Navigation – Plan du site
Premiers textes
Premiers textes

Piraterie et mécanismes psychosociologiques de défense dans le Golfe de Guinée

Jean-Pierre Meloupou et Moïse Tameken Ngoutsop

Résumés

Le présent article est le résultat d’un examen approfondi du phénomène de la piraterie maritime qui prend de plus en plus d’ampleur dans les pays du Golfe de Guinée. L’étude, axée sur une approche polémologique, montre que l’émergence de la piraterie dans ce golfe s’explique, d’une part, par des enjeux qu’elle présente et, d’autre part, par une multitude de facteurs, parmi lesquels le contraste très prononcé entre l’abondance des ressources naturelles disponibles (pétroles, gaz, etc.) et la pauvreté extrême des populations. Pour lutter contre le phénomène de piraterie dans cette région du monde, des mécanismes psychosociologiques de défense sont proposés. Ils portent notamment sur les actions multilatérales et sur la nécessité, pour les dirigeants des États du Golfe de Guinée, d’humaniser davantage la gouvernance relative à la gestion de leurs ressources naturelles.

Haut de page

Texte intégral

1En Afrique, et plus précisément dans les Golfes de Guinée et d’Aden, on assiste de nos jours à l’émergence de nouveaux types de violences organisées qui se multiplient et se renforcent sous le regard impuissant des États et de la communauté internationale. Il s’agit notamment de la piraterie maritime qui nuit profondément à la sécurité maritime et partant, au développement des jeunes États riverains et au commerce international. Vincent Ntuda Ebode (2010) relève que le phénomène de la piraterie devient préoccupant dans le Golfe de Guinée, avec l’activisme de plusieurs groupes rebelles qui y ont perpétré, à partir de la mer, des attaques contre des unités de l’Armée camerounaise basées dans la Péninsule de Bakassi et contre la résidence présidentielle à Bata (Guinée équatoriale). Akoutou Njonou faisant l’état des lieux et des enjeux économiques dans le Golfe de Guinée en général, et dans les eaux camerounaises en particulier, note que :

« La piraterie maritime a ainsi pris de l’allant dans nos eaux territoriales ces derniers temps, se caractérisant par des attaques répétées de bâtiments hauturiers, chalutiers et tankers notamment… Les menaces sont donc réelles. Elles sont, de surcroît, transnationales. Elles imposent par conséquent des réponses appropriées » (Njonou, 2009, p. 28).

2Comment peut-on comprendre le fondement de ces violences des pirates qui ébranlent la sérénité et la sécurité des États dans le Golfe de Guinée ? Quels sont leurs modus operandi ? Quels sont les mécanismes de défense envisageables pour endiguer ce phénomène dans cette région du monde ?

3Pour contribuer à la résolution de cette problématique sécuritaire dans le Golfe de Guinée, l’hypothèse suivante guide l’analyse : l’efficacité de la lutte contre les pirates dans le Golfe de Guinée dépend des types de réactions de défenses psychosociologiques et sociopolitiques mises en œuvre. L’approche polémologique qui se préoccupe de traiter des questions du genre : « Qu’est-ce qui peut conduire les hommes à vouloir tuer leurs semblables ? Qu’est ce qui peut causer une inversion complète des relations de coopération fondant la vie sociale ? » (Klinger, 2007, p. 12), cadre avec notre problématique. Elle est d’autant plus adéquate qu’elle permet, selon les termes de Gaston Bouthoul (1970, p. 4), de « trouver aux fonctions sociologiques des guerres [ou de violences dysgéniques de toutes sortes] des substituts moins atroces ». À travers cette approche, fondée sur l’analyse documentaire, sur des entretiens semi-directifs avec des personnalités civiles et militaires au Cameroun et dans les autres pays du Golfe de Guinée (Nigeria, Gabon, Togo, Guinée équatoriale), le phénomène de la piraterie a été examiné à partir des facteurs qui le génèrent et des modes d’actions opérationnels des pirates. L’approche polémologique ainsi adoptée vise à comprendre le problème, ses fondements et ses conséquences, en vue d’examiner comment l’enrayer pour mieux préserver la vie humaine. Pour aborder cette étude, il s’avère opportun de définir au préalable les termes clés qui la sous-tendent.

Approche définitionnelle des notions

Le Golfe de Guinée : un espace en définition

4Dans une réflexion sur les convoitises de la région, Raphael Mvogo (2009), reprenant les termes du chercheur camerounais Come-Daniel Awoumou relève que « le Golfe de Guinée est une sous-région dont les contours réels et définitifs sont difficiles à saisir ». Dans l’optique d’une clarification, Jean-Pierre Meloupou (2009, p. 22), relevant que le Golfe de Guinée apparaît comme un concept géographique et géopolitique encore flou, note que l’Annuaire économique, géopolitique mondial définit ce Golfe comme une entité de cinq États de la Côte Ouest de l’Afrique : le Bénin, la Côte-d’Ivoire, le Ghana, le Nigeria et le Togo. Dans cette définition réductrice, ni la Guinée équatoriale ni, dans une moindre mesure la Guinée (Conakry), la Guinée Bissau dont le Golfe porte le nom, ne figurent. Il relève par ailleurs que la Commission du Golfe de Guinée, initiée par le Nigeria et le Cameroun lors de leurs travaux de la Commission des Frontières à Yaoundé (Cameroun) du 27 au 30 août 1991, et créée le 19 novembre 1999 à Libreville (Gabon) sous la dénomination de « Commission du Golfe de Guinée » (CGG), est un espace économique et géopolitique organisé, appelé à regrouper les pays du Golfe en vue du renforcement de leurs liens de solidarité, de sécurité et de coopération Sud-Sud. À sa création, cette Commission a regroupé le Gabon, le Cameroun, la Guinée équatoriale, le Sao Tomé-et-Principe, le Congo, la République Démocratique du Congo et l’Angola. L’acte constitutif a précisé que « la Commission du Golfe de Guinée est ouverte à la participation des autres États de la région qui en exprimeront le désir ». La Commission du Golfe de Guinée offre ainsi l’opportunité d’une configuration géopolitique élargie qui pourrait englober tous les pays situés dans l’échancrure de la côte continentale entre la Guinée Bissau et le Cap de Bonne Espérance (Afrique du Sud) comme l’indique la carte ci-dessous.

Figure 1 : Délimitation du cadre géopolitique du Golfe de Guinée

Figure 1 : Délimitation du cadre géopolitique du Golfe de Guinée

Source : Jean-Pierre Meloupou (2009).

La piraterie

5La piraterie renvoie à une aventure brutale qui consiste à intercepter et à piller les biens d’autrui dans un espace géographique à forte mobilité. Pierre Gosse considère que :

« La piraterie, tout comme le meurtre, est une des branches de l’activité humaine dont on trouve le plus tôt des traces dans l’histoire. Les références que l’on y voit coïncident avec les premières allusions aux voyages et au commerce. On peut admettre que très peu de temps après que les hommes eurent commencé à transporter des marchandises d’un lieu à un autre, il se révéla nombre d’hommes entreprenants qui trouvèrent profit à intercepter ces produits au cours de leur trajet. Le commerce suit l’implantation du pavillon ; et le pillage, que ce soit sur terre ou sur mer, suit le commerce » (Gosse, 1952, p. 13).

6La Convention des Nations unies sur le droit de la mer (1982, art.101) définit la piraterie par l’un des actes suivants :

7- tout acte illicite de violence ou de détention ou toute déprédation, commis par l'équipage ou des passagers d'un navire ou d'un aéronef privé, agissant à des fins privées, et dirigé : 1) contre un autre navire ou aéronef, ou contre des personnes ou des biens à leur bord, en haute mer, 2) contre un navire ou aéronef, des personnes ou des biens, dans un lieu ne relevant de la juridiction d'aucun État ;

8- tout acte de participation volontaire à l'utilisation d'un navire ou d'un aéronef, lorsque son auteur a connaissance de faits dont il découle que ce navire ou aéronef est un navire ou aéronef pirate.

9La Convention précise également que tout comportement incitant à commettre ces actes ou à les faciliter est également assimilé à la piraterie.

10Dans le rapport d’information de la Commission de la défense nationale et des forces armées françaises, Christian Ménard (2009) précise que « dans les eaux territoriales, les attaques de pirates sont considérées comme des actes de brigandage et c’est le droit de l’État côtier qui prévaut ». S’éloignant de cette conceptualisation, la définition du Bureau maritime international (BMI) considère plutôt la piraterie comme « tout acte d’abordage contre un navire avec l’intention de commettre un vol ou tout autre crime et avec la capacité d’utiliser la force pour l’accomplissement de l’acte ». (Frecon, 2004, p. 1).

11Compte tenu du fait que plusieurs actes de piraterie peuvent se préparer dans les eaux des États, ou s’y appliquer et s’étendre le long de la côte ou dans les villes côtières, il y a lieu de constater une certaine insuffisance de la Convention de Montego Bay (1982) qui limite les actions pirates à celles qui se réalisent en haute mer. Cette limitation n’est pas conforme à l’approche du Bureau maritime international qui étend la notion de piraterie à l’ensemble des eaux sans restriction de l’espace maritime.

Les mécanismes psychosociologiques de défense

12Les mécanismes psychosociologiques de défense couvrent l’ensemble des processus psychologiques et sociologiques que le moi (individuel ou collectif) conserve pour ses appropriations et se préserve des atteintes à sa sécurité (Mucchielli, 1982). Parmi ces processus, Alex Mucchielli (1994) relève entre autres les réactions d’attaques visant à annihiler ou à repousser la menace, les réactions d’évitement qui constituent le processus de mise à l’abri du risque.

13Un mécanisme de défense peut intégrer « une dimension psychologique d’adhésion, une dimension socioéconomique de développement et de défense sociale et économique, et une dimension militaire qui est l’outil du recours ultime que le politique utilise lorsque l’intérêt collectif ne peut être garanti autrement » (Meloupou, 1995, p. 31). Afin d’examiner ces mécanismes dans leur emploi, il y a lieu au préalable de faire le point sur la piraterie dans le Golfe de Guinée.

La piraterie dans le Golfe de Guinée : situation, enjeux, causalité

État des lieux et modes d’action des pirates

14L’activité industrielle et l’environnement côtier constituent un cadre de prédilection et de développement des bandes armées qui se livrent aux actes de piraterie sur les navires et les installations de puits pétroliers en mer. L’activisme des groupes tribaux rebelles dans le Delta du Niger, dont la plupart se plaignent de l’effet d’activités d’exploitation d’hydrocarbures (pollution) et contestent la redistribution du bénéfice de la manne pétrolière, accroît le développement de la piraterie par des menaces directes aux sociétés pétrolières. Le principal d’entre eux, le Mouvement pour l’émancipation du Delta du Niger (MEND), un des grands groupes armés du Delta, se reconnaît dans plusieurs actes de piraterie émaillés de violence et des prises d’otages sur fond de « revendication économico-identitaire » (Ropivia, 2010, p. 227). La mobilité des moyens nautiques et les armes sophistiquées qu’ils utilisent leur permettent de lancer des attaques dans les eaux intérieures et plus loin des eaux nigérianes, au large ou sur les côtes des autres États du Golfe de Guinée. Ils peuvent également lancer des attaques en haute mer. La végétation des palétuviers et des mangroves qui recouvrent les eaux intérieures, difficilement accessibles aux bateaux de guerre, constitue leur véritable asile.

15À la différence de la situation du Golfe d’Aden, on n’a pratiquement pas enregistré d’actes de piraterie dans les eaux internationales du Golfe de Guinée au-delà des 200 nautiques des côtes. Les attaques ont lieu dans les eaux territoriales et la zone économique exclusive. Dans certains cas, des pirates venus de la mer ont mené des attaques spectaculaires dans les villes côtières. Charles Bwele rapporte :

« En Septembre 2008, environ cinquante « gangsters des mers », lourdement armés, ont débarqué à Limbé [ville moyenne située sur la côte Ouest camerounaise] avec leurs embarcations rapides, pris d’assaut six banques du centre-ville, causé un mort durant leurs braquages, puis repris le large sans demander leur reste » (Bwele, 2009).

16À l’instar de Limbé, d’autres attaques de « gangsters des mers » se sont produites dans plusieurs autres villes africaines : Douala au Cameroun en 2011 (Esso, 2011), Bata en Guinée équatoriale en 2008, Port-Gentil au Gabon en 2006 (Ntuda Ebode, 2010). Dans le Golfe de Guinée, le bilan des actes de piraterie perpétrés s’élève à 40 pour la seule année 2008 contre 111 pour le Golfe d’Aden et la Somalie. Le tableau suivant illustre cette situation.

17Tableau : Bilan des actes de piraterie perpétrés dans le monde

  • 1 Plus de 90 % des actes de piraterie se déroulent dans les eaux nigérianes.

Années
Zones géographiques

2003

2004

2005

2006

2007

2008

Total

Indonésie

121

94

79

50

43

28

415

Détroit de Malacca

28

38

12

11

7

2

98

Golfe de Guinée 1

39

28

16

12

42

40

177

Golfe d’Aden et somalie

21

10

45

20

44

111

251

Total des attaques

209

170

152

93

136

181

941

Source : BMI – Rapport sur la piraterie maritime – 2008

  • 2 L’attaque de 2008 à Bata a eu lieu sur les installations annexes de la Présidence de la République.

18De ce tableau, la quantification de l’ensemble des actes de piraterie enregistrés dans les zones à hauts risques de 2003 à 2008 montre que le Golfe de Guinée apparaît comme la troisième zone la plus dangereuse du monde après l’archipel indonésien et le Golfe d’Aden, avec 177 cas contre un total de 941 cas enregistrés. Il est à noter que les pirates, dans leur recherche du butin, attaquent également des points sensibles d’intérêt vital 2.

19Suivant des informations qui ont pu être recueillies sur leur organisation et leurs modes d’actions, les attaques des pirates ont généralement lieu de nuit ou dès l’aube. Les navires isolés ou en attente de chargement, les embarcations de soutien des opérations d’exploitation de ressources d’hydrocarbures en mer, les établissements banquiers des villes côtières sont des cibles privilégiées. Il apparaît que les opérations de la piraterie sont organisées par une chaîne d’activistes comprenant des investisseurs et des opérateurs.

20Les investisseurs sont ceux qui disposent d’argent pour équiper les pirates en moyens nautiques rapides et en armes de guerre. Les embarcations et les armes de guerre coûtent chers. Il faut en moyenne une dizaine de millions de francs CFA (20 000 dollars US, soit 15 300 euros environ) pour réaliser une petite embarcation équipée de deux moteurs hors bord à grande vitesse, ce qu’un déshérité ne peut acquérir. Ils doivent en outre acheter de la drogue à consommer par les opérateurs afin de pouvoir agir dans l’extrême violence et sans scrupule. Les investisseurs sont donc des leaders de l’activité. Ils recrutent aisément des opérateurs parmi les couches déshéritées qui sont généralement hostiles aux convoitises étrangères, à la mauvaise gestion des ressources pétrolières et à la mauvaise gouvernance nationale. En effet, l’exploitation des richesses du Golfe de Guinée se heurte à des résistances diverses des populations dont le niveau de vie précaire contraste avec les richesses nationales. C’est dans cette perspective que Come-Damien Awoumou note que « si la qualité de la gouvernance n’est pas améliorée au sein des États, le Golfe de Guinée pourrait connaître un accroissement des conflits » (Awoumou, 2005, p. 17).

21Les opérateurs qui sont des acteurs de la piraterie sur le terrain peuvent, sous l’emprise de la misère ou de la pauvreté, s’engager ou se faire recruter. Ils peuvent ainsi opérer pour leur propre compte par bandes organisées ou agir pour le compte d’un autre groupe plus large à la tête duquel se trouvent des leaders investisseurs. Ces opérateurs sont des jeunes gens d’équipage, souvent drogués. Ceux qui dépendent d’investisseurs entretiennent, sous le contrôle de ceux-ci, des camps d’entraînement cachés dans les forêts de mangroves, non accessibles aux non-initiés pour leur propre sécurité. Dans ces centres d’entraînement, ils apprennent non seulement le maniement des armes, mais aussi la capacité d’agir sans scrupule, sous l’effet de la drogue qu’ils consomment en permanence. Sur le plan psychologique, il leur est appris certaines pratiques d’identification et de croyance à la toute-puissance (tatouage de face ou d’épaule ou sur d’autres parties du tronc) auxquelles sont associés des rites de discipline de soumission, d’obéissance passive. À l’issue de sa formation, l’opérateur agit sur ordre tout en étant convaincu qu’au cours des forfaits il vaincra toujours parce qu’il se croit déjà mystiquement protégé. Les camps identifiés par les personnes extérieures au groupe ou par les Forces de sécurité sont immédiatement abandonnés et transférés ailleurs.

22Les opérateurs arborent souvent les tenues militaires des pays côtiers pour mieux se dissimuler et s’infiltrer dans les chenaux de navigation portuaire. Dans leurs modes d’actions en mer, les bateaux capturés de types chalutiers, navires de commerce sont dépouillés violemment et libérés après les forfaits. Les plateformes attaquées sont pillées et les membres des équipages qui paient des rançons substantielles sont libérés immédiatement. Les bateaux de soutien travaillant pour les sociétés pétrolières sont retenus par les pirates qui communiquent avec leurs commanditaires en indiquant le lieu du mouillage et les modalités de négociation sur la rançon à payer. Si le navire ne peut pas être gardé, certains membres de l’équipage qui ne peuvent pas payer ce qui leur est demandé sont ramenés à terre et cachés dans la forêt de mangroves en attente de paiement de rançon. Dans l’action, les résistances se soldent par la mort des membres des équipages ou des otages. Le BMI recense une quarantaine de morts pour la seule année 2008.

23Certains opérateurs pirates agissent sous le couvert de groupes sociaux dont les chefs se servent pour contraindre leurs adversaires à accepter leur volonté ou pour chercher à atteindre des objectifs politiques. Vincent Ntuda Ebode (2010) signale le cas de dissidents organisés, membres du Bakassi freedom fighter (BFF), composé des nigérians hostiles à l’accord de Greentree et dont l’objectif, à travers les actes de piraterie, consistait à semer l’insécurité dans la zone et à bloquer le processus de mise en œuvre de l’arrêt du 10 octobre 2002 sur la péninsule camerounaise de Bakassi. Ces rebelles ont été les auteurs de plusieurs actes de piraterie au large de Bakassi et de plusieurs attaques contre des unités de l’Armée camerounaise basées dans la Péninsule. Les attaques des pirates venues de la mer peuvent donc être attribuables à des groupes sociaux pour des objectifs économiques ou politiques. Les modalités tactiques d’action varient en fonction de la caractéristique de l’objectif. Les bandes isolées, agissant pour leur propre compte, utilisent une embarcation isolée, équipée de deux moteurs hors-bord de 40 à 75 CV, à bord desquelles on peut trouver un groupe de six à huit personnes armées de fusils de guerre type AK47 et d’autres armes blanches. Elles s’attaquent essentiellement aux chalutiers, aux petites embarcations et caboteurs de transport effectuant les liaisons maritimes entre les pays du Golfe.

24Les opérateurs organisés par des investisseurs et/ou des groupes sociaux ont le même mode opératoire. Ils agissent en mer ou sur la côte au moyen de deux à trois embarcations rapides équipées de moteurs de 75 CV. Leur armement est beaucoup plus sophistiqué, constitué de fusils de guerre type AK 47, de pistolets automatiques et des grenades offensives. Pour attaquer une installation sensible, une équipe armée s’approche de la cible, monte à l’assaut, attaque les éléments de sécurité en les saturant par des jets de grenades offensives et des tirs de fusils, les assaillent, s’emparent de l’argent et des armes et repartent par voie maritime.

25Pour des attaques sur des bateaux, Vincent Ntuda Ebode précise :

« Répartis dans deux ou trois embarcations rapides, ils approchent discrètement, puis ouvrent le feu en direction de la passerelle. Les membres de l’équipage prennent peur et se cachent. Un groupe monte alors rapidement à bord à l’aide de grappins pendant qu’un autre reste en veille dans les embarcations. Ceux qui sont sur le navire tiennent l’équipage en respect, détériorent tous les moyens de communication à l’aide de leurs armes, dépouillent l’équipage, réclament de l’argent au capitaine en exigeant l’ouverture du coffre, pillent et repartent avec ou sans otages » (Ntuda Ebode, 2010, p. 83).

26Que ce soit à bord des bateaux ou dans les installations ou sur la côte, on a affaire à des pilleurs qui recherchent de l’argent, du matériel de grand intérêt ou des armes. Il y a lieu de penser que la réduction de la pauvreté et la couverture sécuritaire adéquate de la côte pourraient être des axes à explorer pour la prévention de ce phénomène dont les enjeux doivent être de plusieurs formes.

Les enjeux de la piraterie

27La spécificité de la région du Golfe de Guinée l’inscrit dans des enjeux multiples. C’est en effet une région riche en ressources naturelles. Les pays riverains sont riches en minerais de fer, manganèse, cobalt, uranium, diamant, chrome. Ce dernier est indispensable pour l’industrie aéronautique des grandes puissances. Les côtes du Golfe de Guinée sont très riches en poissons. De plus, la forêt, une des richesses de cette région du monde, fait également l’objet des convoitises des pays riches.

28En outre, c’est une région stratégique qui détient la septième réserve mondiale de pétrole et la 9e réserve mondiale de gaz (Ménard, 2009). Elle procurait aux États-Unis 15 % de ses importations pétrolières dont les estimations projetées sont de 25 % en 2009. Le Golfe de Guinée est d’ores et déjà considéré comme une « zone d’intérêt vital pour les États-Unis » (Meloupou, 2009, p. 23).

29Avec toutes ces richesses, il devient facile de comprendre pourquoi un intense flux de navires d’approvisionnement et de soutien logistique est observé quotidiennement dans le Golfe de Guinée. Cette activité industrielle et l’environnement côtier constituent un cadre de prédilection et de développement des bandes armées qui se livrent aux actes de piraterie sur les navires et les installations de puits pétroliers en mer.

30Sur le plan stratégique global, le Golfe de Guinée est également l’anse par laquelle les croiseurs de haute mer et les sous-marins à propulsion nucléaire des grandes puissances peuvent facilement se masquer pour pister toutes les situations opérationnelles militaires. C’est dans cette optique que Jean-Pierre Meloupou (2009, p. 22) pense que « contrôler le Golfe de Guinée, c’est préserver la sécurité de l’Afrique dans sa majeure proportion, c’est sécuriser l’économie mondiale ». En effet, outre le détroit de Gibraltar, le trafic maritime international Amérique-Canada-Europe ↔ Afrique subsaharienne ↔ Sud-Est Asiatique-Australie passe par le Golfe de Guinée. C’est un point nodal déterminant, un pivot géostratégique du commerce mondial. En plus des enlèvements et des tueries souvent enregistrés par le fait des pirates, une perturbation du trafic maritime est néfaste pour les économies des États du Golfe en particulier et pour le trafic maritime international en général.

31De plus, les pirates, par des attaques planifiées, s’enrichissent et renforcent leur logistique opérationnelle. À partir de leurs moyens financiers et des armes acquises par ces moyens, les pirates peuvent constituer une véritable menace pour la sécurité des États côtiers. Dans la quête d’enrichissement illicite, les pirates pourraient appuyer d’autres foyers de violence à l’intérieur d’une nation côtière. Leurs activités sont susceptibles de se développer, et de réorienter davantage leurs modes d’actions aussi bien à terre que plus au large dans les eaux internationales avec des attaques systématiques de tous les navires en navigation isolée.

32L’enjeu écologique n’est pas à dénier. Bien que l’on n’ait pas encore eu à dénombrer des cas de menaces sérieuses de pollution dues à la marée noire, il n’est pas exclu d’envisager qu’une attaque des pirates sur un navire chargé d’hydrocarbures, de produits chimiques ou de déchets nucléaires pourrait avoir de sérieuses répercussions sur la nature et sur la vie des espèces halieutiques, végétales, voire humaine. Ainsi, un bateau dont l’équipage est neutralisé peut se retrouver à la dérive et heurter un banc de sable ou un récif, et voir sa cargaison se décharger accidentellement dans la mer avec des risques de pollution, nappe de déchets toxiques, radiations. Le Golfe de Guinée devient ainsi le repère de nombreux groupes armés en dépit des enjeux liés à la « souveraineté » de ces États et au flux maritime international.

33Ainsi, les grands défis paraissent axés sur une organisation efficiente des mécanismes de défense pour prévenir et pour résoudre le phénomène de piraterie maritime dans la région. Avant d’envisager ces actions spécifiques, il importe de recenser d’abord les facteurs déterminants.

Les facteurs déterminants et les mécanismes psychosociologiques de défense

Les facteurs explicatifs du phénomène de la piraterie

La paupérisation

34Plusieurs chercheurs s’accordent pour penser que la paupérisation est l’un des facteurs déterminants du développement et de l’ancrage de la piraterie dans une région (Ntuda Ebode, 2010 ; Awoumou, 2005 ; Fweley, 2010 ; Kounou, 2006 ; Ngodi, 2010). En effet, dans le Golfe de Guinée, le niveau de pauvreté dans certains pays condamne à la délinquance un édifice social fragilisé par la misère, et développe des processus adaptatifs parmi lesquels le pillage par bandes organisées et la piraterie peuvent être perçus comme des modes d’organisation de la vie. Si le sous-développement dans les pays du Golfe persiste, il y a lieu de prévoir une prolifération croissante de ces bandes armées le long de la côte. André Emtcheu et Jean-Pierre Meloupou notent que :

« la priorité de la défense en Afrique [et particulièrement dans le Golfe de Guinée] est économique. C’est le défi majeur compte tenu du niveau d’appauvrissement du continent et de l’emprise inextricable des richesses et de l’argent sur la vie sociale et le niveau des relations internationales » (Emtcheu & Meloupou, 2003, p. 33).

35Dans cette même perspective :

« Au niveau local et régional, les jeunes qui sont les plus utilisés dans les actes de piraterie viennent des familles pauvres et subissent un lavage de cerveau avant de rejoindre le nouveau groupe d’appartenance. Il faut donc lutter contre la pauvreté pour faciliter la lutte contre le terrorisme » (Fweley, 2010, p. 103).

Le trafic des armes légères et des stupéfiants

36Le littoral des États du Golfe de Guinée est devenu un cadre de circulation privilégié de stupéfiants et de prolifération des armes. Les conflits manifestes qu’ont connus certains pays riverains ou non du Golfe (Tchad, République démocratique du Congo, République centrafricaine, Angola, Rwanda et actuellement la Lybie) sur fond d’instabilité politique, ont créé un flux de réfugiés dont certains, porteurs d’armes de guerre, se sont disséminés dans la plupart de pays de la région du Golfe. Pour survivre dans des conditions difficiles, s’ils ne choisissent pas de participer directement aux actes de banditisme ou de piraterie, les réfugiés non désarmés peuvent vendre ou louer leurs armes aux bandes armées. C’est une activité qui constitue une menace sérieuse à la sécurité et à la paix sociale. Dans cette activité, le comportement de certains agents véreux des forces de sécurité est un facteur renforçant. Ambroise Behalal relève que certains font la cession temporaire ou définitive des armes à titre onéreux (Behalal, 2000). À ce facteur s’ajoute l’acquisition des armes suite aux hold-up par les bandits ou les pirates dans des unités des forces armées ou de sécurité ou dans des arsenaux officiels. S’agissant des stupéfiants, Raphael Mvomo constate que :

« le Golfe de Guinée est en passe de devenir (par le Nigeria notamment), l’un des relais les plus importants du trafic international de la drogue en provenance de l’Asie Centrale-Moyen Orient et de l’Amérique Latine, et à destination de l’Europe » (Mvomo, 2005, pp. 7-8).

37La consommation de drogue est un facteur incident qui renforce la délinquance et stimule l’inhibition à la peur et, partant, la croyance en la toute-puissance.

La faiblesse des États et les convoitises étrangères

38Le Golfe de Guinée, objet de convoitises diverses, est exposé aux risques politiques de la rente pétrolière, ce qui le plonge dans ce que Ela Mvomo (2005, p. 7) qualifie d’un « espace-enjeu » dans la « géopolitique des périls du monde aujourd’hui ». La redistribution inéquitable des ressources est à la base de la pauvreté et de nombreux conflits parmi lesquels la piraterie ne constitue qu’un des modes de « négociation ». Si les convoitises ne peuvent être rayées du fait de l’interdépendance entre les États, seule la mauvaise gestion de ces convoitises par des prédateurs locaux constitue la base des conflits, voire de la violence.

  • 3 La notion d’« approches maritimes » se réfère aux espaces maritimes sous juridiction nationale (eau (...)

39Le trafic de la drogue par la mer se traduit par la faiblesse des contrôles maritimes ou de la surveillance du trafic, donc de l’incapacité des États à gérer la sûreté de leurs « approches maritimes » 3 et de la haute mer et, partant, à lutter contre la piraterie. C’est ainsi que les actes de piraterie sont réguliers dans les pays dont les dirigeants sont incapables d’assurer efficacement leurs fonctions régaliennes (Fweley, 2010). La piraterie persistante dans une région n’est en somme qu’un des baromètres d’une incompétence politique dont la corruption, la mauvaise gouvernance, le manque d’équité, l’injustice, l’absence d’une véritable culture démocratique sont les principaux facteurs. Elle pourrait se développer et réorienter davantage ses modes d’actions aussi bien à terre, que plus au large dans les eaux internationales avec des attaques systématiques de tous les navires en navigation isolée.

Les divergences dans la définition de la piraterie

40Dans la mesure où la Convention de Montego Bay (1982) limite la piraterie à un acte illicite qui se déroule en haute mer qui n’est sous la juridiction d’aucun État, il devient alors facile pour les pirates de profiter pour s’organiser aisément dans les eaux territoriales de certains États, pour y opérer ou pour organiser des assauts en haute mer, avec des possibilités de repli dans les eaux territoriales des États. Une redéfinition de la notion de piraterie s’avère nécessaire compte tenu de l’ampleur de la menace en dehors des eaux internationales.

L’absence d’un débat stratégique et la recherche effrénée de solutions militaires

41Le débat stratégique qui peut être considéré comme une réflexion approfondie sur l’analyse, les caractéristiques d’une situation de menace, l’inventaire exhaustif et la planification des parades résolutoires afférentes est souvent absent dans les pays africains et particulièrement dans les pays d’Afrique subsaharienne, voire du Golfe de Guinée. Les solutions militaires doivent être, comme il a été déjà signalé, des solutions limites de dernier recours qui s’inscrivent dans la stratégie de réduction durable du fléau et non dans l’apologie des opérations militaires et de leur entretien stratégique. En effet, ce qui est souvent observé dans la plupart des États concernés par le phénomène de la piraterie (Nigeria, Cameroun, Guinée équatoriale, Gabon, Angola), c’est que les réactions sont centrées essentiellement sur l’action militaire en mer, le manque de collaboration sécuritaire entre les États en matière de surveillance des côtes et des zones maritimes, et sur la coopération militaire en matière de surveillance et de lutte (Ngodi, 2010 ; Ntuda Ebode, 2010 ; Atonfack, 2010). Bien que ces actions envisagées soient nécessaires, il n’en demeure pas moins qu’elles sont précipitées car elles ne permettent pas à elles seules d’enrayer durablement le phénomène dans le temps. Elles ne doivent que venir appuyer ou préparer un cadre réel d’appui aux actions de réduction de la pauvreté, et d’une saine coopération entre les États du Golfe et les autres États.

Les mécanismes de défenses envisageables

Les actions nationales

La lutte contre la pauvreté

42L’homme a besoin de pain, de santé, de justice et de sécurité sociale. Les citoyens du Golfe de Guinée doivent se donner les moyens correspondant à ces besoins fondamentaux. La priorité de la défense dans les pays du Golfe est économique et les considérations économiques devraient constituer le fondement des actions politiques et diplomatiques.

La gouvernance et la culture démocratique

43La mise en place d’un véritable cadre de bonne gouvernance permet une meilleure organisation de lutte contre les principaux indicateurs de faiblesse de l’État qui sont la corruption, l’injustice, l’intérêt individuel, l’absence d’équité.

44La culture démocratique développe l’esprit collectif, le souci de la protection du bien commun et de la gouvernance. Son absence entraîne le déni de l’alternance, crée les frustrations et les conflits violents parmi lesquels la piraterie se présente comme un mode d’expression manifeste.

L’organisation de la sûreté des approches maritimes

45Elle s’inscrit dans le cadre de la défense nationale qui se définit comme un mécanisme par lequel un État assure en tout lieu, en toute circonstance et contre toutes les formes d’agression, la sécurité et l’intégrité du territoire et la vie des populations (Haenel & Pichon, 1989). La lutte contre la piraterie maritime dans les espaces maritimes internationaux relève des obligations de tous les États. Celle dans les espaces relevant de la souveraineté nationale relève de l’obligation de l’État qui en a la souveraineté. Le problème reste de savoir si chaque État est en mesure d’assurer sa propre défense contre la piraterie. Chaque État doit d’abord se donner le minimum des moyens nécessaires pour cette mission, avant de penser à la coopération bilatérale ou multilatérale. La coopération n’a de sens que si la conjugaison des moyens significativement apportés par chacun permet d’optimiser l’emploi des moyens et d’assurer une étanchéité sécuritaire acceptable. Chaque pays côtier doit admettre que le contrôle au moins de ses eaux intérieures et de sa mer territoriale est un défi majeur car un des principes de stratégie maritime unanimement partagé est que « celui qui tient la mer tient la terre ».

Les actions multilatérales non militaires

46Il s’agit ici de l’ensemble des mécanismes de défense envisageables conjointement par plusieurs États pour faire face au phénomène de la piraterie.

La redéfinition juridique de la notion de piraterie

47L’insuffisance constatée dans la définition juridique donnée par la Convention de Montego Bay limitant la qualification d’actes de piraterie à ceux qui se produisent en haute mer sert de nos jours les intérêts des pirates dont les zones de prédilection dans le Golfe de Guinée sont les eaux territoriales et la côte. Pour accroître l’efficacité dans la lutte, la piraterie pourrait plutôt se définir comme tout acte illicite de violence ou de détention ou toute déprédation, commise par une bande armée à des fins privées contre une installation offshore en mer ou une installation vitale côtière, contre un équipage, contre des passagers d'un navire avec l’utilisation d’un aéronef ou d’un moyen flottant, pouvant nuire à la liberté de navigation en mer, à la défense ou aux intérêts d’un État côtier ou aux intérêts de plusieurs États de la communauté internationale. Cette définition offre l’avantage d’élargir le champ de lutte contre cette activité illicite aux pratiques protéiformes. Elle prend en compte les deux approches définitionnelles : celle de la Convention de Montego Bay et celle du Bureau maritime international. Cet élargissement de la notion offre en outre une perspective d’extension des compétences juridiques des États au droit de poursuite en cas de piraterie avérée. Ceci permet de systématiser de manière permanente et étendue pour tous les autres espaces maritimes menacés les résolutions 1836 du 2 juin 2008 et 1838 du 07 octobre 2008 portant respectivement sur le droit de poursuite des États coopérants de haute mer vers les eaux somaliennes et sur l’utilisation si nécessaire de la force dans le cadre du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies.

La diplomatie préventive

48Dans les mécanismes de défense, la diplomatie préventive, dans sa perception polémologique, peut s’expliquer comme l’art d’éviter les actes de violence, de maîtriser les conflits sans avoir à les gérer par la force des armes. Philippe Moreau Defarges (1997) y voit un avantage substantiel pour tout gouvernant : « être en principe économe de l’argent du contribuable par comparaison avec une action militaire ». Dans le cadre de la défense sociale contre la piraterie, le premier axe de la diplomatie préventive que les États pourraient observer, tant au niveau local qu’au niveau multilatéral, est l’organisation des réseaux d’information ou de renseignement, afin de définir et d’évaluer les conflits ou les menaces qui peuvent être générateurs ou renforçateurs d’actes de piraterie.

49Le second axe d’effort peut être centré sur la gestion des menaces pirates. Celle-ci devrait prendre en compte la connaissance des acteurs, leurs intentions, leurs motivations profondes, leur structuration et leur capacité d’organisation, afin de fixer des modes d’actions stratégiques de négociation ou de lutte.

Les actions militaires multilatérales

50Les espaces maritimes sont assez larges et leur surveillance nécessite l’engagement de plusieurs bateaux de guerre ou garde-côtes qui peuvent se relayer de jour et de nuit, avec une nécessité d’appui aérien en hélicoptères et avions de surveillance maritime. Les pays du Golfe de Guinée, encore en voie de développement, ne pourront pas disposer d’une capacité de surveillance maritime étanche dans les eaux internationales contigües à leurs espaces maritimes, dans leurs plateaux continentaux et zones économiques respectifs. Cissé Mbaye note que « les nombreuses tragédies qui ont émaillé le continent ces dernières années ont fini de convaincre les plus sceptiques de l’impérieuse nécessité de mettre en place des structures de sécurité collective à même d’instaurer la paix de manière durable » (Mbaye, 1999). C’est dans cette perspective que les actions militaires multilatérales paraissent, selon lui, mieux indiquées dans la lutte contre le fléau de la piraterie maritime.

51L’action militaire est indispensable, soit pour dissuader, soit pour résoudre une situation ponctuelle de piraterie mais elle ne garantit pas à elle seule un succès durable contre le phénomène. Elle est l’engagement des forces militaires d’un ou de plusieurs États pour gérer un conflit ou pour traiter une menace dont la nature est connue. Elle peut mettre en exergue plusieurs composantes des forces de défense (terre-air-mer) pour relever un défi de sécurité. On peut parler d’intervention militaire multilatérale en cas d’engagement concerté ou coordonné de plusieurs forces de défense en provenance de plusieurs États, dans un conflit au profit d’un État ou d’un groupe d’États. Dans l’intervention, on peut estimer qu’il y ait une contrainte perceptible de sécurité qui pousse à agir dans l’intérêt humanitaire ou de sécurité collective. Il y a donc dans l’intervention un appel implicite ou explicite à l’aide. L’intervention peut néanmoins être délibérée, à but humanitaire, décidée par un État tiers ou un consensus de groupe d’États.

52L’intervention multilatérale est implicitement énoncée dans le préambule de la Charte des Nations unies qui préserve les générations futures de la guerre en ces termes : « Il ne sera pas fait usage de la force des armes sauf dans l’intérêt commun ». L’acte constitutif de l’Union africaine, dans ses principes, reconnaît le droit de l’Union à intervenir dans un État membre, le droit de chaque pays de vivre dans la paix et la sécurité, le droit des États membres de solliciter l’intervention de l’Union pour restaurer la paix et la sécurité (article 4). Dans ce travail, l’intervention militaire multilatérale désigne la combinaison des forces militaires de plusieurs États riverains ou non riverains du Golfe de Guinée pour faire face aux menaces des pirates qui nécessitent une solution militaire. Elle comprend des patrouilles dissuasives, de protection ou de surveillance des espaces maritimes et des actions offensives contre les menaces identifiées. Dans le Golfe de Guinée, eu égard à son étendue et aux enjeux, les interventions sont organisées dans le cadre de trois grandes institutions sous-régionales : la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Communauté économique des États de l’Afrique australe (SADEC). L’établissement des ponts structurels de défense les reliant entre elles semble être un préalable à une recherche d’efficacité.

53Au niveau de la CEEAC, la montée de l’insécurité dans le Golfe de Guinée et, de surcroît, le besoin de l’organisation commune de sécurité ont fait prendre conscience par l’Organisation maritime de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (OMAOC) de la nécessité de mettre en place un plan de surveillance et de sécurité maritime de la sous-région. C’est dans ce contexte que le Golfe de Guinée a été découpé en quatre zones de surveillance maritime multilatérale dénommées « A, B, C et D ». La stratégie commune de sécurisation des espaces maritimes des pays riverains de la zone D qui se situe dans l’espace de la CEEAC et relevant de la responsabilité du Cameroun, du Gabon, de la Guinée équatoriale et de Sao- Tomé-et-Principe est devenue effective depuis le 6 mai 2009 à Yaoundé (Cameroun) par la signature de l’accord technique de sécurisation de cette zone, s’appuyant ainsi sur le Traité instituant le protocole relatif au Conseil de paix et de sécurité de l’Afrique centrale (COPAX) et sur le Pacte d’assistance mutuelle entre les États. Cette opérationnalisation a été suivie, le 11 août 2009, de l’établissement d’un plan cadre de sécurité maritime par les Chefs d’état-major des armées de ces pays et le déploiement sur le terrain d’un groupe de navires de guerre provenant de ces quatre États. Malgré cette volonté politique commune, les actes de piraterie persistent en mer. Pour le seul mois de septembre 2009, on en a enregistré quatorze au large des côtes camerounaises et équato-guinéennes (Ntuda Ebode, 2010, p. 81). Cette persistance d’attaques peut s’expliquer par l’insuffisance des moyens nautiques mis en œuvre. L’acquisition de nouveaux moyens navals et aériens par les États concernés devient une nécessité urgente pour satisfaire les objectifs sécuritaires.

54La Commission du Golfe de Guinée, bien qu’elle ne soit pas encore engagée dans la sécurisation par une action militaire multilatérale, est « un cadre de concertation pour la coopération et le développement, ainsi que la prévention, la gestion et le règlement des conflits des pays du Golfe de Guinée ». Telle que définie par sa finalité, la Commission pourra à long terme, si elle ne s’écarte pas de son objectif initial, faire l’objet de la convoitise des autres États du Golfe qui n’en font pas encore partie. Pour une efficacité des actions multilatérales dans la lutte contre le fléau de la piraterie, il y a lieu d’opter pour une forme de régionalisation de la sécurité collective des institutions sous-régionales de la SADEC, CEEAC, CEDEAO. Cette régionalisation pourrait impliquer l’emploi conjoint de plusieurs brigades sous-régionales de maintien de la paix. En effet, L’Union africaine (UA) a déjà adopté le principe de la mise en place d’une brigade dans chaque sous-région en termes de module d’attente de forces dans le cadre de la politique commune africaine de défense et de sécurité commune. Pour la sécurisation de la région du Golfe de Guinée, une juxtaposition coordonnée de trois brigades sous-régionales semble envisageable : celle de la CEDEAO, celle de la CEEAC et celle de la SADEC. Ces brigades pourraient dans le cadre de la sécurité collective du Golfe de Guinée intervenir au profit de l’intérêt collectif, communément partagé par la majorité des pays des trois sous-régions d’appartenance, selon le modèle ci-après :

55

Figure 2 : Modèle projeté d’intégration des brigades sous-régionales pour une intervention en maintien de la paix et de sécurisation du Golfe de Guinée

Figure 2 : Modèle projeté d’intégration des brigades sous-régionales pour une intervention en maintien de la paix et de sécurisation du Golfe de Guinée

Source : Jean-Pierre Meloupou (2001, p. 631).

56Tous les pays de la Commission élargie du Golfe de Guinée, du Libéria à l’Afrique du Sud, pourraient participer à cette sécurisation à partir de leurs brigades respectives. Ils pourront alors assurer par des échanges d’informations et des relais de poursuite et d’interception, la neutralisation des actes de piraterie aussi bien dans les espaces maritimes nationaux que dans la haute mer. Ces efforts tant nationaux que multilatéraux appuyés, d’une part, par les autres mécanismes de défense proposés plus haut et, d’autre part, par les grandes puissances qui ont également le devoir de participer à la sécurisation de ce pivot géostratégique du commerce international, contribueraient à l’éradication ou à la réduction de la piraterie dans cette région, et partant, à la sécurisation générale des États et du trafic maritime international.

Conclusion

57Au regard de ce qui précède, le problème de l’insécurité dans le Golfe de Guinée est préoccupant. L’examen de la problématique sécuritaire, qui a fait l’objet du présent travail, a permis de noter que le niveau de pauvreté et l’émergence des conflits dans certains pays du Golfe conduisent au renforcement des bandes organisées et de la piraterie. Dans cette optique, le défi majeur paraît axé sur la résolution des conflits dans le Golfe et sur le niveau de développement des États, afin de limiter le désastre de la piraterie qui entrave davantage le développement de la sous-région.

58Outre les enlèvements et les tueries souvent enregistrés, une perturbation du trafic maritime du fait des pirates est néfaste pour les économies des États du Golfe en particulier et pour l’économie mondiale en général. Le réajustement de l’intervention militaire multilatérale dans cette zone est nécessaire dans un cadre d’action intégrée des brigades sous-régionales. Eu égard à l’insuffisance des moyens navals disponibles dans les pays riverains du Golfe, la lutte contre la piraterie dans cette région pourrait être plus efficace avec un appui déterminant des grandes puissances qui y disposent également d’intérêts. L’efficacité de l’engagement réside également dans les mécanismes de répression des actes illicites de piraterie dont l’élargissement du cadre de définition et partant, du champ juridique de répression, se présente comme une nécessité urgente.

Haut de page

Bibliographie

Atonfack N. (2010), « La mutualisation des moyens de lutte contre les actes de la piraterie dans la sous-région CEEAC », dans CREPS (dir.), Terrorisme et piraterie. De nouveaux défis sécuritaires en Afrique centrale, Yaoundé, Presses universitaires d’Afrique Centrale, pp. 123-147.

Awoumou C.-D. (2005), « Le Golfe de Guinée face aux convoitises », Enjeux, Bulletin d’analyses géopolitiques pour l’Afrique Centrale, n° 22, pp. 15-20.

Behalal A. (2000), Le Cameroun et la problématique des armes légères, Deuxième séminaire national sur la mise en œuvre du droit international, Yaoundé, Inédit.

Bureau maritime international (2008), Rapport sur la piraterie maritime, disponible sur le site http://www.icc-ccs.org/

Bouthoul G. (1970), Traité de polémologie, Paris, Éditions Payot.

Bwele C. (2009), « Golfe de Guinée : anti-piraterie ou pétrostratégie ? », article publié le 29 avril 2009 et disponible sur le site http://electrosphere.blogspot.com

Defarges Moreau P. (1997), « La diplomatie préventive », Défense Nationale. Études politiques-stratégiques-militaires-économiques-scientifiques, Revue mensuelle, janvier, pp. 37-45.

Emtcheu A. & J.-P. meloupou (2003), « Risques de désintégration des groupes et stratégie des comportements de défense en Afrique », Annales de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Douala, vol. 1, n° 2, pp. 23-38.

Esso L. (2011), « Le communiqué de Presse de la Présidence de La République », Quotidien national bilingue, Cameroon Tribune, numéro du 23 mars.

Fweley D. (2010), « Terrorisme et piraterie dans le Golfe de Guinée », dans CREPS (dir.), Terrorisme et piraterie. De nouveaux défis sécuritaires en Afrique centrale, Yaoundé, Presses Universitaires d’Afrique Centrale, pp. 7-115.

Frecon E. (2004), « Pavillon noir : la piraterie maritime contemporaine », Le Maintien de la Paix, Bulletin n° 72, Institut d’études internationales de Montréal, Décembre.

Gosse P. (1952), Histoire de la piraterie, Paris, Payot.

Haenel H. & R. Pichon (1989), La Défense nationale, Paris, Presses universitaires de France.

Klinger M. (2007), Héritage et actualité de la polémologie, Paris, Éditions Tétraèdre.

Kounou M. (2006), Pétrole et pauvreté au Sud du Sahara. Analyse des fondements de l’économie du pétrole dans le Golfe de Guinée, Yaoundé, Éditions Clé.

Mbaye C. (1999), « L’Afrique et le défi de la sécurité collective », Frères d’Armes. Revue de liaison des forces armées françaises, africaines et malgaches, n° 216, janvier-février, Paris, France, pp. 22-29.

Meloupou J.-P. (1995), « Société africaine et défense : de la stratégie des moyens », Frères d’Armes. Revue de liaison des forces armées françaises, africaines et malgaches, n° 197, novembre-décembre, pp. 30-35.

Meloupou J.-P. (2001), « Mécanismes de défense psychosociologique et stratégie d’intégration en Afrique Centrale », dans Abwa D., Dynamiques d’intégration régionale en Afrique Centrale, Tome 2, Presses universitaires de Yaoundé, pp. 617-637.

Meloupou J.-P. (2009), « Le Golfe de Guinée et l’intégration sécuritaire : enjeux, défis et perspectives », Honneur et Fidélité, Magazine des Forces de Défense du Cameroun, n° spécial du 20 mai, MINDEF, Yaoundé, pp. 22-23.

Ménard C. (2009), Rapport d’information de l’Assemblée nationale, la commission de la défense nationale et des forces armées sur la piraterie maritime, Paris, La Documentation française.

Mucchielli A. (1982), Les Mécanismes de défense, Paris, Presses universitaires de France.

Mucchielli A. (1994), La Psychologie sociale, les fondamentaux, Paris, Éditions Hachette.

Mvogo R. (2009), « Piraterie en Afrique : des pays du golfe de Guinée s'engagent à lutter contre l'insécurité maritime », article publié le 08 mai 2009 et disponible sur le site http://www.casafree.com/

Mvomo E. (2005), « Pétrostratégie et appels d’emprise dans le Golfe de Guinée », Enjeux, Bulletin d’Analyses Géopolitiques pour l’Afrique Centrale, n° 22, janvier-mars, pp. 7-11.

Ngodi E. (2010), « État des lieux de la piraterie maritime au Congo Brazzaville : pistes de réflexion », dans CREPS (dir.), Terrorisme et piraterie. De nouveaux défis sécuritaires en Afrique centrale, Yaoundé, Presses Universitaires d’Afrique Centrale, pp.27-35.

Njonou A. (2009), « La sauvegarde des approches maritimes nationales : un défi partagé », Honneur et Fidélité, Magazine des Forces de Défense du Cameroun, n° spécial du 20 mai, MINDEF, Yaoundé, pp. 28-29.

ONU (1982), Convention des Nations unies, Montego Bay.

Ntuda ebode V. (2010), « La nouvelle posture du Cameroun et la lutte contre la piraterie dans le Golfe de Guinée », dans CREPS (dir.), Terrorisme et piraterie. De nouveaux défis sécuritaires en Afrique centrale, Yaoundé, Presses Universitaires d’Afrique Centrale, pp. 43-92.

Ropivia M.-L. (2010), « Criminalité et activités illicites dans le Golfe de Guinée : interprétation critique et typologie », dans CREPS (dir.), Terrorisme et piraterie. De nouveaux défis sécuritaires en Afrique centrale, Yaoundé, Presses Universitaires d’Afrique Centrale, pp. 221-234.

Haut de page

Notes

1 Plus de 90 % des actes de piraterie se déroulent dans les eaux nigérianes.

2 L’attaque de 2008 à Bata a eu lieu sur les installations annexes de la Présidence de la République.

3 La notion d’« approches maritimes » se réfère aux espaces maritimes sous juridiction nationale (eaux intérieures, eaux territoriales, zone économique exclusive, plateau continental).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Délimitation du cadre géopolitique du Golfe de Guinée
Légende Source : Jean-Pierre Meloupou (2009).
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/4155/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 2 : Modèle projeté d’intégration des brigades sous-régionales pour une intervention en maintien de la paix et de sécurisation du Golfe de Guinée
Légende Source : Jean-Pierre Meloupou (2001, p. 631).
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/4155/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Meloupou et Moïse Tameken Ngoutsop, « Piraterie et mécanismes psychosociologiques de défense dans le Golfe de Guinée », SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4155

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Meloupou

Officier de marine en service au ministère camerounais de la défense. Docteur Ph.D. en psychologie. Diplômé de l’École de Guerre de Paris. Enseignant associé dans les universités de Yaoundé I, Yaoundé II. Conférencier au Cours supérieur interarmées de défense (Cameroun) - meloupoujp@yahoo.fr

Moïse Tameken Ngoutsop

D.E.A en Sociologie du développement. Chercheur à l’Université de Yaoundé I (Cameroun) - horsaphy10@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page