Navigation – Plan du site
Premiers textes
Premiers textes

Une théorie de l’observation in situ

Récit, situation et perception
Nadège Pandraud

Résumés

Ce texte propose des éléments de réflexion et des propositions visant à répondre à des problèmes qui se posent dès lors que le sociologue se trouve confronté à une suite d'événements situés dans un lieu donné, en rend compte dans son journal de terrain et vise à en élaborer une compréhension. La réflexion proposée traite plus spécifiquement de deux problèmes. Premièrement, ces événements sont immédiatement perçus, explicités et donc compris, par les acteurs en présence et par l'observateur à l'aide des catégories et des interprétations relevant d'une sémantique de l'action qui, pour être classique et connue, est néanmoins locale. Cet article argumente alors l'intérêt, pour le sociologue, de s'interroger sur les récits qui constituent la trame de son journal de terrain et de ses réécritures successives, à partir de travaux menés dans le champ de la critique littéraire et de la sémiologie du récit. Quittant l'idéal d'atteindre une meilleure objectivité du regard sur le social observé, est défendue ici l'idée selon laquelle le chercheur investit nécessairement une position de narrateur pour produire ses comptes rendus. Ceci engage une réflexion sur l'activité narrative du chercheur d'une part, une activité qui, en elle-même, participe à constituer, à ontologiser, le réel observé, sur la forme rhétorique des récits d'autre part, laquelle produit du sens (en articulant des événements pour leur donner un sens partagé) et renvoie également à la position que le narrateur, en l'occurrence aussi le chercheur, investit en construisant ainsi le sens des activités. Deuxièmement, comment peut-on étudier les processus méso et macro-sociaux sans sacrifier d'une part l'observation de l'événementialité de l'activité – au sens où l'activité est susceptible de faire bouger le phénomène en question en faisant émerger d'autres possibles – et sans éluder d'autre part l'épaisseur concrète des situations, par là l'activité complexe des acteurs, leurs investissements cognitifs, affectifs, éthiques. L'article développe alors une approche sociologique de la situation qui tient compte de sa dynamique temporelle et de son épaisseur concrète.

Haut de page

Texte intégral

1Le traitement des données d'observation « directes » recueillies in situ pose des difficultés méthodologiques multiples qui sont liées notamment à la fiabilité et à l'objectivité des dites données : fiabilité parce que ces données réfèrent à des situations et des interactions localisées et par conséquent en quoi seraient-elles représentatives du phénomène à saisir ; objectivité parce que nous, observateurs participants, avons été le médium principal de ce recueil de l'information et que notre perception de la situation peut être mise à caution. Nous proposons ici moins des solutions visant à répondre aux problèmes épistémologiques ainsi posés qu'une réflexion théorique préalable sur nos données d'observation, c'est-à-dire notre journal de terrain et nos enregistrements audio et vidéo, réflexion qui soutient la proposition d'élaborer une théorie auxiliaire de l'observation qui rende compte de l'existant observé. Pour le dire dans les termes classiques du débat autour de l'approche ethnographique, nous devons d’abord prendre en considération les « comptes rendus des membres », en même temps que le matériau recueilli par nous est aussi un « compte rendu ». Or la nature de notre journal de terrain et des réécritures successives de notre « compte rendu », est qu'ils constituent un récit de scènes, de moments de vie, de corps agissants, d'événements interactionnels singuliers qui se sont manifestés à nous lors de notre enquête et notre présence sur un terrain. Bien entendu, il s'agit d'un récit d'un genre spécifique et peut-être spécialisé, mais parler d'un récit d'observation, c'est, pour nous, prendre acte que, comme tout autre récit, nos productions sociologiques participent du déploiement des fonctions symbolique et narrative et constituent une forme de réalisation de ces dernières. Le journal de terrain et ses réécritures successives lors de la phase d'analyse des données ethnographiques remplissent la définition minimale de ce que l'on appelle récit : ils représentent des individus agissants, même si l'action et l'activité elles-mêmes peuvent disparaître du récit « scientifique » final et publicisé. Il nous a paru nécessaire, par conséquent, de re-situer l'élaboration d'une connaissance sociologique à partir d'une enquête ethnographique dans le déploiement de la fonction narrative. En d'autres mots, nous proposons ici des éléments d'une théorie auxiliaire du récit pour traiter des données recueillies par observation « directe » et/ou participante. En même temps, la fonction narrative décrit des situations dans lesquelles se nouent des événements (des activités) et des interactions entre des personnes, des rapports aux environnements, des sentiments, des sensibilités. C’est pourquoi, après avoir traité du rapport de l’observateur au monde observé dans un premier temps, nous nous proposons d’élaborer une théorie sociologique de la situation qui tienne compte de sa complexité et de sa dynamique temporelle. Enfin, comme les activités effectuées par les acteurs sont au cœur même de la dynamique en question, nous proposons là encore d’observer plus finement, comme le font les romanciers contemporains, leurs perceptions à la fois cognitives et affectives de la situation et des événements qu’ils actualisent.

Des choix optés pour produire une « mise en récit » du social observé

2La nature spécifique du journal de terrain (un récit) nous conduit dans un premier moment à focaliser sur deux questions. La première est celle des entités mondaines hétérogènes matérialisées dans un récit et de la « sémantique de l'action ». Cette dernière est convoquée et réalisée au moment de la mise en œuvre d'une activité de narration (par l'observateur-chercheur au moment du recueil de données et ultérieurement lors de la phase de l'analyse des données et des opérations de réécriture du journal de terrain) et elle participe à constituer la réalité observée et perçue. Par ailleurs, la narratologie a pu attirer l'attention sur le fait que produire un récit, quel qu'il soit, implique nécessairement pour son auteur d'endosser un point de vue narratif. Nous voudrions pointer en quoi cette question du choix d'un point de vue nous amène à interroger les règles de l'énonciation et les règles de la perception (dans une visée d'objectivation de ces dernières) qui sont impliquées dans l'élaboration et l'écriture de nos comptes rendus.

Un travail d'ontologisation du social dans et par notre activité de « rendre compte »

3Jean Molino et Raphaël Lafhail-Molino distinguent plusieurs entités : les personnes et les objets, les événements et les actions, ainsi qu'une troisième entité qui est prégnante et présente dans notre expérience sociale, mais qui est souvent oubliée en tant qu'elle constitue une entité ontologique à part entière : les situations (Molino & Lafhail-Molino, 2003). Ce que nous voyons et percevons immédiatement dans la classe de 6ème de collège, ce sont d'abord des individus qui agissent, des actes et des comportements individuels, des objets et des artefacts sociaux. La nature sociale et relationnelle des activités qui se déroulent dans ce lieu n'est pas directement visible ni perceptible. Or précisément, le détour par la fonction narrative et le récit est intéressant pour notre réflexion sur le traitement des données d'observation, car cela nous permet d'interroger l'observation « naturaliste » du social, dans son intention d’objectivité scientifique et dans sa revendication de recherche, la « neutralité du chercheur ». Dans cette perspective, l'amélioration du récit d'observation, pensée dans une visée d'objectivité, consisterait à réduire les « biais ». Or, l'observation n'est jamais le résultat d’une perception directe et nous entendons par là que non seulement le regard est toujours construit, mais de plus, que la position ou la recherche d'une position de prétendue « neutralité » et objectivité du chercheur conduit en fait à reconduire (à sélectionner) l'ontologie positiviste qui n'est pas, pour nous, l’ontologie du social mais plutôt une option interprétative parmi d'autres. Pourquoi interroger ce choix ? Il est utile de reconnaître que, quels que soient nos efforts pour améliorer nos récits d'observation – ce qu’il ne faut pas pour autant négliger − nous n'observons jamais la « réalité » sans médiation. Nous sélectionnons des éléments d'une perception et peut-être, parfois, ce qui est le plus visible, un « déjà connu » que l'on reconnaît au détriment d'autres éléments et en ce sens avec l'ontologie positiviste, nous ne remplissons pas le contrat « neutre » et « objectif» que nous croyons tenir. Mentionnons au passage que la question de savoir quelles visibilités, quelles invisibilités et quel rapport entre des visibilités et des invisibilités nos récits sociologiques contribuent à maintenir, ou au contraire à faire bouger, devient essentielle.

4Une réflexion annexe sur le récit permet de mieux saisir ce que nous faisons dans l’élaboration de nos comptes rendus. La forme du roman dit « réaliste » et/ou « naturaliste » mise au point par les écrivains au xixe siècle – moment où la littérature est encore le lieu de la production des connaissances sur le social, avant que les disciplines des sciences humaines n'apparaissent – montre que la construction du « réel » que le roman nous donne à voir et à lire ne relève pas précisément d'une approche naturaliste du social. Les écrivains cherchent alors à inventer une forme qui permettrait de rendre compte de l'émergence des subjectivités (d'individus désormais émancipés des rapports d'Ancien Régime), dans leur rapport avec les changements historiques en cours, les mutations sociales qui émergent tout au long du xixe siècle. Mettre en scène également, ainsi que le souligne Jacques Rancière, les individus « sans qualité », issus du peuple (Rancière 2007) : comment dans leurs expériences singulières et au cœur des contraintes liées à leur condition sociale « objective », ils s'approprient un nouvel espace social d'activité qui ne leur est pas familier, ou comment, dans les interstices de leur vie quotidienne, ils s'affranchissent à certains moments et parfois purement silencieusement, « du faire », de la pesanteur de leur condition sociale de « dominés » et des contraintes liées à leurs rôle et statut sociaux pour rentrer dans l'« action », telle que la définit Hannah Arendt (Arendt, 1989). En d'autres termes, le projet d'une production de connaissances sur le social et la société de leurs temps comporte à la fois une ambition littéraire qui relève d'une dimension démiurgique (dans le cas d’Honoré de Balzac par exemple, il s'agit de recréer tout un monde) ainsi qu'une dimension de critique sociale, avec cette singularité que la critique en question travaille sur le rapport entre des contraintes et des possibles, donne à voir des situations singulières qui tantôt vont être appropriées par les individus du point de vue des possibilités d'ouverture qu'elles contiennent, tantôt semblent se refermer sur eux et rétrécir leur horizon. Cette forme du roman moderne fait une chronique d'une société alors en pleine mutation et des tensions entre des forces politiques qui la traversent, elle rend compte dans le même mouvement des tentatives (des activités) d'appropriation d'espaces sociaux nouveaux et non familiers par des individus du peuple, qui ne sont pas sans leur poser de dilemmes. Ils résolvent ces dilemmes tantôt par incorporation des codes des dominants, tantôt par un cheminement plus inattendu qui relève d'une invention d'autres formes de vie et de relations sociales. Autrement dit, le roman moderne donne à voir non pas seulement des personnages qui sont des types sociaux et dont l'écrivain ferait une observation naturaliste, mais aussi une multiplicité de relations entre des individus, entre des individus et des situations, du prévisible et de l'imprévisible, du déterminisme et de la complication, un jeu entre des ouvertures et des fermetures qui se déploie au cœur des activités sociales. Ce jeu devient visible à partir du moment où l'écrivain-narrateur peut reconstruire des situations sociales concrètes, qui combinent des processus socio-historiques multiples et des forces d'un déterminisme social avec l'investissement non déterminé par avance et possiblement changeant que les acteurs accomplissent. Entendons alors par « situations singulières concrètes » une complexité de relations entre des processus, des relations sociales, des actes et des activités et les rapports ou forces que les personnages ont ou investissent pour actualiser les changements et/ou maintenir le statu quo, qui sont toujours à l'œuvre dans l'activité, même lorsque la « situation » du personnage semble stabilisée.

5Or ce travail de production du social réalisé par les écrivains, mais aussi par les sociologues, reste peu lisible dans les récits sociologiques publicisés. Par exemple, les gestes, les paroles, les regards qui constituent avec les interactions, les objets matériels et les artefacts, la manière dont le phénomène social observé se manifeste matériellement à l'observateur, peuvent disparaître du récit. De même il nous semble important de garder à l'esprit que nos observations, celles notamment recueillies dans nos vidéographies du social observé, sont la trace de « moments de vie » vécus, des moments singuliers, précis et des formes de vie qui ont cours dans ce lieu, par suite des manières d'entrer en relation avec l'autre, de partager et d'élaborer des savoirs, de se sentir exister avec sa sensibilité dans ce lieu et de s'engager dans les activités qu'on y inscrit. Enfin, observer des activités diffère, nous semble-t-il, d'une démarche qui vise à caractériser des « pratiques » au sens de la théorie de l'habitus, la notion de « pratiques » étant une construction interprétative par rapport à une description des activités en tant que telles. Et cette interprétation stabilise et fige en quelque sorte le flux variable de ce que l’on perçoit et d’une certaine manière le contraint. Les activités de production de savoir dans la classe sont à la fois sens et signification pour les acteurs et pas seulement mise en œuvre d'un « sens pratique ». L'activité perçue dans l’observation est une production en train de se faire. Cette dernière, quoiqu'elle s'accomplisse sous nos yeux d'observateur de la classe dans l'immédiateté du moment et de notre présence, se déroule dans le temps, elle connaît un déploiement dynamique : par nos descriptions-interprétations sociologiques, nous proposons des stabilisations provisoires de processus qui sont dynamiques, d'un social virtuellement en constante transformation. Cela signifie pour nous que nos objectivations du réel comme celles qu’en font les acteurs en situation dans leurs « comptes rendus », en mettant au jour des régularités, ont une portée réductrice dans la mesure où elles objectivent aussi une tension dynamique entre de la transformation et de la répétition.

6Ce qui disparaît parfois du récit que nous appellerons du coup social (par distinction du récit littéraire), c'est d'une part le substrat concret, les manifestations phénoménales de l'existant observé (notamment ce que les acteurs font et qui se matérialise par des gestes, des paroles) et d'autre part l'échange social entre les interactants et son processus, notamment le dispositif institutionnel qui, générant des formes culturelles, des formats d'échanges et de relations, participe du processus relationnel complexe de l'action sociale. Et ces derniers ne sont pas immédiatement visibles, ce qui signifie aussi, sur un plan méthodique, que les formes sociales (langagières et autres), ne peuvent se suffire d'une observation directe compréhensive. Nous avons vu en effet que la perception directe et immédiate peut nous faire attribuer l'existant observé à des objets, des êtres, des événements – c'est-à-dire à des entités bien détachées les unes des autres – et au rapport des individus à des objets et au réel effectué. Or ces rapports qui se manifestent comme « rapports d'un individu à » connaissent une genèse plus compliquée au sens de plus relationnelle. En d'autres termes, il s'agit de savoir comment prendre acte dans l'élaboration de nos compte rendus d'observation, que « les formes langagières ne désignent pas seulement des "choses, des événements, des intentions" (Ogien & Quéré, 2006) qui se nouent dans l'action, elles expriment aussi les investissements personnels des sujets, ainsi que les grammaires ou les codes sociaux, liés à notre patrimoine culturel et cognitif » (Ramognino, 2007). Une solution qui nous paraît pertinente consiste à diversifier la perspective ontologique retenue classiquement en sociologie, en focalisant sur les situations, entité qui se raccorde par excellence au sociologique si et seulement si elle réfère à des configurations relationnelles, à une mise en relation entre des acteurs, des activités, des objets, des processus (multiples et composites) et des espaces-temps sociaux.

7D'autre part, en fonction de l'ontologie « réaliste » reprise dans les récits d'observation, l'activité peut rester peu traitée : l'activité des acteurs en tant qu'elle fait l'objet d'un investissement singulier et sensible (ou esthésique), l'activité et par là le niveau praxéologique de l'action sociale (ce que les interactants font), dont le schéma explicatif en terme de causalité et de déterminisme externe ne permet guère de traiter. Au niveau pragmatique de la réalisation des activités interactives in situ (par exemple la salle de classe), l'action produite et accomplie est plutôt de l'ordre d'un rapport dont la modalité et le résultat ne sont jamais déterminés à l'avance, rapport entre des régularités ou répétitions de formes (en fonction des processus antérieurs duratifs et la stabilité de leur cadrage sur une période historique) et une dynamique de transformation. Soulignons alors que le regard sociologique « classique » tend à transformer une situation non évidente et une activité qui est production dynamique du social, à la fois direction, signification et objet investissement pour les acteurs, en « factualités » notamment en « pratiques » (par exemple pratiques enseignantes d'un côté, pratiques des élèves de l'autre) qui sont vues comme s'élaborant et se différenciant sur un fond de « contexte » codifié.

La sélection et la construction d'un point de vue et d'une focalisation narratifs pour réaliser notre « mise en récit »

8Dans les termes classiques du débat épistémologique sur l'analyse de données ethnographiques, la question du point de vue revient à mettre en opposition un positionnement de type militant (ou de « parti-pris ») de l'observateur-analyste avec une recherche de neutralité, d'une forme d'extériorité par rapport au phénomène social observé. Nous voudrions plutôt considérer ici la spécificité du travail narratif qui a pour effet que l’acte de l’auteur-narrateur (non plus du chercheur-analyste), qui consiste à construire une « voix » et une « focalisation », est logiquement et nécessairement réalisé et endossé au moment de notre activité d'écriture du récit social. Et par conséquent, la seule recherche d'une neutralité ou d'une extériorité par rapport à l'existant observé peut rester une solution insuffisante dans la visée de contrôler la part d'interprétation (de la part du chercheur) que le statut symbolique ou subjectif de l'expérience sociale dont nous rendons compte implique.

9En effet, des choix de « mise en récit » peuvent rester implicites et peu contrôlés et notamment l'opération de sélection d'un « point de vue » (une voix et une focalisation). La question narratologique du « point de vue » répond à la question de savoir qui parle (la voix) et à partir de quelle focalisation concrète nous parlons, nous énonçons nos constatations descriptives (où est situé le corps de celui qui voit, qui perçoit la scène rapportée). Le récit scientifique en troisième personne se raccorde au point de vue « omniscient » et ce point de vue n'est pas un point de vue « neutre ». Pour saisir ce point, le détour par le roman est, encore une fois, éclairant. Jean Molino et Raphaël Lafhail-Molino montrent que le narrateur « omniscient » du roman moderne circule en fait entre plusieurs points de vue et plusieurs focalisations. Le récit alterne entre d'une part un point de vue omniscient en focalisation « externe », et un point de vue d'omniscience en focalisation « interne » d'autre part.

  1. La focalisation dite « externe » est une itération entre deux focales : tantôt le narrateur est un observateur participant qui est à l'intérieur de la scène, qui voit le personnage, qui l'observe sans participer à l'action. Tantôt l'auteur-narrateur prend une position totalement externe, réflexive : il livre des jugements sur le déroulement de l'action, il donne son point de vue critique sur les personnages et leur manière d'agir, leurs choix et leur manière de ressaisir et d'investir la situation dans laquelle ils sont engagés.

  2. La focalisation « interne » qui, là encore, connaît une circulation entre tantôt une focalisation (du narrateur) « dans la tête des personnages », dans leurs pensées ; tantôt plutôt une focalisation « dans le corps des personnages ». L'usage du style indirect libre, en abolissant la séparation entre narrateur et personnage, nous met directement en présence non seulement des pensées du personnage, mais aussi de ses perceptions et ses émotions du moment, ses conflits intérieurs. La focalisation interne joue sur des glissements et des allers-retours constants entre première et troisième personne.

10Ce détour par la sémiologie du récit de Jean Molino et Raphaël Lafhail-Molino permet de saisir que, dans l'élaboration des récits sociologiques qui ne sont pas purement spéculatifs et qui rendent compte d'une recherche élaborée à partir de « la parole des gens » ou de données d'observation in situ, nous n'écrivons jamais à partir d'un point de vue purement externe, nous circulons bien plutôt entre plusieurs points de vue et focalisations, si bien que nous pouvons avoir intérêt à contrôler cette itération et à nous doter d'une théorie de la perception – nous revenons plus loin sur ce point. C'est le point de vue d'« omniscience interne » qui fait difficulté. Il est clair notamment que si nous voulons par exemple traiter de l'expérience sociale concrète et subjective des acteurs dans un espace social, la visée savante d'objectivation du social qui spécifie la démarche « scientifique » du sociologue devrait en principe nous empêcher d'emprunter le style indirect libre, lequel nous plonge directement dans le corps et dans la tête des acteurs (ou des personnages) : c'est le problème du passage non contrôlé de la première à la troisième personne qui peut donner lieu à des sauts interprétatifs. Or le rôle et l'effet esthétique et cognitif propre de la littérature, du roman, semblent être de nous faire vivre, virtuellement, une expérience : nous sommes plongés au cœur de l'action et de la subjectivité du personnage, grâce notamment à la technique narrative réappropriée par les écrivains du xixe siècle, le style indirect libre qui abolit la frontière entre le narrateur et le personnage et tend par-là à faire disparaître la séparation entre la conscience et le monde objectif. En revanche, la sociologie relève d'une démarche savante, à savoir qu'elle vise à mettre au jour, à produire une objectivation des règles constitutives et des règles régulatives – celles qui régulent la circulation ou le partage des expériences, la répétition (le figement) ou la transformation, la restriction ou l'élargissement de celles-ci – de l'expérience sociale. En vertu de cette spécificité, nous pouvons penser que, sociologue, nos investigations des situations vécues et des activités sociales produites consistent plutôt à traiter d'un échange de perceptions, d'émotions et de savoirs qui se réalise dans l'action située entre les acteurs en présence, échange auquel nous participons, ce qui signifie qu'il nous faut aussi traiter, retravailler et interroger nos propres perceptions d'observateur participant. Traiter des formes de cet échange disons-nous, mais aussi chercher à objectiver les règles d'énonciation de cet échange, comment nos propres mises en récit sociologiques reconfigurent cet échange, transforment le statut relationnel, dynamique et concret du social observé. En conséquence, nous pouvons avoir intérêt à nous déprendre de l'ontologie sociale qui recherche un point de vue d'« omniscience externe » si l'on cherche à problématiser l'évidence du « visible » et de ce que nous reconnaissons et croyons reconnaître dans la réalité sociale observée et à laquelle nous participons. Pour cette raison, nous envisageons nos données d'observation in situ non pas comme un enregistrement du réel, ni comme une observation neutre et directe du réel, mais plutôt comme une reconstruction interprétative de la réalité observée, comme une reconstruction dont la portée autant que les limites heuristiques dépendent d'une série de choix implicitement opérés : choix d'orientation du regard lors de la phase de recueil des données, choix d'énonciation pour élaborer un récit sociologique de nos observations.

La situation et l'activité comme objets d'investigation sociologique

11Si nous tirons les conséquences de ce détour sur ce que font le récit et la fonction narrative avec lesquels notre observation de terrain s’effectue mais aussi avec lesquels les enquêtés répondent dans les interviews effectuées, la question devient alors pour nous : comment construire une approche « relationnelle » de nos données quand celles-ci se présentent sous la forme interprétative de « factualités » et de « contexte social ». Or une situation se caractérise par des suites d’activités qui sont autant d’opérations, de solutions et le fruit d’un travail collectif des acteurs en réponse aux dilemmes, contraintes et autres ajustements nécessités pour faire exister leurs formes de vie sociale.

La situation, un concept « relationnel »

12À la différence de la notion de « contexte », la situation est un concept relationnel : les situations peuvent être caractérisées comme une intrication de relations ou une interactivité entre des processus, des acteurs, des activités, des formes de connaissance et des formes esthétiques dans un espace social spécifique. Nous appréhendons la situation (la singularité) comme un nœud complexe entre processus sociaux duratifs et dynamique événementielle. Une situation constitue pour nous le substrat relationnel à partir duquel les interactants vont déployer leurs activités. En décrivant des situations et les activités que les interactants y inscrivent, nous cherchons à approcher l'échange social qui se noue entre les interactants (leurs activités conjointes et coordonnées) et le processus complexe de cet échange, en même temps qu'à rendre compte des variations ou des changements opérés par les acteurs en présence qui ne peuvent être observés qu'au moment de l'accomplissement du procès social, dans les activités et interactions localisées et singulières.

13Pour les interactants, l'action à accomplir est source d'incertitude quant à ses résultats (réussite ou échec de la double action d'enseignement et d'apprentissage si l'on prend l'exemple de l'école) et aux moyens à mettre en œuvre pour la réaliser. Pour continuer sur cet exemple, en cours d'action et pour réaliser leurs activités, élèves et enseignants ont à résoudre des problèmes, à résoudre non seulement la tâche cognitive, mais aussi d'autres tâches, celle notamment de savoir comment accueillir, comment donner place et comment prendre place dans cet espace. De la même façon, les situations scolaires d'apprentissage ne sont pas transparentes parce qu'elles sont une trace d'opérations diverses que les acteurs font ou qu'ils reconduisent pour produire leurs activités dans cet espace, opérations qui ne sont pas directement visibles ni directement perceptibles et que, sociologues, nous pouvons nous donner pour tâche de retrouver, de reconstituer. Commençons alors par dire que nous appréhendons la situation de classe et l'activité d'apprentissage comme une suite de problèmes et/ou de dilemmes, à la fois pour l'élève et pour l'enseignant, problèmes auxquels les uns et les autres répondent par des solutions dans le cours de l'action et de sa coordination. Nos observations de la classe sont à la fois une trace de problèmes et de dilemmes, une trace des solutions que les acteurs élaborent pour y répondre lorsqu'ils agissent, et des moments de vie, c'est-à-dire une trace de la relation qu'un acteur a, à ce moment et dans cette activité précise, avec l'échange symbolique et social qui se réalise présentement dans la classe.

14En ce sens, une situation se distingue pour nous du contexte codifié (stylisé) dans l'ontologie sociale. Ce qui est généralement nommé « contexte » consiste en une version drastiquement réduite des situations concrètes attestées. Seuls quelques éléments de la situation sont sélectionnés comme des critères qui permettront de comparer ensuite une variété de contextes entre eux, en usant de la clause « toutes choses étant égales par ailleurs ». Dans ce cas, les actes réalisés par les acteurs en présence sont envisagés sur fond d'un ajustement entre un contexte « stylisé » qui fournit aux individus des règles pour agir et réagir (des règles de reconnaissance et/ou de réalisation de ce qui est attendu dans ce lieu, dans ce contexte) et un système normatif d'attentes fourni par les rôles (par exemple « le métier d'élève »). À partir d'une telle grille de lecture, même si le chercheur vise à dépasser des explications de type déterministe, il devient difficile d'échapper à la réintroduction d'une théorie mentaliste dans la phase de massification des données – sauf si l'on s'en tient à la seule description des cadres négociés de et dans l'interaction et/ou à celle des seules procédures dont usent les acteurs dans l'activité située.

15Il s'agit pour nous d'approcher des aspects qualitatifs peu traités du social observé : le « substrat » relationnel dirions-nous des activités interactives réalisées. Il s'agit par là également d'être attentif à des aspects du « réel » que le chercheur modifie souvent sans le savoir ou sans y être attentif. Ces aspects sont liés notamment à l'ancrage situationnel, à l'indexicalité des données recueillies dans un lieu et à un moment précis d'une activité et dans des événements interactionnels singuliers.

16Pour illustrer ces aspects plus qualitatifs et relationnels du social observé in situ (l'échange social et sa genèse processuelle) il nous paraît intéressant de reprendre une expérience de terrain de Jack Goody. Nous voulons parler de l'incident de magnétophone survenu lors de l'« enregistrement » d'une séance de récitation du mythe du Bagré (Goody, 1994). Lors de l'interruption de l'enregistrement, Jack Goody change de bande ou règle un problème technique avec son enregistreur. Le conteur va alors s'interrompre, mais le contage ne s'arrête pas vraiment dans la mesure où les auditeurs se mettent à ce moment-là à discuter du conte, de ce qui vient d'être récité et de ce qui va venir après, ou plutôt de ce qui doit venir après en fonction de ce qu'ils éprouvent présentement par rapport au mythe. Il y a un « avant » et un « après » l'incident du magnétophone : dans l'interlude, avant que le conteur reprenne la parole pour poursuivre la récitation, l'« ambiance » n'est plus la même. Ce n'est plus l'anthropologue qui vient pour enregistrer le mythe qui est au centre de la situation, mais ce que le mythe « fait » aux auditeurs, sur un plan à la fois esthésique (ce qu'ils éprouvent) et cognitif. L'aspect cognitif spécifie le mythe comme un ensemble de connaissances liées à des formes de vie : les objectivations des auditeurs sur ce qui doit venir après relèvent d'une activité de remémoration, mais il s'agit moins de se rappeler de la « bonne forme » et du bon ordre des épisodes du mythe pris comme un « texte », que d'une remémoration à la fois personnelle et collective qui est reconstruction du mythe, actualisation d'une ou plusieurs mémoires (déposées dans le mythe) dans l'expérience présente et pour les personnes présentes ce jour-là. Ce qui doit venir après selon les différents auditeurs, c'est ce qui vaut d'être raconté pour les personnes présentes ce jour-là dans l'auditoire, en fonction de l'histoire qu'ils ont en commun, des préoccupations du moment, celles personnelles des uns et des autres ou encore celles liées aux obstacles, difficultés ou défis rencontrés par la communauté. Cet exemple montre excellemment comment l'observateur, croyant recueillir des données sur un objet précis qui peut faire l'objet d'une analyse du contenu interne (le mythe), recueille en fait des données sur la forme selon laquelle se manifeste et s'accomplit une situation de contage précise et investie cognitivement et esthésiquement par les personnes en présence, sur un échange social entre les individualités en présence médiatisé par un artefact et une forme culturelle (le mythe). C'est d'ailleurs, notamment, suite à l'écho de cette expérience que Jack Goody fut, nous rapporte-t-il, amené à réviser la théorie d'inspiration structuraliste qu'il privilégiait au début de sa carrière. Par ailleurs, cette expérience de Jack Goody attire notre attention sur le fait que le chercheur participe à la situation qu'il est en train d'observer, y compris lorsque l'intervention du chercheur semble minimale. Dans le cas rapporté par l'anthropologue, sa participation à la production de la situation de contage est liée à sa seule présence ainsi qu'à un dispositif technique de recueil (le magnétophone), lequel à première vue n'implique pas des choix préalables d'orientation du regard et de sélection d'une focale par le chercheur. Mais on peut se demander si, par sa simple demande d'enregistrer le mythe oralisé dans sa totalité (comme un texte qui a un début et une fin), l'anthropologue n'a pas influé sur le déroulement de l'activité de contage.

17Ajoutons que si l'on tient compte de l'indexicalité de l'existant observé (et rapporté dans le journal de terrain) dans la singularité et dans un échange social, il devient important de pouvoir mieux spécifier et décrire, non seulement les cadres et les cadrages cognitifs de l'action et de l'interaction, les bases sociales des acteurs, mais l'ensemble des aspects qualitatifs et d'un système relationnel qui influent sur le rapport qui s'établit entre un individu et l'échange social en question, sur la manière dont il s'engage et s'investit dans son activité, dans ce lieu et dans ce moment. Par suite, ce qui se passe avant et ce qui se passe après les événements interactionnels précis observés, et dans des lieux ou des activités contigus à ceux sur lesquels nous avons focalisé, devient presque aussi important à observer que le moment précis des activités ou des séquences d'interactions que nous choisissons plus spécifiquement d'analyser et d'élucider en fonction de notre question de recherche propre.

La situation singulière et localisée : une actualisation de processus historiques multiples

18Une situation peut être décomposée analytiquement comme une multiplicité et une hétérogénéité de processus de longue et moyenne durée, antérieurs et extérieurs à l'action et à l'interaction hic et nunc, des processus qui vont connaître une actualisation singulière dans la classe, au moment où élèves et enseignants réalisent leurs activités et vont alors investir, à leur manière propre, la situation scolaire d'apprentissage. Ces processus sont appréhendés comme un ensemble de mémoires, plurielles, hétérogènes et peut-être chacune, composites.

19Nous donnons au terme de « mémoire » le sens dans lequel Maurice Halbwachs a travaillé la mémoire : non pas des croyances ou des souvenirs personnels, mais des formes de connaissance et de sensibilité. Rappelons que les mémoires culturelles diverses sont localisées dans des groupes sociaux spécifiques, ou encore elles sont déposées dans des institutions ; elles sont liées à des relations sociales dynamiques et évolutives au sein de ces groupes. Outre le cadrage social des mémoires individuelles (la localisation sociale des souvenirs) que le premier ouvrage publié à titre posthume de Maurice Halbwachs vise à mettre au jour (Halbwachs, 1994), une autre voie d'investigation s'ouvre au sociologue, celle-ci développée dans le second ouvrage publié à titre posthume (Halbwachs, 1997). Le regard du sociologue n'est plus (seulement) porté sur la diversité des mémoires de l'expérience et sur la construction sociale de cette pluralité de mémoires, sur la mise au jour des formes diverses et hétérogènes d'une reconstruction d'un même événement, d'une même situation (familiale, historique etc.) selon la variation et la variété des cadres sociaux, c'est-à-dire selon les espaces-temps sociaux dans lesquels l'individu se situe. L'attention se porte aussi sur la genèse de mémoires dites « collectives ». Ces dernières ont une valeur plus générale pour l'expérience sociale en tant qu'elles sont constitutives d'une expérience à la fois, virtuellement, plus largement partagée et qui n'est pas soumise à la fragilité et la mortalité intrinsèque des relations humaines – une mémoire qui peut survivre à la disparition du groupe c'est-à-dire qui peut être ravivée, revivifiée bien plus tard, par d'autres générations et dans d'autres lieux – et/ou en tant que constitutives d'un domaine d'activité (la mémoire collective retenue par les partitions chez les musiciens, mais l'on peut aussi penser plus largement aux outils « collectifs » de l'intellect).

20Une situation spécifie alors un certain tissage, une forme de relation entre des mémoires culturelles composites et diverses ainsi que des mémoires collectives. Une situation est une combinaison spécifique de mémoires ; elle peut être caractérisée comme un rapport entre des mémoires. Certaines de ces mémoires ont été stabilisées par l'institution en « cadrages », c'est–à-dire en solutions matérielles pour accomplir l'action sociale dans l'espace en question : la sélection du savoir, son séquençage, la détermination d'un rythme d'acquisition, mais aussi la répartition des corps dans les espaces scolaires, la définition des critères d'évaluation, les formats des relations et des interactions entre les différents acteurs présents dans cet espace. Nous entendons par là que des solutions optées à un moment historique pour répondre aux problèmes de la réalisation de l'action sociale ont été stabilisées, institutionnalisées sur la longue durée historique. Ces solutions sont maintenues, répétées dans le temps, avec la difficulté, notons-le, qu'elles ne répondent plus nécessairement aux nouveaux problèmes et défis qui se posent aux acteurs de la classe dans le moment présent. Nous voyons que la part « d'indétermination » du social que nous évoquions plus haut est liée, notamment, au fait que la connaissance des processus, quand elle est insuffisante, les interprète alors comme forces de déterminisme et de contraintes qui pèsent sur les acteurs et ne saisit pas cette production du social qui est à l'œuvre sur les terrains observés : la situation permet d'autre part de considérer que l’observation porte à la fois sur les processus ainsi que sur leurs actualisations. C'est seulement une fois l'acte accompli que nous pouvons tenter de reconstituer les processus à l'œuvre ainsi que les mémoires qui ont été sélectionnées et actualisées par les interactants ; ceci afin de saisir notamment comment des mémoires diverses et différentes et des processus sont hiérarchisés entre eux. Quels que soient les processus sociaux et la force des déterminismes à l'œuvre, ce sont, en dernier lieu, les élèves et l'enseignant, qui, au moment de l'accomplissement de leurs actes, donnent forme à l'action sociale, actualisent un rapport social et un rapport entre des mémoires, ces derniers en partie préfigurés par le travail de rationalisation opéré en amont par les instances éducatives.

21Le rapport singulier entre des mémoires hétérogènes qui est produit dans telle situation locale, au moment où les acteurs agissent – lequel singularise et spécifie la situation en question – désigne une combinaison, une forme d'une mise en relation entre telles mémoires plutôt que telles autres (et convoque notamment des opérations de sélection) ainsi que le sens de la hiérarchisation entre les différentes mémoires présentes « virtuellement » et qui vont être incarnées et matérialisées dans la classe. Une des tâches du sociologue pourrait être de mettre au jour des opérations de sélection et des opérations de « classification » au sens de Basil Bernstein (Bernstein, 2007) qui sont à l'œuvre dans cet espace et qui ont pour résultat de donner un poids à telle mémoire qui devient de ce fait plus visible et qui acquiert une « pesanteur » pour les acteurs plutôt que telle autre, celle-ci peut-être moins visible, mais virtuellement présente et décelable pour autant que l'on intègre dans l'observation sociologique celle d'un échange symbolique et social élargi qui se réalise dans ce lieu d'activités.

22À la différence du contexte vu comme le cadre contraignant dans lequel les acteurs vont agir, le concept relationnel de situation permettrait notamment de saisir comment des ressources institutionnelles mises à la disposition des acteurs deviennent structurantes des expériences concrètes qui sont faites par ces derniers dans ce lieu, structurantes donc de formes de relations (des relations sociales mais aussi des formes d'un échange de connaissances et de savoirs), de perceptions et d'émotions. La situation a une épaisseur à la mesure de sa « concrétude ». C'est pourquoi nous préférons parler de mémoires plutôt que de cadrages ; car parler de mémoires, c'est parler de formes de connaissances liées à l'expérience sociale et à des formes de vie. Les mémoires sont mémoires de l'expérience. Les mémoires de moyenne et longue durée historique sont des traces de thématisation et de solutions à des problèmes d'« habitabilité » (de la classe, du collège et de l'école) qui se posent et que rencontrent les acteurs. Les modes d'actualisation divers et différenciés de ces mémoires sont liés aux investissements des acteurs en situation et aux rapports qu'ils engagent avec leurs mémoires. Décrire des mémoires et non les seuls cadrages nous paraît intéressant par rapport à l'objectif de tendre vers une mise au jour des situations concrètes vécues et agies par les acteurs, c'est-à-dire des situations telles qu'elles sont perçues, ressenties, investies par les acteurs dans le cours de leurs activités.

23Les mémoires connaissent des actualisations diverses et différentes selon les usages que les acteurs font des ressources et des formes de connaissances contenues dans ces mémoires. L'actualisation qu'élèves et enseignant produisent dans la classe est liée au rapport qu'ils ont avec leurs activités et avec les « savoirs » et les ressources institutionnalisées (les processus antérieurs et leurs cadrages), dans cet espace social, et à ce moment précis.

La singularité, lieu ou moment de l'inscription du changement

24La situation singulière se laisse caractériser comme une articulation entre des temporalités de plus ou moins longue ou moyenne durée et une activité sociale événementielle qui renvoie à l'activité d'appropriation de l'espace social en question que réalisent les acteurs. La situation constitue alors le moment où, par leurs actes, les acteurs peuvent inscrire des changements. Le concept de situation ainsi défini, nous approchons une dimension plus pragmatique de l'action sociale. La classe n'est pas seulement activation de processus stabilisés sur la longue ou moyenne durée, elle est aussi le moment où se réalisent des activités d'appropriation de l'espace social en question par les acteurs. En ce sens, la complexité des situations que nous essayons d'approcher est liée fondamentalement à deux éléments : d'une part à la multiplicité et à l'hétérogénéité des processus qui structurent et configurent l'espace social en question et que nous ne connaissons pas tous ; d'autre part à la « réversibilité de l'action » dont parle André Petitat – liée à la fonction symbolique, à la possibilité de nous représenter nos actions ainsi qu'à la capacité de réflexivité des acteurs – à savoir le fait que la manière dont les acteurs vont problématiser et accomplir l'action, de même que la manière dont ils vont s'engager dans la situation locale et investir leurs activités, ne sont pas totalement déterminées ni prévisibles (Petitat, 2009). Par exemple, élèves et enseignants peuvent, pour réaliser leurs activités, user des ressources fournies par les « cadrages » institutionnels disponibles, ou bien ils peuvent inventer, en cours d'action, d'autres solutions. Tenir compte de cette spécificité de l'action humaine (sa réversibilité), revient à être attentif au fait que l'action sociale comporte une part de « vague » (Livet & Nef, 2009), d'indétermination dont il faudrait pouvoir tenir compte dans nos comptes rendus, si nous voulons pouvoir approcher comment le changement, ainsi que l'écrit Basil Bernstein, peut se produire au niveau du cadrage (entendons ici par « cadrage », le moment de la réalisation de l'acte pédagogique au palier des interactions singulières dans la classe), c'est-à-dire comment les processus connus peuvent, à un moment, ne pas se réitérer dans les formes déjà connues.

L'observation empirique de l'activité

Un récit de la pratique des corps

25L'activité en cours se manifeste à nous, sur le terrain, par des gestes, des paroles, des regards. Il demeure possible de proposer dans un premier temps du traitement des données, outre des significations à des paroles et à un langage corporel, la description de ce que les interactants font, c'est-à-dire de décrire le travail des corps qui s'accomplit dans l'activité en cours (une production) et dont notre journal de terrain et/ou nos vidéographies de la classe portent la trace. La sémantique des régions du corps proposée par Fernando Belo fournit des outils pour décrire ce travail, la production qui s'effectue ainsi que le travail de dogmatisation (ou idéologisation) qui clôture le travail des corps (le champ des possibles actualisés par les acteurs), par suite qui restreint l'ouverture à d'autres normativités et les possibilités de changement (Belo, 1974).

26Le récit de la pratique des corps et de ce qu'ils font peut alors rendre visibles, en s'attachant à la description des diverses « régions du corps » engagées dans l'activité en cours, des dimensions pragmatique, épistémique et politique de l'action et de l'activité sociales. La « pratique des mains » réfère aux formes d'une production qui s'effectue, à l'exercice d'une force de travail du corps. La « pratique des yeux » qui lisent (et des oreilles qui écoutent) renvoie à la dimension épistémique de l'action, sachant que dans la formation sociale, le travail d'élaboration de la connaissance est structuré sur un rapport social de type clerc/profane (ou scribe/disciple). La « pratique des pieds » rend visible l'activité réalisée en tant qu'elle maintient ou transforme l'ordre et l'ordonnancement des corps les uns par rapport aux autres dans un espace social – en les différenciant, en les hiérarchisant ou au contraire en leur donnant leur part. Enfin, la réversibilité de l'action et l'émergence de changements, au plan subjectif, relèvent d'un « temps secret » des corps (un temps imprévisible), d'une « pratique du cœur », ce dernier, siège du jeu toujours ouvert entre les lectures diverses et conflictuelles de « ce qui se passe ici » et par là de la lecture, la non-lecture ou encore la malvoyance des émergences d'ouverture des possibles entrevus pour soi et pour les autres dans ce lieu, les activités qu'il propose, le travail qu'on y réalise.

Un compte rendu d'actes qui procèdent d'une perception

27Il reste à envisager que les gestes, les paroles, les regards des acteurs, sont déjà une réponse de l'acteur à ce qu'il a perçu. Par conséquent, nous traitons des gestes, des paroles et des regards comme le résultat d'une interaction entre les individus présents (médiatisée par des formes culturelles et des artefacts), comme une production ou un travail en train de se faire mais aussi dans leur statut de trace d'une perception non directement observable, dont ils portent parfois encore l'empreinte : ce serait être attentif alors aux indices verbaux et non verbaux, aux gestes mais aussi à leurs hésitations, leurs rétractations, leurs révisions, à ce qui dans les corps que nous voyons (celui de l'enseignant, ceux des élèves) nous donne l'impression d'un trouble, d'une gêne, d'un caractère irrésolu.

28La perception qu'un acteur a d'une situation, d'un moment précis qu'il est en train de vivre est à la fois plus fine, plus riche et moins univoque (par là aussi plus trouble et opaque) que le récit qu'il peut en faire : nous percevons beaucoup plus de choses que ce que nous sommes en mesure de reconnaître cognitivement et de « mettre en mots » pour élaborer notre compréhension. La perception est éclatée, multidimensionnelle, non monolithique. C'est que, premièrement, la perception procède d'un double mouvement, comme le soulignent Anne Barrère et Danilo Martuccelli : un mouvement de projection et un mouvement d'introjection (Barrère & Martuccelli, 2009). Nous projetons sur les autres et sur le monde des attentes et des espoirs et en outre, nous percevons le réel à partir de schèmes culturels stabilisés – à partir desquels nous formons des anticipations – mais nous sommes également dotés d'une capacité d'attention aux autres et au monde qui nous entoure. « Le monde imprime aussi, de l'extérieur, ses marques en nous », ce qui se traduit par des impressions, des vibrations et des affects qui ne coïncident que rarement à ce que nous attendions, à ce que nous avions pu anticiper. Par exemple les « ondes », au sens où les définissent les deux auteurs, naissent d’une non-coïncidence entre ce que nous voyons et ce que nous ressentons ou percevons qui ne correspond pas au « visible ». En d'autres termes, notre compréhension sensible du monde environnant est ouverte mais nous avons aussi à agir et à faire des choix, à répondre à l'autre dans l'action située et à répondre de nos actes. Pour agir et pour interagir, nous attribuons nécessairement et ordinairement des qualités aux situations vécues (aux situations, aux objets, aux personnes, aux événements). Or le passage à l'acte, à l'action, implique de stabiliser ce qui est en mouvement, de réduire les équivoques ainsi que la pluralité des significations et la densité (l'opacité, le caractère trouble) des perceptions et des impressions. Pour produire cette stabilisation nous pouvons fonctionner sur des attentes et des anticipations, ressaisir nos perceptions à partir de la reconnaissance d'un « déjà connu » ou d'exemplaires de situations déjà rencontrées dans notre expérience. Nous convoquons alors et nous projetons sur la situation, des schèmes d'actions et de perceptions, ou encore des formats relationnels déjà connus, ce qui signifie que nous faisons appel à des « scripts culturels » – terme que nous empruntons à Jean Molino (Molino, 2003) codifiés ou stabilisés dans la formation sociale ou dans notre patrimoine culturel et cognitif, pour donner sens à ce que nous percevons et ressentons et pour agir en fonction de cette compréhension que nous élaborons. Dans ce cas nous usons des ressources et des connaissances acquises et disponibles qui sont le résultat de mémoires qui ont été stabilisées à un moment du temps notamment, dans et par l'institution, en scripts culturels, en schèmes de perceptions et d'action et en solutions matérielles (des cadrages). Il s'agit ici d'une perception sémiotisée : par exemple les rôles, en fournissant un système de règles et d'attentes, sont une manifestation extérieure, collective, d'une telle perception. Mais nous pouvons aussi inventer autre chose en fonction de ce qui se passe dans le moment présent, c'est-à-dire : non seulement, nous pouvons fonctionner sur la réflexivité et sur la « distance par rapport au rôle » (Goffman, 1991) mais aussi sur une sensibilité élargie et sur une réciprocité des perspectives. Ces dernières nous orientent potentiellement vers une attention et une appréhension plus globale et plus relationnelle à/de ce qui joue sur un plan non seulement cognitif, éthique mais aussi esthésique (les perceptions, les sensations, les sentiments qui s'échangent au moment de la réalisation de la tâche cognitive) et une attention à ce que les autres expriment et investissent dans l'échange et dans l'interaction présents. Cela signifie que pour élaborer la signification des moments que nous vivons et pour accomplir nos actes et activités sociales, nous itérons constamment entre perception culturelle, perception fonctionnelle (les ressources fournies par les rôles) et une perception qui relèverait plutôt d'un naturalisme social et/ou, selon les cas, d'une « sensibilité élargie et décentrée ». Remarquons que les perceptions culturelles et fonctionnelles peuvent jouer soit comme ressource qui facilite l'accomplissement de l'échange social, soit comme restriction et normalisation des activités coordonnées de production de formes de vie sociale et formes de connaissance.

La « théorie des ambiances » : un outil pour décrire l'expérience concrète et incarnée en/de la situation

29Si la pratique du cœur, temps secret des corps, est inobservable, il est possible de mener une observation positive de manifestations extériorisées de l'activité esthésique des acteurs (la manière dont chacun investit l'espace social d'activité en question) et des matérialités par la médiation desquelles le monde extérieur investit les individus, nous voulons parler des « ambiances » au sens d'Anne Barrère et de Danilo Martuccelli. La théorie des ambiances proposée par les deux auteurs ouvre sur une description des situations telles que perçues et investies esthésiquement par les acteurs, permettant de traiter de l'épaisseur concrète des situations et de traduire dans la théorie de l'observation l'hypothèse selon laquelle le rapport entre le sujet et le monde social n’est pas direct. Le modèle d'une coïncidence immédiate entre le monde objectif et ce qu'on en perçoit procède d'une théorie solipsiste du sujet et de son rapport au monde, d'un mentalisme. La doctrine de la transparence entre la conscience et le corps a été discutée et remise en question par les philosophes. La réflexion de Maurice Merleau-Ponty, notamment, peut être lue comme une critique de la transparence. À l'idée de transparence – et pour reprendre les termes que propose Emmanuel Alloa dans sa lecture de Maurice Merleau-Ponty – ce dernier oppose celle d'une « médiateté corporelle », du corps sensible qui perçoit et celle d'un « entremonde », d'un « phénomène enveloppe » qui fait charnière entre notre corps et le monde environnant (Alloa, 2008). Il n'y a pas le corps initialement donné comme séparé du monde, hypothèse qui soutient l'idée que leur mise en relation interviendrait ultérieurement, mais bien plutôt une relation première : l'individu est comme entouré, enveloppé par le monde environnant :

« Loin qu'elle ouvre sur la lumière aveuglante de l'Être pur, ou de l'Objet, notre vie a, au sens astronomique du mot, une atmosphère : elle est enveloppée de ces brumes que l'on appelle monde sensible ou histoire, l'on de la vie corporelle et l'on de la vie humaine, le présent et le passé, comme ensemble pêle-mêle des corps et des esprits, promiscuité des visages, des paroles, des actions, avec, entre eux, cette cohésion, qu'on ne peut pas leur refuser puisqu'ils sont tous des différences, des écarts extrêmes d'un même quelque chose » (Merleau-Ponty, 1964).

30Il nous a semblé que la théorie des ambiances proposée par Anne Barrère et Danilo Martuccelli se situe dans une continuité par rapport aux changements de modèle philosophique que Maurice Merleau-Ponty et sans doute d'autres avec lui, proposent. Si l'on repose la question sur le plan plus sociologique de l'observation du social in situ, l'enjeu est aussi, pour nous, celui de produire une description des situations qui tienne compte de leur opacité (liée à leur épaisseur concrète), c'est-à-dire d'une part plus sensible (des perceptions et des émotions) et plus ouverte de notre relation au monde et aux activités que nous y inscrivons. Ce qui importe, avons-nous dit, est d'envisager les situations non plus comme des contextes prédéfinis mais dans une configuration éminemment relationnelle et dans leur épaisseur concrète. La théorie des ambiances nous permet de rendre opératoire l'hypothèse selon laquelle la compréhension de leur monde environnant que les acteurs élaborent, ne repose pas précisément, ni seulement, sur une observation de traits factuels qu'ils retiennent et qu'ils traiteraient ensuite comme de l'information. Elle procède plutôt d'une perception sociale par laquelle ils attribuent des qualités aux situations vécues (aux événements, aux personnes, aux lieux), perception médiatisée par des dispositifs culturels et à d'autres moments plus « directe » du monde. Les ambiances, au sens de nos deux auteurs, se laissent caractériser comme des matérialités qui contribuent à constituer l'épaisseur concrète de la singularité (la situation), telle qu'elle est potentiellement perçue et ressentie et telle qu'elle va être ensuite agie par les acteurs en co-présence en fonction de ce qui a pu être à la fois perçu, ressenti et reconnu. Les ambiances se laissent définir, nous semble-t-il, comme des points de condensation partielle de formes de la socialité et des formes esthétiques d'un échange social. Ajoutons que les ambiances sont ancrées dans des lieux ou des liens, qui sont alors vécus sur le registre de la sécurité ou du malaise, du bien-être ou du mal-être, de la réassurance ou de l'inquiétude ; ou bien elles sont liées à des moments de vie précis susceptibles de donner lieu à des expériences de l'ordre de la « fusion » ou de la « fission » dans la relation de l'acteur aux autres et à l'échange social qui se déroule présentement dans ce lieu ; ou encore elles réfèrent à des chocs esthétiques ressentis par les individus.

31Les ambiances désignent alors la « manière dont les situations entourent les individus », des « enveloppes plus ou moins stables, agréables, intenses » qui infléchissent les perceptions, la compréhension à la fois sensible et intelligible des situations. « Elles introduisent ainsi à ce qu'il faut peut-être nommer comme une météorologie implicite de la vie sociale qui a tout à gagner des tentatives, même naissantes, de clarification » (Barrère & Martuccelli, 2009). Nous employons ordinairement le terme d'ambiance ou d'atmosphère pour parler des situations de travail, familiales etc. que nous vivons. L'ambiance est « bonne » ou « pourrie », le climat est « tendu » ou « léger », l'atmosphère est « chaleureuse » ou « glaciale ». Ainsi, dans les romans contemporains que les auteurs analysent, il est sans cesse question d'ambiances dans la mesure où « la conscience et la sensibilité incroyablement exacerbées des individus à la différence, à la variabilité constante des expériences dans les échanges et les groupes, focalisent la description » (Ibid., p. 202) Il est important de comprendre qu'il ne s'agit pas d'un concept analytique inventé par le sociologue, mais plutôt d'une manifestation phénoménale de la forme selon laquelle les situations et les événements nous pénètrent de l'extérieur.

32Les auteurs proposent trois critères qui permettent de distinguer six grands types d'ambiances. Présentons-les :

331/ Les perceptions peuvent relever d'une projection de notre « monde intérieur » sur une situation ou un événement, ou alors la perception se fait plutôt par introjection du monde extérieur. Nous avons tenté de problématiser et de spécifier ce point un peu plus haut.

342/ Les ambiances sont plus ou moins durables dans le temps et dans l'espace et par là elles peuvent être reproductibles ou uniques.

353/ Les ambiances peuvent être de « basse intensité » et dans ce cas elles enveloppent comme « en sourdine » les situations ; soit de haute intensité, lorsqu'elles interviennent de manière irruptive. Une perception intense est susceptible de changer complètement la perception de la situation d'une personne et peut-être toute une vie.

36Ces critères permettent de décrire six grands types d'ambiances: les « atmosphères » et les « climats » qui « enveloppent les situations » ; les « ondes » et le « magnétisme » qui « s'éprouvent au travers des vibrations qu'elles transmettent » ; les « stupeurs » et les « empreintes », « indissociables de leur concentration dans des instants ».

37Cette voie descriptive proposée par les deux auteurs nous paraît contenir une portée heuristique plus générale pour la sociologie. Elle permet d'intégrer, dans le traitement des observations de la classe, une dimension esthésique de l'expérience sociale et des formes esthétiques d'un échange social, par là d'ouvrir l'observation à ce qui, en situation, se joue et s'échange dans la relation à l'autre et à un collectif et qui n'est pas d'ordre stratégique ou dramaturgique. À l'exception du « charisme » chez Max Weber, qui formule l'une des formes d'exercice d'un rapport d'autorité, de l'ordre d'une vibration qui se dégage du corps du leader (ou de l'enseignant dans la classe) et produit une forte impression sur l'autre (Weber, 2003), les formes d'émotions et d'une sensibilité qui tissent et matérialisent le rapport entre individu et collectif (l'expérience subjective que l'acteur fait de et en situation) restent peu travaillées dans les théories sociologiques : « Elles [les ambiances] enveloppent littéralement les situations, dans un halo de significations et d'impressions qui, s'il paraît insaisissable, en donne pourtant très exactement les contours et la mesure à l'échelle individuelle » (Barrère & Martuccelli, 2009).

38Ajoutons qu'une approche des ambiances contribue à permettre une objectivation, un re-travail de nos propres impressions d'observateur participant qui joue continûment dans notre perception et conséquemment dans les comptes rendus d'observation que nous produisons.

Les « atmosphères » et les « climats »

39Les atmosphères sont des sortes d'« enveloppes émotionnelles qui colorent les situations vécues ». Elles définissent « une ambiance qui peut être tour à tour à dominante projective ou introjective ». Elles sont liées soit à un lieu, soit à un moment, soit à un lien relationnel, soit à un lien relationnel associé à un lieu ou à un moment. Les atmosphères sont éminemment relationnelles : « dans l'atmosphère, les gens deviennent indissociables des lieux et des moments ».

40Elles sont plutôt durables dans le temps, reproductibles, plutôt extensibles dans l'espace et de faible intensité. « L'atmosphère est souvent liée à une capacité de réassurance projetée sur l'autre », à un « lien relationnel avant tout porteur de sécurité ou de malaise ». Les lieux sont porteurs d'une certaine atmosphère ainsi que les liens, « parce que les individus y associent un certain nombre de perceptions stables ». On comprend alors que « les atmosphères sont alors produites par la capacité d'éprouver et de retrouver, lors de la relation, une famille d'impressions similaires, quel que soit ce qui peut la motiver : souvenirs, états passés ou idéaux de soi, sécurité ou malaise émanant de la relation à l'autre » (Barrère & Martuccelli, 2009).

41Dans notre travail, nous pensons notamment à la relation pédagogique enseignant-élèves susceptible d'être vécue par les élèves sur le registre de la sécurité ou du malaise, de la réassurance d'un élève dans l'espace social d'apprentissage (la classe) ou au contraire de l'inquiétude, à l'enseignant qui doit répondre aux incidents de gestion de classe et qui se demande comment « tenir » la classe.

42Par rapport aux atmosphères,

« les climats sont plutôt de nature projective, ils ont un caractère plus circonscrit et momentané. Ils ne sont pas forcément uniques mais ils sont malgré tout plus difficilement reproductibles. Ils sont bien, de ce point de vue, ce que la résonance météorologique laisse transparaître : plus ou moins variables localement et temporellement, bref saisonniers pour continuer à filer la métaphore » (Ibid.)

43Les climats varient en acuité et en force, ils peuvent être de basse intensité, une toile de fond d'une situation, comme envahir le devant de la scène et devenir la situation elle-même. Il y a donc bien une « dialectique » entre atmosphères et climats : par exemple « en fonction des moments et des hommes, les villes, les quartiers, les rues peuvent être enveloppés d'ambiances différentes » (Ibid.).

Les « ondes » et le « magnétisme »

44Les ondes viennent de l'extérieur, d'une personne, d'une situation et elles « arrivent » à celui qui les éprouve et qu'elles entourent. Elles désignent par exemple ce qui s'échange dans l'intersubjectivité. Elles ne sont pas liées à des moments et à des lieux, mais plutôt à ce qui est dégagé par la présence d'une personne, chaleureuse, apaisante et rassurante, ou source d'inquiétude, d'inconfort jusqu'à une antipathie pour l'autre, à certaines « vibrations » bonnes ou mauvaises (attirance, attraction ou répulsion) dégagées par autrui. Elles se traduisent par un « halo d'impressions » que l'autre dégage : l'autre est perçu comme « ayant l'air de », ayant un certain « genre ». Elles constituent un soubassement des interactions locales, dans la mesure où « "avoir l'air" est plus – autre chose – qu'une disposition incorporée. C'est un registre à part entière de perception sociale, d'autrui, de soi et du monde, parallèle, en fait, à la description en termes de personnages sociaux » (Ibid.). Il y a donc des différentiels de présence, des apparences qui « inscrivent des impressions sur les autres » et qui semblent fonctionner soit comme des indices de menaces latentes, soit à l'opposé, donner le sentiment d'un bien-être diffus.

Les « stupeurs » et les « empreintes »

45Ces dernières sont liées à des instants qui revêtent une forte intensité pour ceux qui les vivent, alors que l'atmosphère et le climat sont quelque chose de diffus et de global. Les stupeurs sont projectives, ce sont des « instants au poids existentiel considérable ». Elles se traduisent par des connivences (fusion) ou des déchirures (fission) relationnelles fortes. Dans la stupeur, on pourrait dire que l'extraordinaire fait irruption dans le cours ordinaire, banal, de la vie : une émotion intense, un événement inattendu, un choc émotionnel qui apporte bonheur ou malheur. « Les instants de stupeurs, de fusion ou de fission, rendent compte d'une événementialité ordinaire et pourtant parfois décisive, que seul le langage des ambiances permet d'approcher » (Ibid.). Ce sont des instants-charnières qui sont susceptibles de faire événement pour la personne qui les vit dans la mesure où « ils dramatisent le rapport au temps » et/ou peuvent constituer le moment lors duquel l'irruption d'une autre perception ou d'une émotion fait bouger le rapport d'un individu à son activité et à l'échange social.

46Les empreintes sont des ambiances plutôt introjectives à la différence des stupeurs. Elles sont liées à une expérience sensuelle, charnelle, du monde. Il s'agit alors de l'expérience esthétique de la beauté du monde, ou de l'expérience esthétique face à une œuvre d'art, mais moins comme intellection, élévation de l'esprit que comme expérience sensible, celle d'un contact presque charnel avec les objets du monde naturel et culturel.

47L'amélioration du traitement des données d'observation recueillies in situ visant à accomplir plus pleinement les qualités attribuables à une démarche de production savante de connaissances et notamment l'élaboration d'une cumulativité des savoirs pluriels, suppose de ne pas tenir les comportements et les paroles observés sur le terrain pour du « réel ». L'existant observé est le résultat d'une co-construction, entre les interactants au moment de l'accomplissement de leurs activités coordonnées et entre les acteurs en présence et l'observateur (qu'il soit ou non « participant »). Ce dernier en effet, de par les choix d'orientation de son regard sur le terrain et parce que la réalité phénoménale qu'il croit saisir directement est aussi, dès le départ, le résultat d'une activité narrative, d'une mise en récit qui participe à constituer l'existant observé. C'est pourquoi l'élaboration d'une théorie auxiliaire de l’observation et de la fonction narrative avec laquelle nous construisons notre journal de terrain, en ce qu'elle articule une sémiologie du récit avec ce qui constitue la spécificité d'une problématique sociologique (pour nous l'investigation des processus qui génèrent l'action sociale et des formes de son accomplissement par les acteurs) nous paraît constituer une voie méthodique à poursuivre.

Haut de page

Bibliographie

Alloa E. (2008), La Résistance du sensible. Merleau-Ponty critique de la transparence, Paris, Éditions Kimé.

Arendt H. (1989), La Crise de la culture, Paris, Éditions Gallimard.

Barrère A. & D. Martuccelli (2009), Le Roman comme laboratoire. De la connaissance littéraire à l'imagination sociologique, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Belo F. (1974), Lecture matérialiste de l'évangile de Marc, Paris, Éditions Cerf.

Bernstein B. (2007), Pédagogie, contrôle symbolique et identité, Québec, Presses universitaires de Laval.

Goffman E. (1973), La Mise en scène de la vie quotidienne. Tome 1 : La Représentation de soi et Tome 2 : Les Relations en public, Paris, Éditions de Minuit.

Goffman E. (1991), Les Cadres de l'expérience, Paris, Éditions de Minuit.

Goody J. (1994), Entre l'Oralité et l'écriture, Paris, Presses universitaires de France.

Halbwachs M. (1994), Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Éditions Albin Michel.

Halbwachs M. (1997), La Mémoire collective, Paris, Éditions Albin Michel.

Livet P. & F. Nef (2009), Les Êtres sociaux. Processus et virtualité, Paris, Éditions Hermann.

Molino J. & R. Lafhail-Molino (2003), Homo fabulator. Théorie et analyse du récit, Montréal et Paris, Éditions Leméac-Actes sud.

Ogien A. & L. Quéré (2006), Les Moments de la confiance. Connaissance, affects et engagements, Paris, Éditions Economica.

Merleau-Ponty M. (1964), Le Visible et L'Invisible, Paris, Éditions Gallimard.

Petitat A. (2009), Le Réel et le Virtuel. Genèse de la compréhension, genèse de l’action, Genève, Éditions Droz.

Ramognino N. (2007), « Normes sociales, normativités individuelle et collective, normativité de l'action », Langage et Société, n°119, pp. 13-41.

Rancière J. (2007), Politique de la littérature, Paris, Éditions Galilée.

Weber M. (2003), Économie et société, Éditions Poche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Pandraud, « Une théorie de l’observation in situ », SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4315

Haut de page

Auteur

Nadège Pandraud

LAMES (CNRS-MMSH), Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page