Navigation – Plan du site
La Société singulariste

Grand résumé de La Société singulariste, Paris, Éditions Armand Colin, coll. individu et société, 2010

Suivi d’une discussion par Paola Rebughini et Didier Vrancken
Danilo Martuccelli

Notes de la rédaction

La discussion par Paola Rebughini est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3345.html, et celle par Didier Vrancken à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3347.html .

Texte intégral

1Depuis quelques décennies les sociétés contemporaines ont connu des transformations qui induisent des défis majeurs pour la sociologie. S’est ainsi consolidée une tendance structurelle qui fait de la singularité à la fois une réalité et un projet présent dans différents domaines sociaux. Surtout, cette montée structurelle de la singularité instaure progressivement une nouvelle sensibilité sociale qui infléchit bien des caractéristiques de l’individualisme de jadis. Ce double changement demande un véritable aggiornamento de la sociologie. C’est cette thèse, et quelques-unes de ses implications, que nous nous sommes efforcés de développer dans La Société singulariste et dont nous nous limiterons dans ce qui suit à signaler les principales lignes de raisonnement.

La montée structurelle de la singularité

2L’expansion de la singularité dans le monde actuel est le résultat non voulu, mais central, d’un ensemble disparate de processus structurels. Illustrons-le d’abord par ce qui a été, au cœur de la société industrielle, un des principaux facteurs d’opposition à la singularité – le domaine de la production. Après une période de forte standardisation des produits (faut-il rappeler la boutade de Henry Ford affirmant dans les années 1930 que les Américains pouvaient choisir la voiture de la couleur qu’ils désiraient… à condition qu’elle soit noire ?), nous vivons dans des sociétés qui ont tendance à dé-standardiser et même à personnaliser les produits de consommation courante. La transformation est sidérante. Le fordisme a été le règne de la production de masse standardisée. La croissance de la productivité était associée à une économie d’échelle opérant par homogénéisation des produits, déqualification du travail, salaires uniformes, formation de masse, et bien entendu, une consommation massive de produits homogènes.

3Nous sommes largement sortis de ce monde. Le mouvement est bien présent, pour n’en rester qu’à cet exemple, dans l’industrie automobile où les combinatoires de pièces ou de fonctions élémentaires, dans certaines limites techniques fixées par avance, ont sensiblement augmenté la différenciation des produits – au-delà d’une gamme élargie de couleurs. Mais c’est sans doute dans les services que l’économie des singularités s’est surtout développée (Karpic, 2007). En réalité, dans ces secteurs la tendance à la singularisation n’y est pas dépourvue de tendances contraires ; et en sens inverse, il est possible d’observer, dans l’industrie, de véritables processus de singularisation.

4Ce changement dans la production trouve bien évidemment son corollaire du côté de la consommation. En fait, une dialectique d’un nouveau genre s’installe : il faut que l’industrie détecte – accompagne et oriente – la volatilité des goûts des consommateurs et la multiplication de leurs profils, mettant en place une distillation de la production en petites gammes, constamment en rénovation, accentuant alors l’inévitable différenciation entre consommateurs. En tout cas, pour satisfaire – en fait, pour co-produire – cette demande de plus en plus singulière, l’industrie a dû révolutionner ses modes de production, en augmentant, notamment grâce à différentes procédures, sa réactivité envers la demande (Coriat, 1991). Ce processus amène à son tour une série de changements afin d’augmenter l’offre à laquelle chaque client peut effectivement avoir accès, et que l’e-commerce, les achats sur catalogue et surtout le net, ont considérablement étendue, permettant de libérer le commerce de la contrainte de la limite physique du stockage de produits. La diversification de la production de masse s’articule avec une consommation plus singulière.

5Il s’agit d’une véritable révolution industrielle au cœur du capitalisme, insuffisamment repérée par une critique presque exclusivement centrée sur ses dérives financières. Hier, la production industrielle a été un puissant facteur d’homogénéité et de massification ; désormais, elle est une des sources structurelles de l’expansion de la singularité. La difficulté à le comprendre provient d’une association trop étroite et exclusive entre la singularité et un autre âge de la production – celui de l’artisanat – qui empêche pour beaucoup de voir à quel point notre époque assiste, après une première et longue période d’industrialisation de masse, à un nouvel avatar dans la production de la singularité.

6Or, ce qui est observable du côté de la production industrielle l’est encore davantage du côté des institutions. Bien d’entre elles visent, et de plus en plus, à contraindre les individus à revenir sur leur passé, sous la forme de bilans de compétences ou d’entretiens d’étape, s’accompagnant d’une logique d’intervention visant parfois à responsabiliser individuellement les acteurs des raisons de leurs difficultés ou de leurs échecs, d’autres fois à personnaliser les aides auxquelles ils peuvent avoir accès. Une pratique bien repérable dans les services sociaux où on assiste depuis plusieurs décennies à une forte personnalisation des interventions, grâce à un suivi plus individualisé des usagers ou, bien sûr, en tant qu’indispensable utopie pédagogique.

7Cette poussée de la singularité se manifeste également au niveau de nos exigences de justice. Ce qui, hier encore, symbolisait le propre de la justice – le fait qu’elle devait se rendre les yeux bandés – devient même parfois un des critères de l’injustice contemporaine – lorsqu’on n’a pas su tenir compte des variantes personnelles et contextuelles. Il va de soi, et de plus en plus, que les individus étant différents, il est indispensable de les traiter différemment, afin d’asseoir leur véritable égalité. L’important, ce n’est plus seulement (voire même plus du tout) la subsumption du particulier dans le général, mais presque au contraire, la capacité à dégager un accord jugé juste parce que parfaitement adapté à une situation singulière (Rosanvallon, 2008). Cette attitude, dans toute son ambivalence, est observable chez les adolescents qui n’arrêtent pas de dénoncer l’arbitraire d’une décision lorsqu’elle ne pénalise pas de la même manière tout le monde, mais qui réclament aussi, en même temps, et avec autant sinon plus de force, une modulation des sanctions en fonction de la personnalité des uns et des autres ! Bien entendu, toute atteinte à l’égalité est toujours insupportable ; mais en même temps, désormais, sa simple application institutionnelle semble profondément insuffisante, voire abusive (Dubet & Martuccelli, 1996).

8Bien entendu, ces tendances sociétales plurielles connaissent des contre-tendances, toujours actives, à la standardisation. Et exprimée de cette façon, cette tension n’est pas en elle-même nouvelle, et Georg Simmel a pu notamment déjà en faire un des traits majeurs de la modernité en soulignant, au tournant du xixème et du xxème, l’importance croissante et simultanée des éléments quantitatifs et qualitatifs dans la vie sociale (Simmel, 1987). Pourtant, au vu des transformations actuelles, cette prise de conscience critique est insuffisante. En effet, il ne suffit plus de dire que l’expansion de la singularité est concurrencée par un autre grand processus. La dynamique entre les termes a évolué. D’une part, la franche opposition d’hier cède le pas à toute une série de situations où les articulations apparaissent plus complexes, où la standardisation peut devenir, paradoxalement, une source pour la singularité, et où, à l’inverse, le souci de singularité, en se radicalisant, cantonne au stéréotype. D’autre part, et d’un point de vue axiologique cette fois, nous sommes entrés dans une période où, progressivement, la signification de la standardisation n’est véritablement cernée qu’en référence critique à la singularité. La standardisation n’a jamais été, bien entendu, une valeur – tant elle n’a cessé d’être entourée de sentiments pour le moins ambivalents. Mais l’ambivalence qui lui était associée était une forme de reconnaissance de sa nécessité impérieuse et le fruit d’un mode d’industrialisation en rendant les bienfaits évidents – et assurant une certaine expansion de l’égalité. Désormais, l’ambivalence d’antan a tendance à se transformer dans un jugement plus critique et plus univoque. La standardisation est ainsi de plus en plus saisie avant tout au travers des obstacles qu’elle oppose à l’épanouissement des singularités.

9Conclusion : à l’inverse de tant de démarches qui annoncent et souvent dénoncent une prétendue uniformisation du monde, il convient plutôt de s’interroger sur les nouveaux défis que posent, pour la pratique de la sociologie, la réalité et l’idéal massivement partagés de la singularité.

De l’individualisme au singularisme

10À l’ombre de cette expansion structurelle de la singularité, il est possible de faire l’hypothèse que nous assistons à une inflexion dans le sillage de la profonde rupture amenée par l’individualisme au tournant du xixème. Le mot doit être doublement compris. D’une part, il souligne une radicalisation et un approfondissement de l’ancien individualisme, mais d’autre part, il fait part d’un changement significatif d’orientation.

11Nos sociétés sont toujours des sociétés individualistes faisant du primat de l’individu un principe ordonnateur de la vie sociale. Mais elles ne le sont plus forcément dans les termes établis par Alexis de Tocqueville (1986). Pour aller à l’essentiel, l’individualisme contemporain, dans sa production et dans son entretien, n’est plus porté, en tout cas aussi massivement qu’il ne l’a été jadis, par l’égalité. C’est la singularité qui la remplace. Elle n’abolit pas le principe fondateur de l’individualisme – le primat de l’individu – mais elle le colore d’une toute autre manière, et en fait apparaître de nouvelles facettes. C’est cette inflexion qui nous fait glisser vers le singularisme.

12[1] Dans le cas de l’individualisme, et à l’horizon d’une société de citoyens-propriétaires, l’indépendance personnelle et la liberté négative sont le problème cardinal. Dans le singularisme, et à l’horizon d’une société ayant généralisé le salariat, le plus important tourne autour du sentiment d’être incomparable. Le but n’est pas l’originalité, mais bel et bien la singularité, l’affirmation d’être quelqu’un d’autre que ses semblables. Disons-le sans ambages : si l’individualisme naît d’une méfiance envers la société, le singularisme ne s’affirme qu’à partir de la reconnaissance du commun. Le singularisme n’est pas ainsi une pure privatisation – sous la forme d’un retrait du monde politique, d’une désaffection de la vie commune ou d’une valorisation exclusive de la vie privée comme c’est à certains égards le cas de l’ancien individualisme. Il est au contraire porté par une vocation différente : il suppose d’emblée une forte implication des individus dans la société, ne serait-ce que parce qu’ils désirent ardemment voir leur singularité reconnue.

13Dans le singularisme, l’idéal suprême n’est plus tant l’autonomie politique ou l’indépendance économique, que la quête d’une forme sui generis de justesse personnelle. Certes, cette dernière présuppose à bien des égards les deux autres, mais elle n’en désigne pas moins une toute autre réalité. Dans le cas de la justesse, le but est moins d’incarner un modèle universel de vertu (comme dans l’arêté grec ou la sainteté chrétienne), c’est-à-dire de donner forme à un modèle qui est déjà là, qui précède donc l’individu, que de parvenir à la réalisation singulière de soi la plus harmonieuse possible, à atteindre ainsi un idéal personnalisé en dehors de tout modèle d’évaluation et même – à terme et comme idéal – de toute idée de comparaison ou de concurrence avec autrui. Il s’agit d’une révolution paisible, vis-à-vis de bien des logiques sociales qui, si ouvertement commandées par la comparaison et l’envie, sont une source majeure de remise en question de cet idéal, de surcroît au milieu des économies gouvernées par le marché.

14C’est dire si le but du singularisme n’est pas tellement d’articuler le singulier et l’universel (comme c’est le cas justement avec l’exemplarité), ni de se désolidariser de toute affiliation collective afin d’affirmer une originalité personnelle (Ferrara, 1999, notamment chapitre 4 et 2008 ; Heinich, 2000, p. 147), mais de parvenir à mettre en œuvre une dynamique nouvelle entre le singulier et le commun. L’intérêt n’est pas d’exceller dans l’originalité, mais de parvenir à s’ajuster au monde, chacun à sa façon, afin de réussir sa singularité. Dans ce travail, « la singularité n’est pas figée par une consigne initiale, par une définition a priori de soi » (de Singly, 2005, p. 77). La justesse atteinte, tout en pouvant être unique, n’est pas forcément exemplaire, parce qu’il n’existe pas une seule voie d’excellence, mais une pluralité de formes justes – c’est-à-dire harmonieuses dans une même situation. Certes, il s’agit bien d’un idéal. Et de la même manière que la liberté négative n’a jamais cessé d’être l’objet de maintes perturbations dans le cas de l’individualisme, la singularité – la justesse de soi – peut à tout moment être déstabilisée par des logiques collectives ou passionnelles de comparaison.

15[2.] Dans l’individualisme la tension essentielle se situe entre le bonheur collectif et les intérêts personnels – d’où la crainte historique des libéraux que la société n’écrase les individus. Dans le singularisme, la dialectique entre le soi et les autres est radicalement différente. Sur ce point, l’analyse sociologique ne peut que rejoindre un des mouvements de fond observable dans la philosophie du xxème siècle : le passage d’une philosophie de la conscience à une conception intersubjective des individus. De l’idée d’individus déjà constitués, nous devons passer à une prise en compte des individus en tant que processus historiques en construction, se constituant par et dans les rapports sociaux.

  • 1  Par supports, il faut entendre un ensemble de facteurs, matériels ou symboliques, proches ou loint (...)

16Cependant, pour rendre compte de ce processus, les interactions avec autrui, pour importantes qu’elles soient, ne doivent pas devenir le centre du dispositif d’analyse. Pour cette conception autrement socialisée des acteurs, l’essentiel consiste à comprendre leur possibilité structurelle d’existence – ce qui suppose de reconnaître d’emblée l’ouverture constitutive de chaque individu. L’enjeu du singularisme est alors moins le problème du sens de l’existence ou de la co-production identitaire lors des interactions que l’étude des différents supports grâce auxquels les individus se constituent en tant qu’individus 1.

17Le singularisme renverse alors l’ordre des préférences établi par Alexis de Tocqueville. Dans l’individualisme c’est l’intérêt individuel qui est premier, et il a par la suite plus ou moins de difficulté à s’articuler avec un « bonheur » collectif. Le singularisme, en revanche, tout en accordant plus de poids que par le passé à des dimensions proprement existentielles (Crespi, 2006 et 2008), passe par une forme inédite de conscience sociétalisée de soi. Si l’individualisme consistait à faire de l’individu et de ses droits les pivots de la vie sociale et politique, le singularisme place plutôt la vie personnelle concrète, et l’ensemble des supports dont elle a besoin pour exister, au centre de la vie commune. D’ailleurs, d’un point de vue politique, c’est probablement la principale transformation apportée par le féminisme. L’ancienne notion de solidarité propre au mouvement ouvrier ou aux groupes nationaux (l’un et l’autre laissant entendre l’existence d’individus préexistant à leur union) cède radicalement le pas à une vision accentuant, dès la conception même du sujet politique, une ouverture et une sollicitude envers les autres (Tronto, 2009).

  • 2  Cette expérience se décline différemment selon les contextes nationaux. Elle est sans doute un des (...)

18Au cœur du singularisme, il faut alors placer cette nouvelle conscience sociétalisée de soi. Pourquoi cette transition ? Parce qu’entre la réflexion d’Alexis de Tocqueville et les réalités du monde contemporain, il s’est produit un changement considérable : la vie personnelle est devenue indissociable d’une série de politiques publiques. La notion si juste de solidarité organique est restée pour Émile Durkheim, et surtout pour ses contemporains, une notion abstraite, déduite – plus qu’inférée – de la division du travail et du constat des interdépendances structurelles engendrées par la spécialisation des métiers dans une société moderne. Or, dans le singularisme contemporain, ce rapport aux autres et à la collectivité, cesse d’être abstrait pour devenir une expérience concrète et ordinaire, donnant lieu à l’expansion d’un sentiment croissant et nouveau de fragilité personnelle 2.

19[3.] Enfin, le singularisme est guetté par d’autres dangers que ceux de l’individualisme, et qu’Alexis de Tocqueville avait repérés. Des menaces susceptibles d’empêcher l’affirmation sereine de la singularité ou qui risquent de laminer l’égalité.

20D’une part, la quête de la singularité est contrariée par une famille large d’inquiétudes rendant les individus incapables de faire reconnaître leur singularité, en raison de clôtures standardisées de leur expérience. Ce qui, en réaction, produit l’exacerbation maladive d’un désir d’être – non pas reconnu – mais connu, vu, renommé. Ici, la singularité, comme rapport serein de soi à soi, se dégrade dans un exhibitionnisme compulsif, dans le narcissisme, dans une obsession de visibilité, dans une perversion de l’originalité. Un des dangers de la réussite de la singularité réside donc dans le détournement de cet idéal par une généralisation outrancière de la comparaison inter-individuelle. La singularité glisse alors, de manière perverse, vers l’exemplarité ou l’excellence. Le capitalisme des trente dernières années en a fait son miel en poussant à l’extrême, dans tous les domaines de la vie sociale, la logique de l’évaluation et la promesse d’un différentiel de récompense du mérite en fonction des efforts et des résultats de chacun (Dardot & Laval, 2009).

21D’autre part, et c’est un phénomène tout aussi inquiétant, le singularisme risque d’accentuer un désintérêt croissant pour l’égalité. L’augmentation plus ou moins globale des inégalités ces dernières décennies ne doit pas être vue seulement comme l’effet d’une contre-offensive politique conservatrice, mais aussi, et plus durablement, comme une sévère zone d’ombre du singularisme. Il se peut en tout cas que les écarts de richesse soient, dans un avenir proche, encore plus importants et mieux tolérés qu’aujourd’hui, au fur et à mesure que la préoccupation pour l’expression de la singularité s’affirme au détriment de préoccupations pour l’égalité sociale – une attitude nettement accentuée par une politique de gestion de la main d’œuvre favorisant l’individualisation salariale. Le danger de cette dérive réside dans le fait que, vu de la singularité, l’important n’est plus forcément ni ce qui me sépare de l’autre ni ce qui me fait ressembler à lui, mais ce qui m’empêche de réussir ma singularité. La transition est subtile et pourtant décisive. La centration sur soi peut aller de pair avec un désintérêt envers l’égalité qui est, pourtant, toujours, le principal facteur structurel assurant la possibilité de la singularité.

L’individuation et les épreuves

22L’inflexion de l’individualisme vers le singularisme et la nouvelle composition sociale et politique qui le constitue posent un grand défi à la sociologie. Ils invitent surtout à déplacer le centre de gravité de l’analyse sociologique de l’idée de société vers le processus d’individuation et exige que la sociologie parvienne à proposer une intelligibilité des phénomènes sociaux à l’échelle des individus. En effet, la perception de la vie sociale par les individus passe de moins en moins uniquement par une identification ou une perception à partir des grands profils collectifs, mais se fait, au contraire, de plus en plus, par le biais de leurs expériences personnelles. L’individu devient l’horizon liminaire de la perception sociale. Désormais, c’est souvent en référence à ses propres expériences que le social fait – ou non – sens pour lui. Reste bien entendu à comprendre l’impact de ce mouvement et surtout le type d’analyse qu’il incite à adopter.

L’individuation comme macro-sociologie

23Dans le cadre de l’idée de société, et de la sociologie classique, les acteurs individuels n’avaient, au fond, d’autre fonction que d’exemplifier les grands processus sociaux, tant l’histoire des personnes et l’histoire de la société étaient perçues en relation étroite. Or, c’est justement le questionnement de l’idée d’une relation directe entre la dynamique des destins sociaux et l’individualité qui devient un défi central de la sociologie à l’heure du singularisme. Pour y faire face, il est nécessaire de rendre intelligibles les enjeux de société à l’échelle des expériences individuelles, ce qui suppose un effort spécifique de traduction entre les uns et les autres. Cela demande surtout d’être capable à la fois de retracer les transformations structurelles en cours en s’appuyant sur les expériences des individus et de rendre compte de la façon la plus singulière possible des défis qu’ils relèvent. Ce projet intellectuel invite à faire du processus d’individuation, de l’interrogation sur le type d’individu qui est structurellement fabriqué dans une société, le pivot central de la macro-sociologie.

24Mais il ne suffit pas de faire de l’individuation l’axe central de la macro-sociologie. Encore faut-il s’entendre sur la manière de la concevoir. En effet, l’étude de l’individuation, sous l’emprise de l’idée de société, s’est longtemps essentiellement intéressée et limitée aux seuls grands facteurs structurels. Or, la prise de distance avec l’idée de société et le besoin de singulariser l’analyse invitent à mettre en œuvre une autre stratégie de recherche afin de faire un travail de traduction d’un nouveau genre des enjeux sociétaux au niveau des expériences personnelles. L’imagination sociologique a, de nouveau, un rôle central dans ce processus, puisqu’il y va toujours de la nécessité de repenser la relation entre l’individu et la société (Mills, 1997). Le noyau central de cette inflexion peut s’énoncer simplement. De la même manière que la compréhension de la vie sociale s’organisait hier autour des notions de civilisation, d’histoire, de société, d’État-nation ou de classe, il revient désormais à l’individu d’occuper le lieu analytique central. Si le défi consistait hier à lire et à insérer les expériences des acteurs au travers de logiques groupales (les « classes sociales ») propres aux grands processus structuraux, il semble nécessaire aujourd’hui de rendre compte des principaux changements sociétaux à partir d’une compréhension ayant pour horizon l’individu et sa singularité. Il faut désormais être capable de condenser en abrégé, à l’échelle de l’individu, une situation historique et sociale qui est forcément variable.

L’épreuve comme opérateur analytique

25Pour le faire, la notion d’épreuve apparaît comme le meilleur outil. Il faut comprendre les épreuves comme un dispositif d’étude qui, s’appuyant sur la logique narrative de la mise à l’épreuve, mobilise la conceptualisation d’acteurs contraints d’affronter des défis structurels, historiquement produits et inégalement distribués, aux travers desquels s’effectue une sélection largement informelle des personnes. Cette notion, tout en gardant au premier plan les changements historiques et les inévitables effets du différentiel de positionnement social entre acteurs, permet de montrer, de façon singulière, comment les individus sont produits et se produisent.

26La notion d’épreuve a quatre grandes caractéristiques. En tout premier lieu, elle est indissociable d’un récit qui a longtemps pris une forme ternaire : une période de formation ; la mise à l’épreuve proprement dite ; la résolution. Cependant, dans les sociétés actuelles, il s’est complexifié. D’abord, parce que la période de formation elle-même, c’est-à-dire le parcours scolaire, est devenue une épreuve à part entière. Ensuite, parce que les moments de mise à l’épreuve, à la différence de ce que laisse entendre le récit canonique, ne se résument plus à un seul grand moment de vérité, mais se disséminent tout au long d’une vie. Enfin, parce que désormais les épreuves de la vie sociale n’ont plus, ou rarement, de résolution définitive et qu’en plus, celle-ci peut faire l’objet de désaccords entre divers jugements institutionnels (entre, par exemple, le jugement sur soi que renvoie l’épreuve scolaire et celui que renvoie l’épreuve du travail). C’est pourquoi le récit spécifique aux épreuves de l’individuation doit se faire sous la forme d’une tension entre principes, entre lesquels l’acteur est contraint de circuler dans une ambivalence irréductible.

27Ensuite, elle suppose une conception particulière de l’acteur. Il est celui qui affronte l’épreuve, s’y mesure. Le pâtir subjectif, le caractère souvent éprouvant de l’effort qu’il doit déployer pour faire face, y gagnent une signification analytique importante. Le ressenti personnel doit être intégré systématiquement dans l’analyse : non seulement parce qu’il est un niveau de la réalité, mais parce qu’il donne tout simplement une autre compréhension d’un même phénomène. La vie sociale est de plus en plus marquée par des situations (divorces, chômages, échecs scolaires) qui, au-delà de leurs raisons structurelles, demandent aux individus de trouver la force et l’énergie nécessaires pour faire face, au travers d’expériences d’autant plus douloureuses et solitaires qu’elles sont vécues comme des fautes personnelles.

28En troisième lieu, l’épreuve est indissociable d’un processus plus ou moins formalisé d’évaluation menant à une véritable sélection sociale. Bien souvent opaque, rarement explicite, il demande de la part des acteurs des apprentissages nouveaux et constants d’autant plus que le processus de sélection se fait désormais lors d’étapes successives où il revient chaque fois à l’individu de décider de son sort. D’ailleurs, le sens et la nature des épreuves de sélection changent selon les périodes historiques ou les sociétés. L’école, par exemple, est sans aucun doute une épreuve centrale dans le processus d’individuation aujourd’hui à l’œuvre en France. En revanche, il est fort vraisemblable qu’elle ne l’est guère dans d’autres sociétés nationales (ou, pour la même société française, dans la période qui précède les années 1950).

29Enfin, les épreuves ne définissent pas n’importe quel événement éprouvant de l’existence, mais désignent des défis structurels et historiques particuliers – de grands enjeux sociétaux. Bien qu’il soit possible d’identifier une grande diversité de mécanismes institutionnels et de registres analytiques potentiels, l’étude doit, afin de rester opérationnelle, se restreindre à l’examen d’un nombre limité d’épreuves, jugées particulièrement significatives au vu d’une réalité historique et sociale concrète. Dans une étude portant sur le mode d’individuation à l’œuvre dans la société française actuelle, huit grandes épreuves ont pu être distinguées (Martuccelli, 2003). Quatre d’entre elles ont été définies à partir d’une perspective institutionnelle, la production d’individus se définissant toujours, en France, par un individualisme institutionnalisé (école, travail, ville, famille). Mais une deuxième série d’épreuves renvoie à différentes dimensions du lien social lui-même : rapport à l’histoire, aux collectifs, aux autres, à soi-même. L’analyse permet de rendre compte à la fois de l’ensemble standardisé d’épreuves propres à une société et des manières dont elles se diffractent jusqu’aux individus, dont elles s’organisent et s’expriment au travers d’expériences.

30Le centre de gravité d’une vie n’est alors défini ni par les plis incorporés du social, ni par l’unification de l’expérience produite par l’acteur, mais par l’ensemble des épreuves auxquelles un individu est socialement confronté. La démarche ne fait jamais des traits de l’acteur (classe, genre, ethnie, âge…) le moteur de la compréhension (à la différence notoire des modèles de la socialisation), mais ils sont plutôt saisis comme des moyens qui sont activés et sont sollicités différemment en fonction de chacune d’entre elles. L’important, face au risque de balkanisation identitaire contemporaine, est de dégager un ensemble commun d’épreuves à tous les membres d’une société.

31Tout en gardant en premier plan les changements historiques et les inévitables effets du différentiel de positionnement social entre acteurs, les épreuves permettent donc de restituer au social la consistance qui est bien la sienne, du fait de la diffraction non uniforme des phénomènes et des pratiques. Dans une société traversée par un mouvement de fond de singularisation croissante des parcours de vie, il est plus que jamais nécessaire de rompre avec l’illusion de l’existence de modèles-type et de mettre au cœur de l’analyse la quête de nouvelles manières d’articuler le singulier et le général. Chaque utilisation apparaît en tout cas comme une variante d’une intelligence par condensation du social à l’échelle des individus.

L’extrospection – une sociologie pour les individus

32Comment répondre, en tant que sociologues, à la singularisation en cours ? En y reconnaissant une des conséquences du singularisme, à savoir, le besoin nouveau qu’ont les individus de comprendre à leur échelle les phénomènes collectifs. Ce qui invite à mettre en œuvre une sociologie pour les individus, c’est-à-dire véritablement capable de singulariser les analyses.

33Dans ce contexte, une analyse en termes de classe sociale ne peut rendre compte que de manière approximative des états réels, et donc des multiples variations au travers desquelles se déroulent effectivement les vies. Selon les activités ou les individus étudiés, il faut alors être capable de fournir des écologies sociales de plus en plus personnalisées : rendre compte, empiriquement, des « degrés » de global ou de local des pratiques culturelles, par exemple, mais également des manières dont les grands changements historiques se déclinent au niveau des expériences. Le problème est désormais de montrer l’imbrication in situ des processus globaux et de leur articulation locale, à condition de ne pas en rester à ce seul niveau et d’être capable d’étudier, empiriquement, le processus effectif de déclinaison.

34L’individualisation des parcours invite donc non pas à abandonner une analyse classiste, mais à la prolonger par une étude plus fine et personnalisée des écologies sociales. Concevoir une sociologie pour les individus suppose ainsi d’être capable de transmettre une compréhension de la vie sociale à leur échelle, leur permettant de comprendre à quel point ce qu’ils éprouvent n’est qu’un effet filtré de la société. Parfois, ce filtrage expose plus ou moins directement un individu aux changements structurels, mais dans bien d’autres situations, cette diffraction se fait par des chemins sinueux, ce qui exige d’atteindre un surcroît de précision à l’heure de caractériser la singularité des situations. Le but est de comprendre, à partir de l’individuation et des épreuves, dont on est doublement sujet (actif et passif), la société dans laquelle on vit. C’est dans ce sens que l’intelligence de soi passe plus que jamais par l’intelligence de la société. Il semble alors plus judicieux de parler d’extrospection que d’introspection – dans tous les cas, le lieu ultime de la connaissance et de l’action est à l’extérieur de soi (la « société ») et non pas au niveau du sujet. Dans un travail de ce type les problèmes ou les événements biographiques se doivent donc d’être interrogés et éclairés à partir de l’intelligence qu’ils permettent d’avoir de la société dans laquelle on vit. Ce n’est que par ce biais que l’individu peut à la fois comprendre la société et ses propres initiatives.

  • 3  Pour une présentation détaillée d’un dispositif de ce type, ses promesses et ses problèmes, voir L (...)

35Ce travail d’extrospection, et le souci ultime de singularisation de l’analyse sociologique auquel il invite au vu de cette nouvelle demande sociale, impliquent à terme non seulement la mise en œuvre d’un dispositif personnalisé d’échange et de discussion entre les analystes et les acteurs 3, mais surtout de développer une sociologie qui s’adresse à un nouvel interlocuteur – l’individu. Le changement de destinataire principal – et imaginaire – du travail sociologique, impliquera, sans doute, des modifications analytiques substantielles dans les années à venir. On ne fait tout simplement pas la même sociologie si l’on a pour horizon l’intégration de la société et ses institutions, le Prince, les politiques (policy) et l’administration, les mouvements sociaux ou même l’opinion publique. Et encore moins, bien sûr, si le principal destinataire est une communauté fermée de spécialistes. Faire une sociologie pour les individus exige constamment de garder à l’esprit le besoin de traduire systématiquement les enjeux collectifs en épreuves, au sein d’un monde social où leur articulation n’est ni immédiate ni directe, ce qui leur octroie, toujours et partout, une initiative irrépressible d’action obligeant à une forme particulière d’intelligence du social.


*    *    *

36L’étude de l’individuation par les épreuves ne « remplace » pas l’étude du personnage social et l’idée de société. Il s’agit d’un autre projet intellectuel. Son but est de proposer un regard sociologique capable d’assumer la prééminence de l’individu et de sa singularité dans nos sociétés, et surtout, le fait qu’il soit devenu l’horizon liminaire de nos perceptions. Cette démarche sociologique, tout en s’intéressant de près au travail de l’acteur, ne suppose ainsi aucun abandon du propre du regard sociologique – produire une intelligence des actions à partir d’un raisonnement relationnel et contextuel. Mais elle n’en demande pas moins un infléchissement considérable, puisqu’elle exige d’accorder plus d’attention et de signification aux expériences singulières et au processus d’individuation dans la compréhension des phénomènes sociaux.

Haut de page

Bibliographie

Coriat B. (1991), Penser à l’envers, Paris, Éditions Christian Bourgois.

Crespi F. (2006), Il Male et la ricerca del bene, Roma, Edizione Meltemi.

Crespi F. (2008), Contro l’al di là. Pragmatismo esistenziale e nuova laicità, Bologna, Edizione Il Mulino.

Dardot P. & C. Laval (2009), La Nouvelle raison du monde, Paris, Éditions La Découverte.

Dubet F. & D. Martuccelli (1996), À l’École, Paris, Éditions du Seuil.

Ferrara A. (1999), Autenticità riflessiva, Milano, Edizione Feltrinelli.

Ferrara A. (2008), La Forza dell’essempio, Milano, Edizione Feltrinelli.

Heinich N. (2000), Être écrivain : création et identité, Paris, Éditions La Découverte.

Karpic L. (2007), L’Économie des singularités, Paris, Éditions Gallimard.

Martuccelli D. (2002), Grammaires de l’individu, Paris, Éditions Gallimard.

Martuccelli D. (2006), Forgé par l’épreuve, Paris, Éditions Armand Colin.

Martuccelli D. (2007), Cambio de rumbo, Santiago, Edición LOM.

Mills C. W. (1997 [1959]), L’Imagination sociologique, Paris, Éditions La Découverte.

Rosanvallon P. (2008), La Légitimité démocratique, Paris, Éditions du Seuil.

Simmel G. (1987 [1900]), La Philosophie de l’argent, Paris, Presses universitaires de France.

Singly de F. (2005), L’Individualisme est un humanisme, La Tour d’Aigues, Éditions de L’Aube.

Therborn G. (2009), Les Sociétés d’Europe aux XXème et XXIème siècles, Paris, Éditions Armand Colin.

Tocqueville de A. (1986), De la Démocratie en Amérique [1836-1840], Paris, Éditions Gallimard, 2 vol.

Tronto J. (2009 [1993]), Un Monde vulnérable, Paris, Éditions La Découverte.

Haut de page

Notes

1  Par supports, il faut entendre un ensemble de facteurs, matériels ou symboliques, proches ou lointains, conscients ou inconscients, activement structurés ou passivement subis, toujours réels dans leurs effets, et sans lesquels, à proprement parler, il ne pourrait pas y avoir d’individu (Martuccelli, 2002 et 2007).

2  Cette expérience se décline différemment selon les contextes nationaux. Elle est sans doute un des traits majeurs des sociétés européennes contemporaines (Therborn, 2009).

3  Pour une présentation détaillée d’un dispositif de ce type, ses promesses et ses problèmes, voir La Société singulariste, surtout la troisième partie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danilo Martuccelli, « Grand résumé de La Société singulariste, Paris, Éditions Armand Colin, coll. individu et société, 2010 », SociologieS [En ligne], Grands résumés, La Société singulariste, mis en ligne le 27 décembre 2010, consulté le 25 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3344

Haut de page

Auteur

Danilo Martuccelli

Université Paris Descartes, CERLIS - dmartuccelli@nordnet.fr

Articles du même auteur

Haut de page