Navigation – Plan du site
La précarité

Au-delà de la « précarité » et de son ambivalence : la contribution de l’approche par les capacités

Jean-Michel Bonvin

Résumés

Pour l’auteur, les articles du débat sur la précarité assument des points de vue plus complémentaires qu’antagoniques. Afin de mettre en lumière cette complémentarité, il mobilise deux notions forgées par Amartya Sen : l’objectivité positionnelle, suivant laquelle chaque observateur ou analyste d’une situation donnée se caractérise par un point de vue particulier et néanmoins objectif sur cette réalité (en fonction du contexte national ou institutionnel dans lequel il est situé, de sa trajectoire de vie, etc.). Ensuite, le concept de base informationnelle de jugement en justice qui désigne les informations prises en compte lorsque l’on cherche à évaluer une situation sociale donnée. Dans un premier temps, l’article identifie les différences d’objectivités positionnelles et de bases informationnelles entre les deux auteurs du débat, avant de proposer en conclusion une autre conception, enracinée dans l’approche par les capacités d’Amartya Sen, qui vise à suggérer une base informationnelle alternative en vue de compléter la connaissance disponible sur le phénomène étudié.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

La contribution d’Henri Eckert au débat sur « La précarité » est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3285.html, et celle de Mircea Vultur à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3287.html.

Texte intégral

1Les articles de Mircea Vultur et Henri Eckert assument des points de vue très différents sur la question de la précarité. Ces deux points de vue nous paraissent cependant plus complémentaires qu’antagoniques et il serait à notre sens erroné de prendre position en faveur de l’un contre l’autre. Afin de mettre en lumière cette complémentarité, on peut ici mobiliser deux notions forgées par Amartya Sen. Tout d’abord l’objectivité positionnelle, suivant laquelle chaque observateur ou analyste d’une situation donnée se caractérise par un point de vue particulier et néanmoins objectif sur cette réalité (en fonction du contexte national ou institutionnel dans lequel il est situé, de sa trajectoire de vie, etc.). Dès lors, la connaissance scientifique des phénomènes, que ce soit dans le champ des sciences dures ou celui des sciences sociales, requiert de prendre en compte l’ensemble des objectivités positionnelles afin de tendre vers une perception plus compréhensive du phénomène étudié (Sen, 2002). L’objectif n’est pas ici d’arriver à une connaissance unique et définitive qui serait objective dans l’absolu, mais de collecter le plus possible d’objectivités positionnelles afin de compléter, dans un mouvement sans fin, la connaissance disponible. Ensuite, le concept de base informationnelle de jugement en justice qui désigne les informations prises en compte lorsque l’on cherche à évaluer une situation sociale donnée. De toute évidence, les informations jugées pertinentes par Mircea Vultur ne correspondent pas à celles qui sont mises en avant dans l’article d’Henri Eckert. Il n’est dès lors pas surprenant que leur évaluation de la précarité diverge dans une mesure significative. L’identification de la base informationnelle retenue (et, symétriquement, des informations laissées de côté par chacun des deux auteurs) est riche d’enseignements à cet égard. Dans cette contribution, notre propos sera dans un premier temps d’identifier les différences d’objectivités positionnelles et de bases informationnelles entre les deux auteurs, avant de proposer en conclusion une autre conception, enracinée dans l’approche par les capacités d’Amartya Sen, qui n’a évidemment pas vocation à clore le débat, mais à suggérer une base informationnelle alternative en vue de compléter la connaissance disponible sur le phénomène étudié.

2Les bases informationnelles mobilisées par Henri Eckert et Mircea Vultur divergent à notre sens sur trois plans principaux. Tout d’abord, la précarité évoquée par Vultur concerne avant tout le marché du travail, et la question des droits sociaux ou de la protection sociale n’est que marginalement évoquée. Dans la ligne des études mettant en lumière la variété des capitalismes (Hall & Soskice, 2001), il insiste sur la diversité des situations nationales en matière de régulation du marché du travail et en conclut que l’emploi ou le travail précaire ne sauraient être appréhendés de la même façon partout. En France, qui appartient au groupe des économies coordonnées, la précarité est l’exception, elle relève d’une logique dérogatoire par rapport à la norme fordiste de l’emploi à temps plein et à durée indéterminée. Aux yeux de Mircea Vultur, ce caractère exceptionnel, ou plutôt atypique ou anormal (dans le sens d’un écart à la norme du CDI), explique dans une large mesure sa perception négative par les chercheurs et les salariés. Par contraste, le Canada est une économie libérale dans laquelle la précarité de la relation d’emploi est un phénomène banal et par conséquent mieux accepté par la population. L’approche comparative des marchés du travail français et canadien est ici mobilisée pour relativiser la portée des analyses en termes de précarité de l’emploi et du travail. Par contraste, Henri Eckert montre à quel point la précarisation de l’emploi diffuse ses effets au-delà du marché du travail pour remettre en question l’accès même aux droits sociaux. Dès lors, pour toute une frange de la population qui se retrouve à l’écart du marché du travail pour une période longue ou dont l’insertion professionnelle est durablement fragilisée, l’accès aux prestations de la sécurité sociale s’avère très problématique. La conclusion d’Henry Eckert est double : d’une part l’emploi ne peut effectivement pas être défini comme précaire au sens propre du terme (c’est-à-dire, suivant les termes du Trésor de la langue française repris dans son article, une situation « dont on ne peut garantir la durée, la solidité, la stabilité ; qui, à chaque instant, peut être remise en cause ») puisque cette précarité est connue d’avance et qu’il n’y a donc pas à proprement parler de remise en question possible ; cependant, si l’on considère la situation des personnes en emploi atypique dans sa globalité (et donc aussi sous l’angle de leur difficulté ou impossibilité d’accéder aux droits sociaux), le terme de précarité peut être mobilisé à bon droit. Les bases informationnelles mobilisées par les deux auteurs divergent de manière significative : lorsque Mircea Vultur évoque la précarité, il prend en compte avant tout les informations liées à la situation sur le marché du travail, alors que la conception de la condition salariale développée par Henri Eckert se focalise sur l’accès aux droits sociaux et sur la notion de propriété sociale forgée par Robert Castel. Pour éviter la confrontation idéologique et stérile sur le plan scientifique de ces deux bases informationnelles, il convient d’identifier l’objectivité positionnelle à partir de laquelle les deux chercheurs s’expriment. Ce qui nous amène à la deuxième divergence que nous souhaitons relever dans ce bref propos.

3Cette différence concerne la manière d’évaluer la question de la précarité. Ainsi, vue du Canada, que Gøsta Esping-Andersen range au nombre des États-providence libéraux, celle-ci apparaît comme une étape acceptable, voire souhaitable dans certaines circonstances, vers l’insertion durable sur le marché du travail. Elle est également interprétée positivement, dans la mesure où elle permettrait d’accroître la liberté de choix des personnes qui souhaiteraient privilégier des voies plus équilibrées de conciliation des sphères de vie familiale et professionnelle. De fait, Mircea Vultur voit dans les emplois atypiques qui ne s’inscrivent pas dans la norme fordiste de l’emploi salarié une manière d’élargir les opportunités à disposition des travailleurs. Il souligne que l’insertion sociale de qualité ne dépend pas de l’accès à l’emploi à durée indéterminée et à temps plein, elle peut aussi passer par d’autres formes d’emploi (temps partiel, intérimaire, etc.) qui autorisent, selon Mircea Vultur, une combinaison plus harmonieuse avec les activités non salariées. Les statistiques mobilisées semblent ainsi montrer que la flexibilité des emplois est accueillie favorablement par un nombre croissant de salariés canadiens (28 % en 2005 contre 23,3 % en 1997) et que la question de la sécurité de l’emploi ne constitue pas, dans les termes de Mircea Vultur, « une aspiration professionnelle jugée très importante pour la moitié des jeunes actifs ». Au contraire, la qualité de l’emploi, en termes de contenu, de relations avec les collègues, d’épanouissement personnel, etc. serait une caractéristique fortement valorisée par les populations interrogées. Mircea Vultur met ainsi en avant deux fonctionnalités de l’emploi précaire dans le contexte canadien : d’une part il peut servir de passerelle vers l’emploi stable, d’autre part il autorise un équilibre plus harmonieux entre le travail et les activités non professionnelles. Dans un contexte d’État providence libéral, où l’insertion sociale passe par l’intégration au marché et l’intervention de l’État est envisagée comme résiduelle, la précarité est considérée sous un angle positif et cela pour deux raisons complémentaires. Tout d’abord, elle permet de garder un pied dans le marché du travail, qui fait office de principal intégrateur social. Ensuite, la précarisation de l’emploi ne débouche pas ici sur une précarisation des droits sociaux, dans la mesure où l’accès aux droits sociaux ne dépend pas (en tout cas pas au même point) de l’exercice préalable d’une activité professionnelle, mais d’une situation de pauvreté qui détermine l’éligibilité à des prestations versées sous conditions de ressources (en d’autres termes, seules les personnes en situation de dénuement matériel avéré ont accès à ces prestations, avec tout l’impact qui leur est attaché en termes de stigmatisation des bénéficiaires de telles prestations). Dans ce contexte, l’emploi précaire apparaît préférable au fait de devoir recourir aux prestations sociales. Par contraste, Henri Eckert met l’accent sur l’adossement de la protection sociale à l’emploi, ce qui fait référence à d’autres formes d’État-providence (conservateur ou social-démocrate suivant la typologie de Gøsta Esping-Andersen). Ici, la précarité de l’emploi étend ses effets au-delà du marché du travail, elle coïncide avec une remise en cause significative des droits sociaux des personnes durablement éloignées du marché du travail. Ainsi, le point de référence institutionnel des deux auteurs diverge significativement : dans un cas il s’agit du modèle libéral d’État providence qui privilégie les solutions de marché, dans l’autre c’est le modèle conservateur (ou social-démocrate) qui fait office d’étalon à l’aune duquel la situation actuelle de l’emploi et de la protection sociale est évaluée. Ainsi, les jeunes Canadiens vivent la précarité de manière plus positive, car celle-ci permet de garder un pied dans le marché du travail et d’échapper au stigmate de l’État social, tandis que les jeunes Français, pour certains d’entre eux au moins, subissent les effets de la flexibilité/précarisation de l’emploi en termes de non-accès aux droits sociaux, ce qui les contraint à rechercher ailleurs la protection que l’État ne garantit plus. Bref, la manière dont les phénomènes de précarité sont perçus d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique dépend largement du contexte institutionnel dans lequel les individus, détenteurs d’emplois précaires ou bénéficiaires de prestations mais aussi observateurs scientifiques, sont situés. Si l’on interprète le marché comme le lieu principal de solidarité, la précarité peut être envisagée de manière positive : mieux vaudrait en effet un mauvais emploi que pas d’emploi du tout, car cet emploi de mauvaise qualité serait un premier pas dans la direction d’une insertion durable ; d’une certaine façon la précarité serait, pour ces populations, une étape nécessaire vers son contraire, à savoir l’insertion stable sur le marché du travail. Si au contraire on estime que l’insertion sociale découle de l’intervention combinée des acteurs du marché et des collectivités publiques, la précarité est alors l’entrée dans un engrenage de vulnérabilité et de marginalisation sociale durables. Ainsi, les ressorts et les conséquences de la précarité ne sont pas les mêmes dans les deux contextes étudiés. Ces différences en termes d’objectivités positionnelles expliquent dans une large mesure les évaluations différenciées de la précarité en France et au Canada.

4Enfin, les deux auteurs se distinguent sur leur évaluation de la capacité des individus de s’en sortir par eux-mêmes. Pour Mircea Vultur, l’individu est certes soumis à des contraintes sociales, mais il n’est pas pour autant une victime résignée et impuissante. À ses yeux, l’emploi précaire doit être conçu comme une opportunité qu’il convient de saisir et une étape vers une insertion professionnelle stabilisée. Il peut aussi contribuer à un équilibre plus harmonieux des différentes facettes – professionnelle, familiale, culturelle, sportive, etc. – de la vie d’une personne. Par contraste, Henri Eckert insiste sur la nécessité de reconnaître la pluralité des situations possibles au regard de la précarité : pour les uns, qualifiés et au bénéfice de réseaux sociaux denses, la précarité/flexibilité de l’emploi augmente les opportunités à disposition et la liberté de choix ; pour les autres, peu ou pas qualifiés et affectés par les stigmates de la migration, de la couleur de peau ou du domicile dans un quartier réputé difficile, la précarité est le premier pas vers la marginalisation durable et vers un rétrécissement significatif de leur liberté de choix. Sur les quatre régimes d’insertion professionnelle des jeunes identifiés par Henri Eckert, seuls deux se signalent par leur insertion progressive et durable dans le noyau dur du salariat. Pour les deux autres régimes, qui représentent près d’un tiers des jeunes étudiés, la situation est plus problématique. Henri Eckert souligne ici l’impact de facteurs structurels tels que le genre, l’origine populaire ou immigrée, l’absence ou le déficit de qualifications, ou encore la couleur de peau. Cette divergence entre les deux auteurs est fondamentale : le poids des structures et contraintes sociales apparaît en effet moins déterminant chez Mircea Vultur qui met en avant la possibilité que tous les individus « jeunes ou vieux, hommes ou femmes » ont de « tirer profit des occasions et des ressources à leur disposition sur le marché du travail », alors qu’Henri Eckert met l’accent sur les entraves considérables que peuvent représenter les contraintes sociales lorsque l’on parle de l’accès à l’emploi et aux droits sociaux. Cette divergence peut également être illustrée à la lumière des bases informationnelles privilégiées par les deux auteurs : les chiffres mobilisés par Mircea Vultur font référence à des sondages d’opinion cherchant à identifier comment certaines dimensions liées à la qualité de l’emploi sont évaluées, avec tous les biais que cela peut entraîner en termes d’adaptation des préférences ; de son côté, Henri Eckert s’appuie sur une enquête longitudinale visant à appréhender objectivement l’évolution des parcours professionnels d’une cohorte de jeunes sur une période de sept ans et qui ne prend donc pas en compte l’appréciation subjective de ces personnes. Le risque est donc, chez Mircea Vultur, que les personnes aient adapté leurs préférences en fonction des opportunités disponibles sur le marché du travail et que la satisfaction déclarée s’apparente donc, dans certains cas au moins, plus à de la résignation face à une situation inévitable qu’à une adhésion enthousiaste aux normes du travail flexible. Chez Henri Eckert, le risque est que le chercheur impose son mode de valorisation (en l’occurrence la norme fordiste de l’emploi) à la population enquêtée, laquelle pourrait privilégier d’autres modes de valorisation telles que la notion de liberté de choix entre travail et activités non salariées mise en évidence par Mircea Vultur. Chacun des deux auteurs privilégie donc une base informationnelle partielle et le défi méthodologique consiste ici à trouver des méthodes permettant de collecter de manière combinée et cohérente ces deux types de bases informationnelles. L’approche par les capacités d’Amartya Sen permet, nous semble-t-il, de poser quelques jalons dans cette direction.

5Suivant l’approche par les capacités, il convient d’élargir la base informationnelle mobilisée pour étudier les phénomènes de pauvreté et de précarité. Elle suggère de considérer l’espace des capacités ou de la liberté réelle de choix comme l’espace adéquat pour identifier et évaluer la portée de ces phénomènes. Chez Amartya Sen, la capacité se définit comme la liberté réelle de mener la vie de son choix. Dans un tel cadre, sont considérées comme pauvres ou précaires les personnes démunies en termes de libertés réelles de choix ou dont la situation est fragile à cet égard. Afin d’évaluer l’étendue de cette capacité, il importe de prendre en compte toute une configuration de facteurs englobant a) la question de l’accès aux ressources matérielles (Amartya Sen utilise ici la notion d’entitlements ou « droits d’accès » pour désigner l’ensemble des biens et services auxquels une personne a effectivement accès, que ce soit par le biais des revenus de l’activité professionnelle, des échanges sur le marché ou des droits sociaux garantissant des prestations en espèces ou en nature), b) celle des caractéristiques individuelles (ce qu’Amartya Sen appelle les facteurs de conversion individuels ou la faculté des individus d’utiliser les ressources à leur disposition dans le sens de l’augmentation de leurs libertés réelles et c) celle des paramètres sociétaux (ou facteurs de conversion sociaux, qui désignent la mesure dans laquelle la société ou l’environnement dans laquelle une personne est située favorise ou entrave sa capacité ou liberté réelle de choix). La focalisation sur une seule de ces trois caractéristiques – ressources ou entitlements, facteurs de conversion individuels et sociaux – ne saurait suffire à évaluer le degré de capacité d’une personne. L’analyse scientifique de la pauvreté et de la précarité est donc appelée à élargir la focale et intégrer chacune de ces dimensions. Dans une telle perspective, l’absence d’insertion professionnelle ou le caractère atypique de l’emploi occupé ne coïncident pas nécessairement avec une situation de précarité, dans la mesure où ils peuvent être compensés par l’accès facilité, voire inconditionnel, à des droits sociaux généreux. De même, la flexibilité ne saurait être toujours et partout interprétée comme un accroissement de la liberté de choix des personnes, autorisant plus de souplesse dans la conciliation entre vie familiale et professionnelle. Une telle interprétation est peut-être exacte dans le cas de personnes dotées de qualifications importantes ou d’autres formes de capitaux valorisés dans la société à laquelle ils appartiennent, c’est-à-dire de facteurs de conversion individuels appropriés, mais elle est plus problématique pour ceux qui ne bénéficient pas de telles conditions favorables. Ainsi, la question de la précarité, de même que celle de la pauvreté, dépendent de tout un ensemble de facteurs et doivent être analysées et évaluées à la lumière de cet ensemble.

6L’approche par les capacités apporte donc une double contribution au débat sur la précarité : l’élargissement de la base informationnelle et la proposition d’une autre grille analytique et d’un autre étalon de référence, celui des capacités, qui exige d’évaluer les évolutions actuelles de la condition salariale à l’aune de leurs effets sur les capacités des personnes et notamment des plus défavorisés. À cet égard, cette approche s’inscrit dans la perspective suggérée par l’article d’Henri Eckert visant à ne plus considérer les phénomènes de précarité sous l’angle de « l’emploi lui-même, mais [sous celui de] la situation globale d’un individu », elle permet d’enrichir cette conception en lui assignant une référence normative et analytique plus précise, celle des capacités ou libertés réelles de choix.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Esping-Andersen G. (1990), The Three Worlds of Welfare Capitalism, Princeton, Princeton University Press.
DOI : 10.1177/095892879100100108

Hall P. & D. Soskice (dir) (2001), Varieties of Capitalism, The Institutional Foundations of Comparative Advantage, Oxford, Oxford University Press.

Sen A. (2002), « Positional Objectivity », dans Rationality and Freedom, Cambridge Mass. and London, The Belknap Press of Harvard University Press, pp. 463-483.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Bonvin, « Au-delà de la « précarité » et de son ambivalence : la contribution de l’approche par les capacités », SociologieS [En ligne], Débats, La précarité, mis en ligne le 11 avril 2011, consulté le 16 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3454

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Bonvin

Haute école de travail social et de la santé – EESP, Vaud (Suisse) - jean-michel.bonvin@eesp.ch

Articles du même auteur

Haut de page