Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Repenser les problèmes sociaux

Le passage nécessaire des populations « problématiques » aux dimensions « problématisées »
Marcelo Otero

Résumés

La représentation sociologique des problèmes sociaux centrée sur l’existence d’une mosaïque de groupes de personnes non conformes, à risque, dangereux ou en danger laisse peu de place à l’analyse des transformations sociétales, transversales et liantes lorsqu’il s’agit de penser ce qui « pose problème » aujourd’hui. En outre, elle véhicule la perception que certaines défavorisations, différences et comportements sont l’apanage de certaines catégories ou de certains groupes de personnes et consécutivement, que la psychologie, la psychiatrie, la psychoéducation, ou encore le travail social ou la criminologie cliniques sont les disciplines toutes désignées pour comprendre, gérer et régler les problèmes sociaux. La remise en question de ce regard populationnel, substantialiste, psychologisant et, parfois, franchement folklorisant, relance le débat sur liens entre socialité ordinaire et problèmes sociaux qu’il s’agit selon nous d’actualiser. Ce texte vise à prendre part à ce débat en proposant quelques pistes générales pour repenser les problèmes sociaux en fonction des transformations sociétales récentes.

Haut de page

Texte intégral

1Dans toute société il existe une grande variété de réactions ciblant certains phénomènes, pratiques, comportements, attitudes qui « posent problème ». Tantôt, ce sont des réactions culturelles plus ou moins informelles telles que l’inconfort, le désagrément, le rejet, la réprobation voire la condamnation franche de certains écarts en lien avec un univers culturel, axiologique ou normatif que l’on apprend et que l’on incorpore par différents mécanismes de socialisation (famille, école, pairs, etc.). Tantôt, il s’agit de stratégies d’intervention réfléchies et mises au point soigneusement dans le cadre de champs disciplinaires spécialisés tels que la criminologie, la psychiatrie, la psychologie, le travail social, la médecine, la psychoéducation, la sociologie, etc. Qu’il s’agisse de culture ou de science, de norme ou de technique, de valeurs ou de la recherche politique légitime du bien commun, ces réactions culturelles et ces stratégies d’intervention constituent une modalité d’identification concrète de « ce qui déplaît », de « ce qui ne fonctionne pas » ou de « ce qu’on ne tolère pas  » dans une société. En un mot, elles sont une manière de désigner à la fois socialement et culturellement « ce qui pose problème » à un moment donné dans une société donnée.

  • 1 Nous développons la question du « nœud » normatif qui lie les différents phénomènes non conformes d (...)

2Les phénomènes non conformes considérés comme étant problématiques et partant, les individus et les groupes qui les incarnent sont, pour ainsi dire, distribués autour de la normativité sociale 1 qui a cours à partir de l’établissement de seuils de tolérance (degrés, gradations et distances) et, dans certaines situations, de véritables discontinuités (natures psychologiques différentes, ruptures sociales franches, etc.). Toute société définit alors ce qui sera pour elle un univers de failles, de défauts, d’insuffisances, d’inadéquations, d’inadaptations, de déviances, voire des contre-figures, en fonction desquelles, selon les contextes et les époques, sont dessinés, désignés et construits des problèmes sociaux qu’il s’agit de réguler, contrôler, encadrer, résoudre ou réprimer.

  • 2 Malgré l’utilisation fréquente de notions telles que déviance et stigmate dans les travaux portant (...)

3La persistance de la représentation sociologique qui renvoie à l’existence d’une mosaïque de groupes de personnes non conformes incarnant les problèmes sociaux (des fumeurs de marihuana aux psychopathes en passant par les enfants hyperactifs) constitue l’un des principaux obstacles pour penser les problèmes sociaux aujourd’hui. Selon cette représentation classique, ces groupes, dont l’existence reste à prouver, sont davantage perçus comme étant relativement autonomes et intrinsèquement cohérents plutôt que comme un ensemble d’individus enracinés à plusieurs degrés dans la même socialité « ordinaire » que les individus « non problématiques ». Cette représentation, fort répandue en sociologie et bien établie dans le cadre des politiques publiques d’intervention sociale, est inspirée d’une certaine lecture « populationnelle » 2 des auteurs de la deuxième génération de l’École de Chicago dont les visées originales étaient à la fois la reconnaissance de la différence légitime et le combat de la stigmatisation de groupes, individus et comportements pris dans les engrenages odieux de l’arbitraire culturel, du rapport de force déséquilibré et du coercitif normatif.

4Cette représentation, qui a parfois efficacement rendu service à de nombreuses revendications de groupes particuliers marginalisés et à l’opérationnalisation de politiques publiques, est aujourd’hui doublement insatisfaisante pour deux raisons : 1) elle laisse peu de place à l’analyse des transformations sociétales, transversales et liantes lorsqu’il s’agit de penser ce qui « pose problème » aujourd’hui et, 2) elle véhicule la perception que certaines défavorisations, différences et comportements sont l’apanage de certaines catégories ou de certains groupes de personnes. Ces deux obstacles épistémologiques mènent à la perception que la psychologie, la psychiatrie, la psychoéducation, ou encore, le travail social ou la criminologie cliniques sont les disciplines toutes désignées pour comprendre, gérer et régler les problèmes sociaux.

5La remise en question de ce regard catégoriel, substantialiste, psychologisant et, parfois, franchement folklorisant, relance le débat sur les liens entre socialité ordinaire et problèmes sociaux qu’il s’agit selon nous d’actualiser. Ce texte vise à prendre part à ce débat en proposant quelques pistes générales pour repenser les problèmes sociaux.

L’impossible santé sociale

6S’il est vrai que le répertoire de ce que l’on appelle des problèmes sociaux s’est historiquement modifié, continue et continuera de le faire, les critères qui sous-tendent la définition d’un problème social, ou encore d’un phénomène « non conforme problématique », sont rarement rendus explicites lors des analyses. Parfois, la question n’est même pas soulevée : n’est-il pas évident que des phénomènes aussi divers que la toxicomanie, le décrochage scolaire, la dépression ou l’itinérance constituent des problèmes sociaux dont il faut s’occuper ? N’est-il pas évident que les toxicomanes, les prostituées et les itinérants sont des personnes problématiques ?

7Déjà Émile Durkheim signalait cette tendance à définir le normal par le repérage pratique, voire spontané, de ce qui apparaît « naturellement » comme pathologique ou anormal et qu’il faut d’une manière ou d’une autre « naturellement » chercher à corriger. Il a peut-être été le premier à examiner le point de vue mobilisé par la « majorité normale » dans le but de distinguer les « comportements normaux » des « comportements pathologiques » et ce, sans faire appel aux caractéristiques intrinsèques des comportements sociaux ou de populations (ou individus) spécifiques qui pourraient apparaître comme « naturellement » problématiques. La seule caractéristique commune à toutes les transgressions sociales est le fait qu'elles sont réprouvées par la plupart des membres d’une société donnée, c’est-à-dire par la majorité « saine ou normale » de la population selon les termes utilisés par Émile Durkheim. La notion de « membre » est cardinale dans ce type d’analyse, car elle renvoie non pas à tous les individus mais à ceux qui ont été en quelque sorte « correctement » socialisés, en ayant notamment franchi avec succès le cap primordial de la socialisation primaire.

  • 3 Cette expression qui donne le titre au célèbre livre de Ralph Linton, The Cultural Background of Pe (...)

8Selon la classique argumentation de Ralph Linton, on ne naît pas membre d’une société, on le devient au cours du processus de socialisation primaire où l’on forge la « personnalité de base » sur laquelle les multiples « personnalités statutaires » subséquentes (configuration de réponses culturelles liées à un statut) doivent se greffer pour s’épanouir certes, individuellement, mais aussi socialement dans la mesure où elles s’ancrent dans un socle collectif qui constitue à la fois le « fondement culturel de la personnalité » 3 et le ciment sociétal incarné dans des individus concrets. La personnalité de base contribue ainsi moins à l’évolution de la normativité sociale qu’au maintien de la stabilité et à la reproduction de l’ordre social. La masse des membres de la société, en quelque sorte les célèbres « conformistes » de Robert King Merton, lui donne ce qu’on pourrait appeler sa « vitesse normative de croisière », c’est-à-dire la reproduction plus ou moins fluide des comportements moyens qui permettent le fonctionnement ordinaire et prévisible de la société.

9S’il est vrai que par le processus d’« acculturation », l’immigrant ou l’étranger peuvent apprendre à agir et à penser dans une nouvelle culture, il semble difficile en revanche, selon Ralph Linton, d’apprendre à « sentir » selon elle. Pour cette raison, l’étranger au sens large du terme (immigrant, différent, déviant, marginal, etc.) ne sera jamais un véritable membre de la société, car il porte en lui une faille constitutive dans sa « personnalité de base » qui peut se répercuter de plusieurs façons dans son lien avec la culture (ignorance, indifférence, distance, affaiblissement, désintégration, contestation, transgression, etc.). Peter Berger et Thomas Luckmann (2006) nous rappellent également l’importance de ce processus déterminant des « éléments stables à toutes les cultures » par lequel un individu abstrait devient un « membre effectif » de la société en « possession subjective à la fois d’un soi et d’un monde ». Ils nous rappellent également que la socialisation primaire peut être ratée à plusieurs degrés et pour plusieurs raisons (hétérogénéité des « autrui significatifs », médiations inadéquates, interférences éducatives en bas âge, etc.). À titre d’exemple, ce que les auteurs appellent les mondes féminin et masculin véhiculés par le père et la mère peuvent « passer » chez un garçon comme distincts ou bien certains éléments du monde féminin peuvent « constituer improprement » le monde du garçon. Si ce dernier s’identifie aux « caractères impropres », il y aura une asymétrie entre l’identité sociale attribuée en tant que garçon et son identité subjective réelle : hybride, féminine, homosexuelle, transsexuelle, etc. Il n’est pas anodin de rappeler que dans ce cas d’espèce, le mécanisme de « correction » évoqué par les auteurs soit la thérapie individuelle.

  • 4 Ou encore on peut se rappeler la réflexion de William Faulkner qui précède Outsiders, le classique (...)
  • 5 Nous adhérons à une posture de réalisme praxéologique qui met l’accent sur l’action comme réalité p (...)

10Les mots très cités d’Émile Durkheim, « il ne faut pas dire qu'un acte froisse la conscience commune parce qu'il est criminel, mais qu'il est criminel parce qu'il froisse la conscience commune » (Durkheim, 1973, p. 48), nous rappellent l’importance des « membres effectifs » d’une société qui l’incarnent de manière concrète, quotidienne et ordinaire 4 dans la tâche de définition des problèmes sociaux. Toutefois, cette idée ne se résume pas au postulat, simpliste, que le crime ou la folie n’existent pas et qu’ils sont des phénomènes construits de toutes pièces comme cela pourrait être le cas dans une optique purement constructiviste ou réactionnaliste 5 selon laquelle la réaction ou la société construisent le crime, la déviance, etc., mais permettent de mieux comprendre les dynamiques de la socialité ordinaire qui font que 1) certains comportements soient considérés comme socialement problématiques à une époque et cessent de l’être à une autre et 2) que certains groupes (et individus) soient considérés comme n’étant pas des membres à part entière de la société en raison de défauts supposés innés ou acquis. Ces derniers sont attribués à une socialisation défaillante, surtout primaire et se traduisent souvent par la stabilisation de certaines caractéristiques psychologiques qui expliquent, du moins pour la « majorité saine et normale de la population », leur condition « naturellement » problématique.

11Un autre aspect complémentaire de la classique interrogation durkheimienne sur la question de la transgression sociale est celui de l’apparent paradoxe de la normalité sociologique des phénomènes pathologiques. Émile Durkheim considère que « s'il est un fait dont le caractère pathologique paraît incontestable, c'est le crime » (Durkheim, 1973, p. 65) ; il constate, en même temps, que le crime est présent dans toutes les sociétés car « il n'en est pas où il n'existe de criminalité. Elle change de forme, les actes qui sont ainsi qualifiés ne sont pas partout les mêmes ; mais partout et toujours il y a eu des hommes qui se conduisaient de manière à attirer sur eux la répression pénale » (Ibidem, p. 65). L’existence du crime – dont le caractère pathologique paraît incontestable du point de vue de la réaction sociale – constitue ainsi un phénomène social normal.

  • 6 Les régulations trop lâches sont caractérisées de manière typique par l’augmentation du taux du sui (...)

12Émile Durkheim introduit toutefois une nuance de degré : si la présence du « crime », au sens large du terme, c’est-à-dire la transgression, la déviance, la marginalité, etc., est un phénomène social normal, elle le demeure seulement à l'intérieur de certaines limites. En effet, si le taux de suicide, de criminalité ou d'autres comportements sociaux qui « froissent » les normes sociales fluctue de manière significative, par accroissement ou diminution, c’est sans doute l’indication que nous ne sommes plus face à un fait de la sociologie normale. La variation des indices des crimes et des suicides, ainsi que de ceux des conflits sociaux, nous signale alors la présence de déficiences dans le fonctionnement des normes sociales, trop lâches ou trop rigides 6, puisque celles-ci ne réussissent plus à orienter efficacement certains comportements sociaux selon les barèmes normatifs moyens de ce qui est souhaitable, admissible, voire tolérable. Le spectre de l’anomie, déduit analytiquement par le sociologue ou décrié par le moraliste ou le politicien, annonce en ce sens la présence possible d’une pathologie sociale qui se doit d’être prise en compte par les pouvoirs publics et, dans le cas des sociétés occidentales, étudiée par les sciences.

  • 7 Il est intéressant de noter que le DSM-IV (1994 et 2000–Tr ) recensait dix troubles de la personnal (...)

13Mais la présence du crime, ou de la transgression sociale au sens large, est en soi, encore selon Émile Durkheim, non seulement un phénomène de la sociologie normale, mais aussi un « facteur de la santé publique, une partie intégrante de toute société saine » (Durkheim, 1973, p. 66). En ce sens que l’augmentation du taux de certains comportements sociaux peut renvoyer non pas à une déficience des mécanismes de régulation sociale, mais plutôt à leur transformation socialement « salutaire », car parfois le crime « n'est qu'une anticipation de la morale à venir » (Ibidem, p. 66). Il suffit de penser à l’homosexualité, criminalisée d’abord et pathologisée ensuite, ou encore à l’interdiction pas si lointaine du divorce censé affaiblir les fondements mêmes de l’ordre social. Aujourd’hui on discute, par exemple, du déclassement psychiatrique de la personnalité narcissique du fait de sa généralisation, voire de son éventuelle utilité sociale dans le contexte actuel de valorisation croissante de la dimension de l’estime de soi pour se poser en tant qu’individu digne de ce nom dans une société d’individualisme de masse 7.

  • 8 Cette maxime célèbre appartient au médecin René Leriche (1936), cité par Georges Canguilhem (2003, (...)

14Si la sociologie nous a appris quelque chose, c’est qu’il n’existe pas de société sans conflits, sans malheur et sans souffrance, de même qu’il n’existe pas de société sans drogues, sans crimes ou sans déviances. Le contraire est tout simplement un contresens sociologique, c’est-à-dire une variété, récurrente, des exigeantes utopies sociales, religieuses ou scientifiques qui se sont traduites souvent par de véritables cauchemars incarnés par les camps de rééducation socialistes (l’homme nouveau), les moralismes religieux (l’homme exemplaire) et la normalisation technique des différences (l’homme conforme). La vieille idée médicale qui conçoit la santé comme le « silence dans la vie des organes » 8 résiste à s’éclipser pour deux raisons convergentes : 1) la puissance renouvelée des dynamiques de médicalisation, pharmaceuticalisation et de santéïsation du social (Abraham, 2010 ; Rose, 2007 ; Nye, 2003) et 2) le brouillage persistant, voire l’interchangeabilité, entre les notions d’organisme et d’organisation lorsqu’il s’agit d’analyser la non-conformité sociale. On retrouve souvent cette vieille idée de « santé sociale » lorsqu’on invoque l’intégration sociale, la cohésion sociale, la réhabilitation sociale, l’insertion sociale dans la littérature concernant les problèmes sociaux. On n’est pas loin d’une sorte de « silence social » qu’on pourrait décrire, suivant l’esprit de la vieille formule de René Leriche, comme l’« adaptation des individus dans la vie des institutions ». Une société « en santé sociale » en serait une où les individus seraient de véritables membres, définis par un seuil convenable d’adaptation acquis par une socialisation ou une resocialisation adéquate et efficace. Or la discussion sociologique actuelle sur l’utilité heuristique de l’idée d’ordre social, d’intégration sociale, de cohésion sociale, de système social n’a pas été suffisamment suivie d’un renouvellement de la manière de concevoir ce qui « pose problème » aujourd’hui à la vie sociale (Tahon, 2011 ; Dubet, 2009 ; Martuccelli, 2005).

15S'il semble exister un consensus autour des faits que toute société « suppose et même appelle des régulations » (Canguilhem, 1955, p. 72) et que les rôles et positions sociales encadrent largement la vie sociale, la discussion quant à la nature et à la fonction des premières, ou encore quant à la correspondance entre positions sociales et action des acteurs, a été et est encore l’objet de débats interminables. Le plus souvent, les différentes formes de régulation sont conçues comme des « mécanismes profonds grâce auxquels les organisations et les systèmes qui constituent le tissu social maintiennent leur structure et coordonnent les jeux réglés auxquels se résument du point de vue sociologique les activités de leurs membres » (Crozier, 1980, p. 372). Cette conception classique de la régulation comme étant un ensemble de mécanismes plus ou moins « naturels » susceptibles d'apporter une coordination interne au fonctionnement d'un ensemble complexe, semble bien s'adapter à de nombreuses analyses des sociétés occidentales contemporaines où la régulation sociale, relative à l’organisation et l’autorégulation, à celle d’organisme, se confondent.

  • 9 Voir par exemple les travaux de Céline Lafontaine (2004)
  • 10 En effet, l'organisme lui-même, « du seul fait de son existence », résout la contradiction entre la (...)

16Ce voisinage entre les notions d'organisation sociale et d'organisme (biologique, cybernétique, fonctionnel, etc.) 9 qui continue à investir la réflexion sociologique, contribue à véhiculer une conception du social plus proche d'un tout homéostatique 10, harmonieux et consensuel ou, du moins, à la recherche de l'harmonie ou de l'équilibre, que d'un espace labouré inlassablement par le conflit, le déséquilibre et les tensions permanentes à l'intérieur desquelles, comme l'a bien signalé Georges Canguilhem, la « régulation y est toujours [...] surajoutée et toujours précaire » (Canguilhem, 1955, p. 72). De ce fait, il soulignait également l’une des différences essentielles entre un ordre organique (organisme) et un ordre social (organisation) qu’il convient de rappeler : dans l’organisme, l'ordre (la santé) est plus facile à saisir que le désordre (la maladie) alors que, dans l’organisation sociale, le désordre (ce qui pose problème) apparaît plus évident que l’ordre (le modèle de société souhaité).

17Cette inversion d’« évidences » fondamentales des ordres biologiques et sociaux, dont on n’a pas tiré encore toutes les conséquences sociologiques, est d’autant plus pertinente à rappeler aujourd’hui que l’idée de société ne semble pas l’outil analytique le plus adéquat (Martuccelli, 2005 et 2011 ; Dubet, 2009) pour comprendre « ce qui pose problème » à la vie sociale. Hier comme aujourd’hui, l’idée de société, la société des membres, devrait-on dire, continue d’être invoquée pour justifier la nécessité « viscéralement » normative d’intervenir afin de contrer les « menaces » que représentent les conflits, déviances, marginalité, etc. à une cohésion sociale, voire à un ordre social, qui semble davantage un postulat des pères fondateurs de la sociologie inquiets des effets incertains du « désordre » primordial de la modernité qu’une réalité empiriquement vérifiable.

La nécessité « viscéralement » normative d’intervenir

  • 11 Pour Émile Durkheim, une société est avant tout une communauté morale. Voir l’analyse d’Antony Gidd (...)

18Quelle fonction remplit le processus d’identification, de définition et de sanction de certains comportements et de certaines pratiques considérés à un moment donné comme criminels, déviants, marginaux ou pathologiques, qui semble faire partie de toute organisation sociale ? Selon Émile Durkheim, la sanction sociale, dans ses multiples gradations et formes, ne vise pas à réformer les codes moraux des individus qui commettent des actes blâmables ou criminalisés (populations problématiques), ni non plus à dissuader les populations qui sont considérées comme particulièrement prédisposées à transgresser les règles sociales (groupes à risque). La sanction sociale viserait, paradoxalement, surtout la majorité « saine et normale » de la population, c’est-à-dire les véritables membres d’une société. Dans les termes d’Émile Durkheim, « le châtiment est surtout destiné à des honnêtes gens, puisqu'il sert à guérir des blessures faites aux sentiments collectifs » (Durkheim, 1973, p. 77). Ainsi, les représentations sociales de cette majorité normale qu’on désigne comme étant les honnêtes gens, se voient confirmées et rassurées au travers des multiples rituels de condamnation, de sanction ou de constitution en pathologie opérant continuellement sur les nombreuses formes de transgression des normes partagées par les membres d’une société 11.

19Dans une époque où les politiques sociales cherchent à colmater les failles sociétales par l’identification, la gestion, le traitement, le suivi, voire la prise en charge des groupes ou individus dits problématiques et à risque de le devenir, cette hypothèse classique peut sembler désuète. Qu’on la partage ou non, on ne peut que constater l’impossibilité sociologique de ne pas tenir compte des coordonnées générales de la socialité ordinaire, plutôt que de la société avec un grand S à protéger et à rassurer, à l’heure de comprendre l’univers des problèmes sociaux. En effet, la nécessité « viscéralement » normative d’intervenir, c’est-à-dire cette conviction, voire cette injonction quasi-naturelle du « il faut agir » sur des phénomènes aussi divers que la toxicomanie, le décrochage scolaire, la prostitution ou l’itinérance, demeure encore le principal critère d’appréhension des problèmes sociaux dont les racines relèvent davantage des caractéristiques générales de la socialité ordinaire que des caractéristiques des individus ou des groupes intrinsèquement problématiques.

20Cette injonction est « viscéralement » normative parce qu’elle n’a à rendre compte que partiellement aux rationalisations scientifiques qui, du moins en Occident, sont censées orienter et parfois justifier, la mise en œuvre de telle ou telle stratégie d’intervention sociale pour agir sur ce qu’on définit comme problèmes sociaux. S’il est vrai qu’autrefois Émile Durkheim déduisait l’anomie de l’analyse scientifique des fluctuations du taux de suicide, cela n’est guère intelligible sans tenir compte des préoccupations plus larges envers l’importance économique de la population au xixe siècle pour laquelle perdre certains de ses membres est loin de constituer seulement un problème moral (transgression de certains normes) ou politique (désobéissance aux lois qui criminalisent le suicide). En effet, la population n’est plus un agrégat de sujets de droit qui transgressent un contrat en se suicidant, mais une population active soumise à des régularités impersonnelles telles la mortalité, la fécondité, l’employabilité, la santé, etc. dont la régulation est indispensable à la création de la richesse. La force de travail étant la source créatrice de la de valeur, l’affaiblissement de la population « pose problème » à la vigueur des États-nations (Foucault, 2004). Science et normativité, analyse et politique, stratégies d’intervention et économie, sont pour ainsi dire toujours fort imbriquées lorsqu’il s’agit de définir et d’étudier certains aspects de la vie sociale « qui posent problème » sur lesquels on est « naturellement » prêts à intervenir pour les corriger.

21Cette imbrication entre les dimensions normatives et le scientifique trouve son illustration à travers le cas de figure des problèmes dits de santé mentale, dont la puissance explicative tous azimuts de « ce qui ne vas pas » dans une société est aujourd’hui incommensurable. Des expressions telles que « problème de santé mentale », « trouble de santé mentale », « désordre mental », « déséquilibre mental » et bien d’autres, se sont aujourd’hui substituées largement à celle, unique et explicitement médicale, de « maladie mentale ». Ces changements de terminologie relèvent d’un processus en quelque sorte inverse à celui qui a transformé la « folie » en maladie mentale à la fin du xviiie siècle. Au cours de cette période héroïque de la psychiatrie occidentale, les pères fondateurs circonscrivent, identifient et définissent un certain nombre d’entités cliniques, désignées comme catégories psychopathologiques, à partir de l’observation d’un univers hétérogène de comportements et d’attitudes, fait de déviances, d’étrangetés, d’extravagances, de différences dérangeantes, de criminalité, de pauvreté extrême, etc. Il s’agissait de séparer de manière technique le mental pathologique spécifique, objet de la psychiatrie, de sa gangue sociale et morale problématique contextuellement et historiquement volatile (pauvreté, criminalité, débauche, déviance, etc.).

22Le déplacement actuel de la maladie mentale comprise comme un univers restreint au domaine du médical pathologique, vers la santé mentale problématique comprise comme un univers inclusif ouvert aux dysfonctionnements, rouvre à nouveaux frais le problème déjà ardu de la définition des frontières entre les dimensions du « mental pathologique » et du « social problématique » dans l’univers des problèmes sociaux. La première conséquence étant une ouverture inédite du champ d’intervention de la psychiatrie et de la psychologie à l’endroit du nouveau « social pathologique », car ces deux disciplines interviennent aujourd’hui sur des terrains non seulement plus vastes qu’auparavant, à l’affût des « failles psychologiques » de la socialité problématique, mais aussi socialement plus névralgiques, à savoir : l’école, le travail, la famille. En un mot, elles réfléchissent et interviennent directement sur les processus de socialisation courants au nom de la prévention de futurs problèmes non seulement de santé mentale, mais aussi sociaux, selon des calculs de probabilité sur des populations particulières (à risque, vulnérables, fragiles, groupes d’âge particuliers, communautés ethnoculturelles, etc.) qui posent ou pourraient « poser problème ». En plus, le travail social, les interventions communautaires, voire les regroupements d’usagers, empruntent souvent les paradigmes psychologiques et psychosociaux pour définir, comprendre, expliquer et agir sur les problèmes sociaux qui les concernent dans leurs champs d’intervention particuliers (Otero, 2003).

23Il demeure que, hier comme aujourd’hui, la nature « problématique » d’un comportement social défini comme problème de santé mentale est une dimension opaque pour la psychiatrie et pour les sciences en général, en ce sens qu’aucun psychiatre ne peut – il n’en a d’ailleurs pas besoin, – expliquer pourquoi le fait d’avoir des pensées suicidaires, de ne pas être attentif à l’école ou de ne pas éprouver de la culpabilité après avoir commis un meurtre est « socialement problématique ». C’est la société qui le fait à sa place et lui impose, normativement parlant, cette dimension d’identification de « ce qui pose problème ». Cette nécessité « viscéralement » normative – et nullement scientifique – d’intervenir doit être expliquée à partir des caractéristiques mêmes du social qui la légitime, lui donne un sens et finit par brouiller les contours entre pathologie mentale et non-conformité sociale, en escamotant du même coup sa présence dans l’équation de problématisation d’un phénomène, d’un comportement ou d’une attitude.

  • 12 Il s’agit des célèbres DSM, soit le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders que publi (...)
  • 13 Les parenthèses dans les manuels de psychiatrie sont une sorte d’étape de transition qui préannonce (...)
  • 14 Mais, si l’on s’entête à la débusquer, c’est l’univers des « troubles de l’identité sexuelle » qui (...)

24Le cas de l’homosexualité est un bon exemple pour illustrer ce processus. En effet, jusqu’au milieu des années 1970, l’homosexualité était répertoriée dans les manuels de psychiatrie comme une catégorie psychopathologique. Dans le DSM-I 12 (1952), elle est répertoriée comme déviation sexuelle dans la même classe nosographique que la pédophilie, le fétichisme, le viol, le travestisme et l’agression sexuelle. Dans le DSM-II (1968), on la retire de cette classe de psychopathologies en la mettant discrètement entre parenthèses 13 et en spécifiant qu’elle n’est pas un trouble mental en soi, mais seulement dans certaines conditions. Le DSM-III (1980) parle d’homosexualité ego-dystonique pour signaler que seules les « pulsions homosexuelles » plongeant l’individu dans le désarroi sont à proprement parler pathologiques. Argumentation qui pourrait, bien évidemment, s’appliquer à n’importe quel autre comportement ou « pulsion », mais curieusement, seulement certains d’entre eux méritent cette attention psychiatrique ponctuelle. Dans le DSM-IV (1994), il n’y a aucune allusion à l’homosexualité dans la classe des paraphilies, ni nulle part ailleurs 14.

  • 15 Plusieurs pays ont déjà dépathologisé le travestisme et cette tendance semble se généraliser. Aussi (...)

25Qu’est-ce qui a changé en un peu plus de trente ans ? Le comportement homosexuel ou les conditions normatives non psychiatriques qui poussaient néanmoins la psychiatrie à le pathologiser ? La transformation du statut de l’homosexualité de problématique à non-problématique ne doit rien à la psychiatrie ni à la science, mais tout aux conditions sociales de sa tolérance, de son acceptation, voire de son intégration dans l’univers de la conformité. La situation s’est même inversée : si un psychiatre occidental s’appliquait à pathologiser l’homosexualité aujourd’hui, c’est son propre comportement qui risquerait à son tour d’être pathologisé comme homophobie. En revanche, d’autres anciennes « paraphilies », telles que le fétichisme et le travestisme 15, demeurent classées sans aucun fondement scientifique dans l’univers du « mental pathologique » jusqu’au moment où les conditions sociales de leur conformité verront le jour.

26Ce qui précède ne signifie nullement, nous insistons, que les pathologies mentales n’existent pas et qu’elles sont seulement des catégorisations médicales de comportements culturellement et normativement problématiques, parce qu’elles sont soit déviantes, soit statistiquement sous-représentées. Toutefois, la définition d’un « problème » comme relevant du champ de la santé mentale plutôt que du champ de la différence ou de la conflictualité sociale est un processus complexe où la culture, les normes et les rapports de force entre les groupes interviennent de manière forte et décisive sur ce qui est « capté » ou non par les disciplines psychologiques, psychosociologiques et médicales comme étant « naturellement » problématique car enraciné dans une épaisseur psychologique, biologique, voire génétique.

  • 16 Souvenons-nous de l’investissement récent d’environ 250 millions de dollars, seulement au Québec en (...)

27Cette nécessité « viscéralement » normative d’intervenir est bien entendu graduée selon les différents cas de figure visés en termes concrets de nature et d’ampleur des moyens qui sont mobilisés. Cette graduation témoigne largement des iniquités qui structurent l’équation sociale inégale : « distribution de ressources - modalités d’intervention - situations problématiques » 16. Comme l’avait déjà formulé Émile Durkheim (1973), les réactions sociales ne sont pas nécessairement pondérées en fonction du degré de nocivité que l'acte sanctionné peut entraîner. En effet, « une crise économique, un coup de bourse, une faillite même peuvent désorganiser beaucoup plus gravement le corps social qu'un homicide isolé. Un acte peut être désastreux pour une société sans encourir la moindre répression » (Ibidem, p. 38). Émile Durkheim observe donc que le degré d'intensité et la manière avec lesquels un comportement social déterminé est sanctionné ne nous indique que le type de normes exprimant des croyances et des sentiments collectifs qui ont été transgressées.

28Et cela n’a pas changé, car le déséquilibre empiriquement vérifiable de la nécessité « viscéralement » normative d’intervenir continue d’être manifeste en termes d’ampleur et de nature, souvent sans égard à la gravité des problèmes considérés. Déséquilibre, d’une part, entre l’ampleur ou la gravité de certains besoins, carences, handicaps et défavorisations qui se traduisent dans une kyrielle des problèmes sociaux et, d’autre part, la modestie de l’attention sociale, des politiques sociales et des ressources matérielles qui sont mobilisées. Mais aussi le déséquilibre inverse, c’est-à-dire le trop de ressources et d’attention consacrées à des besoins, problèmes et risques moins urgents, témoigne également de cette équation inégale. La nature de l’intervention n’échappe pas non plus à ce déséquilibre car certains cas de figure de la non-conformité sont gérés par davantage de surveillance, de contrôle, de sanction, de répression, alors que pour d’autres cas, il sera davantage question d’aide, de protection, de conseil, de respect. (Protecteur du citoyen, 2011 ; MSSSQ, 2011).

  • 17 Il est étonnant de constater le peu de place que le thème de la pauvreté occupe tant dans le débat (...)

29Deux paramètres intimement liés semblent orienter fortement tant la réaction socialement déséquilibrée du « viscéral normatif » (il faut agir) que son envers, c’est-à-dire la justification de la négligence de certains problèmes (il n’y a rien à faire), à savoir : 1) le partage crucial entre population active et non-active ; 2) la métonymisation de certaines situations problématiques par la désignation d’un groupe stéréotypé censé les incarner. Pour le premier paramètre, il suffit de se rappeler que les populations non-actives sont souvent considérées comme un poids dont les programmes sociaux s’occupent sans véritable espoir de renverser les situations les plus dramatiques et pour lesquelles les dimensions sécuritaires des interventions sont largement disproportionnées et injustifiées (Otero & Dugré, 2012 ; Bellot, 2012). Cette affirmation n’est pas exagérée si l’on tient compte de la place infime que le thème de la pauvreté occupe au Québec dans les programmes des partis politiques provinciaux et fédéraux dans un contexte d’approfondissement des inégalités sociales vérifié largement par les organismes internationaux 17. Dans le même sens, les inégalités sociales de santé atteignent des niveaux tellement inquiétants qu’il semble justifié dans certains cas de parler d’abandon de personnes lorsque leur espérance de vie moyenne varie entre 7 et 10 ans selon les quartiers d’une même ville comme Montréal (Rapports inégalité, 2012). De surcroît, l’importance du partage entre individus « actifs » et « assistés » est aujourd’hui amplifiée par la centralité inédite de la valeur sociale du travail en tant que principal identificateur social. En effet, la nouvelle attractivité morale du travail (Mercure & Vultur, 2010 ; Kirouac, 2012) combinée à sa capacité actuelle à définir massivement l’identité et la valeur des individus, complique comme jamais auparavant la situation des individus non économiquement actifs ou encore dont la performance est au-dessous de la moyenne. Et cela, non seulement en termes de pénurie de ressources matérielles, mais plus largement en termes de respect de leurs droits fondamentaux et de légitimité de leurs revendications aussi minimes soient-elles, voire de leur plus élémentaire existence sociale.

  • 18 La fonction métonymique à laquelle nous faisons référence ici renvoie de manière générale à la figu (...)

30Quant à la fonction métonymique, elle réfère à la figure rhétorique où la partie explique le tout parce qu’elle incarne symboliquement la totalité d’un phénomène plus large qu’elle est censée résumer en le réduisant à un aspect qui est significatif pour une certaine audience ou un certain public 18. Dans l’univers des problèmes sociaux, les figures de l’itinérant, du toxicomane ou de la prostituée, stéréotypées jusqu’à la folklorisation dans l’imaginaire populaire, médiatique et parfois même scientifique, finissent par « expliquer » les phénomènes sociaux de l’itinérance, de la toxicomanie et de la prostitution. De ce fait, certains individus doivent porter quotidiennement le poids symbolique immense qui est connoté par l’une des dimensions de leur vie qui « pose problème » à eux-mêmes ou aux autres (alcoolisme, toxicomanie, jeu, handicap mental ou physique, grande défavorisation sociale, etc.) parce qu’elle est automatiquement associée à un groupe stéréotypé tantôt socialement méprisé, dénigré et stigmatisé, tantôt perçu comme inquiétant, menaçant ou dangereux.

31Du même coup, toutes les autres dimensions qui font de ces individus des personnes « comme tout le monde » et qui sont irréductibles à une dimension ou condition problématique de leur existence, sont relativisées, reléguées à l’arrière-plan, voire complètement oubliées. Malgré la masse énorme de travaux portant sur la stigmatisation, la discrimination, l’exclusion et la subordination de catégories des personnes vulnérables et sans nier les avancées dans plusieurs domaines (certaines identités sexuelles, raciales, discapacités, etc.), cette métonymisation qui associe certains individus à certaines « populations » devenues des contre-figures de tel ou tel aspect de la socialité ordinaire, continue d’opérer. En effet, on continue à parler de « populations » itinérantes, toxicomanes, criminelles, ce qui suppose implicitement une homogénéité réelle concernant un groupe d’individus à partir d’un trait saillant parce que problématique, même si, dans bien des cas, c’est pour les aider. Ces procédés se déplacent, bien entendu, de certains cas de figures à d’autres (enfants hyperactifs, adultes déprimés, personnes âgées dépendantes, hypersexualisation de jeunes filles, cyberdépendance, etc.) selon les dynamiques changeantes du « viscéral » normatif qui laboure constamment le terrain de la non-conformité, mais qui est soumis à son tour aux transformations larges des caractéristiques de la socialité ordinaire.

  • 19 Comme l’affirme François de Singly, il ne s’agit ni de libéralisme ni de communautarisme, mais d’un (...)

32En effet, les caractéristiques de la socialité ordinaire se sont profondément transformées dans le sens où le « tournant personnel » (Ehrenberg, 2011) prend une ampleur tellement généralisée que l’analyse classique des problèmes sociaux en termes de groupes plus ou moins cohérents se trouve constamment interpellée à plusieurs égards par la nécessité de plus en plus grande de prendre en compte des situations particulières qui concernent des individus singuliers. À un point tel qu’on est aujourd’hui plus que jamais capable de se considérer comme un individu singulier avant d’être une femme ou un homme, un enfant ou une personne âgée, un hétérosexuel ou un homosexuel et cela par la mise à l’avant-plan des caractéristiques générales de la personne : sa dignité, son épaisseur affective et sa subjectivité unique 19. Ces caractéristiques de la socialité ordinaire actuelle qu’on pourrait appeler « individualisme de masse » méritent d’être discutées tant sous l’angle de ses dimensions singularisantes et individualisantes que sous celui de ses dimensions transversales et liantes.

Nouveau contexte sociétal pour penser « ce qui pose problème » : individualité singulière et individualité sociale

33La compréhension de l’univers des problèmes sociaux contemporains gagnerait à accorder une attention particulière aux transformations sociétales larges, transversales et liantes plutôt que d’insister sur l’analyse classique des caractéristiques intrinsèques de « populations » vulnérables, dérangeantes ou dangereuses qui sont assistées, gérées ou réprimées de manière quantitativement et qualitativement inégale selon les logiques évoquées précédemment. Quelles sont ces transformations relativement récentes qui nous obligent à penser différemment « ce qui pose problème » aujourd’hui ? Nous ne ferons qu’en énumérer rapidement six qui nous semblent les plus importantes et qui engagent, à la fois, tel qu’on le verra plus loin, les positions sociales, les dynamiques de socialisation, les changements culturels et les stratégies d’interpellation sociale :

  1. Fragilisation des positions statutaires et friabilité des supports sociaux.

  2. Reconfiguration des rôles familiaux, notamment la redistribution de l’autorité parentale.

  3. Transformation du travail en méta-valeur suprême de l’identification, voire de l’existence sociale.

  4. Coexistence de multiples repères moraux parfois contradictoires.

  5. Intensification du codage psychologique et biomédical dans la régulation de comportements quotidiens.

  6. Prédominance de la responsabilisation et de la simple coercition sur l’assujettissement et l’idéologie comme formes généralisées de subordination sociale.

34De manière générale, ce nouveau contexte sociétal est marqué par une double injonction complémentaire à la singularisation et à la conformité. En effet, les singularités individuelles sont censées être reconnues et respectées pour tout un chacun, pour chaque individu singulier, en même temps qu’elles sont référées à une individualité sociale ordinaire pour tous et toutes en tant qu’individu social. Les caractéristiques générales de cette dernière (autonomie, performance, responsabilité, capacité d’adaptation au changement, polyvalence, capacité de prendre des initiatives, etc.), sont reconduites, relayées sans relâche par de multiples dispositifs de socialisation qui encouragent, amènent et autorisent les individus concrets (enfants, adultes, personnes âgées) à se concevoir de plus en plus comme des êtres responsables et d’initiative dont le sort social ne dépendrait essentiellement que de leur capacité individuelle d’adaptation aux environnements où ils évoluent : la famille, le travail, l’école, etc.

35L’individualité sociale ordinaire dont on parle ici est tout simplement, même si cela n’a rien de simple, celle qui a cours à un moment donné, dans une société donnée et à laquelle on doit, d’une manière ou d’une autre, se référer. C’est celle qui répond à la question : qu’est-ce qu’un individu aujourd’hui ? Mais s’y référer ne veut pas dire s’y identifier ou s’y plier, ou encore chercher à connaître cette individualité pour la contester ou l’abolir dans un combat individuel ou collectif, théorique ou pratique. La référence à l’individualité sociale ordinaire permet de « savoir » qui on est par rapport aux autres dans une société d’individualisme de masse et, de manière moins positive, de « se savoir » à un degré ou à un autre, d’une façon ou d’une autre, « en défaut », « en décalage » et, plus rarement, « en marge » de ce qu’on demande à chaque individu d’être et de faire en fonction des différentes configurations dans lesquelles il évolue : coordonnées socioéconomiques, groupes socioprofessionnels, groupes d’âge, groupes de genre, groupes communautaires, etc.

  • 20 Afin de bien comprendre ce que nous entendons par moyenne normative, il faut rappeler la distinctio (...)
  • 21 Le renouvellement de la sociologie de l’individuation exige de repenser « le primat analytique acco (...)

36En s’y référant, les individus particuliers prennent alors à la fois « connaissance » et « distance » de l’individualité sociale ordinaire qui les concerne selon leur position sociale car s’y référer oblige à se singulariser par rapport à une référence commune qu’on doit forcément « connaître » si l’on vit en société. Pas d’individu donc sans référence à l’individualité sociale ordinaire. Pas d’individualité sociale ordinaire sans individus singuliers qui en prennent inlassablement dans chaque acte de leur vie à la fois « connaissance » et « distance ». On doit encore souligner clairement deux éléments essentiels qui nous éloignent à la fois des sociologies dites critiques et des individualismes méthodologiques : 1) l’individualité sociale ordinaire n’est ni normale ni pathologique, ni bonne ni mauvaise, ni critique ni aliénée, elle est, sinon institutionnalisée, du moins distribuée comme moyenne 20 de ce qu’il est souhaitable d’être et de faire non seulement de manière vague et générale dans une société, mais aussi de manière plus spécifique dans chaque classe, groupe, communauté ou collectif où les individus particuliers évoluent, faisant preuve constante de leur singularité sociale ; 2) l’individualisme de masse, à la fois singulier et social, est le produit d’une transformation sociétale large et profonde qui doit être interrogée et analysée par une sociologie de l’individuation aux antipodes d’une sociologie de l’individu telle que l’individualisme méthodologique ou encore les psychologies des actions individuelles ou collectives. Le processus d’individuation est, paradoxalement, comme le dit Danilo Martuccelli, « le plus certain principe d’unité de la société contemporaine. Une étude sur l’individuation souligne d’emblée le principe d’unité » 21.

37Si les individus concrets sont tiraillés par deux injonctions complémentaires propres aux société d’individualisme de masse, c’est-à-dire se singulariser et se référer à l’individualité sociale ordinaire, cette nouvelle dynamique 1) agit sans égard aux positions sociales inégalitaires des individus que sont les clivages, classes, situations vulnérables, etc., 2) opère une « démocratisation » de la souffrance psychologique, 3) exige une mise au point permanente des modes d’adaptation sociale et, 4) renverse la vieille équation sociologique qui attribuait le primat affectif à la socialisation primaire et le primat cognitif à la socialisation secondaire.

  • 22 Le mot « pauvres » dans ce rapport désigne « ceux dont le revenu est inférieur à la moitié de la va (...)

38Le premier point touche les effets négatifs de la fragilisation des positions statutaires : la friabilité des supports sociaux et la reconfiguration des rôles familiaux qui semblent congruents avec la demande de singularisation individuelle, mais qui témoignent en même temps de l’accentuation des inégalités sociales. En effet, au cours des vingt dernières années, dans la majorité des pays de l’OCDE, un constat s’impose : on assiste à une accentuation des inégalités de revenus entre les groupes sociaux et à une augmentation du nombre absolu de pauvres 22. Le Canada est l’un des pays les plus touchés par cette tendance (OCDE, 2008a ; Conference Board, 2011), car la pauvreté est passée de 3 à 12% au cours de la dernière décennie et touche tous les groupes d’âge (OCDE, 2008b). La proportion moindre de dépenses d’État au regard des programmes visant directement ou indirectement la diminution de la pauvreté et supportant les personnes en situation de vulnérabilité importante, combinée à la transformation de la composition des ménages (augmentation de la monoparentalité et du nombre de gens vivant seuls) est signalée comme élément important liés à l’accroissement des inégalités de revenus des ménages (Turbide et al., 2006). La « vie en solo » semble une tendance lourde qui touche tous les groupes socioéconomiques dans les grands centres urbains. À Montréal, par exemple, 38 % des ménages sont composés d’une seule personne (Charbonneau, Germain & Molgat, 2009), mais cela ne veut pas dire que la « vie en solo » soit un facteur en soi d’appauvrissement ; il peut néanmoins le devenir lorsqu’il se conjugue avec ou se transforme en une situation d’isolement.

  • 23 Ainsi, si l’on considère les pourcentages d’incidence des différents facteurs déterminants de la sa (...)

39Les études concernant les liens entre inégalités sociales et problèmes de santé physique et mentale ont montré clairement l’impact décisif 23 des conditions de vie matérielles, sociales et environnementales sur l’état de santé des individus (De Koninck & Fassin, 2004), conditions qui inscrivent de manière durable dans leurs corps biologiques et psychiques les marques de l’inégalité sociale. Au Québec, les écarts de santé et de mortalité prématurée qui séparent, tant matériellement que socialement, les personnes défavorisées de celles favorisées continuent de se creuser (Frohlich et al., 2008 ; Pampalon, 2008). Le concept de défavorisation, plutôt que celui de pauvreté, permet de qualifier l’état des « désavantages » d’un individu ou d’un collectif par rapport à un ensemble auquel il appartient en termes relatifs. L’analyse des liens entre la défavorisation matérielle (revenu, éducation, emploi, etc.), la défavorisation sociale (fragilité du réseau social, isolement, etc.) et les inégalités de santé permet de saisir de manière plus fine l’impact des transformations sociales qui travaillent aujourd’hui les sociétés contemporaines.

40Dans ce contexte, le désinvestissement dans les politiques plus ou moins directes de lutte à la pauvreté se voit contrebalancé par une intensification du codage et des interventions psychologiques et biomédicales. Elle prend effet notamment dans la régulation de comportements quotidiens à la fois large (grandes politiques proactives et préventives de santé) et ciblée (politiques à l’égard de groupes spécifiques), ce qui ne semble pas modifier la dynamique régressive de l’approfondissement des inégalités, mais plutôt mieux les localiser par la désignation de groupes à risque et de patrons comportementaux nuisibles à contrecarrer. Il semble que l’un des défis majeurs auquel se trouvent confrontées les sociétés actuelles d’individualisme de masse est celui de trouver la manière d’agir efficacement sur les inégalités sociales et de santé tout en évitant le double piège de l’idéalisation de l’État-providence perdu des Trente Glorieuses et de la négligence des limites, à l’échelle du social, de la promotion psychosociale des « capacités » individuelles.

  • 24 Au Canada, le statut socioéconomique (SSE) est clairement relié à la prévalence de problèmes de san (...)

41Quant au deuxième point, la « démocratisation » de la souffrance psychologique, il est opportun de se rappeler que Sigmund Freud pouvait écrire dans son Abrégé de psychanalyse que « le barbare, il faut bien l’avouer, n’a pas de peine à bien se porter, tandis que pour les civilisés, c’est là une lourde tâche » (2001, p. 55, écrit en 1938). Le barbare auquel Sigmund Freud fait allusion n’était pas seulement l’étranger non occidental dont la psyché était protégée par de frustres traditions, mais l’ouvrier, le pauvre, le déshérité, celui qui est dépourvu de « culture ». Le barbare était épargné des « misères psychologiques » puisqu’elles étaient, à l’époque et jusqu’à tout récemment, un privilège de classe à la fois culturel et social. Toutefois, s’il est vrai que les névroses freudiennes étaient socialement très sélectives, puisant leurs malheureux candidats dans un bassin d’individus « civilisés » (bourgeois, petits-bourgeois, classes moyennes) ; on ne peut plus dire la même chose des anxiodépressions contemporaines. En effet, depuis au moins trente ans, ces dernières semblent recruter leurs proies de manière plus « démocratique », puisant même davantage leurs victimes dans le bassin des plus défavorisés 24. En effet, l’assisté social inactif et l’ouvrier exploité ont le droit d’être déprimés, ou anxiodéprimés, tout autant que le rentier oisif et l’homme d’affaires débordant d’activité.

  • 25 Même des sociologues d’inspiration marxiste, structuraliste et « critiques » peuvent eux aussi se m (...)

42Si tout le monde est en droit de prétendre à la reconnaissance de sa souffrance psychologique, pauvres et riches, célébrités et quidams, hommes et femmes, est-ce que cela veut dire que tout va de plus en plus mal comme une certaine sociologie critique l’affirme ? Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire de souffrir quand tout le monde souffre et quand, de surcroît, tout le monde semble devoir en parler et avoir le droit d’être écouté ? Le champ de la souffrance psychologique est, en effet, un espace social fécond où l’on peut valoriser des significations, mettre en œuvre des stratégies, mener des luttes, faire avancer des causes, réduire des dommages dus à des comportements réprouvés, obtenir de la reconnaissance, mais aussi tout simplement exprimer des facettes banales de sa subjectivité et satisfaire des demandes d’empathie tous azimuts. Ce n’est donc ni une question morale, ni psychologique, ni psychopathologique, mais bien avant tout sociologique 25 : une société d’individualisme de masse permet, elle est même la condition de possibilité, d’une souffrance psychologique de masse.

43La généralisation de la souffrance est donc aujourd’hui l’une des déclinaisons expressives courantes de l’individualité sociale ordinaire. Si Léon Tolstoï affirmait dans Anna Karénine (1877) que « toutes les familles heureuses se ressemblent, mais que chaque famille est malheureuse à sa manière », l’expérience contemporaine de la souffrance modifie cette perception. Contrairement au malheur privé singulier dont parle Léon Tolstoï, la souffrance et la détresse contemporaines sont sollicitées, sortent de l’ombre, s’affichent au grand jour, se mesurent les unes aux autres et, à certains égards, se ressemblent en ce sens qu’« on ne souffre pas comme on veut » car la généralisation d’une grammaire générale de la souffrance balise les possibilités d’être malheureux « à sa manière » (Otero & Namian, 2011).

  • 26 La définition de trouble mental avancée par le DSM IV est la suivante : « chaque trouble mental est (...)

44Le « succès » simultané en sociologie de la notion de souffrance sociale qui a pris la relève de celle d’exclusion sociale (Soulet, 2004, 2007) et, en psychiatrie, de celle de trouble mental 26 qui a pris la relève de celle de maladie mentale, témoigne des transformations profondes dans la manière de théoriser les enjeux de la subjectivité contemporaine troublée, pathologique, souffrante. Ces enjeux sont tiraillés avec force à la fois du côté du social (socialiser la souffrance en l’associant aux dysfonctionnements sociaux) et de celui du biologique mental (biologiser la souffrance en l’associant aux dysfonctionnements du cerveau). Que les étiologies ultimes, les célèbres dernières instances, soient l’insuffisance de sérotonine ou la perte du sens et de repères considérée comme une des figures contemporaines des classiques effets aliénants du capitalisme, le constat sous-jacent est le même : aujourd’hui, la souffrance est partout, tout le monde souffre, parle de sa souffrance et a droit à la reconnaissance de sa souffrance.

45Quant au troisième point, l’exigence d’une mise au point permanente des modes d’adaptation sociale, il s’agit de l’un des seuls points de convergence du vieux débat entre culturalistes (le culturel fonde le psychisme) et psychologistes (le psychisme fonde le culturel), lorsqu’il s’agit de penser ce qu’on appelait à l’époque les pays industrialisés. Margaret Mead, représentante majeure de l’anthropologie culturaliste, avait déjà défini les sociétés occidentales comme « préfiguratives », c’est-à-dire comme des sociétés à changement très rapide où l’expérience transmise par les aînés semble peu utile aux plus jeunes qui se trouvent dans une situation analogue à celle de l’immigrant ou du pionnier qui doivent tout apprendre en temps réel (Mead, 1978). Geza Roheim, critique acerbe des anthropologues qui remettaient en question l’universalité du complexe d’Œdipe, c’est-à-dire de psychisme humain, soulignait un fait majeur en Occident : le passage des sociétés à évolution lente à des sociétés à changement rapide, qu’il nommait, avant la lettre, des « sociétés à orientation thérapeutique » (Roheim, 1967). Dans ces sociétés, caractérisées par l’exigence d’un effort d’adaptation permanente, les interventions psychothérapeutiques, aujourd’hui on dirait en santé mentale, sont appelées à jouer un rôle majeur dans les processus larges de socialisation ordinaire.

46En effet, le complexe et vaste univers actuel de la santé mentale s’étend partout : interventions psychosociales, psychothérapeutiques, psychopharmacologiques, psychoéducatives, dispositifs de parole et d’écoute, etc. et constitue un lieu privilégié d’observation des différentes formes de régulation et de mise au point des conduites chez les enfants, les adultes et les personnes âgées. Un lieu où se manifestent certaines injonctions sociales indiquant aux individus ce qu’on attend d’eux, un lieu où ceux-ci témoignent de la résistance à ces injonctions par des symptômes, de la souffrance ou le « passage à l’acte » et, enfin, un lieu de reconduction de certaines identités dans le cadre desquelles on est censés se reconnaître et fonctionner. Il ne s’agit plus seulement de pallier les « dysfonctionnements » psychologiques et sociaux, mais encore de « produire » des comportements désignés aujourd’hui comme « adaptés » plutôt que « normaux » en confiant à l’individu lui-même de nouvelles responsabilités de gestion dont celle de mettre au point continuellement ses règles de conduite. En effet, il s’agit d’une nécessité car les individus évoluent à l’intérieur de dynamiques « environnementales » instables comme jamais auparavant (professionnelles, familiales, conjugales, scolaires, amoureuses, amicales, sexuelles, de loisirs, identitaires, etc.) dans lesquelles ils sont projetés et desquels ils sont soustraits alternativement ou à la fois et cela en permanence au cours de leur trajectoire de vie de moins en moins linéaire et prévisible.

  • 27 Pour une analyse systématique et éclairante des formes de domination contemporaines voir Danilo Mar (...)

47C’est dans ce sens que l’individualité de masse, transversale et ordinaire, qui caractérise les sociétés contemporaines, semble en résonance avec les disciplines « psy » (psychologie, psychoéducation, psychiatrie, psychopharmacologie, etc.) qui fournissent des grilles d’interprétation et d’intervention non seulement pour saisir et gérer les multiples cas de figure de « ce qui pose problème » dans toute société, mais de plus en plus pour agir directement sur la « normalité ». Du même coup, on comprend mieux la prédominance de la coercition directe (les individus sont mis dans des rapports de force déséquilibrés sans la moindre occultation) et de la responsabilisation (c’est leur responsabilité individuelle s’ils sont dans de telles situations) sur l’assujettissement (sujet de sa condition, origine, classe, etc.) et l’idéologie (mystification intériorisée de sa condition de dominé) comme formes généralisées de subordination sociale. Ces dernières, c’est-à-dire l’assujettissement et l’idéologie, s’avèrent en effet non seulement moins efficaces empiriquement, mais aussi nécessitent une structure de socialisation qui n’est plus au rendez-vous notamment au niveau de la famille, de l’école et du travail 27.

48Quant au quatrième point, le renversement de la vielle équation qualifiant la socialisation primaire plutôt d’affective et la socialisation secondaire plutôt de cognitive, il est intimement soudé aux trois premiers. C’est peut-être Franz Boas, le père du culturalisme, se battant contre l’idée d’un esprit, d’une psyché ou d’une nature humaine universelle, qui a investi de manière explicite et systématique la question du lien nécessaire entre culture et personnalité. Si chaque culture produit sa propre personnalité car l’« ensemble des institutions d’une culture donnée » crée un style de vie irréductible autour duquel les individus brodent leur personnalité également irréductible, on peut dire avec Abram Kardiner que le « moi » est d’une certaine façon un « précipité culturel » (Kardiner, 1969). Mais, l’« ensemble des institutions d’une culture donnée » auquel les culturalistes font allusion visait invariablement celles chargées de l’éducation dans la famille où la « personnalité de base » se forgeait dans le face à face intense, privé, exclusif et profondément affectif entre l’enfant à socialiser et les « autrui significatifs » socialisants (les parents). Ralf Linton réaffirme cette idée que c’est surtout l’éducation familiale qui transforme les individus en véritables membres de la société par le façonnement, essentiellement affectif, de la personnalité de base de l’individu en bas âge. Ce qu’il appelle les « personnalités statutaires » constituent des « configurations de réponses culturelles » supplémentaires, essentiellement cognitives et liées à des statuts extrafamiliaux (bourgeois, médecin, ouvrier, employé, sportif, etc.) acquis de manière ouverte et concurrentielle dans la vie adulte, ou du moins, post-adolescente.

  • 28 Les auteurs utilisent le terme « émotif » plutôt qu’« affectif » sans doute parce que le terme « af (...)
  • 29 Dans le cas du Québec, il est impossible de ne pas penser à l’œuvre de Michel Tremblay où les femme (...)

49Peter Berger et Thomas Luckmann reprennent pour l’essentiel ces caractéristiques de la socialisation primaire qui consiste pour eux en une identification émotionnelle 28 où les règles du jeu sont fixées de manière forte, durable et exclusive pour l’enfant en train de devenir membre de la société. Il n’y pas de choix des « autrui » significatifs car pour cette première identification déterminante et inévitable, le monde des parents n’est pas un monde parmi d’autres, mais c’est « le » monde de l’enfant. Dans les mots des auteurs, les parents ne sont pas de simples « fonctionnaires institutionnels » de socialisation, ils sont « la » société. Bien entendu, aucune socialisation n’est jamais complète ou complètement réussie pour toutes sortes de raisons discutées par les auteurs : décalages, métamorphoses, chocs biographiques, concurrences inattendues ou indésirables, etc. Les exemples donnés par les auteurs demeurent toutefois des exceptions dont les définitions rivales du monde à transmettre résultent le plus souvent de l’« hétérogénéité du personnel chargé de l’exécution de la socialisation primaire » tels les « autrui » significatifs diversifiés (autres parents, substituts, nurses, tantes 29, grands-parents, etc.) qui opèrent des médiations contradictoires, inadéquates ou concurrentes (conflits de mondes contradictoires à intérioriser).

  • 30 Pour le phénomène de Single Mothers by Choice, voir notamment l’étude de Vasanti Jadva et al. (2009 (...)
  • 31 Pour une mise à jour des méthodes de procréation assistée et de l’évolution des cadres légaux selon (...)
  • 32 Linton soulevait les effets à long terme sur les individus adultes des modèles de famille ouverte e (...)

50Toutefois, ces exceptions sont aujourd’hui de moins en moins exceptionnelles si l’on tient compte de la généralisation des familles recomposées, de la prise en charge très tôt de l’éducation des enfants par les structures de la prime enfance notamment par les CPE, crèches, garderies, de la réduction des inégalités des sexes, des mariages de conjoint-e-s du même sexe, de la redistribution des rôles familiaux, du déclin de la figure du père, de la montée des droits des enfants, de la monoparentalité non voulue ou par choix 30, de la généralisation de la vie en solo, de la possibilité individuelle d’adopter des enfants ou, pour les femmes, de procréer individuellement 31, etc. Peut-on affirmer que la socialisation primaire n’est plus ce qu’elle était en termes d’exclusivité du « personnel chargé de son exécution », d’adhésion « affective » au « monde » intériorisé et à la transmission d’un seul « monde » plutôt que de plusieurs ? Dans les sociétés contemporaines cette transformation est largement entamée et les trois dimensions essentielles engagées y sont inéluctablement bousculées : autrui significatifs, affectivité et exclusivité du monde à transmettre. Les premiers sont multiples, variés et parfois inattendus, la charge affective est moins intense et davantage distribuée sur plusieurs niveaux et personnes et « le » monde à transmettre est à la fois précaire (il deviendra désuet) et démultiplié en plusieurs mondes concurrentiels, voire contradictoires 32.

51La socialisation secondaire découle essentiellement de la division sociale du travail, des rôles qui s’y rattachent (médecin, malade, contremaître, employé, etc.) et de la distribution sociale de la reconnaissance qui y est souvent associée. Peter Berger et Thomas Luckmann rappellent que la socialisation secondaire ne suppose pas un « caractère d’inévitabilité » car elle est le lieu de la cognition, du pragmatisme, du choix, du contrôle émotionnel et de la rationalité. Au lieu de « monde » ou des « mondes » les auteurs parlent souvent de « sous-mondes » qui sont en général contestables du fait de leur caractère moins fondamental, plus spécialisé, changeant et, surtout, contextuel. On opposait autrefois de manière schématique le caractère davantage naturel et fondamental de la socialisation primaire au caractère davantage artificiel et surajouté de la socialisation secondaire qu’on illustrait parfois par le cas de figure de l’immigrant : il ne deviendra jamais un membre « affectif » de la société (il peut apprendre à se comporter comme un membre mais pas à « sentir » comme tel) tandis qu’il pourra devenir médecin, employé ou ouvrier à part entière.

  • 33 Les anxiodépressions contemporaines, dont la prévalence touche une personne sur quatre ou sur cinq (...)

52Dans la pratique, les cas de figures sont fort différents car l’engagement du religieux et de l’employé de banque n’est évidemment pas le même et la proportion de composantes affectives et cognitives non plus. La notion de vocation comporte beaucoup d’éléments affectifs de même que les expressions « se donner » à la musique, à Dieu, à sa profession, etc. Mais il est essentiel de souligner que, pour les auteurs, cela reste des exceptions tout comme l’interférence d’autres mondes l’était également dans la socialisation primaire. Peut-on affirmer aujourd’hui que la socialisation secondaire n’est plus non plus ce qu’elle était en termes d’adhésion plutôt cognitive, d’exceptionnalité de la « vocation », d’instance de transmission de « sous-mondes » contestables ? Peut-on penser à un réinvestissement affectif du travail compte tenu de sa centralité inédite dans la réalisation personnelle des individus, de leur valorisation sociale et de leur identification en tant que membres à part entière de la société, réinvestissement qui soit corrélatif d’un relâchement de l’investissement affectif associé à des configurations familiales plus souples modifiables, contestables et pleines d’interférences qui sont aujourd’hui davantage considérées comme un atout plutôt que comme un problème à régler ? Et, enfin, si c’était davantage au travail que dans la vie de famille que l’on trouvait aujourd’hui non seulement les critères caractérisant un véritable membre de la société mais aussi le lieu où s’éprouvent les véritables enjeux de l’identification affective qui structure les personnalités au sens de Ralf Linton, c’est-à-dire le « fondement culturel de la personnalité » ? 33

53En complément de ces transformations, il semble pertinent de rappeler que Peter Berger et Thomas Luckmann avaient déjà soulevé que toute société complexe où plusieurs mondes sont ouverts les uns sur les autres tend à rendre possible la question existentielle suivante chez les membres d’une société : qui suis-je ? Comment suis-je devenu celui que je suis ? Pourquoi suis-je un tel plutôt qu’un autre ? En effet, c’est dans ce sens que l’individualisme peut menacer ce que la socialisation a mis du temps à échafauder par le choix disponible et fréquent entre identifications différentes, par la possibilité constante d’ouvrir son parcours biographique à la réflexion à d’autres mondes et, en un mot, à la question susceptible d’être paralysante, dépaysante ou souffrante : ai-je fait le bon ou mauvais choix de vie ? Pourtant, cette question qui met en relief l’ouverture possible du parcours biographique à la réflexion permanente sur « sa vie » et à d’autres « mondes » possibles (genre, sexualité, profession, goûts, morale, etc.) devient en quelque sorte un questionnement ordinaire largement établi dans les sociétés contemporaines.

  • 34 Il est intéressant de revenir sur cette réflexion anthropologique classique de Karl Marx qui nous r (...)

54Il ne faut pas comprendre ce processus comme une transformation d’ordre psychologique, mais surtout comme une transformation foncièrement sociétale et existentielle. Sociétale parce que, comme l’a bien signalé Karl Marx lui-même dans le langage de son époque : « C’est seulement dans la communauté qu’existent pour chaque individu les moyens de cultiver ses dispositions dans tous les sens ; c’est donc uniquement dans la communauté que la liberté personnelle devient possible » (Marx, 1982, p. 1110) 34. Les moyens de cultiver les dispositions individuelles se sont sensiblement élargis, faisant du questionnement existentiel, de l’incertitude, du doute, des bifurcations des trajectoires, une donnée de la sociologie normale plutôt qu’une source d’inquiétude au regard de la cohésion ou de la stabilité sociales. Pierre Bourdieu lui-même a signalé tardivement cette question inconfortable pour la sociologie dite critique : « Il m’a fallu beaucoup de temps pour comprendre que le refus de l’existentiel était un piège, que la sociologie s’est constituée contre le singulier et le personnel, l’existentiel et que c’est l’une des causes majeures de l’incapacité des sociologues à comprendre la souffrance sociale » (Bourdieu, 1992, p. 355).

  • 35 On fait référence ici, à plusieurs degrés, aux travaux de Richard Sennet (1977), Christopher Lasch (...)

55Devenir quelqu’un d’autre dans une ou plusieurs dimensions de sa vie (profession, genre, morale, opinions etc.) exige ce que Peter Berger et Thomas Luckmann appelaient des structures de plausibilité, qui sont sociales et extérieures aux individus. Ces structures rendent non seulement possible la nouvelle bifurcation biographique, mais également elles la maintiennent dans le temps et dans l’espace social sans quoi l’interrogation existentielle demeure juste un questionnement intérieur, une vue de l’esprit, un rêve momentané. C’est dans ce sens qu’il ne s’agit pas d’un processus psychologique, d’émergence d’une nouvelle personnalité hypermoderne ou postmoderne 35, mais de la généralisation de conditions sociales nécessaires de possibilité d’être quelqu’un d’autre, d’exercer ses dispositions, comme dirait Karl Marx, d’investir d’autres régions de l’arc des possibles humains, comme dirait Ruth Benedict.

56En matière de psyché, de personnalité ou d’esprit : hors de l’Église (institution), point de salut (foi du croyant) parce que les possibilités d’« arc humain » (Ruth Benedict), les « moyens de cultiver ses dispositions » (Karl Marx) ou les « structures de plausibilité » (Peter Berger et Thomas Luckman) sont foncièrement sociétales. Pourquoi alors ne pas tirer les conséquences nécessaires de ces transformations pour penser à nouveaux frais les problèmes sociaux au-delà des catégories de personnes, des populations ou des profils psychologiques « problématiques » ?

Des populations « problématiques » aux dimensions « problématisées » : un passage analytique devenu nécessaire

57L’intention heuristique de lier l’univers de « ce qui pose problème » au socle sociétal plus large de l’individualité singulière et sociale tel que nous l’avons discuté précédemment et dont l’appartenance à des groupes, classes, réseaux particuliers (majoritaires, minoritaires, conformes, non conformes, etc.) ne peut plus faire l’économie, répond à un objectif précis, à savoir : reformuler l’angle général d’analyse des problèmes sociaux afin d’appréhender davantage des dimensions qui sont « socialement problématisées » plutôt que des populations qui sont désignées comme « socialement problématiques ». À titre d’exemple, au lieu de chercher à identifier des groupes spécifiques de personnes considérées vulnérables, à risque, en danger ou dangereuses, dans un but aidant (protection, soins, etc.) ou dans un but de contrôle (surveillance, répression, judiciarisation, etc.), nous pouvons faire appel à quatre ensembles dimensionnels et processuels qui engagent des différences, des défavorisations, des handicaps et des comportements lesquels, pour des raisons qu’il s’agit toujours de rendre explicites et de discuter en permanence, « posent problème » et deviennent, de ce fait, l’objet d’interventions légitimes (il faut agir) ou encore de négligences déshumanisantes (il n’y a rien à faire) à un moment précis et dans une société précise.

58Nous proposons, de manière très schématique et abstraite, de privilégier l’analyse de quatre dimensions sociétales larges, fondamentales pour penser la non-conformité problématique en la désenclavant des populations qu’on y rattache et dont l’existence reste encore à vérifier. Le tout afin de stimuler la discussion autour de l’univers des problèmes sociaux contemporains sur des bases transversales et processuelles qui renvoient systématiquement à, d’une part, des états, situations et contextes sociétaux « qui posent problème » et, d’autre part, à des dynamiques, des transformations, des mutations sociétales qui permettent de les comprendre et de les expliquer.

59a) Défavorisations problématisées : cette dimension renvoie aux conditions socioéconomiques d’origine structurelle ou processuelle qui portent atteinte objectivement aux conditions générales de vie des personnes ou des groupes. Elles sont représentées, entre autres, par les figures de nouvelles et anciennes pauvretés, l’instabilité au niveau de l’emploi, le chômage de longue durée, la précarité résidentielle, les situations d’itinérance, les difficultés d’accès aux services, l’isolement social, la non-reconnaissance sociale et les formes complexes de vulnérabilité sociale.

60b) Différences problématisées : cette dimension réfère aux manières d’être ou de paraître statistiquement sous-représentées, étranges ou étrangères et susceptibles de susciter l’étonnement, le rejet, la discrimination, la stigmatisation ou le mépris. C’est le cas de certains des styles de vie, des esthétiques vestimentaires, apparences ou traits physiques racisés, étonnants ou hors du commun, etc.

61c) Handicaps problématisés : celle-ci concerne des limitations physiques ou psychiques qui constituent une contrainte objective ou subjective au fonctionnement ordinaire dans la vie quotidienne telle qu’elle se présente dans une société donnée à un moment donné. Qu’on pense, par exemple, aux problèmes de santé physique et mentale, aux incapacités intellectuelles et physiques, etc.

62d) Comportements problématisés : cette quatrième dimension évoque des « passages à l’acte » ou des conduites nuisibles, réprouvées, dérangeantes, dangereuses, menaçantes, risquées (ou perçues comme telles) pour la personne ou des tierces personnes. Cela peut prendre la forme de la violence, de dépendances, de pratiques sexuelles particulières, d’errance ou fuites diverses, de prise de risques sanitaires, d’incivilités, d’abandon de soi ou des autres, de tendances autodestructives ou suicidaires, etc.

63De toute évidence, les univers empiriques interpellés par ces dimensions transversales se chevauchent à plusieurs égards dans chaque cas de figure concret que l’on considère. À titre d’exemple, la situation d’itinérance illustre massivement la dimension de la défavorisation, mais elle implique, à des degrés divers, une distinction sur le plan de l’apparence (dimension de la différence), une plus grande présence de problèmes de santé physique et mentale (dimension des handicaps) et une visibilité accrue de certains comportements qualifiés d’incivils (dimensions des comportements problématisés). Toutefois, ici la dimension la plus marquante et décisive demeure la défavorisation, sans que les autres dimensions soient absentes du processus de définition de ce qui pose problème. Si l’on examine le cas des problèmes de santé mentale graves, ce qu’on appelle les « troubles sévères et persistants » dans la terminologie des politiques publiques, ceux-ci illustrent massivement la dimension du handicap. Toutefois, ils impliquent, à des degrés divers, une situation de pauvreté significative, de difficultés d’employabilité, de précarité résidentielle, d’isolement social, etc. (dimension de la défavorisation), parfois des particularités en ce qui concerne l’apparence et le style de vie excentrique (dimension de la différence) ou encore des gestes perçus comme inquiétants, menaçants, dérangeants, la mise en péril de sa propre santé, etc. (dimensions des comportements problématisés).

64Ces quatre dimensions peuvent être mobilisées aisément pour appréhender sociologiquement « ce qui pose problème » : 1) sans faire appel à un quelconque groupe social qui les incarne et que l’on se représente souvent (littérature sociologique, romans, médias, séries télévisées, etc.) par les exemples les plus stéréotypés et folklorisées (l’itinérant, la prostituée, le junkie, le « bs », le serial killer, etc.) qui produisent des effets d’amalgame dont les conséquences sont lourdes non seulement pour la vie des personnes concernées, mais aussi pour la compréhension générale de la société dans laquelle on vit et 2) sans faire appel à des explications essentiellement constructivistes ou réactionnalistes qui contournent la discussion de fond concernant l’univers de « ce qui pose problème » auquel il faut faire face dans la pratique et à propos duquel il s’agit de faire le débat sur le contenu, les justifications, les inclusions, les exclusions, les déséquilibres, l’adéquation des interventions, etc. En paraphrasant Émile Durkheim dans son argumentation sur l’analyse sociologique du crime, on peut dire que les problèmes sociaux existent bel et bien, qu’il n’existe pas de société sans problèmes sociaux et que ceux-ci ne s’expliquent pas par les caractéristiques psychologiques de certains groupes ou individus.

65L’appel analytique à mettre à l’avant ces quatre dimensions socialement problématisées touchant les inégalités, apparences, dysfonctionnements et passages à l’acte, permet aussi de dégager de manière plus claire le fait suivant : éprouver des problèmes qui affectent directement une personne ou les autres concernant une ou plusieurs sphères de sa vie ne signifie nullement que la dimension concernée investisse l’ensemble des dimensions ou de la vie de la personne, ni qu’elle le fasse de manière permanente. Cette manière d’appréhender « ce qui pose problème » permet de libérer les dimensions non problématiques de l’emprise de ce qui est socialement problématique faisant ainsi obstacle aux processus de déshumanisation de certaines personnes aux prises avec des problèmes graves, ce qui rend possible la mise en pratique de formes d’intervention agressives, envahissantes, irrespectueuses, infantilisantes, méprisantes (lois spécifiques à certains groupes, traitements différentiels, mépris institutionnalisé, etc.) ou encore justifie l’indifférence, la négligence et l’abandon.

  • 36 Pour un exemple récent et novateur d'une approche qui met à profit les transversalités sociétales p (...)

66Le déplacement de l’angle d’analyse de l’univers des problèmes sociaux des « populations problématiques » aux « dimensions problématisées » ne signifie nullement la négation des problèmes auxquels il faut faire face comme politicien, praticien, intervenant ou citoyen, mais la nécessité de les conceptualiser différemment en mettant l’accent comme point de départ sur le fait que les individus qui sont concernés sont des membres à part entière de la société parce qu’enracinés à plusieurs degrés et de plusieurs manières dans une même socialité ordinaire « non problématique », pour le meilleur et pour le pire 36. En effet, le nouveau contexte sociétal pour penser « ce qui pose problème » que nous avons caractérisé par la double injonction à la singularité (individualité singulière) et à la conformité (individualité sociale), comporte des risques et des opportunités qu’on peut se représenter sous la forme classique de deux pôles théoriques idéaux : l’assujettissement et la subjectivation. Le premier, le pôle de l’assujettissement, incarne schématiquement l’interpellation sociale réussie et achevée qui préside à la reproduction sociale non seulement des formes valorisées, attendues, voire institutionnalisées de ce que signifie être un individu aujourd’hui, mais également aux déséquilibres soulignés plus haut concernant les interventions (reconduction des inégalités sociales et de santé, distribution inégale des ressources, débalancement injustifié entre la coercition, l’aide et le conseil selon les cas de figure, etc.). Le second, pôle de la subjectivation, réfère à la mise de l’avant d’autres possibilités alternatives qui se traduit par différentes formes d’érosion des ordres symboliques dominants et des orientations normatives fortes qui reconduisent l’individualité sociale ordinaire ouvrant des espaces d’appropriation positive, de contestation, de revendication, de résistance, de demandes de reconnaissance effective, voire des « passages à l’acte » inattendus, imprévus ou encore novateurs.

67Dans cette optique binaire et schématique d’assujettissement-subjectivation, on peut distinguer deux lignes de force principales contradictoires qui témoignent des tiraillements structuraux des demandes sociétales simultanées de singularisation et de conformité, notamment lorsqu’il s’agit des stratégies d’intervention en matière de problèmes sociaux dans un contexte d’accroissement des inégalités sociales, de santé et d’espérance de vie qui persiste depuis plusieurs décennies. La première ligne de force, plutôt régressive, se caractérise par :

  • 37 Pour une discussion récente sur les glissements entre singularisation et de psychologisation dans l (...)

68a) les obsessions étatiques envers la santé individuelle et populationnelle qui brouillent les profonds clivages sociaux qui les sous-tendent et souvent les expliquent ;
b) les préoccupations éthiques, morales et psychologiques qui se substituent aux iniquités criantes sur le plan de la distribution régressive des ressources matérielles ;
c) la centration psychologisante sur l’individu 37, acteur autonome et responsable de sa trajectoire de vie qui dissimule les positionnements inégalitaires de départ.

69Ces tendances font en sorte que certaines dérives, telles que l’acharnement individualisant, responsabilisant et thérapeutique, puissent accompagner, voire carrément se substituer, aux bienfaits attendus du véritable empowerment revendiqué sincèrement par de nombreux intervenants sociaux et communautaires dans leur action concrète et proclamé rhétoriquement par les politiques sociales gouvernementales.

70Quant à la seconde ligne de force plutôt progressive, elle se caractérise par :

71a) la prise en compte de l’individualité singulière de la personne souvent gommée au profit des caractéristiques de son groupe de référence (clientèle) défini souvent par les catégorisations administratives des politiques gouvernementales, des lectures sociologiques, criminologiques ou psychologiques cliniques, des stéréotypes relayés par les médias, etc. ;
b) la reconnaissance de la dimension de la dignité et du respect des individus dans le cadre de stratégies d’intervention qui se rapportent à des situations de vie pénibles, humiliantes, vulnérables et dévalorisantes ;
c) l’ouverture à des formes de reconnaissance nouvelles et la légitimation de revendications dans des domaines, pratiques, situations autrefois stigmatisés, méprisés, ou encore, incompris et ignorés.

72Ces tendances témoignent de l’émergence, ou encore de la légitimité acquise, de nouvelles exigences et identités sociales ainsi que du rejet de certaines formes de souffrance, de disqualification, d’insatisfaction et de dévalorisation sociale, culturelle, de genre, sexuelle et morale devenues aujourd’hui intolérables. Dans ces cas, ces tendances s’emploient à bonifier plutôt qu’à remplacer les objectifs recherchés des politiques d’intervention sociale ainsi qu’à enrichir la palette d’outils des intervenants du social en assouplissant leurs dimensions coercitives, paternalistes, standardisantes et réductrices.

73Si l’on veut atténuer les dynamiques socialement régressives et soutenir les dynamiques socialement progressives, il nous semble qu’il faille opérer le déplacement théorique proposé dans la compréhension des phénomènes non conformes problématiques afin de contribuer au renouvellement des politiques sociales, des pratiques d’intervention et des formes d’aide actuelles qui ne parviennent pas à atteindre leurs objectifs. Il convient néanmoins de rappeler qu’il ne s’agit pas de revenir à un état de choses qu’on a souvent idéalisé et qui ne répond plus aux dynamiques sociales contemporaines lorsqu’on évoque, par exemple, la solidité statutaire associée à l’ancien pacte fordiste, le style de croissance soutenue des Trente Glorieuses, le caractère protecteur de la famille patriarcale et nucléaire contre l’isolement social et la vulnérabilité de ses membres ou encore l’ancien État-providence comme rempart massif contre la précarité sociale. En effet, le style de développement des Trente Glorieuses n’est soutenable ni souhaitable, ne serait-ce qu’en termes écologiques, le style de vie standardisant associé au pacte fordiste n’était pleinement satisfaisant pour les travailleurs et travailleuses, la famille patriarcale et nucléaire ne permettait pas l’équilibre existentiel minimal entre les hommes, les femmes et les enfants, l’État-providence protégeait les citoyens mais en imposant des logiques bureaucratiques devenues aujourd’hui intolérables. Tel que le mentionne Robert Castel, un auteur insoupçonnable de néolibéralisme, dans son analyse de la transformation de la question sociale :

« On ne peut pas avoir dénoncé l’hégémonie de l’État sur la société civile, le fonctionnement bureaucratique et l’inefficacité de ses appareils, l’abstraction du droit social et son impuissance à susciter des solidarités concrètes et condamner des transformations qui prennent en compte la particularité des situations et en appellent à la mobilisation des sujets. Ce serait d’ailleurs à pure perte, car ce mouvement d’individualisation est sans doute irréversible » (Castel, 1995, p. 767).

74De ce fait, il nous faut tirer les conséquences nécessaires des déplacements, des chevauchements et des commutations dans la redistribution de l’ensemble des dimensions qui sont mobilisées pour définir aujourd’hui non seulement les univers de « ce qui pose problème », mais également de ce qu’on est en droit de revendiquer et de la nature ou du degré d’inégalités qu’on peut tolérer ou non. Et, dans un même mouvement, « il faut s’efforcer de penser en quoi peuvent consister les protections dans une société qui devient de plus en plus une société d’individus » (Castel, 1995. p. 749).

Conclusion

75Objectiver les différences, défavorisations, handicaps et comportements en les incarnant dans des catégories ou groupes de personnes a été un procédé courant à la fois pour appréhender (et penser) un certain nombre de phénomènes non conformes problématiques et pour opérationnaliser et concevoir des stratégies d’intervention politiques, revendicatives, thérapeutiques, etc. Il est nécessaire désormais de s’en débarrasser et de déplacer l’angle d’analyse vers les « dimensions problématisées » non seulement pour aboutir à une compréhension des problèmes sociaux contemporains qui tienne compte des transformations sociétales récentes, mais aussi pour contrecarrer les dynamiques régressives et capitaliser les dynamiques progressives qui y sont associées. Et ce, autant en ce qui a trait à l’élaboration de politiques sociales larges qu’à la conception de stratégies concrètes d’intervention.

  • 38 Dans l’article « Déviance » du Traité de sociologie de Raymond Boudon, on énumère les sept catégori (...)

76L’univers des problèmes sociaux devrait être considéré comme un champ de phénomènes, de pratiques et de significations toujours aux frontières « ouvertes » qu’il s’agit de problématiser à leur tour afin de discuter en permanence l’arbitraire de ce que nous avons appelé la nécessité « viscéralement » normative d’intervenir, qui naturalise sans cesse les partages entre ce qui est « problématique » et ce qui ne l’est pas. Toutefois, pour que le champ des problèmes sociaux soit véritablement « ouvert » il faut encourager trois changements a) au plan théorique : remplacer la vieille question de l’« ordre social-déviance sociale » par le couple plus large et abstrait « action légitime-entraves à l’action légitime » qu’il s’agit de discuter en permanence afin d’actualiser la classification-déclassification de « ce qui pose problème » selon les processus, les contextes et les époques ; b) sur le terrain empirique : dissocier l’univers des problèmes sociaux de son contenu traditionnel « déviant » 38 (crime, aliénation, marginalité radicale, anormalité constitutive, etc.) qui invite presque naturellement à faire appel à la psychiatrie, à la criminologie, à la médecine, à la psychologie, etc. pour qu’elles s’emparent du champ en le morcelant en chasses gardées disciplinaires ; c) au plan pratique : en libérant l’expression « problèmes sociaux » de son association implicite au mandant gouvernemental d’identifier certains problèmes dans certaines catégories de personnes en resserrant les interventions sur des groupes spécifiques.

77Dans cet esprit, il nous semble qu’une mise au point critique s’impose concernant la justification des nombreux et variés cas de figure qui composent l’univers de « ce qui pose problème » aujourd’hui afin de mettre en lumière les déséquilibres, les iniquités et les irrationalités dans la mise en œuvre de l’aide, de la gestion et de la répression de certains phénomènes, situations, comportements et attitudes désignés comme problématiques.

Haut de page

Bibliographie

Abraham J. (2010), « Pharmaceuticalization of Society in Context: Theoretical, Empirical and Health Dimensions ». Sociology, vol. 44, n° 4, pp. 603-622.

American Psychiatric Association (1952), (DSM I), Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Washington, American Psychiatric Association Mental Hospital Service.

American Psychiatric Association (1968), (DSM II), Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Washington, American Psychiatric Association.

American Psychiatric Association (1980), (DSM III), Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders.

American Psychiatric Association (1987), (DSM III-R), Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders.

American Psychiatric Association (1994) (DSM IV), Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders.

American Psychiatric Association (2000) (DSM IV-TR), Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders.

American Psychiatric Association (DSM-5) Development, http://www.dsm5.org/proposedrevision/Pages/PersonalityDisorders.aspx. Consulté le 2 mai 2012.

Becker H. (1985 [1963]), Outsiders, Paris, Éditions Metaillé.

Berger P. & T. Luckmann (2006 [1966]), La Construction sociale de la réalité, Paris, Éditions Armand Colin.

Boudon R. (1992) Traité de sociologie, notamment l’article « Déviance » écrit par M. Cusson, pp. 389-422, Paris, Presses universitaires de France.

Bourdieu P. (1992), Colloque RMI, cité par de Gaulejac V. (2001), Cahiers internationaux de sociologie, vol. CXI.

Canguilhem G. (1955), « Le problème des régulations dans l'organisme et dans la société », Cahiers de l'Alliance Israélite Universelle, n° 92, septembre-octobre, p. XXXX.

Canguilhem G. (2003), Le Normal et le pathologique, Paris, Presses universitaires de France.

Cannon W. B. (1932), The Wisdom of the Body, New York, Norton Editor.

Castel R. (1995), Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat. Paris, Éditions Fayard.

Charbonneau J., Germain A. & M. Molgat (2009), Habiter seul, un nouveau mode de vie ?, Québec, Presses de l’Université Laval.

CMQ (2008), Conseil du médicament du Québec, Usage des antidépresseurs chez les personnes inscrites au régime public d’assurance médicaments du Québec, Étude descriptive - 1999-2004, Québec, Les Publications du Québec.

Comité permanent de lutte à la toxicomanie (2003, La Consommation de psychotropes : portrait et tendances au Québec, Québec, Ministère de la Santé et des services sociaux.

Conference Board (2011), Les Performances du Canada 2011 : bilan comparatif. The Conference Board of Canada.

Crozier M. (1980) « La crise des régulations », dans Mendras H. (dir.), La Sagesse du désordre, Paris, Éditions Gallimard, p. 372.

De Courville Nicol V. (2011), Social Economies of Fear and Desire. Emotional Regulation, Emotion Management, and Embodied Autonomy, Basingstoke, Palgrave Macmillan Editions.

De Koninck M. & D. Fassin (2004), « Les inégalités sociales de santé, encore et toujours », Santé, société et solidarité, vol. 2, pp. 5-11.

Dorvil H. (2010), « Le stigma, une forme spécifique d’inégalité sociale en santé mentale », Cahiers scientifiques de l’ACFAS, pp. 267-291.

Dorvil H., Otero M. & L. Kirouac (2007), Protection ou coercition ? Le point de vue des personnes interpellées par la loi P-38, Montréal, Service aux collectivités, UQÀM.

Dorvil H. & R. Mayer (dir.) (2001), Problèmes sociaux. Théories et méthodologies. Tome 1-2-3-4, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Durkheim É. (1973 [1893]), Les Règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Fassin D. (2004), Des Maux indicibles. Sociologie des lieux d’écoute, Paris, Éditions La Découverte.

Forget D. (2012), Bébés illimités. La procréation assistée et ses petits, Montréal Éditions Québec-Amérique.

Foucault M. (2001 [1961]), « L’éthique du souci de soi comme pratique de la liberté », Dits et Écrits, vol II, Paris, Éditions Gallimard, pp. 1526-1548

Foucault M. (2001a [1984]), « La folie n’existe que dans une société », Dits et Écrits, I, Paris, Éditions Gallimard, pp. 195-197.

Foucault M. (2004), Sécurité, territoire et population, Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, Éditions Gallimard.

Freud S. (2001 [1938]), Abrégé de psychanalyse, Paris, Presses universitaires de France.

Frohlich K. et al. (2008), Les Inégalités sociales de santé au Québec, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

Gauchet M. (1998), « Essai de psychologie contemporaine. Un nouvel âge de la personnalité », Le Débat, n° 99, pp. 164-181.

Giddens A. (1971), Capitalism and modern social theory: an analysis of the writings of Marx, Durkheim and Weber, Cambridge, Cambridge University Press.

Goffman E. (2007 [1963]), Stigmate, Les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit.

Honneth A. (2000), La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf.

ICIS (2007), Améliorer la santé des canadiens. Santé mentale et itinérance, Otawa.

ICIS (2008), Réduction des écarts en matière de santé : un regard sur le statut socioéconomique en milieu urbain au Canada, Ottawa.

Jadva V. et al. (2009), « "Mom by choice, single by life’s circumstance…" Findings from a large scale survey of the experiences of single mothers by choice », Human Fertility, vol. 12, n° 4, pp. 175–184.

Kardiner A. (1969 [1939]), L'Individu dans la société. Essai d'anthropologie psychanalytique, Paris, Éditions Gallimard.

Kirouac L. (2012), De l'Épuisement du corps à l'affaissement du soi. Effets des transformations des « freins » et « contrepoids » du travail sur la vie des individus, Thèse, département de sociologie, Université du Québec à Montréal.

Lafontaine C. (2004), L’Empire cybernétique. Des machines à penser à la pensée machine, Paris, Éditions du Seuil.

Lasch C. (1977), The Culture of Narcissism: American Life in an Age of Diminishing Expectations, New York, Warner Editions.

Linton R. (1977), Le Fondement culturel de la personnalité, Paris, Éditions Dunod.

Lipovetsky G. (1983), L'Ère du vide, Essais sur l'individualisme contemporain, Paris, Éditions Gallimard.

Martuccelli D. (2004), « Figures de la domination », Revue française de sociologie, vol. 45, n° 3, pp. 469-497.

Martuccelli D. (2005), La Consistance du social, Rennes, Presses de l’université de Rennes.

Martuccelli D. (2006), Forgé par l'épreuve, Paris, Éditions Armand Colin.

Martuccelli D. (2010), La Société singulariste, Paris, Éditions Armand Colin.

Marx K. (1982 [1845-5]), L’Idéologie allemande, Paris, Éditions sociales

Mercure D. & M. Vultur (2010), La Signification du travail, Québec, Presses de l’Université Laval.

Merton R. K. (1997), Éléments de théorie de méthode sociologique, Paris, Éditions Armand Colin.

MSSSQ (2011), Ministère de la santé et des services sociaux, Direction de la santé mentale, Rapport d’enquête sur les difficultés d’application de la Loi sur la protection des personnes dont l’état mental présente un danger pour elles‐mêmes ou pour autrui, Québec.

Namian D. (2011), «  Psychologisation ou singularisation ? L’intervention sociale au temps de l’accompagnement », Reflets : revue d'intervention sociale et communautaire, vol. 17, n° 1, pp. 58-89.

Namian D. (2012), Vivre, survivre et mourir accompagné : aux frontières de la vie moindre, Montréal, Presses de l’université du Québec.

Nye R. A. (2003), « The Evolution of the Concept of Medicalization in the Late Twentieth Century », Journal of the History of the Behavioral Science, vol. 39, n° 2, pp. 115-129.

OCDE (2008a), Croissance et inégalités. L’évolution de la pauvreté et des revenus ces vingt dernières années : nouvelles données, Paris, Éditions OCDE.

OCDE (2008b), « Country Note: Canada », dans Croissance et inégalités. Distribution des revenus et pauvreté dans les pays de l’OCDE, Paris, Éditions OCDE.

Otero M. (2003), Les Règles de l’individualité contemporaine. Santé mentale et société. Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval.

Otero M. & G. Dugré (2012), Les Usages des autorisations judiciaires de traitement psychiatrique à Montréal : entre thérapeutique, contrôle et gestion de la vulnérabilité sociale, Montréal, Éditions Action Autonomie.

Otero M. & D. Namian (2011), « Grammaires sociales de la souffrance », Cahiers du cercle interdisciplinaire de recherches phénoménologiques, Montréal, CIRP, vol. 2, pp. 226-236.

Pampalon R. et al. (2008), « Évolution de la mortalité prématurée au Québec selon la défavorisation matérielle et sociale », dans Frohlich K. et al., Les Inégalités sociales de santé au Québec, Presses de l’Université de Montréal.

Protecteur du citoyen (2011), Les Difficultés d’application de la Loi sur la protection des personnes dont l’état mental présente un danger pour elles‐mêmes ou pour autrui (L.R.Q., c.P‐38.001), Québec.

Rose N. (2007), « Beyond medicalisation », The Lancet, vol. 369, n° 9562, pp. 700-702.

Singly de F. (2004), Les Uns avec les autres, Paris, Éditions Armand Colin.

Soulet M.-H. (2004) (dir.), Quel Avenir pour l’exclusion ?, Fribourg Suisse, Éditions universitaires de Fribourg.

Soulet M.-H. (dir.) (2007), La Souffrance sociale, Nouveau malaise dans la civilisation, Académic Press Fribourg, Éditions Res Socialis.

Turbide B. & J. Guillaume (2006), Portrait sociodémographique, socioéconomique et scolaire de la région de Montréal, Montréal, Éditions Québec en forme.

Van Der Geest S. & S. Whyte (1989), « The Charms of Medicins: Metaphores and Metonyms », Medical Anthropology Quarterly, vol. 3, n° 4, pp. 345-367.

Haut de page

Notes

1 Nous développons la question du « nœud » normatif qui lie les différents phénomènes non conformes dans Otero (2008).

2 Malgré l’utilisation fréquente de notions telles que déviance et stigmate dans les travaux portant sur les problèmes sociaux, leur caractère foncièrement relationnel est davantage nommé qu’appliqué concrètement dans le cadre des analyses. En effet, pour Erving Goffman, le stigmate est un type de relation entre un attribut particulier et un stéréotype qui y est socialement associé, une sorte de désaccord interactionnel entre identités réelles et virtuelles dans le cadre d’une situation concrète (Goffman, 2007). Même remarque pour le caractère relationnel de la notion de déviance chez Howard Becker pour qui, s’il est vrai que « les groupes sociaux créent la déviance en instituant des normes dont la transgression constitue la déviance », les exemples particuliers illustrant ces relations sont des cas de figures sans aucune épaisseur psychologique particulière ni consistance sociale stable en tant que groupe (Becker, 1985).

3 Cette expression qui donne le titre au célèbre livre de Ralph Linton, The Cultural Background of Personality, publié originalement en 1945 réfère à la « personnalité de base » qui dote les membres de la société « de manières de comprendre et des valeurs communes qui permettent de répondre de façon unifiée aux situations qui intéressent la culture » (Linton 1977).

4 Ou encore on peut se rappeler la réflexion de William Faulkner qui précède Outsiders, le classique parmi le classiques de l’analyse sociologique de la déviance : « Des fois, je ne sais pas trop si on a le droit de dire qu’un homme est fou ou non. Des fois, je crois qu’il n’y a personne de complètement fou et personne de complètement sain tant que la majorité n’a pas décidé dans un sens ou dans l’autre. C’est pas tant la façon dont l’homme agit que la façon dont la majorité le juge quand il agit ainsi » William Faulkner (1897-1962) cité par Howard Becker.

5 Nous adhérons à une posture de réalisme praxéologique qui met l’accent sur l’action comme réalité première. Aussi, il n’est pas inutile de rappeler la précision faite par Michel Foucault vis-à-vis de la lecture constructiviste et antipsychiatrique de certains de ses travaux lorsqu’il affirme que s’il est vrai que la folie « n’existe qu’en société », elle existe ! (Foucault, 2001 et 2001a).

6 Les régulations trop lâches sont caractérisées de manière typique par l’augmentation du taux du suicide anomique tandis que les régulations trop rigides sont caractérisées de manière typique par la montée du taux de suicide fataliste.

7 Il est intéressant de noter que le DSM-IV (1994 et 2000–Tr ) recensait dix troubles de la personnalité (paranoïaque, schizoïde, schizotypique, antisociale, borderline, histrionique, narcissique, évitante, dépendante, obsessionnelle-compulsive). Le DSM-V, qui verra le jour en milieu de 2013, ne retient que six personnalités pathologiques (schizotypique, antisociale, borderline, narcissique, évitante, obsessionnelle-compulsive). Dans les discussions préalables à la rédaction finale de cette partie du manuel correspondant aux troubles de la personnalité (Personality Disorders), la personnalité narcissique a été au centre de débats intenses car son exclusion était contestée dans la première proposition de révision qui recommandait son élimination en ne gardant que cinq personnalités. (APA, 2012).

8 Cette maxime célèbre appartient au médecin René Leriche (1936), cité par Georges Canguilhem (2003, p. 180).

9 Voir par exemple les travaux de Céline Lafontaine (2004)

10 En effet, l'organisme lui-même, « du seul fait de son existence », résout la contradiction entre la stabilité et la modification. Cette propriété de modération, contrôle ou équilibre congénital est appelée homéostasie par le physiologiste américain Walter B. Cannon (1932). Il a forgé le terme à partir de deux mots grecs, stasis (état, position) et homoios (égal, semblable à).

11 Pour Émile Durkheim, une société est avant tout une communauté morale. Voir l’analyse d’Antony Giddens (1971).

12 Il s’agit des célèbres DSM, soit le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders que publie l’American Psychiatric Association depuis 1952 dans le but de fournir une classification des troubles mentaux commune aux psychiatres étasuniens, mais qui deviendra à partir de 1980 la référence de la psychiatrie mondialisée.

13 Les parenthèses dans les manuels de psychiatrie sont une sorte d’étape de transition qui préannonce la disparition prochaine d’une catégorie, ou bien son entrée prochaine dans le répertoire psychopathologique qui, pour des raisons différentes (négociations entre ordres professionnels, opinion publique, groupes de pression, etc.), ne peut pas être effacée ou incluse trop rapidement.

14 Mais, si l’on s’entête à la débusquer, c’est l’univers des « troubles de l’identité sexuelle » qui la contient sans la nommer.

15 Plusieurs pays ont déjà dépathologisé le travestisme et cette tendance semble se généraliser. Aussi, en Californie, Victoria Kolakowski est devenue en 2010 la première juge transsexuelle (ou transgenre) à être nommée dans le monde.

16 Souvenons-nous de l’investissement récent d’environ 250 millions de dollars, seulement au Québec en l’espace de quelques mois, pour combattre les potentiels effets nocifs de la grippe H1N1 tandis que de maigres ressources sont accordées pour soutenir des individus en situation de grandes pauvreté, isolement ou maladie, dont l’espérance de vie est déjà fortement compromise ou réduite.

17 Il est étonnant de constater le peu de place que le thème de la pauvreté occupe tant dans le débat public lors des élections au Québec et au Canada que dans les programmes de partis politiques majoritaires. Et ce, dans un contexte d’accentuation de la pauvreté absolue et d’approfondissement des inégalités sociales (OCDE, 2008a et c, Conference Board, 2011). Dans le même sens, les statistiques 2011-2012 des résultats des concours du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) vont dans ce sens. Il n’y a eu que quatre projets de recherche sur le domaine « pauvreté » qui ont été soumis, par rapport, par exemple, à 41 sur le domaine « management ».

18 La fonction métonymique à laquelle nous faisons référence ici renvoie de manière générale à la figure rhétorique de substitution de « la partie pour le tout » consistant à utiliser une partie, une dimension ou une composante particulièrement significative d’un phénomène pour illustrer ou désigner le tout, l’ensemble, la totalité. Comme le font par exemple Sjaak Van der Geest et Susan Whyte en parlant du caractère métonymique du « médicament » par rapport à l’univers plus large de la médecine qu’il est capable d’incarner, voire résumer symboliquement, de par sa capacité instituée de frapper efficacement l’imaginaire social (Van der Geest & Whyte, 1989).

19 Comme l’affirme François de Singly, il ne s’agit ni de libéralisme ni de communautarisme, mais d’un modèle général de l’être ensemble où le lien social n’est possible « qu’à la condition de respecter les individus individualisés » (Singly, 2003, p. 21).

20 Afin de bien comprendre ce que nous entendons par moyenne normative, il faut rappeler la distinction foucaldienne entre normation et normalisation. Dans les sociétés disciplinaires telles que définies par Michel Foucault, « on partait d’une norme et c’est par rapport à ce dressage effectué par la norme que l’on pouvait distinguer le normal de l’anormal » (Foucault, 2004). Dans le cas de la normalisation, on part d’un repérage du normal et de l’anormal, car la « norme est un jeu à l’intérieur des normalités différentielles. C’est le normal qui est premier et la norme qui s’en déduit, c’est à partir de cette étude des normalités que la norme se fixe et joue son rôle opératoire ». C’est donc à partir du normal, qui n’est saisissable que dans la pratique sociale concrète, que la norme doit être repérée comme nouvelle « moyenne » de comportement. Et cette norme « moyenne » doit rester toujours ouverte aux jeux « réels » entre le normal et l’anormal afin de rester « opératoire ». Les outils de mesure (sondages, questionnaires, enquêtes, etc.) qui s’abattent sur les populations des sociétés « libérales » avec la régularité méthodique de la science, aussi bien que les manières informelles de collecte d’informations sur nous et nos habitudes (réseaux sociaux, informatiques, forums web, enregistrements automatisés d’achats par carte de crédits, indexation des visites à des sites Internet, etc.) réalimentent constamment le cœur normatif du libéralisme permettant une mise à jour perpétuelle des moyennes afin qu’elles soient toujours opératoires. N’est-ce pas l’un des enjeux vitaux du libéralisme d’hier et du néolibéralisme d’aujourd’hui que de contrer les risques de la « normation » qui peuvent rendre trop rigide son système de gouvernabilité ?

21 Le renouvellement de la sociologie de l’individuation exige de repenser « le primat analytique accordé jadis par la notion de socialisation à la famille et à l’école et à leur ombre plus ou moins durable tout au long d’une vie, sous la forme d’orientations normatives intériorisées ou des dispositions incorporées» (Martuccelli, 2006, p. 25). Autrement dit, quel est aujourd’hui le locus sociologique de l’individuation ? Pour une réponse exhaustive à cette question voir la thèse sur la société singulariste posée par Danilo Martuccelli (2011).

22 Le mot « pauvres » dans ce rapport désigne « ceux dont le revenu est inférieur à la moitié de la valeur médiane nationale » (OCDE, 2008a).

23 Ainsi, si l’on considère les pourcentages d’incidence des différents facteurs déterminants de la santé globale de la population, l’Institut canadien de recherches avancées estime que les facteurs socioéconomiques sont les plus déterminants (50%), suivi des caractéristiques des systèmes de soins de santé (25%), des facteurs génétiques (15%) et des facteurs environnementaux (10%). Autrement dit, 75 % de la santé d’une population est « déterminée » par l’impact de facteurs non-biologiques et leur interaction complexe dans les vies concrètes des personnes.

24 Au Canada, le statut socioéconomique (SSE) est clairement relié à la prévalence de problèmes de santé mentale, car les personnes correspondant au SSE inférieur ont 2,3 fois plus de problèmes de santé mentale graves (troubles sévères et persistants), presque 2 fois plus de problèmes de santé mentale moins graves (dépression et anxiété) et 3,4 fois plus de problèmes de consommation de drogues et d’alcool que les personnes correspondant au SSE supérieur (ICIS, 2008). Dans le cas du Québec, si on considère l’ensemble des adhérents à la RAMQ, on note que les catégories d’usagers les plus vulnérables sur le plan économique et social consomment deux fois plus de médicaments psychotropes que la moyenne (22 % contre 11%) des adhérents (CPLT, 2003).

25 Même des sociologues d’inspiration marxiste, structuraliste et « critiques » peuvent eux aussi se montrer aujourd’hui sensibles au thème de la subjectivité malmenée des classes subordonnées, autrefois largement négligée comme « petite misère de position ». Au début des années 1990, deux travaux sont fort symptomatiques de ce virage : La Lutte pour la reconnaissance (édition originale en 1992) d’Axel Honneth et La Misère du monde (1993) de Pierre Bourdieu.

26 La définition de trouble mental avancée par le DSM IV est la suivante : « chaque trouble mental est conçu comme un modèle ou un syndrome comportemental ou psychologique cliniquement significatif, survenant chez un individu et associé à une détresse concomitante (p. ex., symptôme de souffrance) ou à un handicap (p. ex., altération d’un ou plusieurs domaines du fonctionnement) ou à un risque significatif élevé de décès, de souffrance, de handicap, ou de perte importante de liberté » (American Psychiatric Association, 2000, p. 35).

27 Pour une analyse systématique et éclairante des formes de domination contemporaines voir Danilo Martuccelli (2004).

28 Les auteurs utilisent le terme « émotif » plutôt qu’« affectif » sans doute parce que le terme « affectif » n’a pas d’équivalent en anglais. Pour une analyse sociologique systématique sur la question des émotions, voir l’excellent travail de Valérie De Courville Nicol (2011).

29 Dans le cas du Québec, il est impossible de ne pas penser à l’œuvre de Michel Tremblay où les femmes omniprésentes et plurielles (multiplicité de ces « autrui significatives ») constituent l’environnement névralgique de la socialisation primaire.

30 Pour le phénomène de Single Mothers by Choice, voir notamment l’étude de Vasanti Jadva et al. (2009) ou encore le site www.singlemothersbychoice.org

31 Pour une mise à jour des méthodes de procréation assistée et de l’évolution des cadres légaux selon les pays qui montrent les configurations en cours de nouvelles familles individuelles, homoparentales, tardives, etc., voir Dominique Forget (2012).

32 Linton soulevait les effets à long terme sur les individus adultes des modèles de famille ouverte et étendue, d’une part, et fermée et restreinte, de l’autre. L’amour romantique et exclusif ne lui semblait possible que dans une société caractérisée par le modèle de famille restreinte et fermée (nucléaire). Dans cette logique, la pluralité et la non exclusivité des « autrui » significatifs familiaux favorise de modèles amoureux moins exclusifs et permanents ainsi que plus ouverts et instables.

33 Les anxiodépressions contemporaines, dont la prévalence touche une personne sur quatre ou sur cinq selon les études et les manières de les mesurer, sont massivement reliées aux expériences pénibles au niveau du travail (trop de travail, travail sans qualité, travail dévalorisant, travail trop exigeant, travail précaire, pas de travail, etc.). Nous discutons ailleurs les études et les chiffres concernant les maux affectif et psychologiques du travail et de la performance (Otero, 2012, notamment au chapitre 3).

34 Il est intéressant de revenir sur cette réflexion anthropologique classique de Karl Marx qui nous rappelle qu’il n’est point besoin de recourir à quelque psychologisme pour décrire les conditions de possibilité de la liberté personnelle et, de manière plus large, pour penser ce qui signifie un individu social singulier. La notion d’extrospection de Danilo Martuccelli nous rappelle également la possibilité d’étudier l’action singulière sans faire appel aux psychologismes ni aux individualismes méthodologiques (Martuccelli, 2012).

35 On fait référence ici, à plusieurs degrés, aux travaux de Richard Sennet (1977), Christopher Lasch (1977), Gilles Lipovestky (1983) et Marcel Gauchet (1998).

36 Pour un exemple récent et novateur d'une approche qui met à profit les transversalités sociétales plutôt que les catégorisations populationnelles pour analyser des phénomènes aussi complexes que l’itinérance et la « fin de vie », voir Dahlia Namian (2012). Aussi, nous avons abordé la question des problèmes graves de santé mentale à Montréal dans une perspective dimensionnelle qui tente de comprendre les dimensions problématiques nouées dans les principaux cas de figure interpelés par le dispositif de psychiatrie-justice montréalais (Otero 2011).

37 Pour une discussion récente sur les glissements entre singularisation et de psychologisation dans l’intervention sociale, voir Dahlia Namian (2011).

38 Dans l’article « Déviance » du Traité de sociologie de Raymond Boudon, on énumère les sept catégories principales : crimes et délits, suicide, abus de drogues, transgressions sexuelles, déviances religieuses, maladies mentales et handicaps physiques (Boudon, 1992).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcelo Otero, « Repenser les problèmes sociaux », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4145

Haut de page

Auteur

Marcelo Otero

Département de sociologie, Université du Québec à Montréal, Centre d’histoire des régulations sociales et Collectif de recherche sur itinérance, la pauvreté et l’exclusion sociale), Montréal, Qc., Canada - Otero.Marcelo@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page