Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Les travailleurs de la nature : une professionnalisation en tension

Céline Granjou, Isabelle Mauz et Arnaud Cosson

Résumés

En France, le développement des métiers de la nature est lié à une opposition, parfois violente, à la bureaucratie et au recours croissant à la technique. Pourtant, on constate aujourd’hui un mouvement de rationalisation, de technicisation et de professionnalisation de ces activités, bien loin de l’image mythifiée d’activités qui seraient caractérisées essentiellement par l’engagement, la passion ou la proximité au terrain. C’est ainsi l’alignement avec d’autres corps de métiers qui est mis en avant par les acteurs travaillant dans des espaces naturels qui témoignent de leur volonté de (se) convaincre que leur activité constitue un « vrai travail », un « vrai métier ».
En nous basant sur une enquête empirique complétant un ensemble de travaux antérieurs, nous éclairons la façon dont cette tension – entre passion et rationalisation, entre spécificité et alignement – s’exprime dans le vécu et les pratiques des professionnels de la nature en France. Nous explorons trois niveaux : celui des conditions de l’engagement dans le métier (tendues entre revendication de compétences et de qualifications et mise en avant d’une passion) ; celui des figures et des identités professionnelles (prises entre figure de l’expert naturaliste et figure du médiateur) ; celui des pratiques de travail (oscillant entre pratiques néo-manageriales et proximité à la nature).
Ce faisant, nous esquissons les contours d’une forme de professionnalisation singulière et paradoxale, propre aux métiers de la nature, qui s’est construite sur une tension constitutive entre rationalisation et résistance à la rationalisation, entre alignement sur les standards d’autres professions et maintien d’une spécificité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  En témoigne le nombre de candidats qui se présentent au concours d’agents techniques et de technic (...)
  • 2  Depuis sa création en 1989, cet organisme public est dédié à l’appui et à la formation des membres (...)

1En France, le développement des métiers de la nature est lié à des mouvements sociaux qui se sont opposés, parfois violemment, à la bureaucratie et au recours croissant à la technique (Duhamel, 1932 ; Ellul, 1997). Pourtant, on constate aujourd’hui un mouvement de rationalisation, de technicisation et de professionnalisation de ces activités, en partie propre à la société française (Alphandéry & Bitoun, 1991 ; Bess, 2003) : on est bien loin de l’image mythifiée d’activités qui seraient caractérisées essentiellement par l’engagement, la passion ou la proximité au terrain – image qui explique en partie la forte attractivité dont jouit ce type de poste 1. Paradoxalement, c’est pourtant l’alignement avec d’autres corps de métiers qui est mis en avant par les acteurs travaillant dans des espaces naturels qui témoignent de leur volonté de (se) convaincre que leur activité constitue un « vrai travail », un « vrai métier », se fonde sur un « vrai savoir-faire » ou une « vraie compétence ». Pour preuve également de ce « désir de métier » (Osty, 2003 ; Piotet, 2002), l’organisation en novembre 2008 du forum « Jobs for nature. La nature pour métier », par l’Atelier technique des espaces naturels (Aten 2). On peut dès lors se demander comment cette tension – entre spécificité et alignement, entre passion et rationalisation – s’exprime dans le vécu et les pratiques des professionnels de la nature, et comment ceux-ci « font avec » cette tension au cœur de leur travail et des fonctions qu’ils remplissent.

2Certains auteurs ont souligné l’émergence et le développement de corps de spécialistes et de corpus de savoirs spécifiques aux objectifs de protection de la nature (Micoud, 1993 et 2002). Divers travaux ont analysé plus précisément la réorientation d’associations de protection de la nature (et parfois d’autres institutions dédiées aux espaces naturels) qui ont abandonné une posture jugée trop militante pour affirmer des formes d’expertise en matière de connaissance et de gestion de la nature leur permettant de mieux asseoir leur crédibilité et leur participation à l’action collective (Lascoumes, 1994 ; Drouin, 1991, Ollitrault, 2004 ; Granjou & Mauz, 2007). Mais ces travaux ne disent que peu de chose du vécu des individus dans ces structures et de la manière dont le développement de l’expertise et la montée de la professionnalisation s’articulent éventuellement avec d’autres discours et pratiques concernant la singularité de l’objet du travail – la nature – et la spécificité de l’engagement des « professionnels de la nature ». Il s’agit donc ici d’apporter un éclairage inédit sur l’état d’un ensemble de nouvelles professions attachées à la protection et/ou la gestion des espaces naturels en témoignant de leur institutionnalisation récente ainsi que des façons pour ceux qui la vivent d’essayer de s’en accommoder.

3Notre propos ici n’est pas de pointer les inachèvements ou les limites du mouvement de mise en profession de la nature par rapport à un modèle de professionnalisation qui suivrait un schéma théorique linéaire sur le modèle d’une histoire naturelle des professions. Il est plutôt de caractériser la manière dont s’esquissent et évoluent la définition et la défense d’une juridiction professionnelle particulière (Abbott, 1988) autour de la nature – à l’instar des analyses conduites dans le cas des « métiers du développement » (Jeannot, 2005) ou des « métiers du conseil » (Divay et Orianne, 2010). Notre thèse sera que la professionnalisation – au sens donc qu’Andrew Abbott (1988) donne à cette notion – des métiers de la nature s’est construite précisément sur une tension entre rationalisation et résistance à la rationalisation, entre alignement sur les standards d’autres professions et maintien d’une spécificité. Elle constitue à ce titre une forme de professionnalisation paradoxale dont l’inachèvement ou les tensions sont constitutifs.

  • 3  Notre réflexion s’appuie en outre sur des travaux antérieurs menés par les auteurs sur la création (...)

4Notre analyse s’appuie sur un travail d’enquête mené dans le cadre d’une commande de la part de l’Aten. Nous avons mené une vingtaine d’entretiens semi-directifs avec des personnes exerçant un travail salarié dans des structures impliquées dans la gestion et la protection d’espaces naturels de manière à diversifier dans la mesure du possible les structures, les types de postes occupés et les domaines d’activité considérés. Soulignons enfin qu’au-delà de cette enquête spécifique, notre réflexion s’appuie sur l’exploitation de documents, de séances d’observation des personnes au travail, et sur des travaux antérieurs ou en cours menés par les auteurs 3. Dans l’exploitation de ce matériau, nous avons cherché à la fois à mettre au jour des tendances générales concernant l’évolution des structures gestionnaires d’espaces naturels et des activités exercées en leur sein depuis une vingtaine d’années, et à rendre compte, à un niveau plus interactionniste, des trajectoires et du vécu des individus qui y sont employés (Baszanger, 1990). Nous éclairons alors la façon dont la tension entre passion et rationalisation, entre spécificité et alignement s’exprime dans le vécu et les pratiques des professionnels de la nature en France. Nous explorons trois niveaux : celui des conditions de l’engagement dans le métier (tendues entre revendication de qualifications et mise en avant d’une passion) ; celui des figures et des identités professionnelles (prises entre figure de l’expert naturaliste et figure du médiateur) ; celui des pratiques de travail (oscillant entre pratiques néo-manageriales et proximité à la nature). À l’instar du travail de Didier Demazière et Delphine Mercier (2003), il s’agit moins ici de développer trois regards possibles sur l’évolution des activités exercées et les rhétoriques professionnelles qui s’en saisissent, que d’analyser trois aspects interconnectés dont l’assemblage permet de saisir la réalité de ces métiers.

5Nous montrerons ainsi dans un premier temps que si les savoirs et compétences nécessaires à l’exercice de ces métiers ont été codifiés et formalisés, la valorisation du métier s’ancre actuellement à la fois dans une revendication d’expertise et dans la mise en avant de la passion et l’engagement – au sens militant du terme. Nous soulignerons ensuite les tensions qui accompagnent la coexistence de deux figures professionnelles : celle, attendue, de l’expert naturaliste, et celle, en plein essor, du médiateur, qui constitue un autre pôle d’identification professionnelle pour les agents, en tension avec le premier. Enfin, nous verrons que le tournant néo-managerial et le mouvement de technicisation qui transforment les pratiques de travail dans ce secteur – comme dans tant d’autres – ne font pas disparaître chez les travailleurs l’attente d’une proximité forte au terrain et aux divers êtres de nature qu’il s’agit de gérer et de protéger.

6L’exploration de ces tensions, qui s’expriment à la fois dans les discours et dans les pratiques des professionnels de la nature, permet d’esquisser les contours d’une forme de professionnalisation singulière et paradoxale, propre aux métiers de la nature.

Les conditions de l’engagement dans le métier : entre formalisation d’une expertise et exaltation d’une passion

7En France, certains métiers de la nature – comme celui de garde-forestier – ont plusieurs siècles d’existence. Cependant, la pratique de ces métiers s’ancre désormais dans un parcours balisé par des concours, des statuts et des formations (initiales et continues) standardisés. Bien que cette codification des savoirs et savoir-faire nécessaires à l’entrée dans les métiers et à leur exercice contribue à une revendication de professionnalisme, la passion et l’engagement (au sens militant du terme) continuent de constituer un registre important dans le discours des professionnels de la nature. Nous commencerons par présenter brièvement la population enquêtée avant de développer ce point.

Présentation de la population enquêtée

8Nous avons choisi de rencontrer en majorité des personnes entrées dans ce secteur d’activités depuis relativement longtemps, de manière à ce qu’elles puissent porter un regard sur l’évolution de leur travail. La majorité des enquêtés travaillent dans des établissements publics, avec un statut de titulaire obtenu parfois après le passage d’un concours au bout de nombreuses années : quatre travaillent dans des parcs nationaux, un à l’Agence des aires marines protégées, deux à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, un à l’Office national des forêts, deux dans des Directions régionales de l’environnement, deux au Conservatoire du littoral ; un enquêté est employé par le service environnement d’une région, un par un parc naturel régional, trois par des structures associatives (conservatoires du patrimoine nature, École et nature). Le niveau de formation est dans l’ensemble très élevé. Trois personnes seulement n’ont pas effectué d’études supérieures : l’une est titulaire d’un brevet d’études professionnelles et occupe un poste de secrétaire ; les deux autres, entrées comme agents techniques dans un établissement public après le baccalauréat, ont passé plusieurs concours internes qui leur ont permis de devenir ingénieurs dans cet établissement. Parmi les autres, deux ont un diplôme de technicien supérieur ; six ont obtenu un Dess, un Dea ou un master ; une personne a une formation d’architecte ; cinq sont ingénieurs des Eaux et Forêts ; un est docteur en écologie. Il convient de préciser que trois enquêtés seulement sont des femmes, ce qui reflète le caractère partiel et récent de la féminisation de ces métiers. Enfin, en termes de mobilité, tous les enquêtés sauf un ont constamment travaillé dans le domaine de la gestion et de la protection de la nature ; plusieurs sont passés d’un établissement à un autre au fil de leur carrière mais quelques-uns ont effectué l’ensemble de leur parcours professionnel au sein de la même structure.

Un mouvement de formalisation des savoirs et des compétences

9S’il existait des écoles préparant dès le xixème siècle au métier de forestier, l’offre de formation aux métiers de la nature a été limitée jusqu’à une période relativement récente. L’apparition de brevets de technicien (comme le BTS gestion et protection de la nature) a progressivement modifié cet état de choses. Diverses structures nationales (Aten, Ifore : Institut de formation de l’environnement) et internationales (Eurosite) proposent également depuis les années 1990 un dispositif de formations continues. La constitution progressive d’un catalogue de formations a contribué à encadrer l’exercice des différents métiers, en précisant le contour des connaissances et des compétences légitimes, même si les agents des espaces naturels considèrent parfois avec distance le contenu de ces formations, considérant qu’« il n’y a pas de recette toute faite ».

  • 4 Voir le site : http://www.espaces-naturels.fr/metiers/travailler_dans_un_espace_naturel/repertoire_ (...)

10L’Aten a par ailleurs créé différents référentiels métiers au début des années 2000 : référentiel d'emplois et de compétences des réserves naturelles (juin 2002) ; description des fonctions des métiers des parcs nationaux (juin 1997), etc. À partir de ces documents a été créé le Répertoire commun des métiers des gestionnaires des espaces naturels en 2007 destiné à représenter, de manière évolutive, l’ensemble des métiers exercés dans les espaces naturels 4. Ce répertoire donne accès à des « fiches métiers » qui regroupent, pour chacun, une définition des conditions d’accès ou d’exercice, des connaissances, des procédures, des activités…

11Parallèlement, les statuts des professionnels de la nature ont été standardisés depuis les années 1980. Des corps d'agent technique et de techniciens des parcs nationaux existent depuis 1986 : les agents des parcs sont désormais recrutés sur concours national de la fonction publique et non plus localement comme au début du fonctionnement de ces structures. Si l’idée de créer des corps de l’environnement plus généraux est relativement ancienne et a suscité divers projets qui n’ont pas abouti (Kessler, 1999), en 2001 sont créés finalement les corps des techniciens de l’environnement et des agents techniques de l’environnement. Outre une déprécarisation des employés (qui étaient souvent contractuels), la formalisation des statuts a également entraîné un brassage des agents entre des établissements différents du fait notamment de l’obligation de mobilité pour obtenir une promotion : alors qu’il n’était pas rare que des agents de terrain effectuent toute leur carrière dans leur commune d’origine, ils passent désormais plus souvent d’un espace naturel et d’une région à l’autre. Ces personnes, ayant une trajectoire professionnelle diversifiée, ont facilité le tissage de liens entre des structures très différentes. L’existence de corps de fonctionnaires uniques a par exemple impliqué une réflexion sur un uniforme et des insignes communs, tandis que l’on assistait également à une mise en réseau des divers établissements, soit de même statut (Réserves naturelles de France en 1994, Parcs Nationaux de France en 2006…), soit sur une base géographique (Réseau alpin des espaces protégés créé en 1995).

12L’ensemble de ces processus ont contribué à créer un capital de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être formalisés, conçus comme nécessaires à l’entrée dans ces métiers puis à leur exercice. On est ainsi passé de l’idée de compétences acquises au fur et à mesure des activités, à celle de qualifications acquises lors de formations pour être appliquées ensuite dans l’exercice professionnel.

Entre qualification et passion : deux registres d’engagement dans les métiers de la nature

13L’existence de tels corpus de qualifications et de savoir-faire spécifiques est clairement mise en avant par certains enquêtés, par opposition à la « simple » expression de convictions idéologiques ou de préférences de mode de vie :

« On est dans un métier dont l'assise technique, la reconnaissance technique est plus forte aujourd'hui, parce que... parce que d'abord le temps a passé et qu'on a fait la preuve que les agents des parcs nationaux n'étaient pas simplement des idéalistes visionnaires, que la protection de la nature n'était pas une sorte d'idéologie, un art de vivre, voire une mystique, que c'est une technique ».

14Plusieurs interlocuteurs ont insisté sur le fait que leur travail ne consiste pas à s’abstenir d’agir (être « payé à regarder pousser les plantes et vivre les animaux ») ni à se soumettre simplement à ce qui arrive en laissant faire la nature, mais à mettre en œuvre un corps de techniques original et éprouvé. La volonté d’affirmation professionnelle transparaît clairement quand les enquêtés expriment la fierté de ne plus improviser et de disposer de procédures, de méthodes, ou d’un « corps de doctrines » stabilisé et éprouvé :

« On fait référence à un corps de doctrines qui tend à se stabiliser et à se professionnaliser : c'est-à-dire qu'il y a encore vingt ans c'était relativement empirique et maintenant ça se professionnalise de façon intéressante, on a les plans de gestion, des méthodes qui deviennent bien connues ».

15Les personnes recrutées par les premiers espaces protégés français ne savaient pas clairement ce qu’elles allaient y faire (Mauz, 2003). Leurs successeurs peuvent se prévaloir d’avoir à leur disposition une somme de connaissances et d’expériences ainsi qu’un corpus de méthodes, de protocoles et d’outils. Ce registre de discours témoigne de l’aspiration à être reconnus comme des professionnels à part entière et efficaces, distincts des militants écologistes (Granjou & Mauz, 2007) : « Autant il y a quelques années c'était un peu les charlots qui venaient faire leur truc, autant maintenant c'est une expertise qui est reconnue et qui est des fois demandée ».

16Un agent de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage raconte avoir tenu à donner à ses futurs employeurs des gages de sérieux et s’être notamment efforcé de se distinguer de la mouvance hippie :

« Je suis allé voir la fédération départementale des chasseurs du département où j'habitais, en leur disant, pas tout du reste, parce qu'il faut se rapporter aux années 75 : on est quand même dans les années baba cool donc j'avais surtout pas envie, dans un milieu qui était très rural, d'arriver en ayant l'air de dire : "voyez, je faisais des études et puis je m'ennuie et j'ai envie de voir comment ça se passe chez vous"…»

17Mais en même temps, la présentation de l’engagement dans les métiers de la nature et de leur exercice continue d’emprunter à un registre qui insiste au contraire sur la conviction et la passion : « On ne fait pas ça par hasard ». Que le travail se déroule au contact direct du terrain, devant un écran d’ordinateur, ou dans des salles de réunion, l’engagement dans les métiers de la nature est choisi sur la base de convictions profondes, dont la frontière avec la passion est souvent floue. Il s’agit bien là d’une posture vocationnelle caractéristique des métiers de la nature dans leur ensemble, qui les rapprochent d’autres types de métiers partageant à un degré plus ou moins important cette posture vocationnelle (métiers de l’art ou de la recherche par exemple). Certains agents utilisent même la métaphore religieuse :

« Dans chargé de mission y a un missionnaire, et cette posture de missionnaire c’est vraiment quelque chose…, au sens fort du missionnaire, presque au sens de la mission évangélique, tu vois ce que je veux dire ? On se bat, on croit à quelque chose, on veut convaincre, on veut convertir, je prends ces termes, l’analogie des termes n’est pas innocente hein. C’est vraiment quelque chose où on est fortement impliqué, personnellement en tout cas ».

18Il s’agit d’un métier associé à la valorisation d’un bien commun (la nature, l’environnement ou la biodiversité) : « On est là pour préserver la nature, pour les générations futures parce que je serais au centre des impôts, je pense que j'aurais peut-être une moins bonne… ! ».

19Les enquêtés sont bien conscients que c’est aussi cet aspect qui entraîne bien souvent une adhésion de principe de la part des non-professionnels, tout autant ou peut-être davantage que la mise en œuvre de savoirs spécifiques : « J'ai pas entendu beaucoup de gens dire : tu fais un métier de merde. C'est pas vraiment vu comme ça ».

20La qualification de « beau métier », de « métier merveilleux » et la chance de travailler dans les métiers de la nature sont citées de façon récurrente, soit au présent, soit pour certains à propos d’un âge d’or passé. Même si la motivation s’émousse parfois avec le temps, l’amour du métier et la foi dans les métiers de la nature constituent donc un socle solide et commun d’engagement fort.

Les figures d’identification professionnelle : entre expert naturaliste et médiateur

21Cependant, le type même de compétence et d’expertise qui fonde l’exercice des métiers de la nature tend aujourd’hui à se décliner dans deux registres distincts, constitutifs de deux figures professionnelles différentes : la première, la plus « attendue » probablement quand il s’agit de métiers de la nature, correspond à la figure de l’expert naturaliste tandis que la seconde, en plein essor dans les espaces naturels, correspond à la figure du médiateur. Si ces deux figures peuvent constituer deux « profils » coexistant plus ou moins facilement dans les établissements, elles représentent en même temps pour les individus deux pôles identitaires contrastés, entre lesquels apparaissent parfois des tensions. Il ne s’agit pas uniquement de constater le développement, bien réel, d’activités prescrites de communication et de médiation ainsi que de postes dédiés à ces activités, mais aussi de souligner que les individus développent de nouvelles postures subjectives – de nouvelles figures identitaires – pour s’accommoder de ces fonctions et de ces activités.

Deux figures professionnelles : l’expert naturaliste et le médiateur

  • 5  Pour la clarté de notre propos, nous nous ciblerons dans cette partie essentiellement sur l’exempl (...)

22La première figure typique récurrente dans les métiers de la nature est celle de l’expert, en l’occurrence de l’expert naturaliste, dont la parole vaut parole d’autorité comme le rappelle Alexis Roy : « la performance attendue de l'expert ne réside pas ici dans sa capacité à démontrer systématiquement le bien-fondé de ses énoncés en se pliant à des procédures de certification instituées dans une communauté élargie. Celui-ci est supposé, il est acquis ». Les experts sont « libérés des précautions rhétoriques de rigueur » (Roy, 2001). Dans les parcs nationaux 5, les gardes-moniteurs issus du concours national sont fréquemment de bons experts naturalistes, cette figure correspondant aussi à la perception dominante qu’ont les acteurs extérieurs :

« On est beaucoup perçus par les acteurs comme des naturalistes purs et durs, quand on vient leur parler de tourisme, de développement, ils nous regardent avec des gros yeux […] Alors que nous, on ne se positionne clairement plus comme ça. On est perçus comme ça par l’intermédiaire de nos secteurs, parce que ce sont des gens qui ont été recrutés sur des profils de naturalistes qui font de la protection de la nature, des protocoles scientifiques, et le cas échéant de la surveillance ».

23Ces propos témoignent d’une ambiguïté dans l’identification professionnelle mise en avant par l’enquêté, entre l’image qu’il a de lui-même et celle que se font les acteurs extérieurs à la profession. Ils mettent également en lumière les caractéristiques principales de cette figure de l’expert naturaliste, que l’on peut résumer ainsi : un travail nécessitant des compétences techniques pointues, centré sur le suivi de la faune et de la flore en proximité avec le terrain, la pédagogie à l’environnement et la surveillance avec éventuellement une mission de police de l’environnement ; une légitimité a priori ancrée dans un savoir scientifique à visée universelle et non discutable ancré dans la « légitimité rationnelle-légale » (Restier-Melleray, 1990). Cette figure répond à un impératif scientifique très présent dans l’histoire de la protection de la nature en France.

24La seconde figure typique récurrente dans les métiers de la nature est celle du médiateur qui se distingue par ses ressources et son aptitude « à intervenir dans différentes arènes dont les règles, les procédures, les savoirs et les représentations peuvent être sensiblement éloignés. Ils forgent aussi leur compétence sociale par leur capacité à se poser en relais entre des groupes, des milieux, des organisations dont les intérêts divergent, mais parallèlement tenus de coopérer, de travailler ensemble […]. Leurs ressources reposent moins sur leur capacité à imposer un point de vue définitif que sur leur aptitude à mobiliser des partenaires, à produire des arguments, à formuler une représentation commune de la situation, à élaborer des compromis et inventer des solutions acceptables par tous » (Nay & Smith, 2002). Le catalogue de formations de l’Aten s’est ainsi progressivement étoffé et diversifié par des stages orientés vers les problématiques et les techniques de management, les enjeux et les logiques d’acteurs, ou encore la communication et l’éducation. Dans les parcs nationaux, c’est le cas par exemple d’un chargé de mission « tourisme » qui va négocier des partenariats avec les communes ou le conseil général sur un réseau de sentiers, et de façon encore plus nette des chargés de mission « charte ». En application de la loi du 14 avril 2006, ces derniers doivent coordonner l’élaboration d’une charte, projet de territoire à construire avec des acteurs locaux aux intérêts souvent divergents. Résumons les principales caractéristiques du médiateur : un travail nécessitant des compétences relationnelles, centré sur l’animation, la négociation et la construction de partenariats ; la recherche d’une légitimité ancrée dans le processus de mise en discussion s’appuyant sur l’idée que « la décision légitime […] est celle qui résulte de la délibération de tous : c’est le processus de formation des volontés qui confère sa légitimité aux résultats, et non les volontés déjà formées » (Manin, 2002). Cette figure répond à l’impératif délibératif de plus en plus prégnant dans toutes les politiques publiques depuis la fin des années 1990 (Blondiaux & Sintomer, 2002).

  • 6  On peut considérer que chacune de ces pratiques, distribuées dans l’espace et dans le temps, donne (...)

25Plus généralement, les fonctions et activités exercées par les professionnels de la nature ont eu tendance à se multiplier et à se diversifier, à mesure que les espaces naturels ne se sont plus occupés seulement des espèces emblématiques (par exemple les grands ongulés en milieu montagnard) mais également des espèces dites ordinaires. Il s’est ainsi produit une extension continue du champ du vivant pris en compte par les institutions de la nature : les êtres considérés sont de plus en plus nombreux, et les manières de prendre en compte chacun d’eux se multiplient également. Si l’on prend l’exemple du bouquetin, qui a beaucoup occupé les agents des parcs nationaux de montagne depuis leur création, on voit clairement que les activités le concernant sont aujourd'hui nombreuses et diversifiées. Les animaux sont observés sur le terrain, mais les protocoles d’observation varient beaucoup selon l’objectif : il s’agit parfois d’un comptage, qui mobilise l’ensemble du personnel et nécessite jumelles et longues-vues, ou d’un suivi sanitaire, qui passe par l’observation des animaux à la longue-vue, par des prélèvements effectués lors des captures ou encore par la recherche de cadavres en vue d’analyses. Il s’agit d’autres fois d’un protocole scientifique, visant à étudier les stratégies de migration des animaux et nécessitant le suivi d’individus équipés de colliers émetteurs. Ou encore d’une sortie pédagogique à destination de touristes ou de scolaires. D’autres pratiques encore se sont développées autour des bouquetins, comme l’organisation d’une discussion avec des éleveurs pour répondre à leurs plaintes concernant la présence des ongulés dans les prés de fauche, au printemps, ou pour les convaincre de disposer les pierres à sel de manière à diminuer les risques de contamination sanitaire avec les troupeaux domestiques. Comme on le verra dans la dernière partie, il faut aussi comptabiliser le temps passé, présenter ce qui a été entrepris, les résultats obtenus et les problèmes rencontrés 6.

26Cependant, au-delà de cette diversification des fonctions et des activités, les figures de l’expert naturaliste et du médiateur semblent constituer aujourd’hui des pôles transversaux structurant les revendications identitaires des professionnels de la nature ; or il s’agit de pôles a priori contradictoires du fait que, comme le montrent leurs caractéristiques respectives, ces figures sont en partie opposées en termes de situation d’action (proximité à la nature versus proximité aux acteurs), de compétences requises (techniques versus relationnelles), et de légitimité (scientifique a priori versus procédurale construite dans la discussion).

Deux pôles identitaires chez les travailleurs de la nature

27Les enquêtés pointent fréquemment la montée des partenariats avec les acteurs locaux et du rôle d’« assembleur » des espaces naturels. Il s’agit moins de faire soi-même que d’inciter et d’aider à faire et de servir de relais et de point de rencontre entre l’ensemble des intervenants sur le territoire, ce qui contraste avec un rôle autrefois dominant de gestion directe :

« On est de moins en moins en action directe en disant : voilà je monte une opération, je définis un budget et je travaille en tant que technicien. On est plus dans la logique : j’identifie mes acteurs avec qui je pourrais travailler, faire des choses en commun et essayer de mutualiser les moyens humains et financiers ».

28Au niveau des établissements, la coexistence de figures d’expert naturaliste et de médiateur peut se traduire concrètement par des tensions entre agents : tel chargé de mission pastoralisme sera par exemple accusé d’être « vendu » à la profession agricole par ses collègues naturalistes, qui se voient eux-mêmes reprocher leur « sectarisme ». Dans le cas des parcs nationaux, ces tensions sont d’autant plus marquées qu’elles se superposent souvent à d’autres clivages : siège/terrain, statut d’ingénieur/statut de technicien ou d’agent technique, ou encore de vision de la protection de la nature entre absence d’intervention et gestion dynamique. La résultante est que les parcs nationaux fonctionnent parfois en interne plus comme des « collections d’individus » que comme des équipes cohésives porteuses d’une action collective d’établissement (caractéristique qui se retrouve dans bien d’autres structures professionnelles). C’est d’ailleurs ce que souligne indirectement le fait que plusieurs d’entre eux (Cévennes, Écrins, Mercantour, Port Cros, Vanoise) aient lancé en interne des démarches de « construction d’une vision partagée d’établissement » dont les objectifs sont, selon les dires de leurs directeurs, « de mettre collectivement des mots sur les choses, et les mêmes mots sur les mêmes choses », « de gagner en cohésion interne et en lisibilité », ou encore « d’établir un cadre de référence pour l’action et les décisions futures qui fasse consensus en interne ».

29Il semble que l’on assiste aujourd’hui à un rééquilibrage entre la légitimité scientifique historique, et la légitimité délibérative qui s’impose aujourd’hui, à tel point que les logiques simples d’opposition ou d’évitement entre les deux figures s’émoussent, en faisant place à la question de leur articulation. Celle-ci peut notamment reposer sur l’idée que l’expertise naturaliste constitue un pré-requis nécessaire pour entrer en discussion et pouvoir jouer pleinement un rôle de médiation :

« Mais ça veut dire, pour être clair, ce métier-là, de généraliste un peu, il ne peut s’envisager qu’à partir du moment où il y a une vraie connaissance, une vraie culture du patrimoine […] il faut se rendre légitime à animer des réseaux. Et on se rendra légitimes que quand on est reconnus sur un métier, sur des compétences [sous-entendues naturalistes] ».

30L’articulation entre les deux figures peut aussi reposer sur l’idée que les positions des experts naturalistes sont utiles dans une dynamique générale de négociation et de médiation :

« Parfois, il faut des discours extrêmes pour nous, nous placer dans une situation d’intermédiaire, et nous jouer les gentils pendant que les collègues jouent les méchants, comme ça on est plus en mesure d’équilibrer les compromis et de faire avancer les enjeux de préservation…».

31Mais, même si certains agents commencent à penser l’articulation des deux figures du métier en termes de ressource pour leur institution, une majorité d’enquêtés continue plutôt à souligner la difficulté à concilier ces deux composantes du travail, ne serait-ce que parce que chacune d’elles exige beaucoup de temps et que les qualités qu’elles réclament ne sont pas les mêmes. Le risque existe selon certains que la montée de la capacité des espaces naturels à constituer et à animer des réseaux ne mine leurs compétences naturalistes « de base », qui pourtant fondent leur légitimité en tant qu’animateur de réseau :

« Les spécialistes sont un peu marginalisés actuellement parce que chez les gestionnaires, on a privilégié beaucoup les qualités de pragmatisme et de gestion de projet, qui sont indispensables, mais il faut aussi des vrais spécialistes ! Il faut des gens qui sachent reconnaître les oiseaux, les plantes, et comprennent les fonctionnements écologiques des milieux ! »

32Le recrutement de personnes spécialisées dans les activités de communication, d’animation et de concertation n’a ainsi pas toujours été facile à admettre pour les « anciens », qui se considèrent comme les « piliers » des espaces naturels et qui estiment leurs compétences et leur expérience insuffisamment prises en compte : « On a des problèmes financiers et quand on trouve de l’argent c’est pour créer un poste à temps plein en communication ! ».

33Cette nouvelle orientation de l’exercice professionnel pose aussi question à de nombreuses personnes qui craignent aujourd'hui de devoir se transformer en « agent de développement ». Ils s’interrogent sur la spécificité de l’action des espaces naturels et sur la nécessité de circonscrire leur domaine d’intervention, afin d’éviter que les métiers des espaces naturels ne deviennent des « métiers flous » (Jeannot, 2005) :

« Comment on garde notre spécificité pour pas se noyer parce qu'à vouloir tout faire on ne fait plus rien ? […] Tout ce qui est économie sociale et solidaire par exemple : certes on met des choses dans la charte mais en même temps on se dit concrètement c'est quoi le métier du parc ? C'est quoi la spécificité, c'est quoi le plus parc là-dedans ? Est-ce que c'est vraiment du ressort d'un parc ? ».

Les pratiques de travail : entre technicisation, pratiques néo-managériales et maintien d’une proximité à la nature

34Nous soulignerons ici d’abord l’essor de la technicisation et de la « managérialisation » (Bezes, 2009) des pratiques de travail, avant de montrer que celle-ci constitue à la fois la source d’une revendication de crédibilité professionnelle et la cible d’un regard critique ancré dans une exigence de maintien d’une proximité au terrain et aux êtres de nature.

Tournant néo-managérial et technicisation

35Que l’on considère aujourd'hui les horaires de travail des personnes, les règles de sécurité qu’elles appliquent ou encore les instruments qu’elles utilisent (ordinateur…), on constate une homogénéité assez grande entre les professionnels de la nature, ainsi qu’entre ces professionnels et ceux d’autres secteurs d’activité.

36Ici comme ailleurs, le tournant néo-managérial s’est notamment traduit par une exigence croissante de rendre des comptes. Initialement très sommaires, voire inexistants, les rapports d’activité se sont progressivement étoffés, jusqu’à devenir des documents très élaborés, détaillés, soignés, de plus en plus largement diffusés et aujourd'hui souvent mis en ligne. S’il est en partie confié à des personnels dans une certaine mesure spécialisés sur les tâches administratives, le travail d’accountability retentit sur l’ensemble des agents. Une comptabilité analytique du temps de travail a ainsi été mise en place dans des espaces protégés, dont les personnels étaient initialement très libres d’organiser leur travail à leur guise. L’apparition dans certains établissements de pointeuses – intégrées à l’ordinateur qu’il faut démarrer pour commencer officiellement la journée – symbolise bien, aux yeux des agents, la transformation de leur travail. L’obligation de programmer les activités s’est elle aussi accrue :

« À partir de la fin des années 80, on a commencé aussi à vouloir prendre la gestion de l'organisation opérationnelle cette fois-ci des personnels, donc leur organisation territoriale, leur résidence administrative, le découpage de leur brigade. On a expliqué que chaque service départemental devait avoir une prévision d'activités, avec un bilan d'activités que l'on puisse contrôler, enfin des choses, le B A BA d'une gestion d'un service de l'État ».

37Les professionnels de la nature ont dû, à des degrés divers, intégrer à leur travail des activités de programmation, de planification, de présentation et de restitution de ce qu’ils font.

38Parallèlement, des règles et des normes sont entrées en vigueur, qui encadrent les pratiques professionnelles et tendent à réduire leurs spécificités. Ces règles ont notamment visé à sécuriser des activités exercées dans des conditions (par exemple, la lutte contre le braconnage) et dans des milieux (haute mer et haute montagne) susceptibles d’être dangereux, de manière à réduire le nombre et la gravité des accidents du travail.

39Enfin, la diffusion de techniques modernes de recueil, de traitement, de visualisation et de transfert des données concourt elle aussi à une standardisation des pratiques et des savoir-faire. Les professionnels de la nature sont de plus en plus familiarisés avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication et l’on retrouve, au sein même des métiers de la nature, le mélange parfois ambigu mis en évidence par Michael Bess (2003), d’une certaine fascination pour la haute technologie et d’un profond attachement à la préservation des milieux. Les outils informatiques occupent dans les espaces naturels une place tout aussi importante que dans le secteur bancaire ou médical. L’ordinateur est ainsi en passe de devenir un instrument de terrain, permettant la numérisation des données naturalistes au moment et sur le lieu même de leur recueil (dans les espaces protégés, le travail de saisie était encore récemment effectué par des secrétaires, dont le travail se recentre sur des tâches administratives). Prochainement, de nouveaux ordinateurs portatifs permettront aux agents de terrain de saisir sur place les constats et observations effectués.

40Les systèmes d’information géographique et les bases de données se sont également banalisés :

« Hors du SIG et des bases de données, point de salut. C'est-à-dire qu'ici, je ne pourrai plus recruter quelqu'un qui ne sait pas maîtriser ni le SIG ni les bases de données simples. Quand je dis maîtriser, ça ne veut pas dire être spécialiste, ça veut dire savoir utiliser au jour le jour les bases de données ».

Entre travail de bureau et maintien de la proximité à la nature

41L’adoption des standards de la nouvelle gestion publique, l’élaboration d’outils spécifiques et la capacité à manier des techniques sophistiquées ont contribué à donner du crédit à la volonté d’affirmation professionnelle des travailleurs de la nature. Tout comme la disponibilité de corps de doctrines et de méthodes formalisés, les instruments techniques contribuent à les démarquer de ceux qui partagent « leur souci de sauver la planète » mais qui ne manient pas ces outils, ou du moins pas au même degré : « J’ai été imprégné de ce souci de sauver la planète quoi… bon alors pas en adhérant à Conservation International mais plutôt en travaillant dans des outils de gestion ».

42Mais en même temps, les travailleurs portent un regard critique sur la « managérialisation » et la technicisation de leurs activités. Ils notent que s’opère là une montée du travail de bureau par rapport au travail de terrain. Le suivi d’animaux marqués par l’observation directe, qui nécessitait une connaissance approfondie des terrains et des animaux, peut ainsi céder progressivement la place à un suivi à distance, par exemple par le biais de colliers émetteurs. Si la prééminence prise par le travail de bureau sur le travail de terrain concerne au premier chef les agents des sièges des espaces naturels, elle n’est pas sans incidence sur la vie quotidienne des agents de terrain qui, contrairement à leurs aînés, manient les ordinateurs de manière routinière.

43En outre, nombre d’agents d’espaces naturels font désormais le choix de ne pas habiter directement sur leur lieu de travail. Si cette possibilité garantit un alignement des modes de vie des travailleurs de la nature avec ceux des travailleurs d’autres secteurs, certains enquêtés ont critiqué cette décontextualisation qu’ils pensent susceptible de causer deux types de problème. Premièrement, ils craignent que des « intermittents de la nature » n’aient qu’une connaissance discontinue, fragmentaire, des milieux et de ce qui s’y passe, ce qui peut selon eux avoir des conséquences négatives sur la gestion. Le bon professionnel des espaces naturels, apte à prendre des décisions pertinentes, devrait y être en permanence immergé et faire partie du territoire sur lequel il intervient. Deuxièmement, ils voient dans cette évolution un risque de dégradation des liens avec les habitants, que l’on ne fréquente plus que dans l’exercice de son métier, l’aspect police et surveillance devenant alors prédominant.

44Malgré des différences d’appréciation, globalement, nombre de professionnels des espaces naturels ne vont pas suffisamment sur le terrain à leur goût, comme le souligne l’un d’eux en parlant des méthodes de cartographie et d’identification des habitats : « C'est la petite fenêtre qui permet de garder un lien avec le vivant directement mais il y en a pas beaucoup malheureusement ».

45Il s’agit même là d’un motif qui peut justifier la réorientation vers d’autres métiers de certains d’entre eux, dont les attentes de proximité à la nature ont été déçues.

46Des enquêtés pointent en outre un risque de désynchronisation avec les rythmes de la nature, leurs métiers connaissant la même accélération que l’ensemble de la société (Rosa, 2010 [2005]). Par exemple, la mobilité croissante des agents, qui ne restent plus que quelques années au même endroit, pourrait conduire à sous-estimer l’importance pour les écosystèmes d’événements (notamment climatiques) peu fréquents.

Conclusion

47Les métiers de la nature constituent-ils, pour ceux qui les exercent, des métiers à part, atypiques, ou sont-ils progressivement devenus des métiers comme les autres ?

48Parmi les enquêtés, ceux qui arrivent au terme de leur trajectoire professionnelle se rappellent n’avoir guère été pris au sérieux au début de leur carrière : travailler en faveur d’espaces naturels n’apparaissait pas très crédible. S’engager dans l’environnement pouvait sembler un choix farfelu, une lubie ou une mode. Par rapport à ces difficultés initiales, à la faiblesse des moyens et de l’écho rencontré, notre travail montre d’abord une nette évolution dans le sens d’un gain de crédibilité lié à une professionnalisation des métiers de la nature. Les travailleurs de la nature ont aspiré à être reconnus comme des professionnels à part entière et ils y sont dans une large mesure parvenus, en se distinguant à la fois de leurs aînés et des « amoureux de la nature ». Une communauté professionnelle est aujourd'hui en voie de constitution, liée à la standardisation des formations, des qualifications et des statuts, à l’acquisition d’une technicité, à l’essor de la programmation et du compte rendu des activités, ainsi qu’à l’adoption croissante d’un rôle de médiateur contribuant à l’insertion dans les jeux d’acteurs locaux. Les discours recueillis lors de l’enquête reflètent l’ensemble de ces évolutions, qui tendent à en faire de « vrais métiers » et non plus des activités ancrées dans l’idéologie ou le militantisme. C’est bien ici par la voie de la rationalisation, de la technicisation et de l’adoption des normes du nouveau management public que les métiers de la nature se sont professionnalisés et rapprochés d’autres secteurs professionnels plus « classiques ». Pourtant, que ce soit dans les raisons de s’y engager, dans les identités qu’ils peuvent y épouser ou dans les manières de les pratiquer au quotidien, les professionnels de la nature continuent à essayer de tenir ensemble ferveur et légitimité. Cette enquête souligne bien l’existence d’une tension forte chez les individus entre un registre de valorisation professionnelle insistant sur la rationalisation et la « rentrée dans le rang » des métiers de la nature, et des revendications de singularité : partage d’une conviction et d’une passion, critiques d’une posture de médiateur généraliste, nécessité du maintien d’une proximité au terrain…

49Certes, cette tension est loin de s’exprimer de manière similaire chez tous les travailleurs de la nature et des différences fortes existent, que l’on peut relier aux générations concernées, aux types de postes occupés ainsi qu’aux établissements employeurs. En effet, même si l’on constate un rapprochement entre les divers espaces naturels, la segmentation à l’intérieur de ces institutions reste aujourd'hui importante : de profondes différences de statut et de salaires divisent les travailleurs de la nature, au sein d’institutions souvent assez hiérarchisées ; les différences d’intérêts et d’identités sont fortes entre agents de terrain et agents des sièges, entre ceux qui se présentent d’abord comme des naturalistes et les autres, ou encore entre les générations. L’ensemble formé par les travailleurs de la nature est traversé par de multiples segmentations.

50Au final, la professionnalisation des métiers de la nature, si elle est bien réelle, n’apparaît pas comme une professionnalisation « ordinaire ». C’est bien une figure de professionnalisation singulière et paradoxale qui se dessine au terme de ce travail. La constitution et l’alignement du secteur des métiers de nature ne semblent pouvoir exister qu’à la condition précisément de conserver une certaine distance vis-à-vis d’un modèle de standardisation des savoirs et compétences, de nouvelle gestion publique, de technicisation et d’ouverture à la médiation qui caractérise d’autres secteurs. Ces tensions et paradoxes, bien loin de constituer des limites à dépasser ou à lisser, apparaissent constitutifs d’un modèle de professionnalisation propre à la nature. On peut même penser qu’il s’agit de tensions et de paradoxes nécessaires à l’efficacité d’un mode de gestion de la nature désormais caractérisé par la montée d’une exigence de pilotage dynamique (Blandin, 2009), et non plus par un modèle de protection par la sanctuarisation : comment dès lors garantir une prise et une action sur une diversité biologique en perpétuel mouvement sans pratiques de travail ancrées dans une diversité humaine et sociale d’engagements, de figures et de pratiques ?

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Abbott A. (1988), The System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labor. Chicago and London, The University of Chicago Press.

Alphandery P., Bitoun P. et al.(1991), L'Équivoque écologique, Paris, Éditions La Découverte.

Baszanger I., (1990), « Émergence d'un groupe professionnel et travail de légitimation », Revue Française de Sociologie,XXXI, pp. 257-282.

Bess M. (2003), The light-green society. Ecology and technological modernity in France, 1960-2000,Chicago, University of Chicago Press.

Bezes P. (2009), Réinventer l'État : les réformes de l'administration française (1962-2008), Paris, Presses Universitaires de France.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Blandin P. (2009), De la Protection de la nature au pilotage de la biodiversité, Paris, Éditions Quae.
DOI : 10.3917/quae.bland.2009.01

Blondiaux L. & Y. Sintomer (2002), « L'impératif délibératif », Politix, 15, pp. 17-35.

Cosson A. (2008), Le Parc naturel régional du Vercors : Entre cooptation et médiation, la construction d’une politique publique territoriale par l’autonomie, Mémoire présenté pour le master recherche « Sociologie de l’action », Institut d’études politiques de Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Demazière D. & D. Mercier (2003), « La tournée des facteurs. Normes gestionnaires, régulation collective et stratégies d'activités », Sociologie du Travail 45, pp. 237-258.
DOI : 10.1016/S0038-0296(03)00016-5

Divay S. & J.-F. Orianne (2010), « L’essor des métiers du conseil : dynamiques et tensions », SociologieS [en ligne], Dossier L’essor des métiers du conseil : dynamiques et tensions, URL : http://sociologies.revues.org/index3043.html.

Drouin J.-M. (1991), Réinventer la nature. L'écologie et son histoire, Paris, Éditions Desclée de Brouwer.

Duhamel G. (1932), Querelles de famille, Paris, Éditions Mercure de France.

Ellul J. (1997), Le Système technicien, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Granjou C. & I. Mauz (2007), « Un impératif scientifique pour l’action publique ? Analyse d’une compétition pour l’expertise environnementale », Socio-logos n°2 (revue de l’Association Française de Sociologie en ligne). Article consultable : http://socio-logos.revues.org/document893.html.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Jeannot G. (2005), « Les métiers flous du développement rural », Sociologie du travail, 47, pp. 1-19.
DOI : 10.1016/j.soctra.2004.12.017

Kessler M.-C. (1999), « Pourquoi n'y a-t-il pas de corps de l'environnement ? », dans Lascoumes P. (dir.), Instituer l'environnement. Vingt-cinq ans d'administration de l'environnement, Paris, Éditions L'Harmattan, pp. 1-84.

Lascoumes P. (1994), L'éco-pouvoir. Environnements et politiques, Paris, Éditions La Découverte.

Manin B. (2002), « L’idée de démocratie délibérative dans la science politique contemporaine. Introduction, généalogie et éléments critiques », Politix, 15, 57, pp. 37-56.

Mauz I. (2003), « Histoire et mémoires du parc national de la Vanoise. 1921-1971 : La construction », Grenoble, Revue de géographie alpine, s.n.

Mauz I. (2005a), « Histoire et mémoires du parc national de la Vanoise. Trois générations racontent »,Grenoble, Revue de géographie alpine, s.n.

Mauz I. (2005b), Histoires et mémoires des réserves naturelles de Haute-Savoie. Des origines à la mise en place, Grenoble, rapport Asters.

Micheels M.-C. & I. Mauz (2006), Histoires et mémoires du parc national de la Vanoise. Celles et ceux qui ont fait le parc,Grenoble, Revue de géographie alpine, s.n.

Micoud A. (2002), Des Collections et des collectifs : les savoirs en jeu dans la gestion des sites Natura 2000, communication au séminaire DADP, Montpellier, 17-18 décembre.

Micoud A. (1993), « Vers un nouvel animal sauvage : le sauvage "naturalisé vivant" ? », Natures Sciences Sociétés, 1, 3, pp. 202-210.

Mol A. (2002), The body multiple: ontology in medical practice,Durham, London, Duke University Press.

Nay O. & A. Smith (dir.) (2002), Le Gouvernement du compromis. Courtiers et généralistes dans l’action politique, Paris, Éditions Économica.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ollitrault S. (2001), « Les écologistes français, des experts en action », Revue française de science politique, 51, pp. 105-130.
DOI : 10.3917/rfsp.511.0105

Osty F. (2003), Le Désir de métier. Engagement, identité et reconnaissance au travail, Renes, Presses universitaires de Rennes.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Piotet F. (dir.) (2002), La Révolution des métiers, Paris, Presses universitaires de France.
DOI : 10.3917/puf.piote.2002.01

Restier-Melleray C. (1990), « Experts et expertise : le cas de la France », Revue française de science politique, 40, 4, pp. 540-585.

Rosa H. (2010 [2005]), Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, Éditions La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Roy A. (2001), Les Experts face au risque. Le cas des plantes transgéniques. Paris, Presses universitaires de France.
DOI : 10.3917/puf.roya.2001.01

Haut de page

Notes

1  En témoigne le nombre de candidats qui se présentent au concours d’agents techniques et de techniciens de l’environnement, très supérieur au nombre de places disponibles.

2  Depuis sa création en 1989, cet organisme public est dédié à l’appui et à la formation des membres des espaces protégés ; il a joué un rôle essentiel d’« entrepreneur de profession », qui a contribué à faire exister le secteur des métiers de la nature.

3  Notre réflexion s’appuie en outre sur des travaux antérieurs menés par les auteurs sur la création du parc national de la Vanoise (Mauz, 2003, 2005a ; Micheels & Mauz, 2006) et des réserves naturelles de Haute-Savoie (Mauz, 2005b), sur les évolutions des institutions consacrées à l’environnement (Granjou & Mauz, 2007), sur l’institutionnalisation du parc naturel régional du Vercors (Cosson, 2008), ainsi que sur le travail de thèse en cours d’Arnaud Cosson sur la réforme des parcs nationaux français liée à la mise en œuvre de la loi du 14 avril 2006.

4 Voir le site : http://www.espaces-naturels.fr/metiers/travailler_dans_un_espace_naturel/repertoire_des_metiers.

5  Pour la clarté de notre propos, nous nous ciblerons dans cette partie essentiellement sur l’exemple des parcs nationaux, particulièrement illustratif de caractéristiques que l’on retrouve communément dans les autres organisations gestionnaires de la nature concernant ces deux figures professionnelles.

6  On peut considérer que chacune de ces pratiques, distribuées dans l’espace et dans le temps, donne naissance à un être différent, comme l’a bien montré Arthur P.J. Mol (2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Granjou, Isabelle Mauz et Arnaud Cosson, « Les travailleurs de la nature : une professionnalisation en tension », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 27 décembre 2010, consulté le 07 décembre 2016. URL : http://sociologies.revues.org/3296

Haut de page

Auteurs

Céline Granjou

CEMAGREF, Grenoble, France - Celine.granjou@cemagref.fr

Isabelle Mauz

Cemagref, Grenoble, France - Isabelle.mauz@cemagref.fr

Arnaud Cosson

Cemagref, Grenoble, France - Arnaud.cosson@cemagref.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page