Navigation – Plan du site
Franz Kafka. Eléments pour une théorie de la création littéraire

La biographie sociologique : entre la sonde et le scalpel

Discussion de l'ouvrage de Bernard Lahire, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, Éditions La Découverte, 2010
David Vrydaghs

Notes de la rédaction

Le Grand Résumé de Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3429.html ; et la discussion par Randall Collins à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3431.html

Texte intégral

  • 1  Jacques Dubois (1978) préfère ainsi au modèle du champ celui de l’institution littéraire, qui perm (...)
  • 2  Voir, entre autres exemples, la critique du concept d’« autonomie » par Paul Aron (1995) et celle (...)
  • 3  L’image qu’un auteur donne de lui-même à travers son œuvre et ses interventions publiques et qui f (...)

1Depuis les années 1970, les littéraires qui ont trouvé dans la théorie des champs de Pierre Bourdieu un modèle de premier plan pour penser à nouveaux frais les rapports complexes entre littérature et société ont aussi régulièrement discuté ce modèle 1 et ses principaux concepts 2. Parmi les problématiques récemment soulevées figure celle de l’auteur : estimant que les caractéristiques sociales inscrites dans une position étaient insuffisantes pour comprendre la singularité des textes littéraires et, en particulier, la séduction que pouvaient opérer certains auteurs, Jérôme Meizoz a montré que « l’autorité du locuteur n’advient pas seulement au discours du dehors, par le social, comme l’affirme Bourdieu contre Austin, mais elle se négocie simultanément dans le social et dans la performance discursive, qui tous deux contribuent à générer ou détruire cette autorité » (2004, p. 57). Plus largement, des recherches récentes ont souligné la dimension collective de tout auteur (voir notamment Meizoz, 2007 ; Vrydaghs, 2008 ; Luneau & Vincent, 2010) 3 – comme ses dimensions fantasmatique et mythologique (Brissette, 2005 ; Meizoz, 2007 ; Díaz, 2007).

  • 4  Les modes d’acquisition, de stockage et d’utilisation des dispositions au cours des expériences so (...)
  • 5  Bernard Lahire entend par là « l’ensemble des éléments qui sont liés à la situation sociale d’un a (...)

2Dans ce contexte de révision de la notion d’auteur, la biographie sociologique que Bernard Lahire consacre à Franz Kafka ouvre de nouvelles pistes de réflexion et suscite des questions. Son apport principal se situe dans la critique de la notion d’auteur dans le modèle du champ. Dès les premières pages de l’ouvrage, Bernard Lahire entend rappeler que les écrivains ne se réduisent pas à leur « être-comme-membres-du-champ » (p. 27) – problème qu’il avait déjà traité dans son précédent ouvrage (2006) – mais qu’ils fréquentent aussi quotidiennement d’autres univers de socialisation (comme les univers familial, professionnel, etc.) qui façonnent leurs nombreuses dispositions à être, à agir, à penser, à ressentir, à comprendre, etc. et ne peuvent donc pas être sans conséquences sur leur façon de pratiquer la littérature 4. L’argumentaire se développe ensuite pour toucher notamment aux concepts bourdieusiens d’habitus, de trajectoire ou encore de prise de position. Bernard Lahire condamne l’utilisation trop réductrice qu’en fait Pierre Bourdieu, qui amène ce dernier à penser les trajectoires des écrivains comme de purs déplacements à valeur différentielle dans un espace de concurrence, les prises de position comme autant de coups joués contre des concurrents passés ou présents, l’habitus comme la réunion de « quelques grandes dispositions génériques dont [Bourdieu] n’étudie jamais la genèse » (p. 28). Sans contester le fait que les écrivains sont en concurrence, Bernard Lahire déplore que le modèle bourdieusien ne saisisse que cette dimension de l’activité littéraire au détriment de ce qu’il appelle « l’épaisseur existentielle des œuvres » (p. 48) et la « problématique existentielle 5 » des auteurs (p. 81). Passant à côté « des différentes étapes et des différentes dimensions de la socialisation des auteurs », Pierre Bourdieu « ren[d] du même coup invisible tout ce qu’ils investissent dans leur écriture » (p. 40) et « fa[it] disparaître l’idée que les écrivains auraient quelque chose à dire et que c’est précisément pour cette raison qu’ils sont entrés en littérature » (p. 34).

3Ces critiques formulées, Bernard Lahire défend ensuite le recours à une biographie sociologique plus complète et plus complexe, explorant les diverses socialisations d’un auteur et leurs effets sur la constitution d’une problématique existentielle. Si cette méthode se justifie pour des raisons théoriques, elle devient également incontournable pour des motifs historiques. En effet, à partir du moment où l’écrivain n’est plus sous la protection – ni sous la coupe – des puissants, soit au tournant des xviiie et xixe siècles, un régime de création où la singularité du créateur devient la norme se constitue progressivement. Désormais, « la vie de celui qui écrit compte beaucoup plus qu’auparavant dans le processus de création » (p. 97) et la lecture biographique devient une nécessité pour comprendre ce qu’un écrivain a écrit comme la forme qu’il a donnée à ce contenu. Par cette analyse, Bernard Lahire rejoint nombre de chercheurs qui, d’Alain Viala (1985) à Nathalie Heinich (2000), ont souligné que l’autonomisation de la pratique littéraire dans l’espace social s’est accompagnée de l’émergence de la figure de l’auteur. Le sociologue ajoute néanmoins une dimension à ces études en faisant de la vie du créateur le moteur de son esthétique et de son éthique. Reste alors à écrire une histoire de la littérature française moderne qui tienne compte de cette optique particulièrement riche et stimulante.

4Présentant souvent sa recherche comme le fruit de réflexions sur des problèmes sociologiques, Bernard Lahire s’inscrit aussi, comme on vient de le voir, dans un espace de recherche et de discussion spécifiquement littéraire. Il y invite les chercheurs à user d’une méthodologie complexe et rigoureuse afin de donner plus de chair aux écrivains et aux textes, trop souvent réduits à quelques propriétés. Il rejoint ainsi l’un de ses modèles avoués, Norbert Elias, qui rappelait que « pour comprendre un individu, il faut savoir quels sont les désirs prédominants qu’il aspire à satisfaire », désirs qui « se constituent à partir de la plus petite enfance sous l’effet de la coexistence avec les autres, et [qui] se fixent sous la forme qui déterminera le cours de la vie progressivement » (1991, p. 14).

5Pour stimulant qu’il soit, l’excellent travail de Bernard Lahire suscite aussi des réserves et des questions.

6Un des problèmes que l’on entend exposer ici tient à la biographie sociologique elle-même. Bernard Lahire reconnaît, comme Norbert Elias, l’importance cruciale des premières expériences socialisatrices, celles de la petite enfance, affirmant par exemple que « le rapport au monde social global ou, plus précisément, aux différents autres mondes sociaux fréquentés passe toujours par la médiation de cette première matrice de formation des dispositions mentales et comportementales, de distribution des bons et des mauvais points et d’attribution de places et de fonctions » (p. 137). La reconstruction sociologique de celles-ci nécessite une documentation abondante et devrait idéalement recourir à plusieurs versions de l’histoire familiale, celle du fils rejoignant rarement celle des parents ou des frères et sœurs, sans compter l’existence de secrets de famille qui, même tus, structurent profondément la cellule familiale et les tensions qui y ont cours. Or, sur ce chapitre, les sources sont rarement satisfaisantes et leur traitement toujours délicat, a fortiori quand elles nous parviennent sous les formes rédigées du journal intime, de la correspondance ou du témoignage écrit, tous genres de discours dont l’écriture est en grande partie travaillée en fonction de l’image que l’auteur se fait de son destinataire. Sur ce point, Norbert Elias faisait preuve de la plus grande prudence, modélisant son discours au moyen d’adverbes comme « sans doute » ou « apparemment » (par exemple 1991, p. 11) et notant : « Nous ne savons pas dans quelle mesure on peut se fier aux portraits que nous avons de l’artiste, et en particulier du tout jeune Mozart » (1991, p. 12). Cette prudence, on ne la retrouve pas toujours sous la plume de Bernard Lahire, l’auteur préférant le registre affirmatif au positionnement hypothétique. Certes, il annonce une série de principes méthodologiques destinés à guider et cadrer ses investigations, parmi lesquels figurent la lecture intégrale de toutes les sources, littéraires ou non (p. 101), et le respect de la « spécificité des sources » (p. 102). Ce dernier critère implique de « s’interroger sur le sens des textes cités en fonction de leur statut respectif (journal personnel, correspondance ou texte littéraire). La mise en série des textes relevant de la même classe de textes permet, de plus, d’appréhender chaque texte dans ses relations avec l’ensemble des textes de la même classe et de “corriger” l’interprétation d’un texte particulier en fonction de ce que l’on sait des textes du même type » (p. 102). Ce protocole de lecture, très détaillé, incite le lecteur à penser que la prudence du chercheur, bien qu’elle ne transparaisse pas dans l’énonciation, fonde la méthode d’investigation. Si tel est souvent le cas, le traitement réservé aux genres autobiographiques pratiqués par l’écrivain (la correspondance, le journal intime) tient malheureusement peu compte des spécificités discursives de ces textes : s’ils ne sont pas littéraires au sens où ils ne constituent pas des œuvres destinées à la publication, ils ne sont pas pour autant des documents sur la vie intime de Kafka : leurs caractéristiques rhétoriques – la correspondance tente toujours de séduire son interlocuteur en présentant une image travaillée du scripteur ; le journal intime postule toujours un tiers et se livre donc également à un tel artifice, dans une moindre mesure toutefois – les en éloignent assurément. Or ces aspects sont trop souvent ignorés par Bernard Lahire. L’emploi de telles sources dans la biographie sociologique, pour essentiel qu’il soit, implique une étude de leur fonctionnement rhétorique autant qu’une critique historique avant de pouvoir les considérer comme des documents.

  • 6  Voir, entre autres, Duchet 1979 ; Viala, 1991 et 1993 ; Popovic, 2005 ; Glinoer, 2009b.

7L’autre aspect problématique de cette étude au demeurant remarquable tient à la notion cruciale de « transposition ». Rappelons que Bernard Lahire entend initialement répondre à la question : « Pourquoi Franz Kafka écrit-il ce qu’il écrit comme il l’écrit ? » (p. 9) En somme, le sociologue entend analyser deux types de transposition : entre la « vie » de l’auteur et les contenus de l’œuvre, entre cette même « vie » et les formes que prennent ces contenus. Sur cette question, Norbert Elias émettait à nouveau une consigne de prudence en même temps qu’il affichait un réel enthousiasme scientifique : « L’état actuel de notre savoir ne permet certes pas encore de dégager les corrélations entre l’existence sociale d’un artiste et ses œuvres comme on le ferait au scalpel, mais on peut essayer de les découvrir à la sonde » (1991, p. 82). Depuis la publication du travail de Norbert Elias, les études littéraires se sont éloignées en partie de la « sonde » pour se rapprocher du « scalpel ». Alain Viala a ainsi proposé de penser les rapports entre littérature et société non plus au moyen de la métaphore du reflet, trop naïve, mais à l’aide d’une autre métaphore, celle du prisme (1991, 1993). Dans cette perspective, les rapports entre un contexte social et une œuvre littéraire sont similaires à ceux qui lient une source lumineuse et un prisme : celui-ci, composé de multiples facettes, ne réfléchit jamais directement la lumière, mais la réfracte et peut, de ce fait, modifier considérablement – ou infléchir légèrement – sa trajectoire. Autrement dit, tout élément extra-littéraire entrant dans la composition d’une œuvre littéraire subit des transformations, des transpositions. Celles-ci s’étudient, selon Alain Viala, en plusieurs points interdépendants : ces points sont la personne de l’auteur, le champ littéraire comme contexte de signification de certains traits des œuvres (les prises de position bourdieusiennes, significatives dans une logique de concurrence), les contextes politique, moral, religieux, etc. mais aussi les attitudes du lectorat, de la critique, du monde de l’édition, etc. En somme, dans ce mode de lecture historique des œuvres littéraires, plusieurs prismes interagissent, de même que plusieurs contextualisations des œuvres sont nécessaires pour comprendre leurs différents aspects (Viala, 2006). Chez Bernard Lahire en revanche, l’auteur est le seul « prisme » qui retienne réellement son attention. S’il fait intervenir, dans la première partie de son analyse surtout (« La fabrique de Franz Kafka »), des éléments relatifs aux différents contextes (politique, linguistique, religieux, etc.) au sein desquels Franz Kafka a été socialisé, il fait de ce dernier le maillon le plus important de la chaîne en raison du fait qu’un contexte global ou même local ne s’exprime jamais en littérature qu’à travers la personne de l’écrivain et « sur la base de ses cadres d’expérience les plus personnels et des structures mentales et comportementales que ses expériences ont forgées en lui » (p. 85). L’hypothèse est séduisante et ne manque pas de force, dans la mesure où elle permet de cerner avec plus de précision que chez Alain Viala le lieu où se concentre la question de la transposition d’un contexte social à une œuvre littéraire. Mais, pour donner la pleine mesure de sa richesse, une telle hypothèse implique de travailler en profondeur la notion même de transposition. Or, chez Bernard Lahire, cette question est souvent éludée. Certes, l’auteur se livre à une lecture très attentive des textes, dont il met les contenus en relation avec des expériences de vie de Franz Kafka et les formes en lien avec des états de langue que Franz Kafka manipulait au quotidien (comme le discours juridique qu’il lisait et employait dans l’exercice de sa profession). Toutefois, la nature même de cette relation n’est pas interrogée, mais seulement énoncée, le plus souvent en des termes qui ne souffrent aucune discussion, comme dans ce passage consacré au « Chasseur Gracchus » : « [le chasseur Gracchus] est donc depuis entre vie et mort, naviguant sur les eaux terrestres. Kafka parle de toute évidence de ce qu’il ressent de lui-même, dans l’incapacité de vivre une vie normale. » (p. 198 ; nous soulignons.) Sur ce point, les travaux des sociocriticiens présentent des modes de traitement plus aboutis de la relation entre texte et contexte 6. Ces références, qui auraient pu renforcer les thèses de ce livre, sont malheureusement absentes de la bibliographie. Cette absence est d’autant plus surprenante que Bernard Lahire partage avec cette herméneutique nombre de postulats de départ, dont l’observation selon laquelle « un écrivain ne puise pas ses solutions formelles seulement dans le domaine des textes littéraires : il peut s’inspirer de textes religieux, juridiques, politiques, journalistiques, philosophiques, et même de propos quotidiens » (p. 50-51).

8Ces remarques n’enlèvent rien à la richesse de ce livre mais visent avant tout à relancer la discussion et la recherche passionnante des rapports fondamentaux entre vie et œuvre.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Aron P. (1995), « Sur le concept d’autonomie », Discours social/Social Discourse, vol. 7, n° 3-4, pp. 63-72.

Brissette P. (2005), La Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureux, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

Díaz J. L. (2007), L’Écrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Éditions Honoré Champion.

Dubois J. (1978), L’Institution de la littérature, Paris, Éditions Nathan.

Duchet C. (1979) (dir.), Sociocritique, Paris, Éditions Nathan.

Elias N. (1991), Mozart. Sociologie d’un génie, Paris, Éditions du Seuil.

Glinoer A. (2009a), La Littérature frénétique,Paris, Presses universitaires de France.

Glinoer A. (2009b) (dir.), « Carrefours de la sociocritique », Texte, revue de critique et de théorie littéraire, n° 44-45.

Heinich N. (2000), Être écrivain. Création et identité, Paris, Éditions La Découverte.

Lahire B. (1998), L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Éditions Nathan.

Lahire B. (2006), La Condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, Éditions La Découverte.

Luneau M.-P. & J. Vincent (2010), La Fabrication de l’auteur, Québec, Éditions Nota Bene.

Meizoz J. (2004), L’Œil sociologue et la littérature, Genève, Éditions Slatkine.

Meizoz J. (2007), Postures littéraires : mises en scène modernes de l’auteur, Genève Éditions Slatkine.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Popovic P. (2005), « La soupe aux choux : ingrédients et méthode », Études françaises, vol. 41, n° 3, pp. 41-61.
DOI : 10.7202/012054ar

Viala A. (1985), Naissance de l’écrivain, Paris, Éditions de Minuit.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Viala A. (1991), « Effets de champ, effets de prisme », Littérature, n° 70, pp. 64-71.
DOI : 10.3406/litt.1988.2281

Viala A. (1993), « Sociopoétique », dans Molinié G. & A. Viala, Approches de la réception, Paris, Presses universitaires de France, pp. 137-297.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Viala A. (2006), « D’un discours galant l’autre : que sont nos discours devenus ? », COnTEXTES [en ligne], n° 1, mis en ligne le 15 septembre 2006, consulté le 2 décembre 2010. URL : http://contextes.revues.org/index106.html
DOI : 10.4000/contextes.106

Vrydaghs D. (2008), Michaux l’insaisissable. Socioanalyse d’une entrée en littérature, Genève, Éditions Droz.

Haut de page

Notes

1  Jacques Dubois (1978) préfère ainsi au modèle du champ celui de l’institution littéraire, qui permet notamment de prendre en compte le rôle d’acteurs intéressés par la littérature (comme l’école, par exemple) et les effets que la pratique littéraire produit dans une société donnée.

2  Voir, entre autres exemples, la critique du concept d’« autonomie » par Paul Aron (1995) et celle du couple « légitime-illégitime » par Anthony Glinoer (2009a).

3  L’image qu’un auteur donne de lui-même à travers son œuvre et ses interventions publiques et qui fonde son identité littéraire doit, pour exister dans l’espace social, être relayée par un discours critique qui, en règle générale, la transforme plus ou moins profondément.

4  Les modes d’acquisition, de stockage et d’utilisation des dispositions au cours des expériences socialisatrices diverses des individus faisaient l’objet d’un travail antérieur de Bernard Lahire (1998).

5  Bernard Lahire entend par là « l’ensemble des éléments qui sont liés à la situation sociale d’un auteur et qui s’imposent à lui comme des questions incontournables qui l’obsèdent ou comme des problèmes qu’il a à affronter » (p. 81).

6  Voir, entre autres, Duchet 1979 ; Viala, 1991 et 1993 ; Popovic, 2005 ; Glinoer, 2009b.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Vrydaghs, « La biographie sociologique : entre la sonde et le scalpel », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Franz Kafka. Eléments pour une théorie de la création littéraire, mis en ligne le 11 avril 2011, consulté le 18 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3433

Haut de page

Auteur

David Vrydaghs

Chargé de cours aux FUNDP, Université de Namur - david.vrydaghs@fundp.ac.be

Haut de page