Navigation – Plan du site
La Signification du travail. Nouveau modèle productif et ethos du travail au Québec

La nouvelle éthique du travail au service de l’entreprise de soi ?

Discussion de l’ouvrage de Daniel Mercure et Mircea Vultur La Signification du travail. Nouveau modèle productif et ethos du travail au Québec, Presses Universitaires de Laval, 2010
Dominique Méda

Notes de la rédaction

Le grand résumé de La Signification du travail par ses auteurs est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3503.html et la discussion par Diane-Gabrielle Tremblay à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3505.html.

Texte intégral

1L’ouvrage de Daniel Mercure et Mircea Vultur constitue de mon point de vue un apport majeur aux débats actuellement en cours en sociologie – mais aussi dans d’autres disciplines – sur la « valeur-travail » et les évolutions de celle-ci. Il fera date au sens où – à supposer que la sociologie d’un objet, d’un thème ou d’un champ soit semblable à l’édification d’un bâtiment – il permet, à un moment donné de l’accumulation du savoir, d’atteindre à partir d’un point de vue stabilisé une vision panoramique qui donne à un ensemble son sens. Je voudrais dans le commentaire qui suit développer successivement trois points : revenir dans un premier moment sur l’ambition théorique qui anime les deux auteurs (et sur la manière dont ils conçoivent un dispositif de recherche à la hauteur de cette ambition) ; consacrer ensuite le temps qui convient aux résultats très édifiants que nous livre l’enquête de nos deux auteurs ; terminer par une interrogation sur les contradictions qui minent à mon sens le processus décrit par Daniel Mercure et Mircea Vultur et sur les possibles modalités de résolution de celles-ci.

Un ouvrage qui sert une très grande – et très légitime – ambition théorique

2À un moment où les dirigeants politiques français mettent à nouveau en scène leurs craintes pour la « valeur-travail » et où tous les programmes politiques en gestation s’apprêtent à mettre en bonne place la nécessaire « réhabilitation de la valeur-travail », il est revigorant de disposer d’un ouvrage – certes apparemment consacré au seul Québec mais en réalité, nous le verrons, d’un usage bien plus étendu – qui met un dispositif de recherche extrêmement rigoureux et soigné au service d’une ambition théorique qui peut sembler démesurée, mais qui produit d’évidentes avancées dans la connaissance.

3De quoi s’agit-il donc ? De rien moins que de mettre en perspective les évolutions des valeurs, des attitudes et des croyances relatives au travail et celles du modèle productif, de manière à comprendre si les variations intervenues dans les deux sous-systèmes ont quelque chose à voir les unes avec les autres. Les valeurs, attitudes et croyances sont-elles en définitive et en dernier ressort, le produit des évolutions économiques et du modèle productif, ou bien sont-ce les transformations des valeurs et des représentations qui déterminent les changements du modèle productif ? Au-delà de ces déterminismes univoques, dont ils connaissent tous les rouages et qu’ils récusent sans s’y appesantir, Daniel Mercure et Mircea Vultur suspendent en quelque sorte leur jugement pour adopter un point de vue plus nuancé à partir duquel se découvre l’essentiel : la congruence des évolutions.

4Il existe, écrivent-ils en annexant à leur démarche sociologique une expression tirée de la littérature – ce qui est très significatif de la nécessité d’inventer des instruments et un langage pour penser à nouveaux frais ces relations – il existe donc, des « affinités électives » entre les changements intervenus dans le modèle productif, dont l’un des principaux éléments est l’exigence d’implication subjective et d’investissement personnel des travailleurs dans leur travail et les changements culturels, qui se caractérisent par le souhait radicalement nouveau de réalisation de soi des individus dans toutes les sphères de leur vie. Pendant que l’histoire des attitudes vis-à-vis du travail en Occident ces cinquante dernières années prenait la forme de la substitution au travail-devoir social du travail-réalisation de soi (dans une logique très inglehartienne), la sortie du taylorisme et du fordisme exigeait des individus un rapport au travail radicalement nouveau, un investissement de toute leur personne, la possibilité de penser le travail comme un accomplissement.

5On ne comprendrait pas le fonctionnement du processus si n’intervenait un troisième terme, comme dans une démonstration logique – et c’est là que le cadre d’analyse mis en œuvre par les auteurs révèle toute sa subtilité – composé des « normes managériales » ou encore, écrivent parfois nos auteurs, de « l’idéologie managériale ». Celle-ci apparaît comme la médiation, une sorte de troisième sous-système qui permet de comprendre les interrelations entre les deux autres et semble les organiser : c’est bien par l’intermédiaire de celui-ci que se diffusent, dans l’esprit des travailleurs et dans les normes qui gouvernent les croyances sociales, le nouvel esprit du temps, les nouvelles aspirations et que s’organise la congruence des évolutions. Voilà comment – et c’est la thèse principale et convaincante des auteurs – les changements culturels ont accompagné, précédé, en tous cas permis les changements du modèle productif.

6C’est bien la prise en considération de ces normes managériales – appréhendées à travers le degré d’adhésion des individus à leur égard – qui permet d’échapper au caractère un peu trop « magique » de la notion d’« affinités électives ». Ce sont elles qui constituent la médiation nécessaire et qui constituent en quelque sorte le « milieu » grâce auquel la transformation presque chimique des normes et la conversion des esprits s’opère. Mais à ce stade de la démonstration, les auteurs laissent ouvert tout un champ de questions, qu’ils ont eux-mêmes suscitées : comment cette idéologie managériale (lubrifiant du capitalisme ?) a-t-elle été fabriquée et par qui ? Sont-ce les entreprises (leurs lobbys, leurs dirigeants ?), sont-ce les possédants, sont-ce les gouvernements qui les ont conçues ? Dans quelle mesure les universitaires, les consultants, les hommes politiques, les media ont-ils participé à cette construction et avec quel degré de conscience ? Quel est le secret de la fabrique de cette idéologie qui semble bien provoquer les changements culturels qui permettront l’épanouissement des évolutions économiques désirées ? Comment ces normes se fabriquent-elles, se diffusent-elles ? Et si tel est bien le point de vue des auteurs, ne s’agit-il pas d’une version améliorée de la thèse de la détermination en dernier ressort économique des phénomènes versus celle de l’autonomie des changements culturels ?

Des avancées considérables dans un vaste chantier en cours

7L’ouvrage de Daniel Mercure et Mircea Vultur ne se contente pas (!) d’ouvrir de vastes perspectives théoriques et de proposer des interprétations méta- des transformations en cours. Du point de vue formel, il livre à tous ceux qui réfléchissent et travaillent sur le rapport au travail, des catégories, des instruments, des méthodes et des dispositifs de recherche qui constituent une véritable avancée et peuvent être appropriés par toute la communauté. Du point de vue du contenu, il apporte des résultats qui confirment ou confortent d’autres enquêtes et rendent dès lors possible une certaine généralisation, marquant ainsi un évident progrès de la connaissance.

8Revenons sur ce que j’ai appelé le côté formel et qui concerne le dispositif de recherche, extrêmement rigoureux, soigné et mobilisable par d’autres membres de la communauté. Ayant moi-même beaucoup critiqué la manière d’interroger les individus sur leur rapport au travail, notamment le caractère radicalement insuffisant de la notion d’importance pour cerner la nature réelle du rapport au travail – car le travail peut être important pour de multiples raisons, radicalement opposées : important parce qu’il occupe toute ma vie, parce que je n’en ai pas, parce qu’il me donne une place, parce que j’en ai besoin pour vivre, parce qu’il me permet de m’exprimer dans ma singularité… – et ayant par ailleurs expérimenté des types de question qui permettent d’éviter ces écueils, j’ai particulièrement apprécié les formulations utilisées dans l’enquête.

9Au lieu de demander aux personnes si le travail est important, nos auteurs – sachant aussi combien il est difficile pour les individus de reconnaître qu’une activité aussi déterminante pour l’estime de soi est « peu importante » – préfèrent demander aux individus un classement qui permet de situer le travail parmi d’autres valeurs (« le travail est-il la valeur la plus importante de votre vie ? Parmi les valeurs les plus importantes de votre vie ? ») puis de hiérarchiser celles-ci : « parmi les valeurs suivantes, laquelle a le plus de valeur à vos yeux ?». Si j’attache une importance particulière à ce qui pourrait n’apparaître que comme un détail relevant de l’arrière-cuisine du sociologue, c’est parce que j’ai fait l’expérience des faux débats qui peuvent s’enter sur des questionnements trop flous. La question n’est pas de savoir si le travail est important. Il l’est et personne n’en doute. Elle est de comprendre s’il existe différentes valeurs, activités, sphères de vie considérées comme également importantes, et entre lesquelles de ce fait les individus peuvent avoir à choisir, être déchirés, ou qu’ils souhaitent pouvoir articuler. Cette formulation vise, chez nos auteurs, à déterminer ce qu’ils appellent la « centralité » du travail, qu’ils décomposent en centralité absolue et relative. Autant leur démarche et la formulation à laquelle ils parviennent me semblent constituer un progrès certain (nous devrions tous adopter désormais leurs formulations) autant avoir conservé pour désigner ce dont il est question le terme de « centralité » me semble inadéquat. Car ce n’est pas de centralité qu’il s’agit mais bien de place parmi les valeurs et de place dans la vie, au double sens spatial et temporel.

10La reformulation opérée par les auteurs, pour appréhender la diversité des finalités du travail, à partir des différentes typologies existantes (dimension matérialiste/post-matérialiste ; expressive/instrumentale ; intrinsèque/extrinsèque ; instrumentale, expressive, symbolique, sociale…), autour du binôme économique/expérientiel me semble également très intéressante et tout à fait généralisable. D’une certaine manière, Daniel Mercure et Mircea Vultur nous proposent un langage et une grammaire commune pour scruter les évolutions du rapport au travail dans les différentes sociétés, voire pour les comparer et cela est essentiel quand on sait l’appétit actuel pour les grandes bases de données subjectives et les précautions dont il faut entourer les comparaisons internationales réalisées à partir de celles-ci.

  • 1 À ce moment de mon propos, je ne peux que réitérer mon regret d’avoir moi-même, involontairement, c (...)

11Mais j’en viens maintenant aux résultats, dont je voudrais souligner le caractère extrêmement édifiant. Si le travail figure pour les trois quart des personnes interrogées parmi les valeurs très importantes (mais qui en aurait douté ? 1), seules 7,4% parmi celles-ci indiquent que le travail est la valeur la plus importante de leur vie, et 12,5% indiquent que le travail est la sphère de vie la plus importante contre 77% pour lesquels la vie de couple et la vie familiale tiennent la première place. En 2005, en exploitant l’enquête Histoire de vie-Construction des identités, notamment une question dont j’avais proposé la formulation, nous avions mis en évidence que 66% de la population interrogée considérait que « le travail est assez important mais moins que d’autres choses (vie familiale, vie personnelle, vie sociale…) ». À la question : « Parmi les thèmes suivants, quels sont les trois qui vous correspondent le mieux ? Qu’est-ce qui dit le mieux qui vous êtes ? », 76% des personnes répondaient en premier « la famille » et 7% « le métier, la situation professionnelle, les études » (Garner, Méda & Senik, 2005).

12Les résultats de l’enquête québécoise apportent une confirmation éclatante de la place qu’occupe aujourd’hui le travail dans la vie des individus : très important mais pas premier ; essentiel à « avoir » comme l’avaient bien montré Christian Baudelot et Michel Gollac (2003), mais ensuite important « tout autant » que d’autres activités, valeurs, sphères de vie, dont la caractéristique est d’être également consommatrices de temps, d’énergie, de charge mentale. L’autre résultat tout aussi déterminant – et également en totale conformité avec ceux que nous avions mis en évidence grâce à l’enquête Histoire de vie-Construction des identités – consiste dans la très grande diversité du rapport au travail (dans sa double dimension de place et de finalité) selon les catégories socioprofessionnelles : le rapport au travail reste marqué, pour une grande partie des ouvriers et des employés par la distance et considéré avant tout comme un gagne-pain cependant que les cadres, professions intellectuelles, chefs d’entreprise (mais aussi dans l’enquête française citée, les artisans et commerçants) considèrent le travail comme la sphère la plus propice à la réalisation de soi et la source majeure de leur identité. Enfin, la montée des dimensions « expérientielles » a été vérifiée en Europe au cours de la vaste enquête que nous avons menée, sous la coordination de Patricia Vendramin, sur le rapport au travail des Européens (Vendramin, 2010).

Un processus miné par les contradictions ?

13Daniel Mercure et Mircea Vultur décrivent un processus au cours duquel les changements culturels ont permis ou ont été convergents avec les changements du modèle productif, sans que l’on sache très bien si un principe unique a déterminé l’évolution des deux sous-systèmes (par exemple la montée de l’individualisme aurait pu déterminer à la fois la nécessité pour le modèle productif de produire des biens et services moins standardisés et le souci des individus de se réaliser dans leurs différences sphères de vie), ni de quelle nature sont leurs relations. Tout se passe comme si les premiers avaient permis la production de croyances, d’ethos et finalement de types en adéquation avec les changements du modèle productif de manière à permettre à ceux-ci de se développer. Mais cette thèse pose de nombreuses questions.

14La première concerne le caractère compatible de cette position avec les résultats qui viennent d’être rappelés : si l’appartenance aux catégories socio-professionnelles est déterminante dans le type de rapport au travail et donc si seules les catégories dites supérieures voient leurs attentes vis-à-vis du travail satisfaites, on ne comprend pas, d’une part, pourquoi il y a eu changement – car cette polarisation existait déjà dans les années 1960 (ce dont témoigne par exemple L’Ouvrier de l’abondance) ni comment le changement a pu se faire (sauf à considérer que l’orientation au travail des classes supérieures a déterminé tout le reste).

  • 2 Il est dommage que les auteurs n’aient pas plus pris en considération le rôle d’un certain nombre d (...)

15La seconde s’inscrit dans la même perspective : Daniel Mercure et Mircea Vultur soutiennent que certains types particuliers, notamment ceux qui se caractérisent par l’ethos de la professionnalité et de l’egotélisme, se trouvent le plus en phase avec les traits actuels du modèle post-fordiste. Ces types se caractérisent par des fortes attentes en matière de réalisation de soi au travail et de travail qualifiant. Mais comment ces attentes seraient-elles satisfaites par un modèle productif qui, certes, a exigé une implication de toute la personne des travailleurs mais qui ne s’est pas révélé capable d’accorder une véritable autonomie à la grande majorité de ceux-ci ? On peut penser que le modèle productif – ou du moins certaines organisations ou entreprises de certains secteurs appartenant à ce modèle 2 – permet à certaines catégories de trouver dans le travail une certaine réalisation. Mais cela suffit-il ?

16Par ailleurs, le ver n’est-il pas dans le fruit ? La boîte de Pandore n’a-t-elle pas été ouverte et le système ne s’achemine-t-il pas, loin de la convergence, vers le conflit ? Le processus qui semblait si bien huilé n’est-il pas au contraire irrémédiablement miné par la contradiction entre des individus de plus en plus soucieux de s’épanouir et de se réaliser et, de l’autre, un modèle productif dont les managers ont joué les apprentis-sorciers en exigeant des travailleurs la mobilisation de leur subjectivité et en leur laissant croire que le travail pouvait devenir le haut lieu de l’expression de soi, sans s’en donner les moyens par une transformation radicale du modèle productif ? Avoir suscité le développement de revendications liées à la réalisation de soi n’exige-t-il pas désormais du système productif qu’il soit modifié en profondeur de façon à donner satisfaction à celles-ci ?

  • 3 C’est la situation que la France nous a semblé illustrer (Davoine & Méda, 2008)

17Daniel Mercure et Mircea Vultur ne soulignent pas cette contradiction. Ils voient dans « l’entreprise de soi », en vogue à la fin des années 1990 dans les théories du management, la voie de synthèse entre les évolutions futures du système culturel et du modèle productif. Mais outre que tous les travailleurs ne peuvent pas devenir entrepreneur de soi et qu’un tel modèle, loin de permettre la réalisation de soi, risque bien plutôt de représenter un considérable retour en arrière dans les conditions d’exercice du travail, on peut juger très problématique que l’avenir du processus consiste en une sortie du salariat. Prendre au sérieux la contradiction entre des aspirations à l’épanouissement et la réalisation de soi et la réalité du modèle productif permet pourtant d’envisager plusieurs situations. Ou bien le modèle productif ne parvient pas à se transformer en profondeur et le processus débouche sur la frustration des attentes, la désillusion 3 et peut-être finalement sur la prise de conscience que le travail ne pourra jamais être le « premier besoin vital ». Il faudrait dès lors faire en sorte que les travailleurs accomplissent leur tâche « en dépensant le moins d’énergie possible, dans les conditions les plus dignes, les plus conformes à leur nature humaine » (Marx, 1979).

18Ou bien, la contradiction qui gît au cœur même de notre concept de travail et qui fait de celui-ci à la fois un moyen en vue d’une autre fin – qui prévaut – et la fin elle-même, se résout, comme celle que nous venons de mettre en évidence, par une transformation radicale du modèle productif, faisant droit aux revendications partagées par une partie de plus en plus large de la population. C’est alors une véritable révolution qu’il nous faut imaginer : révolution dans la manière de décider de la production nécessaire, dans la participation des travailleurs aux décisions et à la gestion, dans le choix des indicateurs évaluant la performance, dans les formes d’organisation du travail, dans les types d’association, dans les finalités poursuivies. Quel type d’ethos pourrait principalement accompagner la résolution de la contradiction dans un tel sens ? Paradoxalement, on peut se demander si l’extrême fragmentation des types d’ethos dont Daniel Mercure et Mircea Vultur nous présentent le tableau – et la caractéristique qui est commune à la majorité d’entre eux (l’attachement à la réalisation individuelle) – ne constitue pas aujourd’hui l’obstacle le plus sérieux à une telle résolution, comme si la possibilité même de celle-ci avait été supprimée par éradication des supports susceptibles de la soutenir. Peut-être est-ce leur compréhension aigue du présent qui explique pourquoi Daniel Mercure et Mircea Vultur, au terme de leur magnifique plongée dans les significations du travail, achèvent leur ouvrage par l’évocation d’une figure – l’égotéliste – au service de la valorisation du capital…

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Baudelot C. & M. Gollac (2003), Travailler pour être heureux ? Le bonheur et le travail en France, Paris, Éditions Fayard.

Davoine L. et D. Méda (2008), Place et sens du travail en Europe : une singularité française ?, Document de travail 96-1, Paris, Centre d'études de l'emploi.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Garner H., Méda D. & C. Senik (2006), « La place du travail dans les identités », Économie et statistique, n°393-394, pp. 21-39.
DOI : 10.3406/estat.2006.7140

Goldhorpe J. H., Lockwood D., Bechhofer F. & J. Platt (1972), L’Ouvrier de l’abondance, Paris, Éditions du Seuil.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Inglehart R. (1971), « The Silent Revolution in Europe: Intergenerational Change in Post-Industrial Societies », The American Political Science Review, vol.65, n°4, décembre, pp. 991-1017.
DOI : 10.2307/1953494

Lalive d’Épinay C. (1994), « Significations et valeurs du travail, de la société industrielle à nos jours », dans De Coster M. & F. Pichault (dir.), Traité de sociologie du travail, Bruxelles, Éditions De Boeck, pp. 55-82.

Marx K (1979), Le Capital, dans Œuvres. Économie, Paris, Éditions Gallimard, t. II.

Méda D. (1995), Le Travail, une valeur en voie de disparition, Paris, Éditions Alto-Aubier [rééd. Champs-Flammarion, 1998].

Méda D. (2010), Travail. La révolution nécessaire, Paris, Les éditions de l’Aube.

Vendramin P. (2010), Generations at Work and Social Cohesion in Europe, Bruxelles, Éditions P.I.E Peter Lang, Vol. n° 68.

Haut de page

Notes

1 À ce moment de mon propos, je ne peux que réitérer mon regret d’avoir moi-même, involontairement, contribué à un débat si creux autour de la valeur travail alors qu’au-delà du titre trop provocant – Le Travail. Une valeur en voie de disparition – mon texte ne faisait que mettre en évidence que le xxème siècle constituait une sorte d’acmé pour la valorisation du travail et constituait un appel à une meilleure articulation entre cette activité et d’autres, essentielles au bien-être individuel et social…

2 Il est dommage que les auteurs n’aient pas plus pris en considération le rôle d’un certain nombre de variables dont on peut penser qu’elles sont déterminantes dans le rapport au travail (taille de l’entreprise, secteur, types de management, types d’organisation du travail, politiques de salaire, de temps de travail, présence de syndicats…)

3 C’est la situation que la France nous a semblé illustrer (Davoine & Méda, 2008)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Méda, « La nouvelle éthique du travail au service de l’entreprise de soi ? », SociologieS [En ligne], Grands résumés, La Signification du travail. Nouveau modèle productif et ethos du travail au Québec, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 16 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3504

Haut de page

Auteur

Dominique Méda

Directrice de recherches au Centre d’études de l’emploi, Paris, France - dominique.meda@cee-recherche.fr

Articles du même auteur

Haut de page