Navigation – Plan du site
Figures contemporaines de l'État social

Aide-toi, le ciel t’aidera !

À propos du Nouvel ordre protectionnel de Didier Vrancken 1
Michel Messu

Résumés

L’auteur, qui a lui-même analysé les transformations des systèmes et dispositifs de la protection sociale française et en a fourni une interprétation socio-historique conduite en termes d’« assurance d’assistance », discute l’approche de Didier Vrancken dans son ouvrage Nouvel ordre protectionnel. Il s’attache d’abord à circonscrire en quoi cette approche nous amène à renouveler les conceptions qui avaient cours en matière d’analyse sociologique des systèmes de protection sociale élaborés au cours du xxe siècle. Il cherche ensuite à en apprécier l’exacte portée novatrice et les limites dans lesquelles elle se situe, avant de proposer, en repérant certains des travers de l’approche de Didier Vrancken, quelques éléments de compréhension, d’ajustement ou de développement de la thèse centrale de son ouvrage. Celui-ci comportant trois grands chapitres, ils sont discutés séparément.

Haut de page

Texte intégral

1À n’en pas douter Le Nouvel ordre protectionnel de Didier Vrancken est un livre important. Il l’est par son thème, la protection sociale, par l’optique sous laquelle il l’aborde, un nouvel ordre de cette protection, et par les thèses qu’il met au débat, le sens historique et politique de ce nouvel ordre protectionnel. Du coup, comme bien des contributions novatrices, il est aussi sujet à discussion, contestation et propositions alternatives.

2La dernière période a vu se multiplier les travaux d’analyse et les propositions interprétatives des transformations des systèmes de protection sociale tant en France qu’en Europe ou dans le monde. C’est qu’en effet, alors que dans les années 1980 l’accent était mis sur les inflexions, les innovations des politiques publiques en matière de protection sociale, singulièrement d’assistance sociale, les derniers travaux s’évertuent à en penser la transformation foncière. Bien sûr, les lignes d’analyse et les interprétations vont admettre quelques variations si ce n’est quelques césures et distribuer les propos soit en termes de regret nostalgique d’un âge d’or de la protection sociale assurantielle, celui des tant célébrées « Trente Glorieuses », soit en termes de novation politique et instrumentale aux effets tout à la fois structurants et déstructurants quant à la nature des dispositifs de protection et, conséquemment, pour tous ceux qui sont concernés. D’autant que ce qui se trouve en jeu, notamment lorsque la perspective dépasse l’horizon national et sort d’une conception souverainiste de la protection sociale, ce sont les décentrements, en termes de valeurs et d’objectifs politiques, les réaménagements, en termes d’opérateurs et de décideurs, les élargissements, en termes de cibles, bref, la complexification tous azimuts de ce que l’on avait pris l’habitude d’appeler « la » protection sociale. On a d’ailleurs pu déjà se demander : « Où va la protection sociale ? », et, bien entendu, apporter des réponses fort nuancées (Guillemard et alii., 2008). En tout cas, l’heure semble au renouvellement des analyses. L’Europe, pour la France et ses partenaires de l’Union européenne, tend en effet à modifier bien des paramètres à prendre en compte dans ces analyses. Mais, et peut-être d’abord, puisque l’Europe elle-même ne saurait y échapper, le nouvel ordre mondial qui tend à régir les rapports économiques, politiques et – il faut y insister – sociaux, a fortement contribué à repenser, aménager et transformer les dispositifs locaux (nationaux) de la protection sociale. Un seul indice : le vocabulaire unifié, consensuel mais plurivoque, qui circule entre instances internationales (Banque mondiale…), responsables politiques ou acteurs de terrains, et, bientôt, analyses de sciences sociales. Vocabulaire qui se trouve réifié en quelques formules (activation, flexecurity, empowerment, stakeholders…) adoptées ici et là et parfois généralisées, quelles que soient les situations empiriques auxquelles elles prétendent remédier ou apporter des transformations. Vocabulaire qui se trouve, à l’occasion, discuté, soupesé, apprécié, du côté des chercheurs et des acteurs engagés dans les nouvelles manières de réaliser de la protection sociale. Et ce vocabulaire est riche, et semble même s’enrichir de jour en jour, tant l’activité est grande en la matière. L’ouvrage de Didier Vrancken s’inscrit donc dans tout ce mouvement et cette agitation notionnelle et pratique qui affectent la protection sociale contemporaine à l’échelle internationale. Et il arrive à point nommé pour en proposer une réinterprétation originale, fut-elle centrée sur la Belgique et la France des dernières décennies.

3C’est pour avoir eu, dans la dernière période, l’occasion de proposer moi-même une analyse des transformations des systèmes et dispositifs de la protection sociale française, d’en fournir une interprétation socio-historique et de les conduire en termes d’« assurance d’assistance », que j’envisage ici de discuter l’approche que nous donne Didier Vrancken du Nouvel ordre protectionnel. Je m’attacherai d’abord à circonscrire en quoi cette approche nous amène à renouveler les conceptions qui avaient pu avoir cours en matière d’analyse sociologique des systèmes de protection sociale élaborés au cours du xxe siècle. Je chercherai ensuite à en apprécier l’exacte portée novatrice et les limites dans lesquelles elle se situe. Avant de proposer, en repérant certains des travers de l’approche de Didier Vrancken, quelques éléments de compréhension et, peut-être, d’ajustement ou de développement de la thèse centrale de son opus.

4Puisque l’ouvrage rassemble trois grands chapitres, discutons-les séparément. Le premier intitulé « Vers un nouvel ordre biographique » entend consolider la thèse selon laquelle nos sociétés développées auraient, conséquemment ou pour faire face aux turbulences qui se produisent sur la scène économique, abandonné la perspective protectionnelle de l’État social pour s’engager dans une voie de mobilisation de la société, par elle-même et pour elle-même, susceptible de soutenir au plus près la mobilité de ses membres. Ce, sans pour autant que l’État social ait renoncé à ses prérogatives, mais en les inscrivant dans la mobilisation subjective de ses sujets, singulièrement de ceux qui paraissent les moins à même d’avoir une trajectoire dynamique. Ces « individus indociles » qui ne connaissent que des « parcours de risques ». D’où les nouvelles manières de pratiquer des intervenants sociaux de tous acabits centrée sur « l’écoute des parcours d’infortune » et l’injonction au « travail sur Soi » qui l’accompagne. En somme, et comme l’énoncent aussi nombre d’analystes, l’État social a pris le virage de l’activation : activation des dépenses publiques, activation des dispositifs et activation des bénéficiaires eux-mêmes. Tout cela signifierait, si l’on suit Didier Vrancken, que la protection sociale aurait subi un sérieux infléchissement, passant d’une forme de solidarité assurant au travailleur, interrompu dans sa carrière, de préserver son statut et son revenu, à des formes de soutien conditionnel. Lesquelles conduisent à une sorte d’écrémage des plus participatifs et donc à une partition, au sein des requérants, entre ceux qui triompheront et ceux qui échoueront. Une dualisation de la société qui, selon Didier Vrancken, n’avait pas cours avec le caractère universaliste de l’ordre protectionnel antérieur. C’est ce dont témoigneraient encore les déplacements notionnels que nous observons, notamment le glissement du concept de « solidarité » affiché dans la protection assurantielle du travailleur vers le « concept mou » de « cohésion sociale » repris à l’encan par les politiques sociales européennes depuis le sommet de Lisbonne (2000). Deux conclusions s’imposent dès lors. La première établirait que la « portée protectionnelle se trouve aujourd’hui directement remise en question » (p. 23). La seconde, et subséquemment, voudrait que les politiques publiques, délocalisées vers les collectivités territoriales et pratiquant le new public management, promeuvent une « nouvelle magistrature de soi » (p. 40).

5Si l’on peut accepter la seconde conclusion qui est d’ailleurs le cœur de l’ouvrage de Didier Vrancken, il est plus difficile de recevoir la première. Ne serait-ce que parce que, mais l’auteur le passe sous silence, parmi les changements qui ont affecté la protection sociale contemporaine, il y a eu aussi les formes d’extension de la sécurité sociale à des pans de populations qui n’y avaient pas accès jusqu’alors. En France, l’adoption de la Couverture maladie universelle (CMU) en est un exemple. Difficile de soutenir que ceux qui en bénéficient aujourd’hui ont vu leur « protection » remise en cause. Plus généralement, il y a bien eu, et c’est là une tendance longue, une généralisation de la protection de type Sécurité sociale. Sans doute, les politiques conjoncturelles de déremboursement de certaines prestations, de santé notamment, laissent-elles la porte ouverte à des disparités de bénéfice. Encore que cela n’affecte pas toutes ces prestations, les pathologies médicales les plus lourdes restent largement prises en charge. Et même si la logique gestionnaire qui prévaut au sein des dispositifs de la Sécurité sociale entraîne des réductions des taux de remboursement des frais médicaux on ne saurait y voir un déclin, un renoncement, une remise en question de cette forme protectionnelle des individus. Lesquels, en plus grand nombre, consomment toujours plus de soins. Ce qui n’interdit pas de rencontrer, peut-être en plus grand nombre aussi, des personnes qui n’ont pas ou plus recours aux services de santé. Il y a là une sorte d’effet mécanique lié également à l’élargissement de cette offre protectionnelle. Le même raisonnement pourrait être tenu pour d’autres branches de la Sécurité sociale. Bref, le déclin de la protection sociale dite assurantielle est un thème idéologique, pas un constat sociologique.

  • 2  Voir, entre autres, Palier (2002) ; Barbier & Théret (2009) ; Messu (2009).

6On contestera donc la pertinence des arguments présents dans l’ouvrage qui laissent accroire que seraient abandonnées les formes dites assurantielles de protection au profit de formes d’essence assistancielle. Comme si la protection sociale avait basculé de son socle pour verser dans un succédané de prise en charge aux seules fins d’adapter les individus au nouvel ordre du monde (entendons, sotto voce, néo-libéral). En fait, c’est à une forme d’hybridation avancée que nous avons affaire, ce que j’ai appelé, pour ma part, l’« assurance d’assistance ». L’idée de basculement repose sur une double méprise. Celle de la pureté initiale des dispositifs assurantiels à solidariser les travailleurs devant les risques du métier. Il n’en fut pourtant rien. D’emblée ils assistaient la « famille du travailleur » et ne solidarisaient pas tous les travailleurs. Il s’en faudra de longtemps 2. Celle, ensuite, d’une assistance invariablement suspectée de receler les motifs idéologiques cachés des forces dominantes. Pourtant, de l’aumône faite au pauvre nécessiteux à la solvabilisation du handicapé ou de la mère chargée d’enfants, l’assistance sociale a reçu bien des contenus et des significations sociales différents. Et, lorsque la protection d’assistance sociale ouvre droit à une protection de Sécurité sociale (maladie, retraite), faut-il n’y voir qu’un avatar de la philanthropie misérabiliste ?

7Précisons encore quelque peu. Les assurances sociales, la Sécurité sociale à la française, bénéficient d’une aura idéologique qui l’apparente à une sorte de légende sociale. La protection des travailleurs s’est d’abord construite sur des bases strictement professionnelles et, bientôt, étroitement corporatiste (les multiples « régimes spéciaux » en témoignent encore). Ce disant, elle excluait tous ceux qui ne relevaient pas de ces situations professionnelles (agriculteurs, quand la France était très majoritairement rurale ; artisans-commerçants et professions libérales…. qui n’étaient pas tous des nantis ; personnels domestiques dont la sujétion n’en était que plus renforcée ; etc.). Rien donc d’un parachèvement de la condition salariale à toute la société. C’est en fait aujourd’hui, lorsque le salariat est devenu la modalité dominante d’inscription dans l’ordre social, et singulièrement lorsque ce salariat admet de plus en plus de formes a-typiques, comme le rappelle Didier Vrancken, que la protection assurantielle connaît sa plus grande extension. Les Trente Glorieuses, de ce point de vue, sont un trompe l’œil. Alors qu’elles participent du processus de généralisation de la protection sociale, on les tient pour un archétype de cette dernière. On prend l’instantané pour le processus achevé. Il est donc plus judicieux de les intégrer dans le processus historique d’extension. Les intégrant, la partition entre âge d’or et déclin, la dichotomie, tomberont. Question de focale en somme.

8Quant à l’activation des bénéficiaires et à l’injonction qui leur est faite de se mettre en scène, de se dire et de se prendre en charge, Didier Vrancken a raison d’y voir une forme prégnante de l’intervention sociale. Mais, là encore il y a une question de focale. D’abord, cela n’est pas réservé aux seuls « inadaptés » à l’instabilité d’un monde impossible à circonscrire dans des frontières nationales. Les plus performants de nos managers, tout en concourant à cette instabilité, sont aussi dans la même injonction. Ensuite, la mise en scène de soi a toujours accompagné, ou presque, la délivrance de l’assistance. La logique de distinction du « bon » et du « mauvais » pauvre ne tient-elle pas aussi à l’insincérité possible de sa mise en scène ? Enfin, faut-il autant s’étonner que les assistés puissent ainsi se dire, se mettre en scène, bref s’activer ? Si certains sociologues s’en soucient tant désormais, c’est peut-être aussi parce qu’ils en avaient fait, hier, des sujets seulement passifs, des pauvres à pauvre stratégie individuelle et sociale. Reste, comme le note bien Didier Vrancken, que ces mises en scène, ces récits de soi, conduisent à de multiples contrôles, sélections, traitements différenciés et, comme il le nomme, à un travail sur Soi. Et ce travail sur Soi a de nombreux effets, individuels et sociaux. Ce qu’établissent les chapitres suivant de l’ouvrage.

9Dans le deuxième chapitre, intitulé « Gouvernement des conduites et gestion des populations », Didier Vrancken cherche à donner une base plus théorique à son approche et pour ce faire, en appelle à des travaux qui, pour avoir été conçus dans une période où l’objet de son étude n’avait pas encore cours, prennent valeur de prémonition conceptuelle. C’est tout particulièrement le cas des réflexions de Michel Foucault sur la gouvernementalité. Il semble donc qu’une grande convergence appréciative se soit faite, depuis les années 1980, pour voir dans les mutations structurales de nos sociétés développées des indices de changement du régime du politique. Le biopolitique proposé par Michel Foucault se serait ainsi imposé comme doctrine à des États condamnés à n’être plus que des pourvoyeurs de moyens faibles à destination d’acteurs sociaux censés être forts (« entrepreneurs d’eux-mêmes », soutient Didier Vrancken) et ce, pour gérer l’incertitude foncière de leur vie, quelle qu’elle soit. Étayées par de multiples apports d’observations et d’enquêtes, les pages consacrées à la construction des sentiments d’insécurité sont de ce point de vue tout-à-fait éclairantes. Et l’idée du Nouvel ordre protectionnel de poursuivre son chemin de réception en convoquant, en fin de chapitre, les analyses et propositions d’Antony Giddens, associées comme il se doit (mais cela se doit-il ainsi ?) à la Third way de Tony Blair. Une sorte de confirmation « historique » de l’acuité de la proposition analytique soutenue dans l’ouvrage serait ainsi apportée.

10N’était la présence d’arguments faibles ou circulaires (tels, par exemple, pp. 112 sqq., lorsque se trouve traduite en termes de contradiction disjonctive la dialectique de la protection et de la menace), on serait tout prêt à accorder à Didier Vrancken qu’une bonne fraction des analyses de sciences sociales concourt à accréditer l’idée d’un nouvel ordre politique historique. D’un nouvel ordre dans la manière de faire société et, concomitamment, de réaliser la protection des individus. Pourtant, un certain nombre d’arguments fournis par l’auteur viennent quelque peu déstabiliser l’édifice théorique. Ainsi celui de la « désinstitutionalisation », donné à comprendre à partir de l’opposition qu’il conviendrait de faire entre « institution » et « dispositif » (p. 70). Il y aurait désinstitutionalisation, d’après Didier Vrancken, parce que les modalités d’intervention ne sont plus l’œuvre des institutions canoniques. Mais d’abord, l’ont-elles toujours été ? En France, par exemple et pour s’en tenir à la protection sociale, bien des domaines de l’action sociale protectionnelle auraient du mal à en faire la preuve. Pensons aux domaines du « handicap », de la « pauvreté », voire du « logement », notamment celui des migrants, etc. De fait, le distinguo « institution »/« dispositif » est ici peu propice à être entretenu. D’autant que bien des nouveaux dispositifs nés dans les années 1980 vont se fondre dans les institutions préexistantes. C’est sûrement pourquoi Didier Vrancken concentre finalement son analyse sur les manières de faire des intervenants au sein de ces dispositifs. Ce qui est d’ailleurs suffisant pour montrer comment lesdits dispositifs conçoivent et considèrent empiriquement leurs « usagers » comme des « entrepreneurs d’eux-mêmes ». Ce qui laisse entrevoir que le Nouvel ordre protectionnel est peut-être plus d’ordre pragmatique qu’institutionnel.

11Pour ce qui est du chapitre 3, intitulé, peut-être par ironie ?, « L’horizon de la sollicitude », Didier Vrancken s’engage dans une sorte de synthèse des précédents et va soutenir la gageure d’après laquelle « le récit de soi procède d’un exercice qui relève d’une forme contemporaine de gouvernement des hommes et de leurs conduites » (p. 125). Des considérations sur les régimes d’historicité, héritées des travaux de François Hartog, confortent l’idée que le « passé sensible » mobilisé par les dispositifs ne trouve sens que dans un « présentisme » de l’action. Or, et c’est là le tournant nodal de l’argumentation finale de l’ouvrage, les récits de soi sont « incertains ». Didier Vrancken retrouve ce que nombre d’études sur les récits de soi et les représentations identitaires avaient révélé : les capacités subjectives à se dire sont labiles. A fortiori, reconnaît-il, lorsqu’il s’agit d’individus contraints à le faire dans le cadre des procédures mises en œuvre par les dispositifs du nouvel ordre protectionnel. Il serait même possible que cela participe de leurs « stratégies d’évitement des services sociaux » (p. 143). C’est sans doute pourquoi le chapitre s’achève sur une réduction draconienne de la thèse initiale. Le nouvel ordre protectionnel ne recevrait qu’un efficace bien problématique. Il relèverait plutôt d’une sorte d’hésitation entre deux visions de la modernité et, donc, deux visions de la sollicitude du Souverain à l’endroit de ses sujets. L’une, dans l’esprit des Lumières, franco-kantienne dit l’auteur, promouvant un individu abstrait et obéissant à un principe de justice égalitaire. L’autre, anti-Lumières, portée par Ernest Renan notamment, se centre sur les contingences de condition et accorde sa confiance aux communautés quand la précédente ne fait crédit qu’à la rationalité instrumentale de l’État. Les éthiques de la sollicitude portées par les approches du care, avatars d’un féminisme plus enclin à valoriser l’affectif que la raison, traduiraient l’irruption de cette autre tradition de la modernité dans notre monde bousculé par la « gouvernementalité néolibérale ». « Après tout, écrira Didier Vrancken, la sollicitude viendrait en complément à une gouvernementalité néolibérale » (p. 165). Et de clore le chapitre par un constat en demi-teinte, le nouvel ordre protectionnel serait encore « bien incomplet » et « condamné à s’incarner à travers sa propre mise en scène » (p. 167).

  • 3  Voir sa contribution dans ce débat de SociologieS.
  • 4  Traditionnellement l’armée, particulièrement la Légion étrangère en France, pratique le silence. A (...)

12En un sens, ce troisième chapitre vient quelque peu ruiner l’ampleur de la thèse initialement avancée. Le changement de cap de l’ordre protectionnel serait donc plutôt à inscrire dans le registre des idéologies et des modes d’action qui les accompagnent que dans celui des transformations structurales des institutions de la protection. Ce seraient donc là les inflexions de la protection sociale annoncées en introduction de l’ouvrage. Alors que certaines de ses formulations laissaient entendre qu’un basculement était en train de se produire, la prudence finale de l’auteur est à saluer. Malgré tout, elle pêche encore en érigeant en forme de novation pragmatique et d’expériences inédites ce qui n’est peut-être qu’une attention nouvelle des observateurs et analystes aux conditions d’exercice de formes somme toute anciennes de la protection assistancielle. Didier Vrancken a sans doute raison de souligner que ce qu’il observe du côté des pratiques de subjectivation ne signifie pas qu’il s’agisse d’une simple logique d’assujettissement des personnes, que « le secteur de l’intervention sur autrui illustre particulièrement combien les acteurs disposent encore de marges de liberté » (p. 146). Mais, ce faisant, il ne fait que retrouver ce que l’on pouvait analyser de longue date du côté des usages de l’assistance sociale. Et, pour avoir porté un regard critique sur mes propres travaux en ce domaine, il sait fort bien que cela ne tient pas aux orientations nouvelles des dispositifs dits d’insertion sociale 3. La nouveauté en la matière est plutôt celle du regard des sociologues à l’endroit des bénéficiaires. Ils renoncent à en faire de simples agents passifs, du fait de leur position sociale, manipulés par des appareils de domination (aujourd’hui) néo-libérale. C’est en soi une bonne nouvelle qui rend la sociologie un peu plus en prise avec les pratiques sociales effectives. De longue date, en effet, les plus mal lotis socialement ont eu à se raconter plus que les autres. Paradoxalement, on va demander à ceux qui paraissent en avoir le moins les moyens d’énoncer leur misère. La pratique est ancestrale, quoique parfois récusée par certaines institutions 4. Elle est paradoxale, mais la vie d’une société est aussi faite de tels paradoxes. Ce qui va changer le statut de ces « paroles de pauvres » est peut-être à rechercher du côté de la conversion des classes bourgeoises à la parole analytique post-freudienne. La valorisation des « paroles dites », s’élargissant à de nombreux domaines de la vie sociale, va dès lors pouvoir rencontrer et subsumer les pratiques anciennes d’énonciation réclamées par l’assistance dispensée aux plus démunis.

13Par-delà cette réserve sur la place de la « parole du pauvre », il convient, ce me semble, de tenter de préciser un peu mieux la portée historique et politique de ces activités narratives analysées dans l’ouvrage de Didier Vrancken. Si elles sont indéniables dans le domaine de ce qu’on appelle désormais les politiques d’insertion, elles n’affectent pas pour autant tous les domaines de la protection sociale. Le soin hospitalier, hors le colloque singulier avec le médecin, ou l’admission aux droits de pension de retraite, ces « piliers » de la protection sociale, comme on aime à dire, ne se sont guère mis à l’heure du récit de soi. Sans doute les dispositifs liés à l’emploi ont-ils été les plus touchés par la logique du « travail sur Soi ». Leur radicalisation en la matière est-elle spectaculaire et transforme-t-elle de fond en comble la logique de l’indemnisation du travailleur sans emploi ? On ne peut que suivre l’auteur sur ce point. Mais il serait abusif d’en faire la marque d’un basculement vers une moindre protection. Nous en avons donné quelques raisons plus haut. Or sur ce point le texte de Didier Vrancken semble hésitant. Il est émaillé en effet d’incises qui le suggèrent. Dès les premières pages, celle-ci : « Le nouvel ordre protectionnel – si tant est que l’on puisse encore parler aujourd’hui de protection – [...] » (p. 8).

14Ne conviendrait-il pas, plutôt, d’envisager ce nouvel ordre de la protection, non comme un terme alternatif, mais comme une forme d’action venant s’incruster, et parfois se diffuser, dans les formes préexistantes de la protection sociale, réalisant ainsi une sorte d’hybridation des dispositifs, certains se trouvant plus contaminés que d’autre par la logique de subjectivation ? Pour autant, il faut se garder de jeter le bébé avec l’eau du bain. L’ordre protectionnel est maintenu et ne se trouve pas renouvelé de fond en comble sur cette nouvelle base. Il est réagencé, remodelé parfois, réajusté souvent, avec des effets variables selon la place que les uns et les autres vont y occuper en son sein. C’est pourquoi je continuerai à plaider pour une vision combinatoire de la protection sociale contemporaine, pour une « assurance d’assistance ».

15Enfin, et cette dimension manque dans l’approche de Didier Vrancken alors qu’elle aurait peut-être pu l’aider à être moins hésitant sur la portée des changements qu’il repère, car ces derniers sont loin de ne concerner que les politiques d’insertion à la française ou à la belge, voire européennes. Les pratiques d’activation affectent bien des politiques dites de développement dans une large partie du monde. Les logiques de capacity building, d’empowerment…, on l’a dit, ne reposent pas sur autre chose. En un sens, elles étendent des formes de protection, pas toujours souhaitées d’ailleurs, sur une telle base de subjectivation, débouchant parfois sur des impasses quand les autres « piliers » de la protection font défaut. Ce qui n’est manifestement pas le cas dans les pays européens, en France en particulier. Ainsi, considérer, à l’heure de la mondialisation, fût-elle néolibérale, que ce qui se joue dans d’autres parties du monde peut éclairer ce qui se passe en nos contrées, est peut-être de bonne méthode pour penser les changements que nous constatons. Ce qui revient, encore une fois, à se demander ce qui change quand ça change.

  • 5  Voir www.laviedesidees.fr, du 23 mars 2010 et du 30 mars 2010. (...)

16L’ouvrage de Didier Vrancken prend donc place dans un débat qui appelle à resituer les enjeux de la protection sociale dans un contexte social et politique qui tienne compte de ce que celle-ci ne peut être désormais pensée dans la seule logique historique de la « vieille Europe ». Les conditions du débat contemporain sont largement mondialisées, ne serait-ce que parce que les termes mêmes de ce débat sont fournis par ce niveau mondial. Les logiques d’activation, d’empowerment, l’hybridation des dispositifs, les ambivalences entre les visées universalistes et les mesures ciblées, etc., sont autant le produit de ce qui se joue en Amérique latine, dans les pays arabo-musulmans, en Chine que dans l’Europe bismarcko-beveridgienne. L’ouvrage de Didier Vrancken éclaire du coup le (faux) débat (franco-français, comme on aime à dire) relatif à la régression de la protection sociale du fait de son « individualisation ». La controverse engagée par Robert Castel autour du livre d’Alain Ehrenberg et la réponse de ce dernier 5, balisent en quelque sorte la zone dans laquelle s’est développée l’incompréhension et dans laquelle elle peut se poursuivre et autoriser la production de récits légendaires antithétiques. Si, pour reprendre le beau titre de l’ouvrage de Didier Vrancken, un nouvel ordre protectionnel a bien vu le jour, il n’est peut être pas à penser dans les termes de l’abandon, du renoncement, de la régression, de la désinstitutionnalisation des protections collectives au profit d’une protection qui ne se développerait qu’à la hauteur des capacités contributives des individus, nonobstant, un reste de morale sociale obligeant, le maintien d’un filet de sécurité pour les plus démunis. Pour sortir des approches somme toute mécanistes et nostalgiques qui prévalent dans ce domaine, il convient bien sûr de procéder à l’analyse située et datée du nouvel ordre protectionnel, comme le fait d’ailleurs Didier Vrancken, mais encore importe-t-il de le rapporter à ce qui en fait justement un « ordre » renouvelé, à savoir, sa nouvelle philosophie, ses nouveaux principes et ses nouvelles modalités d’effectuation. Ce que nous avons pu désigner comme un élargissement universaliste de l’ordre de la protection d’individus singularisés par leurs capacités, réelles ou supposées. D’où le complément d’analyse, ou encore la demande de recontextualisation, que nous adressons à l’ouvrage de Didier Vrancken.

Haut de page

Bibliographie

Barbier J.-C. & B. Théret B. (2009), Le Système français de protection sociale, Paris, Éditions La Découverte.

Guillemard A.-M. et alii (2008), Où va la Protection sociale ?, Paris, Presses universitaires de France.

Messu M. (2009), Les Assistés sociaux suivi de l’Assurance d’assistance, Fribourg, Suisse, Academic Press Fribourg.

Palier B. (2002), Gouverner la Sécurité sociale, Paris, Presses universitaires de France.

Vrancken D. (2010), Le Nouvel ordre protectionnel, De la protection sociale à la sollicitude publique, Lyon, Éditions Parangon.

Haut de page

Notes

1  Vrancken, 2010

2  Voir, entre autres, Palier (2002) ; Barbier & Théret (2009) ; Messu (2009).

3  Voir sa contribution dans ce débat de SociologieS.

4  Traditionnellement l’armée, particulièrement la Légion étrangère en France, pratique le silence. Aujourd’hui, toujours, des organisations, comme Emmaüs, n’exigent aucune « parole » pour accepter en leur sein un nouveau « compagnon ».

5  Voir www.laviedesidees.fr, du 23 mars 2010 et du 30 mars 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Messu, « Aide-toi, le ciel t’aidera ! », SociologieS [En ligne], Débats, Figures contemporaines de l'État social, mis en ligne le 27 décembre 2010, consulté le 25 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3391

Haut de page

Auteur

Michel Messu

Université de Nantes et GEPECS Université Paris-Descartes - michel.messu@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page