Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

Le fou social et le fou mental : amalgames théoriques, synthèses empiriques et rencontres institutionnelles

Marcelo Otero

Résumés

Cet article se propose a) de mieux comprendre de manière générale l’économie historiquement changeante entre les univers indissociables de la « folie mentale » et de la « folie sociale » qui se traduit à chaque époque par la définition d’un certain nombre de figures concrètes de la « folie », en mettant l’accent sur quelques jalons historiques et quelques retournements institutionnels majeurs, notamment au Québec et b) d’examiner l’exemple concret d’un dispositif contemporain dit de « psychiatrie-justice » mis en œuvre au Québec pour repérer et gérer les figures contemporaines de ce que nous appellerons la « folie civile », notamment à partir de l’analyse des données d’une des recherches empiriques récentes menées par l’auteur.

Haut de page

Texte intégral

Depuis que je n’entends plus mes voix, je suis un peu perdu.
John Katzenbach, Une Histoire de fous, Paris, Presses de la Cité, 2005.

1S’il est de moins en moins fréquent de faire appel au terme « fou » pour désigner certains individus à la fois psychologiquement perturbés et socialement problématiques, la nature et le fonctionnement de certains dispositifs d’interpellation, de traitement et de prise en charge à leur égard dans les sociétés contemporaines nous rappellent que le champ de significations, de représentations, de gestes, de pratiques et d’attitudes que recouvre l’univers classique de la « folie » continue d’être investi et réactualisé. Malgré certains changements terminologiques et institutionnels majeurs intervenus au cours des dernières décennies dans la foulée de ce qu’on a appelé la désinstitutionalisation psychiatrique, les « fous » n’ont pas disparu ainsi que certaines attitudes discriminatoires et stigmatisantes envers les figures contemporaines de la « folie » (Dorvil, 2010).

2Ces individus, dont la vulnérabilité sociale, le dérangement de l’ordre public ou encore la dangerosité potentielle ou réelle sont associés explicitement au domaine large et imprécis du « mental pathologique », ne constituent pas un groupe, mais ont été, et le sont encore, regroupés matériellement ou interpellés symboliquement de manière collective par des interventions réfléchies (diagnostics, contention, médication, thérapies, interventions sociales aidantes, législation ad hoc, etc.) et des gestes spontanés déployés à leur égard (discriminations, stigmatisations, préjugés, etc.).

  • 1  Par exemple, la définition du DSM-IV-TR (2000) énonce que « chaque trouble mental est conçu comme (...)

3Mais qu’est-ce qu’un « fou » aujourd’hui ? Cette question s’avère d’autant plus délicate si l’on tient compte de trois observations suivantes : 1) Les auteurs du Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM IV-TR, 2000), principales autorités en matière de définition de troubles mentaux contemporains, affirment aujourd’hui qu’« aucune définition ne spécifie de façon adéquate les limites précises du concept de trouble mental » (p. 35), ce qui écarte d’emblée toute définition consensuelle du « mental pathologique » même dans le champ de la psychiatrie ; 2) Les définitions disponibles du trouble mental constituent bel et bien l’hybridation nosographique d’une symptomatologie dite « cohérente » (syndrome) et d’un dysfonctionnement social éprouvé comme « problématique » 1. On ne voit alors pas très bien comment démêler l’alliance volatile entre « mental pathologique » et « social problématique », deux dimensions ontologiquement distinctes et changeantes que l’univers folklorique du « fou » a synthétisées et incarnées tout au long de l’histoire; 3) Les « fous » n’existent « qu’en société » (Foucault, 2001) et celle-ci « réagit » tantôt de manière viscérale, tantôt de manière réfléchie en les désignant, les interpellant, les traitant, les aidant, les gérant, sans se laisser distraire par des problèmes de définition, on peut alors en toute logique s’attendre à retrouver empiriquement, à côté des « vrais fous » qui ont perdu la raison, sont en proie à des délires structurés, entendent des voix que personne n’entend et voient ce qui n’existe pas, les figures les plus hétéroclites de la déviance morale, de la marginalité sociale et de la souffrance psychique regroupées par des logiques économiques, sécuritaires, médicales, culturelles et sociales également hétéroclites.

4Les univers de la « folie sociale » (de la vulnérabilité sociale extrême proche de la désocialisation au comportement déviant proche de la criminalisation, en passant par les comportements ambigus, inquiétants, déplacés, proches de l’immoralité, etc.) et de la « folie mentale » (de la pathologie mentale formellement répertoriée en psychiatrie aux états psychologiques flous momentanément ou durablement perturbés, incohérents, souffrants, etc.) semblent ainsi indissociables historiquement, théoriquement, institutionnellement et empiriquement et ce, au-delà des efforts épistémologiques disciplinaires pour distinguer le « mental pathologique » du « social problématique », pour évaluer le poids relatif de l’un et de l’autre dans les incarnations concrètes des figures de la « folie » à travers l’histoire et, enfin, pour comprendre les dynamiques relationnelles (déterminations, surdéterminations, entrecroisements, superpositions, emboitements, interactions, etc.) entre « mental » et « social » qu’on soupçonne à l’origine des formes de vie psychologiquement et socialement vulnérables, souffrantes, non conformes et problématiques.

5Cet article se propose a) de mieux comprendre de manière générale l’économie historiquement changeante entre les univers indissociables de la « folie mentale » et de la « folie sociale » qui se traduit à chaque époque par la définition d’un certain nombre de figures concrètes de la « folie », en mettant l’accent sur quelques jalons historiques et quelques retournements institutionnels majeurs, notamment au Québec et b) d’examiner l’exemple concret d’un dispositif contemporain dit de « psychiatrie-justice » mis en œuvre au Québec pour repérer et gérer les figures contemporaines de ce que nous appellerons la « folie civile », notamment à partir de l’analyse des données d’une de nos recherches empiriques récentes.

De l’asile à la communauté : l’impossible codage des étrangers sociaux

6Michel Foucault a rendu célèbre le « Grand renfermement » brutal des pauvres, délinquants et fous dans l’Hôpital général (1656) dans le contexte inquiétant de l’accumulation primitive capitaliste (Foucault, 1972). À ce geste étatique, massif et frustre qui mettait côte à côte « folie mentale » et « folie sociale », a succédé un autre non moins célèbre : le sous-enfermement thérapeutique des aliénés désormais séparés des autres pensionnaires de circonstance. Ce nouveau geste étatique, institutionnel et scientifique mené à bien par les pionniers de la psychiatrie occidentale à la fin du xviiième siècle en était un de « libération ». Les aliénistes réformateurs enfermaient pour traiter scientifiquement des « comportements spécifiques» qui « posent problème » à certains individus et à la société et non seulement pour gérer des groupes « non spécifiques » de personnes qui « posent problème » avant tout à la société.

7Toutefois, un demi-siècle plus tard, le déclin de l’optimisme thérapeutique (traitement moral) et de l’assurance scientifique des premiers réformateurs pour séparer le fou social du fou mental, céda de nouveau la place à l’enfermement tout court de populations « non spécifiques » dérangeantes, vulnérables et, occasionnellement, dangereuses. Sous l’influence des paradigmes organicistes – entre autres, des théories de la dégénérescence (Morel, 1857) et du darwinisme social (Spencer, 1874-1875) – on enferme à nouveau tant la fatalité biologique et héréditaire que la fatalité sociale et acquise, que l’on peine de nouveau à distinguer. En fonction de cette redéfinition quasi-désespérée de la folie qui, une fois de plus, se mêle aux ratés tous azimuts de la socialisation courante jusqu’à s’y méprendre, on « traite » l’intraitable par des moyens grossièrement expérimentaux tels que les thérapies de choc ou les psychochirurgies, et on oublie le « fou social » dans l’hôpital psychiatrique, redevenu de nouveau asile.

8À la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les expériences de « désenfermement » des pensionnaires des asiles commencent progressivement à prendre forme. Ce processus, dont les antipsychiatres, les mouvements de patients et les psychiatres réformateurs ont été parmi les principaux promoteurs, deviendra graduellement une politique d’État à partir des années 1960 un peu partout en Occident (sectorialisation, désinstitutionnalisation et communautarisation), un peu comme l’enfermement l’avait été auparavant. Robert Castel (1973) parlera ironiquement de « grand désenfermement » pour signaler ce nouveau retournement institutionnel généralisé. On assiste à une nouvelle forme d’optimisme, cette fois par rapport à la capacité d’accueil et de tolérance de la « communauté » vis-à-vis des pensionnaires désinstitutionnalisés, redevenus de vrais citoyens à la recherche légitime de leur place dans la société.

9Toutefois, au cours de la deuxième moitié des années 1970, une nouvelle frustration s’annonce : l’abolition des systèmes de prise en charge, aussi dégradants soient-ils, et le rétablissement du « contact » entre les populations enfermées et la « communauté » ne donnent pas les résultats escomptés. L’institutionnalisation de la folie ajoute certes une aliénation supplémentaire à l’aliénation mentale et à l’abandon social – Erving Goffman l’a bien montré – mais autant elle ne semble pas en être la « cause », autant la « communauté » ne semble pas quant à elle en être est la solution.

10Au Québec, le mouvement de désinstitutionnalisation qui s’est enclenché au tournant des années 1960 a abouti à la même déception en dépit de nombreuses réformes, réaménagements et rectifications qui ont été entreprises. Au départ, ce mouvement véhiculait une définition précise de la maladie mentale, incarnée dans la célèbre formule du rapport gouvernemental qui a donné le coup d’envoi officiel à la désinstitutionnalisation, à savoir : « la maladie mentale est une maladie comme les autres » (Bédard et al., 1962). Comme pour les autres maladies, le traitement de la maladie mentale devait être offert dans le « milieu » plutôt que dans un contexte institutionnel coercitif et stigmatisant devenu à la fois socialement intolérable et médicalement injustifiable. Mais, la maladie mentale n’était pas dans les faits une maladie « tout à fait » comme les autres, car le « milieu » qui lui était réservé était « sectorisé ». Lorsqu’on justifie la « sectorisation » des services psychiatriques, on sous-entend que chaque individu est inscrit dans l’espace, lié significativement à un territoire déterminé et plus ou moins intégré à une communauté spécifique, et que tout cela, déjà fort hypothétique, est à la fois souhaité et souhaitable autant pour la communauté que pour l’individu. Toutefois, seuls les soins psychiatriques sont concernés par la sectorisation, les malades somatiques peuvent se promener librement d’un secteur à l’autre, d’une communauté à l’autre, d’un milieu à l’autre pour se faire soigner. De ce fait, même pour les personnes souffrant de problèmes de santé mentale appartenant « durablement » à un secteur déterminé, la dispensation des soins psychiatriques en fonction d’un critère géographique s’avérait d’emblée difficile à justifier aux plans citoyen, éthique et légal. La figure emblématique du « code postal », véritable mot de passe donnant accès aux soins psychiatriques, deviendra très vite l’un des marqueurs de ceux et celles qui, autrefois, auraient eu un contact « durable » non pas avec la « communauté » mais avec le dispositif asilaire.

Du code postal au code social : les mille visages du « fou » dans la cité

11La sectorisation connait très tôt des difficultés importantes non seulement dans sa justification philosophique mais surtout dans sa mise en application concrète. Loin de constituer de simples désajustements techniques de l’implantation d’un nouveau système de dispensation de soins psychiatriques, ces difficultés mettent en lumière des transformations sociétales de fond qui s’accentueront au cours des décennies suivantes (individualisme croissant, mobilité des populations, redéfinition des configurations familiales, vie en solo, émergence de nouvelles catégories de personnes vulnérables, fragilisation des systèmes de protection sociale, précarisation des conditions d’emploi, etc.). L’une des manifestations concrètes de la dynamique de ces transformations, conjuguée au désenfermement des populations autrefois tenues à l’abri du regard du public, est l’« apparition » des populations urbaines marginales et marginalisées qui interpellent l’image harmonieuse, tolérante et accueillante que la « communauté » pouvait se faire d’elle-même. Ces catégories de personnes identifiées explicitement dans les années 1980, un peu à la manière d’une liste d’épicerie de l’École de Chicago, comme « malades mentaux », « itinérants », « ex-détenus », « toxicomanes », « déficients intellectuels » et « mésadaptés socio-affectifs » (Amyot et al., 1985) n’ont pas d’adresse fixe sur des périodes suffisamment longues pour être aisément admissibles auprès des dispensateurs de services psychiatriques administrativement désignés lorsqu’elles en ont besoin. Ce problème, parmi d’autres aussi complexes (fermeture de départements de psychiatrie, évolution des besoins de la population, modification des ressources disponibles, etc.), entraîna plusieurs révisions de la politique de sectorisation de soins psychiatriques notamment en 1991, 1996, 2003 (Otero et al. 2005), sans pour autant résoudre les difficultés qui excèdent largement la question de l’accès aux soins psychiatriques.

12Les centres urbains sont les espaces où les « nouvelles » populations vulnérables, mouvantes et visibles, qu’on associe de plus en plus à l’univers de la santé mentale perturbée, à la toxicomanie, à la marginalité et à la pauvreté extrême, circulent et évoluent avec plus de fréquence qu’ailleurs, mais elles viennent de partout (Roy & Hurtubise, 2007). Elles y trouvent non seulement des ressources d’hébergement, d’intervention et de soutien, mais également une moindre intolérance envers leur présence, considérée souvent non souhaitable, dérangeante et parfois menaçante par le voisinage, les commerçants et les passants. Le cœur du problème, les nombreux besoins de certaines populations irréductibles aux besoins de soins psychiatriques, ne peut être réglé par les réorganisations administratives successives aussi ingénieuses soit-elles. La raison en est simple : le « fou » dans la cité n’est pas nécessairement fou, ni principalement fou et, encore moins, seulement fou (Poirier, 2007) ; il a mille visages et mille problèmes qu’on ne peut régler avec le seul geste psychiatrique, même si l’accès est rendu plus aisé. Il existe en plus mille raisons pour qu’on ne veuille pas de lui, car même s’il n’est pas nécessairement fou, ne serait-ce que par ses seules conditions d’existence fort précaires, il n’est pas assurément « comme les autres ».

Du code social au code juridique : la loi et l’ordre

13Le concept généreux de maladie mentale défendu stratégiquement par les psychiatres réformistes des années 1960 éclate simultanément des deux côtés : la maladie mentale récupère progressivement sa qualité de maladie « non pas comme les autres » et les problèmes concrets des personnes souffrant de problèmes de santé mentale s’avèrent « non pas seulement psychiatriques ». Une spécificité refait surface car le « mental perturbé » se distingue à nouveau du « somatique perturbé ». Un brouillage s’installe durablement car les problèmes psychiatriques s’embrouillent dans la complexité et la gravité des problèmes sociaux. D’une part, on constate l’impossibilité de « médicaliser » les problèmes de santé mentale soit pour de bonnes raisons (en finir avec la stigmatisation de certaines maladies par rapport à d’autres), soit pour de mauvaises raisons (réduire la complexité des problèmes dits de santé mentale au fonctionnement d’un organe : le cerveau). D’autre part, on constate l’impossibilité d’escamoter la référence à un autre univers que celui du médical (défavorisation sociale, vulnérabilité sociale, comportements problématiques, isolement social, manque de ressources, etc.) lorsqu’il s’agit d’évoquer le terme « problème » dans l’expression « problème de santé mentale ».

  • 2  La mise en œuvre de cette politique a produit plusieurs lacunes, résistances, difficultés. Les pri (...)
  • 3  Pour une vision nuancée et riche de la situation concrète de ces personnes et de leurs problèmes d (...)

14Au-delà des plans symbolique, scientifique et conceptuel, la définition de la maladie mentale comme une « maladie comme les autres » impliquait des transformations majeures non seulement dans l’organisation et la dispensation des services psychiatriques 2, mais également dans la législation concernant les « malades mentaux » évoluant désormais « à ciel ouvert » dans la cité sans aucune autre contention que l’hypothétique « consistance » communautaire. Ainsi, le Québec adopta en 1972 la Loi sur la protection du malade mental qui remplace l’ancienne législation de la période asilaire qui avait donné lieu à toutes sortes d’abus. Si la nouvelle législation visait sans conteste la « protection du malade mental », les populations désinstitutionnalisées étaient fort hétéroclites et aux prises avec des problèmes variés. Pauvres, démunis, abandonnés, handicapés, filles-mères, épileptiques, orphelins et vieillards, faisant partie des pensionnaires des anciennes institutions asilaires, n’étaient que partiellement concernés par une loi qui protégeait spécifiquement les « malades mentaux » 3. D’autres dispositifs, essentiellement la police, les tribunaux et les prisons, ont pris la relève par défaut dans la gestion et la prise en charge de ces populations hétéroclites dont le dénominateur commun est moins la santé mentale perturbée que la défavorisation sociale, l’isolement social, le fait qu’elles ne sont nulle part bienvenues et n’ont nulle part où aller. Peut-on encore affirmer qu’il s’agit  de « populations », comme une certaine sociologie et certains dispositifs administratifs nous ont habitués à les conceptualiser ? Ou bien d’individus à part entière évoluant dans une société d’individualisme de masse qui n’a pas place pour eux ?

  • 4  Les indicateurs de la pratique de judiciarisation de la maladie mentale évoqués dans la littératur (...)

15En Amérique du Nord, plusieurs études constatent l’importance croissante du rôle joué par les services de police dans la gestion de situations problématiques impliquant des personnes dont on soupçonne un problème de santé mentale 4. Dès 1975, c'est-à-dire à peine une quinzaine d’années suivant la désinstitutionnalisation, la Commission de réforme du droit du Canada dénonce explicitement les abus, les iniquités et les discriminations dont les personnes souffrant de problèmes de santé mentale sont victimes et prône alors une politique dite de « déjudiciarisation de la maladie mentale ». Au Québec, au tournant des années 1980, les ministères de la Santé et des Services sociaux, de la Justice et de la Sécurité publique mettent sur pied une Table de concertation « psychiatrie-justice », terme qui désigne deux dimensions du problème, certes importantes, mais qui escamote la dimension sociale large et peu spécifique des situations problématiques judiciarisées.

16Le contexte de la déjudiciarisation amorcée dans les années 1990 et celui de la désinstitutionalisation amorcée dans les années 1960 sont à la fois différents et semblables. Si la loi sur la « protection du malade mental » (1972) traduisait les préoccupations politiques et sociales de l’internement abusif du dispositif asilaire clos sur lui-même, la législation de déjudiciarisation qui lui succéda (1998) traduisait en revanche les préoccupations politiques et sociales de la judiciarisation abusive du dispositif sécuritaire ouvert sur la « communauté ». Mais, tant le dispositif asilaire que le dispositif judiciaire géraient les mêmes lignes de faille sociétales incarnées par l’existence tenace d’individus sans feu ni lieu qui dérangent, sont vulnérables, semblent menaçants, parfois dangereux, et ce peu importe les causes (santé mentale, pauvreté, isolément, marginalité, etc.) sur lesquelles on ne s’entend pas. Les tentatives administratives de résolution des ratés de la désinstitutionnalisation et de la communautarisation psychiatriques, ainsi que plus tard de la déjudiciarisation, ont escamoté un fait majeur : les ratés de la socialisation courante ont eux aussi été désinstitutionnalisés.

Du code juridique au code mental : la gestion de la conflictualité psychosociale

17L’une des réponses données à la judiciarisation des problèmes de santé mentale et des problèmes sociaux dont la distinction est laborieuse sera curieusement juridique : le renouvellement de la législation sur l’internement civil. Les études concernant les pratiques d’internement civil involontaire dans l’« après désinstitutionnalisation » soulignent l’ambiguïté des interventions concrètes dans lesquelles interagissent différents acteurs qui portent des regards divers (policiers, ambulanciers, médecins, psychiatres, psychologues, travailleurs sociaux, familles, voisins, organismes de défense, juges, etc.) (Cardinal, 2001 ; Teplin, 2001). Si l’on parvient à s’entendre sur le fait minimal qu’il y a un « problème », la réponse varie quant à elle énormément en fonction de variables fort disparates, contingentes et contextuelles, telles que les cadres interprétatifs de la situation (sens commun des proches, expérience de terrain des intervenants, savoirs scientifiques, législation, etc.), le contexte où l’incident survient (rue, institution, ressource, domicile privé, etc.), la logique concrète des négociations qui s’engagent lors de l’intervention (police, familles, médecins, etc.) et, enfin, le type de ressources disponibles à ce moment précis pour la prise en charge de la personne.

  • 5  La loi P-38 permet de suspendre exceptionnellement les droits fondamentaux d’une personne en raiso (...)

18On ne s’étonnera pas de constater que l’élément le plus controversé de ces pratiques concerne le passage du constat d’un « problème » à la définition du « type de problème » : s’agit-il d’un problème mental ? social ? criminel ? Au Québec, la Loi sur la protection des personnes dont l’état mental présente un danger pour elles-mêmes ou pour autrui (Loi P-38), adoptée en 1998, se présente comme une réponse à un double besoin : rendre disponible un outil légal d’intervention vis-à-vis des situations problématiques dont le statut est incertain et contrer la judiciarisation des personnes souffrant de problèmes de santé mentale. Au plan de la terminologie, la nouvelle législation remplace le terme « maladie mentale » par celui d’« état mental ». L’association courante et non fondée entre maladie mentale et dangerosité (ou violence) est judicieusement évacuée du texte de la loi. Toutefois, cette dissociation nécessaire s’accompagne d’un élargissement simultané du registre d’application de la loi qui est, somme toute, une loi d’exception 5. La législation concerne désormais toute personne dont l’« état mental » peut être perturbé au point de constituer un danger pour elle-même ou pour autrui sans qu’il soit nécessaire de constater la présence d’une maladie mentale pour autant.

  • 6  Les droits évoqués dans le texte de la loi ne sont que partiellement respectés par les différentes (...)

19De manière complémentaire, la nouvelle loi abandonne la vielle notion de cure fermée au profit de celle de garde en établissement, choix qui tient compte de la dimension éthique du consentement de la personne interpellée à se soumettre à une thérapeutique psychiatrique. Aux droits de communiquer avec un avocat ou un organisme de défense des droits des usagers, s’ajoute ainsi le droit de refus de la médication des personnes pouvant être touchées par la législation concernant l’internement civil 6. Les législations de 1972 (désinstitutionnalisation) et de 1998 (déjudiciarisation) témoignent respectivement de deux représentations différentes du « mental problématique » vis-à-vis duquel il faut intervenir et de ce qui peut être fait à leur égard : avant, il s’agissait d’une maladie mentale réellement ou potentiellement dangereuse à traiter et idéalement à guérir, maintenant,il s’agit d’un état mental réellement ou potentiellement dangereux à gérer et idéalement à résorber (désamorcer la crise psychosociale, référer une ressource spécifique, etc.).

  • 7  En outre, lorsqu’aucun ISASC n’est disponible pour « estimer » la dangerosité en temps utile, c’es (...)

20Dans ce nouveau contexte explicite de « déjudiciarisation » des états mentaux dangereux, il faut également désigner les « experts » et établir l’« expertise » adéquate pour s’assurer qu’on a bel et bien à faire à un état de « dangerosité mentale » plutôt qu’à autre chose. La nouvelle législation introduit en effet un nouvel acteur et un nouvel acte à poser : l’« intervenant d’un service d’aide en situation de crise » (ISASC) et l’« estimation » de la dangerosité mentale non forcément pathologique. Il n’est plus nécessaire d’être médecin, ou encore psychiatre, pour « estimer » la dangerosité mentale, car une estimation ne présuppose pas de diagnostic médical formel, ni aucun autre acte réservé à telle ou telle corporation professionnelle 7.

  • 8  À Montréal, la loi désignera officiellement comme ISASC une équipe mobile d’intervention qui était (...)

21Ce ne sont donc plus seulement les familles, via la Requête d’évaluation psychiatrique, les psychiatres dans leurs établissements, ou encore les policiers dans la rue, en vertu d’autres codes légaux, qui jouissent de cette prérogative de demander la suspension des droits d’une personne en raison d’une « dangerosité mentale » telle que prévue dans la loi, mais également un certain nombre d’intervenants psychosociaux de formations variées : les ISASC. Cette ouverture supplémentaire répond à une réalité sociale bien installée concernant certaines populations défavorisées, isolées marginales ou marginalisées, dont les problèmes sont loin de se réduire à la seule dimension du mental perturbé, dangereux ou non. Ces personnes, qui dans une autre époque auraient été captées par le dispositif asilaire, ont souvent pour seul univers de vie l’ensemble des ressources disponibles à leur égard (refuges, comptoirs d’alimentation, roulottes de dépannage, centres de crise, etc.), notamment dans les centres urbains. De ce fait, les intervenants œuvrant dans ces ressources constituent parfois les seules personnes pouvant témoigner non seulement de leur « dangerosité mentale » éventuelle, mais surtout de leurs problèmes, de leur état de santé, de leur parcours, de leurs habitudes, voire même de leur simple existence 8.

22Ainsi, tant le registre d’application de la législation de « déjudiciarisation » que la palette d’intervenants potentiels (en matière de problèmes non plus seulement de santé mentale mais de plus en plus psychosociaux et sociaux) s’élargissent, se brouillent et se complexifient. La conflictualité psychosociale peut à son tour s’épanouir dans l’univers de plus en plus inclusif de la santé mentale (état mental perturbé, trouble mental, problème de santé mentale, déséquilibre mental, crise psychosociale, détresse psychosociale, souffrance sociale, etc.) qui ne cesse de s’enrichir et de s’étendre à ses dépends. C’est au tour du code « mental perturbé » de tenter d’avaler maintenant le code « social problématique », tâche à laquelle le code juridique avait échoué. Mais, qu’est-ce qu’on est en train d’avaler exactement ?

Les nouveaux « fous civils » : que font-ils de nouveau ?

23Comme dans le cas du complexe asilaire d’avant la désinstitutionalisation, les dispositifs de psychiatrie-justice jouent encore un rôle important dans la gestion de certains problèmes sociaux complexes. Même si ces problèmes débordent largement les univers de la psychiatrie et de la justice, ils y sont obstinément captés et gérés, souvent faute de mieux. Il n’est pas superflu de rappeler que la majorité des pensionnaires des asiles d’avant les années 1960 étaient : 1) placés par leurs familles qui ne pouvaient plus s’en occuper ou, encore, parce qu’ils adoptaient des comportements jugés déviants, immoraux, inquiétants ou dangereux, et 2) placés directement par l’État qui les interpellait « à ciel ouvert » pour des raisons variées (vulnérabilité extrême, problèmes de santé mentale, handicaps physiques ou mentaux, marginalité, errance, dérangement de l’ordre public, etc.).

  • 9  En 1960, le système asilaire québécois comptait 17 établissements dotés d’environ 22 700 lits. (Do (...)

24Il faut aussi rappeler que, dans le cas du Québec, des asiles « périphériques » ont dû être ouverts en raison de la trop forte « demande » d’une prise en charge « forte » envers ceux et celles qui semblaient être de trop soit au sein d’une famille, soit au sein de la société de leur temps 9. Hier, comme aujourd’hui, quelque chose ne tournait pas rond dans les modes de l’être ensemble où il ne semble jamais y avoir de place pour tous. Et cette faille sociétale persistante, hier comme aujourd’hui, ne peut pas être expliquée de manière satisfaisante par aucune médecine mentale et encore moins par aucune criminologie.

25Les populations flottantes d’hier et d’aujourd’hui ne sont pas les mêmes, mais elles ne sont pas très différentes non plus. Il ne s’agit pas à vrai dire de « populations » mais d’individus qui n’ont vraiment leur place nulle part, mais qui existent, circulent, ont des besoins, dérangent, semblent menaçants, voire dans certains cas dangereux. Bref, ils ont des problèmes (pauvreté, handicaps, marginalisation, dépendances, santé, etc.) et ils posent problème (comportements déplacés, styles de vie non conformes, etc.) aux normes de conformité qui leur sont contemporaines. C’est toutefois sous l’effet des successives politiques sociales, sanitaires et sécuritaires qu’on les a regroupés en catégories administratives qui répondent davantage aux logiques concrètes de prise en charge, d’aide, des soins et de contrôle qui opèrent leur gestion, qu’aux hypothétiques caractéristiques intrinsèques censées les définir.

26En ce sens, les législations successives mises au point à leur égard montrent davantage le type de société dont il s’agit que le type de population (ou plutôt d’individu) qui est catégorisée et visée. La législation d’« internement asilaire » (tutelle institutionnelle) déléguait au tout-puissant surintendant médical de l’asile l’autorité d’enfermement des individus sans feu ni lieu. La législation de « désinstitutionalisation » (volonté d’intégration) tentait de « fixer » dans la communauté ceux et celles qui y avaient été arrachés pour y les soigner et les réinsérer. La législation de « déjudiciarisation » (gestion de risques) permet l’interpellation au cas par cas des nouveaux « fous civils » qui ne doivent pas être forcément « traités », car ils ne sont pas forcément fous, ni forcément punis, car ils ne sont pas forcément responsables de leurs gestes socialement problématiques. Trois sociétés, trois normativités et trois manières historiques d’assumer institutionnellement les entrecroisements concrets entre « folie mentale » et « folie sociale ».

  • 10  Données de l’année 2007 dans Otero et al. (2010)

27Qui sont les principaux « utilisateurs » de la législation actuelle d’internement civil ? Sont-ils si différents de ceux d’autrefois ? Si l’on s’appuie sur les données de Montréal 10, on se trouve vis-à-vis d’un portrait somme toute classique, car les principaux demandeurs de l’application de la loi sont : 1) les familles (76% des dossiers), et 2) les intervenants sociaux (travailleurs sociaux, intervenants communautaires, etc.) (17,09 %) qui s’occupent de « clientèles » précises qui fréquentent des ressources spécifiques et qui sont aux prises avec des problèmes multiples (Otero et al. 2010).

28

Graphique 1 - Utilisateurs de la Loi P-38 – Montréal, 2007

Graphique 1 - Utilisateurs de la Loi P-38 – Montréal, 2007

29En analysant les justifications des requêtes d’évaluation psychiatrique adressées à la Cour du Québec en vertu de la loi, on s’aperçoit que plusieurs dimensions hétéroclites s’entremêlent en proportions différentes : défavorisation sociale, problème interpersonnel, maladie mentale, comportements inquiétants, étranges, menaçants ou violents, etc. Quel est l’« acte » spécifique à poser lorsqu’il s’agit d’intervenir dans des situations où l’état mental de la personne comporte un danger pour soi-même ou autrui tel qu’indiqué par la loi ? Il s’agit d’estimer la « dangerosité », désamorcer la crise « psychosociale » et diriger vers la ressource appropriée (de l’hôpital psychiatrique au domicile de la personne interpellée lorsqu’elle en a un, en passant par les diverses ressources disponibles au moment de l’intervention). On ne sera pas étonné de découvrir que ce triple acte d’intervention (estimer, désamorcer, référer) constitue avant tout un travail de « gestion de risques » et de « réduction de méfaits » réels ou appréhendés. Lorsque la loi est bel et bien appliquée, il s’agit de « garder » (« neutraliser » le danger le plus souvent potentiel) plutôt que de « traiter » (déployer des thérapeutiques, donner des remèdes, etc.), voire d’« aider » la personne visée sur plusieurs plans autres que psychiatriques (contrer sa vulnérabilité sociale, s’occuper de sa santé physique, etc.). On est dans l’univers de la gestion d’une certaine conflictualité et vulnérabilité psychosociales en quelque sorte « chroniques », c’est-à-dire coextensives aux exigences de la socialité qui a cours, souvent associées à la défavorisation sociale globale des personnes concernées, à leur isolement social et à l’impuissance de leurs proches à gérer certaines situations problématiques variées, plutôt qu’à une dangerosité mentale avérée.

  • 11  Nous nous appuyons sur une recherche que nous avons menée sur la totalité des dossiers concernant (...)
  • 12  Il s’agit d’une situation problématique où la caractéristique dominante est clairement l’existence (...)
  • 13  Le terme conflit désigne des comportements dérangeants ou hostiles envers des proches ou des étran (...)
  • 14  Entourage rapproché de la personne sans être un membre de la famille ou un ami : propriétaire du l (...)
  • 15  La dominante de la situation est une tentative ou une menace explicite de suicide.

30Qu’en est-il des « situations problématiques » qui ont été à l’origine de l’application de la législation d’internement civile ? Que font-ils des « nouveaux » fous civils ? Si on continue avec l’exemple de Montréal 11, on peut regrouper l’ensemble des « situations problématiques » au cours d’une année en cinq grandes catégories empiriques, selon la dimension qui est dominante, à savoir : 1) problème de santé mentale 12, 2) conflit 13 avec la famille, 3) conflit avec l’entourage 14, 4) conflit avec les étrangers, 5) risque de suicide 15. (Otero & Morin, 2007 ; Otero et al., 2010).

Graphique 2 - Situations problématiques – Montréal, 2007

Graphique 2 - Situations problématiques – Montréal, 2007

31La « folie civile » n’est pas un univers unidimensionnel où les disciplines du mental pathologique, perturbé ou déviant constituent la seule clé pour comprendre ce qui « pose problème », car les dynamiques sociales qui la sous-tendent, la redoublent et la débordent, hier comme aujourd’hui, viennent d’ailleurs : les ratés de la socialisation courante (inégalités sociales, défavorisations sociales, manque des ressources, etc.). Quelle est la part de « social problématique » et de « mental perturbé » dans les différentes figures de la « folie civile » contemporaine ? Comment s’arriment, s’imbriquent, s’hybrident, se fusionnent aujourd’hui la « folie sociale » et la « folie mentale » ? Tâchons de séparer analytiquement ces deux composantes à la fois irréductibles, parce qu’elles renvoient à des consistances ontologiques différentes, et intimement imbriquées, car elles fusionnent non seulement dans les cinq situations problématiques concrètes que nous avons catégorisées, mais dans la vie réelle des individus concernés.

Graphique 3 – Dimensions de la « folie civile » et situations problématiques

Graphique 3 – Dimensions de la « folie civile » et situations problématiques

Problèmes de santé mentale : délire, vulnérabilité et psychiatrie

32Cette catégorie concerne les situations problématiques dont le trait dominant est clairement une perturbation mentale grave, avérée et souvent accompagnée d’un ou plusieurs diagnostics psychiatriques formels. Même si cette catégorie regroupe seulement 11,85 % de l’ensemble des recours à la législation d’internement civil, elle demeure emblématique en ce sens qu’elle incarne la représentation la plus classique que l’on se fait de la « folie mentale ». En effet, en ce qui concerne la dimension « mental perturbé » de cette catégorie, on est vis-à-vis d’un univers rempli de figures fortes et convaincantes, à savoir : 62% des dossiers témoignent de la présence d’un « délire » structuré (religieux, complot, possession, transformation, grandeur, etc.) ; 56% des dossiers ont des traces d’une forme ou d’une autre de « confusion » (pensée embrouillée, jugement altéré, repères temporels ou spatiaux brouillés, reconnaissance difficile des proches, irrationalité, irréalisme, etc.) ; 42 % des dossiers font mention d’« idées de persécution » (on veut du mal à la personne, on parle d’elle, on la persécute, etc.) ; 38 % font état de « comportements déréglés inexplicables » (parler seul, crier, pleurer ou rire sans motif apparent, impulsivité, gestes inexpliqués, réactions bizarres, etc.) et 31% témoignent d’« hallucinations » (visuelles ou auditives).

33

Graphique 4 - Figures du « mental perturbé » (Problèmes de santé mentale)

Graphique 4 - Figures du « mental perturbé » (Problèmes de santé mentale)

34La dimension « social problématique » est moins riche et se résume à trois items généraux. La « vulnérabilité sociale » est présente de manière massive dans 75,5 % des dossiers. Elle se décline dans une série de problèmes concrets : grande pauvreté, mauvaise alimentation, logement insalubre et peu sécuritaire, risque probable d’éviction faute de payement du loyer, risque d’intoxication alimentaire, hygiène personnelle négligée, etc. L’« agressivité générale et les menaces vagues » envers les proches, les intervenants, les co-résidents d’une ressource résidentielle, etc. sont présentes dans 58% des dossiers. On est loin de la violence avérée et des passages à l’acte, mais il s’agit plutôt d’une attitude générale qui suscite l’inquiétude chez les autres. Quant au « dérangement », il est mentionné dans 38% des dossiers et renvoie à des bruits persistants, propos déplacés ou vulgaires, ou au fait de déambuler dans des endroits publics ou communes, à des heures tardives, etc.

Graphique 5 - Figures du « social problématique » (Problèmes de santé mentale)

Graphique 5 - Figures du « social problématique » (Problèmes de santé mentale)

35Si on devait résumer de manière fort schématique et générale les caractéristiques des personnes incarnant cette catégorie de « situation problématique » on pourrait dire qu’il s’agit d’individus ayant des problèmes de santé mentale graves, très vulnérables sur le plan social, qui parfois deviennent agressifs ou menaçants et, dans une moindre mesure, dérangeants. Le plus souvent, on a affaire à des jeunes hommes (les groupes d’âges qui se démarquent : 25-29 ans ; 30-34 ans) et des femmes plutôt âgées (groupes d’âge qui se démarquent : 70 et plus ; 50-54 ; 65-59). Les dispositifs le plus souvent sollicités pour ce type de situation problématique sont la psychiatrie hospitalière, les centres de crise et les ressources communautaires de dépannage social.

36Conflit avec les étrangers : agressivité, marginalité et police

37La dimension « mental perturbé » de cette catégorie de situation problématique qui regroupe 14% de l’ensemble des dossiers se distingue de manière nette de la précédente. Les deux figures « mentales » distinctives du « conflit avec étrangers » sont plutôt des traits de personnalité : « personnalité violente » (46% des dossiers) (colérique, irritable, manières agressives, etc.) et « personnalité egocentrique » (36% des dossiers) (narcissisme, arrogance, manque d’autocritique, etc.). La présence des items tels que définis précédemment comme la « confusion » (42%), les « idées de persécution » (36%), les « comportements déréglés » (26%) et le « délire » (35%) demeure importante, mais il est intéressant de signaler qu’ils ne sont pas mis de l’avant au moment de décrire la situation problématique dans les requêtes et que le contenu des « délires » change substantiellement de thématiques (affaires militaires, guerres, maffia, complots, violence extrême, etc.).

Graphique 6 - Figures du « mental perturbé » (Conflit avec étrangers)

Graphique 6 - Figures du « mental perturbé » (Conflit avec étrangers)

38Quant aux figures empiriques du « social problématique »les allusions aux « comportements très agressifs » sont massives (86%) (violence physique, parfois recours aux armes, destruction violente d’objets, menaces homicidaires explicites et personnalisées, intimidations violentes, belligérance, voies de fait, etc.) et celles aux « petits délits » (39%) (vols, fraudes, dettes de jeu, prostitution, attouchements, conduite en état d’ébriété, contact avec gang de rue, etc.) et aux toxicomanies (39%) sont importantes. Les allusions à la « vulnérabilité » (62%) et au « dérangement » (52%) tels que définis plus haut sont constantes dans les dossiers, mais ne constituent pas les traits spécifiques ayant mené à la demande d’une intervention formelle de la Cour. Elles sont plutôt les éléments d’un contexte qui sous-tend de manière générale et persistante tout ce qui semble relever de la « folie civile ».

Graphique 7 - Figures du « social problématique » (Conflit avec étrangers)

Graphique 7 - Figures du « social problématique » (Conflit avec étrangers)

39Si on devait résumer les caractéristiques des personnes qui incarnent cette catégorie, on pourrait dire qu’il s’agit de personnes très agressives, dérangeantes et parfois égocentriques et qui ont déjà eu des démêlés avec la justice. Ce sont le plus souvent des hommes socialement défavorisés et plutôt de moins de 40 ans. Les femmes sont moins représentées et sont en moyenne plus âgées que les hommes, plutôt de moins de 50 ans. Les dispositifs institutionnels qui sont régulièrement activés dans ce cas particulier de « folie civile » sont les services policiers, les tribunaux et le système correctionnel. Il existe une mention d’intervention d’au moins de l’un de ces trois dispositifs dans 75% des dossiers appartenant à cette catégorie.

Risque de suicide : passage à l’acte, vulnérabilité, services d’urgence

40Le « mental perturbé » de cette catégorie est remarquablement pauvre, seule une minorité des dossiers témoignent du caractère spécifiquement « mental » de la situation problématique dont il est question. Autour de un quart environ des dossiers témoignent de « confusion » (30%), « comportements déréglés » (25%) et plus rarement de « délires » (19%). Si l’imminence appréhendée du passage à l’acte fatal prend toute la place, le lien avec un univers de problèmes de santé mentale avérés n’est pas convaincant, même les allusions à la dépression demeurent rares.

Graphique 8 - Figures du « mental perturbé » (Risques de suicide)

Graphique 8 - Figures du « mental perturbé » (Risques de suicide)

41En revanche, ce qui est « socialement problématique » est net, clair et convaincant : on veut se tuer (72%) ou encore on se laisse mourir (28%) et ce dans un contexte de grande vulnérabilité sociale (67%).

Graphique 9 - Figures du « social problématique » (Risques de suicide)

Graphique 9 - Figures du « social problématique » (Risques de suicide)

42Le risque de suicide semble une affaire d’hommes plutôt jeunes et de femmes plutôt d’âge moyen vivant dans un contexte de grande vulnérabilité sociale. Sans surprise, les dispositifs qui sont souvent activés sont les services ambulanciers, la police et les urgences hospitalières. Dans plus de la moitié des dossiers (53%), l’un de ces trois dispositifs sont mentionnés à un moment ou à un autre.

Conflit avec l’entourage : confusion, vulnérabilité, services sociaux

43La dimension du « mental perturbé » de cette catégorie qui comprend 18% de l’ensemble des dossiers est exceptionnellement variée et riche. Toutefois, la dominante en est la « confusion » mentionnée dans 55% des dossiers. Suivent en ordre d’importance, les « idées de persécution » (38%), le « délire » (35%), les « traits de personnalité égocentrique » (29%) et dans une moindre mesure l’« impulsivité » (17%).

Graphique 10 - Figures du « mental perturbé » (Conflit avec entourage)

Graphique 10 - Figures du « mental perturbé » (Conflit avec entourage)

44Si le portrait de la dimension du « social problématique » est également fort riche et varié, c’est plutôt le « dérangement » (52%) qui apparaît comme trait distinctif. Suivent plus loin les violences physiques (36%), les toxicomanies (29%), l’agressivité générale et les menaces (21%). La vulnérabilité sociale est une caractéristique massive (79 %) et richement décrite dans les dossiers, ce qui rappelle le contexte d’extrême pauvreté et d’abandon dans lequel vivent ces personnes.

Graphique 11 - Figures du « social problémétique » (Conflit avec entourage)

Graphique 11 - Figures du « social problémétique » (Conflit avec entourage)

45Si on voulait faire un portrait des personnes qui incarnent cette catégorie de « situation problématique », on pourrait dire qu’il s’agit en général de personnes plus âgées que pour les autres catégories de « folie civile » et qui vivent dans un contexte de grande vulnérabilité sociale qui nécessite de l’aide constante de plusieurs dispositifs d’assistance. Pour l’essentiel, elles semblent aussi confuses et désorganisées que dérangeantes. Moins fréquemment, elles sont agressives ou violentes. Les dispositifs mobilisés sont également variés mais les CLSC, les travailleurs sociaux, les infirmiers et les ressources communautaires prédominent nettement sur le recours à la psychiatrie et à la police lorsqu’il s’agit d’un « conflit avec l’entourage ».

Conflit avec la famille : impulsivité, dérangement, dégradation sociale

46Tout comme dans le cas précédent, l’univers du « mental perturbé » de la catégorie de « situation problématique » la plus importante, quantitativement, en matière de « folie civile » (environ la moitié de la totalité des dossiers) est fort riche et varié. Toutefois, une figure se détache des autres en termes qualitatifs et quantitatifs : l’« impulsivité » (45%) (tempérament agité, perte contrôle, imprévisibilité, sautes d’humeur, etc.). S’en suivent en ordre d’importance les idées de persécution (38%), la confusion (35%) et plus rarement le délire (23%).

Graphique 12 - Figures du « mental perturbé » (Conflit avec famille)

Graphique 12 - Figures du « mental perturbé » (Conflit avec famille)
  • 16  Quelques dossiers, certes pas très nombreux, font également mention de la possible perte de l’empl (...)

47La dimension « social problématique » est également fort variée : dérangement (53%), risque de fuite et d’isolement (50%), comportements très agressifs (43%), vulnérabilité sociale (40%), agressivité et menaces vagues (38%), problèmes d’argent (25%). Deux figures du « social problématique » attirent fortement l’attention, et ce dans un cadre général de forte conflictualité (agressivité, menaces, violences, etc.). Le « risque de fuite et d’isolement » (errance intermittente, fuites occasionnelles, isolement, refus de voir ses proches, etc.) semble un indice puissant qui révèle que les liens avec les proches, déjà conflictuels, tendus et fragilisés, sont en train de s’effriter et que les contacts avec la personne concernée se font de plus en plus rares et difficiles L’allusion aux « problèmes d’argent » (incapable de gérer l’argent, dépenses aberrantes, irresponsabilité financière, abusé par les autres, achat irresponsable à crédit, faillite, etc.) étonne en ce sens qu’elle indique qu’au moins pour un quart de ces personnes quelques enjeux financiers semblent encore jouer un rôle dans leurs vies 16. Contrairement aux autres catégories de « situations problématiques », on est moins submergé dans les univers de la vulnérabilité sociale avérée et de l’assistance sociale systématique.

Graphique 13 - Figures du « social problématique » (Conflit avec famille)

Graphique 13 - Figures du « social problématique » (Conflit avec famille)

48Peut-on ébaucher de manière générale le portrait de ce groupe de personnes ? C’est sans aucun doute la catégorie la plus difficile à traduire par un portrait ne serait-ce que fort schématique et global. Pourtant, il s’agit de la « situation problématique » la plus nombreuse en matière de « folie civile ». Disons qu’on semble avoir affaire à des personnes plutôt « impulsives », tant des hommes (groupes d’âge qui se démarquent : 24-44 ans) que des femmes (groupes d’âges qui se démarquent : 30-55 ans) d’âge plutôt moyen, qui semblent couvrir toute la gamme de comportements conflictuels et problématiques (dérangement, violences, menaces, etc.) en relation avec leurs familles. Ces personnes ont tendance soit à s’isoler soit à vouloir couper les liens plutôt conflictuels avec leurs familles. Si ces personnes sont en effet socialement vulnérables, elles ne semblent pas l’être autant que celles qui incarnent les catégories précédentes. Leur vulnérabilité semble être soit plus récente, soit moins fatale en ce sens que l’espoir de la réversibilité n’a pas encore complètement disparu. Quels sont les dispositifs institutionnels d’intervention et/ou professionnels distinctifs qui agissent dans cette catégorie de « situation problématique » ? Aucun, ou plutôt, un peu de tout (médecin de famille, psychiatre, travailleur social, intervenant communautaire, etc.) à l’image de cette catégorie à la fois la plus importante en termes quantitatifs et sans doute la plus représentative des imbrications intimes entre « folie mentale » et « folie sociale » dans l’univers des tensions psychosociales contemporaines.

Conclusion

49L’univers de la « folie civile », tel qu’on l’a vu dans notre exemple, juxtapose, rapproche, réunit, amalgame ou intègre « folie mentale » et « folie sociale » de manières et en proportions différentes selon le type de situation problématique. Il est toutefois significatif de constater que les catégories « conflit avec la famille » (famille biologique et conjoints) (45,69 %) et « conflit avec l’entourage » (propriétaire du lieu de résidence, voisin, co-résident ou personnel d'une ressource que fréquente la personne) (17,46%) recouvrent à elles seules plus de 60 % des « situations problématiques » captées par le dispositif de la législation d’internement civil. Sans sous-estimer le fait que la dimension du « mental perturbé » joue un rôle dans la conflictualité avec la famille et l’entourage, de quoi s’agit-il exactement ? A-t-on vraiment affaire à un « mental pathologique » vis-à-vis duquel la psychiatrie doit être forcement sollicitée ? Ne devrait-on pas s’efforcer d’imaginer, par exemple, la prédominance de la « confusion » chez les personnes âgées en « conflit avec leur entourage » et celle de l’« impulsivité » chez les personnes d’âge moyen en « conflit avec leurs familles » comme des figures de la conflictualité psychosociale « ordinaire », si on les situait dans des contextes moins marqués par une vulnérabilité sociale grave ? Il est probable qu’un dispositif tel que celui de la législation d’internement civil joue en effet un rôle important dans la gestion de la conflictualité « de proximité » (famille, amis, voisins, co-résidents, etc.) en contexte de vulnérabilité sociale où les familles et l’entourage sont à bout de ressources, impuissants, désorientés ou épuisés et, indirectement, à la recherche d’une forme de prise en charge par défaut plus structurée pour certains membres de la famille ou certains proches vulnérables, démunis, dérangeants et, parfois, menaçants ou agressifs.

  • 17 Il est intéressant de rappeler que seulement la moitié de l’ensemble des personnes interpellées par (...)

50Quant aux risques suicidaires (10,56%) et aux conflits avec les étrangers (14,01%), il est probable qu’ils soient des « situations problématiques » dans un contexte où les urgences ambulancières et le service de police interviennent comme véritable première ligne, filtrant ainsi les cas les plus clairs et les plus urgents. Les cas gérés dans le cadre du dispositif de la législation d’internement civil pourraient alors constituer les situations moins urgentes ou moins claires, celles qui appartiennent à une sorte de zone grise où il serait possible d’anticiper les passages à l’acte lourds de conséquences (tentative de suicide, conflit susceptible d’être judiciarisé). On comprend bien l’utilité pour les familles (76% des usagers de la loi) et les intervenants des ressources variées (17,09 % des usagers de la loi) d’un dispositif qui permet, d’une part, d’éviter la judiciarisation vis-à-vis des situations qui sont très susceptibles de l’être (conflit avec étrangers) et, d’autre part, d’arrimer, voire d’« initier » 17, certaines personnes « fragiles » ou traversant un moment difficile dans leurs vies, aux services de soins psychiatriques (risque de suicide).

51Enfin, si les situations problématiques caractérisées par la présence claire d’un « problème de santé mentale » (11,58%) ne sont pas les plus nombreuses, elles reflètent avant tout les énormes difficultés d’aide et de soutien aux personnes souffrant de problèmes de santé mentale graves ainsi qu’à leurs familles plutôt qu’une dangerosité avérée. Et ce, en termes non seulement d’accessibilité aux soins psychiatriques, mais surtout en termes de vulnérabilité sociale, car dans trois-quarts des cas elle constitue une dimension dramatique à laquelle aucune médecine mentale ni intervention judiciaire ne peut apporter de véritable secours.

52À la suite de cette analyse, on peut se demander si la Loi sur la protection des personnes dont l’état mental présente un danger pour elles-mêmes ou pour autrui porte bien son nom. L’élimination de l’allusion à la maladie mentale permet en effet de penser la « folie civile » de manière plus réaliste. C’est-à-dire comme une imbrication entre « folie mentale » (de la pathologie mentale formellement répertoriée aux états psychologiques momentanément perturbées) et « folie sociale » (de la vulnérabilité sociale extrême proche de la désocialisation au comportement déviant proche de la criminalisation, en passant par les comportements ambigus, inquiétants ou déviants), ce qui semble se rapprocher davantage des usages concrets qui sont faits de la législation d’internement civil. Quant au caractère « dangereux » des « situations problématiques » gérées dans le cadre de la loi, il semble s’appliquer de manière restreinte à deux situations précises : « risque de suicide » (danger pour soi-même) et « conflit avec étranger » (danger pour autrui). Pour le reste des « situations problématiques », c’est-à-dire environ trois-quart de l’ensemble, on pourrait suggérer que la source principale de la « dangerosité civile » est davantage l’« état social » vulnérable que l’« état mental » perturbé. Ce qui nous ramène à une double interrogation sociologique de fond mise en avant par les auteurs qui analysent la manière dont les problèmes sociaux se présentent aujourd’hui : d’une part, la vulnérabilité sociale semble endogène aux caractéristiques de la socialité ordinaire et, d’autre part, elle « s’incorpore » dans des situations concrètes comme blessure individuelle morale ou mentale (Soulet, 2008).

53On pourrait faire l’hypothèse que le dispositif actuel d’internement civil s’est « spécialisé » à l’égard de la gestion « en dernière instance » de situations problématiques dérivées de 1) la conflictualité sociale « de proximité » (familles, amis, entourage, etc.) en contexte de vulnérabilité sociale grave et 2) de la vulnérabilité structurelle extrême associée à des populations urbaines aux prises avec des problèmes graves et multiples (personnes itinérantes, seules, démunies, isolées, etc.). Dans les deux cas, on est en droit de se demander si la dimension mentale, davantage perturbée que pathologique dans la plupart des situations problématiques, ne sert pas qu’à thématiser les multiples déclinaisons individuelles des blessures sociales dérivées des épreuves quotidiennes de la vulnérabilité (Martuccelli, 2006). Toutefois, le fait d’opérer la gestion quotidienne de ce mélange « civil » de « folie sociale » et de « folie mentale » dérangeant, en danger (vulnérable) et parfois dangereux, en le frappant d’un même sceau institutionnel, n’est-il pas l’une des fonctions extra-psychiatriques de l’ancien complexe asilaire ? L’histoire se répète-elle encore ? Hier comme aujourd’hui, lorsqu’on tente démêler « folie mentale » et « folie sociale », on peut dire, avec le personnage du roman de John Katzenbach, que dès qu’on n’entend plus de voix on se sent un peu perdus. Perdus où ? Dans la consistance même du social, hors de laquelle aucune folie n’est pensable ni possible.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Action Autonomie, Kirouac L., Dorvil H. & M. Otero (2007), Protection ou coercition ? Point de vue des personnes interpellées par la loi P-38,Montréal, Service aux collectivités, UQÀM.

Amyot A., Air G., Charland C. & L. Robillard (1985), Rapport du comité d'étude sur les services psychiatriques de la région de Montréal, Québec, Ministre des Affaires sociales (Tome I).

Bédard D., Lazure D. & C. A. Roberts (1962), Rapport de la Commission d'étude des hôpitaux psychiatriques, Québec, Ministère de la Santé du Québec.

Boudreau F. (2003), De l'Asile à la santé mentale. Les soins psychiatriques : histoire et institutions, Montréal, Éditions St-Martin.

Cardinal C. (2001), « La police, un intervenant de première ligne pour le réseau de la santé mentale », dans Dorvil H. & R. Mayer (dir.), Problèmes sociaux II, Montréal, Presses de l'Université du Québec, pp. 447-469.

Cellard A. & M.-C. Thifault (2007), Une Toupie sur la tête : visages de la folie à Saint-Jean-de-Dieu, Montréal, Éditions Boréal.

Comité de la santé mentale du Québec (2001), Avis concernant l’application de l’article 8 de la Loi P-38, Québec, Gouvernement du Québec.

Commission de réforme du droit du Canada (1975), Processus pénal et désordre mental. Document de travail n° 14, Ottawa, Imprimerie de la Reine.

Dorvil H. (2010), « Le stigma, une forme spécifique d’inégalité sociale en santé mentale », Problèmes sociaux, médiation communautaire, recherche et santé, Cahiers scientifiques de l’ACFAS, pp. 267-291.

Dorvil H. (1988), De l'Annonciation à Montréal. Histoire de la folie dans la communauté 1962-1987, Montréal, Éditions Émile-Nelligan.

Dorvil H., GUTTMAN H. & C. Cardinal (1997), « 35 ans de désinstitutionnalisation au Québec 1961-1996 », dans Comité de la santé mentale du Québec (dir.), Défis de la reconfiguration des services de santé mentale,Québec, Gouvernement du Québec, pp. 109-175.

Forum régional sur le développement social de l’Île de Montréal (2004), Rapport sur la pauvreté à Montréal, Montréal.

Foucault M. (1972), Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Éditions Gallimard.

Foucault M. (2001), « La folie et la société », Dits et Écrits, I, Paris, Éditions Gallimard, pp. 996-1003.

Laberge D., Landreville P. & D. Morin (2000), « Pratiques de déjudiciarisation de la maladie mentale : le modèle de l'Urgence psychosociale-justice », Criminologie, 33, 2, pp. 81-107.

Martuccelli D. (2006), Forgé par l’épreuve, Paris, Éditions Armand Colin.

Laberge D. & D. Morin (1993), « Troubles mentaux et intervention pénale ; questions entourant les évaluations de la judiciarisation en Amérique du Nord », Déviance et Société, 17, 3, pp. 309-348.

Lefebvre Y. (1985), Psycauses, Montréal, Recherche subventionnée par la section nationale du Bien-Être social de la Santé et Bien-Être social Canada.

Otero M. (2010), L’Ombre portée : l’individualité à l’épreuve de la dépression, Montréal, Éditions Boréal (sous presse).

Otero M. (2008), « Vulnérabilité, folie et individualité : le nœud normatif », dans Châtel V. & S. Roy (dir.) (2008), Penser la vulnérabilité : visages de la fragilisation du social, Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 86-109.

Otero M., Landreville P., Morin D. & G. Thomas (2005), À la Recherche de la dangerosité « mentale ». Stratégies d'intervention et profils de populations dans le contexte de l'implantation de la Loi P-38.001 par l'UPS-J, Montréal,CRI.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Otero M. & D. Morin (2007), « Le psychosocial dangereux, en danger et dérangeant : nouvelle figure des lignes de faille de la socialité contemporaine », Sociologie et sociétés, 39, 1, pp. 51-78.
DOI : 10.7202/016932ar

Otero M., Morin D. & L. Labrecque-Lebeau (2010), Judiciarisation, vulnérabilité et maladie mentale à Montréal, Montréal, Rapport de recherche FRSQ.

Poirier M. (2007), « Santé mentale et itinérance. Analyse d’une controverse », Nouvelles pratiques sociales, 19, 2, pp. 76-91.

Roy S. (2008), « L’exclusion sociale, concept polémique en regard de la vulnérabilité », dans Châtel V. & S. Roy (dir.) (2008), Penser la vulnérabilité : visages de la fragilisation du social, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Roy, S. & R. Hurtubise (dir.) (2007), L’Itinérance en questions, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Soulet M.-H. (2008), « La vulnérabilité : un problème social paradoxal », dans Châtel V. & S. Roy (dir.) (2008), Penser la vulnérabilité : visages de la fragilisation du social, Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 65-90.

Teplin L.A. (2001), « Policy Discretion and Mentally Ill Persons», dans Landsberg, G., Wachholz S. & R. Mullaly (1993), « Policing the Deinstitutionalized Mentally Ill: Toward an Understanding of Its Function », Crime, Law and Social Change, 19, 3, pp. 281-300.

Haut de page

Notes

1  Par exemple, la définition du DSM-IV-TR (2000) énonce que « chaque trouble mental est conçu comme un modèle ou un syndrome comportemental ou psychologique cliniquement significatif, survenant chez un individu et associé à une détresse concomitante (p. ex., symptôme de souffrance) ou à un handicap (p. ex., altération d’un ou plusieurs domaines du fonctionnement) ou à un risque significativement élevé de décès, de souffrance, de handicap, ou de perte importante de liberté.» (p. 35).

2  La mise en œuvre de cette politique a produit plusieurs lacunes, résistances, difficultés. Les principales ont été le manque de services dans la communauté, le manque de concertation entre les services, ce qui rendait difficiles des interventions suivies et intégrées et, enfin, le manque de ressources de soutien pour les familles et les proches des malades, ce qui a favorisé ou provoqué un désengagement progressif devant la lourdeur de la tâche (Guberman et al., 1987 ; Dorvil, Guttman & Cardinal, 1997).

3  Pour une vision nuancée et riche de la situation concrète de ces personnes et de leurs problèmes dans le système asilaire au Québec, voir Cellard & Thifault (2007).

4  Les indicateurs de la pratique de judiciarisation de la maladie mentale évoqués dans la littérature sont habituellement : taux d’arrestation, poursuites judiciaires et présence relativement élevée de prévenus et détenus en milieu carcéral ayant manifestement des problèmes de santé mentale, usage élevé de la disposition relative à l’évaluation de l’aptitude à subir son procès, etc. (Lefebvre, 1985 ; Laberge & Morin, 1993 ; Wachholz & Mullary, 1993). Périodiquement, certains cas retentissants défraient la manchette au Québec et mettent en lumière la réalité du problème de la judiciarisation des personnes souffrant de maladie mentale (un itinérant en crise qui meurt à la suite d’une arrestation musclée, un jeune déficient mental incarcéré à cause des aveux incriminants induits par la police, un jeune schizophrène qui meurt à la suite d’une crise dans sa cellule, etc.).

5  La loi P-38 permet de suspendre exceptionnellement les droits fondamentaux d’une personne en raison de sa dangerosité mentale sans faire appel à un tribunal. Ce pouvoir extraordinaire n’est autorisé que lorsque toutes les autres options ont été épuisées.

6  Les droits évoqués dans le texte de la loi ne sont que partiellement respectés par les différentes instances d’intervention. Action autonomie, Kirouac, Dorvil et Otero (2007).

7  En outre, lorsqu’aucun ISASC n’est disponible pour « estimer » la dangerosité en temps utile, c’est le policier, à la demande du « titulaire de l’autorité parentale, du tuteur au mineur ou de l’une ou l’autre des personnes visées par l’article 15 du Code civil du Québec » qui peut faire la demande de garde préventive à la Cour. À cela s’ajoute le fait que les familles peuvent se prévaloir d’une Requête d’évaluation psychiatrique pour demander directement à la Cour du Québec la garde provisoire d’un de ses membres dont l’état mental est jugé dangereux pour lui-même ou pour les autres afin qu’il soit soumis à une évaluation psychiatrique.

8  À Montréal, la loi désignera officiellement comme ISASC une équipe mobile d’intervention qui était disponible en tout temps nommée « Urgence psychosociale - Justice » qui possédait déjà à l’époque une grande expérience dans le domaine dit de la « psychiatrie-justice » et dans le problème de la judiciarisation de problèmes de santé mentale. Ensuite, cette désignation en tant qu’ISASC au sens de la loi s’est élargie aux intervenants d’autres ressources spécialisées en gestion de crise, en problèmes de toxicomanie, en hébergement de sans abri, etc. afin d’estimer la dangerosité mentale pour « leurs clientèles connues et en présence » (Otero et al., 2005).

9  En 1960, le système asilaire québécois comptait 17 établissements dotés d’environ 22 700 lits. (Dorvil, 1988).

10  Données de l’année 2007 dans Otero et al. (2010)

11  Nous nous appuyons sur une recherche que nous avons menée sur la totalité des dossiers concernant la « dangerosité civile » telle que prévue dans la loi P-38 enregistrés à Montréal au cours de l’année 2007. 486 dossiers ont été analysés (Otero et al., 2010).

12  Il s’agit d’une situation problématique où la caractéristique dominante est clairement l’existence d’un problème de santé mentale grave (délire, idées de persécution, confusion importante, etc.)

13  Le terme conflit désigne des comportements dérangeants ou hostiles envers des proches ou des étrangers tels qu’insultes, menaces, gestes déplacées et, moins fréquemment, voies de fait, vol, fraude, méfait public, etc.

14  Entourage rapproché de la personne sans être un membre de la famille ou un ami : propriétaire du lieu de résidence de la personne, voisin, co-résident d’une ressource d’hébergement ou personnel d'une ressource que fréquente la personne. Un étranger a été défini comme tous les autres qui n'entrent pas dans l’entourage connu (serveur de restaurant, policier, passant, commerçant, etc.).

15  La dominante de la situation est une tentative ou une menace explicite de suicide.

16  Quelques dossiers, certes pas très nombreux, font également mention de la possible perte de l’emploi occupé et même de la perte de la garde des enfants.

17 Il est intéressant de rappeler que seulement la moitié de l’ensemble des personnes interpellées par la législation d’internement civil au cours de l’année 2007 à Montréal avaient préalablement eu des «contacts» avec le système de soins psychiatriques, ce qui permet de faire l’hypothèse que l’interpellation en vertu de la loi P-38 constitue une façon d’initier certaines personnes à l’univers de la médecine mentale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 - Utilisateurs de la Loi P-38 – Montréal, 2007
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 2 - Situations problématiques – Montréal, 2007
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Graphique 3 – Dimensions de la « folie civile » et situations problématiques
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3268/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 4 - Figures du « mental perturbé » (Problèmes de santé mentale)
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3268/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Graphique 5 - Figures du « social problématique » (Problèmes de santé mentale)
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3268/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Graphique 6 - Figures du « mental perturbé » (Conflit avec étrangers)
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3268/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Graphique 7 - Figures du « social problématique » (Conflit avec étrangers)
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3268/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Graphique 8 - Figures du « mental perturbé » (Risques de suicide)
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3268/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Graphique 9 - Figures du « social problématique » (Risques de suicide)
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3268/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Graphique 10 - Figures du « mental perturbé » (Conflit avec entourage)
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3268/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 11 - Figures du « social problémétique » (Conflit avec entourage)
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3268/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Graphique 12 - Figures du « mental perturbé » (Conflit avec famille)
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3268/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Graphique 13 - Figures du « social problématique » (Conflit avec famille)
URL http://sociologies.revues.org/docannexe/image/3268/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcelo Otero, « Le fou social et le fou mental : amalgames théoriques, synthèses empiriques et rencontres institutionnelles », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 29 septembre 2010, consulté le 27 mai 2016. URL : http://sociologies.revues.org/3268

Haut de page

Auteur

Marcelo Otero

Université du Québec à Montréal, Qc, Canada - otero.marcelo@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page