Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Émeutes urbaines, sentiments d’injustice, mobilisations associatives

Émergence d’une dynamique politique chez les jeunes dits « de cité » ?
Éric Marlière

Résumés

Cet article a pour objectif l’appréhension des répertoires de mobilisations politiques des jeunes dits « des cités ». Pour cela, il faut nous intéresser aux modes de vie de ces jeunes structurés depuis plus de trente ans maintenant autour du chômage et de la précarité et des nouvelles formes de ségrégation. Cette situation engendre chez les jeunes une certaine frustration sociale se manifestant sous la forme d’un sentiment d’injustice plus ou moins diffus. Si les émeutes urbaines constituent le mode d’action le plus médiatique, un certain nombre de jeunes adultes originaires « des cités » réagissent à travers un ensemble d’initiatives associatives nationales et locales comme le montrent les dernières échéances électorales.

Haut de page

Texte intégral

1La plupart des sociologues qui travaillent depuis de nombreuses années sur les « quartiers sensibles » ont tenté d’interpréter les émeutes qui s’y sont produites en novembre 2005 en les rattachant soit à une grille de lecture qui existait déjà au sein de leur école de pensée, soit en insistant davantage sur la dégradation des rapports qu’entretiennent la plupart des « jeunes de cité » avec les institutions (Marlière, 2009, pp. 127-145). Le sociologue Gérard Mauger s’est intéressé aux discours produits par les médias qui ont globalement une lecture de diabolisation des faits (Mauger, 2006a). La médiatisation politique de ces émeutes qui ont duré plus de trois semaines a rendu plus difficile le travail de diagnostic de recherche bien que des ouvrages aient tenté d’en proposer une analyse sociologique (Kokoreff, 2008) ou d’en dégager des perspectives anthropologiques (Bertho, 2009).

2Sociologue et historien, je me suis intéressé dans un premier temps, à l’évolution socio-historique de la population ouvrière de la « banlieue rouge » allant de la période de l’entre-deux-guerres jusqu’au début des années 2000. Cette recherche m’a permis d’aborder la question de la jeunesse « des cités » d’un point de vue diachronique, à savoir l’appréhension des « jeunes de cité » dans une histoire sociale qui la désigne comme la dernière génération ouvrière des quartiers populaires (Marlière, 1998 ; Marlière, 2003). Pour les jeunes rencontrés sur le terrain, il est de plus en plus difficile d’accéder à un emploi ouvrier comme ce fut plus aisément le cas pour les périodes précédentes. Dans une conjoncture politique, économique et sociale défavorable à une partie non négligeable de ce que nous nommons depuis plusieurs décennies « jeunes de cité » et/ou « jeunes de banlieue », la question de l’engagement politique paraît donc essentielle. De récentes recherches désignent les habitants des quartiers populaires et plus particulièrement les « jeunes des cités » comme désengagés d’un point de vue politique (Braconnier & Domargen, 2007). À partir de nos observations, quelle analyse pouvons-nous faire ?

3Pour tenter de répondre à cette question, nous tâcherons de revenir sur les changements sociaux qui ont affecté les jeunes rencontrés sur notre terrain d’enquête depuis trois décennies. Puis, nous reviendrons sur la question des modes de vie des jeunes dits « de cités » qui sont à la fois nettement plus hétérogènes qu’on nous le montre d’ordinaire même si on note paradoxalement la matérialisation d’une sorte de « destin commun ». C’est pourquoi l’existence d’une forme de sentiment d’injustice apparaît comme un élément central de l’engagement politique et associatif de jeunes et d’adultes originaires des quartiers populaires.

Une jeunesse populaire en voie de marginalisation politique et sociale construite comme un « ennemi intérieur » 1

  • 1  Je reprends ce terme des travaux d’un jeune socio-historien qui compare la manière dont l’armée fr (...)

4Si nous avons montré d’un point de vue sociohistorique l’impact social de la disparition du monde ouvrier et de son système social dans le quartier étudié (Marlière, 2003), les années 2000 ont définitivement fermé la page ouvrière du quartier avec la fermeture de l’usine Chausson, principale industrie de la ville (Grason & Masséra, 2004). Cette situation se concrétise pour les élus par le besoin de restructurer l’espace urbain laissé en friche par le monde industriel à travers une politique de revalorisation de l’espace social en incitant les petites classes moyennes à s’y installer (Bacqué & Fol, 1997). Ces mutations économiques et industrielles ont pour conséquence la mise à l’écart du monde du travail d’une partie des jeunes des milieux populaires du quartier au cours des années 1980, directement confrontés au chômage et surtout à « la galère » (Dubet, 1987). Au début des années 1980, une partie des enfants d’ouvriers et d’immigrés (pour la plupart) sont déstabilisés par une conjoncture économique et sociale défavorable qui s’est traduite par : la volonté de faire reconnaître ses droits politiques (Bouamama, 1994) ; une intensification des activités délinquantes où l’on passe d’une délinquance d’acquisition à une délinquance d’exclusion (Robert, 2002 ; Mauger, 2006b) ; et à une demande croissante de formation adaptée aux mutations industrielles (Dubar, 1987). Entre les immigrés maghrébins arrivés dans les années 1950 et 1960 et la nouvelle génération symbolisant la génération « beur » se construit en France une sorte de « communauté d’expérience » (Boubekeur, 2003) évoluant dans une certaine mesure en marge de la société française. Les mutations des modes de production déstabilisent l’ensemble des classes populaires qui se voient à nouveau dans son histoire confrontée à la problématique de la « question sociale » (Castel, 1995). Les enfants d’ouvriers et d’immigrés sont  – et sans doute plus que d’autres jeunes de milieux populaires – confrontés aux effets des pratiques discriminatoires.

5À la fin des années 2000, au regard des analyses en cours, il semblerait que la situation des jeunes dans les banlieues populaires s’est sensiblement dégradée. Les classes populaires dans leur globalité sont plus que jamais au cœur de la « question sociale » et se voient « définitivement » assignées à des situations de chômage, de précarité, de pauvreté et de marginalisation sociale (Castel, 2009). Les habitants des quartiers populaires sont également confrontés à cette situation avec une problématique supplémentaire (notamment pour les étrangers et les immigrés) : celle du « déficit de citoyenneté » (Castel, 2007). Pour les jeunes de ce que l’on pourrait qualifier de deuxième « génération des cités », la situation s’est amplement dégradée puisque, si pour la première génération on pouvait constater une recherche de reconnaissance politique avec la marche pour l’égalité en 1983 (Bouamama, 1994), pour la seconde, on désigne le fait émeutier comme représentatif des mobilisations politiques des « jeunes de cité » (Beaud & Masclet, 2006, pp. 800-843). À l’instar des constats formulés par Robert Castel sur la précarisation croissante des classes populaires, la situation économique et sociale des habitants des quartiers populaires urbains s’avère de plus en plus délicate : pour certains sociologues comme Loïc Wacquant, les « jeunes de cité » sont confrontés à une sorte de « marginalité avancée » (Wacquant, 2006) alors que pour d’autres comme Didier Lapeyronnie, les jeunes évoluant dans les quartiers dits « sensibles » sont en voie d’exclusion sociale dans un espace « ghettoïsé » (Lapeyronnie, 2008). Les processus d’exclusion ont, semble-t-il, renforcé la nature des rapports conflictuels entre jeunes et institutions comme l’a observé récemment le sociologue Manuel Boucher dans une cité populaire de Normandie (Boucher, 2010a).

6La première génération des « jeunes des cités » émergeait dans un contexte de désindustrialisation, elle symbolisait certes l’immigration, la « galère », la petite délinquance et parfois l’« étrangeté » mais, même à l’écart de la société, elle pouvait encore espérer une reconnaissance de la part du politique, des institutions et de la société civile. Vingt ans plus tard, l’image de la seconde génération s’est dégradée autour des « violences urbaines », du trafic de drogue et de l’« intégrisme musulman ». On observe un passage vers une ethnicisation de la « question sociale » qui transforme quasiment ces jeunes en une sorte d’« ennemis de l’intérieur » (Rigouste, 2009). Pour la partie la plus précarisée de ces enfants d’ouvriers et d’immigrés, l’exclusion sociale résume l’ensemble des préoccupations de ces jeunes vers une situation de sous-prolétariat ou d’underclass (Wilson, 1987 ; Fassin, 1994, pp. 37-75). Un tel contexte détermine les perceptions idéologiques et les configurations d’engagement politique des jeunes rencontrés sur le terrain (Marlière, 2008a). En effet, la problématique actuelle des jeunes que nous nommons « de cité » et/ou « de banlieues » se situe au carrefour de la question sociale – notamment celle des classes sociales et de la sous-prolétarisation des classes populaires urbaines – et de la question « ethnique » co-construite par les institutions républicaines et une partie des jeunes adultes originaires « des cités » qui cherchent toujours, trente ans plus tard, à revendiquer, mais de manière plus radicale, une reconnaissance sociale et politique (Bouamama, 2009). Nous verrons par la suite que les jeunes susceptibles de se mobiliser d’un point de vue politique sont également les mieux dotés en capitaux culturels et scolaires.

Une jeunesse populaire urbaine au cœur du changement

  • 2  Les jeunes réputés pour leur violence et leur « dureté » dans ce quartier fréquentent à la fin des (...)

7Les recensements de 1975 et 1982 témoignent de l’arrivée conséquente des familles immigrées et de leurs enfants dans les cités H.L.M. du quartier. Les groupes de jeunes au début des années 1980 sont composés d’enfants d’immigrés maghrébins, d’enfants d’immigrés espagnols et portugais et d’enfants d’ouvriers français depuis plusieurs générations (Marlière, 1998). Ces jeunes appartiennent à une classe d’âge à la charnière du monde ouvrier et d’un monde que nous qualifions de post-industriel (Touraine, 1968) : certains d’entre eux ont déjà exercé un emploi ouvrier dans les usines métallurgiques du quartier mais sont les premiers également à développer des stratégies les écartant du monde de l’usine ; entre appartenance ouvrière, petits boulots, études au lycée, activités indépendantes reliées au commerce ou investissement dans la petite et moyenne délinquance (vols à la tire, initiation aux premiers trafics de drogue, apprentissage dans les « techniques de braquage », etc.) (Marlière, 2011b, pp. 123-141). En effet, ils sont aussi les « pionniers » des pratiques culturelles qui caractérisent les « jeunes des cités » aujourd’hui : passion pour le football et la boxe, entrées dans des petites carrières délinquantes, voire dans le grand banditisme pour une minorité, goût pour les tenues « sportswear » (baskets et survêtements notamment). Ces jeunes, lorsqu’ils sont issus de familles originaires d’Afrique du Nord, conservent une partie des pratiques traditionnelles rurales héritées de leurs parents : ils font le Ramadan et utilisent des expressions empruntées au dialecte maghrébin en faisant référence au religieux (Khosrokhavar, 1997 ; Cesari, 1997a). Paradoxalement, les jeunes issus de l’immigration et plus globalement les « jeunes des cités » développent une sorte de culture urbaine en référence à la culture afro-américaine ; ils sont les pionniers du rap en France, des danses et cultures urbaines importées du mouvement américain (Bazin, 2001 ; Boucher, 1999). Une minorité de ces jeunes seront à l’origine de l’arrivée des drogues dures dans le quartier étudié 2. En effet, si d’une manière générale, les drogues arrivent dans les cités populaires urbaines au début des années 1980 (Kokoreff, 2003, pp. 403-423 ; Mauger, 2006b), les quartiers populaires de la boucle nord des Hauts-de-Seine sont sans aucun doute des espaces précurseurs (Kokoreff, 2000 ; Marlière, 2007a). L’arrivée de cette substance illégale va avoir pour conséquence une implication plus grande des jeunes dans les activités délinquantes. Le trafic de drogue dure a permis dans les années 1980 de gagner, pour les plus « entreprenants », des sommes d’argent non négligeables ; c’est pourquoi le trafic de drogue a généré une escalade au sein de la délinquance juvénile des quartiers populaires dans la mesure où l’appât du gain a développé un système de concurrence s’illustrant à travers des nouvelles formes de violences (Duprez & Kokoreff, 2000 ; Mauger, 2006b). Dans les années 1990, le trafic de drogue dure va se rationaliser progressivement autour de petites équipes plus ou moins efficaces et susceptibles de provoquer violence, représailles vis-à-vis de mauvais payeurs et concurrents en créant aussi un « malaise » autour de la loi du silence chez les habitants. Néanmoins un cinquième des jeunes du quartier nés entre 1963 et 1970 vont soit être confrontés à une mort prématurée ou à des problèmes psychiques suite à la prise d’héroïne (overdose, Sida, dépravation physique) (Guenfoud, 2002, pp. 95-101). Si le lien entre disparition du monde ouvrier, précarité économique et sociale et trafic de drogue est un peu rapide ici, la présence des drogues dures et des activités délinquantes structure progressivement les rapports sociaux qui existent entre adolescents et jeunes adultes dans le quartier observé.

8Au-delà des caractéristiques culturelles spécifiques à cette jeunesse populaire urbaine – culture hip-hop, survêtements et baskets de marques, casquette, jean large – qui les différencient nettement des autres jeunes à l’époque, les « jeunes de cité » ont développé un langage et des symboles autour du « verlan » et d’un « parler populaire » : langage qui emprunte à la fois au dialecte du Maghreb, à la langue anglaise et à l’argot français. En effet, la plupart de ces jeunes s’expriment beaucoup avec le corps et les mains, à voix haute (une manière de s’imposer et d’« en imposer ») en recherchant l’efficacité du mot et de l’expression. Ce langage « de rue » n’est pas sans point commun avec le parler « vernaculaire » des jeunes rencontrés par un linguiste américain dans les « ghettos noirs » américains dans les années 1950 (Labov, 1993). Ces pratiques culturelles langagières s’observent avec plus d’acuité au niveau des adolescents « de cité » (Lepoutre, 1997). Elles se manifestent également dans l’espace résidentiel des cités ou dans l’espace public de la rue où l’on pourrait d’ailleurs noter un rapport spécifique au monde autour d’une forme de « culture de rue » orientée sur des « valeurs » telles que l’honneur, la fierté, la virilité comme l’illustrent les relations conflictuelles avec les institutions, notamment la police (Marlière, 2005 ; Marlière, 2007a). Cette « culture de rue », partagée notamment par les jeunes des cités les plus précaires ou les plus installés dans des pratiques délinquantes, relève de pratiques spécifiques juvéniles populaires urbaines souvent dévalorisées par le corps social et les institutions (Coutant, 2005). Dans de nombreux cas étudiés, la « culture de rue » matérialise des pratiques de déviance (Mohammed, 2009, pp. 173-204) mais aussi de résistance par le biais d’illégalismes, de violences ritualisées et de modes de vie spécifiques de jeunes qui ne peuvent et/ou ne veulent pas participer aux codes culturels institués par la société dominante (Bourgois, 2001). Cette « culture de rue » impose des codes de l’honneur, de virilité et accentue des rapports de violence et donc de domination entre jeunes évoluant régulièrement dans les espaces résidentiels des cités populaires (Sauvadet, 2006).

  • 3  Dans le quartier étudié, à la place d’une partie de l’usine Chausson détruite la décennie précéden (...)
  • 4  Inquiétude grandissante à la suite des attentats du 11 septembre 2001 chez de nombreux élus de dro (...)
  • 5  La plupart des jeunes rencontrés se reconnaissent comme français et défendent les « valeurs » de l (...)
  • 6  Autant dire que le récent débat sur la laïcité a renforcé d’un point de vue collectif un sentiment (...)

9La visibilité de plus en plus grande de l’Islam dans les banlieues françaises (Képel, 1991) et la pratique supposée de la religion musulmane, ont sans aucun doute renforcé le stigmate à l’égard des « jeunes de cité ». L’existence du FIS et du GIA va bouleverser le regard porté sur la jeunesse populaire « des cités » autour de la question du voile et de toutes les problématiques liées à la question de l’« intégration » (Roudjia, 1990 ; Saint-Blancat, 1997). Les attentats de 1995 et ceux du 11 septembre 2001 vont accroître la stigmatisation de la religion musulmane perçue comme anti-démocratique, violente, « terroriste » et opposée à l’Occident d’une manière générale (Césari, 1997b). Autrement dit, il semblerait que l’Islam soit pratiqué par de plus en plus de jeunes et d’adultes dans le quartier (Kapko, 2007) 3. Cette situation génère chez la plupart des responsables politiques et institutionnels locaux une inquiétude nouvelle 4. Ces processus, décrits subrepticement ici, accentuent une crainte et un sentiment d’amertume chez bon nombre de « jeunes de cité » pratiquant ou non la religion. Pour la majorité de jeunes rencontrés dans les quartiers, il s’agit d’un racisme déguisé à leur encontre et d’une attaque contre leur « identité » car l’Islam est appréhendé pour la plupart d’entre eux comme un héritage familial. Si certains jeunes sont confrontés à des humiliations, vexations et racismes ordinaires (exclusion du marché du travail, impossibilité d’accès à un logement, etc.), la stigmatisation de la religion a été perçue par la majorité des jeunes interrogés comme intolérable 5. Ainsi, l’Islam est davantage appréhendé par beaucoup de jeunes, quel que soit leur parcours, comme une pratique de foi individuelle mais également de résistance envers une élite intellectuelle et politique jugée méprisante à leur égard (Marlière, 2010c, pp. 153-169) 6.

  • 7  Voir le rapport ONZUS sorti en décembre 2010 : 43 % des jeunes actifs et 37 % des jeunes actives é (...)

10Toutefois, il existe des parcours sociaux plus diversifiés autour de la réussite scolaire, de la réussite professionnelle, d’engagements militants et d’activités sportives chez les « jeunes de cité ». Par exemple, sur le terrain nous avons pu observer sept groupes de « jeunes de cité » distincts en fonction du niveau scolaire, de l’âge, de la pratique religieuse, de l’investissement dans des carrières délinquantes ou dans les pratiques sportives (Marlière, 2008b, pp. 711-721). Si l’on y ajoute les parcours féminins, on note une plus grande hétérogénéité scolaire et professionnelle : entre ceux qui occupent des petits emplois précaires dans le tertiaire (Chavanes, 2009) et ceux qui ont poursuivi des études à l’université (Santelli, 2007), la diversité est encore plus importante. Pour être plus précis, les jeunes qui ne possèdent pas de diplôme et qui sont sans emploi 7 sont différents de ceux qui s’« accrochent » en occupant des emplois subalternes, mal payés, précaires. Mais il existe également des jeunes filles et garçons « des cités » qui occupent des emplois stables dans la fonction publique leur permettant une trajectoire sociale ascendante. Dans le quartier étudié, on note également l’existence d’une petite minorité (environ 8 sur 111 jeunes recensés pour l’enquête) ayant réalisé des études de troisième cycle ou dans une « grande école » (Marlière, 2007b, pp. 169-172). Si les parcours scolaires, sociaux et professionnels sont nettement plus hétérogènes dans les « cités » que donnent à montrer certaines institutions ou experts, il n’en reste pas moins que l’ensemble de ces jeunes sont confrontés à la désindustrialisation, aux mutations des modes de production, au racisme et à l’ensemble des phénomènes discriminatoires qui les affectent davantage que d’autres groupes sociaux (Silberman & Fournier, 2006, pp. 243-282 ; Geisser & Soum, 2009). Moins dotés en capital social que les jeunes des classes dites moyennes, certains diplômés de troisième cycle « des quartiers » subissent davantage les effets du chômage. Et que dire des jeunes sans diplôme subissant les effets de la « disqualification sociale » (Paugam, 1991) ? Dans un travail de thèse, j’avais insisté sur l’hétérogénéité des parcours de « jeunes des cités » tout en montrant – et ce de manière paradoxale – qu’il existait une sorte de « front commun » autour de pratiques culturelles semblables (« dés-héritage ouvrier », cultures urbaines, pratiques de la religion musulmane, etc.) résultant pour partie de déterminismes sociaux (héritage migratoire, appartenance aux classes populaires, habitat dans un espace ségrégé, discriminations, manques de capitaux économiques et sociaux, etc.) plus ou moins influents sur les trajectoires sociales (Marlière, 2005). D’une manière générale – et ce quels que soient les parcours scolaires ou sociaux – il existe une sorte de frustration sociale chez la majorité des jeunes rencontrés sur nos terrains. La question du sentiment d’injustice est désormais centrale et se trouve relayée d’un point de vue institutionnel et associatif par des jeunes ayant acquis un capital scolaire à l’université alors que les jeunes les plus précaires ont opté pour des modes d’action plus violents comme celles des émeutes urbaines ou, dans un registre socio-économique, celui de la délinquance juvénile et de l’illégalité.

Des nouvelles initiatives éparses à défaut d’une réelle capacité d’action collective

11Les « émeutes » sont difficiles à comprendre et à analyser en raison de leur spontanéité et de leur irrégularité même si elles trouvent leurs causes dans un rapport antagonique entre policiers et jeunes (Lagrange & Oberti, 2006 ; Mucchielli & Le Goaziou, 2007 ; Mauger, 2006a ; Kokoreff, 2008). Dans l’optique d’une comparaison européenne, les tensions émeutières entre jeunes de milieu populaire en voie de déclassement social et les forces de police sont liées la plupart du temps au fait que les institutions cherchent à reconquérir des territoires urbains dominés par les jeunes (Waddington, 2010, pp. 177-193). La frustration économique est également à l’origine des émeutes urbaines en fonction des difficultés sociales de certains jeunes (Avenel, 2004). Bien entendu, la mesure de cette frustration semble relative et variée en fonction de la taille de la famille, de la nature du tissu associatif local, de la présence de militants bénévoles, de l’action politique municipale, du déficit d’intégration politique et sociale et d’un sentiment d’injustice plus ou moins fort selon que les jeunes ont plus ou moins intériorisé l’idéal républicain (Lagrange, 2008, pp. 377-401). Une fois posé le constat des variables objectives (économique, politique, sociale, sentiments d’injustice et de frustrations, etc.), les émeutes urbaines représentent le vecteur le plus visible et surtout médiatique des mobilisations sociales, politiques et symboliques de la deuxième génération de « jeunes de cité ». Mais elles ne constituent pas le seul répertoire de mobilisation de ces jeunes.

12Certes, le sentiment d’injustice structure les représentations sociales et politiques des filles et surtout des garçons rencontrés dans les banlieues populaires (Marlière, 2008a). Si ce sentiment peut-être différent d’un jeune à l’autre (en raison des différences de parcours, de construction identitaire individuelle, etc.), d’une cité HLM à l’autre (en raison de l’histoire locale et migratoire par exemple), la critique de la société autour de ses injustices réelles ou ressenties détermine un regard spécifique à la « jeunesse des cités » s’agissant des institutions républicaines (Mohammed, 2007 ; Marlière, 2010c)Pour de nombreux jeunes et accessoirement d’habitants des quartiers populaires, vivre en cité HLM est perçu comme une forme de relégation sociale (Lapeyronnie, 2008). Dans nos entretiens émerge ainsi une sorte de « sentiment d’injustice » diffus et fluctuant mais néanmoins réel dont le soubassement « idéologique » est lié à l’absurdité de la situation vécue par beaucoup comme injuste et inéquitable. Ces jeunes, souvent victimes de racisme, subissent de plein fouet les restructurations économiques dans une conjoncture politique défavorable : ils sont donc contraints de s’adapter de manière pragmatique à l’illégalité, au « clientélisme », à la débrouillardise, à trouver refuge dans des espaces culturels alternatifs ou encore dans des « comportements à risques » parfois démesurés (Le Breton, 2002). C’est dans un tel contexte que se construisent chez certains jeunes des discours radicaux et « extrémistes » alimentés de manière quotidienne par les rapports conflictuels avec la police, la stigmatisation politico-médiatique, les « discriminations » en tout genre et les espoirs de réussite sociale toujours différés (Amrani & Beaud, 2004 ; Marlière, 2008a). Ces dernières années se développent conjointement une montée réelle des tensions avec les institutions (Boucher, 2010b) et de nouvelles formes de radicalités idéologiques qui se déploient chez beaucoup de jeunes adultes (Marlière, 2008a ; Marlière, 2010c). Ceci se traduit par des conflits récurrents entre jeunes et institutions dans un climat de méfiance généralisée.

13En effet, les jeunes et adultes rencontrés dans nos enquêtes – qui représentent aujourd’hui deux générations post-ouvrières – sont les déshérités de la « classe ouvrière » et ont en mémoire l’histoire sociale dégradée des quartiers populaires qui se résume souvent au chômage, au racisme et à la violence policière (Beaud & Pialoux, 2003). Mais il semblerait également que la question postcoloniale, en raison d’un passé familial douloureux, agite également un certain nombre de mécontentements chez les adolescents et jeunes adultes des cités populaires notamment chez les enfants originaires de famille en provenance du Maghreb (Hajjat, 2005). Les « jeunes de cité » ne sont pas, en réalité, porteurs de conflits susceptibles de créer une offre politique structurée au sein des canaux traditionnels de communications publiques classiques (Habermas, 1978). Rappelons que dans les années 1980 des associations comme « Banlieue 69 », « Mouvements Immigrations Banlieue » ou même « SOS Racisme » ont essayé de compenser le « déficit de citoyenneté » (Castel, 2007) chez les enfants d’immigrés et d’ouvriers. Mais, entre-temps, la situation s’est considérablement détériorée dans les années 1990 et au début des années 2000 (Mucchielli, 2010, pp. 141-176) ce qui a rendu quasiment obsolètes les revendications politiques des associations citées à l’instant. Toujours à l’écart d’un système de reconnaissance démocratique, les jeunes dits « des cités » ont soit déployé des stratégies d’auto-exclusion et d’évitement avec les institutions (probablement lié à l’intériorisation des années de racisme et de discrimination) renforçant du coup une perception plus radicale de leur situation, soit envisagé de prendre en main leurs destinées politiques à travers de nouvelles revendications liées à leur expériences du racisme et de leur singularité culturelle. C’est pourquoi, les jeunes issus de l’immigration et originaires des « quartiers » se distinguent par des orientations politiques singulières en raison notamment d’expériences individuelles et collectives spécifiques (Brouard & Tiberj, 2005).

14C’est le cas de l’apparition de nouvelles dynamiques associatives plus virulentes comme celle des « Indigènes de la République » 8 qui met en avant la thématique du racisme postcolonial républicain ou plus récemment encore de « Banlieue + » 9 qui émerge de Facebook afin de dénoncer activement les préjugés à l’égard de la banlieue, sa jeunesse et les immigrés 10. Ces différentes dynamiques sont appelées progressivement à s’inscrire dans le paysage politique français en exigeant une reconnaissance politique (Honneth, 2000 ; Geisser & Soum, 2009) à travers une formulation nouvelle autour de la souffrance liée au passé colonial, à la pratique de l’Islam, au droit des « minorités » et au droit de mettre un terme définitif aux préjugés autour des questions migratoires et des problématiques de la jeunesse dite « de banlieue ». D’une certaine manière, les pionniers en la matière sont le groupe Zebda (voulant dire « beurre » – « beur » – en arabe) qui propose une liste citoyenne, « les Motivé-e-s » ayant réalisé un score électoral honorable en 2001. Depuis et de façon progressive, nous constatons des changements notables dans le comportement électoral et politique chez les « jeunes de cité ». Il semblerait que les « émeutes de novembre 2005 » aient même dynamisé un ensemble de problèmes : elles ont porté à nouveau la question d’un manque de représentativité des « jeunes des cités » et/ou issus de l’immigration dans les médias et les listes politiques et incité un nombre important de jeunes à s’inscrire sur les listes électorales.

  • 11  Hormis une poignée de jeunes souvent diplômés et fortement mobilisés par l’idéologie de la réussit (...)

15L’UMP (le parti de droite au gouvernement actuellement) n’a jamais constitué un intérêt idéologique ou politique pour la majorité des jeunes des quartiers populaires 11. Cependant les jeunes des quartiers populaires rencontrés sur nos terrains semblent également déçus par les partis appartenant à la « gauche ». Pour illustrer ces propos, nous avons tenté d’observer deux communes populaires situées à proximité de la capitale. La première est une municipalité communiste relativement distante des jeunes issus de l’immigration comme l’attestent deux enquêtes réalisées dans les années 2000 (Masclet, 2003 ; Marlière, 2008c, pp. 115-129). Pour l’autre commune, également populaire mais de droite, la tension est moins grande mais la césure entre jeunes et élus semble davantage colossale tant les habitants des quartiers populaires (notamment les immigrés et leurs enfants) sont totalement marginalisés d’un point de vue politique. Toujours est-il que depuis quelques années, des actions politiques sont menées dans ces deux communes par des personnes originaires des quartiers populaires qui appartiennent en majorité à la deuxième génération « issue de l’immigration ».

16Dans ces deux communes, on retrouve la même stratégie parmi les acteurs de cette nouvelle génération politique issue « des cités » qui souhaite définitivement échapper au paternalisme politique local. Le football étant un sport populaire et pratiqué par un grand nombre de jeunes, les acteurs des « cités » qui veulent s’engager en politique participent activement au développement et à l’encadrement des sports populaires des clubs municipaux : pour la commune de « gauche », le « leader » est devenu manager général tandis que pour la seconde, le jeune élu conseiller municipal au Modem (parti centriste), est devenu président du club municipal.

« Honnêtement, ça fait des années qu’on s’est fait endormir ! On subit et on dit rien. Y’a aucun Arabe à la mairie. Il est temps de se lancer et de montrer qu’on existe ! » (38 ans, ancien éducateur, enfant d’immigrés algériens, conseiller municipal Modem au sein de la ville de droite).

17Le constat actuel du rôle des clubs montre des similarités quant à leur fonction au sein des communes. Ces clubs comprennent un grand nombre de licenciés parmi les adolescents et des jeunes adultes des « quartiers sensibles » leur conférant une réelle importance « stratégique » en matière de politique sécuritaire locale. En effet, on note dans les deux clubs observés un véritable travail de prévention sociale auprès des familles populaires en difficultés. Par le fait d’accepter une « clientèle difficile », ces clubs municipaux offrent des moyens d’encadrement pédagogique et des outils stratégiques dans l’optique d’une reconnaissance associative et politique locale par les « acteurs » politiques issus des cités HLM.

« Moi, je m’occupe des "Gremlins" [appellation humoristique pour désigner des jeunes de quartiers difficiles]. Personne ne veut s’en occuper. La mairie est soulagée que je sois là ! Sauf qu’il n’y a pas de retour et qu’ils nous mettent toujours à l’écart… Le maire il m’appelle toujours quand c’est la merde ! Et là ça commence à suffire ! Il faudra réagir un jour où l’autre ! » (41 ans, manager d’un club sportif, ancien coordinateur médiateur, enfant d’immigrés marocains, sans étiquette dans une ville de gauche).

  • 12  Au sujet de cette notion voir Retière, 2003, pp. 121-143.
  • 13  Ce dernier pense qu’il ne faut pas trop se lancer rapidement afin de ne pas « décrédibiliser » à c (...)

18C’est pourquoi les sections football au sein des municipalités populaires représentent un intérêt croissant en matière de stratégies politiques locales dans la mesure où cette activité permet un travail conséquent en termes de prévention, de formation et de loisirs auprès d’une population jeune estimée « dangereuse ». Les dernières élections cantonales dans ces deux villes (mais aussi dans d’autres comprenant un ensemble important de logements sociaux) poursuivent les dynamiques politiques locales observées dans les quartiers populaires au début des années 2000 : un candidat du quartier qui a démissionné du conseil municipal l’année précédente, soutenu par le mouvement « Banlieue + », est arrivé en troisième position en réalisant un score de 8,1 % dans la ville de gauche derrière la majorité (droite) et le Front National (extrême droite). Pour celle de droite, le score du jeune rattaché au Modem (soutenu par le président du club qui est également conseiller municipal) est de 11% et il est arrivé également en troisième position. Si certains jeunes issus de l’immigration des cités populaires continuent à s’inscrire comme militants dans des partis bien installés, dorénavant une nouvelle stratégie fait irruption sur la scène politique locale, orientée principalement sur la peur de la « jeunesse menace » (Vulbeau, 2001, pp. 9-15) : en effet, les meneurs politiques du quartier se font les porte-parole d’une jeunesse « turbulente » (Boucher, 2010b) nombreuse et difficilement « gérable » avec la peur des « violences urbaines » (Marlière & Fontaine, 2011, pp. 13-23). Les deux « leaders » politiques issus des « quartiers » représentent un poids symbolique (gestion des rapports sociaux centrée sur l’interconnaissance révélant un véritable « capital d’autochtonie » 12) et politique (compétence avérée en matière de régulation sociale de la violence juvénile). Du fait d’une histoire sociale difficile avec le politique depuis leur enfance, ces jeunes « leaders » ont pris conscience qu’en encadrant des adolescents et jeunes adultes potentiellement « violents », ils peuvent prendre à moyen terme un ascendant politique sur les élus locaux. Si dans la commune de droite, le président du club a monté une liste (dans des conditions artisanales) sous l’étiquette du Modem (jugé plus « neutre » que l’opposition de gauche occupée par les « classes moyennes » de la ville), pour la commune de gauche, en revanche, le manager du club ne s’est toujours pas officiellement présenté pour les élections locales, laissant ainsi planer le doute sur les prochaines échéances électorales 13. Il en ressort que ces adultes des quartiers populaires et souvent issus de l’immigration tentent de développer des stratégies politiques autour des valeurs de la proximité, de la « connaissance du terrain », des capacités à gérer les difficultés des habitants et surtout à réguler les comportements « déviants » d’une certaine jeunesse difficile (Marlière, 2011a). Ces situations politiques nouvelles déstabilisent des communes qui ont toujours été gouvernées par les mêmes élus locaux devenus des notables. L’engagement politique de plus en plus autonome des jeunes issus de l’immigration originaires des « quartiers sensibles » trouve des débouchés plus concrets au sein d’enjeux politiques municipaux alors que l’espace public et politique local leur a toujours été fermé jusqu’ici.

Conclusion

19Les émeutes urbaines à répétition s’inscrivent dans le paysage social et politique de la France. Elles apparaissent comme de plus en plus violentes, longues dans le temps et se propagent de plus en plus souvent d’un quartier à l’autre. S’il est difficile d’y voir une révolte populaire en raison d’une absence de message politique limpide et d’un mouvement social identifié, ces émeutes témoignent de soulèvements massifs de jeunes Français résidant dans les quartiers populaires urbains dont les conditions de vie sont appréhendées par eux comme de plus en plus intolérables. À l’autre bout de la chaîne se créent des associations locales et/ou nationales mises en place par des adultes originaires des quartiers populaires pour tenter de donner un sens à la dégradation des rapports sociaux et à la contestation collective qui prend progressivement de l’ampleur. Même si les possibilités d’accès à des canaux institutionnels politiques restent hors de portée pour la jeunesse et les habitants des cités populaires, de récentes initiatives associatives émergent au niveau des élections locales, venant bouleverser les enjeux politiques. Cependant, si ces éléments disparates ne permettent en rien de conclure sur une dynamique réelle, force est de constater de nouvelles formes de recompositions politiques par une présence progressive de la jeunesse populaire urbaine sur l’échiquier politique. C’est sans doute ici que se jouent les enjeux actuels locaux pour une jeunesse populaire oubliée depuis plus de trente ans en France, en essayant à la fois de monter ses propres structures mais aussi de définir des stratégies politiques futures pour combler le sentiment collectif d’abandon.

  • 14  Pour beaucoup de jeunes, la notion de « bled » évoque le pays d’origine des parents avec toute l’h (...)

20Avant de conclure, il serait utile de s’interroger sur les conséquences des révoltes en cours dans les pays du Maghreb. Sans vouloir calquer des événements étrangers sur la réalité des banlieues françaises, nous avons constaté dans une recherche effectuée récemment en Tunisie que les enfants d’immigrés nés en France ont conservé des rapports – certes complexes et souvent contradictoires – avec les habitants du Maghreb (en dehors des liens familiaux) (Marlière, 2006, pp. 99-113 ; Marlière, 2010b, pp. 155-171). En effet, beaucoup de Maghrébins nés en France passent régulièrement leurs vacances « au bled » 14 et ont développé, malgré certaines mésententes avec les habitants locaux, des liens de proximité (Marlière, 2010a, pp. 197-220). Au sein des associations évoquées à l’instant, comme celle des « Indigènes de la République » ou de « Banlieue + », les débats autour des révolutions au Maghreb sont récurrents et font même figure d’exemplarité. C’est pourquoi il serait intéressant d’observer par la suite les effets des transformations politiques actuelles dans le sud de la Méditerranée sur les jeunes Français des cités issus de l’immigration. Mais, pour le moment, toute la question est de savoir comment, à l’avenir, ces « jeunes de banlieue » aux destins variés vont pouvoir transformer ce sentiment d’injustice en action sociale concrète et surtout en véritable débouché politique institutionnel.

Haut de page

Bibliographie

Amrani Y. & S. Beaud (2004), Pays de malheur ! Un jeune de cité écrit à un sociologue, Paris, Éditions La Découverte.

Avenel C. (2004), Sociologie des « quartiers sensibles », Paris, Éditions Armand Colin.

Bacqué M.-H. & S.Fol (1997), Le Devenir des banlieues rouges, Paris, Éditions L’Harmattan.

Bazin H. (2001), La Culture Hip-Hop, Paris, Éditions Desclée de Brouwers.

Beaud S. & M. Pailoux (1999), Retour sur la condition ouvrière, Paris, Éditions Fayard.

Beaud S. & M. Pailoux (2003), Violences urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classes dangereuses, Paris, Éditions Fayard.

Beaud S. & O. Masclet (2006), « Des "marcheurs" de 1983 aux "émeutiers" de 2005. Deux générations sociales d’enfants d’immigrés », Les Annales HSS, juillet-août, n° 4, pp. 800-843.

Bertho A. (2009), Le Temps des émeutes, Paris, Éditions Bayard.

Bouamama S. (1994), Dix ans de marche des beurs. Chronique d’un mouvement avorté, Paris, Éditions Desclée de Brouwer.

Bouamama S. (2009), Les Classes et quartiers populaires. Paupérisation, ethnicisation et discrimination, Paris, Éditions du Cygne.

Boubekeur A. (2003), Les Mondes de l’ethnicité. La communauté d’expérience des héritiers de l’immigration maghrébine, Paris, Éditions Balland.

Boucher M. (1999), Rap, expression des lascars. Significations et enjeux du rap dans la société française, Paris, Éditions L’Harmattan.

Boucher M. (2010a), Les Internés du ghetto. Ethnographie des confrontations violentes dans une cité impopulaire, Paris, Éditions L’Harmattan.

Boucher M. (2010b), Turbulences. Comprendre les désordres urbains et leur régulation (2e édition), Paris, Éditions Tétraèdre.

Bourgois P. (2001), En Quête de respect. Le crack à New York, Paris, Éditions du Seuil.

Braconnier C. & J.-Y. Domargen (2007), La Démocratie de l’abstention. Aux origines de la mobilisation électorale en milieu populaire, Paris, Éditions Folio actuel.

Brouard S. & V. Tiberj (2005), Français comme les autres ? Enquête sur les citoyens d’origine maghrébine, Paris, Presses de Sciences-po.

Castel R. (2007), La Métamorphose de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Éditions Fayard.

Castel R. (2007), La Discrimination négative. Citoyens ou indigènes ?, Paris, Éditions Seuil.

Castel R. (2009), La Montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Éditions du Seuil.

Cesari J. (1997), Faut-il avoir peur de l’Islam ?, Paris, Presses de Sciences-po.

Chavanes J. (2009), La Cité au travail. L’insertion des jeunes de « banlieue » d’origine maghrébine, Paris, Éditions L’Harmattan.

Coutant I. (2005), Délit de jeunesse. La justice face aux quartiers, Paris, Éditions La Découverte.

Dubar C. (dir.) (1987), L’Autre jeunesse. Des jeunes sans diplôme dans un dispositif de socialisation, Lille, Presses Universitaire de Lille.

Dubet F. (1987), La Galère : jeunes en survie, Paris, Éditions Fayard.

Duprez D. & M. Kokoreff (2000), Les Mondes de la drogue, Paris, Éditions Odile Jacob.

Elias N. (1973), La Civilisation des mœurs, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Fassin D. (1994), « Exclusion, underclass, marginalidad. Figures contemporaines de la pauvreté en France, aux États-Unis et en Amérique latine », Revue française de sociologie, vol. 3, n° 1, pp. 37-75.

Geisser V. (2003), La Nouvelle islamophobie, Paris, Éditions La Découverte.

Geisser V. & E.Y. Soum (2009), Discriminer pour mieux régner. Enquête sur la diversité dans les partis politiques, Paris, Les Éditions de l’Atelier.

Guenfoud K. (2002), « L’avenir des morts. Mémoire et réputation », Ethnologie française, vol. 23, n° 1, pp.95-101.

Grason D. & B. Masséra (2004), Chausson : une dignité ouvrière, Paris, Éditions Syllepse.

Habermas J. (1978), L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Éditions Payot.

Hajjat A. (2005), Immigration et mémoire postcoloniale, Paris, Éditions L’Harmattan.

Honneth A. (2000), La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Édition du Cerf.

Kepel G. (1991), Les Banlieues de l’islam. Naissance d’une religion en France, Paris, Éditions du Seuil.

Kapko N. (2007), L’Islam, un recours pour les jeunes, Paris, Presses de Sciences-po.

F. Khosrokavar F. (1997), L’Islam des jeunes, Paris, Éditions Flammarion.

Kokoreff M. (2000), « Faire du business dans les quartiers. Éléments sur les transformations socio-historiques de l’économie des stupéfiants en milieux populaires. Le cas du département des Hauts-de-Seine », Déviance et société, vol. 24, n° 4, pp. 403-423.

Kokoreff M. (2008), Sociologie des émeutes, Paris, Éditions Payot.

Labov W. (1993), Le Parler ordinaire. La langue dans les ghettos noirs américains des États-Unis, Paris, Les Éditions de Minuit (3édition).

Lagrange H. (2008), « Émeutes, ségrégation urbaine et aliénation politique », Revue française de Science politique, Vol. 58, n° 3, pp. 377-401.

Lagrange H. & M. Oberti (dir.) (2006), Émeutes urbaines et protestation. Une singularité française, Paris, Presses de Sciences-po, pp. 97-114.

Lapeyronnie D. (2006), « Révolte primitive dans les banlieues françaises. Essai sur les émeutes de l’automne 2005 », Déviance et société, n° 4, pp. 431-448.

Lapeyronnie D. (2008), Ghetto urbain. Ségrégation, violence pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Éditions Robert Laffont.

Lepoutre D. (1997), Cœur de banlieue. Codes, rites et langage, Paris, Éditions Odile Jacob.

Le Breton D. (2002), Conduites à risques, Paris, Presses universitaires de France.

Marlière É. (1998), Le 74, une cité ouvrière de Gennevilliers au cœur des transformations, Université Paris 8.

Marlière É. (2003), Les Recompositions culturelles chez les jeunes issus de l’immigration dans la proche banlieue de Paris, Université Paris 8.

Marlière É. (2005), Jeunes en cité. Diversité des trajectoires ou destin commun ?, Paris, Éditions L’Harmattan.

Marlière É. (2006), « Les jeunes de cité en visite au "bled". "Ennemis de l’intérieur" en France et "touristes étrangers" au Maghreb, Hommes & Migrations, n° 1262, pp. 99-113.

Marlière É. (2007a), « Chroniques socio-historiques des pratiques déviantes d’une jeunesse populaire dans un quartier de "banlieue rouge" », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], 2 |  2007, mis en ligne le 27 juin 2007, Consulté le 15 mai 2011. URL : http://socio-logos.revues.org/572

Marlière É. (2007b), « Jeunes des cités et parcours scolaires », dans Barreau J.-M. (dir.), Dictionnaire des inégalités, Paris, ESF Éditions, pp.169-172.

Marlière É. (2008a), La France nous a lâchés ! Le sentiment d’injustice chez les jeunes de cité, Paris, Éditions Fayard.

Marlière É. (2008b), « Les jeunes de cité. Territoires et pratiques culturelles », Ethnologie française, 4, pp. 711-721.

Marlière É. (2008c), « Des "ouvriers communistes" aux "jeunes des cités" : histoire croisée de la non-reconstruction d’une demande sociale », dans Anquetin V. & A. Freyermuth (dir.), La Figure de l’« habitant ». Sociologie politique de la « demande sociale », Rennes, Presses de l’université de Rennes, pp.115-129.

Marlière É. (2009), « Jeunes des banlieues et émeutes urbaines », dans Roudet B. (dir.), Regard sur les jeunes en France, Québec et Canada, Québec, Les Presses de l’Université Laval, pp. 127-145.

Marlière É. (2010a), « La place incertaine des "jeunes de cité" français issus de l’immigration maghrébine : la difficile construction d’une double altérité entre la France et les pays du Maghreb », Revue tunisienne des Sciences sociales, vol. 140, n° 47, pp. 197-220.

Marlière É. (2010b), « Un espace sur les deux rives ? Incertitude des "jeunes de cité" », dans Lorcerie F. (dir.), Pratiquer les frontières. Jeunes migrants et descendants de migrants dans l’espace franco-maghrébin, Paris, CNRS Éditions, pp. 155-171.

Marlière É. (2010c), « Le sentiment d’injustice comme construction d’une identité collective chez les "héritiers des quartiers populaires" », dans Boucher M. (dir.), Penser les questions sociales et culturelles : quels enjeux pour l’intervention sociale ?, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 225-239.

Marlière É. (2011a ), « "Jeunes des cités" et "minorités visibles" : de la résistance émeutière et culturelle à la conquête du pouvoir local », dans Benbassa E. (dir.), Minorités visibles en politique, Paris, CNRS Éditions, (à paraître).

Marlière É. (2011b), « Déviances et délinquance d’une jeunesse populaire dans un quartier ouvrier en transformation durant le xxème siècle. De l’entre-deux-guerres à l’ère postindustrielle », dans De Weirt X. & X. Rousseaux (dir.), Violences juvéniles urbaines en Europe. Histoire d’une construction sociale, Louvain-la-neuve, UCL, pp. 123-141.

Marlière É. & S. Fontaine (2011), « La médiation de rue comme régulation des désordres urbains », Pensée Plurielle, n° 26, pp. 13-23.

Masclet O. (2003), La Gauche et les cités. Enquête sur un rendez-vous manqué, Paris, Éditions La Dispute.

Mauger G. (2006a ), L’émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, Broissieux, Éditions Le Croquant.

Mauger G. (2006b), Les Bandes, le milieu et la bohême populaire. Études de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2005), Paris, Éditions Belin.

Mohammed M. (2009), « Les affrontements entre bandes : virilité, honneur et réputation », Déviance et Société, vol. 33, n° 2, pp. 173-204.

Mohammed M. (2007), « Les voies de la colère : "violences urbaines" ou révolte d’ordre politique ? L’exemple des Hautes-Noues à Villers-sur-Marne », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], 2 |  2007, mis en ligne le 18 juin 2007, Consulté le 14 mai 2011. URL : http://socio-logos.revues.org/352, pp. 1-18.

Monod J. (1968), Les Barjots, essai d’ethnologie des bandes de jeunes, Paris, Éditions Julliard.

Mucchielli L. (2003), « Le rap de la jeunesse des quartiers relégués. Un univers de représentations structuré par des sentiments d’injustice et de victimation collective », dans Boucher M. & A. Vulbeau, Émergences culturelles et jeunesse populaire. Turbulences ou médiations ?, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 325-355.

Mucchielli L. (2010), « Les émeutes urbaines dans la France contemporaine », dans Crettiez X. & L. Mucchielli (dir.), Les Violences politiques en Europe. Un état des lieux, Paris, Éditions La Découverte, pp. 141-176.

Mucchielli L. & V. Le Goaziou (dir.) (2007), Quand les Banlieues brûlent … Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, Éditions La Découverte, pp. 11-35.

Muchembled R. (1998), La Société policée. Politique et politesse en France du xvième au xxème siècle, Paris, Éditions du Seuil.

Paugam S. (1991), La Disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, Presses universitaires de France.

Peyrat S. (2003), Justices et cités. Le droit des cités à l’épreuve de la République, Paris, Éditions Anthropos.

Renahy N. (2005), Les Gars du coin, enquête sur une jeunesse rurale, Paris, Éditions La Découverte.

Retière J.-N. (2003), « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, vol. 63, n° 16, pp. 121-143.

Rey H. (2004), La Gauche et les classes populaires. Histoire et actualité d’une mésentente, Paris, Éditions La Découverte.

Rey H. (1996), La Peur des banlieues, Paris, Presses de Sciences-po.

Ribert E. (2006), Liberté, égalité, fraternité. Les jeunes issus de l’immigration et l’appartenance nationale, Paris, Éditions La Découverte.

Rigouste M. (2009), L’Ennemi intérieur. Des guerres coloniales au nouvel ordre sécuritaire, Paris, Éditions La Découverte.

Robert P. (2002), L’Insécurité en France, Paris, Éditions La Découverte.

Robert P. & P. Lascoumes (1974), Les Bandes d’adolescents, une théorie de la ségrégation, Paris, Éditions ouvrières.

Roudjia A. (1990), Les Frères et la mosquée. Enquête sur le mouvement islamiste en Algérie, Paris, Éditions Karthala.

Touraine A. (1968), La Société postindustrielle, Paris, Éditions Denoël.

Saint-Blancat C. (1997), L’Islam de la diaspora, Paris, Éditions Bayard.

Santelli E. (2007), Grandir en banlieue. Parcours et devenir des jeunes Français d’origine maghrébine, Paris, CIEMI.

Sauvadet T. (2006), Le Capital guerrier. Concurrence et solidarités entre jeunes de cité, Paris, Éditions Armand Colin.

Silberman R. & I. Fournier (2006), « Les secondes générations sur le marché du travail en France : une pénalité ethnique ancrée dans le temps ; construction à la théorie de l’assimilation segmentée », Revue française de sociologie, vol. 47, n°2, pp. 243-292.

Todd E. (1997), Le Destin des immigrés, assimilation et ségrégation dans les démocraties occidentales, Paris, Éditions du Seuil.

Vulbeau A. (2001), « La jeunesse comme ressource : un paradigme pour un espace de recherche », dans Vulbeau A. (dir.), La Jeunesse comme ressource. Expérimentations et expérience dans l’espace public, Toulouse, Éditions Erès, pp. 9-21.

Wacquant L. (2006), Parias urbains. Ghetto, banlieue, État, Paris, Éditions La Découverte.

Waddington D. (2010), « Approche comparative et pluridimensionnelle des émeutes en France et en Grande-Bretagne », dans Crettiez X. & L. Mucchielli (dir.), Les Violences politiques en Europe. Un état des lieux, Paris, Éditions La Découverte, pp. 177-193.

Wilson W.J. (1987), Les Oubliés de l’Amérique, Paris, Éditions Desclée de Brouwer.

Haut de page

Notes

1  Je reprends ce terme des travaux d’un jeune socio-historien qui compare la manière dont l’armée française traitait les fellaghas pendant la guerre d’Algérie avec les procédés de contrôle des policiers vis-à-vis de la jeunesse populaire française en banlieue (Rigouste, 2009).

2  Les jeunes réputés pour leur violence et leur « dureté » dans ce quartier fréquentent à la fin des années 1970 le « milieu » à Belleville notamment.

3  Dans le quartier étudié, à la place d’une partie de l’usine Chausson détruite la décennie précédente, est construite en été 2010 une grande mosquée pouvant accueillir 5 000 fidèles. Lors du vendredi Jamoura, il est très fréquent de voir la mosquée totalement remplie de « fidèles » alors qu’il existe également deux autres salles de prières situées à moins de 300 mètres.

4  Inquiétude grandissante à la suite des attentats du 11 septembre 2001 chez de nombreux élus de droite comme de gauche d’ailleurs. Ce constat fait dire au politologue Vincent Geisser qu’il se développerait parmi les élites politiques et médiatiques des relents d’ « islamophobie » en France (Geisser, 2003).

5  La plupart des jeunes rencontrés se reconnaissent comme français et défendent les « valeurs » de la république, notamment dans ses interprétations tolérantes. Plus de 7 jeunes sur 10 ne cautionnent pas les propos extrémistes de certains « radicaux islamistes », ne se reconnaissent pas dans une quelconque pratique salafis et condamnent à l’unanimité les régimes talibans, des pays du Golfe et de toute sorte d’État théocratique musulman.

6  Autant dire que le récent débat sur la laïcité a renforcé d’un point de vue collectif un sentiment de colère et d’amertume chez les jeunes adultes rencontrés dans les trois cités populaires du quartier.

7  Voir le rapport ONZUS sorti en décembre 2010 : 43 % des jeunes actifs et 37 % des jeunes actives étaient sans emploi en 2009. Sur une population globale de 250 000 jeunes recensée dans 751 quartiers populaires qui relèvent des politiques de la ville, 100 000 pointent au chômage. Le taux de chômage dans la ZUS a grimpé à 18,9 %, soit le double des autres territoires urbains.

8  Nous en oublions probablement d’autres. Pour comprendre la logique de la structure voir le lien : http://www-indigenes-republique.org/spip.php3?id_article=120.

9  Voir la page Facebook http://fr-fr.facebook.com/people/banlieue-plus/100000606667154 ; récemment les organisateurs de ce collectif viennent de monter un site internet : http://banlieueplus.fr/

10  D’ailleurs, ces mouvements associatifs souhaitent se transformer en partis politiques : les « Indigènes de la République » se nomment le PIR (Parti des Indigènes de la République) et l’association « Banlieue + » souhaite se métamorphoser en force de proposition politique pour les prochaines échéances électorales.

11  Hormis une poignée de jeunes souvent diplômés et fortement mobilisés par l’idéologie de la réussite individuelle. Ces jeunes sont perçus comme de véritables « opportunistes » par les autres jeunes car ils ont « intériorisé » les valeurs de la « société libérale ». La création du ministère de l’Immigration et de l’identité nationale les a davantage isolés.

12  Au sujet de cette notion voir Retière, 2003, pp. 121-143.

13  Ce dernier pense qu’il ne faut pas trop se lancer rapidement afin de ne pas « décrédibiliser » à court terme.

14  Pour beaucoup de jeunes, la notion de « bled » évoque le pays d’origine des parents avec toute l’histoire rurale et les traditions qui vont avec.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Marlière, « Émeutes urbaines, sentiments d’injustice, mobilisations associatives », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://sociologies.revues.org/3521

Haut de page

Auteur

Éric Marlière

Maître de conférences à l’Université de Lille III, chercheur au CeRIES (Centre de recherche « Individus, Épreuves, Sociétés »), Lille, France - e.marliere@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page