Navigation – Plan du site
Genre et vieillissement

L’autonomie au grand-âge : corporéisation du vieillissement et distinctions de sexe

Ingrid Voléry et Monique Legrand

Résumés

Cet article interroge les désignations et les perceptions genrées de l’autonomie et de la dépendance au grand âge. Partant de l’analyse d’une quarantaine d’entretiens d’hommes et de femmes vieillissants, il s’intéresse en particulier aux processus à travers lesquels les corps des personnes âgées sont qualifiés (quels acteurs, quels arguments, etc.), puis comment les désignations qui en découlent renforcent (ou non) la bi-catégorisation de sexe et l’« argument de nature » spécifiant le système sexe-genre construit lors du passage à la modernité. Ces entretiens ont montré : d’une part, que la détermination des indices scandant l’expérience matérielle et subjective du grand-âge dépend désormais largement de l’observation des corps – en particulier de ceux engagés dans le travail anthroponomique et le care nécessaire au maintien à domicile et, d’autre part, que ce recours aux corps renforce la sexuation des visions et des pratiques du vieillir. Au plan du contenu des normes, on note la recomposition des critères d’assignation et de hiérarchisation des positions sexuées : à travers la référence croissante à l’autonomie des unes et des autres, ce sont en fait les marqueurs corporels supposés neutres et objectifs qui sexuent les formes de vieillissement et discriminent les modes d’accompagnement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous empruntons le terme de biographisation à René Levy (2001). À bien des égards, le terme peut êt (...)

1Depuis plusieurs années, un grand nombre de sociologues s’accordent sur l’importance de processus tendant à faire de l’individu une unité de lecture et un principe d’organisation du social. À telle enseigne que, pour certains, « les changements sociaux sont mieux visibles à partir des biographies individuelles que des sociographies de groupe ou de classe sociale » (Martuccelli, 2005). C’est, en revanche, sur les effets de cette individualisation que les lectures se contrastent. D’un côté, les héritiers des approches matérialistes considèrent que les discours valorisant l’individu agissent en trompe-l’œil et dissimulent la persistance des critères de stratification sociale construits au tournant du xixe siècle : qu’il s’agisse de la classe sociale, du genre ou bien de l’âge. Tout au plus, génèreraient-ils une « biographisation » des vécus : ce qui était autrefois vu comme une trajectoire sociale est désormais perçu comme la résultante de choix personnels ou de subjectivités singulières 1. De l’autre, les tenants des perspectives post-modernes insistent, au contraire, sur une indétermination réelle des expériences sociales : l’individu contemporain serait de moins en moins caractérisé par l’appartenance à un statut ou à un collectif – ce qui implique de repenser les marqueurs de stratification sociale propres à la modernité. Cette contribution n’entend évidemment pas trancher car il nous semble difficile d’apporter une réponse uniforme valant en tout point et en tout lieu de l’espace social. Nous entendons plus modestement poser la question des effets de ce processus d’individualisation sur les appartenances sexuées et leur potentiel classificatoire en partant d’un champ d’enquête précis : celui du grand-âge.

L’individualisation du grand-âge : le retour de la « vérité des corps » ?

  • 2 Le terme de « police » recouvre ici une gestion de la matérialité du corps social qui s’étend jusqu (...)
  • 3 Cf. ici la Grille AGGIR, déjà utilisée à l’époque de la prestation « Solidarité-dépendance » et à n (...)

2Pourquoi le grand-âge ? D’abord, parce que les travaux étudiant, de manière croisée, les rapports de genre et d’âge ne sont pas légion, mais surtout parce que la scansion sociale de l’avancée en âge et les expériences de la vieillesse nous paraissent particulièrement affectées par ce processus d’individualisation. Qu’ils soutiennent la thèse radicale d’une désinstitutionalisation du cours de vie (Kholi, 1989 ; Guillemard 1993) ou plus modérément, celle d’une redéfinition de ses marqueurs (Attias-Donfut, 1989 ; Cavalli, 2012), plusieurs chercheurs ont pointé combien les aptitudes individuelles sont désormais érigées en clef de lecture et en levier d’action sur l’expérience du grand-âge. Clef de lecture tant il est vrai que l’entrée dans le grand-âge n’est plus reliée ni à un seuil d’âge clairement repérable, ni à une position dans un lignage (grand-paternité/maternité), ni même à la sortie de la sphère productive (retraite) (Caradec, 2007 ; Lalive d’Épinay & Cavalli, 2007). « Il n’y a pas d’âge pour vieillir… ça dépend de comment on est dans sa tête » a-t-on souvent entendu dans les entretiens effectués. Levier d’action car les politiques publiques, mais aussi les familles, mettent l’individu et son entourage au cœur de ce qu’à la suite d’Hélène Thomas on peut appeler une « police du grand-âge » (Percheron & Rémond, 1991 ; Beaulieu, 2005 ; Thomas, 2005) 2. Désormais, les formes du vieillir sont indexées à des qualités individuelles : qu’il s’agisse d’aptitudes réflexives autorisant la déprise (Clément, Drulhe, Durand & Membrado, 1998), d’un « travail biographique » accompagnant l’avancée en âge (Caradec, 2007 ; Vinel, dans ce dossier) ou bien d’aptitudes corporelles plus ou moins essentialisées. Si l’on considère l’évolution des politiques publiques de la vieillesse depuis le milieu des années 1990, force est, par exemple, de constater une centration sur la notion d’autonomie (motrice, psychique), utilisée pour hiérarchiser les formes de vieillissement et filtrer l’accès à l’aide publique (notamment à l’Allocation personnalisée d’autonomie - APA) 3. Tout se passe comme si la discrimination des formes de vieillissement dépendait de données corporelles « objectives » qui déterminent à la fois l’autonomie fonctionnelle et l’isolement social. Et bien que fortement discutable au plan théorique (Rose, 2007), ce recours à la « vérité des corps » n’affecte pas seulement les politiques publiques. Il semble également s’immiscer dans le champ des sciences sociales. C’est en tous les cas ce que tendent à montrer les travaux expliquant l’isolement social des personnes âgées par les seules pertes de mobilité et dégradations des états de santé. En quoi cette centration sur les corps repose-t-elle la question du genre ? Atténue-t-elle la bi-catégorisation de sexe et les traitements différentiels des hommes et des femmes – le corps-vieux prenant, d’une certaine manière, le pas sur le corps sexué ? Transforme-t-elle les systèmes de justification mobilisés par les personnes âgées et leur entourage pour sexuer et discriminer les expériences matérielles et subjectives du grand-âge ? Telles sont les questions posées dans cette contribution.

  • 4 Parmi lesquels vingt-huit femmes et treize hommes, de catégorie sociale plutôt moyenne ou moyenne i (...)

3Pour y répondre, nous avons cherché à comprendre les processus à travers lesquels les corps des personnes âgées sont qualifiés (quels acteurs, quels arguments, etc.), puis comment les désignations qui en découlent renforcent (ou non) la bi-catégorisation de sexe et l’« argument de nature » spécifiant le système sexe-genre construit lors du passage à la modernité (Laqueur, 1992). Pour ce faire, nous avons réalisé une quarantaine d’entretiens avec des personnes âgées de 75 ans et plus 4. Et, dans cinq cas, nous les avons complétés par une vingtaine d’entretiens avec des autruis significatifs intervenant dans la définition des marqueurs censés scander l’avancée en âge (Caradec, 1998). Ces entretiens ont montré : d’une part, que la détermination des indices scandant l’expérience matérielle et subjective du grand-âge dépend désormais largement de l’observation des corps – en particulier de ceux engagés dans le travail anthroponomique et le care nécessaire au maintien à domicile et, d’autre part, que ce recours aux corps renforce la sexuation des visions et des pratiques du vieillir.

La « robustesse » des femmes âgées

  • 5 Les travaux de sociologie de la famille ont, en effet, montré que l’inflexion de ce modèle du « Mon (...)

4Comment les corps des femmes âgées sont-ils perçus ? Il faut ici tenir compte de l’organisation domestique sur la base de laquelle les couples ont fonctionné et continuent souvent à fonctionner au grand-âge. L’analyse a très rapidement montré la persistance de ce que les sociologues du genre ont appelé le modèle du « Monsieur Gagne-pain » 5. Que recouvre-t-il exactement ? D’abord, un certain type de répartition des tâches puisqu’il est généralement utilisé pour rendre compte de situations dans lesquelles les hommes sont estimés en charge de pourvoir aux besoins du ménage (via leur activité salariale par exemple) tandis que les femmes s’occupent de l’organisation du quotidien. Mais plus fondamentalement, ce modèle recouvre une économie normative spécifique car, comme l’ont bien montré les féministes matérialistes (Delphy, 1975 ; Guillaumin, 1978 ; Mathieu, 1991), cette partition de territoires réservés aux hommes et aux femmes s’accompagne de discours justifiant l’asymétrie par des qualités et des dispositions morales essentialisées. Par exemple, les femmes (âgées ou non) vont se voir assigner les tâches ayant trait au bien-être et au souci de l’autre, au prétexte d’habiletés découlant de leur sexe biologique : que ces activités concernent l’entretien du lieu de vie (nettoyage, décoration, petit équipement), la gestion financière courante (en particulier lorsque les revenus sont faibles), l’entretien des corps (via l’alimentation, les soins ordinaires), ou encore, la préservation des relations existantes entre les membres de la famille (gestion des relations aux enfants, petits-enfants, gendres, aux belles-familles, mais aussi des relations entretenues au sein des familles constituées par leurs enfants).

Responsabilité de l’organisation domestique quotidienne et corps-pour-autrui

  • 6 Voir les travaux soulignant l’appropriation collective des corps féminins (et de leurs produits) ét (...)
  • 7 Cf. le corps instrumentalisé qu’observe Paola Tabet (1979) dans les sociétés de chasse et de cueill (...)

5En même temps qu’elle délimite quotidiennement des territoires masculins et féminins aux frontières étanches et aux contours fixes, cette organisation matérielle construit donc également des représentations particulières : notamment l’idée selon laquelle les ressources des femmes doivent d’abord être dédiées au collectif. Ce processus a déjà été étudié sous divers aspects : c’est le cas de l’argent des femmes (Belleau & Henchoz, 2008), de leur temps (songeons ici aux travaux ayant montré combien ce dernier était d’emblée vu comme un temps polychrone dédié au collectif) (Bessin, 1999 ; Welzer-Lang, 2000), de leur attention (la charge morale liée à la double journée) ou encore des tâches domestiques (Kaufmann, 1992). Mais nous traiterons plus particulièrement ici d’une autre forme de collectivisation : celle de leur corps. Jusqu’alors, elle a plutôt été analysée à partir des normes de séduction ou de reproduction auxquelles les femmes doivent se plier et desquelles les femmes âgées peuvent s’abstraire 6. Pourtant, cette collectivisation continue à concerner un corps qui, au grand-âge, n’est plus pensé comme un corps reproductif, mais comme un instrument du travail pour et sur autrui 7. En d’autres termes, la « valeur » du corps des femmes âgées va dépendre de la manière dont il parvient à servir le collectif. Leurs potentialités seront ainsi appréciées en regard : d’une part, de leur capacité à faire face aux exigences domestiques quotidiennes (assurer l’entretien du domicile, l’organisation des repas, des soins ordinaires, des relations sociales nécessaires à l’exercice des solidarités familiales ou de voisinage aujourd’hui encouragées) et, d’autre part, de leur aptitude à se plier aux obligations du collectif (faire face, résister et s’adapter).

La robustesse des femmes ou l’émergence d’une corporéité spécifique aux conjointes âgées

  • 8 Pour ce qui concerne le « paradoxe du genre », voir sa première mise en forme par Constance Natanso (...)

6C’est ce que montre l’analyse de la notion de « robustesse » des vieilles femmes, portée par les hommes et les femmes âgé-e-s mais aussi par leur entourage : « Maman, elle est plus robuste », « Ma mère est plus résistante » ; « Dans ma famille, on est dures au mal : ma mère, ma grand-mère. Moi c’est pareil, jamais je ne me plains » ; « Cela, on me l’a toujours dit dans ma famille : "toi, tu as toujours le moral" ». Cette représentation mérite analyse car elle semble marquer une double rupture. Rupture d’avec ce que l’on sait des perceptions sociales des corps féminins qui, de l’enfance à l’âge adulte, sont, au contraire, souvent jugés plus fragiles et valétudinaires : petites filles à qui l’on apprend à ne pas courir pour ne pas se faire mal (Octobre, 2010), jeunes filles à qui l’on enseigne la surveillance perpétuelle de soi (Löwy, 2006), femmes mûres invitées à étroitement surveiller la fin de leur activité reproductive (Kérisit & Pennec, 2001 ; Vinel, 2007) ou la poursuite de leur activité physique (Henaff-Pineau, dans ce dossier). Rupture également d’avec un modèle biomédical qui continue à poser les corps des femmes âgées comme étant plus « fragiles », plus « cassants », plus « morbides » (Katz, 2002) 8. En particulier, l’analyse des entretiens montre que la notion de robustesse renvoie à deux éléments.

7Glissement des registres de perception du corps vieux, en premier lieu. En effet, la notion de robustesse concerne un corps féminin qui n’est plus un corps procréatif que l’on va plier au souci esthétique et à l’exigeante préservation des capacités reproductives mais un corps-instrument du travail anthroponomique, domestique et du care. Cette vision du corps des femmes âgées est particulièrement visible lorsque l’on considère la manière dont elles répondent aux questions posées par les enquêteurs. Quand les références au corps apparaissent-elles ? Pas vraiment à l’occasion des questions portant sur leur définition de ce que c’est qu’« être vieux », ni même encore lorsqu’il s’agit de livrer une conception de la « bonne santé » (d’ailleurs largement influencée par les normes médicales valorisant la diététique et la pratique sportive régulière). C’est lorsqu’il s’agit de présenter les conditions de vie quotidienne que la description des habiletés, des déficiences et des prescriptions corporelles se fait plus précise. Par exemple, Julie, 72 ans (au foyer, conjoint commercial en retraite) associe le fait de « pouvoir faire ses courses » à la validité et au-delà, au fait d’avoir un but permettant de faire du grand-âge une expérience sociale demeurant significative : « C’est important d’être valide, d’avoir un but… sortir faire ses courses ». Plus largement, les discours des femmes interrogées tendent à montrer à quel point le corps, auquel elles font référence, est un corps qui permet de tenir son rôle domestique, mais aussi son rôle vis-à-vis du conjoint et de l’entourage. D’une certaine manière, il permet de se classer dans une lignée féminine (« Dans ma famille, on est comme ça…ma mère, ma grand-mère ») et de maintenir un crédit familial ; crédit duquel semble dépendre l’estime que ces femmes peuvent avoir d’elles-mêmes, en particulier lorsqu’elles n’ont jamais eu d’activités extrafamiliales et extra-domestiques : « Moi j’ai dit non à l’assistance sociale. Elle me dit : "attention, avec votre mari Alzheimer, vous allez vous épuiser". J’ai dit que tant que mes jambes me portent, je continue... c’est comme ça. Ma voisine, c’est pareil ». Ce point de vue se retrouve chez Gaby, 80 ans, dont le mari est retraité de l’armée (« On a de la pudeur dans la famille », « Je suis dure à la douleur. Dans ma famille, on est comme ça ma grand-mère, ma mère. On ne dit pas qu’on a mal. Ma mère, elle a fait pareil pour son père et son mari »), mais aussi, chez Estelle, 78 ans, ancienne médecin généraliste : « [À propos de ses difficultés à poursuivre sa vie après le décès de son mari et des problèmes de santé divers] Moi j’ai un principe dans la vie. Mes difficultés, je les mets dans la poche et le mouchoir par-dessus ». Le corps va donc être jugé « robuste », dans la mesure où les femmes âgées parviennent à réaliser ces activités en dépit de la maladie : symétriquement, la « vraie maladie » est celle qui prive le corps de sa capacité à tenir ce double rôle d’entretien du domestique et des relations familiales.

8Ceci amène au second élément, régulièrement rencontré dans les entretiens réalisés et qui intègre totalement l’idée selon laquelle ce qui rend les femmes robustes, c’est le fait qu’elles ont été socialisées à « prendre sur elles », à accepter des événements sur lesquels elles n’ont que peu de prise : événements corporels (songeons ici à la conceptualisation médicale du « tempérament féminin » recouvrant l’« incapacité des femmes à maitriser un corps qui coule, un corps qui s’engorge, qui agonise » [Roch et alii, 2005]), mais également, événements sociaux ou familiaux. Tant et si bien que le jugement porté sur la robustesse des corps féminins n’est pas seulement un discours sur le corps : on trouve d’ailleurs peu de qualificatifs se référant à telle ou telle partie de leur anatomie (dos, articulations, jambes, etc.) ou à des symptômes spécifiques. C’est avant tout un discours sur l’aptitude des femmes à plier leur corps aux normes sociales (Balard, 2010 ; Membrado, 2010). La chose est particulièrement repérable lorsque l’on s’intéresse à la manière dont les femmes âgées décrivent la fatigue accompagnant le « devenir vieux ». Celle-ci est, en effet, rarement décrite en termes de fatigue physique et plus volontiers en termes de fatigue morale. C’est ce dont témoigne Julie lorsqu’elle évoque le récent décès de son mari :

« J’étais fatiguée donc je n’ai rien entrepris de définitif. Je me suis reposée et je vais voir ce que je veux faire [de ma vie]. Vous savez quand on est marié, on a son mari, ses enfants. Après, j’ai eu la maladie de mon mari. Donc je n’ai pas fait attention à moi… ce n’était pas moi. Et là j’ai senti qu’il fallait que je me ressource pour passer à autre chose… et cette période-là, c’est la dernière ».

9On mesure ici à quel point le discours sur la fatigue exprime, plus largement, les difficultés que ces femmes âgées éprouvent à se conformer à une norme valorisant le fait de « prendre sur soi » pour assumer, le plus longtemps possible, la responsabilité du bien-être et de la santé des membres de la famille : « Après, j’ai eu la maladie de mon mari » nous dira Julie.

10Loin d’être la stricte trace de socialisations familiales qui auraient suscité l’intériorisation et l’adhésion à de telles attitudes (l’amour de son destin de genre aurait dit Pierre Bourdieu) (Bourdieu, 1998), la conformation des femmes à ces impératifs de robustesse physique et morale est encouragée par un entourage délivrant des messages qui, pour être affectueux, n’en sont pas moins prescriptifs (Court, 2010).

Quand seuls les « impérieux besoins du corps » peuvent exonérer de l’injonction au gouvernement de soi

  • 9 Faire de la déficience corporelle le seul cas légitimant la subversion des normes du gouvernement d (...)
  • 10 On soulignera ici que ces discours sur le bien-vieillir entretiennent des liens avec les problémati (...)

11Cette valorisation de la robustesse physique et morale des femmes âgées prend, de fait, une résonance d’autant plus particulière qu’elle s’inscrit dans une « police des âges » (Thomas, 2005) qui, d’un côté, érige l’injonction à l’autosuffisance et au gouvernement de soi en priorité absolue et qui, de l’autre, fait du corps (de ses besoins impérieux, de sa « vérité »), le seul cas de figure pouvant affranchir les personnes des responsabilités sexuées, définies dans le cadre du couple et de l’espace familial 9. Rappelons les propos de cette femme âgée : il faut tenir son rôle « tant que les jambes portent ». Et il importe de résister physiquement, en particulier en acceptant et en composant avec des transformations sur lesquelles le sujet âgé n’a que peu de prise. En somme, à l’instar des discours actuels valorisant cette forme de courage consistant moins à aller au-devant de l’événement qu’à l’accepter et à composer avec 10, l’entourage insistera sur la capacité des mères âgées à « prendre sur elles ». Et il n’hésitera pas à rappeler le principe lorsque ces dernières tenteront de s’en affranchir. Ainsi s’entendent les commentaires les invitant à « ne pas se laisser aller » et à se « prendre en main » – quitte pour cela à instrumentaliser les discours médicaux valorisant le vieillissement actif : « Il faut qu’elle se bouge si elle veut vieillir en bonne santé… Hein, ils le disent à la télé ». C’est le cas de ce conjoint qui « ne comprend pas parce qu’il va dire de suite que je me laisse aller » ; de ce fils reprochant à sa mère de ne pas être « habillée » pour recevoir l’enquêtrice ; ou de cette fille « râlant parce qu’il y a beaucoup de laisser-aller au niveau du ménage » et soulignant combien « il faut se bouger si tu veux continuer à bien vieillir ».

12Parallèlement, la fatigue soulignée par les femmes âgées semble d’autant moins relayée par l’entourage que seules les pathologies entravant le corps « instrument du travail pour autrui » (l’alitement, le fauteuil roulant) sont perçues comme pouvant les exonérer des obligations domestiques. Il est d’ailleurs significatif de voir que, pour les fils comme pour les filles, les marqueurs indiquant l’existence probable d’une maladie recouvrent, bien souvent, l’incapacité d’une mère à faire ses courses ou son ménage comme avant :

« Après on a vu qu’elle perdait la tête. Enfin c’est ma sœur qui nous a alertés car mon frère et moi, on n’aurait rien vu. Un jour elle nous a dit : "Réveillez-vous ! Vous avez regardé son frigo ! Il n’y a que des yaourts pratiquement ! Ça ne va plus… elle perd la tête…". Et à partir de là on a organisé des tours de garde entre nous trois – mon frère, ma sœur et moi » (Yannick, employé de commerce, 35 ans).

  • 11 Cf. Nicole-Claude Mathieu (1991). Partant d’études de cas, l’auteure montre, en outre, comment le p (...)
  • 12 Ces capacités de résistance supposées restent à démontrer et, le cas échéant, à expliciter sans se (...)
  • 13 Alors même que les enquêtes épidémiologiques montrent le contraire (DREES, 2009, p. 18).

13Cette importance prise par la maladie – et au-delà par tout ce qui est perçu comme relevant d’un besoin corporel échappant à la volonté – explique pourquoi un certain nombre de femmes n’hésitent pas à utiliser l’avis du médecin pour faire reconnaitre leur expérience corporelle (« Moi, je me sens fatiguée », « Je suis malade quand même ! ») et, tantôt s’affranchir d’un certain nombre de tâches leur incombant, tantôt s’autoriser à demander une aide. C’est le cas de cette dame âgée qui n’hésite pas à solliciter l’aide publique mais aussi le soutien de ses belles-filles, par ailleurs aidantes de leur parent âgé, au motif que « avec toutes les maladies que j’ai, je ne comprends pas que je ne sois pas plus aidée ». C’est également le cas de ces compagnes âgées qui tentent d’obtenir une caution médicale renforçant leur demande : par exemple, en poussant le sociologue à obtenir du médecin généraliste un avis rendant nécessaire le placement du conjoint : « [À l’enquêtrice] Ce qu’il faudrait, c’est que vous alliez parler au médecin pour lui dire que, moi, je ne peux plus toute seule. Moi, il ne m’écoute pas. Vous voyez bien comment il est mon mari… ». On mesure ici à quel point la transformation des normes codifiant l’expérience du grand-âge va construire un traitement différentiel des femmes âgées dès lors qu’elle s’articule à un stéréotype issu du rapport de genre : l’opposition du « courage des dominants » (renvoyant à la capacité masculine à provoquer l’épreuve, à la maitriser en faisant preuve de force physique et morale) au « courage des dominés » (la résistance des femmes renvoyant à l’aptitude à plier leurs corps aux contraintes exogènes) 11. En d’autres termes, plus l’entourage va valoriser la capacité du sujet très âgé à composer avec un cadre sur lequel il a de moins en moins prise, plus les femmes âgées, éduquées mais aussi invitées à prendre sur elles, vont être jugées plus résistantes aux changements 12 et plus solides psychologiquement 13.

14C’est donc autour de la vision d’un corps féminin comme un « corps pour autrui », un instrument doté de robustesse physique ou morale, que la sexuation des expériences du grand-âge et des manières de l’accompagner se structure. Qu’en est-il dans le cas des hommes âgés ?

La « fragilité » des hommes âgés

15Les perceptions de l’entrée en dépendance, mais aussi les principes de justice légitimant le déclenchement de l’aide familiale à l’endroit des hommes âgés dépendent, là encore, de la manière dont leur corps est perçu. Et ces visions ne se construisent ni en relayant la lecture biomédicale caractérisant la mesure institutionnelle de la dépendance, ni in abstracto. Elles découlent, là encore, des conditions structurelles d’existence que ces hommes ont connues et, tout particulièrement, de l’organisation domestique qu’ils ont pu expérimenter tout au long de leur vie. En l’occurrence, l’influence du modèle du « Monsieur Gagne-Pain », présenté plus haut, demeure vive et nous conduit là encore à préciser les perceptions des rôles et corps masculins qui en découlent.

Maitrise du cadre et corps-pour-soi

16La première dimension, spécifiant la définition des territoires masculins dans ce modèle du « Monsieur Gagne-Pain », concerne assurément les types de tâches qui ont été (et demeurent) assignés aux hommes de ces générations. Elles recouvrent, en effet, les activités autorisant la maitrise de la position sociale du ménage. Pour se comporter en « homme-chef de famille », il importe de contrôler les ressources économiques – ramener la majorité des revenus, prendre les décisions relatives à l’emploi féminin, exercer un droit de veto sur les décisions financières même si l’argent est quotidiennement géré par les épouses (Komter, 1989 ; Tichenor, 2008), ou bien encore gérer le patrimoine et l’argent dans les milieux aisés – mais aussi les ressources sociales du ménage : choix du lieu de vie, maitrise du véhicule, de la mobilité et des relations sociales des membres de la famille, etc. Et comme l’a bien montré Alain Chenu, lors du passage à la retraite, cette bipartition persiste (Chenu, 2001). Ainsi, les hommes âgés interrogés s’efforcent-ils de continuer à prendre en charge la gestion des espaces extérieurs leur permettant de s’extraire du domus et des obligations collectives qui l’accompagnent (garder du temps pour soi – jardin, bricolage, vélo, informatique dans les milieux plus aisés) ou bien à maitriser la mobilité (la leur et celle de leur femme) : « Tant que je peux encore conduire… je fais le pilote pour ces dames. J’ai vu que je pouvais conduire tout seul pendant plusieurs centaines de km alors je me suis dit que je n’étais pas encore cuit » ; « La voisine, je l’emmène aux courses parce qu’elle n’a pas de bagnole et puis elle m’a même avoué qu’elle glissait des commissions pour une autre dame âgée mais moi je prends pour tout le monde… Elles ont la chance d’avoir un pilote comme moi » (Alain, 81 ans, électricien en retraite, épouse au foyer) ; « Je suis parti d’une traite Nancy-Ardèche. J’étais agréablement surpris de pouvoir faire cela. J’ai dit à ma femme : "ça va, je ne suis pas complètement pourri" ») (Édouard, 78 ans, ancien chauffagiste, épouse au foyer).

  • 14 Cette expression est tirée du travail de Maurice Godelier (1982) sur la production des grands-homme (...)
  • 15 Sur la déclinaison des formes de la masculinité et de la virilité selon les milieux sociaux, cf. Ge (...)

17En second lieu, ces types d’activités construisent un autre principe qui recouvre cette fois-ci le rapport que ces hommes entretiennent avec le temps et l’énergie qu’ils investissent dans le collectif-conjugal. Dit autrement, à force de prendre en charge des activités jugées névralgiques pour la position sociale du ménage, les hommes finissent par penser que se comporter en « homme » (Devreux, 2005) implique de décider du cadre ; et notamment des ressources que l’on choisit de consacrer au fonctionnement collectif. C’est le cas de leur argent (Tichenor, 2008) et de leur temps (Devreux, ibidem). François, 82 ans, conducteur de travaux en retraite, soulignera combien l’autonomie « c’est faire les choses aux heures qui plaisent » – d’où sa réticence pour les « réunions de vieux où il faut y aller tel jour et faire telle chose ». Mais c’est aussi le cas de leur corps qui est avant tout pensé comme un « corps pour soi » : c’est-à-dire un corps dont on a (dont on doit) avoir pleinement la propriété. Du coup, la valeur sociale du corps des hommes âgés enquêtés dépend moins de la manière dont il permet de s’inscrire dans une lignée (« Dans ma famille, les hommes sont comme ça »), ou de servir un collectif familial (pouvoir faire les travaux dans les maisons des enfants par exemple). Elle découle largement de la façon dont il permet de préserver sa position dans la Maison-des-hommes 14. En d’autres termes, pour les hommes âgés interrogés, résister à la vieillesse, c’est pouvoir montrer aux autres hommes qu’on est encore un « homme-masculin » en apportant des preuves de sa virilité. Cela implique, entre autres, de conserver la force et la vigueur pour les hommes de milieu ouvrier (« J’ai encore la force de conduire sur de grandes distances », « Je peux encore tailler mes haies ») ou les activités sociales valorisantes pour ceux de milieux plus aisés (« Je suis encore investi dans le groupe des copropriétaires… et puis moi les dossiers, les décisions, ça me connait, j’ai fait ça toute ma vie »). Cela nécessite aussi de préserver la capacité à séduire : les rares hommes fréquentant les clubs de troisième âge évoquant en plaisantant le « harem » dont ils bénéficient encore 15. Et c’est dans ces situations sociales-là que les hommes âgés évoquent leur corps puisque, contrairement à ce que l’on observe dans les récits féminins, les corps sont peu mentionnés lorsque l’enquêteur interroge sur une autonomie qui continue à être ramenée à la gestion domestique quotidienne. En bout de course, là où les femmes âgées expriment leur autonomie en montrant combien « leurs jambes leur permettent encore de faire les courses, le repas », les hommes mentionnent la capacité de leur couple à se « débrouiller sans les enfants » et réservent les points de vue sur l’état de leur corps aux questions concernant leur expérience intime du vieillissement et de l’être-vieux.

18Cette centration sur la virilité (physique et sociale) s’observe également dans les parties du corps et les potentialités que les hommes âgés enquêtés mettent en exergue puisqu’ils font référence au fait qu’ils sont (ou non) encore capables de prise sur le monde et de force. Ainsi Marc, ancien plâtrier de 75 ans vivant à domicile avec sa compagne âgée de 85 ans, fait-il référence au fait qu’il « parvient encore à tailler les haies et à entretenir tout son jardin » tandis que Patrick (78 ans en couple, milieu aisé) insiste sur sa capacité à continuer ses activités sociales (aller en randonnée), à maitriser sa mobilité et son emploi du temps. La « santé » va plus largement recouvrir le fait d’avoir un corps qui évite de dépendre d’autres hommes (« Éviter de demander au voisin pour aller en ville », « Être autonome, c’est ne pas être tributaire des voisins de l’aide d’un extérieur » (Alain), « Avoir la santé, ça permet de ne pas être ennuyé par des gens qui décident pour nous, qui viennent à l’heure qui leur conviennent » (François). Car, comme nous l’avons évoqué plus haut, la maîtrise du cadre est essentielle et c’est du jugement des autres hommes que la vigueur du corps masculin dépend. Enfin, cette asymétrie repérable, dans les critères de perception et de classement des corps des hommes, va également peser sur la définition donnée au « coup de vieux » qui est moins pensé en termes de fatigue que de perte de force : « On manque de vigueur, d’entrain » entend-on bien souvent. De fait, pour les hommes âgés interrogés, affronter le grand-âge, c’est garder prise, aller au-devant des événements et montrer combien « Il y a toujours à faire quand on a le courage de faire […] un homme insistera là où une femme se laissera aller » (Marc). De ce point de vue, le courage des hommes fait donc pendant à la robustesse que les femmes manifestent en valorisant leur capacité à tenir et à « mettre le mouchoir ».

19Et pourtant, la force dont les hommes âgés se sentent encore porteurs s’oppose aux visions dont font part les compagnes et l’entourage qui valorisent, au contraire, les aptitudes subjectives à accepter la déprise et à plier son corps aux exigences domestiques. La distorsion entre l’expérience corporelle des hommes âgés et la vision que les compagnes et l’entourage véhiculent est, en effet, forte et gagne à être prise au sérieux.

La fragilité des hommes âgés pour l’entourage

20Souvent, les hommes âgés considèrent qu’ils vieillissent « bien » – voire « mieux » – que les femmes. C’est le cas de François qui pense qu’il se laisse moins aller que sa compagne et qui continue à se voir assez alerte et maîtrisant les rapports aux institutions publiques : « Disons que je me force pour faire quelque chose comme par exemple le jardin alors qu’une femme abandonnerait sans doute » par opposition à sa femme « qui ne veut plus marcher, qui ne se force pas » :

« La mairie, si on ne vient pas les trouver, ce n’est pas les personnes âgées qui vont venir à la mairie. Ils sont chez eux et ils attendent. Moi j’ai été un contremaître donc je sais comment me débrouiller mais les vieilles grands-mères de 80 ans qui ne savent ni lire, ni écrire, elles n’osent pas […] Ce serait mon épouse, elle ne saurait pas se débrouiller ».

21Mais les compagnes, les enfants et l’entourage, tendent à disqualifier leurs aptitudes car celles-ci sont systématiquement mesurées en regard de dispositions matérielles et morales auxquelles les femmes ont été socialisées. Ce qui fait que les hommes âgés sont jugés, à capacités motrices équivalentes, plus fragiles car moins débrouillards. C’est le point de vue des conjointes considérant qu’« un homme, ça vieillit plus mal qu’une femme parce que cela ne sait pas se débrouiller pour la cuisine, les repas, le linge » :

« C’est moi qui ai pris ma retraite plus tôt pour être avec lui. On n’avait pas envie d’être séparé dans la vie de chaque jour… et puis lui, il n’est pas… pour s’occuper de la maison des courses, du ménage. Il n’était pas très doué, il n’aimait pas. Alors je suis restée avec lui et puis on s’occupait beaucoup de nos parents. J’ai accompagné mes parents » (Jeanne, 75 ans, au foyer, conjoint chef de dépôt en retraite).

22C’est aussi ce qu’expriment les fils et les filles : Mme G a du mal à se déplacer et à lever les bras. Elle a récemment subi une lourde opération du dos qui l’a contrainte à faire appel aux services d’une infirmière pour l’aider à faire sa toilette. Son conjoint Mr G a eu plusieurs maladies durant sa vie (cancer de la gorge, amputation de la jambe) mais, au moment de la recherche, son état de santé est plutôt bon : il souffre d’une diminution de l’acuité visuelle et de difficultés pour marcher. Pourtant son fils et sa fille considèrent qu’il a plus de difficultés que leur mère. Le fils soulignera combien « Maman est quand même plus débrouillarde que papa à la maison. Mon père c’était quelqu’un d’extérieur. Le rangement, le ménage ça n’a jamais été son domaine. C’est plus ma mère ». Et sa fille de nous expliquer que « la maman arrivera toujours à se débrouiller. Même en prenant sur elle, même si elle a des problèmes au niveau de ses bras, je sais qu’elle arrivera toujours à se débrouiller malgré ses douleurs ».

23Parallèlement, les formes de débrouillardise masculine, ne s’exprimant pas nécessairement sur les tâches du quotidien, sont occultées : quid, par exemple, de la reconnaissance des compétences des pères âgés qui ont parfois géré les questions administratives et financières tout au long de leur vie et pourraient donc être perçus comme plus aptes à organiser l’aide institutionnelle et privée auxquelles les couples âgés recourent ?

  • 16 Germain Dulac a ainsi souligné le biais viricentré marquant la définition de l’intimité : notamment (...)

24Mais au-delà de leur capacité à assumer une autonomie domestique devant leur permettre de vieillir à domicile, c’est plus largement leur fragilité psychique qui est évoquée : en particulier leur difficulté à accepter un corps qu’ils ne maitrisent plus autant, à accepter et à s’adapter à des contraintes exogènes. Là où les femmes âgées sont jugées solides, précisément parce qu’elles acceptent la perte de prise sur leur corps et leur cadre de vie, les hommes âgés sont, eux, jugés plus fragiles car moins adaptables aux changements exogènes et moins capables de parler : « Un homme, ça va moins savoir parler, faire la conversation et ça va plus rester seul ». Évidemment, ces jugements occultent des techniques de soi s’éloignant de la verbalisation et d’un modèle de la conversation propre aux socialisations féminines (Dulac, 2003) 16. De ce point de vue, les biais viricentrés, observés dans la définition de l’autonomie et des dispositions réflexives à mettre en œuvre au grand-âge, conduisent à un « dressage négatif » (Guillaumin, 1978), assignant aux hommes des incapacités qui justifient le resserrement des réseaux d’entraide autour de leur personne (Voléry, 2012).

Conclusion

25La recherche apporte un certain nombre d’éléments éclairant la lecture des effets du processus d’individualisation mais aussi plus largement l’articulation des rapports d’âge, de génération et de genre. Concernant le premier élément, la recherche semble confirmer l’hypothèse selon laquelle le processus d’individualisation du vieillissement transforme, d’une part, les systèmes de justification mobilisés pour légitimer la persistance de la bi-catégorisation de sexe au grand-âge et, d’autre part, leur diffusion. Au plan du contenu des normes, on notera la recomposition des critères d’assignation et de hiérarchisation des positions sexuées : à travers la référence croissante à l’autonomie des unes et des autres, ce sont en fait les marqueurs corporels supposés neutres et objectifs qui sexuent les formes de vieillissement et discriminent les modes d’accompagnement. Pour les personnes âgées, c’est dans la perte d’habiletés corporelles, auparavant mobilisées dans l’effectuation des tâches quotidiennes, qu’elles vont chercher les marqueurs départageant le vieux du moins vieux. Pour l’entourage, l’aide décidée pour le père ou la mère âgés en vient à dépendre d’éléments corporels (marques de « fatigue », de « maladies », etc.) qui exonèrent le parent des exigences d’autosuffisance et de gouvernement de soi, aujourd’hui associées au « bien-vieillir ». De sorte que, si les hommes et les femmes âgé-e-s sont différemment aidé-e-s et perçu-e-s, c’est du fait des visions de leurs corps – de ce qu’il peut faire ou ne plus faire. Ici il conviendrait d’aller plus loin dans l’analyse : d’abord, celle du type de « corporéité » (Drulhe, 1992) construit dans cet entrelacs de rapports d’âge et de genre, puis celle de la place que cet argument occupe dans les pratiques de solidarité familiale (aide-t-on désormais seulement lorsque le corps échappe à la volonté ?).

  • 17 Nous nous appuyons ici sur le travail de Michèle Leclerc-Olive qui montre combien les événements so (...)

26Concernant maintenant le mode de diffusion des normes sexuées, si le processus d’individualisation a brouillé les conventions sociales sur lesquelles l’entourage peut s’appuyer pour prescrire des seuils marquant l’être-vieux et les comportements sexués attenants, il a parallèlement amplifié l’importance de pratiques d’accréditation différentielle qui vont contribuer à rendre saillant un fait plutôt qu’un autre, à donner crédit à une interprétation plutôt qu’à une autre – selon que la personne âgée est une femme ou un homme (Leclerc-Olive, 2010) 17. Ainsi est-il de la fatigue des femmes âgées, minorée par l’entourage, et de la robustesse que les hommes âgés ressentent et que l’entourage ne reconnait guère. Les prescriptions ont laissé place à de douces injonctions qui ne rappellent pas les rôles de genre auxquels se conformer (quoi que ces prescriptions demeurent observables) mais façonnent la manière dont se définit et se subjective le vieillir. Sous cet angle, la « biographisation du vieillir » s’est accompagnée de fortes recompositions des rapports de pouvoir ciblant désormais les manières de se dire et de se vivre (peut-on demander une aide ne plaçant pas sous dépendance lorsque l’on ne peut se dire ni « fatiguée », ni « malade » ?). S’agit-il de rapports de pouvoir propre à la grande-vieillesse ? À des passages d’âge à l’occasion desquels les définitions de soi et les conditions matérielles d’existence sont appelées à de grandes transformations ? Ou bien ces changements révèlent-ils une transformation structurelle du système sexe/genre ? Seule une recherche portant sur d’autres âges sociaux permettrait de trancher.

27Au plan théorique, ces résultats alimentent plus largement les réflexions ouvertes par des analyses intersectionnelles considérant que le croisement des rapports d’oppression (dans notre cas d’âge et de genre) doit être étudié en tant que tel car il n’occasionne pas l’addition des stéréotypes découlant du genre et de la vieillesse mais suscite l’émergence de quelque chose de nouveau (Bilge, 2009). Les apports de cette recherche se situent à un double niveau. D’abord, elle renseigne les attendus normatifs et les pratiques de marquage propres aux hommes et aux femmes âgé-e-s : en particulier le poids des modes d’organisation conjugaux préalablement pratiqués et les visions des aptitudes corporelles et psychiques qu’ils ont pu construire. Mais en outre, ce travail montre combien ces stéréotypes sexués propres au grand-âge sont indissociables de la classe sociale. Il convient, en effet, de prendre en compte le glissement d’une protection sociale collectivisée (qui a construit l’âge comme source de droits à l’aide publique) à une vision néolibérale qui, non seulement pose les seuils d’âge en termes de discrimination (Bessin, 2009) mais qui entend aussi fonder la protection sociale sur une dyade particulière : un individu « asexué » qui se doit à lui-même en s’activant et en veillant à préserver sa solvabilité et des « communautés de proximité » présentées comme le seul lieu permettant de vieillir dignement – ce qui, pour les milieux populaires et de plus en plus de classes moyennes implique le dévouement des conjointes, des filles et des belles-filles. Ce résultat doit évidemment être mis à l’épreuve d’autres terrains – en particulier celui des milieux aisés que nous n’avons pas pu rencontrer dans cette recherche – afin d’affiner la compréhension des inégalités structurelles mais aussi des subjectivités et corporéités singulières découlant de tels rapports d’oppression intersectionnels (Crenshaw, 2005).

Haut de page

Bibliographie

Arber S. & H. Cooper (1999), « Gender Differences in Health in Later Life: The New Paradox ? », Social Science and Medicine, n° 48, pp. 61-76.

Attias-Donfut C. (1989), Rapports de générations et parcours de vie, Enquête « biographie et cycle de vie », http://enquête.revues.org/document78.html.

Balard F. (2010), Les Plus âgés des âgés : une culture vivante aux portes de la mort, Sarrebruck, Éditions universitaires européennes.

Bilge S. (2009), « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, vol. 1, n° 225, pp. 70-88.

Beaulieu A. (dir.) (2005), Michel Foucault et le contrôle social, Laval, Presses de l’université Laval.

Belleau H. & C. Henchoz (2008), L’Usage de l’argent dans le couple, pratiques et perceptions des comptes amoureux. Perspective internationale, Paris, Éditions L’Harmattan.

Bessin M. (1999), « Le Temps, une question de pouvoir ? », Mouvements, n° 2.

Bessin M. (2009), « Parcours de vie et temporalités biographiques : quelques éléments de problématique », Informations sociales, vol. 6, n° 156, pp. 12-21.

Bourdieu P. (1998), La Domination masculine, Paris, Éditions du Seuil.

Caradec V. (1998) « Les transitions biographiques, étapes du vieillissement », Prévenir, n° 35/2, pp. 131-137.

Caradec V. (2004), Vieillir après la retraite. Approche sociologique du vieillissement, Paris, Presses universitaires de France.

Caradec V. (2007), « L’épreuve du grand âge », Retraite et société, n° 52, pp. 11-37.

Caradec V. (2008), Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Éditions Armand Colin.

Castelain Meunier C. (2005), Les Métamorphoses du masculin, Paris, Presses universitaires de France.

Cavalli S. (2012), Trajectoires de vie dans la grande vieillesse, Chêne-Bourg, Georg éditeur.

Chenu A. (2001), « Vieillissement, genre et inégalités sociales dans la France des années 1980-1990 : le prisme des emplois du temps », Cahiers du genre, n° 31, pp. 9-38.

Clément S., Drulhe M., Durand D. & M. Membrado (dir.) (1998), « Formes et sens du vieillir », Prévenir, n° 35, pp. i-xx.

Clément S. & M. Membrado (2010), « Expériences du vieillir : généalogie de la notion de déprise », dans Carbonnelle S. (dir.), Penser les vieillesses. Regards anthropologiques et sociologiques sur l’avancée en âge, Éditions Seli Arslan, pp. 109-128.

Court M. (2010), Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale, Paris, Éditions La Dispute.

Crenshaw K. W. (2005), « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du genre, n39, pp. 51-82.

Delphy C. (1975), « Pour un féminisme matérialiste », L’Arc « Simone de Beauvoir et la lutte des femmes », n° 61.

Devreux A.-M. (2005), « Des hommes dans la famille. Catégories de pensée et pratiques réelles », Actuel Marx, n° 37, pp. 55-69.

Dulac G. (2000), « Les récits de vie des hommes sont-ils crédibles? » dans Welzer-Lang D. (dir), Nouvelles approches des hommes et du masculin, Toulouse, Presses Universitaire du Mirail, pp. 79-88.

Dulac G. (2003), « Masculinité et intimité », Sociologie et Sociétés, vol. XXXV, no 2, pp. 9-34.

DREES (2009), La Santé des femmes en France, Paris, La Documentation Française.

Drulhe M. (1992), « Effets de la culture sur les représentations et les activités des corps vieillissants », dans Clanet C., Fourasté R. & J.-L. Sudres (dir.), Corps, Cultures et Thérapies, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, pp. 265-284.

Guillaumin C. (1978), « Pratique du pouvoir et idée de nature (les moyens de l’appropriation) », Questions Féministes, n° 2, pp. 5-30.

Guillemard A.-M. (1993), « Emploi, protection sociale et cycle de vie : résultats d’une comparaison internationale des dispositifs de sortie anticipée d’activité », Sociologie du travail, n° 3, pp. 257-284.

Godelier M. (1982), La Production des Grands hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruya de Nouvelle-Guinée, Paris, Éditions Fayard.

Henchoz C. (2008), « Le couple et l’argent : quand l’amour produit et reproduit des rapports de pouvoir et d’inégalités », dans Belleau H. & C. Henchoz (2008), L’Usage de l’argent dans le couple, pratiques et perceptions des comptes amoureux. Perspective internationale, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 31-74.

Katz S. (2002), « Les vieilles dames de Charcot », Cahiers du Genre, n° 31, pp. 105-128.

Kaufmann J.-C. (1992), La Trame conjugale. Analyse du couple par son linge, Paris, Éditions Nathan.

Kérisit M. & S. Pennec (2001), « La mise en science de la ménopause », Cahiers du Genre, n° 31/2, pp. 129-148.

Kohli M. (1989), « Le cours de vie comme institution sociale », Enquête « biographie et cycle de vie », http://enquête.revues.org/document78.html.

Komter A. (1989), « Hidden Power in Marriage », Gender and Society, vol. 2, n° 3, pp. 187-216.

Lalive d’Épinay C. & S. Cavalli (2007), « Changements et tournants dans la seconde moitié de la vie », Gérontologie et société, n° 121/2, pp. 45-60.

Laqueur T. (1992), La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Éditions Gallimard.

Leclerc-Olive M. (2010), « Enquêtes biographiques entre bifurcations et événements. Quelques réflexions épistémologiques », dans Bessin M., Bidart C. & M. Grossetti (dir.), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, Éditions La Découverte, pp. 131-143.

Legrand M. (2007), « Les prestations dépendance : représentations et usages », dans Ansart P. et alii (dir.), Longévité et politiques publiques, Nancy, Presses universitaires de Nancy, pp. 117-131.

Lévy R. (2001), « Regard sociologique sur les parcours de vie », Cahiers de la section des sciences de l’éducation, n° 95, pp. 1-20.

Löwy I. (2006), L’Emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité, Paris, Éditions La Dispute.

Mallon I. (2007), « Le "travail de vieillissement" en maison de retraite », Retraite et société, vol. 3, n° 52, pp. 39-61.

Martuccelli D. (2005), « Les trois voies de l’individu sociologique », Espaces temps.net, Textuel 08.06.2005, http://espacestemps.net/document1414.Html

Mathieu N.-C. (1991), L’Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Éditions côté femmes.

Membrado M. (2010), « Les expériences temporelles des personnes aînées : des temps différents ? », Enfances, Familles, Générations, 13, www.efg.inrs.ca

Natanson C. A. (1975), « Illness and the Feminine Role: A Theoretical Review », Social Science and Medicine, n° 9, pp. 57-62.

Octobre S. (2010), « La socialisation culturelle sexuée des enfants au sein de la famille », Cahiers du genre, n° 49, pp. 55-76.

Percheron A. & R. Rémond (dir.) (1991), Âge et politique, Paris, Éditions Economica.

Roch H., Dorlin E. & D. Fougeyrollas-Schwebel (dir.) (2005), Le Corps, entre sexe et genre, Paris, Éditions L’Harmattan.

Rose N. (2007), The Politics of Life Itself: Biomedecine, Power and Subjectivity in the Twenty-First Century, Princeton, Princeton University Press.

Singly de F. (2007 [1993]), Sociologie de la famille contemporaine, Paris, Éditions Nathan.

Tabet P. (1979), « Les mains, les outils, les armes », L’Homme, vol. XIX, n° 3-4, pp. 6-61.

Tichenor V. J. (2008), « Argent, pouvoir et genre. Les dynamiques conjugales dans les couples où la femme gagne plus que son conjoint », dans Belleau H. & C. Henchoz (2008), L’Usage de l’argent dans le couple, pratiques et perceptions des comptes amoureux. Perspective internationale, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 75-112.

Thomas H. (2005), « Le "métier" de vieillard. Institutionnalisation de la dépendance et processus de désindividualisation dans la grande vieillesse », Politix, n° 4, pp. 33-55.

Vinel V. (dir.) (2007), « Féminin, masculin : anthropologie des discours et des pratiques médicales » Cahiers du Portique, http://leportique.revues.org/index905.html

Voléry I. (2012), « "Autonomie" et "dépendance" au grand-âge : une approche de sociologie du genre », dans Diana J.-F. & V. Meyer (dir.), Images troublées, réalités morcelées : Alzheimer, l’incarnation du mal-vieillir ?, Bordeaux, Les Éditions Hospitalières, pp. 127-141.

Welzer-Lang D. (dir.) (2000), Nouvelles approches des hommes et du masculin, Toulouse, Presses universitaire du Mirail.

Haut de page

Notes

1 Nous empruntons le terme de biographisation à René Levy (2001). À bien des égards, le terme peut être rapproché de la notion de « déstandardisation » des parcours de vie – terme décrivant des « personnes sommées de se prendre en main pour construire un cheminement original, avec la prescription essentielle de se responsabiliser face à celui-ci » (Bessin 2009, p. 16).

2 Le terme de « police » recouvre ici une gestion de la matérialité du corps social qui s’étend jusqu’à la prise en charge des éléments biologiques propres à une population et qui, entre autres effets, façonne les corps et les subjectivités.

3 Cf. ici la Grille AGGIR, déjà utilisée à l’époque de la prestation « Solidarité-dépendance » et à nouveau mobilisée dans le cadre de l’APA créée par la loi n° 2001-647 du 20 juillet 2001 relative à la prise en charge de la perte d'autonomie des personnes âgées. Mise en place en 2002, l’APA doit permettre aux personnes âgées en perte d'autonomie soit de rester à domicile tout en recevant l'aide nécessaire ; soit de les aider à régler les frais liés à la dépendance en établissement. Elle est financée par les Conseils généraux après une évaluation des besoins « en autonomie » de la personne.

4 Parmi lesquels vingt-huit femmes et treize hommes, de catégorie sociale plutôt moyenne ou moyenne inférieure (ouvriers qualifiés, employés, commerçants, cadre moyen, femmes au foyer, enseignantes) et de statuts matrimoniaux diversifiés (2 femmes célibataires, 8 mariées, 19 veuves, 7 hommes mariés, 5 veufs, 1 divorcé). Pour une analyse du matériau collecté sous l’angle d’un travail biographique genré, cf. Virginie Vinel (dans ce dossier).

5 Les travaux de sociologie de la famille ont, en effet, montré que l’inflexion de ce modèle du « Monsieur Gagne-Pain » se repère à partir de la deuxième moitié des années 1990 – en particulier dans des milieux aisés, dotés de plus fortes ressources économiques et culturelles et valorisant les notions d’égalité et de qualité des relations (Singly, 2007 ; Henchoz, 2008).

6 Voir les travaux soulignant l’appropriation collective des corps féminins (et de leurs produits) étudiée par les féministes matérialistes, notamment au moyen de la notion de sexage (Guillaumin, 1978).

7 Cf. le corps instrumentalisé qu’observe Paola Tabet (1979) dans les sociétés de chasse et de cueillette. Dans « Les mains, les outils, les armes», l’anthropologue montre comment le corps des femmes est utilisé comme un instrument de travail autorisant la subsistance du groupe familial.

8 Pour ce qui concerne le « paradoxe du genre », voir sa première mise en forme par Constance Natanson (1975), puis les critiques apportées, par exemple, par Sara Arber et Helen Cooper (1999) qui imputent les incapacités fonctionnelles effectives des femmes âgées, non pas à leur nature, mais à leurs moins bonnes conditions de vie (précarité du travail féminin, etc.).

9 Faire de la déficience corporelle le seul cas légitimant la subversion des normes du gouvernement de soi et de l’autosuffisance implique toutefois d’adhérer à deux présupposés hérités d’un modèle biomédical qui s’est constitué et diffusé dès le xviiie siècle : d’une part, l’idée que le corps et l’esprit sont dissociés et, d’autre part, l’idée que le biologique (le corps, ses besoins, etc.) est une donnée immédiate s’imposant à la volonté. Ce modèle biomédical repose plus largement sur un dualisme corps-esprit, un réductionnisme physique (une conception fixe d’un corps, donné une fois pour toutes à la naissance et opposé au social et à l’esprit) et une lecture fonctionnelle et atomiste du corps (pensé comme une adjonction d’organes, de tissus, de muscles). Cf. Rose (2007).

10 On soulignera ici que ces discours sur le bien-vieillir entretiennent des liens avec les problématisations sociologiques du travail biographique propre au grand-âge : que celui-ci soit abordé en termes de déprise – une réorganisation de sa vie autour d’intérêts et de liens principaux en procédant à une sélection des forces (Clément et al., 1998 ; Caradec, 2004 et 2009 ; Clément & Membrado, 2010) – ou comme un processus de « réajustement des visions du monde et de soi, provoqué par l’avancée en âge » (Mallon, 2007). Dans les deux cas, sont valorisées des formes de subjectivation particulières, renvoyant moins à la maîtrise du cadre qu’à la capacité à accepter la perte de prise et à composer avec les transformations qui en découlent (Legrand, 2007 ; Clément & Membrado, 2010).

11 Cf. Nicole-Claude Mathieu (1991). Partant d’études de cas, l’auteure montre, en outre, comment le passage de l’un à l’autre est socialement contrôlé. C’est, par exemple le cas des cérémonies d’excision dans lesquelles on veille à ce que les femmes apprennent à supporter la douleur, sans qu’elles ne deviennent pour autant actrices de l’épreuve (aller au-devant de la difficulté, provoquer ou défier les exciseurs sont des comportements proscrits).

12 Ces capacités de résistance supposées restent à démontrer et, le cas échéant, à expliciter sans se référer à un déterminisme biologique. Par exemple, pour Marc Bessin (1999), ces capacités seraient liées, d’une part, à un effet de l’attachement structurel (leur assignation au domus les dote de fait d’habiletés que les hommes n’ont pas nécessairement) mais aussi, d’autre part, à la sexuation des temporalités des femmes. En effet, la division sexuée du travail les place dans des positions où elles doivent précocement s’adapter aux contingences, à la flexibilité temporelle… autant d’éléments importants dans les périodes de transition biographique.

13 Alors même que les enquêtes épidémiologiques montrent le contraire (DREES, 2009, p. 18).

14 Cette expression est tirée du travail de Maurice Godelier (1982) sur la production des grands-hommes (les hommes-virils) et de la relecture qu’en a opérée Daniel Welzer-Lang (2000). Des apports de ces auteurs, on retiendra l’idée selon laquelle l’attribution de la masculinité-virilité dépend entièrement du regard des autres hommes (alors que l’attribution de la féminité dépend à la fois du regard des hommes qui jugent de la désirabilité et de celui des autres femmes qui étalonnent le capital esthétique).

15 Sur la déclinaison des formes de la masculinité et de la virilité selon les milieux sociaux, cf. Germain Dulac (2000), Daniel Welzer-Lang (2000), Christine Castelain-Meunier (2005).

16 Germain Dulac a ainsi souligné le biais viricentré marquant la définition de l’intimité : notamment la prise en compte quasi-exclusive de la verbalisation (un mode de gestion des affects transmis par les socialisations féminines) pour mesurer les ressources émotionnelles et les capacités de résistance psychologique d’hommes ayant fait l’apprentissage d’autres techniques de soi.

17 Nous nous appuyons ici sur le travail de Michèle Leclerc-Olive qui montre combien les événements sont construits dans les interactions de deux manières : par un processus de partage (l’évènement se déchiffre, se formule en « évènement pour soi ») et par un processus de sanction au cours duquel un « autrui », personne ou institution, statue sur la « vérité » de l’évènement que le sujet doit ensuite s’approprier (Leclerc-Olive, 2010). Nous préférerons le terme d’accréditation qui rend davantage compte de la transformation des formes de normativité en actes dans les rapports d’âge et de genre ici étudiés. En effet, contrairement à la sanction, l’accréditation – au sens de donner crédit à – n’est pas un acte hétéronome, descendant et exogène. L’accréditation se présente plutôt sous la forme de conseils, d’aide à l’attribution d’un sens parmi un canevas sémantique plus large – étant entendu que les événements saillants et les lectures crédibles se sont révélés asymétriques selon le sexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ingrid Voléry et Monique Legrand, « L’autonomie au grand-âge : corporéisation du vieillissement et distinctions de sexe », SociologieS [En ligne], Dossiers, Genre et vieillissement, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/4128

Haut de page

Auteurs

Ingrid Voléry

Université de Lorraine, Laboratoire « 2L2S », MSH Lorraine, Nancy (France) - Ingrid.Volery@univ-nancy2.fr

Articles du même auteur

Monique Legrand

Université de Lorraine, Laboratoire « 2L2S », MSH Lorraine, Nancy (France) - monique.legrand@univ-nancy2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page