Navigation – Plan du site
Premiers textes
Premiers textes

Les charges de la participation

Julien Charles

Résumés

À partir d’une ethnographie des dynamiques participatives se déployant dans le cadre d’une maison médicale belge autogérée, cet article vise à mettre en lumière les exigences et contraintes liées à la participation. Parmi celles-ci, je m’attacherai essentiellement à saisir les « charges de la participation ». Si cette problématique est sans doute accentuée par la longueur temporelle et l’intensité de la compression qu’elles exercent dans le cadre d’un projet autogestionnaire vieux d’une trentaine d’années, il n’en reste pas moins que sont ainsi soulevées des questions auxquelles les approches contemporaines de la participation peinent à répondre. L’enquête prend forme autour de l’observation des espaces de réunions hebdomadaires de l’organisation, de l’espace d’accueil de l’organisation et d’une quinzaine d’entretiens individuels avec les travailleurs.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette attention partage avec le repérage de « formats de participation » effectué par Richard-Ferro (...)
  • 2 Lorsque l’on s’inquiète de la pression exercée par la charge, on couvre une ampleur de temps plus l (...)

1Un pan important des sciences sociales contemporaines prend aujourd’hui pour objet d’investigation la participation ; la création récente de la revue Participations en est l’un des signes les plus clairs. À partir d’une ethnographie de la participation se déployant dans le cadre d’une maison médicale belge (association de soins de santé de première ligne) autogérée, j’entends mettre en lumière plusieurs zones d’ombre de ces travaux. L’enquête permettra de ne pas analyser la participation uniquement à l’aune de sa promesse d’approfondissement de la démocratie mais aussi et surtout sous l’angle de ses exigences et contraintes. Parmi celles-ci, cette contribution s’attachera essentiellement à saisir ce que je qualifierai de charges de la participation 1. Si l’on peut considérer la charge comme une responsabilité (être en charge ou avoir la charge de quelque chose ou quelqu’un) qui élève celui qui l’endosse (il en devient maître et garant), elle indique également un fardeau, plus ou moins lourd à porter, plus ou moins gênant. En ce sens, la charge consiste donc en une (op)pression continue sur ce qui la contient ou la porte 2.

2L’enquête à la Maison Médicale permettra de donner de la consistance à cette intuition initiale. Elle prendra forme au fil d’une ethnographie des espaces de réunions hebdomadaires de l’organisation. Dans le même temps, j’ai mené une quinzaine d’entretiens avec une partie des travailleurs. La discussion y était essentiellement centrée sur leur parcours personnel au sein de la Maison. J’ai aussi observé durant une quinzaine de jours les interactions ayant lieu dans le bureau des secrétaires-accueillantes, qui constitue aussi un lieu de passage pour les autres travailleurs. Il importe finalement d’ajouter qu’une part des propos relayés dans cette contribution prend appui sur des connaissances antérieures à l’enquête : l’un des initiateurs du projet est mon oncle et je suis moi-même patient dans cette institution depuis ma naissance. Par-là, j’ai accès à des informations que l’enquête sociologique, aussi longue et minutieuse soit-elle, est peu disposée à saisir. Si ce type d’attachement est habituellement considéré comme un biais, il semble ici indispensable à la saisie d’une part du passé de la Maison, inaccessible à ceux qui n’en partagent pas les « lieux communs » comme nous le verrons plus loin.

3Notons également, avant de rendre compte de l’étude de ce cas, que les propositions analytiques formulées ici prennent appui sur l’analyse d’autres espaces de participation : un dispositif de participation citoyenne à l’établissement d’un plan de rénovation urbaine, la mise en œuvre du management participation auprès des ouvriers d’une entreprise métallurgique (une usine belge du groupe Caterpillar) et un atelier de réparation de vélos à Los Angeles où les clients doivent eux-mêmes prendre en charge la remise en état de leur bicyclette (Charles, 2012). Les charges de la participation ne se montrent évidemment pas pareillement sur chacun de ces terrains. Il n’empêche que le cas de la Maison permet d’explorer une part importante de celles-ci ; elles sont sans doute accentuées par la longueur temporelle et l’intensité de la compression qu’elles exercent dans le cadre d’un projet autogestionnaire vieux d’une trentaine d’années. C’est pourquoi je propose d’aborder maintenant la chronologie de la Maison. À la lumière de ce parcours, je poursuivrai en indiquant ce que les approches dominantes de la participation tendent généralement à laisser dans l’ombre, lorsqu’elles méconnaissent les charges pesant sur les participants.

Fondation de la Maison

  • 3 Créé en 1964, ce groupe rédige plusieurs rapports dans lesquels il défend l’importance des « soins (...)
  • 4 Sauf mention contraire, les textes entre guillemets sont issus d’entretiens individuels réalisés au (...)

4Deux étudiants en médecine, inspirés par la lecture des travaux du Groupe d’études pour une réforme de la médecine 3 et l’atmosphère contestatrice des années post-1968, nourrissent au fil de leurs études la volonté d’ouvrir une maison médicale dans un quartier défavorisé. Leur intention est de permettre à une population précarisée (« sous-prolétaire » 4 dit l’un d’eux, Joseph) d’avoir accès aux soins de santé de première ligne. Ils entendent porter une forme de généralisation des troubles de la santé concurrente aux lectures classiques : ces derniers ne sont pas seulement pensés dans des tableaux de pathologies mais ancrés dans le « cadre de vie » (lui-même pensé au confluent du quartier et d’un contexte socio-économique plus large). Dès lors, les médecins ne se contentent pas de soigner, ni même de prévenir, mais inscrivent aussi la pratique médicale dans des « interpellations politiques » comme l’écrit l’un d’eux dans un article paru dans une revue de la gauche chrétienne belge. Ces interpellations permettent de dépasser les consultations individuelles en les inscrivant dans des « questions collectives ». Ils se constituent ainsi en « contre-pouvoir médical » qui doit participer activement à l’avènement d’un socialisme d’autogestion, « la médecine n’étant qu’un outil pour arriver à ce changement social ». Cet horizon guide la mise en place de l’organisation autour de l’égalité salariale stricte, la réduction des coûts des soins pour les patients, l’habitat groupé, la participation à la vie politique du quartier, l’engagement militant, et cetera.

5Une femme médecin arrivée trois ans plus tard, Marion, explique qu’elle « partage toute cette démarche plus de gauche ». Pierre, ayant rejoint le projet à la fin des années 1980, dit se retrouver pleinement dans les « valeurs de justice sociale » de la Maison. Cet horizon politique commun les oriente vers une symétrisation des rapports non seulement salariaux mais aussi hiérarchiques, fondée sur un postulat d’égale compétence à prendre part au projet dans toutes ses facettes. Les charges de la gestion de la Maison sont donc réparties sur tous les travailleurs, qui deviennent alors garants et artisans du bon fonctionnement du projet.

6Les discussions sur l’organisation, souvent très longues, ont alors lieu pendant les repas, les sorties et les fêtes car il n’y a alors pas d’espace dédié formellement aux réunions. Elles en viennent fréquemment à être attachées à des débats plus généraux sur l’organisation de la société et l’avènement du socialisme autogestionnaire. Parce que ces échanges ne sont pas limités à l’espace professionnel, il faut être capable, jusque chez soi, de discuter de ses convictions et de justifier publiquement de la conformité de ses actes en regard des idéaux partagés. En pénétrant jusqu’aux espaces considérés comme « privés » dans une perspective libérale, le projet politique descend vers le monde du proche. Cette extension du militantisme s’étendant jusqu’à la cohabitation n’est pas sans effet sur les façons d’organiser la vie ensemble, comme l’ont montré Marc Berviglieri et Luca Pattaroni (2005) et Joan Stavo-Debauge (2009). Elle fait peser une obligation à mettre en discussion des éléments habituellement libérés des contraintes et exigences de l’espace public. Des objets peu disposés à la mise en commun dans un débat d’arguments sur la place publique sont convoqués, comme par exemple la température de l’eau du bain des bébés.

7Pour appréhender la portée de cette extension, il faut parvenir à saisir ce qu’ils qualifient alors de « convivialité ». Sans cela, comment comprendre que l’une d’entre eux affirme : « en arrivant, mon but était d’abord de venir habiter avec des gens » ? Dans le même sens, dix ans plus tard, elle prêtera sa chambre à un nouveau médecin, son épouse et son fils pendant plusieurs mois, avant qu’ils achètent une maison dans le quartier. Cela permet aussi de regarder d’un autre œil l’attention portée par les premiers travailleurs à la communauté qu’ils constituent. Ils entendaient en effet éviter de se faire « piéger », « submerger », « isoler », « coincer » par l’exercice professionnel. Ils ont ainsi instauré la semaine de quatre jours et la cohabitation afin de trouver d’autres plaisirs ensemble et de lutter contre les effets de ce que l’on qualifie aujourd’hui de « surcharge professionnelle », particulièrement fréquente chez les médecins généralistes (pour la Belgique, voir Reynaert et al., 2001).

8Dans ce cadre, il n’est pas seulement requis des personnes d’être disposées au débat public. Il est également attendu d’investir les « lieux communs » (Koveneva, 2011 ; Thévenot, 2012). Cette expression est à comprendre dans son sens très matériel, en tant que pièces de la Maison par lesquelles il faut passer pour communiquer. Mais les lieux communs ont aussi un sens plus communicationnel, ils indiquent la nécessité de passer par certains principes politiques pour faire vivre la connivence entre les collègues, camarades et amis. L’informalité de ceux-ci les rend particulièrement peu disposés à une pédagogie scolaire. Requérant un investissement personnel, ils sont plus aisément partagés dans un apprentissage « de proche en proche », que Pierre qualifie aussi de « compagnonnage ». Aujourd’hui encore, il est reconnaissant à l’égard de l’équipe de l’époque « de [l’] avoir si facilement et si volontiers intégré dans le travail, dans leur vie, dans le quartier, dans le réseau de connaissances […]. Ça m'a permis aussi, par toutes les discussions que l'on a eues à travers ces échanges informels, d'appréhender un petit peu toute la philosophie de travail qui avait été la leur jusqu’alors ».

9Il apparaît ainsi qu’une part du rapport que les anciens de la Maison entretiennent avec le politique doit être pensée comme partage de lieux communs. Les principes politiques sont avancés sans justification, ils donnent vie à une grande proximité entre les médecins. Sans avoir à l’expliciter, cela s’ancre dans « le fait que l'on ait baigné dans le même creuset pour forger nos idées de gauche » dit clairement Marion (en n’excluant pas que les personnes diffèrent dans leurs appropriations personnelles des lieux communs de « la gauche »). Lorsque, comme ici, la critique se cristallise dans des lieux communs, elle tend souvent à le faire en passant par des slogans, des appels au politique qui ne sont pas d’emblée compréhensibles pour un étranger à la communauté depuis laquelle ils sont avancés et qui n’ouvrent donc pas la critique à toute l’humanité (concernant ceux de Mai 68, voir Thévenot, 2009). La transmission et la perpétuation des bénéfices de ce « creuset de gauche » n’ont pu se réaliser que tant que les travailleurs vivaient ensemble, partageaient un espace commun (entre autres par la cohabitation) et pouvaient l’articuler à un horizon public (l’avènement du socialisme d’autogestion).

10Les années qui suivent aideront à mieux comprendre les charges que font peser ces exigences croisées sur les participants. Si l’on peut constater dès à présent une incursion de la justification publique (Boltanski & Thévenot, 1991) jusque dans l’espace habité, celle-ci ne semble pas déranger les travailleurs de l’époque qui rendent essentiellement compte des charges qui pesaient alors sur eux dans le registre du plaisir, alors que les nouveaux le feront plutôt sous forme de plainte. Ceci s’explique sans doute par la disposition des travailleurs de l’époque à l’échange argumenté, par leurs capacités délibératives mais aussi un fond motivationnel puissant, soutenant l’engagement de chacun des membres dans le projet, que l’on a repris ici autour de l’horizon d’avènement du socialisme d’autogestion. Mais celui-ci fera défaut aux nouveaux.

Arrivée des non-médecins

11Au cours des années 1980, une réflexion profonde est engagée quant à la pertinence du projet, qui semble alors entrer en tension avec la volonté de « donner accès à des soins de qualité à faible coût » à la population du quartier. Cette attention à ce que l’on pourrait qualifier d’efficacité ne peut cependant pas être déconnectée du projet civique d’ensemble : « On prend conscience que l'on a une compétence et que l'on doit, dans notre projet de société, rendre au peuple ce qu'il nous a donné ». En s’interrogeant sur leurs compétences spécifiques, les médecins estiment que la population du quartier attend de leur part qu’ils remplissent pleinement leur « travail médical ».

  • 5 Notons au passage que cette politique salariale préserve les médecins d’une exigence de rentabilité (...)

12Poursuivant cette voie, ils vont ensuite décider de se faire reconnaître officiellement comme maison médicale, statut qui permet la pratique du forfait. Ils sont alors directement payés par l’assurance santé des patients inscrits, ces derniers ne devant rien débourser lors des consultations 5. Mais l’accès à cette reconnaissance nécessite que des infirmières soient intégrées à l’équipe et, en outre, entraîne une surcharge de travail administratif qui va être absorbée par l’engagement de secrétaires-accueillantes. L’évitement de la surcharge administrative des médecins semble donc donner lieu à un transfert de la charge de travail vers d’autres personnes. Mais, on l’a vu ci-dessus, l’engagement dans la Maison donne lieu à d’autres types de charges que celles habituellement considérées dans le monde du travail. Il s’agit de prendre en charge le projet politique de la Maison et la gestion de celle-ci. Parmi les six personnes recrutées au tout début des années 1990, trois infirmières et trois accueillantes, seule une accueillante, Margaux, travaille aujourd’hui encore à la Maison Médicale. En recueillant le récit de son parcours dans l’organisation, j’ai pu découvrir plus précisément les charges qui pesaient sur elle et sur les autres nouvelles venues.

  • 6 Les médecins se sont ouverts à ce type d’engagement dans le travail en donnant de plus en plus de p (...)

13Margaux dit être entrée à la Maison « pour avoir un boulot ». Après un premier contrat de six mois, elle se voit ensuite proposer un emploi à durée indéterminée qu’elle accepte. Dans le même temps, elle est invitée à participer aux réunions, à intégrer le Conseil d’Administration de la Maison qui s’est constituée juridiquement en Association sans but lucratif (forme juridique relativement proche des associations loi 1901 françaises). Si elle s’engage à ce moment dans les instances de gestion et de décision de la Maison, c’est par « obligation », parce que « c’est dans le contrat de travail ». La convocation de cette figure du contrat l’autorise alors à une critique forte des charges de la participation : « on me demandait plus que ce pourquoi j’étais payée » dit-elle. « Que ce soit le temps, donc l’investissement en temps, l’investissement d’idées, l’investissement personnel, l’investissement intellectuel, vraiment, vraiment il y avait une très très grosse demande. Et très lourde aussi », explique-t-elle en entretien. « C’était vraiment devenu insupportable (…). Vraiment, c'était des choses que je rapportais en moi, chez moi, qui étaient trop lourdes, trop difficiles à supporter ». Si les mêmes attentes d’ « investissements » pouvaient être portées par ceux qui les plaçaient sous l’horizon d’un projet de société plus juste, ce ne semble plus être le cas lorsque les nouveaux perdent cet horizon au profit d’un autre, somme toute assez banal dans l’espace du travail : « avoir du boulot » 6.

14Avec d’autres collègues entrées à la Maison médicale en même temps qu’elle, elle qualifiera cette situation de « harcèlement ». L’injonction à la délibération semble peser lourdement sur ses épaules Elle est rappelée à l’ordre en cours de réunion, il lui est demandé de « prendre la parole, donner son avis, être active dans les débats, (…) ne pas prendre sur soi, ne pas se sentir trop vite blessée, être quelqu’un de solide, ne pas prendre trop facilement les attaques ». Elle indique ainsi les coûts que représente pour la personne l’apprentissage de la coordination publique. Si, pour Marc Breviglieri (2007a), cet apprentissage est un lieu crucial de l’épreuve existentielle que vit l’adolescent, on voit ici qu’il est alourdi par l’exigence de conformer toute son existence à la « justice sociale » propre au « tout est politique » soixante-huitard. La façon dont cet impératif fait violence aux personnes est clairement indiquée par Joan Stavo-Debauge lorsqu’il écrit que les biens communs « ne manquent pas d’écraser de toute leur hauteur impérative des goûts et des habitudes qui ne se laissent pas justifier dans le cadre idéologique au sein duquel ils doivent se faire valoir » (Stavo-Debauge, 2009, p. 634). Ainsi en est-il de la localisation du domicile sur le quartier, du nombre d’heures à prester, du contenu des tâches à réaliser, du revenu à percevoir en échange de ce travail, et cetera. Mais Margaux complexifie cette critique en y intégrant un second ensemble d’éléments.

15En effet, d’autre part, elle s’engage dans une critique de l’opacité des rapports entre les personnes. Elle dit ne pas faire partie de « la bande de copains du départ ». Ses plaintes portent donc aussi sur le type de confiance s’étant établi entre les membres fondateurs sur fond de la cohabitation et d’un passif militant qui n’aurait pas besoin d’être justifié parce qu’il est supposé partagé par tous (les fameux « lieux communs »). Les communications prenant appui sur ces relations sont particulièrement peu hospitalières pour Margaux, qui n’y a tout simplement pas accès. Elles se présentent en effet essentiellement dans un registre implicite, à travers des sous-entendus, des allusions, des insinuations,… bref toutes ces façons de communiquer qui ne sont accessibles qu’à ceux qui sont capables de saisir les significations en-deçà du sens conventionnel des expressions. Comme l’écrit Laurent Thévenot, la grammaire par affinités à des lieux communs dans laquelle s’ancrent ces formes de communication « n’offre pas les possibilités de confrontation formalisée et de détachement associées à la confection d'un espace public » (Thévenot, 2010). Or, ces attentes sont bien présentes chez Margaux, comme en témoigne son attachement aux relations clairement contractualisées. Dans le modèle qu’elle critique, l’autorité est distribuée entre les personnes prenant part au commun, sans formalisation d’une hiérarchie ni de règlement d’ordre intérieur ; ce qui lui apparaît comme un risque de dérive autoritariste. Elle parle à cet égard de « jeux de pouvoir » et critique la connivence existant entre les anciens et imprégnant l’espace des réunions, constituant en quelques sortes le revers de la « convivialité » abordée précédemment.

16J’ai montré dans la première partie comment les convictions autogestionnaires se sont sédimentées dans une organisation particulière de la communauté, imposant tout à la fois la justification jusque dans les espaces intimes et, dans le même temps, le passage par des « lieux communs » jusque dans des lieux supposés conformes à un horizon délibératif-démocratique. La seconde partie a permis d’esquisser les exigences inhérentes à cette organisation et la façon dont elles pèsent sur ceux qui n’y sont pas disposés. A cette étape, on constate l’existence d’une relation forte entre conviction à l’égard du projet participatif et défaut de perception des charges de la participation. Inversement, il est également possible de lier défaut de conviction à l’égard du projet participatif et focalisation sur ses charges. Mais ce double constat n’est pas propre au sociologue, qui serait le seul capable de le dévoiler. Au contraire, tant les anciens que les nouveaux travailleurs vont « prendre conscience » du fardeau que peut constituer la participation.

De la surcharge au déchargement

  • 7 On reconnaît là la marque de ce que Joan Stavo-Debauge (2010) qualifie de « hantises ».

17Au fil des mois et des années, les tensions entre anciens et nouveaux vont s’amplifier, poussant vers la sortie plusieurs de ceux qui les vivaient comme du « harcèlement ». Mais les médecins ont eux aussi subi un malaise face à ces tensions et aux « conflits personnels » qu’elles suscitent. « On en était arrivé à un point où certains évitaient de se croiser dans les couloirs » me relate Pierre au cours d’un entretien. Face à ce conflit et sous le feu des critiques des nouveaux venus, ce malaise va être constitué en problématique (sur la difficulté de cette transformation, voir Breviglieri & Trom, 2003), nécessitant une enquête sur ses sources. Ils constateront ainsi de multiples différences entre les engagements des uns et des autres dans la participation. Celles-ci vont devoir être explicitées afin d’être traitées. L’organisation avance alors vers la reconnaissance des capacités variables des uns et des autres, bien qu’il soit considéré que tous sont mus par une « bonne volonté universelle ». Dans le même temps, cela rend les anciens sensibles à la lourdeur des exigences implicites de la participation entre pairs qui pesaient de la même façon sur tous dans la période précédente. Ces exigences sont alors considérées comme étant des défauts des modalités organisationnelles précédentes dont il faut éviter la survenue dans le futur, le passé étant ainsi constitué en repoussoir 7. Les charges de l’« investissement » dans la Maison vont dès lors évoluer et avec elles leur rémunération. D’une stricte égalité salariale, basée sur l’idée selon laquelle tout le monde prend en charge le sort de la Maison selon les mêmes modalités, ils passent au développement d’écarts salariaux justifiés par une incapacité à tous participer de la même manière.

18C’est dans ce cadre qu’il faut aussi comprendre d’autres révisions de l’organisation, comme par exemple l’instauration du « binôme », sorte de formalisation du compagnonnage : un ancien a la charge de transmettre ses compétences spécifiques à un nouveau. De la même façon, la nouvelle procédure d’embauche vise à appréhender la disposition du nouveau venu potentiel à s’intégrer à la discussion. Un texte doit être lu préalablement par le candidat afin d’en débattre avec les autres : « on discutait de ce texte ensemble et on voyait comment la personne réagissait, était capable d’entendre des idées différentes des siennes, de nous entendre poser des questions sans être blessée tout de suite, comprendre que les questions s'adressaient au texte et pas à la personne » m’explique Marion.

  • 8 Vouloir et pouvoir constituent les deux modalités subjectives de l’action, selon Jean-Louis Genard (...)

19Il semble dès lors qu’il n’est plus attendu d’être capable de participer dès son arrivée mais plutôt d’être disposé à apprendre à participer. Cependant, il y a dans ces deux exigences quelque chose de commun, des charges potentiellement tout aussi lourdes. Il faut pouvoir participer ou pouvoir apprendre à participer, ce qui constitue dans un cas comme dans l’autre une « clôture capacitaire » de la communauté (Stavo-Debauge, 2009, pp. 446-449), la qualité de bon (apprenti)participant ne se donnant pas à tout le monde, ni à tous de la même manière. Il y a donc là, même lorsque l’on reconnaît les asymétries des participants, une exigence de disponibilité à la communauté et à ses règles. Le mutique et l’épuisé (Breviglieri, 2008), quelle que soit la source de leur mutisme ou de leur épuisement, y compris les charges de la participation elles-mêmes, n’ont donc pas leur place dans ce dispositif. Je peux dès lors affirmer que la « bonne volonté universelle » cache la question du vouloir participer 8. S’il est progressivement admis, au sein de la Maison, que participer requiert quelques capacités de la part des travailleurs, il n’est pas question d’interroger le « moteur » de ces capacités, la dimension conative de l’engagement. Nous y reviendrons dans la partie suivante.

  • 9 Sont ainsi créés un Groupe de Réflexion Élargi (pour stimuler chacun des travailleurs à décaler son (...)

20Bien que tous soient membres du Conseil d’Administration de la Maison qui reste l’organe décisionnel principal, cette inconditionnalité a désormais évolué et il est maintenant légitime de préférer participer à l’une ou l’autre réunion 9. Ainsi, la création récente du Comité de pilotage est justifiée par le « constat de différences d’intérêts pour ce qui est du pilotage du projet », « l’un des prérequis pour venir au Comité de Pilotage, c’est d’avoir envie de réfléchir ». Mais pourquoi accorde-t-on de l’importance à cette envie ? Parce qu’il est maintenant requis d’éviter un second ensemble de charges : non plus seulement celles révélées par l’arrivée des non-médecins mais aussi celles suscitées par la révision, au cours de laquelle les convictions politiques ont été ramenées au rang de préférences personnelles sans qualité autogestionnaire ni référence au projet socialiste. Ce Comité a en effet été constitué pour y tenir des discussions sans finalité pratique directe, des réflexions normatives approfondies sur la ligne à suivre dans le cadre d’un cheminement vers un horizon éloigné et élargi. « Ici, c’est fantasmer et non prendre des décisions, c’est construire des orientations » dit Marion en réunion. Une seule question est abordée par rencontre, pour « avoir le temps d’aller au fond des choses, pas comme en CA ». Il est ainsi fait à nouveau place aux anciennes « raisons » de participer, et à l’orientation générale de l’autogestion.

  • 10 Les cliniciens du travail considèrent que la souffrance est « au cœur du lien social et politique. (...)

21Le fait d’avoir déchargé un temps les anciens de cette part du projet constitue donc pour eux une forme particulière de souffrance 10. Ce qui apparaît comme une charge à certains, constitue une composante essentielle du bien-être d’autres. C’est ainsi que l’on peut affirmer que le Comité de Pilotage fut fondé à l’initiative des médecins qui considèrent qu’il faut ( re )placer le travail sous un horizon plus large, non seulement pour des raisons politiques, mais aussi parce que, comme ils le disent eux-mêmes, ils éprouvent beaucoup de plaisir au cours de ces discussions.

22Ceci dit, il importe de noter que ce déplacement n’équivaut pas à un retour aux formes préalables de l’organisation. Le débat est ici beaucoup plus limité dans son déploiement qu’antérieurement, il n’est plus imposé partout et tout le temps comme aux premières heures de la Maison. Il n’est pas question d’empiéter sur la « vie privée » des travailleurs. Les discussions ayant lieu au sein du Comité de Pilotage portent dorénavant sur des objets classiquement débattus dans l’espace public, dont les arguments sont généralement échangés dans d’autres lieux, largement diffusés (la lecture d’un livre par l’un ou l’autre constitue d’ailleurs souvent le point de départ des discussions, ce qui n’est pas sans rappeler L’Archéologie de l’espace public [Habermas, 1962]). Il ne s’agit donc plus de « politiser toute notre existence », de faire peser des exigences de justifications sur des espaces qui n’y sont pas préalablement disposés. Si cette révision peut être considérée comme une réduction de l’intention initiale de la Maison, il ne faut pas oublier non plus que la limitation du « tout est politique » est légitimée par la violence du choc de l’arrivée des premiers non-médecins, qui n’étaient pas prêts à en supporter la charge.

  • 11 Il est intéressant de noter que cette redécouverte des vertus de la séparation des sphères de pouvo (...)

23La modalité selon laquelle ont été apaisées les tensions suscitées par le choc de l’arrivée des nouveaux semble être héritée d’une forme de libéralisme politique, à savoir la séparation en « sphères », dont témoignent les noms des réunions (la réflexion, le pilotage, l’administration, la gestion et les spécificités sectorielles). Chacune de ces rencontres requiert des participants de prendre en charge des éléments distincts et fait alors peser sur eux des attentes divergentes. On n’assiste donc pas à une décharge sans recharge : de nouvelles exigences pèsent dorénavant sur les participants, mais ces derniers ont aujourd’hui le choix de prendre individuellement la responsabilité de se charger de l’un ou l’autre aspect de la gestion de la Maison 11.

Dimensions cognitives et conatives des charges de la participation

24Le suivi attentif de la variation des charges de la participation dans le contexte autogestionnaire indique que la participation requiert certaines capacités de la part des travailleurs. On a vu ici que la Maison a reconnu publiquement, au fil des années et des épreuves, que tous n’étaient pas également disposés à prendre part à l’ensemble du projet. La reconnaissance de ces défauts capacitaires semble généralement considérée comme étant contraire aux principes de la participation qui symétrise les rôles d’experts et de profanes (voir Callon et al., 2001). Plus récemment, Nina Eliasoph a excellemment décrit la tendance inhérente aux Empowerment Projects à se fonder sur des prophéties auto-réalisatrices, à considérer que les participants apprendraient à participer… en participant (Eliasoph 2011) ! Dans le cas ici étudié, les protagonistes ont non seulement rendu compte des différences capacitaires entre les personnes, mais ils les ont aussi prises en compte. En effet, des dispositifs d’apprentissage ont très tôt été développés, d’abord de façon informelle (le compagnonnage) puis sous une forme plus conventionnelle (le binôme). Si les dispositifs ont évolué, les capacités pouvant être apprises ne sont pas restées inchangées. En ne constituant initialement pas d’espace pédagogique officiel, les principes de l’autogestion n’apparaissaient pas (seulement) comme des convictions militantes tournées vers le bien commun et l’horizon d’un socialisme autogestionnaire, mais se laissaient (également) approprier personnellement en tant que des « lieux communs » (comme l’était d’ailleurs l’espace physique de la Maison jouxtant les lieux de la cohabitation). Lorsque des nouveaux vont arriver à la Maison et ne se montreront pas prêts à s’engager dans la cohabitation, ils vont s’interdire l’accès à ce qui rendait possible ces apprentissages tacites. On a vu, avec le cas de Margaux, comment ces difficultés ne parvenant pas à être prises en charge par l’organisation en venaient à peser lourdement sur les personnes qui pouvaient alors se sentir « harcelées ».

25L’encaissement de ce choc a conduit à ce que l’organisation se montre plus accueillante à l’égard de ceux qui étaient alors reconnus dans leur incapacité à prendre part correctement. Il a fallu pour cela prendre de la distance avec la conception de l’autogestion comme étant tout à la fois l’objectif et le moyen d’y parvenir, comme la présentait Pierre Rosanvallon (1976). En effet, et l’auteur lui-même le reconnaît, l’« expérimentation démocratique » en quoi consiste (selon lui) l’autogestion est cadrée par une double exigence : procédurale (collectivisation des décisions) et substantielle (tournée vers le bien commun et récusant toute prétention à la consolidation des intérêts personnels). Elle est donc moins tautologique qu’annoncé (parvenir à l’autogestion par l’autogestion), ce cadrage instituant une limite à l’expérimentation afin d’assurer l’horizon démocratique : pour parvenir à l’autogestion, il convient de se conformer à la double exigence précitée. Si l’expérience autogestionnaire de la Maison Médicale a donné à voir cette exigence de préparation des personnes au travail de mise en conformité des interventions en regard de l’idéal autogestionnaire, les exigences requises par la participation sont au contraire généralement négligées aujourd’hui, tant par les promoteurs des dispositifs participatifs, leurs animateurs et les analyses classiques de la participation (ces trois ensembles d’acteurs n’étant d’ailleurs pas toujours différenciables les uns des autres).

26Cette visée pédagogique semble difficile à appréhender parce que la différenciation des personnes est délicate à considérer dans ce cadre strictement participatif, fondé sur un postulat d’égale contribution de tous aux choses du commun. La discrimination entre différentes formes d’apports s’avère malaisée car elle induit la constitution, même minimale, d’une échelle. Incapable de les reconnaître publiquement comme « inégalités » qui conduiraient à un traitement différencié des personnes, la participation est toujours hantée par le risque d’une « prise de pouvoir » ou une « manipulation ». Or, l’enquête a montré qu’il était nécessaire, et parfois difficile, de parvenir à se hausser au niveau des exigences de la participation.

  • 12 En suivant ces remarques, il semblerait pertinent de plaider pour une fluidification de la frontièr (...)

27L’analyse du cas autogestionnaire a permis de soulever cette question parce que la participation s’y déploie dans un temps plus long que celui de la « démocratie participative » généralement marquée par l’empressement. Or, ce temps est nécessaire à rendre les personnes capables des transformations requises pour participer convenablement. La Maison autorise ainsi un traitement des êtres dans leur continuité existentielle, comme le fait aussi l’école. En s’écartant des principes démocratiques, cette communauté s’ouvre donc aux principes pédagogiques. Dans ce cadre, il est admis que les épreuves du domaine public constituent une nouvelle contrée pour certaines personnes qui peuvent, jusque-là, ne pas avoir eu à réaliser un tel déplacement (du moins dans l’espace professionnel, où l’autogestion est une modalité d’organisation atypique). Placer son travail sous l’arbitrage d’un « Autrui Généralisé » (Mead, 1934) et autoriser cette évaluation jusque dans un espace généralement considéré comme étant privé constitue une expérience inhabituelle pour les nouveaux. Il est alors légitime de rapprocher leur situation de ce que dit Marc Breviglier de l’hésitation des adolescents à franchir le domaine public, ce dernier faisant venir des exigences auxquelles le jeune n’est pas disposé à faire face (Breviglieri, 2007b) 12.

28En soulevant la question de l’apprentissage dans le cours du compte rendu d’enquête, j’ai rapidement indiqué que celui-ci nécessitait une disposition à apprendre chez le participant. Quel pédagogue aujourd’hui ne s’interroge pas sur la motivation de ses élèves ? Dans le cadre qui est le nôtre, il semble alors essentiel de s’inquiéter non seulement des capacités à participer, des capacités à apprendre à participer, mais aussi des « ressorts » de ces capacités (Pattaroni, 2004). L’éclipse de cette question au sein de l’espace des travaux contemporains sur la participation est sans doute inhérente à leur focalisation sur la démocratie participative dont les promoteurs sont, pour la plupart, convaincus de l’existence d’un désir de participation chez chacun des participants et affirmeraient volontiers, dans la foulée de l’adage des jeux olympiques, que « l’important c’est de participer ».

  • 13 Il ne s’agit pas pour autant de négliger la question cognitive en se focalisant uniquement sur la d (...)

29La participation est ainsi fréquemment constituée comme un bien en soi, clôturant rapidement, pour ne pas dire brutalement, l’interrogation sur ses raisons d’être. L’horizon du bien de la participation est considéré comme étant commun à tous, d’emblée partagé par chacun. Il constitue le fondement de toute politique participative mais s’avère, dans le même temps, réduit à l’état de postulat indiscutable, interdisant de s’interroger sur le potentiel défaut d’inclinaison à prendre part, qui pourrait nous en apprendre beaucoup sur ce qui est généralement repéré comme des incapacités, incompétences, attitudes de retrait, et cetera. Pour pouvoir participer autant que pour apprendre à participer, ne faut-il pas vouloir participer 13 ?

30La présomption de « bonne volonté universelle » à la Maison médicale tend à obscurcir cette question, en considérant acquise la « volonté » participative du travailleur. Les travailleurs s’interdisent ainsi de penser le fondement de la position de Margaux qui entrait à la Maison « juste pour avoir du boulot » et se considère « harcelée » par les charges que la participation fait peser sur elle. De façon plus générale, je suis porté à affirmer que les sollicitations à prendre part peuvent faire violence dans les cas (fréquents) où elles s’imposent à ceux qui n’ont pas nourri ce « désir » de prendre part. On comprend aisément que les participants ne sont pas disposés aux mêmes efforts lorsqu’il s’agit de « faire son boulot » ou lorsqu’ils veulent instaurer un « socialisme d’autogestion ».

31Mais par l’instauration d’une séparation typiquement libérale entre vie privée et professionnelle, toucher à la « volonté » des participants est devenu une véritable ingérence, qui brusque tous les principes du droit du travail. Dans ce cadre, on s’autorise à considérer que tous ne sont pas capables de prendre part, qu’il convient d’offrir aux nouveaux venus des lieux qui leur permettent de s’équiper cognitivement pour la participation. Mais aucune disposition n’est prise pour équiper la constitution des ressorts de la participation, qui semblent pourtant être requis pour s’engager. Alors, une forte différence apparaît entre ceux qui disposent dès leur entrée de ces ressorts, et ceux qui n’en ont que faire, qui s’en fichent, qui n’en voient pas l’« intérêt », qui n’y trouvent aucun plaisir, qui ne sont pas convaincus qu’il s’agit là d’un espace de justice au travail.

32Cela invite à un décalage en regard des sciences sociales contemporaines marquées par un engouement important pour la participation, constituée pour le coup en idéal validant un « impératif participatif ». Sur fond d’un constat d’essoufflement des pratiques démocratiques électorales et d’une trop grande distance entre élus et citoyens, les chercheurs promeuvent généralement un égalitarisme démocratique radical. Dans ce cadre, il est considéré que les asymétries et clivages fondés sur les partages entre domaines, la division du travail, la spécialisation des compétences et pouvoirs (dont le repérage constitue l’un des acquis fondamentaux de nos disciplines scientifiques) n’entraveraient pas la communication (y compris au sens étymologique de mise en commun). D’emblée critiquées, ils ne portent aucune considération aux potentiels bienfaits de ces asymétries.

33Sur fond d’une conviction forte quant aux vertus de la démocratie participative, il semble tout à fait légitime qu’ils fondent leur position sur un constat de souffrance du défaut de participation, en tant qu’elle contrevient aux postulats sur lesquels se base (légitimement) cette politique. Cependant, il s’avère que, subjectivement, ce défaut de participation n’est pas systématiquement une souffrance. Ainsi peut-on, de temps à autres, se satisfaire de ne pas être responsable de l’état du monde, se plaire dans la division et la spécialisation des tâches. On a parfois de bonnes raisons de goûter à la séparation entre experts et profanes, qui nous décharge d’avoir à participer à tout, pose des limites à notre responsabilité. Si les citoyens auxquels ces travaux font référence ne sont pas incessamment portés vers la participation, c’est aussi parce qu’ils sont occupés à d’autres choses, qui peuvent leur sembler tout aussi importantes : prendre soin des siens, être présent auprès de ses proches, se soucier de ses voisins, découvrir de nouveaux espaces, travailler, et cetera. Or, cette part de notre condition humaine, qui fait de nous autre chose que des héros politiques, est fréquemment méprisée par les sociologues, surtout les plus critiques d’entre eux.

  • 14 On rejoint là, d’une certaine manière, les critiques de Chantal Mouffe à l’égard du paradigme délib (...)
  • 15 Ce qui invite à poser de façon originale la question classique de la philosophie politique concerna (...)

34Il nous faut alors constater la nature exigeante du projet démocratique, qui s’avère pour le moins difficile à tenir et instaure une clôture capacitaire. Une société démocratique est, par définition, une société fermée à ceux qui ne s’élèvent pas à la hauteur de ses principes 14. Il est important, tout à la fois sociologiquement et politiquement, de considérer que « les épreuves de l’appartenance » (Stavo-Debauge, 2009) à la communauté portant un impératif participatif sont d’une densité forte, à laquelle l’étranger (au sens large du nouveau venu) n’est pas nécessairement disposé. Il s’agit donc de reconnaître que la participation, par les charges qu’elle impose et la lourdeur de ses épreuves d’appartenance, n’est pas un modèle politique particulièrement ouvert, l’institution démocratique et émancipatoire ne se faisant que sur fond d’une fermeture 15. Il est dès lors erroné de faire équivaloir démocratisation et ouverture. Cela ne doit pas conduire à délégitimer toute forme de démocratisation mais plutôt à suggérer l’importance à accorder à une pédagogie de la démocratie et de l’émancipation. Celle-ci prend racine dans une anthropologie capacitaire ouverte à la vulnérabilité, telle celle de Paul Ricoeur (2001). Prendre au sérieux les capacités des acteurs, entre autres à participer à la vie politique, nécessite de reconnaître que les êtres humains sont tout à fait en mesure de ne pas être à la hauteur des exigences capacitaires qui pèsent sur eux, que la première de nos capacités est sans doute celle de défaillir (Breviglieri & Stavo-Debauge, 2006 ; Breviglieri, 2002).

Conclusion

35Il ne s’agit donc pas seulement de sortir les approches dominantes de la participation des ornières creusées par leur « biais délibératif » (Berger, 2009) et, plus généralement, de souligner les exigences pratiques contenues dans l’idéal délibératif qui hante la plupart des analyses de la participation (Berger, 2009 ; Carrel, 2005 ; Cheyns, 2010 ; Hamidi, 2006 ; Richard-Ferroudji, 2011 ; Talpin, 2006). Prenant appui sur ces propositions, mon investigation des charges de la participation permet une attention particulière au travail, parfois lourd à réaliser, de mise en conformité des interventions en regard des conceptions de la bonne communauté politique contenues dans les dispositifs concrets de participation.

36Cette contribution indique également qu’il n’y a aucune raison légitime de limiter d’emblée l’enquête sur les communautés politiques donnant lieu à un impératif participatif à un « champ » ou « système » politique (au sens institutionnaliste et restreint du terme), sans considérer la participation ailleurs. Tant dans les propositions récentes d’Isabelle Ferreras que dans celles, plus anciennes, de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, il apparaît clairement que les contraintes de publicité peuvent également peser sur le travail (Ferreras, 2007 ; Boltanski & Thévenot, 1991).

  • 16 Voir à cet égard ce que dit Thomas Périlleux (2010) des difficultés indépassables à lier clinique e (...)

37Dans la foulée, il s’agit de ne pas se contenter d’enquêter sur les structures institutionnelles de la participation. En portant attention aux charges de la participation, je me suis attaché à saisir l’éprouvant de la participation, les exigences personnelles du prendre part. On voit là que les personnes souffrent d’un défaut de participation au travail (Foley & Polanyi, 2006 ; Guiol & Muñoz, 2007). Aussi, certains laissent entendre plus ou moins explicitement que des dispositifs participatifs favoriseraient la reconnaissance de symptômes et la réappropriation subjective de la souffrance vécue (Dejours, 2000 et 2006), qu’ils pourraient « politiser la souffrance sociale » et ainsi rendre visible l’invisible (Renault, 2008). La participation romprait le silence en autorisant les personnes à dire leur malaise (sapant du même coup le pouvoir – jugé illégitime – des porte-parole irrespectueux de ces souffrances). Au contraire, j’ai ici montré que la participation est soumise à des contraintes telles qu’elle ne laisse pas place (ou très rarement) à ces « souffrances », ces troubles peu disposés à être communiqués en public. Elle peut même être porteuse d’une tendance à aggraver les situations tendues, en se montrant particulièrement peu hospitalière à l’égard des expressions de la « souffrance », renvoyant alors la personne à elle-même 16, lui faisant éventuellement violence.

Haut de page

Bibliographie

Berger M. (2009), Répondre en citoyen ordinaire. Enquête sur les « engagements profanes » dans un dispositif d’urbanisme participatif à Bruxelles, Thèse pour le doctorat de sociologie, Bruxelles, Université Libre de Bruxelles.

Boltanski L. & L. Thévenot (1991), De la Justification. Les économies de la grandeur, Paris: Éditions Gallimard.

Breviglieri M. (2002), « L’horizon du ne plus habiter et l’absence du maintien de soi en public », dans Céfaï D. & I. Joseph (dir.) L’Héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour-d’Aigue, Éditions de l’Aube, pp. 319-336.

Breviglieri M. (2007a), « Ouvrir le monde en personne. Une anthropologie des adolescences », dans Breviglieri M. & V. Cichelli (dir.), Adolescences méditerranéennes : l’espace public à petits pas, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 19-59.

Breviglieri M. (2007b), « L’arc expérientiel de l’adolescence : esquive, combine, embrouille, carapace et étincelle », Éducation et Sociétés, Vol. 1, n° 19, pp.  99-113.

Breviglieri M. (2008), « Le “corps empêché” de l’usager (mutisme, fébrilité, épuisement). Aux limites d’une politique du consentement », dans Payet J.-P., F. Guiliani & D. Laforgue (dir.), La Voix des acteurs faibles : de l’indignité à la reconnaissance, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp. 215-229.

Breviglieri M. & L. Pattaroni (2005), « Le souci de propriété. Vie privée et déclin du militantisme dans un squat genevois », dans Haumont B. & A. Morel (dir.), La Société des voisins, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, pp. 275-289.

Breviglieri M. & J. Stavo-Debauge (2006), « Sous les conventions. Accompagnement social à l’insertion : entre sollicitude et sollicitation », dans Eymard-Duvernay F (dir.), L’Économie des conventions, méthodes et résultats, Paris, Éditions de La Découverte, pp. 129-144.

Breviglieri M. & D. Trom (2003), « Troubles et tensions en milieu urbain. Les épreuves citadines et habitantes de la ville », dans Céfaï D. & D. Pasquier (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 399-416.

Callon M., P. Lascoumes & Y. Barthe (2001), Agir dans un monde incertain : essai sur la démocratie technique, Paris, Éditions du Seuil.

Carrel M. (2005), Faire participer les habitants? La politique de la ville à l’épreuve du public, Thèse pour le doctorat de sociologie, Paris, Université de Paris v.

Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (2005), [en ligne] http://www.cnrtl.fr, rubrique Portail lexical.

Charles J. (2012), Une participation éprouvante. Enquêtes sur l’autogestion, le management participatif, la participation citoyenne et l’empowerment, Thèse pour le doctorat de sociologie, Paris / Louvain-la-Neuve, École des Hautes Études en Sciences Sociales / Université Catholique de Louvain.

Cheyns E. (2010), « Technical Rationality and (De)politicisation of Standards. Multi-Stakeholder Initiatives in Sustainable Agriculture », dans Gibbon P., S. Ponte & J. Vestegaard (dir.), Governing through Standards, London, Palgrave Editions.

Dejours C. (2000), « Travail, souffrance et subjectivité », Sociologie du travail, Vol. 42, n° 2, pp. 329-340.

Dejours C. (2006), « Aliénation et clinique du travail », Actuel Marx Vol. 1, n° 39, pp. 123-144.

Eliasoph N. (2011), Making Volunteers. Civic Life after Welfare’s End, Princeton, Princeton University Press.

Ferreras I. (2007), Critique politique du travail : travailler à l’heure de la société des services, Paris, Les Presses de Science Po.

Foley J.R. & M. Polanyi (2006), « Workplace democracy: Why bother? », Economic and Industrial Democracy, Vol.  27, n° 1, p. 173.

Genard J.-L. (1999), La grammaire de la responsabilité, Paris, Éditions du Cerf.

Guiol P. & J. Muñoz (2007), « Management, participation et santé des salariés : des médecins et des salariés parlent », Revue internationale de l’économie sociale, n° 304.

Habermas J. (1962), L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Éditions Payot.

Hamidi C. (2006), « Éléments pour une approche interactionniste de la politisation », Revue française de science politique, Vol. 56, n° 1, pp. 5-25.

Koveneva O. (2011), « Les communautés politiques en France et en Russie », Annales. Histoire, Sciences Sociales, Vol. 66, n° 3, pp. 787-817.

Mead G.H. (1934), Mind, Self and Society, Chicago, University of Chicago Press.

Morel J. (1999), « Les maisons médicales en Belgique », Prévenir.

Mouffe C. (2000), The Democratic Paradox, London / New York, Verso Editions.

Pattaroni L. (2004), Politique de la Responsabilité : promesses et limites d’un monde fondé sur l’autonomie, Thèse pour le doctorat de sociologie, Paris / Genève, École des Hautes Etudes en Sciences Sociales / Université de Genève.

Périlleux T. & J Cultiaux (2009), « Des saisies politiques de la souffrance », dans Périlleux T. & J. Cultiaux (dir.), Destins politiques de la souffrance, Intervention sociale, justice, travail, Toulouse, Éditions Éres, pp. 7-20.

Renault E. (2008), Souffrances sociales. Philosophie, psychologie et politique, Paris, Éditions La Découverte.

Reynaert C., Y. Libert, P. Janne & N. Zdanowicz (2001), « Comment allez-vous docteur ? Le burn-out du médecin », Louvain médical, Vol. 120, n° 9, pp. 296-310.

Richard-Ferroudji A. (2011), « Les limites du modèle délibératif : composer avec différents formats de participation » Politix, Vol. 4, n° 96, pp. 161-181.

Ricoeur P. (2001), « Autonomie et vulnérabilité », Le Juste II, Paris, Éditions Esprit / Le Seuil, pp. 85-105.

Rosanvallon P. (1976), L’Âge de l’autogestion. Ou la politique au poste de commandement, Paris, Éditions du Seuil.

Stavo-Debauge J. (2004), « Les vices d’une inconséquence conduisant à l’impuissance de la politique française de lutte contre les discriminations. II. Apprêter un chemin au droit afin qu’il puisse exercer son autorité et confectionner des “catégories” qui autorisent l’action publique », Carnets de bord, n° 7, pp.  32-54.

Stavo-Debauge J. (2009), Venir à la communauté. Une sociologie de l’hospitalité et de l’appartenance, Thèse pour le doctorat de sociologie, Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Stavo-Debauge J. (2010), « Dé-figurer la communauté ? Hantises et impasses de la pensée (politique) de Jean-Luc Nancy », dans Kaufmann L. & D. Trom (dir.), Qu’est-ce qu’un collectif ? Du commun à la politique, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 137-172.

Talpin J. (2006), « Jouer les bons citoyens. Les effets contrastés de l’engagement au sein de dispositifs participatifs », Politix n° 75, pp. 13-31.

Thévenot L. (1986), « Les investissements de forme », dans Thévenot L. (dir.), Conventions économiques, Paris, Presses Universitaires de France, pp. 21-71.

Thévenot L. (2007), « The Plurality of Cognitive Formats and Engagements: Moving between the Familiar and the Public », European Journal of Social Theory n° 10, pp. 409-423.

Thévenot L. (2009), « Cul par-dessus tête. Communauté et personnalité culbutées dans les mots de Mai 68 », dans Prokhorova I., A. Dmitriev, I. Koukouline & M. Maïofis (dir.), Anthtropologie de la révolution, Moscou, Éditions NLO, pp. 242-293.

Thévenot L. (2010), « Des autorités à l’épreuve de la critique. L’opprimant du “gouvernement par l’objectif” », Rassegna Italiana di Sociologia, n° 4.

Théveno L. (2012), « Bounded Justifiability. Three Constructions of Commonality in the Plural », dans Dumouchel P. & R. Gotoh (dir.), Bounds and Boundaries: New Perspectives on Justice and Culture, Cambridge, MA, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1 Cette attention partage avec le repérage de « formats de participation » effectué par Richard-Ferroudji (2011) une mise en exergue des « coûts » de la participation, des investissements (Thévenot, 1986) requis pour prendre part correctement.

2 Lorsque l’on s’inquiète de la pression exercée par la charge, on couvre une ampleur de temps plus longue que celle approchée avec une entrée par le choc de la rencontre, telle celle proposée par Joan Stavo-Debauge (2009). Elle partage cependant avec ce choc l’idée d’une compression qui aborde vigoureusement.

3 Créé en 1964, ce groupe rédige plusieurs rapports dans lesquels il défend l’importance des « soins de santé primaires » et de la « santé communautaire ». Partant de là, il justifie la création de maisons médicales, des centres de santé intégrée capables d’expérimenter une nouvelle conception du soin et de la prévention, dans les quartiers les plus défavorisés. Le groupe affirme s’intégrer dans les « tendances contestataires » de l’époque et propose une alternative dans la foulée des critiques émises à l’égard des institutions publiques, jugées discriminantes à l’égard des plus pauvres, les soins de santé n’étant que l’un des lieux de ces inégalités.

4 Sauf mention contraire, les textes entre guillemets sont issus d’entretiens individuels réalisés auprès des travailleurs de la Maison Médicale entre janvier et octobre 2009.

5 Notons au passage que cette politique salariale préserve les médecins d’une exigence de rentabilité et ne les conduit pas à viser une accumulation illimitée du nombre de visites effectuées quotidiennement. En effet, ils reçoivent mensuellement le même traitement de la part des assurances de soins de santé, quelque soit le nombre de visites effectuées. Les rentrées monétaires sont uniquement corrélées au nombre d’inscrits. Cela tend ainsi à les préserver d’une forme d’industrialisation de la pratique médicale et à faire perdurer la dimension civique initiale. Pour une brève histoire de l’instauration du forfait dans les maisons médicales belges, voir Jacques Morel (1999).

6 Les médecins se sont ouverts à ce type d’engagement dans le travail en donnant de plus en plus de poids, dans l’évaluation de leurs pratiques au quotidien, à la qualité du service aux patients. Ce sont alors les qualités professionnelles qui tendent à être plus valorisées à l’embauche que la force des convictions politiques.

7 On reconnaît là la marque de ce que Joan Stavo-Debauge (2010) qualifie de « hantises ».

8 Vouloir et pouvoir constituent les deux modalités subjectives de l’action, selon Jean-Louis Genard (1999).

9 Sont ainsi créés un Groupe de Réflexion Élargi (pour stimuler chacun des travailleurs à décaler son regard sur le monde, à se former des convictions justifiables), un Comité de Gestion (qui a en charge le suivi technique et administratif des affaires de la Maison), des Réunions de secteur (regroupant tous les travailleurs exerçant la même profession).

10 Les cliniciens du travail considèrent que la souffrance est « au cœur du lien social et politique. Elle fait partie de la trame morale de la vie quotidienne, là où chacun élève des revendications élémentaires à la justice ou à la reconnaissance » (Périlleux & Cultiaux, 2009, p.10). Ici, nous entendons plutôt indiquer le manque ou le défaut de réalisation. Lorsqu’on utilise l’expression en souffrance, on indique « tout retard généralement préjudiciable dans la conclusion de quelque chose » (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, 2005).

11 Il est intéressant de noter que cette redécouverte des vertus de la séparation des sphères de pouvoir s’est réalisée sous l’effet d’une justification politique de la division des tâches de travail.

12 En suivant ces remarques, il semblerait pertinent de plaider pour une fluidification de la frontière entre le convenable et l’inadéquat, afin de laisser place au repli de ceux qui apprennent à participer. Dans ces « espaces intercalaires », la personne renforcerait « l’assurance de pouvoir se diriger en propre vers ce domaine, tout en pouvant (continuer de) compter sur le monde proximal et familier » (Breviglieri, 2007a). De tels espaces étaient amplement présents lors de la première époque de la Maison, où les oscillations entre relations de voisinage et horizon du public étaient matériellement rendues possibles, permettant des passages approximatifs de l’un à l’autre, autorisant la consolidation progressive d’une capacité à sortir de son retranchement et marquant par là une puissante dynamique d’apprentissage. C’est donc sur fond d’une proximité plus grande et d’une temporalité plus longue que davantage de place peut être accordée à une pédagogie de la participation.

13 Il ne s’agit pas pour autant de négliger la question cognitive en se focalisant uniquement sur la dimension conative de l’engagement. Au contraire, comme le propose Laurent Thévenot (2007), les capacités sont tout à la fois cognitives et conatives, elles tiennent à des « formats cognitifs » autant qu’à la visée de réalisation d’un bien : le bien qui est recherché dans l’engagement influe sur la façon dont le monde est saisi et les capacités de la personne sont dépendantes de cette modalité d’appréhension du monde. Bien que ne l’ayant pas développé ici, j’ai pu voir que les conceptions différenciées de l’autogestion qui cohabitent aujourd’hui au sein de la Maison constituent en effet le fondement des capacités des participants, le ressort de leur participation (Charles, 2012). On a également trouvé trace de l’importance de cette dimension conative de l’engagement dans la participation lorsque l’on notait que la participation devait être « excitante » et « amusante » (pour les anciens). Pour une discussion précise sur cette question, lire Luca Pattaroni (2004). Il prône un déplacement des interrogations du vouloir au conatif, du pouvoir aux capacités, du devoir aux attentes et du savoir au cognitif. Les ressorts conatifs de l’engagement renvoient chez lui à ce qui incite, permet, voire oblige, les personnes à agir, variant selon les modalités de saisie du monde, la pluralité des formats d’engagement. Il ajoute que ces ressorts « pointent aussi aux capacités nécessaires pour adopter le comportement qui convient » (Pattaroni, 2004, p. 371).

14 On rejoint là, d’une certaine manière, les critiques de Chantal Mouffe à l’égard du paradigme délibératif qui prétend penser le consensus sans exclusion (Mouffe, 2000).

15 Ce qui invite à poser de façon originale la question classique de la philosophie politique concernant la définition du démos de la démocratie, question qui touche au nécessaire accommodement de la communauté démocratique aux principes d’ouverture et de fermeture, de l’appartenance et de la sélection.

16 Voir à cet égard ce que dit Thomas Périlleux (2010) des difficultés indépassables à lier clinique et critique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Charles, « Les charges de la participation », SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4151

Haut de page

Auteur

Julien Charles

Aspirant FNRS - Chargé de recherches au FNRS, membre du GSPM (EHESS) et du CriDIS (UCL) - j.charles@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page