Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Tensions et coordinations entre les acteurs des sciences de la performance sportive

Matthieu Delalandre

Résumés

Cet article part d’une étude qui questionne les conditions de production des savoirs scientifiques sur la performance sportive, en portant le regard sur les modes de coordination entre les chercheurs et les entraîneurs avec qui ils collaborent. L’analyse d’un matériau empirique constitué d’entretiens et d’un corpus écrit nous a conduit à mettre en évidence trois régimes de scientificité, qui constituent à la fois des modes de coordination des chercheurs et des entraîneurs et des formes particulières de production des savoirs. L’article met en lumière des tensions inhérentes à chacun de ces régimes et les solutions adoptées par les acteurs pour coopérer. Nous nous intéressons enfin aux contraintes que les chercheurs rencontrent pour passer d’un régime à l’autre.

Haut de page

Texte intégral

1Une littérature sociologique abondante a été produite sur les thèmes relatifs aux relations entre la science et ce que l’on appelle souvent la « demande sociale ». Les liens entre science et industrie ont été particulièrement questionnés. Pour Michael Mackenzie, Alberto Cambrosio et Peter Keating, on serait passé d’une organisation séparée de la recherche et de l’industrie à des interactions récurrentes entre institutions scientifiques et firmes privées (Mackenzie, Cambrosio & Keating, 1988). Jason Owen-Smith et Walter W. Powell font ainsi le constat d’un intérêt croissant des universitaires américains à l’égard de la commercialisation des produits de la recherche en sciences de la vie (Owen-Smith & Powell, 2002). Michel Grossetti et Béatrice Milard vont dans le même sens en montrant que les institutions scientifiques françaises se rapprochent d’un modèle international caractérisé par une croissance rapide des collaborations avec des organismes de recherche à l’étranger et avec l’industrie (Grossetti & Milard, 2003). La sociologie de l’expertise, notamment sur le terrain des risques collectifs, a quant à elle permis d’éclairer les relations entre science, pouvoir politique et implication des citoyens « ordinaires ». Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe ont ainsi montré que la mobilisation des connaissances scientifiques dans des dossiers socio-techniques complexes est loin d’être évidente, notamment quand les citoyens impliqués, porteurs d’intérêts sociaux mais aussi détenteurs de connaissances indigènes auxquelles n’ont pas toujours accès les experts, sont évincés des processus de décision (Callon, Lascoumes & Barthe, 2001). Les auteurs font état de la constitution, sur certains dossiers, de « forums hybrides », mêlant des scientifiques et des citoyens, non scientifiques, impliqués dans ces dossiers. Ils montrent alors que ces profanes peuvent participer à l’élaboration des problématiques de recherche, à la construction des savoirs et favorisent les possibilités d’application des résultats obtenus. D’autres travaux se sont davantage intéressés aux conditions du réinvestissement des savoirs produits par la recherche dans les formations professionnelles. De telles analyses sont nombreuses dans les sciences de l’éducation (Barbier, 1996 ; Legrand, 1997 ; Perrenoud, 2004). Comme nous pouvons le constater, le débat est large et les travaux sur le sujet pléthoriques. Nous n’en avons ici évoqué que quelques uns. Nous voudrions dans cet article poser un regard sur les relations entre la science et le monde sportif qui, de plus en plus, fait usage de la science. Plus précisément, nous proposons d’étudier les formes que prend l’activité scientifique dans le domaine de la performance sportive, en nous penchant tout particulièrement sur la façon dont le travail des chercheurs s’articule avec l’utilisation qui est faite des connaissances scientifiques par les entraîneurs.

  • 1 Le Team Lagardère est une structure sportive professionnelle privée créée en 2005 à l’initiative d’ (...)

2Le monde sportif, surtout dans le secteur de la haute performance, met aux prises des scientifiques avec des usagers de la science, qu’ils soient entraîneurs, cadres de fédérations sportives ou encore athlètes. Ce terrain est encore peu questionné sous cet angle par la sociologie, mais semble pourtant propice à une analyse consacrée aux rapports entre science et demande sociale. Ceux-ci peuvent de prime abord sembler ambivalents. D’un côté, les accomplissements des sportifs, à l’entraînement, lors de compétitions ou de tests de laboratoire, sont étudiés sous l’éclairage de multiples disciplines, que ce soit dans le cadre de recherches universitaires, dans les laboratoires de l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (INSEP), structure vouée à préparer des champions ou encore dans des organismes privés tels que le Team Lagardère 1. D’un autre côté, la recherche et le métier d’entraîneur sont sous-tendus par des contraintes et des finalités différentes. Les chercheurs doivent publier leurs travaux pour se rendre visibles sur la scène académique (Lemaine, Matalon & Provensal, 1969), les problèmes qu’ils se posent sont donc ceux qui sont susceptibles d’être valorisés dans leur champ disciplinaire. Les sciences de la performance visent-elles alors à améliorer les records, à générer de nouvelles connaissances, à publier des articles pour obtenir de la reconnaissance ? Peut-on produire des connaissances qui soient à la fois valorisées sur la scène universitaire et « utiles » au secteur sportif ? Les tensions et incompréhensions entre la sphère scientifique et le monde du sport, maintes fois relevées (Bruant & Corrand, 1980 ; Terral, 2003 ; Roger, 2006) tendraient à faire penser le contraire.

3La question des connexions et des tensions entre science et demande sociale se pose donc de façon prégnante dans le domaine sportif. La sociologie des sciences l’a depuis longtemps abordée sur d’autres terrains. La tradition mertonienne s’est focalisée sur l’étude des institutions scientifiques en décrivant les normes de leur fonctionnement, l’utilité sociale de la science est alors considérée comme un déterminant externe influençant le choix des objets de recherche mais pas ses contenus techniques et scientifiques. C’est avec la théorie de l’acteur-réseau que les connexions entre science et demande sociale deviennent centrales. Prenant pour objet les réseaux socio-techniques liant des acteurs hétérogènes, les sociologues s’inscrivant dans ce courant insistent sur la nécessité pour les chercheurs de créer des dispositifs d’intéressement (Callon, 1986 ; Latour, 1989), c’est-à-dire d’opérer des traductions permettant de mobiliser des réseaux d’alliés, qu’il s’agisse d’autres chercheurs, ou encore d’acteurs industriels ou économiques, dans les luttes visant à imposer des faits scientifiques comme étant « vrais ». Toute séparation entre science et société apparaît dès lors artificielle. Cette approche semble particulièrement heuristique pour une analyse des réseaux liant les scientifiques aux acteurs non scientifiques que sont les athlètes, les entraîneurs ou encore les industriels du sport. On peut toutefois lui reprocher son insistance sur la contingence de l’action, qui ne laisse pas sa place à une analyse structurelle des dynamiques de production des savoirs (Gingras, 1995). D’autres auteurs, adoptant une posture médiane, ont préféré penser les diverses formes de coordination des chercheurs à la demande sociale en préservant l’idée d’une relative autonomie du secteur scientifique, sans pour autant nier l’impact de cette demande sur les contenus de la science (Cassier, 1997 ; Lamy & Shinn, 2005).

4Le fonctionnement de l’activité scientifique a également été envisagé sous l’angle d’une pluralité de formes de production des savoirs. Terry Shinn et Pascal Ragouet (2005) distinguent quatre « régimes scientifiques » correspondant à autant de formes intellectuelles et institutionnelles de la science : le régime disciplinaire dans lequel l’activité scientifique s’organise autour des disciplines, le régime utilitaire qui voit l'activité scientifique soumise à une demande socio-économique, le régime transitaire qui correspond au passage momentané d'un chercheur d'une discipline à l'autre, et le régime transversal qui correspond à l'activité de certains praticiens qui travaillent sur l'appareillage technique des sciences (Shinn & Ragouet, 2005). Michael Gibbons et ses collaborateurs ainsi que Dominique Pestre ont quant à eux proposé de formaliser des types de production et de diffusion des savoirs propres à des contextes socio-historiques particuliers. Michael Gibbons et ses collaborateurs mettent en avant l’existence de deux modes de production des savoirs scientifiques. Le « mode 1 », prédominant dans la première moitié du vingtième siècle, est caractérisé par la séparation entre la société et l’université. Le « mode 2 » aurait émergé progressivement après 1945 et se caractérise par un effondrement de la frontière qui séparait science et technologie d’un côté, société et industrie de l’autre. Dominique Pestre quant à lui propose un programme de recherche visant à mettre en évidence des « régimes de production, de régulation et d’appropriation des savoirs scientifiques » correspondant à des moments historiques particuliers (Gibbons et al., 1994 ; Pestre, 2006).

5Nous cherchons pour notre part à appréhender les modes de coordination à l’œuvre entre les scientifiques et les acteurs du monde sportif. Il ne s’agit donc pas de caractériser des formes historiquement situées de production de la science, mais plutôt de cerner les différentes formes qu’est susceptible de prendre, à un moment donné, l’activité des chercheurs et ses relations avec les usagers de la science. Le concept de « régime d’action », mobilisé d’abord par Luc Boltanski, Laurent Thévenot – qui utilise l’expression « régime d’engagement » – puis par Nicolas Dodier (1993) ou encore Philippe Corcuff (1998) vise précisément à penser d’une part les formes typiques de coordination et d’ajustement que les individus mettent en œuvre pour agir dans leur environnement social et matériel et d’autre part les conditions de passage d’une forme de coordination à une autre. Les régimes d’action ont connu des usages pour le moins diversifiés. Chez Luc Boltanski et Laurent Thévenot, ils constituent des grammaires générales de l’action qui font partie des dotations de base de toute personne ordinaire et qui sont susceptibles d’être activées au gré des situations rencontrées (Boltanski, 1990 ; Thévenot, 1990). C’est le cas par exemple du régime de justification, mobilisé quand les personnes se retrouvent dans les situations de litiges dans lesquelles elles cherchent à faire valoir leur point de vue. D'autres régimes, au contraire, ne sont maîtrisés que par des ensembles circonscrits de personnes dans certaines situations. Leur analyse relève cette fois d’une « sociologie des formes locales de coordination » (Dodier, 1993a, p. 79). Nicolas Dodier a fourni une illustration de cette démarche en formalisant, chez les médecins du travail, trois régimes d’action reflétant différentes façons d’appréhender les patients et de réagir à leurs demandes lors des consultations (Dodier, 1993b). Dans tous les cas, les régimes d’action constituent des modes d’articulation de dimensions macro-sociales ayant une validité plus grande que telle ou telle situation particulière, et de dimensions micro-sociales renvoyant à des circonstances particulières et des acteurs individualisés (Corcuff, 1998). Ce sont des modes de coordination typiques qui se combinent, se succèdent et se confrontent au cours des actions. C’est dans cette perspective que nous nous situons et qu’il nous semble fructueux de questionner les collaborations entre les divers acteurs impliqués dans l’activité scientifique, ainsi que leurs conséquences sur les connaissances produites. L’analyse de notre matériau empirique nous conduit à soutenir l’idée selon laquelle les chercheurs peuvent s’engager dans trois modes de coordination avec les entraîneurs. Empruntant au concept de régime d’action, nous les avons identifiés comme autant de régimes de scientificité, relevant tantôt d’un engagement académique distancié des problèmes pratiques d’optimisation des performances, tantôt de la réponse à des besoins ou des questions en matière d’entraînement. La possibilité d’envisager la coordination entre science et sport ne doit pas faire oublier les tensions existant entre ces deux mondes. L’intérêt de cette étude réside dans l’analyse des modalités de réduction de ces tensions par les acteurs et des formes de passage entre les divers modes de coordination de la recherche avec les besoins exprimés par les praticiens du sport.

Méthode

6L’analyse s’appuie sur un corpus d’entretiens et de diverses productions écrites. L’enquête a commencé par des entretiens avec des chercheurs. Plusieurs thèmes ont été abordés : leurs axes de recherche et la nature de leurs travaux, leurs collaborations avec des acteurs scientifiques ou non scientifiques (industriels, entraîneurs sportifs, etc.), les formes de connaissances produites et enfin la façon dont ils conçoivent le rapport entre les travaux qu’ils mènent et leur éventuelle mobilisation pour l’amélioration des performances. Autant que possible, nous avons cherché à avoir accès à des descriptions concrètes de leurs activités. Nous avons ensuite interrogé des entraîneurs qui, collaborant avec les chercheurs, s’avéraient être partie prenante dans l’activité scientifique. Au total, nous avons mené trente-deux entretiens (numérotés dans le texte de E1 à E32), au sein de différentes structures :

7- des laboratoires universitaires, souvent rattachés aux Unités de formation et de recherche en Sciences et techniques des activités physiques et sportives (UFR STAPS) ;
- l’INSEP, dont les laboratoires n’ont pas de statut universitaire (bien que les chercheurs recrutés communiquent dans des arènes académiques) et qui ont pour mission de produire de la connaissance « utile » au monde du sport de haut niveau ;
- deux structures de transfert de technologies : le Centre d’expertise de la performance (CEP) de Dijon et le Centre d’analyse d’images et performance sportive (CAIPS) de Poitiers, liées à des laboratoires universitaires, dont la fonction est d’opérer un transfert des produits de la recherche vers l’industrie et l’entraînement sportif ;
- des services de recherche au sein de certaines fédérations sportives ;
- le centre d’expertise du Team Lagardère.

8Nous nous sommes également intéressés aux productions écrites par les scientifiques : publications scientifiques, documents administratifs, actes de colloques. Celles-ci permettent d’accéder aux formes de connaissances produites, à la façon dont les chercheurs justifient leurs axes de travail ou leurs collaborations.

9L’analyse de ces données a permis de faire émerger trois régimes de scientificité par la mise en relations d’éléments saillants. Ceux-ci portent sur la définition du travail scientifique et de sa finalité (s’agit-il de mettre à l’épreuve une théorie ? De répondre à la demande d’un entraîneur ?). Ils portent également sur la façon dont les acteurs se définissent et définissent les relations qui les lient (les entraîneurs peuvent ainsi être selon les situations de simples cobayes ou des usagers de la science). Nous avons enfin été attentifs aux contraintes auxquelles sont soumis les acteurs dès lors qu’ils cherchent à se coordonner tout en satisfaisant leurs intérêts respectifs (gagner des médailles, publier dans des revues prestigieuses, obtenir des contrats de recherche). Les trois régimes de scientificité identifiés sont construits sur la base de la description que font les acteurs de leur activité. Cette démarche, par le rapprochement et la confrontation des expériences vécues, nous a en outre permis de mettre en exergue des intérêts et des façons de voir le monde divergentes qui rendent problématiques les collaborations entre chercheurs et praticiens du sport. Les tensions ainsi mises en lumière prennent des formes spécifiques en fonction du régime dans lequel sont engagés les acteurs. Nous avons enfin questionné les possibilités de passage d’un régime à l’autre. Ceux-ci ne constituent pas en effet des logiques de fonctionnement figées. Au contraire, les personnes auprès de qui nous avons enquêté sont susceptibles de s’inscrire dans plusieurs régimes.

Tensions et coordination : trois régimes de scientificité dans les sciences de la performance sportive

La recherche académique : le modèle de la science « désintéressée »

La pertinence scientifique au cœur du travail des chercheurs

10Dans le régime de la recherche académique, l’objectif des chercheurs est de produire de la connaissance : analyser la performance sportive, mettre à l’épreuve des modèles théoriques ou encore tester des hypothèses ou des méthodes de mesure. Même s’il leur est possible d’investir les deux autres régimes de scientificité (la recherche prescriptive et l’expertise), les chercheurs qui veulent faire une carrière universitaire doivent nécessairement s’engager dans la recherche académique de façon durable. Ils sont en effet soumis à un ensemble de contraintes, notamment évaluatives, qui les conduisent à rechercher une certaine visibilité sur la scène scientifique. Cette visibilité s’obtient en publiant dans des revues scientifiques cotées, mais aussi par d’autres procédés, par exemple en nouant des partenariats avec d’autres laboratoires prestigieux. La science apparaît ici comme un système relativement autonome vis-à-vis du reste de la société : les chercheurs qui s’engagent dans ce régime de façon prépondérante insistent d’ailleurs sur le fait que leur « objectif est de produire de la connaissance ». « Les travaux fondamentaux que l’on mène sont développés, mis en place pour répondre aux objectifs scientifiques qui sont contenus dans notre projet et des orientations thématiques que l’on a choisi de développer » affirme E6, directeur d’une équipe de recherche travaillant sur les processus psychologiques liés au contrôle de la motricité. En aucun cas il ne s’agit de contribuer à l’amélioration des performances ou des procédés d’entraînement. Pour autant, ses travaux ne se veulent pas complètement déconnectés de toute considération sportive, il subsiste une articulation distanciée aux besoins du secteur sportif. Son discours est caractéristique : il affirme simultanément ne pas être préoccupé par la question de savoir si sa recherche permet ou non d’améliorer la performance et ne se poser des problèmes de recherche que sur la base de questions qui intéressent le monde du sport.

« Donc l’idée pour moi c’est de ne me poser des problèmes de recherche qu’à partir du moment où derrière il y a un soubassement, je dirais concret, qui m’intéresse, qui intéresse la communauté du sport, par exemple la perception visuelle du retour de service [...] mais je dis toujours à mes thésards que la thèse n’est pas faite pour améliorer la performance des individus, la thèse est faite pour améliorer la connaissance » (E6).

11On peut considérer ce type de prise de position comme étant le résultat d’une trajectoire hybride qui l’amène à s’impliquer à la fois dans le monde sportif et dans la recherche. En effet, avant d’être chercheur, E6 a été entraîneur de natation et ce à un haut niveau de performance. Il appartient également à un réseau international autour des sciences appliquées à la natation. C’est cette bivalence qui permet au scientifique de rester en prise avec les problématiques de l’entraînement. Sa présence sur la scène sportive permet de réaliser une sorte de « veille », de conserver une attention aux questions et problèmes des entraîneurs et des sportifs. L’ubiquité des acteurs qui, pour la plupart de ceux que nous avons interrogés (tous sauf deux chercheurs), sont à la fois chercheur et entraîneur ou ancien sportif, mais aussi la participation à des réseaux, colloques et autres points de rencontre entre chercheurs et entraîneurs, favorisent dès lors une telle veille. Le terrain sportif pèse donc sur les thèmes de recherche, bien que la finalité de celle-ci reste avant tout théorique.

La difficile prise en compte des intérêts des acteurs sportifs

12Si la participation de sportifs occasionnels ou de niveau moyen ne pose généralement pas de problème, la prise en compte des problématiques de l’entraînement peut sembler insuffisante pour les sportifs de haut niveau participant aux expérimentations, d’autant que les contraintes liées à la préparation des compétitions pèsent lourdement sur eux. Un sentiment de malaise se dégage à l’égard de la recherche académique. Les athlètes et leurs entraîneurs font souvent état de leur impression d’être utilisés comme des « cobayes » pour des scientifiques qui pensent plus à leurs publications qu’à apporter des connaissances utiles à l’amélioration des performances. Cela peut sembler paradoxal puisque les chercheurs disent prendre en compte les problématiques du « terrain » dans la détermination de leurs axes de recherche. Tous les entraîneurs interrogés font alors remarquer que bien souvent, les conclusions des expériences ne leur sont en fait d’aucune utilité : le contrôle des variables, la trop grande décontextualisation des recherches nécessaire à la satisfaction des normes de scientificité – notamment la reproductibilité des expériences – désincarnent la performance et rendent les résultats des études menées soit inutiles, soit non pertinents au regard des questions pratiques qu’ils se posent. L’intérêt que peuvent avoir les athlètes et leurs entraîneurs à prendre part aux protocoles de recherche résiderait alors souvent dans l’accès aux données des expérimentations, par exemple certains indicateurs physiologiques. « Les protocoles de recherche, l'intérêt qu'on avait de les faire c'est que eux, ils publiaient et nous, ça nous permettait de faire des tests d'évaluation physiologiques, en période hivernale, de manière gratuite » (E5) confie ainsi un entraîneur de triathlon. Plus que les conclusions des recherches, ce sont en définitive les résultats bruts des expériences qui sont, pour cet entraîneur, susceptibles d’intéresser les acteurs sportifs. Ceux-ci peuvent alors bénéficier d’un suivi de leur performance. Reste que les entretiens font clairement ressortir leurs attentes déçues vis-à-vis de la science qui, souvent, n’a pas pu leur apporter de connaissance utilisable en contrepartie de leur implication dans les projets de recherche.

La recherche académique : un rapport distancié à la demande sociale

13Le régime de la recherche académique vise donc avant tout la production de connaissance. L’impact des recherches sur le domaine social sur lequel elles portent, c’est-à-dire la performance, n’est pas, pour les chercheurs interrogés, un élément prioritaire. Cela ne signifie pas toutefois une coupure radicale entre la science et les acteurs sportifs : il subsiste un rapport distancié aux problématiques des entraîneurs. Ceux-ci sont toutefois assez critiques à l’égard des connaissances produites par la recherche académique. Ils peuvent en outre avoir l’impression d’être utilisés sans contrepartie de la part des scientifiques. Afin de limiter cette asymétrie, un accès aux données brutes des expérimentations peut les faire bénéficier d’un suivi de la performance à l’occasion de leur implication dans des projets de recherche, mais il reste, si l’on se réfère aux discours des acteurs interrogés, que les connaissances produites sont trop décontextualisées des conditions « réelles » de production des performances pour pouvoir servir à améliorer les résultats des athlètes.

La recherche prescriptive : quand la science détermine les méthodes d’entraînement

Les sciences pour l’entraînement : des relations ambivalentes entre chercheurs et entraîneurs

14À l’inverse de la recherche académique, le régime de recherche prescriptive débouche sur la production de connaissances destinées à être utilisables par les entraîneurs. Nombre de chercheurs réalisent des revues de lecture sur des thèmes particuliers (les procédés de développement de la force, les méthodes de gestion du stress, etc.) ou des expérimentations dont ils déduisent des propositions pratiques exposées lors de colloques, publiées dans des ouvrages, des revues destinées aux entraîneurs ou des rapports de recherche remis aux fédérations sportives. Plus rarement, ce régime se donne à voir dans des arènes « académiques », à travers des productions écrites telles que des thèses ou des articles scientifiques qui comparent l’efficacité de différentes méthodes d’entraînement. Le monde du sport est particulièrement demandeur vis-à-vis de la science : la présence de nombreux entraîneurs et préparateurs physiques lors de colloques sur les sciences de la performance, ou encore les fréquentes références à des travaux scientifiques dans tous les manuels d’entraînement en attestent. Pour autant, certains entraîneurs ont été particulièrement critiques à l’égard de chercheurs, souvent en sciences biologiques, qui cherchent à déduire les méthodes d’entraînement des résultats de la recherche.

  • 2 VMA signifie vitesse maximale aérobie. Lorsqu’une personne produit un effort physique, la quantité (...)

« Les trois quarts du temps, les choses efficaces viennent du terrain, les choses merdiques, malheureusement, viennent de la science. Le problème c’est que la science cherche à faire des choses reproductibles. On nous a pourri l’entraînement avec la VMA 2 pendant cinquante ans. On a formé des champions de la VMA qui n’étaient pas bons au 1500 mètres » (E13, entraîneur).

15E13, entraîneur d’athlétisme, est familier des théories physiologiques de l’entraînement de par sa formation (il est titulaire d’une maîtrise STAPS et du diplôme de l’INSEP, dont les exigences sont proches de celles d’un master 2). Il a par ailleurs collaboré à plusieurs projets de recherche avec un laboratoire de physiologie du sport. Pourtant, il regrette l’irruption sur le « terrain » de concepts scientifiques débouchant sur des prescriptions pratiques peu pertinentes. C’est du moins ce qu’il retient de la mise à l’épreuve des théories de l’entraînement. On peut sans doute voir dans ces paroles l’affirmation d’une irréductibilité de la compétence des entraîneurs à un savoir complètement théorisé : une certaine modestie du scientifique doit être la règle. Les chercheurs interrogés affirment d’ailleurs eux-mêmes la nécessité de relativiser les prescriptions données en matière d’entraînement sur la base d’expérimentations, c’est-à-dire de les rapporter aux conditions dans lesquelles elles ont été produites : en bref, il faut éviter les généralisations abusives. D’autres acteurs ont pointé du doigt les problèmes liés à la traduction de questions de terrain en projets de recherche. Le directeur du département scientifique de l’une des fédérations où nous avons enquêté a ainsi souligné le fait que les laboratoires universitaires à qui était confié le rôle de répondre aux questions posées par les entraîneurs nationaux, souvent en matière d’analyse du mouvement, produisaient la plupart du temps des résultats inutilisables : « On avait de beaux gros rapports, mais le traitement de la question, en termes de protocole, d'interprétation des données, de discussion, ne correspondait pas du tout à ce que l'on attendait » (E8).

L’implication des praticiens dans la production des connaissances scientifiques pour l’entraînement

16La possibilité pour la science de prescrire les méthodes d’entraînement a donc des limites et les critiques sont, de ce point de vue, parfois très virulentes. De nouvelles formes de coordination ont alors dû être « inventées » pour les surmonter. Au début des années 2000, le département scientifique de la fédération mentionnée ci-dessus a pris la décision de s’impliquer à chaque étape des projets de recherche. Ceux-ci ont dès lors été menés en collaboration avec les universités et non plus intégralement sous-traités. De plus, des entraîneurs ont été associés à ce département scientifique qui se réunit régulièrement : « on a des anciens entraîneurs nationaux, qui ne sont pas des scientifiques, mais qui ont une culture scientifique. C’est à dire que ce sont des gens qui ont un DEA, le minimum pour pouvoir apporter leur expertise. Mais surtout ils contribuent à faire le lien avec le terrain » (E8). Comme dans les « forums hybrides » décrits dans l’analyse des dossiers socio-techniques par Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe, la collaboration des praticiens dans la construction même des projets de recherche au sein de certaines arènes (ici un département scientifique qui accueille également des entraîneurs) est censée garantir la pertinence des protocoles mis en place (Callon, Lascoumes & Barthe, 2001). Cette stratégie semble avoir été payante puisque les données produites par les recherches récentes sont considérées comme étant beaucoup plus utiles que les « beaux gros rapports » évoqués précédemment. Ce type de coordination semble faire écho aux modalités de coopération qui ont vu le jour à l’INSEP au milieu des années 1990. Le ministère chargé des sports avait fait la demande expresse que les projets de la mission recherche de l’établissement donnent lieu à la signature de conventions avec les fédérations sportives, afin d’éviter que les travaux réalisés ne soient trop décontextualisés des problèmes du « terrain ». Ces conventions se traduisent par l’implication de représentants de ces fédérations dans les recherches. En outre, de fréquents contacts avec les entraîneurs permettent de répondre de façon plus adaptée à leurs interrogations. On peut donc constater que les solutions adoptées ne sont pas que des accords locaux. Les contraintes de coopération qui pèsent sur les acteurs se retrouvent dans plusieurs structures et les amènent à adopter des modes de coordination similaires.

Un régime difficile à concilier avec la reconnaissance scientifique

17Cette pertinence « pratique », si l’on peut dire, semble parfois difficile à concilier avec la rigueur scientifique. Les chercheurs doivent parfois faire des compromis quand ils cherchent à publier à partir de telles recherches. Dans le cadre d’un projet consacré à l'« analyse comparée des contraintes énergétiques et musculaires d’un effort maximal réalisé sur le plat et en côtes », projet ayant débouché sur des propositions pratiques de méthodes d’entraînement, l’un des chercheurs a ainsi expliqué qu’il aurait fallu « randomiser » l'expérimentation, c’est-à-dire faire l'entraînement en commençant par les courses sur le plat puis la côte, pour ensuite inverser l'ordre des courses. Cela était impossible pour les entraîneurs, du fait du risque élevé de blessures à courir à vitesse maximale sur le plat après avoir couru en côte. De la même façon, il a été impossible de reproduire exactement les conditions expérimentales en ce qui concerne les chaussures des coureurs : il aurait fallu que celles-ci soient identiques pour toutes les courses, or, pour que la situation soit intéressante pour les entraîneurs, il était nécessaire d’utiliser des chaussures de course classiques dans les côtes et des chaussures d'athlétisme à pointes sur le plat. La recherche prescriptive doit ainsi parfois s’affranchir des critères de scientificité en vigueur sur la scène académique et, du fait de ces « biais » méthodologiques, l’un des chercheurs impliqués dans le projet a affirmé risquer de ne pas pouvoir publier les résultats de l’expérience. Cet exemple n’est pas un cas isolé. L’engagement dans ce régime est parfois problématique pour des chercheurs qui ne peuvent retirer de reconnaissance scientifique d’un investissement exclusif dans la recherche prescriptive. Ils doivent alors le plus souvent alterner entre ce régime et la recherche académique, et donc varier leurs modes de coordination avec le secteur sportif, s’ils veulent à la fois produire des connaissances « utiles » et être reconnus sur le plan scientifique.

L’expertise scientifique au service des entraîneurs

La science comme aide à la prise de décision

18Dans le régime d’expertise comme dans celui de la recherche prescriptive, la science est au service de la performance. La différence entre ces deux régimes tient en ce qu’elle ne produit plus des connaissances destinées à fonder les méthodes d’entraînement, elle apporte des informations sur les caractéristiques d’un sportif ou de son matériel. L’expert est un pourvoyeur d’informations (Castel, 1985). Il ne vise pas la production de connaissances généralisables. C’est au contraire le caractère local des connaissances produites qui est recherché, en s’intéressant au cas particulier de tel ou tel athlète dans un contexte précis. Une expertise peut consister en une évaluation régulière des qualités physiques, psychologiques ou encore techniques. Des triathlètes français de haut niveau passent ainsi régulièrement des tests de variabilité de la fréquence cardiaque. Cet indice constituerait, selon l’un des entraîneurs interrogés, un indice du surentraînement permettant de réguler les charges d’entraînement (vitesse de course ou de nage, durée des efforts et des récupérations, etc.). L’expertise consiste également en demandes plus ponctuelles, relatives à un questionnement ou un problème qu’a rencontré l’entraîneur, comme dans l’exemple ci-dessous.

« Je prends un exemple précis de terrain. Quelle est l'efficacité de trois types de départ en starting-blocks ? J'ai besoin d'avoir un retour concernant les relevés anthropométriques de mon athlète. Et puis suite à ces relevés, ça va être de dire : "tel type de départ est le plus efficace pour toi". Ça va être un départ groupé, intermédiaire ou allongé dans les starting-blocks » (E23, entraîneur).

19Cet entraîneur d’athlétisme du Team Lagardère nous précise que le type de départ qu’il préconise aux sprinteurs est fonction de leurs caractéristiques anthropométriques. Il a besoin de connaître précisément quel type de départ est le plus adapté à la morphologie de l’un de ses athlètes. Il sait qu’il y a une relation entre les deux mais la pluralité des données anthropométriques et la complexité de la mesure d’une vitesse d’éjection des starting-blocks nécessite la réalisation d’une expertise. Le recours à un expert en biomécanique travaillant pour le club doit donc lui permettre de déterminer le départ le plus approprié à ce coureur.

Un dialogue difficile entre chercheurs et entraîneurs

  • 3 Le CAIPS est une structure de transfert de technologies qui réalise des expertises en matière d’ana (...)

20Si ce régime semble mettre la science au service de l’entraîneur, il n’est pas exempt de tensions. L’utilisation des données de l’expertise suppose en effet la mise en équivalence d’énoncés formulés dans un langage scientifique avec des qualifications des caractéristiques des sportifs relevant davantage d’une ingénierie de l’entraînement : dans le cas du triathlon, la mesure de la variabilité cardiaque est ainsi mise en équivalence avec l’état de forme du sportif (surentraîné ou non) puis est traduite en une forme spécifique de régulation des charges d’entraînement. Ces mises en équivalence, susceptibles de conduire l’entraîneur à modifier ses méthodes, supposent la construction d’une « prise » (Bessy & Chateauraynaud, 1995) commune sur les phénomènes par les acteurs. Celle-ci nécessite un partage des repères et des espaces de calculs mis en jeu. L’enquête laisse ainsi apparaître qu’une maîtrise minimale du langage scientifique par les entraîneurs constitue un élément déterminant de la réussite des expertises. Lorsque cela n’est pas le cas, le dialogue entre experts et praticiens apparaît souvent difficile, voire conflictuel. L’attitude des entraîneurs à l’égard des experts scientifiques est par ailleurs très variable. La communication avec le secteur scientifique semble ainsi plus développée dans les disciplines pour lesquelles la performance est fortement corrélée à des facteurs physiologiques et mécaniques. Il faut également préciser que si l’expertise peut être faite à l’initiative d’un entraîneur, elle peut également être « commanditée » par d’autres acteurs décisionnaires au sein des fédérations sportives et leur être imposée. Ces deux facteurs conjugués génèrent parfois des tensions difficilement surmontables : les experts remettent en cause certaines certitudes des entraîneurs, certitudes alors qualifiées de « croyances » ou de « lieux communs ». De l’autre côté, les résultats des expertises sont parfois rejetés par les entraîneurs qui se sentent dépossédés d’une partie de leurs prérogatives, puisque l’expert leur est imposé. Pour essayer de surmonter cette difficulté, certaines structures, telles que le CAIPS 3 de Poitiers, ou encore les départements scientifiques des fédérations sportives, mettent en place des dispositifs de diffusion des connaissances scientifiques et de formation sous forme de stages. Les acteurs interviewés ont malgré tout souligné la difficulté à confronter les savoirs empiriques des entraîneurs à des descriptions scientifiques. Nous rejoignons donc les analyses de Jean-Yves Trépos : l’expertise scientifique est productrice de normes (Trépos, 1996). Celles-ci constituent un langage de description, un équipement cognitif pour les acteurs qui peut également être une violence faite aux entraîneurs dont les connaissances sont susceptibles d’être remises en cause.

Expertise et recherche académique : des régimes liés et sous tension

21La miniaturisation des instruments de mesure a accompagné le développement de l’expertise, notamment en matière de physiologie et d’analyse mécanique. Depuis un peu plus d’une dizaine d’années, grâce à de nouveaux outils, des mesures fiables peuvent ainsi être réalisées en contexte réel de compétition ou d’entraînement et non plus seulement en laboratoire. Des starting-blocks équipés de capteurs de forces transportables sur les pistes d’athlétisme, des systèmes miniaturisés et embarqués par les sportifs pour des analyses mécaniques, ou encore des analyseurs de gaz respirés portables reliés à distance à des ordinateurs, parfois conçus et développés par les structures de recherche, sont ainsi utilisés à la fois pour l’expertise et dans le cadre de recherches académiques donnant lieu à des publications ou des thèses de doctorat. Cela nous conduit à considérer l’expertise comme une activité à double face qui, certes, met le scientifique au service de l’entraîneur, mais qui influence également la recherche sous ses formes plus « fondamentales », notamment via les instrumentations mobilisées. Réciproquement, plusieurs chercheurs soulignent l’importance d’adosser l’activité d’expertise à la recherche universitaire.

« Pour moi c'est aberrant d'imaginer une activité d'expertise qui ne soit pas pleinement adossée à une activité scientifique de recherche. Pour moi c'est un non sens. C'est à nouveau réappliquer des recettes, comme quand on reproche aux entraîneurs de ne pas valider leurs sources d'informations pour progresser ou d'utiliser des informations qu'ils tiennent de leurs ancêtres [...]. Eh bien l'expertise peut devenir exactement la même chose si elle n'est pas adossée à la dynamique de la recherche. Ce qu'apporte la recherche c'est justement la remise en question, se maintenir au goût du jour, la veille scientifique : en fait, l'innovation » (E22).

22Il faut préciser que E22 travaille au Team Lagardère, la finalité de son activité est donc que les sportifs de la structure gagnent des médailles. Pourtant, selon lui, le processus critique de mise à l’épreuve des théories et des dispositifs de mesure propre à la recherche académique est essentiel au développement d’une activité d’expertise efficace. Malgré cette relation bivalente entre recherche académique et expertise, cette dernière n’est pas valorisée sur la scène universitaire, elle semble même avoir des effets néfastes sur les carrières individuelles : « Quand on fait du transfert de technologies on ne fait pas de la science pure et dure, donc on a un problème de reconnaissance par nos pairs, ça c’est une des grosses difficultés peut-être aussi des STAPS » (E17) regrette ainsi le directeur du laboratoire d’adossement du CAIPS. L’investissement dans des activités d’expertise, pourtant étroitement liées à la recherche académique, apparaît ainsi coûteux en ce qui concerne la reconnaissance scientifique. Certains chercheurs ont souligné la difficulté à obtenir cette reconnaissance pour qui s’engage de façon prioritaire dans ce régime.

Conclusion : interdépendances et tensions entre les formes de production des savoirs

23Nous avons ici cherché à rendre compte des modes de coordination des sciences de la performance avec le monde de l’entraînement. Les acteurs sportifs – entraîneurs, athlètes – sont à la fois des sujets d’expérimentation pour la recherche académique et des usagers de la science. Il semblait dès lors intéressant de se pencher sur les formes de collaboration et de production des connaissances à l’œuvre dans ce domaine, d’autant qu’une telle démarche est sous-tendue par des enjeux plus généraux, qui renvoient notamment à la question de savoir sous quelles conditions les connaissances produites par la science peuvent être socialement utiles. Les régimes que nous avons identifiés ne sont pas exclusifs l’un de l’autre. Certains chercheurs peuvent très bien s’investir dans différentes formes de travail : diriger un laboratoire, publier des travaux dans des revues scientifiques et dans des revues techniques destinées aux entraîneurs, proposer enfin des expertises. Notre terrain d’enquête peut ainsi contribuer d’une part à penser les connexions entre la science et la « demande sociale », d’autre part à étudier comment s’articulent les diverses formes de production des savoirs scientifiques. Celles-ci sont apparues, à la lumière du matériau empirique recueilli, connectées l’une à l’autre. La collaboration des universités avec les fédérations sportives dans le cadre d’un régime de recherche prescriptive peut permettre d’obtenir des financements (par exemple par le ministère chargé des sports) qui peuvent être réinvestis pour des travaux plus académiques. L’exemple de l’activité d’expertise, souvent adossée à la recherche académique, qui elle-même mobilise des instrumentations développées pour des expertises, est également exemplaire : les acteurs s’engagent dans une « double économie » (Cassier, 1997). Le passage d’un régime à l’autre peut dans ce cas s’appuyer sur les instrumentations mobilisées, que l’on pourrait qualifier d’ « objets-frontières » (Star & Griesemer, 1992) tant elles sont la matérialisation d’intérêts hétérogènes : ceux des acteurs sportifs, bénéficiaires des expertises et ceux des chercheurs qui remobilisent ces instrumentations dans le cadre de la recherche académique. La circulation entre les régimes peut également reposer sur des institutions spécifiques, pour passer du régime de recherche académique à l’expertise ou à la recherche prescriptive : l’INSEP ou les services de recherche des fédérations sportives en appellent aux méthodes et aux acteurs de la recherche académique tout en se distanciant de l’orthodoxie scientifique et en soumettant les méthodes des chercheurs aux contraintes des acteurs sportifs. Cela nécessite que les chercheurs ne soient pas sous la contrainte unique du système d’évaluation en vigueur sur la scène académique, ou bien qu’ils puissent, de par une position déjà « prestigieuse » et stable dans le monde universitaire, s’y soustraire momentanément sans que cela ne leur en coûte pour leur carrière. Lorsque cette position à l’université n’est pas déjà acquise, l’engagement dans des activités qui ne relèvent pas de la recherche académique peut avoir un coût important pour qui souhaite obtenir une reconnaissance du monde universitaire. Les différentes formes de production des savoirs peuvent ainsi se trouver en tension et le passage d’un régime de scientificité à l’autre est parfois difficile à opérer. Étant donné le temps nécessaire pour mener des actions d’expertise ou de transfert de connaissances vers le milieu sportif, les chercheurs qui s’y engagent tendent à se pénaliser du fait que ces actions sont peu « rentables » pour leur carrière universitaire. Ces tensions ne favorisent pas le développement d’une recherche « utile » au secteur sportif qui, de son côté, est parfois très critique à l’égard des chercheurs. L’enquête menée a d’ailleurs mis en exergue l’ambivalence des relations entre la science et le monde sportif : alors que le processus de production de la performance intègre la science comme ressource de plus en plus incontournable, nombre d’entraîneurs affirment le primat de leur compétence professionnelle empirique sur les apports du monde scientifique pour parvenir à battre des records. De leur côté, les chercheurs ont besoin de sujets d’expérimentations et désirent parfois travailler avec le monde du sport de haut niveau, mais ils doivent se distancier des préoccupations des entraîneurs pour s’orienter vers des objets de recherche valorisés dans leur champ disciplinaire (Terral, 2003). De fait, ces acteurs peuvent avoir des attentes différentes à l’égard de leurs coopérations. Ils peinent parfois à s’accorder sur le statut de la science dans le domaine de la performance sportive. Alors que certains chercheurs considèrent que le manque de culture scientifique des entraîneurs nuit à leur efficacité, c’est tantôt le manque d’intérêt pour les questions du terrain qui est reproché aux chercheurs par les entraîneurs, tantôt leur volonté de prescrire l’entraînement en les dépossédant de leurs prérogatives. Face à ces prises de position virulentes, nous pensons que la prise au sérieux des contraintes pragmatiques vécues par les acteurs peut contribuer à fonder une critique constructive dépassant les dénigrements de tel acteur ou de telle institution, ou encore les simples injonctions à faire collaborer chercheurs et praticiens. En nous donnant pour objet leurs modes de coordination, nous avons voulu mettre en lumière les difficultés qu’ils rencontrent et les ressources sur lesquelles ils s’appuient pour produire et utiliser différentes formes de savoirs scientifiques.

Haut de page

Bibliographie

Barbier R. (1996), La Recherche-action, Paris, Éditions Anthropos.

Bessy C. & F. Chateauraynaud (1995), Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Éditions Métailié.

Boltanski L. (1990), L'Amour et la justice comme compétences, Paris, Éditions Métailié.

Bruant G. & B. Corrand (1980), « L'enseignement de la méthodologie de la recherche : contribution à son existence », STAPS, n° 1, pp. 8-18.

Callon M. (1986), « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, vol. 36, pp. 169-208.

Callon M., Lascoumes P. & Y. Barthe (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Éditions du Seuil.

Cassier M. (1997), « Compromis institutionnels et hybridations entre recherche publique et recherche privée », Revue d'économie industrielle, n° 79, pp. 191-212.

Castel R. (1985), « L'expert mandaté et l'expert instituant », dans CRESAL, Situations d'expertise et socialisation des savoirs, Actes de la table ronde organisée à Saint-Étienne les 14 et 15 mars, pp. 81-92.

Corcuff P. (1998), « Justification, stratégie et compassion : apport de la sociologie des régimes d'action », Correspondances (Bulletin d'information scientifique de l'institut de recherche sur le Maghreb contemporain), n° 51.

Dodier N. (1993a), « Les appuis conventionnels de l’action. Éléments de pragmatique sociologique », Réseaux, n° 62, pp. 63-85.

Dodier N. (1993b), L’Expertise médicale : Essai de sociologie sur l’exercice du jugement, Paris, Éditions Métailié.

Gibbons M., Limoges C., Nowotny H., Schwartzman S., Scott P. & M. Trow (1994), The New Production of Knowledge: The Dynamics of Science and Research in Contemporary Societies, London, Sage Editions.

Gingras Y. (1995), « Un air de radicalisme. Sur quelques tendances récentes en sociologie de la science et de la technologie », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 108, pp. 3-18.

Goffman E. (1991 [1974]), Les Cadres de l'expérience, Paris, Éditions de Minuit.

Grossetti M. & B. Milard (2003), « Les évolutions du champ scientifique en France à travers les publications et les contrats de recherche », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 148, pp. 47-56.

Lamy E. & T. Shinn (2005), « L’autonomie scientifique face à la mercantilisation. Formes d’engagement entrepreneurial des chercheurs en France », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 164, pp. 23-50.

Latour B. (1989), La Science en action, Paris, Éditions La Découverte.

Legrand L. (1997), « Qu'est-ce que la recherche pédagogique ? », Revue française de pédagogie, n° 120, pp. 39-47.

Lemaine G., Matalon B. & B. Provensal (1969), « La lutte pour la vie dans la cité scientifique », Revue française de sociologie, vol. X, n° 1, pp. 139-165.

Lochard J. (2002), « Expertise et gestion des risques en matière nucléaire », Revue française d’administration publique, n° 103, pp. 471-481.

MacKenzie M., Cambrosio A. & P. Keating (1988). « The Commercial Application of a Scientific Discovery: The Case of Hybridoma Technique », Research Policy, vol. 17, pp. 155-170.

Owen-Smith J. & W. Powel (2002), « Standing on Shifting Terrain: Faculty Responses to the Transformation of Knowledge and its Uses in the Life Sciences », Science Studies, vol. 15, pp. 3-28.

Perrenoud P. (2004), « Les sciences de l'éducation proposent-elles des savoirs mobilisables dans l'action ? », dans Lessard C., Altet M., Paquay L. & P. Perrenoud (dir.), Entre sens commun et sciences humaines. Quels savoirs pour enseigner ?, Bruxellles, Éditions De Boeck, pp. 139-157.

Pestre D. (2006), Introduction aux sciences studies, Paris, Éditions La Découverte.

Roger A. (2006), « Les résistances au changement dans l'entraînement des lanceurs français (1945-1965) », STAPS, n° 71, pp. 37-51.

Shinn T. & P. Ragouet (2005), Controverses sur la science. Pour une sociologie transversaliste de l’activité scientifique, Paris, Éditions Raisons d’agir.

Terral P. (2003), « La question de la construction des savoirs au sein de la "communauté éducation physique et sportive" », STAPS, n° 62, pp. 75-88.

Thévenot L. (1990), « L'action qui convient », dans Pharo P. & L. Quéré (dir.), Les Formes de l'action, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 39-69.

Trépos J.-Y. (1996), Sociologie de l'expertise, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Le Team Lagardère est une structure sportive professionnelle privée créée en 2005 à l’initiative d’Arnaud Lagardère, directeur général du groupe Lagardère et qui a fermé ses portes en juillet 2010. Il intégrait un centre d’expertise scientifique destiné à assurer un suivi des sportifs et à aider les entraîneurs dans leurs prises de décisions.

2 VMA signifie vitesse maximale aérobie. Lorsqu’une personne produit un effort physique, la quantité d’oxygène qu’elle consomme augmente. La VMA est la vitesse, lors d’un test d’effort progressif, où l’individu atteint sa consommation maximale d’oxygène. Plus la VMA et la capacité de consommation maximale d’oxygène sont élevées chez un individu, plus il est potentiellement performant sur des épreuves de demi-fond telles que le 1500m.

3 Le CAIPS est une structure de transfert de technologies qui réalise des expertises en matière d’analyse mécanique du mouvement à partir d’appareils spécialement conçus et développés pour les besoins de certaines disciplines sportives (des starting-blocks équipés de capteurs de force pour des coureurs par exemple). Adossé au Laboratoire de mécanique des solides de l’université de Poitiers, le CAIPS organise également des stages de formation scientifique pour les entraîneurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Delalandre, « Tensions et coordinations entre les acteurs des sciences de la performance sportive », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3781

Haut de page

Auteur

Matthieu Delalandre

Groupe de Recherche en Histoire, Épistémologie et Sociologie du Sport, laboratoire ACP, EA 3350, Université Paris-Est, Marne La Vallée, France - delalandre.matthieu@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page