Navigation – Plan du site
Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques

Penser aux/les limites de nos limites

Jacques Lévy

Résumés

Le mot « frontière » a beaucoup de succès, dans son sens propre mais plus encore comme métaphore d’une multitude de réalités qui ont à voir avec les limites, c’est-à-dire avec notre propension à découper le monde en objets séparables. Mais on constate une grande indétermination entre concept et métaphore et un usage trop facile de mélanges entre ceux-ci. Il faut donc d’abord admettre que la matérialité n’est qu’une des composantes de notre monde, mais que l’immatériel n’est pas l’irréel, le simulé ou le métaphorique. Après un détour par une théorie des limites et ses limites et une distinction entre le topographique (continu) et le topologique (discontinu) appliquée à l’intérieur et aux limites d’une aire, deux exemples sont développés qui visent à montrer que, si l’on trouve des frontières, ce n’est pas forcément là où on les attend et que l’appréciation juste de la place des frontières suppose la prise en compte de bien d’autres considérations que la seule limitation volontaire et brutale du franchissement d’une ligne imaginaire tracée au sol.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Ouverture : double fatigue

1Le mot « frontière » a beaucoup de succès, dans son sens propre mais plus encore comme métaphore d’une multitude de réalités qui ont à voir avec les limites, c’est-à-dire avec notre propension à découper le monde en objets séparables. En réagissant à deux fatigues : d’une part celle de l’indétermination entre concept et métaphore, d’autre part, celle de l’usage trop facile de mélanges, d’aérosols mélangeant concepts et métaphores.

2C’est clairement l’impression qu’on ressent en lisant ce passage du discours de Christoph Blocher à Rafz, le 8 mai 2005 (au cours de la campagne électorale avant la votation sur Schengen-Dublin). C’est encore plus net en allemand où le mot Grenze possède un sens figuré qui serait plutôt celui du mot « limite » en français. Pour Christoph Blocher, cette aubaine sémantique est une ressource qui lui permet, d’un même mouvement, de prôner le renforcement des frontières géopolitiques et le retour à une société autoritaire.

Nous vivons à une époque où les limites ne sont plus respectées. Cela dit, je n’ai pas à l’esprit les seules limites qui bordent un territoire national. La société, précisément, a même démantelé de nombreuses limites. Les milieux politiques, économiques et sociaux se félicitent de l’absence de limites et de barrières ; c’est moderne et actuel. En fait, une attitude quelque peu pubertaire, quasiment immature ! Les frontières définissent un territoire, sur lequel un peuple s’autodétermine. Aussi, sauvegarder son autodétermination c’est toujours sauvegarder ses frontières. Les limites définissent un domaine d’attributions, dans lequel les politiciens responsables exercent leur activité. Assumer une responsabilité est une tâche difficile, lourde, pénible. Au plan international, ils tendent, consécutivement, à fuir trop fréquemment l’exiguïté du propre domaine d’activité et ses attributions bien définies. Ils sortent de leur carcan pour se retrouver en ces lieux de rencontre de tous les politiciens, gouvernants et personnalités médiatisées. Là où tous sont responsables de tout, mais personne concrètement. Il n’est ainsi plus possible d’attribuer la responsabilité à personne. Au détriment de ceux pour qui les responsables auraient dû assumer leur responsabilité. […] L’économie paie maintenant déjà l’exubérance des années nonante. Celle qui a coûté des milliards, causés faillites et dommages à l’économie nationale. La nouvelle devise préconise donc de faire marche arrière : d’ériger de nouvelles barrières, de se recentrer, de redimensionner – du moins dans l’économie. Dans les sociétés libres de toutes barrières, la politique vit aussi au-dessus de ses moyens. Nos enfants devront supporter le résultat de notre politique de l’endettement sans limites qui s’élève à bien 253 milliards de francs. Il importe que nous rétablissions des limites et que nous en exigions le respect.

3Pour repartir du bon pied, il faut d’abord admettre que la matérialité n’est qu’une des composantes de notre monde, mais que l’immatériel n’est pas l’irréel, le simulé ou le métaphorique. Lorsque les Berlinois disent que le Mur est encore dans leurs têtes, ils parlent d’une frontière tout à fait concrète.

4Les frontières sont un réservoir facile d’images pour penseurs paresseux qui croient un peu trop diminuer la complication des objets complexes en injectant de la discontinuité. Mais justement, la complexité du monde d’aujourd’hui vient aussi de ce que l’opposition continu/discontinu n’est pas la panacée. Parfois d’autres figures seraient plus adaptées, comme le couple saillance/prégnance proposé par René Thom, qui aborde la relation entre deux réalités spatiales sur un autre mode que celui de la limite franche entre deux objets juxtaposés. Essayons d’y voir un peu plus clair.

Détour : une théorie des limites, et ses limites

5Si l’on définit la métrique comme un type de conception et de mesure de la distance, on constate que la distinction entre le topographique (continu) et le topologique (discontinu) appliquée à l’intérieur et aux limites d’une aire permet de définir quatre familles de métriques (figure 1).

Figure 1. Quatre familles de métriques

Métrique interne

Topographique (territoire)

Topologique (réseau)

Métrique des limites

Topographique (flou)

Horizon

Rhizome

Topologique (dure)

Pays

Network

6On comprend que seul le pays – un territoire bordé par une limite franche – offre un paysage de frontière classique. Dans les trois autres cas, qui sont très répandus dans le monde d’aujourd’hui, soit il n’y a pas de limite nette (horizon, rhizome), soit c’est une limite entre deux réseaux, qui ne prend pas la forme d’une ligne de séparation visible. En outre, le type de relation entre espace qu’on appelle limite peut être considéré comme un cas parmi d’autres. Il existe en effet trois types de ce qu’on peut appeler interspatialités. L’interface est une interaction par contact et c’est là que se pose le problème des limites. L’emboîtement est une interaction par inclusion du petit dans le grand tandis que la cospatialité est une interaction par commutation : il s’agit d’une « superposition » d’au moins deux espaces – par exemple un réseau et un territoire – sur la même étendue. Dans ces deux autres familles, la question de l’interaction est fondamentale mais, pour y réfléchir, nous ne disposons pas d’imagerie aussi facile à mobiliser que dans le cas de l’interface.

7Prendre la mesure de nos limites consiste donc aussi à prendre conscience que la limite est un point de vue spécifique et non unique sur la relation entre deux réalités spatiales supposées distinctes. Et ce n’est pas tout : la distinction, c’est-à-dire la discontinuité entre deux réalités, spatiales ou non, est toujours le résultat d’une action de séparation, la plus simple. Ludwig Wittgenstein (1983), affirmait un peu vite que la séparation est totale entre le rouge et le vert mais il reconnaissait, à la suite de Joseph Jastrow (1901) et son fameux canard-lapin, que la circulation des significations visuelles défie toutes les barrières qu’on pourrait être tenté de placer pour éviter la confusion.

Figure 2. Le canard est un lapin qui s’ignore

Figure 2. Le canard est un lapin qui s’ignore

Source : Jastrow, 1901.

8En fait, ce sont tous les dispositifs, lourdement constructivistes et interprétatifs, des systèmes sensoriels ainsi que du langage « naturel » qui montrent que la discontinuité est une arme puissante, dont nous ne savons pas nous passer, mais terriblement fragile si nous n’avons pas conscience… de ses limites. L’antidote consiste d’abord à se méfier des dichotomies définitives et à prendre conscience qu’il peut y avoir plusieurs contraires à une réalité ou à un énoncé (Lévy-Leblond, 1996). Au-delà, il nous faut dépasser les paradoxes non seulement en aval en les « tranchant » mais aussi en amont en les « dénouant », c’est-à-dire en montrant dans quel système de dualités l’opposition constatée fait sens. L’enjeu n’est donc pas de chercher à démontrer que, sous les discontinuités, il y aurait toujours un « fond » de continuité, un continuumtoral du réel qu’il faudrait restituer au lieu de le cacher. Ce serait tout aussi contestable car l’idée de continuité renvoie aussi à des éléments très pesants de notre rapport spontané au monde : celui qui nous fait nous le représenter comme stable, immobile et permanent. Il s’agirait donc plutôt de faire appel, au moins de temps en temps, à des ontologies qui récusent l’opposition entre continu et discontinu (Lévy, 2003).

Plongée : frontières, au-delà et en deçà

9Les deux exemples qui suivent visent à montrer que, si l’on trouve des frontières, ce n’est pas forcément là où on les attend et que l’appréciation juste de la place des frontières suppose la prise en compte de bien d’autres considérations que la seule limitation volontaire et brutale du franchissement d’une ligne imaginaire tracée au sol.

Plus et moins de frontières d’États

  • 1  Les paragraphes qui suivent reprennent partiellement Lévy, 2008.

10On se représente souvent le problème à résoudre pour instaurer la paix entre Israéliens et Palestiniens comme une question de frontière. On mentionne alors la « Barrière de sécurité » qui matérialiserait de manière spectaculaire une limite contestable. En voyant les choses ainsi, on passe largement à côté du problème 1.

Figure 3. La « Barrière de protection » israélienne à Jérusalem : un « mur » peut en cacher un autre

Figure 3. La « Barrière de protection » israélienne à Jérusalem : un « mur » peut en cacher un autre

©Jacques Lévy

11D’abord parce que cette Barrière de sécurité, parfois mur de béton de neuf mètres, parfois barrage électronique, parfois encore vaste couloir multifonctionnel comprenant deux voies de rocade, ne ressemble ni à une ligne de front, ni à un ouvrage défensif classique, ni à une organisation frontalière fonctionnelle. Elle serpente selon d’étranges circonvolutions le long de la « Ligne verte » de 1949 en grignotant au passage quelques lambeaux de territoire cisjordanien. Elle englobe l’ensemble de Jérusalem-Est, 12% de la Cisjordanie et 80% des colons, en s’avançant parfois de vingt kilomètres à l’intérieur du territoire palestinien.

12Par ailleurs, comme on le voit sur la carte ci-après (figure 4), le système militaire israélien est loin de se limiter à la Barrière de sécurité et aux colonies effectivement peuplées.

Figure 4. Un faisceau de frontières qui finit par faire territoire : les lignes deviennent surface

Figure 4. Un faisceau de frontières qui finit par faire territoire : les lignes deviennent surface

13L’interface Israël/Cisjordanie prend bien d’autres aspects :

141. Les checkpoints, qui cassent les systèmes de mobilité en allongeant les distances-temps à la fois par l’imposition de longs détours et par le temps d’attente aléatoire aux postes de contrôle.

152. Les implantations officielles (« settlements ») ou apparemment spontanées (« outposts »), mais dont l’existence et le développement seraient impossibles sans l’appui logistique (eau, électricité, sécurité) de l’État. Sauf de rares exceptions au sud la Judée et au nord de la Samarie, on peut toujours voir, d’un sommet de colline occupé, un autre sommet occupé parfois seulement par quelques mobile-homes et miradors.

163. Les restrictions à l’usage du réseau routier de base, certaines voies étant interdites aux Palestiniens et de nombreux chemins d’accès aux villages étant bloqués par des tranchées, des mottes de terre, des amas de pierres ou des blocs de béton. Cela a en particulier pour conséquence d’empêcher une exploitation agricole normale des terroirs avoisinant les villages.

174. Les zones militaires, qui couvrent une grande partie de l’est de la Cisjordanie, en appliquant une définition extensive de la zone frontalière orientale.

185. L’espace cultivé par les Israéliens, concentré dans la Vallée du Jourdain, une zone d’agriculture à haute valeur ajoutée notamment lorsque la technicité s’unit à ses conditions climatiques favorables.

196. Les réserves naturelles, qui empêchent un usage agricole du sol et gèlent tout développement urbain.

20Si l’on cumule les dispositifs mis en œuvre, on obtient une seconde carte (figure 5), qui conduit à une inversion (on pourrait dire une « réversion », comme on retourne un vêtement réversible) du regard, consistant à substituer les vides aux pleins et vice versa. Les éléments saillants cessent de caractériser la présence israélienne, mais deviennent le trait dominant de la géographie palestinienne : ce sont les Palestiniens qui sont confinés dans de multiples petites enclaves au sein d’un espace qui, globalement, leur échappe.

Figure 5. Le spatiocide de la Palestine

Figure 5. Le spatiocide de la Palestine

21La plus grande innovation est probablement l’agencement, par l’action topologique, d’un espace multicouche, de création d’une cospatialité entre deux strates peu interactives sur la même étendue. L’objectif consiste à rendre possible, simultanément et dans les mêmes lieux, deux lectures de l’espace. À première vue, tel lieu, telle aire peuvent être considérés en même temps comme palestiniens et comme israéliens. Comment est-ce possible ? Tout simplement par la superposition de deux topologies, et notamment de deux réseaux routiers, les couches étant reliées entre elles par un très petit nombre de commutateurs. La couche israélienne est clairement dominante : elle s’approprie le réseau viaire existant chaque fois que nécessaire et bénéficie des meilleures accessibilités. La couche palestinienne est lacunaire, pleine de butées et de détours, mais elle bénéficie localement de connexités grâce à des passages souterrains qui permettent de relier des aires palestiniennes séparées topographiquement par la déconstruction israélienne. Ce « contournement du contournement » a été théorisé par les autorités israéliennes avec l’expression poétique « Fabric of Life Roads » (« Tissu routier vital ») ou, plus techniquement, « transportational contiguity », par opposition à « territorial contiguity ». De nombreux autres tunnels sont en projet et le gouvernement n’hésite pas à communiquer sur ce point, comme preuve de sa bonne volonté géographique. Si ces aménagements étaient réalisés, ils pourraient aboutir à faire de l’espace de la Cisjordanie une réalité totalement bi-couche. Ce modèle spatial a aussi été partie prenante de différents projets de connexion entre la Cisjordanie et Gaza « par-dessus » ou « par dessous » le territoire israélien.

22Ce à quoi nous assistons, c’est à un spatiocide, qui, poussé à son terme, supprimerait la relation au territoire des Palestiniens, mettant en cause leur définition comme« peuple », de la même manière, il est amusant de le noter, qu’il est discutable de parler de « peuple » juif pour désigner la communauté à principe ethno-religieux qui, à travers le monde, se réclame du judaïsme. L’état de Palestinien ne désignerait plus un habiter effectif mais simplement une origine géographique mémorielle, comme c’est le cas pour les réfugiés ou les émigrés. Ceux qui resteraient sur place n’en seraient pas pour autant les habitants. Ils deviendraient des réfugiés palestiniens supplémentaires, in situ. Les Palestiniens perdraient non seulement la perspective de former une nation dotée d’un État, mais même celui d’avoir, dans leur viatique, un ici qui leur soit propre.

23L’idée de frontière comme expression d’une conquête apparaît donc ici comme un moindre mal.

Moins et plus de frontières urbaines

24L’importance des nécessités de défense dans l’histoire urbaine n’est plus à démontrer. La destruction des murailles a changé le destin des villes en leur permettant de s’étaler et le développement de transports mécaniques a permis l’exode urbain de ceux que la cohabitation avec le monde industriel ou ouvrier indisposait. L’accès à la solvabilité en matière de résidence pour une partie importante de la population a permis à une quantité importante d’individus de faire des choix entre différents modèles d’habiter. Ils l’ont notamment fait sur le critère de l’exposition à l’altérité et de l’opposition public/privé.

25On peut croire que les villes n’existent plus, qu’il n’y a plus que de l’urbain indifférencié. En fait, les deux cartes qui suivent, montrant la distribution des revenus et le vote en faveur des partis protestataires, indiquent que ce sont désormais les gradients d’urbanité (du centre à l’infra-urbain, en passant par la banlieue, le périurbain et l’infra-urbain) qui sont le plus prédictifs des lignes de fond de l’espace, tant « objectif » que « subjectif » des pays développés.

Figure 6. Les riches et les pauvres organisés dans toutes les aires urbaines selon le même schéma

Figure 6. Les riches et les pauvres organisés dans toutes les aires urbaines selon le même schéma

Figure 7. Choix d’habiter et choix politique : une même géographie

Figure 7. Choix d’habiter et choix politique : une même géographie

26Les villes se sont faites par la peur, elles se font par le désir. Tous n’ont pas les mêmes attentes et tous n’ont pas les mêmes moyens de les réaliser. En résulte une géographie contrastée alors même que les circulations sont libres et que la part de choix dans la localisation de l’habitat a fortement augmenté ces dernières décennies. Les choix de vie des individus comme les choix de société qu’ils expriment par leur vote agencent un espace dont la netteté est impressionnante. Le choix d’assumer ou de refuser l’urbanité, avec les frontières qu’il crée et qui renforcent encore la visibilité du phénomène, apparaît aujourd’hui comme une ligne de clivage puissante et comme un enjeu de civilisation majeur.

27On peut en conclure à la nécessité de construire des gouvernements urbains avec des frontières claires quoique pas nécessairement stables. Les territoires politiques se constatent et leur périmètre ne devrait pas faire l’objet d’un droit de veto du passé sur le présent. C’est malheureusement le cas, par exemple en Suisse où une nouvelle ère du fédéralisme, fondée sur les solidarités urbaines, consciente des avantages et des inconvénients de se représenter la réalité à l’aide, mériterait d’être imaginée.

28Une main anonyme avait écrit ce graffiti pendant le siège de Sarajevo : « Les projets des cartographes se paient en vies humaines ». Prendre de discontinuités formalisées nous permet de revenir vers la frontière comme un objet spatial spécifique, historiquement situé et dont la définition précise permet a contrario d’apercevoir tout ce qui, dans nos environnements, ne peut être pensé sous la figure de la frontière. Cela ne signifie pas que les frontières n’ont plus de raison d’être, même si ce n’est pas là où on les attend. L’analyse de la complexité des espaces contemporains peut nous servir de pense-bête : tout projet territorial doit inclure la conscience des limites de ses limites. S’il en propose, il doit savoir et dire pourquoi.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Andrieu D. & J. Lévy (2007), « L’archipel français », EspacesTemps.net, juillet, http://espacestemps.net/document2861.html.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Jastrow J. (1901), Fact and Fable in Psychology, Londres, Macmillan Editions.
DOI : 10.1037/10919-000

Lévy-Leblond J.-M. (1996), Aux Contraires. L’Exercice de la pensée et la pratique de la science, Paris, Éditions Gallimard.

Lévy J. (2003), « Au-delà du dis/continu : quelques remarques », EspacesTemps Les Cahiers, Continu/discontinu. Puissances et impuissances d’un couple, n°82-83.

Lévy J. (2008), « Topologie furtive », EspacesTemps.net, février, http://espacestemps.net/document4543.html.

Wittgenstein L. (1983 [1977]). Remarques sur les couleurs, Paris, Éditions TER.

Haut de page

Notes

1  Les paragraphes qui suivent reprennent partiellement Lévy, 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 2. Le canard est un lapin qui s’ignore
Légende Source : Jastrow, 1901.
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Figure 3. La « Barrière de protection » israélienne à Jérusalem : un « mur » peut en cacher un autre
Crédits ©Jacques Lévy
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3305/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 4. Un faisceau de frontières qui finit par faire territoire : les lignes deviennent surface
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3305/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 5. Le spatiocide de la Palestine
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3305/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 6. Les riches et les pauvres organisés dans toutes les aires urbaines selon le même schéma
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3305/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 7. Choix d’habiter et choix politique : une même géographie
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3305/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Lévy, « Penser aux/les limites de nos limites », SociologieS [En ligne], Dossiers, Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques, mis en ligne le 27 décembre 2010, consulté le 16 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3305

Haut de page

Auteur

Jacques Lévy

École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse) - jacques.levy@epfl.ch

Haut de page