Navigation – Plan du site
Premiers textes
Premiers textes

Des racines et des ailes

Les mobilités pendulaires, stratégie de conciliation entre vie privée et vie professionnelle
Stéphanie Vincent-Geslin

Résumés

Les mobilités pendulaires semblent être en augmentation en Europe depuis une dizaine d’années. Cette croissance du temps passé à se déplacer amène à remettre en question la conjecture de Zahavi et apparaît relativement inexplicable en regard du paradigme classique de l’acteur rationnel traditionnellement utilisé dans le champ des transports. Si, dans la littérature, les temps de déplacements sont principalement expliqués par le contexte résidentiel, la forme urbaine et le travail, ce cadre explicatif ne dit rien des processus de décision eux-mêmes qui amènent aux pendularités intensives.

À partir d’une enquête qualitative menée auprès de pendulaires français, suisses et belges, cette contribution propose d’analyser les arbitrages et les éléments déterminants des processus de la grande pendularité. Les mobilités quotidiennes pendulaires apparaissent comme le résultat de compromis entre activité professionnelle, attachement résidentiel et choix de vie et prennent ainsi la forme de stratégies de conciliation entre vie privée et vie professionnelle. Ces mobilités spatiales permettent alors paradoxalement la préservation des ancrages résidentiels, sociaux et familiaux.

Haut de page

Texte intégral

1Avion, train à grande vitesse, métro, foule de piétons qui traversent la route, bruits de klaxon, courant électrique, flux numériques, images, informations, emails ; les mobilités ont profondément transformé notre monde et nos modes de vie, que ce soit dans leurs dimensions physiques ou virtuelles (Urry, 2007). Parmi elles, les mobilités géographiques se développent, les déplacements sont toujours plus nombreux, leur portée toujours plus grande. En particulier, nous observons en Europe une augmentation des temps de déplacements quotidiens, que ce soit en Grande-Bretagne (Lyons & Chatterjee, 2008 ; Department for Transport, 2010), aux Pays-Bas (Wee, Rietveld & Meurs, 2006 ; Sandow, 2011), en France (Hubert, 2009 ; Joly, Littlejohn & Kaufmann, 2006) ou en Suisse (OFS, 2007). Au final, 7 % de la population européenne réalise des trajets pendulaires quotidiens de longue durée, c’est-à-dire supérieurs à deux heures de trajet (Lück & Ruppenthal, 2010).

2Ce constat empirique tend à remettre en question les paradigmes classiques d’analyse des comportements de déplacements quotidiens. Tout d’abord, ce constat va à l’encontre de la conjecture de Zahavi, c’est-à-dire d’une hypothèse de constance des budgets-temps de transports quotidiens (BTT). Selon cette hypothèse, le gain de vitesse permis par les modes de transport rapides, tels que l’automobile, permet d’expliquer l’allongement des distances (Zahavi & Ryan, 1980 ; Zahavi & Talvitie, 1980). En moyenne, on observe alors une certaine stabilité des temps alloués au déplacement quotidien. Or de récentes recherches montrent que les personnes qui passent déjà plus de 100 minutes en déplacements quotidiens allouent encore plus facilement du temps à leurs déplacements (Joly, 2005 ; Vincent-Geslin & Joly, 2011). Ainsi, l’augmentation des potentiels de vitesse n’a entraîné ni stabilisation ni diminution des temps de déplacements, mais une augmentation des distances parcourues et de la consommation d’espace (Crozet, 2011).

3De plus, si pour les personnes dont le BTT s’élève à une heure trente et plus, la probabilité d’allouer plus de temps encore à leurs déplacements est croissante (Joly, 2005), la minimisation du temps de transport n’apparaît pas être un critère de choix modal pour ces derniers. Le comportement de ces « grands pendulaires » questionne alors le paradigme de l’acteur rationnel, classiquement utilisé dans l’analyse des comportements de mobilité. En effet, comme le souligne Vincent Kaufmann, « l’a priori d’une rationalité de l’usager vis-à-vis du temps de déplacement est souvent postulé, implicitement ou explicitement, comme une évidence dans le champ des transports » (Kaufmann, 2002, p 132). Ce postulat signifie, d’une part, que les choix en matière de déplacements s’opèreraient selon une logique instrumentale en particulier en minimisant le temps de trajet. D’autre part, et en conséquence, le temps de transport ne serait qu’un temps interstitiel, inutile, sans épaisseur ni qualités propres. Ainsi, le constat même de l’existence de pendularités de plus de deux heures questionne ce postulat. Si le temps de trajet est un temps interstitiel, qu’il s’agit de réduire le plus possible, pourquoi certaines personnes acceptent-elles de passer deux heures et plus à se déplacer entre leur lieu de travail et leur lieu de vie ? Le font-elles uniquement sous le poids de très fortes contraintes ? Cette contribution s’intéresse alors aux pendulaires dits « intensifs », qui possèdent des budgets temps de transports supérieurs à deux heures afin de rendre compte des éléments déterminants de la grande pendularité. Quels sont les éléments qui encouragent les personnes à adopter des pratiques de grande pendularités ? Quels sont les arbitrages réalisés, les contraintes et opportunités qui amènent ces personnes à devenir pendulaires ?

Des temps de trajet structurés par le contexte résidentiel et les opportunités d’emploi

4Dans la littérature existante, les temps de trajet pendulaires sont traditionnellement expliqués par le contexte résidentiel et les opportunités de travail. Comme le soulignent Tim Schwanen, Martin Dijst et Frans M. Dieleman (2002, p. 1487), l’association entre contexte résidentiel et temps de trajet semble être sous-évaluée dans la littérature. De manière générale, on pourrait penser que la périurbanisation entraîne une augmentation des temps de trajets, notamment des trajets domicile-travail. Pourtant, les liens entre contexte urbain et temps de déplacement sont plus complexes (Sultana & Weber, 2007). L’augmentation progressive des distances parcourues a été en partie compensée par l’augmentation des vitesses de déplacements. Ainsi, en Europe, même si les distances parcourues quotidiennement ont crû depuis les années 1960, les temps de déplacements restent globalement stables, confirmant à une échelle agrégée la conjecture de Zahavi (Ilan, Bovy & Orfeuil, 1993).

5Néanmoins, les études existantes mettent en lumière trois dimensions du contexte urbain qui influencent le temps de trajet : la taille de la ville, la densité et la structure urbaine. Ainsi, le temps de trajet des habitants du centre tend à augmenter avec la taille de la ville, tandis que celui des résidents des banlieues diminue (Gordon, Kumar & Richardson, 1989). Une densité urbaine forte tend à augmenter les temps de trajets en voiture et à diminuer les temps de trajets en transports publics (Levinson & Kumar, 1997). Enfin, les temps de déplacements en voiture dans les structures urbaines monocentriques sont plus longs que dans les structures spatiales polycentriques ou dispersées (Giuliano & Small, 1993 ; Gordon & Wong, 1985 ; Gordon, Kumar & Richardson, 1989, cités par Schwanen, Dijst & Dieleman, 2002, p. 1489). Même si les études sur les liens entre forme urbaine et temps de trajet pendulaire arrivent parfois à des résultats contradictoires (Aguilera, 2010), le temps de trajet est expliqué, à une échelle macro-sociale, par le contexte urbain du lieu de résidence et les modes de transports utilisés.

6Les temps de déplacements sont également structurés par le marché du travail. Dans la littérature empirique, la décision de se déplacer entre son lieu d’habitation et son lieu de travail est en partie déterminée par les opportunités d’emploi (Pierrard, 2008). En effet, les offres d’emploi ne sont pas également réparties sur le territoire. Ainsi, les grandes agglomérations tendent à concentrer une plus grande proportion d’activités, donc de postes offerts. De plus, dans un contexte social où le chômage est important, l’aire géographique des emplois acceptables tend à s’agrandir. Cet élargissement de l’aire d’emploi potentiel est même favorisé institutionnellement. Par exemple, en France, un demandeur d’emploi est tenu d’accepter un emploi correspondant à ses compétences dans un rayon de 100 km autour de chez lui, sous peine d’être radié. Enfin, l’information à disposition des chercheurs d’emploi n’est jamais pure et parfaite. De ce fait, ils ne trouveraient pas toujours l’emploi désiré à proximité de chez eux. Une partie des grandes pendularités proviendrait donc de l’imperfection des correspondances entre chercheurs d’emploi et emplois offerts (Van Ommeren & Van der Straaten, 2008). Le contexte de localisation et les lieux d’emploi constituent donc un cadre explicatif aux grandes pendularités. Cependant, ces éléments structurants renseignent peu sur les modalités de décision et d’acceptation de ces longs budgets-temps.

7Très peu de recherches se sont intéressées au processus de décision des pendularités intensives. Les données recueillies dans l’enquête européenne JobMob 1 ont permis de rendre compte de ce processus d’entrée dans la mobilité, du point de vue des circonstances de la décision et de la perception de la pratique par le mobile et son entourage (Widmer, Viry & Kaufmann, 2010). Dans cette enquête, plusieurs formes de mobilités liées au travail sont examinées : pendularité à longue distance, mais aussi déménagement, absence du domicile, et multi-mobilité, combinant plusieurs des formes précitées. Les résultats confirment le rôle structurant de l’emploi dans la décision de devenir mobile. Il apparaît également que la pendularité de longue distance est la forme de mobilité spatiale la plus pénible et la plus contrainte parmi les quatre considérées (Widmer, Viry & Kaufmann, 2010). Néanmoins, les données mobilisées ne permettent pas d’entrer finement dans le processus de décision pour comprendre les différents éléments entre lesquels se font les arbitrages. Au-delà de la contrainte économique de trouver un travail et de la négociation de la décision avec les proches, quels sont les arguments mobilisés et les compromis réalisés dans les processus de décision des grands pendulaires ?

8Une autre recherche récente apporte quelques pistes de réflexion sur la question des arbitrages (Ortar & Legrand, 2008). En effet, un lien implicite est souvent établi entre la grande pendularité et des motifs professionnels. Pourtant, d’autres dimensions font sens pour les grands pendulaires dans leurs décisions. Ainsi, grâce à une méthodologie qualitative, les auteurs mettent en avant l’enchevêtrement de motifs professionnels avec des motifs plus personnels dans les décisions de penduler ou de devenir multi-résidentiel. Parmi ces motifs personnels, le choix d’un lieu de vie (un pays, une région, une maison) est particulièrement important. Selon la place de la personne dans le cycle de vie, la présence d’enfants et leurs âges, ou encore la gestion d’une double carrière des conjoints, des arbitrages sont réalisés entre la pendularité de longue distance (retour au domicile le soir) et le célibat géographique (retours plus ponctuels au domicile familial). La pendularité peut également être une alternative à la relocalisation résidentielle. De manière générale, la décision de penduler n’est pas exclusivement liée à des motifs professionnels, mais se trouve en interaction avec la carrière professionnelle d’un côté et la vie familiale d’un autre côté. Telle est la perspective explicative adoptée ici : nous proposons d’investiguer ces deux dimensions de la vie sociale pour mieux comprendre les processus de décision à l’origine des pendularités intensives.

Une méthode qualitative, un terrain européen

  • 2 Cette recherche a bénéficié d’un financement de l’ANR (Agence nationale de la recherche), Projet Eu (...)

9Pour ce faire, des données qualitatives ont été recueillies en France, en Suisse et en Belgique, dans le cadre du projet EuroCities DATTA 2. Dix entretiens ont été réalisés dans chaque pays auprès d’une population de pendulaires intensifs, définis par leur temps de déplacement minimum de deux heures entre leur lieu de vie et leur lieu de travail, en cohérence avec de précédentes recherches (Joly, 2005). Les interviewés ont été rencontrés par réseaux, puis grâce à un effet « boule de neige ».

Tableau des enquêtés

Lisa

Assistante de recherche

31

F

Switzerland

Paloma

Assistante de projet

27

F

Switzerland

Sven

Chercheur

50

M

Switzerland

Robert

Étudiant

31

M

Switzerland

Monique

Musicienne

61

F

Switzerland

Frédéric

Ingénieur

29

M

Switzerland

Olivier

Géologue

49

M

Switzerland

Antoine

Technicien radio

35

M

Switzerland

Michel

Lobbyiste

54

M

Switzerland

Adam

Professeur

50

M

Switzerland

Valérie

Assistante de recherche et d'enseignement

39

F

Belgium

Amélie

Chef de projet

30

F

Belgium

Pierre

Chargé de mission

52

M

Belgium

Dominique

Conseiller mobilité

62

M

Belgium

Philippe

Employé

33

M

Belgium

Émilie

Assistante de recherche

24

F

Belgium

Cédric

Chercheur contractuel

34

M

Belgium

Frank

Ingénieur

33

M

Belgium

Julie

Enseignante

31

F

Belgium

Éric-Émmanuel

Attaché administratif

58

M

Belgium

Jean-Pierre

Chercheur

49

M

France

Gaëtan

Chargé de recherche CNRS

36

M

France

Anne-Marie

Maître de conférences

38

F

France

Florence

Comptable

30

F

France

Loïc

Maître de conférences

33

M

France

Juliette

Chargé d'études et de projet

31

F

France

Marie

Graphiste

30

F

France

Patrick

Chef de projet technique

34

M

France

Yoann

ingénieur chef de projet

27

M

France

Gilles

Assistant technique

55

M

France

10L’accès au terrain s’est avéré relativement difficile, d’une part, du fait des critères relativement restrictifs appliqués à la sélection des personnes interrogées et, d’autre part, des trois régions d’enquête. Ainsi, nous nous sommes appuyés sur les réseaux personnels des équipes suisses et belges notamment pour rencontrer des grands pendulaires. Ce mode d’accès aux enquêtés explique ainsi la surreprésentation des personnes appartenant au monde académique dans l’échantillon. Plus généralement, l’échantillon est principalement composé de personnes diplômées, travaillant à des postes de cadres. De ce fait, notre échantillon de travail n’est évidemment pas représentatif de l’ensemble de la société ni de toutes les catégories socioprofessionnelles concernées par la pendularité. Cet échantillon est plutôt à considérer comme un échantillon exploratoire d’une population et de pratiques relativement peu étudiées en sociologie.

11Les personnes rencontrées ont été interrogées sur leurs pratiques de déplacement, le ressenti de leurs trajets, ainsi que sur les processus de décision les ayant amenées à la pendularité intensive. La méthode qualitative apparaissait comme la meilleure méthode pour faire émerger les éléments d’arbitrage qui ont de la valeur pour les personnes et qui font sens dans leurs décisions (Kaufmann J-C., 1996), les systèmes de contraintes dans lesquels se jouent leurs décisions, mais aussi les opportunités, les négociations et les compromis autour des pratiques de déplacements.

La pendularité comme stratégie de conciliation entre vie privée et vie professionnelle

12Lorsque le lieu d’emploi se trouve éloigné du lieu de travail, les ménages opèrent des arbitrages entre différentes formes de mobilité spatiale. Il ne s’agit pas seulement de partir (déménager à proximité du nouveau lieu d’emploi) ou de rester (refuser l’emploi) mais diverses solutions intermédiaires sont envisagées. Des arbitrages sont alors réalisés entre la relocalisation, la birésidentialité ou des formes de mobilité récurrentes telles que la pendularité de longue distance (Vignal, 2005 ; Ortar & Legrand, 2008 ; Bertaux-Wiame & Tripier, 2006 ; Kaufmann, 2008). Comment expliquer alors que les arbitrages se fassent en faveur de la grande pendularité ?

L’activité professionnelle

13Un premier élément, évoqué dans la revue de la littérature, concerne l’activité professionnelle. Il est vrai que le travail constitue un élément important de compréhension de la grande pendularité. Mais, à elle seule, l’activité professionnelle ne suffit pas à expliquer la grande pendularité ; elle est toujours en interaction avec d’autres dimensions, telles que le couple et la famille ou le lieu de vie. Les différentes dimensions explicatives, relatives au travail, ne doivent donc pas être considérées seules mais bien toujours en interaction avec les deux autres dimensions que sont l’attachement au lieu de vie et la vie familiale.

14Tout d’abord, dans un contexte de crise économique, les opportunités d’emploi sont difficiles à trouver, difficiles à relocaliser ou à interchanger. En ce sens, la pendularité permet le maintien d’une activité professionnelle. De plus, la pendularité à longue distance offre des opportunités de carrière et des bénéfices financiers aux pendulaires (Green, Hogarth & Shackleton, 1999 ; Sandow & Westin, 2010). La difficulté à trouver une activité professionnelle géographiquement proche du lieu de vie est particulièrement importante pour les personnes diplômées ou avec des formations très spécialisées. Pour ceux-là, les emplois sont rares, plutôt localisés dans les agglomérations, et donc peu relocalisables à proximité de leur lieu de résidence. Par exemple, Monique est musicienne ; elle a trouvé du travail dans l’Orchestre de Chambre de Lausanne. Étant donné la rareté des places et les conditions d’emplois plutôt favorables dans cet orchestre, elle possède peu de marges de manœuvre pour changer d’emploi. Autre exemple, celui d’Anne-Marie : elle a mis plusieurs années à obtenir le poste de maître de conférences qu’elle espérait. Même si ce dernier est localisé à Paris et qu’elle réside avec sa famille à Aix-en-Provence, elle l’a accepté.

15L’exemple d’Anne-Marie montre une autre dimension du rôle de l’activité professionnelle dans le choix de la grande pendularité. Cette dernière est d’autant mieux acceptée que l’activité professionnelle fait l’objet d’un fort investissement. Parmi les grands pendulaires rencontrés, plusieurs ont évoqué le fort intérêt porté à leur activité professionnelle, voire la passion développée pour leur travail. Jean-Pierre, ingénieur de formation, a « délibérément » préféré partir travailler à 100 km de chez lui pour continuer à faire l’activité qui lui plaisait. L’intérêt porté à l’activité professionnelle rend donc acceptable ses longs trajets pendulaires.

16Il est également important de noter que la nature même de l’activité professionnelle influence le choix de la pendularité de longue durée. En effet, la flexibilité des horaires de travail, le télétravail et, plus généralement, la possibilité de travailler à distance de son lieu de travail facilitent l’acceptation de la pendularité et l’organisation du quotidien. Ce constat est particulièrement visible dans notre échantillon qui se compose principalement de personnes aux activités professionnelles tertiaires réalisables à distance (universitaires, cadres, etc.). En ce sens, les modes de déplacements choisis pour réaliser les trajets pendulaires ainsi que les conditions de confort de ces trajets influencent également l’organisation quotidienne des pendulaires selon que le temps de trajet est propice au travail ou non et, plus généralement, appropriable par celui qui se déplace (Vincent-Geslin & Joly, 2011 ; Kaufmann, 2002). Ainsi, l’usage des transports publics et en particulier du train permet justement de rendre le temps de trajet utile et productif.

17Enfin, lorsque le contrat de travail est précaire, les personnes préfèrent adopter une mobilité récurrente, telle que la pendularité, plutôt que de relocaliser l’ensemble du ménage. Ainsi, Paloma habite Yverdon ; elle est partie travailler à Genève pour une organisation internationale. Étant donné que son contrat durait une année seulement, elle a préféré « penduler » plutôt que de déménager. Ce type d’arbitrage en cas de contrats à durée déterminée s’explique en partie par une inadéquation entre différentes échelles temporelles. Le déménagement est une forme de mobilité relativement irréversible qui engage à long terme (Kaufmann, 2005). De ce fait, elle est incompatible avec un contrat à durée déterminée, qui lui est réversible et dont l’issue est incertaine. La solution de la grande pendularité est plus facilement réversible en cas d’arrêt du contrat. Enfin, arbitrer en faveur de la pendularité plutôt que du déménagement permet de conserver un point d’ancrage géographique. En cas de contrat précaire, ce point d’ancrage constitue une forme de stabilité dans l’incertitude professionnelle. Ainsi, paradoxalement, les grands pendulaires sont mobiles au quotidien pour pouvoir rester ancrés, car ils se révèlent être fort attachés à leurs lieux de vie.

L’attachement au lieu de vie

18Le lieu de vie constitue un élément capital des arbitrages en faveur de la grande pendularité. Notre enquête confirme des résultats d’enquête précédents (Plaut, 2006 ; Ortar & Legrand, 2008 ; Sandow, 2011). Plus encore que le choix d’un lieu de vie, c’est l’attachement à ce lieu de vie qui fait sens pour les grands pendulaires. Cet attachement recouvre différentes dimensions, non exclusives les unes des autres.

19La première dimension de cet attachement est sociale. Les grands pendulaires se révèlent être très attachés aux réseaux sociaux et familiaux proches de leur lieu de vie. Les réseaux sociaux et familiaux ont une très forte influence sur l’envie de résider dans un lieu, particulièrement lorsque les personnes y sont nées.

20De plus, la présence des proches facilite la gestion quotidienne de la grande pendularité, notamment en présence d’enfants. Notre enquête confirme le rôle de l’entraide dans la garde des enfants par les proches parents, les amis ou les voisins (Young & Willmott, 1962 ; Bonvalet & Maison, 1999 ; Vignal, 2005 ; Vincent, Viry & Kaufmann, 2010). Pour les grands pendulaires, quitter le lieu de vie connu signifie perdre l’appui logistique que procurent les proches. Parallèlement, l’aide des proches facilite, voire rend possible, la pendularité. Par exemple, les enfants de Valérie sont gardés par sa voisine entre la sortie des classes et son retour au domicile. En cas de retard, Valérie se sent rassurée de les savoir chez cette « troisième grand-mère ».

21Un deuxième type d’attachement est d’ordre sensible et esthétique. Les grands pendulaires mettent en avant les caractéristiques sensibles de leur lieu de vie. Ces caractéristiques concernent l’habitation elle-même ou plus largement l’environnement dans lequel ils vivent :

« L’endroit où on habite ça s’appelle « La porte des Ardennes », donc c’est vraiment... c’est des forêts, on aime vraiment bien, on est à la campagne, près des bois, on sort de la maison, on peut aller, en deux minutes on est dans un bois pour se balader, donc lui il fait du VTT dans les bois et nous on va à cheval dans les bois. Donc c’est pour cette raison-là. En plus on a vraiment une maison magnifique… » (Valérie).

22Ainsi, Valérie valorise la région verdoyante dans laquelle elle vit, propice à toute sorte de loisirs dans la nature (Belgique). De même, Monique met en avant la beauté de sa maison à Berne (Suisse), une grande maison de 150 m2 classée au patrimoine.

23Les grands pendulaires sont également attachés à leur lieu de vie par les activités qu’ils peuvent y déployer. Valérie valorise d’autant plus le lieu où elle vit qu’il lui permet d’élever des chevaux et de pratiquer l’équitation durant le week-end. Paloma a renoncé à quitter Yverdon (Suisse) pour se rapprocher de son lieu de travail car un déménagement l’empêcherait de poursuivre sa carrière politique :

« Il y a cet engagement politique qui me tient à cœur. Et puis, j’aimerais bien, de plus en plus je me découvre une certaine ambition, j’aimerais bien dans trois ans me mettre dans les élections cantonales pour être députée. […] Sinon, si tu changes de district, imaginons je vais habiter à Morges, je n’ai aucune chance de me faire élire. Ça parait hyper électoraliste, mais personne ne me connaîtrait là-bas, je n’aurais aucune chance d’être élue députée. […] Donc non, j’aimerais rester ici pour ces raisons-là. » (Paloma).

24Certaines activités, fortement liées au lieu de vie, ne sont pas transférables. Cette forme d’attachement aux activités réalisées dans le lieu de vie constitue alors un frein important à la relocalisation et favorise donc des arbitrages en faveur de la grande pendularité.

25Enfin, dans deux des trois pays étudiés, l’attachement au lieu de vie prend une dimension linguistique. Ainsi, en Suisse comme en Belgique, la barrière linguistique qui coupe le pays en deux constitue un frein non négligeable à la relocalisation.

26L’attachement au lieu de vie, dans toutes ses dimensions, permet d’expliquer des situations qui apparaissent incompréhensibles du point de vue de la théorie des choix rationnels, par exemple des couples de doubles pendulaires ou des familles dans lesquelles l’un des conjoints pendule longtemps alors que l’autre ne travaille pas. Par exemple, Amélie pendule deux heures par jour pour se rendre à son travail en Belgique tandis que son compagnon travaille au Luxembourg. Quant à Pierre et sa famille, ils sont installés en région de Chambéry du fait d’un fort attachement esthétique et social alors même que Pierre est le seul à travailler et que son emploi est à Lyon. Dans ces deux configurations, Pierre et Amélie ont arbitré en faveur d’une pendularité intensive afin de vivre dans le lieu auquel ils sont attachés.

27Ces attachements, esthétique, social et culturel, sont également renforcés par un rejet du territoire où pourrait avoir lieu la relocalisation du fait de la proximité du lieu de travail. Des études précédentes ont caractérisé cet effet de « repoussoir » (Ortar & Legrand, 2008). L’effet repoussoir, tout comme l’attachement, prend des dimensions esthétiques, sociales ou culturelles. La répulsion pour le lieu de vie potentiel renforce alors l’attraction pour le lieu de vie actuel, donc l’arbitrage en faveur de la grande pendularité plutôt que du déménagement.

Un compromis conjugal et familial

28Une troisième dimension apparaît structurante de la décision de penduler : il s’agit de la vie conjugale et familiale. Cette seconde dimension est liée à la première car l’attachement au lieu de vie montre l’importance d’un lieu de vie commun pour le couple et la famille.

29Ainsi, la pendularité intensive peut être le résultat d’un arrangement familial visant à concilier une activité professionnelle et certaines contraintes liées à la vie familiale. Parmi ces contraintes, deux ont particulièrement retenu notre attention car elles font sens avec les évolutions démographiques et familiales contemporaines.

30Premièrement, certaines grandes pendularités sont directement liées au soutien apporté à des parents âgés. Par exemple, Éric-Émmanuel travaille à Bruxelles mais habite à proximité de Namur (Belgique). Il y a emménagé en 1999 pour vivre avec ses parents vieillissants :

« Je suis célibataire, mais j'ai mes parents en charge, donc j’ai construit une maison là-bas […]. Mon père cultive assez bien, donc il utilise le jardin, fait le potager malgré ses 87 ans. Et ma mère, elle était déjà un peu malade, la maladie d'Alzheimer, donc elle nécessite beaucoup de surveillance » (Éric-Émmanuel).

31Deuxièmement, certains pères de famille divorcés choisissent de penduler plutôt que de déménager pour rester vivre à proximité de leurs ex-conjointes qui ont la garde des enfants. Tel est le cas d’Adam qui vit à Lausanne tout en travaillant à Neuchâtel (Suisse) ou d’Antoine qui habite La Chauds-de-Fond en travaillant à Lausanne (Suisse) :

« Même si j’habite pas avec […] pour moi, en tout cas, c’est important d’habiter près. Si je vais le chercher ou que mon ex-femme l’amène chez moi, elle peut venir à pied. Il n’y a pas besoin toujours de prendre… c’est très important pour moi de rester quand même à proximité » (Antoine).

32Ces deux arrangements familiaux peuvent apparaître anecdotiques. Pourtant, ils renvoient à des tendances d’évolution sociétale, d’une part, le vieillissement démographique et la dépendance des personnes âgées et, d’autre part, la fragilisation du lien conjugal, la divorcialité et les recompositions familiales. Ces deux tendances étant fortes et en augmentation, on peut légitimement poser la question de leurs effets sur les mobilités spatiales pendulaires dans les années à venir.

33De plus, la pendularité peut aussi être une stratégie de conciliation entre des lieux d’activités professionnelles des conjoints relativement éloignés et un lieu de vie familial commun. Elle est donc avant tout un compromis géographique car elle permet de concilier au sein du couple deux activités professionnelles difficilement relocalisables ou transférables. Ceci est particulièrement vrai pour les personnes à fort capital scolaire pour lesquelles les emplois sont rares et inégalement répartis sur le territoire (Vincent, Viry & Kaufmann, 2010). La conciliation entre vie professionnelle et lieu de vie commun contribue également à expliquer des situations de double pendularité dans le couple. Ainsi, Paloma travaille à Genève et son conjoint à Fribourg (Suisse). Leur lieu de résidence, situé à Yverdon, leur permet de garder leurs emplois respectifs tout en cohabitant.

34La pendularité intensive permet également d’éviter la perte d’emploi du conjoint du fait d’une relocalisation de la famille. Ainsi, lorsqu’Anne-Marie a obtenu l’emploi qu’elle espérait à Paris, elle est tout de même restée vivre dans le sud de la France avec sa famille pour garantir l’emploi de son mari, propriétaire d’un fond de commerce à Aix-en-Provence (France).

35À travers les décisions et les arbitrages en matière de mobilité spatiale se profilent également des choix de vie conjugaux et familiaux : vivre ensemble, partager un lieu de vie commun quotidiennement, etc. La possibilité d’une double résidence est peu évoquée, d’une part, du fait de cet attachement au lieu de vie commun et, d’autre part, parce que la double résidence serait interprétée comme une fragilisation du lien conjugal. Pour les pendulaires, vivre ensemble malgré les distances professionnelles constitue un idéal de vie familiale. Ainsi, Pierre préfère passer près de quatre heures dans ses déplacements pendulaires pour voir ses enfants le soir, plutôt que de résider à proximité de son travail la semaine et ne pas les voir grandir.

36Particulièrement dans les compromis conjugaux, les arbitrages qui amènent à la grande pendularité sont des équilibres instables. En tant que compromis, ils ne satisfont jamais que partiellement l’un et l’autre des conjoints. Ils peuvent donc amener à des frustrations importantes, que ce soit chez le pendulaire comme chez son conjoint. La décision peut alors être réévaluée en faveur d’un changement d’emploi, d’une relocalisation de la famille ou d’une birésidentialité. D’autres arbitrages plus extrêmes peuvent également avoir lieu, par exemple changer de métier ou accepter un emploi sous-qualifié. La séparation conjugale peut également être une forme d’arbitrage pour mettre fin à la pendularité.

En conclusion

37Dans la littérature, l’activité professionnelle est souvent considérée comme l’élément explicatif majeur de la grande pendularité : les grands pendulaires seraient contraints de se déplacer loin et longtemps pour avoir ou garder un travail. Pourtant, prise indépendamment de la vie personnelle, l’activité professionnelle ne suffit pas à expliquer les pendularités de longue distance. D’autres éléments sont fortement structurants des décisions des grands pendulaires. Il s’agit tout d’abord d’une logique de l’ancrage qui prend la forme d’un attachement social, sensible ou culturel au lieu de vie. La décision de penduler se prend également en interaction avec le conjoint ou la famille. Elle permet une proximité résidentielle avec certains membres de la famille, conjoint, enfants, parents âgés. Elle est enfin le résultat d’un compromis conjugal entre le maintien d’un lieu de vie commun et de deux activités professionnelles géographiquement éloignées.

38De plus, ces trois éléments – activité professionnelle, attachement au lieu de vie, vie familiale – sont en interaction les uns avec les autres dans chaque décision de pendularité. La pendularité intensive se trouve alors être la résultante d’un compromis entre ces trois dimensions. Équilibre instable, elle apparaît comme une stratégie de conciliation entre la vie professionnelle d’une part et la vie personnelle d’autre part, que ce soit dans ses dimensions conjugale, familiale, sociale, résidentielle, etc. Compromis entre différentes dimensions de la vie difficilement conciliables – distance géographique, ancrage, emploi et famille – la pendularité intensive est toujours une décision prise sous contrainte, un arrangement nécessairement insatisfaisant. Résultat de choix cornéliens, d’arrangements et de bricolages, elle est au moins autant contrainte que liberté. De ce point de vue, la grande pendularité constitue bien une opportunité pour réconcilier des dimensions de vie géographiquement et socialement difficilement réconciliables.

39Si la grande pendularité s’explique par l’expression de stratégies de conciliation entre vie privée et professionnelle, on peut poser l’hypothèse que des situations similaires se multiplieront dans l’avenir. Une telle hypothèse renforce alors la remise en cause initiale de la conjecture de Zahavi qui stipule une stabilité des temps de trajet quotidiens. En effet, dans un contexte de bi-activité, de vieillissement de la population et de fragilité du lien conjugal, les motifs familiaux de cette forme de mobilité laissent présager une multiplication des grandes pendularités dans l’avenir, faisant possiblement encore augmenter la moyenne des temps de trajet quotidiens.

40Enfin, les pendularités intensives participent d’un paradoxe contemporain entre mobilité et ancrage. En effet, elles permettent de réconcilier, même si cela reste imparfait et insatisfaisant, deux tendances contradictoires : d’une part, l’injonction à la mobilité portée par le monde professionnel – employeurs, entreprises, etc. – et, d’autre part, l’ancrage nécessaire au couple, à la famille, au fait de fonder une famille. Paradoxalement, les pendulaires intensifs deviennent mobiles pour mieux s’ancrer (Kaufmann, 2008). La mobilité, sous la forme de la pendularité tout du moins, n’est donc pas l’expression de la liberté de l’individu contemporain aux attaches sociales faibles, mais plutôt une stratégie pour saisir des opportunités tout en protégeant ses ancrages. La mobilité semble alors s’interpréter comme un compromis, voire une forme de réconciliation entre deux mondes que tout oppose : un monde mobile – dans lequel liberté et flexibilité sont de mises – et un monde davantage immobile – celui des attachements physiques et sociaux.

Haut de page

Bibliographie

Aguilera A. (2010), « Urban Form and Commuting: A Critical Review of Literature », 12th World Congress on Transportation Research, Lisbon, Portugal, July 11-15.

Bertaux-Wiame I. & P. Tripier (2006), « Les Intermittents du foyer, couples et mobilité professionnelle », Cahiers du genre, n°41, pp. 49-74.

Bonvalet C. & D. Maison (1999), « Famille et entourage : le jeu des proximités », dans Bonvalet C., Gotman A. & Y. Grafmeyer (Eds), La Famille et ses proches. L’aménagement des territoires, Paris, Presses universitaires de France, pp. 27-69.

Crozet Y. (2011), « Mobilité : les gains de temps ne sont plus ce qu’ils étaient… », dans Gay C., Kaufmann V., Landriève S. & S.Vincent-Geslin (dir.), Mobile, Immobile, Quels choix, quels droits pour 2030 ? Choices and rights for 2030 ?, Tome 1, La Tour d'Aigues, Éditions de l'Aube, pp. 68-79.

Department for Transport (2010), Transport Trends: 2009 Edition, Transport Statistics: DfT, London.

Giuliano G. & K. A. Small (1993), « Is the journey to work explained by urban structure? » Urban Studies, n° 30, pp. 1485-1500.

Gordon P., Kumar A. & H. W. Richardson (1989), ”Congestion, changing metropolitan structure and city size in the United States », International Regional Science Review, 12, pp. 45-56.

Gordon P. & H. L. Wong (1985), « The Costs of Urban Sprawl: Some New evidence» Environment and Planning A, n° 17, pp. 661-666.

Green A.E., Hogarth T. & R.E. Shackleton (1999), « Longer Distance Commuting as a Substitute for Migration in Britain: A Review of Trends Issues and Implications », International Journal of Population Geography, n° 5, pp. 49-67.

Hubert J.P. (2009), « Dans les grandes agglomérations, la mobilité quotidienne des habitants diminue, et elle augmente ailleurs », Insee Première, n° 1252.

Ilan S., Bovy P. & J.-P. Orfeuil (dir.) (1993), A Billion Trips a Day. Tradition and Transition in European Travel Patterns, Norwell, MA, Kluwer Academic Publishers.

Joly I. (2005), L'Allocation du temps au transport. De l’observation internationale des budgets-temps de transport aux modèles de durées, Thèse de doctorat, Université Lyon Louis Lumière.

Joly I., Littlejohn K. & V. Kaufmann (2006), La Croissance des budgets-temps de transport en question : nouvelles approches, Rapport final de la recherche pour le PREDIT Groupe Opérationnel n°1.

Kaufmann J.-C. (1996), L’Entretien compréhensif, Paris, Éditions Nathan.

Kaufmann V. (2002), « Temps et pratiques modales. Le plus court est-il le mieux ? », Recherche Transports, Sécurité, n° 75, pp. 131-143.

Kaufmann V. (2005), « Mobilités et réversibilités : vers des sociétés plus fluides ? », Cahiers internationaux de sociologie, n° 118, pp. 119-136.

Kaufmann V. (2008), Les Paradoxes de la mobilité. Bouger, s’enraciner, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Levinson D.M. & A. Kumar (1997), « Density and the Journey to Work », Growth and Change, n° 28, pp. 147-172.

Lück D. & S. Ruppenthal (2010), « Mobile Living: Spread, Appearances and Characteristics », dans Collet B. & N. Schneider (dir.), Mobile Living across Europe. Volume II. Causes and Consequences of Job-Related Spatial Mobility in Cross-National Perspective, Leverkusen-Opladen, Barbara Budrich Editor, pp. 37-68.

Lyons G. & K. Chatterjee (2008), « A Human Perspective on the Daily Commute: Costs, Benefits and Trade-offs », Transport reviews, vol. 28, n° 2, pp. 181-198.

OFS (2007), La Mobilité en Suisse, Résultats du microrecensement 2005 sur le comportement de la population en matière de transports, Office fédéral du développement territorial et Office fédéral Statistique de la Suisse, Neuchâtel.

Ortar N. & C. Legrand (2008), « Caractéristiques de la surmobilité professionnelle en périurbain, incidences sur les transports et le logement », Espaces sous influence urbaine, Certu, Rapport de recherche.

Pierrard O. (2008), « Commuters, Residents and Job Competition », Regional Science and Urban Economics, vol. 38, n° 6, November, pp. 565-577.

Plaut P. (2006), « The Intra-Household Choices Regarding Commuting and Housing », Transportation Research, Part A, n° 40, pp. 561-571.

Sandow E. (2011), On the Road. Social Aspects of Commuting Long Distances to Work, PhD thesis, Umea University, Sweden.

Sandow E. & K. Westin (2010), « The Persevering Commuter – Duration of Long-Distance Commuting », Transportation Research, Part A, n° 44, pp. 433-445.

Schwanen T., Dijst M. & F. M. Dieleman (2002), « A Microlevel Analysis of Residential Context and Travel Time », Environment and Planning A, vol. 4, pp. 1487-1507.

Sultana S. & J. Weber (2007), « Journey-to-work Patterns in the Age of Sprawl: Avidence from Two Midsize Southern Metropolitan Areas », Professional Geographer, n° 59, pp. 193-208.

Urry J. (2007), Mobilities, London, Polity Press.

Van Ommeren J. N. & W. Van der Straaten (2008), « The Effects of Search Imperfections on Commuting Behavior: Evidence from Employed and Self-employed Workers », Regional Science and Urban Economics, vol. 38, n° 2, pp. 27-147.

Vignal C. (2005), « Les espaces familiaux à l'épreuve de la délocalisation de l'emploi : ancrages et mobilités de salariés de l'industrie », Espaces et sociétés, n° 120-121, pp. 179-197.

Vincent S., Viry G. & V. Kaufmann (2010), « Carrières académiques : comment concilier mobilités spatiales et vie de famille ? », Revue Synergies. Pays Riverains de la Baltique. Revue du GERFLINT, vol. 7, pp. 77-94.

Vincent-Geslin S. & I. Joly (2011), « The Intense Commuters: A Mixed Analysis of the Daily Travel Times », Symposium on Travel Time Use, Value and Experience, Centre for Transport & Society, University of the West of England, Bristol, June 15.

Wee B., Rietveld P. & H. Meurs (2006), « Is Average Daily Travel Time Expenditure Constant? In Search of Explanations for an Increase in Average Travel Time », Journal of Transport Geography, vol. 14, n° 2, pp. 109-122.

Widmer E. D., Viry G. & V. Kaufmann (2010), « The Process of Becoming Mobile », dans Collet B. & N. Schneider (dir.), Mobile Living Across Europe. Volume II. Causes and Consequences of Job-related Spatial Mobility in Cross-national Perspective, Leverkusen-Opladen: Barbara Budrich Editor, pp. 113-130.

Young M. & P. Willmott (1962), Family and Kinship in East London, London, Institute of Community Studies then Pelican.

Zahavi Y & J.-M. Ryan (1980), « Stability of Travel Components over Time », Transportation Research Record, n° 750, pp. 19-26.

Zahavi Y. & A. Talvitie (1980), « Regularities in Travel Time and Money Expenditures », Transportation Research Record, n° 750, pp. 13-19.

Haut de page

Notes

1 Pour plus d’informations, voir http://www.jobmob-and-famlives.eu/

2 Cette recherche a bénéficié d’un financement de l’ANR (Agence nationale de la recherche), Projet EuroCities-DATTA n° ANR-07-BLAN-0032-01.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Vincent-Geslin, « Des racines et des ailes », SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3945

Haut de page

Auteur

Stéphanie Vincent-Geslin

École polytechnique fédérale de Lausanne, ENAC LASUR, Lausanne, Suisse - stephanie.vincent@epfl.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page