Navigation – Plan du site
Premiers textes
Premiers textes

Sortir de la rue : une lutte pour la reconnaissance à l’heure de l’individualisme avancé

Analyse compréhensive des trajectoires de jeunes sortis de la rue à Montréal
Annamaria Colombo

Résumés

Cet article présente les résultats d’une recherche analysant le processus de sortie de la rue des jeunes à Montréal. Les résultats obtenus conduisent à considérer ce dernier comme une lutte pour la reconnaissance dans le contexte actuel d’individualisation croissante du lien social. Dans ce contexte, les tentatives des jeunes pour s’approprier une position sociale peuvent prendre des formes inhabituelles et bricolées telles que l’appropriation de la rue et la sortie de celle-ci. Aspirant à une certaine normalité, les jeunes rencontrés ont investi des contextes relationnels plus ou moins associés à la rue. Ils se sont approprié les manifestations de reconnaissance qu’ils y ont trouvées afin de construire leur sortie de la rue, comprise comme un processus de repositionnement identitaire. Or il ressort également que le sens attribué à ces manifestations de reconnaissance est lourdement influencé par les formes de reconnaissance parentales vécues durant l’enfance.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Nous tenons à remercier le Conseil de la recherche en sciences humaines du Canada, dont le soutien (...)
  • 2  Pour reprendre l’expression d’Axel Honneth qui constitue le titre de son ouvrage phare (Honneth, 2 (...)

1Cet article donne un aperçu des résultats d’une recherche de doctorat portant sur le rôle joué par la reconnaissance dans le processus de sortie de la rue des jeunes à Montréal 1. Ces résultats montrent comment l’appropriation de la rue, tout comme la sortie de la rue, constituent des formes de lutte pour la reconnaissance 2 dans le contexte actuel marqué par l’incertitude et l’individualisation du lien social. Ils éclairent particulièrement la façon dont cette quête de reconnaissance est lourdement influencée par l’héritage familial de ces jeunes. Héritage qui, même incomplet, incohérent ou marqué par la violence, influence leurs trajectoires identitaires et sociales.

2De nature compréhensive, cette recherche se situe à contrecourant des approches épidémiologiques, majoritaires dans ce champ, qui tendent à mettre en lumière surtout l’aspect risqué et dangereux des pratiques associées à la rue. Dans une perspective psychosociale, le rapport à la rue est considéré davantage sous un angle identitaire, le but étant moins de faire ressortir des étapes standardisées de la trajectoire de sortie de rue que le sens qui est attribué à ce processus par les jeunes eux-mêmes et les dynamiques de reconnaissance qui le traversent. Une meilleure compréhension de ces dynamiques semble essentielle à l’élaboration de modes d’intervention adaptés aux attentes de reconnaissance de ces jeunes.

3Avant la présentation de la démarche méthodologique, quelques éléments théoriques permettent de situer le cadre de la recherche. Dans le contexte actuel d’individualisation du lien social, nous proposons de comprendre les pratiques juvéniles associées à la vie de rue comme des tentatives pour s’approprier une place sociale reconnue. Or nous verrons dans une troisième section que ces pratiques en marge de la société contribuent également à envisager la sortie de la rue, dans une quête de normalité qui se situe à la fois en rupture et en continuité par rapport à la vie de rue. Une quatrième section met en lumière le fait que l’imaginaire de normalité qui traverse le processus de sortie se manifeste de façon différente selon l’héritage parental, toujours précaire, avec lequel ces jeunes tentent de composer pour s’approprier une position sociale dans laquelle ils se sentent reconnus. Cet imaginaire se décline en quatre tendances, qui sont présentées dans les quatre dernières sections de cet article.

Le cadre de la recherche : individualisation du lien social et quête de reconnaissance

4L’objectif de cette recherche était de comprendre le rôle joué par la reconnaissance de personnes significatives dans le processus de sortie de la rue. Il ne s’agissait donc pas de fournir une recette pour « sortir » les jeunes de la rue, mais plutôt d’essayer de pointer des dynamiques identitaires susceptibles de constituer des pistes pour une meilleure compréhension des problématiques associées à la sortie de la rue, thématique très peu approfondie dans les recherches existantes.

5L’approche théorique est de nature compréhensive. Elle s’intéresse au sens que les jeunes donnent à leur vie de rue et à leur processus de sortie de la rue, considérés comme des « choix contraints » (Parazelli, 2002), ainsi qu’aux formes de reconnaissance qu’ils y ont perçues. En ce sens, elle se distingue d’une approche de type épidémiologique associant les jeunes de la rue à un groupe à risque et dans laquelle se situent la plupart des recherches actuelles sur les jeunes de la rue dans les pays occidentaux (Parazelli & Colombo, 2004 ; Colombo, 2008). Elle s’inscrit plutôt dans un courant de lecture du rapport à la rue dans sa dimension identitaire, dans la lignée de travaux de chercheurs comme Riccardo Lucchini (1993), Michel Parazelli (2002), Céline Bellot (2001), ou encore les travaux du GRIJA (Poirier et al., 1999) et notamment ceux de Sophie Gilbert (2004). Poursuivant et complexifiant ces contributions, la recherche menée a permis d’analyser les dynamiques identitaires à l’œuvre dans la vie de rue et la sortie de la rue plus spécifiquement en termes de reconnaissance.

6En mettant l’accent sur la reconnaissance, elle s’inscrit dans le courant de pensée initié par le philosophe allemand Axel Honneth, qui estime qu’une lecture des inégalités uniquement en termes socioéconomiques est trop restrictive, car elle permet difficilement d’appréhender la dimension identitaire de l’injustice telle qu’elle est de plus en plus vécue par les individus dans nos sociétés contemporaines (Honneth, 2000). Aujourd’hui, les inégalités seraient davantage liées à un déficit de reconnaissance créant des formes de mépris social. Selon Axel Honneth, les nouvelles souffrances sociales apparues à la fin du xxème siècle (Honneth, 2006), de la fragilisation des formes du travail aux souffrances moins visibles associées à ce qu’Alain Ehrenberg nomme « la fatigue d’être soi » (Ehrenberg, 1998), doivent être analysées comme la conséquence d’une société où les individus ont vu leurs exigences d’émancipation individuelle être récupérées pour légitimer une nouvelle étape de l’expansion du capitalisme.

7Ainsi, en raison de leur inscription dans une société qui valorise beaucoup la réalisation personnelle, les individus qui se sentent lésés aujourd’hui s’estiment moins victimes d’injustice que privés des conditions permettant cette autoréalisation, devenue une exigence sociale. Dans ce sens, prendre sa place dans la société relèverait davantage d’une lutte pour la reconnaissance que d’une lutte pour l’accès à des biens socioéconomiques. Cette perspective s’avère particulièrement pertinente pour lire la réalité des jeunes de la rue, si l’on accepte l’idée que leur appropriation de la rue relève d’une dynamique identitaire associée à l’individualisation du lien social.

8En effet, dans un contexte où les institutions traditionnelles sont de plus en plus remises en question, les repères normatifs pour prendre sa place en société ne sont plus aussi clairs qu’avant. Émancipé de la contrainte de rôles sociaux prédéterminés, l’individu d’aujourd’hui doit néanmoins composer avec des normes de plus en plus floues et personnalisées et se débrouiller seul pour se faire sa place dans la société de façon autonome. Dans ce contexte, ce sont moins les qualités ou les compétences de chacun qui sont valorisées que l’authenticité et la capacité à se différencier. C’est pourquoi, comme l’exprime Alain Caillé, on assiste actuellement à un déplacement de la demande de reconnaissance, recentrée autour de l’individu en soi : « Chaque identité particulière, qu’elle soit individuelle ou politique, veut être reconnue non plus parce qu’elle serait porteuse de telle ou telle valeur reconnaissable, mais en tant que telle » (Caillé, 2004, p. 14).

9Les jeunes sont particulièrement exposés aux effets de ce contexte social incertain sur leur identité. En effet, l’incertitude accompagnant leur quête de sens et de reconnaissance associée au passage à l’âge adulte est exacerbée par ce brouillage des repères normatifs caractérisant les sociétés occidentales contemporaines. Comme le constatent les sociologues de la jeunesse (Gauthier, 2000 ; Galland, 2000, 2002), les étapes du passage à l’âge adulte sont de plus en plus désynchronisées et la période de la jeunesse s’allonge pour correspondre à une phase d’expérimentation de plus en plus ambiguë et confrontée à des difficultés croissantes d’insertion dans le monde adulte. Tentant de donner un sens à leur existence, les jeunes se heurtent à des repères normatifs embrouillés, voire contradictoires et ils peuvent se retrouver prisonniers de tensions entre leurs aspirations de normalité et leurs désirs de réalisation personnelle (Bajoit, 2005). Ne disposant pas tous des mêmes moyens pour répondre à l’appel à l’émancipation et à la réalisation individuelle, certains vivent cet impératif dans l’angoisse existentielle alors que d’autres y voient un potentiel d’expérimentation et de créativité.

10Dans ce contexte, les tentatives des jeunes pour s’approprier une place sociale peuvent prendre des formes inhabituelles, bricolées et incertaines, mais elles n’excluent pas un potentiel socialisateur. C’est dans cette perspective que peuvent être comprises les pratiques d’appropriation de la rue par certains jeunes. Si les définitions scientifiques de cette catégorie sociologique divergent sensiblement, l’appellation « jeunes de la rue » renvoie à une catégorie sociale à laquelle sont identifiés et s’identifient dans les faits un certain nombre de jeunes occupant de façon collective, visible et constante plusieurs lieux urbains montréalais depuis la fin des années 1980. Âgés d’environ quatorze à vingt-cinq ans, ils sont en majorité francophones, filles et garçons, pour la plupart originaires du Québec et issus de milieux socioéconomiques variés (Roy et al., 2005 ; Agence de santé publique du Canada, 2006). D’appartenances culturelles diverses (punks, hip hop, milieux alternatifs, homosexuels, etc.), ces jeunes développent dans la rue différentes pratiques allant de la mendicité et du squeegee (nettoyage des vitres des voitures arrêtées aux feux) à la vente et la consommation de drogues, la prostitution, voire des activités plus criminalisées (trafic de drogue plus important, port et utilisation d’armes, insertion dans des bandes criminelles plus organisées, etc.).

11Aussi variées et hétérogènes que soient ces pratiques, elles revêtent pour ces jeunes un sens qui peut être associé à une quête de « socialisation marginalisée » (Parazelli, 2002). Comme l’ont montré plusieurs recherches sur les jeunes de la rue (notamment Parazelli, 2002 ; Poirier et al., 1999 ; Bellot, 2001 ; Gilbert, 2004), ne trouvant pas, au sein de leur famille et des institutions traditionnelles de socialisation, des repères faisant suffisamment sens à leurs yeux, ces jeunes s’approprient des lieux urbains dans le but d’y développer les conditions de leur socialisation, en marge des institutions sociales prédominantes. Cette expérience ne se fait néanmoins pas sans risque. Certains de ces jeunes en gardent des séquelles sur le plan de la santé physique et mentale notamment, alors que pour d’autres, l’issue de la vie de rue n’est autre que la mort.

12Toutefois, plusieurs recherches indiquent que la plupart de ces jeunes s’en sortent (Agence de la santé publique du Canada, 2006 ; Levac, 2006). L’analyse des trajectoires de sortie de la rue de ces jeunes effectuée dans le cadre d’une recherche doctorale (Colombo, 2008) permet même d’aller plus loin. Elle montre que c’est justement à partir de leur position de jeune de la rue que ces jeunes peuvent construire une nouvelle position identitaire, hors de la rue, poursuivant ainsi leur quête de reconnaissance à la fois en rupture et en continuité avec leur vécu de rue.

Démarche méthodologique

  • 3  Nous reprenons ce concept de Michel Parazelli, selon qui le mode de relation « traduit sur le plan (...)

13Les données à la base de cette analyse du processus de sortie de la rue, de nature qualitative, ont été recueillies par le biais d’entrevues semi-dirigées d’une durée de deux à trois heures, auprès de vingt-quatre personnes sorties de la rue. Permettant au chercheur de se laisser guider par l’interviewé dans d’autres thématiques qu’il n’aurait pas envisagées, tout en vérifiant un certain nombre de ses hypothèses, ce type d’entretien était le plus approprié pour dégager les significations qui sous-tendent le processus de repositionnement identitaire conduisant à la sortie de la rue. Les questions posées visaient à identifier les contextes relationnels significatifs pour le jeune, à dégager les dynamiques de reconnaissance qui les caractérisent, puis à comprendre l’influence de ces contextes relationnels sur le processus de sortie de la rue. Ces entrevues, entièrement retranscrites, ont fait l’objet d’une analyse de contenu approfondie à partir d’une grille articulant les manifestations de reconnaissance perçue et les attentes de reconnaissance, selon les contextes relationnels significatifs et les formes de reconnaissance identifiées par Axel Honneth (affective, sociale et juridique). Bien que les questions posées aient porté essentiellement sur la sortie de la rue, les répondants ont fourni un grand nombre d’informations sur leur vécu de rue et antérieur à la rue, faisant ressortir une continuité entre le vécu infantile, le vécu de rue et la sortie de la rue. Une typologie empirique des formes de relations parentales vécues durant l’enfance a donc émergé de cette analyse, permettant d’expliquer les différences et similitudes dans les modes de relation 3 à la rue et à la sortie de la rue.

  • 4  Le masculin est utilisé afin d’alléger le texte.

14Dans un deuxième temps, les résultats de ces analyses ont été validés avec les répondants 4 réunis en deux focus-groupes. Cette démarche visait moins à recueillir de nouvelles données qu’à mettre à l’épreuve les premières interprétations, soumises à la discussion sous formes d’énoncés. Elle a permis non seulement la validation des interprétations par les répondants eux-mêmes, mais également la possibilité pour ces derniers d’avoir une prise sur le processus de production des connaissances à laquelle ils ont largement contribué.

  • 5  Cela n’exclut pas pour autant que plusieurs formes de reconnaissance puissent se jouer au sein d’u (...)

15Ainsi, le processus de sortie de la rue a été analysé du point de vue des individus qui le construisent. Dans le cadre de cette recherche, nous le définissons comme un processus de repositionnement identitaire sur les plans à la fois social et spatial. Afin de stabiliser ce positionnement identitaire, l’individu a besoin de la reconnaissance des autres et ce, non seulement sur le plan affectif, mais aussi social et juridique, pour reprendre les trois formes de reconnaissance identifiées par Axel Honneth, que nous rappelons très brièvement ici (Honneth, 2000). En s’inspirant de Friedrich Hegel et George H. Mead, cet auteur soutient que la reconnaissance attendue et perçue n’est pas la même selon la forme d’interaction qu’un individu entretient avec autrui. En d’autres termes, dans notre cas, le sortant n’attendrait et ne recevrait pas la même forme de reconnaissance de la part de sa famille, de ses pairs, des intervenants, de son employeur ou des autorités urbaines par exemple, car l’interaction avec ces différents acteurs présente des enjeux différents 5. La reconnaissance affective, qui a pour objet l’affect et les besoins, s’exprime au sein des relations primaires. Elle permet le développement de la confiance en soi. C’est parce qu’il sait qu’il peut compter sur l’amour d’autrui que l’individu acquiert la capacité d’être seul (Winnicott, 1969). La reconnaissance juridique s’adresse à la qualité universelle sans laquelle un individu n’aurait pas le statut d’être humain (ou de citoyen), alors que la reconnaissance sociale s’adresse aux qualités particulières par lesquelles il se distingue d’autres individus. La première touche à la question de l’égalité, de l’appartenance et de l’universalité et elle permet non seulement le respect d’autrui, mais aussi le respect de soi-même. La deuxième permet le développement de l’estime soi en tant qu’individu particulier.

  • 6  Nous n’avons pas la place ici d’entrer dans les détails, mais pour une analyse détaillée sur ces t (...)

16Nous allons voir comment les personnes rencontrées au cours de notre enquête se sont approprié différents contextes relationnels sur les plans affectif, social et juridique 6 et comment ils ont composé avec les manifestations de (non-)reconnaissance qu’ils y ont perçues afin de construire leur processus de sortie de la rue.

Sortie de la rue et imaginaire de normalité

17La décision de sortir de la rue et le processus dans lequel celle-ci s’inscrit sont associés à une série de conditions, de déclencheurs et d’éléments plus ou moins facilitant (Colombo, 2004). Mais nous intéressent ici davantage les dynamiques qui caractérisent le processus de repositionnement identitaire qui a lieu suite à cette décision. Comment expliquer le choix d’une voie de sortie plutôt qu’une autre ? Les résultats de la recherche montrent que la nouvelle position identitaire privilégiée par le sortant actualise une représentation de la sortie de la rue qui varie selon les répondants. Selon ses attentes de reconnaissance et sa représentation de la sortie de la rue, chaque répondant s’est approprié à sa façon les manifestations de reconnaissance perçues et y a attribué plus ou moins d’importance.

18Malgré la grande diversité des trajectoires des personnes rencontrées, les résultats de la recherche indiquent une grande cohérence dans leurs choix de sortie de la rue. Bien que s’inscrivant dans des trajectoires individuelles spécifiques, ces choix peuvent tous être lus à la lumière d’un imaginaire de normalité autour duquel ils s’articulent. En d’autres termes, sortir de la rue, pour eux, c’est correspondre à la représentation qu’ils se font de la normalité. Cependant, comme il y a plusieurs représentations de la rue, qui s’actualisent dans plusieurs façons de vivre en marge de la société, il existe aussi plusieurs représentations de la normalité. Précisons donc qu’il s’agit bien là d’un imaginaire, exprimé par les répondants eux-mêmes, s’appuyant sur des références variées et ne s’opposant pas forcément à des éléments considérés comme marginaux, même si c’est le cas parfois.

19Il peut néanmoins apparaître surprenant que ces jeunes, qui avaient fui les institutions traditionnelles de socialisation en s’appropriant la rue, quittent cette dernière en valorisant un imaginaire de normalité. Or, cet imaginaire ne fait que révéler le fait que ces jeunes, comme la majorité de ceux de leur âge, aspirent à une vie « normale » qui puisse leur assurer les conditions d’une reconnaissance affective, sociale et juridique suffisante pour pouvoir se réaliser. Leur héritage parental précaire les a néanmoins poussés à développer des modes de relation aux autres particulièrement ambivalents et par conséquent, une attractivité pour des contextes relationnels où ils pouvaient à la fois retrouver des repères hérités de leur enfance et s’en détacher pour construire les conditions de leur autonomie.

20En effet, si là n’était pas le focus principal de l’enquête, les personnes rencontrées dans le cadre de la recherche ont accordé une place importante à leurs relations familiales durant les entrevues et notamment à leur vécu infantile. C’est comme si, en parlant de leur vie de rue et de leur sortie de la rue, elles ne pouvaient éviter de parler de la façon dont elles avaient dû composer avec leur héritage parental, qui s’avérait précaire chez chacune d’entre elles. Confirmant et prolongeant les résultats d’autres recherches (Poirier et al., 1999 ; Parazelli, 2002 ; Gilbert, 2004), l’analyse a permis de mettre à jour une continuité entre ce qui avait été vécu avant et pendant, mais aussi après la rue, le vécu infantile pouvant expliquer les similitudes et différences observables dans les logiques relationnelles développées par les jeunes dans la rue, puis lors de leur sortie de la rue. Cette articulation entre vécu infantile et logiques de sortie de la rue est à comprendre moins comme logique de causalité exclusive que comme une clé de lecture pour mieux saisir les trajectoires individuelles, sachant que chaque individu se réapproprie et compose à sa façon avec son héritage.

Un héritage familial précaire

21Précisons d’emblée qu’en mettant à jour la façon dont les formes de relations parentales vécues durant l’enfance ont structuré les trajectoires de ces jeunes, il ne s’agit aucunement de blâmer les parents, eux-mêmes aux prises avec des difficultés identitaires et sociales liées à la démultiplication et à la déstabilisation des repères normatifs, avec lesquelles ils ont composé à leur façon dans leurs relations avec leurs enfants. Il n’en reste pas moins que les relations familiales constituent le lieu où peuvent se manifester ces fragilisations identitaires de la façon la plus évidente et la plus marquée, puisque c’est là que s’opèrent les identifications primaires de l’enfant (Renault, 2004).

  • 7  Ces formes de relation parentale constituent des idéaux-types, concernant des formes de relations (...)

22Toutes les personnes interviewées ont vécu des situations familiales où elles ont perçu de la reconnaissance partielle voire insuffisante. Partant du sentiment de (non-)reconnaissance exprimé par les répondants, il a été possible de repérer quatre formes de relation parentale vécues durant l’enfance : des relations marquées de façon plus importante par l’abandon, par l’incohérence ou encore par le rejet, se manifestant soit par la négation, soit par le contrôle 7. Dans les relations marquées par la négation, le jeune s’est senti encombrant pour l’un ou ses deux parents et a eu le sentiment que son existence même était niée par ces derniers. D’autres ont vécu des relations dans lequel ils se sont davantage sentis rejetés à travers une attitude parentale perçue comme un contrôle visant une plus grande conformité aux attentes des parents. Dans un contexte familial marqué par des relations parentales d’abandon, le jeunes n’a pas pu compter sur l’un ou ses deux parents, absents physiquement de sa vie, soit parce qu’ils étaient décédés, soit parce qu’ils ne pouvaient ou ne voulaient pas donner de signe de vie à leur enfant. Enfin, les relations parentales d’incohérence renvoient à des contextes familiaux dans lesquels les parents, bien que présents, n’assumaient que partiellement leur rôle parental ou alors l’assumaient d’une façon qui pouvait paraître contradictoire avec les autres références sociales et identitaires du jeune.

23Bien que précaires et peu à même de fournir au jeune une reconnaissance suffisante, ces formes de relations ne sont toutefois pas vides de transmission sociale et identitaire. Cependant, cet héritage, ces repères qui ont été transmis à ces jeunes ne font pas suffisamment sens pour parvenir à organiser leur rapport au monde. C’est pourquoi les répondants rencontrés dans le cadre de la recherche ont tous choisi la rue comme référence, parce qu’ils y voyaient l’occasion d’échapper à ces formes de relations parentales insatisfaisantes et d’investir des contextes relationnels dans lesquels ils pouvaient se sentir davantage reconnus. En d’autres termes, à partir de ces formes de relations parentales, ils ont développé des attentes de reconnaissance spécifiques (être accepté, être aimé, donner un sens à son identité éclatée). En fonction de ces dernières, les répondants ont choisi d’investir différents contextes relationnels dans le milieu de la rue et surtout, ils les ont investis selon des modes de relation différents, mais toujours paradoxaux (affirmation de soi / négation de soi, indépendance / dépendance, liberté / captivité).

24C’est justement à partir des manifestations de reconnaissance ou de non-reconnaissance perçues dans des contextes relationnels plus ou moins associés à la rue que s’amorce un repositionnement identitaire qui va conduire à l’appropriation d’une position identitaire autre que celle de jeune de la rue, en d’autres termes, à la sortie de la rue. Dit autrement, c’est à la fois en rupture et en continuité avec leur vécu de rue (Pichon, 2005)  ainsi qu’avec leur vécu infantile, toujours renégocié, que les jeunes rencontrés ont développé une représentation de la normalité à laquelle ils aspirent.

25Alors qu’ils sont partis dans la rue pour échapper à la reconnaissance partielle ou négative perçue dans leur milieu familial, ce dernier constitue tout de même le premier contexte relationnel investi lors de la sortie de la rue. Dans certains cas, la relation parentale – ou sa perception par le jeune – se sont modifiées. La reconnaissance est alors perçue comme suffisante. Dans ces cas, les personnes rencontrées ont pu plus facilement établir un rapport positif à elles-mêmes et s’approprier une position sociale autonome. Mais dans la plupart des cas, leurs tentatives de construire de nouvelles relations avec leurs parents sont restées vaines. Ils ont alors été contraints d’aller chercher des éléments de reconnaissance au sein d’autres contextes relationnels, qu’ils se sont appropriés pour négocier avec plus d’assurance une nouvelle position identitaire.

26Nous allons voir comment, selon leur vécu familial, ils ont investi des contextes relationnels différents ou les ont investis de façon différente, motivés par des attentes de reconnaissance spécifiques, elles-mêmes associées à différentes représentations de la normalité.

Être comme les autres pour échapper à la négation

27Le rapport à la rue des répondants dont les relations parentales ont été marquées par la négation était surtout caractérisé par des pratiques de destruction et de négation de soi. Mais, paradoxalement, de telles pratiques leur permettaient également de s’affirmer en échappant à l’impression de non-existence aux yeux de leurs parents. Les pratiques de consommation extrême de psychotropes de plusieurs d’entre eux peuvent se comprendre comme une manière de s’anesthésier, afin de ne pas sentir la douleur du rejet parental. Mais, ce faisant, ils obéissaient en même temps à l’injonction parentale de « ne plus être », ne plus exister, en s’anesthésiant, d’une part et en adoptant des pratiques de destruction et de négation de soi, d’autre part. Ainsi, c’est comme si, à travers leur appropriation des lieux urbains et les pratiques qui y sont associées, ils mettaient en scène la douleur du rejet et la négation de leur existence qu’ils avaient ressenties dans leur milieu familial, tout en cherchant à y échapper pour pouvoir affirmer leur existence.

28Leur sortie de la rue, milieu devenu surtout destructif pour eux, a été motivée par la possibilité (même infime) d’être reconnus différemment que par la négation de soi. Or, paradoxalement, c’est aussi en étant pris en compte dans leur dynamique de rejet d’eux-mêmes que ces répondants se sont sentis reconnus. En d’autres termes, pour que les manifestations de reconnaissance perçues soient vraiment significatives pour eux, il fallait que soient reconnues à la fois leur capacité à affirmer leur existence et leur tendance à la nier à travers des pratiques autodestructives. C’est pourquoi leurs trajectoires de sorties apparaissent souvent comme les plus fragiles.

29Malgré tout, ceux que nous avons rencontrés sont engagés dans un processus de repositionnement identitaire. La façon dont ils qualifient la nouvelle position visée (hors de la rue) renvoie de façon plus ou moins claire à l’aspiration à être comme les autres, que ce soit au niveau affectif, social ou juridique. En d’autres termes, les attentes de reconnaissance associées à la sortie de la rue qu’ils expriment réfèrent toutes à un imaginaire de normalité, qui renvoie pour eux à être comme les autres. Disposer d’un appartement et en prendre soin, payer ses factures d’électricité et de téléphone, avoir un emploi, inviter des amis chez soi et cuisiner pour eux, magasiner au centre-ville plutôt qu’y acheter et consommer de la drogue, être fiable, ne plus consommer de drogues ou d’alcool (être clean), pouvoir s’occuper de ses enfants et être un modèle pour eux ou encore pouvoir se promener dans les espaces publics sans se faire « achaler » par la police constituent autant d’exemples d’une sortie de la rue réussie à leurs yeux, soit une sortie leur permettant de s’affirmer comme « normal », en étant comme les autres.

  • 8  Dans le but de respecter l’anonymat des répondants, tous les prénoms sont fictifs.

30Au niveau affectif, la reconnaissance de ce qu’ils sont par des adultes est particulièrement importante pour ces répondants, marqués par un sentiment que leur existence était niée par leurs parents durant leur enfance. En effet, bien que très divers à première vue, tous les contextes relationnels qui ont été significatifs dans leur processus de sortie de la rue ont en commun le fait qu’ils s’y sont sentis reconnus tels qu’ils étaient par des adultes qui leur rappelaient leurs parents. Ce qu’ils ont apprécié était qu’ils pouvaient y être reconnus (ou du moins pas rejetés) à la fois en tant que jeunes de la rue (ou toute position identitaire associée à la rue, telle que prostitué, toxicomane, etc.) et comme capables de s’en sortir et d’occuper une nouvelle position identitaire. Par exemple, Frédéric 8, qui travaillait comme intervenant social dans un foyer pour jeunes adultes au moment de l’entrevue, explique que sa relation avec son « parrain » dans le cadre des Narcotiques Anonymes l’a aidé à sortir de la rue grâce à la reconnaissance inconditionnelle qu’il y a perçue.

J’étais le pire des êtres humains dans mon livre à moi. Mais c’est ça, il m’a accueilli comme j’étais, il m’a accueilli inconditionnellement, après tout lui avoir déballé mes défauts… C’est à partir de là que le lien de confiance s’est créé, parce que moi, quand je partageais, je lui faisais pas confiance. […] Pis aujourd’hui, tsé, j’ai le choix de me tenir avec telle ou telle personne, pis j’ai le choix de me respecter ou de me laisser démolir. J’ai appris ça avec le temps. Avant j’avais tellement pas d’estime, que je donnais le droit au monde de me démolir. Astheure, c’est plus pareil. J’ai l’estime qui se construit tranquillement, qui se solidifie, pis après ça, on peut construire la maison (Frédéric, 28 ans, sorti depuis 4 ans).

  • 9  Homme, souvent beaucoup plus âgé, qui entretient un-e jeune en échange de ses services sexuels.

31Chacun à leur façon, ils expliquent qu’ils avaient besoin d’être acceptés par un adulte pour pouvoir s’accepter eux-mêmes et s’approprier ainsi une position identitaire plus stable. Tante, marraine, voisine, beaux-parents, professeurs, sugar daddy 9, intervenants sociaux, pairs plus âgés, mentors, figure divine : différentes figures adultes, voire des figures symboliques dans le dernier cas, ont été investies d’un tel rôle de parent reconnaissant dans les trajectoires des personnes rencontrées.

32L’aspiration de ces répondants à être comme les autres s’exprime également au niveau des attentes de reconnaissance sociale et juridique qu’ils associent à la sortie de la rue, celles-ci étant néanmoins plus difficiles à satisfaire pour la plupart d’entre eux. Sur le plan social, ils valorisent davantage que d’autres la reconnaissance par l’acquisition d’un emploi et d’un logement stable. Mais cette entreprise s’avère difficile pour plusieurs d’entre eux, souvent faiblement qualifiés et aux prises avec des problèmes de santé physique et/ou mentale. Sur le plan de la reconnaissance juridique, ils expriment leur désir d’être reconnus comme de simples « citoyens », au même titre que les autres membres de la société. Toutefois, la non-reconnaissance juridique dont ils ont fait l’objet durant leur vie de rue fragilise de façon importante leurs efforts de repositionnement identitaire.

Être comme il faut : entre conformisme et affirmation de sa différence

33Les répondants ayant vécu des formes de relations parentales davantage marquées par le contrôle ont plutôt tendance à fuir l’autorité des adultes, qui à leurs yeux représentent le contrôle, ne leur permettant pas de se réaliser tels qu’ils sont. C’est pourquoi ils ont développé un refus de l’autorité des adultes, préférant retourner dans un milieu de la rue qui n’était pas dépourvu de menace, que rester chez leurs parents ou en centre d’accueil. À travers leur appropriation de la rue, ils cherchaient à affirmer leur différence à travers la liberté, la révolte et le plaisir.

34Lors de leur sortie de la rue, ils cherchent également à s’approprier une position identitaire et sociale dans laquelle ils peuvent être reconnus dans leur différence. Toutefois, ils restent tout de même, pour la plupart, encore fortement influencés par les attentes parentales et sociales. Chez eux, l’imaginaire de normalité est fortement influencé par un impératif de conformité auquel ils ont l’impression de pouvoir difficilement échapper. C’est dans ce sens que l’on retrouve chez eux le plus de propos faisant explicitement référence à la normalité (normal, banal, ordinaire). Pour eux, sortir de la rue correspond à trouver le moyen d’être « comme il faut », soit conforme aux attentes des autres. Ce, sans pour autant se nier complètement, c’est-à-dire pouvoir exister dans leur différence. Au moment où nous les avons rencontrés, certains y parvenaient mieux que d’autres. Tous ne disposaient pas des mêmes moyens, ni de la même marge de manœuvre face au contrôle de leurs parents.

35Comme les répondants ayant été marqués par des relations parentales de négation, le marché du travail et le milieu scolaire restent des institutions qu’ils privilégient, afin de s’approprier une place au sein de la société et obtenir une reconnaissance sociale. En effet, à travers le travail et/ou les études, ces répondants voient la possibilité de s’approprier une position conforme aux attentes sociales de normalité, tout en étant, pour certains, acceptés et même valorisés dans leur différence, au sein des contextes relationnels associés à ces institutions.

36Mais c’est surtout sur le plan affectif qu’ils peuvent s’affirmer dans leur différence. Bien que leurs parents restent très présents dans la vie de plusieurs d’entre eux, ceux qui en ont eu l’occasion ont investi d’autres contextes relationnels dans lesquels ils pouvaient se sentir reconnus dans leur différence. Ces derniers prennent la forme de relations intimes avec des pairs ou en couple. C’est comme si l’assurance de pouvoir être reconnu comme différent sur le plan intime leur permet d’accepter de se conformer sur le plan social. Une répondante, horticultrice au moment de l’entrevue, explique par exemple que c’est la reconnaissance de sa marginalité en tant qu’élément positif qu’elle a perçue tout au long de sa vie de rue de la part de son petit ami, ainsi que de celle de la famille de ce dernier, qui lui a permis d’envisager une certaine « normalité » hors de la rue.

I : est-ce que tu te rappelles de manière générale d’éléments qui ont rendu plus facile ta sortie de la rue?
R : ben mon chum, c’était mon chum. C’était tout mon chum pis sa famille dans le fond. C’est de voir une famille ordinaire, pis on allait là-bas, pis on dirait que ça me tentait d’avoir une vie normale (Claire, 27 ans, sortie depuis 6 ans).

La sortie de la rue en tant que quête d’autonomie

37Ayant été obligés très jeunes de prendre eux-mêmes en charge leur survie, les répondants ayant vécu de l’abandon se sont appropriés la rue dans le but d’y affirmer leur indépendance, tout en y trouvant de la reconnaissance affective au sein de leur groupe de pairs. En raison de leur vécu, souvent caractérisé par des placements multiples en institutions et/ou en famille d’accueil, la famille était difficilement représentable, sinon comme une famille d’abandon. Ayant vécu des ruptures affectives douloureuses, pour certains à répétition, ces répondants affirment avoir éprouvé beaucoup de réticence à investir les contextes relationnels de type familial (famille d’accueil, foyer de groupe), de peur de vivre d’autres ruptures affectives. D’où leurs fugues fréquentes de ces milieux d’accueil, les amenant dans la rue.

38Dans le cadre de leur appropriation de la rue, ils démontraient une forte tendance à s’affirmer comme étant indépendants de tout lien affectif et capables de se prendre en charge sans l’aide des autres. Comme l’a aussi constaté Michel Parazelli, la rue constituait pour ces jeunes l’occasion de se prouver et de prouver aux autres qu’ils étaient capables de se prendre en charge de façon autonome, sans l’aide des adultes, tout en s’y reconstruisant une famille fictive à travers le groupe de pairs (Parazelli, 2002). En effet, même s’ils cherchaient de cette façon à nier leur sentiment de dépendance à un amour parental absent, le désir d’être aimé et d’éviter la solitude était très présent chez eux. C’est comme si, du sentiment d’avoir été abandonnés, ils conservaient un besoin profond de relation à l’autre, allant jusqu’à la dépendance affective, comme s’ils voulaient s’accrocher solidement aux autres, afin d’éviter d’être à nouveau abandonnés ou encore, afin de réparer le sentiment d’abandon (d’éloignement) en établissant des relations si proches des autres, à la limite de la fusion, qu’il serait impossible de les séparer.

39C’est toutefois ce qui pouvait leur procurer à certains moments le sentiment d’être étouffés, comme si leur identité propre se perdait dans une dépendance trop forte aux autres. C’est pourquoi leur sortie de la rue renvoie moins à un désir de conformité qu’à un besoin d’autonomisation par rapport à ces dépendances affectives ne leur permettant pas d’exprimer leur identité propre. Dans ce sens, elle correspond à un effort de redéfinition de leurs rapports avec la rue et avec leurs pairs, comme le montre l’exemple de Marie-Jo, étudiante en sciences politiques et mère de famille au moment de l’entrevue :

Pour moi, la vraie sortie, c’était de couper cette relation de dépendance-là. Pas de dépendance à la drogue, dépendance à mes pairs. […] Mais la dépendance aux pairs comme cercle fermé, ça pour moi c’était le pas pour sortir. Pour dire que je m’identifie plus du tout, c’était ça. Moi j’ai encore des amis extrêmement importants, c’est un groupe qu’on a tous des enfants, pis on s’en parle, on dit, c’est fou cette relation-là qui était étouffante, t’arrives pas à te réaliser autrement. Tu peux pas (Marie-Jo, 28 ans, sortie depuis 12 ans).

40Néanmoins, si une certaine défusion est nécessaire pour pouvoir s’approprier une position identitaire autonome, ces répondants expriment également un grand besoin d’être entourés au niveau affectif dans leurs démarches de sortie de la rue. Ce, d’autant plus que la plupart d’entre eux doivent composer avec l’absence irrémédiable de leurs parents (décès, disparition). C’est pourquoi ils formulent leur sortie de la rue moins en termes de rupture que de continuité, même si les deux dynamiques sont présentes dans tout processus de repositionnement. Par exemple, au niveau de leurs relations affectives, il s’agit de redéfinir leurs relations avec leurs pairs de la rue, plutôt que de couper tout contact avec eux, ce qui leur semble impensable étant donnée l’intensité des liens affectifs qu’ils ont développés avec leurs amis dans la rue. De même, il s’agit davantage pour eux de redéfinir leur utilisation des lieux du centre-ville que de s’en éloigner physiquement (ex : faire les boutiques plutôt que vendre de la drogue ou mendier). Au niveau social, plusieurs d’entre eux ont trouvé de la reconnaissance au sein d’institutions ou d’activités plus ou moins liées au milieu de la rue, comme l’engagement militant ou l’intervention sociale auprès de personnes marginales.

41Ces éléments d’analyse indiquent que, contrairement à une idée fortement répandue dans le milieu de l’intervention, il serait simplificateur d’associer la sortie de la rue avec une rupture nette du jeune avec son groupe de pairs et/ou avec les lieux qu’il fréquentait durant la rue. Bien que cette rupture soit nécessaire pour certains, elle serait davantage contre-productive pour d’autres, qui ont besoin de s’appuyer sur ces contextes relationnels fortement associés à la rue pour pouvoir s’en sortir.

42Malgré cette continuité dans leur revendication d’une certaine marginalité, la représentation de la sortie de ces répondants n’en est pas moins associée à une certaine forme de normalité représentée. En effet, la façon dont ils se représentent la sortie de la rue est-elle vraiment différente de la représentation de la normalité véhiculée par l’idéologie individualiste post-moderne ou hypermoderne, qui pose la réalisation personnelle et l’autonomie de l’individu au centre du lien social (Lipovetsky, 1983 ; Aubert, 2004) ? Au contraire, nos résultats indiquent que ces jeunes se rapprochent de la logique du sujet que Guy Bajoit qualifie d’« autoréalisation personnelle », basée sur l’authenticité (passion ou sorte de vocation qui dicterait leur voie de sortie de la rue) et sur l’hédonisme (souci de la nature et du bien-être physique et moral, recherche d’une qualité de vie) (Bajoit, 2005). Ainsi, même si ces répondants utilisent moins des termes qui rappellent explicitement la normalité que d’autres, on voit que leurs représentations de la sortie de la rue s’articulent aussi autour d’un imaginaire de normalité, qui rejoint celui d’une partie de la jeunesse contemporaine, où autonomie et réalisation personnelle deviennent les conditions de l’intégration sociale et de la reconnaissance affective, sociale et juridique.

Réussir pour donner une cohérence à sa trajectoire

43Enfin, l’enquête a permis de rencontrer des répondants ayant vécu durant leur enfance des contextes relationnels où il leur était difficile de donner du sens à l’autorité parentale, car l’attitude de leurs parents leur paraissait contradictoire ou incohérente. Leurs relations aux autres étaient marquées par la recherche de limites leur procurant la stabilité affective qu’ils n’ont pas pu trouver dans leur milieu familial. Aux prises avec ces questionnements identitaires, ces jeunes se sont appropriés la rue dans une tentative de recréer les conditions familiales d’une liberté sociale, tout en échappant à la captivité d’une relation parentale incohérente. Néanmoins, il s’agissait moins pour eux d’échapper à des règles parentales trop strictes qu’à une captivité liée à l’incohérence des règles imposées par les adultes. C’est pourquoi chez eux, la liberté prenait davantage la dimension d’une aventure, leur permettant d’expérimenter leurs actes sociaux.

44Mais cet imaginaire d’aventure se réfère aussi à une dimension d’affrontement, de combat, à l’image de l’aventurier livré aux forces de la nature, ce qui se manifestait chez ces répondants par un rapport à la rue particulièrement marqué par des conduites à haut risque. Ces dernières concernent tous les jeunes de la rue de par la nature périlleuse de la vie de rue et des pratiques qui y sont associées (Jeffrey, 1995). Nous avons néanmoins pu observer que dans le cas des répondants ayant vécu des relations familiales incohérentes, la recherche des « limites de soi » est plus marquée, parce qu’ils ont un grand besoin de pouvoir donner une cohérence à leur identité en se donnant des repères stables. Les analyses anthropologiques de David Le Breton (1991) permettent d’analyser ces mises à l’épreuve, à travers la vie de rue vécue comme un défi, comme des tentatives de création de critères de légitimation de l’existence qui sont propres à ces jeunes, puisqu’ils ont hérité de repères trop incohérents pour donner du sens à cette dernière (Le Breton, 1991). Cette mise à l’épreuve de soi a pris des formes diverses selon leurs trajectoires : toxicomanie, prostitution, sexualité à risque, recherche du danger et de l’aventure, en d’autres termes un mode de vie axé sur le jeu entre la vie et la mort et comprenant la possibilité de relever un défi, qui conférerait un sens à leur existence et permettrait de lui attribuer davantage de cohérence.

45On retrouve notamment chez ces répondants des pratiques destructrices qui rappellent les dynamiques de négation reproduites par d’autres répondants (consommation à risque les amenant à faire des overdoses, à contracter des maladies, à développer des abcès, etc.). Mais chez eux, davantage que la destruction de soi, c’est l’approche, plus moins volontaire, de la mort qui est mise de l’avant dans ces conduites. À travers toutes ces pratiques qui évoquent plus ou moins explicitement un jeu avec la mort ou la rencontre avec elle, on distingue la volonté de tester les limites physiques de son corps. C’est comme si, à défaut de repères symboliques clairs pour délimiter leur identité, ces répondants avaient besoin de mettre à jour leurs limites physiques.

46Leur sortie de la rue est marquée par une quête de cohérence (pour se libérer de la captivité de l’incohérence), accompagnée d’un effort pour se préserver une certaine marge de liberté. Si, à première vue, leurs trajectoires de sortie semblent très hétérogènes, on se rend compte qu’elles correspondent toutes à une recherche de cohérence, à travers l’investissement de contextes relationnels qui leur renvoient une image cohérente d’eux-mêmes et la construction d’un projet de vie qui pourrait donner une unité à leur trajectoire de vie et à leur identité. À l’image de Valentine, qui effectuait un stage dans le domaine audiovisuel au moment de l’entrevue, il s’agit de s’approprier une position identitaire qui s’inscrit dans une histoire familiale et personnelle dont ils auront (re)trouvé la cohérence.

Là j’ai vu la cohésion dans ma vie, pis à partir de ce moment-là, tout a été bien. C’est pas parfait, mais j’avais retrouvé mes morceaux, je les avais replacés, pis j’avais fait la paix avec mon passé, sans nécessairement avoir tout raconté à mes parents. J’avais comme pris en charge le fait que oui, j’avais fait des affaires que j’aimais pas, mais que je voulais quand même accomplir de quoi dans ma vie pis que je me sentais capable de le faire (Valentine, 22 ans, sortie depuis 3 ans).

47Il s’agit également de s’inscrire dans un projet de vie qui leur assure une reconnaissance sociale, à travers différentes formes de réussite sociale : réussite scolaire, professionnelle, familiale (« carrière maternelle »), ou encore matérielle. À ce propos, on observe souvent une certaine conformité au modèle de réussite sociale parental, malgré les contradictions qu’il peut parfois comporter. Acquérir une grande maison, de beaux meubles, occuper un emploi avec un salaire élevé correspond pour plusieurs à une réussite à la fois sur le plan social et le moyen d’obtenir la reconnaissance de leurs parents. Pour d’autres, il s’agit plutôt d’être reconnus en tant que parents eux-mêmes, statut qui leur apparaît à la fois valorisé socialement et un moyen d’être reconnu comme égal par leurs parents.

48On constate que leurs aspirations rejoignent celles de plusieurs jeunes de leur âge, tentés par les promesses de la société du confort, de la consommation et de la propriété privée. Certains ont tenté, dans un premier temps, d’y parvenir à travers les possibilités offertes par le milieu de la rue, sortes de « raccourcis » (prostitution de luxe, argent facile) qui rappellent les stratégies des jeunes des gangs de rue (Bibeau & Perreault, 2003). Mais ils se sont rendu compte que le chemin emprunté les confinait dans ce monde parallèle, lui aussi en marge de la société.

49Pour ces répondants, sortir de la rue, c’est réussir dans la vie. Et réussir dans la vie, c’est avoir sa propre maison, son entreprise, des objets de luxe, ou, plus simplement, sa famille, son emploi, son confort et sa tranquillité. En d’autres termes, certains d’entre eux s’engagent intensément dans la logique de la performance et de l’ascension sociale, alors que d’autres demandent simplement à la société le minimum : avoir une vie normale, afin de ne pas être constamment menacés d’exclusion (voir aussi Bajoit, 2005). Ils n’ont pas oublié leur révolte contre le capitalisme et les inégalités sociales qu’il crée, mais s’ils veulent réussir à donner un peu de cohérence à leur vie et avoir, eux aussi, leur part de satisfaction dans cette société, ils estiment qu’ils n’ont pas le choix de faire certaines concessions et d’agir de façon, somme toute, bien conformiste. Ce, afin de parvenir à une réussite sociale qui confirmera leur appropriation d’une nouvelle position sociale, à l’opposé de l’image de looser (pour reprendre les termes d’un répondant) qu’ils peuvent parfois associer à leur ancienne position de jeune de la rue (sans pour autant regretter leur vie de rue).

Conclusion

50À partir des trajectoires de personnes sorties de la rue, il a été possible de mettre en évidence la façon dont le processus de repositionnement identitaire qui est à l’œuvre lors de la sortie de la rue est traversé par des enjeux de reconnaissance. Sortir de la rue, pour les jeunes ayant des trajectoires marquées par la négation ou le contrôle, c’est respectivement « être comme les autres » ou « être comme il faut ». Pour ceux qui ont un héritage parental d’abandon, il s’agit plutôt d’être autonome, alors que d’autres tentent de retrouver une cohérence dans leur vie par le biais de la réussite. Dans le contexte social actuel marqué par une individualisation croissante du lien social, la reconnaissance devient l’un des seuls moyens de se donner des repères plus stables en ce qui concerne l’image de soi.

51À travers quelques exemples issus de l’enquête effectuée dans le cadre de notre recherche doctorale, nous avons mis en lumière les bricolages identitaires des jeunes rencontrés, ainsi que la façon dont ils composent avec la reconnaissance ou la non-reconnaissance qu’ils ont trouvée dans les différents contextes relationnels investis pour s’approprier une position sociale plus satisfaisante. En d’autres termes, il s’agissait pour eux d’opérer au mieux une « construction du sujet dans une société en mutation » (Franssen, 1997 : 43).

52Cette entreprise s’inscrit à la fois en rupture et en continuité avec le vécu de rue ainsi que l’héritage parental qui, bien que précaire, marque les trajectoires et structure les attentes de reconnaissance. Loin de constituer un enchaînement de comportements isolés, le processus de sortie de la rue doit être inscrit dans les trajectoires subjectives qui lui confèrent sa cohérence. C’est uniquement à la lumière de cette cohérence subjective que peuvent se comprendre, par exemple, les résistances de certains jeunes à investir des programmes destinés à les accompagner dans leurs efforts de s’en sortir, alors que d’autres y trouvent du sens. Il s’agit moins là d’une « mauvaise volonté » de la part de ces jeunes que du faible potentiel de reconnaissance que revêtent à leurs yeux ces programmes en regard de leurs attentes propres. Si elle prend parfois des voies détournées ou ambigües, leur lutte pour la reconnaissance n’en demeure pas moins inscrite dans une recherche de normalité et d’autonomie qu’il s’agit de reconnaître comme telle, sous peine de voir ces jeunes s’enfermer dans la marge.

Haut de page

Bibliographie

Agence de santé publique du Canada (2006), Les Jeunes de la rue au Canada. Constatations découlant de la surveillance accrue des jeunes de la rue au Canada, 1999-2003, Ottawa.

Aubert N. (2004), « Que sommes-nous devenus ? », Sciences humaines, 154, pp. 36-41.

Badal C. (2003), « Les preuves de l'existence de soi. La nouvelle croisade du sujet post-moderne », Études, vol. 3, n° 3986, pp. 765-776.

Bajoit G. (2005), « Les jeunes en quête de sens dans un monde incertain », Conseil de développement de la recherche sur la famille du Québec, Hiver 2005, numéro spécial, pp. 2-3.

Bellot C. (2001), Le Monde social de la rue. Expériences des jeunes et pratiques d’intervention à Montréal, Thèse de doctorat, Montréal, Université de Montréal, École de criminologie.

Bergier B. (1996), Les Affranchis, parcours de réinsertion, Paris, Éditions Desclée de Brouwer.

Bibeau G. & M. Perreault (2003). Le Gang : une chimère à apprivoiser. Marginalité et transnationalité chez les jeunes Québécois d'origine afro-antillaise, Montréal, Éditions Boréal.

Caillé, A. (2004), « Présentation du dossier "De la reconnaissance. Don, identité et estime de soi" », Revue du MAUSS, 23, pp. 5-28.

Colombo A. (2008), La Reconnaissance: un enjeu pour la sortie de la rue des jeunes à Montréal, Thèse de doctorat en Études urbaines, Montréal, Université du Québec à Montréal.

Colombo A. (2004), « La sortie de la rue : processus ou objectif d'intervention ? », Nouvelles pratiques sociales, 16, 2, pp. 192-210.

Côté M. (1992), « Une mémoire qui n'en finit pas de crier, celle des jeunes de la rue à Montréal », Revue internationale d'action collective (RIAC), 27/67, pp. 145-152.

Ehrenberg A. (1998), La Fatigue d'être soi. Dépression et société, Paris, Éditions Odile Jacob.

Franssen A. (1997), «ºBalises et écueils d'une sociologie du sujetº», dans Bajoit G. & E. Belin, Contributions à une sociologie du sujet, Paris, Éditions L'Harmattan, pp. 17-50.

Galland O. (2000), « Entrer dans la vie adulte : des étapes toujours plus tardives mais resserrées ». Économie et statistique, INSEE, n° 337-338, pp. 13-36.

Galland O. (2002), Les Jeunes, Paris, Éditions La Découverte (6e édition).

Gauthier M. (2000), « L'âge des jeunes : "un fait social instable" », Lien social et politique (RIAC), 43, pp. 23-32.

Gilbert S. (2004), L’Idéal du moi comme point de mire et le social en toile de fond. Une compréhension de la dynamique sociopsychique de l’itinérance des jeunes adultes, Thèse de doctorat en psychologie, Montréal, Université du Québec à Montréal.

Honneth A. (2006), La Société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique, Paris, Éditions La Découverte.

Honneth A. (2000), La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Les éditions du Cerf.

Jeffrey D. (1995), « Jeunes de la rue et incorporation », Religiologiques, 12, pp. 169-180.

Le Breton D. (1991), Passions du risque, Paris, Éditions Métaillé.

Levac C. (2006), La Rue, un chemin tracé d'avance ?, Montréal, Le Refuge des jeunes de Montréal.

Lipovetsky G. (1983), L'Ère du vide. Essais sur l'individualisme contemporain, Paris, Éditions Gallimard.

Lucchini R. 1993, L'Enfant de la rue. Identité, sociabilité, drogue, Genève-Paris, Éditions Droz.

Mead G. H. (1963), L’Esprit, le Soi et la Société, Paris, Presses universitaires de France.

Parazelli M. (2002), La Rue attractive. Parcours et pratiques identitaires des jeunes de la rue, Sainte-Foy, Presses de l'Université du Québec.

Parazelli M. et A. Colombo (2004), « Les jeunes de la rue », dans Cicchelli-Pugeault C., Cicchelli V. & T. Ragi, Les Jeunes. Liens, risques et participations, Paris, Presses universitaires de France, pp. 125-135.

Pichon P. (2005), « Sortir de la rue : de l'expérience commune de la survie à la mobilisation de soi », dans Ballet D., Les SDF, visibles, proches, citoyens, Paris, Presses universitaires de France, pp. 89-102.

Poirier M., Lussier V., Letendre R., Michaud P., Morval M., Gilbert S. & A. Pelletier (1999), Relations et représentations interpersonnelles de jeunes adultes itinérants. Au-delà de la contrainte de la rupture, la contrainte des liens, Rapport de recherche du Groupe de Recherche sur l’Inscription sociale et identitaire des Jeunes Adultes (GRIJA), Montréal.

Renault E. (2004), Mépris social. Éthique et politique de la reconnaissance, Bègles, Édition du Passant ordinaire.

Roy É. et al. (2005), L'Hépatite C et les facteurs psychosociaux associés au passage à l'injection chez les jeunes de la rue, Rapport d'étape numéro 4, Montréal, Direction de la santé publique.

Winnicott, D. W. 1969 [1958], « La capacité d'être seul », dans De la Pédiatrie à la psychanalyse, Paris, Éditions Payot, pp. 205-213.

Haut de page

Notes

1  Nous tenons à remercier le Conseil de la recherche en sciences humaines du Canada, dont le soutien financier a largement facilité la réalisation de cette recherche.

2  Pour reprendre l’expression d’Axel Honneth qui constitue le titre de son ouvrage phare (Honneth, 2000).

3  Nous reprenons ce concept de Michel Parazelli, selon qui le mode de relation « traduit sur le plan cognitif un registre axiologique composé de valeurs ambivalentes » (Parazelli, 1997). En d’autres termes, il rend compte du mode selon lequel ces jeunes organisent, de façon paradoxale, leur rapport aux autres et aux lieux.

4  Le masculin est utilisé afin d’alléger le texte.

5  Cela n’exclut pas pour autant que plusieurs formes de reconnaissance puissent se jouer au sein d’un même contexte relationnel.

6  Nous n’avons pas la place ici d’entrer dans les détails, mais pour une analyse détaillée sur ces trois plans, voir Colombo (2008).

7  Ces formes de relation parentale constituent des idéaux-types, concernant des formes de relations et non les personnes qui les vivent. Des éléments de chacune d’entre elles peuvent apparaître dans toutes les histoires des répondants, mais l’une d’entre elle apparaît de façon prépondérante.

8  Dans le but de respecter l’anonymat des répondants, tous les prénoms sont fictifs.

9  Homme, souvent beaucoup plus âgé, qui entretient un-e jeune en échange de ses services sexuels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annamaria Colombo, « Sortir de la rue : une lutte pour la reconnaissance à l’heure de l’individualisme avancé », SociologieS [En ligne], Premiers textes, mis en ligne le 29 septembre 2010, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/3199

Haut de page

Auteur

Annamaria Colombo

Haute École fribourgeoise de travail social, Givisiez (Suisse) - annamaria.colombo@hef-ts.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page