Navigation – Plan du site
L'Action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement

Grand résumé de L'Action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement, Paris, Éditions La Découverte, 2006

Suivi d’une discussion par Jean-Louis Genard et Michel Grossetti
Laurent Thévenot

Notes de la rédaction

La discussion par Jean-Louis Genard est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3574.html et celle par Michel Grossetti à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3575.html.

Texte intégral

1La sociologie des engagements que présente l'ouvrage (Thévenot, 2006) ici résumé appréhende des pouvoirs, ou capacités dans un sens élargi, conçus comme pouvoirs de coordination avec soi-même tablant sur une disposition appropriée du monde environnant et ouvrant à des coordinations avec autrui. L'approche critique de pouvoirs abusifs et celle, émancipatrice, de pouvoirs bénéfiques sont réunies dans un même cadre apportant un éclairage original sur les rapports de pouvoir, de pression et d'oppression. Les engagements qui entretiennent la confiance en ces pouvoirs vulnérables entrent en tension et se conjuguent pour donner consistance à des personnalités dans leur relative continuité, ainsi qu'à des communautés dans leur relative pérennité.

2Le cœur de notre résumé précise l'approche de ces pouvoirs de coordination à partir de quatre extensions de la notion d'engagement entendue comme : a) un investissement distingué selon son inégale portée (pour une cause commune, un projet individuel, ou encore un attachement personnel) ; b) une quête d'un bien capital en ce qu'il maintient la personne dans une certaine assurance ; c) une dépendance de ce bien à l'égard de dispositions appropriées de l'environnement et de la personne requises pour éprouver ce bien en réalité ; d) une promesse reconnue dans ses deux faces, celle de la clôture quiète qui repose en confiance et celle de l'ouverture inquiète éprouvée dans le doute.

3Une première partie introduit notre démarche en indiquant des apports de cette sociologie aux différents domaines abordés par les chapitres de l'ouvrage que décloisonne le cadre d'analyse transversal : politiques publiques, économie et sociologie économique des organisations et du travail, droit et formes de régulation, protestations et participations au politique.

Quels apports ? Pouvoirs et oppressions

4En complément des critiques et justifications de pouvoirs prétendant à une légitimité publique à partir de grandeurs (Boltanski & Thévenot 1987, 1991), l'architecture élémentaire de trois régimes d'engagement et de leurs pouvoirs associés étend la perspective en-deçà du public tout en forgeant une notion nouvelle pour couvrir cette extension.

5En-deçà du régime d'engagement justifiable qui assoit une grandeur prétendant participer au bien commun à partir des gages offerts par un monde d'êtres qualifiés pour ce commun, le régime d'engagement en plan assure l'autonomie d'un porteur de projet individuel. Il gage sur un environnement disposé en fonctionnalités le bien tenant à la capacité de se réaliser en accomplissant ce plan. La normalité des fonctionnalités et plans individuels favorise l'anticipation des conduites d'autrui, la coordination éventuellement contractuelle et la reconnaissance de choix et consentements d'un individu responsable. Cependant, en-deçà de ce régime implicitement présupposé par les analyses de l'individualisation, des intérêts, stratégies, enjeux et négociations, un régime d'engagement familier assure un tout autre pouvoir. L'aisance qu'il maintient correspond à un bien plus proche et plus intime, gagé par l'accommodement personnel des entours auxquels la personne se trouve attachée. Aussi, la prise en considération par autrui de ce troisième régime aux fins de coordination exige une attention de proximité.

6Cette architecture de régimes met au jour un ensemble large d'oppressions dont certaines ne sont pas accessibles aux critiques publiques et souvent laissées de côté par les sciences sociales et politiques. Il permet l'analyse du cheminement difficile et entravé de l'atteinte éprouvante d'un bien du proche, ressentie dans une humiliation muette ou éclatant en violence, jusqu'à l'éventuelle dénonciation publique d'une injustice.

Les politiques au regard du proche : l'individu autonome et son reste

  • 1  Pour ne pas redoubler mais compléter les références citées dans l'ouvrage ici résumé, les publicat (...)

7La décomposition des régimes d'engagement éclaire les pressions et oppressions résultant d'une transformation historique majeure des politiques et du politique. L'impératif de se rapprocher des personnes a bouleversé les politiques sociales, de santé et d'éducation qui composaient le cœur de l'État social dit providence. Un programme collectif sur « Les politiques du proche » (chap. 9 « Métamorphoses de la politique au regard du proche ») a éclairé la montée en puissance de l'autonomie individuelle à partir du régime d'engagement en plan, dans les politiques sociales et de santé où il est relayé par les travailleurs de ces secteurs qui œuvrent alors sous les conventions publiques de grandeur civique (Breviglieri & Stavo-Debauge, 2006), ainsi que dans les politiques d'éducation (Normand, 2011) ou les contre-politiques portées par les usages d'internet (Auray 2010) 1.

8Le propre de ce pouvoir de l'autonomie individuelle, ainsi que les pressions qu'il fait subir, n'apparaissent distinctement que par contraste entre le régime d'engagement de l'individu en plan et le régime d'engagement familier. Une fois rapportée l'aise de ce dernier aux attachements les plus intimement personnels, ressort toute la différence entre le pouvoir de l'aisance familière et celui de la réalisation de l'individu dans son plan. Ce dernier est propice à une large coordination grâce à l'explicitation d'un projet, l'expression d'un choix ou d'un consentement pour une option communicable qui se prêtent à entente contractuelle ou à négociation d'intérêts entre individus. Le plan de l'individu autonome ne peut être simplement conçu comme le singulier du collectif, voire le particulier du général.

9Les variations contemporaines sur l'individu, l'individualisation et l'individualisme ne recourent souvent qu'au collectif pour ouvrir un écart critique. On ne peut alors reconnaître le poids que fait peser l'obligation d'être un individu, au sens d'une personne engagée dans l'accomplissement d'un plan individuel, non seulement sur des engagements collectifs dans des biens plus communs, mais aussi sur des attachements familiers intimement personnels qui sont alors laissés dans l'ombre. Outre la « désaffiliation » de l'individu à l'égard des collectifs, qu'a portée au jour l'analyse critique de Robert Castel, nous avons à distinguer des oppressions diverses que l'impératif du projet individuel fait peser sur un genre d'attachement non collectif et cependant primordial aussi car il assure l'assise familière de la personne.

10Le rapport à soi-même via l'environnement familier est plus intimement attachant que le plan par lequel l'individu se projette dans un format communicable à des non-familiers. Il restreint aux plus intimes la portée de la coordination, ou à des personnes qui doivent se montrer attentionnées au familier de l'être dont elles prennent soin, éventuellement professionnellement, ce qui crée des tensions avec l'institution et le droit dont ne rend pas toujours compte la politique du care (Pattaroni, 2005).

11L'analyse des politiques qui se rapprochent ne saurait en rester au pouvoir d'autonomie individuelle et à son émancipation dans un droit libéral. Écrasant les autres engagements, l'extension du mot d'ordre d'activation fait ressortir les méfaits d'une réduction des engagements au plan. Outre des exigences de solidarité civique, le travail exercé des professionnels se soucie de l'aisance d'attachements familiers, réclamant un art de composition entre les trois régimes qui, faute de reconnaissance conceptuelle, de mise en valeur et de rémunération salariale, fait subir à cette part des « professions intermédiaires » une vive exploitation (Thévenot, 2011a).

Économie, sociologie économique des organisations et du travail : pression sur le familier, exploitation de l'exploration et démesure du plan dans l'évaluation

12Les considérations précédentes sur les professions intermédiaires suggèrent déjà les apports du cadre d'analyse pour traiter du travail et des organisations. L'économie des conventions et l'assise des grandeurs ont permis de différencier des conventions de qualité en contribuant à la sociologie économique de la construction des marchés et des qualités, y compris celles du travail. L'architecture des engagements permet d'aller plus loin (Eymard-Duvernay et alii, 2006) en examinant les engagements qui se déploient en-deçà des formes conventionnelles dans des composantes de l'activité inégalement reconnues, mises en valeur et rétribuées (chap. 4 « Situer l’action en plan : le travail et son organisation » et chap. 5 « La pluralité des régimes composant l'organisation : les savoirs au travail »).

13Cette décomposition en engagements pluriels fait ressortir l'inégale attention que leur portent les différents courants ayant renouvelé les sociologies du travail et des organisations (Thévenot, 2011c). Elle supplée le manque d'articulation entre l'analyse d'une activité située et d'une cognition distribuée en réseau et celle des biens et maux associés aux pressions des différents niveaux d'engagement dont les effets sont éprouvants sur la consistance des personnalités et communautés (Thévenot, 2009b). On peut dès lors distinguer et lever les ambiguïtés du traitement de la routine dans l'histoire de ces sociologies (Breviglieri, 2006).

14L'organisation capitaliste contemporaine écartèle la personne dans une dispersion entretenue entre des engagements multiples qui diffèrent par les biens et les formats de la réalité selon laquelle ils sont éprouvés : il faut compter sur des familiarisations personnelles, tenir le cap de son plan, s'exciter sur le nouveau, ne pas oublier l'enjeu commercial, le tout dans un espace et un temps resserrés (Datchary, 2011). L'excitation pour le nouveau, que Nicolas Auray a contribué à inscrire au cœur d'un quatrième régime d'engagement exploratoire (Auray, 2010a), fait l'objet d'une exploitation intense dans un capitalisme qui contribue à dissoudre la frontière entre production et consommation (chap. 9, section « Politiques de l'éducation et éducation à la politique : des communautés scolaires aux communautés du numérique »). En résulte une pression éprouvante sur un familier sans cesse défait, qui sape l'assise de personnalités et petites communautés de travail. La tension est extrême avec la démesure des instruments de certification, d'évaluation et de rémunération qui sont eux refermés sur le plan.

Droit et formes de régulation : autour des jugements et de leur réduction dans le gouvernement par le standard et l'objectif

15La sociologie des engagements fait la part belle au jugement et aux opérations qu'il requiert, de la qualification publique à l'appréciation sensorielle personnelle, distinguant parmi les deux faces de l'engagement une posture de repos en confiance qui fait écho à l'arrêt du jugement. Le dialogue s'en trouve renoué entre sciences sociales et juristes attentifs à ces opérations de jugement (chap. 6, « L'action à bon droit : jugements ordinaires et jugements de droit »). Une nouvelle alliance peut s'établir dans la reconnaissance de la pluralité des biens engagés que le jugement de droit intègre en « proportionnalité », la sélection qu'il opère assurant sa clôture mais les prolongements en-deçà de la formalité qui visent sa « réalisation » (Lyon-Caen & Perulli, 2008 ; Thévenot, 2008a) requérant l’« apprêtement » des personnes et des choses (Stavo-Debauge, 2008).

16Le dialogue instauré avec les juristes autour des formes de jugement peut s'étendre aux politistes autour des formes de régulation, d'évaluation et de gouvernement qui, quoique souvent dénommées soft laws, réclament une analyse spécifique. À l'écart de la politique reconnue, le gouvernement par les standards (Thévenot, 2009c) s'est étendu dans tous les domaines et jusqu'au vivant lui-même. Il connaît aujourd'hui un nouveau développement que l'on pourrait nommer gouvernement par l'objectif (Thévenot, 2011b) et qui procède d'un découpage et d'une évaluation dite evidence-based des politiques. Les divers engagements ne sont plus gouvernés que dans le régime du plan et dans son agrandissement en grandeur industrielle. De plus, une réduction substantielle de l'engagement en plan le ramène lui-même à des propriétés mesurables de facteurs causaux purifiés. Les politiques sont ainsi fragmentées et démultipliées en objectifs élémentaires. Ces petits plans sans envergure mais adossés à la mesure réifient les compositions plus complexes d'engagements multiples que requiert une communauté politique.

Faire entendre une voix dans la communauté : le cheminement contrarié de l'oppression à la critique

17Les remarques précédentes introduisent au dernier domaine abordé dans l'ouvrage (chap. 8, « Faire entendre une voix : engagements dans les mouvements sociaux »). Quelle voix critique peut se fait entendre et à quelle condition ? Avec cette sociologie, l'étude des protestations s'ouvre à une variété de maux et d'oppressions plus diverse que celle traitée le plus souvent par les théories des mouvements sociaux et de la démocratie participative. Sans se limiter au moment le plus public de la mise en cause collective, la sociologie des engagements permet de suivre des oppressions et humiliations qui ne se prêtent pas à l'expression critique et qui risquent de se retourner contre la personne faute d'un cheminement vers le public, ce qu'induit un certain management de la compétition au travail (Renou, 2009). Au-delà de l'hybridité de forums réclamant des traductions entre experts et profanes, la pluralité des formats d'engagement et de participation fait ressortir les tensions critiques suscitées par des dispositifs prétendant élargir la participation, qu'ils soient locaux ou de portée mondiale tels les multi-stakeholders roundtables court-circuitant les États avec l'ambition de coordonner tous les acteurs d'une filière, du petit planteur indonésien de palmier à huile jusqu'à Unilever (Cheyns, 2010).

18Ce cadre favorise la comparaison internationale entre le cheminement des protestations dans les cultures politiques diverses des États-Unis, France, Italie, Russie, Finlande (Eliasoph, 2011 ; Centemeri, 2011 ; Koveneva, 2011 ; Lonkila, 2011 ; Luhtakallio & Ylä-Anttila, 2011), aussi bien que la comparaison historique de près d'un demi-siècle d'autorités à l'épreuve de la critique (Thévenot, 2010d) et d'évaluation statistique des politiques(Monso & Thévenot, 2010).

Quelle conception de l'engagement ? Quatre extensions

  • 2  À partir de cette dernière notion d'obligation contractée, Howard Becker a considéré la façon dont (...)

19Le terme engagement évoque d'ordinaire une implication dans une cause commune, ou une obligation procédant d'une promesse contractée à l'égard d'autrui, ou encore un lien tacite qui peut n'être que matériel 2. La catégorie d'engagement que nous avons forgée est plus compréhensive et peut être précisée à partir de quatre élargissements concernant : le pouvoir de coordination investi, la normativité issue du bien entretenu, les dispositions appropriées de l'environnement et de la personne, le régime dynamique.

D'une promesse à l'investissement d'un pouvoir de coordination d'inégale portée : dans une cause commune, un projet d'individu, un attachement personnel au familier

20La promesse est couramment entendue comme une parole donnée qui, en engageant, facilite des coordinations. Par une première extension de la notion d'engagement, nous avons élargi la formalité de la parole donnée à l'investissement d'un pouvoir conçu comme capacité de coordination. Ce pouvoir de se lier est au cœur de toute conception de la personnalité, mais aussi de toute conception de la communauté. Nous avons articulé l'investissement dans des formes cognitives à l'investissement politique qui revêt d'une autorité et, plus largement, à l'investissement d'une capacité à coordonner ne serait-ce que dans le proche de la routine. La notion d'investissements de forme a élargi la conception économiste d'un coût d'investissement sacrifiant une liquidité. Cette notion élargie inclut l'investiture, la forme revêtue ne garantissant un pouvoir de coordination qu'au prix du sacrifice d'autres coordinations potentielles.

21La sociologie critique développée par Pierre Bourdieu a remarquablement mis en lumière la domination exercée par des formes de catégorisation et autres « formes symboliques » inculquées. Après avoir bénéficié du précieux apprentissage de cette sociologie, nous nous en sommes écarté pour analyser systématiquement les pouvoirs de coordination. Sans en rester au dévoilement critique de l'arbitraire de la convention, nous avons cherché une voie plus réaliste que le constructivisme social et plus politique aussi en ce qu'elle traiterait des façons pratiques et matérielles de coordonner à partir de tels investissements de forme.

22Ultérieurement, nous avons poursuivi l'enquête en-deçà des mises en forme ayant un large domaine de validité, jusqu'à traiter des convenances les plus personnelles. Aborder le pouvoir comme capacité de coordination a impliqué de ne pas en rester aux coordinations avec autrui mais d'envisager la consistance de la personne à partir des façons plurielles de se coordonner avec soi-même. Cette question n'est guère abordée dans les sciences sociales et politiques, à l'exception notable de l'analyse par Michel Foucault des « pratiques de subjectivation ». Envisager une double coordination, avec soi-même et à plusieurs, fut entrepris à partir de l'étape des « régimes d'une action qui convient : du familier au public » (chap. 3), initialement publiée entre la première édition des Économies de la grandeur, en 1989, et la seconde en 1991 dont la postface prend en compte ce nouveau développement (Boltanski & Thévenot, 1991).

23La notion de coordination, qui a donc précédé celle d'engagement dans notre enquête, est située au cœur des sciences sociales, économiques ou politiques. En amont de leurs divergences, nous avons mis en parallèle des évolutions aidant à distinguer un fond commun de questions portant sur les conditions de la coordination. Elle ne se réduit pas à un ordre régi par des normes sociales ou entretenu par un équilibre de marché mais inclut des opérations interprétatives et cognitives : cognition sociale, située, distribuée; rationalité limitée, information incomplète et asymétrique (chap. 2 « Économie et sociologie de l'action coordonnée » et 7 « La connaissance dans l'action »). Ce questionnement invite à confronter les modèles de coordination sous-jacents aux diverses disciplines sans en rester à un antagonisme irréductible opposant l'économie de la rationalité individuelle optimisatrice à la sociologie des normes sociales (chap. 2 « Économie et sociologie de l'action coordonnée : rationalité et normes sociales »), ou celui opposant aux deux précédentes disciplines la science de la représentation politique (chap. 7 « La connaissance dans l'action » et chap. 8 « Faire entendre une voix : engagements dans les mouvements sociaux »).

24Des hypothèses trop lourdes et souvent implicites (identification partagée des biens marchands ; habitudes partagées dans l'alignement de pratiques sociales : chap. 2) lèvent les plus sérieux obstacles à la coordination et simplifient par trop l'équation de la vie ensemble. Pour les prendre en compte, il nous faut traiter des attachements familiers les plus personnels et les moins favorables à la coordination avec autrui, délaissés par les théories sociales, économiques ou politiques. Comparé à la personne dans son engagement familier, l'individu engagé en plan est déjà, au regard de ses capacités attendues, un être humain mis en forme pour une large et relativement impersonnelle coordination avec autrui. Ce pouvoir de l'individu engagé dans son projet est trop vite et trop implicitement supposé réalisé par les notions d'interaction, de négociation, de stratégie et même d'intérêt poursuivi, sur lesquelles s'édifient les principaux modèles d'action sociale, économique ou politique.

D'une obligation qui tient à la quête d'un bien qui maintient

25Dès l'étape des régimes de l'action qui convient, apparaît le deuxième élargissement de la catégorie d'engagement. Il concerne sa normativité, ou normalité. Nous ne nous intéressons pas à un genre d'obligation contractée dans la seule perspective d'un contrat particulier ou d'une certaine promesse formulée à autrui. Nous portons attention à des engagements qui investissent de pouvoirs de coordination capitaux pour la consistance de la personnalité, ce pourquoi ils sont reconnus dans les relations avec autrui (Thévenot, 2007b) et donc capitaux pour la consistance de la communauté. Si ces engagements vous obligent, c'est par un lien dont le bienfait tient à ce qu'il vous maintient. Un tel bienfait n'est pas de l'ordre du bien que vous chercheriez à obtenir au moyen de votre engagement, dans une visée instrumentale. L'engagement lui-même est bienfaisant en ce qu'il participe d'une assurance de la personne, autrui pouvant compter avec elle.

26Dans le cas du régime d'engagement en plan, le bien à reconnaître n'est donc pas le but visé qui occupe la place centrale dans le modèle de l'action rationnelle instrumentale, but souvent naturalisé en un intérêt dont la poursuite par l'individu expliquerait le comportement. Le bien inhérent à l'engagement en plan n'est rien moins que la formation d'une volonté individuelle dans un projet liant à soi-même et se laissant transporter et saisir par d'autres sans qu'ils aient à se rapprocher intimement. Le bien de l'engagement, qui tient à la capacité volontaire de se projeter dans le futur et de réaliser cette projection, est souvent présupposé à l'état réduit et naturalisé par des organisations du travail (chap. 4 « Situer l’action en plan : le travail et son organisation » et 5 « La pluralité des régimes composant l'organisation : les savoirs au travail ») ainsi que par des constructions libérales composant le politique à partir d'expressions d'individus exposant leurs choix en public comme des stakeholeders (chap. 8 « Faire entendre une voix »).

27Dans le cas du régime d'engagement familier, le bien vient avec l'habituation ancrée dans un passé personnalisé et localisé. À nouveau, le bienfait ne résulte pas de ce que l'habitude permettrait d'obtenir. Il réside dans l'aise due à l'appropriation par l'habitude, genre de confiance en soi qu'assure l'habituation elle-même en tant que mode de coordination avec soi-même via le monde intimement familiarisé. Loin de la formation de volonté individuelle et de son exposition, la promesse muette de l'engagement familier est toute d'attachements. Elle ne peut être communiquée et favoriser quelque coordination avec autrui qu'à la condition d'une exigeante proximité. Distinguer rigoureusement ce régime et son bien propre est nécessaire à la compréhension des « arts de faire » – pour reprendre le sujet de De Certeau – qui ne sont pas seulement de résistance. Le bien engagé entre en tension avec celui de l'engagement en plan. Cette tension est accentuée par les transformations en cours qui prétendent métamorphoser ces arts de faire en services marchands, ou par celles qui mettent exclusivement en avant la mesure de l'objectif et le format du choix individuel.

28Dans le cas du régime d'engagement justifiable qui prend appui sur les grandeurs, le bien tient à la capacité d'être qualifié pour sa participation à une certaine spécification du bien commun. Le bien éprouvé dans l'engagement tient donc à cette façon de prendre part au commun qui varie considérablement selon que la relation engagée est d'inspiration, de respect pour l'autorité traditionnelle, de fascination pour la célébrité, de solidarité abstraite, de compétition concurrentielle, d'efficacité technique. Dans toutes les grandeurs cependant, la personne se trouve investie d'un pouvoir prétendant être bénéfique à tous par interdépendance et assurer une large coordination en public.

Du gage de la promesse aux dispositions appropriées de l'environnement et de la personne pour éprouver en réalité le bien de l'engagement

29Dans son acception courante que rappelle l'étymologie, l'engagement de la promesse repose sur la matérialité d'un gage, dépôt assurant une garantie. Le troisième élargissement que nous proposons porte sur ce dépôt dont dépend le pouvoir de coordination investi par l'engagement. Chaque régime d'engagement requiert en garantie la disposition de l'environnement dans un certain format déterminant ce qui est éprouvé en tant que réalité et probant pour la réalisation du bien. Au lieu du concept faussement unificateur d'information, des formats de connaissance doivent être distingués (chap. 7, « La connaissance dans l'action ») parce qu'ils diffèrent selon les régimes d'engagement (Thévenot, 2007a) sans pour autant entraîner au relativisme. Le gage tient aussi au corps de la personne convenablement disposée dans l'état approprié au format de l'engagement, une telle disposition n'étant pas pour autant supposée pérenne.

30La variation des dispositions appropriées et des formats de l'éprouvé, selon le régime de l'engagement, est lourde de conséquences sur les façons de faire l'enquête qui diffèrent sensiblement selon l'engagement prospecté. Il n'y a pas d'obstacle rédhibitoire à quitter le régime public du questionnaire ou de l'entretien pour descendre vers le proche, comme en témoignent les enquêtes empiriques mentionnées en première partie. Encore faut-il ne pas réduire l'empirie collectée sur le proche à l'anecdote, ce qu'elle paraît au regard du format de connaissance pour le plan ou pour la grandeur industrielle. Nous retrouvons ici l'exigence d'ouverture à des formats pluriels de participation apparue dans les travaux sur les dispositifs de concertation (Richard-Ferroudji, 2008). Des exigences nouvelles pèsent sur la personne qui se rapproche dans l'enquête, l'engagement mutuel supposant alors de donner de sa personne car la demande de gages ne saurait être réservée à l'interlocuteur/trice.

De la parole donnée aux deux faces de l'assurance : clôture quiète en confiance / ouverture inquiète au doute

31Le terme engagement désigne couramment une promesse formalisée par une parole donnée qui scelle la confiance. Le quatrième élargissement proposé réside dans le mouvement de l'engagement qui n'est pas d'ordinaire considéré et qu'indique le terme régime. Il comporte deux phases correspondant à deux faces indissociables de l'engagement dans sa quête inquiète d'assurance. Dans la première, de quiétude, le repos en confiance se referme sur des repères qui font foi, en « fermant les yeux ». Dans la seconde, d'inquiétude, le doute éprouvant s'ouvre à ce qui a été sacrifié, en « ouvrant les yeux ».

32La tension entre ces deux faces est apparue dès les premiers travaux sur le paradoxe du codage social dans son flou et sa rigueur (Thévenot, 1979). L'économie de coordination résultant du code tient à ce que les usagers peuvent se reposer en confiance sur le repère conventionnel. Mais ils en viennent aussi à douter des différences qui ont été sacrifiées à la construction de la convention. Plutôt que de simplement déconstruire la convention en se cantonnant dans la seconde face douteuse de l'engagement, notre extension suppose de la traiter conjointement avec la première sans réduire cette dernière à la régularité collective d'une pratique sociale. L'arrêt sur la lettre de la convention, lorsque celle-ci est formulée, est au cœur de l'institution, dans sa tension avec le doute critique sur sa facticité. En suivant la pluralité des régimes d'engagement en-deçà du public et jusque dans le plus personnel de l'habituation familière, nous identifions cette même tension entre les deux faces à chaque niveau d'engagement (chap. 3, « Les régimes d'une action qui convient : du familier au public »). La première face d'assurance n'est pas seulement croyance s'opposant au doute dans la vie intellectuelle selon Charles Sanders Peirce, mais posture en confiance dans l'engagement, qu'elle repose sur une convention de régime public ou une routine de régime familier. La première face ne conduit pas à une représentation extérieure à l'action : les rapprochements qu'elle implique entre plusieurs expériences d'action, les jugements et identifications qu'elle suppose, participent de l'identification à laquelle se livre la personne lorsqu'elle adhère en confiance à l'engagement, selon cette première posture.

En somme

33Des quatre extensions précédentes résulte la définition du régime d'engagement.

34(a) Les engagements sont investissements de pouvoirs de se coordonner, sur lesquels reposent des coordinations avec autrui d'inégale portée selon les régimes. Ne sont pris en considération que des pouvoirs capitaux pour la consistance de la personnalité et de la communauté.

35(b) L'engagement entretient un bien assuré par la façon dont la personne se lie à elle-même via un certain rapport de dépendance au monde. Ce par quoi elle tient au monde la maintient, son défaut est éprouvant.

36(c) L'engagement est gagé par la réalité du corps de la personne et d'un environnement convenablement disposés, (c') selon un format de l'approprié qui spécifie l'éprouvé.

37(d) Le régime dynamique comporte deux phases qui font voir les deux faces de l'engagement dans une quête inquiète d'assurance :

  • (d1) le repos confiant s'arrêtant à ce qui fait foi, en « fermant les yeux »

  • (d2) le doute éprouvant ouvert à ce qui a été sacrifié, en « ouvrant les yeux ».

RÉGIMES D'ENGAGEMENT

En familiarité personnelle

En plan projeté par l'individu

En justification publique par le bien commun

a. Pouvoir investi

aisance dans l'attachement

autonomie du porteur de projet individuel

grandeur qualifiant pour le bien commun

b. Bien engagé

aise
(convenance personnelle)

réalisation de soi dans le projet (convenable du plan)

participation au bien commun
(de convention collective)

c. Réalité engagée

personnellement accommodée

en fonctionnalité

qualifiée pour le commun

c'. Format de l’éprouvé
[information]

indice perceptuel local et personnel

indication de fonctionnement normal

indicateur de qualification en grandeur

d. Les deux faces:
d1. repos confiant  /
d2. doute éprouvant


routinier/
tâtonnant


normal/
indécis


justifié/
critique

Engagement mutuel

attentionné (aimant, amoureux amicalement proche)

projeté à plusieurs, par accord, contrat

qualifié en collectif pour le bien commun

Aider autrui pour qu'il/elle s'engage

prendre soin, témoigner de la sollicitude

affermir la volonté, donner confiance dans son projet

préparer à l'épreuve de qualification publique

Réifier autrui

prendre des familiarités avec, en faire sa chose

instrumentaliser

réduire à un objet qualifié


    *

    38L'ouvrage s'achève par un épilogue. Une fenêtre y est ouverte sur l'assemblage d'engagements multiples qui, se recouvrant partiellement dans un tuilage mouvant, composent une personnalité maintenue dans le cours de ses changements. Laissons découvrir par la lecture de cet épilogue la clé de l'ouverture imagée que ménage la couverture qui assure en outre la fermeture de l'ouvrage.

    Haut de page

    Bibliographie

    Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
    Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
    Format
    APA
    MLA
    Chicago
    Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
    Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

    Auray N. (2010), « Les technologies de l’information et le régime exploratoire », dans Van Andel P. & D. Boursier (dir.), La Sérendipité dans les arts, les sciences et la décision, Paris, Éditions Hermann.

    Becker H. S. (2006 [1960]), « Sur le concept d’engagement », SociologieS, [En ligne], Découvertes / Redécouvertes , Howard Becker , mis en ligne le 22 octobre 2006, Consulté le 22 juin 2011. URL : http://sociologies.revues.org/index642.html (traduction par Soulet M.-H., Baechler D. & S. Emery Haenni de l'article « Notes on the Concept of Commitment », American Journal of Sociology, vol. 66, n° 1, 1960, pp. 32-40).

    Boltanski L. & È. Chiapello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

    Boltanski L. & L. Thévenot (1987), Les Économies de la grandeur, Paris, Presses universitaires de France et Centre d'étude de l'emploi.

    Boltanski L. & L. Thévenot (1991), De la Justification. Les économies de la grandeur, Paris, Éditions Gallimard.

    Breviglieri M. (2006), « Le fond ténébreux de la routine. À propos des morales du geste technique au travail », dans Laugier S. & C. Gautier, L’Ordinaire et la politique. CRAPP/EHSBM/Presses universitaires de France, pp. 189-217.

    Breviglieri M. & J. Stavo-Debauge (2006), « Sous les conventions. Accompagnement social à l’insertion : entre sollicitude et sollicitation », dans Eymard-Duvernay F. (dir.), L'Économie des conventions. Méthodes et résultats, tome II, Développements, Paris, Éditions La Découverte, pp. 129-144.

    Centemeri L. (2011), « Retour à Seveso. La complexité morale et politique du dommage à l’environnement et le défi de sa réparation », Annales, Histoire, Sciences Sociales (à paraître).

    Cheyns E. (2010), « Technical Rationality and (De)politicisation of Standards. Multi-Stakeholder Initiatives in Sustainable Agriculture », dans Gibbon P., Ponte S. & J. Vestegaard (dir.), Governing through Standards, London, Palgrave Editions.

    Datchary C. (2011), La Dispersion au travail, Toulouse, Éditions Octares (préface par L. Thévenot).

    Eliasoph N. (2011), Making Volunteers: Civic Life After Welfare's End, Princeton, Princeton University Press.

    Eymard-Duvernay F., Favereau O., Orléan A., Salais R. & L. Thévenot (2006), « Valeurs, coordination et rationalité : trois thèmes mis en relation par l’économie des conventions », dans Eymard-Duvernay F. (dir.), L’Économie des conventions. Méthodes et résultats,Paris, Éditions La Découverte, tome I Débats, pp. 23-44.

    Lonkila M. (2011), « Yhteisyyden kieliopit helsinkiläisessä ja pietarilaisessa kaupunkiaktivismissa » [Les grammaires de commonalité dans l'activisme urbain à Helsinki et à St-Petersburg], Sosiologia-lehti, vol. 48, n° 1.

    Luhtakallio E. & T. Ylä-Anttila (2011), « Teemana poliittinen ja moraalinen sosiologia », Sosiologia-lehti, vol. 48, n° 1.

    Lyon-Caen A. & A.Perulli (dir.) (2008), Efficacia e diritto del lavoro, Padova, Éditions Cedam.

    Monso O. & L. Thévenot (2010), « Les questionnements sur la société française pendant quarante ans d’enquêtes », Formation et Qualification Professionnelle, Économie et Statistique, n° 431-432, pp. 13-36.
    DOI : 10.3406/estat.2010.8072

    Normand R. (2011), Gouverner la réussite scolaire. Une arithmétique politique des inégalités, Berne, Éditions Peter Lang.

    Pattaroni L. (2005), « Le care est-il institutionnalisable ? Quand la "politique du care" émousse son éthique », dans Paperman P. & S. Laugier (dir.), Le souci des autres, Paris, Éditions de l'EHESS, pp. 177-200.

    Renou G. (2009), « Les laboratoires de l’antipathie. À propos des suicides à France Télécom », Revue du MAUSS permanente, 29 septembre, http://www.journaldumauss.net/spip.php?article553.

    Richard-Ferroudji A. (2008), L’Appropriation des dispositifs de gestion locale et participative de l’eau. Composer avec une pluralité de valeurs, d’objectifs et d’attachements, thèse de doctorat de sociologie, Paris, EHESS.

    Stavo-Debauge J. (2008), « Faut-il s'en remettre aux pouvoirs de la statistique pour agir contre les discriminations et réaliser le droit ? La catégorisation ethnique et raciale en question au Royaume Uni et en France », dans Lyon-Caen A. & A. Perulli (dir.), Efficacia e diritto del lavoro, Padova, Éditions Cedam, pp. 163-194.

    Thévenot L. (1979), « Une jeunesse difficile. Les fonctions sociales du flou et de la rigueur dans les classements », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 26-27, pp. 3-18.

    Thévenot L. (2006), L'Action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement, Paris, Éditions La Découverte.

    Thévenot L. (2007a), « The Plurality of Cognitive Formats and Engagements: Moving Between the Familiar and the Public »,European Journal of Social Theory,Vol. 10, n° 3, août, pp. 413-427.
    DOI :
    10.1177/1368431007080703

    Thévenot L. (2007b), « Reconnaissances : avec Paul Ricœur et Axel Honneth », dans Caillé A. (dir.) (2007), La Quête de reconnaissance. Regards sociologiques, Paris, Éditions La Découverte, pp. 269-283.

    Thévenot L. (2008a), « Les sciences économiques et sociales et le droit : quels biens reconnus, pour quelles évaluations ? », dans Lyon-Caen A. & A. Perulli (dir.), Efficacia e diritto del lavoro, Padova, Éditions Cedam, pp. 65-97.

    Thévenot L. (2009b), « Biens et réalités de la vie en société. Disposition et composition d'engagements pluriels », dans Breviglieri M., Lafaye C. & D. Trom (dir.), Compétences critiques et sens de la justice, Paris, Éditions Economica, pp. 37-55.

    Thévenot L. (2009c), « Governing Life by Standards. A View from Engagements », Social Studies of Science, vol. 39, n° 5, octobre, pp. 793-813.
    DOI :
    10.1177/0306312709338767

    Thévenot L. (2010d), « Autorità e poteri alla prova della critica. L’oppressione del governo orientato all’obiettivo », Rassegna Italiana di Sociologia, n° 4 (traduction par Giusti N. & L. Centemeri), pp. 627-660.

    Thévenot L. (2011a), « Powers and Oppressions Viewed from the Sociology of Engagements: in Comparison with Bourdieu's and Dewey's Critical Approaches of Practical Activities », Irish Journal of Sociology, vol. 19, n° 1, numéro special sur « Keys issues in contemporary social theory » coordonné par Strydom P.

    Thévenot L. (2011b), « Le gouvernement par l'objectif à l'épreuve de la critique: métamorphose des évaluations autorisées », dans de Larquier G., Favereau O. & A. Guirardello (dir.), Les Conventions dans l'économie en crise, Paris, Éditions La Découverte.

    Thévenot L. (2011c), « Une dispersion critique appelant un renouveau de la critique », préface de Datchary C., La Dispersion au travail, Toulouse, Éditions Octares.

    Haut de page

    Notes

    1  Pour ne pas redoubler mais compléter les références citées dans l'ouvrage ici résumé, les publications postérieures ont été privilégiées.

    2  À partir de cette dernière notion d'obligation contractée, Howard Becker a considéré la façon dont un engagement (commitment) antérieur et extérieur à une action présente peut intervenir dans cette dernière (en tant que "side bet") quand l'acteur doit préserver la cohérence de sa ligne de conduite (consistent line of activity) (Becker, 2006 [1960]).

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Laurent Thévenot, « Grand résumé de L'Action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement, Paris, Éditions La Découverte, 2006 », SociologieS [En ligne], Grands résumés, L'Action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 21 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3572

    Haut de page

    Auteur

    Laurent Thévenot

    Groupe de sociologie politique et morale (GSPM-EHESS) et Laboratoire de sociologie quantitative (CREST-INSEE) - thevenot@ehess.fr

    Haut de page