Navigation – Plan du site
Premiers textes
Premiers textes

L’orientation au travail des générations : le cas de la génération X au Québec

Charles Fleury

Résumés

Le présent article examine l’évolution de l’orientation au travail des membres de la génération X au Québec, génération dont les difficultés d’insertion professionnelle et les valeurs de jeunesse ont suscité de multiples interrogations au cours des années 1980 et au début des années 1990. S’appuyant sur des données d’enquête récoltées entre 1981 et 2006, il examine plus spécifiquement l’évolution de la valeur accordée au travail et de la signification du travail au sein de cette génération et en regard des autres générations. Il montre que, contrairement aux thèses défendues par plusieurs sociologues de la jeunesse au cours des années 1980 et 1990, l’orientation au travail des membres de la génération X se distingue assez peu de celle des autres générations. Il conclut que les difficultés économiques rencontrées de manière toute particulière par les membres de la génération X au moment de leur insertion professionnelle n’ont pas modifié, de manière durable et typique, leur orientation au travail.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les discours sur la jeunesse laissent souvent entendre que les valeurs des jeunes se distinguent de celles des générations précédentes. Ces discours sont particulièrement fréquents lorsqu’il s’agit du rapport que les jeunes entretiennent avec le travail. On les accuse régulièrement de ne pas vouloir travailler, d’être peu consciencieux et d’être plus attachés au salaire qu’à l’entreprise qui les embauche. L’époque actuelle ne fait pas exception. Les discours du moment laissent entendre que les jeunes, habitués de tout avoir sans effort, ne seraient pas disposés à accepter autant de contraintes que leurs prédécesseurs et seraient prêts à tout abandonner si leurs besoins ne sont pas satisfaits (Allain, 2008).

2Dans les années 1980 et au début des années 1990, c’était le rapport au travail des derniers-nés du baby-boom qui suscitait de multiples interrogations. Alors âgés d’une vingtaine d’années, les membres de cette cohorte rencontraient des difficultés d’insertion professionnelle importantes et les observateurs s’inquiétaient des conséquences que ces difficultés auraient sur leur orientation au travail. Aux États-Unis, les économistes Richard A. Easterlin et Eileen M. Crimmins sonnaient même le glas de la transition culturelle qui avait cours dans les sociétés occidentales depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale (Easterlin & Crimmins, 1997 et 1991 ; Crimmins, Easterlin & Yasuhiko, 1991). S’opposant à la thèse de Ronald Inglehart (1977) à propos de la montée des valeurs postmatérialistes, ils alléguaient que les difficultés économiques que rencontraient les jeunes les ramenaient de manière durable vers des valeurs matérialistes. Cela se traduisait par une dévalorisation de la valeur intrinsèque du travail au profit de ses qualités extrinsèques. « The change in values led young people, in turn, to reorient themselves toward jobs and careers that would pay more », écrivaient-ils à ce propos (Easterlin & Crimmins, 1991, p. 530).

3Sans nécessairement remettre en question les thèses sur la transition culturelle, plusieurs chercheurs européens arrivaient à des constats similaires (Verquerre, Masclet & Durand, 1999 ; Baethge, 1994 ; Cannon, 1994 ; Gorz, 1988). Ils alléguaient que les jeunes ne faisaient plus du travail une priorité, lui préférant les loisirs, la famille, les amis et les engagements communautaires comme leviers propres à forger leurs valeurs et leur identité. Pour plusieurs d’entre eux, le travail ne remplissait plus qu’une fonction instrumentale, moyen obligé pour vivre et pour consommer. Dans une étude réalisée au début des années 1990 auprès de lycéens français et de jeunes en recherche d’insertion, Régis Verquerre, Georges Masclet et Annick Durand arrivaient d’ailleurs à cette conclusion. « Tous les jeunes ressentent probablement une inquiétude devant la crise et l’importance de l’instrumentalité attribuée au travail indique, nous semble-t-il, que le travail n’est pas sacralisé et que les jeunes recherchent surtout un travail-emploi. Le travail paraît constituer un moyen et non une fin et ne semble pas susciter de fortes attentes en ce qui concerne l’épanouissement personnel » (Verquerre, Masclet & Durand, 1999, p.391).

4Au Québec et au Canada, les discours entourant cette cohorte de jeunes n’étaient pas véritablement différents. On disait que le travail ne constituait plus leur seule priorité (Gauthier, 1991 ; Lazure, 1990 ; Provost, 1987) et que, contrairement à leurs prédécesseurs, ils ne contestaient plus les valeurs matérialistes de la société de consommation (Dion, 1990 ; Langlois, 1990). On alléguait également que le travail avait perdu sa valeur de système de sécurité au profit d’une précarité du travail jugée stimulante (Hamel, 1994 ; Gauthier, 1994). Selon cette image, les jeunes s’accommodaient de plus en plus de la flexibilité, souhaitant même, dans certains cas, ne jamais obtenir de postes permanents (Gauthier, 1994).

  • 1  L’effet de cohorte est un phénomène vécu par une cohorte particulière peu importe son âge ou l’ann (...)

5De manière générale, ces études ont négligé de porter un regard longitudinal sur l’orientation au travail des jeunes. Les travaux sur l’orientation au travail sont pourtant nombreux à montrer que l’orientation au travail se modifie dans le temps, suivant les étapes du parcours professionnel et de la vie familiale (Mercure & Vultur, 2010 ; Kirkpatrick Johnson, 2001 ; Paugam, 2000 ; Van der Velde, Feij & Van Emmerik, 1998). À l’heure actuelle, on ne sait donc pas très bien si les spécificités observées à propos de l’orientation au travail des jeunes des années 1980 et du début des années 1990 témoignaient d’un véritable effet de cohorte ou si, au contraire, elles témoignaient davantage d’un effet d’âge ou d’un effet de période 1.

  • 2  Le concept d’orientation au travail est emprunté à John H. Goldthorpe, David Lockwood, Frank Bechh (...)
  • 3  Dans le cadre de cet article, le terme « génération » est utilisé dans son sens démographique, c’e (...)
  • 4  Le découpage 1962-71 est un compromis entre les différentes définitions de la génération X que l’o (...)

6Le présent article tente de répondre à cette question et adopte, pour ce faire, une perspective comparative et longitudinale. Il vise plus spécifiquement à savoir comment a évolué l’orientation au travail 2 des membres de la génération X3 au Québec et cherche à déterminer dans quelle mesure cette cohorte se distingue des autres cohortes par une orientation au travail particulière. Il s’agit ni plus ni moins de déterminer si les spécificités qui étaient observées dans les années 1980 et 1990 à propos de l’orientation au travail de cette cohorte témoignaient véritablement d’un effet de cohorte ou si, au contraire, elles témoignaient d’un effet d’âge ou d’un effet de période. Par « génération X », nous entendons la cohorte de jeunes, nés entre 1962 et 1971 4, qui se sont insérés sur le marché du travail au cours des années 1980 et 1990. Le terme « génération X » est emprunté à Douglas Coupland (1991), dont l’ouvrage Generation X : tales for an accelerated culture est devenu le symbole de cette cohorte.

La génération x : une génération matérialiste

7Nés à la fin du baby-boom ou immédiatement après, les membres de la génération X ont en commun d’avoir vécu leur jeunesse durant les années 1980 et au début des années 1990, une période marquée par des mutations économiques importantes et un engorgement du marché du travail. Cela contribuera fortement à la construction des représentations sociales entourant l’orientation au travail des membres de cette cohorte, représentations qui frapperont d’autant plus l’imagination qu’elles s’opposent fondamentalement à celles qui entouraient la jeunesse des années 1960 et du début des années 1970. Aujourd’hui insérés sur le marché du travail, les membres de la génération X ont cessé d’intéresser les chercheurs. La spécificité des membres de la génération X en matière d’orientation au travail n’aura-t-elle été qu’un effet d’âge ?

Une insertion professionnelle difficile

  • 5  Les clauses « orphelins » ont été introduites au Québec vers le milieu des années 1980. Leur fréqu (...)

8Les discours entourant les membres de la génération X sont nés durant les années 1980, au moment où les membres de cette cohorte entraient dans l’âge adulte et entreprenaient leur insertion professionnelle. À l’instar du reste du Canada et des autres pays occidentaux, le Québec traversait une période de mutations économiques, marquée par deux récessions importantes. L’État québécois, qui enregistrait systématiquement des déficits depuis le début des années 1970, amorçait une vague de compressions budgétaires qui, à terme, devaient se traduire par une réduction de l’embauche et une diminution des salaires dans les secteurs publics et parapublics. Dans les entreprises, le modèle fordiste du travail, qui avait dominé au cours des Trente glorieuses, commençait à montrer des signes d’essoufflement et on cherchait par tous les moyens à accroître la flexibilité (Mercure, 2001). Cela se traduisait par une augmentation de la sous-traitance, une renégociation des salaires et une révision des contrats de travail. Les entreprises cherchaient en fait à réduire le nombre de contrats de travail qui comprenaient la sécurité d’emploi au profit des formes de travail plus flexibles, comme l’emploi à temps partiel, temporaire, à forfait, etc. Diverses mesures étaient développées pour atteindre ces objectifs, tels les programmes de retraite anticipée pour les travailleurs vieillissants et les clauses « orphelins » 5 pour les jeunes travailleurs. Également appelées « rémunérations à double palier », ces clauses fixaient des avantages inférieurs aux salariés embauchés après la date de signature d’une convention collective, avantages qui pouvaient toucher aussi bien la rémunération que les autres aspects de l’emploi, tels la durée de la période d’essai, les avantages sociaux, la sécurité d’emploi ou les régimes de retraite (Ministère du travail, 1998).

9La conjoncture dans laquelle les membres de la génération X effectuaient leur insertion professionnelle était d’autant plus morose que, parallèlement, ils étaient confrontés à l’engorgement du marché du travail, causé notamment par les premières cohortes de baby-boomers, la croissance de l’activité salariée des femmes et l’augmentation du nombre de diplômés (Vultur, 2006 ; Langlois, 1999 ; Foot, 1999 ; Frappier, 1993). Il en a résulté des difficultés d’insertion professionnelle importantes, marquées par le chômage et la précarité de l’emploi (Fleury, 2008a ; Hamel, 2003 ; Gauthier, 1996). Rapidement, Andy, Clair et Dag, ces jeunes paumés condamnés aux boulots « à petit salaire, petit prestige et petite dignité » du roman de l’auteur canadien Douglas Coupland (1991) se sont imposés comme étant les figures types des membres de cette cohorte ; leur nom était trouvé, génération X, en référence à ce roman.

10Ces difficultés d’insertion professionnelle marqueront les représentations entourant l’orientation au travail des membres de la génération X. Les constats seront sensiblement les mêmes que ceux faits dans les autres pays occidentaux. Ils présentent les membres de cette génération comme étant matérialistes et ne contestant plus les valeurs de la société de consommation (Dion, 1990 ; Langlois, 1990). De manière générale, on allègue que cette cohorte de jeunes ne fait plus du travail son unique priorité, la vie sociale et familiale prenant largement le pas sur l’ascension rapide au travail (Gauthier, 1991 ; Lazure, 1990 ; Provost, 1987 ; Dumas, Rochais & Tremblay, 1982). « Travailler n’est pas tout dans la vie : il faut aussi se tenir en santé, se divertir, voyager, bien manger, goûter à l’art, à l’amour charnel, faire des lectures agréables, se reposer au soleil », écrivait Jacques Lazure pour illustrer l’importance que les membres de cette génération accordaient au travail (Lazure, 1990, p. 435). Par ailleurs, on soutient que même s’ils aspirent de manière profonde à la sécurité (Lazure, 1990), ils ne font pas de l’emploi permanent leur priorité principale (Gauthier, 1994 ; Hamel, 1994). Selon Jacques Hamel, il s’agit même de la principale opposition qui existait entre les membres de la génération X et les premiers-nés du baby-boom. « L’opposition des baby-busters face aux baby-boomers s’exprime principalement par une remise en cause du "système de sécurité" dont jouissent ces derniers, système dont la rigidité est envisagée de façon critique par une mise en valeur de la précarité du travail » (Hamel, 1994, p. 174).

Des valeurs de jeunesse contrastées

  • 6  Parmi ces thèses, notons celle de Jean Rousselet (1974), L’Allergie au travail, qui aura des échos (...)

11Les valeurs et l’orientation au travail des membres de la génération X frapperont d’autant plus l’imagination qu’elles semblent diamétralement différentes de celles de leurs aînés, ceux qui ont vécu leur jeunesse durant les années 1960 et au début des années 1970. Il faut dire que les souvenirs des contestations et des grèves étudiantes qui se déroulaient au cours de cette période marquent toujours l’imagination collective, et que l’image qui est restée est celle d’une génération contestataire rejetant les valeurs matérialistes de la société de consommation (Olazabal, 2009 ; Ricard, 1992). Par ailleurs, le souvenir des thèses relatives à l’orientation au travail des jeunes des années 1960 et du début des années 1970 est lui aussi encore bien frais 6. On en a gardé l’image d’une génération particulièrement critique vis-à-vis du travail et porteuse de nouvelles valeurs, centrées sur la quête de l’épanouissement personnel et la dévalorisation des finalités économiques du travail.

  • 7  Sécurité sociale.

12Si l’image des jeunes des années 1960 et du début des années 1970 a été fortement nuancée par la suite (Olazabal, 2009 ; Fleury, 2008b ; Simard, 1990), il demeure qu’elle prévalait dans les représentations sociales au moment où les membres de la génération X vivaient leur jeunesse. Le contraste ne pouvait être que saisissant. À l’image d’une jeunesse insouciante, contestataire et rejetant les valeurs matérialistes, s’opposait celle d’une jeunesse individualiste, cynique et profondément matérialiste. Ces qualificatifs, les membres de la génération X les assumaient d’ailleurs pleinement, comme en témoignent François Benoît et Philippe Chauveau, deux membres de la génération X, dans l’introduction de leur ouvrage L’Acceptation globale. « À la remarque : "Vous les jeunes vous êtes rétrogrades et réfractaires, après tout ce qu’on a fait pour l’humanité vous ne pensez qu’à l’argent et à votre plaisir !", l’Acceptation globale s’assume et répond avec fierté : "Oui je suis tout à fait d’accord, échangerais-tu ta Volvo contre mon B.S. 7 ?" » (Benoît & Chauveau, 1986, 13).

13En matière de travail, il ressortait que les membres de la génération X étaient plus conscients de la nécessité du travail que ne l’étaient les jeunes des années 1960 et du début des années 1970. « Alors que les années 1960 avaient vu germer l’idée d’une "société des loisirs" avec comme corollaire une dévalorisation du travail obligé, la dernière décennie a plutôt sensibilisé les jeunes à l’importance du travail sans lequel rien n’est possible », écrivait à ce propos la sociologue Madeleine Gauthier (Gauthier, 1991, p.9). Bref, à côté de l’image d’une jeunesse insouciante, c’était l’image de jeunes « soucieux de se tailler un chemin personnel dans la société qui les tient dans un oubli bénin » (Simard, 1990, p. 370) qui ressortait des différents travaux sur la jeunesse de l’époque et qui marqua les représentations sociales entourant l’orientation au travail des membres de la génération X.

La génération X aujourd’hui

  • 8  Charles Fleury observe toutefois que les membres de la génération X étaient plus susceptibles de c (...)
  • 9  Ces réflexions étaient parues sous la forme d’un ouvrage intitulé Le Québec à l’Âge ingrat : sept (...)
  • 10  La génération lyrique correspond aux premiers-nés du baby-boom ainsi que ceux nés immédiatement av (...)

14Les quelques travaux qui ont été réalisés sur le vieillissement des membres de la génération X s’entendent généralement pour dire que leur situation professionnelle s’est grandement améliorée avec le temps 8 (Fleury, 2008a ; Hamel, 2003 ; Gauthier, 1996). Ce fait, même les membres les plus bruyants de la génération X l’admettent bien humblement. Revenant sur les réflexions qu’il avait émises dix ans plus tôt à propos du sort réservé aux membres de sa génération 9, Mathieu-Robert Sauvé écrivait d’ailleurs ceci en 2004 : « Les choses ont changé, manifestement. La situation économique s’est améliorée, les emplois sont apparus. Bref, les X se sont placé les pieds » (Sauvé, 2004, p. 65). En fait, pour celui qui se décrivait comme le « porteur de ballon de l’équipe des X », le changement est tellement radical qu’il se questionnait sur l’identité de sa génération. « C’est grave. L’identité X s’est essentiellement construite sur l’opposition à la génération lyrique 10, elle va se dissoudre à mesure que les disparités s’amenuiseront », écrivait-il à ce propos (Sauvé, 2004, p. 66). « À quoi avons-nous servi ? », demandait-il finalement.

15Ce sentiment de voir l’identité de sa génération se fondre dans celle des autres générations est d’autant plus présent qu’à l’heure actuelle, peu d’études ont été réalisées à propos de l’évolution des valeurs des membres de la génération X avec le temps. Tout se passe en fait comme si les valeurs de cette cohorte avaient cessé d’intéresser les observateurs, plus soucieux d’examiner les nouvelles valeurs apportées par les jeunes cohortes que de savoir dans quelle mesure les observations qu’ils faisaient dix ou vingt ans plus tôt à propos des membres de la génération X reflétaient bien un effet de génération. À l’heure actuelle, on ne sait donc pas très bien comment a évolué l’orientation au travail des membres de la génération X avec le temps et dans quelle mesure celle-ci se distingue véritablement de celle des autres générations. S’est-elle dissoute avec celle des générations précédentes comme Jacques Sauvé semble le penser ? Ne pouvons-nous pas imaginer que le parcours professionnel spécifique de la génération X a durablement marqué leur orientation au travail, et ce, comme les théories des parcours de vie et celles relatives à l’intégration professionnelle nous le laissent croire ?

16À l’heure actuelle, la seule étude qui existe sur l’évolution de l’orientation au travail des membres de la génération X semble renforcer l’impression de Jacques Sauvé. Réalisée par le sociologue Jacques Hamel au début des années 2000, cette étude réinterrogeait une cohorte de jeunes diplômés universitaires interrogés une première fois au début des années 1990 (Hamel, 2003). Elle visait à retracer l’insertion sociale et professionnelle des jeunes diplômés dix années après leur entrée dans la vie adulte. Il ressortait que, de manière générale, les jeunes avaient pris pied dans la société et que, dans leur esprit, le travail revêtait maintenant une fonction instrumentale et expressive. « Le travail, à leurs yeux, se révèle, tout compte fait, une activité expressive propre à la réalisation de soi. Il intervient dans cette acception comme levier principal d’intégration » (Hamel, 2003, p. 266). Il apparaissait également que les membres de cette cohorte adhéraient maintenant au système de sécurité dont jouissaient leurs prédécesseurs, celui-là même qu’ils critiquaient dix années plus tôt. « Le manque de stabilité est considéré comme un obstacle qu’il faut écarter à tout prix pour atteindre la sécurité et l’identité qui font défaut » écrivait-il à cet égard (Hamel, 2003 : 265).

17Malgré l’intérêt de cette étude, elle comporte à notre avis deux limites importantes. La première a trait à la spécificité de la population qui y est étudiée, les diplômés universitaires. Plusieurs études montrent que l’orientation au travail varie selon le niveau de scolarité, le type d’emploi occupé et le type d’insertion professionnelle (Mercure & Vultur, 2010 ; Davoine & Méda, 2008 ; Paugam, 2000 ; Lalive d’Épinay, 1998). Nous sommes dès lors conduits à nous demander dans quelle mesure les résultats de cette étude peuvent être généralisés à l’ensemble des membres de la génération X. La seconde limite a trait au fait que cette étude ne porte que sur les membres de la génération X et ne permet pas de les situer par rapport aux membres des autres cohortes. Compte tenu du fait que les discours sur l’orientation au travail des membres de la génération X s’opposaient à ceux entourant l’orientation au travail des cohortes précédentes, il nous semble important de procéder à une telle comparaison. D’autant plus que l’idée selon laquelle l’orientation au travail des membres de la génération X se confondrait aujourd’hui avec celle des cohortes précédentes laisse penser que l’orientation au travail de ces cohortes n’a pas évolué au cours des dernières années. Elle laisse croire que les mutations économiques des années 1980 et 1990 n’ont finalement pas laissé d’empreinte sur l’orientation au travail des diverses générations.

Objectifs et méthodologie

18La présente étude vise à combler quelques-unes de ces limites, et ce, afin d’aboutir à une image plus nette à propos de l’effet des mutations économiques des dernières décennies sur l’orientation au travail des membres de la génération X. À partir des données recueillies dans le cadre de deux enquêtes, l’une québécoise, l’autre pancanadienne, elle vise plus spécifiquement à dresser un portrait de l’orientation au travail des membres de la génération X, savoir comment elle s’est modifiée à travers le temps et déterminer dans quelle mesure elle a évolué différemment de celle des autres générations. Dit autrement, il s’agit de savoir si la spécificité de l’orientation au travail qui semblait caractériser les membres de la génération X au cours des années 1980 et 1990 reflétait un véritable effet de cohorte ou si, au contraire, elle reflétait un effet d’âge ou un effet de période.

19Deux dimensions de l’orientation au travail nous intéressent plus spécifiquement, à savoir la valeur accordée au travail et les significations que revêt celui-ci. La valeur accordée au travail renvoie à la croyance générale qu’a l’individu à propos de la place qu’occupe le travail dans sa vie et est définie par l’importance qu’il revêt ainsi que par son niveau de centralité par rapport aux autres sphères de la vie (Mercure & Vultur, 2010). La signification du travail renvoie quant à elle au sens que l’individu attribue au travail. Elle est mesurée par la raison principale pour laquelle celui-ci travaille ainsi que par les aspirations qu’il nourrit à son égard (Mercure & Vultur, 2010).

  • 11  Cette enquête s’inscrivait dans le cadre du projet de recherche financé par le Conseil de recherch (...)

20Notre analyse s’effectue en deux parties. La première s’appuie sur les données de l’enquête québécoise sur la signification du travail réalisée en 2006 auprès de 1 000 individus représentatifs de la population active québécoise âgée de 18 ans et plus et n’étudiant pas à temps plein 11. Elle vise à dresser un portrait de l’orientation au travail des membres de la génération X alors qu’ils sont âgés de 35 à 44 ans et à en dégager les spécificités par rapport aux autres cohortes, plus jeunes ou plus âgées. Une attention toute particulière est apportée aux variations selon le genre, la situation familiale et le statut socio-économique, et ce, afin de déterminer le niveau d’homogénéité qui existe chez les membres de la génération X en matière d’orientation au travail.

21La seconde partie s’appuie sur les données canadiennes du World Value Survey recueillies en 1981, 1990 et 2000 auprès d’échantillons représentatifs de la population canadienne âgée de 18 ans ou plus. Elle vise plus spécifiquement à déterminer comment a évolué l’orientation au travail des membres de la génération X au cours de la décennie qui a suivi son insertion professionnelle et cherche à identifier les spécificités et les similitudes par rapport à ce qui s’observe au sein des autres cohortes. Il s’agit en fait de savoir dans quelle mesure les membres de la génération X se distinguent des membres des cohortes précédentes à des âges identiques, et de situer l’évolution de l’orientation au travail des membres de la génération X en regard des évolutions qu’ont connues les autres cohortes au cours de la même période.

L’orientation au travail en 2006

22En 2006, l’enquête québécoise sur la signification du travail interrogeait les membres de la population active québécoise à propos des différentes dimensions de leur orientation au travail (Mercure & Vultur, 2010). Les membres de la génération X étaient âgés de 35 à 44 ans et étaient, pour la plupart, bien insérés sur le marché de l’emploi. La présente section examine l’orientation au travail des membres de cette cohorte et la compare à celle des autres cohortes d’âges, plus jeunes ou plus âgées.

La valeur du travail

23L’enquête sur la signification du travail au Québec interrogeait les membres de la population active québécoise à propos de la valeur qu’ils accordaient au travail. Deux questions étaient posées. La première mesurait la place qu’occupe le travail dans la vie en général (importance absolue) et était formulée ainsi : « J’aimerais savoir quelle valeur vous accordez au travail dans votre vie en général. Pour vous, le travail est-il a) la valeur la plus importante, b) parmi les valeurs les plus importantes, c) une valeur plus ou moins importante ou d) parmi les valeurs les moins importantes ». La seconde question mesurait la place que le travail occupe dans la vie des individus en regard des autres sphères de la vie (importance relative) et s’énonçait comme suit : « Parmi les sphères de la vie suivantes, laquelle a le plus de valeur à vos yeux actuellement ? a) le travail et la vie professionnelle, b) la vie de couple et la vie familiale, c) les loisirs et les amis, ou d) les engagements sociaux, politiques, religieux ou communautaires ». Reprenant les mêmes choix de réponses, le répondant devait ensuite dire lesquelles de ces sphères venait en deuxième, troisième et quatrième lieu.

24Le graphique 1 présente les réponses que les membres des différentes cohortes d’âges ont données aux deux questions. Pour en faciliter la lecture, les réponses ont été rapportées sur une échelle de type likert variant de 0 à 10, 0 signifiant que le travail n’est pas important (parmi les valeurs les moins importantes et/ou classé au 4e rang), 10 signifiant qu’il est très important (la valeur la plus importante et/ou classé au 1er rang).

Graphique 1 – Importance (absolue et relative) du travail selon l’âge

Graphique 1 – Importance (absolue et relative) du travail selon l’âge

Source : Mercure & Vultur, 2010. Données compilées par l’auteur.
Note : les différences statistiquement significatives (p≤0,05) sont indiquées au moyen d’un astérisque (*).

25L’analyse du graphique 1 semble confirmer ce que maints observateurs observaient il y a une quinzaine d’années à propos de la place du travail dans l’univers des valeurs de la génération X : pas plus qu’hier, le travail ne constitue, aujourd’hui, la seule priorité des membres de la génération X. Il apparaît en fait que si le travail se classe parmi les valeurs les plus importantes de la vie en général (score moyen de 6,10), il n’arrive généralement qu’au 2e rang parmi les différentes sphères de la vie, bien après la famille (score moyen de 8,89), et suivi d’assez près par les loisirs et les amis (score moyen de 4,61). Loin d’être typique aux membres de la génération X, cette relative dévalorisation du travail s’observe, au contraire, au sein de chaque cohorte d’âges et est même un peu plus prononcée (importance relative) chez certaines d’entre elles, notamment la plus jeune. Plus qu’un effet de cohorte, cette différence témoigne essentiellement d’un effet d’âge, plusieurs travaux ayant montré que la valorisation du travail augmentait jusqu’à la mi-carrière (Riverin-Simard, 2001 ; Van der Velde, 1998).

  • 12  Concernant le statut d’emploi, nous distinguons trois catégories principales : 1) les travailleurs (...)

26De manière générale, cette vision du travail est assez homogène au sein de la génération X. Comme le montre le graphique 2, qui présente le niveau d’importance absolue et relative chez les membres de la génération X selon le genre, la situation familiale, le niveau de scolarité, le statut d’emploi 12 et la catégorie professionnelle, peu de différences apparaissent entre les différents groupes à propos du niveau de valorisation du travail. La seule différence significative a trait à la situation familiale ; on constate que les personnes vivant en couple et ayant des enfants valorisent un peu moins le travail (importance relative) que ne le font les autres groupes, les personnes qui vivent seules en particulier. Ce résultat témoigne vraisemblablement de l’incidence du cycle de vie et de la situation familiale sur l’ordonnancement des priorités de vie.

Graphique 2 – Importance (absolue et relative) du travail chez les membres de la génération X selon quelques caractéristiques sociodémographiques et socioéconomiques

Graphique 2 – Importance (absolue et relative) du travail chez les membres de la génération X selon quelques caractéristiques sociodémographiques et socioéconomiques

Source : Mercure & Vultur, 2010. Données compilées par l’auteur.
Note : les différences statistiquement significatives (p≤0,05) sont indiquées au moyen du chiffre 1 dans le cas de l’importance absolue et du chiffre 2 dans le cas de l’importance relative.

La signification du travail

27Qu’en est-il du sens que revêt le travail ? Encore une fois, l’enquête québécoise sur la signification du travail permet d’examiner cette question, deux énoncés portant sur cette thématique ayant été posés. Le premier visait à connaître la raison principale pour laquelle l’individu travaille et était formulé ainsi : « Parmi les énoncés suivants, lequel correspond le mieux à ce que le travail signifie pour vous actuellement ? a) la reconnaissance et le prestige, b) l’argent dont j’ai besoin, c) des contacts intéressants avec d’autres personnes, d) une activité qui me permet de me réaliser personnellement et e) un moyen de servir la société ». Le second énoncé repérait les caractéristiques de ce que constitue le modèle de travail idéal, tel qu’il s’exprime par la voie des aspirations, et s’énonçait ainsi : « Dites-moi si vous jugez très importants, importants, assez, peu ou pas du tout importants les éléments suivants dans le choix d’un emploi ? » Au nombre de dix, les éléments suggérés portaient sur le contenu du travail (autonomie, intérêt de la tâche et possibilité de se réaliser au travail), les relations sociales au travail (ambiance et relations avec les collègues de travail), les conditions de confort (horaire de travail convenable et charge de travail raisonnable) et les conditions matérielles de travail (bon salaire et bons avantages sociaux, possibilités de promotions et bonne sécurité et stabilité d’emploi).

La finalité principale

28Le graphique 3 présente la distribution des réponses fournies par les membres des différentes cohortes d’âges à propos de la finalité principale du travail. D’entrée de jeu, il apparaît que, comme le laissaient entendre les discours des années 1980-90, la génération X se distingue significativement des autres cohortes par une plus grande instrumentalisation du travail. Non seulement « l’argent dont j’ai besoin » constitue le principal motif pour lequel les membres de la génération X travaillent, mais les membres de la génération X sont nettement plus nombreux à mentionner ce motif que les autres cohortes d’âges (48% contre 40% en moyenne dans les autres cohortes d’âges). Ils semblent en revanche un peu moins susceptibles d’y associer le motif de la réalisation personnelle, 27% d’entre eux le faisant, contre près de 33 % en moyenne dans les autres cohortes. De même, ils semblent un peu moins nombreux à y associer le motif « servir la société ». Concernant ce dernier motif, il faut toutefois noter que, à l’instar des motifs « contacts intéressants » et « reconnaissance et prestige », il demeure marginal au sein de toutes les cohortes d’âges.

Graphique 3 – Signification principale du travail selon l’âge

Graphique 3 – Signification principale du travail selon l’âge

Source : Mercure & Vultur, 2010. Données compilées par l’auteur.
Note : les différences statistiquement significatives (p≤0,05) sont indiquées au moyen d’un astérisque (*).

29En matière de signification du travail, la génération X n’est toutefois pas homogène, d’importantes différences apparaissant selon le statut socio-économique de l’individu. En fait, si la raison économique constitue le motif principal du travail pour tous les groupes, il demeure qu’il est nettement plus fréquent chez les individus peu scolarisés, les travailleurs indépendants, les employés réguliers à temps complet et les travailleurs manuels. En revanche, même s’il arrive au 2e rang, le motif expressif lié à la réalisation personnelle est mentionné plus fréquemment par les individus les plus scolarisés ainsi que ceux appartenant à la catégorie socioprofessionnelle la plus élevée. Notons par ailleurs que si les hommes et les personnes vivant en couple et ayant des enfants semblent instrumentaliser davantage le travail, les différences ne sont pas statistiquement significatives.

Graphique 4 – Les deux finalités principales du travail chez les membres de la génération X selon quelques caractéristiques sociodémographiques et socioéconomiques

Graphique 4 – Les deux finalités principales du travail chez les membres de la génération X selon quelques caractéristiques sociodémographiques et socioéconomiques

Les aspirations

30L’étude de la finalité principale du travail semble indiquer que la génération X instrumentalise davantage le travail que ne le font les membres des autres cohortes d’âges ; l’analyse des aspirations montre, en revanche, qu’elle n’est pas plus matérialiste (graphique 5). En fait, non seulement les conditions matérielles du travail ne constituent pas les priorités des membres de la génération X dans le choix d’un emploi – ceux-ci privilégiant les relations sociales de qualité (ambiance et collègues), le contenu intéressant et épanouissant et les conditions confortables de travail (horaire et charge) –, mais il semble bien qu’ils ne valorisent pas davantage les conditions matérielles que ne le font les autres cohortes d’âges. Parmi les conditions matérielles, c’est la sécurité d’emploi qui est la plus valorisée, 60% des membres de la génération X le jugeant très importante, soit une proportion similaire à celle observée dans les autres cohortes d’âges. Ce résultat indique qu’à l’instar des autres cohortes, les membres de la génération X ne font pas de la sécurité d’emploi leur priorité dans le choix d’un emploi ; en revanche, il montre clairement qu’ils n’y sont pas complètement indifférents, nuançant fortement les thèses selon lesquelles les nouvelles générations valoriseraient moins la sécurité d’emploi que ne le font leurs prédécesseurs.

Graphique 5 – Aspirations au travail selon l’âge

Graphique 5 – Aspirations au travail selon l’âge

Source : Mercure & Vultur, 2010. Données compilées par l’auteur.
Note : les différences statistiquement significatives (p≤0,05) sont indiquées au moyen d’un astérisque (*)

31Encore une fois, des différences importantes apparaissent suivant le genre, la situation familiale, le niveau de scolarité, le statut d’emploi et la CSP (tableau 1). Concernant le genre, on constate que les femmes valorisent davantage les aspects liés aux relations sociales que ne le font les hommes ; en revanche, même s’il ne s’agit pas d’une priorité, les hommes valorisent plus les promotions que ne le font les femmes. À propos de la situation familiale, il apparait que les personnes vivant en couple avec des enfants valorisent plus fortement l’horaire de travail raisonnable que ne le font les autres, en particulier les personnes qui vivent seules. Concernant le statut socioéconomique, il ressort que les personnes peu scolarisées, les employés réguliers à temps complet et les travailleurs manuels valorisent davantage les conditions matérielles de travail alors que les personnes les plus scolarisées, les travailleurs autonomes et les catégories professionnelles supérieures et intermédiaires jugent plus importants les aspects liés au contenu du travail. Fait intéressant, ce sont les chômeurs et les travailleurs atypiques qui affichent les aspirations les moins élevées, comme si les aspirations étaient plus faibles lorsque l’insertion professionnelle est plus incertaine.

Tableau 1 – Aspirations au travail chez les membres de la génération X selon quelques caractéristiques sociodémographiques et socioéconomiques (proportion d’individus jugeant l’aspect « très important », en %)

Tableau 1 – Aspirations au travail chez les membres de la génération X selon quelques caractéristiques sociodémographiques et socioéconomiques (proportion d’individus jugeant l’aspect « très important », en %)

Source : Mercure & Vultur, 2010. Données compilées par l’auteur.
Note : les catégories significativement différentes de la moyenne (p≤0,05) sont inscrites en caractères gras.

Une orientation au travail qui évolue

32Les analyses réalisées jusqu’à maintenant semblent renforcer l’image véhiculée par la littérature des années 1980 et 1990 à propos de la génération X. Dix à vingt ans après leur insertion professionnelle, les membres de la génération X ne font toujours pas du travail leur seule priorité et tendent, bien souvent, à l’instrumentaliser. Ils n’apparaissent toutefois pas plus matérialistes que les membres des autres cohortes, préférant le travail intéressant et épanouissant aux aspects matériels de travail. À cet égard, ils ne se distinguent nullement des autres cohortes, plus jeunes ou plus âgées.

33Le portrait que nous venons de dresser à propos de l’orientation au travail des membres de la génération X comporte toutefois d’importantes limites. La plus importante a trait au caractère statique des données qui ont été mobilisées, caractère qui complique l’interprétation des résultats. En 2006, les membres de la génération X traversaient un moment de leur cycle de vie susceptible d’être lié à une orientation au travail particulière. Âgés de 35 à 44 ans, ils étaient non seulement au cœur de leur vie professionnelle, mais vivaient, en tant que parents, les moments les plus intenses de leur vie familiale. Dans quelle mesure cela explique-t-il les spécificités observées au sein la génération X ? Malheureusement, faute d’informations longitudinales nous permettant d’examiner l’évolution de l’orientation au travail à travers le temps et nous permettant de la comparer à celle des autres cohortes au même âge, les données analysées jusqu’à maintenant ne nous permettent pas de répondre à la question.

  • 13  Malheureusement, ces deux questions n’ont pas été posées en 2006.
  • 14  Cette méthode consiste à comparer des cohortes d’individus semblables à différents moments dans le (...)

34C’est ici que les données récoltées dans le cadre des World Values Surveys s’avèrent intéressantes. Menées au Canada depuis 1981, ces enquêtes nous fournissent des données comparables permettant de suivre l’évolution des attitudes des individus à travers le temps, mais également de comparer les différentes cohortes à des âges identiques. Parmi les thématiques abordées, on retrouve l’importance relative du travail (1990 et 2000) et les aspirations à l’égard de l’emploi (1981, 1990 et 2000) 13. En utilisant la méthode de l’analyse par cohorte 14, il est donc possible d’examiner l’évolution de l’orientation au travail des membres de la génération X et de la comparer à celle d’autres cohortes à des âges identiques.

  • 15  La vague de 2000 est la seule vague où il est possible de sélectionner un sous-échantillon québéco (...)

35La présente section procède à ce type d’analyse. En raison de l’absence d’information concernant la province de résidence dans les premières vagues canadiennes de l’enquête WVS, elle porte sur l’ensemble de l’échantillon canadien et non uniquement sur un sous-échantillon québécois. Bien que nous soyons conscients d’une éventuelle spécificité québécoise en matière d’orientation au travail, dans le cas présent l’utilisation de ces données ne nous apparaît pas problématique. Non seulement les discours entourant les membres de la génération X étaient sensiblement les mêmes au Québec et ailleurs au Canada (Foot, 1999 ; Posterski & Bibby, 1988), mais il apparaît que, économiquement parlant, les deux sociétés ont subi les mêmes grands processus économiques. L’utilisation de ces données nous semble d’autant plus légitime qu’une comparaison des données québécoises et pancanadiennes en 2000 15 montre que l’utilisation des données pancanadiennes sous-estime plus qu’elle surestime nos principales conclusions. Notons par ailleurs qu’en raison de la taille restreinte de l’échantillon, nous limiterons notre analyse aux différences par cohorte et par genre et ignorerons celles relatives à la situation familiale et à la position socioéconomique des individus.

L’importance du travail

36En 1990 et en 2000, le WVS interrogeait la population canadienne adulte à propos de l’importance qu’elle accordait au travail. La question s’énonçait ainsi : « Pourriez-vous indiquer l’importance de chacun des éléments suivants dans votre vie. Diriez-vous qu’ils sont très importants, assez importants, peu importants ou pas du tout importants? ». Parmi les éléments étudiés, on retrouvait le travail, la famille, les loisirs et les amis. Le graphique 6 présente la proportion d’individus qui ont jugé « très importante » chacune de ces quatre sphères suivant le groupe d’âge, la cohorte de naissance et le genre.

  • 16  On notera que les changements sont plus marqués au sein de la génération X (famille) et au sein de (...)

37D’entrée de jeu, il faut noter que les valeurs des hommes et des femmes ont évolué un peu différemment au cours de la période étudiée ; il nous apparaît dès lors utile de les analyser séparément. Chez les hommes, on constate que l’importance accordée au travail par les membres de la génération X a diminué au cours de la période étudiée alors qu’augmentait celle accordée à la famille et aux amis. Loin d’être spécifiques à la génération X, ces changements s’observent au contraire au sein de chaque cohorte 16, chacune d’elles valorisant moins le travail et davantage la famille et les amis que ne le faisait la cohorte précédente au même âge. La sphère des loisirs a évolué un peu différemment, son importance ayant diminué chez les membres de la génération X ainsi qu’au sein des cohortes 1952-61 et, possiblement, 1972-81, alors qu’elle augmentait pour les membres de la cohorte 1942-51. Cette augmentation de l’importance des loisirs au sein de la cohorte plus âgée s’explique probablement par le fait que cette cohorte a entrepris sa transition vers la retraite au cours de la période étudiée. En revanche, la dévalorisation de cette sphère au sein des autres cohortes tend à renforcer l’idée selon laquelle les promesses d’une société des loisirs se sont bel et bien dissipées au cours des dernières décennies.

Graphique 6 - Évolution de l’importance relative du travail au sein de différentes cohortes de Canadiens entre 1990 et 2000

Graphique 6 - Évolution de l’importance relative du travail au sein de différentes cohortes de Canadiens entre 1990 et 2000

Source : World Values Surveys, Canada, 1990 et 2000. Données compilées par l’auteur.

38On observe également une diminution de l’importance du travail chez les femmes de la génération X. Contrairement aux hommes, cette diminution n’a toutefois pas été accompagnée d’une augmentation de l’importance de la famille et des amis, sphères qui sont restées relativement stables au cours de la période étudiée. Concernant la famille, il faut dire que les femmes de la génération X étaient déjà presque unanimes à la considérer comme très importante lorsqu’elles étaient âgées de 19 à 28 ans. Comparativement aux plus jeunes, les femmes de la génération X se démarquent essentiellement par le fait que, dans la vingtaine, elles valorisaient davantage le travail et moins les amis que ne le feront les femmes de la cohorte 1972-81 dix années plus tard. Comparativement aux femmes plus âgées, peu de différences apparaissent, si ce n’est que, dans la trentaine, elles valorisaient davantage les amis que le faisaient les femmes de la cohorte précédente au même âge. Malgré ces nuances, ce qu’on retiendra surtout chez les femmes, c’est que l’augmentation de leur taux d’emploi d’une génération à l’autre ne semble pas s’être traduite par une plus forte valorisation du travail. De fait, bien que globalement plus actives, les femmes de la génération X, aujourd’hui âgées dans la trentaine, ne semblent pas valoriser davantage le travail que ne le faisaient les femmes de la génération précédente au même âge, le valorisant même moins que les femmes de la cohorte 1942-51 en 1990 et 2000.

Les aspirations

39Les trois premières vagues des World Values Surveys interrogeaient également les membres de la population adulte canadienne à propos de ce qu’ils jugeaient important dans un emploi. La question s’énonçait ainsi : « Voici quelques aspects d’un emploi que les gens considèrent comme étant importants. Quels sont ceux que vous, personnellement, considérez comme étant importants dans un emploi ? » Parmi les choix proposés, on retrouvait notamment un bon salaire, une bonne sécurité d’emploi, un emploi qui donne l’impression d’accomplir quelque chose et un emploi qui soit intéressant. Les répondants étaient invités à identifier tous ceux qu’ils jugeaient importants. Le graphique 7 présente la proportion d’individus qui ont mentionné chacun des items selon l’âge, la cohorte de naissance et le genre.

40D’entrée de jeu, il apparaît que, dans la vingtaine, les hommes de la génération X se distinguaient assez peu de leurs prédécesseurs. En fait, s’ils semblaient accorder un peu plus d’importance au salaire, mais moins à la sécurité d’emploi et à l’intérêt du travail, les différences n’étaient pas statistiquement significatives. Il en va de même des différences qui semblent s’observer par rapport à la cohorte plus jeune à propos de l’importance du salaire, l’écart existant entre les deux cohortes n’étant pas significatif d’un point de vue statistique. Chez les femmes, les différences étaient un peu plus nettes. De manière générale, on constate que les femmes de la génération X valorisaient davantage les aspects matériels du travail (surtout le salaire) que le faisaient les femmes de la génération précédente au même âge et qu’elles valorisaient tout autant les aspects liés au contenu du travail. Elles n’étaient en revanche pas très différentes des femmes de la génération suivante, mais semblaient valoriser un peu plus la sécurité d’emploi.

Graphique 7 – Évolution des aspirations au travail au sein de différentes cohortes de Canadiens entre 1981 et 2000

Graphique 7 – Évolution des aspirations au travail au sein de différentes cohortes de Canadiens entre 1981 et 2000

Source : World Values Surveys, Canada, 1990 et 2000. Données compilées par l’auteur.
Note : les différences statistiquement significatives (p≤0,05) sont indiquées au moyen d’un astérisque (*).

41Dans l’ensemble, les aspirations des hommes de la génération X sont restées relativement stables au cours de la période étudiée, voire ont légèrement diminué dans le cas des aspects matériels. Conséquence de cette évolution, et à la lumière des observations précédentes, il en résulte que, dans la trentaine, les hommes de la génération X ne se distinguaient pas fondamentalement des hommes des cohortes précédentes au même âge. Ce résultat tend non seulement à infirmer la thèse selon laquelle cette cohorte est revenue à des valeurs matérialistes, mais indique que globalement, l’orientation au travail des différentes générations ne se distingue pas autant que ce que les discours sur la jeunesse font régulièrement entendre. On rejoint ici entièrement les conclusions de Béatrice Delay, laquelle observe une grande continuité dans l’orientation au travail des générations en France (Delay, 2008).

42Chez les femmes de la génération X, les résultats sont un peu plus complexes. On constate en fait que celles-ci valorisent moins le salaire, l’intérêt du travail et, dans une moindre mesure, la sécurité d’emploi qu’elles ne le faisaient dix ans plus tôt. Cette évolution contraste avec celle que les femmes de la cohorte 1952-61 ont connue en vieillissant, celles-ci valorisant davantage le salaire et la sécurité d’emploi dans la trentaine qu’elles ne le faisaient dans la vingtaine. De ces évolutions différentes, et en regard des observations précédentes, il ressort que, dans la trentaine, les femmes de la génération X valorisent moins le salaire et l’intérêt du travail que ne le faisaient les cohortes précédentes au même âge. En revanche, à l’instar des femmes de la cohorte 1952-61, elles étaient plus attachées à la sécurité d’emploi que les femmes de la cohorte 1942-51. Ces résultats semblent indiquer qu’au cours des années 1980 et 1990, le travail salarié des femmes s’est imposé comme une nécessité économique chez les femmes des cohortes nées après 1951, un phénomène qui a toutefois été vécu à des moments différents de leur parcours de vie. Pour les femmes de la génération X, cette nécessité économique s’est imposée dès leur 20e anniversaire alors qu’elle s’est imposée dans la trentaine pour les femmes de la cohorte 1952-61. Sans rendre moins nécessaire leur participation au revenu du ménage, l’embellie économique qui s’est amorcée à partir du milieu des années 1990 ainsi que les progrès salariaux auraient permis aux femmes de la génération X de relativiser l’importance du salaire dans le choix d’un emploi. Investies dans la sphère familiale, elles auraient également relativisé la valeur intrinsèque du travail.

Discussion

43Nous avons montré que, de manière générale, l’orientation au travail des membres de la génération X était restée relativement stable depuis le début de leur insertion professionnelle. Non seulement ils ne font toujours pas du travail leur seule priorité, mais ils nourrissent essentiellement les mêmes aspirations à l’égard de l’emploi, à savoir un emploi qui soit intéressant, qui permet de s’épanouir et qui offre de bonnes conditions matérielles de travail. Comparativement aux autres cohortes, nées plus tôt ou plus tard, les membres de la génération X ne nous sont pas apparus fondamentalement différents. En fait, si certaines différences sont apparues, elles nous semblent renvoyer davantage à des effets de période et à des effets d’âge qu’à de véritables effets de cohorte. C’est ainsi que, par exemple, la relative dévalorisation du travail chez les hommes ainsi que l’augmentation de la valorisation des aspects matériels du travail chez les femmes en 1990 nous semblent traduire davantage un effet de période, l’ensemble des cohortes ayant été touchées par ces phénomènes, et ce, peu importe leur âge. De la même façon, la plus grande instrumentalisation du travail observée chez les membres de la génération X en 2006 nous semble être essentiellement le reflet d’un effet d’âge, les membres de la génération X, alors âgés de 35 à 44 ans, traversant une période du cycle de leur vie où la vie familiale est la plus intense et la plus susceptible d’entrer en conflit avec la sphère professionnelle. À la lumière de ces observations, il nous semble donc difficile de conclure à l’existence d’une orientation au travail propre aux membres de la génération X et attribuable aux difficultés économiques qu’ils ont connues de manière toute particulière au moment où ils entreprenaient leur insertion professionnelle. Cela ne signifie pas que les difficultés économiques n’ont pas eu d’effet sur leur orientation au travail. Cela dit, non seulement elles ne semblent pas l’avoir modifiée de manière durable, mais elles ne semblent pas avoir agi de manière typique au sein de la génération X.

44Ces résultats invalident fortement les thèses voulant qu’il existe une opposition identitaire et culturelle fondamentale entre les membres des différentes cohortes présentes sur le marché du travail. Tout indique en effet que le changement d’orientation au travail, s’il en est un, se fait dans une certaine continuité par rapport aux générations précédentes et qu’il n’est pas propre à la jeunesse, mais se déroule à tout âge, au gré du contexte et des événements qui jalonnent le parcours de vie. De tels résultats nous incitent à être extrêmement prudents quant à l’importance à accorder aux discours médiatiques et managériaux actuels entourant l’orientation au travail des nouvelles générations, lesquels tendent, encore une fois, à opposer les valeurs des jeunes à celles des générations antérieures. On peut croire en effet que ces discours apparaîtront sous peu exagérés comme ce fut le cas à propos de l’orientation au travail des premiers-nés du baby-boom et celle des membres de la génération X.

45La prudence nous semble d’autant plus nécessaire que les discours générationnels tendent généralement à masquer la grande hétérogénéité qui existe au sein des différentes cohortes en matière d’orientation au travail. Bien qu’il nous ait été impossible d’approfondir notre analyse en raison des limites inhérentes aux données disponibles, il est apparu assez clairement que si les membres de la génération X étaient quasiment unanimes à juger le travail important, ils ne lui accordaient pas la même signification, d’importantes différences apparaissant notamment selon le statut socioéconomique de l’individu. En fait, et comme l’observait Christian Lalive d’Épinay il y a un peu plus de dix ans, la signification du travail est l’un des domaines les plus affectés par les inégalités sociales, n’étant « une valeur en soi que pour ceux qui puisent dans son exercice des formes d’accomplissement » (Lalive d’Épinay, 1998, p. 93). Pour les autres, notamment ceux qui occupent les postes situés en bas de la hiérarchie socioprofessionnelle et/ou les positions socioéconomiques les plus incertaines, il s’impose davantage comme une nécessité économique. Or, comme l’ont montré récemment Daniel Mercure et Mircea Vultur, cette réalité n’est pas propre à un groupe d’âge ou à une génération particulière, mais s’observe au sein des différents groupes d’âges et des diverses générations (Mercure & Vultur, 2010).

Haut de page

Bibliographie

Allain C. (2008), Génération Y. Qui sont-ils, comment les aborder ? Un regard sur le choc des générations, Montréal, Les Éditions Logiques.

Baethge M. (1994), « Le rapport au travail des jeunes », dans Mauger G., Bendit R. & Christian Von Wolffersdorff (dir.), Jeunesses et société. Perspectives de la recherche en France et en Allemagne, Paris, Éditions Armand Colin, pp. 151-166.

Benoît F. & P. Chauveau (1986), L'Acceptation globale, Montréal, Éditions Boréal.

Cannon D. (1994), Generation X and the New Work Ethic, Londres, Demos Editions.

Chauvel L. (2002), Le Destin des générations. Structure sociale et cohortes en France au XXe siècle, Paris, Presses universitaires de France.

Coupland D. (1991), Generation X: Tales for an Accelerated Culture, New York, St-Martin's Press.

Crimmins E. M., Easterlin R. A. & S. Yasuhiko (1991), « Preference changes among American youth: family, work and goods aspirations, 1976-1986 », Population and development review, n°17, pp. 115-133.

David H. & C. Bernier (1980), À l'Ouvrage. L'organisation du travail au Québec, Québec, Institut de recherche appliquée sur le travail.

Davoine L. & D. Méda (2008), Place et sens du travail en Europe : une singularité française ?, Noisy-Le-Grand, Centre d'études de l'emploi, Document de travail n° 96-1.

Delay B. (2008), Les Jeunes : un rapport au travail singulier ? Une tentative pour déconstruire le mythe de l'opposition entre les âges, Noisy-le-Grand, Centre d'études de l'emploi, Document de travail n° 104.

Dion L. (1990), « La jeunesse : la continuité dans le changement », l'Action nationale, vol. 80, n° 4, pp. 400-418.

Dumas S., Rochais G. & H. Trembaly (1982), Une Génération silencieusement lucide : vers un profil socioculturel des jeunes de 15 à 24 ans, Québec, Ministère de l'éducation.

Easterlin R. A. & E. M. Crimmins (1997), « American youth are becoming more materialistic », dans Clark T. N. & M. Rempel (dir.), Citizen politics in post-industrial societies, Boulder, Westview Press, pp. 67-78.

Easterlin R. A. & E. M. Crimmins (1991), « Private materialism, personal self-fulfillment, family life and public interest: the nature, effects and causes of recent changes in the values of American youth », Public Opinion Quarterly, n° 55, pp. 499-533.

Fleury C. (2008a), « La génération X a-t-elle été sacrifiée au Québec ? », Recherches sociographiques, vol. 49, n° 3, pp. 475-499.

Fleury C. (2008b), Génération lyrique et génération X. Parcours de jeunesse de deux générations québécoises, Québec, Université Laval, thèse présentée à la Faculté des études supérieures dans le cadre du programme de doctorat en sociologie.

Fleury C. (2007), « Les jeunes des années 1980-90 : une génération sacrifiée ? », dans Vultur M. & S. Bourdon (dir.), Les Jeunes et le travail au Québec et au Canada. Perspectives théoriques et lectures empiriques, Québec, Presses de l’université Laval, pp. 259-282.

Foot D. (1999), Entre le Boom et l'écho, Montréal, Éditions Boréal.

Frappier M. (1993), Revenus, chômage et insertion sociale des générations du baby-boom, 1971-1986, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture.

Gauthier M. (1996), « Précaire un jour... ? Ou quelques questions à propos de l'avenir des jeunes contemporains », Sociologie et sociétés, vol. 28, n° 1, pp.135-146.

Gauthier M. (1994), Une Société sans les jeunes ?, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture.

Gauthier M. (1991), « Les jeunes et le travail », Magazine Communauté chrétienne, vol. 2, n° 9, pp. 7-10.

Goldthorpe J. H., Lockwood D., Bechhofer F. et J. Platt (1972), L'Ouvrier de l'abondance, Paris, Éditions du Seuil.

Gorz A. (1988), Métamorphose du travail : quête de sens. Critique de la raison économique, Paris, Éditions Galilée.

Hamel J. (2009), « Quelques réflexions sur les baby-boomers d’hier et d’aujourd’hui », dans Olazabal I. (dir.), Que sont les baby-boomers devenus ? Aspects sociaux d’une génération vieillissante, Québec, Éditions Nota bene, pp. 51-67.

Hamel J. (2003), « Pour une vue longitudinale sur les jeunes et le travail », Cahiers internationaux de sociologie, vol. CXV, pp. 255-268.

Hamel J. (1994), « Brèves notes sur une opposition entre générations : la génération gâtée et la génération perdue », Sociologie et sociétés, vol. 26, n° 2, pp. 165-176.

Inglehart R. (1977), The Silent Revolution, London, MacMillan Editions.

KirkpatrickJohnson M. (2001), « Change in job values during the transition to adulthood », Work and occupations, vol. 28, n° 3, pp. 315-345.

Lalive d’Épinay C. (1998), « Significations et valeurs du travail, de la société industrielle à nos jours », dans De Coster M. & F. Pichault (dir.), Traité de sociologie du travail, Bruxelles, Éditions De Boeck Université, pp. 67-94.

Langlois S. (1999), « Tendances de la société québécoise : une révolution sociale et culturelle », dans Côté R. (dir.), Québec 2000. Rétrospective du XXe siècle, Montréal, Éditions Fides, pp. 92-94.

Langlois S. (1990), « L'évolution récente des valeurs dans la société québécoise », l'Action nationale, vol. 80, n° 7, pp. 925-937.

Lazure J. (1990), « Le profil actuel des jeunes », l'Action nationale, vol. 80, n° 4, pp. 419-436.

Lazure J. (1972), L'Asociété des jeunes Québécois, Montréal, Presses de l’université de Montréal.

Mercure D. (2001), « Nouvelles dynamiques d'entreprise et transformation des formes d'emploi : du fordisme à l'impartition flexible », dans Bernier J. (dir.), L'Incessante évolution des formes d'emploi et la redoutable stagnation des lois du travail, Sainte-Foy, Presses de l’université Laval, pp. 74-86.

Mercure D. & M. Vultur (en collaboration avec M.-P. Bourdages-Sylvain, Fleury C.  & L. Negura) (2010), La Signification du travail. Nouveau modèle productif et ethos du travail au Québec, Québec, Presses de l’université Laval.

Ministère du travail (1998), La Rémunération à double palier dans les conventions collectives au Québec. Évolution de la situation entre 1991 et 1997, Québec, Ministère du travail, direction de l'analyse des conditions de travail et de la rémunération.

Olazabal I. (2009), « Introduction générale », dans Olazabal I. (dir.), Que sont les Baby-boomers devenus ? Aspects sociaux d’une génération vieillissante, Québec, Éditions Nota bene, pp. 17-48.

Paugam S. (2000), Le Salarié de la précarité, Paris, Presses universitaires de France.

Posterski D. & R. Bibby (1988), La Jeunesse du Canada « tout à fait contemporaine ». Un sondage exhaustif des 15 à 24 ans, Ottawa, La Fondation canadienne de la jeunesse.

Provost M. (1987), Les Nouveaux phénomènes sociaux : la catégorie sociale « jeunesse », Montréal, Université de Montréal, Commission d'enquête sur les services de santé et les services sociaux.

Ricard F. (1992), La Génération lyrique. Essai sur la vie et l'œuvre des premiers-nés du baby-boom, Montréal, Éditions Boréal.

Riverin-Simard D. (2001), « Les âges et la révolution du travail », Revue Francophone Internationale de Carriérologie, vol. 8, n° 2, pp. 79-90.

Rousselet J. (1974), L'Allergie au travail, Paris, Éditions du Seuil.

Rousselet J. (1972), « Nouvelles attitudes de la jeunesse face au travail », L'orientation professionnelle / Vocational Guidance, vol. 8, n° 4, pp. 351-365.

Sauvé M.-R. (2004), « Un gros X sur l'histoire », Arguments, vol. 6, n° 2, pp. 62-71.

Simard J.-J. (1990), « Entre deux jeunesses, il faut choisir la moindre », L'Action nationale, vol. 80, n° 4, pp. 367-399.

Van Der Velde M. E. G., Feij J. A. & H. Van Emmerik (1998), « Change in work values and norms among dutch young adults: ageing or societal trends ? », International journal of behavioral development, vol. 22, n° 1, pp. 55-76.

VerquerreER R., Masclet G. & A. Durand (1999), « Les valeurs et la centralité du travail chez les jeunes lycéens et les jeunes en recherche d'insertion professionnelle », L'Orientation scolaire et professionnelle, vol. 28, n° 3, pp. 379-392.

Vultur M. (2006), « Le diplôme et le marché du travail. La dynamique de l'éducation et le déclassement au Québec », Recherches sociographiques, vol. 47, n° 1, pp. 41-68.

Yankelovich D. (1974), « The meaning of work », dans Rosow J. (dir.), The Worker and the Job: Coping with Change, Englewood Cliffs, Prentice Hall Editions, pp. 19-47.

Haut de page

Notes

1  L’effet de cohorte est un phénomène vécu par une cohorte particulière peu importe son âge ou l’année d’observation. L’effet d’âge renvoie à un phénomène vécu par un individu à un moment précis de son cycle de vie (adolescence, jeunesse, vieillesse, etc.). Quant à l’effet de période, il désigne un phénomène vécu au cours d’une période historique précise par l’ensemble des individus, peu importe leur âge ou leur année de naissance (crise économique, guerre, etc.).

2  Le concept d’orientation au travail est emprunté à John H. Goldthorpe, David Lockwood, Frank Bechhofer et Jennifer Platt et renvoie à la valeur accordée au travail et les significations que revêt cette sphère d’activité (Goldthorpe, Lockwood, Bechhofer & Platt, 1972). Nous le préférons au concept de rapport au travail, lequel a été associé, dans la littérature récente, au concept de satisfaction au travail (Paugam, 2000).

3  Dans le cadre de cet article, le terme « génération » est utilisé dans son sens démographique, c’est-à-dire comme étant « l’ensemble des individus nés au cours d’une même période ». Il est synonyme de cohorte, terme que nous emploierons également.

4  Le découpage 1962-71 est un compromis entre les différentes définitions de la génération X que l’on retrouve dans la littérature (Olazabal, 2009 ; Hamel, 2009 et 2003 ; Allain, 2008 ; Foot, 1999 ; Coupland, 1991). Comme nous le montrons ailleurs (Fleury, 2008a et 2007), les personnes nées au cours de cette période sont celles qui ont été les plus sévèrement touchées par les mutations économiques des années 1980 et 1990.

5  Les clauses « orphelins » ont été introduites au Québec vers le milieu des années 1980. Leur fréquence a connu un sommet de 8% de l’ensemble des conventions collectives en 1989, pour redescendre ensuite et atteindre 6,4% en 1997 (Ministère du travail, 1998). Certains secteurs étaient toutefois davantage touchés par ce type de pratiques, tels que le secteur du commerce (16,1% des conventions collectives en 1997) et celui de l’administration municipale (19,4% des conventions collectives en 1994).

6  Parmi ces thèses, notons celle de Jean Rousselet (1974), L’Allergie au travail, qui aura des échos au Québec avec, notamment, la parution d’un article dans la revue québécoise L’orientation professionnelle en 1972 (Rousselet, 1972). Notons également les thèses sur le changement intergénérationnel des valeurs, lesquelles soutiennent que les nouvelles générations se détachent des valeurs matérielles au profit de valeurs centrées sur l’épanouissement personnel et la réalisation de soi (Inglehart, 1977 ; Yankelovich, 1974). On retrouvera des idées similaires dans l’ouvrage L’Asociété des jeunes québécois du sociologue Jacques Lazure, lequel soutient que six éléments intimement associés au travail sont critiqués par les jeunes de l’époque, soit le culte de l’argent, le travail aliénant, la bureaucratie, les rapports impersonnels de l’administration, l’individualisme de la société de consommation et la science utilitariste (Lazure, 1972). Ces thèses frappent d’autant plus l’imagination que les milieux de travail québécois connaissent, au cours de cette période, des taux d’absentéisme élevés, une mobilité du personnel importante et une augmentation des grèves et des griefs (David & Bernier, 1980) et que s’affirment les thèses sur la qualité de vie au travail.

7  Sécurité sociale.

8  Charles Fleury observe toutefois que les membres de la génération X étaient plus susceptibles de connaître un parcours professionnel en dents de scie et de jouir de conditions de travail moins avantageuses que leurs prédécesseurs (Fleury (2008a).

9  Ces réflexions étaient parues sous la forme d’un ouvrage intitulé Le Québec à l’Âge ingrat : sept défis pour la relève, dont la parution à Montréal en 1993 avait fait grand bruit au Québec. L’auteur s’était d’ailleurs mérité le prix Desjardins, prix littéraire récompensant l’excellence d’un premier livre.

10  La génération lyrique correspond aux premiers-nés du baby-boom ainsi que ceux nés immédiatement avant.

11  Cette enquête s’inscrivait dans le cadre du projet de recherche financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), dirigé par Daniel Mercure (Université Laval) et Mircea Vultur (INRS-Urbanisation culture et société) et intitulé L’ethos contemporain du travail : une analyse selon les trajectoires professionnelles et les statuts d’emploi. On trouvera une présentation détaillée de cette enquête dans Mercure & Vultur (2010).

12  Concernant le statut d’emploi, nous distinguons trois catégories principales : 1) les travailleurs indépendants (avec ou sans employés), 2) les travailleurs réguliers à temps complet et 3) les chômeurs et les travailleurs atypiques. Les travailleurs atypiques sont ceux qui travaillent à temps partiel ou qui ne disposent pas d’un contrat de travail régulier (travailleurs à forfait, temporaires, etc.).

13  Malheureusement, ces deux questions n’ont pas été posées en 2006.

14  Cette méthode consiste à comparer des cohortes d’individus semblables à différents moments dans le temps. Elle est tout indiquée lorsqu’on dispose de données comparables récoltées à plusieurs moments mais auprès d’individus différents comme c’est le cas des WVS. Cette méthode postule que les personnes âgées d’un âge X à un moment T et celles âgées d’un âge X+10 à un moment T+10 sont globalement représentatives du groupe d’individus nés la même année. Le lecteur trouvera plus d’informations sur cette méthode dans Chauvel (2002).

15  La vague de 2000 est la seule vague où il est possible de sélectionner un sous-échantillon québécois. Les résultats de cette analyse sont présentés dans Fleury (2008b).

16  On notera que les changements sont plus marqués au sein de la génération X (famille) et au sein de la cohorte 1942-51 (travail, loisir et amis), ce qui s’explique en grande partie par le fait que ces deux cohortes ont vécu une transition importante au cours de la période étudiée, celle liée à la fondation d’une famille dans le cas de la génération X, celle liée au passage à la retraite dans le cas de la cohorte 1962-71.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Importance (absolue et relative) du travail selon l’âge
Légende Source : Mercure & Vultur, 2010. Données compilées par l’auteur.Note : les différences statistiquement significatives (p≤0,05) sont indiquées au moyen d’un astérisque (*).
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Graphique 2 – Importance (absolue et relative) du travail chez les membres de la génération X selon quelques caractéristiques sociodémographiques et socioéconomiques
Légende Source : Mercure & Vultur, 2010. Données compilées par l’auteur.Note : les différences statistiquement significatives (p≤0,05) sont indiquées au moyen du chiffre 1 dans le cas de l’importance absolue et du chiffre 2 dans le cas de l’importance relative.
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 3 – Signification principale du travail selon l’âge
Légende Source : Mercure & Vultur, 2010. Données compilées par l’auteur.Note : les différences statistiquement significatives (p≤0,05) sont indiquées au moyen d’un astérisque (*).
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3427/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Graphique 4 – Les deux finalités principales du travail chez les membres de la génération X selon quelques caractéristiques sociodémographiques et socioéconomiques
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3427/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Graphique 5 – Aspirations au travail selon l’âge
Légende Source : Mercure & Vultur, 2010. Données compilées par l’auteur.Note : les différences statistiquement significatives (p≤0,05) sont indiquées au moyen d’un astérisque (*)
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3427/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 1 – Aspirations au travail chez les membres de la génération X selon quelques caractéristiques sociodémographiques et socioéconomiques (proportion d’individus jugeant l’aspect « très important », en %)
Légende Source : Mercure & Vultur, 2010. Données compilées par l’auteur.Note : les catégories significativement différentes de la moyenne (p≤0,05) sont inscrites en caractères gras.
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3427/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 6 - Évolution de l’importance relative du travail au sein de différentes cohortes de Canadiens entre 1990 et 2000
Légende Source : World Values Surveys, Canada, 1990 et 2000. Données compilées par l’auteur.
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3427/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 7 – Évolution des aspirations au travail au sein de différentes cohortes de Canadiens entre 1981 et 2000
Légende Source : World Values Surveys, Canada, 1990 et 2000. Données compilées par l’auteur.Note : les différences statistiquement significatives (p≤0,05) sont indiquées au moyen d’un astérisque (*).
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3427/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Fleury, « L’orientation au travail des générations : le cas de la génération X au Québec », SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 11 avril 2011, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://sociologies.revues.org/3427

Haut de page

Auteur

Charles Fleury

Centre d’études de populations, de pauvreté et de politiques socio-économiques (CEPS/INSTEAD), Luxembourg - charles.fleury@ceps.lu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page