Navigation – Plan du site
Penser les inégalités

L’inégalité : le scandale de la normalité ?

Jan Spurk

Résumés

Les discours sur les inégalités sont généralement fondés sur des données quantitatives pour en conclure que les inégalités ne se réduisent pas significativement ; en général, le constat est qu’elles s’accroissent. On juge  sur le plan moral  cette situation comme mauvaise au nom d’un idéal noble : l’égalité des hommes. Pour être mesurés, les êtres humains sont réduits à des unités abstraites et interchangeables. Cette méthode est idéologique et rend impossible d’imaginer le dépassement des inégalités, souvent criantes, dans nos sociétés.

Haut de page

Texte intégral

1Les inégalités croissantes, que beaucoup de journalistes et de sociologues montrent et dénoncent, se réfèrent, implicitement ou explicitement, à une idée noble héritée des Lumières : les hommes sont a priori égaux ; les conditions sociales, culturelles, politiques et économiques font que l’inégalité s’installe. Ainsi, Emmanuel Kant a souligné que les hommes (dans le sens sexué du mot, par ailleurs) sont dotés de raison et Jean-Jacques Rousseau constate, dans son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, l’égalité des hommes dans leur état naturel (sauf les inégalités physiques). Ces positions sont plus des postulats normatifs et éthiques que des constats empiriques ou historiques.

2Plus proche de nos travaux de sociologues, on trouve une autre position, également bien ancrée dans le sens commun, selon laquelle les hommes sont inégaux. Il s’agit de gérer cette inégalité existante, qu’elle soit essentielle, naturelle, sociale ou culturellement produite, pour vivre ensemble.

3Ces positions ont en général une visée réformiste qui se résume dans la question de savoir comment les inégalités se développent et comment on pourrait agir pour qu’elles se réduisent.

  • 1  « Le genre humain, menacé » (Le Monde, 3/4/2011).

4La sociologie empirique et politique nous fournit des descriptions très fines et, en ce qui me concerne assez choquantes, des inégalités existantes qui ne diminuent pas ou très peu ; souvent, ces inégalités se creusent, au moins dans les sociétés capitalistes développées. On trouve cette tendance lourde aussi bien dans les rapports entre les genres que sur le plan salarial, entre populations immigrées et non immigrées, mais aussi dans l’accès aux soins, à la culture, à la consommation, au bac… Bref, de multiples inégalités existent et elles se recoupent plus ou moins souvent dans les situations des différents individus et groupes sociaux. On peut faire le même constat en comparant différents pays ou différents continents 1.

5Pourtant, ni les positions des classiques ni les descriptions-dénonciations de l’inégalité ne sont notre objet. Il s’agit de se poser la question suivante : quels sont les critères et les référents de ces multiples discours sur l’inégalité ? Dans les constats et descriptions de l’inégalité, on trouve un a priori moral selon lequel l’inégalité est quelque chose de mal. Ce constat est à questionner. On y trouve également des critères de mesure de l’inégalité très abstraits et souvent mathématisés qui permettent la description et les tendances de l’inégalité. Ces mesures se réfèrent à une conception de l’être humain spécifique à la société capitaliste : l’homme abstrait et interchangeable. Ainsi un homme = une femme. Nous formulons l’hypothèse que ces discours sociologiques sur les inégalités, qui existent, bien sûr, empiriquement, ne sont pas idéologiquement neutres. Ils impliquent une vision du monde et un horizon normatif : ce que la société devrait être. En outre, la dénonciation des inégalités produit souvent de la compassion et de la pitié mais rarement des projets de dépassement de l’inégalité. On a affaire à un discours de domination : les forts doivent aider les faibles. Enfin, la mobilisation contre des inégalités est ambiguë. En général, elle vise l’aplatissement des inégalités et elle contribue ainsi à la stabilisation de la société qui a produit ces inégalités. Elle ne vise que très rarement le dépassement des inégalités en établissant d’autres critères du vivre-ensemble.

Dénoncer le scandale

6Les dénonciations des inégalités est très habituelle dans les sciences sociales, tout comme dans les médias et les discussions de tous les jours. Considérer des inégalités comme scandaleuses indique, ad minima, que nous les considérons au moins comme mauvaises, injustes et critiquables. C’est notre jugement de valeur qui nous fait parler ainsi. Mais on doit se demander pour quelles raisons nous émettons un tel jugement. Au nom de qui et de quoi pouvons-nous considérer que les inégalités sont mauvaises, injustes, scandaleuses ? C’est sur la base de nos sentiments moraux, qui correspondent à notre inscription dans le monde (social), que nous jugeons.

7Certes, le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes de Jean-Jacques Rousseau nous aide à avancer dans notre réflexion tout comme l’idée d’Emmanuel Kant selon laquelle les hommes peuvent être égaux car ils disposent de la raison, pour ne citer que deux références philosophiques. Cette égalité n’est, bien sûr, pas à confondre avec l’égalité sociale ou économique.

8En effet, l’égalité possible entre les hommes, par exemple conçus comme des citoyens, est un des fondements de notre société. Elle fait au moins partie de l’horizon éthique, moral et politique du projet initial de notre société. Autrement dit : elle fait partie des promesses non tenues au nom desquelles cette société s’est constituée. Les différentes déclarations des droits de l’homme le montrent tout comme le principe de la citoyenneté ou le principe juridique de l’égalité devant la loi. En revanche, la réalité montre facilement que cette égalité n’existe pas ; les inégalités se manifestent partout. Bref, la promesse n’est pas tenue.

9J’aimerais développer deux hypothèses qui ont comme objet les discours sur les inégalités. (1) Les débats sur les inégalités indiquent la fin d’une époque et le scandale de l’inégalité est normal dans cette situation historique. (2) Les discussions sur les inégalités prennent en général une mauvaise direction. Elles risquent de se perdre dans des considérations plus ou moins spéculatives sur la réduction des inégalités et sur leur ajustement par rapport aux normes existantes. Cependant, « ce n’est pas en fonction des considérations pragmatiques que l’on critique la situation contemporaine… On la critique pour des raisons de principe, à savoir : qu’est-ce que c’est que cette société dans laquelle la principale occupation des gens…c’est de s’enrichir, et celle des autres de survivre et de s’abrutir » (Castoriadis, 2011, p. 42). Par conséquent, si les uns ne cessent pas de s’enrichir pendant que les autres arrivent juste à survivre et à s’abrutir, les inégalités augmentent et cela est normal dans notre société.

10L’analyse des inégalités demande la compréhension et la remise en question de cette société telle qu’elle est. La compréhension demande de confronter cette société à ses propres ambitions, à ses promesses et à ses finalités. Bref, il s’agit d’une « mise en question de soi-même » (Castoriadis, 2011) que j’appelle plus traditionnellement la critique qui fait partie des spécificités des sociétés occidentales, à cause de leur capacité d’autoréflexion. On doit s’interroger sur la finalité (souhaitable) et sur le bien commun que cette société veut constituer ; en effet, le leitmotiv du dogme libéral  « la conjonction des intérêts individuels dans l’intérêt général »  ne s’est pas révélé le chemin vers une vie décente, le bonheur et l’égalité.

Constats d’inégalités

  • 2  Ibid.
  • 3  Cf. par exemple les travaux de Joseph Stiglitz ainsi qu’Edgar Morin (2011) ; Vreyer (de) (2009) ; (...)

11Bien au contraire, sous la plume de Michel Rocard, Dominique Bourg (Université de Lausanne) et Florian Augagneur (IEP), par exemple, on peut lire que « Le genre humain est menacé » 2. Cet article est typique de beaucoup de discours sur les inégalités dans le monde et leurs conséquences (possibles ou probables). J’aimerais seulement présenter quelques points de repère issus de la littérature débordante sur ce sujet, des exemples provenant de documents et de publications officiels et/ou largement distribués. En effet, il est inutile de chercher dans des publications plus ou moins confidentielles pour trouver les arguments qui montrent l’état dramatique, considéré comme scandaleux, de l’inégalité ordinaire 3.

12Si l’on fixe le seuil de pauvreté à 1,25 $ de revenus par jour, 25 % de la population mondiale est pauvre. Si l’on augmente ce seuil à 2 $ par jour, 47 % de la population mondial est pauvre. Les données statistiques montrent également qu’en 2008, 1 % des plus riches de la planète gagne 415 fois plus que 1 % des plus pauvres. En 1980, ce rapport n’était « que » de 1 à 216.

13Edgar Morin (2011) brosse également dans son récent livre La voie un tableau très sombre des inégalités dans le monde, par exemple des inégalités dans l’accès aux ressources (eau, nourriture, énergie, formation, etc.). Il constate, comme tant d’autres, que les inégalités augmentent et que cette tendance représente un véritable danger pour l’humanité. Le rapport de la Citybank (2008) sur la mondialisation et la libéralisation, pour citer un autre exemple, porte un sous-titre programmatique clair : The Rich Getting Richer.

14On doit également rappeler des données plus proches de notre vie quotidienne et souvent bien connues. Pour se borner à l’exemple de la France, on constate que la différence entre les salaires des hommes et des femmes oscille (à fonction égale) entre 25 et 30 %. Seulement 17 % des parlementaires sont des femmes. Les enfants d’ouvriers ne sont que peu représentés dans l’enseignement supérieur tout comme les femmes dans les fonctions dirigeantes des entreprises. 12 % des membres des conseils d’administration sont des femmes… Ces inégalités persistent, certes avec quelques variations, depuis longtemps.

L’inégalité : un produit nécessaire

15La liste des inégalités est inépuisable. Ce triste constat provoque souvent des plaintes ou des lamentations mais, de temps en temps, également des indignations parce que l’on considère que ces inégalités sont contraires à l’essence humaine. Je ne pense pas qu’il y ait une essence humaine, mais cette indignation montre que les inégalités ne correspondent pas au monde dans lequel nous voulons vivre et dans lequel nous pourrions vivre.

16Ensuite, on constate également que la promesse selon laquelle il y en aura assez pour tout le monde si l’on augmente considérablement la productivité, suivant l’argument que l’augmentation de la productivité va de pair avec l’augmentation de la richesse. La productivité et la richesse ont spectaculairement augmenté dans les dernières décennies, mais l’inégalité également. Le rapport de la Citybank (2008), par exemple, documente cette tendance lourde.

17On déduit souvent de ce simple constat que les inégalités sont un problème de la distribution de la richesse, des ressources, des chances, etc. qui existent dans notre société mondialisée et que l’on doit modifier le mode de distribution, surtout par des moyens politiques. La conception de l’inégalité comme distribution asymétrique domine également les analyses, en général quantitatives, des sciences sociales. Pour simplifier, on pourrait dire qu’elles mesurent « ce que j’ai de plus que toi » ou son contraire. L’inégalité devient ainsi quantifiable, mesurable et calculable. Les phénomènes concrets se réduisent à des abstractions, par exemple 1,25 $ par jour = faim. Les inégalités des revenus, indiquées plus haut, illustrent également cette démarche. Selon cette logique, la redistribution de plus de richesses mène à un monde « égalitaire » que l’on identifie rapidement avec la vie bonne. Or cela n’est pas le cas parce que l’on ne connaît pas les critères du bonheur et, surtout, parce que le bonheur n’est pas quantifiable, mesurable et calculable.

18Le Produit intérieur brut (PIB) est peut-être le cas le plus connu et le plus emblématique pour cette démarche. Le PIB est considéré comme l’un des indicateurs-clés de la richesse, du développement et de jugement sur l’état d’un pays, d’une société ou d’une économie. La croissance du PIB indique  selon cette conception  la croissance de la richesse, pouvant entraîner l’augmentation des revenus, de la consommation, du bien-être et du bonheur. Enfin, la croissance du PIB mènerait à moyen terme à la convergence sociale dans une société de classes moyennes, une société paisible et équilibrée. Bien que cette argumentation ressemble beaucoup à un conte de fée (on pourrait dire à un « compte » de fée !), elle est très présente dans les stratégies contre les inégalités. Elle est conforme au dogme libéral de « la conjonction des intérêts individuels dans l’intérêt général ». En outre, elle s’appuie sur une caricature du modèle fordiste, dont tout le monde sait qu’il n’est pas un modèle d’avenir pour des raisons écologiques, économiques, sociales et surtout pour des raisons de sens, car – pour revenir sur la citation de Cornelius Castoriadis (2011) – « qu’est-ce que c’est que cette société dans laquelle la principale occupation des gens…c’est de s’enrichir, et celle des autres de survivre et de s’abrutir » ?

  • 4  Cf. la synthèse critique de ces travaux par Dominique Méda (2008).

19Bien sûr, Cornelius Castoriadis n’a pas été le seul à poser cette question. On trouve des critiques qui vont dans le même sens dans des travaux plus anciens des sciences sociales, par exemple dans les écrits d’Ivan Illich, de l’École de Francfort et surtout de Herbert Marcuse, tout comme dans des travaux contemporains, par exemple, du MAUSS, des décroissants (Serge Latouche, la revue Entropia) ou de Tim Jackson. Les travaux sur d’autres indicateurs du développement que le PIB ne m’ont jamais convaincu car ils partagent la même base de réflexion : pour construire des indicateurs, on doit rendre les phénomènes concrets quantifiables, mesurables et calculables 4.

20« Gagner plus » ne signifie pas « vivre mieux ». Entre sociologues, ce constat devrait faire consensus mais on peut également se référer à un document très officiel : le « rapport Stiglitz » commandé par le Président de la République française, Nicolas Sarkozy. Ce rapport indique, entre autres, qu’à partir d’un certain niveau de pouvoir d’achat, le sentiment de bien-être et de bonheur n’augmente plus (Rapport Stiglitz, 2009). On pourrait déduire de ce rapport que les augmentations de revenus (sauf des très modestes) n’augmentent pas le bien-être et le bonheur. Devenir plus riche ne signifie pas devenir plus heureux.

21Les inégalités existantes sont nommées et dénoncées, mais on les considère, dans le meilleur des cas, comme modifiables mais non dépassables. Notre société ne peut pas tenir sa promesse de (plus d’) égalité. Cela nous montre qu’elle touche à ses limites ; nous vivons la fin d’une époque et notre avenir est à inventer, comme Charles Wright Millsl’avait déjà constaté pour son époque à la fin des années 1950 (Mills, [1968] 1997). C’est cela le défi. Les prophéties apocalyptiques nous aident dans cette situation aussi peu que le fait d’insister aveuglément sur des descriptions des inégalités qui ne touchent pas au fond du problème.

22Pour mieux comprendre l’inégalité qui est une réalité et l’égalité qui est une promesse ainsi que les avenirs possibles, on doit se demander quelle est la vision de l’homme et du vivre ensemble sur lesquels ces descriptions sont (implicitement ou explicitement) fondées.

Vision de l’homme dans un monde inégal

23Le point de départ de ces descriptions est la réduction des inégalités à un problème mathématique. Les hommes sont des unités abstraites (des n) et leurs rapports sont des rapports abstraits comme une équation mathématique. Ainsi, je (n1) suis plus riche que toi (n2) si n1 > n2. Entre nous existe donc un rapport d’inégalité.

24Dans cette manière de penser les inégalités, il existe un a priori moral : si n1 ≠ n2, on a affaire à une injustice ou à un scandale. La presse, les acteurs politiques  tout comme beaucoup de sociologues  se servent de cet argument. On peut interpréter le n1 ≠ n2 également selon un autre a priori moral. Cette inégalité est normale, mais elle ne doit pas dépasser certaines limites. On peut considérer que les hommes sont inégaux par nature (selon leur sexe, leur intelligence, etc.). Donc, il n’y a rien à faire. L’inégalité se reproduira. On peut également considérer, ce qui est plus classique pour le libéralisme, que l’inégalité qui existe à un moment donné est une bonne chose. Elle « booste » la concurrence, ce qui favorise la dynamique économique et sociale. De cette manière, le bien-être augmente et également la possibilité de créer plus d’égalité.

25On a affaire à trois manières de considérer l’inégalité : (1) la nature, dans ce cas l’inégalité est fondée sur des critères non sociaux et, de ce fait, inchangeables ; (2) la concurrence salutaire, cette explication très classique et profondément ancrée dans les visions du monde n’est pas une solution, comme nous venons de le voir ; (3) le scandale à éliminer, cette dernière position est la plus importante aussi bien dans le monde politique que dans les sciences sociales. Suivant cette position, on peut, par exemple, améliorer la société grâce aux quotas ou grâce à la discrimination positive. L’exemple traditionnel selon lequel le monde serait meilleur si tout le monde consommait de la même manière (que nous) s’est, en revanche, délégitimé car il est évident que cette proposition se heurte aux énormes « dégâts du progrès » qu’elle entrainerait.

26Plus important que ce constat est le fait que nous trouvons dans ces positions une vision du monde et un horizon normatifs selon lesquels la société de demain devrait être une version perfectionnée de la société existante. Les expériences des désastres, des dégâts et des limites de notre manière de vivre et de travailler ensemble montrent la faiblesse et les limites de ces positions. Pourtant, il serait absolument cynique de refuser aux moins bien lotis de vouloir obtenir un peu plus d’égalité dans le sens d’avoir accès aux ressources des « bien lotis ». Le désir des plus pauvres de « s’en sortir » les poussent souvent à l’émigration (s’il le faut au risque de leur vie). D’autres s’efforcent de prendre « l’ascenseur social » qui – comme les ascenseurs de leurs logements – est souvent en panne. Dans ce cas, on prend l’escalier pour monter. Cela représente un énorme effort pour s’intégrer dans le centre (plus ou moins imaginaire) de la société. Cet effort ne vise pour autant pas l’abolition de l’inégalité. C’est un effort pour la reconfigurer à son profit.

  • 5  Au sujet des politiques sociales, cf. Vrancken (2010).

27Enfin, le rapport entre les « bien lotis », scandalisés par l’inégalité et les « mal lotis » se laisse en général résumer à une formule simple : il faut les aider pour avancer sur le chemin de plus d’égalité, dans le cadre de l’ordre établi, bien sûr. On a affaire à un amalgame de compassion, de charité, de solidarité et de politiques sociales qui ne peut mener qu’à la (re)stabilisation de la société qui a créé les inégalités. 5

28Cette manière de traiter les inégalités nous renvoie à la vision de l’inégalité comme problème mathématique indiquée plus haut. Si je (n1) veux aider quelqu’un (n2) pour qu’il arrive au même niveau que moi, il faut je mette des ressources à sa disposition. Si x = les ressources, la lutte contre l’inégalité est n2 + x = n1. Le x peut être des ressources économiques, culturelles ou politiques, la formation ou des quotas, pour me borner à quelques exemples.

29Bien sûr, cette vision de l’homme abstrait n’est pas arbitraire ou fantaisiste, elle est idéologique, car elle pose comme a priori et impose aux sujets un trait essentiel de notre société comme s’il était naturel : les hommes sont abstraits, semblables et interchangeables. C’est un acte de domination qui consiste dans le fait d’imposer aux hommes concrets ces critères comme normes. Cette situation nous semble naturelle (« tous les hommes sont égaux »). Par conséquent, il faut s’arranger, s’adapter et faire avec cette nature. Pourtant, cette situation est socialement produite et, de ce fait, dépassable. On a affaire à une seconde nature, comme on dit dans la tradition de Georg Lukacs et de l’École de Francfort, à laquelle on se soumet comme on se soumet à la nature. Personne ne sait arrêter la pluie, mais on peut se mettre à l’abri ou se servir d’un parapluie ou encore, on peut éviter de sortir par ce temps. Cette dernière image correspond aux stratégies de retrait.

30En outre, la considération des hommes concrets comme des hommes abstraits nous renvoie à un autre trait caractéristique de notre société : la domination de la forme marchande qui fait que les rapports sociaux sont considérés comme s’il s’agissait d’échanges marchands. La valeur d’usage des marchandises est très différente. Pour échanger sur le marché, il faut que les marchandises soient comparables. Comment comparer une poire et une pomme ? On doit d’abord les considérer comme semblables, c’est-à-dire comme des fruits. On peut ensuite les comparer grâce à l’abstraction et grâce à la médiation par l’argent. Si un kilo de poires coûte 4 € et un kilo de pommes 3,5 €, les poires sont plus chères que les pommes. Or les poires ne sont pas des pommes. On fait abstraction dans la comparaison des prix et dans l’échange de cette différence concrète et essentielle.

31D’une manière semblable, on mesure les inégalités. Ce qui apparaît comme un petit exercice d’arithmétique est, en réalité, une idéologie bien ancrée dans nos visions du monde ainsi que dans nos manières de penser et d’argumenter. Les hommes concrets disparaissent grâce à cette abstraction. Ils deviennent des n de N et, par conséquent, deviennent interchangeables. La discussion sur les quotas comme mesure contre les inégalités le montre bien : une femme vaut un homme, un étranger vaut un autochtone, un habitant d’une banlieue « chaude » vaut un habitant d’un quartier bourgeois. Est-il moralement condamnable de constater simplement qu’un homme n’est pas une femme, qu’un étranger n’est pas un autochtone et qu’un habitant d’une banlieue « chaude » n’est pas un habitant d’un quartier bourgeois ? Pour quelle raison est-il moralement louable d’être équivalent et interchangeable comme les marchandises ? La seule réponse possible est « parce que, dans ce cas, vous correspondez à la société comme elle est ». Le dépassement de ces inégalités est ainsi évacué de la discussion.

32Un (vieux) film illustre bien cette problématique, le film « Le diable s’habille en Prada ». Le diable qui s’habille en Prada est la directrice d’une revue de mode, jouée par Meryl Streep. Dans le film, cette femme n’est pas une femme concrète mais l’incarnation de sa fonction de patronne de cette revue. Karl Marx aurait dit : elle est réduite à son masque de caractère de patronne. Est-ce que son entreprise est humaine parce qu’elle n’est pas dirigée, comme la plupart des entreprises, par un homme ? Non, dirigée par ce diable en Prada, l’entreprise est une sorte d’enfer sur terre. En plus, parce que cette patronne est réduite à ses fonctions, donc à des critères abstraits, elle est interchangeable et elle est remplacée à la fin du film par une autre porteuse de masque de caractère.

33Il ne s’agit pas de banaliser les inégalités mais d’insister sur leur caractère social : elles sont construites. C’est le mode de constitution de notre société qui nécessite des inégalités. C’est ce mode de constitution de la société qui est à mettre en cause si on est scandalisé par les inégalités.

Conclusion

34Retenons, en guise de conclusion, seulement trois résultats essentiels !

  • Les études « mathématiques » sur les inégalités ne peuvent expliquer les inégalités. Elles les décrivent comme normalités de notre société, bien que les lecteurs de ces études soient, au moins de temps en temps, scandalisés par leurs résultats.

  • Notre société ne correspond pas à ses ambitions d’avancer vers plus d’égalité et les raisons pour lesquelles on devrait aller dans ce sens varient beaucoup.

  • L’état du monde et l’existence d’inégalités criantes nous invitent à poser la question du sens de cette société et de son développement : « ce n’est pas en fonction des considérations pragmatiques que l’on critique la situation contemporaine… On la critique pour des raisons de principe, à savoir : "qu’est-ce que c’est que cette société dans laquelle la principale occupation des gens…c’est de s’enrichir, et celle des autres de survivre et de s’abrutir" » (Castoriadis, 2011).

Haut de page

Bibliographie

American Political Science Association (2008), The Persistent Problem: Inequality, Difference and the Challenge of Development, juillet, http://www.apsanet.org/~globalinequality/imgtest/PersistentProblem.pdf.

Castioradis C. (2011), Démocratie et relativisme, Paris, Éditions Mille et une Nuits.

Citybank (2008), Revisiting Plutonomy: The Rich Getting Richer, New York.

Méda D. (2008), Au-delà du PIB, Paris, Éditions Flammarion.

Mills C. W. (1968), L’Imagination sociologique, Paris, Éditions Maspéro. Réédition [1997], L’Imagination sociologique, Paris, Éditions La Découverte.

Morin É. (2011), La Voie, Paris, Éditions du Seuil.

Rapport Stiglitz, http://www.stiglitz-sen-fitoussi.fr/documents/rapport_francais.pdf

Revue Entropia,http://www.entropia-la-revue.org/

Vrancken D. (2010), L’État protectionnel, Lyon, Éditions Parangon.

Vreyer (de) P. (2009), « Pauvreté et inégalités dans le monde », Cahiers Français, n°351, pp. 1-21.

Haut de page

Notes

1  « Le genre humain, menacé » (Le Monde, 3/4/2011).

2  Ibid.

3  Cf. par exemple les travaux de Joseph Stiglitz ainsi qu’Edgar Morin (2011) ; Vreyer (de) (2009) ; American Political Science Association (2008) ; Citybank (2008).

4  Cf. la synthèse critique de ces travaux par Dominique Méda (2008).

5  Au sujet des politiques sociales, cf. Vrancken (2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jan Spurk, « L’inégalité : le scandale de la normalité ? », SociologieS [En ligne], Débats, Penser les inégalités, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 20 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3653

Haut de page

Auteur

Jan Spurk

Université Paris Descartes, France - jan.spurk@parisdescartes.fr

Articles du même auteur

Haut de page