordre public 18. Il s’agit d’une représentation dominante qui enferme le phénomène en termes d’ordre et de sécurité publique uniquement et qui, malgré certaines nuances, caractérise tant le discours des partis de centre-droit que des partis de centre-gauche (Manconi & Resta, 2009). Une représentation axée donc sur le « registre rhétorique de l’invasion » (Colombo, 2008, p. 37), qui n’échappe pas à la tendance de certains acteurs politiques à « gonfler » excessivement les chiffres du phénomène pour exacerber davantage les conflits déjà existants, comme le montre Maurizio Ambrosini à propos des tensions autour des camps Rom dans la région de Milan (Ambrosini, 2009). Une invasion qui a pour effet d’engendrer dans la population locale le sentiment de dépossession de « notre territoire » (Barbieri, 2008, p. 93), ce qui amène à afficher des revendications de caractère matériel, comme la priorité dans le marché du travail et le mécontentement pour la dégradation des espaces urbains. À ce sujet, il peut être utile de rappeler que le dernier gouvernement Berlusconi a donné une grande résonance au fait de repousser les réfugiés décidés à débarquer sur le côtes de la Péninsule, tout en affirmant que la Commission européenne aurait abandonné l’Italie face à un problème qui au contraire concernerait tous les pays du vieux continent. De même, les signatures des accords de coopération en matière de contrôles aux frontières entre le Premier ministre italien et le leader libyen de l’époque, Mouammar Kadhafi, ont fait l’objet de célébrations solennelles 19. Un acte qui semble vouloir explicitement mettre en exergue le fait que la légèreté des institutions européennes dans la gestion de ce problème aurait obligé l’État italien à se rendre directement dans les pays de départ des flux dirigés vers le nord de la Méditerranée. Il s’agit ici de stratégies médiatico-discursives dont le but est d’exaspérer une situation déjà tendue, en diffusant l’image d’un pays seul face à un phénomène inquiétant.

37Les résultats pour l’échantillon italien semblent par conséquent se situer en droite ligne avec la question de l’immigration telle qu’elle se pose dans la Péninsule. Un brusque changement de statut et un faible sentiment national-identitaire (Rusconi, 1997 ; Segatti, 1999) se traduisent par des attitudes centrées sur la protection des prérogatives matérielles que le groupe majoritaire revendique en termes exclusifs (la réalisation de la carrière professionnelle et le contrôle de l’ordre public). Il est intéressant de retrouver un écho de ces résultats dans les derniers sondages menés par l’institut Eurobaromètre. Si les préoccupations principales des Européens semblent polarisées sur le chômage et la hausse des prix, les craintes envers l’immigration ne concernant qu’une proportion réduite des sondés (environs 12%), c’est en Italie que les opinions anti-immigration enregistrent l’une des augmentations les plus massives (+12%) (Eurobaromètre, 2011, p. 23). De même, il n’est pas surprenant de lire que ce socle anti-immigration se focalise notamment sur le thème de l’immigration illégale. En effet, après les habitants de Chypre et de Malte – les deux pays de la Méditerranée les plus impliqués dans les trajectoires des refugiés – les craintes les plus sensibles vis-à-vis de l’immigration illégale concernent les italiens, avec un quart des répondants qui considèrent ce problème comme majeur pour le pays (Eurobaromètre, 2011, p. 12). Bref, l’enjeu perçu par les adolescents interrogés est la défense d’un pays caractérisé par un discours de plus en plus axé sur l’idée de « forteresse Italie » (Ambrosini, 2009, p. 182).

La France et un préjugé envers un phénomène connu

  • 20 Ministère supprimé lors du remaniement gouvernemental de novembre 2010.
  • 21 On peut voir l’histoire du Grand débat sur l’identité nationale sur le site du Gouvernement : http: (...)

38Comme dit précédemment, en France l’immigration représente un des phénomènes les plus importants de son histoire contemporaine. La façon de traiter l’immigration se base fermement sur les piliers qui inspirent la conception républicaine de la nation et de la nationalité. Ce sont les principes d’égalité et de laïcité qui, interprétés de façon universaliste, forment les fondements de tout choix politique en matière d’immigration. Dominique Schnapper affirme que les particularismes culturels et religieux devant s’adapter aux principes républicains, ceux-ci ne sont de fait pas considérés dans la sphère publique (Schapper, 2008, p. 133). Le respect des préceptes républicains, fruit d’une solide histoire nationale, conduit à des « politiques identitaires » aux effets évidents, comme l’institution du Ministère de l’immigration et de l’identité nationale 20 durant la présidence de Nicolas Sarkozy, promoteur en 2009 du Grand débat sur l’identité nationale 21. Un tel accent sur la dimension identitaire a pour conséquence de stigmatiser tout groupe qui, par ses spécificités culturelles et son comportement dans l’espace public, s’éloigne des principes de la République. À ce propos, la lutte contre la vision de la société qui caractérise l’Islam, religion critiquée par de vastes secteurs de l’opinion publique parce qu’associée « au monde non-moderne ou antimoderne de l’Autre » est emblématique (Lapeyronnie, 2008, p. 527). En effet, la question de la cohabitation avec l’Islam est l’un des points les plus délicats des politiques d’intégration en France, toujours attentives à réprimer toute pratique, même embryonnaire, pouvant aboutir à une dérive communautaire. Ainsi, dans son rapport datant de 1995, le Haut conseil pour l’intégration affirme que « la République reconnaît exclusivement les droits de l’individu libre à l’égard de ses liens communautaires. […] La logique communautaire œuvre de façon antithétique. Elle renferme l’individu dans le groupe où il se définit et dont il tire ses droits et ses devoirs ». Dans un tel cadre, si les positions hostiles aux lieux de culte musulman sont surtout l’apanage de l’extrême-droite, au point que le parti de Marine et Jean-Marie Le Pen agite la peur que s’impose une « République de la charia » (Le Figaro, 28.06.2010), la persistance de la question du voile, quant à elle, intéresse transversalement les acteurs politiques et l’opinion publique. Il s’agit d’une affaire qui a abouti récemment au débat acharné de la burqa, quand en 2009 l’Assemblée nationale a adopté « en première lecture, à une majorité écrasante (335 voix contre une) » un projet de loi pour en empêcher son usage dans les lieux publics (Le Monde, 13.07.2010). La rhétorique anti-Islam n’est donc pas exclusivement l’apanage des partis d’extrême-droite, mais implique une grand part de l’arène politique (Le Gozaiou & Mucchielli, 2006, pp. 43-45). Françoise Lorcerie met bien en évidence que déjà à l’époque coloniale le rapport avec l’Islam était une préoccupation constante pour l’administration française, au point de faire l’objet de contrôles attentifs même dans les pays de résidence respectifs (Lorcerie, 2003, p. 69).

39Il ne faut pas exclure qu’un tel préjugé identitaire soit aussi alimenté par d’autres facteurs, comme les tentatives de certains acteurs collectifs qui soutiennent la cause de la reconnaissance de leurs particularismes identitaires. C’est le cas du Mouvement des indigènes de la République qui critique sévèrement le modèle républicain au nom de ce que ce mouvement définit comme un universalisme égalitaire biaisé (Streiff-Fénart, 2009). En outre, il est possible que la « couverture médiatique sans précédent » dont les émeutes des banlieues françaises ont fait l’objet en 2005 ait diffusé dans l’opinion publique le doute sur l’effective capacité d’intégration des générations d’origine immigrée (Morice, 2005, p. 2).

40Dans un tel contexte, ce sont moins les questions d’ordre matériel ou socio-économique qui attisent les appréhensions des adolescents français, que les questions à caractère symbolique avec notamment la défense de l’identité nationale face à la croissance du pluralisme culturel et religieux. Les craintes pour la compétition économique entre immigrés et citoyens nationaux, bien que présentes dans les décennies passées (Schor, 1996), semblent avoir fait place à une interrogation plus subtile sur la compatibilité de l’Autre au sein de l’espace républicain.

41À l’instar de ce qu’on a fait pour l’échantillon italien, il est intéressant de voir comment ces résultats se positionnent par rapport aux derniers sondages menés par Eurobaromètre. À ce sujet, il y a un thème qui attire plus particulièrement l’attention. Si pour les Français l’immigration ne semble pas être un problème de grande envergure, leurs appréhensions s’orientent davantage vers le terrorisme, qui est perçu en hausse constante dans l’avenir (Eurobaromètre, 2011, p. 45). Ce sont en effet les pays à religion musulmane ainsi que leurs populations vivant dans les pays occidentaux qui depuis septembre 2001 sont de plus en plus associés à ce problème. Cette information semble indirectement confirmer l’interprétation des résultats qu’on a suivie jusqu’à présent. Pour l’opinion publique française, de même que pour les adolescents interrogés, l’immigration en tant que telle n’est pas perçue en termes problématiques, leurs craintes s’orientant plutôt vers la présence des populations à religion musulmane. En effet, pour les adolescents enquêtés, l’image de l’immigré est axée sur l’idée de personne non intégrée et les attitudes les plus conflictuelles portent sur les questions posées par l’immigration musulmane, quitte à souligner les problèmes de cohabitation que cette dernière pose dans l’espace républicain.

Des jeunesses « malmenées », chacune avec ses préjugés

42Ces résultats invitent à réfléchir sur les tendances qui marquent le panorama européen pendant ces dernières années. Si les réactions des sociétés d’accueil à l’égard de la croissance de l’immigration font l’objet d’une attention constante de la part des élites politiques, dans le but d’orienter leurs programmes vers des choix politiquement gagnants (Rea, 2005, pp. 10-11), il ressort ici que les caractéristiques nationales revêtent encore un rôle non négligeable dans la manière de thématiser le discours sur ce phénomène. En effet, il émerge ici une typologie de préjugés en étroite syntonie avec les problèmes que l’immigration pose en France comme en Italie. Dans ce cas il s’agit de représentations et d’évaluations qui, dans les limites de la portée de cette étude, témoignent de la vivacité des dynamiques nationales dans le conditionnement d’une des questions les plus délicates posées par l’immigration : le niveau d’acceptation des groupes minoritaires de la part des populations des sociétés d’accueil. Cette vivacité est particulièrement suggérée par le type de population faisant l’objet de l’enquête. Comme nous l’avons déjà mis en évidence, il s’agit d’individus encore loin des « rôles adultes », interrogés sur des questions complexes ; questions traitées habituellement dans des débats politiques conçus pour un public adulte. De même, nous avons souligné que de nos jours l’adolescence se démarque par une quête de reconnaissance et une demande d’écoute. En partant de ces prémisses, on peut légitimement se demander ce qui s’ourdit derrière les points de vue sur l’immigration dont les deux groupes d’adolescents interrogés font preuve.

  • 22 Expression empruntée à l’œuvre de Dominique Schnapper (1998).

43Un trait commun à la jeunesse de l’Europe méridionale – avec la France et l’Italie en tête – est la forte baisse de confiance dans l’avenir de la société (Stellinger & Wintrebre, 2008). C’est une situation marquée par un fort individualisme, que certains sociologues ont tendance à qualifier de « crise d’intégration » (Galland, 2009). Dans le cadre de cette étude il est ressorti, par exemple, que les attitudes conflictuelles s’intensifient lorsqu’on redoute que la conjoncture économique actuelle ait des conséquences importantes sur les marchés nationaux et sur sa propre insertion professionnelle. Il se peut alors que les préjugés exprimés à l’égard des questions posées par l’immigration ne soient qu’un indicateur de la condition de malaise vécu. Un malaise, entre autre, imputable à la difficulté de se construire des projets de vie solides, en raison de la tendance des marchés de l’Europe du sud à concentrer l’instabilité professionnelle sur les catégories de travailleurs les plus vulnérables, avec les jeunes en tête (Blossfel & Mills, 2005). Marqués par un repli sur soi, insérés dans un contexte incertain et perçu en termes décevants, il vaut mieux faire montre de toutes ses capacités, voire de son envie de réussir et de se défendre de tout élément qui pourrait déstabiliser davantage une réalité déjà peu généreuse. Les moyens, ou bien les arguments utilisés pour prendre les distances envers la montée de la multiethnicité et du multiculturalisme, sont alors puisés dans le bagage discursif dominant offert par leurs sociétés. Une opération aujourd’hui relativement facile, car la jeunesse ne semble pas animée par une volonté de contre-culture et de défiance vis-à-vis de l’opinion majoritaire comme c’était le cas des décennies passées. Ce que cette enquête a pu montrer est que la « relation à l’Autre » 22 est une question bien présente même pour deux populations jeunes, chacune pouvant réagir avec ses propres préjugés.

Haut de page

Bibliographie

Abric J.-C. (dir.) (1994), Pratiques sociales et représentations, Paris, Presses universitaires de France.

Abric J.-C. (2003), Méthodes d’étude des représentations sociales, Ramonville Saint-Agne, Érès.

Ambrosini M. (dir.) (2002), I volti della solidarietà. Immigrazione e terzo settore in Lombardia. Rapporto 2001, Milano, Fondazione ISMU.

Ambrosini M. (2003), Immigrazione e terzo settore in Lombardia. La seconda indagine. Milano, Fondazione ISMU.

Ambrosini M. (2009), « Immigrazione irregolare e politiche di contrasto: retoriche e realtà », Mondi Migranti, n° 3, pp. 179-187.

Ancelin-Schutzenberger A. (1997), Aïe, mes aïeux ! Liens transgénérationnels, secrets de famille, syndrome d'anniversaire et pratique du génosociogramme, Paris, Éditions La Méridienne.

Barbieri V. (2008), « La reciprocità mancata: forme di convivenza tra italiani e marocchini in provincia di Modena », Mondi Migranti, n° 1, pp. 91-106.

Bergamaschi A. (2010), « La représentation sociale de l’immigré chez les adolescents italiens et français. Effets de contexte et d’attitude nationale », Migrations Société, vol. 22, n° 129-130, pp. 49-73.

Bertossi C. & J. W. Duyvendak (2009), « Introduction : penser le "modèle", changer de question », Migrations Société, vol. 21, n° 122, pp. 27-37.

Blossfel H.-P. & M. Mills (2005), « Globalization, Uncertainty and the Early Life Course. A Theoretical Framework », dans Blossfel H.-P., Klijzing E., Mills M. & K. Kurtz (dir), Globalization, Uncertainty and Youth in Society, London and New York, Routledge Editor.

Blum A. (1998), « Comment décrire les immigrés ? À propos de quelques recherches sur l’immigration », Population, vol. 53, n° 3, pp. 569-588.

Blumer H. (1958), « Race Prejudice as a Sense of Group Position », Pacific Sociological Review, vol. 1, n° 1, pp. 3-7.

Bobo L. (1983), «Whites’ Opposition to Busing: Symbolic Racism or Realistic Group Conflict? », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 45, n°6, pp. 1196-1210.

Bobo L. & J. R. Kluegel (1993), « Opposition to Race-Targeting: Self-Interest, Stratification Ideology, or Racial Attitudes? », American Sociological Review, vol. 58, n° 2, pp. 443-464.

Bolaffi G. (2001), I confini del patto, Torino, Einaudi Editore.

Calavita K. (2005), Immigrants at the Margins: Law, Race, and Exclusion in Southern Europe, Cambridge, Cambridge University Press.

Caponio T. (2006), Città Italiane e immigrazione. Discorso pubblico e politico a Milano, Bologna e Napoli, Bologna, Il Mulino Editore.

Caritas Migrantes (2010), Immigrazione. Dossier : Statistico Immigrazione 2010, Roma, Idos Editore.

Carrera S. (2007), In Search of the Perfect Citizen, The Intersection Between Integration, Immigration and Nationality in the EU, Njmegen, Wolf Legal Publishers.

Castles S. (1995), « How Nation-States Respond to Immigration and Ethnic Diversity », New Community, vol. 21, n° 3, pp. 293-308.

Castles S. (dir.) (2002), Migration and Integration as Challenges to European Society, Bruxelles, European Commission.

Colombo E. (2008), « Introduzione: una riflessione sulla costruzione dei confini sociali e sulla genesi dei processi di identificazione e di esclusione », Mondi Migranti, n° 1, pp. 23-42.

Dal Lago A. (1999), « La tautologia della paura », Rassegna Italiana di Sociologia, vol. XXXX, n° 1, pp. 5-41.

Dal Lago A. (2004), « Esistono davvero i conflitti tra culture? Una riflessione storico-metodologica », dans Galli C. (dir.), Multiculturalismo. Ideologie e sfide, Bologna, Il Mulino Editore.

Demaris A. (1992). Logit Modeling Practical Application, Oxford, Sage University Paper.

Dolto F. (1989), Paroles pour adolescents ou le complexe du Homard, Paris, Éditions Hatier.

Duriez B. & B. Soenens (2009, « The Intergenerational Transmission of Racism: The Role of Right-Wing Authoritarianism and Social Dominance Orientation », Journal of Research in Personality, vol. 43, pp. 906-909.

Ersanilli E. F. & R. Koopmans (2010), « Rewarding Integration? Citizenship Regulations and the Socio-Cultural Integration of Immigrants in the Netherlands, France and Germany », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 36, n° 5, pp. 773-791.

Eurobarometer 69 (2008), Public Opinion in the European Union, European Commission, Standard Eurobarometer, en ligne : http://www.europaforum.public.lu/fr/actualites/2008/06/eurobarometre-080624/Standard69_2COMMfirstresultsEN_final__2_.pdf robarometer

Eurobarometer 75 (2011), Public Opinion in the European Union, en ligne : http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/eb/eb75/eb75_publ_en.pdf

Fondazione Migrantes (2006), Rapporto Italiano nel Mondo 2006, Roma, Idos Editore.

Ford R. (2008), « Is racial prejudice declining in Britain? », British Journal of Sociology, vol. 59, n° 2, pp. 609-636.

Galland O. (2007), Boundlesss Youth. Studies in the Transitions to Adulthood, Oxford, The Bardwell Press.

Galland O. (2009), Les Jeunes, Paris, Éditions La Découverte.

Galland O. (2009), Les Jeunes Français ont-ils raison d’avoir peur ?, Paris, Éditions Armand Colin.

Galland O. (2010), « Introduction. Une nouvelle classe d’âge ? », Ethnologie française, vol. 40, n° 1, pp. 5-10.

Gijsberts M., Hagendoorn L. & P. Scheepers (2004), Nationalism and Exclusion of Migrants; cross-national comparisons, London, Ashgate Editors.

Goodman S. W. (2010), « Integration Requirements for Integration’s Sake? Identifying, Categorizing and Comparing Civic Integration Policies », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 36, n° 5, pp. 753-772.

Haut Conseil à l’Intégration (1995), Liens culturels et intégration. Rapport au Premier Ministre, Paris, La Documentation Française.

Heckmann F. (1999), « Citizen and Nation in Germany: Old and new Concepts », Europaisches Forum fur Migrationsstudien (efms), paper n° 32

INSEE (2008), Nombre de chômeurs et taux de chômage des immigrés et des non-immigrés selon le sexe et l'âge, http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATnon03346

Joppke C. (2004), « Transformation of Immigrant Integration: Civic Integration and Antidiscrimination in the Netherlands, France, and Germany », World Politics, vol. 59, n° 2, pp. 243-273.

Joppke C. (2006), Immigrants and Civic Integration in Western Europe, Belonging? Diversity, Recognition and Shared Citizenship in Canada, on-line: http://www.irpp.org/books/archive/AOTS3/joppke.pdf, pp.1-30.

Koopmans R. (1996), « Explaining the Rise of Racist and Extreme Right Violence in Western Europe: Grievances or opportunities? », European Journal of Political Research, n° 30, pp. 185-216.

Koopmans R. (2010), « Trade-Offs between Equality and Difference: Immigrant Integration, Multiculturalism and the Welfare State in Cross-National Perspective », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 36, n° 1, pp. 1-26

Koopmans R. & P. Statham (1999), « Ethnic and Civic Conceptions of Nationhood and the Differential Success of the Extreme Right in Germany and Italy », dans Giugni M., McAdam D. & G. Tilly (dir.), How Social Movements Matter, Minneapolis, University of Minnesota Press, pp. 225-251.

Koopmans R. & S. Olzak (2004), « Discursive Opportunities and the Evolution of Right-Wing Violence in Germany », American Journal of Sociology, n° 110, pp. 198-230.

Koopmans R., Statham P., Giugni M. & F. Passy (2005), Contested Citizenship: Immigration and Cultural Diversity in Europe, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Lapeyronnie Didier (2008), Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Éditions Robert Laffont.

Le Bras H. (1998), Le Démon des origines, Paris, Éditions de l’Aube.

Le Figaro (2010), Mosquée : "respecter la laïcité" (FN), 28/06.

Le Goaziou V. & L. Mucchielli (2005), Quand les banlieues brûlent… Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, Éditions La Découverte.

Le Monde, (2010), L'Assemblée nationale vote l'interdiction du port du voile intégral, 13/07.

Loi n° 94 du 15 juillet 2009, Disposizioni in materia di sicurezza pubblica.

Lorcerie F. (2003), L’École et le défi ethnique, Paris, ESF éditeur.

Manconi L. & F. Resta (2009), « La xenofobia municipale », Mondi Migranti, n° 2, pp. 221-231.

Marletti C. (1992), Extracomunitari. Dall'immaginario collettivo al vissuto quotidiano del razzismo, Roma, ERI-RAI.

Montmollin G. (2003 [1984]), « Le changement d’attitude », dans Moscovici S. (dir.), Psychologie sociale, Paris, Presses universitaires de France.

Morcellini M. (2009), Ricerca nazionale su immigrazione e asilo nei media italiani, Roma, Università di Roma la Sapienza, Facoltà di Scienze della Comunicazione : www.comunicazione.uniroma1.it

Morice A. (2005), Les Émeutes urbaines d’octobre-novembre 2005 en France : comprendre avant de juger, http://www.pajol.eu.org/article905.html, pp. 1-9.

Noiriel G. (1998), Le Creuset français. Histoire de l'immigration (XIXeXXe siècle), Paris, Éditions du Seuil.

Pastore F. (2006), « L’Europa di fronte alle migrazioni. Divergenze strutturali, convergenze di settore », Quaderni di Sociologia, vol. L, n° 40, pp. 7-24.

Rea A. (dir.) (2005), Outsiders in Europe. The Foreigner and the "Other" in the Process of Changing Rules and Identities, Projet d’Action de Recherche Concertée, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles, MAM : http://dev.ulb.ac.be/crt/mam/home.php?page=research

Reinders H. (2003), « Politische sozialisation in der adoleszenz Eine Re-Interpretation quantitativer Längschnittuntersuchungen in Deutschland », Zeitschrift Für Entwicklungspsychologie und Pädagogische Psychologie, vol. 35, n° 2, pp. 98-110.

Rodriguez J. F., Herrero J., Ovejero A. & A. Torres (2009), « New Expression of Racism among Young People in Spain: an Adaptation of the Meertens and Pettigrew (1992) Prejudice Scale », Adolescence, vol. 44, n° 176, pp. 1033-1043.

Rusconi G. E. (1997), Patria e repubblica, Bologna, Il Mulino Editore.

Sayad A. (2006), L’Immigration ou les paradoxes de l’altérité, Paris, Éditions Raisons d’Agir.

Schnapper D. (1998), La Relation à l’autre. Au cœur de la pensée sociologique. Paris, Éditions Gallimard.

Schnapper D. (2008), « Les enjeux démocratiques de la statistique ethnique », Revue française de sociologie, vol. 49, n° 1, pp. 133-139.

Schor R. (1996), Histoire de l’immigration en France. De la fin du XIXème siècle à nos jours, Paris, Éditions Armand Colin.

Seca J.-M. (2005), Les Représentations sociales, Paris, Éditions Armand Colin.

Segatti P. (1999), « Perché è debole la coscienza nazionale degli italiani », Il Mulino, vol. 1, n° 1, pp. 15-25.

Sherif M. & C. W. Sherif (1969), Social Psychology, New York, Harper & Row Editors.

Sherif M. & C. W. Sherif (1979), « Research on Intergroup Relations », dans Austin W. G. & W. Smith, The Social Psychology on Intergroup Relations, Monterrey, Brooks/Cole Editions, pp. 7-18.

Smith W. A. (1981), « Racial Tolerance as a Sense of Group Position », American Sociological Review, vol. 46, pp. 558-573.

Stellinger A. & R. Wintrebert (dir.) (2008), Les Jeunesses face à leur avenir. Une enquête internationale, Paris, Fondation pour l’innovation politique/Éditions Kairos Future.

Stephan G. W., Stephan C. W. (1996), « Predicting prejudice », International Journal of intercultural relations, vol. 20, n° 3/4, pp. 409-426.

Streiff-Fénart J. (2009), « Le "modèle républicain" et ses Autres : construction et évolution des catégories de l’altérité en France », Migrations Société, vol. XXI, n  122, pp. 215-236.

Tajfel H. (1981), Human Groups and Social Categories. Studies in Social Psychology, Cambridge, Cambridge University Press.

Tajfel H. & J. C. Turner (1986), « The social identity theory of inter-group behavior », dans Worchel S. & Austin W. G., Psychology of Intergroup Relations. Chicago, Nelson-Hall Editors, pp. 7-24.

Tribalat M. (1995), Faire France. Une enquête sur les immigrés et leurs enfants, Paris, Éditions La Découverte.

Vermeij L., Van Duijng M. A. J. & C. Baerveldt (2009), « Ethnic segregation in context: social discrimination among native Dutch pupils and their ethnic minority classmates », Social Networks, vol. 31, pp. 230-239.

Wieviorka M. (2005), La Différence : identité culturelles enjeux, débats et politiques, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Zincone G. (2006), Familismo legale. Come (non) diventare italiani, Bari-Roma, Laterza Editore.

Zincone G. (2007) (dir.), Segnali d’integrazione. Sanità, Scuola, Casa, Bologna, Il Mulino Editore.

Haut de page

Notes

1 Toutes les traductions sont de l’auteur.

2 Expression empruntée à Dominique Schnapper (1998).

3 On peut mentionner ici des organismes tels que le Haut Conseil à l’intégration (HCI), l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (ACSÉ), l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), nouvelle appellation de l’Agence nationale de l’accueil des étrangers et des migrations (ANAEM), ainsi que des institutions à vocation plus généraliste comme la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH).

4 Le recueil des données a eu lieu aux mois de janvier et février 2010.

5 Le codage de la variable de classe a suivi les recommandations indiquées dans la Classification Internationale Type des Professions dans l’Union Européenne (CITP-08 COM).

6 La corrélation entre les trois niveaux scolaires et la classe sociale d’appartenance, donnée par la profession des parents, est forte : It 0,54 - Fr 0,61 (Pearson).

7 Les différences entre les pourcentages sur les élèves étrangers entre les deux échantillons sont dictées par le fait qu’en Italie l’immigration est un phénomène récent, la seconde génération est encore très jeune et la législation nationale en matière de nationalité ne favorise pas l’acquisition (10 ans de résidence régulière pour commencer les démarches : loi du 5 février 1992 n° 91). En France, malgré l’importance historique du phénomène et le nombre élevé d’étrangers qui ont franchi ses frontières, le fait de compter des secondes et des troisièmes « générations d’origine immigrée » et, en particulier, de disposer d’une loi sur la naturalisation orientée principalement sur le droit du sol (5 ans de résidence pour commencer les démarches : loi du 26 novembre 2003 n° 2003-1119), explique que dans les statistiques officielles les étrangers sont paradoxalement moins nombreux par rapport aux pays d’immigration plus récente comme l’Italie.

8 L’échantillon non épuré des cas avec origines étrangères compte en fait un nombre supérieur de cas, égal à 1.506.

9 Source ESS 2002 round 1.

10 Source ISSP 2003.

11 Source EVS 2008.

12 Les variables a. et b. ont été empruntées à l’enquête ISSP 2003.

13 Source: ESS 2002 round 1.

14 Q. : « Peux-tu me dire ce qui te vient immédiatement à l’esprit lorsque tu entends le mot "immigré" ? ».

15 La variance expliquée par le modèle de régression est égale à : R2 0,323.

16 La variance expliquée par le modèle de régression linéaire est égale à : R2 0.377.

17 La variance expliquée par le modèle de régression logistique est égale à : R2 Nagelkerke 0.344.

18 Une disposition du texte semble particulièrement symptomatique du climat qui flotte sur la Péninsule en ce qui concerne la question de l’immigration : dans le but d’augmenter la vigilance urbaine, le décret prévoit l’institution de rondes urbaines garanties gratuitement par des associations ou par des ex-militaires à la retraite (art. 3c. 41-2).

19 Accords qui ont été signés en 2010.

20 Ministère supprimé lors du remaniement gouvernemental de novembre 2010.

21 On peut voir l’histoire du Grand débat sur l’identité nationale sur le site du Gouvernement : http://www.debatidentitenationale.fr/ (consulté le 2 juin 2010).

22 Expression empruntée à l’œuvre de Dominique Schnapper (1998).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessandro Bergamaschi, « Deux préjugés au miroir. Adolescents et questions d'immigration au sein de l'espace européen », SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4330

Haut de page

Auteur

Alessandro Bergamaschi

Université de Nice-Sophia Antipolis (URMIS - LAMHESS) - Alessandro.Bergamaschi@unice.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page