Navigation – Plan du site
Socio-analyse des raisons d’agir

De l'individu sujet à l'acteur social : un passage difficile

Discussion de l’ouvrage de Guy Bajoit Socio-analyse des raisons d’agir. Études sur la liberté du sujet et de l’acteur, Québec, Presses de l’Université Laval, 2010
Jacques Rhéaume

Notes de la rédaction

Le grand résumé de Socio-analyse des raisons d’agir. Études sur la liberté du sujet et de l’acteur par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3227.html et la discussion par Danilo Martuccelli à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3228.html

Texte intégral

1Nous reprenons, dans un premier temps, le « Grand résumé » produit par l’auteur de son ouvrage Socio-analyse des raisons d’agir. Études sur la liberté du sujet et de l’acteur, pour en retracer la trame centrale. Nous présentons, dans un deuxième temps, certaines remarques touchant quelques éléments théoriques et méthodologiques de l’approche proposée, nous référant plus directement à l’ouvrage lui-même.

  • 1 Les italiques réfèrent au texte de l’auteur.

2L’approche de socio-analyse proposée renouvelle le questionnement des rapports individus et société, mettant au cœur la liberté de l’individu, sujet et acteur social, cela sans ignorer la complexité des contraintes sociales et culturelles, politiques et économiques. Une liberté située au sein de structures qui produisent l’action 1  et qui est source également de production ou de reproduction des structures. La socio-analyse consiste alors à cerner et comprendre ce qui se passe dans la boîte noire qu’est le choix libre des individus historiquement contraints, mais qui agissent pour modifier leur rapport à ces contraintes.

3Une grille conceptuelle élaborée permet de cerner, sur la base d’entretiens individuels répétés, le processus personnel et social des raisons d’agir. Cette grille repose d’abord sur la proposition première que l’agir individuel est indissociable à tout moment des relations sociales qui sont l’objet premier de la sociologie, selon l’auteur, relations sociales inscrites toutefois dans tout un ensemble de contraintes structurelles, traduites dans une culture ambiante intériorisée (par idéologisation, habituation, censure).

4L’agir humain du sujet se définit par des attentes relationnelles, en fonction de besoins, dans la poursuite de biens diversifiés : de reconnaissance sociale, d’autoréalisation individuelle, de bien-être matériel, de rassurance morale, de domination sociale. Cette quête individuelle, et c’est la deuxième proposition, repose sur un processus de construction identitaire (identité désirée, assignée, engagée), dimensions identitaires plus ou moins divergentes ou convergentes (les zones périphériques), source d’autant de formes de tensions existentielles (conformisme, déviance, anomie).

5Pour gérer ces tensions existentielles, il y a mobilisation par le sujet de ressources psychiques ou de logiques du sujet (troisième proposition). Ce sont les processus d’accommodation ou de réflexivité. Cela permet à l’individu sujet de construire ses raisons d’agir, raisons spontanées ou raisons profondes (masquées par autant de résistances). C’est ce travail d’élaboration, dans le récit de sa propre histoire qui favorise la prise de conscience des contraintes culturelles et sociales intériorisées, un certain dégagement lié à cet espace de réflexion et des choix de reprise de sa vie plus libres (quatrième proposition).

6La détermination consciente des raisons d’agir conduit à l’action, à des choix qui s’appuient sur des logiques d’échange ou des logiques de solidarité (cinquième et dernière proposition), déclinées suivant plusieurs dimensions.

7Il convient de reprendre la définition de l’acte libre qui termine le Grand résumé : un acte conscient, volontaire, libérateur, et agonistique. En effet, cette définition réfère à tout un ensemble de référents théoriques développés dans l’ouvrage qui constitue toute l’originalité du projet de l’auteur. Ce souci de liberté combine diverses perspectives philosophiques, dont plus particulièrement celle de Henri Bergson (logique du vivant, opposée à celle de la matière inerte) et celle de Jean-Paul Sartre (construction de la socialité), l’apport de la psychologie, celle de Sigmund Freud (le travail de la symbolisation), et finalement, des références privilégiées à la sociologie de Georg Simmel, de Georges Gurvitch et d’Alain Touraine. Se libérer de la nature, de soi-même, des autres est au cœur du projet de tout individu, sujet libre et acteur social. Nous sommes loin d’une perspective étroitement limitée au modèle du choix rationnel ou pragmatique des théories de la décision souvent utilisées en sciences économiques voire en psychologie sociale (par exemple, un modèle développé comme celui de Martin Fishbein et Icek Ajzen) (Fishbein & Ajzen, 1980).

8Il est important de préciser ces influences, pour donner leur portée spécifique aux catégories de socio-analyse seules rapportées dans le Grand résumé. Cela permet entre autres de mieux situer ce projet de socio-analyse par rapport aux autres approches historiquement connues de socio-analyse dont l’école de Tavistock Institute of Human Relations, la psychanalyse des groupes et organisations, la psychosociologie et la sociologie cliniques, la sociopsychanalyse et d’autres encore. Un travail plus développé pour situer les différences théoriques et pratiques entre le projet de socio-analyse proposé et ces approches serait d’ailleurs des plus attendu. L’auteur se limite à indiquer un rapprochement avec la perspective de sociologie clinique telle que développée par Vincent de Gaulejac, sans trop préciser les cadres théorique et pratique de référence.

9La seconde partie de l’ouvrage est l’application de l’approche de socio-analyse de l’agir humain faite à partir de quatre cas, soit des études de récits de vie ou récits identitaires, références faites ici à des auteurs comme Danilo Martucelli et Michel Legrand. Il s’agit principalement de récits de vie de recherche, produits dans trois cas, dans le cadre d’entretiens individuels répétés (une douzaine de fois) : l’histoire de Guillaume ou la quête du masculin, de Giovanna ou le défi d’être une femme libre et celle de Lia ou le prix d’une Renaissance. Le quatrième cas est l’étude socio-analytique d’un matériau littéraire, soit des éléments biographiques et l’œuvre de Joaquin Edwards Bello ou le jeu avec la marginalité.

10Dans ces études de cas, la grille conceptuelle est systématiquement appliquée, avec cette précision faite par l’auteur (p. 134) nous indiquant que l’élaboration de la grille est le résultat d’un travail progressif, inspiré pour plusieurs dimensions par les récits produits, voire à partir d’échanges avec les personnes interviewées. Une lecture attentive de ces récits de vie analysés nous permet de mieux saisir la pertinence et la complexité d’une telle socio-analyse de l’agir humain, son évolution possible et ses limites.

11De façon générale, la grille est éclairante et permet de suivre la trame d’un récit individuel construit autour d’un incident critique de la vie des « auteurs » comme le divorce chez Guillaume ou l’arrêt et l’abstinence d’alcool chez Lia. Ce peut être aussi à partir d’une posture plus générale, celle de la revendication d’être une femme libre chez Giovanna ou une attitude de critique constance de sa classe d’origine chez Joaquin. Notons tout de suite que les conduites de libertés sont plus difficiles à définir dans le cas des postures générales.

12De façon générale aussi, la perspective psychosociologique, la trame psycho-familiale en particulier occupent dans l’analyse des cas une place prépondérante, et le contexte sociohistorique y est moins développé (social, économique, politique, culturel). Le recours à Sigmund Freud est important dans ce contexte (voir en particulier les catégories zones d’identités, logiques du sujet, voire celle des raisons d’agir). L’analyse fait bien voir par ailleurs le champ des contraintes qui rendent difficile l’accès à la liberté de sujet, bien montrée par ailleurs. Une partie moins convaincante est le lien avec l’action. Si les Raison d’agir sont bien développées, leur aboutissement à des logiques d’action comme celle de l’échange et surtout, celle de la solidarité est beaucoup moins étayé. Surtout cette dernière, la solidarité, qui nécessiterait une définition plus clairement reliée à la position d’acteur au sein de collectifs d’action, sociohistoriquement situés.

13L’auteur ouvre à la fin de l’ouvrage une question méthodologique d’importance touchant l’implication du chercheur dans le cas d’entretiens de socio-analyse et la dimension clinique de la recherche. En effet, ces entretiens ont un impact que ne peut ignorer le chercheur sur la conscience ainsi interpellée chez le « sujet » participant. Mais il oblige aussi le chercheur à demeurer attentif aux biais et implications personnels possibles dans l’écoute du récit, et dans l’exigence de flexibilité des catégories d’analyse et de pensée produites. Il peut, à partir de la grille conceptuelle de référence, produire des hypothèses, avancer des interprétations, mais ne doit pas les imposer ni les forcer. La sensibilité clinique est ici requise.

14En ce sens, si l’élaboration somme toute assez opérationnelle, dans le cadre d’une recherche qualitative, de la grille socio-analytique proposée est un acquis, il convient de questionner constamment les catégories proposées, tant pour qu’elles puissent davantage coller aux récits des individus, que bien s’inscrire dans le cadre des références théoriques choisi. Nous ne prendrons que deux exemples pour illustrer ce dernier point.

15Dans les logiques du sujet fondant les raisons d’agir, l’auteur retient un premier processus d’intériorisation qu’est l’idéologisation, défini comme ce processus visant à cacher des raisons illégitimes derrière des raisons légitimes… C’est réduire la construction « idéologique » à sa seule face défensive et psychosociale, le terme de rationalisation, au sens freudien, pouvant peut-être ici fort bien convenir. Une référence plus développée à la sociologie des idéologies serait bienvenue, en lien avec les choix de l’individu.

16Dans la notion de solidarité, comme logique d’action, nous l’évoquions plus haut, il y aurait avantage à mieux cerner l’insertion ou non des sujets acteurs sociaux dans des ensembles collectifs plus spécifiques. Cela est fait à l’occasion : le mouvement féministe chez Giovanna, mais avec peu de précision sociohistorique. La marginalité intellectuelle et politique de Joaquin est rapidement située aussi dans l’évolution des grandes familles européennes d’origine, au Chili. Encore ici, la précision des mouvements sociaux historiquement situés au Chili manque. Or cela a comme conséquence d’affaiblir la signification d’acteur social, posé comme élément important de l’approche socio-analytique. Nous retrouvons peut-être aussi la même difficulté quand il est question, dans le processus de construction identitaire, des conduites ou références à l’identité engagée.

17Enfin, question de méthode aussi, si l’étude de socio-analyse est certes possible dans des cas singuliers, produits dans le cadre d’entretiens individuels, ne peut-on penser, à la suite de Daniel Bertaux (1977) par exemple, qu’il conviendrait d’élargir à un nombre d’entretiens plus importants, jusqu’à « saturation », pour mieux cerner le type social et le contexte sociohistorique mis en cause ? Ou encore, pour suivre Vincent de Gaulejac et la sociologie clinique, ne serait-il pas important de produire de tels récits dans un contexte groupal, ce qui permettrait l’inter-analyse entre plusieurs récits ? Tout récit individuel permet de révéler toute la singularité de tout sujet et acteur social libre. La confrontation avec les autres permet par ailleurs d’approfondir ce récit singulier, de le changer aussi pour être toujours plus complet, de « devenir soi-même comme un autre », pour reprendre l’expression condensée de Paul Ricœur (1990). De toucher plus concrètement aussi à la dimension sociohistorique plus large des projets de vie individuels, du passage de sujet à acteur social.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bertaux D. (1997), Les Récits de vie, Paris, Éditions Nathan.

Fishbein M. & I. Ajzen (1980), Understanding Attitudes and Predicting Social Behavior, New Jersey, Prentice Hall Editions.

Ricœur P. (1990), Soi-même comme un autre, Paris, Éditions du Seuil.

Haut de page

Notes

1 Les italiques réfèrent au texte de l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Rhéaume, « De l'individu sujet à l'acteur social : un passage difficile », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Socio-analyse des raisons d’agir, mis en ligne le 20 décembre 2010, consulté le 17 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3229

Haut de page

Auteur

Jacques Rhéaume

Université du Québec à Montréal - Rheaume.jacques@uqam.ca

Haut de page