Navigation – Plan du site
Premiers textes
Premiers textes

Carrefours biographiques et carrières migratoires des retournés congolais (RDC) : autoroutes de retour et chemins de traverse

Laurent Lardeux

Résumés

À l’intersection de la sociologie politique et de la sociologie des migrations et à partir d’une ethnographie multi-située réalisée dans les espaces d’accueil et de retour du Congo-Brazzaville, de République centrafricaine et de la République démocratique du Congo pendant 18 mois, cet article se propose de reconstruire les carrières migratoires et les carrefours biographiques des retournés congolais dans des contextes de post-conflit où se pose avec acuité la question du rapport entre humanitaire et sécuritaire. Ces carrefours biographiques, qui se situent à la jonction d’une relecture de la trajectoire passée dans les espaces d’accueil et d’une anticipation des projets à accomplir dans les espaces de retour, permettent d’associer, plutôt que de séparer, des carrières migratoires de retour et des structures objectives et institutionnelles en lien avec les programmes de rapatriement mis en place en Afrique centrale entre 2006 et 2009. Il importe dans cette perspective de prendre en considération les diverses ressources et compétences développées par ces réfugiés le temps de l’exil pour comprendre comment peuvent se développer, à côté des « autoroutes » de retour préconisées par les organisations en charge du rapatriement dans les zones rurales de l’Équateur, des « chemins de traverse », plus sujets à l’aléatoire, à l’informel et à l’adaptation individuelle et collective.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les guerres congolaises (1996-1998 ; 1998-2003) ont constitué l’un des plus graves désastres humani (...)
  • 2 Suivant la terminologie du HCR, les « retours spontanés » concernent l’ensemble des réfugiés rentré (...)
  • 3 La principale condition posée à un candidat au retour dans la capitale congolaise est d’attester l’ (...)
  • 4 Pour Alain Tarrius, la construction et la maîtrise d'un « territoire circulatoire » faciliteraient (...)

1Le 30 octobre 2009, une embarcation placée sous l’égide du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) quitte le village de Bétou, au Congo-Brazzaville, pour rejoindre Libenge en République démocratique du Congo (RDC), à quelques dizaines de kilomètres en amont sur la rive gauche du fleuve Congo. À son bord, plusieurs centaines de réfugiés se préparent à fouler à nouveau le sol congolais qu’ils avaient été contraints de quitter au moment de la guerre civile survenue en 1999 dans la région 1. Avant eux, ce sont près de 45 000 rapatriés qui ont traversé le fleuve Congo et la rivière Oubangui, frontières naturelles entre le Congo Brazzaville, la République centrafricaine et la RDC, pour rejoindre les centres de transit où sont distribuées les aides promises par le HCR. Mais tous les retournés ne sont pas des rapatriés. À 500 kilomètres plus au sud, des embarcations privées, bien plus instables et sommaires, se rapprochent de Kinshasa. Elles transportent cette fois-ci des « retournés spontanés » 2 qui ont refusé les aides au retour proposées par le HCR dans les zones prioritaires de la région rurale de l’Équateur pour initier, indépendamment de toute assistance, de nouveaux projets dans la capitale congolaise. Le « retour aux sources », régulièrement mis en avant par le HCR pour promouvoir le rapatriement dans les régions rurales de la RDC, peut ainsi être éloigné des vraies sources du fait que jeunes ou moins jeunes, hommes ou femmes commencent, certes à s’intéresser à leur pays d’origine mais surtout à la culture urbaine de Kinshasa, qu’ils ne connaissent pas ou peu, étant bien souvent originaires de villages reculés du nord de la RDC. La nécessité d’établir un tracing 3, la variabilité de l’acceptation de la demande d’assistance par le HCR et l’absence de soutien pour les réfugiés candidats à un retour dans la capitale congolaise leur imposent le plus souvent de savoir mobiliser leurs propres capitaux, matériels et/ou symboliques, leurs « savoir-circuler »4 (Tarrius, 2000) et compétences pour s’installer à Kinshasa.

  • 5 Nous faisons ici référence à la notion de turning point d’Andrew Abbott qui désigne « des changemen (...)
  • 6 Nous nous référons ici à Michel Agier : « Monde flexible et dispositif multilocalisé, déploiements (...)
  • 7 Si nous suivons la perspective développée par Jean-Claude Passeron, la construction d’une biographi (...)
  • 8 Nous nous inscrivons ici dans le prolongement des travaux de Laurence Roulleau-Berger qui a opérati (...)

2Partant de l’hypothèse que le temps court du « carrefour biographique » 5 opéré par les réfugiés peut avoir des répercussions importantes sur le temps long de la carrière migratoire de retour selon que ces individus se situent dans une zone rurale ou urbaine, suivant le lieu de retour choisi et le degré d’institutionnalisation du retour, notre objectif sera ici de rendre compte des différentes formes d’adaptation des réfugiés au dispositif de rapatriement mis en place par le HCR. En filigrane se pose la question de la place à accorder à la notion d’événement dans la prise de décision du retour et dans la construction des carrières migratoires, le rôle des « fêlures » et non pas seulement des « structures » dans la production du sujet réflexif et dans les conditions de sa libération (Bensa & Fassin, 2002). Dans un contexte où se pose avec acuité la question du rapport entre humanitaire et sécuritaire (Fassin, 2006a), entre « techniques de soin » et « techniques de contrôle » (Agier, 2008, 2011), le recours à l’approche biographique dans la reconstruction des carrières migratoires des retournés nous semble heuristique. Cette démarche permet ici de rendre compte des différentes manières par lesquelles certains réfugiés peuvent progressivement se détacher du « gouvernement humanitaire » 6 pour initier de nouvelles formes de circulation entre les différentes polarités de la migration forcée. Les retours se déroulent en effet dans le temps et selon une dynamique irréductible au simple calcul utilitaire ou aux contraintes contextuelles. Ils sont le résultat d’une succession d’étapes qui se construisent et s’élaborent en lien direct avec les diverses expériences et ressources acquises préalablement par les réfugiés, lesquels peuvent ensuite infléchir les trajectoires générales préconisées par les agences en charge du rapatriement. Parallèlement, le concept de carrière autorise la prise en compte des singularités éclairant les disparités des formes prises par ces migrations de retour et les variations dans le temps des manières d’être, d’agir et de penser de ces individus selon les contextes (Becker, 1985). Il est ainsi possible de construire des modèles explicatifs susceptibles de prendre en compte non pas seulement les voies générales de retour, mais aussi les situations comportant une part de contingence et d’imprévisibilité, sans pour autant les ramener à des voies exceptionnelles ou à de l’accidentel. D’importantes variations peuvent ainsi apparaître dans le système d’agencement entre le cadre structurel du retour et le champ de représentation, d’interprétation et de pratique qui peut en être donné par chacun des réfugiés 7. L’ouverture des possibles propre aux bifurcations biographiques 8 n’est donc pas imposée d’ « en haut » par les différents dispositifs humanitaires mis en place pour coordonner les rapatriements mais elle est retraduite et reconfigurée par les réfugiés en diverses potentialités qui sont à relier aux compétences et ressources disponibles (Bessin, Bidart & Grossetti, 2010).

3Loin d’être regardées dans une perspective linéaire et statique entre deux sédentarités mais analysées à partir d’observations in situ et de 126 entretiens biographiques réalisés dans le cadre d’une recherche doctorale pendant près de 18 mois dans les espaces d’accueil et de retour du Cameroun, de la République centrafricaine, du Congo‐Brazzaville et de la RDC (Lardeux, 2010), nous mettrons en évidence les divers entrecroisements possibles entre les carrières migratoires des retournés et les pratiques humanitaires et politiques en lien avec les programmes de rapatriement mis en place par le HCR dans cette région entre 2006 et 2009.

Les rapatriements de réfugiés en RDC : incitation, régulation et détournement

  • 9 Dans la note introductive de son statut, il est notamment précisé que le HCR « secondera les initia (...)
  • 10 Pour la reconduction des contributions, l’organisation doit donc prendre en considération les prior (...)
  • 11 Le cadre juridique du rapatriement librement consenti stipule que la décision du retour ne doit êtr (...)

4De manière générale, le rôle du HCR dans le domaine du rapatriement devait initialement se limiter à celui de « facilitateur » des rapatriements en appuyant logistiquement les opérations de retour et en facilitant la coordination entre les différents acteurs du développement en présence 9. Mais au moment où le rapatriement volontaire est devenu la priorité principale des activités de l’organisation, cette approche, qui consistait parfois à se borner à un plaidoyer purement passif en faveur de la collaboration, n’était plus adaptée aux attentes des États financeurs 10. Face à ces obstacles, le HCR s’est progressivement repositionné comme un acteur central des activités de rapatriement, allant jusqu’à se substituer aux gouvernements dans le domaine de la sécurisation et de la réhabilitation des zones de retour. En RDC, les programmes de rapatriement à grande échelle initiés entre 2006 et 2009 à partir du Congo Brazzaville et de la République centrafricaine font apparaître une interprétation élargie de la Convention de 1951 et de la Convention de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) et une extension du mandat du HCR dans le domaine de son intervention dans le pays d’origine des réfugiés. Sur la base d’une situation sécuritaire en voie de stabilisation dans la région occidentale de la RDC, des commissions tripartites se sont mises en place entre le HCR, les gouvernements des pays d’asile et le gouvernement du pays d’origine pour planifier les opérations de rapatriement à grande échelle vers la région de l’Équateur. Des « zones prioritaires de retour », lieux à partir desquels s’organise la phase d’assistance initiale, sont alors créées en RDC. Elles consistent notamment à assurer aux rapatriés suffisamment d’aide matérielle afin de prévenir tous nouveaux déplacements à l’intérieur du pays. Ces politiques d’incitation au retour des réfugiés vers les régions rurales de la RDC où peut leur être proposée une aide matérielle et financière pendant les douze premiers mois de leur installation, s’accompagnent de plus en plus nettement de politiques de dissuasion des demandes de rapatriement vers la capitale congolaise. En plus de l’absence complète de projet de soutien, d’assistance alimentaire, de formation ou d’aide à l’éducation des enfants, tout retour vers Kinshasa répond également à une procédure beaucoup plus fastidieuse, et donc plus longue mais aussi plus incertaine quant à la décision finale. Les réfugiés sont avertis avant leur demande de ces différences de traitement et de procédure entre chacune de ces zones de retour, rurale (région de l’Équateur) et urbaine (Kinshasa), et on peut concevoir les répercussions qu’elles peuvent avoir au niveau du choix « libre » et « sans contrainte » de la région de retour pour des réfugiés, le plus souvent démunis, qui sollicitent une aide au rapatriement 11. L’humanitaire, pris dans ce sens, peut de ce point de vue « donner matière à inventer de nouvelles modalités de ce qu’on appelle gouverner » (Fassin, 2006a, p. 18).

5Deux voies de retour sont alors progressivement apparues (cf. carte ci-dessous). La première, fortement institutionnalisée et liée aux programmes d’aide au retour proposés aux réfugiés entre 2006 et 2009, se rapporte aux rapatriements à grande échelle mis en place par le HCR à partir de la République centrafricaine et du Congo-Brazzaville à destination des « zones prioritaires de retour » de la région de l’Équateur en RDC. À cette trajectoire modale de « retours volontaires », c’est-à-dire enregistrés par le HCR et organisés vers les régions rurales de la RDC, s’ajoutent également des voies interstitielles impliquant des « retours spontanés » suivant la terminologie employée par le HCR, c’est-à-dire réalisés en-dehors de tout cadre institutionnel et humanitaire et dirigés majoritairement vers la capitale congolaise, Kinshasa.

Rapatriements volontaires et retours spontanés du Congo-Brazzaville et de la République centrafricaine vers la RDC

Rapatriements volontaires et retours spontanés du Congo-Brazzaville et de la République centrafricaine vers la RDC

6Face à la diversité des routes migratoires de retour empruntées, nous souhaitons ici interroger les systèmes de transaction, à géométrie variable d’intensité, entre les dispositifs de rapatriement et les dimensions subjectives d’interprétation et de pratique pouvant en être données par les réfugiés. Notre analyse des carrefours biographiques consiste notamment à mettre la lumière sur la dialectique entre structure sociale et histoire personnelle et sur les différentes articulations entre contextes sociétaux, ordres locaux et trajectoires individuelles, cela afin de mettre en jeu plusieurs niveaux de la totalité sociale : la structure institutionnelle et la position du sujet dans cette structure, les interactions et les adaptations mutuelles aux partenaires et l’interprétation subjective que les acteurs attachent aux changements qui surviennent. Ces différentes dimensions peuvent s’opposer, notamment lorsque le dispositif humanitaire du rapatriement ne correspond pas dans sa mise en œuvre pratique à la pluralisation des rôles, des attitudes, des projets de retour envisagés par ces individus. Dans ce cas, au lieu de susciter un régime de pluralisation, le « processus de reconnaissance » fourni par les « octroyeurs » de statut (Payet & Battegay, 2008) peut se dévoyer dans un régime identitaire et être perçu comme réducteur des dynamiques sociales et individuelles qui travaillent les espaces de socialisation et définissent la pluralité des rôles et des identités. Il s’agit alors dans ce cas de suivre et d’appréhender la pluralité des transformations progressives des attitudes et comportements liés aux modalités objectives et institutionnelles du rapatriement et de rendre compte, au sens de William Isaac Thomas et Florian Znaniecki (1998 [1919], des « caractéristiques subjectives des individus au groupe social considéré » afin d’accéder à une expérience sociale « vue de l’intérieur », en prise directe avec le travail d’ajustement des différents univers sociaux rencontrés.

Carrefours biographiques : trajectoires modales et voies médianes

7L’étude des migrations de retour des réfugiés implique que soit prise en compte dans l’analyse la dimension temporelle et, à travers elle, les différentes séquences marquant le passage des individus d’un lieu, d’un statut, d’une structure et d’un réseau relationnel à un autre. Ces séquences ne sont pas linéaires et encore moins univoques. Si le point de départ (le lieu de refuge) et d’arrivée (la région de retour) sont connus et clairement établis dans le projet de retour du réfugié, le cheminement et l’organisation de ce passage ne répondent pas forcément à un ordre logique. Ils s’inscrivent bien plus dans un degré variable d’imprévisibilité où s’entremêlent à la fois des dimensions objectives d’ordre institutionnel et des dimensions subjectives d’interprétation de la part d’acteurs sociaux qui peuvent tout à la fois se conformer ou détourner de son sens initial le cadre structurel du rapatriement. Le retour de ces réfugiés n’est pas un événement soudain apparaissant dans un environnement totalement stable. C’est un processus. En nous appuyant sur un corpus de 126 entretiens biographiques réalisés auprès des réfugiés/retournés dans les diverses régions d’accueil et de retour, nous pouvons dégager ici les différentes phases de ce processus qui n’excluent pas la prise en compte des variations.

  • 12 Ce schéma est en partie inspiré des travaux de Claire Bidart (2006) sur le processus des bifurcatio (...)

Shéma : Processus de retour et carrefour biographique 12

Shéma : Processus de retour et carrefour biographique 12
  • 13 Nous rejoignons ici Alban Bensa et Didier Fassin (2002) : « L’événement, ce n’est pas qu’il se pass (...)

8Les éléments intervenants dans le processus des migrations de retour des réfugiés sont de divers ordres et se situent à différentes échelles. En tout premier lieu, les différentes séquences agissant dans le carrefour biographique se situent à l’articulation entre deux types de données, dissociées ici entre le haut et le bas du schéma, qui sont en réalité à considérer comme un continuum, une « toile de fond » (Bidart, 2006) intervenant à des degrés différents dans le processus : sur un pôle se situent les facteurs objectifs des rapatriements qui se distinguent par leur différence d’échelle et leur profondeur dans l’espace social (niveau macro : A1 ; méso : A2 ; et micro social : A3). Sur l’autre pôle se situent les données subjectives propres aux interprétations, aux sens et aux pratiques qui en sont donnés par les réfugiés et qui correspondent plus ou moins étroitement aux différentes échelles des facteurs objectifs cités précédemment (B1, B2, B3). Au plus près du parcours biographique se trouvent enfin les événements contingents qui interviennent à différents degrés dans la mise en activation du processus, dans le niveau d’information et dans l’horizon des possibles propres aux migrations de retour. Ces événements altèrent les rapports au passé et à l’avenir 13 et impliquent une « rupture d’intelligibilité », c’est-à-dire une « ligne de partage, ouvrant et fermant des séries à l’horizon de temporalités sociales multiples » (Bensa & Fassin, 2002).

Information, pression et mise en activation

9En premier lieu, l’information obtenue par les réfugiés sur la viabilité du retour et les conditions sécuritaires et politiques pour une réinstallation en RDC apparaît très dépendante des différents communiqués et renseignements fournis par le HCR. Comme le rappelle la Conclusion n° 101 sur la protection internationale des réfugiés, l’organisation a en effet l’obligation de fournir, avant la décision définitive, « une information complète, objective et exacte, y compris quant aux questions relatives à la sécurité physique, matérielle et juridique, avant le rapatriement librement consenti et leur réintégration dans le pays d'origine » (UNHCR, 2004b). L’information fournie aux réfugiés congolais s’accomplit sur trois échelles distinctes.

  1. Au niveau macro-social (A1), l’information porte sur la transition politique en RDC, la sécurité intérieure et les élections présidentielles à venir, ces dernières étant d’ailleurs fréquemment mobilisées dans une logique instrumentale et symbolique d’incitation et de stimulation au retour. À ces facteurs d’ordre objectif correspondent l’interprétation et la perception de ces événements par les réfugiés eux-mêmes (B1). Une attraction forte entre ces deux pôles participe à activer le processus lorsqu’il apportera aux réfugiés la garantie d’une pérennité du processus de paix et les confortera sur le bien-fondé d’un retour. Mais ces éléments peuvent également être jugés insuffisants, rendant alors le retour encore prématuré aux yeux de ces réfugiés. Ces éléments déclencheurs agissent donc rarement de façon isolée, sans relation avec les autres échelles de l’espace social.

  2. Au niveau méso-social (A2), l’information porte sur les projets de reconstruction matérielle et de réhabilitation des infrastructures dans l’espace local de retour en faveur des rapatriés et des communautés villageoises. Pour qu’il y ait une combinaison d’événements déclencheurs, le processus de paix doit donc s’accompagner d’une amélioration substantielle de la situation sociale et économique des régions vers lesquelles les réfugiés sont censés rentrer. La perception de cette situation, les opportunités économiques auxquelles les réfugiés peuvent aspirer et le soutien espéré des proches interviennent alors dans l’interprétation des changements survenus dans la région de retour et agissent comme éléments déclencheurs pour un possible retour en RDC (B2). Les réfugiés avancent régulièrement dans ce cas les programmes d’assistance mis en œuvre dans leur région de retour ou encore le soutien social qu’ils peuvent y attendre.

  3. Enfin, au niveau micro (A3), le soutien promis par le HCR aux réfugiés pendant les premiers mois de leur retour et les diverses opportunités individuelles proposées pour la réalisation de microprojets interviennent dans l’activation du processus si les réfugiés les jugent suffisants pour être remobilisés dans le cadre d’un retour dans le pays d’origine (B3). Se retrouvent notamment dans ce cas les réfugiés qui ont pu développer des activités agricoles, commerciales, maraîchères ou d’élevage dans la région d’accueil et qui ont obtenu des garanties sur la poursuite possible de leurs activités dans la région de retour.

10À ces informations fournies sur les conditions du retour et qui interviennent à différents niveaux dans la mise en activation du processus s’ajoutent également des contraintes et des pressions exercées à différentes échelles dans la zone de refuge. Ces pressions peuvent dans certains cas précipiter le choix du retour. Entre 2005 et 2007, le passage de la politique de réinsertion locale, avec la plus grande part du budget du HCR consacrée à l’« autosuffisance » des réfugiés et aux initiatives locales dans le pays d’asile, vers une politique d’incitation au retour marquée par la diminution brutale de l’assistance aux réfugiés dans la région d’accueil est un signe fort des changements de priorité de l’organisation dans cette région. De ce point de vue, des conditions structurelles telles que la diminution de l’aide humanitaire où la déficience de la protection dans des pays d’asile de plus en plus hostiles à leur présence ainsi que des situations personnelles très précaires liées à l’absence de perspective agissent comme élément déclencheur sur les décisions du retour en RDC. Cette situation se retrouve plus particulièrement dans le cas de Toussaint, réfugié dans la région de la Cuvette au Congo Brazzaville, que nous avions rencontré en 2008 au moment où l’assistance humanitaire se raréfiait dans les différents sites de réfugiés de la région :

« Quand le HCR est arrivé, on pouvait avoir de la nourriture sans trop de problèmes, il y avait des médecins, on construisait des écoles, des centres de soin. Ils nous donnaient tout ce qu’il fallait, des outils, de l’argent pour des microprojets… ils parlaient de “réinsertion locale”, ils voulaient qu’on travaille ici… Aujourd’hui tout a changé, c’est devenu plus compliqué pour avoir à manger, pour les soins. Plus rien ne se construit (…). On ne leur a rien demandé et ils sont venus…Aujourd’hui on a besoin d’eux ici et ils veulent qu’on parte là-bas… Moi je veux être libre de décider par moi-même ce qui est bien pour moi, mais quand je vois qu’il n’y a plus rien ici, ça fait réfléchir » Toussaint, 34 ans. Réfugié congolais. Congo-Brazzaville, région de la Cuvette.

11Ces forces d’attraction et/ou de pression interviennent à différents niveaux comme éléments déclencheurs. Ces événements, que l’on peut qualifier de contingents, « coïncident », au sens de Howard S. Becker (2002), à une situation en RDC perçue comme favorable par les réfugiés pour un prochain retour. Au final, la conjugaison entre ces différents éléments marque un « moment critique » (Passeron, 1991) qui tend ici à fermer la situation de départ et à ouvrir des voies alternatives qui se construisent à partir d’une liaison entre l’offre institutionnelle de retour et les projets personnels envisagés par les réfugiés en fonction de l’analyse qu’ils font de l’information en leur possession.

Horizon des possibles et carrefour biographique

12Le passage de l’état de l’information à l’ouverture des possibles est un passage du général au particulier, du théorique au pratique qui consiste à transférer et à isoler dans le domaine des opportunités les divers éléments théoriques du retour. Les informations d’ordre général obtenues sur les possibilités de retour font l’objet d’une réflexion sur les potentialités qu’elles pourraient ouvrir au niveau individuel et collectif. Les réfugiés isolent les facteurs décisifs des événements pertinents en les articulant à l’ensemble des ressources et compétences dont ils disposent. Les moyens de gérer le retour dépendent donc en partie des ressources mobilisables qui sont elles-mêmes fonction de la biographie personnelle des réfugiés, de la position qu’ils occupent dans l’espace social et des situations rencontrées dans l’espace d’accueil. Cette situation implique de prendre en compte la totalité de la biographie, c’est-à-dire la position occupée par les acteurs, leurs ressources, les réseaux sociaux à disposition et le degré de flexibilité des institutions dans lesquelles ils sont plus ou moins enchâssés. La situation d’Augustin, réfugié à Loukolela, apparaît à ce sujet tout à fait représentative des mises en articulation entre les projets personnels et l’offre institutionnelle proposée. En se lançant au moment de son refuge au Congo-Brazzaville dans le commerce du riz et d’arachide à destination de la RDC, la possibilité du retour est alors envisagée sous l’angle des ressources et compétences acquises au moment du refuge. Sur la base des réseaux marchands établis entre Loukolela (lieu de refuge) et Mbandaka (lieu de retour), Augustin construit son projet de retour en liaison directe avec les négociants et producteurs établis au Congo Brazzaville, mais aussi avec des rapatriés rentrés avant lui en RDC afin d’obtenir des garanties sur la possibilité de poursuivre ses activités dans la région de retour.

« Ce qui m’a décidé, ce n’est pas seulement les tracts que le HCR a distribués, les grandes réunions pour nous expliquer comment rentrer, comment avoir droit au rapatriement et au kit de retour, tout ça. Non, ça ne suffit pas. Il faut que je sache ce que je pourrai faire chez moi, une fois rentré. (…) Il y a beaucoup de commerces tout le long du fleuve, entre les deux pays, entre Loukolela et Mbandaka. Certains vendent des tubercules, d’autres du riz, de l’arachide… Ils revendent tout ça aux revendeurs, aux négociants qui viennent de Kinshasa pour écouler le stock là-bas… Alors c’est comme ça que je me suis dit : “pourquoi je ne continue pas chez moi ?”. Je connais tout le monde maintenant, tous les négociants, tous les revendeurs … et beaucoup d’autres ont continué avant moi à faire cette activité. (…) Je sais aujourd’hui ce que je vais faire quand je vais rentrer » Augustin, 42 ans. Réfugié au Congo-Brazzaville, Cuvette.

13Dans le cas d’Augustin, le répertoire d’engagements sociaux et de ressources en sa possession dans le site d’accueil de Loukolela et dans la zone de retour à Mbandaka s’ordonne progressivement autour d’une activité principale. Ce répertoire donne une cohérence interne à son parcours biographique dans lequel sont enlacés les conditions structurelles de retour et des projets personnels construits à partir des compétences spatiales et des réseaux sociaux acquis au cours de l’exil. Ces réseaux et compétences permettent de faire coïncider la « multipolarisation » des lieux d’implantation avec l’ « interpolarité » des relations (Ma Mung, 1999) favorisant ensuite le développement d’activités commerciales entre les différentes polarités de la migration. Se dessine alors une carte de nouveaux lieux d’ancrage le long desquels pourraient potentiellement circuler ces rapatriés. La migration n’a plus dans ce cas un caractère définitif et sédentaire, mais prend la forme d’une mobilité circulaire et permanente qui peut devenir partie intégrante de la stratégie des migrants (Peraldi, 2002 ; Tarrius, 2000).

14L’horizon des possibles débouche sur un carrefour biographique à choix multiples où la décision de prendre une voie plus qu’une autre ne dépend pas seulement d’une position géographique et sociale antérieure en RDC ou d’une institution qui déciderait unilatéralement des modalités de retour et de réinsertion dans l’espace local. Ce choix apparaît également très dépendant des propriétés sociales des réfugiés dans l’espace d’accueil et du type de configuration dans lequel ils sont pris. À divers moment du scénario, le réfugié va donc opérer un double mouvement de relecture de ces données en faisant « le bilan » de ces expériences passées et en élaborant une projection de leur redéploiement dans les nouvelles expériences à venir. Au moment clé de ce carrefour biographique, qui se situe au croisement d’une relecture de l’expérience passée et d’une anticipation des projets à accomplir, apparaissent des logiques de choix individuels, des opportunités et des contraintes structurelles qui s’entrecroisent au niveau macro, méso et micro social dans la prise de décision du réfugié sur le retour, ses modalités et ses composantes. Afin de rendre compte de l’importante disparité des carrières migratoires de retour opérées par les réfugiés et de la variabilité de leur modalité, il convient à présent de rentrer plus en détail sur l’importante hétérogénéité des situations rencontrées dans le pays d’accueil qui se traduit par une structuration des ressources et des projets fortement différenciée.

Constructions différenciées des carrefours biographiques et des voies ouvertes

15Si tous les réfugiés aspirants au retour sont amenés à connaître une organisation séquentielle relativement proche au niveau de l’ordre des phases rencontrées, il existe en revanche d’importantes variations dans leur agencement et dans l’articulation entre le cadre structurel du retour et le champ de représentation et de pratique qui peut en être donné par chacun des réfugiés. Ces variations contribuent à dessiner différentes voies de retour, des plus institutionnalisées, en lien avec les programmes d’aide au retour du HCR vers les zones prioritaires de l’Équateur, au plus informelles, réalisées en-dehors de tout cadre institutionnel et dirigées majoritairement vers la zone urbaine de Kinshasa. Pour expliquer ces agencements différenciés entre le cadre objectif du rapatriement et leur subjectivation par les réfugiés et pour rendre compte de ces décalages, tensions et ajustements entre les programmes d’aide au retour d’un côté et les intentions et aspirations des réfugiés de l’autre, il convient de revenir plus précisément sur les conditions d’installation dans les zones d’accueil, très différentes d’un réfugié à un autre. Deux grandes tendances, modales et médianes, seront ici distinguées afin de rendre compte des principales voies de retour empruntées par les réfugiés et des mécanismes leur permettant de se détacher avec plus ou moins de réussite du cadre humanitaire du refuge.

Voie modale et rapatriement volontaire

16Les carrières migratoires de retour qui se rapprochent le plus des « rapatriés volontaires » concernent des individus dont le degré d’institutionnalisation du retour est le plus fort. Ces rapatriés, bénéficiaires d’une aide au retour, ont suivi le protocole classique du rapatriement, de l’enregistrement dans le pays d’asile jusqu’à l’aide au retour et à la réinstallation en RDC. Ils se concentrent exclusivement dans la région de l’Équateur, là où sont mis en place les programmes d’aide au retour, et proviennent pour une très grande majorité d’entre eux des sites de réfugiés de la région de la Cuvette ou de la Likouala et, dans une moindre mesure, de la région du sud de la République centrafricaine. Contrairement aux « retournés spontanés », le refuge n’a pas été générateur de nouvelles formes de mobilité. La plupart de ces rapatriés vivaient sous une dépendance forte de l’assistance humanitaire dans les différents sites ruraux du Congo-Brazzaville et de la République centrafricaine avec des marges de manœuvre souvent très limitées. Le changement de politique humanitaire observé à partir de 2006, marqué par un déplacement de l’assistance du pays d’asile vers les régions de retour, est conçu comme l’un des principaux éléments déclencheurs de la décision de rentrer en RDC. Ce transfert de la protection et de l’assistance des réfugiés vers des aides au retour et à la réinsertion des rapatriés a fermé des portes dans le pays d’asile autant qu’il a pu en ouvrir, au moins potentiellement, dans la région de retour. Si, une fois le retour effectué, aucun des enquêtés ne se trouve ainsi dans une situation de vulnérabilité extrême en RDC, ils restent toutefois très dépendants des dispositifs d’assistance dans une région ravagée par la guerre. Originaire pour la plupart d’entre eux de la région (mais pas forcément du village) vers laquelle ils retournent, la déliquescence généralisée des infrastructures et des lieux d’habitation ainsi que les difficultés rencontrées par certains propriétaires fonciers ou immobiliers pour retrouver la possession de leurs biens, souvent pillés ou rétrocédés au moment de la guerre, les incitent à rechercher auprès des organismes d’aide une assistance et des garanties sociales et financières pour pouvoir se réinsérer dans leur milieu.

17Nous retrouvons dans cette situation Éric, que nous avions suivi pendant plus d’une année au cours des différentes étapes du retour, du Congo-Brazzaville jusqu’en République démocratique du Congo. Au cours de notre première rencontre dans un site de réfugiés de la région rurale de la Cuvette au Congo-Brazzaville, ce réfugié mettait régulièrement en avant la diminution brutale de l’assistance humanitaire pour évoquer sa décision de rentrer. Un choix qui correspondait en réalité bien plus à la nécessité de mettre fin à une situation qu’il jugeait « inacceptable » : « Il n’y a plus rien ici. On ne mange plus à notre faim, on ne peut plus travailler, on ne peut plus gagner d’argent ». La situation était pourtant différente quelque temps avant sa demande de rapatriement. Éric pensait pouvoir « y refaire sa vie ». En louant une parcelle de terre avec l’appui du HCR, il avait aménagé le terrain pour y cultiver divers produits maraîchers que sa femme revendait ensuite au marché. Mais, progressivement, des tensions avec les populations villageoises sont apparues, le contraignant ensuite à abandonner ses activités maraîchères. À mesure que les tensions s’exacerbèrent, la dépendance à l’égard des organisations humanitaires se faisait plus pressante : « Je ne leur demandais jamais rien. On pouvait vivre sans eux. On savait qu’ils étaient là mais je me débrouillais tout seul. Après tous ces problèmes, oui, je n’ai plus eu le choix, les autres non plus. Il faut bien manger, se nourrir… Ils sont là pour ça ». Mais avec la diminution de l’assistance constatée dès 2006, le départ de plusieurs organisations non gouvernementales (ONG), les velléités de plus en plus fortes avec la communauté villageoise et la recrudescence des tracasseries policières, le retour en RDC commença à devenir lui aussi plus pressant. Avec les campagnes de sensibilisation du HCR pour les rapatriements en RDC, ce projet se fit progressivement plus essentiel : « Ce n’est plus ici qu’on nous aide. C’est en RDC que ça se passe maintenant. Tout le monde l’a bien compris ici. Quand on n’a rien, on va là où on peut espérer avoir quelque chose… ». Le cadre structurel du retour agit dans ce cas comme opportunité à saisir pour pouvoir obtenir l’assurance d’un soutien humanitaire qui n’est désormais plus garanti dans la région d’accueil. Ce cadre structurel est intégré par les réfugiés comme ressource disponible et ouvre un champ de possibilités qui, à la lumière d’une relecture de la situation vécue et d’une anticipation des potentialités dans la zone de retour, agit dans l’élaboration du carrefour biographique. Le projet du retour tient de ce fait tant aux facteurs de répulsion vécus dans la société d’accueil (en partie liés à la réduction de la protection et de l’assistance apportée aux réfugiés au moment de la mise en place des premiers programmes de rapatriement) qu’aux facteurs d’attraction en lien avec les promesses de soutien et d’assistance humanitaire du HCR dans la région de retour. Par la présence forte des ONG, des diverses organisations internationales et d’une antenne du HCR, la région de Mbandaka (RDC), située dans l’Équateur, est ainsi devenue en quelques années un pôle important d’attraction pour les diverses populations rapatriées de la région. Ce mouvement migratoire en direction des zones prioritaires de retour se trouve dans ce cas agencé et ordonné par les différentes organisations nationales et internationales en charge du rapatriement dans un contexte de limitation et de canalisation des flux migratoires en Afrique (Dureau & Hily, 2009 ; Cambrézy, Laacher, Lassailly-Jacob & Legoux, 2008). De ce point de vue, si les motivations subjectives au retour ne sont pas conditionnées dans tous les cas par l’offre institutionnelle des programmes d’aide au retour, elles lui sont néanmoins inextricablement liées.

Voie médiane et retour spontané

18Les carrières migratoires de retour qui se rapprochent de celles des « retournés spontanés » concernent des réfugiés rentrés en RDC sans assistance humanitaire et sans avoir nécessairement signalés leur retour au HCR ou aux autorités nationales congolaises. Ces retours s’effectuent en très grande majorité dans des zones particulièrement restrictives en matière d’aide au retour, prioritairement Kinshasa, ville considérée comme surpeuplée où un afflux massif de rapatriés constituerait un risque important de déstabilisation sociale et économique de la capitale. Ces retours concernent tout autant des réfugiés qui étaient installés dans des sites ruraux du Congo Brazzaville et de République centrafricaine que des réfugiés des sites urbains de Bangui ou Brazzaville. En raison de la pluralité des expériences vécues au cours du refuge, ces retournés ne sont pas tous unis par les mêmes motivations au retour. Toutefois, et contrairement à la situation rencontrée par la plupart des rapatriés volontaires, tous ont en commun la nécessité de faire appel à différents types de ressources sociales et spatiales, collectives et individuelles, pour pouvoir entreprendre le retour et se réinsérer sans assistance humanitaire dans un espace urbain particulièrement hostile. Dans ce cas, les logiques sociales inhérentes à chacun des lieux d’installation des réfugiés contribuent à façonner une « expérience des espaces » (Lévy, 1994) qui favorise le développement des stratégies migratoires de survie éloignées des routes de retour proposées par les organisations en charge du rapatriement.

19Pour illustrer cette situation, revenons plus précisément ici sur les conditions d’installation de Philomène que nous avions rencontrée à Bangui avant son retour en RDC. Les onze années d’exil de Philomène auront été marquées par la précarité des conditions de vie et l’important dénuement dans lequel ils se trouvaient, elle et son mari, dans la capitale centrafricaine. Installée dans un cabanon, fait de tôle et de divers branchages, dans les contreforts de la ville, Philomène affirme n’avoir jamais obtenu d’assistance de la part du HCR et des divers organismes humanitaires en présence :

« Ils sont là, c’est sûr, on sait où les trouver… mais on doit attendre des journées entières pour rencontrer quelqu’un et leur dire qu’on n’a rien à manger, pas d’argent pour vivre correctement. Au début, j’essayais d’aller les voir mais ensuite j’ai arrêté, c’est trop long, trop compliqué. Je préfère utiliser mon temps pour autre chose ».

20Les maigres revenus proviennent pour une part essentielle des activités de pêche de son mari. Autour d’eux vivent d’autres réfugiés, mais pas seulement : des provinciaux également qui avaient l’espoir de trouver de nouvelles opportunités en ville ou encore des Congolais originaires de la région de la Cuvette ou de Likouala qui pensaient pouvoir échapper au faible dynamisme économique de leur région d’origine. Mais à ces difficiles conditions de vie rencontrées se joignent de nouveaux projets à mettre en place en RDC pour justifier leur désir de retour : « J’étais couturière avant. J’essaye un peu de travailler ici mais ce n’est pas pareil. Il faut connaître des gens pour ça. Il faut une boutique. À Kinshasa, je sais qu’on pourra m’aider pour que je me relance dans la couture. Je connais du monde là-bas, et c’est important pour ça ». Le projet du retour se dessine dans ce cas en relation directe avec des ambitions personnelles relativement détachées du cadre humanitaire. Le cadre structurel au niveau macro, méso et micro social qui façonne les intentions subjectives de retour se trouve dans ce cas beaucoup moins conditionné par l’offre humanitaire dans la mesure où, d’une part, ce cadre se trouve éloigné des priorités fixées par Philomène et son mari et, d’autre part, du fait qu’ils ne doivent leur salut à Bangui qu’à des techniques et astuces de survie relativement détachées du système humanitaire :

« Les aides au retour ne nous concernent pas. Nous ne voulons pas attendre deux ans pour rentrer, ce n’est pas possible. Pour aller plus vite, on pourrait demander une aide pour aller dans l’Équateur mais nous n’avons rien à faire là-bas. Non, tout ça, ça ne nous concerne pas. On s’est toujours débrouillé tout seul. Si nous voulons rentrer à Kinshasa, on le fera encore tout seul ».

  • 14 Le volume de capital spatial peut augmenter ou diminuer suivant le volume de capital social dont di (...)

21Le carrefour biographique propre au projet de retour de ce couple se structure dans un rapport dialectique entre un cadre objectif lié à une situation politique et sécuritaire nouvelle en RDC et des intentions et représentations du retour qui prennent appui sur les diverses compétences personnelles pouvant être mobilisées en RDC. Du fait des décalages observés entre l’offre institutionnelle et les aspirations au retour de ces réfugiés, l’ouverture des possibles se construit moins à partir de l’assistance humanitaire et de l’aide au retour en RDC que sur la base des compétences acquises et de l’univers relationnel dans lequel ils s’inscrivent pour pouvoir mener à bien leur projet de retour dans le pays d’origine. Il s’agira alors pour ces individus de mettre en relation leur réseau relationnel dans l’espace d’accueil et de retour avec les compétences acquises en matière de circulation et de mobilité transnationale afin de s’immiscer dans des interstices laissés en friche par les États 14.

22Douze mois après notre première rencontre, nous retrouvions Philomène dans un atelier de couture situé à la périphérie de Kinshasa. L’ouverture de cet atelier avait été rendue possible par la création d’une likelemba (tontine) réalisée avec d’autres retournés rentrés avec elle à Kinshasa. Les parcours de ce type de retournés se construisent à partir des capitaux sociaux (Coleman, 1988) qui renvoient aux réseaux, aux normes de réciprocité et à la confiance mutuelle entre individus partageant une expérience similaire de l’exil et investissant de nouveaux liens économiques dans la ville de retour. À la manière de Philomène, ces retournés spontanés peuvent créer ensemble, avec d’autre partenaires, des micro-entreprises et de nouvelles activités économiques majoritairement informelles qui peuvent être pour partie formelles (Lautier, 2004). Cette organisation entre populations retournées se fonde sur une « éthique de la pratique » (De Villers, Jewsiewicki & Monnier, 2002), à partir de ce que les Kinois ont coutume d’appeler le mayélé (ou « débrouille »). Il s’assimile à une « inventivité, mâtinée d’intelligence, de ruse et de détermination » (Trefon, 2004, p. 15) qui doit permettre la survie, grâce à une logique d’adaptation au coup par coup, mais aussi, lorsque cela est possible, par l’élaboration de projets à un horizon plus lointain. Le mayélé passe par la recherche d’une diminution de la vulnérabilité à partir d’un réseau de solidarité construit dans l’adversité et le dénuement. Certains retournés vont alors construire leur retour à partir d’une multiplicité de rôles et d’appartenances liés à des espaces de socialisation hétérogènes. Ce type de retour révèle des modes particuliers de « cosmopolitisation » des biographies (Beck, 2006), en lien avec le contexte de mondialisation dans lequel la RDC est très largement engagée (Lardeux, 2009).

Conclusion

23Pour ces retournés, la « contingence du monde » (Strauss, 1992) implique de cheminer avec le risque, réel ou supposé, d’avoir à surmonter de nouveaux obstacles qui participent à modifier le sens de la trajectoire souhaitée, de se voir confrontés à des franchissements de seuils et à des « accidents biographiques » (Passeron, 1990) pouvant créer des ruptures ou, dans d’autres cas, à des « passages statutaires » (Strauss, 1992) qui participent à conforter ou à dérouter l’individu dans le sens de ses choix et le cours de sa carrière. Si le pouvoir des organisations nationales et internationales en charge des rapatriements porte notamment sur la maîtrise des zones d’incertitude propres aux migrations de retour, la négociation personnelle de ces différents carrefours biographiques révèle toute la variabilité de ces mouvements migratoires et la gestion individuelle et collective de la contingence. Par leurs parcours, leurs liens sociaux, leurs capacités circulatoires, ces retournés, bien qu’enchâssés à différents degrés dans des dispositifs de rétention et de contrôle exercés par les organismes internationaux et les autorités nationales des pays d’accueil, restent toutefois moins déterminés par des forces coercitives extérieures qu’en capacité de mettre en relation, au moins potentiellement, le cadre structurel des rapatriements et le sens subjectif qu’ils en donnent. Il peut ainsi exister des mouvements collectifs de retour, moins médiatiques parce que non programmés, qui déroutent dans un premier temps le cours des événements attendus, mais qui n’en sont pas moins représentatifs de nouveaux rapports aux normes qui ne soient plus seulement réactionnels aux logiques du pouvoir mais qui peuvent, dans certains cas, contribuer à en définir de nouvelles règles. Cette situation nous incite à opérer un décentrement épistémologique en situant le « modèle » (et ce qui s’y oppose), non du côté du pouvoir mais en le replaçant dans le devenir et les « politiques du désir des minorités » (Deleuze & Guattari, 1980). L’intérêt général des retournés ne se trouve peut-être pas dans le général mais dans l’affirmation collective des singularités et dans la production commune de l’hétérogène, lesquelles appellent ensuite un ajustement des dispositifs de rapatriement pour gérer l’imprévisibilité et la contingence qui en émanent :

« Ce qui définit la majorité c'est un modèle auquel il faut être conforme. Tandis qu'une minorité n'a pas de modèles, c'est un devenir, un processus. Lorsqu'une minorité crée des modèles, c'est qu'elle veut devenir majoritaire ou qu'elle est contrainte de se doter d'un “modèle” nécessaire à sa survie » (Deleuze & Guattari, 1972).

Haut de page

Bibliographie

Abbott A. (2001), Time Matters: On Theory and Method, Chicago, University of Chicago Press.

Agier M. (2006), « Le gouvernement humanitaire et la politique des réfugiés », dans Cornu L. & P. Vermeren (dir.), La Philosophie déplacée : Autour de Jacques Rancière. Colloque de Cerisy, Paris, Horlieu Éditions, pp. 411-428.

Agier, M. (2008), Gérer les indésirables : des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Éditions Flammarion.

Agier M. (2011), Le Couloir des exilés. Être étranger dans un monde commun, Paris, Éditions du Croquant.

Beck U. (2006), Qu'est-ce que le cosmopolitisme? Paris, Éditions Aubier.

Becker, H. (1985), Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métailié.

Becker H. S. (2002), Les Ficelles du métier : comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, Éditions La Découverte.

Bensa A. & fassin D. (2002), « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, pp. 5-20.

Bessin M., Bidart C. & M. Grossetti (2010), Les Sciences sociales face aux ruptures et à l'évènement, Paris, Éditions La Découverte.

Bidart C. (2006), « Trajectoires sociales et bifurcations-Crises, décisions et temporalités : autour des bifurcations biographiques », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 120, pp. 29-57.

Cambrézy L., Laacher S., lassailly-jacob V. & L. Legoux (dir.) (2008), L’Asile au Sud, Paris, Éditions La Dispute.

Coleman J. (1988), “Social Capital in the Creation of Human Capital”, American Journal of Sociology, vol. 94, n° 1, pp. 95-120.

Deleuze G. & F. Guattari (1972), L’Anti-œdipe, Tome 1, Capitalisme et schizophrénie, Paris, Éditions de Minuit.

Deleuze G. & F. Guattari (1980), L’Anti-œdipe, Tome 2, Mille plateaux, Paris, Éditions de Minuit.

De Villers G., Jewsiewicki B. & L Monnier (dir.) (2002), « Manières de vivre. Économie de la "débrouille" dans les villes du Congo/Zaïre », Cahiers Africains, n° 49-50.

Dureau F. & M.-A Hily (dir.) (2009), Les Mondes de la mobilité, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Fassin D. (2006), « Souffrir par le social, gouverner par l’écoute », Politix, vol. 1, n° 73, pp. 137-157

Fassin, D. (2006a), « La biopolitique n'est pas une politique de la vie », Sociologie et sociétés, vol. 38, n° 2, pp. 35-48.

FASSIN, D. (2006b), « L’humanitaire contre l’Etat : tout contre », Vacarme, n°34, hiver 2006

Lardeux L. (2009), « Collectifs cosmopolitiques de refugies urbains en Afrique centrale. Entre droits de l'homme et "droit de cité" », Revue française de science politique, vol. 59, n° 4, pp. 783-804.

Lardeux L. (2010), « De l’exil au retour : dispositifs de rapatriement et carrières migratoires des retournés congolais (RDC) », Thèse de doctorat, Université Lyon 2.

Lautier B. (2004), L’Économie informelle dans le tiers-monde, Paris, La Découverte.

Lévy J. (1994), L'Espace légitime. Sur la dimension géographique de la fonction politique. Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques.

Loescher, G. (2001), The UNHCR and World Politics: A Perilous Path, Oxford, Oxford University Press.

Ma Mung E. (1999), « La dispersion comme ressource », Cultures & Conflits, n° 33-34, pp. 89-103.

Passeron J.-C. (1990), « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociologie, vol. 31, n°1, pp. 3-22.

Passeron J.-C. (1991), Le Raisonnement sociologique. L'espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Éditions Nathan.

Payet J.-P & A. Battegay (2008), La Reconnaissance de l'épreuve explorations socio-anthropologiques, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Peraldi M. (2002), La Fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris, Éditions Maisonneuve et Larose.

Roulleau-berger L. (2010), Migrer au féminin, Paris, Presses universitaires de France.

Strauss A. (1992), La Trame de la négociation : sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, Éditions L'Harmattan.

Tarrius A. (2000), Les Nouveaux cosmopolitismes : mobilités, identités, territoires, La Tour-d'Aigues, Éditions de l'Aube.

Thomas W. & F. Znaniecki (1998), Le Paysan polonais en Europe et en Amérique : récit de vie d'un migrant (Chicago, 1919), Paris, Éditions Nathan.

Trefon T. (2004), Ordre et désordre à Kinshasa : réponses populaires à la faillite de l'État, Paris, Éditions L'Harmattan.

Unhcr (1950), Statut du Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés, Doc. off. AG NU, 5e session.

Unhcr (2004a), Manuel pour les activités de rapatriement et de réintégration, Genève. Disponible en ligne : http://www.unhcr.fr/4ad2f863e.pdf

Unhcr (2004b), Comité exécutif, Conclusion sur les questions relatives à la sécurité juridique dans le contexte du rapatriement librement consenti des réfugiés, n°101 (LV).

Unhcr (2009), Statistical Yearbook, Disponible en ligne : http://www.unhcr.org/pages/4a02afce6.html

Zieck M. (1997), UNHCR and Voluntary Repatriation of Refugees: A Legal Analysis, The Hague-Boston, Martinus Nijhoff Editor.

Haut de page

Notes

1 Les guerres congolaises (1996-1998 ; 1998-2003) ont constitué l’un des plus graves désastres humanitaires depuis la Seconde Guerre mondiale. Elles ont impliqué huit pays et plus d’une trentaine de groupes armés. Plus de cinq millions de congolais sont décédés, directement ou indirectement des conséquences des confrontations armées, auxquels s’ajoutent 450 000 réfugiés et plus de deux millions de déplacés (UNHCR, 2009).

2 Suivant la terminologie du HCR, les « retours spontanés » concernent l’ensemble des réfugiés rentrés dans le pays d’origine en-dehors de tout cadre institutionnel et sans avoir nécessairement signalé leurs retours aux organismes en charge des rapatriements. Les « retours volontaires » se rapportent au contraire aux individus bénéficiaires d’un programme d’aide au retour coordonné par le HCR et ses différents partenaires opérationnels.

3 La principale condition posée à un candidat au retour dans la capitale congolaise est d’attester l’existence d’une famille d’accueil, laquelle doit ensuite donner son accord de principe pour la prise en charge du rapatrié au moment du retour. Une « opération de vérification », aussi appelée tracing et coordonnée conjointement par le HCR et les autorités nationales, se met alors en place. En plus de la durée particulièrement longue du tracing (de 12 à 24 mois) qui peut dissuader un certain nombre de réfugiés de solliciter une aide au retour pour Kinshasa, il importe également de souligner le nombre important de refus. Au cours de notre enquête dans la capitale congolaise et sur la base des informations fournies par un délégué de la Commission nationale des réfugiés, près de deux demandes de rapatriement sur trois se soldaient par un échec.

4 Pour Alain Tarrius, la construction et la maîtrise d'un « territoire circulatoire » faciliteraient l'acquisition de nouveaux savoir-faire sociaux, dont le « savoir-circuler », le branchement d'une multiplicité de réseaux, la construction de nouvelles identités permettant à la fois d'échapper aux pesanteurs sociales liées aux territoires d'origine et de les réinvestir éventuellement de façon favorable (Tarrius, 2000).

5 Nous faisons ici référence à la notion de turning point d’Andrew Abbott qui désigne « des changements courts, ayant des conséquences, qui réorientent un processus. Le concept est inévitablement narratif, puisqu’un tournant ne peut être conçu sans que l’on puisse établir une nouvelle réalité ou direction, ce qui implique au moins deux observations séparées dans le temps. Tous les changements soudains ne sont pas des tournants, seulement ceux qui débouchent sur une période caractérisée par un nouveau régime » (Abbott, 2001, p. 258).

6 Nous nous référons ici à Michel Agier : « Monde flexible et dispositif multilocalisé, déploiements matériels et humains “à la demande” et espaces des camps. C’est dans l’enchevêtrement de ces différentes “instances” que prend forme le gouvernement humanitaire. L’ensemble du dispositif n’a pas de véritable coordination mondiale organisée, encore que celle-ci soit imaginable, voire déjà en partie imaginée : certains organismes inter-États ou onusiens, mais aussi quelques très grandes ONG, ont des velléités coordinatrices planétaires. » (Agier, 2006, p. 422)

7 Si nous suivons la perspective développée par Jean-Claude Passeron, la construction d’une biographie doit en effet être saisie « à la fois comme un effet de structurations longitudinales qui se résument en amont dans l’ “institution biographique” et comme le produit agrégé que l’action sociale des individus inscrits, en aval, dans le maintien ou la transformation de ces structures longitudinales » (Passeron, 1990, p. 20).

8 Nous nous inscrivons ici dans le prolongement des travaux de Laurence Roulleau-Berger qui a opérationnalisé le concept de « bifurcation biographique » dans le cadre des migrations internationales pour rendre compte de la diversité des trajectoires sociales, spatiales et économiques des migrants et des formes plus ou moins « affiliatives » de ces bifurcations dans les sociétés d’accueil (Roulleau-Berger, 2010).

9 Dans la note introductive de son statut, il est notamment précisé que le HCR « secondera les initiatives des pouvoirs publics et les initiatives privées en ce qui concerne le rapatriement librement consenti de ces réfugiés » (Statut de l’UNHCR, 1950, chapitre 2, §8 (c)). À l’aune de ces dispositions, on constate que le HCR avait d’abord un pouvoir d’intervention limité sur la question du rapatriement puisqu’il ne devait qu’assister financièrement et techniquement les gouvernements dans cette tâche (Zieck, 1997).

10 Pour la reconduction des contributions, l’organisation doit donc prendre en considération les priorités politiques des gouvernements qui la financent, à très grande majorité européens et nord-américains. Ces derniers exercent donc une influence considérable dans la répartition des fonds attribués et dans la ligne de conduite adoptée par le HCR. Cette forme d’autorité indirecte se retrouve également dans le Comité exécutif par le biais duquel les gouvernements orientent et approuvent les budgets annuels et pilotent l’organisation dans un certain nombre de domaines d’intervention (Loescher, 2001).

11 Le cadre juridique du rapatriement librement consenti stipule que la décision du retour ne doit être soumise à aucune forme de coercition directe et indirecte. Différentes conditions doivent habituellement être remplies pour qu’une décision de retour revête un caractère véritablement volontaire. Les principes directeurs du rapatriement volontaire précisent notamment que « ce choix doit être fait sans pression indue, qu’elle soit d’ordre physique, psychologique ou matériel » (UNHCR, 2004a).

12 Ce schéma est en partie inspiré des travaux de Claire Bidart (2006) sur le processus des bifurcations biographiques. Nous le retravaillons et l’adaptons dans le cadre des carrefours biographiques et des processus de migration de retour des réfugiés.

13 Nous rejoignons ici Alban Bensa et Didier Fassin (2002) : « L’événement, ce n’est pas qu’il se passe quelque chose, quelque important que soit ce fait, mais plutôt que quelque chose se passe – un devenir. »

14 Le volume de capital spatial peut augmenter ou diminuer suivant le volume de capital social dont dispose l’individu et de la force des liens qui le relie à d’autres acteurs : plus les réseaux sociaux sont étendus et diversifiés, plus il lui sera possible de s’appuyer sur eux afin d’étendre ses ressources spatiales et de s’introduire dans de nouveaux environnements (Roulleau-Berger, 2010). La diversité des liens, forts et faibles, leur extension dans une pluralité d’aires géographiques accompagnée d’opportunités et de potentialités des lieux d’implantation peuvent de ce fait favoriser le développement de projets de retour différents de ceux préconisés par les organisations en charge du rapatriement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Rapatriements volontaires et retours spontanés du Congo-Brazzaville et de la République centrafricaine vers la RDC
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/4200/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Shéma : Processus de retour et carrefour biographique 12
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/4200/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Lardeux, « Carrefours biographiques et carrières migratoires des retournés congolais (RDC) : autoroutes de retour et chemins de traverse », SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4200

Haut de page

Auteur

Laurent Lardeux

ATER Université de Franche-Comté - Post-doctorant Université Lyon 2, France - laurent.lardeux@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page