Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Des réflexions sur quelques controverses à propos de l’analyse qualitative 1 en sociologie

Nicole Ramognino

Résumés

L’analyse qualitative en sociologie a généré et continue de générer des débats épistémologiques sur son objectivité, au regard de la fiabilité de ses données et de leur représentativité, à celui du rôle de l’observateur dans son observation ou à la compréhension-interprétation qu’il est amené à réaliser ; la montée en généralité, l’objectivité et la neutralité ont donné lieu à des réponses qui arguent du niveau de finesse ou de la « construction sociale de la réalité ». Notre propos s’écarte délibérément de ce débat qui reste indécidable. Nous focalisons plutôt sur les ontologies du social : celle qui est posée de facto par les acteurs sociaux à partir d’une sémantique sociale de l’action qui, pour être commune, n’en est pas moins locale et celle virtuelle d’un objet sociologique dont la nature est d’être relationnelle selon au moins trois dimensions : la relation entre des acteurs sociaux et les processus socio-historiques et socio-culturels que les acteurs sociaux projettent et articulent dans toute situation observable ; la relation entre la situation, la perception qu’en ont les acteurs et les horizons pluriels d’attente qu’ils peuvent y investir ; et la relation entre la situation, ses acteurs et la position interprétative du chercheur qui reste nécessairement lors de son observation un acteur comme un autre, avec sa propre histoire, les processus qu’il projette dans la situation d’observation et sa spécificité analytique, relation qui se matérialise à travers son journal de terrain ou sa compréhension première des archives-documents ou des entretiens qu’il mène auprès des acteurs sociaux. Ainsi les ontologies du social ouvrent à la nécessité d’une théorie méthodologique de l’observation du fait que ces constructions du chercheur sont tributaires de la sémantique commune de la pratique et de l’action, qu’il partage en grande partie avec acteurs sociaux. L’approche relationnelle appelle donc que ces observations relèvent d’une sociologie des formes de connaissance avec lesquelles les acteurs comme le chercheur lui-même actualisent et « réalisent » les phénomènes sociaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour ce texte, nous adoptons une définition étroite de l’analyse qualitative qui la réduit à l’util (...)
  • 2 Nous reprenons la définition de l’ontologie de Pierre Livet et Frédéric Nef : « L’approche ontologi (...)

1La conception centrale que je défendrai ici est la suivante : les controverses sur l’analyse qualitative trouveront des solutions « décidables » si le débat abandonne le plan épistémologique, ou plutôt s’il le resitue dans le cadre d’une réflexion ontologique sur l’objet sociologique, si tant est que l’on puisse définir un « mode d’existence » à un tel objet. En d’autres termes, il s’agit d’avancer l’argument selon lequel les règles épistémologiques évoquées lors des débats sont sous-tendues elles-mêmes par une ontologie 2 « allant de soi » qui, pourtant, se focalise sur un mode particulier d’existence du social dont il faut interroger l’adéquation à l’objet de la sociologie. Nous soutenons la thèse de l’insuffisance des règles et références qui servent de cadrage ou de soutien à la réflexion. Le déploiement de l’argument se fera essentiellement à partir de la littérature des défenseurs de l’analyse qualitative dans la mesure où leurs réflexions emploient les mêmes références épistémologiques que celles de leurs détracteurs. Nous ne ferons pas non plus un commentaire exhaustif sur les références en question, mais pointerons trois points, la généralité, l’objectivité et la question de l’engagement et de la neutralité du chercheur.

2Nous essaierons ensuite de présenter un résumé des propositions ontologiques que nous jugeons nécessaires pour rendre compte à la fois de la fécondité des approches qualitatives et des clôtures que le métadiscours épistémologique usité produit sur ces dernières. Nous conclurons sur les conséquences méthodiques et méthodologiques (une « théorie de l’observation ») vers lesquelles engage la formulation d’une spécificité d’une ontologie sociologique, différenciée de celles qui peuvent régner dans les sciences sociales en général. D’une part, en matière de forme de raisonnement scientifique, peut-être faudrait-il abandonner le terme d’« induction » même si elle se dit « analytique » pour une démarche itérative et cumulative qui particularise, pour les sciences sociales, la signification du raisonnement par abduction. D’autre part, en matière de traitement des données, dans le cas d’une observation directe ou participante, ne serait-il pas nécessaire d’élaborer ou de se référer à une « théorie de la perception » ; ou dans le cas d’une enquête par entretiens, toujours autant décriée mais toujours présente cependant sous des modalités variées dans les recherches, à une « théorie de la discursivité et du langage » ? Ces théories ne sont pas en tant que telles sociologiques mais anthropologiques ; elles sont toutefois fécondes pour l’observation sociolo-gique dans la mesure où elles permettent de focaliser l’attention du chercheur sur la matérialité même des données recueillies, une gestalt sémiotisée de l’activité perceptive d’un côté et de l’autre la matérialité linguistique de la discursivité et des activités de paroles des acteurs.

De l’épistémologie à l’ontologie

« L’enquête ethnographique aurait des vertus descriptives mais elle serait irrémédiablement enfermée dans un type de référence indexicale, dans l’impossibilité de contrôler les variables des situations qu’elle étudie et de les comparer à d’autres situations en respectant la clause "toutes choses étant égales par ailleurs". Cette critique peut prendre différentes formes, qui ont toutes trait au problème de la généralisation. Comment l’ethnographie peut-elle être rigoureuse, quand elle refuse de se donner des modèles et des protocoles d’enquête bien déterminés ? Comment peut-elle traiter de questions universelles, quand elle souffre de myopie microsociologique ? Comment peut-elle se hisser au niveau de l’analyse théorique, quand elle est enlisée dans le recueil obsessionnel de données empiriques ? Et comment peut-elle prétendre à l’objectivité quand "l’équation personnelle" du chercheur s’interpose dans la détermination des faits ? » (Daniel Cefaï, 2012).

3Nous avons retenu et mis en exergue ce fragment de l’introduction d’un texte de Daniel Cefaï parce qu’il est significatif d’une part de la posture défensive investie par les sociologues face au « modèle scientifique » qui serait prôné en sciences sociales et d’autre part du formatage épistémologique « classique » qui continue de soutenir cette défense dans les procès qui sont ou ont été faits à l’analyse qualitative. Le paradoxe émerge également des solutions avancées aux problèmes soulevés − la généralité des résultats, l’objectivité de l’analyse et la question de l’« équation personnelle » du chercheur, c’est-à-dire celle des formes d’engagement du chercheur dans son analyse (avec des postures différemment revendiquées de neutralité, d’activisme militant, de porte-parole des sans-voix ou de toute autre figure pensable). Nous avons également retenu ce texte parce qu’il apparaît en continuité de L’Engagement ethnographique (Cefaï, 2010) ouvrage que nous avons exploité du fait de la richesse des connaissances épistémologiques qu’il apporte sur l’approche ethnographique : sur le plan cognitif, il met en lumière les vertus heuristiques de l’ethnographie dans le regain d’intérêt actuel porté à l’analyse qualitative et sur le plan social, il participe de l’établissement d’une « autorité légitime » dans l’institution savante de la communauté des sociologues.

4Le métadiscours avec lequel les sociologues interrogent et rendent compte de leur propre approche, est non seulement caractérisé par une alternance de défense et d’offensive, mais il est aussi marqué de versions par endroits tellement différentes que la lectrice, étrangère que je suis à cette littérature, se demande s’il s’agit de « variétés » ou de réflexions sérieuses permettant de mieux saisir ses vertus. On le voit, ma lecture de ce métalangage sera plutôt libre et privilégiera certains points, en ignorera – à tort ou à raison – d’autres, pourra en détourner le sens. Mon objectif dans ce parcours reste cependant de rendre compte de la nécessité de l’analyse qualitative sans perdre de vue les leçons classiques concernant les critères d’une analyse scientifique.

La « montée en généralité »

5La « montée en généralité » semble être l’un des soucis majeurs qui préoccupe les défenseurs de l’analyse qualitative, notamment de l’approche ethnographique. « L’enfermement indexical » que cite Daniel Cefaï, la situation singulière, la localisation et la temporalité d’un recueil de l’information sont d’un côté revendiqués au nom des vertus heuristiques (décrire les formes de vie, ne pas projeter sur le réel empirique des théories ou catégories abstraites et ainsi écrire un récit d’un réel incarné dans des situations, des corps et des activités) et éthiques (respect des « perspectives » des membres ou des acteurs de la société, donner un sens à leurs comportements qui ne soit pas un procès en illusio de leurs comptes rendus in situ). Et d’un autre côté, ils sont pour le moins jugés insuffisants ou inopérants à des fins de généralisation des résultats soit empiriques soit théoriques.

« Élargir l’étude de cas »

6Les solutions envisagées sont nombreuses mais j’ai pu reconnaître deux fondements au moins à la question posée : le rapport entre une conjecture liée à un phénomène singulier et sa valeur scientifique ; le rapport entre conjoncture et structure : quelle relation établir entre la singularité et la globalité ? Le premier rapport oriente la solution vers la multiplication des sites d’observation pour en reconnaître la valeur de généralité, qui serait en soi une valeur scientifique ; la seconde focalise le questionnement sur une comparaison avec les autres approches de terrain déjà effectuées sur des situations dont le chercheur postule qu’elles ont quelques traits équivalents. L’objectif est d’« élargir l’étude de cas » en quelque sorte, quels que soient les moyens que l’on se donne ou invente pour le faire, en sortant de la singularité du cas ou de la situation observée, qu’elle soit pensée comme conjoncturelle ou contingente si l’on pointe sa temporalité et sa spatialité hic et nunc, ou microsociologique si on s’interroge sur les échelles d’analyse. Les solutions au problème du rapport entre phénomène singulier et sa valeur de vérité tirent le concept aristotélicien de généralité vers des opérations qui conduisent à vouloir atteindre en vain une hypothétique représentativité (au sens de la représentativité statistique et de la sortie de ce qui pourrait être contingent ou conjoncturel). Le second rapport semble trouver sa solution soit en effectuant des opérations de thématisation qui voient dans l’incarnation du concret situé à l’échelle microsociologique une réalisation de formes générales de vie sociale, par exemple en interrogeant les capacités de l’observation ethnographique à induire des éléments théoriques, qui, de jure, relèveraient d’un niveau de généralité applicable à l’ensemble des sites d’observation dont on postule qu’ils sont comparables ou équivalents du point de vue des traits retenus « par induction » (par exemple la gestion de l’espace et des « territoires du moi » comme le fait Erving Goffman). Soit, le niveau de généralité serait d’un ordre plus macrosociologique ou mésosociologique, dans la mesure où il rejoindrait des thématiques de la sociologie spécialisée. Or pour que cette dernière solution puisse se faire, encore faut-il réduire la matérialité corporelle ou « incarnée » complexe de la situation à l’une de ses entités, dimensions ou qualités qui se rencontre dans d’autres situations déjà investiguées ou à investiguer : la marginalité de certaines catégories de populations, ou la « carrière » professionnelle pour l’un des domaines spécialisés de la sociologie en sont des exemples connus. Dans ces trois cas, la singularité de la situation, du réel incarné, s’efface comme effet énigmatique à saisir en tant que tel. En d’autres termes, la singularité ne donne pas lieu à une réflexion sur sa nature propre et ce qu’elle apporte justement dans sa discrétion et sa différence.

7Ces pistes de généralisation nous semblent reposer sur un présupposé d’interchangeabilité liée à la multiplication des cas ou sur celui d’une équivalence d’une échelle à l’autre. Le raisonnement saute alors d’une proposition pi à une proposition pj par interprétation. Ne serait-il pas plus judicieux d’interroger le critère de généralité − qu’il soit quantitatif, structural ou sociétal − au regard d’une ontologie de l’objet sociologique qui rende compte de la spécificité de la singularité ? Autrement dit, la généralité est-elle une propriété suffisante pour définir ce qu’est le social ? Déjà Émile Durkheim, dans ses écrits, précisait qu’elle était une propriété du social si et seulement si elle caractérisait une réalité sociale spécifique (Durkheim, 1895 et 1897). Ainsi la comparaison des taux de suicide manifestait que pour un ensemble social donné (groupe, société), celui-ci restait constant mais qu’il pouvait évoluer selon les périodes historiques. La constance du taux de suicide à un moment donné et sa variation dans le temps étaient des critères suffisants pour déceler une modalité du social, qui définissait d’une certaine manière une singularité historique et sociologique, traditionnelle ou moderne. C’est aussi la nature historique des faits sociaux qui conduit Jean-Claude Passeron à revendiquer, pour les sciences sociales, un troisième ordre (Lepenies, 1997) de connaissance, montrant par-là la difficulté à appliquer le critère de généralité (Passeron, 2005). Paul Veyne a argué, à propos de l’histoire, de la nécessité qu’elle devienne une « histoire sociologique », expliquant les événements singuliers (les guerres de l’Empire romain par exemple) par des propriétés générales, telle la rationalité des individus qui agissent l’histoire. Mais il n’abandonnait pas pour autant la singularité historique puisqu’il appelait également à effectuer l’inventaire des différences que lui permettait le « métier d’historien », c’est-à-dire le travail descriptif et analytique sur les archives disponibles de la singularité historique étudiée (Veyne, 1976).

8En fait, ces débats épistémologiques sur la généralité et les réponses qui lui sont apportées se soutiennent d’une ontologie sur laquelle reposent les théories explicatives en sociologie. Le rabattement de la description ethnographique sur des « pratiques », sur des « populations » ou sur des « professions », pour reprendre les mêmes exemples, interprète le mode d’existence du social comme des « faits » et/ou des « acteurs » sociaux avec leurs propriétés respectives et leurs relations de dépendance, d’interdépendance ou d’agrégation. Nous retrouvons là l’ontologie sociale classique. Quelle que soit l’explication donnée aux relations entre l’unité empirique élémentaire qu’est l’individu(alité) – caractérisé(e) par ses habitus, ses dispositions sociocognitives ou sa rationalité cognitive ou éthique, ou son territoire – et une entité méso ou macrosociologique (le groupal, le sociétal), les théories perdent de vue, à ce moment généralisant de l’interprétation, le mode d’existence phénoménal du social pourtant défendu lors de l’observation ethnographique, la situation hic et nunc, les activités en cours et les interactions. Certes l’approche permet d’« enrichir » ou d’« approfondir » les êtres posés en leur adjoignant des propriétés complémentaires non vues par les théories explicatives en question, la sensibilité des acteurs (l’esthétique, leurs émotions et sentiments, leur goût ou leur souffrance), leurs « perspectives », leurs corps et la complexité de leurs activités : les êtres ne sont plus seulement rationnels, ils sont sensibles (esthétique) et moraux (éthique), les faits sociaux ont aussi leurs climats, leurs ambiances ou leurs histoires. On y gagne sans doute un supplément d’âme mais l’originalité et la spécificité de l’analyse qualitative ne se réduisent pas à ces mouvements esthétiques ou éthiques, et l’interprétation proposée en reste en fait à une herméneutique, comme d’ailleurs la plupart des interprétations sociologiques. La singularité ou la situation, avec les phénomènes relationnels complexes qui s’y nouent et l’activité qui s’y joue − est le mode d’existence sur lequel devrait porter la réflexion ontologique.

« Du raisonnement inductif »

  • 3 Les sciences économiques et la psychologie expérimentale, dans les sciences humaines, proposent des (...)

9L’interprétation en généralité pose, de plus, dans ces approches qualitatives, la question du raisonnement « inductif ». Contrairement à l’antienne ressassée de la Grounded Theory (Glaser & Strauss, 2010) à l’ethnographie actuelle, les éléments théoriques n’« émergent » pas du terrain mais de la signification ou de l’interprétation de nature hétérogène (sens commun et professionnel) que le chercheur attribue, avant, pendant ou après l’observation, aux éléments empiriques observés. Les débats sur les raisonnements se formulent sous la forme d’une opposition classique entre déduction et induction. Notre problème n’est pas de savoir si la déduction est ou est idéalisée comme la démarche par excellence de la science. Pour schématiser l’opposition, nous avons soit un raisonnement qui part d’une Règle (théorie) et qui en déduit les Faits (R→F) ou à l’inverse le chercheur part de Faits pour élaborer une Règle (F→R). Quel que soit « le chaînage avant » ou le « chaînage arrière », pour reprendre les termes de Jean-Claude Gardin (1979), le problème épistémologique est plutôt de savoir si la suite des propositions émises par le chercheur p0…pi…pn est articulée (comment et par quelles opérations) ou simplement juxtaposée. Ainsi les difficultés des théories explicatives, qui reposent sur l’ontologie classique (des êtres, des choses, leurs propriétés et leurs états) viennent de ce qu’elles ne suffisent pas de manière opératoire à rendre compte de l’explication proposée. Si la théorie est holiste (la société, la classe, le genre, etc.), on ne voit pas comment elle peut rendre compte des faits observés en situation sur le terrain, à moins de leur juxtaposer habitus ou dispositions sociocognitives. S’il s’agit de l’individualisme méthodologique, l’agrégation statistique des actions individuelles intentionnelles ne peut produire qu’une « chimère » (Raymond Boudon), c’est-à-dire un « être collectif fictif » ou une chose dont les modes d’existence sont de l’ordre du « mythe vécu » (Leenhart, 1971) ou au mieux une « réalité » statistique. Si la théorie est interactionniste, les opérations de typification relèvent d’un sens et d’un monde communs (sous quelles formes se matérialisent-ils ?), à moins de ne reconnaître comme seule modalité d’existence du social la situation hic et nunc, l’interaction et son ordre défini par son indexicalité comme dans certains courants ethnométhodologiques. Ainsi les chercheurs inventent de nombreuses propositions pi, pj… pour combler les béances entre des habitus, des dispositions sociocognitives, des effets qualifiés de pervers, des arrière-plans ou des backgrounds communs etc. et les observations empiriques. Il s’agit d’une herméneutique qui se juxtapose sans qualité opératoire propre à la proposition descriptive, selon le sens du chaînage, p0→pn oup0←pn, si p0 est défini comme la proposition d’observation initiale. Elle est par conséquent « indécidable » même si l’interprétation est vraie, vraisemblable ou plausible. Tirons quelques conséquences de ces formes interprétatives de raisonnement. Déduction et induction sont gauchies dans leurs applications sociologiques par un cercle herméneutique auquel ne peut échapper le chercheur. Il n’y a pas de « Règle », il n’y a pas de « Fait » qui ne soient déjà des mixtes interprétatifs d’idées théoriques, vagues ou précises selon les cas et d’éléments d’observation. Si le lecteur admet cette proposition, constatons alors que les opérations de généralisation que tentent les spécialistes des approches ethnographique et/ou qualitative s’élaborent grâce aux cercles herméneutiques, par définition « indécidables » dans la mesure où dans un cas, la démarche ne propose pas de « modèle » 3 au sens de la logique formelle du terme et dans l’autre, les « théories » ne sont pas l’émanation des « faits » mais d’un composé mixte d’éléments théoriques et empiriques qui s’interprètent en tant que « fait » au cours de l’observation.

Objectivité de l’analyse et objectivité du « monde réel »

  • 4 Il y a bien sûr des courants de pensée, notamment postmoderne, qui ne retiennent pas ce principe.
  • 5 Laurence Kaufman parlerait d’« ontologisation du social » (Kaufman, 2008).

10L’ontologie du social peut aider à poursuivre la réflexion dans le débat sur l’objectivité. Mais auparavant, nous aimerions lever une ambiguïté sur ce terme. Nous ne nous interrogeons pas ici sur l’objectivité d’une démarche de chercheur. Nous partons du principe que cette objectivité est recherchée par l’observateur analyste 4. Le procès qui est souvent fait à l’analyse qualitative fusionne cette dite objectivité avec une ontologie sociale qui se définirait comme « objective ». La difficulté que nous avons à défaire ce mélange vient de ce que la sémantique de l’action employée dans nos perceptions sémiotisées, nos descriptions et nos interprétations de membres ou de chercheurs extériorisent ou matérialisent et, en même temps réalisent 5 comme « objectif » le « monde réel » avec lequel du coup nous avons le sentiment et la perception de nous confronter. L’analyse proposée par Donald Lawrence Wieder de la « réalité » du code des libérés sur parole est à ce sujet très heuristique. Un observateur, comme un membre pourrait le faire, est ainsi amené à formuler le « code » qui semble régler les comportements et les interactions entre les « prisonniers » et les intervenants sociaux à l’intérieur de la « maison de probation ». Sa démarche consiste en une « méthode documentaire d’interprétations » qui « consiste à voir dans une apparence donnée, l’illustration, l’index, la représentation d’une structure sous-jacente dont l’existence est présupposée. Non seulement la structure est dérivée de ses indices documentaires individuels, mais ces derniers sont à leur tour interprétés sur la base de "ce que l’on sait" de la structure sous-jacente. Chacun est utilisé pour élaborer l’autre » (Wieder, 2010, pp. 201-202).

  • 6 L’enquête ontologique sur les modes d’existence du social montre que le « monde réel » coexiste ave (...)
  • 7 La différence entre « propriété » et « qualité » a été travaillée notamment par Hegel, Marx et bien (...)

11Nous retrouvons le cercle herméneutique auquel nous ne pouvons guère échapper dès lors que nous sommes « en situation » : le mode d’existence du « code du prisonnier » fait partie de ce que les acteurs sociaux appellent le « monde réel » 6, alors que, comme l’écrit Donald Lawrence Wieder, « lorsque j’utilisais le code comme schéma, la même procédure perceptuelle-analytique élaborait simultanément le code et la situation. Étant donné que l’utilisation-du code-comme-schéma était la procédure, le code contribuait à la fois à sa propre élaboration et à l’organisation des situations » (Wieder, 2010, p. 202). La perception sémiotisée, le discours des membres et leurs activités sont constitutifs du « monde réel » en tant non qu’il a du sens (une propriété) pour les acteurs mais qu’il est sens (une qualité) 7 dans son être même. Nous changeons ainsi d’ontologie. Le contenu de la perception « engage indissociablement une entité et sa perception ». Le mode d’existence du monde objectif est, dans l’expérience des membres comme dans celle de l’observateur, subjectif et catégorisé, par eux, en une entité perçue comme étant le « monde réel ». Peut-être que le terme « subjectif » est à préciser ; il renvoie, au plan anthropologique, à la naissance et surtout au développement de la fonction symbolique qui a permis le développement de la culture et des cultures. Comme l’écrit Jean Molino, « Les sciences sociales ont un objet propre, l’être humain et son expérience singulière. C’est ainsi la subjectivité ou si l’on préfère la présence du symbolique qui constitue le trait distinctif des sciences humaines : les êtres humains font des projets, prennent des décisions, agissent et réagissent au monde qui les entoure » (Molino, 2000). L’ontologie « réelle » positive est configurée ou plutôt in-formée par les catégories et les narrations ou les comptes rendus in situ des membres et de l’observateur participant. La formalisation du code du détenu en probation met en scène et en intrigue une « sémantique de l’action », avec ses dimensions (un espace-temps donné), ses contextes (des situations), ses acteurs, les objets du monde physique ou les artefacts, des relations et des activités.

  • 8 Cette expression est construite analogiquement à celle employée par les linguistes, « l’insécurité (...)

12On peut alors poursuivre la réflexion en tentant de préciser les propriétés des êtres ou choses qui émergent du « terrain » ethnographique, c’est-à-dire de la perception sémiotisée, dont les gestes, les comptes rendus et les narrations des membres ou de l’observateur donnent des traces que l’on peut observer et choisir d’interpréter. On comprend pourquoi la « montée en généralité », quelles qu’en soient les modalités, typification ou abstraction globalisante, est partagée tant par les membres que par les chercheurs. Cette opération assure une certaine « sécurité cognitive » 8 au sens où elle « stabilise » les contextes, catégorise les acteurs, définit la fonctionnalité des objets et promeut les événements qui adviennent et auxquels ils assistent et participent en « régularités ». Nous partageons avec tout un chacun ce besoin de « sécurité cognitive » : si, à tout moment de la situation, le participant est dans l’incertitude de ce qui s’y passe et de ce qu’il doit faire pour s’y ajuster, vivre quotidiennement serait proprement impossible.

  • 9 Jean Molino écrit ainsi : « Tout commence par des histoires qui portent sur le monde et ses origine (...)
  • 10 Nous empruntons cette graphie pertinente à André Petitat (2009).

13Les ethnographes présentent les moments énigmatiques comme des surgissements dans un océan de compréhension plus ou moins flottante ou attentive et, pour eux, ces moments sont importants et significatifs. Le défaut de stabilité ou de certitude, la rupture de régularités sont autant d’éléments qui permettent de rendre visible une modalité de l’existence du social non encore perçue et un indicateur d’éléments interprétatifs à tester ou à réviser dans le cours de l’observation. Donner du sens à la situation, à l’activité coordonnée en cours d’action – construire une stabilisation même provisoire de la situation – fait l’objet des comptes rendus des membres et de ceux du chercheur. Les uns comme les autres élaborent une cohérence, une « signification fonctionnelle », tout en s’autorisant à la modifier si nécessaire dans la rencontre de ces moments énigmatiques ou étranges ou encore complexes. L’écriture du chercheur prend en notes des « scènes » observées et interprétées et élabore ainsi des « récits » 9. Si les premières dépendent de ce que nous appelons une perception sémiotisée et font appel très largement à des opérations de catégorisation, les seconds sont de plus tributaires de la « fonction narrative » et de ses fonctionnements. Nous y reviendrons, mais soulignons ici qu’elles autorisent à « commun-iquer » 10, c’est-à-dire à opérer la construction élargie d’un monde commun à laquelle l’ethnographe participe en mettant en lien les membres (par leurs comptes rendus), le chercheur (par son récit) et les lecteurs de ce dernier. Comme l’écrit, Daniel Cefaï à propos de l’ethnographie :

« En mettant en relation les mondes sociaux, la continuité de sens œuvre à leurs frontières, les met sous tension, les déplace et les retrace. Elle permet à la "société" de ses lecteurs comme à celle des enquêtés de s’engager dans un travail de réflexion par le trait d’union de cette médiation symbolique sur les conditions et les possibilités d’un vivre ensemble » (Cefaï, 2010).

14La fonction narrative met en œuvre non seulement la « grammaire propositionnelle », l’une des grammaires de l’intelligence proposée par Jean-Marc Ferry (2004), qui exprime l’expérience dans ses modalités aspectuelles permettant de voir le rapport ou l’engagement d’un membre à l’égard de la situation, mais aussi une sémantique générale indexée par l’activité qui est en cours dans la situation. Il s’agit bien d’une « théorie sociale », ou une « sociologie spontanée », en fait, pour nous, une « ontologie sociale », un mode d’existence parmi d’autres, défini quant à lui, par les acteurs comme « le monde réel » auquel ne peut échapper l’observateur quand il est sur son terrain, sans quoi il risque d’être désajusté à la situation à laquelle il participe. Le chercheur peut considérer avec justesse qu’il n’y a pas de rupture de raisonnement entre membres et chercheurs, que les premiers emploient aussi des raisonnements en causalité ou critiques. Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’y a pas de différence dans l’emploi ou les usages des opérations procédurales. De ce fait, affirmer que le raisonnement « inductif » (F→R) sert à faire « émerger » des éléments théoriques à partir de la description ou du terrain, c’est oublier, comme le montraient depuis longtemps les épistémologues classiques, que le « fait » est un construit d’éléments ou de questionnements théoriques du chercheur et d’observation empirique sur le terrain. Le raisonnement est itératif, il relève d’un cercle herméneutique entre des données d’observation et la perception sémiotisée qu’en ont tout à la fois les membres et le chercheur sur son terrain. Est-ce, par-là, vouloir confirmer en quelque sorte la faiblesse et le manque d’objectivité de l’analyse qualitative ? Bien au contraire.

  • 11 Nous distinguons, à la suite de Charles S. Peirce, trois fonctionnements du signe : les signes qui (...)

15Reprenons le texte de Donald Lawrence Wieder dont le mode d’exposition suit, semble-t-il, le rythme de sa découverte. Après avoir formalisé le « code du libéré sur parole », présenté ses maximes, donné une cohérence, grâce à ce code, aux comportements des interactants de la maison de probation, il s’aperçoit que ce travail de description et de formalisation, ses comptes rendus des « scènes » qui s’y jouent, ne forment que la première étape de la démarche à adopter et qu’elle doit être complétée par une interrogation sur son propre travail d’interprétation, à savoir l’activité du chercheur de « dire le code ». Cela le conduit à « élucider » comment ses propres opérations de formalisation du terrain étaient générées par du social, c’est-à-dire par « des événements interactionnels » auxquels il participait. Comme on peut le lire dans Daniel Cefaï « "la méthode documentaire d’interprétation" est un phénomène dont [Wieder] a fait l’expérience, en tant que chercheur, dans la conduite même de son ethnographie. Le travail de respécifi-cation ethnométhodologique fait en effet apparaître que le "code" invoqué en tant que facteur explicatif dans l’analyse formelle, ne peut être mobilisé de la sorte qu’après s’être phénoménalisé dans la vie quotidienne de la maison de réinsertion en une multitude d’événements interactionnels » (Cefaï, 2010, p. 180). Notons ici que l’ontologie du social s’enrichit d’une part des opérations symboliques procédurales des membres et de l’observateur, mais qu’il est impossible d’y voir un quelconque mentalisme, dans la mesure où leur genèse est à la fois collective (et extériorisée) et individuelle. La description, avec cette complexification de l’ontologie du social, s’ouvre à des phénomènes qui, tout en étant constamment perçus, n’étaient guère « visibles », c’est-à-dire « observables ». Il s’agissait alors, dans ce deuxième temps de l’analyse, d’« élucider les modalités sous lesquelles le "code" est devenu pour lui un événement interactionnel » (Ibid.), notable ou pertinent et significatif de l’objet social. Dans cette mesure, le nouveau traitement des données peut être caractérisé de « re-spécification » de l’objet étudié. Cette dernière manifeste plus précisément, pour nous, le passage d’une ontologie sociale à une ontologie sociologique, dans la mesure où l’on observe comment est généré de manière à la fois sémiotique (ou symbolique) et interactive le « monde réel » objectivé par les acteurs et l’observateur participant ; autrement dit, l’ontologie du social est définie en tant que Sens alors que l’ontologie sociale prête aux êtres et aux actions observées le fait d’avoir du sens. C’est pourquoi je ne parlerai pas de « re-spécification » mais d’objectivation sociologique, qui consiste non seulement à décrire le « monde réel » mais à saisir qu’en tant qu’« objet-sens », concrètement construit, il s’agit d’un mode historique actualisé ou « réalisé » parmi d’autres « objets-sens » possibles. Concernant l’exemple proposé, il s’agit d’une modalité actualisée de la nécessité virtuelle de l’action sociale « d’intégration » de ces dits détenus. Ainsi le « monde réel » n’est qu’une modalité historique d’une action et de rapports sociaux anthropologiques logiquement 11 ou fonctionnellement nécessaires (il s’agit de la logique déontique de l’activité d’intégrer). Ici ce que permet de souligner le déplacement analytique opéré par D. Lawrence Wieder, selon notre lecture, ce sont les possibilités logiques du phénomène et les modalités phénoménales réalisées et donc historiques.

16Pour Donald Lawrence Wieder, la phase ethnométhodologique de la recherche doit être considérée comme seconde, venant après l’observation du dit « monde réel ». Il est vrai qu’un recueil d’informations exige de l’observateur qu’il « se familiarise » avec son terrain et dans la mesure où les « événements interactionnels » sont inclus dans son expérience, cette familiarité, la richesse et la profondeur de son observation, les correctifs qu’il peut avoir à effectuer demandent plus ou moins de prendre le temps de « se nourrir » sur le terrain. Je renvoie ici à tous les manuels ou écrits épistémologiques de l’ethnographie actuelle qui tentent de montrer les compétences et les qualités qu’un observateur doit acquérir, puisqu’il est son seul « outil », le médium par lequel l’information pertinente doit ou devrait passer. Je ne doute pas que ce travail sur soi de l’observateur se fasse continûment au cours de l’enquête sur le terrain, notamment dans la mesure où il use de manière systématique de sa réflexivité.

17Il est cependant possible − contrairement aux instructions qui consistent à mettre de côté des éléments théoriques − et peut-être même conseillé de poser et d’expliciter au préalable quelques éléments d’une théorie ontologique. Ce faisant, je distingue les théories explicatives (qui sont celles de la sociologie formelle selon les ethnométhodologues, en fait des interprétations) d’éléments ontologiques, qui relèvent soit d’une anthropologie générale comme la fonction symbolique, les opérations de catégorisation, la fonction narrative, la production de cohérences et de stabilité, l’esthétique et l’éthique, soit de la sociologie comme la situation, les interactions dont il nous faut encore préciser le statut. Si nous reprenons – hors terrain – les opérations procédurales au moment du traitement des données recueillies et construites, la série d’écritures et de réécritures peut mettre en œuvre, pour nous, un principe initial de méthode qui consiste, tout à la fois, à décrire la situation et à suspendre méthodiquement la sémantique de l’action, c’est-à-dire à considérer la dite situation comme énigmatique et ce même si on la comprend fort ou suffisamment bien pour la décrire. Elle est, en effet, fondée sur les interprétations de l’acteur social et du chercheur qui a pour effet de rendre visible ce qui advient, de donner forme à l’événement en cours dans les activités, de s’ajuster aux interactions et de permettre la reconnaissance-compréhension des rapports différenciés des acteurs aux formes culturelles et au monde matériel.

  • 12 Le « vague » ne signifie pas l’absence de quelque chose, mais ce qui n’est pas déterminé, ce qui es (...)

18Nous pouvons faire un pas de plus en reprenant par exemple Une Ontologie pour l’analyse ethnographique des processus sociaux d’Andreas Glaeser dans la mesure où ce dernier ajoute la notion de « processus » dans sa réflexion (Glaeser, 2010). Par processus, il faut entendre deux acceptions conjointes : d’une part, la situation et l’interaction manifestent un processus complexe et composite, un « échange » entre des interactants. On peut penser à l’unité archéologique de Marcel Mauss, « donner-recevoir-rendre ». Andreas Glaeser parle de « séquences d’action-réaction-effet » (Ibid., p. 242). Je préférerai l’illustration du concept qu’en donnent Pierre Livet et Frédéric Nef : le prêt d’un outil suppose logiquement qu’on le rende mais la deuxième activité – rendre – reste virtuelle au moment du prêt et l’on ne sait pas si elle sera ou non actualisée et réalisée (Livet & Nef, 2009). Parce qu’il laisse la place à du « vague » 12, à un « devenir » ou encore à une « réversibilité » (Petitat, 2009), la définition de ces deux auteurs nous paraît plus pertinente. L’événement singulier qu’est l’activité de « prêter » un outil contient ou présuppose virtuellement l’activité de « rendre ». C’est ce que nous nommons sa nécessité logiquement virtuelle. Mais cette nécessité peut ne pas être réalisée ou actualisée si, sur le plan empirique, l’outil n’est pas rendu ou usé ou abîmé, etc. Pour autant, un processus peut être actualisé dans sa séquence entière et donc observé en situation dès lors que le cours coordonné de l’action met en scène ou en intrigue les activités coordonnées des deux interactants. Il s’agit des éléments élémentaires qui composent la situation.

19En même temps et de manière conjointe, Andreas Glaeser propose un deuxième processus, plus complexe : une interaction observable ne peut pas se réduire à la description hic et nunc, mais elle est en partie au moins un effet de processus antérieurs et extérieurs à la situation. Autrement dit, l’échange interactif in situ est lui-même virtuellement soutenu par une chaîne de processus qui sont plus ou moins hétérogènes et qui le rendent possible. Cette chaîne agit ou non ce qui advient dans la situation, selon les rapports à ces processus que les interactants engagent et activent dans la situation. C’est au prix de la reconnaissance de ces processus que l’observateur sera à même de saisir, de l’intérieur de la situation, la genèse, la transformation ou le maintien des événements observés : « Je propose d’imaginer la vie sociale comme un écheveau incroyablement dense de processus sociaux indépendants et partiellement interagissants » (Glaeser, 2010, p. 242). En d’autres termes, le chercheur doit à nouveau repenser la compréhension qu’il se fait de la temporalité et de la spatialité observées dans la situation comme des énigmes et non comme des données, telles que nous les percevons avec notre conscience géographique et chronologique. Nous devons être sensibles, lors de l’observation sur le terrain, au fait que les données sont aussi des traces (gestuelles, discursives, matérielles, temporelles ou spatiales) qui relèvent d’autres processus, c’est-à-dire aussi d’autres temporalités et d’autres spatialités. La situation est un mixte ou un composé entre des temporalités multiples, temps de longue et de moyenne durée mais aussi événement du processus en cours et temps agissant le devenir. Le temps de longue durée concerne des processus antérieurs ou autres qui configurent d’une certaine manière la séquence action-réaction-effets située. La situation est aussi composée de ce qu’Andreas Glaeser appelle des « formations sociales », qui peuvent être diverses :

20« Analytiquement il est utile de distinguer quatre catégories de formation sociale, [les individus], incluant leur capacité d’action (agency), leurs désirs, leurs espoirs et leurs fantasmes, leurs relations les uns avec les autres, les formes culturelles moyennant lesquelles ils naviguent dans le monde (formes pratiques, symboliques et affectives, valeurs et styles) et l’environnement artificiel qu’ils ont construit. Parmi ces formations sociales, les gens sont primi inter pares dans la mesure où les corps humains sont le substrat matériel de base de toutes les autres formations sociales. À tous égards, ces quatre catégories se constituent mutuellement grâce aux activités des individus » (Glaeser, 2010, p. 245).

  • 13 Cela ne veut pas dire qu’un membre ne puisse pas réaliser cette distance mais que l’activité en cou (...)
  • 14 Je remercie Paul Sabourin de m’avoir rappelé que pour Maurice Halbwachs, dans La Mémoire collective(...)

21Que permet de résoudre cette ontologie complexe et hétérogène du social ? Il s’agit d’une conception renouvelée de la singularité située. Celle-ci ne se résume plus à la situation hic et nunc, ou du moins les hic et nunc sont bien plus opaques et complexes qu’on ne les perçoit et qu’on ne les pense dans les interrogations épistémologiques sur la « montée en généralité ». La singularité située mérite l’attention du chercheur pour lui donner toute son épaisseur historique et spatiale, grâce aux traces qui sont autant d’éléments de mémoires présents dans la situation. Autrement dit, non seulement ce que l’observateur perçoit dépend de procédures et d’opérations sémiotiques, comme nous l’avons vu avec l’enquête de Donald Lawrence Wieder mais il faut ajouter que le statut de ce qui est perçu est non de l’ordre du monde dit réel mais de l’univers des signes. Cela n’enlève rien à leur matérialité physique quand ils en ont une mais cela ajoute une autre modalité d’existence dont il faudra tenir compte pour l’ontologie que nous défendons. Aussi ce qui apparaissait « énigmatique », « étrange », « compliqué » ou encore « changement social » par opposition à ce qui semblait familier, connu, évident relève de la perception sémiotisée qu’en ont les membres ou l’observateur en tant qu’acteur 13 participant de cette situation. Prendre distance avec l’ontologie sociale de la vie quotidienne a une valeur heuristique parce qu’elle permet de montrer la transformation d’une opération de stabilisation de ce qui advient – phénoménologiquement des événements − en des « faits » ou des « régularités », alors que les ruptures de ces dites régularités sont perçues en termes de « changement » dans l’histoire d’une vie, d’une population, ou d’un peuple. La fonction narrative introduit les membres et l’enquêteur à la conscience chronologique du temps 14 et géographique de l’espace. Dans la sémantique de l’action, hors de ce qui est pensé comme « changement », les êtres, les activités en cours et les événements de la situation sont perçus comme des états (des êtres sociaux, individus) ou des régularités (des faits, des « pratiques »).

  • 15 L’article de Jean Molino (1998) est particulièrement éclairant sur ce sujet.

22L’événement qu’est l’activité en cours est sous-estimé comme tel par la perception stabilisante de notre conscience chronologique et géographique. Or on peut interroger l’interprétation inscrite dans la temporalité (durative) et la spatialité (empiriquement localisée) de ces activités. Ce qui apparaît aux yeux de l’ethnologue ou du membre comme énigmatique est nommé « événement », pensé comme signe de rupture alors que dans d’autres situations ou intrigues plus « familières », les membres et l’enquêteur verbalisent une cohérence qui semble aller de soi. Deux apories se constituent sous forme de questions sans solution : comment alors rendre compte des ruptures, comment les expliquer ? Comment expliquer le changement 15 ? Comment généraliser puisque temporalité et spatialité sont définies selon une conscience chronologique et géographique que l’on n’a guère le loisir de questionner ? De là le dilemme des chercheurs à propos de la « montée en généralité ». En ce qui concerne les temporalités, « il serait préférable de travailler à la construction d’une ontologie qui tente de rendre justice aux deux aspects inséparables de l’existant, sa stabilité relative et diversifiée d’un côté, et de l’autre son perpétuel changement » ou encore « il faut procéder à une véritable révolution "héraclitéenne" qui fasse sa part au changement non comme complément, mais comme dimension fondamentale de l’être » (Molino, 1998). Cette exigence de Jean Molino, nous en retrouvons un écho quand Andreas Glaeser insiste sur la priorité des acteurs en tant que corps agissant sur la situation : « Les gens sont les primi inter pares dans la mesure où les corps humains sont le substrat matériel de base de toutes les autres formations sociales » (Glaeser, 2010). L’écho peut, cependant, être affaibli quand le processus au sens premier n’est pas défini comme un événement qui advient en situation c’est-à-dire comme une réalisation ou une non-réalisation d’activités virtuellement conjointes (« séquence d’action-réaction-effet »).

23De la même façon l’existence de temporalités duratives – propriétés intrinsèques de ce qui est nommé « régularités » – dépendent à tout moment de l’engagement des membres dans la situation, dans l’interaction et dans l’activité, c’est-à-dire d’un rapport à l’activité en cours qui la maintient en l’état, la révise, ou la subvertit par rapport à ce qui était attendu soit empiriquement au nom de ces processus antérieurs qui peuvent ainsi continuer d’être signe ou signification dans la situation, soit virtuellement en fonction de la nécessité anthropologique de l’action sociale. C’est ainsi que je traduis le concept d’Andreas Glaeser d’« articulation projective », qui est de l’ordre d’une proposition pk dans la chaîne p0…pn, qui fait lien entre l’interne de la situation, le local et le moment de l’observation et l’externe, le macro, le monde culturel et l’environnement contextuel et physique des objets. La relation est une opération de « projection » : on aurait pu dire d’actualisation en situation de virtualités de ces processus antérieurs dits « extérieurs ». La nominalisation de l’opération (articulation/articuler) peut cependant donner lieu, dans les interprétations, soit à une force (obscure ?) qui serait propre aux virtualités de ces processus, soit être renvoyée aux interactants et à la modalité de leur engagement dans la situation et dans l’action. La lourde paraphrase que j’ai proposée évite l’ambiguïté et une mésinterprétation, je le crois, du texte d’Andreas Glaeser.

Neutralité et engagement du chercheur

24Nous verrons plus loin les propriétés et qualités ontologiques de ce mode d’existence situationnelle. Nous voudrions rappeler ici que l’observateur participe de la situation sur le terrain, ce qui l’entraîne à vivre des expériences dans lesquelles il est partie prenante. La question est alors la suivante : quel engagement ethnographique doit-il prendre ? Comme l’écrit Andreas Glaeser,

« L’ethnographie, elle-même, a fini par être vue comme une façon particulière de produire de nouvelles articulations projectives qui alimentent de nouveaux ensembles de relations sociales et qui connectent des personnes, des lieux, des objets, des symboles, suivant des voies incontrôlables. Cette intuition a fécondé en pratique de nouvelles interrogations éthiques sur la pratique ethnographique… » (Glaeser, 2010, p. 263).

25De quel droit ? Cette question n’est pas en soi nouvelle, les sciences sociales et l’analyse qualitative notamment, connaissent ce procès, elle est tout simplement posée de manière plus dramatique pour l’approche ethnographique. L’auteur propose trois solutions à ce dilemme : soit l’ethnographie se suffit en se cantonnant à une « pratique documentaire », une « façon de transmettre aux générations futures quelques signes, livrés à leur capacité d’interprétation » ; soit elle peut se « développer comme une sorte de reportage qui, pour être efficace, sacrifie toute réflexion explicite sur sa propre mise en intrigue » ; soit elle « peut tenter de développer une théorie sociale, un langage du social qui nous aide à donner sens au monde dans lequel nous vivons » (Glaeser, 2010, p. 271)

26À lire les différents métadiscours des défenseurs de l’ethnographie et de l’approche qualitative, on peut ainsi décliner plusieurs engagements du chercheur, des postures de mémorialiste, de naturaliste, etc. et pourquoi pas de militant. En effet, Jürgen Habermas, dès son ouvrage La Technique et la science comme « idéologie », a rappelé qu’il n’y avait pas de connaissance sans intérêt à la connaissance et il en définissait trois modalités – technique, pratique et émancipatoire – selon les objets des sciences (Habermas, 1968). La sociologie de la science, également, a montré que les résultats scientifiques dépendent non seulement du travail du chercheur mais de tous les « alliés » (Latour, 1984) qui lui ont donné la possibilité de le faire, alliés qui interfèrent dans la redéfinition du projet scientifique et de la construction de son objet. Au regard de ces propositions, l’attitude de neutralité est, par conséquent, une gageure, tout au moins si l’on en garde l’image stéréotypée du professeur Nimbus. Pour autant la critique que l’on peut faire d’une recherche dite « normative » n’est pas sans pertinence et la « culture de l’évaluation » formalisée par Jack Katz comme critère d’une bonne ethnographie manifeste également une préoccupation dénotant le souci de rigueur cognitive et d’une éthique «non-interventionniste » (Katz, 2010).

  • 16 Daniel Cefaï écrit par exemple : « Sans renoncer au principe wébérien de "liberté par rapport aux v (...)
  • 17 La référence ici vient des travaux de Basil Bernstein qui met en évidence que le rapport de pédagog (...)

27À ce moment de la réflexion et pour mieux saisir les difficultés rencontrées par le chercheur ethnographe, ré-insistons sur le fait que son expérience d’observateur a les mêmes propriétés que celle des membres observés et que, dans la mesure où il participe de la situation, ces derniers peuvent faire pression sur lui pour qu’il prenne une position «politique » 16. Daniel Cefaï présente le débat actuel sur quelques positions militantes diverses, comme celles de Michael Burawoy, George Marcus, ou encore Lila Abu-Lughad ou Kim. J. Hopper. Ces orientations sont chacune séduisantes mais je crains d’une part qu’elles ne règlent pas la question et d’autre part qu’elles instaurent un rapport de pédagogisation 17 du militant sur les membres, que ces derniers soient eux-mêmes militants ou non. Aussi je voudrais avancer quelques autres points en prenant en compte la dimension praxéologique de la démarche ethnographique. Il est clair que l’observateur sur le terrain et dans l’urgence de son activité participante se « débrouillera » comme il peut pour s’assurer la confiance des membres observés et ses propres engagements civiques et/ou scientifiques, à condition toutefois qu’il ne confonde pas les interprétations en termes de théorie sociale qu’il élabore avec les membres de et dans la situation et l’élaboration de son objet sociologique. Nous l’avons vu, l’exemple du « code » des prisonniers de Donald Lawrence Wieder est significatif à cet égard d’un déplacement de la théorie sociale à la « re-spécification » de l’objet d’étude, ou pour nous d’un passage d’une ontologie sociale à une ontologie sociologique.

28Que l’observateur décrive et formalise les normes explicites ou implicites, les règles ou les régularités, qui émanent des comportements et des comptes rendus des membres participant à la situation et des siens propres, cela fait partie intégrante de son « métier » d’observateur et de narrateur que lui confère l’activité ethnographique. Ce n’est pas pour autant qu’il doit choisir, en ethnologue ou sociologue, parmi les options et adopter une position « politique ». Cette solution n’est pensable que lorsque l’on confond le « monde dit réel » commun ou devenu commun, que les membres et le chercheur partagent avec les différents modes d’existence du social. Les activités sociales qu’il décrit sont des réponses intelligentes (fonction symbolique) culturelles (et historiques) diverses des membres à des problèmes ou nécessités rencontrés pour habiter le monde naturel et social que, faute de mieux, j’appellerai anthropologiques. Le processus de l’action sociale – en tant que concept et non en tant qu’observable – a une normativité virtuelle propre (sa fonctionnalité déontique) actualisée ou non par les activités des membres. Le prêt d’un outil exige logiquement qu’on le rende ; le « donner » appelle le « recevoir » et le « rendre » si l’on pense le social comme un long enchaînement et enchâssement de processus. Or cette normativité anthropologiquement ou logiquement nécessaire ne se résout pas dans les normes, règles ou régularités mises en œuvre dans et par les activités sociales. L’analyse du sociologue est justement de faire un déplacement, un écart qui, d’une part, lui permettent de montrer comment les activités empiriques opérationnalisent et donnent une forme particulière à la normativité virtuelle dans sa complexité et son hétérogénéité. Dans ce cas, il peut mettre en évidence que l’actualisation qu’il décrit œuvre, par exemple, à des logiques bénéficiales, des intérêts gestionnaires (pratiques) ou des objectifs émancipatoires. Le chercheur, dans son double statut de sociologue et de participant, peut encore actualiser un autre mode d’existence du social, un monde imaginaire ou rêvé ou virtuellement « possible », à partir des traces que sont les éléments corporels qui composent la qualité mixte, hétérogène, plurielle des activités observées, c’est-à-dire aussi pointer les éléments de la situation non pris en compte dans l’élaboration de la cohérence des comptes rendus proposés par les membres ou le chercheur. Pour revenir à l’exemple de Donald Lawrence Wieder, un « monde commun » que présuppose logiquement l’action sociale d’« intégration » est-il pensable dès lors qu’il y a non pas malentendu mais mésentente (Rancière, 1995) entre les interactants et menace de « prise de corps » : dire le « code du prisonnier » c’est acter le refus de commun-iquer non pas seulement des détenus sur parole mais aussi des intervenants sociaux qui investissent un rapport social de pédagogisation, c’est-à-dire de soumission à l’autorité en question. D’autres exemples pourraient montrer que se coordonner à l’activité commune acte non pas toujours le maintien d’un monde commun, mais un « autre monde », ou d’autres univers de signes. Par exemple, le « monde de la fiction » peut aussi bien décrire et interpréter des comportements et des sentiments de personnages « réalistes » (les romans d’Honoré de Balzac, d’Émile Zola, etc.) ou « fantastiques » etc. Au titre du « monde rêvé » ou « d’un autre monde », on le voit, le sociologue ne présente plus ce monde comme « réel », mais simplement comme virtuellement possible, dans la mesure où il interprète des qualités des corps en présence et leur engagement dans les activités observées. Le sociologue peut alors jouer « l’expert » qui tient à améliorer le fonctionnement des choses et développe un intérêt à la connaissance pratique ou gestionnaire, ou une sorte de « héraut » dont « l’annonce » doit « être prise » par les membres si tant est que cela corresponde bien à leur normativité propre, c’est-à-dire à leurs capacités propres à définir et développer des modes possibles d’existence et d’action. Il ouvre, virtuellement tout au moins, un débat sur les modes de l’action sociale.

Ontologie sociologique du social, méthode qualitative, et méthodologies

« L’ontologie des processus me permet de dépasser un certain nombre de dichotomies conceptuelles qui ont organisé depuis longtemps la division du travail dans les sciences sociales. Les principales oppositions recouvrent celles entre sujet et objet, pouvoir de l’agent et structure, événement et structure, micro et macro, culture et structure sociale et la dernière et non la moindre, l’opposition entre tradition et modernité. L’ethnographie en tant que pratique de recherche a été irrésistiblement associée aux premiers termes de ces paires. Cette association n’a pas eu seulement des conséquences dramatiques sur la politique de la méthode en sciences sociales qui a fait de l’ethnographie une sorte d’activité dépréciée, "féminisée" mais plus sérieusement, elle a appauvri l’imagination sociologique des sciences sociales dans son ensemble » (Glaeser, 2010, p. 241).

29L’article d’Andreas Glaeser a conforté le point de départ de ma réflexion dans la mesure où il souligne, de fait, la nécessité d’introduire dans le débat sur l’ethnographie une réflexion ontologique, nécessité que j’élargis à toute analyse qualitative. La citation montre que les dichotomies classiques, avec lesquelles se sont développées la sociologie et les divisions d’école ou théoriques, relèvent d’une question de cumulativité entre les démarches, c’est-à-dire de pouvoir établir des opérations analytiques de l’ordre de relations d’implication ou de genèse entre toutes les propositions d’une démarche de p0 à pn, quel que soit le sens du chaînage « avant » ou « arrière », étant entendu que nous ne sommes ni dans un raisonnement déductif ni dans un raisonnement inductif, mais dans une analyse de données. Ainsi nous commencerons par souligner en quelques points en quoi une observation ethnographique, minutieuse et détaillée, donne au chercheur les moyens d’effectuer le passage d’une ontologie sociale à une ontologie sociologique de l’objet, notamment par une redéfinition de la situation et l’élaboration d’une théorie sociologique des « corps », ouverte par ou ouvrant à une description détaillée, précise, dynamique et autant que possible rigoureuse.

30La question de l’objectivité a trouvé une solution en montrant, en particulier avec Andreas Glaeser et Donald Lawrence Wieder, comment le « monde réel » est une construction subjective, reliée à la fonction symbolique qui la génère, ou tout au moins qui rend possible la réalisation de formes culturelles et d’artefacts sociaux, objets, institutions, etc. Nous allons montrer d’abord comment les dichotomies structure/événement ou encore pouvoir de l’agent/structure trouvent également leur solution dans l’approche d’Andreas Glaeser, originale et féconde notamment pour donner de l’épaisseur historique à toute situation, puis nous essaierons de compléter son ontologie en insistant plus particulièrement sur la description des « corps » en action et l’ouverture ontologique qu’inaugure la prise en compte dans la description et son analyse de la fonction symbolique. Puis nous en tirerons des conclusions sur les questions de méthode et de méthodologies.

Une ontologie sociologique du social

Une redéfinition de la « situation »

31Nous avons vu précédemment comment Andreas Glaeser en arrive à une redéfinition du hic et nunc en accordant une épaisseur historique à la situation. Précisons qu’il ne s’agit pas d’enrichir un contexte historique dans lequel la situation observée serait plongée, ce que la plupart des démarches sociologiques font. Il ne s’agit pas, en effet, de cadrer historiquement la situation à partir des informations dont nous pouvons disposer à un moment donné. En fait, l’observateur doit donner un statut différent à la définition qu’il a du « nunc » en le traitant non comme une donnée de notre conscience chronologique mais comme un problème à résoudre : il s’agit de saisir la plupart des éléments qui composent la situation comme autant de « mémoires » à reconstituer : la mémoire des objets, l’histoire longue de l’institution et de ses artefacts culturels, la mémoire et la biographie des acteurs, etc. À l’intérieur même de la situation, ce que l’observateur perçoit ce sont des traces énigmatiques d’histoires et de mémoires, de processus sociaux qui se déroulent dans d’autres lieux et sous d’autres temporalités. Andreas Glaeser traduit cette vertu des faits, choses, acteurs présents dans la situation en empruntant et en élargissant le concept de réseaux et ce faisant réélabore également la conception du « hic » : les processus qui agissent dans la situation et que l’observateur peut saisir dans son observation conduisent à une approche réticulaire qui permet de mettre en relation de manière opératoire des processus antérieurs qui étaient jusque-là reconnus comme « extérieurs » et leurs croisements en nœuds dans la situation présente. Insistons sur l’approche que nous appelons, quant à nous, relationnelle. Ce que l’observateur perçoit n’a de réalité (au sens cette fois scientifique ou sociologique) qu’en tant que configuration de relations où la temporalité et la localité ne peuvent plus guère être référées à nos seules consciences chronologique ou géographique. Pour autant, ces processus qui agissent et interagissent dans la situation par la mémoire et l’épaisseur historique des éléments qui composent la situation (formes culturelles, artefacts sociaux, biographies des interactants, etc.) ne sont pas les seuls actants ou du moins leurs forces n’émanent pas directement d’une sorte de déterminismes pluriels. Ce sont les acteurs en coprésence qui leur donnent toutes leurs forces ou les amenuisent dans la mesure où c’est par leurs activités respectives coordonnées ou conflictuelles, conformes ou réversibles, que ces processus peuvent agir. Ici encore il ne s’agit pas de processus déterministes qui jouent sur les acteurs et leur socialisation ou leurs cultures, mais bien d’un rapport que ces derniers entretiennent avec eux et elles. N’oublions pas la fonction symbolique et la capacité de réversibilité qu’elle autorise. Tout dépend des engagements et des investissements que les interactants prennent d’une part avec leurs histoires et leurs mémoires, mais d’autre part, tout dépend aussi de leur perception cognitive de la situation qui n’est pas que culturelle ou liée à leur histoire et tout dépend enfin de l’horizon d’attente qu’ils projettent dans le devenir. C’est la raison pour laquelle Andreas Glaeser affirme que les acteurs sont primi inter pares. On le voit, Andreas Glaeser présente une solution pertinente de la dichotomie pouvoir de l’agent/structure.

32Quant à celle qui concerne l’événement et la structure, Andreas Glaeser en indique implicitement la voie. Pour le faire explicitement, il aurait fallu qu’il abandonne encore ce qui lui reste de l’« allant de soi » de nos débats classiques : la priorité donnée à la stabilité, aux régularités et à la généralité ou encore la dichotomie interne/externe. Jean Molino affirmait qu’il fallait partir d’une ontologie qui laisse la place aux deux faces de la stabilité et du devenir. Il en proposait même une schématisation quasi darwinienne. Nous préférons nous reporter à la notion de « vague » de Pierre Livet et Frédéric Nef, dans la mesure où nous la traduisons comme le moyen de laisser toute la place à l’événement présent, non comme le résultat ou un effet du seul passé mais comme empiriquement imprévisible. La définition fonctionnelle de l’action sociale est virtuellement nécessaire mais ses réalisations sont par les acteurs éminemment variables et peuvent aller jusqu’à sa réversibilité. Pour mieux saisir ce point, il faut repenser également les « corps » et la fonction symbolique.

Une redéfinition des « corps » et de leurs propriétés

33Les métalangages avec lesquels les tenants d’une description ethnographique rapportent les caractéristiques des « corps » sont unanimes sur le fait qu’elle met l’accent sur les affects, la sensibilité des acteurs, ce qu’ils estiment être les épreuves qu’ils subissent et leurs réactions aux situations et aux événements qui leur arrivent ou dont ils sont témoins. Les comptes rendus des chercheurs, à partir de ceux des acteurs, insistent sur leurs vertus « accomplissantes », « esthétiques » et éthiques. Pour certains chercheurs, les explications et les justifications des actes qui leur sont données en situation sont suffisantes pour dire ce qu’est le réel. La notion de « cohérence » des descriptions, explications et narrations qui caractérisent l’interprétation des membres ou/et celle du chercheur permet de voir que sous ces comptes rendus, ce sont des propriétés qui relèvent de la cognition qui sont mises en valeur. D’autres chercheurs insistent sur l’aspect de la sensibilité, sur les affects, la plupart appuient également la propriété éthique. Il s’agit bien de propriétés pertinentes pour décrire des « corps » en situation et plus la description sera fournie et précise, plus les comptes rendus rendront compte d’une existence concrète, de l’expérience de ces acteurs.

34Il nous semble cependant que du point de vue d’une ontologie sociologique, ces propriétés ne représentent pas pour autant la qualité fondamentale des « corps » en question, qui se noue essentiellement dans l’énergie qu’ils dépensent pour agir et dans leurs activités. Les propriétés décrites sont pertinentes dans le cadre d’une ontologie sociale d’ordre anthropologique, et si l’on en croit André Leroi-Gourhan, elles émergent à peu près en même temps dans l’évolution et relèvent de la fonction symbolique (Leroi-Gourhan, 1964-1065).

35Reprenons la première propriété, la cognition des acteurs sociaux : il est vrai qu’elle est fondamentale dans la mesure où c’est elle qui définit pour l’acteur la situation et ce qu’il juge bon d’être fait et digne d’être dit en situation. Cette dimension épistémique des corps est tout à fait nécessaire pour comprendre ce qu’est l’action sociale. Mais les « comptes rendus » des membres et surtout ceux du chercheur, qui sélectionnent ce qui est digne d’être dit pour les uns ou pertinent pour le second, qui construisent de ce fait des « cohérences », ne tiennent pas compte des détails qui ne rentrent pas dans ce cadre. Certes la cohérence leur permet de mettre en scène conflits et tensions mais alors se noue la question éthique du chercheur : de quel côté est-il ? De plus, le « pluralisme individuel » de Jean Molino, s’il est décrit, n’« induit » rarement une réflexion théorique consistante. Or si la cognition est bien l’une des modalités de la fonction symbolique, elle n’est pas la seule opérativité de cette dernière. Si l’on en croit Umberto Eco, le signe même de l’existence de la fonction symbolique est la capacité de mentir. La fonction symbolique permet l’élaboration d’une pluralité des mondes, le monde du mensonge, celui de la fiction, du rêve, de l’hallucination, etc. (Petitat, 2009) et pas seulement le « monde réel » : elle est essentiellement caractérisée par la possibilité de la réversibilité. Qu’en est-il alors de la « cohérence » produite par le chercheur et du coup de la « stabilité » ou « régularité » que celle-ci reconnaît comme « monde réel » ? En d’autres termes, le « monde commun » qu’on est censé partagé existe-t-il ? Et désirons-nous toujours commun-iquer (Petitat, 2009) ? Ce qui est digne d’être dit, est digne au nom de quoi ou de quel critère ? Au nom de ce que l’on accomplit et de sa pertinence (propositions de l’ethnographie) ? Au nom de ce que l’on pense devoir dire en public et notamment devant le chercheur ou un autrui quelconque qui se trouve à un titre ou un autre dans la situation ? Au nom d’une économie des moyens pour éviter toute discussion ou l’expression publique d’une mésentente ? Bref, en tant que chercheur, je ne pourrais jamais répondre à ces questions et c’est pourquoi cette dimension, essentielle et nécessaire pour saisir l’action, n’est cependant pas suffisante et ne relève pas, seule, de la qualité des corps dans leur rapport à l’action sociale.

  • 18 Cette théorie anthropologique des « corps » a été développée par Fernando Belo, qui propose trois m (...)

36Les réactions des membres en termes d’éthique ou d’esthétique (décrites par les chercheurs, dans leurs notes ou leurs réécritures ou, lorsqu’ils passent au registre verbal, par les membres eux-mêmes) aux événements qui adviennent en situation, sont pertinentes pour comprendre non l’action sociale mais les réactions émotionnelles des acteurs sociaux : celles-ci sont en tant que telles des traces de malaise ou de bien-être, liées à des « ondes » ou du « magnétisme » émanant des autres dans la situation, à des « empreintes » ou de « stupeurs » (Barrère & Martuccelli, 2009), « indissociables de leur concentration dans des instants ». Ce sont des manifestations qui expriment les qualités des rapports interactifs ou relationnels, des moments d’attirance ou de répulsion, de « fusion » ou de « fission », qui, de fait, relèvent d’une dimension plus spécifiquement politique, d’ordre entre les interactants. Cette dimension, là encore nécessaire, reste insuffisante en elle-même pour comprendre l’action sociale. C’est l’investissement pragmatique des « corps » dans les activités qui se déroulent en situation et qui leur prêtent formes, qui donne aux autres dimensions épistémique, éthique, esthétique et politique toute la qualité de l’action sociale comme sens : à la fois dans les trois voies avec lesquelles on peut l’explorer, la sensibilité, la direction et la signification. Ce faisant, nous accompagnons l’ontologie sociologique de la situation d’une théorie anthropologique des acteurs sociaux comme « corps » agissant 18. Les métalangages sur l’ethnographie n’oublient jamais d’inscrire à leur programme d’observation les activités des acteurs, mais les dimensions éthique, esthétique et politique font l’essentiel des éléments repris dans la re-spécification de leur objet d’étude. Sans doute est-il difficile d’observer directement des « pratiques des mains, des yeux, des pieds » mais les états de choses observées ne sont que des effets des activités coordonnées ou non des acteurs sociaux en situation de face-à-face, même si ce face-à-face est défini comme un face-à-face non seulement d’acteurs mais de mémoires multiples. Ceci nous conduit alors aux questions de méthode et de méthodologie suivantes.

Méthode, théorie de la perception sémiotisée, théorie de la discursivité

37En quoi les détours vers une ontologie sociologique nous font-ils voir autrement les questions épistémologiques posées par les chercheurs spécialistes de l’analyse qualitative ? Nous avons conclu à propos des questions de raisonnement et de méthodes sur le fait que – quoi qu’on en pense – en sociologie tout au moins nous faisons de l’analyse de données. Plus inquiétant cependant est le fait que nous ayons considéré jusqu’ici que nous ne pouvions dépasser le cercle herméneutique dès lors que l’on passe de la description à de l’interprétation ou selon le chaînage inverse de l’interprétation à la description, l’une se nourrissant de l’autre de manière circulaire. Le déplacement proposé par Donald Lawrence Wieder dans une seconde étape de la démarche, d’une interprétation sociale à une réflexion sur les méthodes du sociologue-interprète conduirait à une re-spécification de son objet, mettant ainsi au jour la qualité des procédures et opérations mentales des membres et du chercheur à instituer le « monde réel ». Ce qui est ainsi révélé – sous le coup de l’étonnement ou de la surprise de l’auteur – c’est en quoi la dimension épistémique des « corps » (la fonction symbolique et la cognition qu’elle autorise) est une fonction génératrice d’un « objet social ». Le métadiscours des chercheurs consiste de ce fait à promouvoir une « autoréflexivité », à reprendre leurs notes de terrain et leurs propres comptes rendus pour mettre en scène les opérations de construction du social. Cependant comment opère cette autoréflexivité et pourquoi attendre une seconde étape de la démarche pour re-spécifier son objet d’étude ? Une théorie fondatrice – une ontologie sociologique – pourrait en arguer bien plus tôt et, comme nous le disions, user, au cours même de la description, de la sémantique sociale de l’action, commune à tous les acteurs et au chercheur en situation, tout en suspendant ses interprétations ou en les soulignant comme telles dans les prises de notes et les réécritures. Que veut dire suspendre les interprétations ? Cela signifie simplement que ces « données recueillies », qui sont en fait construites par une perception sémiotisée et des récits, appellent un traitement « technique » et non une simple autoréflexivité. Il s’agit de traiter les traits décrits et interprétés comme autant d’énigmes, dont les interprétations sont discutables et peuvent être révoquées, non seulement tout au long de l’enquête lorsque l’on rencontre d’autres « faits » étranges ou plus complexes, mais par principe de manière systématique et ceci pour plusieurs raisons.

38La première est que si l’interprétation est nécessaire pour réagir en situation, il n’est guère suffisant de s’en tenir à ces comptes rendus : en effet les méthodes dont usent les membres et le chercheur n’ont cette force génératrice que dans la mesure où elles sont investies et donnent forme et in-forment la dimension pragmatique, dans la mesure où par conséquent, cette dernière « réalise » l’objet en question comme matérialité (comportementale, institutionnelle, etc.). N’oublions pas que la dimension épistémique, en tant qu’une modalité de la fonction symbolique, se définit par sa réversibilité virtuelle. Or la virtualité en question offre aux acteurs sociaux de pouvoir vivre dans une pluralité de mondes, plus ou moins matérialisés.

39La seconde raison est que, si l’on reprend la méthode classique scientifique, l’observation, elle doit pouvoir établir un rapport d’extériorité par rapport aux éléments dont elle traite même si ce traitement n’est possible que dans un second temps hors du terrain. Or c’est ici que se joue la difficulté de la méthode : les comptes rendus de l’observateur, comme ceux des acteurs même in situ sont, nous l’avons vu, des interprétations et en tant que telles elles ne peuvent être décidables. La question épistémologique n’est pas résolue puisque nous avons rejeté l’hypothèse inductive. Si nous acceptons de réfléchir au statut des données que le chercheur aura à traiter, on peut avancer que leur nature est d’être des perceptions sémiotisées, transformées en récits des membres ou récits du chercheur. Un rapport d’extériorité peut alors être établi avec ce type de données construites. En effet, comme tous les objets du monde, un récit ou tout produit symbolique a une forme matérielle que l’on peut découper et analyser. La forme linguistique du récit peut justement être traitée de telle sorte que l’on puisse y reconnaître et distinguer ce qui est descriptif de l’interprétatif, d’un côté en s’attachant au récit des « corps » et de ce qu’ils font, récit de leurs gestes et de leurs rythmes, de leur mouvement émotif et de leur réaction éthique, analyse de la parole dans sa matérialité linguistique et de l’autre côté en analysant dans les discours ce qui relève des interprétations, explications et justifications.

La perception sémiotisée et son récit

40Notre perception a la nature d’un mixte, composé de plusieurs effets qui se croisent et se matérialisent sous la forme d’un récit, un mixte lui aussi composé d’une donnée matérielle linguistique et d’idée (la pensée qui in-forme). En tant que perception cependant, il est clair que la perception existe en tant que telle indépendamment de toute sémiotisation, avant tout apprentissage culturel. Et cette perception est en elle-même sociale et c’est en ce sens qu’elle nous intéresse ainsi. Les recherches de Bernard Conein sont significatives à ce sujet (Conein, 2005). Reprenant les recherches menées en éthologie et en psychologie cognitive du développement des très jeunes enfants, il montre bien comment la perception (les sens sociaux de la vision notamment) est « naturellement » sociale. On pourra en retenir, pour notre propos, qu’une perception sociale « quasi-naturelle » est aussi à l’œuvre dans la description directe des situations, des activités qui s’y déroulent et des corps en présence, pour les membres comme pour le chercheur observateur. Pour le dire autrement, il est certain que nous percevons bien plus de traits que nous en verbalisons. Or le métier de l’observateur consisterait sans doute à pouvoir aussi être attentif à ce qui n’a pas de nom commun encore. Et lorsque l’on évalue, à la manière de Jack Katz, ce qu’est une « bonne » ethnographie de terrain, j’imagine volontiers qu’elle est liée à la précision des détails, notamment mouvements émotifs ou réactions éthiques des « corps » en présence, mais aussi ceux que l’on trouve incongrus ou inintéressants ou encore incompréhensibles, désajustés comme ceux qui jouent sur notre sensibilité sans que pour autant nous puissions trouver « les mots pour les dire ».

41Les éléments dont le chercheur trouve les mots pour les dire et par conséquent que ceux-ci catégorisent et finalement interprètent relèvent d’une perception que j’ai appelée jusqu’ici « sémiotisée » à défaut d’autres termes. Il s’agit toujours d’une perception, qui trouve, elle, dans la culture son explicitation, c’est-à-dire aussi une forme relativement « stabilisée » mais qui, à tout moment, pourrait connaître la réversibilité. Une grande partie de l’autonomie de l’art, ou de la poésie et de la littérature, repose sur cette réversibilité des objets ou des matériaux disponibles qui avaient déjà auparavant un sens culturel. Mais la réversibilité n’est pas le seul fait du travail des artistes, elle peut survenir à des moments de « stupeur », de « fission » que peuvent éprouver les acteurs en situation, ou encore après un long travail de maturation et de révision de significations déjà acquises. Enfin la perception peut non seulement relever de processus antérieurs (de socialisation et d’apprentissage culturels) mais elle peut aussi être paradoxalement « anticipatrice », voir dans le présent des activités, un advenir ou un devenir que le « monde du rêve » ou de « la fiction » a ouvert et qu’il s’agit de « réaliser ». C’est en effet qu’en tant qu’in-formant l’activité des « corps » que la perception des membres peut intéresser le sociologue. La perception composite de l’observateur, en tant que membre en situation, peut alors être d’autant plus heuristique que nous n’avons pas par ailleurs un accès direct à la perception des membres de la situation d’étude. Elle peut être incontournable pour une meilleure approximation de ce qui se passe en situation. Reste que la médiation essentielle par laquelle passe cette perception est « sémiotique» : images, scènes, récits, langue. Nous sommes donc paradoxalement aussi renvoyés au traitement de la matérialité linguistique ou sémiotique des récits, des comptes rendus, que ce soient ceux des membres ou du chercheur.

Le récit, une théorie de la narration et de la discursivité

42La matérialité du récit est de nature linguistique comme celle de toutes les paroles, textes ou discours que nous pourrions avoir à traiter : documents d’archives divers, entretiens d’enquête, récits autobiographiques, biographies etc. Chacun de ces discours – pour reprendre le terme général – a également une matérialité rhétorique particulière qui donne à chacun des traits spécifiques que le chercheur a à mettre au jour, de même qu’il existe des traces dans la langue de la subjectivité des locuteurs. Nous nous contenterons ici de proposer une théorie générale de la discursivité pour deux raisons. La première est que les travaux de Nadège Pandraud ont défini une théorie du récit et montré quelques applications d’une part à propos du traitement de son journal de terrain et d’autre part dans l’analyse de récits d’élèves réalisés en classe de 6ème (Pandraud, 2012). La seconde raison est liée au fait que je voudrais intégrer en cette fin de réflexion l’autre type d’analyse qualitative qui s’exerce en sociologie, l’analyse à base d’entretiens. Nous l’avons dit, celle-ci est particulièrement décriée, non seulement dans le cadre des méthodologies quantitatives mais pourrait-on dire encore plus et sans doute, pour s’en démarquer dans celui de l’observation ethnographique. Le prétexte en est que les entretiens hors contexte, c’est-à-dire hors situation, seraient un artefact fabriqué sur la demande du et pour le chercheur. De plus, l’on obtiendrait ainsi des discours qui « courent les rues » mais ne seraient pas fiables pour rendre compte du « réel ». Ces arguments ne nous paraissent guère recevables, puisque, comme nous l’avons vu et comme nous le verrons également par la suite, les comptes rendus des membres, tout comme les comptes rendus du chercheur effectués in situ pour les uns ou à partir de notes prises sur le terrain pour les autres, relèvent d’opérations catégorielles (liées à la sémantique de l’action locale ou générale) et d’opérations interprétatives (culturelles et subjectives) : le « monde réel » est un monde subjectif, tout au moins au sens symbolique du terme. Le « monde réel » est de l’ordre de l’univers des signes. Nous y reviendrons. Le deuxième argument vient de ce que les chercheurs ne semblent pas pouvoir échapper aux entretiens d’enquêtes, bien que ceux-ci soient déqualifiés.

43J’admettrais volontiers que les approches des entretiens d’enquête conduisent cependant à des critiques sévères ; il est vrai, en effet, que beaucoup de leurs analyses sont pour le moins « plates » et sans beaucoup d’intérêt heuristique. Et ceci dirons-nous parce que le sens de ce qui est dit n’est pas nécessairement dans le dit, même si c’est à partir de cette matérialité-là qu’il faut tenter de l’élaborer. L’expérience de Dominique Schnapper à ce sujet est particulièrement éclairante : le chercheur comprend plusieurs années après une première enquête sur les représentations religieuses que l’approche stricte du contenu des entretiens la conduisait à élaborer une typologie pauvre alors qu’une approche dynamique se réalise à partir des nouveaux questionnements de sa seconde enquête (Schnapper, 1999). Le sens des entretiens n’est pas nécessairement dans les significations que l’on saisit de manière évidente (par la simple compréhension des catégories de la sémantique de l’action), mais bien dans la propre manière d’articuler ces dires des enquêtés à une problématique sociologique fondamentale qui leur donne du sens, pour l’auteure le rapport ou l’articulation des représentations qu’elle fait jouer avec du changement sociétal.

  • 19 Nous nous référons à l’ensemble des travaux de Jean Molino sur la fonction symbolique, son étude en (...)

44Cependant nous voudrions insister sur le fait que nous sommes encore dans l’interprétation et dans la sociologie formelle au sens donné par les ethnométhodologues à cette expression. Notre proposition est d’éviter le plus longtemps possible dans la démarche une activité d’interprétation. Comme nous l’avons vu jusqu’ici avec les réflexions épistémologiques des tenants de l’observation ethnographique, cela semble relever de la gageure. Peut-on décrire sans interpréter, sans donner du sens, de la signification aux choses vues et/ou dites ? Le détour que nous proposons est à nouveau anthropologique : une description est possible dès lors que nous approchons les données qualitatives dans leur matérialité même. Ainsi émerge, pour nous, la nécessité d’une théorie de la discursivité, théorie anthropologique et dont les outils relèvent des ressources savantes linguistiques et littéraires. Du point de vue de leur matérialité, les discours ont deux modes d’existence, une existence sociale et une existence matérielle 19, ce qui permet d’envisager leur approche selon trois plans d’analyse. L’existence sociale, en effet, se décompose en deux moments, le moment poïétique, et le moment esthésique, le moment de la « production » et le moment de la réception. Si nous utilisons plutôt la terminologie de Jean Molino, c’est qu’elle permet une double distance : la première consiste à ne pas calquer le moment poïétique avec celui du seul locuteur, défini seulement à partir de ses caractéristiques dites objectives (un acteur social empirique) et de ses intentions ; la seconde aménage la possibilité de considérer le locuteur non plus comme défini par sa seule histoire, sa biographie, sa socialisation mais à partir de l’activité qu’il engage en parlant. Du point de vue de l’esthésis, les mêmes préoccupations sont à l’œuvre. Que fait l’interactant quand il écoute ou lit et comment ? Ce sont en quelque sorte des formes d’existence dynamiques qui sont en jeu, des formes relationnelles au sens où ce qui constitue le locuteur et l’interlocuteur est aussi en relation avec du dire. L’existence matérielle – la matérialité de la langue et des formes rhétoriques utilisées – est justement cette médiation qui permet de rendre compte de la dynamique en question. Sur le plan des matérialités linguistiques et rhétoriques, les outils comme la structure énonciative, les modes d’énonciation (Kerbrat-Orecchioni, 1980), mais aussi l’intertextualité, l’intersubjectivité (Pêcheux, 1975 ; Maldidier, 1990), la polyphonie (Ducrot, 1998), le dialogisme (M. Bakhtine, 1973), les grammaires iconiques, indiciaires, propositionnelles et discursives (Ferry, 2004), etc. sont autant de moyens techniques – linguistiques, littéraires, anthroplogiques ou encore d’outils de l’intellect – qui permettent de décrire les discours sans immédiatement se poser la question de la signification des dires. En effet, avant même de tenter de comprendre le sens ou les significations, ou encore les représentations que les membres peuvent donner de la situation et de ce qu’ils font, il s’agit de souligner les autres fonctionnements du langage : le fait que tout langage doit être considéré comme une matérialité relationnelle, une parole adressée en quelque sorte et qui virtuellement attend une réponse. Ainsi le traitement des entretiens de recherche ne peut pas s’intéresser aux contenus proposés par les seuls enquêtés, mais doit voir que les significations produites sont non immédiatement, tout au moins des représentations qui leur sont propres, mais des produits liés à l’interaction chercheur-enquêté ; que les enjeux ne sont pas seulement cognitifs mais également que se nouent là des relations et des postures que les interactants se donnent mutuellement et respectivement. C’est le déroulement de la structure énonciative qui est en elle-même sens avant même que de produire du sens dans la mesure où les interactants attribuent par l’action de parler des places et des postures. Sur le plan de l’énonciation, les traces de subjectivité dans la matérialité même du texte ou de la parole, celles d’intertextualité, celles d’intersubjectivité, la polyphonie qui traverse un locuteur peuvent être relevées syntaxiquement et au plan lexical et permettre là encore de déplacer le regard du sociologue vers la forme tout à la fois sociale, collective et singulière (subjective) de toute parole et rendre compte aussi de la dimension « politique » de l’objet sociologique, ou le sens comme direction. Les grammaires iconiques et indiciaires permettent de relever les aspects strictement culturels, relevant de processus antérieurs et dits extérieurs mais qui continuent d’exister dans la forme matérielle même des paroles et des textes qui expriment ainsi la sensibilité avec laquelle les locuteurs s’investissent dans leurs actions. Enfin, la dimension pragmatique de la parole ou des textes – conçue comme une actualisation historique, une variation contingente d’une action virtuellement nécessaire – permet au regard sociologique de se déplacer du « monde réel » à l’objet sociologique virtuel qu’il a à mettre au jour, le « monde réel » étant une actualisation parmi d’autres possibles.

45Nous retrouvons sous une autre posture, plus technique et plus méthodologique, les préoccupations des ethnométhodologues quant aux méthodes ou aux procédures utilisées par les membres ou par l’observateur in situ, sans pour autant adopter leur ontologie sociale. Et contrairement à ce que propose Donald Lawrence Wieder, de les étudier dans un second temps de l’analyse, ces opérations techniques sur les discours peuvent s’effectuer dès le moment où le chercheur traite de telles données. Ajoutons que cette théorie générale de la discursivité s’applique aux entretiens d’enquête mais aussi aux comptes rendus des membres ou de l’observateur. La nature linguistique et rhétorique des comptes rendus, de leurs récits, de leurs interprétations, même si ces comptes rendus s’effectuent in situ, sont aussi le résultat de processus antérieurs ou « extérieurs », notamment discursifs, que l’analyse peut observer et découper par les outils de la polyphonie, de l’intertextualité et de l’intersubjectivité. Autrement dit les comptes rendus in situ sont autant travaillés par du déjà-dit que par le dire ce qui se passe hic et nunc. A fortiori, un entretien de recherche, s’il est également traversé par de l’intertextualité, de la polyphonie, etc. peut aussi faire le « récit de ce qui se passe en situation », le récit des pratiques de corps.

46Ceci me conduit, pour conclure, à revenir sur les questions de méthode et sur les formes de raisonnement. De fait la démarche que nous proposons est itérative et cumulative : itérative parce que toute proposition pi effectuée est le résultat d’un couplage abstrait-concret, modèle-observation, à condition toutefois que les modèles ne soient pas des modèles sociologiques, explicatifs et interprétatifs, dans les premiers moments de la démarche (ne pas projeter un cadre théorique sur la situation). Dans ce cas, le « modèle » peut être technique et correspondre à la nature de la matérialité observée : il y a toujours pour chaque proposition des éléments observables (comportements, rythmes, discours) et un « modèle » qui peut être technique (anthropologique, linguistique, rhétorique, ou encore statistique) susceptible de les traiter. Cette étape est nécessaire pour déplacer justement et méthodiquement la construction savante des constructions des membres. Par exemple, le traitement des méthodes des membres et de celles de l’observateur à l’aide de ces modèles techniques (linguistiques et rhétoriques) permet de déplacer le regard des questions de signification et de donation de sens pour voir ce que les comptes rendus font et dès lors s’interroger sur la nécessité logique ou l’arbitraire de cette réalisation historique en regard de la virtualité de l’action sociale. C’est ce genre de raisonnement itératif que nous qualifions de raisonnement abductif, qui permet de considérer les phénomènes observables et observés comme autant d’énigmes à résoudre : on doute des « faits », on suspend les théories ou les interprétations pour élaborer pas à pas en fonction de la forme, de la nature ou du type de matérialité du phénomène une description qui déplace la question du sens du social pour considérer le social en tant que sens, actualisé et virtuellement réversible. Ce qui laisse la possibilité au chercheur et aux acteurs non de valider et de conforter le « monde réel » mais d’introduire du « vague » et d’ouvrir des perspectives de développement historique et anthropologique autres que celles que l’on connaît déjà et qui font l’objet de critiques tant des acteurs que des chercheurs.

Haut de page

Bibliographie

Bakhtine M. [ou Volochinov] (1973), Marxisme et philosophie du langage, Paris, Éditions de Minuit.

Barrère A. & D. Martucelli (2009), Le Roman comme laboratoire. De la connaissance littéraire à l’imagination sociologique, Lille, Éditions du Septentrion.

Belo F. (1976), Lecture matérialiste de l’évangile de Marc, Paris, Éditions du Cerf.

Cefaï D. (dir.) (2010), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS.

Cefaï D. (2012), « Comment généralise-t-on ? Chronique d’une ethnographie de l’urgence sociale », dans Desveaux E. & M. de Fornel (dir.), Généraliser, faire des sciences sociales, t. 3, Paris, Éditions de l’EHESS.

Conein B. (2005), Les Sens sociaux. Trois essais de sociologie cognitive, Paris, Éditions Economica.

Ducrot O. (1998), Dire et ne pas dire. Principes de sémantique linguistique, Paris, Éditions Hermann.

Durkheim É. (1895), Les Règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Durkheim É. (1897), Le Suicide, Paris, Presses universitaires de France.

Ferry J.-M. (2004), Les Grammaires de l’intelligence, Paris, Éditions du Cerf.

Gardin J.-C. (1979), Une Archéologie théorique, Paris, Éditions Hachette.

Glaser B. G. & A. L. Strauss (2010 [1967]), La Découverte de la théorie ancrée. Stratégies pour l’analyse qualitative, Paris, Éditions Armand Colin.

Glaeser A. (2010), « Une ontologie pour l’analyse ethnographique des processus sociaux. Élargir l’étude de cas élargie », dans Cefaï D. (dir.), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS.

Habermas J. (1968), La Technique et la science comme "idéologie" », Paris, Éditions Gallimard.

Katz J. (2010), « Du comment au Pourquoi. Description lumineuse et inférence causale en ethnographie », dans Cefaï D. (dir.), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 43-104.

Kaufman L. (2008), « La société de déférence », Réseaux, vol. 2/3, n° 148-149, pp. 79-116.

Kerbrat-Orecchioni C. (1980), L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Éditions Armand Colin.

Latour B. (1984), Les Microbes. Guerre et paix, suivi de Irréductions, Paris, Éditions Métailié.

Lepenies W. (1997), Les Trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Leenhardt M. (1971 [1947]), Do Kamo, la personne et le mythe dans le monde mélanésien, Paris, Éditions Gallimard.

Leroi-Gourhan A. (1964-1965), Le Geste et la parole, Tome 1, Technique et langage ; Tome 2, La Mémoire et les rythmes, Paris, Éditions Albin Michel.

Livet P. & F. Nef (2009), Les Êtres sociaux. Processus et virtualité, Paris, Éditions Hermann.

Maldidier D. (1990), L’Inquiétude du discours : textes de Michel Pêcheux, Paris, Éditions Cendres.

Molino J. (1998), « Du changement au devenir. Remarques sur la notion de changement dans les sciences humaines », Revue Européenne des sciences sociales, tome XXXVI, n° 110, pp. 185-197.

Molino J. (2000), « Le cave se rebiffe. Réflexions sur l’histoire des relations entre littérature et sciences humaines », Actes du Colloque Littérature et sciences humaines, Aix-en-Provence.

Pandraud N. (2012), L’Exposition différenciée aux apprentissages du français en classe de 6ème. Processus sociaux et épistémiques de la révision des savoirs. Une enquête par observation dans deux collèges marseillais, Thèse de doctorat, Aix-Marseille-Université.

Passeron J.-C. (2005), Le Raisonnement sociologique : un espace non poppérien de l’argumentation, Paris, Éditions Albin Michel.

Pêcheux M. (1975), Les Vérités de la palice, Paris, Éditions Maspéro.

Petitat A. (2009), Le Réel et le virtuel, Genève, Éditions Droz.

Veyne P. (1976), L’Inventaire des différences. Leçon inaugurale au Collège de France, Paris, Éditions du Seuil.

Rancière J. (1995), La Mésentente, Paris, Éditions Galilée.

Schnapper D. (1999), La Compréhension sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Victorri B. (2002), « Homo narrans : le rôle de la narration dans l’émergence du langage », Langages, n° 146, pp. 112-125.

Wieder D. L. (2010), « Dire le code du détenu. Enquête sur la culture de la prison », dans Cefaï D. (dir.), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS.

Haut de page

Notes

1 Pour ce texte, nous adoptons une définition étroite de l’analyse qualitative qui la réduit à l’utilisation de méthodes et de méthodologies dites qualitatives. Pour autant, notre position est que toute analyse sociologique est de fait qualitative, qu’elle use de méthodes et méthodologies qualitatives et/ou quantitatives.

2 Nous reprenons la définition de l’ontologie de Pierre Livet et Frédéric Nef : « L’approche ontologique […] ne porte pas sur la question de l’être en général mais prend celui d’une enquête sur les différents modes d’existence des êtres » (Livet & Nef, 2009, p. 5).

3 Les sciences économiques et la psychologie expérimentale, dans les sciences humaines, proposent des « modèles », simulation des actions possibles sous certains facteurs isolables et sous certaines conditions. En sociologie, l’individualisme méthodologique pourrait conduire sur cette voie, mais le plus généralement l’approche reste une simple analyse des données à partir de la propriété générale de la rationalité humaine, qui se déploie en « bonnes raisons » dans les constats empiriques.

4 Il y a bien sûr des courants de pensée, notamment postmoderne, qui ne retiennent pas ce principe.

5 Laurence Kaufman parlerait d’« ontologisation du social » (Kaufman, 2008).

6 L’enquête ontologique sur les modes d’existence du social montre que le « monde réel » coexiste avec d’autres mondes, ceux du mensonge, de la fiction, de l’hallucination, du rêve, etc (Petitat, 2009).

7 La différence entre « propriété » et « qualité » a été travaillée notamment par Hegel, Marx et bien d’autres.

8 Cette expression est construite analogiquement à celle employée par les linguistes, « l’insécurité linguistique » des élèves qui ne parlent pas la « belle langue » ou la « langue correcte » par exemple dans des situations scolaires.

9 Jean Molino écrit ainsi : « Tout commence par des histoires qui portent sur le monde et ses origines, sur les dieux et sur les autres hommes. Nous racontons aux autres ce qui nous est arrivé et nous nous interrogeons sur la conduite de nos proches. Il s’agit là d’une modalité fondamentale de notre rapport au monde », (Molino, 1998, pp. 185-197). Mais nous aurions pu aussi bien citer Bernard Victorri (2002, pp. 112-125).

10 Nous empruntons cette graphie pertinente à André Petitat (2009).

11 Nous distinguons, à la suite de Charles S. Peirce, trois fonctionnements du signe : les signes qui énoncent les choses dont ils parlent comme existants (monde réel ou phénoménal), les signes qui énoncent les choses dont ils parlent comme possibles, les signes qui énoncent les choses dont ils parlent comme « réels ». Ici il faut entendre cette expression comme étant le « réel » non des acteurs sociaux mais celui qui est objectivé par le savant en tant que nécessité. Le « monde réel » des acteurs sociaux et du sociologue classique est en fait une « réalisation », un phénomène donc existant.

12 Le « vague » ne signifie pas l’absence de quelque chose, mais ce qui n’est pas déterminé, ce qui est non différencié, ce qui n’a pas encore de forme » (Pandraud, 2012).

13 Cela ne veut pas dire qu’un membre ne puisse pas réaliser cette distance mais que l’activité en cours exige de lui l’urgence de sa réaction et par conséquent d’autres procédures.

14 Je remercie Paul Sabourin de m’avoir rappelé que pour Maurice Halbwachs, dans La Mémoire collective, la mémoire des historiens est extérieure et chronologique formant un tableau de différences (événements) plutôt que de ressemblance-similitude, ce qui entraîne nécessairement la disparition de la temporalité sociale.

15 L’article de Jean Molino (1998) est particulièrement éclairant sur ce sujet.

16 Daniel Cefaï écrit par exemple : « Sans renoncer au principe wébérien de "liberté par rapport aux valeurs", [sa position] refuse de le lire comme une dissociation absolue des activités du savant et du politique et un retrait des débats sur les problèmes publics » (Cefaï, 2010, p. 18)

17 La référence ici vient des travaux de Basil Bernstein qui met en évidence que le rapport de pédagogisation serait dominant actuellement et qu’il qualifie notamment toutes les « paires adjacentes », le rapport maître/élève, mais aussi le médecin et son patient, le travailleur « sur autrui » qu’il aide ou accompagne.

18 Cette théorie anthropologique des « corps » a été développée par Fernando Belo, qui propose trois métaphores pour développer sa théorie. Les corps se définissent par des « pratiques des mains » (dimension pragmatique), des « pratiques des pieds » (dimension politique), des « pratiques des yeux » (dimension épistémique) et il ajoute la métaphore du « cœur » qui relève, pour nous, du rapport (conforme, subversif, digressif, etc.) que les acteurs engagent et investissent dans ces trois pratiques (Belo, 1976).

19 Nous nous référons à l’ensemble des travaux de Jean Molino sur la fonction symbolique, son étude en linguistique, littérature et dans les sciences sociales. Les concepts utilisés sont ceux qu’il utilise lui-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Ramognino, « Des réflexions sur quelques controverses à propos de l’analyse qualitative  en sociologie », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4276

Haut de page

Auteur

Nicole Ramognino

Professeure émérite - AMU-LAMES-CNRS, Aix-en-Provence, France - ramognino@mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page