Navigation – Plan du site
Premiers textes
Premiers textes

Construction d'enquête et définition des groupes sociaux

Réflexions à partir de Bohemian Paris, de Jerrold Seigel
Cyprien Tasset

Résumés

Dans ce texte, nous abordons le livre de Jerrold Seigel à travers le problème du rapport entre la construction de l'objet et celle de l'enquête. En effet, comment peut-on étudier méthodiquement un groupe tel que la bohème littéraire ? À partir d'une discussion quant à la pertinence, dans ce cas, de recourir à la méthode de la définition provisoire, nous nous interrogerons sur le genre de collectif constitué, au xixe siècle, par la bohème littéraire. À l'heure où le travail symbolique accompli au xixe siècle pour faire de la bohème un lieu social largement visible est réactivé par plusieurs entrepreneurs de groupes sociaux, cette réflexion méthodologique aura également l'intérêt de porter, indirectement, sur des efforts de regroupement contemporains.

Haut de page

Texte intégral

La bohème comme laboratoire moral des dilemmes de la vie bourgeoise

1À l'encontre de l'idée selon laquelle la bohème ne serait pensable que par opposition à la bourgeoisie, Jerrold Seigel considère que : « la bohème n'était pas un domaine étranger à la vie bourgeoise, mais l'expression d'un conflit surgi dans son sein même» (Seigel, 1986, p. 20). À quoi tient ce rapport entre la bourgeoisie et la bohème ?

2Tout d'abord, la « bohème » est apparue à un moment où il était reconnu que l’époque était dominée par les « bourgeois », mais où l’on ne savait pas précisément, ou pas unanimement, qui appartenait à cette fameuse classe. Face à cette incertitude, « l'image négative de la bohème était une manière d'esquisser un profil plus net de la bourgeoisie » (Seigel, 1986, p. 15). Les incertitudes de la bourgeoisie quant à son identité puisent leurs racines dans les principes mêmes de son affirmation comme classe dominante : la Révolution de 1789, comme destruction d'une société d'ordres et mise en place d'une société à la fois égalitaire et capitaliste. L'avènement de la bourgeoisie comporte de grandes promesses de libération pour l'individu : chacun pourra développer ses talents et les faire valoir librement, sans être entravé par les statuts de l'Ancien Régime. Mais comment mettre en œuvre ces principes ? Le souci de chacun de développer ses possibilités personnelles pourrait verser dans un égoïsme anarchique ; de plus, la société française se révèle être une société de classe où les chances individuelles sont spectaculairement inégales. Par conséquent, la libération, au moins formelle, des énergies individuelles, désormais autorisées à prétendre à tout ce que leur travail ou leur talent leur permettra, étend un grand flou sur l’ampleur de ce qui est permis, méritoire, accessible. La bourgeoisie est incapable de déterminer des limites claires et convaincantes aux possibilités qu'elle a ouvertes :

  • 1 . « Bourgeois progress called for the dissolution of traditional restrictions on personal developme (...)

Le progrès bourgeois requérait la disparition de restrictions traditionnelles à l'essor personnel ; l'harmonie et la stabilité exigeaient que leur fussent substituées des limites nouvelles et différentes. Mais où tracer ces limites ? À quel point le culte du moi cessait-il d'être bénéfique ou acceptable pour la société qui l'encourageait ? (Seigel, 1991, p. 20) 1.

3Selon Jerrold Seigel, la bohème est la zone où ces tensions travaillent la société, de sorte que les dilemmes de la bohème ont une portée plus générale pour comprendre la société française du xixe siècle. « Le contraste entre le bohème et le bourgeois soulevait, sur la nature et le sens des formes politiques et sociales nouvelles, des questions qui dépassaient ces problèmes de formation de groupes ou de classes [à savoir] le dilemme sur la nature de l'individualité moderne » (Seigel, 1991, p. 18). La bohème a tenu le rôle d'une sorte de laboratoire où pouvaient se déployer les incertitudes morales ouvertes par l'avènement de la bourgeoisie.

4Dans Bohemian Paris, Jerrold Seigel défend cette interprétation de la signification de la bohème à partir de témoignages de contemporains, célèbres ou obscurs. Le livre comporte trois parties et 13 chapitres, chacun étant consacré à un événement historique, par exemple « Politique, fantaisie, identité : la bohème et la révolution de 1848 » (Seigel, 1991, p. 65), un auteur, par exemple « Le poète comme dandy et bohème : Baudelaire » (Seigel, 1991, p. 97), un rapport à la bohème à un moment donné, par exemple « amis et ennemis », qui rassemble des réactions de différents auteurs à la mort de Henri Murger, ainsi que des résumés des romans, très hostiles à la bohème, des frères Goncourt. La succession des chapitres est à peu près chronologique, et va de la préhistoire de la bohème jusqu'à son effacement, dans l'entre-deux-guerres, les surréalistes, figure de « La disparition des frontières » (Seigel, 1991, p. 345) ayant été sa dernière métamorphose.

La question de la définition

Quel principe de sélection de l'information ?

5Dans son compte-rendu de Paris bohème dans les Annales, Christophe Charle loue Jerrold Seigel de ne pas s'en être tenu aux personnages consacrés par l'histoire de l'art et de la littérature (Charle, 1994, p. 719). Cependant, une fois récusée la notoriété artistique ou historique comme principe de limitation de corpus, sur quel critère s'appuyer pour étudier la bohème, toute la bohème et rien que la bohème ? Jerrold Seigel risque en effet de remplacer l'arbitraire de la consécration dans la culture légitime par son propre arbitraire. Ne risque-t-il pas de choisir ses matériaux en fonction d'une thèse qu'il voudrait défendre ? Aussi, Christophe Charle conclut : « Pour emporter complètement l'adhésion du lecteur, Jerrold Seigel aurait dû mieux justifier ses choix de méthode et ses principes de sélection de l'information » (Charle, 1994, p. 719).

6L'objection de Christophe Charle procède d'un légitime souci de rigueur. Pourtant, s'ils sont peut être insuffisamment explicités, les choix de Jerrold Seigel ne sont pas sans raisons. Nous tâcherons ici d'expliciter la logique de la démarche d'enquête mise en œuvre dans Paris bohème.

L'exigence d'une définition

  • 2 . Largement, mais pas tout à fait, en raison des éventuelles différences internes au groupe.

7Le livre défend une thèse concernant « le rôle de la bohème dans l'histoire culturelle » (Seigel, 1986, p. 378). Pour spéculer sur la signification culturelle de la bohème, il faut se donner un corpus délimité de « faits de bohème ». Deux problèmes se posent d'entrée de jeu. Premièrement, de quelles sortes de données a-t-on besoin pour étudier la signification culturelle de la bohème ? Admettons provisoirement que cette question est résolue : plutôt que des données d'ordre morphologique, concernant les délivrances de diplômes, les niveaux de revenus dans les secteurs artistiques et littéraires, la répartition des théâtres ou des rédactions de revues dans les arrondissements parisiens, etc., nous rechercherons des données détaillées concernant la vie et l'œuvre d'individus bien précis. Dès lors, le problème de la sélection de l'information pertinente pour une recherche sur la bohème recoupe largement 2 celui de l'appartenance des individus à la bohème.

8La nécessité, pour étudier les faits sociaux, de se donner des objets solidement circonscrits, a été défendue par Émile Durkheim :

« Toute investigation scientifique porte sur un groupe déterminé de phénomènes qui répondent à une même définition. La première démarche du sociologue doit donc être de définir les choses dont il traite, afin que l'on sache et qu'il sache bien de quoi il est question » (Durkheim, 1986 [1894], p. 34).

  • 3 . Inversement, des thèses sur la signification de la bohème pourraient servir à la délimiter ; tout (...)

9Enquêter dans le cadre d'une définition implicite ou imprécise expose le chercheur à laisser ses préconceptions guider ses choix, ses résultats étant par conséquent affaiblis par un légitime soupçon de partialité incontrôlée. Plus généralement, une proposition n'est « même pas fausse », selon l'expression chère à Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, si elle applique un prédicat à un sujet qui demeure indéterminé. Il en va de même pour une théorie. Il faut donc, puisque l'on ne peut pas prétendre pénétrer le sens des phénomènes étudiés dès les premiers moments de la recherche, se donner au moins quelques critères facilement repérables, afin de permettre l'exploration systématique d'un ensemble à extension prédéterminée. Dans le cas qui nous intéresse, on admettra que les conclusions que l'on peut tirer sur la signification culturelle de la bohème dépendent étroitement des sources que l'on aura jugées pertinentes pour témoigner de la bohème 3, en l'occurrence des individus que nous considèrerons comme bohémiens. Nous aurions donc besoin de circonscrire préalablement la bohème comme groupe, si nous voulons l'étudier. Il nous faut, comme dit Émile Durkheim, une « définition préalable ».

  • 4 . « Bohemia cannot be charted, graphed, and counted, because it was never wholly an objective condi (...)
  • 5 . Émile Durkheim donne comme exemple de « définition provisoire » celle du crime, et le définit com (...)
  • 6 . « If Bohemia remains so resistant to clear classification, if its boundaries were so permeable, h (...)

10Il y a ici une sérieuse difficulté, puisque, comme le note Jerrold Seigel, et comme nous nous en doutions, « De la bohème, on ne peut dresser ni carte, ni graphique, ni dénombrement, parce qu'elle n'a jamais été une condition tout à fait objective » (Seigel, 1991, p. 22) 4. Or, la technique durkheimienne de la définition provisoire s'applique le plus facilement aux objets d'études qui résultent d'un travail d'objectivation pris en charge par une autorité (le plus souvent : l'État 5) capable de stabiliser et d'uniformiser le sens à donner aux choses. Comme l'explique Alain Desrosières, « les faits sociaux peuvent être traités comme des choses seulement s'ils sont durcis d'une façon ou d'une autre (Laurent Thévenot, 1986), comme le sont les institutions, les lois, la religions, la coutume » (Desrosières, 1989, p. 226). Même si Émile Durkheim témoigne dans Les Formes élémentaires de la vie religieuse d'une attention aux conditions sociales des classifications indigènes, il préfère, dans l'étude des sociétés occidentales, s'appuyer sur leur institutionnalisation. Or, une telle institutionnalisation, dans le cas de la bohème, fait défaut. Aucune instance ne s'est jamais chargée de vérifier si des candidats à l'entrée de la bohème remplissaient bien les conditions nécessaires pour cela. Aucun acteur n'est parvenu à solidifier la bohème, autrement dit à la constituer en chose crédible. On peut donc se demander avec Jerrold Seigel « si la bohème résiste si fort à une classification nette, si ses frontières sont si perméables, comment pouvons-nous en écrire l'histoire ? » (Seigel, 1991, p. 21-22) 6.

Aporie de la définition synthétique

11La règle durkheimienne de la définition provisoire s'appuie le plus volontiers sur des classements opérés par une institution. Mais s'il tient à étudier un domaine où l'institutionnalisation fait défaut, le chercheur peut décider de construire une définition artificielle, l'important étant de prédéterminer de la façon la plus précise possible l'extension du domaine à étudier. On peut donc produire une définition de synthèse, en érigeant en critères les significations ordinaires de la bohème. Par exemple, dans le cas qui nous intéresse, une définition provisoire d'un individu bohème pourrait être :

  • Période de naissance : entre 1810 et 1910.

  • Sexe : masculin.

  • État civil : célibataire.

  • Lieu de résidence : Paris.

  • Type de logement : logement individuel peu coûteux.

  • Emploi : absent ou changeant, structuré par l'opposition entre alimentaire et vocationnel.

  • Revenus : irréguliers, parfois inférieurs à ceux d'un manœuvre, et parfois beaucoup plus élevés.

  • Vues politiques : radicales.

  • Etc.

12Mais une telle série de critères pose problème. Ou bien elle ne recoupe pas le « concept vulgaire » et il n'y a plus de raison de dire qu'elle contribue à une recherche sur la bohème. Ou bien, et c'est bien ainsi que nous l'avons établie, elle le prend comme un « indicateur », suivant le conseil d’Émile Durkheim, mais alors il faut pouvoir justifier la critèrialisation du « concept vulgaire » de bohème. Ici, deux difficultés : premièrement, quelles propriétés doivent être érigées en critères ? Comment extraire, à partir des récits, des portraits, des controverses où s'expriment des « notions vulgaires » de la bohème, une suite finie de critères (tranche d'âge, sexe, niveau de revenu, type de logement, type d'emploi, etc.) ? Cette opération supposerait que la bohème soit une configuration particulière au sein d'univers défini par un nombre fini de variables. Or, rien n'est moins sûr, et nous verrons que ce serait au contraire un contresens quant aux modes de constitution d'unités sociales utilisés par les hommes du xixe siècle. Deuxième difficulté : d'où faudrait-il extraire le concept de bohème ? Pourvu que l'on ait une certaine familiarité avec la vie intellectuelle et artistique du xixe siècle, nous trouvons bien en nous une certaine idée de ce qu'est la bohème, mais d'un individu à l'autre celle-ci sera différente, de sorte que celui qui voudrait s'appuyer dessus sans plus d'objectivation tomberait sous la juste critique durkheimienne contre la pure analyse d'idées. En effet, selon que l'on aura plutôt lu des auteurs romantiques ou des romanciers réalistes, de la littérature ou de l'histoire sociale, des sources conservatrices ou progressistes, des auteurs fin de siècle ou de la monarchie de Juillet, etc., on ne caractérisera pas la bohème de la même manière. Loin de permettre la traduction en « caractères extérieurs » (Durkheim, 1968 [1894], p. 35) d'une notion indigène floue mais unique, la recherche d'une « notion vulgaire » de la bohème nous plonge dans des discordances entre les différentes autorités qui se disputent, tout au long du xixe siècle, quant à la signification, aux propriétés et à l'extension de la bohème. Comment extraire de cette confusion un principe de direction et de délimitation de la recherche empirique sans rompre, de façon inévitablement partiale, une indécision dont nous voyons bien qu'elle est constitutive de l'objet ?

Principe d'agrégation et méthode d'enquête

  • 7 . Nous allons ici dans le même sens qu'Anthony Glinoer, lorsqu'après avoir admis l'inconsistance de (...)

13S'il ne faut « prendre pour objet de recherches qu'un groupe de phénomènes préalablement définis par certains caractères extérieurs qui leur sont communs et comprendre dans cette recherche tous ceux qui répondent à cette définition » (Durkheim, 1968 [1894], p. 35), alors la bohème n'est tout simplement pas un objet possible pour une recherche. Inversement, les Règles de la méthode sociologique ne recouvrent peut-être pas tout ce qu'il est possible de faire en sciences sociales. La « définition provisoire », critèrielle, instrument de rupture avec les prénotions, repose elle aussi sur certains présupposés. Elle implique que le chercheur se donne un univers d'unités élémentaires séparées, définies par une suite finie de propriétés. Autrement dit, se donner des critères bien précis est utile pour aborder une vaste série de cas qui diffèrent entre eux par la valeur particulière que prennent, chez chacun, des variables par lesquelles ils sont tous également concernés, mais qui ne contiennent pas en eux-mêmes de principes de passage de l'un à l'autre. Ils sont donc ce que Jean-Paul Sartre appelle précisément une « série » (Sartre, 1960). Mais reste-t-il quelque chose de la bohème si l'on fait abstraction, pour l'étudier, des usages dont elle fait l'objet de la part d'acteurs de la vie culturelle du xixe siècle, qui l'évoquent pour se rapporter les uns aux autres, se distinguer, s'associer, interpréter leur vie en la rapportant à celle d'autres individus 7 ? Si l'on ignore ces rapports complexes, il n'y a tout simplement plus de bohème. Par conséquent, se passer de définition critèrielle de la bohème n'est pas une téméraire absence de méthode, c'est la seule méthode possible si l'on veut se donner pour objet la bohème.

14Le rejet d'une définition critèrielle de la bohème laisse encore très indéterminée la question de la méthode à employer pour tirer parti des rapports complexes dont la bohème était le nom. Celle choisie par Jerrold Seigel s'appuie sur une notion de « guide ». Bohemian Paris s'ouvre sur un chapitre intitulé « Les frontières de la bohème » (Seigel, 1991, p. 13), où l'auteur, loin de fixer des frontières à la bohème propose de se « laisser guider par ceux qui en firent l'expérience – participants ou observateurs, amis et ennemis. Le siècle qui commence en 1830 a produit beaucoup de guides de cet ordre, certains bien connus, d'autres médiocres, d'autres complètement obscurs » (Seigel, 1991, p. 22).

Points d'entrée et vue d'ensemble

15Cette possibilité de « se laisser guider » implique que les « participants ou observateurs, amis et ennemis » de la bohème ne sont pas des éléments isolés, et que l'information qui se rapporte à chacun comporte des relations avec d'autres que le chercheur peut suivre pour organiser sa recherche. Mais par où entrer dans le réseau des références que s'adressent les uns aux autres les témoins de la bohème ? Il nous semble que le point de départ indispensable de la recherche de Jerrold Seigel est une vision d'ensemble de l'histoire culturelle française au xixe siècle et au début du xxe. En une reconstitution hypothétique des conditions de mise en œuvre d'une recherche par « guides », nous pouvons supposer que cette vue d'ensemble permet, à partir du moment où l'on tâche de rapporter à ses sources l'idée de bohème que l'on trouve en nous :

    • 8 . Il ne faudrait pas exagérer l'importance de Henri Murger au point de lui donner un rôle absolumen (...)

    d'abord, de percevoir une organisation des représentations, usages et incarnations de la bohème que l'on trouve dans les archives du xixe siècle autour d'un élément central : la vie et l'œuvre de Henri Murger, vers qui références et ressemblances convergent 8.

    • 9 . Maurice Merleau-Ponty n'intervient pas ici seulement pour sa vertu décorative, mais aussi parce q (...)

    Puis, de donner à cette figure des limites chronologiques. En effet, c'est sans doute cette centralité de Henri Murger qui fonde la périodisation de la recherche : les années 1830-40 y figurent parce que s'y élaborent des éléments qui préparent la bonne forme fondée par Henri Murger, celle-ci n'apparaissant comme telle qu'au vu de son influence dans la vie culturelle. C'est l'épuisement progressif de cette influence, « en queue de comète » 9, comme dirait Maurice Merleau-Ponty, qui détermine la fin de la période à étudier.

  • De distinguer, enfin, les liens dont la structure diachronique et synchronique de la bohème est constituée. De fait, à partir de la centralité des Scènes de la vie de bohème, Jerrold Seigel rayonne vers la vie culturelle du siècle en utilisant conjointement plusieurs principes d'association à la bohème. Le plus évident est, bien sûr, l'usage du nom (« la bohème »). Mais Jerrold Seigel fait aussi fonctionner la typicité (suivant le type construit par Henri Murger ou par ses concurrents et successeurs, eux-mêmes associés à Henri Murger par un « air de famille ») ou la contre-typicité des biographies ou des expressions chez des individus pourtant reliés à la bohème selon d'autres espèces de liens. Un autre lien utilisé est le rapport personnel avec Henri Murger (pour les Buveurs d'eau, par exemple), ou plus largement le rapport d'interconnaissance avec des personnes ou des groupes indubitablement bohèmes (par exemple, « Baudelaire ne fut jamais un bohème par choix. […] Il ne fait cependant aucun doute qu'entre ses vingt et quelques années et la fin de sa vie, Baudelaire vécut en bohème : il s'associa aux amitiés de ce milieu, fréquenta ses cercles et ses cafés, prit volontiers les dehors désordonnés, le genre débraillé qu'il méprisait » [Seigel, 1991, p. 97]), le rapport littéraire avec Henri Murger, qu'il soit explicite comme chez Jules Vallès, ou qu'il réside dans une distorsion imprimée aux figures murgeriennes de la bohème, comme chez les Goncourt ou Émile Zola. Peut également intervenir le fait d'avoir revendiqué publiquement la qualité de bohémien ou bien d'avoir été qualifié comme tel par d'autres. À la manière d'un sociologue recrutant ses informateurs par « boule de neige », Jerrold Seigel fait fonctionner ces différents liens à partir des « guides » de second rang qu'il a recrutés en partant de Henri Murger.

  • 10 . Paradoxalement, la disparition de ses informateurs donne à Jerrold Seigel plus de liberté de circ (...)

16Reconstituer ainsi le mode de circulation par lequel Jerrold Seigel constitue son corpus permet de comprendre la place prépondérante, mais non exclusive, qu'il accorde, dans chaque chapitre, à tel ou tel écrivain ou artiste célèbre, ou à un lieu fameux de la vie culturelle, comme certaines revues ou les cabarets de Montmartre. De leur vivant, et plus encore du fait de la meilleure conservation, relativement à leurs contemporains, des informations les concernant, ces individus et ces institutions ont été des lieux de croisement intense entre des représentations, des groupes, des significations, des individus ayant des rapports avec la bohème. Inversement, les anonymes, auxquels on parviendra via l'intérêt, en relation avec la bohème, que leur aura porté un « grand », auront tendance à constituer des « culs de sac », mais aussi à nous informer sur des expériences et des destinées plus ordinaires que celles des grands témoins de la bohème 10. Si l'on considère que tous sont inclus dans le livre en vertu de leur rapport, plus ou moins direct, à Henri Murger, il vaut maintenant la peine d'aller voir de plus près comment Jerrold Seigel utilise l'auteur qui constitue le plus dense des nœuds de relations au sujet de la bohème.

Le « cartographe le plus influent » 11

« La préhistoire du bohémianisme »

  • 12 . Robert Darnton a attiré l'attention sur un ouvrage de 1790 intitulé Les Bohémiens, qui décrit le (...)

17Sous la monarchie de Juillet, si l'on trouve plusieurs mentions du terme « bohème », appliqué à la jeunesse, l'ambition, la délinquance, d'une part leurs sens sont discordants, et d'autre part ces quelques indications restent isolées et rares ; elles n'ont pas implanté la bohème comme une catégorie à travers laquelle de nombreux acteurs « trouvent leur chemin dans l'espace social » (Boltanski & Thévenot, 1983) 12. Preuve de cette invisibilité de la bohème sous la monarchie de Juillet : en 1841-42, il y eut une mode des « physiologies » de types sociaux, écrits par des journalistes inventifs. Il n’y eut pas de « physiologie de la bohème ».

  • 13 . Notre traduction pour Seigel, 1986, p. 15 : « expanded significance of artistic life », inexactem (...)

18Pourtant, les années 1830 et 1840 ont leur place dans une histoire de la bohème ; plus précisément, selon Jerrold Seigel, elles sont « la préhistoire du bohémianisme » (Seigel 1991, p. 37). Ainsi, il s'agit d'une époque de débats concernant la place de l'artiste dans la société. En effet, la Révolution a tari le flot des pensions, contraignant les artistes à opérer un « passage du mécénat au marché » (ibid., p. 24). Bien, sûr, ce fut progressif ; il demeura des auteurs subventionnés par le prince sous Napoléon III. Mais les sinécures étaient drastiquement raréfiées, tandis que le marché s'élargissait. Cette évolution n'allait pas sans quelque nostalgie. Par exemple, Chatterton, le drame d’Alfred de Vigny, met en scène un jeune poète acculé au suicide par une société bourgeoise qui refuse de l'entretenir. Les revues littéraires des années 1830 discutaient âprement des conséquences de l’exposition inévitable au marché pour les artistes : de nombreux auteurs craignent l’asservissement au matérialisme, tandis qu'un point de vue libéral soutient que « C’[est] seulement dans les conditions actuelles que l’artiste p[eu]t véritablement vivre de son travail, et, partant, se libérer de la sujétion qui l’avait opprimé et corrompu dans le passé » (ibid., p. 24). Ce second point de vue était minoritaire. Mais en plein essor du romantisme (et du libéralisme), les exemples d’écrivains fameux ont fait du succès artistique un paradigme de l’accomplissement : « Ils représentaient le triomphe du talent sur les circonstances, auquel beaucoup aspiraient. L'éminence en art – atteinte par l'expression des qualités et des talents intrinsèques de l'individu – finit par symboliser l'émancipation et l'accomplissement que la société nouvelle promettait à tous ceux qui développaient consciemment leurs aptitudes personnelles » (ibid., p. 25). Conséquence de cette « signification élargie de la vie artistique » 13, « l'échec, pour un artiste, pouvait être le signe d'une grave faillite morale et personnelle » (ibid., p. 25).

19D'autres phénomènes culturels entrent en compte dans l'invention de la vie de bohème, notamment le thème de la « génération », très actif dans la première partie du xixe siècle, par exemple : « génération 1830 ». C'est également le moment d'une nouvelle ritualisation de la vie étudiante parisienne, à travers des bandes parfois violentes, comme les « bousingots », reconnaissables à certains codes vestimentaires, associés à des positions politiques (ibid., p. 35). Enfin, la monarchie de Juillet, avec son « roi bourgeois » Louis-Philippe, rend manifeste la bourgeoisie comme nouvelle classe dominante. Ainsi, même si le terme de bohème n'est évoqué que de façon sporadique avant 1849, les deux décennies précédentes voient s'élaborer un réseau de thèmes et de figures sur lesquels prendront appui les promoteurs de la bohème.

Les Scènes de la vie de bohème, manifeste d'un groupe social

  • 14 . Un autre jugement sur l'importance, entre autres auteurs, de Henri Murger : « Faire de l'art de v (...)
  • 15 . Chez Henri Murger, le compte-rendu ne se justifie pas pour amender une science insuffisante, mais (...)
  • 16 . C'est le titre du premier chapitre du livre de Henri Murger. On remarquera que le cénacle est une (...)

20C'est avec les Les Scènes de la vie de bohème de Henry Murger (1822-1861), publiées comme une suite de nouvelles entre 1845 et 1849, sous forme de pièce de théâtre qui connut en 1849 un succès considérable, puis en un volume unique en 1851, que la bohème est devenue un territoire reconnu dans la société française du xixe siècle 14, comme le relève Jerrold Seigel : « C'est lui [Henri Murger] qui a revêtu l’image de la Bohème des traits qui donnèrent à celle-ci la remarquable séduction et le singulier pouvoir d'évocation qu’elle garda si longtemps » (Seigel, 1991, p. 38). Dans sa préface de 1851, Henri Murger justifie son entreprise de description de la vie de bohème en évoquant les calomnies dont elle serait l'objet : « Telle est, en résumé, cette vie de bohème, mal connue des puritains du monde, décriée par les puritains de l'art, insultée par toutes les médiocrités craintives et jalouses [...] » (Murger, 1851, p. 13) 15. Le livre a pour personnages principaux le « cénacle de la bohème » 16 un groupe de jeunes aspirants artistes ou intellectuels. Ils font connaissance au Quartier latin et s'y découvrent des affinités :

  • 17 . L'intérêt de ce long extrait est de relever les principes affinitaires du regroupement opéré par (...)

« La connaissance ébauchée la veille entre Colline et Schaunard, et plus tard avec Marcel, devint plus intime ; chacun des quatre jeunes gens arbora le drapeau de son opinion dans l'art ; tous quatre reconnurent qu'ils avaient courage égal et même espérance. En causant et en discutant, ils s'aperçurent que leurs sympathies étaient communes, qu'ils avaient tous dans l'esprit la même habileté d'escrime comique, qui égaye sans blesser, et que toutes les belles vertus de la jeunesse n'avaient point laissé de place vide dans leur cœur, facile à mettre en émoi par la vue ou le récit d'une belle chose. Tous quatre, partis du même point pour aller au même but, ils pensèrent qu'il y avait dans leur réunion autre chose que le quiproquo banal du hasard » (Murger, 1851, p. 43) 17.

  • 18 . Vitale pour les jeunes hommes. Même si des amours avec des grisettes sont un accessoire essentiel (...)
  • 19 . D'après Jerrold Seigel, « Les vieux amis de Murger [...] le supplièrent de donner à sa pièce une (...)

21Sans cesse à court d'argent, mais toujours légers et rieurs, les bohèmes font preuve d'une grande inventivité pour en trouver, échapper à leurs créanciers lorsqu'ils n'en ont pas, et séduire des jeunes filles de mœurs légères, actrices, ou plus souvent grisettes. Capables à l'occasion de quelques efforts pour réaliser leur vocation, ils vivent la plupart du temps selon l'urgence pratique ou l'inspiration du moment. Le roman se clôt sur la mort à l'hôpital, tuberculeuse, de « Mimi », la maîtresse du poète Rodolphe. Dans un ouvrage souvent critiqué par la suite pour la description trop idéalisée qu'il aurait donnée d'expériences en réalité douloureuses, la mort de Mimi fait figure de gage de réalisme, et de rappel de la nécessité vitale 18 de quitter la bohème pour joindre ou rejoindre la bourgeoisie 19.

La biographie du cartographe

22Si la construction de Bohemian Paris repose sur les liens qui unissent, de leur propre point de vue, des individus ou des institutions du xixe siècle autour de la bohème, une ressource importante pour relever de telles associations réside, au delà des représentations publiques dont ils sont les auteurs, dans la biographie même des « guides » en bohème. D'ailleurs, Henri Murger a été personnellement identifié à la bohème par ses contemporains, qui lui consacrèrent, à sa mort, pas moins de trois biographies (Seigel, 1986, p. 32) ainsi qu'un grand nombre d'articles de journaux, ce qui brouille la distinction entre l'amont et l'aval de la production de représentations de la bohème chez lui. Pour le public du xixe siècle, Henri Murger et son œuvre sont étroitement associés, sinon confondus. Il n'est donc pas étonnant que le chapitre « Un pays exploré : Murger » (Seigel, 1991, p. 39) s'étende longuement sur la biographie de l'auteur des Scènes de la vie de bohème. Deux points, ou plus précisément deux rapports, semblent retenir l'attention de Jerrold Seigel : le rapport de Henri Murger à la vie bourgeoise, et à la bohème qu'il a si décisivement contribué à populariser.

  • 20 . Jerrold Seigel s'appuiera en partie sur ce côtoiement entre l'auteur des Scènes de la vie de bohè (...)

23Henri Murger est né en 1822, d'un couple de concierges d'un immeuble cossu de Paris. Employé de notaire, il fait la connaissance de jeunes aspirants artistes et partage leurs vocations. « À vingt ans, donc, Murger vivait dans un monde d'artistes ou de prétendus artistes, qui se confondait avec l'extrêmisme politique d'un côté, et avec la criminalité de l'autre » (Seigel, 1991, p. 42), deux liens qu'il tâche alors de rompre dans sa vie et s'efforcera d'effacer dans son œuvre 20. Pauvre, malade et souvent en proie au découragement, Henri Murger vit de petits métiers, parfois à la limite de l'espionnage politique, et tâche de percer dans le journalisme, tout en restant cantonné aux journaux du Quartier latin, voire aux fascicules publicitaires. Il côtoie de nombreux jeunes littérateurs et artistes dont plusieurs devinrent célèbres. Il s'attache à des femmes équivoques et les idéalise. À la fin des années 1840, il accède enfin au succès par ses récits sur la vie de bohème, mais n'en devient pas pour autant durablement riche et meurt dans la misère à 38 ans.

24Jerrold Seigel s'intéresse à la place que tiennent les Scènes de la vie de bohème dans la vie de leur auteur. Personnellement identifié à la bohème par ses contemporains, Henri Murger n'a pas cessé de chercher à quitter ce mode de vie et à s'embourgeoiser, mais il n'a su approcher le succès qu'en écrivant sur la bohème. Si la plupart de ses lecteurs retiennent de lui une vision idéalisée et attractive de la bohème, ni lui, ni le personnage du poète Rodolphe qui lui sert de porte-parole n'ont fait mystère de leur impatience d'en sortir par l'embourgeoisement. La préface des Scènes comporte d'ailleurs des mots sévères contre certaines sous-catégories de bohémiens. De son vivant et après sa mort, Henri Murger essuie de nombreux reproches de la part de ses amis du début des années 1840 à propos de son anti-bohémianisme et de sa renonciation aux enthousiasmes politiques de sa jeunesse.

25Par opposition à la trajectoire d'embourgeoisement dans laquelle Henri Murger se projetait, mais également à l'encontre de certains témoignages de ses contemporains qui font de lui un contempteur de la bohème, Jerrold Seigel utilise les données fournies par les biographies de Henri Murger ainsi que des archives pour montrer que son positionnement par rapport à la morale bourgeoise, à travers sa vie comme à travers ses textes publiés, est marquée par une grande ambivalence. Les écrits de Henri Murger contiennent bien des bohèmes « amateurs », d'origine bourgeoise, destinés à rejoindre leur classe et pour qui la vie de bohème est un moratoire hédoniste avant le retour au sérieux des affaires et de la famille, mais l'expérience personnelle de Henri Murger correspond à celle de jeunes d'origine plutôt petite-bourgeoise, porteurs d'une morale ascétique du salut par le travail, et pour qui la vie de bohème signifie avant tout la possibilité de se vouer entièrement à une vocation pour laquelle un mode de vie en accord avec les conditions de transmission d'un patrimoine aurait été un frein. C'est parce que sa vie est déchirée entre ces pôles que Murger a pu construire une représentation romanesque unifiée d'un lieu social où se côtoyaient des individus aux pratiques et aux chances si contrastées. Une fois que l'on interprète ainsi les tensions à l'œuvre dans la vie de Henri Murger ainsi que dans ses écrits, la bohème murgerienne semble un effort pour conférer une unité à des attitudes socialement différenciées, toutes les deux profondément ambivalentes quant à leur rapport à la vie bourgeoise (Seigel, 1991, p. 63). Contrairement aux apparences, la bohème peinte par Henri Murger ne constitue un écart par rapport à la vie bourgeoise que pour pousser à l'extrême l'éthique petite-bourgeoise du travail.

Quelle sorte de groupe Henri Murger a-t-il promu ? Typicité, affinité, attraction

26Nous avons vu que la stratégie de Jerrold Seigel consistait, puisqu'il renonçait à contenir sa recherche dans le cadre d'une définition de la bohème, à aborder la bohème en suivant des « guides », Henri Murger étant l'un des principaux. Mais quel accès à la bohème pourra-t-on trouver à partir de Henri Murger ? De quelle façon Henri Murger regroupe-t-il la bohème ? Pour le comprendre, il ne suffit pas de relever que les Scènes de la vie de bohème procèdent d'un pacte de lecture réaliste et prétendent décrire la réalité sociale. L'entreprise de Henri Murger reste opaque tant qu'on ne l'a pas replacée parmi les modes de représentation du social en vigueur dans les années 1840.

  • 21 . Ne trouvant que des appuis fragiles dans des statistiques difficiles à construire et peu mathémat (...)
  • 22 . Judith Lyon-Caen emprunte l'expression « textes panoramiques » à Walter Benjamin, qui désigne ain (...)

27À ce sujet, la recherche contemporaine souligne deux points : d'une part, les crédits épistémiques respectifs du roman et de l'enquête sociale 21 étaient loin d'être aussi inégaux qu'aujourd'hui (Amossy, 1989 ; Lyon-Caen, 2002 ; David, 2003). D'autre part, ces deux genres reposaient, pour représenter la société, sur un même opérateur de généralisation, qu'ils partageaient également avec les « physiologies » : la « pensée par types (David, 2010, p. 278). Judith Lyon-Caen, relève « la proximité des solutions descriptives qu’adoptent romans, enquêtes sociales et textes panoramiques » (Lyon-Caen, 2002, § 14) 22. Ils convergent d'abord par « le commun recours à une écriture du type, élément de base de la littérature panoramique (Physiologies et galeries de types), recours fondamental de l’écriture romanesque, mais également pratique descriptive courante dans l’enquête sociale » (ibid., § 14). Comme le souligne Ruth Amossy, l'évolution des modes de représentation du social a condamné le typique, produisant des normes qui font écran aux qualités qu'on lui reconnaissait au xixe siècle : « la notion contemporaine de stéréotype menace de brouiller les vertus exemplaires du typique » qui « ramasse [...] en une image unifiée et nécessairement simplifiée les attributs caractéristiques d'un groupe social » (Amossy, 1989, p. 113). Pour le lecteur du début du xxie siècle, habitué à manipuler des catégories sociales qui, « produit d'un travail historique très long », sont constituées d'un « mixte de définitions par des critères et par des cas typiques » (Desrosières & Thévenot, 1998, pp. 103 et 97), l'enjeu n'est pas de savoir s'il faut réhabiliter le type comme instrument de connaissance, mais de suspendre la critique moderne contre les « stéréotypes » afin de comprendre « les catégories et les critères du xixe » (Amossy, 1989, p. 114). Selon un procédé omniprésent chez ses contemporains romanciers, tels Honoré de Balzac ou Eugène Sue, mais aussi enquêteurs sociaux, comme Eugène Buret (David, 2003), Henri Murger met en scène des cas singuliers supposés porteurs au plus haut degré des caractères communs à un groupe, que l'auteur baptise « la bohème ».

28L'intérêt de ce rappel à propos des principaux instruments d'appréhension de la réalité sociale disponibles au milieu du xixe siècle ne s'arrête pas au caractère exotique du type. Celui-ci se révèle plus chargé d'enjeux lorsque l'on remarque qu'il fonctionne à plusieurs niveaux. Chez Henri Murger, l'identité typique n'est pas seulement apparente dans le récit, mais également à l'œuvre dans l'histoire, sous la forme de la relation d'affinité qui unit le « cénacle de la bohème ». Ainsi, le type bohème n'est pas seulement un produit de la fiction ; il en est aussi un ressort (les membres du cénacle ont été attirés les uns par les autres en vertu de leur allure commune, qui à son tour attire à lui d'autres jeunes aspirants artistes ou hommes de lettres, comme Barbemuche). À travers la scène de la constitution du « cénacle de la bohème », la proposition de regroupement avancée par Henri Murger dans les Scènes de la vie de bohème, s'étend du sens cognitif d'un principe de catégorisation du monde social au sens des pratiques de sociabilité où s'engager afin de partager un mode de vie séduisant, puisqu'il suggère à ceux qui se sentent attirés par le type de se rassembler. On voit combien il serait maladroit de situer les œuvres de Henri Murger dans un règne de « représentations » d'un social qui mènerait sa propre vie par ailleurs : elles invitent leurs lecteurs à se rencontrer ; elles leur fournissent des instruments symboliques pour faciliter ces rencontres et indiquer aux aspirants à la bohème ce qu'ils peuvent espérer de leur réunion (l'amitié, l'entraide, l'encouragement mutuel en vue de leurs ambitions, et plus largement la vie d'aventures, d'enthousiasme et de fantaisie décrite par Henri Murger). Celui-ci ne décrit pas la réalité d'un groupe social, puisque l'on sait que le groupe des Buveurs d'Eau, dont il s'inspire, n'a pas tenu un an ; il ne présentait pas tous les traits que Henri Murger prête à sa bohème, et il en présentait d'autres, par exemple en matière d'engagement politique, qui sont soigneusement exclus des Scènes de la vie de bohème. On pourrait plutôt dire qu'il a constitué un attracteur vers un certain genre de vie.

La bohème controversée

  • 23 . La forme de l'opposition entre ces deux articles est intéressante : on ne sait pas exactement s'i (...)
  • 24 . Jerrold Seigel rapporte une discussion du rôle de la bohème dans la Commune du point de vue versa (...)

29L'œuvre de Henri Murger a connu dès le lancement de sa pièce en 1849 un succès important et a été rééditée plusieurs fois sous forme de roman au cours du siècle. Dès 1849, la créature de Henri Murger fait l'objet d'interprétations divergentes. On s'interroge sur ses propriétés : est-elle plutôt tournée vers la poésie, c'est-à-dire ses rapports avec « Mimi », comme veut le croire Jules Janin, critique au très conservateur Journal des débats, ou bien vers la politique et la révolte contre la pauvreté qu'elle partage avec le peuple, comme on peut le lire dans La Réforme 23, journal social-démocrate, sous la plume d'un critique qui « s'identifiait lui-même à un bohème » (Seigel, 1991, pp. 69-68) ? Prononcés au début de la IIème République, ces deux jugements pointent vers deux interprétations du rôle de la bohème en 1848, et par conséquent de son potentiel révolutionnaire, inquiétude qui sera réactivée au cours du siècle à l'occasion des crises politiques. Notamment : est-ce la bohème qui a fait la Commune, et si oui, quelle bohème 24 ?

30Le débat ci-dessus se loge dans la marge d'ambiguïté laissée entr'ouverte par Henri Murger à propos des inclinations politiques de la bohème, mais sans remettre en cause son compte-rendu. D'autres auteurs vont plus loin et font intervenir leur expérience personnelle pour entreprendre des réfutations littéraires, si l'on peut dire, des Scènes de la vie de bohème. Voici par exemple comment Jules Vallès présente rétrospectivement, dans L'Insurgé, ses intentions au moment où il écrivait Les Réfractaires (1865) :

« J'ai pris des morceaux de ma vie et je les ai cousus aux morceaux de la vie des autres [...]. Mais je viens de sauver l'honneur à tout un bataillon de jeunes gens qui avaient lu les Scènes de Bohème [sic] et qui croyaient à cette existence insouciante et rose, pauvres dupes à qui j'ai crié la vérité ! » (Vallès, 1885, p. 31).

  • 25 . La querelle que Jules Vallès cherche à Henri Murger est du même ordre que la controverse politiqu (...)

31Lorsque Jules Vallès s'oppose à la représentation trompeusement attirante que Henri Murger aurait donnée de la bohème, il laisse entendre que l'enjeu de sa controverse littéraire 25 avec les Scènes de la vie de bohème est la capacité du lecteur (jeune homme éduqué) à se diriger dans la société avec prudence. Le passage que nous venons de citer donne des intentions de Jules Vallès dans Les Réfractaires l'image la plus équivoque, puisque l'on peut y entendre aussi bien un avertissement, de sensibilité conservatrice, contre le déclassement et l'irréalisme provoqués par la lecture de romans (Lyon-Caen, 2006), qu'un effort pour présenter la révolte comme l'aboutissement logique d'une condition plus dure qu'on ne l'a fait croire.

32Sous la IIIème République, la bohème tend à s'amenuiser, prise d'une part entre sa marchandisation, de plus en plus concertée, par exemple dans les cabarets de Rodolphe Salis et Émile Goudeau, conçus pour tirer un parti commercial de la fascination exercée par la vie de bohème sur un public aisé (« La bohème se transformait littéralement en théâtre, mettant en scène la distance qui la séparait de la vie courante, mais la masquant aussi, canalisant ses forces pour faire appel à la bourgeoisie, en tant que protectrice et consommatrice d'œuvres littéraires et artistiques », (Seigel, 1991, pp. 212-213) et d'autre part la concentration des contestations de la vie bourgeoise dans des avant-gardes politiques et surtout artistiques comme les surréalistes.

33Ces évolutions effacent progressivement le souvenir de Henri Murger, mais on peut, avec Jerrold Seigel, y voir les figures extrêmes prises par les tensions qu'il a exprimées entre les aspirations bourgeoises et leur refus, l'art et la vie.

La bohème et les contradictions du capitalisme

34Dans les dernières pages du livre, après une partie consacrée aux ambiguïtés du rapport de l'avant-garde surréaliste à la vie bourgeoise, Jerrold Seigel se penche sur les causes de la disparition, à quelques éphémères résurgences récentes près (il mentionne les Hippies et les Situationnistes), de la bohème. Elles seraient doubles : d'une part, l'espace disponible (« the scope ») pour la bohème s'est sévèrement rétréci. Citant le mot de Maurice Barrès selon lequel la vie de bohème semble coûter de plus en plus cher, Jerrold Seigel évoque tout d'abord une explication économique (Seigel, 1991, p. 373). De plus, la polarisation de l'espace politique par la Guerre froide aurait laissé peu de place à une avant-garde bohème. Plus récemment, les politiques de reconnaissance identitaire et de lutte contre les discriminations ont mis en avant d'autres propriétés que celles sur lesquelles se fondait la bohème. Mais les causes profondes de l'effacement de la bohème résident selon Jerrold Seigel dans la diminution des tensions entre les exigences qu'elle portait et le reste de la société. Plusieurs forces, dont la bohème, ont transformé la société de telle sorte que « la forme de vie que nous pourrions aujourd'hui appeler bourgeoise serait à peine reconnue comme telle par ceux qui la défendaient un siècle plus tôt » (ibid., p. 371). Par exemple, « des styles de coiffures et de vêtements étranges, l'usage ou l'expérimentation de la drogue, un comportement sexuel peu soucieux des conventions deviennent monnaie courante » (ibid., p. 373). Les sociétés occidentales contemporaines, et en particulier la société américaine, n'auraient plus lieu de comporter des bohèmes.

35Comment évaluer cette conclusion ? Si, comme nous le pensons, l'ouvrage de Jerrold Seigel associe bien une étude sur l'histoire d'une identité collective et une interprétation des vies concernées par cette identité, alors la question des éventuelles formes de persistance ou de résurgence de la bohème peut se poser à ces deux niveaux. Comme nous l'évoquions en introduction, plusieurs manifestes de groupes sociaux parus dans les années 2000 prennent appui sur le caractère évocateur de la bohème pour typifier des styles de vie réputés constitutifs de groupes sociaux « émergents » (Brooks, 2000 ; Rambach & Rambach, 2001 ; Florida, 2002). Il vaudrait la peine de s'interroger sur ce qui, dans le travail symbolique mené au xixe siècle pour instituer de la bohème comme attracteur dans l'espace social, est mobilisé par ces différents promoteurs d'identité collective. Quoi qu'il en soit, et c'est sans doute un changement important par rapport à l'époque de la parution de Bohemian Paris, certains acteurs ont aujourd'hui à nouveau recours à la bohème pour cartographier l'espace social.

36Qu'en est-il de la signification culturelle de la vie de bohème ? Dans Bohemian Paris, les analyses de Jerrold Seigel décèlent obstinément, sous le pittoresque des figures, le jeu de tensions violentes concernant la place accordée à l'individu dans la société libérale-capitaliste. En cela, Jerrold Seigel est proche de l'essai de Daniel Bell, Les Contradictions culturelles du capitalisme. Selon Bell, l'équilibre des sociétés occidentales serait menacé par la contradiction « entre une structure sociale qui est organisée en termes de rôles et de spécialisation, et une culture fascinée par l'épanouissement du moi » (Bell, 1979 [1976], p. 24). C'est bien ce dont parle Jerrold Seigel lorsqu'il rappelle que la vie de bohème était la forme exacerbée d'une tension s'exerçant sur l'individu entre une exigence impérieuse d'intégration fonctionnelle et la promesse « qu'en ouvrant les carrières au mérite individuel et au talent, [l']organisation économique allait autoriser des niveaux d'accomplissement personnel et de satisfaction inimaginables dans les formes sociales plus anciennes et plu traditionnelles » (Seigel, 1991, p. 369).

37Comment juger de l'actualité de cette contradiction ? Une première réponse consiste à l'explorer au niveau biographique. En effet, par rapport à l'essai de Daniel Bell, alimenté principalement par des sources littéraires ou de seconde main, l'un des grands mérites de l'ouvrage de Jerrold Seigel est qu'il parvient à montrer comment la contradiction culturelle du capitalisme s'exprime dans les vies et les productions artistiques des « guides » qu'il a sélectionnés. On peut trouver des recherches récentes qui soient structurées par la même contradiction. Par exemple, en comprenant la précarité comme « l'attitude qui consiste à faire un ''violent compromis'' avec le travail pour lui arracher du temps » (Cingolani, 1986, p. 9), un temps que les précaires vouent à s'accomplir en perfectionnant leurs facultés, en produisant une œuvre, ou simplement, du temps pour soi, Patrick Cingolani montre des vies travaillées au quotidien par la tension entre la réalisation de soi et l'assignation à une condition productive.

38Peut également être rattaché aux problèmes soulevés par Daniel Bell l'ouvrage de Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le Nouvel esprit du capitalisme. Les auteurs y montrent comment le capitalisme s'est transformé à partir des années 1970 en intégrant à son « esprit » les exigences d'authenticité de libération portées par la critique artiste historiquement associée à la bohème. Mais, si le souci de satisfaire la critique artiste a donné lieu à des transformations considérables de l'organisation du travail, une « inquiétude » demeure quant à la réalisation des promesses du capitalisme. S'appuyant notamment sur les travaux d'Alain Ehrenberg, Luc Boltanski et Ève Chiapello évoquent le risque que les individus soient précarisés plutôt que libérés, « obligés d'affronter dans une solitude accrue des exigences d'autoréalisation et d'autonomie indéfinies, illimitées, tourmentantes » (Boltanski & Chiapello, 1999, p. 526). L'ambivalence de l'autonomie concédée par les nouvelles formes du capitalisme doit être particulièrement intense chez les individus qui vivent ou espèrent vivre un jour de leurs capacités créatives, artistiques ou intellectuelles, et qui les exercent dans des formes d'emploi dont ils ne savent pas toujours si elles sont autonomes ou précaires.

Haut de page

Bibliographie

Amossy R. (1989), « Types ou stéréotypes ? Les "Physiologies » et la littérature industrielle », Romantisme, 19, pp. 113-123.

Bell D. (1979 [1976]), Les Contradictions culturelles du capitalisme, trad. M. Matignon, Paris, Presses universitaires de France.

Boltanski L. & L. Thévenot (1983), « Finding One’s Way in social Space : a Study based on Games », Social Science Information, 22, 4-5, pp. 631-680.

Boltanski L. (1982), Les Cadres. La Formation d'un groupe social, Paris, Éditions de Minuit.

Boltanski L. & È. Chiapello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

Bourdieu P. (1998 [1991]), Les Règles de l'art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions du Seuil.

Bourdieu P. (1981), « Décrire et prescrire. Note sur les conditions de possibilité et les limites de l'efficacité politique », Actes de la recherche en sciences sociales, Volume 38, N° 1, pp. 69-73.

Brooks D. (2000), Les Bobos, Paris, Éditions F. Massot.

Carnevali B. (2010), « Mimesis littéraire et connaissance morale : la tradition de l’"éthopée" », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2/2010 (« Savoirs de la littérature »).

Charle C. (1991), Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Éditions du Seuil.

Charle C. (1994), « Jerrold Seigel, Paris bohème, 1830-1930. Culture et politique aux marges de la vie bourgeoise », Annales. Histoire, Sciences Sociales, Volume 49, N° 3, pp. 717-719.

Charle C. (1998), Paris fin de siècle, Paris, Éditions du Seuil.

Cingolani P. (1986), L'Exil du précaire, Paris, Éditions Méridiens Klincksieck.

David J. (2003), « Régimes descriptifs du xixe siècle. Le typique et le pittoresque dans l’enquête et dans le roman », dansBlundo G. & Olivierde Sardan J.-P. (dir.), Pratiques de la description, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 185-210.

David J.(2010),« Une "réalité à mi-hauteur". Exemplarités littéraires et généralisations savantes au xixe siècle »,Annales. Histoire, Sciences Sociales, mars-avril 2010, n° 2, pp. 263-290.

Darnton R. (1983), Bohème littéraire et révolution, Paris, Éditions Gallimard.

Desrosières A. (1989), « Comment faire des choses qui tiennent : histoire sociale et statistique », Histoire & Mesure, Volume 4, n° 3, p. 226.

Desrosières A. & L. Thévenot (1988), Les Catégories socioprofessionnelles, Paris, ÉditionsLa Découverte.

Durkheim É. (1968 [1894]), Les Règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Florida R. (2004 [2002]), The Rise of the Creative Class... and How It's Transforming Work, Leisure, Community & Everyday Lif,. New York, Basic Books Editions.

Glinoer A. (2009), « L’orgie bohème », Contextes, n°6. http://contextes.revues.org/index4369.html (Consulté le 20 Janvier 2010).

Heinich N. (2005), L'Élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Éditions Gallimard.

Lyon-Caen J. (2002), « Le romancier, lecteur du social dans la France de la Monarchie de Juillet », Revue d'histoire du xixe siècle, n° 24.

Lyon-Caen J. (2006), La Lecture et la vie, Paris, Éditions Tallandier.

Murger H. (1913 [1851]), Scènes de la vie de Bohème, Paris, Éditions Carteret.

Rambach A. et M. (2001), Les Intellos précaires, Paris, Éditions Fayard.

Sartre J.-P. (1960), Critique de la raison dialectique, Paris, Éditions Gallimard.

Seigel J. (1986), Bohemian Paris. Culture, politics, and the boundaries of bourgeois life, 1830-1930, Baltimore and London, The John Hopkins University Press.

Thévenot L. (1986), « Les investissements de forme », dans Thévenot L. (dir.), Conventions économiques, Paris, Presses Universitaires de France (Cahiers du Centre d'Étude de l'emploi), pp. 21-71.

Vallès. J. (1885[1993], L'Insurgé, Paris, Éditions Flammarion.

Haut de page

Notes

1 . « Bourgeois progress called for the dissolution of traditional restrictions on personal development; harmony and stability required that new and different limits be set up in their place. Where were the limits to be drawn? At what point did personal cultivation cease to be beneficial or acceptable to the society that sponsored it?» (Jerrold Seigel, 1986, p. 11).

2 . Largement, mais pas tout à fait, en raison des éventuelles différences internes au groupe.

3 . Inversement, des thèses sur la signification de la bohème pourraient servir à la délimiter ; toutefois, ces thèses supposent une définition extensive, de sorte que nous sommes dans un cercle vicieux, l'arbitraire de l'extension entraînant celui de la signification, et ainsi de suite.

4 . « Bohemia cannot be charted, graphed, and counted, because it was never wholly an objective condition » (Seigel, 1986, p. 12)

5 . Émile Durkheim donne comme exemple de « définition provisoire » celle du crime, et le définit comme un acte entraînant de la part de la société une peine, sans préciser que, dans les sociétés occidentales la régularité de la punition est une garantie juridique offerte par l'État. De même pour la famille (Durkheim, 1968 [1894], p. 37).

6 . « If Bohemia remains so resistant to clear classification, if its boundaries were so permeable, how can we write its history ? » (Seigel, 1986, p. 12).

7 . Nous allons ici dans le même sens qu'Anthony Glinoer, lorsqu'après avoir admis l'inconsistance de la bohème comme « entité sociologique », il la définit comme « un réseau de figurations enté sur la position d’un groupe social polymorphe » (Glinoer, 2009, § 1 et 2).

8 . Il ne faudrait pas exagérer l'importance de Henri Murger au point de lui donner un rôle absolument à part, sa prépondérance étant relative et discutable. Toutefois, l'important pour le moment est que le réseau des relations nouées autour de la bohème n'est pas amorphe, il possède une structure perceptible, organisée autour d'éléments identifiables, qui se prêtent à une recherche approfondie.

9 . Maurice Merleau-Ponty n'intervient pas ici seulement pour sa vertu décorative, mais aussi parce que la phénoménologie de la perception permet de décrire, sans verser pour autant dans l'irrationalisme, des opérations de pensée irréductibles à des procédures analytiques.

10 . Paradoxalement, la disparition de ses informateurs donne à Jerrold Seigel plus de liberté de circulation parmi eux qu'au sociologue qui ne se déplace d'un intervewé à un autre qu'au gré de la bonne volonté de ses interlocuteurs et au prisme de l'interprétation par eux de son thème de recherche et du genre de personnes qu'il veut rencontrer. Travaillant in vitro, Jerrold Seigel s'appuie souvent sur des biographies posthumes, qui révèlent des événements, des propriétés ou des liens plus difficiles à déployer lors d'une enquête in vivo. Les morts plus ou moins illustres laissent une grande latitude au chercheur pour suivre les rapports, parfois ténus ou contraires à l'image qu'ils souhaitent donner d'eux-mêmes, qu'ils ont entretenus entre eux et avec la bohème.

11 . D’après l’expression de Jerrold Seigel (Seigel, 1991, p. 13). Texte original : « the most influential mapper ».

12 . Robert Darnton a attiré l'attention sur un ouvrage de 1790 intitulé Les Bohémiens, qui décrit le milieu d'hommes de lettres misérables étudié par lui dans Bohème littéraire et révolution. Mais justement, l'oubli total où cet ouvrage était tombé confirme le jugement de Jerrold Seigel sur le rôle décisif de Henri Murger. D'après Nathalie Heinich, le glissement métaphorique de la bohème et des bohémiens pour qualifier différentes espèces de marginaux avait lieu depuis le xviie siècle (Heinich, 2005).

13 . Notre traduction pour Seigel, 1986, p. 15 : « expanded significance of artistic life », inexactement traduit dans Seigel, 1991, p. 25, par « élargissement de la vie artistique ».

14 . Un autre jugement sur l'importance, entre autres auteurs, de Henri Murger : « Faire de l'art de vivre un des beaux-arts, c'est le prédisposer à entrer dans la littérature : de Murger et Champfleury à Balzac et au Flaubert de L'Éducation sentimentale, les romanciers contribuent grandement à la reconnaissance publique de la nouvelle entité sociale, notamment en inventant et en diffusant la notion même de bohème, et à la construction de son identité, de ses valeurs, de ses normes et de ses mythes » (Bourdieu, 1998 [1991], pp. 98-99).

15 . Chez Henri Murger, le compte-rendu ne se justifie pas pour amender une science insuffisante, mais pour dissiper des médisances, autrement dit en termes de droiture morale plutôt que d'exactitude scientifique. On pourrait voir là une différence sérieuse entre son entreprise et celle des sciences sociales. Cependant, il y a lieu de se demander si la justification de recherches de terrain contemporaines par la lutte contre les prénotions ne recouvre pas, dans nombre de cas, comme chez Henri Murger, une entreprise de redressement réputationnel d'un groupe.

16 . C'est le titre du premier chapitre du livre de Henri Murger. On remarquera que le cénacle est une forme de sociabilité empruntée aux groupes romantiques.

17 . L'intérêt de ce long extrait est de relever les principes affinitaires du regroupement opéré par Henri Murger, mais également de donner une idée de la personna investie par le narrateur. Cette scène a été également relevée par Nathalie Heinich (Heinich, 2005).

18 . Vitale pour les jeunes hommes. Même si des amours avec des grisettes sont un accessoire essentiel de la bohème décrite par Henri Murger, ces personnages féminins ne lui appartiennent pas véritablement. À l'horizon de leur vie au moment de leurs amours avec le « cénacle de la bohème » : la prostitution, un avenir d'ouvrière, le mariage avec un homme riche. L'ouverture des possibles menant aux ambivalences constitutives de l'expérience de la bohème n'est accessible qu'aux garçons. Ruth Amossy remarque que le type des « grisettes » les suppose joyeuses, frugales, généreuses, et surtout oublieuses (Amossy, 1989). Cette propriété les prête aux fantasmes masculins d'amours provisoires. Inconstance, amnésie ou tuberculose sont pour l'étudiant ou le bohème autant de garanties qu'il peut s'engager pleinement avec une grisette, sans s'exposer à ce qu'elle l'empêche, plus tard, de réaliser les espérances contenues dans son diplôme, son talent ou son héritage.

19 . D'après Jerrold Seigel, « Les vieux amis de Murger [...] le supplièrent de donner à sa pièce une autre fin – en vain » (Seigel, 1991, p. 51). Cette anecdote montre à quel point le récit produit par Henri Murger était intensément perçu comme chargé d'enjeux symboliques par ceux qui se sentaient concernés par la bohème.

20 . Jerrold Seigel s'appuiera en partie sur ce côtoiement entre l'auteur des Scènes de la vie de bohème et la petite criminalité, pour introduire son chapitre 5 « L'autre bohème et ses usages », consacré, via l'écrivain Privat d'Anglemont, aux « existences problématiques » proches de la criminalité.

21 . Ne trouvant que des appuis fragiles dans des statistiques difficiles à construire et peu mathématisées, les études à prétention scientifique en restent à la monographie jusque sous la IIIème République (voir Desrosières, 1991, chapitre 7 sur « Monographies et sondages »), mettant en œuvre des techniques souvent proches du genre romanesque.

22 . Judith Lyon-Caen emprunte l'expression « textes panoramiques » à Walter Benjamin, qui désigne ainsi les séries de « physiologies » des années 1840, dans la mesure où elles tendent vers l'idéal d'une vision exhaustive de la société, dans une logique de série homogène.

23 . La forme de l'opposition entre ces deux articles est intéressante : on ne sait pas exactement s'ils s'opposent quant à la bonne interprétation de l'œuvre de Henri Murger, ou bien à propos de la bohème telle qu'elle est en réalité. Il est plus probable que Jules Janin aussi bien que le rédacteur de La Réforme écrivent sur le mode de la description prescriptive analysée par Pierre Bourdieu (Bourdieu, 1981).

24 . Jerrold Seigel rapporte une discussion du rôle de la bohème dans la Commune du point de vue versaillais pp. 175-177, et du point de vue communard pp. 179-181.

25 . La querelle que Jules Vallès cherche à Henri Murger est du même ordre que la controverse politique ou sociologique par voie littéraire entre Émile Zola et Paul Bourget, à propos de la signification de l'ascension sociale permise par les institutions républicaines (Charle, 1998, pp. 201 sq.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyprien Tasset, « Construction d'enquête et définition des groupes sociaux », SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 29 septembre 2010, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3214

Haut de page

Auteur

Cyprien Tasset

Doctorant à l'École des Hautes Études en Sciences sociales (Institut Marcel Mauss), Paris - cyprien.tasset@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page