Navigation – Plan du site
Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques

Fracture numérique, fracture sociale : aux frontières de l'intégration et de l'exclusion

Luc Vodoz

Résumés

La fracture numérique est une ligne de rupture symbolique, le tracé d'un clivage entre d'une part les individus ou groupes sociaux qui sont – ou se sentent – bien intégrés à la « société de l'information », d'autre part ceux qui sont – ou se sentent – exclus de cette société. Comme bien d'autres frontières, cette ligne est difficilement visible voire totalement imperceptible dans le terrain. Ce texte relate un cheminement sur la frontière, sur les logiques prévalant à l'articulation entre deux espaces, entre deux réalités comme entre deux points de vue. Il s’efforce de comprendre ce que vivent celles et ceux qui se situent sur la limite, qui tentent de la franchir ou au contraire d'éviter leur expulsion. L’investigation s’est déroulée dans les milieux de la formation professionnelle et continue en matière de TIC. Plus largement, il s'agissait d'examiner les éventuelles correspondances entre intégration à (ou exclusion de) la « société de l'information » d'une part, et d'autre part l'intégration (ou l'exclusion) sociale plus générale des personnes considérées.

Haut de page

Texte intégral

Frontières, fossés, fractures : l'intérêt des limites

1La fracture numérique est une ligne de rupture symbolique, le tracé d'un clivage entre d'une part les individus ou groupes sociaux qui sont – ou se sentent – bien intégrés à la « société de l'information », d'autre part ceux qui sont – ou se sentent – exclus de cette société. Comme bien d'autres frontières clairement tracées sur les représentations cartographiques, mentales ou théoriques, cette ligne est difficilement visible voire totalement imperceptible dans le terrain. Pourtant, on ne vit pas tout à fait de la même manière d'un côté de la frontière ou de l'autre ; d'où la légitimité de la question de savoir ce qui distingue celles et ceux qui sont au-delà de la limite de celles et ceux qui en sont en-deçà.

2On peut se la représenter saillante ou en creux – la barrière des röstis ou le Röstigrab – fine ou épaisse, poreuse ou étanche, anodine ou infranchissable : il est toujours difficile pour le chercheur d'enquêter « de l'autre côté », avec son point de vue « d'ici ». Parce que vouloir décoder le mode de vie ou les ressorts de l'action individuelle ou collective de « l'autre », c'est toujours risquer d'appliquer ses propres représentations à des mondes dont la consistance et l'évolution échappent de fait largement à nos perceptions.

  • 1  Intitulée « La fracture numérique : émergence, évolution, enjeux et perspectives », la recherche d (...)
  • 2  Les technologies numériques (ou digitales) sont de plus en plus présentes dans de très nombreux ob (...)

3Ce texte relate ce que nous 1 avons glané d'un cheminement dont nous avions tracé le parcours sur la frontière : deux ans durant, nous nous sommes efforcés de saisir les logiques prévalant à l'articulation entre deux espaces, entre deux réalités vraisemblablement objectivement différentes comme entre deux points de vue supposément subjectivement contrastés. En effet, en tant que chercheurs actifs en milieu universitaire, nous avons forcément tous un certain degré de maîtrise de divers moyens numériques 2, dont en premier lieu le micro-ordinateur. « L'autre » était dès lors identifié comme celui peinant à avoir accès aux ressources que recèlent et véhiculent les moyens numériques en général, et plus particulièrement l'ordinateur personnel (« PC »). Et l'un des défis consistait précisément à identifier les individus ou groupes sociaux (relativement) exclus de la « société de l'information », à y accéder, pour enfin tenter de comprendre les défis (obstacles, chances) auxquels ils sont confrontés.

4C'est pourquoi, plutôt que de chercher à rencontrer l'inaccessible, nous nous sommes efforcés de comprendre ce que vivent celles et ceux qui se situent sur la limite, qui tentent de la franchir – dans un sens – ou tentent au contraire d'éviter leur expulsion – dans l'autre sens. Autrement dit, nous nous sommes intéressés à des personnes marchant le long de la ligne de crête, ou zigzaguant alentours, un pied au pays de la « société électronique », l'autre au pays d'avant les TIC (technologies de l'information et de la communication). Et c'est là, sur le fil du rasoir, que nous avons installé notre poste d'observation : dans les milieux de la formation professionnelle et continue en matière de TIC. C'est là en effet qu'il nous est apparu le plus aisé d'examiner les motivations, les doutes, les succès et les échecs des individus cherchant à redéployer leur quotidien à l'aune des technologies numériques – que cela soit en raison de stratégies personnelles ou par obligation, par exemple sous la contrainte d'un bureau de réinsertion des chômeurs cherchant à « re-profiler » ses bénéficiaires sur le marché de l'emploi.

5L'intérêt de cette investigation menée sur la limite entre le « dedans » et le « dehors » de la « société de l'information » est précisément d'éclairer les mécanismes du passage de la frontière : pourquoi tenter de la franchir, à quel prix, avec quelles chances de succès et quels risques de retour forcé ? Que ressentent le « migrant » (l'adulte en formation) et son « passeur » (le formateur) ? Enfin, dans quelle mesure leur tentative d'atteindre le « pays du numérique » est-elle motivée spécifiquement par une volonté d'accéder aux ressources des TIC; ou a contrario par une préoccupation plus globale d'intégration sociale, laquelle serait fortement conditionnée par une intégration à la « société de l'information » ?

6Plus largement, il s'agissait en effet d'examiner les éventuelles correspondances entre intégration à (ou exclusion de) la « société de l'information » d'une part, et d'autre part l'intégration (ou l'exclusion) sociale plus générale des personnes considérées. Avec en filigrane la question de la corrélation entre ces deux types ou niveaux d'intégration/exclusion : y a-t-il superposition stricte entre ces deux types d'intégration (et donc entre leurs limites respectives), auquel cas l'intégration plus ou moins forte à la « société de l'information » ne serait qu'un pur reflet d'une plus ou moins forte intégration sociale globale ? Et sinon, qu'est-ce que les écarts à cette corrélation nous apprennent sur la spécificité de la fracture numérique (par rapport à la fracture sociale), sur ses implications, et sur ses « remédiations » envisageables ?

Comment distinguer le « dedans » du « dehors » ?

  • 3  Voir par exemple les travaux de Manuel Castells (Castells, 1998), ou encore l'analyse critique de (...)

7La « société de l'information » existe-t-elle? Ne s'agirait-il au contraire que d'un concept peu pertinent pour appréhender la réalité – mais utile essentiellement à des promoteurs d'outils numériques soucieux d'élargir les marchés sur lesquels ils écoulent leurs produits ? Avant de s'intéresser aux enjeux, conditions et modalités du passage entre le « dehors » et le « dedans » de cette présumée société, nous avons dû nous interroger quant à l'existence même d'une telle société et quant à la prégnance de ses caractéristiques. Cette société, dont de nombreux penseurs et acteurs décrivent l'avènement récent voire en cours, constituerait le nouveau paradigme technique et sociétal prévalant dans les sociétés occidentales 3 : après les sociétés primaire (centrée sur l'exploitation des ressources naturelles), secondaire (dominée par la transformation des matières et la production industrielle) et tertiaire (société des services), la « société de l'information » constituerait un nouveau stade du développement de nos sociétés, dans lequel la production, le stockage, la circulation, le traitement et l'exploitation d'informations constitueraient la nouvelle activité économique prédominante.

  • 4  Raison pour laquelle nous écrirons « société de l'information » systématiquement entre guillemets. (...)
  • 5  Quelque 70 adultes, dont 25 formateurs et 44 personnes en formation.

8Mais le débat quant à l'existence effective d'une « société de l'information » est resté ouvert 4. Tout au plus pouvons-nous constater que pour une grande majorité des personnes interviewées dans le cadre de cette recherche 5, la locution même de « société de l'information » n'est guère porteuse de sens : elle évoque généralement la surabondance d'informations, celle-ci étant attribuée aux médias traditionnels (radio, TV, presse écrite) plutôt qu'aux nouvelles TIC. La question que nous nous posions du caractère normatif de la notion de « société de l'information » n'a donc pas pu être abordée frontalement. Non pas qu'il faille considérer cette question comme purement théorique ou académique ; mais bien que s'il opère, le caractère normatif – et donc potentiellement créateur d'intégration et d'exclusion – de cette notion reste latent pour la plupart sinon la totalité de nos interlocuteurs.

9Il n'empêche que dans l'esprit des personnes interviewées, il y a bien un « dedans » et un « dehors », un monde perceptible de savoir-faire techniques et sociaux – parfois accessible et parfois hors de portée. De la même manière que de nombreux individus se perçoivent comme étant plus ou moins intégrés à la société globalement, nombreux aussi sont ceux qui se sentent parties prenantes ou laissés-pour-compte de l'accès aux ressources du « monde numérique ».

10Restait à identifier les types d'individus ou de groupes sociaux susceptibles de souffrir d'un certain degré d'exclusion de la « société de l'information », à examiner quelles conséquences cela peut avoir d'être dans cette situation, et enfin à évaluer dans quelle mesure on retrouverait ces mêmes individus ou groupes sociaux parmi les victimes de phénomènes d'exclusion sociale plus globalement. Avec en corollaire deux questions : le sexe d'un individu influencerait-il son positionnement ? Et de même, dans quelle mesure son territoire de résidence (urbain ou rural) déterminerait-il son degré d'intégration à la « société de l'information » ?

  • 6  Si nous parlons d'« intégration numérique » pour évoquer l'intégration à la « société de l'informa (...)

11Schématiquement (fig. 1), une corrélation forte entre « intégration numérique » 6 et intégration sociale positionnerait tous les individus au sein du nuage de points. À l'extrémité inférieure de ce nuage (angle « sud-ouest » du graphique) seraient positionnés celles et ceux combinant une forte exclusion numérique et une forte exclusion sociale. À l'autre extrémité du nuage (angle « nord-est ») seraient positionnés celles et ceux bénéficiant d'une bonne intégration tant sociale (globalement) qu'à la supposée « société de l'information » plus spécifiquement.

Fig. 1 : Intégration et exclusion sociales, intégration et exclusion « numériques »

Fig. 1 : Intégration et exclusion sociales, intégration et exclusion « numériques »

12La « cible de la rhétorique de la société de l'information » indiquée à l'extrémité supérieure du nuage indique simplement que selon les tenants de l'avènement d'une « société de l'information », c'est là que devrait se situer tout un chacun, du moins s'il veut prétendre à une bonne intégration sociale – absolument conditionnée selon eux par un haut degré d'« intégration numérique ».

Perceptions de l'intégration sociale et de l'« intégration numérique »

13Pour apprécier le degré d'intégration des acteurs considérés, nous avons adopté une optique que l'on pourrait qualifier de constructiviste, dans le sens où nous avons délibérément mis l'accent sur les perceptions de ces acteurs comme étant à la fois les reflets et les éléments structurants de la réalité telle qu'ils la vivent – et la produisent. En d'autres termes, nous n'avons pas cherché à « mesurer » leur degré d'intégration au moyen d'indicateurs censément objectifs, compte tenu du postulat qu'en matière d'intégration sociale ce sont avant tout les perceptions des acteurs qui déterminent leurs comportements – et sont donc déterminantes des points de vue socioéconomique ou politique. En effet, si l'enjeu de l'intégration est certes une question de bien-être individuel, c'est aussi (surtout !) la cohésion sociale et, partant, le fonctionnement global de la société qui sont en cause.

14Toujours délicate, l'appréciation du degré d'intégration sociale des personnes que nous avons interrogées a été faite en décortiquant l'intégration sociale sous forme de quatre principales dimensions du lien social (Pfister Giauque, 2002, qui se réfère notamment aux travaux de Godbout, 1992 ; Putnam, 1998 ; Habermas, 1973 ; Piolle,1990-1991, Castel, 1996) :

  • la dimension interpersonnelle, qui renvoie aux relations plus ou moins régulières avec les proches tels que famille ou amis ;

  • la dimension professionnelle, sachant la contribution majeure de l'intégration au monde du travail en tant que vecteur de l'intégration sociale ;

  • la dimension politique, qui renvoie au degré d'implication de l'individu dans la définition des choix collectifs et des valeurs qui les sous-tendent ;

  • et la dimension territoriale, qui se réfère aux liens sociaux développés en relation directe avec la proximité spatiale (vie de quartier, etc.).

15Quant à l'« intégration numérique », nous l'avons décomposée en trois dimensions :

  • l'accès aux TIC (accès à un PC adapté, connexion au réseau, coûts supportables, etc.) ;

  • les savoir-faire (techniques notamment, mais aussi sociaux dans la mesure où ils influencent la capacité à exploiter les TIC) ;

  • l'accès aux contenus, c'est-à-dire la capacité à exploiter véritablement les ressources techniques, informationnelles et communicationnelles que recèlent les TIC.

16Au moyen d'entretiens qualitatifs de type semi-directif avec quelque 70 adultes en formation aux TIC ou formateurs dans ce même domaine, nous nous sommes alors efforcés de positionner ces individus sur les continuums de chacune de ces dimensions de l'intégration sociale et « numérique », pour pouvoir ensuite établir des corrélations entre ces deux registres d'intégration.

17Il faut encore préciser ici que ce protocole de recherche n'incorporait aucune prétention de représentativité statistique, compte tenu notamment du faible nombre d'individus interrogés. Il s'agissait au contraire de conduire cette investigation dans une optique largement exploratoire et heuristique. Nous avons donc sélectionné nos interlocuteurs en privilégiant la diversité des cas, et ce en combinant les critères suivants :

  • cours de formation continue donnés dans divers contextes (école privée à but lucratif, formation dispensée par des milieux associatifs, formation interne à un service étatique, formation librement choisie ou imposée par un service de réinsertion professionnelle, etc.) ;

  • divers niveaux de formation (de l'initiation élémentaire pour « seniors » aux cours de perfectionnement pour informaticiens chevronnés) ;

  • insertion territoriale variée (Suisse alémanique et Suisse romande ; cours et apprenants dans des centres urbains et dans des régions périphériques) ;

    • 7  Soulignons que nous nous sommes concentrés sur la formation continue pour adultes, excluant dès lo (...)

    profils individuels variés (divers âges 7, femmes et hommes, bénéficiant d'une bonne insertion socioprofessionnelle ou non).

L'horizon, frontière inatteignable

18Nos réflexions nous ont amené à distinguer deux types de fractures numériques, selon que l'on prend en compte ou non la variable temporelle :

  • la fracture numérique statique, constituée du clivage entre personnes se sentant intégrées versus personnes se sentant exclues de la « société de l'information » à un moment donné. Cette ligne de fracture peut être identifiée assez aisément, la capacité d'un individu à accéder ici et maintenant à une technologie, à son usage et à ses contenus pouvant être objectivée ; et l'individu interrogé étant généralement capable d'indiquer si et dans quelle mesure il ressent sa capacité ou son incapacité comme un atout, respectivement un handicap ;

  • la fracture numérique dynamique, qui renvoie aux sentiments d'intégration ou d'exclusion tels qu'ils varient dans le temps. Cette seconde ligne de fracture est plus difficile à saisir, en tout cas dans le cadre d'une étude ponctuelle, puisqu'elle suppose une comparaison diachronique et met dès lors en jeu toute une série de facteurs contextuels (trajectoire socioprofessionnelle ou familiale par exemple) influençant les perceptions des acteurs – et notamment l'importance qu'ils accordent aux TIC parmi les divers éléments pouvant concourir à leurs sentiments d'intégration.

19Cette distinction est importante non seulement parce qu'un film rend vraisemblablement mieux compte d'une réalité vivante qu'une simple photographie. Elle est aussi importante dans la mesure où les individus qui se sentent victimes d'« exclusion numérique » ne sont pas les mêmes selon que l'on examine le film ou la photo !

  • 8  Dans le cadre de cette étude, nous avons notamment consulté les données de l'Office fédéral de la (...)
  • 9  Si l'on considère par exemple le nombre d'ordinateurs par ménage, on ne peut toutefois en déduire (...)

20Les statistiques disponibles en Suisse 8 offrent une relativement bonne image de la fracture numérique statique ainsi que de la corrélation entre degré d'« intégration numérique » et degré d'intégration sociale – pour autant que l'on se contente d'une approche quantitative relativement grossière 9. À ce niveau, des corrélations entre équipement numérique des ménages et niveau de revenu ou de formation peuvent être établies ; et elles confirment ce qu'intuitivement on aurait deviné : de forts coefficients de corrélation.

21Sur cette base, d'aucuns seraient tentés de conclure que la fracture numérique… n'existe pas en tant que telle, puisqu'elle ne serait qu'un fidèle reflet des clivages socioéconomiques classiques. Or la prise en compte de la fracture numérique dynamique nous amène à nuancer le propos.

Clivages mobiles et « Sisyphe numériques »

22Vu la rapidité de l'évolution technologique, de très nombreux individus qui pensaient hier disposer d'un capital de compétences technologiques suffisant se retrouvent aujourd'hui déstabilisés par les failles qu'ils découvrent en eux. De même, celui qui se sent aujourd'hui en sécurité du « bon côté » du fossé numérique – et n'a donc a priori aucune raison impérative de s'efforcer à améliorer son niveau d'« intégration numérique » – peut demain se retrouver rattrapé et dépassé par la frontière ! Vécue par une majorité d'individus, l'expérience de ce phénomène est naturellement éprouvante : l'obsolescence progressive du capital matériel (par exemple un ordinateur personnel qui se « démode ») ou cognitif (compétences techniques ou autres), patiemment et consciencieusement acquis, donne soudain à l'individu concerné l'impression que le sol se dérobe sous ses pieds.

23C'est ainsi que l'approche dynamique de la fracture numérique met en évidence le statut de « Sisyphe numérique » dont se retrouvent affublés bien malgré eux de très nombreux individus : objectif constant d'atteindre le niveau requis pour ne pas être dépassé par l'évolution technologique, efforts récurrents mais toujours insuffisants, succession d'espoirs de « toucher au but » et de rudes désenchantements (Vodoz, 2005).

24Cependant, notre recherche a mis en évidence que tous les individus ou groupes sociaux ne sont pas égaux face à cette durable adversité. En effet, la capacité de « rebondir » pour s'adapter constamment aux nouveaux défis technologiques n'est pas distribuée équitablement au sein de la population : elle dépend largement du type de compétences dont dispose chaque individu.

25Plus précisément, nous avons été amenés à distinguer trois principales catégories de compétences déterminantes en matière d'intégration au « pays du numérique » :

  • les compétences techniques, telles que savoir enclencher un ordinateur, activer un programme, et procéder à diverses opérations routinières selon des procédures apprises ;

  • les compétences génériques, constituées de savoirs transférables d'une situation à une autre, permettant par exemple à l'utilisateur de s'adapter à de nouveaux logiciels (faculté d'apprentissage, savoirs méthodologiques) ;

  • les compétences socioculturelles, comme la capacité à communiquer ou à travailler en équipe, dont il faut disposer pour pouvoir valoriser l'outil technique dans un contexte professionnel notamment.

26Naturellement, les compétences génériques et socioculturelles sont de première importance pour limiter les risques et occurrences de souffrir des effets de la dimension dynamique de la fracture numérique, alors qu'un important capital de compétences techniques ne reste utile qu'à l'aune de sa dimension statique.

27Compte tenu de l'importance, et surtout de la complexité toujours croissante des compétences nécessaires pour rester à la pointe des savoirs technologiques, seuls quelques spécialistes extrêmement qualifiés peuvent prétendre flirter avec l'horizon sans cesse fuyant d'une véritable maîtrise des outils numériques. Pour la plupart des individus, l'effort constant à fournir pour « rester à jour » permet au mieux d'éviter que l'horizon s'éloigne trop vite, et de ne pas se laisser rattraper par la frontière mouvante de l'« exclusion numérique ».

Précarité et responsabilité paradoxales

28Le cas particulier de certaines personnes en situation socioéconomique très précaire et largement marginalisées nous confronte cependant à une configuration paradoxale. En effet, par rapport à la dimension dynamique de la fracture numérique, on peut les situer aux côtés des informaticiens chevronnés, dans la mesure où ils ne souffrent guère de l'éloignement croissant d'un horizon qu'ils perçoivent de toute façon comme étant hors de leur portée. Dès lors, l'acquisition de quelques compétences techniques basiques peut donner à ces personnes un sentiment d'intégration sociale qu'ils n'ont guère la chance de ressentir dans d'autres domaines : savoir enclencher l'ordinateur, pouvoir consulter des offres d'emplois (même totalement inaccessibles) et s'entraîner à rédiger un curriculum vitae grâce à un programme informatique peut être perçu comme très valorisant. Non que ces personnes soient victimes de l'illusion d'une intégration sociale virtuelle ; mais bien qu'en l'absence d'une pression constante à la mise à jour des connaissances, et compte tenu de l'ampleur des autres problématiques sociales qu'ils vivent, les acquis glanés dans le cadre de cours qui leur sont spécifiquement destinés constituent subjectivement, pour ces personnes, un point d'ancrage fort au « monde des autres ».

29On voit bien alors que prendre en compte la dimension dynamique de la fracture numérique conduit à dissocier le niveau de compétences techniques du degré d'« intégration numérique ». Tant le débutant que le spécialiste peuvent échapper aux frustrations récurrentes qu'engendre l'obsolescence constante des compétences techniques, alors que l'écrasante majorité des individus, disposant de compétences significatives, est fréquemment confrontée à un sentiment de « précarité numérique ».

30On relèvera enfin que la plupart de nos interlocuteurs paraissent avoir intégré la nécessité d'une adaptation constante de leurs compétences numériques comme relevant essentiellement de leur responsabilité personnelle. C'est là un autre paradoxe : l'individu devenu seul responsable de sa propre intégration sociale…

Les dimensions critiques du lien social

31Notre questionnement portant sur les liens entre « intégration numérique » et intégration sociale, ce n'est pas le positionnement des individus ou groupes sociaux d'un côté ou de l'autre du fossé numérique – statique ou dynamique – en tant que tel qui nous intéresse, mais bien ses implications en termes d'intégration sociale.

32Or nos travaux de terrain nous ont montré que sur ce plan, l'impact d'une plus ou moins bonne intégration à la « société numérique » varie sensiblement selon les dimensions du lien social que l'on considère. En effet, nos interlocuteurs ont régulièrement mis l'accent sur les enjeux relatifs aux dimensions interpersonnelle et professionnelle du lien social, ses dimensions politique et territoriale étant reléguées en seconde priorité.

33Concrètement, cela signifie que les difficultés à obtenir ou entretenir une bonne insertion sociale en raison de « handicaps numériques » se manifestent le plus souvent sur la scène professionnelle (de plus en plus d'emplois requérant un certain degré de compétence informatique ou, plus globalement, d'aisance dans le domaine des technologies numériques) ou au niveau des relations amicales et familiales. Concernant ces dernières, divers facteurs concourent à accroître l'importance des savoirs numériques, dont l'éclatement spatial des lieux de résidence favorisant le recours au courrier électronique pour la communication entre amis ou membres d'une même famille, mais aussi les pratiques induites par la généralisation des téléphones portables : désormais habitués à coordonner leurs activités par ce biais, de nombreuses personnes – dont la plupart des jeunes adultes – savent qu'elles risquent d'être exclues des espaces-temps de rencontre avec leurs pairs si elles ne peuvent être informées « continûment » des changements de lieux ou d'heures de rendez-vous qu'autorise le recours aux SMS notamment.

34Ces phénomènes sont évidemment moindres s'agissant des relations de proximité (spatiale) qui structurent les liens sociaux territoriaux. Quant à la dimension politique du lien social, la prégnance encore très faible du recours aux moyens numériques pour les pratiques de nature sociopolitique rend cette dimension peu critique en termes d'implications de l'« intégration numérique » pour l'intégration sociale plus globale.

Souris des villes, souris des champs

35Notre enquête empirique n'a pas permis de mettre en évidence des différences significatives entre femmes et hommes en matière d'« exclusion numérique » ou de liens entre celle-ci et l'exclusion sociale. Certes les femmes ont-elles globalement moins fréquemment une pratique régulière des TIC. Mais dans divers cas de figures, en particulier dans les ménages « traditionnels » où l'épouse n'a que peu investi la scène professionnelle, les femmes échappent dans une certaine mesure à la pression adaptative découlant des contraintes professionnelles ; et paradoxalement, le moment venu de cesser l'activité professionnelle (chômage ou retraite), elles font fréquemment preuve d'intérêt et d'ouverture à l'égard des nouvelles technologies – là où un homme qui vient de perdre ses repères professionnels et ses routines techniques aurait plus rapidement tendance à se décourager, rechignant à se repositionner comme apprenant face à de nouveaux outils.

36Outre la question de l'impact du sexe sur le positionnement autour des frontières du numérique, l'autre question transversale que nous nous posions concernait l'impact du lieu de vie (lieu de résidence, de formation et d'emploi) à cet égard. Compte tenu du développement spatialement différencié des réseaux numériques (les opérateurs investissant fort logiquement d'abord là où une plus grande densité humaine permet de rentabiliser rapidement les coûts de construction des réseaux), mais aussi de supposées différences culturelles (les habitants des centres urbains étant réputés davantage enclins à adopter rapidement des technologies émergentes), nous pouvions en effet faire l'hypothèse que les habitants des régions dites périphériques peineraient davantage à accéder aux ressources numériques et auraient donc davantage de risques de souffrir d'une certaine « exclusion numérique ».

37Certes la Suisse ne recèle-t-elle pas véritablement de lointaines périphéries. Il n'empêche que les réseaux de téléphonie mobile ont couvert les vallées alpines plus tardivement et moins complètement que le Plateau, et que les réseaux informatiques à haut débit restent le plus souvent réservés aux grands axes territoriaux (espaces urbanisés et grands axes de transport) : les souris des villes seraient-elles privilégiées par rapport aux souris des champs ?

  • 10  Il en va sans doute différemment pour les entreprises gourmandes en hauts débits informatiques (en (...)

38Un tiers environ des adultes en formation interrogés dans le cadre de notre recherche résidaient dans des régions périphériques. Force a été de constater que ces personnes ne rencontraient aucun problème d'accessibilité des TIC, ni ne souffraient significativement de manque de lieux de formation dans ce domaine : au niveau des besoins des individus ou des ménages, les débits installés tout comme l'accès à la formation continue dans ces régions paraissent ne susciter aucune discrimination notable. En termes d'infrastructures, le lieu de référence ne pose donc apparemment pas de problème particulier 10.

Une hypothèse iconoclaste ?

  • 11  Cette hypothèse est développée plus amplement dans Vodoz (2006).

39Si l'accès physique aux TIC n'est pas un critère discriminant entre régions centrales et régions périphériques, il n'en va pas forcément de même pour ce qui est des autres dimensions de l'« intégration numérique » identifiées : les savoir-faire techniques et sociaux ainsi que la capacité à exploiter les contenus véhiculés par les TIC. Or si les compétences deviennent l'aspect critique en matière d'« intégration numérique », il devient pertinent d'émettre une hypothèse a priori iconoclaste : ce seraient non pas les régions périphériques, mais bien les régions urbaines qui concentreraient la plus grande proportion d'individus et de groupes sociaux victimes d'une « exclusion numérique» 11.

  • 12  À noter que la dernière concession accordée à l'opérateur Swisscom introduit bel et bien l'accès à (...)

40En effet, les agglomérations urbaines accueillent la plupart des personnes fragilisées sur les plans économique et social, qui y trouvent davantage de structures associatives ou publiques aptes à leur prodiguer le soutien dont elles ont besoin : chômeurs de longue durée, personnes sans formation, immigrés à statut précaire et/ou ne maîtrisant ni la langue ni les us et coutumes locaux, individus toxico-dépendants, etc. Dès lors, dans la mesure où le niveau de compétences est déterminant pour l'« intégration numérique » bien davantage que l'existence d'infrastructures performantes, il devient logique de penser que la proportion de victimes (potentielles) de la fracture numérique est plus forte en ville qu'à la campagne. Et pour autant que les concessions accordées périodiquement par l'autorité fédérale à tel ou tel opérateur intègrent l'obligation d'une couverture territoriale extensive, y compris en matière de hauts débits numériques, cette hypothèse d'un avantage comparatif des régions périphériques paraît devoir rester pertinente 12.

L'ouverture des frontières numériques

41Nous avons vu que globalement, la prise en compte de la dimension dynamique de la fracture numérique met en évidence le sentiment de « précarité numérique » prévalant chez la plupart des individus pratiquant les TIC – sauf à considérer les deux extrémités de l'échelle de compétences TIC : les informaticiens professionnels et les personnes marginalisées sur les plans économique et social. La corrélation entre sentiment d'intégration à la « société numérique » et niveau de compétences TIC souffre donc de notables exceptions. En serait-il autrement à ne considérer que la dimension statique de la fracture numérique ?

42Notre étude empirique nous a montré que là encore, de nombreux cas de figures échappent à la logique de la corrélation. Premier exemple, celui de certains jeunes férus d'informatique de loisirs, étant donc apparemment dotés des compétences les positionnant du côté d'une bonne intégration « numérique », ce dont on pourrait penser que cela les favorise lorsqu'ils arrivent sur le marché du travail – facilitant ainsi leur intégration sociale plus globale, du moins en relation avec la dimension cruciale de l'insertion professionnelle. Or bien qu'ils disposent de bonnes compétences techniques, voire de compétences génériques significatives, nombre de ces jeunes peinent à les valoriser dans le cadre d'un emploi, lorsque les compétences sociales nécessaires à une bonne exploitation de l'outil technologique leur font défaut. Savoir scier des planches et planter des clous ne suffit pas à faire un bon charpentier. Savoir manipuler des données et explorer les arcanes d'un programme informatique ne suffit pas non plus à faire un bon comptable ni un bon dessinateur-architecte.

43Deuxième exemple, celui des personnes âgées – les « jeunes retraités » notamment – qui inversement aux jeunes adultes que nous venons d'évoquer ont d'importantes difficultés à s'approprier la logique numérique, mais dont la trajectoire professionnelle et privée les a dotés d'un statut sociale enviable. En dépit de leur intégration sociale forte, ces personnes rencontrent des difficultés avec le « monde numérique », peinant par exemple à communiquer par courrier électronique avec leurs amis ou enfants résidant au loin, ou s'échinant vainement à effectuer des démarches administratives en ligne.

44Troisième exemple, celui des personnes que nous avons appelées les « exclus haut de gamme » : il s'agit d'individus qui, comme les personnes âgées susmentionnées, disposent des conditions d'une bonne intégration sociale (réseau familial et d'amis, voire appartenances associatives, etc.), et qui de plus bénéficient encore d'une très bonne intégration au monde du travail ; mais qui pour diverses raisons ne se sont jamais approprié la logique numérique. On trouve ainsi des chefs d'entreprises qui refusent de s'asseoir devant un ordinateur, dédaignent les agendas électroniques, excluent d'utiliser un téléphone portable pour autre chose que pour… téléphoner, et font preuve d'une grande réticence face à tous les objets technologiques de cette nature. Leur particularité, c'est en réalité de pouvoir exploiter les ressources des TIC en dépit du fait qu'ils n'y touchent pas eux-mêmes : c'est la secrétaire ou l'assistant qui se charge du courrier électronique et des autres tâches requérant l'usage d'un PC ; et à la maison, ce sont les enfants ou l'épouse qui jouent le rôle d'intermédiaire avec l'objet technique. Ces « exclus haut de gamme » sont donc en réalité de faux exclus, des « exclus par luxe » : s'il le fallait, compte tenu de leurs savoirs, et en particulier de leurs compétences génériques et socioculturelles, ces personnes pourraient si besoin combler sans trop de difficultés leur retard dans ce domaine. Pour eux, renoncer à pénétrer au « pays du numérique » relève donc d'un choix non seulement réversible, mais aussi très peu dommageable en termes d'intégration sociale.

45Compte tenu de cette diversité d'exemples d'individus dont les caractéristiques les situent en marge d'une forte corrélation entre degrés d'intégration sociale et « numérique », il est clair que la formation continue aux TIC constitue un enjeu dont la nature est variable selon les cas : les motivations de celles et ceux qui entreprennent une telle formation ne sont pas identiques, de même que les effets que l'on peut en attendre.

46Si l'on reprend la schématisation du questionnement relatif aux corrélations entre degrés d'intégration ou d'exclusion sociales et « numériques », on peut y insérer l'illustration de l'enjeu de la formation continue tel que se le représentent les individus concernés.

Fig. 2: perceptions des apprenants : tendances fortes et trajectoires d'intégration différenciées

Fig. 2: perceptions des apprenants : tendances fortes et trajectoires d'intégration différenciées

1 = Cas classique: les personnes qui utilisent la formation continue pour rester intégrés
2 = Intégration par l'emploi grâce à une formation TIC
3 = Certains jeunes, «intégrés numériques» (Internet, jeux) mais socialement exclus
4 = Personnes très précarisées sur les plans économique et social
5 = Certaines personnes âgées
6 = « Exclus haut de gamme »

47On voit bien que la formation continue en matière de TIC ne joue pas le même rôle selon les individus considérés ; mais dans la perception des apprenants, elle contribue le plus souvent à renforcer le sentiment d'intégration sociale en même temps que, conformément à son objectif affiché, elle améliore les compétences TIC.

48Toutefois, compte tenu de la dimension dynamique de la fracture numérique, la durabilité des acquis d'une démarche de formation continue est cruciale en termes d'effets sur les sentiments d'intégration sociale de ses bénéficiaires : aussi performant qu'il soit, un enseignement centré essentiellement sur la transmission de savoirs techniques constituerait un emplâtre sur une jambe de bois. Une attention particulière au développement des compétences génériques et des savoirs socioculturels est donc une condition pour que la formation continue aux TIC puisse déployer des effets durables, non seulement en matière de capacité d'adaptation aux innovations technologiques, mais aussi en termes de contribution au sentiment d'intégration sociale.

Logique hypertexte et peur de l'erreur

49Les formateurs interrogés dans le cadre de notre recherche ont le plus souvent fait preuve d'une conscience aiguë de cette problématique : ils cherchent à transmettre du savoir apprendre autant voire davantage que du savoir-faire. L'une des difficultés auxquelles ces formateurs sont confrontés réside d'ailleurs dans le mode d'apprentissage qu'implique le fonctionnement des objets numériques, mode d'apprentissage qui n'a rien de naturel pour de nombreux apprenants – en particulier les moins jeunes. On peut en effet considérer que l'interaction homme-machine comporte généralement une dimension conflictuelle (Perriault, 1989), face à laquelle les divers usagers sont inégalement armés ; et que les armes à disposition de chacun varient selon les générations considérées, en relation notamment avec les méthodes pédagogiques différentes auxquelles leur formation scolaire et professionnelle les a confrontés.

50Les outils numériques sont effectivement conçus de telle sorte que leurs fonctionnalités puissent être découvertes et progressivement appropriées selon une logique « essai-erreur », qui recèle une analogie forte avec la logique hypertexte : où que l'on soit dans un texte qui défile à l'écran, qu'il s'agisse d'un processus de recherche d'informations ou de mise en œuvre de procédures techniques, la recherche d'une solution implique de « naviguer » à tâtons pour accéder aux données ou mécanismes utiles. Peu importe le nombre de « faux chemins » empruntés, la plupart des opérations sont réversibles et l'exploration de multiples voies d'accès aux solutions recherchées fait partie intégrante de l'art d'exploiter les ressources numériques.

51Or de nombreux adultes ont appris à empoigner la résolution d'un problème selon une logique séquentielle linéaire, où chaque étape doit être effectuée correctement avant de s'attaquer à l'étape suivante. Dans une telle logique, les erreurs ou autres culs-de-sacs sont perçus comme des fautes, des sources de blocage ou des échecs, plutôt que des obstacles dont le contournement constitue un cheminement d'apprentissage parfaitement normal.

52Le défi auquel sont confrontés les formateurs de parvenir à transmettre des savoirs génériques et socioculturels en plus des savoirs techniques intègre donc également la nécessité de faire évoluer les modes d'apprentissage prévalant chez la plupart des adultes qu'ils encadrent. Ce qui bien sûr ne va pas de soi, vu également la structure des cursus de formation et les critères de certification relatifs aux compétences TIC – que ces formateurs évaluent comme étant linéaires plutôt qu'itératifs, strictement cumulatifs plutôt que souples et modulaires.

De l'utilité d'une boussole

53Réalisée dans le cadre d'un programme national de recherche sur l'intégration et l'exclusion sociales (en Suisse), notre enquête relative aux liens entre fracture numérique et fracture sociale nous a d'abord permis de valider un postulat fondamental, à savoir que le développement des technologies peut être source d'intégration ou d'exclusion. Or le fait même qu'une nouvelle technologie puisse constituer une norme sociale, avec ses limites (certes mouvantes), son « dedans » et son « dehors» (certes pas toujours bien identifiables), n'allait pas de soi : le document cadrant les champs de recherche à privilégier au titre de ce programme national ne comportait pas la moindre allusion à ce phénomène.

54Cette enquête nous a également révélé le caractère ambigu, pour les sentiments d'intégration sociale, des effets de la formation continue en matière de TIC : instrument nécessaire pour toutes celles et tous ceux, fort nombreux, qui cherchent à éviter un « décrochage » par rapport aux exigences sans cesse croissantes qu'impose la technicisation de notre société, et par là à éviter un « décrochage » plus global par rapport à certaines (nouvelles) normes sociales dominantes ; mais aussi source d'effets pervers à cet égard, dans la mesure où la formation continue contribue de fait à alimenter la perception du caractère indispensable pour chacun d'une adaptation constante aux développements technologiques les plus récents.

55Enfin, la superposition très imparfaite entre clivages « numérique » et social nous confirme l'existence d'une fracture spécifiquement numérique, dont le tracé ne recouvre que partiellement celui d'autres lignes de fracture sociale. Avec pour conséquence que, quelles que soient les politiques publiques visant globalement à promouvoir l'intégration sociale de tout un chacun, les stratégies envisageables pour atténuer la fracture numérique devraient être définies en tant que telles, et déclinées sur mesure en fonction des divers cas de figures existant en matière d'intégration et d'exclusion « numériques ».

56La problématique « centre-périphérie » que nous avons évoquée constitue un exemple parmi d'autres de la spécificité des mesures relatives à l'atténuation de la fracture numérique : si de manière générale la tendance est à désenclaver les régions périphériques par la réalisation d'infrastructures lourdes (amélioration des axes de transport, régionalisation des infrastructures scolaires et hospitalières, etc.) pour permettre à leurs habitants de bénéficier du même accès aux biens et prestations publics que les habitants des centres urbains, l'hypothèse a priori iconoclaste que nous avons présentée ci-dessus conduit à penser que le développement de mesures d'« empowerment » des individus et groupes sociaux défavorisés en zone urbaine serait mieux à même de réduire le nombre de victimes de la fracture numérique que le déploiement de réseaux informatiques à haut débit jusque dans les moindres recoins du territoire national.

57Avec sa « Stratégie pour une société de l'information en Suisse » (définie en 1998 puis révisée en 2006), le Conseil fédéral apporte de l'eau au moulin de ceux qui estiment indispensable une généralisation de l'accès aux ressources véhiculées par les TIC – un tel objectif contribuant d'ailleurs intrinsèquement à renforcer le statut de norme sociale « officielle » que d'aucuns confèrent aux savoirs « numériques ». Et quand il estime que la logique des acteurs privés (mécanismes du marché, etc.) est globalement suffisante pour y parvenir, il contribue à l'idée répandue que chaque individu est responsable de sa propre « intégration numérique » – et partant de sa propre intégration sociale.

58Les diverses initiatives publiques en cours pour développer la « cyberadministration » ou la « cyberdémocratie » concourent certes au développement d'un usage plus généralisé des TIC. Leur enjeu semble toutefois relever davantage d'une volonté de rationalisation administrative que de promotion des savoirs technologiques au profit de celles et ceux qui en auraient le plus besoin.

59Reste à évoquer une question gênante : une pleine participation à ladite « société de l'information » est-elle officiellement considérée comme impérative pour tous ? Autrement dit, y a-t-il place, dans notre société, pour les techno-sceptiques et autres personnes qui – quelles qu'en soient les raisons – seraient réticentes face à l'informatisation galopante de multiples relations économiques, sociales ou politiques ? Sans quoi, à force d'orienter la boussole politique sur la « cible de la rhétorique de la société de l'information », le risque est grand que l'on tende à superposer puis confondre fracture numérique et fracture sociale. Quitte à approfondir le fossé que justement l'on prétendait combler.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Berthoud G., Ischy F. et al. (2002), La Société de l'information : une nouvelle frontière ? Rapport final FNRS nº 12-55445.98, Lausanne, Institut d'Anthropologie et de Sociologie, Université de Lausanne.

Castel R. (1996), « Les marginaux dans l'histoire », dans Paugam S., L'exclusion : l'état des savoirs, Paris, Éditions La Découverte, pp. 32-41.

Castells M. (1998), La Société en réseaux, Paris, Éditions Fayard.

Godbout J. (1992), L'Esprit du don, Montréal, Éditions Boréal.

Habermas J. (1973), Raison et légitimité. Problèmes de légitimation dans le capitalisme avancé, Paris, Éditions Payot.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Miège B. (2002), « La société de l'information : toujours aussi inconcevable », Revue Européenne des Sciences Sociales, vol. XL nº 123, pp. 41-54.
DOI : 10.4000/ress.606

OFS [Office fédéral de la statistique] (2002), La Société de l'information en Suisse. État des lieux et perspectives, Neuchâtel, OFS.

OFS [Office fédéral de la statistique] (2003), Indicateurs de la société de l'information. http://www.bfs.admin.ch/content/bfs/portal/fr/index/themen/systemes_d_indicateurs/indicateurs_de_la/introduction.html.

Perriault J. (1989), La Logique de l'usage, essai sur les machines à communiquer, Paris, Éditions Flammarion.

Pfister Giauque B. (2002), Lien social, organisation et insertion : pour une appréhension des mécanismes d'intégration sociale, Montréal, Université du Québec, INRS-UCS.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Piolle X. (1990-1991), « Proximité géographique et lien social, de nouvelles formes de territorialité ? », L'Espace géographique, nº 4, pp. 349-358.
DOI : 10.3406/spgeo.1990.3019

Putnam R. D. (1998), « Foreword », Housing Policy Debate, nº 9.

Vodoz L. (2005), « Technologies numériques : les Sisyphe de la formation continue », Éducation permanente, 2005-4, pp. 24-25.

Vodoz L. et al. (2005), Ordinateur et précarité au quotidien : les logiques d'intégration provisoire de la formation continue, Lausanne, C.E.A.T., Rapport final au PNR 51, FNS, Berne.

Vodoz L., Reinhard M. & B. Pfister Giauque B. (2007), « The farmer, the worker and the MP. The digital divide and territorial paradoxes in Switzerland », Geojournal, nº 69, pp. 83-92.

Haut de page

Notes

1  Intitulée « La fracture numérique : émergence, évolution, enjeux et perspectives », la recherche dont est inspiré le présent article a été réalisée entre 2003 et 2005 par des chercheurs de deux instituts rattachés à l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) : la Communauté d'études pour l'aménagement du territoire (C.E.A.T., http://ceat.epfl.ch) et l'Institut de logistique, économie et management de technologie (ILEMT, http://ilemt.epfl.ch). Cette recherche a été financée par le programme national de recherche nº 51 (PNR 51) du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), consacré à l'intégration et à l'exclusion sociales, avec des cofinancements des cantons de Neuchâtel et de Genève. Ses principaux résultats sont consignés dans Vodoz et al. (2005). Un résumé grand public (8 pages) intitulé « Faut-il savoir utiliser un ordinateur pour vivre en société? » est également disponible sur le site Internet de la C.E.A.T.

2  Les technologies numériques (ou digitales) sont de plus en plus présentes dans de très nombreux objets techniques à usage quotidien : outre l'emblématique micro-ordinateur, ou encore le téléphone portable, les véhicules, appareils ménagers et technologies de loisir notamment intègrent de plus en plus de composantes et de modes de régulation numériques. Exploiter les performances et l'énorme potentiel d'interconnexion entre ces multiples applications suppose toutefois de maîtriser un tant soit peu la logique de fonctionnement propre aux technologies numériques.

3  Voir par exemple les travaux de Manuel Castells (Castells, 1998), ou encore l'analyse critique de ces travaux par Bernard Miège (Miège, 2002).

4  Raison pour laquelle nous écrirons « société de l'information » systématiquement entre guillemets. Concernant l'analyse du débat entre « littérature critique » et « littérature convaincue » à cet égard, voir par exemple Berthoud, Ischy et al. (2002).

5  Quelque 70 adultes, dont 25 formateurs et 44 personnes en formation.

6  Si nous parlons d'« intégration numérique » pour évoquer l'intégration à la « société de l'information », c'est notamment par commodité de langage, mais aussi pour nous distancer quelque peu de la notion de « société de l'information », dont on a vu qu'elle est sujette à caution. Nous reviendrons infra sur la manière d'opérationnaliser ce concept d'« intégration numérique » que nous avons retenu.

7  Soulignons que nous nous sommes concentrés sur la formation continue pour adultes, excluant dès lors les jeunes encore en scolarité obligatoire ou en formation initiale. En effet, non seulement la plupart de ces derniers ont «baigné» dans la «société numérique» avant même d'avoir appris à lire, mais leur initiation aux TIC ne relève généralement guère de choix délibérés. Compte tenu également des problèmes d'intégration spécifiques qu'ils rencontrent en raison même de leur âge, ces jeunes ont donc certainement des perceptions qui les distinguent largement des adultes cherchant à gagner le «pays du numérique».

8  Dans le cadre de cette étude, nous avons notamment consulté les données de l'Office fédéral de la statistique (OFS 2002, 2003).

9  Si l'on considère par exemple le nombre d'ordinateurs par ménage, on ne peut toutefois en déduire l'usage réel qui est fait de l'ordinateur familial (nombre d'usagers, intensité de l'usage, type d'activité plutôt simple ou complexe, vocation essentiellement professionnelle ou ludique, etc.).

10  Il en va sans doute différemment pour les entreprises gourmandes en hauts débits informatiques (entreprises de services notamment), pour lesquelles une implantation en zone urbaine reste importante tant du point de vue de la connexion aux très hauts débits que de celui de la disponibilité de compétences professionnelles pointues (compétences technologiques et autres).

11  Cette hypothèse est développée plus amplement dans Vodoz (2006).

12  À noter que la dernière concession accordée à l'opérateur Swisscom introduit bel et bien l'accès à haut débit dans le service universel à délivrer sur l'ensemble du territoire suisse… tout en prévoyant des exceptions lorsque les circonstances « l'exigent ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Intégration et exclusion sociales, intégration et exclusion « numériques »
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 2: perceptions des apprenants : tendances fortes et trajectoires d'intégration différenciées
Légende 1 = Cas classique: les personnes qui utilisent la formation continue pour rester intégrés2 = Intégration par l'emploi grâce à une formation TIC3 = Certains jeunes, «intégrés numériques» (Internet, jeux) mais socialement exclus4 = Personnes très précarisées sur les plans économique et social5 = Certaines personnes âgées6 = « Exclus haut de gamme »
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3333/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Vodoz, « Fracture numérique, fracture sociale : aux frontières de l'intégration et de l'exclusion », SociologieS [En ligne], Dossiers, Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques, mis en ligne le 27 décembre 2010, consulté le 29 août 2016. URL : http://sociologies.revues.org/3333

Haut de page

Auteur

Luc Vodoz

Communauté d'études pour l'aménagement du territoire, EPFL ENAC, Lausanne, Suisse - luc.vodoz@epfl.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page