Navigation – Plan du site
Le naturalisme social

Effet de cycle, effet de contexte ou brèche analytique

Introduction au débat sur « Le naturalisme social »
Marc-Henry Soulet

Texte intégral

1La sociologie, cette troisième culture entre science et littérature, pour reprendre la belle formule de Wolf Lepennies, se penche à période régulière sur ses fonds baptismaux, retrouvant ainsi ses élans scientifiques initiaux. Bien sûr le balancier reflue ensuite pour restaurer l’équilibre avec ses tentations romanesques, produisant dans une savante alchimie narrative, descriptive et esthétique une connaissance « littéraire » du social. Il n’empêche ! Le tropisme du vrai savoir, celui qui une fois pour toute viendrait découvrir (dévoiler) les lois de la vie sociale en allant puiser ses sources dans les sciences naturelles, a toujours été bien présent dans l’histoire de la pensée sociologique. Du bio-comparatisme durkheimien à la sociolobiologie d’Edward Wilson en passant par le behaviorisme social inspiré de John Watson et Burrhus Skinner, le rassurement scientifique de la science sociologique est souvent allé chercher dans ses consœurs au cœur dur les bonnes raisons d’échapper aux tentations herméneutiques et aux dérives impressionnistes. Le naturalisme social que Laurence Kaufmann et Laurent Cordonnier s’attachent à présenter dans cette livraison de SociologieS à la croisée des sciences sociales et des sciences naturelles ne serait-il qu’un nouvel avatar, qu’une résurgence de cette vielle tentation ?

2Serait-il davantage, pour rendre grâce à la systématicité de leur entreprise, la réplique, quasiment au sens sismique du terme, du tsunami cognitiviste qui remodèle sur son passage l’angle de vue contemporain des sciences de l’homme, à la façon dont la vague structuraliste linguistico anthropologique, avait pu le faire au cours des années 1960 ? Foin des structures, vive les gènes, si l’on peut dire. La psychologie sociale et encore plus la psychologie du développement, emportant avec elle toute velléité d’une clinique non neuro-cognitive, ayant semble-t-il depuis quelques temps déjà succombé aux appels de la Charybde neuro-génétique, la sociologie n’attendrait plus en somme que sa Scylla naturaliste pour lui emboîter le pas et régler ainsi les affres du relativisme culturel et les abysses du mystère du lien social ?

3Plus sérieusement, en tous cas moins cyniquement, le naturalisme social, en tant qu’il se penche sur la nature première de l’esprit dont les sciences naturelles – la neurobiologie et la génétique en premier  – tentent de détecter les mécanismes universels, n’est-il pas une voie féconde que les sciences sociales ne peuvent plus se contenter d’ignorer superbement sous prétexte que leur objet, la nature seconde de l’activité humaine – i.e. sociale et culturelle – n’intervient qu’ensuite ? Le naturalisme social, parce qu’il tente justement de dépasser la rupture originaire du naturel et du culturel, du biologique et du politique, ne mérite-t-il pas une discussion approfondie des présupposés qu’il véhicule comme des ouvertures qu’il autorise ? Bref, plutôt que de le rejeter avec la moue dédaigneuse du savoir consacré ou de s’y jeter à âme perdue en y voyant une nouvelle pierre philosophale, SociologieS a souhaité ouvrir la discussion et permettre à chacun de comparer les arguments afin de se forger une conception. Merci à Laurence Kaufmann et à Laurent Cordonnier d’avoir exposé leur position au feu des commentaires et des critiques d’Albert Ogien et de Louis Quéré. L’espace est, bien sûr, ouvert aux uns et aux autres, pour poursuivre le débat dans de prochaines livraisons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Henry Soulet, « Effet de cycle, effet de contexte ou brèche analytique », SociologieS [En ligne], Débats, Le naturalisme social, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 19 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3743

Haut de page

Auteur

Marc-Henry Soulet

Articles du même auteur

Haut de page