Navigation – Plan du site
Migrations, pluralisation, ethnicisation des sociétés contemporaines

Migrations, pluralisation, ethnicisation des sociétés contemporaines

Nouvelles perspectives empiriques et théoriques
Laurence Roulleau-Berger, Anna Krasteva et Andrea Rea

Texte intégral

1La question migratoire constitue un enjeu scientifique majeur pour penser simultanément l’ethnicisation et la pluralisation des sociétés contemporaines. En effet, d’une part l’ethnicisation signifie la multiplication de situations de domination sociale, de racismes différenciés et de violences physiques ou symboliques, situations auxquelles les migrants(es) « font face » sur différents modes en développant des stratégies de contournement, de résistance, de lutte. D’autre part, dans leurs mobilités et leurs circulations, les migrants(es) s’inscrivent sur des modes pluriels dans des espaces sociaux et économiques à légitimité différenciée qui construisent des processus hiérarchisés de mondialisation « par le haut » et « par le bas ». Ces processus donnent à voir comment de nouveaux types d’agencements se créent à partir de dispositifs sociaux, politiques, économiques, religieux dispersés, participent au développement d’économies-monde productrices de différentes formes de travail matériel et immatériel.

2Les carrières migratoires, tant sur le plan individuel que collectif, ne cessent alors de se complexifier et de s’individualiser. Si les capacités de mobilisation de ressources sociales, économiques et symboliques jouent sur les processus de socialisation des migrants(es), les compétences migratoires les orientent aussi vers des formes d’affiliation ou de désaffiliation sociale gradées et hiérarchisées entre elles. Nous considérons dans ce dossier la dimension objective et la dimension subjective de ces carrières migratoires en les saisissant dans leurs relations avec les structures sociales et les dynamiques des institutions qui ne cessent de les informer. On analysera comment prestige social et mépris social solidifient les identités pour soi des individus ou, au contraire, les fragmentent en produisant des blessures identitaires, des demandes de reconnaissance sociale et publique. Nous tiendrons aussi compte de la façon dont les politiques migratoires configurent ces carrières, voire les contrarient.

3Différentes entrées – éducation, travail, inégalités, carrières migratoire, genre – dans différents contextes sociétaux font à la fois valoir des processus sociaux quasi-identiques et des lignes de démarcation entre différents types de biographies, d’institutions, d’États, de pays – à longue tradition d’immigration comme la France, représentant du modèle méditerranéen comme l’Italie, un pays post-communiste comme la Bulgarie qui découvre à la fois émigration et immigration. Nous proposons dans ce dossier quelques perspectives théoriques pour repenser la question migratoire.

4Andrea Rea et Marco Martiniello proposent un cadre théorique nouveau qui articule les niveaux macro, méso et micro que la sociologie des migrations traditionnellement disjoints. Cette approche alternative s’appuie sur un concept classique en sociologie et propose le concept de carrières migratoires qui permettrait d’intégrer les effets des structures d’opportunités, les caractéristiques des individus et les effets des réseaux.

5Laurence Roulleau-Berger nous invite aussi à repenser la question migratoire à partir d’un espace conceptuel novateur qui agence les concepts d’« inégalités multisituées », d’expériences et compétences migratoires et de grammaires de la reconnaissance. Dans un contexte de hiérarchisation des spatialités, ethnicisation des marchés du travail et économies polycentrées produisent cosmopolitisation et individuation de biographies de migrants. Circulations transnationales et cosmopolitismes locaux, multi-appartenances et dominations multiples, mondialisation « par le bas » et mondialisation « par le haut » définissent une stratification sociale globalisée.

6Francoise Lorcerie dresse un large tableau des dimensions ethniques dans le système scolaire et propose un cadre analytique pour l’étude des modes et enjeux de l’ethnicité à l’école française tenant compte de la saillance de la catégorisation ethnique et des rapports conflictuels entre institutions nationales et groupes immigrés, ainsi que dans les interactions locales.

7« Accueillis les bras, restent à accueillir les personnes ». C’est la formule concise de la politique migratoire italienne dont Maurizio Ambrosini analyse les contradictions. L’immigration reste coincée entre une demande économique forte et une politique qui parle fort contre l’immigration, mais tacitement la laisse entrer, rester et travailler. L’auteur argumente son diagnostic que l’Italie persévère à reconnaitre l’immigration seulement après son insertion dans le marché de travail et avec le minimum de droits et de citoyenneté.

8Anna Krasteva introduit cinq portraits de femmes qui illustrent différents types et logiques migratoires qu’elle analyse par les concepts de mondialisation, de système-monde et de système migratoire, de super-diversité, d’« eurostars and eurocities », d’« empowerment ». Elle questionne ces concepts à travers les expériences migratoires postcommunistes. L’article polémique avec le mainstream des études des femmes qui les conceptualise prioritairement en termes de discrimination, de vulnérabilité, d’inégalités, laissant peu d’espace théorique aux opportunités, aux (re)construction de soi, à l’empowerment.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Roulleau-Berger, Anna Krasteva et Andrea Rea, « Migrations, pluralisation, ethnicisation des sociétés contemporaines », SociologieS [En ligne], Dossiers, Migrations, pluralisation, ethnicisation des sociétés contemporaines, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 23 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3691

Haut de page

Auteurs

Laurence Roulleau-Berger

Directeur de recherche au CNRS, École Normale Supérieure de Lyon, Institut d’Asie Orientale, Lyon, France - laurence.roulleau-berger@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Anna Krasteva

Nouvelle université bulgare, Sofia, Bulgarie - anna.krasteva@gmail.com

Articles du même auteur

Andrea Rea

GERME, Université Libre de Bruxelles, Belgique - area@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page