Navigation – Plan du site
Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques

Ciblage de la protection sociale et production d’une société de frontières

Philippe Warin

Résumés

Après avoir exposé le principe de ciblage de la protection sociale, l’article examine les « frontières sociales » qu’il avive. Il présente ensuite ce qui est sa principale conséquence, la stigmatisation des bénéficiaires pouvant être à la source d’une « frontière mentale ». Enfin, il expose la « frontière politique » qui découle d’un modèle sélectif de protection sociale misant sur la généralisation de la responsabilité individuelle.

Haut de page

Texte intégral

1Le ciblage des politiques sociales ou des programmes sociaux sur des populations et des territoires en particulier conditionne depuis l’origine les régimes de protection sociale de type libéral. Aux États-Unis, le système de protection sociale a été bâti sur une dualisation entre ceux qui peuvent travailler et ceux qui ne le peuvent pas. Les premiers, par l’imposition, financent des programmes sociaux ciblés en priorité sur les seconds (Unger, 1996). De nombreux auteurs ont analysé cette dualisation comme l’effet direct du principe libéral de sélectivité des populations destinataires (Hartz, 1955 ; King, 1973 ; Levine, 1988 ; Duncan, 1995). La norme du ciblage (targeting) des individus ou des groupes bénéficiaires a toujours donné lieu à d’importants débats politiques. Par exemple, les Républicains ont parlé de folie universaliste (universal fallacy) pour dénigrer les tentatives de programmes d’assurance maladie universels (Kristol, 1993-94), qu’un plaidoyer de gauche s’est efforcé de défendre (Skocpol, 1988 et 1991 ; Atkinson, 1993). Certains observateurs ont même expliqué le basculement à droite de l’Amérique au cours des années 1980 par la concentration accrue des aides sur les segments les plus défavorisés de la population (Rosanvallon, 1995). La légitimité du ciblage est contestée par les classes moyennes qui trouvent qu’elles paient beaucoup pour un État social qui leur rend peu, aux États-Unis (Kevin, 1993 ; Gilens, 1999) mais aussi en Europe, même dans des pays protecteurs comme la Suède (Rothstein, 2000). En Amérique du nord, la mémoire douloureuse de la Grande dépression des années 1920-1930 hante peut-être encore les esprits. À l’époque, le système fondé sur l’assistance avait déstabilisé les finances publiques et acculé bien des États américains à la faillite, mettant ainsi en péril le crédit financier de l’État fédéral. Tout récemment, les difficultés rencontrées par le Président Barack Obama pour introduire son projet de réforme de la santé constituent le dernier épisode de cette histoire mouvementée. En Europe continentale, où des régimes de protection sociale ont été mis en place autour de principes d’universalité ou de contributivité, le ciblage existe également, mais dans des proportions variables selon les pays. La nécessité de concentrer les moyens publics sur les populations les plus précaires, dans le cadre de politiques de lutte contre la pauvreté, accroît cependant son usage.

2Cette sélectivité des systèmes de protection sociale peut varier en fonction d’un certain nombre de facteurs : ses destinataires, son objet, ses critères et ses techniques (Borgetto, 2003). Tout d’abord, le ciblage vise des groupes ou des territoires. Il concerne ensuite une catégorie de la population ou un risque déterminé (maladie, handicap, chômage, etc.). Il repose en même temps sur des critères de sélection de la cible : niveau de ressources, âge, handicap, degré de formation, quartiers défavorisés, régions pauvres, etc. Enfin, des modalités techniques sont mises en œuvre : un dispositif spécifique pour une population donnée, une mesure de sélectivité dans l’accès à une ressource, une différenciation tarifaire, une modulation du niveau d’une prestation financière en fonction de critères particuliers, un mécanisme d’individualisation de l’offre selon la situation ou le comportement du bénéficiaire. Cette dernière technique est particulièrement importante aujourd’hui. Le principe d’activation conditionne de plus en plus largement l’accès à de nombreux dispositifs ciblés. Il est au cœur de la stratégie de Lisbonne en matière sociale (Barbier, 2010). Ainsi progressivement, les critères de comportements subordonnent de plus en plus l’accès aux programmes sociaux et à la protection sociale en général à des devoirs et obligations ; c’est vrai en matière d’insertion socioprofessionnelle, mais dans d’autres domaines également, comme la santé. Par exemple, pour bénéficier de certaines prestations monétaires ou accéder à certains dispositifs d’insertion socioprofessionnelle, il faut que les bénéficiaires démontrent leurs efforts pour améliorer leur employabilité et pour retrouver du travail. En plus des critères habituels (ressources, âge, composition familiale, etc.), les comportements sont pris en compte principalement dans l’ouverture et le maintien de droits. En France, le passage du Revenu minium d’insertion (emblématique de la politique de ciblage) au Revenu de solidarité active accentue cette logique d’activation (notamment pour le RSA socle).

  • 1 On doit le premier cadrage théorique de cette question à Patrick M. Horan et Patricia Lee Austin (1 (...)

3Du fait de son empreinte croissante, le ciblage a nécessairement des conséquences sur la cohésion sociale. Dans le prolongement de premiers travaux sur le welfare stigma 1, poursuivis récemment en termes de coûts de participation aux programmes sociaux (Andrade, 2002), de coûts d’information (Cohen-Zole & Zanella, 2008), de coûts psychologiques (Manchester & Mumford, 2009), mais aussi en termes de conséquences de la lutte contre la fraude (Yaniv, 1997) ou de l’inemployabilité des individus (Contini & Richiardi, 2009), nous avons indiqué que le ciblage pouvait produire des « frontières sociales, mentales et politiques » (Warin, 2007). Nous voulons expliquer ici que ce choix induit des processus de stigmatisation qui, à la fois : mettent sous tension les rapports entre contributeurs et bénéficiaires du système de protection sociale ; disqualifient ceux qui préféreront parfois ne pas recourir à l’offre proposée ; et conduisent certains à rechercher des solutions collectives sur des bases sociales, territoriales ou communautaires, à l’insu des modèles institués de la cohésion sociale (Guibet-Lafaye, 2009). Ainsi peut-on rendre compte au travers du ciblage des systèmes de protection sociale comment la transformation des régimes de solidarité peut contribuer à défaire la société.

Suspicion et dualisation de la société : frontières sociales

  • 2 La New Poor Law faisait la distinction entre les pauvres méritants et non méritants, et entre une a (...)
  • 3 Pour une critique pointue, voir Rigaudiat, 2007.

4Dans les pays anglo-saxons, la culture du soupçon a toujours été permanente à l’égard de ceux – en capacité de travailler – qui ne s’en sortent pas par eux-mêmes et qui ont besoin d’être aidés. La stigmatisation est la forme de sanction imposée à celui qui n’arrive pas à s’adapter au fonctionnement d’une société libérale fondée sur la responsabilisation des individus (Taylor-Gooby, 1976). Certains auteurs ont ainsi parlé de la stigmatisation comme d’un processus objectif de disqualification. Ils ont vu à travers elle un résidu historique, pour le moins au Royaume-Uni où l’application du ciblage est ancienne, des conditions souvent dégradantes liées à l’obtention de l’aide sociale mise en œuvre par la loi sur les pauvres de 1834 2. À l’inverse, c’est pour contrer ce risque de stigmatisation qui menace la cohésion sociale que les pays scandinaves ont développé des systèmes de protection sociale généreux, fondés essentiellement sur l’imposition, mais qui en même temps sont très redistributifs au sens où ils concernent équitablement toutes les catégories sociales (Palme, 2002). Ce que l’on appelle « le modèle scandinave » n’est pourtant pas aussi performant qu’il l’est dit aujourd’hui, au moment où d’autres pays européens, comme la France, souhaitent appliquer des normes dites de « flexsécurité » 3.

  • 4 C’est la thèse centrale de son ouvrage (Gilens, 1999).

5Dans le cas des États-Unis, le soupçon à l’égard de ceux qui ont besoin d’être aidés est attisé par une représentation raciale du Welfare et de la pauvreté. Dans sa thèse, Martin Gilens démontre que le refus de l’État social pour « ceux qui pourraient travailler » repose sur une « racialization of Welfare and poverty in the American mind » 4. Cela proviendrait de l’idée largement entretenue dans de nombreux discours politiques et médiatiques, selon laquelle les programmes ciblés sont abusivement utilisés par les minorités noires et profitent à des populations perçues comme fondamentalement fainéantes. Comme le prouvent les statistiques, cette idée est bien entendu totalement erronée. Les minorités ethniques ne surconsomment pas ces programmes. Par ailleurs, d’autres études ont montré que les niveaux de prestations sociales observées dans les différents États américains sont négativement corrélés à la proportion de Noirs dans la population de l’État (Alesina & Glaeser, 2006).

  • 5 Extrait d’un long entretien donné par Charles Taylor au journal Le Monde, en date du dimanche 14 - (...)

6Surtout, Martin Gilens – comme d’autres auteurs (Kymlicka & Banting, 2006) – souligne la difficulté d’accepter le multiculturalisme et les politiques d’orientation multi-culturaliste aux États-Unis, qui se distinguerait ainsi de leur voisin du nord, le Canada, où le multiculturalisme apparaît au contraire comme une dimension constitutive de l’identité nationale. Pour Charles Taylor, « au Canada, il y a menace de séparation effective. Mais chacune des sociétés qui constituent l’actuelle Fédération conserve une certaine cohérence. Aux États-Unis, en revanche, l’angoisse née de la déliaison sociale est d’autant plus sensible que le système politique est lui-même frappé de dysfonctionnement. Plus inquiétant encore est le contraste entre l’idée que les Américains se font de leur propre pays (une société d’individus, pourvus chacun de son propre plan de vie et coexistant dans la justice) et le tour que le débat multiculturel y a pris. Chaque groupe y revendique ses propres droits au détriment de tous les autres et au détriment d’une société politique dont l’objectif et la fonction consistent à régler les questions communes » 5. L’approche de Martin Gilens contient en germe la critique des thèses (notamment Fraser, 1998) selon lesquelles l’hétérogénéité ethnique de la population d’un pays, d’une part, l’adoption par les autorités publiques d’une politique de promotion et de valorisation de la diversité culturelle qui en serait le corollaire, d’autre part, contribueraient toutes deux à saper les fondements de l’État social en rendant plus difficile le développement ou la préservation du sentiment d’identité commune et de solidarité nationale que la légitimation de ce dernier exigerait. En fait, nous dit Martin Gilens, l’État social est miné par les mentalités racistes qui clivent encore davantage les « frontières sociales ».

7Aussi, à utiliser les figures emblématiques du méritant et du non-méritant, politiques et médias (aux États-Unis comme l’explique Martin Gilens, ou en France comme nous l’observons aujourd’hui) produisent des discours de division de la société à partir de préjugés de différentes natures, dont le but évident est de persuader l’opinion du bien-fondé de réformes profondes des systèmes de protection sociale rendues nécessaires en particulier par les abus de certains.

Ciblage et stigmatisation : frontières mentales

  • 6 Pour une présentation récente de la notion de non-recours, Philippe Warin (2010a).

8Le ciblage des politiques sociales conduit à une stigmatisation. Celle-ci apparaît comme l’une des principales explications du phénomène du non-recours, qui caractérise les populations éligibles à des prestations sociales, à des dispositifs insertion ou à des aides à la personne, et qui ne les utilisent pas, bien qu’elles les connaissent 6.

9Le processus de stigmatisation mis en cause est le suivant. Au départ, le bénéficiaire d’une prestation sous condition de ressources et de comportements doit prouver qu’il n’arrive pas à subvenir seul à ses besoins. Or si les prestations issues de l’assurance sont perçues comme la contrepartie normale de contributions passées et sont exigées sans état d’âme, le recours à la solidarité nationale est vécu bien souvent comme un retour à l’assistance. Les bénéficiaires potentiels préfèrent alors parfois renoncer à leurs droits plutôt que d’apparaître comme des assistés. Dans sa modélisation économétrique (c’est-à-dire attachée à l’étude des comportements du consommateur) du processus de stigmatisation qui peut être lié à l’accès aux aides sous condition de ressources aux familles avec des enfants à charge, l’économiste américain Robert Moffitt a ainsi souligné le poids de certaines caractéristiques socioéconomiques (Moffitt, 1983). Il a remarqué que le fait de ne pas recourir augmentait avec les familles de petite taille et les ménages qui ont un accès plus facile au travail. Il a surtout relevé que plus le niveau de scolarisation est élevé plus le sentiment de stigmatisation lié à l’aide sociale est important, notant le besoin crucial de certaines catégories de bénéficiaires potentiels de ne pas être disqualifiées par l’octroi de droits réservés aux plus pauvres. Stigmatisés par la culture ambiante du soupçon, certains refusent les aides parce qu’elles les déclassent. C’est ce que le sociologue Serge Paugam, à la suite de la politologue Dominique Schnapper, souligne également en proposant la catégorie de « la pauvreté disqualifiante » (Paugam, 2005). Se percevoir comme assisté, parce que refoulé du marché du travail ou en situation de grande précarité, conduit à ne pas se considérer comme légitime.

10Mais au-delà, cette perception provoque parfois un repli sur soi, qui peut amener les individus à perdre de vue l’idée même de leurs droits et ainsi de leur citoyenneté sociale. Dans son analyse de l’hereditary poverty, Michael Harrington avait perçu ce problème parmi les populations Noires ne recourant pas aux programmes lancés par l’administration Johnson dans le cadre de la « guerre contre la pauvreté » (Harrington, 1962). À une période marquée aux États-Unis par la Marche pour les Droits civiques du Pasteur Luther King, ce journaliste de renom posa clairement, dans un rapport retentissant pour l’Administration américaine, la question du sens de ces programmes sociaux pour des populations qui ne se considèrent pas comme citoyennes à part entière. Il relevait en quelque sorte l’existence de « frontières mentales » induites par une culture du soupçon, dans une société encore ouvertement raciste et ségrégationniste.

  • 7 Jacques Généreux explique pourquoi les individus sont nécessairement sous la pression d’aspirations (...)

11En travaillant aujourd’hui sur la question du non-recours, on peut relever des mécanismes analogues de stigmatisation produisant des barrières mentales qui peuvent avoir pour conséquence un repli sur soi et finalement un « vivre hors droits » (Warin, 2008). C’est pour cela que le programme de recherche que nous menons sur le non-recours à l’offre publique souhaite aborder ce repli, notamment comme un indicateur du phénomène de « dissociété » exposé par l’économiste Jacques Généreux (Généreux, 2008). Tel que nous considérons ce repli, il apparaît à la fois comme : la cause d’une dissociation de l’« être soi » par rapport à l’« être avec » 7, lorsque les individus exposés à des pressions et des insécurités plongent dans une « mentalité de survie » (Lasch, 2008) ; et la conséquence de la « dissociété », c’est-à-dire du processus d’organisation de l’espace, des institutions et des relations qui décompose une société, dont nous estimons que les transformations en cours des régimes de protection sociale sont l’une des expressions les plus puissantes.

12Pareil décrochage dans l’accès aux droits sociaux signifie selon nous une régression sociale dans des pays à l’État social puissant : l’offre publique perdant son intérêt, les individus (et en particulier les jeunes) semblent résignés, sinon devenir indifférents à leur propre vulnérabilité. Se soustrayant au collectif, ils recherchent des solutions sans rapport avec l’offre publique qui perd de facto une part de sa légitimité. À titre d’exemple, on peut citer la forte concentration du non-recours aux dispositifs d’insertion chez les 25-29 ans, comparativement aux autres tranches d’âge. On peut alors parler avec Louis Chauvel d’une « involution générationnelle » (Chauvel, 2002) pour désigner l’impact du cumul des précarités répétées sur l’indifférence à l’égard d’une offre publique qui serait considérée comme n’étant « plus bonne à prendre ».

13Ces situations produisent une différenciation sociale supplémentaire entre population précaire mais visible parce qu’elle recourt, et population précaire mais invisible car elle ne recourt pas ou plus. Elles posent une double question. Lorsque les individus choisissent le repli par rapport à l’offre publique qui matérialise (encore) une solidarité instituée, ne leur devient-il pas plus difficile alors de concilier les aspirations nécessairement contradictoires de l’être soi et de l’être avec ? Mais aussi sur le plan politique, que faire lorsque des personnes éligibles et informées ne recourent pas à ce qui leur est proposé ? Surtout, comment poser la question dès lors que les individus sont libres d’accepter ou de refuser ces propositions ? Si le modèle de protection vers lequel nous allons en Europe est celui de l’égalité des chances, en particulier à travers des politiques dites d’« investissement social » (petite enfance, santé, éducation) (Esping-Andersen, Gallie, Hemarijk & Myles, 2002 ; Esping-Andersen & Palier, 2008), il s’agit de dire, face à ces replis, quelle option choisir entre « ré-inculquer l’idée des droits sociaux » ou « laisser tomber les personnes qui se détournent de l’offre publique ». Les termes peuvent paraître brutaux. Pourtant ce sont ceux de l’alternative dans laquelle se situe aujourd’hui la recherche de réponses à l’exclusion sociale.

  • 8 Les termes de ce débat ont été exposés avec une grande clarté (Fleurbaey, Herpin, Martinez & Verger (...)

14Cette alternative dépend fondamentalement de la façon dont on traite le problème de la responsabilité individuelle 8, ou, dans des termes plus neufs, la question des « possibilités » ou des « capabilités ». La question n’est pas récente. Aujourd’hui, les termes de l’alternative sont les suivants. Soit, les individus sont tenus pour responsables de leurs préférences et, dans ce cas, l’option consiste à leur communiquer l’information sur leurs droits, et ensuite libre à eux de les saisir où pas. C’est le choix de certaines municipalités néerlandaises dans la gestion du non-recours (Hamel, 2006). D’autres solutions consistent aussi à délivrer en une fois une prestation financière, comme « solde de tout compte » : c’est le cas de certains dispositifs de dotation initiale en capital destinés aux jeunes (Ackerman & Alstott, 1999), expérimentés en Grande-Bretagne (avec le Child Trust Fund créé en 2002) et au-delà (Hongrie, Singapour, Corée du sud, etc.). Soit, on considère que la responsabilité individuelle dépend du degré de choix et de contrôle exercé par l’individu sur sa situation. Dans ces conditions, l’option est de s’assurer que l’information lui parvient bien et est comprise, et de développer, tant que besoin, des processus d’accompagnement vers les droits. Des processus de (re)mise en capacité des individus sont alors encouragés, pouvant même chercher à construire les individus comme coproducteurs des politiques sociales (Gilliat, Fenwick & Alford, 2000 ; Warin, 2010b). Il reste néanmoins que, par son contenu ou sa forme, l’offre n’est pas nécessairement acceptable pour les personnes, si bien que la solution dépend toujours de ce que les pouvoirs publics mettent dans la balance. La question de la non-demande n’évacue donc en rien celle de l’offre, mais au contraire pose pleinement celle de son attractivité et de son acceptabilité.

Stigmatisation et repli communautaire : frontières politiques

15La recherche nord-américaine sur le Welfare stigma, développée au plus près des minorités ethniques dans les grandes villes américaines, a proposé un schéma d’analyse intégrant l’idée de capital social pour expliquer pourquoi certaines personnes paraissent moins stigmatisées. Elle a montré que le collectif protège les individus de la culture ambiante du soupçon. Cette recherche a conduit à recommander le développement de collectifs de soutien, autrement dit des réseaux de solidarité (médiation, recours) qui recréent du self-esteem, du self-confidence et du self-government. C’est ce qui se passe concrètement avec le développement de réseaux locaux d’entre-aide, liant habitants et professionnels, actifs également sur des scènes politiques et juridiques.

  • 9 On doit à des collègues italiens une modélisation économique récente du lien entre partage d’inform (...)

16Qu’ils se fondent sur une base territoriale, ethnique ou religieuse, ces collectifs interviennent auprès de leurs membres pour les persuader de demander leur dû, même si ce n’est pas leur seul but. En amont, il s’agit aussi d’apaiser des conflits, de redonner des moyens d’agir (functionings) par l’information, la formation, des formes de solidarité financière, etc. 9. Ces collectifs se fondent sur une reconnaissance explicite de la dignité des personnes et de leur capacité à agir sur le cours de leur vie. Dans le cas des groupes communautaires nord-américains, ces pratiques font appel à une confraternité, c’est-à-dire une Fraternité entre semblables choisis ; ce qui peut être perçu ici comme l’antithèse de la conception républicaine et laïque de la Fraternité assurant une « société de semblables », soit une solidarité entre humains, sans autre considération (Castel & Haroche, 2001).

17En France, on est face à un double problème par rapport à la solution de la (re)mise en capacité des individus autour de laquelle pourtant, comme ailleurs en Europe, s’organise un nouveau régime de politiques sociales (Corcuff, Ion & de Singly, 2005 ; Cantelli & Genard, 2007 ; Soulet, 2006). D’une part, l’évolution du système de protection n’est pas à l’abri de ce processus de suspicion, de stigmatisation et de dilution de la Fraternité. Comme le dit Jacques Rigaudiat (2008), le moment contemporain se caractérise par une double déliaison. Celle qu’entraîne l’affirmation générale de l’individu autonome qui valorise l’être soi, adoptée par ces politiques publiques. Celle, également, que provoque l’effondrement de la culture historique de couches populaires rejetées aux marges du travail intégrateur. En manque de repères et en panne d’avenir, elles sont ainsi rendues invisibles (Beaud, 2006). Avec le repli sur soi que peut manifester le non-recours à l’offre sociale, on est face au phénomène de soustraction par rapport à l’encastrement des collectifs dont parle Robert Castel pour signifier la montée d’un « individualisme négatif » lié à l’épuisement du système de solidarité bâti autour du salariat (Castel, 1995), que l’on peut intégrer au phénomène de « dissociété » signalé plus haut. D’autre part, il n’y a pas d’espaces politiques reconnus (admis et encouragés) pour des actions collectives facilitant l’accès de tous aux droits sociaux.

18Il existe de nombreux lieux, notamment associatifs, qui œuvrent à la fois pour éviter la stigmatisation en redonnant une dignité aux exclus et pour faciliter individuellement l’accès aux droits sociaux. Mais en termes de politiques publiques, le rôle et la place de ces structures ne sont pas clairement situés dans les processus de production des politiques de lutte contre les exclusions (Chauveaud & Warin, 2009). Elles ne sont pas reconnues dans une fonction d’acteurs collectifs pouvant intervenir dans la mise en œuvre et la régulation des politiques (Warin, 2002). La participation des individus ou des groupes comme condition de la lutte contre les exclusions est sans cesse entravée en dépit de sa reconnaissance législative comme norme de l’action publique (voir les dispositifs prévus par les Lois sur l’action sociale et médicosociale de janvier 2002, la démocratie de proximité de février 2002, le revenu de solidarité active de décembre 2008). Et à la différence des groupes communautaires nord-américains qui s’appuient sur le droit pour se battre contre les inégalités (Nonet & Selznick, 2001), ces structures n’ont que rarement, du fait de la très faible juridiciarisation des politiques sociales, une capacité et une habitude de recourir en justice pour faire valoir les droits sociaux des personnes, groupes ou populations qu’elles défendent. Autrement dit, l’invisibilité produite par la transformation de la protection sociale crée une sorte de « frontière politique » entre ceux qui relèvent encore de dispositifs les intégrant à la citoyenneté sociale et ceux qui étant en retrait perdent ce statut.

* * *

19Au moment où la réforme des systèmes de protection sociale en Europe cherche à trouver une voie médiane entre l’approche solidariste de l’égalité des droits et une approche capacitaire foncièrement individualiste de l’égalité des chances, la question du rapport entre ciblage, stigmatisation et abandon de l’idée de droits sociaux mérite d’être débattue. Sans entrer ici dans un rappel des réformes en cours, chacun peut constater que le développement d’une protection ciblée sur les plus démunis à partir d’un régime de solidarité nationale et locale (financement par l’imposition et la fiscalité des minima sociaux, mais aussi des aides locales facultatives) préfère la voie d’une sécurisation des conditions individuelles (par l’éducation, l’insertion, les droits sociaux) à celle de l’assurance. Il s’agit de permettre à chacun d’accéder à une position sociale conforme à ses capacités. C’est tout le débat actuel (et international) sur comment repenser l’égalité des chances, comme l’a expliqué fort bien Patrick Savidan (2007).

20À l’aube d’une possible transformation ou d’une simple adaptation (selon l’appréciation qui est portée au caractère radical de la réforme et à ses soubassements théoriques), le triptyque ciblage/stigmatisation/repli a de quoi questionner. En effet, est-on certain que la voie recherchée soit celle souhaitée par la population la plus directement concernée si certains – parfois en grand nombre (les taux de non-recours sont parfois impressionnants) – ne demandent pas ou plus d’accéder à l’offre sociale qui leur est destinée ? Dit autrement, le non-recours pose dans ce cas explicitement la question de la justification d’un modèle de sécurisation du destin de chacun face à l’arbitraire, par l’accès à des droits permettant une indépendance sociale. Il signifie un refus de ce régime de liberté censé sortir les individus de leur vulnérabilité sociale. Dans ce cas, est-il vraiment possible de passer à côté de ces comportements de repli si ceux-ci apparaissent comme l’expression éminente de la liberté, c’est-à-dire de la possibilité pour une personne d’accepter ou de refuser une option qu’on lui propose (ou lui impose) ? N’y a-t-il pas là une réalité sociale, que l’approche théorique d’un « modèle d’égalité des chances soutenable » (Savidan, 2007, pp. 203-211) aurait intérêt à prendre en compte dès l’amont pour éviter un grave malentendu ?

21Le régime libéral de protection sociale vers lequel nous tendons dans la plupart des pays trace des frontières entre groupes. Frontières sociales et frontières mentales qui sont attisées par l’ordre social qu’il sous-tend. Frontière politique également, dès que la dualisation de la société s’opère entre ceux qui restent d’une façon ou d’une autre dans les mailles du système de protection et ceux, de plus en plus nombreux semble-t-il, qui leur échappent par désintérêt et retrait par rapport à l’offre publique. En tout cas, si l’universalisme n’a jamais été gage d’homogénéité totale, le régime libéral auquel nous sommes apparemment promis apparaît bien au fondement d’une dualisation de la société qui est probablement loin de renforcer la cohésion sociale.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Ackerman B. & A. Alstott (1999), The Stakeholders Society, New Heaven, Yale University Press.

Alesina A. & E. Glaeser (2006), Combattre les inégalités et la pauvreté : les États-Unis face à l’Europe, Paris, Éditions Flammarion.

Andrade C. (2002), « The economics of welfare participation and welfare stigma: a review », Public Finance and Management, vol. 2, n° 2.

Atkinson A. (1993), « On Targeting Social Security: Theory and Western Experience with Family Benefits », London School of Economics, Welfare State Program, Working paper n° 99, December.

Barbier J.-C. (2010), « Stratégie de Lisbonne : les promesses sociales non tenues », Documents de Travail du Centre d’Économie de la Sorbonne, n° 18. ftp://mse.univ-paris1.fr/pub/mse/CES2010/10018.pdf

Beaud S. (2006), La France invisible, Paris, Éditions La Découverte.

Borgetto M. (2003), « Identification, problèmes et enjeux du ciblage. Un état des lieux de la question », Informations sociales, n° 108.

Cantelli F. & J.-L. Genard (2007), Action publique et subjectivité, Paris, Librairie de droit et de jurispridence.

Castel R. (1995), Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Éditions Fayard.

Castel R. & C. Haroche (2001), Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Paris, Éditions Fayard.

Chauveaud C. & P. Warin (2009), « Des fabriques de citoyenneté », ODENORE : Études et recherches, n° 31, http://odenore.msh-alpes.fr/node/316

Chauvel L. (2002), Le Destin des générations, structure sociale et cohortes en France au xxe siècle, Paris, Presses universitaires de France.

Cohen-Zole E. & G. Zanella (2008), « Welfare stigma or information sharing? Decomposing social interactions effects in social benefits use », Università delgi studi di Siena: Quaderni del dipartimento di economica politica, n° 531,

http://www.econ-pol.unisi.it/dipartimento/it/node/901

Contini D. & M. Richiardi (2009), « Welfare stigma with decreasing employability », Laboratorio Riccardo Revelli: Working paper, n°90, http://www.laboratoriorevelli.it/_pdf/wp90.pdf

Corcuff P., Ion P. & F. de Singly (2005), Politiques de l’individualisme. Entre sociologie et philosophie, Paris, Éditions Textuel.

Duncan G.-J., « Poverty and social Assistance Dynamics in the United States, Canada, and Europe », dans McFate K., Lawson R. &W.-J. Wilson (dir) (1995), Poverty, Inequality, and the Future of Social Policy, New York, Russell sage Foundation.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Esping-Andersen G., Gallie D., Hemarijck A. & J. Myles (2002), Why we Need a New Welfare State ?, Oxford, Oxford University Press.
DOI : 10.1093/0199256438.001.0001

Esping-Andersen G. & B. Palier (2008), Trois leçons sur l’État-providence, Paris, Éditions du Seuil.

Feagin J. R. (1972 ), « America’s Welfare Stereotypes », Social Science Quarterly, vol. 52, n° 4.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Fleurbaey M., Herpin N., Martinez M. & D. Verger (1997), « Mesurer la pauvreté ? », Économie et Statistique, n° 308/309/310.
DOI : 10.3406/estat.1998.2588

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Fraser N. (1998), « Social Justice in the age of Identity Politics: Redistribution, Recognition, and Participation », The Tanner Lectures on Human Values, vol. 19, Salt Lake City, University of Utah Press.
DOI : 10.4135/9781446218112.n2

Généreux J. (2008 [2ème édition]), La Dissociété, Paris, Éditions du Seuil.

Gilens M. (1999), Why Americans Hate Welfare: Race, Media, and the Politics of Antipoverty Policy, Chicago, Chicago University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Gilliat S., Fenwick J. & D. Alford (2000), « Public Services and the Consumer: Empowerment or Control ? », Social Policy & Administration, vol. 34, n° 3.
DOI : 10.1111/1467-9515.00194

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Guibet-Lafaye B. (2009), « Modèles de la cohésion sociale », European Journal of Sociology, vol. 50, n° 3.
DOI : 10.1017/S000397560999018X

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Hamel M.-P. (2006), « Les transformations de l’État-providence néerlandais et l’accès aux droits sociaux », Recherches et Prévisions, n° 86.
DOI : 10.3406/caf.2006.2251

Harrington S. (1962), The Other America. Poverty in United States, New York, The Penguin Press.

Hartz L. (1955), The Liberal Tradition in America: An Interpretation of American Political Thought since the Revolution, San Diego, Harcourt Brace Editions.

Horan P. M. & P. Lee Austin (1974), « The Social Bases of Welfare Stigma », Social Problems, n° 21.

Kevin P. (1993), Boiling Point. Republicans, Democrats, and the Decline of Middle-Class Prosperity, New York, Random House Editions.

King A. (1973), « Ideas, Institutions, and the Policies of Governments: A Comparative Analysis », Bristish Journal of Political Science, 3, n° 3.

Kristol I. (1993-1994), « À demi trop malin », Commentaire, n° 64, hiver.

Kymlicka W. & K. Banting (2006), Multiculturalism and the Welfare State: Recognition and Redistribution in contemporary Democraties, Oxford, Oxford University Press.

Lasch C. (2008), Le Moi assiégé. Essai sur l’érosion de la personnalité, Paris, Éditions Climats.

Lejeune A. (2010), Nul n’est censé être ignoré par le(s) droit(s). Politiques d’accès au droit et à la justice en Belgique et en France, Thèse de science politique, ENS Cachan, Université de Liège.

Levine D. (1988), Poverty and Society: The Growth of the American Welfare State in International Comparison, New Brunswick, N.J., Rutgers University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Manchester C. & K.-J. Mumford (2009), « How costly is welfare stigma? Separating psychological costs from time costs », Economics department of Purdue University: Working paper, http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1544601
DOI : 10.2139/ssrn.1544601

Moffitt R. (1983), « An Economic Model of Welfare Stigma », American Economic Review, vol. 73, n° 5.

Nonet P. & P. Selznick (1978), Toward responsive law: Law and society in transition, New Brunswick, Transactions Publishers.

Palme J. (2002), « Les effets redistributifs de la protection sociale, une analyse comparative du modèle scandinave comme stratégie de lutte contre les inégalités », dans Daniel C. & B. Palier (dir.), La Protection sociale en Europe, le temps des réformes, Paris, La Documentation française.

Paugam S. (2005), Les Formes élémentaires de la pauvreté, Paris, Presses universitaires de France.

Rigaudiat J. (2007), Le Nouvel ordre prolétaire, Paris, Éditions Autrement.

Rigaudiat J. (2008), « Égalité des chances, justice sociale et transformation du capitalisme », 15 avril, p. 12, http://www.mediapart.fr/club/blog/jacques-rigaudiat/150408/egalite-des-chances-justice-sociale-et-transformations-du-capital

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Rogers-Dillon R. (1995), « The Dynamics of Welfare Stigma », Qualitative Sociology, vol. 18, n° 4.
DOI : 10.1007/BF02404490

Rosanvallon P. (1995), La Nouvelle question sociale. Repenser l’État-providence, Paris, Éditions du Seuil.

Rothstein B. (2000), « Trust, Social Dilemmas and Collective Memories. On the Rise and Decline of Swedish Model », Journal of Theoretical Politics, n° 12.

Savidan P. (2007), Repenser l’égalité des chances, Paris, Éditions Grasset.

Skocpol T. (1988), « Sustainable Social Policy: Fighting Poverty without Poverty Programs », The American Prospect, hiver.

Skocpol T. (1991), « Targeting within Universalims », dans Jenks C. & P. Peterson (dir.), The Urban Underclass, Washington, Brookings Editions.

Soulet M.-H. (dir.) (2006), Chômage et solidarité : les nouvelles inégalités, Fribourg, Academic Press Fribourg.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Taylor-Gooby P. (1976), « Rent Benefits and Tenants’ Attitudes. The Batley Rent Rebate and Allowance Study », Journal of Social Policy, vol. 5, n° 1.
DOI : 10.1017/S0047279400004487

Unger I. (1996), The Best of Intention: The Triumph and Failure of the Grest Society under Kennedy, Johnson, and Nixon, New York, Doubleday Editions.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Warin P. (2002), « The role of nonprofit associations in combating social exclusion in France », Public Administration and Development, n° 22.
DOI : 10.1002/pad.208

Warin P. (2007), « Frontières sociales, mentales, politiques : sur quelques caractéristiques du libéralisme. Regard sur la protection sociale », Université de Fribourg : Conférence Chaire de l’UNESCO, 13 juin. halshs-00419579

Warin P. (2008), « Le non-recours par désintérêt : la possibilité d’un "vivre hors droits" », Vie sociale, n° 1.

Warin P. (2010a), « Qu’est-ce que le non-recours ? », La Vie des idées, 1er juin, http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20100601_warin.pdf

Warin P. (2010b) « Les politiques publiques face à la non demande sociale», dans Borraz O. & V. Guiraudon, Politiques publiques. 2/ Des politiques pour changer la société ?, Paris, Presses de Science Po.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Yaniv G. (1997), « Welfare fraud and welfare stigma », Journal of Economic Psychology, n° 18.
DOI : 10.1016/S0167-4870(97)00016-0

Haut de page

Notes

1 On doit le premier cadrage théorique de cette question à Patrick M. Horan et Patricia Lee Austin (1974). Les premiers travaux empiriques ayant remarqué l’importance de la stigmatisation dans le refus d’aides sociales ont porté en particulier sur des études du Centre d’étude des problèmes urbains de la City University of New-York relatives aux comportements de bénéficiaires de l’Aid to Families with Dependent Children, présentées par Joe R. Feagin (1972). Voir le texte de référence de Robin Rogers-Dillon (1995).

2 La New Poor Law faisait la distinction entre les pauvres méritants et non méritants, et entre une aide « indoor » (avec condition) et « outdoor » (sans condition). Les pauvres non méritants étaient ceux dont on considérait qu'ils pouvaient travailler. Ils recevaient de l'aide, mais sous condition. Cela voulait dire qu'ils étaient forcés de travailler dans un hospice (d'où « indoor ») en échange d'une maigre pitance et d'un toit. On considérait comme pauvres méritants les vieillards, les orphelins, les malades et les invalides. Parce qu'ils étaient incapables de travailler, on leur offrait parfois de l'aide sans condition, c'est-à-dire qu'on leur donnait de l'argent directement, bien que très souvent, ils étaient eux aussi forcés de travailler à l'hospice.

3 Pour une critique pointue, voir Rigaudiat, 2007.

4 C’est la thèse centrale de son ouvrage (Gilens, 1999).

5 Extrait d’un long entretien donné par Charles Taylor au journal Le Monde, en date du dimanche 14 - lundi 15 mai 1995, page « Horizons – Débats », p. 10.

6 Pour une présentation récente de la notion de non-recours, Philippe Warin (2010a).

7 Jacques Généreux explique pourquoi les individus sont nécessairement sous la pression d’aspirations ambivalentes sinon contradictoires, entre vivre pour soi (être soi) et vivre pour les autres (être avec), qu’il qualifie d’ontogénétiques, « marquant ainsi qu’elles sont constitutives de l’être, qu’elles participent conjointement à la genèse de l’être (ontogenèse) » (ibid., p. 168).

8 Les termes de ce débat ont été exposés avec une grande clarté (Fleurbaey, Herpin, Martinez & Verger, 1997).

9 On doit à des collègues italiens une modélisation économique récente du lien entre partage d’information et stigmatisation dans l’accès aux prestations sociales, dont l’un des intérêts est de comparer cette relation en fonction de l’appartenance « ethnique » des populations considérées (Cohen-Cole & Zanella, 2008).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Warin, « Ciblage de la protection sociale et production d’une société de frontières », SociologieS [En ligne], Dossiers, Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques, mis en ligne le 27 décembre 2010, consulté le 18 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3338

Haut de page

Auteur

Philippe Warin

Directeur de recherche au CNRS - Laboratoire Politiques publiques, Action politique, Territoires, Grenoble, France - Philippe.Warin@iep-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page