Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Le sport, lieu de questionnement des rapports sociaux de sexe ?

L’exemple d’une pratique collective mixte en compétition
Carine Guérandel et Fabien Beyria

Résumés

Cet article analyse les rapports sociaux de sexe au sein d’une équipe sportive mixte d’ultimate à partir du concept de « régime de genre » de Robert Connell. L’étude prend également en compte les caractéristiques sociales des pratiquants et du contexte afin de penser conjointement la construction sociale des différences de genre et de classe. Enfin, en s’intéressant aux manières dont les hommes et les femmes interagissent au cours des entraînements et des situations de match, ce travail s’intéresse à la question des modes de construction de la mixité. Les résultats montrent notamment les effets contrastés du régime de genre de l’ultimate.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

genre, mixité, interaction, sport
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre Bourdieu (1979) définit l’hexis corporelle comme un ensemble de dispositions corporelles soc (...)
  • 2 Les dispositions, qui orientent les manières de faire et de penser, résultent d’un processus de soc (...)

1Le monde sportif constitue un lieu privilégié d’analyse des processus de différenciation et de hiérarchisation des sexes. En effet, l’engagement sportif, en suscitant « un apprentissage par corps » (Faure, 2000), façonne « les hexis corporelles » 1 (Bourdieu, 1979) socialement interprétées comme « féminines » ou « masculines » et marque inévitablement les processus d’identification sexuée. Les pratiques physiques et sportives analysées comme des « technologies du corps », « c’est-à-dire comme des ensembles de connaissances et des pratiques qui disciplinent, conditionnent, refaçonnent les corps de façon à assurer l’incorporation des idéologies » (Laberge, 2004, p. 19), travaillent les dispositions 2 sexuées des pratiquants en agissant sur « les corps et les âmes » (Wacquant, 2000). Dès lors, l’étude de la socialisation sportive permet de comprendre les processus de construction et de transformation des rapports sociaux de sexe dans les sociétés contemporaines. Plusieurs recherches abordent notamment l’expérience des femmes engagées dans des sports dits masculins (Louveau, 1986 ; Mennesson, 2005 ; Theberge, 2000) et celle des hommes investis dans les pratiques viriles (Messner & Sabo, 1990 ; Saouter, 2000 ; Wacquant, 2000). En revanche, les études portant sur la construction des différences sexuées dans les pratiques sportives mixtes où les deux groupes de sexes sont en situation de face à face corporel sont relativement rares (Guérandel & Mennesson, 2007 ; Sisjord, 1997). Les sports collectifs étant habituellement assimilés à des espaces de l’entre-soi sexué, ces enquêtes portent de manière spécifique sur des pratiques sportives individuelles dont les entraînements mixtes autorisent la confrontation physique entre hommes et femmes, situation néanmoins proscrite en compétitions officielles. Il existe cependant un sport collectif, l’ultimate frisbee, dont l’une des caractéristiques inédites réside dans la coprésence des deux sexes dans les équipes en compétition.

  • 3 Ces données proviennent du site officiel de la fédération française (http://ffdf.free.fr).
  • 4 En 2012, la fédération française compte 70 clubs et plus de 2 000 licenciés.
  • 5 Il existe néanmoins des modalités de pratique non mixtes qui ne seront pas abordées dans le présent (...)

2Créé en 1968 à Maplewood aux États-Unis 3, l’ultimate frisbee se pratique actuellement dans plus de 42 pays et compte environ 100 000 adeptes. En France, au moment de l’enquête, 54 clubs et plus de 1 500 licenciés 4 sont répertoriés par la Fédération « Flying Disc France » (créée en 1979). Les matchs mettent en opposition deux équipes de sept joueurs (cinq en intérieur) sur un espace rectangulaire interpénétré (c’est-à-dire un espace non séparé par un filet comme dans le cas du volley-ball). Aux extrémités de ce rectangle se trouvent deux zones d’en-but dans lesquelles les joueurs marquent en rattrapant le frisbee. La coprésence des pratiquants des deux groupes de sexe en match nuance l’idée d’un sport « fief de la virilité » (Dunning, 1998) et questionne une des caractéristiques des sports modernes selon laquelle la supériorité physique supposée des hommes interdit les confrontations avec les femmes (Guttmann, 1978) 5. Cet article se propose donc d’analyser les rapports sociaux de sexes dans ce contexte interactionnel novateur du monde sportif.

Cadre d’analyse

3Le concept de « rapport sociaux de sexe » définit par Danièle Kergoat (1992) renvoient aux processus de construction sociale des différenciations et des hiérarchisations des catégories sexuées, divisées de manière binaire et arbitraire selon l’opposition masculin/féminin. Le concept de « genre » tel qu’il est développé par Joan Scott (1988) ou Christine Delphy (2001) focalise également sur les relations antagonistes entre les sexes tout en se positionnant en rupture avec le naturalisme. Cependant, la définition des rapports sociaux de sexe permet plus spécifiquement de penser d’une part, l’articulation des rapports sociaux (de sexes et de classe) qui s’inscrivent dans et se reproduisent par les corps et d’autre part, le changement en prenant en compte l’historicité. Afin de rendre compte des possibles évolutions, l’analyse doit inscrire les rapports sociaux dans le temps et dans l’espace (Pfefferkorn, 2007). L’analyse situationnelle de l’arrangement des sexes montre par exemple que les comportements distincts de genre exprimés par les hommes et les femmes au cours des interactions sont produits « par un environnement, en quelque sorte, conçu pour leur évocation » (Goffman, 2002, p. 99). Irène Théry (2007) considère, quant à elle, que le genre constitue une modalité des relations sociales situées : « la distinction masculin/féminin qualifie les manières d’agir attendues dans le contexte d’une relation » (Théry, 2010, p. 119).

4Dans cette perspective, afin d’analyser l’arrangement des sexes lors de situations sportives mixtes, il semble opportun de caractériser finement le contexte de l’interaction. Robert Connell (1987) admet l’existence de « régimes de genre » correspondant à l’état des rapports sociaux de sexe dans un contexte donné. Ce concept permet de cerner les spécificités des modes de socialisation sexuée au sein d’un lieu de pratique. Dans cette perspective, on peut considérer que le club enquêté se caractérise par « un régime de genre » particulier, qui va organiser de manière originale la mixité. En distinguant différentes composantes des régimes de genre (les symboles, les rapports de pouvoir, la division sexuée du travail et les modalités d’interaction), l’approche prend simultanément en compte les aspects matériels et symboliques des rapports sociaux de sexe et permet ainsi d’analyser conjointement les niveaux structurel et situationnel. Cependant, la socialisation sportive structurée en régime de genre interagit avec les différentes formes de socialisation antérieures et les dispositions qu’elles ont contribué à construire (Mennesson, 2010). En ce sens, les différences dispositionnelles permettent de comprendre la variation des comportements de genre à l’intérieur d’un même régime de genre. Bernard Lahire (1998), insiste également sur le rôle du contexte dans la mobilisation des dispositions en détaillant les processus d’activation ou de « mise en veille » de ces dernières en fonction des situations. L’« homme pluriel » intériorise des dispositions multiples et « situées » dans divers lieu de socialisation qu’il inhibe ou active selon les contextes interactionnels.

  • 6 Cette question nous parait centrale quand on fait le parallèle avec le débat actuel sur la mixité s (...)

5Ainsi, cet article analyse la manière dont se structurent les rapports sociaux de sexe dans un contexte de pratique mixte : un club d’ultimate. Afin d’appréhender les différents niveaux de construction des rapports sociaux de sexe, l’étude associe le club à un régime de genre spécifique. Au niveau situationnel, tenter de comprendre les manières dont les hommes et les femmes interagissent au cours des entraînements et des situations de match, permet de poser la question des modes de construction de la mixité 6. Au-delà des données contextuelles, nous prendrons en compte les caractéristiques sociales des enquêtés, l’histoire des acteurs constituant l’un des éléments qui surdéterminent les comportements en situation (Castel, 1989 ; Lahire, 1998).

6Dans cette perspective, deux hypothèses ont orienté la réflexion. Tout d’abord, ce contexte sportif met en scène des comportements de genre distincts relatifs à l’activation de dispositions sexuées intériorisées au cours de la trajectoire sociale des joueurs. Néanmoins, les caractéristiques du contexte interactionnel permettent d’assimiler l’ultimate à un lieu de socialisation secondaire dans lequel les hommes et les femmes collaborent ou s’affrontent selon de nouvelles normes relatives au fair-play et à la mixité. Autrement dit, ce lieu de pratique, appréhendé comme un régime de genre spécifique, tend à nuancer la différenciation et la hiérarchisation entre les sexes. Ces expériences sportives novatrices vécues par des joueurs dotées de dispositions spécifiques constituent ainsi des espaces et des temps propices au questionnement de l’ordre de genre structuré autour de la domination masculine.

7L’article se compose de trois parties visant à définir le régime de genre de l’ultimate. La première analyse les caractéristiques sociales, techniques et symboliques de la pratique. La deuxième étudie les rapports de pouvoir et la division du travail sportif au sein de l’équipe. Enfin, la dernière partie focalise sur le niveau interactionnel des rapports sociaux de sexe. Il s’agit de comprendre comment se construit la mixité au cours des interactions sportives en tenant compte des dispositions incorporées des joueurs et des propriétés du contexte.

Méthodologie

  • 7 L’équipe évolue dans une catégorie se caractérisant par la mixité des équipes et l’absence de quota (...)

8Cette recherche s’appuie sur un travail d’observation participante d’une année au sein d’une équipe senior évoluant en Nationale 2 7. Ancien joueur d’ultimate frisbee, le chercheur intègre l’équipe enquêtée en début de saison (septembre 2005) afin de pratiquer une activité sportive. Dès le mois de janvier, cet espace sportif devient son terrain d’enquête. Il expose rapidement son projet de recherche aux membres de l’équipe en le présentant comme un travail visant à proposer une analyse sociologique de l’ultimate frisbee. Il alterne alors les séances d’entraînement et les phases d’observations. Les notes ethnographiques retranscrites dans un journal de terrain sont recueillies au cours des entraînements, des soirées, lors de deux week-ends de championnat et de trois week-ends de tournoi (l’enquêteur participe en tant que joueur à un tournoi). Un entretien avec chaque membre de l’équipe étudiée complète les données issues de l’observation. Le groupe est composé de 19 joueurs dont 16 hommes et 3 femmes âgés de 21 à 32 ans. On note deux sous-groupes : les « anciens » (Florent, André, Guy et Régis) à l’origine de la création du club et les « nouveaux ». Les trois années suivantes, le chercheur ne fait plus parti de l’équipe mais participe à quelques entraînements (environ 5 par an). Ce retour sur le terrain permet de mesurer les évolutions des rapports sociaux de sexe dans une perspective longitudinale.

L’ultimate comme pratique distinctive : mixité et fair-play

9Les travaux de Christian Pociello (1981) montrent que l’investissement dans les activités nouvelles permet de se distinguer des « autres », ceux qui s’engagent dans les sports « traditionnels ». Ces luttes symboliques, engendrées plus ou moins consciemment, s’enracinent dans l’homologie entre d’une part, les caractéristiques historiques, techniques et symboliques différenciant les pratiques et d’autre part, les dispositions individuelles socialement acquises.

Les joueurs

Tableau 1 : Caractéristiques générales des enquêtés

Âge

Années de pratique

Trajectoire sportive

Activité professionnelle

Florent

31

12

Football (2 ans)

Employé dans la location de voitures
(Bac pro)

André

28

8

Karaté (1 an), football (3 ans)

Technicien supérieur en informatique
(DUT)

Guy

26

8

Football (4 ans)

Commercial
(Bac pro)

Régis

26

6

Football (1 an), badminton (1 an), base-ball (1 an), squash (1 an)

Commercial
(DUT)

Quentin

25

2e année

Tennis (loisir), basket-ball (1 an)

Enseignant
(Licence 3)

Pierre

23

2e année

Football (2 ans)

Employé dans une banque
(Licence 3)

Jean

28

2e année

Natation (2 ans), tennis (3 ans), football (3 ans)

Douanier
(BTS)

Patrice

21

1re année

Football (4 ans), tennis (2 ans)

Éducateur spécialisé
(Bac)

Patrick

27

1re année

Natation (2 ans), football (1 an), handball (3 ans)

Ingénieur informatique
(Bac + 5)

Salim

24

1re année

Tennis de table (2 ans), water-polo (1 an), rollers (depuis 5 ans)

Commercial
(BTS)

Sylvain

24

1re année

Football (3 ans)

Conducteur de travaux publics
(DUT)

Manu

24

1re année

Judo (3 ans), cerf-volant (2 ans), tennis (loisir depuis 10 ans)

Étudiant
(Licence 3)

Bruno

30

1re année

Judo (2 ans), aviron (10 ans)

Ingénieur informatique
(Maîtrise)

Fabrice

22

1re année

Judo (3 ans), handball (2 ans), natation (1 an), équitation (depuis 10 ans)

Éducateur spécialisé
(Licence 1)

Marc

26

1re année

Rugby (1 an), football (1 an), karaté (4 ans), musculation (depuis 3 ans)

Policier
(Bac Pro)

Tony

32

1re année

VTT (3 ans), golf (loisir 3 ans), pelote basque (loisir 6 mois)

Artisan ébéniste
(Bac)

Ingrid

24

3e année

Volley-ball (5 ans) natation (3 ans)

Employée dans une ONG
(Master 2)

Sophie

23

1re année

GRS (10 ans)

Enseignante
(Licence 3)

Marie

23

1re année

Basket-ball (11 ans), athlétisme (4 ans)

Infirmière
(Bac + 3)

10Les joueurs de l’équipe découvrent l’ultimate grâce à un proche ou lors de la fête des associations de la ville. Leur motivation initiale se résume par l’envie de pratiquer une activité physique dans un cadre convivial afin de faire des rencontres tout en se maintenant en forme. Leurs attentes liées à leurs trajectoires sociale et sportive assurent, par la suite, leur engagement durable structuré autour de la logique de « distinction sociale » (Bourdieu, 1979). En effet, en raison de ses caractéristiques techniques et symboliques, l’ultimate constitue un espace privilégié d’expression des dispositions des joueurs enquêtés, issus des classes moyennes et inscrits dans une logique de désenchantement à l’égard du monde du sport. Ce loisir leur permet de se distinguer des pratiques populaires fortement différenciées d’un point de vue sexué (Davisse & Louveau, 1998) et d’afficher une certaine distanciation à l’égard de la compétition.

Le fair-play

11La notion de « fair-play » apparaît structurante de la pratique et du rapport à la pratique. L’ensemble des joueurs rejette les modalités de pratiques sportives traditionnelles qu’ils associent à la compétition exacerbée, au caractère prioritaire de la victoire et à l’agressivité. Le rapport négatif au modèle de socialisation des sports collectifs classiques s’explique par leurs expériences sportives antérieures sources de désillusion.

Marie : « On veut gagner mais pas à n’importe quel prix. En foot, cela se finit souvent par des bagarres, en rugby c’est pareil. […] Moi j’ai fait du basket pendant onze ans, c’est pareil, ça devient agressif. Par exemple, tu reviens dans les vestiaires où les nanas ont ouvert les douches et se sont fait un plaisir de tremper toutes tes affaires. Là c’est pas pareil ».
Guy : « Avant je jouais au foot et c’était la gagne, la gagne et la gagne. S’il fallait casser la cheville d’un gars pour ça c’était pas grave. […] Là c’est différent. T’es là pour t’amuser d’abord et pour gagner ensuite ».

12Cette croyance dans un sport plus civilisé procède de l’institutionnalisation spécifique du fair-play en ultimate. Selon Norbert Élias et Éric Dunning (1998), les pratiques physiques, qui autorisent l’expression d’une violence euphémisée, symbolisent la capacité des individus à s’affronter selon des règles. En ce sens, les sports modernes participent au processus de « civilisation des mœurs » (Élias, 2000). Néanmoins, les notions de « triche » et de « violence » ne disparaissent pas. Un arbitre demeure garant du bon déroulement des rencontres et des procédures de sanctions existent dans tous les sports.

13De manière inédite, le règlement d’utimate ne prévoit aucune mesure d’expulsion ou de pénalité censée réguler les tricheries et les brutalités. Il définit une ligne de conduite à tenir en cas de litige au cours de rencontres auto-arbitrées. Plus qu’ailleurs, le bon déroulement du jeu dépend de l’honnêteté des joueurs. Le « fair-play » prend alors tout son sens.

  • 8 Certains joueurs déclarent même préférer gagner le prix du fair-play que de remporter un tournoi.

14Par ailleurs, à l’issue de chaque rencontre, les deux équipes se réunissent pour discuter, jouer à de petits jeux ou chanter afin d’exprimer leur considération réciproque et marquer les limites de l’interaction conflictuelle que constitue l’engagement dans le match. Elles votent également pour décerner le « prix du fair-play » 8.

15À cette redéfinition des rapports d’opposition entre les équipes s’ajoute une renégociation des concurrences au sein du groupe. Contrairement aux sports pratiqués antérieurement, les joueurs considèrent l’ultimate comme une pratique idéale où le jeu prime toujours sur les enjeux. D’une égalité formelle des chances de jouer, impliquant une hiérarchisation interne en fonction du niveau de jeu, on passerait à une égalité réelle fondée sur une répartition équitable des temps de pratique et des rôles de chacun en match.

Sophie : « Je faisais de la GRS avant. […] Il n’y avait pas d’esprit d’équipe, c’était une équipe mais c’était pas solidaire du tout en fait. On était six filles et justement, il y avait toujours deux remplaçantes et donc c’était toujours la guerre pour savoir qui, à la compet’ serait titulaire, qui serait remplaçante. Là au moins c’est pas ça ».

16Cette conception des relations sportives permet de penser et construire la coprésence des sexes dans le jeu.

La mixité

  • 9 Il s’agit de « la forme culturellement idéalisée du caractère masculin qui met l’accent sur les lie (...)

17Historiquement identifié comme « fief de la virilité » (Élias & Dunning, 1994), le sport participe largement à la construction de la masculinité hégémonique 9 (Connell, 1990) en valorisant la compétition et la gestion de la puissance physique, de l’agressivité et de la violence (Messner & Sabo, 1994). Néanmoins, la massification des pratiques sportives, la complexification de l’espace des sports et la féminisation de certaines activités tendent à diversifier les modèles de genre. La valorisation de la mixité en ultimate participe sans nul doute à ce processus.

  • 10 Comme l’explique Christian Pociello (1981) qui analyse la distance de garde induite par les pratiqu (...)

18Contrairement aux autres sports collectifs « interpénétrés » avec un jeu principalement manuel, l’ultimate engage un rapport au corps suffisamment distancé et euphémisé pour que la coexistence d’hommes et de femmes sur une même aire de jeu en compétition soit envisageable par les pratiquants. Par comparaison avec le basket-ball, le handball, le rugby et le football américain, il s’agit de l’activité sportive dont la distance entre les joueurs est la plus importante : tout contact doit être évité et le joueur en possession du frisbee n’est pas autorisé à se déplacer 10. De même, la légèreté et la maniabilité du disque sollicite davantage l’adresse que la force. La distance de garde et l’instrumentation spécifique favorisent donc la coprésence des deux groupes de sexe sur le terrain.

Ingrid : « C’est pas un sport de bourrins. Il n’y a pas de contact, on risque pas de se faire mal avec les mecs et il n’y a pas besoin d’être super musclé pour pouvoir rivaliser ».
Guy : « Chacun peut s’exprimer, on accepte la différence. Il y a des gars de 15 ans, des gars de 40 ans. Alors que dans d’autres sports, au basket, si tu fais moins d’1,90m, tu es éliminé, après tu as des catégories, si tu es débutant, tu es éliminé, si tu es trop vieux tu es éliminé, si tu es une fille tu es éliminée. Donc là, l’esprit est très positif parce que tout le monde peut s’exprimer ».

19Ainsi, si dans les pratiques traditionnelles, le souci d’équité corrélé à la supériorité physique supposée des hommes sur les femmes impose la séparation des sexes, les caractéristiques techniques de l’ultimate permettent d’envisager la confrontation hommes/femmes sur le terrain de jeu et de revendiquer l’absence de discrimination.

20L’équipe enquêtée se compose de 19 licenciés dont 3 femmes. Lors des entraînements et des compétitions, on compte une dizaine de joueurs présents dont les trois pratiquantes, soit un taux de féminisation de 30%. Si la mixité se définit par la coexistence des deux groupes de sexe dans un espace social commun (Zaidman, 1992), on peut considérer le club étudié comme mixte bien que la parité numérique ne soit pas respectée. Dans cette perspective, la mixité renvoie davantage à un processus qu’à une définition comptable (Fortino, 2002). Il s’agit dès lors de comprendre les manières dont les rapports sociaux de sexe se structurent dans les différentes situations mixtes proposées en ultimate, un contexte sportif qui postule l’égalité entre les joueurs.

Les rapports de pouvoir et la division sexuée du travail sportif : hiérarchies sportives ou hiérarchies sexuées ?

21L’équipe étudiée constitue alors un « espace social » (Pierre Bourdieu, 1979) hiérarchisé en fonction du niveau de compétences dans la pratique, du degré d’ancienneté mais également selon le sexe d’appartenance du joueur.

La gestion du club

22Les membres du groupe des « anciens », qui ont entre six et douze ans de pratique (Florent, André, Guy et Régis) et considérés comme les joueurs les plus compétents, occupent les positions dominantes au sein de l’équipe comparativement aux « nouveaux » arrivants qui, pour la plupart, débutent l’activité. Les trois filles de l’équipe appartiennent à ce groupe. Les relations entre ces deux sous-ensembles correspondent à la configuration « établis/marginaux » décrite par Norbert Élias et John L. Scotson (1997). Les anciens » (tous des hommes), détiennent le pouvoir et gèrent la pratique des « nouveaux » (des hommes et l’ensemble des femmes).

23Ils assument notamment les responsabilités administratives : Florent occupe le poste de président et André celui de secrétaire du club. Ils gèrent également les déplacements, les réservations des hôtels et la récolte de fonds. Ils délèguent cependant à certains « nouveaux » (dont aucune femme) quelques tâches comme l’organisation des soirées et la confection des tee-shirts. En soirées ou dans les bus, les hommes assurent l’ambiance en initiant des chansons et les plaisanteries.

24Par ailleurs, Florent, le plus ancien et le plus performant des joueurs, détient le statut d’entraîneur de l’équipe en charge d’organiser les séances. Conformément à la logique sportive méritocratique, le groupe confère l’autorité au joueur reconnu comme possédant le meilleur niveau de jeu. De même, la légitimité de Florent se donne à voir dans sa position de capitaine d’équipe. En tournoi, il définit les postes de chaque joueur, oriente les stratégies collectives et choisit les compétiteurs qui sortent ou qui entrent au cours du match.

25Si les compétences sportives et l’ancienneté expliquent l’exercice du pouvoir par les hommes au sein du club et de l’équipe, l’étude de l’appropriation de la pratique révèle des différences entre les hommes et les femmes de même niveau de jeu. On peut repérer des manières « masculines » et « féminines » de pratiquer, l’une n’étant pas l’équivalente de l’autre sur les plans matériel et symbolique.

Des techniques différenciées selon le sexe

26Les gestes réalisés et les manières de mettre en jeu le corps en ultimate révèlent des « techniques du corps » différenciées se situant au cœur des rapports de pouvoir et des processus de socialisation (Mauss, 1950) au sein de l’équipe. Durant les matchs, les techniques utilisées diffèrent selon le sexe des joueurs. Les hommes tentent des gestes réputés difficiles, risqués et spectaculaires tandis que le jeu des femmes présente davantage de simplicité et de prudence. Par exemple, les joueurs risquent des passes courbes et longues, lancent parfois le disque par-dessus la défense et mobilisent fréquemment des techniques de réception à une main. Finalement, les hommes élaborent des tactiques nécessitant l’usage de techniques risquant d’entraîner l’interception ou la perte de frisbee dans le cas d’une maîtrise aléatoire des gestuelles. En revanche, ces techniques parfaitement réalisées permettent de prendre l’avantage sur la défense de manière décisive. À l’inverse, les femmes jouent seulement en coups droits et revers, produisent uniquement des trajectoires rectilignes en passes courtes et assurent les réceptions à deux mains. Ces différences ne témoignent pas d’une moindre technicité des joueuses. En effet, lors des phases de travail de passe et de réception durant les entraînements, elles réalisent les mêmes gestes que les hommes. En fait, la distribution des techniques en match contribue à différencier les statuts des joueurs et à confirmer l’ordre social et sexué de l’équipe. Les anciens les plus performants maintiennent leur position de dominants dans le groupe par la mise en œuvre d’un jeu spectaculaire et efficace. Les hommes appartenant au groupe des « nouveaux », en tentant plus ou moins fréquemment des gestuelles risquées qu’ils ne maîtrisent pas, confirment la hiérarchie des hommes de l’équipe tout en se démarquant du jeu prudent des femmes. Ces dernières adoptent des techniques valorisant la régularité et la fiabilité des performances. Ainsi, contrairement à leurs homologues masculins de même niveau, elles tentent de limiter au maximum les erreurs pouvant handicaper l’équipe et remettre en question la légitimité de leur place sur le terrain lors des matchs. Cette différenciation sexuée des usages des techniques sportives lors des situations compétitives laisse penser que les femmes ont intériorisé le caractère masculin du monde sportif.

Temps de jeu et distribution des rôles en compétition

27Selon l’enjeu de la compétition, les temps de jeu des hommes et des femmes varient : plus la situation de l’équipe est décisive, moins les femmes jouent.

Journal de terrain (JDT) : championnat
L’équipe effectue son dernier match du week-end. Cette rencontre est décisive pour le maintien en Nationale 2 ou la relégation en Nationale 3. Bien que présentes lors du week-end, Sophie et Marie n’apparaissent pas sur la feuille de match. Les trois joueurs les plus expérimentés présents (Florent, André et Guy) restent sur le terrain durant toute la rencontre. Sylvain, Patrick, Salim, Fabrice, Tony et Bruno, qui comptent moins d’un an de pratique jouent chacun leur tour. Ingrid (trois ans de pratique) reste sur le banc de touche durant tout le match.

JDT : tournoi
L’équipe joue son troisième match de la journée. Ingrid (trois ans de pratique) et Marie (moins d’un an d’ancienneté) jouent dès le début de la rencontre avec Tony (moins d’un an de pratique), et les anciens de l’équipe Florent et André. À la huitième minute, l’équipe adverse marque le premier point. Ingrid rejoint alors le banc de touche et laisse rentrer Patrice, qui compte moins d’un an d’ancienneté. Une égalisation survient peu après. Marie sort à son tour et Fabrice prend sa place. Puis vient le tour de Tony et d’André qui sont remplacés par Manu (quelques mois de pratique) et Guy (un ancien). Le score n’évolue pas. André revient sur le terrain pour remplacer Florent, Fabrice échange sa place avec Tony qui retourne jouer. En fin de rencontre, alors que les équipes se trouvent toujours à égalité, Florent revient sur le terrain à la place de Patrice. L’équipe finit par perdre le match. Tandis que les hommes rentrent et sortent du terrain à n’importe quel moment, les femmes restent définitivement sur le banc de touche à partir du moment où le score est serré.

  • 11 Lorsque le disque est récupéré par l’équipe suite à une sortie de terrain ou une faute adverse, un (...)

28Par ailleurs, lorsque les joueurs et les joueuses évoluent ensemble, les places occupées sur le terrain révèlent les stéréotypes sexués. Par exemple, quand l’équipe choisit de mettre en place une défense individuelle (dans laquelle chaque joueur s’occupe d’un adversaire identifié), les femmes marquent systématiquement des femmes. En l’absence d’adversaire féminine, elles font face aux joueurs adverses supposés les moins performants, comme ceux présentant par exemple une surcharge pondérale. En attaque, elles se trouvent systématiquement en « zone ». Dans ce cas, elles restent dans la zone d’en-but adverse (ou proche de celle-ci) afin de réceptionner la dernière passe permettant de marquer le point. Leur investissement physique est largement inférieur à celui des joueurs qui construisent les attaques sur l’ensemble du terrain afin de créer les conditions optimales de réussite d’une passe décisive aux partenaires en zone. Finalement, les hommes (tous niveaux confondus) assurent systématiquement la remise en jeu 11, gèrent un espace de jeu plus grand et touchent plus souvent le disque que les femmes (sensées conclure l’action).

Figure 1 : Occupation de l’espace de jeu en attaque quand hommes et femmes jouent ensemble

Figure 1 : Occupation de l’espace de jeu en attaque quand hommes et femmes jouent ensemble

Tableau 2 : quantité de disques touchés en attaque

29Les anciens de l’équipe choisissent délibérément de laisser les femmes sur le banc de touche ou de les faire jouer en zone. Ils expliquent cette répartition sexuée des temps de jeu et des rôles par les comportements sportifs des femmes jugés inappropriés vis-à-vis des enjeux de la compétition.

André : « Quand c’est chaud, au niveau de la stratégie, c’est plus le physique des joueurs qui joue. Donc forcément les filles, il faut qu’elles attendent un peu […] Par exemple, cet après-midi, quand on avait des matchs difficiles, j’ai dit à Bruno « toi tu rentres et tu ne laisses pas Sophie sur le terrain ». Parce que Sophie, elle n’est pas agressive en défense, elle reste à trois mètres de son joueur. C’est pas un reproche, je constate ».

30L’étude des pratiques incorporées au cours des socialisations sportives antérieures permet de comprendre la différence d’« agressivité en défense » entre Bruno et Sophie repérée par André. En tant qu’ancien compétiteur de haut niveau en aviron et pratiquant d’un sport de combat (le judo), Bruno a intériorisé des dispositions sportives propices à l’engagement dans la compétition duelle. À l’inverse, Sophie a pratiqué durant 10 ans la gymnastique rythmique et sportive, une pratique valorisant la production esthétisée de formes corporelles. En compétition, les pratiquantes ne s’affrontent pas directement mais sont classées en fonction des notes obtenues lors de l’évaluation d’une chorégraphie. Ainsi, même si Bruno et Sophie débutent la pratique de l’ultimate en même temps, ils actualisent des dispositions sportives différenciées dans les interactions adversives.

31Dans cette perspective, la partie suivante se propose d’analyser la construction sociale de la mixité au cours des interactions sportives en tenant compte des dispositions sexuées intériorisées au cours de la trajectoire sociale des pratiquants et des spécificités du contexte interactionnel. Il s’agira de montrer que le régime de genre de l’ultimate produit des effets contrastés : les joueurs, en activant des dispositions sexuées incorporées dans d’autres contextes de socialisation au cours des interactions, produisent un espace social différencié et hiérarchisé selon le sexe ; dans le même temps, ils font des expériences novatrices favorables au questionnement des rapports sociaux de sexe.

La construction sociale de la mixité

Les discours de la « complémentarité des sexes »

32Les discours des joueurs interrogés révèlent des principes de vision et de division sexués caractéristiques de l’incorporation de la domination masculine (Bourdieu, 1998). En effet, la présence des femmes sur le terrain remet en cause le caractère compétitif et sérieux de la pratique : « Le fait que ce soit mixte ça montre que c’est pas un sport qui se prend au sérieux » (Salim). Les joueurs et les joueuses produisent alors une rhétorique explicative afin de justifier la place des femmes au sein de l’équipe en match.

33Selon eux, les différences physiologiques, au désavantage des filles, peuvent se compenser par leur meilleure technicité et un jeu plus subtil.

Bruno : « Elles compensent par la technique. Si tu cours beaucoup pendant un match pour marquer une fille mais que par contre elle fait de belles passes, elle fera la différence ».
Marie : « Je pense qu’une nana, elle va être plus posée, elle va plus voir le jeu dans sa globalité alors que le mec va vouloir marquer le point tout de suite, il va lancer comme un bourrin et rater ».
André : « Une équipe de garçons composés que de garçons, c’est vrai que c’est une équipe un peu musclée, le jeu est un peu plus musclé. Avec les filles, c’est plus en finesse ».

34Par ailleurs, les « traits de caractère » associés à chaque groupe de sexe renvoient à un discours privilégiant la complémentarité des sexes. Selon les joueurs, les qualités relationnelles des femmes qui s’opposent à l’agressivité des hommes tendent à éviter d’éventuels conflits, tandis que la franchise masculine permet de préserver l’ambiance conviviale du groupe fragilisée par la sournoiserie féminine.

Sophie : « Quand on est sur un terrain, les filles vont quand même moins gueuler, elles vont plus causer et je pense que les mecs eux-mêmes vont essayer d’être moins agressifs. […] Parce que des mecs entre eux ils vont se prendre la tête et ils vont en arriver à se taper dessus. Une nana, elle va peut-être moins l’ouvrir et plus discute ».
Marie : « Les rapports humains font qu’à la base, les nanas entre elles, elles vont pas bien s’entendre et je pense que les relations entre mecs c’est plus facile. Entre filles, il y a toujours des complications. Donc là, le fait que ce soit mixte, ça permet d’éviter ça ».

35Enfin, la présence des femmes questionne les modes de mises en scène de la virilité typique de l’entre soi masculin.

Patrice : « Le fait qu’il y ait des filles, au niveau des relations c’est pas pareil. Ça enlève le côté "bourrin" des garçons. Les conversations sont plus vastes et ça évite les blagues vaseuses. […] Tu parles moins de cul. T’es obligé de plus les intégrer, de parler avec ».

36Par conséquent, parler à la fois de performance et de mixité ne va pas de soi. La légitimité de la mixité de la pratique réside dans les différences sexuées naturalisées et pensées comme complémentaires. Ces représentations s’opérationnalisent dans la pratique.

Les relations de genre dans les interactions sportives

Les temps informels

37Le discours sur la complémentarité des sexes s’actualisent dans les interactions entre joueurs et joueuses.

38Par exemple, les hommes théâtralisent leur virilité en affichant un caractère revendicateur et violent, quand les femmes mettent en scène leur féminité en se montrant douces et apaisantes. Ces comportements de genre stéréotypés constituent des « parades sexuées » (Goffman, 2002) permettant aux sportifs d’être identifiés conformément à leur sexe dans les situations de mixité (Guérandel & Mennesson, 2007).

JDT : championnat
À la fin d’un match dont le déroulement a été source de tension en raison des forts soupçons de tricherie et d’anti-jeu de l’équipe adverse, les hommes expriment leur amertume. Salim répète à plusieurs reprises « Je suis dégoûté ». Tous les joueurs se disent également d’accord avec Fabrice qui déclare que « Si on avait pas été en ultimate, ça serait parti à la gifle ». De leur côté, même si elles reconnaissent l’attitude non fair-play des adversaires, les joueuses cherchent à calmer les esprits en répétant comme Sophie : « C’est bon, pensez à autre chose les gars ».

39De même, les joueurs expriment leur attirance envers l’autre groupe de sexe, affirmant ainsi leur hétérosexualité.

JDT : entraînement
Pierre discute avec Manu. Alors qu’Ingrid passe à proximité des deux garçons, Pierre s’exclame de manière suffisamment forte pour qu’elle entende : « Elle à une paire de godasses Ingrid » en faisant un geste avec ses mains qui évoquent la grosseur de ses seins.
JDT : tournoi
Sophie prend une photo de Marie au moment où Manu passe. Ce dernier s’excuse et elles se mettent à rire. Sans comprendre, Manu rie à son tour et quitte la scène. […] Plus tard elles nous expliquent que cette photo était destinée à prendre Manu.

Les situations de matchs

  • 12 Les matchs de championnat déterminent l’avenir de l’équipe dans la mesure où ils comptent pour la r (...)
  • 13 Les actes de déférence envers un bénéficiaire définissent la considération qu’on lui porte et signi (...)

40Lors des matchs de tournois 12, la hiérarchie sexuée s’impose de manière tacite. Dans les phases de jeu critiques, les joueuses laissent volontairement la place aux hommes. Elles font ainsi preuve de déférence 13 (Goffman, 1974) à l’égard de leurs partenaires masculins lors d’échanges confirmatifs (Goffman, 1973). Leur comportement, qui renvoie à l’acceptation de l’ordre établi, peut s’analyser comme la manifestation d’une certaine lucidité propre à la catégorie dominée (Bourdieu, 1998). En tant que femme et sportive, elles ont intériorisé le principe de la domination masculine tout en accordant de l’importance à la victoire. Les hommes occupent donc les positions dominantes (les rôles de meneurs et les postes les plus physiques) avec la complicité des femmes.

JDT : tournoi
Lors du deuxième match de la journée, les équipes jouent depuis 15 minutes et le score reste serré (4-4). Salim (un an de pratique), très essoufflé et en sueur, s’approche du banc de touche et demande à Sophie de le remplacer en pointant son pouce vers le terrain. Sophie (un an de pratique) refuse bien qu’elle n’ait joué que 5 minutes en début de match : « Non, je le sens pas, tu feras toujours mieux que moi ». Plus tard, lorsque nous évoquons avec elle cette situation, elle explique : « Quand il y a trop d’enjeu, je préfère laisser la place aux mecs pour avoir plus de chances ».
JDT : championnat
Lors du premier match du week-end, Ingrid (trois ans de pratique) saisit le frisbee perdu par un adversaire et tombé à ses pieds. Elle regarde autour d’elle et tend le disque à Manu (moins d’un an de pratique) afin qu’il se charge de la remise en jeu. Il saisit alors le disque sans discuter.

41L’analyse des interactions en match révèle également les comportements différenciés des joueurs selon le sexe de leurs adversaires. En effet, les compétiteurs masculins s’adaptent à la supposée fragilité physique des femmes. Au cours des situations de face à face mixte, les hommes diminuent visiblement leur effort face à une adversaire féminine, tandis que les femmes augmentent l’intensité de leur jeu face à un adversaire masculin.

JDT : championnat
Lors du premier match de la deuxième journée, Patrice (un an de pratique) plonge pour rattraper un frisbee. Il ne parvient pas à le saisir et heurte le bras de son adversaire masculin qui appelle la faute. Quelques minutes plus tard, il se dirige vers la zone pour rattraper le disque et ainsi marquer. À la réception, se trouve une adversaire féminine. Il saute alors le bras tendu sans engager l’ensemble de son corps en prenant soin de garder ses distances. La joueuse adverse s’empare alors du disque. Vers la fin de la rencontre, alors que son équipe mène de cinq points, il se trouve en retard pour disputer un frisbee mais il plonge quand même et heurte son adversaire masculin qui appellera la faute.
Il explique : « Si tu vas vers un mec, tu vas plus foncer. Avec les nanas, j’essaie d’y aller plus cool. […] Dans le tournoi que j’ai fait, il y avait des nanas. Ben, j’essayais de faire gaffe de ne pas non plus trop les presser pour les faire chier, j’essayais de ne pas leur faire mal. Il faut savoir être gentleman ».
JDT : tournoi
Lors du deuxième match joué par l’équipe, Ingrid se trouve au marquage d’un homme. Elle reste trois minutes sur le terrain puis demande à sortir en invoquant son état de fatigue. Elle s’assoit sur le banc en respirant profondément. Elle revient sur le terrain quelques minutes plus tard et se retrouve, cette fois ci, face à une adversaire féminine. Elle reste alors sur le terrain jusqu’à la fin du match. Selon elle : « Forcément face à un homme on va courir plus vite […]. C’est vrai que ça fait bien plaisir de piquer le frisbee à un mec ».

42Dans son étude sur la préservation de l’honneur chez les kabyles, Pierre Bourdieu (2000) montre qu’un homme défiant une personne incapable de relever le défi se déshonore lui-même. Les joueurs perdraient donc leur honneur en s’engageant totalement dans la confrontation et en déclarant défier une adversaire perçue comme inférieure en raison de son sexe (Guérandel & Mennesson, 2007).

43Ainsi, ces interactions relativement fréquentes, liées à l’expression de dispositions sexuées incorporées au cours de la trajectoire sociale, participent au renforcement des rapports sociaux de sexe. Cependant, l’analyse de la position de certains pratiquants au sein de l’équipe permet de mettre en évidence le rôle prépondérant du contexte dans la définition des relations sportives. En effet, l’adhésion de chaque membre du groupe au même système de valeurs, peut atténuer voire annuler les hiérarchies sexuées dans certaines situations. En croisant les trajectoires biographiques des joueurs avec les observations contextualisées, il s’agit de repérer les conditions sociales qui favorisent le questionnement des rapports sociaux de sexe.

Quand le contexte ultimate permet le questionnement des rapports sociaux de sexe

44Le niveau de jeu, les positions au sein de l’équipe et les comportements en interaction de Jean et Marie renforcent le caractère distinctif de la pratique en questionnant l’ordre sexué du monde sportif. En revanche, toutes atteintes aux normes et valeurs de l’ultimate impliquent la disqualification et le rejet collectif des déviants, comme le montre l’exemple de Marc.

Marie : une femme reconnue pour ses compétences sportives

  • 14 Marie fait référence à l’équipe de France. Actuellement, en plus des entraînements d’ultimate, elle (...)
  • 15 Elles relèvent en effet qu’elles occupent systématiquement le poste en zone et qu’elles jouent moin (...)

Célibataire et âgée de 23 ans, Marie exerce sa profession d’infirmière depuis moins d’un an. Ses deux parents, tous deux dépourvus de diplômes scolaires et issus du milieu ouvrier, ont eu trois enfants. Sa mère s’occupait des tâches ménagères, des comptes et des enfants quand le père se chargeait du bricolage et du jardinage. Cette division sexuée du travail domestique est représentative de l’organisation du monde privée des familles ouvrières (Schwartz, 1990).
Marie, « la petite dernière », occupe une « place privilégiée » : dispensée des tâches ménagères, elle est la seule sportive de la famille. Elle pratique le basket-ball pendant onze ans. Elle déclare « adorer » la compétition et ne pas supporter l’ambiance entre filles « trop agressives » et « prise de tête » avec qui « tu ne peux pas faire la fête ». Pour autant, elle joue dans une équipe de filles et étudie à l’école d’infirmière, deux lieux de l’entre soi féminin.
Marie s’inscrit pour la première fois au club d’ultimate, découvert lors de la fête des associations de la ville. Elle souhaite « faire des rencontres » et pratiquer dans « une ambiance conviviale ». Cependant, tout en affirmant que « l’esprit doit rester fair-play », Marie valorise la compétition : « Tu es aussi là pour gagner et être le premier ». Elle nourrit l’espoir de jouer en Nationale 1 et « pourquoi pas plus haut 14 ». À mesure que les mois passent, les anciens la considèrent comme une des plus performantes du groupe des nouveaux (tous sexes confondus). Ainsi, lors des matchs de championnat, ils la placent de plus en plus fréquemment dans le champ à la différence des autres joueuses qui jouent en zone. Impliquée corps et âme dans la pratique, elle ne rate jamais un entraînement et critique ceux dont l’investissement est moindre : « ils n’ont pas l’esprit d’équipe ». De plus, dès le début de l’année, elle sympathise avec Florent, le capitaine et entraîneur de l’équipe. Elle le questionne fréquemment sur le jeu et lui demande des conseils. Elle lui montre aussi son expertise des sports collectifs en comparant régulièrement l’ultimate à sa pratique antérieure, le basket-ball. Petit à petit, ils jouent systématiquement dans la même équipe lors des entraînements et expérimentent des tactiques à deux. Ainsi, alors que Sophie et Ingrid font état du traitement différencié (mais selon elles, justifié) réservé aux hommes et aux femmes 15, Marie ne remet jamais en doute, lors de l’entretien, le caractère opératoire des principes revendiqués par l’équipe.

45Au cours de sa socialisation enfantine, Marie intériorise des dispositions sexuées conformes à la féminité traditionnelle. Son investissement dans le basket-ball et sa formation professionnelle d’infirmière, marqués par une forte homosociabilité féminine, renforcent son adhésion aux normes de genre dominantes. Cependant, sa trajectoire sportive lui permet dans le même temps d’être reconnue comme une femme performante. La socialisation sexuée et corporelle de Marie explique donc son engagement en ultimate. Sa position au sein de l’équipe évolue au cours de l’année. Elle occupe progressivement les postes réservés aux anciens, c’est-à-dire ceux demandant une certaine expertise. Son niveau de jeu lui vaut la reconnaissance de l’ensemble des membres de l’équipe qui la considère comme un des joueurs (tous sexes confondus) les plus performants. Si les hiérarchies instituées renvoient aux compétences sportives des joueurs, comme l’illustre l’exemple de Marie, les différences entre les sexes ne disparaissent pas pour autant. Marie se considère « moins forte physiquement » et reconnaît augmenter son niveau de jeu lorsqu’elle rivalise avec un homme. Elle travaille également son apparence conformément aux normes de la féminité dominante. De même, lors des soirées avec l’équipe, plusieurs garçons du club tentent de la séduire. Elle rit de leur attitude et de leurs plaisanteries misogynes quand Ingrid exprime sa lassitude face aux comportements ambigus de certains hommes à son égard. Dans ce contexte de pratique mixte, elle se montre à la fois performante et féminine comme les boxeuses étudiées par Christine Mennesson (2005).

Jean : un homme dominé sur le terrain

En couple et âgé de 28 ans, Jean exerce la profession de douanier. Aîné d’une famille de quatre enfants issue du milieu rural, son père et sa mère sont employés. Son père « a toujours été le plus présent à la maison » comparativement à sa mère, souvent absente du foyer en raison de responsabilités extrafamiliales. Il faisait les courses, la cuisine et s’occupait de l’éducation des enfants. Jean reproduit ce modèle familial atypique (par rapport à la répartition sexuée des rôles) au sein de son couple en prenant notamment en charge une grande partie des tâches domestiques.
Enfant, Jean privilégie le sport « loisir » dans de petits clubs ou s’inscrivent ses amis : « Je n’ai jamais été un grand sportif ». Il détestait « le contexte équipe avec que des mecs où l’objectif principal est de picoler le plus possible et d’essayer de sortir avec des filles juste avant d’aller vomir » et les conversations typiques de l’entre soi masculin comme « parler de mobylette, de tracteur et de chasse ». Néanmoins, dans un contexte lui imposant une homosociabilité masculine comme l’école de douanier, il apprend à interagir selon les codes de l’entre-soi masculin : il commence à boire de l’alcool en soirée, s’amuse des grivoiseries de ses collègues et se positionne comme un bout en train au sein du groupe.
Jean s’est inscrit pour la deuxième année consécutive au club d’ultimate. Souhaitant se remettre au sport afin de « rencontrer du monde » et « garder la forme », il choisit cette pratique sur les conseils de son frère. En match, il marque systématiquement une femme ou l’homme perçu comme le plus faible de l’équipe adverse, ne prend jamais l’initiative de la remise en jeu et occupe généralement le poste en zone. De forte corpulence, ses coéquipiers le considèrent comme moins « physique » et moins « endurant » que les autres joueurs. De même, Jean revendique de manière ostentatoire les principes de mixité et de fair-play. Il s’investit dans la pratique au maximum de ses possibilités même lorsqu’il est opposé à une femme : « Que ce soit une fille où un garçon en face, je me donne à fond. Il n’y a pas de différence à mon avis physiologique qui feraient que les filles joueraient moins bien au frisbee ou auraient un désavantage. L’important c’est l’endurance et la vitesse et tu as des filles très rapides et très endurantes ». Quand l’enjeu est élevé au cours d’un match, il demande lui-même à rester sur le banc de touche. Il affiche également, plus que les autres, son intérêt pour la victoire. L’importance accordée aux enjeux de la compétition s’explique par sa position de dominé au sein de l’équipe. En privilégiant les intérêts collectifs avant les siens, il tente de minimiser les effets négatifs de ses contre-performances.

46Jean incorpore au cours de sa socialisation enfantine des dispositions sexuées inversées : il a des goûts et des pratiques plutôt éloignés des centres d’intérêts des autres garçons et évolue dans une famille marqués par une inversion des rôles sexués traditionnels. Cependant, sa socialisation au sein d’un contexte d’homosociabilité professionnelle favorable à l’acquisition de dispositions « masculines » exacerbées l’amène à intérioriser d’autres schèmes de pensées et d’action. L’hétérogénéité de ses dispositions sexuées permet de comprendre les comportements de Jean au cours des interactions en ultimate. Lors des matchs, il accepte voire participe à la construction de sa position de dominé dans le jeu (en tant que pratiquant le moins performant de l’équipe, hommes et femmes confondus). Dans le cas de Jean, le contexte agit comme une ressource, ses contre-performances sportives ne définissant pas sa position dans l’espace de genre (relatif à un déclassement dans le groupe des hommes) mais dans l’espace sportif de l’ultimate. Dans cette perspective, il devient indispensable voire dominant dans le groupe en incarnant les principes de mixité et de fair-play qui assurent ainsi la perpétuation des croyances collectives. En revanche, quand les interactions entre joueurs de l’équipe sortent du cadre de la pratique, Jean affirme fréquemment sa masculinité par l’attention portée à son apparence vestimentaire, l’usage de l’humour, la prise en charge de responsabilité au sein du club et la séduction. D’ailleurs, son attitude vis-à-vis des femmes suscite parfois des jalousies chez ses coéquipiers. Au cours d’un repas avec une équipe exclusivement féminine, des joueurs rappellent à Jean sa situation de couple devant ses partenaires de discussion. Finalement, les comportements de Jean assimilables à des « échanges réparateurs » (Goffman, 1973) lui permettent de se positionner en tant qu’homme dans le groupe lors des interactions non sportives.

Mobilisation collective pour le maintien de la distinction : le cas de Marc

La socialisation sexuée de Marc, issu des classes populaires, se caractérise par une différenciation marquée des rôles attribués aux hommes et aux femmes.
Lors d’une journée de championnat, les anciens de l’équipe lui demandent de ne pas jouer le premier match en raison du sureffectif. Il reste alors avec Jean, le moins performant de l’équipe et Sophie, la moins compétitive du groupe des filles. Or, Marc se considère comme un sportif accompli et un pratiquant d’ultimate performant. Il court deux fois par semaine et fait de la musculation en plus des entraînements d’ultimate. Il ironise en entretien sur les membres de l’équipe en les qualifiant de « sportifs ratés ». Lors des entraînements et des tournois, il occupe les postes d’attaquant et n’hésite pas à se charger de la remise en jeu.
Ainsi, durant le premier match, contrarié de ne pas jouer, il part s’isoler dans un coin de la tribune. Nous le rejoignons à la mi-temps et lui demandons si tout va bien. Il répond qu’il est « un peu énervé » et « un peu déçu » de ne pas jouer. Lors du match suivant, Florent le positionne en zone. De nouveau, il se sent déclassé. Ce poste ne correspond pas à la position à laquelle il aspire. Ce sont les femmes ou les joueurs les moins performants qui occupent généralement cette fonction. Sa frustration se révèle d’autant plus grande que Marie joue dans le champ. Après le match, il refuse de parler à ses partenaires et reste seul jusqu’au milieu de l’après-midi.
Durant toute la durée de la compétition, les autres joueurs l’ignorent. Lors du week-end de championnat suivant, il est de nouveau assigné aux postes dévalorisés. En effet, toute tentative de restauration de la face de Marc par l’équipe aurait justifié implicitement le bienfondé de son mécontentement et invalidé les principes régissant la pratique. Au contraire, les commérages et les actions visant à renforcer le caractère distinctif du groupe vont s’amplifier. Lors d’une conversation, certains de ses coéquipiers s’accordent pour dire qu’il n’a pas « l’esprit », signifiant par-là qu’il n’affiche pas son adhésion aux normes et aux valeurs revendiquées par le groupe. Il sera alors mal informé des horaires du rendez-vous lors du tournoi suivant. Plus personne ne l’appellera pour les soirées et les joueurs éviteront sa compagnie lors des déplacements en voiture. Enfin, bien que cela n’ait jamais posé de problème pour les autres membres de l’équipe, il essuie une remarque en raison de son retard d’une demi-heure lors d’un entraînement. Dans la logique du commérage analysé par Norbert Élias et John L. Scotson (1997), Marc, dépourvu de relation forte pour se défendre (il ne connaissait et ne voyait personne en dehors des temps du groupe), quittera l’équipe en fin d’année.

47Cet exemple met en évidence le décalage existant entre la socialisation à l’œuvre dans le contexte sportif et les dispositions incorporées par Marc dans d’autres sphères du social. Son engagement dans la pratique dépend à la fois de son acceptation des normes et des valeurs revendiquées en ultimate et de l’expérience subjective des situations d’interactions. Ainsi, dans la situation présentée, en dépit du sentiment d’injustice ressenti, Marc se trouve dans l’impossibilité de dénoncer explicitement cette situation non seulement vis-à-vis des autres membres de l’équipe mais également vis-à-vis de lui-même. Comme il le confiera lors de l’entretien : « Je me sentais coupable de réagir comme ça ». En effet, sa pratique de l’ultimate s’inscrivant dans une logique de distinction, son engagement implique une « distinction de soi » (Lahire, 2004) l’obligeant à se conformer aux croyances collectives. Toutefois, son attitude traduit son désaccord avec les décisions prises par les capitaines, ce qui provoque un processus d’exclusion et d’auto-exclusion du groupe.

48Finalement, la coprésence des sexes dans les situations sportives compétitives devient possible dans un contexte fondé sur des principes de mixité et de fair-play avec des joueurs socialement disposés à y adhérer dans une logique de distinction sociale. L’analyse conjointe des rapports sociaux de sexe et de classe révèle ainsi l’existence de « relations de sexe indifférenciées » (Théry, 2007) lors des interactions sportives. En ce sens, la mixité construite par les joueurs au sein du club enquêté permet de questionner l’ordre de genre.

Conclusion

49Le club d’ultimate correspond à un régime de genre particulier dont il faut étudier les différentes composantes afin de caractériser finement les rapports sociaux de sexe à l’œuvre dans le contexte. L’étude prend également en compte les caractéristiques sociales des pratiquants et du contexte afin de penser conjointement la construction sociale des différences de genre et de classe. Au niveau symbolique, les principes de mixité et de fair-play de l’ultimate contribuent à définir cette pratique sportive comme inédite et justifient l’engagement distinctif des pratiquants. Les rapports de pouvoir, sans être favorables aux femmes, s’expliquent davantage par le niveau de jeu et l’ancienneté des pratiquants que par le sexe des joueurs. En revanche, on observe une division sexuée du travail sportif. L’usage des techniques sportives, le temps de jeu et les rôles des joueurs en compétition divergent entre le groupe des hommes et le groupe des femmes, et ce quel que soit leur niveau de jeu. Cette différenciation se retrouve dans le discours des pratiquants sur la complémentarité des sexes et dans certaines interactions sportives mixtes. Cependant, les joueurs font également des expériences novatrices favorables au questionnement des rapports sociaux de sexe. En effet, dans la pratique, en se référant aux valeurs prônées par l’activité, les joueurs construisent un espace de mixité dans lequel s’affrontent et/ou coopèrent des hommes et des femmes davantage classés selon leur niveau de pratique que selon leur sexe. Les exemples de Jean et Marie illustrent notre propos. Ils adoptent des comportements permettant le maintien des croyances collectives et participent au renouvellement des hiérarchies sexuées. L’étude de leur trajectoire sociale s’articule avec celle des spécificités du contexte afin de cerner les conditions favorables à la construction d’une équipe mixte attentive à la question de l’égalité entre les sexes. Le régime de genre de l’ultimate produit donc des effets contrastés. Néanmoins, il convient de ne pas essentialiser les effets de la socialisation à l’œuvre dans la pratique (Mennesson & Neyrand, 2010). En effet, les acteurs en présence et leurs propriétés sociales et sportives, les modalités d’organisation et d’apprentissage valorisées au sein du groupe, le niveau de jeu de l’équipe et les caractéristiques spatiotemporelles du lieu de pratique, se combinent avec les normes et valeurs de l’activité pour produire un espace socialisateur. Les résultats gagneraient donc à se confronter à une étude des interactions mixtes dans d’autres équipes d’ultimate, notamment de niveaux différents et présentant un taux de féminisation plus important.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourdieu P. (1979), La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu P. (1998), La Domination masculine, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (2000), Esquisse d’une théorie de la pratique, Paris, Éditions du Seuil.

Castel R. (1989), « Institutions totales et configurations ponctuelles », dans Joseph I. (dir.), Le Parler frais d’Erving Goffman, Paris, Éditions de Minuit, pp. 31-43.

Connell R. (1987), Gender and Power. Society, the Person and Sexual Politics, Stanford, California, Standford University Press.

Connell R. (1990), « An Iron Man: the Body and some Contradictions of Hegemonic Masculinity”, dans Messner M. & D. Sabo (dir.), Sport, Men and the Gender Order: Critical Feminist Perspectives, Chaimpaign, Illinois, Human Kinetics Books, pp. 83-96.

Darmon M. (2006), La Socialisation, Paris, Éditions Armand Colin.

Duru-Bellat M. (2002), Les Inégalités scolaires, Paris, Presses Universitaires de France.

Élias N. (2000), La Civilisation des mœurs, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Élias N. & E. Dunning (1998), Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Éditions Fayard.

Élias N. & J. Scotson (1997), Les Logiques de l’exclusion, Paris, Éditions Fayard.

Faure S. (2000), Apprendre par corps, Paris, Éditions La Dispute.

Fortino S. (2002), La Mixité au travail, Paris, Éditions La Dispute.

Goffman E. (1973 [1971]), La Mise en scène de la vie quotidienne : 2. Les relations en public, Paris, Éditions de Minuit.

Goffman E. (1974 [1967]), Les Rites d’interactions, Paris, Éditions Minuit.

Goffman E. (2002 [1979]), L’Arrangement entre les sexes, Paris, Éditions La dispute.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Guerandel C. & C. Mennesson (2007), « Gender Construction in Judo Interactions »,, International Review for the Sociology of Sport, 42(2), pp. 167-186.
DOI : 10.1177/1012690207084750

Guttmann A. (1978), From Ritual to Record. The Nature of Modern Sports, New York, Columbia University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Laberge S. (2004), « Les rapports sociaux de sexe dans le domaine du sport : perspectives féministes marquantes des trois dernières décennies », Recherches Féministes, vol. 17, n° 1, pp. 9-39.
DOI : 10.7202/009295ar

Lahire B. (1998), L’Homme pluriel, les ressorts de l’action, Paris, Éditions Nathan.

Lahire B. (2004), La Culture des individus, dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, Éditions La Découverte.

Louveau C. (1986), Talons aiguilles et crampons alus. Les femmes dans les sports de tradition masculine, Paris, INSEP Éditions.

Louveau C. & A. Davisse (1998), Sport, école, société : la différence des sexes, Paris, Éditions L’Harmattan.

Mac Kay J. & S. Laberge (2006), « Étudier par le haut le régime sexuel du sport : quelques avancées récentes de la recherche sur les hommes et les masculinités », CLIO Le genre du sport, n° 23, pp. 239-267.

Marry C. (2003), Les Paradoxes de la mixité filles-garçons à l’école. Perspectives internationales, Rapport final, PIREF Éditions.

Mauss M. (1950), Sociologie et anthropologie, Paris, Presses Universitaires de France.

Mennesson C. (2005), Être une femme dans le monde des hommes, Paris, Éditions L’Harmattan.

Mennesson C. (2010), « Régimes de genre et dispositions : un modèle pour penser l’articulation collectif/individuel », dans Kergoat D. & R. Pfefferkorn (dir.), Chemins de l’émancipation et rapports sociaux de sexe, Paris, Éditions La Dispute.

Mennesson C. & G. Neyrand (2010), Le Rôle des loisirs culturels et sportifs dans la socialisation sexuée des enfants, rapport final, Ministère de la culture et de la communication.

Messner M. & D. Sabo (1990), « Toward a Critical Feminist Reappraisal of Sport, Men and the Gender Order », dans Messner M. & D. Sabo (dir.), Sport, Men and the Gender Order: Critical Feminist Perspectives, Chaimpaign, Illinois, Human Kinetics Books, pp. 1-16.

Messner M. & D. Sabo (1994), Sex, Violence and Power in Sports, Rethinking Masculinity, Freedom, The Crossing Press.

Pfefferkorn R. (2007), Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, Paris, Éditions La Dispute.

Pociello C. (1981), Sport et société, approche socioculturelle des pratiques, Paris, Éditions Vigot.

Saouter A. (2000), Être rugby. Jeux du masculin et du féminin, Paris, Éditions Maison des Sciences de l’Homme.

Schwartz O. (1990), Le Monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, Presses Universitaires de France.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Scott J. (1988), « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahier du Grif, n° 37-38, pp. 125-153.
DOI : 10.3406/grif.1988.1759

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sisjord M-K. (1997), « Wrestling with Gender. A Study of Young Female and Male Wrestlers’ Experiences of Physicality », International Review for the Sociology of Sport, vol. 32, n° 4, pp. 433-438.
DOI : 10.1177/101269097032004007

Theberge N. (2000), Higher Goals: Women’s Ice Hockey and the Politics of Gender, Albany, NY, Suny Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Thery I. (2010), « Le genre : identité des personnes ou modalités des relations sociales ? », Revue française de pédagogie, vol 2, n° 171, pp. 103-117.
DOI : 10.4000/rfp.1923

Thery I. (2007), La Distinction de sexe. Une nouvelle approche de l’égalité, Paris, Éditions Odile Jacob.

Wacquant L. (2000), Corps et âmes. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Marseille, Éditions Agone.

Zaidman C. (1992), « Égalité entre les sexes, mixité et démocratie », dans Baudoux C. & C. Zaidman (dir.), Égalité entre les sexes. Mixité et démocratie, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 7-12.

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu (1979) définit l’hexis corporelle comme un ensemble de dispositions corporelles socialement construites, ou autrement dit, des manières spécifiques de penser, sentir, utiliser et tenir son corps.

2 Les dispositions, qui orientent les manières de faire et de penser, résultent d’un processus de socialisation et d’incorporation (Darmon, 2006).

3 Ces données proviennent du site officiel de la fédération française (http://ffdf.free.fr).

4 En 2012, la fédération française compte 70 clubs et plus de 2 000 licenciés.

5 Il existe néanmoins des modalités de pratique non mixtes qui ne seront pas abordées dans le présent article.

6 Cette question nous parait centrale quand on fait le parallèle avec le débat actuel sur la mixité scolaire et les discours visant à remettre en question la coprésence des sexes à l’école au nom de l’égalité entre les sexes. Si la mixité n’est pas l’égalité, elle en est une condition première (Duru-Bellat, 2002). Comme le soulignent les travaux de Catherine Marry (2003), la mixité à l’école a permis de mettre en évidence la réussite scolaire des filles comparativement à celle des garçons et à rendre inacceptable le maintien des inégalités de traitement à l’école et sur le marché du travail.

7 L’équipe évolue dans une catégorie se caractérisant par la mixité des équipes et l’absence de quota en match. En théorie, une équipe constituée d’hommes peut affronter une équipe exclusivement féminine Il existe cependant d’autres modalités de pratique : les catégories non mixtes et les catégories mixtes dont le nombre de joueurs hommes et femmes présents sur le terrain est imposé.

8 Certains joueurs déclarent même préférer gagner le prix du fair-play que de remporter un tournoi.

9 Il s’agit de « la forme culturellement idéalisée du caractère masculin qui met l’accent sur les liens existant entre la masculinité et la rudesse, l’esprit de compétition, la subordination des femmes et la marginalisation des gays » (Mac Kay & Laberge, 2006, p. 239-267).

10 Comme l’explique Christian Pociello (1981) qui analyse la distance de garde induite par les pratiques, dans les sports collectifs, plus les possibilités de déplacement avec l’engin (le ballon ou le frisbee) sont importantes, plus les chances de contacts corporels augmentent. En rugby ou en football américain, les possibilités étant illimitées, l’arrêt de la progression du ballon peut nécessiter un placage. En handball et en basket-ball, les déplacements en dribbles induisent des contacts moins directs mais néanmoins inévitables lors des tentatives de récupération du ballon.

11 Lorsque le disque est récupéré par l’équipe suite à une sortie de terrain ou une faute adverse, un joueur récupère l’engin et relance le jeu en faisant une passe à l’un de ces partenaires. Cette remise en jeu, qui oriente le sens de l’attaque, s’apparente à un poste décisionnel essentiel.

12 Les matchs de championnat déterminent l’avenir de l’équipe dans la mesure où ils comptent pour la relégation en Nationale 3, le maintien en Nationale 2 ou le passage dans la division supérieure. L’enjeu des rencontres de tournois apparaît plus ponctuel et consiste seulement à obtenir le meilleur classement possible lors du week-end.

13 Les actes de déférence envers un bénéficiaire définissent la considération qu’on lui porte et signifient les liens qui unissent les interactants (Erving Goffman, 1991).

14 Marie fait référence à l’équipe de France. Actuellement, en plus des entraînements d’ultimate, elle court deux fois par semaine pendant une heure.

15 Elles relèvent en effet qu’elles occupent systématiquement le poste en zone et qu’elles jouent moins que les hommes lorsque l’enjeu est important.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Occupation de l’espace de jeu en attaque quand hommes et femmes jouent ensemble
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3974/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carine Guérandel et Fabien Beyria, « Le sport, lieu de questionnement des rapports sociaux de sexe ? », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 28 septembre 2016. URL : http://sociologies.revues.org/3974

Haut de page

Auteurs

Carine Guérandel

Maître de conférences en sociologie, IUT B Lille 3 – 35 rue Sainte-Barbe, BP 70460 – 59208 Tourcoing - Centre de Recherche « Individus, Épreuves, Sociétés » (CeRIES) EA 3589 - c_guerandel@yahoo.fr

Fabien Beyria

Enseignant d'EPS - fabienbeyria@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page