Navigation – Plan du site
Comment parler de la société ? Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales

Grand résumé 1 de Comment parler de la société ? Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Paris, Éditions La Découverte, 2010

Suivi d’une discussion par Jacques Hamel et Bruno Péquignot
Howard S. Becker

Notes de la rédaction

La discussion par Jacques Hamel est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3265.html et celle par Bruno Péquignot à : http://sociologies.revues.org/index3266.html .

Texte intégral

1Comment parler de la société ? est né de la rencontre entre une opportunité et plusieurs évènements survenus dans ma vie bien avant l'écriture de ce livre. J'avais décidé d'écrire un livre sur les arts, conçu autour de l'idée de « mondes des arts ». À cette occasion, j'avais développé un appareil conceptuel qui me semblait utile pour penser d'autres activités sociales. J'ai ainsi pu constater, pendant que j'écrivais ce livre, que, alors que j'avais de bonnes connaissances dans plusieurs domaines de l'activité artistique par ma propre expérience, je n'y connaissais rien dans les arts plastiques, essentiellement parce que je n'avais jamais réussi à dessiner et que je me sentais incompétent pour écrire sur eux. Comme contribution à cet ouvrage, je décidais de m'exposer personnellement à un art visuel qui ne requérait pas de dessiner – la photographie – et de suivre des cours. En conséquence, j'ai rencontré beaucoup de photographes, je me suis familiarisé avec la littérature photographique (c'est-à-dire l'ensemble des photographies prises depuis l’« invention » de ce medium par Daguerre en 1839) et ai appris à faire des photographies (en plus d'avoir découvert des subtilités comme dire « cliché » ou « photographie » à la place de « photo »).

2Peu de temps après, j'acceptais de faire une chose pour laquelle je n'étais pas bien préparé : enseigner la photographie dans un département de sociologie à Northwestern University. Mes collègues étaient suffisamment non conformistes pour considérer un tel objet comme une matière pertinente à enseigner dans un département de sociologie et, même, à apprendre pour des étudiants de second cycle, choses peu acceptées, alors ou maintenant encore, dans la plupart des autres départements. Bien que mes premiers efforts en tant que photographe fussent avant tout esthétiques, je réalisais rapidement que, puisque j'avais un esprit sociologique et pensais comme un sociologue, mes meilleures photographies avaient un petit quelque chose de suggestif pour la réflexion sociologique. Je pouvais mieux enseigner les manières de faire de la photographie de cette façon. Et j'appris que les photographes engagés dans des projets documentaires trouvaient souvent utile de me parler de leurs clichés parce que, alors qu'ils savaient parfaitement comment faire un cliché bien construit, ils avaient souvent des difficultés à formuler les idées qu'ils pensaient véhiculées par ces clichés, essentiellement parce qu'ils ne possédaient pas un appareillage conceptuel pour penser de telles choses. Je le faisais et étais heureux de partager cela, tant et si bien que j'ai appris autant qu'eux de cet exercice.

3J'ai fait retour sur cette histoire ancienne parce que les raisons et les modalités de mon engagement dans ce projet en expliquent grandement la nature. Je devins familier avec une partie de la littérature photographique, des ensembles de photographies privées et des collections photographiques, quelquefois publiées, faites par des anthropologues et des personnes communément appelées des photographes documentaires, des preneurs de clichés comme Gregory Bateson, Michael Rockfeller, Dorothea Lange et beaucoup, beaucoup d'autres. J'ai appris ce que j'avais déjà appris sur les autres formes d'art : on y est confronté, par d'autres voies, aux mêmes topiques et aux mêmes problèmes que les sociologues. J'ai appris que des romanciers comme Émile Zola, Charles Dickens ou Jane Austen ont beaucoup à apprendre aux sociologues sur l'analyse de l'organisation et de la vie sociale, qu'il est difficile pour ces derniers de reconnaître un tel propos, même si formulé de manière moins « expérimentale », comme apparenté à leur propre travail, et que c'est réciproque pour les écrivains et tous les manieurs de mots.

4À ce moment-là, une opportunité émergea. Une fondation américaine décida de se débarrasser de tous ses avoirs et cherchait comment le faire. Bien qu'elle eût donné la plupart de son argent à des départements bien établis d'informatique et fait des placements dignes de confiance de ce type, quelqu'un la persuada de donner à mes collègues (que j'avais intéressés à ces questions) et à moi-même une belle somme d'argent pour mener une recherche sur ces questions. Nous avions attribué à ce projet un nom prétentieux : « Modes de représentation de la société », mais dans le fond de ma tête le projet avait ce nom qu'il n'a jamais perdu, plus familier, « Comment parler de la société ? ». Les étudiants que nous avons engagés avec cet argent conduisirent de nombreux petits projets, mais le vaste et important traité que nous avions promis d'écrire, eh bien, nous ne l'avons jamais écrit.

5Mais, nous, et spécialement moi, n'avons jamais arrêté d'y penser. À chaque fois que j'en avais l'occasion, j'écrivais des articles sur des aspects de cette question. Et ainsi j'ai écrit de nombreux textes sur la photographie et les problèmes du comment parler de la société qu'elle occasionnait. Plus j'écrivais, plus j'avais conscience de tenir un aspect du « comment parler de la société », c'est-à-dire de la communication d'informations (données) et d'idées (théories) sur la vie sociale, ses composantes et ses processus.

6De la même façon, plus je cherchais un cadre général susceptible d'intégrer tout ce matériau – tous ces récits, exemples et idées fortes suscités par la comparaison de ces diverses manières de « parler de la société ? » – plus je constatais que, bien que l'idée de « vérité » dans les descriptions artistiques ne signifiait pas ce qu'elle signifiait pour le sociologue empirique et ainsi ne menait pas à des considérations sur l'échantillonnage, la validité et toutes ces autres préoccupations que nous avons, elle affleurait néanmoins chez n'importe quel artiste. Dickens, par exemple, s'inquiétait de ce que ses lecteurs pussent penser que les évènements bizarres qui apparaissaient dans ses descriptions des tribunaux anglais dans La Maison d'âpre vent fussent des exagérations. Il insistait dans le livre même sur le fait qu'il s'était abstenu de mentionner de nombreux évènements qui s'étaient réellement passés car les gens auraient sûrement pensé qu'il les avait inventés. Et les photographes documentaires, qui évidement ont pour projet de livrer des vérités sur le réel dans leurs clichés, s'inquiètent quand les critiques se plaignent (pas dans le langage des sciences sociales, c'est certain, mais l'intention est la même) du fait qu'ils ont choisi un mauvais échantillon. Ils n'ont pas de réponse parce qu'ils n'ont pas de langage pour penser une telle question et ils finissent par dénier avoir eu une quelconque intention généralisatrice ; leurs clichés étaient « juste un point de vue personnel ». Il suffisait de voir comment les sociologues résolvaient des problèmes semblables pour comprendre combien les artistes faisaient face aux mêmes problèmes.

7Mais il ne s'agissait pas d'un constat unidirectionnel consistant simplement à appliquer les expériences et les acquis des sciences sociales aux travaux artistiques. Je réalisais bien vite que les sociologues avaient beaucoup à apprendre des artistes qui réfléchissaient intensément et avec plus de perspicacité sur d'autres sortes de problèmes : comment arranger l'information pour communiquer un résultat, comment incarner les idées générales de représentation du monde en leur donnant une forme telle que les spectateurs puissent penser y avoir découvert quelque chose. Tout cela présentait une réelle pertinence pour des problèmes auxquels sont régulièrement confrontés les chercheurs en sciences sociales, comme l'organisation des données statistiques en des présentations significatives, ce que la plupart d'entre nous ont résolu en suivant simplement ce que d'autres personnes avaient fait auparavant, c'est-à-dire intuitivement en lisant nos revues professionnelles.

8Je mentionne encore une autre influence significative sur ma propre pensée, le travail d'un grand professeur brésilien, Antonio Candido, dont j'ai traduit quelques textes en anglais, et qui a, pendant des décennies, ignoré la distinction entre les manières de penser des sciences humaines et des sciences sociales avec des résultats significatifs, quoique assez peu connus.

9J'ai utilisé mes cours, puisque mon travail de professeur m'obligeait à enseigner, à explorer ces questions avec mes étudiants, les invitant à lire des textes qui s'affrontaient aux problèmes que j'essayais de résoudre. Les discussions qui en ont résulté m'ont conduit à forger davantage d'idées au fur et à mesure pour rendre compte de mes pauvres intuitions initiales devant ces aréopages d'étudiants sceptiques.

  • 2 . L'expression « Études de performativité », créée la première fois par Richard Schechner à la New (...)

10Un cours, en particulier, produisit des situations intéressantes, énervantes et provocatrices qui influencèrent ma réflexion, « Performativités scientifiques » que je donnais avec un collègue dans un département intitulé « Études de la performativité », le feu et largement méconnu Dwight Conquergood 2. Je peux mieux expliquer son projet en indiquant qu'il travaillait sur ce qu'il appelait « l'aspect performatif de la société ». Nous demandions aux étudiants en cours de préparer de courts exposés (seuls et aussi en groupe) sur des textes qui d'une certaine manière s'affrontaient au « Comment parler de la société ? ». Les étudiants provenaient à la fois des sciences sociales, des études dramatiques et de la performativité. Puisqu'aucun d'entre nous deux n'avait de meilleures idées que les étudiants sur la façon de remplir cette tâche (ce qui n'est pas tout à fait juste puisque Dwight avait beaucoup d'idées sur la performativité, même si pas particulièrement sur ce type particulier de performativité), le cours était fondamentalement une exploration pour nous à laquelle prenaient courageusement part les étudiants, avec peut-être plus de confiance qu'il n'en auraient dû avoir. Les résultats étonnants auxquels nous sommes parvenus ont profondément marqué ma réflexion au point où une partie du travail et des idées alors émises ont fait leur chemin au sein de ce livre.

11J'arrive enfin au cadre théorique qui doit beaucoup à mon livre précédent, Les Mondes de l'art, qui décrit les mondes de l'art comme un produit des efforts conjoints de toutes les personnes qui ont quelque chose à voir avec leur production et leur consommation (je tiens particulièrement à intégrer les éventuels « consommateurs » de ces activités comme partie prenante des personnes qui participent à leur production). J'ai suggéré peu après que ces groupes disparates de personnes collaborent à la production de ces activités en tablant de diverses manières sur des conventions existantes encadrant la production de telles activités, par le recours à des modalités et à des solutions connues des autres participants à la production, et servant ordinairement de cadre pour leurs efforts conjoints.

12En reprenant de façon plus ou moins directe le cadre analytique des Mondes de l'art, j'ai rédigé huit chapitres de ce livre qui traitent des organisations sociales et de leur activité de production d'activités destinées à communiquer ce que des personnes pensent avoir trouvé sur la vie sociale à d'autres personnes pouvant avoir besoin de telles informations – pour leurs loisirs, parfois, mais aussi comme directives dont ils escomptent pouvoir se servir dans leur milieu professionnel ou simplement en tant que membres des mondes décrits. Ces chapitres reposent sur un cadre général d'analyse plus ou moins logique et cohérent pour comprendre les caractéristiques générales de ces formes sociales que nous pourrions nommer, en analogie aux « Mondes de l'art », des « Mondes de la représentation ». J'ai donné beaucoup d'exemples d'entre eux – car je sais très bien que je pense en explorant des exemples concrets – mais dans le but de développer un propos conceptuel.

13L'analyse prend pour point de départ la distinction entre produire et utiliser des modalités de connaissance de la société. La première d'entre elles procède par objets – images, textes, chiffres – qui ont pour objectif de communiquer des informations, empiriques et conceptuelles. Une autre consiste à produire les usages de tels objets pour développer notre connaissance de certains aspects de la société. Pour le dire de façon abstraite, nous regardons des films, lisons des romans, examinons des tableaux statistiques et déchiffrons les arcanes de textes sociologiques afin d'apprendre quelque chose que nous ne connaissions pas auparavant sur le monde social dans lequel nous vivons. Ce ne sont pas les seules raisons pour lesquelles nous le faisons ; certains d'entre nous admirent la beauté et la logique de démonstrations scientifiques comme d'autres la beauté et le caractère émouvant d'activités que nous considérons comme de l'art.

14La distinction entre production et consommation de rapports sur la société diffère d'une distinction voisine que je fais couramment entre producteurs et consommateurs de représentations : cette distinction entre ces deux verbes ne veut pas signifier qu'il existe deux sortes de personnes, mais qu'il existe, davantage, deux sortes de choses que les personnes font. Certaines personnes produisent la plupart du temps des formes de représentation de la société, et donc il est logique de les considérer comme des « producteurs », mais ils se servent aussi parfois de ces représentations.

15Cette distinction éclaire un point important. Cela prend deux sortes d'activités pour qu'une représentation soit une représentation. Un objet ne représente rien du tout si personne ne porte attention à lui, si personne ne l'utilise pour parvenir à une certaine forme de compréhension. Ou, au moins, cela ne représente rien d'aucune façon sociologiquement intéressante.

16Après avoir fait cette distinction et l'avoir illustrée dans différents domaines du « travail de représentation », comme nous pourrions l'appeler, je m'en suis servi pour appréhender des problèmes théoriques récurrents. J'ai déjà fait allusion au problème de la vérité de la représentation qui me paraît beaucoup plus compréhensible si l'on prend en considération cette distinction. De la même façon, la distinction entre représentations artistiques er représentations scientifiques attire l'attention sur les jugements moraux impliqués dans ce type d'activité ainsi que sur les jugements moraux implicites, la plupart du temps, dans les débats méthodologiques au sein des sciences sociales.

17J'avais finalement trouvé un usage sociologique légitime pour les lectures aléatoires que je faisais régulièrement et pour mon profond et continu intérêt pour les arts. Désormais je pouvais lire des romans et aller au théâtre et au cinéma et, j'insiste, c'est aussi un travail sociologique ! Je décidais que l'analyse à laquelle j'étais parvenue prendrait plus de force si je présentais quelques cas spécifiques de ce que nous pourrions apprendre si nous franchissions la ligne de démarcation entre des aires distinctes de pensée. Par chance, j'avais déjà écrit plusieurs articles, comme je l'ai dit précédemment, pour tel ou tel colloque et aussi parce que cette question des différentes activités et modalités m'intéressait. Ces petits essais forment la seconde partie du livre, constituant l'application du cadre analytique présenté dans la première partie.

18Je confesse mon grand intérêt pour l'œuvre de Georges Perec qui ressemble étroitement par bien des aspects à une forme de sociologie, comme il l'a dit lui-même dans un essai où il se qualifie de sociologue. J'ai eu recours à la grande connaissance que ma femme, Dianne Hagaman, a des romans de Jane Austen qui, ce n'est pas une surprise, suscita ma curiosité afin de relire Orgueil et préjugé avec un intérêt renouvelé. J'ai poursuivi ma quête par un auteur américain peu connu, David Antin (dont l'œuvre déborde de réflexions sociologiques sur des problèmes sociologiques) et ai aussi saisi l'opportunité de montrer ma petite connaissance (mais plus grande que celle de nombre de mes collègues) en sociologie quantitative, pour rédiger un chapitre les comparant, l'un et l'autre, avec les idéaux-types weberiens. Le choix des sujets de ces chapitres de la deuxième moitié du livre est arbitraire mais je crois que le principe de base que j'avais en tête – chaque travail sérieux dans le champ artistique qui affleure à nos préoccupations de sociologue a quelque chose à nous apprendre – reste vrai.

19J'espère avoir atteint mon objectif en proposant deux parties dans ce livre – les « idées » dans la première et les « exemples » dans la seconde – qui se répondent. Je me méfie de la théorie abstraite non connectée à des exemples concrets et tout le livre, qui n'avance jamais une abstraction sans une histoire ou un exemple pour en rendre le sens plus clair atteste de mon engagement en ce sens.

20Ce livre n'apport pas de « réponse définitive » sur ces questions. La science et le savoir ne fonctionnent pas ainsi. Je le considère, plutôt, comme un ensemble de remarques initiales dans une discussion qui va continuer pour un bon moment encore.

Haut de page

Notes

1 . Traduit par Marc-Henry Soulet.

2 . L'expression « Études de performativité », créée la première fois par Richard Schechner à la New York University, fut empruntée par Dwight Conquerwood pour définir « l'étude de l'aspect performatif de la société », c'est-à-dire pour rendre compte du fait que la société pouvait être considérée comme un ensemble de performances réalisées par les individus à l'intention d'autres individus. L'expression « Performativités scientifiques » fut créée par Michel Mac Call et Howard Becker dans un article publié dans Social problems (vol.37, n°1, 1990) pour qualifier, de façon quelque peu ironique, les modalités dramaturgiques auxquels nous recourons souvent pour rendre compte de résultats et de notions sociologiques (NDT).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Howard S. Becker, « Grand résumé  de Comment parler de la société ? Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Paris, Éditions La Découverte, 2010 », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Comment parler de la société ? Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, mis en ligne le 20 décembre 2010, consulté le 21 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3258

Haut de page

Auteur

Howard S. Becker

Professeur émérite, Northwestern University, Chicago, États-Unis - hsbecker@earthlink.net

Articles du même auteur

Haut de page