Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Le genre en jeu. De la construction du genre dans les interactions en tennis de table

Rémi Richard et Éric Dugas

Résumés

À travers le cas d’un groupe de pongistes, cet article s’attache à mettre au jour les processus de construction du genre dans une pratique sportive mixte. À partir des propositions américaines des gender studies et plus particulièrement la notion de performativité qui replace l’individu au centre du processus de construction sociale de la réalité, nous allons tenter de saisir les procédés mis en œuvre par ces sportifs pour produire des normes de genre. Les observations et les entretiens réalisés montrent que tous les éléments de la situation sportive constituent une occasion de « faire » le genre : l’espace, les temps sportifs, la logique de l’activité et, bien sûr, les discours des sportifs sont mis au service d’une masculinisation du tennis de table.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Source : ministère de la Jeunesse des sports et de la vie associative, Bulletin de statistiques et (...)

1Les pratiques sportives constituent une forme sociale particulière et originale car la mise en jeu du corps, au sens propre comme au sens figuré, est consubstantiel de l’action. Dans ce foisonnement d’activités ludiques, il existe un large éventail de pratiques qui s’étend des activités libres et informelles aux activités contrôlées par des institutions sportives dont les sport de haut niveau représente la forme sociale la plus formelle, la plus spectaculaire et la plus médiatisée (Dugas, 2007). Parmi ce foisonnement d’activités, certains sports sont connotés traditionnellement « masculin » ou « féminin » (Davisse & Louveau, 1998). Ainsi, un sport dit masculin serait sous-investi par les femmes du fait que la logique interne (Parlebas, 1981), c’est-à-dire les systèmes de contraintes et de possibles issus des règles qui s’inscrivent dans l’action motrice des joueurs, soit ancrée dans des représentations masculines : ces sports mettent en scène la force, la puissance, la vitesse et l’affrontement (Queval, 2009). Pourtant, le tennis de table constitue une particularité au sein des pratiques sportives dites « de tradition masculine ». En effet, ce sport, dont le nombre de pratiquantes plafonne à 16,7 % 1, ne s’inscrit pas dans ces logiques masculines de duels interindividuels. Comment comprendre ce phénomène ? Une approche qui ne considèrerait que la logique interne de l’activité ne permettrait pas d’expliquer les processus de subjectivation à l’œuvre dans les pratiques physiques et sportives. Pour Jacques Defrance (2003), les caractéristiques techniques des pratiques sportives ne sont pas fixes mais, au contraire, elles varient en fonction du sens que les individus attribuent à leur pratique. De ce point de vue, il devient légitime de se demander si la manière dont des pongistes vont s’approprier les propriétés techniques du tennis de table n’est pas une source de la sexuation de l’activité. De fait, étudier une activité dont la logique ne correspond pas a priori aux stéréotypes masculins ou féminins, mais qui est pourtant sous-investie par les femmes, permet de mettre en relief les mécanismes de sexuation à l’œuvre dans les interactions sportives.

Le genre en questions

2Il est necessaire de souligner que le domaine sportif n’est évidemment pas détaché de la vie quotidienne : le pratiquant n’arrive pas ex-nihilo dans la situation sportive, il dispose de « schémas de typification » (Berger & Luckman, 2006) en fonction desquels il va apréhender l’activité, il a très certainement déjà vécu des experiences sportives. Les travaux de Christine Mennesson portant sur des trajectoires de femmes pratiquant des sports traditionnellement masculins (Mennesson, 2005) soulignent les liens qui existent entre socialisation et pratique sportive. Son approche des femmes dans le monde des hommes va mettre en parallèle les dispositions sportives des pratiquantes qu’elle étudie avec les « régimes de genre ». Selon elle,

« pour que les sportives puissent éprouver une certaine appétence pour ces activités qui ne leur sont pas socialement destinées, elle doivent apprendre non seulement à les apprécier, mais aussi à maîtriser certaines techniques corporelles qualifiées de "masculine". Ce point de vue suggère que l’entrée dans la carrière de sportive de haut niveau dans un sport "d’hommes" se réalise dans certaines conditions sociales » (Mennesson, 2005, p. 69).

3En articulant les régimes de genre et les dispositions sportives, elle montre que les trajectoires « déviantes » des sportives qu’elle étudie sont intimement liées à une socialisation particulière, prolongée par une construction du genre propre à ces sports « masculins ». Pour les sportives dotées de dispositions « inversées », l’engagement et la réussite dans l’activité sportive de haut niveau est facilitée. Mais elle pointe aussi le rôle que joue le contexte dans la construction (ou la déconstruction) des normes de genre. Le contexte sportif (la pratique du football, de la boxe ou de l’haltérophilie) va être central dans la construction du genre. À ce sujet, elle évoque la dimention performative des discours sur soi des sportives. Celle-ci révèle que « ces discours performatifs, qui mobilisent le thème de l’identité, tentent de faire advenir ce qu’ils énoncent, montrant ainsi que les plus “naturelles” des classifications résultent en fait d’une imposition arbitraire » (Mennesson, 2005, p. 213).

4Il semble alors intéressant de prolonger cette piste proposée par Christine Mennesson, au regard des propositions américaines, pour comprendre le rôle actif des sportifs dans la construction du genre. Car comme l’explique Michael Alan Messner, « les individus ne sont pas les dupes passifs du système de genre, mais plutôt des participants actifs dans la création du genre ». Pour lui,

« les individus effectuent des choix (exercise agency) dans la construction de la vie sociale quotidienne. Ces choix sont souvent reproductifs : quand nos actions sont en accord avec les traditions ou les conventions des différences et des hiérarchies de genre, nous participons à la reproduction des relations déjà existantes » (Messner, 2007, p. 3).

5Nous souhaitons effectivement montrer que la pratique du tennis de table est une occasion pour le groupe de sportifs observés de construire du genre, leur genre. Cette position théorique s’inscrit dans le courant des gender studies dont l’ouvrage Sex, gender and society de l’américaine Ann Oakley (1972) est l’acte de naissance. Les gender studies constituent un domaine d’étude large qui, comme le montre Jennifer Hargreaves (2006), englobent des travaux aux influences diverses. Ainsi, nombre d’auteurs, à l’instar de Michael Alan Messner, s’inscrivent dans un féminisme culturel, d’inspiration marxiste, qui se fonde sur l’analyse des rapports de pouvoir. Dans le domaine sportif, ce féminisme (et ce pro-féminisme) culturel

« a utilisé le concept d’hégémonie comme élément central des analyses afin de montrer que : les femmes luttent de façon inventive pour créer de nouveaux usages du sport ; que la domination masculine et les autres formes de domination sont partielles ; que l’agency (liberté) et le déterminisme (contraintes) sont en relation dialectique » (Hargreaves, 2006, p. 112).

6Plus récent, les travaux des Queer Studies s’inspirent d’auteurs français poststructuralistes tels que Michel Foucault (1975, 1984), Jacques Derrida (1998) ou encore Monique Wittig (1980), regroupés outre-Atlantique sous l’étiquette de la French Theory. Pour les penseurs du courant queer, il ne faudrait pas considérer le genre comme une identité stable. Il est avant tout le résultat d’actes et de discours performatifs : pour simplifier à l’extrême, nous pourrions dire que les actes « genrés » et les discours décrivent ce qu’est le genre et, par là-même, ont la capacité de produire ce qu’ils décrivent. Le genre est performatif parce qu’à force de répétitions, il devient une norme. La qualité versatile du genre repose sur le fait qu’il est possible qu’il soit « mal » joué, réinterprété et donc défait (Butler, 2009). Ce point de vue poststructuraliste place les individus au centre du processus de construction social : l’accent est mis ici sur le sujet qui devient acteur et producteur du genre, en l’exécutant dans « une répétition stylisée d’actes » (Butler, 2006, p. 265). Ainsi, pour Judith Butler, « le genre est toujours un faire, mais non le fait d’un sujet qui précéderait ce faire » (Butler, 2006, p. 96). Pour autant, cette performativité n’est pas isolée du contexte social normatif :

« La dimension "performative" de la construction réside précisément dans la réitération forcée des normes. En ce sens, ce n’est pas seulement qu’il y a des contraintes qui pèsent sur la performativité, c’est plutôt que ces contraintes exigent d’être repensées comme la condition même de la performativité. […] La contrainte n’est pas nécessairement ce qui impose une limite à la performativité : elle est plutôt ce qui aiguillonne et soutient la performativité » (Butler, 2009, p. 105).

7Les recherches qui abordent la problématique du genre et du sport par son caractère performatif sont rares. Bon nombre d’entre elles ont été réalisées par des sociologues spécialistes de la question des masculinités. Pour leurs auteurs (Connell, 2000 ; Messner, 2007), les sports, tout du moins ceux de tradition masculine, vont être un lieu de construction d’une masculinité hégémonique. C’est « parce que les standards de la masculinité hégémonique sont si difficiles à atteindre que les hommes s’engagent dans diverses stratégies afin d’étayer leur identité masculine et, parmi celles-ci, le sport joue un rôle clef » (Connell, 2009, p. 802). De même, Jennifer Hargreaves critique l’idée d’un modèle de féminité en expliquant qu’il faut tenir compte de la complexité entre « par exemple, des femmes noires, des femmes handicapées, des lesbiennes, des femmes plus âgées et des femmes ouvrières ». Selon l’auteure, « il y a des différences plus importantes entre des femmes de groupes sociaux et culturels différents qu’entre des hommes et des femmes du même groupe social ou culturel » (Hargreaves, 1992, p. 169-170).

8Quelle que soit leur filiation, ces travaux ont en commun de mettre en avant la pluralité des modèles de genre. Pour ces auteurs, la pratique sportive est considérée comme un lieu privilégié pour la construction du genre, comme une scène où va se perpétuer, se déconstruire ou se négocier le genre. C’est le rôle actif des sportifs dans la construction du genre qui est mis en avant : Gertrud Pfister précise que

« le genre n’est pas quelque chose que nous sommes mais quelque chose que nous faisons. […]. Il est une performance de la différence. En ce sens, faire du sport revient à construire du genre : chacun est toujours amené à se présenter en tant qu’homme ou femme, en affichant de manière plus ou moins démonstrative sa masculinité ou sa féminité » (Pfister, 2006, p. 67).

9La pratique sportive peut être considérée comme performative puisque « le sport est dans le même temps le moteur et le résultat de l’ordre du genre ; les arrangements et hiérarchies y apparaissent “normaux” et naturels tout en étant renforcés par les processus de normalisation en jeu » (Ibid., p. 68).

  • 2 Nous faisons référence ici au modèle de l’androgynie proposé par Fontayne, Sarrazin & Famose (2002) (...)

10Pour mettre au jour les dynamiques sociales de construction, de maintien ou de négociation des normes de genre dans une situation sportive mixte, nous avons eu recours au paradigme interactionniste de « l’école de Chicago » et tout particulièrement aux travaux d’Erving Goffman (1974). Dans cette perspective, la question de la construction du genre dans un groupe de pongistes est alors de comprendre comment ce groupe de sportifs, majoritairement masculin, va s’approprier un sport dont la logique est pourtant androgyne 2. Au sein de cette « tribu sportive » (Maffesoli, 2000), quels éléments de la situation sportive vont servir de support à cette construction sociale du genre ? Quelles stratégies vont être développées par ces sportifs pour construire et partager leurs normes de genre dans le cadre de la pratique d’un sport qui n’est a priori ni particulièrement « masculin », ni particulièrement « féminin » ?

Méthodologie

11Le travail d’observation directe a été réalisé dans un important club de tennis de table de l’ouest parisien. Sur une période de six mois, nous avons observé les entrainements d’un groupe d’une trentaine de pongistes, comptant quatre femmes pour vingt-six hommes. Chemin faisant, l’observation est devenue participante. Ainsi nous avons pu assister et participer à une quarantaine d’heures d’entrainement à quelques événements « particuliers » (compétition, galette des rois, etc.). Au cours de ces observations, nous avons tenu un journal de terrain dans lequel nous avons noté systématiquement les données liées à l’espace et au matériel de la séance observée : par exemple, nombre de tables ou de terrains, répartition des joueurs lors des différentes phases de l’entraînement. Nous avons aussi référencé les données concernant les caractéristiques des pratiquants (le nombre de joueurs, le nombre d’hommes et de femmes, leurs tenues vestimentaires) et l’entraîneur. Notre journal de terrain comporte une partie concernant le déroulement de la séance dans laquelle est décrit le plus minutieusement possible le comportement des joueurs lors de la séance, ainsi que les échanges verbaux auxquels nous avons pu assister et qui nous semblaient enrichissants pour notre étude. Enfin, des entretiens semi-directifs ont été réalisés environ quatre mois après le début de l’observation participante. Ceux-ci permettent d’affiner nos observations ainsi que certaines interprétations. Comme le soulignent Rodolphe Ghiglione et Benjamin Matalon, le sexe du chercheur (ici masculin) est une variable qui peut orienter le déroulement de l’entretien (Ghiglione & Matalon, 1998). Pour minimiser l’impact que peut avoir cette variable, nous avons réalisé les entretiens après avoir établi une relation de confiance avec les joueuses et les joueurs et nous n’avons pas présenté les questions de genre et de rapports sociaux de sexe comme une problématique centrale de l’interview.

  • 3 Malgré la mise en place d’une licence « loisir » dont l’objectif initial est attirer les féminines (...)

12Parallèlement à cette enquête ethnographique réalisée dans le club de tennis de table, nous avons accompli ce même travail de recherche, avec une méthodologie strictement identique dans un club de badminton parisien. Nous y avons observé, puis interrogé, un groupe de vingt-six joueurs pendant six mois lors de leur entrainement hebdomadaire. Cette activité physique est très proche du tennis de table sur de nombreux points : ce sont deux sports de raquette qui se pratiquent excusivement en salle (dans le cadre fédéral). Les disciplines au sein de ces deux sports olympiques sont les mêmes : le simple homme et le simple dame, les doubles (homme et dame) et enfin le double mixte. En outre, ces deux sports sont tout deux relativement méconnus, car très peu médiatisés de nos jours, comparativement au tennis, par exemple. Pourtant, il existe une différence majeure entre ces deux activités : l’investissement des femmes y est radicalement différent. En effet, alors que les femmes représentent plus de 40 % des licenciés de la fédération de badminton, la Fédération de tennis de table, comme nous l’avons précisé plus tôt, ne compte difficilement 3 que 17 % de femmes. Nous ferons référence, lorsque cela permettra de mettre en relief nos propos, à ce groupe de sportif dont les rapports sociaux de sexe et les normes de genre sont bien souvent différents.

Profil des joueurs et des joueuses interrogés

13Le groupe de pongistes que nous avons suivi est, comme évoqué précédemment, composé de quatre femmes et vingt-six hommes. Ces joueurs pratiquent le tennis de table en compétition pour la plupart, à un niveau départemental ou régional. Ce qui est remarquable, dès les premières minutes d’observation, c’est une hétérogénéité d’âge chez les pratiquants, puisque se côtoient dans ce créneau d’entrainement des joueurs de tout juste vingt ans et des pongistes de plus de cinquante ans. En plus de leur entrainement hebdomadaire, ces sportifs assidus se retrouvent de manière régulière (en fin de journée et le week-end) pour pratiquer le tennis de table de manière libre.

14Au fil de notre étude, nous nous sommes plus particulièrement intéressés à une joueuse, Cécile, parce qu’elle s’est particulièrement bien intégrée dans le groupe observé et que son rapport à l’activité semble caractéristique de celui des femmes dans le tennis de table. Cécile est une mordue de tennis de table. Assistante maternelle âgée de trente-cinq ans, elle a découvert le tennis de table huit ans plus tôt en accompagnant son fils à une séance d’initiation. Après cette découverte, elle s’inscrit dans un club et s’investit, quelques mois plus tard, dans une pratique compétitive. Aujourd’hui, joueuse de l’équipe régionale féminine dont elle est la capitaine, elle nous dit avoir toujours pratiqué des activités physiques, souvent à « bon niveau ». Son interview se révélera particulièrement intéressante pour comprendre la construction du genre en jeu dans le tennis de table.

15Le groupe de badistes observé compte quant à lui douze femmes et de quatorze hommes. Ces joueurs évoluent également en compétition à un niveau départemental pour la très grande majorité et régional pour les autres. Contrairement aux pongistes, l’âge des badistes est relativement homogène : le plus jeune joueur de ce groupe a vingt ans et la plus âgée en a trente-neuf. En plus des nombreux week-ends de compétition, ces passionnés de badminton jouent deux fois par semaine : lors d’un entrainement d’une heure et demie, suivie de trente minutes de « jeu libre » (où les joueurs font des matchs) et lors d’un créneau libre de deux heures, non encadré.

Les résultats de l’observation participante

16Les principaux résultats de notre recherche (observations et entretiens) révèlent que les sportifs, hommes et femmes, participent activement à un genrage de l’activité dans la pratique du tennis de table. Nous allons ainsi tenter de comprendre comment les différents éléments de la situation sportive, ses traits pertinents, vont devenir les supports de conduites « performatives ». Nous nous intéresserons donc successivement à l’usage que fait le groupe de pongistes observés, de l’espace, du temps et des vêtements. La dernière partie portera sur le rôle qu’ont les règlements sportifs et les discours dans la construction du genre.

La salle de tennis de table, un territoire masculin

17Michel Maffesoli souligne que « l’espace est un point de référence, un pont d’ancrage pour le groupe » (Maffesoli, 2000, p. 234). Il est un lieu d’investissement des valeurs et des normes du groupe. Comprendre l’utilisation qui est faite de l’espace par un groupe, par une société, c’est accéder à son système de normes et de valeurs (Hall, 1971). Les normes de genre n’échappent pas à cette règle et c’est dès le plus jeune âge que l’appropriation de l’espace devient un enjeu de genre (Lingard & Douglas, 1999). De fait, nous allons tenter de montrer en premier lieu comment les phénomènes de territorialisation mis à l’œuvre dans le groupe de pongistes observés participent à la construction et à la transmission de leur norme de genre. Si bien qu’il est nécessaire au préalable de décrire rapidement cet espace.

18Le club de tennis de table dispose d’une salle qui peut accueillir jusqu'à quinze tables et à laquelle est juxtaposé un « club house ». Directement reliés à la salle, les joueurs disposent de deux vestiaires spacieux (un pour les hommes et un pour les femmes) ainsi que deux toilettes séparées. Tout d’abord, nous avons pu remarquer que, de manière générale, la localisation spatiale des femmes présentes à l’entraînement n’est pas le fruit du hasard. Très souvent, les femmes jouent ensemble et se situent la plupart du temps sur la première table en arrivant dans la salle et ce, quasi systématiquement à l’échauffement comme en témoigne un extrait du journal de terrain (quatrième semaine d’observation) :

« Les deux femmes qui suivent l’entraînement d’aujourd’hui se sont installées sur la première table en entrant, pourtant, il reste des tables libres au centre, ce qui laisse un vide de deux tables entre elles et les autres joueurs ».

19Cette observation concorde avec les remarques de Claude Zaidman (2007), sur l’occupation de l’espace dans la cour de récréation. Elle note en effet que, très souvent, les filles tendent à occuper les espaces périphériques de la cour de récréation. Des joueurs me confieront par la suite que ces tables ne sont pas les plus confortables, étant donné le va-et-vient des joueurs qui entrent et sortent de la salle.

20Mais ce qui semble le plus caractéristique d’une masculinisation de l’espace, c’est l’utilisation, par les hommes, de la zone de pratique comme une zone « intime ». En effet, alors que les femmes viennent pour la plupart déjà habillées en tenue de sport (et si elles doivent se changer, elles utilisent systématiquement le vestiaire qui leur est réservé), la quasi-totalité des hommes se changent dans la salle et laissent leurs vêtements sur les bancs. Plus distinctif encore, on a pu remarquer que, bien souvent, quelques joueurs restent à discuter torse nu dans la salle en fin d’entraînement. Ces discussions sont souvent accompagnées de rires, très prononcés, rendant les exhibitions de ces protagonistes impossibles à ne pas remarquer :

« Les joueurs du groupe ont fini leur séance d’entraînement et certains passent en "jeu libre" sur les tables de gauche. Trois joueurs (de l’équipe première à en juger par leur tenue) ôtent leurs maillots dans la salle et entament une discussion plutôt bruyante entrecoupée de rires. Ces joueurs poursuivent la conversation plusieurs minutes telle quelle. Cela ne semble surprendre personne » (Extrait du journal de terrain, deuxième semaine).

21La salle de sport devient alors le théâtre de la masculinité hégémonique (Connell, 2000). Les joueurs, en utilisant l’espace de jeu pour faire la démonstration des attributs de leur virilité (musculature, voix puissante…), posent l’empreinte de La masculinité sur l’espace sportif. Par cette expansion des zones intimes réservées aux hommes vers les zones sensées être « mixtes », les joueurs participent à une « territorialisation » masculine de la salle de tennis de table. La salle de pratique semble ainsi devenir un prolongement des vestiaires des hommes, un lieu exclusivement masculin. Ce type de comportement est très proche de celui observé par Carine Guérandel et Christine Mennesson chez les judokas du pôle espoir de Toulouse. Elles remarquent effectivement que les jeunes filles, en fin de séance, se déshabillent dans les vestiaires, alors que « les garçons se déshabillent près du tatami, aux yeux de tous. Ils montrent leur corps sans aucune gêne et affirment leur masculinité en mettant en avant leur musculature » (Guérandel & Mennesson, 2007, p. 173). À la suite de ces observations, il est possible d’affirmer que, même si dans des pratiques exclusivement masculines, les vestiaires constituent un espace privilégié de construction de la masculinité (Saouter, 2000), « il semble que dans un contexte sportif mixte, celle-ci se construit pour une part importante au travers du regard des filles » (Guérandel & Mennesson, 2007, p. 173).

Temps sportifs et interactions genrées

22Tout comme l’espace, l’utilisation du temps n’échappe pas aux considérations de genre. L’usage des différents temps sportifs par les joueurs va être l’occasion d’exprimer et de construire les normes de genre qui leur sont propres. L’analyse « sexuée » de ces différents temps, en fonction des modalités d’interactions qu’ils impliquent, est donc une autre possibilité de saisir les enjeux de genre.

La salutation : on se sert la main ou on se fait la bise ?

23Erving Goffman (1974) a mis en avant la richesse que peut représenter l’étude attentive des interactions de face à face. C’est d’autant plus vrai dans les microgroupes où « le sentiment d’appartenance sera conforté ou infirmé par l’acceptation ou le rejet de divers rituels » (Maffesoli, 2000, p. 248). La manière de se saluer est précisément le premier « rite d’interaction » dans une relation de face à face. Et ce qui est particulièrement intéressant pour notre recherche, c’est justement que cette « entrée en matière » est fondamentalement sexuée. Les enfants, filles et garçons, disent bonjour en faisant la bise. Les garçons, en grandissant (en devenant des hommes) ne doivent, a priori, plus faire la bise aux autres hommes (hormis dans le cadre familial ou des amis intimes). Les filles (devenues femmes), quant à elles, continuent de faire la bise aux hommes comme aux femmes. Il ne faut donc pas négliger ce « rite » de politesse, qui peut sembler banal, mais qui joue un rôle important dans la construction et la manifestation du genre.

24Les rites de salutations chez les pongistes sont tout à fait différents. La quasi-totalité des joueurs (tous les hommes et les femmes à l’exception d’une) se serrent la main. En adoptant cette manière de saluer, les femmes jouent le masculin. Il n’y a qu’une joueuse, Cécile, qui n’utilise pas la poignée de main pour saluer les joueurs. Elle ne fait pas pour autant la bise :

« Je vais saluer l’entraîneur, je croise Cécile qui me salue d’une tape dans la main (j’avais déjà remarqué la semaine précédente qu’elle saluait les autres joueurs qui arrivaient de cette manière) » (Extrait du journal de terrain, troisième semaine).

25Sa manière de saluer ne correspond ni véritablement à un modèle du genre féminin ou masculin. Elle semble plutôt dériver directement de la manière dont les joueurs se congratulent après un beau point de double ou un match intense. Dès notre première discussion avec Cécile, elle avait mis en avant la difficulté pour une femme de s’intégrer dans le groupe de pongistes qui sont « quand même un peu machos » (Extrait du journal de terrain, première semaine). Ne doit-on pas déceler dans la façon alternative de saluer adoptée par Cécile, une manière de ne pas adhérer aux normes de genre de ce groupe « masculin » sans pour autant se positionner trop à la marge de ces normes et donc ne pas perdre la face (Goffman, 1974) ?

26Quoiqu’il en soit, il nous semble intéressant ici de considérer le caractère performatif de l’acte de salutation. Chez les pongistes observés, la disparition de la manière « féminine » de se saluer (se faire la bise) traduit la « bonne façon » (virile) admise ici pour rentrer en contact avec un interlocuteur et participe ainsi à la construction d’une autre forme de « normalité » fondée sur des stéréotypes de comportements « masculins ». Ce qui est considéré comme « normal » dans une situation (un homme salue une femme en lui faisant la bise) est alors anormal, car inexistant, dans le groupe observé.

Les groupes de travail à l’entraînement

27Le début de la séance d’entraînement marque un changement déterminant dans les interactions entre les joueurs. Jusqu’à présent, lors des discussions précédant la séance proprement dite ou lors de l’échauffement, les interactions entre les joueurs s’organisaient plutôt librement. Désormais, le choix du partenaire va échapper totalement aux joueurs car c’est l’entraîneur qui va organiser les paires ou les groupes. Cette configuration suppose de s’intéresser aux choix de l’entraîneur dans la façon de gérer les groupes de travail. Pour comprendre ses motivations, nous lui avons demandé les raisons qui l’ont amené à former de nouvelles dyades. L’entraîneur nous explique que son but est de « faire tourner », c'est-à-dire de permettre à tous les joueurs de se rencontrer afin d’éviter que la séance devienne trop « routinière ». Il nous expliquera un peu plus tard qu’il essaie également de mélanger les niveaux pour que les « moins bons » aient la possibilité de travailler avec des meilleurs (qui jouent spontanément ensemble à ses dires). Pour lui, faire tourner les duos de travail, c’est un gage de progression pour les joueurs. Les femmes, quant à elles, ne sont que très rarement l’objet de ces remaniements :

« Je lui demande pourquoi il n’a pas modifié le duo des femmes. Il répond alors qu’il sait "qu’elles aiment bien jouer ensemble. Je ne vais pas les faire jouer contre un mec si elles n’aiment pas ça, on est là pour se faire plaisir…" » (Extrait du journal de terrain, sixième semaine).

28L’entraîneur, supposant qu’elles ne veulent pas s’opposer aux hommes, les laisse ensemble. Il est intéressant ici de noter que l’entraîneur conçoit les interactions entre les joueurs comme un affrontement alors que les situations ne sont pas toujours des oppositions (en l’occurrence, lors de son intervention, le travail consistait en la réalisation d’une routine de coups). Les choix de l’entraîneur sont guidés ici par des théories implicites sur le genre. Il présume entre autres que ces joueuses ne vont pas apprécier l’affrontement, et encore moins s’il s’agit de l’affrontement contre un homme. De ce fait, l’entraîneur, en voulant préserver les femmes de l’affrontement avec les hommes, les écarte de la logique d’opposition du tennis de table.

Les moments d’une compétition officielle

29Nos observations ont été ponctuées d’événements particuliers qui ont souvent été des opportunités de mettre au jour la construction sociale du genre dans les interactions sportives. C’est par exemple le cas de la rencontre de Pro-A (compétition officielle de haut niveau) à laquelle nous avons été conviés. Cette compétition a eu lieu dans la salle habituelle de tennis de table qui a été aménagée pour l’occasion. Lors de cette rencontre, c’est l’entracte qui s’est révélé instructif sur les enjeux de genre :

« Après les trois premières rencontres, le speaker annonce une pause de 15 minutes qui va donner lieu à un "joli spectacle". Le joli spectacle en question est cinq gymnastes, venues faire une représentation de G.R. (Gymnastique rythmique). Elles se produisent au centre de l’aire de jeu (la table a été repliée pour l’occasion). Je demande à la personne de la table de marque s’il y a toujours une animation aux pauses. Il me répond que "oui, pour les grosses rencontres". Il m’apprend que la dernière fois, c’était une démonstration de flamenco par un duo de danseuses » (Extrait du journal de terrain, cinquième semaine).

30Cette anecdote n’est pas sans rappeler la cérémonie précédant la coupe du Monde de football en 1998 où, comme l’explique Christine Mennesson (2005, p. 53), « la fédération choisit […] de confier à Yves Saint Laurent et Pierre Berger un défilé de mode censé représenter l’excellence féminine et la culture française, plutôt qu’un match féminin ». Le spectacle de G.R. marque une rupture profonde avec tout ce que nous avions eu l’occasion d’observer dans la salle de tennis de table. C’est en effet uniquement durant cette courte période, destinée à divertir les spectateurs, que la féminité va être mise en scène. Utiliser la performance de ces gymnastes, comme un interlude de détente pendant une rencontre de plus haute importance semble délivrer un message clair aux femmes et aux hommes présents. La féminité (tout du moins celle qu’incarnent ces femmes) n’est pas compatible avec le tennis de table. Une femme qui présente les attributs habituellement associés au « féminin » (c'est-à-dire la grâce, la beauté, la souplesse…) doit rester du domaine du ludique (l’entre-acte). Il semble que ce spectacle ait une double fonction. D’une part, il décrit ce qu’est la féminité : une femme maquillée, fine, aux cheveux longs, habillée avec des vêtements moulants et colorés. D’autre part, cette démonstration, présentée comme un divertissement, dicte aux joueuses présentes (mais aussi aux joueurs) ce que ne doit pas être une (ou un) « vrai(e) » pongiste.

31Nous venons de voir, à travers ce denier exemple, que l’aspect « esthétique » des corps, la mise en scène vestimentaire de ceux-ci, est véritablement un révélateur des enjeux de genre. C’est en considérant le vêtement comme un symbole de genre, que nous allons maintenant étudier la tenue des pratiquantes.

La tenue des pratiquantes

32Pour Cornelia Bohn, « le vêtement constitue à l’instar de la langue ou de l’écriture une forme de communication sociale » (Bohn, 2001, p. 191). Par leurs formes, leurs « coupes », leurs couleurs, les vêtements sont pour l’individu qui les porte un moyen d’exprimer la masculinité ou la féminité. Et ceci est d’autant plus vrai dans le milieu sportif où les vêtements « féminins » (et en particulier la jupette) sont un véritable rappel de la féminité (Mercier-Lefèvre, 2005). Lors de nos observations, il était exceptionnel de voir des joueuses habillées avec des tenues féminines. Le règlement de la Fédération française de tennis de table laisse aux compétitrices le choix de leur tenue vestimentaire : short, jupe ou robe sont autorisés en compétition. Paradoxalement, nous n’avons jamais vu de joueuses en jupe, mais par deux fois nous avons vu Cécile porter des t-shirts féminins (coupe cintrée, couleur violette ou rouge pâle). Il semble que Cécile puisse se permettre ce type « d’écarts » car c’est une joueuse reconnue par les hommes. Pour ce qui est des joueuses moins chevronnées, porter une tenue féminine risquerait de leur faire perdre la face (Goffman, 1974). Dans ce groupe où les femmes sont très largement minoritaires, les comportements vestimentaires participent à une construction particulière du genre, fondée sur un effacement du féminin au profit du masculin.

33Les observations que nous avons réalisées dans le groupe de badistes donnent des résultats radicalement différents : elles mettent au jour le soin que portent les pratiquants à respecter les codes du genre dans leurs tenues vestimentaires. Ces tenues sont clairement sexuées ; les femmes portent en général des tenues colorées et coupées « près du corps ». Les hommes quant à eux portent des t-shirts plutôt amples, aux couleurs foncées, très souvent noir ou bleu marine. Chez les badistes, l’utilisation des vêtements constitue un moyen ostentatoire de jouer un schéma idéal de genre bipolaire et hétéronomé (Butler, 2006). Lorsque le code du genre est transgressé, il n’est pas rare que cela donne lieu à des rappels à l’ordre plus ou moins appuyés. C’est le cas lorsque Marion demande à Caroline qui porte un t-shirt ample,

34« C’est quoi ce t-shirt, on dirait un sac à patates ? Tu ressembles à rien ! » (Extrait du journal de terrain, troisième semaine). Si ce t-shirt avait été porté par un homme, il est très probable qu’aucune remarque n’aurait été faite. Réalisée par une autre femme, cette plaisanterie a pour but de faire prendre conscience à Caroline qu’en portant une tenue inappropriée elle met à mal sa féminité, mais aussi la féminité de toutes les badistes. Porter des habits d’homme lorsque l’on est une femme (et encore plus de femme lorsque l’on est un homme) représente une « transgression symbolique considérable » (Bohn, 2001, p. 194).

35Questionnée sur ses choix de tenues, Jessica, une badiste de 24 ans, exprime de manière implicite le paradoxe auquel elle est confrontée. Dans un premier temps de l’entretien, lorsque nous l’interrogeons sur le matériel utilisé pour jouer, on note dans le discours de Jessica, que ses choix se font au service du gain des rencontres. Elle choisit des vêtements dans lesquels elle va être « à l’aise » pour remporter les matchs : « c’est important d’être à l’aise pour gagner ! ». Mais très rapidement, Jessica nous livre un autre élément qui va déterminer ses choix vestimentaires :

- Vous m’avez parlé de jupette, quelle est votre tenue pour jouer ?
- Moi je mets jupette ou short en bas et un haut classique (elle me montre son polo). En compétition, je mets toujours une jupette, par contre à l’entrain’ ça dépend, j’aime plutôt être à l’aise, donc des fois c’est le short.
- Et pourquoi une jupette en compétition ?
- C’est quand même plus féminin. C’est quand même plus sympa… (Large sourire) ».

  • 4 Le règlement fédéral autorise, tout comme au tennis de table, le port de la jupe, de la robe ou du (...)

36Il est clair que Jessica a conscience des normes de genre véhiculées par la tenue sportive. En particulier pour la jupette que Jessica porte systématiquement pour les compétitions 4, alors qu’elle porte parfois des shorts à l’entrainement pour plus de confort. Pour elle, la jupette permet d’être féminine, de rendre la situation « plus sympa ». Il est donc sous-entendu ici que la crédibilité et l’intérêt que l’on peut porter à la performance sportive dépend surtout du respect de l’idéal hétéronormé dans les codes vestimentaires. Et dans cette performance, la jupette joue véritablement, comme l’explique Betty Mercier-Lefèvre, le rôle d’aide-mémoire : « je fais du sport mais je suis avant tout une femme » (Mercier-Lefèvre, 2005, p. 377). Dans le cadre de l’entrainement, elle peut être « à l’aise », à la fois physiquement (inconfort semble-t-il de la jupette) mais aussi et surtout à l’aise vis-à-vis des normes de genre. En compétition, elle porte systématiquement la jupette. Cela signifie qu’en situation de compétition, pour elle, si l’enjeu du match est important, l’enjeu du genre occupe lui aussi une place centrale.

37Chez les badistes observés, le fait qu’une femme porte une tenue de sport masculine est considéré comme un comportement subversif, chez les pongistes ce même comportement est considéré comme « normal ». Les choix vestimentaires participent à une construction du genre radicalement différente : d’une part, un groupe qui structure ses normes de genre sur la construction d’une différence entre les sexes et, d’autre part, un groupe qui fonde ses normes de genre sur l’effacement du féminin au profit du masculin.

38Nous avons constaté que l’espace, le temps, mais également les vêtements sportifs sont des éléments support d’un « genrage » du tennis de table. L’aspect réglementaire est un autre élément fondamental de la situation sportive qui conditionne le rapport qu’entretient un pratiquant avec ses partenaires. Intéressons-nous désormais à l’influence du règlement sportif sur les rapports sociaux de sexe.

Règlement des interclubs et rapport au genre

39Source de cohésion particulière, la participation aux interclubs constitue un véritable tremplin vers un investissement sportif plus intense car les confrontations ne revêtent pas un caractère informel et libre. Les championnats par équipes mixtes, comme c’est le cas au badminton, sont à la base d’une complémentarité homme/femme. Dans cette activité, les équipes d’interclubs doivent être composées à la fois de femmes et d’hommes, dont le nombre est variable en fonction des divisions. Les femmes, au même titre que les hommes, doivent conséquemment apporter des points pour l’équipe en simple dame, mais également en double dame et en double mixte. En cas d’égalité de points, lors de moments cruciaux de la saison (par exemple, lors des barrages de montée dans une division supérieure), c’est un double mixte « d’or » qui sera joué pour départager les équipes. Ce règlement fédéral lié au système de score participe à l’intensification des interactions entre femmes et hommes, non seulement lors des entrainements (en particulier lors du travail du double mixte), mais également lors de sorties en compétition. Chez les joueuses et les joueurs interrogés, certains font même du double mixte leur spécialité comme le confie Sylvain, compétiteur de vingt-quatre ans qui pratique le badminton depuis huit ans, qui nous affirme ne pas être véritablement un joueur de simple et préférer le double mixte parce qu’il a « eu des supers partenaires en mixte avec qui ça tourne super bien ». Il explique que pour lui, « y’a pas photo [sa discipline préférée] c’est le mixte ». C’est donc dans la pratique commune, et en particulier dans l’expérience de compétition, que la complémentarité se crée.

40Au tennis de table, les rencontres de championnat par équipes ne sont pas mixtes et il existe deux championnats d’interclubs parallèles, un pour les hommes et un pour les femmes. De ce fait, les joueuses et les joueurs ne partagent pas une expérience en commun de la compétition. Il semble alors que l’absence de mixité dans le championnat par équipes ne fait que renforcer une certaine indifférence des hommes pour les joueuses.

41Il en va de même pour le double mixte, auquel les pongistes accordent peu d’importance. Au cours de son entretien, Cécile présente le double mixte comme une discipline marginale :

« - Y a- t-il des doubles mixtes ou des doubles dames ?
- Le samedi [sous-entendu en interclubs] c’est des doubles femmes, mais sur certaines compétitions chez les vétérans, enfin surtout dans les compétitions comme ça qui sortent du circuit normal, atypiques un petit peu, il y a du mixte ».

42Sur le circuit « traditionnel », c’est-à-dire dans le championnat par équipe sénior accessible à la plus grande majorité des joueurs, le double mixte n’est pas proposé. Cette marginalité de la pratique mixte dans les compétitions semble être, encore une fois, une occasion manquée de créer une complémentarité homme/femme.

43Cette absence de complémentarité en partie engendrée par le règlement des compétitions peut se traduire dans les discours des pongistes, discours qui vont ériger une barrière entre le jeu masculin et le jeu féminin.

La construction discursive du genre

44Les discours des sportifs sur le genre participent activement à la construction de ce dernier. En décrivant ce qu’est un « vrai » joueur ou une « vraie » joueuse, les pratiquants produisent socialement du réel, de la norme. Il ne faut donc pas négliger la propension qu’ont les mots à construire le genre. De fait, dans une dernière partie, nous allons tenter de mettre en lumière cet aspect performatif du discours sur le genre en montrant quels « hommes » et quelles « femmes » ils décrivent. Nous nous sommes tout particulièrement intéressés aux discours sur les styles de jeu, car il est ressorti de notre étude que la description qui en est faite par les joueuses et les joueurs a un rôle important dans la construction du genre.

Être une femme, mais pas trop

45Lors de son entretien, Cécile nous confie se considérer comme une « vraie sportive ». Elle pratique (ou a pratiqué) de nombreux sports ; la course à pied, le handball, le tennis, « les sports de nature » (randonnée, V.T.T.), du football en ligue et, bien sûr, du tennis de table. Lorsque nous évoquons le peu de femmes dans le tennis de table, elle l’explique par la rareté des « vraies femmes sportives » :

« Les femmes sont pas très sportives tout simplement hein…Y’en a très peu. Y’a celles qui vont faire du sport un petit peu pour maigrir avant les vacances. Mais des vraies femmes sportives, vous savez y’en a pas des masses. […] Des femmes qui ont ça dans le sang…y’en a pas des masses… Moi je suis sportive dans l’âme quoi hein…. Moi j’ai un truc à base de… Moi mes passions c’est du sport, que ce soit du sport nature ou du sport compétition ».

46Ce discours de Cécile participe à une naturalisation du genre. Pour elle, la très grande majorité des femmes n’ont pas « ça », le goût pour le sport, dans le sang. Le goût pour le sport semble être dans son discours quelque chose d’inné, ce qui donne à l’identité sportive un caractère fixe, stable. Les femmes sportives sont donc des exceptions de la nature, voire des femmes contre-nature. Lorsqu’elle évoque les styles de jeux au tennis de table, son discours illustre assez bien le dilemme auquel sont confrontées les femmes pongistes ; être une femme, mais pas trop féminine, pour ne pas être discréditée par les hommes et pouvoir s’intégrer au groupe de joueurs. Les mots qu’elle utilise pour décrire le style de jeu des femmes sont empreints des stéréotypes féminins :

« Chez les femmes c’est beaucoup plus heu, bon la vitesse de balle est pas la même, c’est sûr, j’ai beaucoup de mal d’ailleurs, c'est-à-dire que c’est plus lent, c’est moins puissant, ça va moins vite, et puis heu comment dire, c’est peut-être plus, pfff pas vicieux mais comment dire plus travaillé hein voilà, vous voyez ce que je veux dire, des balles bien placées, voilà c’est plus fin ».

47On retrouve dans ce discours des éléments fondamentaux du féminin : le jeu est décrit comme plus « lent » (versus rapide), plus faible (versus puissant) plus « fin » et « travaillé » (versus brut) et même plus « vicieux » (versus franc ?). Pourtant, lorsque le discours de Cécile porte sur elle-même, les mots utilisés sont radicalement différents. Il n’y a rien de fin de lent ou de vicieux dans son jeu : elle, c’est l’attaque, la puissance. Elle nous explique même qu’elle n’est pas forcément à l’aise lorsqu’elle joue contre des femmes. En fait, elle « a beaucoup de mal » face au jeu plus lent des filles. Par ces mots, elle construit une différence entre elles et les autres femmes. En bâtissant, par son discours, un style de jeu féminin et en se plaçant en marge de celui-ci, Cécile gagne en crédibilité dans cet univers masculin et s’y intègre d’autant mieux.

48Parallèlement aux discours sur les styles de jeu qui construisent les normes de genre en vigueur dans le groupe de pongistes, les propos sexistes et homophobes vont être un moyen pour les joueurs pour maintenir l’ordre dans le genre.

Les propos sexistes et homophobes

49Durant notre observation, nous n’avons pas assisté à des insultes sexistes et homophobes ad hominem. Mais toujours adressés sous forme de petites blagues, de plaisanteries, les propos misogynes ou homophobes étaient relativement récurrents. Pour autant, il semble nécessaire de ne pas négliger la portée de ces propos. De fait, nous allons les analyser ici comme des outils au service de la régulation du genre.

50La plupart des plaisanteries sexistes relevées ne sont pas directement adressées aux femmes présentent, mais sont plutôt destinées aux femmes des joueurs comme on a pu l’observer au cours d’un échange à propos des horaires de convocation, la veille d’une rencontre par équipe :

« "On va jouer tôt ! J’vais pas avoir le temps de passer chez moi pour grignoter un truc !". "Hé bah Philipe t’as qu’à ramener ta femme elle va nous préparer des sandwichs !". Cette blague fait rire les joueurs de l’équipe présents » (Extrait du journal de terrain, treizième semaine).

51Plusieurs éléments de mise en ordre du genre sont sous-entendus dans cette galéjade. Tout d’abord, elle vient renforcer l’idée que nous avons déjà exposée plus tôt selon laquelle la salle de tennis de table est un territoire masculin. Si une femme y est présente, c’est qu’elle a été « ramenée » par son mari. La présence d’une femme est ici totalement discréditée, au point qu’elle puisse en devenir drôle. Le second élément est la création d’une hiérarchie dans les rapports sociaux de sexe. C’est effectivement la femme qui va préparer les sandwichs pour les hommes. On retrouve ici le stéréotype de la femme au foyer cuisinant pour son mari (et ses amis).

52Un autre type de remarque sexiste que nous avons pu relever consiste à attribuer à des hommes des caractéristiques féminines : « tu frappes comme une fille », « t’as le bras d’une poussine ». On peut attribuer une double fonction à ce genre de remarques. D’une part, elles ont pour objectif de compromettre la masculinité du joueur en question. D’autre part, elles ont pour but de souligner une déficience « naturelle » des femmes ; ici c’est la puissance qui serait le privilège des hommes.

53Les plaisanteries homophobes jouent également un rôle important dans le maintien d’une hégémonie masculine. Comme le souligne Philippe Liotard (2008, p. 149), « l’homophobie sportive constitue un analyseur de la perpétuation et du renforcement des stéréotypes de genre dans le monde sportif. Comprendre sa fonction éducative permet de repérer le rôle qu’elle joue dans la perpétuation de l’ordre sexuel symbolique. »

54Souvent, ces plaisanteries sont un rappel à l’ordre pour les joueurs qui pourraient mettre à mal le masculin :

L’entraîneur annonce un exercice « plus physique ». David et Michel n’apprécient pas ces exercices et tentent, comme à leur habitude, d’esquiver ce travail. L’entraîneur « les surprend » en train de se diriger vers les vestiaires. Il intervient en plaisantant : « Il est où Michel ? [En prenant une voie efféminée et une posture "maniérée"] Hou, hou, il est où Mimi ? J’vais le rejoindre dans les toilettes ! » (Extrait du journal de terrain, dixième semaine).

55Les deux joueurs qui tentent d’échapper au travail physique mettent d’une certaine manière en question la masculinité hégémonique : un vrai homme ne doit pas avoir peur de « mouiller sa chemise » sur un exercice physique. En adoptant une posture efféminée pour imiter David (joueur ouvertement hétérosexuel) et en faisant planer « le doute » sur ce qui peut se passer dans les toilettes entre ces deux joueurs, l’entraîneur leur fait clairement comprendre qu’ils ne se comportent pas comme des « vrais hommes », mais plutôt comme des « faux hommes », à savoir des homosexuels. À propos de la sexuation des pratiques sportives, Jessica a également recours à des propos homophobes pour préserver ses représentations.

« - Si vous deviez citer une activité féminine ?
- Bah ce serait la GRS ou un truc dans le genre, parce que la GRS de toute façon y’en a pas pour les mecs, y’en a que pour les filles.
- Et à votre avis, pourquoi y’en a pas pour les hommes ?
- Bah je sais pas, peut-être qu’ils ne sont pas doués pour envoyer un cerceau ou je sais pas ! (rire)
- Donc si y’avait des hommes ca pourrait être masculin ?
- Non ça pourrait pas être masculin quand même. Franchement bah enfin… Je sais pas, c’est un sport de filles de faire du cerceau, de la massue, de la corde ! Les mecs c’est pas ça. Ils pourraient le faire, ce serait joli mais enfin ce serait un peu… Pas chochotte mais… Enfin… Je sais pas comment l’expliquer en fait !
- Y’a pas de mauvaise réponse !
- Y’a quand même de la grâce dans ce qu’elles font ! Chez un homme… Je sais pas… On pourrait dire que… C’est un sport pour gay ! C’est bête mais voilà… »

56Jessica explique que la G.R. est un sport féminin parce qu’il est pratiqué par des femmes mais surtout parce qu’il « y a de la grâce dans ce qu’elles font ». Et elle nous dit très clairement que « les mecs c’est pas ça ». Si un homme s’adonne à la pratique d’une activité « gracieuse », même si « ce serait joli » ce ne serait plus un « vrai » homme, mais un homosexuel. Si un homme, ne respecte pas les normes masculines et pratique une activité « féminine », alors c’est un gay. Ainsi, par l’utilisation de l’homophobie, la masculinité hégémonique et l’idéal sportif hétéronormé sont préservés.

Conclusion

57Nous venons d’observer chez les pongistes de notre étude que tous les éléments de la situation sportive vont être mis au service d’une construction particulière du genre. Cette construction repose sur le modèle d’une masculinité hégémonique et sur une disqualification quasi-systématique de la féminité. Pour les pratiquantes observées et interrogées, la difficulté consiste alors à « performer » du masculin pour s’intégrer, sans pour autant renoncer totalement à la féminité. Pour les hommes, il est d’autant plus coûteux (et presque impensable) de déroger aux « règles du genre » que la masculinité est hégémonique. S’il arrive qu’un pongiste remette en cause la masculinité, il est immédiatement remis à sa place par une remarque ou une « petite blague ».

58Au travers une étude de cas, nous avons tenté de mettre au jour les normes de genre en jeu dans un groupe de pongistes sans rechercher à généraliser nos observations. Au contraire, ces normes sont relatives à la situation : la masculinité et la féminité ne sont pas construites, ritualisées de la même façon d’un groupe à un autre, d’une activité sportive à une autre. À ce propos, les différences entre les modèles de genre observés dans le groupe de pongistes et le groupe de badistes mettent en lumière la relativité des normes de genre. Souligner le caractère construit et variable des normes de genre est avant tout une invitation à questionner le carcan qu’elles constituent dans le milieu sportif, une invitation à mettre en cause leurs potentiels coercitifs.

Haut de page

Bibliographie

Berger P. & T. Luckman (2006), La Construction sociale de la réalité, Paris, Éditions Armand Colin.

Derrida J. (1998), Donner le temps, Paris, Éditions Galilée.

Bohn C. (2001), « Le vêtement comme medium », dans Monneyron F., Le Vêtement, Paris, Éditions L'Harmattan, pp. 189-204.

Butler J. (2009), Ces Corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du "sexe", Paris, Éditions Amsterdam.

Butler J. (2006), Trouble dans le genre. Le féminisme et la subvertion de l'identité, Paris, Éditions La Découverte.

Connell C. (2009), « Sports and Homosexuality », dans O'Brien J., Encyclopedia of Gender and Society, Californie, SAGE Publications, pp. 802-804.

Connell R. W. (2000), The Men and the Boys, Cambridge, Polity Press.

Davisse A. & C. Louveau (1998), Sports, école, société : la différence des sexes. Féminin, masculin et activités sportives, Paris, Éditions L'Harmattan.

Defrance J. (2003), Sociologie du sport, Paris, Éditions La Découverte.

Delphy C. (2003), « Penser le genre : quels problèmes ? », dans Hurtig M.-C., Kail M. & H. Rouch (dir.), Sexe et genre. De la hiérachie entre les sexe, Paris, CNRS Éditions, pp. 89-102.

Dugas É. (2007), « Du sport aux activités physiques de loisir : des formes culturelles et sociales bigarrées », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 10 juillet 2007, consulté le 18 mars 2012. URL : http://sociologies.revues.org/284

Fischer G.-N. (1989), Psychologie des espaces de travail, Paris, Éditions Armand Colin.

Fontayne P., Sarrazin P. & J.-P. Famose (2002), « Effet du genre sur le choix et le rejet des activités physiques et sportives en Éducation Physique et Sportive : une approche additive et différentielle du modèle de l’androgynie », Science & Motricité, n° 45, pp. 45-66.

Foucault M. (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Éditions Gallimard.

Foucault M. (1984), Le Souci de soi, Paris, Éditions Gallimard.

Ghiglione R. & B. Matalon (1998), Les Enquêtes sociologiques. Théories et pratique, Paris, Éditions Armand Colin.

Goffman E. (1974), Les Rites d'interaction, Paris, Les Éditions de Minuit.

Guérandel C. & C. Mennesson (2007), « Gender Construction in Judo Interactions », International Review for the Sociology of Sport, n° 2, vol. 42, pp. 167-186.

Hall E. T. (1971), La Dimension cachée, Paris, Éditions du Seuil.

Hargreaves J. (1992), « Sex, Gender and the Body in Sport and Leisure: Has there Been a Civilizing Process », dans Dunning E. & C. Rojek (dir.), Sport and Leisure in the Civilizing Process, London, The Macmillan Press, pp. 161-182.

Hargreaves J. (2006), « Les approches féministes du sport », dans Ohl F. (dir.), Sociologie du sport. Perspectives internationales et mondialisation, Paris, Presses universitaires de France, pp. 109-130.

Lingard B. & P. Douglas (1999), Men Engaging Feminisms, Buckingham, Open University Press.

Liotard P. (2008), « Les fonctions éducatives de l'homophobie dans le sport », dans Liotard P. (dir.), Sport et homosexualités, Montpellier, Éditions Quasimodo & Fils, pp. 145-155

Louveau C. (1986), Talons aiguilles et crampons alu... Les femmes dans les sports de tradition masculine, Paris, Éditions de l’INSEP.

Maffesoli M. (2000), Le Temps des tribus, Paris, Éditions La Table Ronde.

McKay J. & S. Laberge (2006), « Sport et masculinités », CLIO, Histoire, femmes et sociétés n° 23, Le genre du sport, pp. 239-267.

Mennesson C. (2005), Être une femme dans le monde des hommes. Socialisation sportive et construction du genre, Paris, Éditions L'Harmattan.

Mercier-Lefèvre B. (2005), « Pratique sportives et mise en scène du genre : entre conservation, lissage et reformulation. L'exemple de la jupe chez les joueuses de tennis, dans Terret T., P. Liotard P., Saint-Martin J. & A. Roger (dir.), Sport et genre : Vol. 1 La conquête d'une citadelle masculine, Paris, Éditions L'Harmattan, pp. 369-379.

Messner M. A. (2007), Out of Play. Critical Essays on Gender and Sport, New York, Sate University of New York Press.

Oakley A. (1972), Sex, Gender & Society, Berkeley, University of California Press.

Parlebas P. (1981), Contribution à un lexique commenté en science de l'action motrice, Paris, Éditions de l’INSEP.

Pfister G. (2006), « Activités physiques, santé et construction des différences de genre en Allemagne », CLIO, Histoire, Femmes et Sociétés, n°23, pp. 45-73.

Phillips D. (2009), « Masculinity Studies », dans O'Brien J. (dir.), Encyclopedia of Gender and Society, Californie, SAGE Publication, pp. 512-516.

Queval I. (2009), Le Sport, petit abécédaire philosophique, Paris, Éditions Larousse.

Saouter A. (2000), « Être rugby ». Jeux du masculin et du féminin, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme.

Wittig M. (1980), « On ne naît pas femme », Questions féministes, n° 8, mai, pp. 75-84.

Zaidman C. (2007), Genre et socialisation. Un parcours intellectuel, Paris, Éditions du CEDREF.

Haut de page

Notes

1 Source : ministère de la Jeunesse des sports et de la vie associative, Bulletin de statistiques et d’études, n° 04-07, novembre 2004

2 Nous faisons référence ici au modèle de l’androgynie proposé par Fontayne, Sarrazin & Famose (2002).

3 Malgré la mise en place d’une licence « loisir » dont l’objectif initial est attirer les féminines vers la pratique du tennis de table.

4 Le règlement fédéral autorise, tout comme au tennis de table, le port de la jupe, de la robe ou du short.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Richard et Éric Dugas, « Le genre en jeu. De la construction du genre dans les interactions en tennis de table », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 17 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3969

Haut de page

Auteurs

Rémi Richard

Université Paris Descartes - Équipe Technique et Enjeux du Corps - richardremi@hotmail.fr

Éric Dugas

Université Paris Descartes - Équipe Technique et Enjeux du Corps - eric.dugas@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page