Navigation – Plan du site
Émotions et sentiments, réalité et fiction

Quelques commentaires sur les personnages de fiction

Umberto Eco
Traduction de Francis Farrugia, Université de Franche-Comté et France (traduit de l’anglais).

Résumés

L’auteur met en place des observations et développe des analyses sur le statut des personnages de fiction, mettant à contribution les ressources de l’histoire, de la littérature, de la sémiotique, de la logique et de la narratologie. De quelle vie particulière vivent les personnages de roman, qui fait que nous sommes capables de les tenir pour plus réels que des personnages réels, et que nous sommes enclins à éprouver les sentiments qu’ils éprouvent, même si nous savons qu’ils n’existent pas ? Comment ces personnages de fiction existent-ils, selon quelle « partition » leur existence se développe-t-elle au point d’interférer avec la nôtre ? L’interrogation porte sur la nature de ce flux émotionnel qui s’écoule du lecteur vers les personnages de fiction et les investit de valeur, sur ce qui se projette de la vie vers le roman, entraînant avec lui le lecteur qui se trouve de la sorte impliqué malgré lui dans l’histoire, et se trouve pris dans le mécanisme de l’identification et de la vie fictive.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Traduction française d’Aline Schulman, Éditions du Seuil, Paris, 1997.

« Bref, notre gentilhomme se donnait avec un tel acharnement à ses lectures qu’il y passait ses nuits et ses jours, du soir jusqu’au matin et du matin jusqu’au soir. Il dormait si peu et lisait tellement que son cerveau se dessécha et qu’il finit par perdre la raison. Il avait la tête pleine de tout ce qu’il trouvait dans ses livres : enchantements, querelles, batailles, défis, blessures, galanteries, amours, tourments, aventures impossibles. Et il crut si fort à ce tissu d’inventions et d’extravagances que, pour lui, il n’y avait pas d’histoire plus véridique au monde. Il disait à qui voulait l’entendre que le Cid Ruy Diaz avait sans doute mérité sa renommée, mais qu’il ne pouvait se comparer au chevalier à l’Épée Ardente, lequel, d’un seul revers, avait fendu par le milieu deux féroces géants. Il lui préférait cependant Bernard del Carpio, qui avait ôté la vie à Roland l’enchanté, en l’étouffant entre ses bras, recourant à la même ruse qu’Hercule pour tuer Antée, le fils de la Terre. Il disait aussi grand bien de Morgant, qui était lui-même affable et courtois, quoiqu’issu d’une race de géants connus pour leur arrogance et leur indélicatesse. Mais celui qu’il aimait entre tous, c’était Renaud de Montauban, surtout quand il le voyait sortir de son château pour détrousser tous ceux qu’il rencontrait, ou aller jusqu’en Barbarie pour dérober l’idole de Mahommet, qui était tout en or si l’on en croit l’histoire. Et il aurait donné sa gouvernante, et sa nièce par-dessus le marché, pour administrer quelques coups de pied bien sentis à ce traître de Ganelon ».
Miguel de Cervantes, Don Quichotte de la Manche 1.

1Après la publication de mon roman Le nom de la rose beaucoup de lecteurs m'ont écrit disant qu'ils avaient découvert et visité l'abbaye où j'avais situé mon histoire. Beaucoup d'autres m’ont demandé des informations supplémentaires sur le manuscrit que je mentionne dans l'introduction. Dans cette même introduction je dis que j'ai trouvé un livre anonyme d'Athanasius Kircher dans une librairie ancienne de Buenos Aires. Récemment, c'est-à-dire presque trente ans après la publication de mon roman, un camarade allemand m'a écrit qu'il venait de trouver un livre de Kircher dans une librairie ancienne de Buenos Aires, et il se demande si par hasard il ne s’agirait pas du même antiquaire et du même livre que ceux trouvés dans mon roman.

2Il est inutile de dire que j'ai inventé tout à la fois l’architecture et l'emplacement de mon abbaye (bien que pour nombre de détails j'aie été inspiré par des sites réels) ; que l'idée d’introduire une fiction en disant que l'auteur a trouvé un manuscrit est un vénérable topos littéraire, à tel point que j’ai intitulé mon introduction « Naturellement, un manuscrit » et que, tant le livre mystérieux de Kircher que l'antiquaire plus mystérieux encore, étaient affaire d'invention.

3Ceux qui ont recherché l'abbaye réelle et le manuscrit réel étaient peut-être des lecteurs naïfs, étrangers à toute convention littéraire, ayant trébuché sur mon roman par accident, après avoir regardé le film ; mais l'auteur de la dernière lettre (qui semble accoutumé à fréquenter des marchands de livres rares et connaître Kircher) est à coup sûr une personne cultivée, d'une certaine manière familière des choses de l’impression. Ainsi il semble que, indépendamment de leur capital culturel, un certain nombre de lecteurs soient (ou deviennent) incapables de distinguer entre fiction et réalité et prennent au sérieux des personnages de fiction (comme s'ils étaient des êtres humains réels).

4En plus, dans mon Pendule de Foucault, Jacopo Belbo, après avoir assisté à une liturgie alchimique onirique, tente ironiquement de justifier ces adorateurs en faisant remarquer : « La question n'est pas de savoir si ces gens-là sont meilleurs ou pires que les Chrétiens qui vont au sanctuaire. J’étais en train de me demander : qui pensons-nous être ? Nous pour qui Hamlet est plus réel que notre concierge ? Ai-je quelque droit de juger – moi qui rôde à la recherche de Madame Bovary pour lui faire une scène ? »

Pleurer Anna Karénine

  • 2 À propos, un Faria réel a existé et Alexandre Dumas a été inspiré par ce curieux prêtre portugais, (...)
  • 3 J'ai visité il y a des années le château et j'ai vu non seulement la cellule de Montecristo, mais a (...)

5En 1860, sur le point de traverser la Méditerranée pour suivre l'expédition de Garibaldi en Sicile, Alexandre Dumas fit halte à Marseille et voulut visiter le Château d'If où son héros Edmond Dantès – avant de devenir le Comte de Montecristo – perdit quatorze ans de sa vie, fut visité dans sa cellule et sauvé par l'Abbé Faria 2. Pendant sa visite, Alexandre Dumas découvrit que l'on montrait aux visiteurs la cellule « réelle » de Montecristo et que les guides parlaient de lui, de Faria et d'autres personnages du roman comme s'ils avaient vraiment existé 3. En revanche les mêmes guides ignoraient qu'au Château d'If avait été emprisonné un personnage historique comme Mirabeau.

6C’est ainsi qu’Alexandre Dumas commente en ses Mémoires : « C'est le privilège des romanciers de créer des personnages qui tuent ceux des historiens. La raison en est que les historiens évoquent seulement de simples fantômes, tandis que les romanciers créent des personnes en chair et en os ».

7Un jour, un de mes amis m'a pressé d'organiser un symposium sur le sujet suivant : pourquoi – alors que nous savons qu'Anna Karénine est un personnage de fiction qui n'existe pas dans notre monde réel – pleurons-nous sur ses actes (ou en tout cas sommes-nous profondément émus par ses malheurs) ainsi que nous le faisons dans notre monde réel ?

  • 4 L’une de mes amies, tendre et sensible, avait l'habitude de dire : « Chaque fois que je vois dans u (...)

8Beaucoup de lecteurs raffinés ne pleureront probablement pas sur le destin de Scarlett O'Hara mais ils auront été certainement choqués par le destin d'Anna Karénine. De plus j'ai constaté que des intellectuels très distingués pleurent, au sens propre du mot, à la fin de Cyrano de Bergerac – un fait qui ne devrait stupéfier personne parce que, quand une stratégie dramatique vise à tirer leurs mouchoirs aux spectateurs, elle réussit à les faire pleurer, quelque soit leur niveau culturel. Ce n'est pas un problème esthétique : de grandes œuvres d'art ne suscitent pas une réponse émotionnelle tandis que beaucoup de films bon marché ou de romans à l'eau de rose atteignent ce but 4.

9En plus, Madame Bovary, un personnage sur lequel beaucoup de lecteurs ont pleuré, avait elle-même l’habitude de pleurer sur les histoires d'amour qu'elle lisait.

10J'ai résolument dit à mon ami que ce phénomène n'avait de pertinence ni ontologique ni logique et pouvait seulement intéresser des psychologues. Nous pouvons nous identifier sans problème à des personnages de fiction et à leurs actes parce que, selon une convention narrative, nous nous mettons à vivre dans le monde possible de leur histoire comme s’il était le nôtre. Mais cela n'arrive pas uniquement à la lecture de fictions.

  • 5 Pour Aristote, la catharsis était une sorte d’illusion puisqu’elle dépendait de notre identificatio (...)

11Il est arrivé à beaucoup d’entre nous d’envisager la mort possible d’une personne aimée et nous nous sommes sentis touchés, sinon poussés aux larmes, bien qu’on ait su avec certitude que l'événement imaginé était dépourvu d’existence. De tels phénomènes d'identification et de projection sont absolument normaux et (je le redis) sont matière à réflexion pour des psychologues. S'il existe des illusions d'optique, par l’effet desquelles nous voyons une forme donnée plus grande qu'une autre, bien que nous sachions qu'elles ont exactement la même taille, pourquoi des illusions pathétiques n’existeraient-elles pas aussi (Currie, 1995) 5 ?

12J'ai également tenté de démontrer à mon ami que le pouvoir que possède un personnage de fiction de faire pleurer les gens, ne dépend pas uniquement de ses caractéristiques, mais des habitudes culturelles de ses lecteurs (ou du lien existant entre leurs attentes culturelles et la stratégie narrative) : au milieu du xixème siècle les gens pleuraient et étaient désepérés à la vue du destin de Fleur-de-Marie d'Eugène Sue, tandis qu'aujourd'hui les malheurs de la pauvre fille nous laissent cyniquement insensibles ; à d’autres époques au contraire, beaucoup de personnes ont été bouleversées par le destin de Jenny en regardant Love story.

13Plus tard, j'ai décidé que je ne pourrais pas liquider aussi facilement la question dans sa globalité. J'ai dû admettre qu'il y a une différence entre pleurer sur la mort imaginée de notre bien-aimé(e) et pleurer sur la mort d'Anna Karénine. Il est vrai que dans le premier cas nous prenons pour acquis ce qui est arrivé dans le monde possible de notre rêve, et que dans le deuxième cas nous prenons pour acquis ce qui est arrivé dans le monde possible conçu par Tolstoï. Mais si on nous demandait plus tard si notre bien-aimé(e) est vraiment mort(e) nous répondrions (en sursautant un peu) que non – comme cela arrive quand nous nous éveillons soudainement d'un cauchemar. Au contraire, si l’on nous demandait si Anna Karénine est morte, nous répondrions toujours positivement, comme si le fait qu'Anna s'est suicidée était vrai dans chaque monde possible.

14De plus, nous souffrons quand nous imaginons être abandonnés par notre bien-aimé(e) et certains de ceux qui ont été vraiment abandonnés en viennent au suicide, mais nous ne souffrons pas outre mesure si certains de nos meilleurs amis sont abandonnés par leur bien-aimé(e). Au mieux nous pouvons compatir, mais je n'ai jamais connu quelqu'un qui se soit suicidé parce qu'un de ses amis avait été quitté. Il semble ainsi étrange que, en lisant dans Les souffrances du jeune Werther de Johann Wolfgang von Goethe, que Werther s’est suicidé à cause de son amour infortuné, beaucoup de jeunes romantiques aient fait de même, selon ce qui a été étiqueté comme l'effet-Werther.

15Qu’est-ce-que cela signifie que les gens ne soient que simplement dérangés par le fait que des millions d’êtres réels (parmi lesquels beaucoup d'enfants) meurent de famine, et considèrent au contraire comme une affaire personnelle la mort d'Anna Karénine ? Qu’est-ce-que cela signifie que nous partagions profondément la douleur de quelqu'un d'autre, seulement ou principalement quand nous savons que lui ou elle n'ont jamais existé ?

L'ontologie contre la sémiotique

16Mais sommes-nous sûrs que les personnages de fiction n'ont pas une certaine forme existence ?

17Laissez-moi appeler OPE, aussi bien les Objets Physiquement Existants (comme moi-même et Paris) que les objets qui ont existé quelque part dans le passé (comme Jules César ou les caravelles de Christophe Colomb). Personne à coup sûr ne dirait que des personnages de fiction sont des OPE. Cependant cela ne signifie pas que ce ne sont pas des objets du tout.

18Il suffit, pour adopter une ontologie meinongienne, d’accepter l'idée que chaque représentation ou jugement a nécessairement un objet, bien que cet objet ne soit pas nécessairement un objet existant. Un objet est toute chose dotée de certaines propriétés, et l'existence n'est pas l’une de ses propriétés indispensables. Des siècles avant Alexius Meinong, Avicenne a dit que l'existence était seulement une propriété accidentelle d'une essence ou d'une substance (accidens adveniens quidditati). En ce sens il peut exister des objets abstraits (comme le nombre 17 à propos desquels on ne dit pas qu’ils existent mais qu’ils subsistent) et des objets concrets comme moi-même et Anna Karénine, à cette différence que je suis un OPE, et Anna non.

19Maintenant, je veux faire entendre clairement que je ne fais pas aujourd’hui référence à une ontologie des personnages de fiction. Pour devenir sujet d'une réflexion ontologique, un objet devrait être considéré comme indépendant de tout esprit, comme c’est le cas pour l’angle droit, que beaucoup de mathématiciens et philosophes considèrent comme une sorte d'entité platonicienne – afin que l’assertion l'angle droit a 90 degrés puisse rester vraie, même si notre espèce avait disparu, et sa vérité devrait être acceptée aussi par des étrangers venant du cosmos.

20Au contraire, le fait qu'Anna Karénine s'est suicidée dépend de la compétence culturelle de beaucoup de lecteurs vivants ; ce fait est enregistré par quelques livres mais il serait certainement oublié si l'espèce humaine et tous les livres de cette planète disparaissaient. Une objection possible serait qu'un angle droit devrait avoir 90 degrés uniquement pour les étrangers qui partagent notre géométrie euclidienne, et que chaque assertion au sujet d'Anna Karénine resterait vraie aussi pour des étrangers s'ils avaient réussi à retrouver au moins une copie du roman de Léon Tolstoï. Mais je ne suis pas supposé adopter une position au sujet de la nature platonicienne d'entités mathématiques, et je n'ai pas d'informations sur la géométrie et la littérature comparée des Martiens ou des Siriens. Laissez-moi supposer en tout cas qu'il est probable que le théorème de Pythagore est vrai bien qu'il n'y ait personne qui l’ait présent à l’esprit, tandis qu'il est certain que, pour reconnaître un tant soi peu d'existence à Anna Karénine, nous avons besoin d'un esprit quasi humain capable de transformer le texte de Léon Tolstoï en un phénomène mental.

  • 6 D’un point de vue ontologique, l'approche la plus récente et la plus complète est celle de Carola B (...)

21La seule chose dont je suis assez sûr est qu'il y a des gens bouleversés par la révélation qu'Emma Bovary s'est suicidée, et très peu (si ce n’est personne) qui soit choqué en découvrant que l'angle droit a 90 degrés. Puisque le cœur de mes réflexions est aujourd'hui de comprendre pourquoi les gens sont émus par des personnages de fiction, je ne peux pas adopter un point de vue ontologique. Je suis obligé de considérer Anna Karénine comme un objet mental, ou comme l'objet d'une connaissance. En d'autres termes (et j'expliquerai mieux mon point de vue dans quelque temps) mon approche n'est pas ontologique mais sémiotique, c'est-à-dire que ma préoccupation est de savoir à quel genre de contenu correspond, pour un lecteur compétent, l'expression Anna Karénine – particulièrement si ce lecteur considère comme allant de soi que cette Anna n'a jamais existé comme un OPE 6.

22De plus, mon problème est : en quel sens un lecteur normal peut-il considérer comme vraie l'affirmation Anna Karénine s'est suicidée, si lui ou elle savent à coup sûr qu'Anna n'est pas un OPE ? Ainsi je ne m’occupe pas de la question « où, en quelle région de l'univers, des personnages de fiction vivent-ils ? », mais plutôt de celle-ci « en quel sens parlons-nous d’eux comme s'ils vivaient en une certaine région de l'univers ? »

23Pour répondre, si possible, à toutes ces questions, je pense qu'il sera utile de reconsidérer quelques faits évidents concernant les personnages de fiction, et le monde dans lequel ils vivent.

Mondes possibles incomplets et personnages complets

24Par définition, des textes de fiction parlent clairement de personnes et d’événements non existants (et c’est justement pour cette raison qu’ils en appellent à la suspension de notre incrédulité). Donc du point de vue d'une vraie sémantique vériconditionnelle, une assertion fictionnelle devrait toujours dire ce qui n'est pas existant.

25Malgré cela, nous ne considérons pas les assertions fictionnelles comme des mensonges. Tout d'abord, à la lecture d'un passage d’un texte de fiction, nous signons un pacte tacite avec son auteur, qui prétend que quelque chose est vrai et nous demande de prétendre le prendre au sérieux (Searle, 1975). De cette manière chaque fiction invente un monde possible et tous nos jugements de vérité et de mensonge doivent se référer à ce monde possible. De cette façon il est fictionnellement vrai que Sherlock Holmes a vécu à Baker Street et fictionnellement faux qu'il a vécu sur les berges de Spoon River.

26Des textes de fiction n’adoptent jamais comme arrière-plan un monde qui diffère totalement de celui en lequel nous vivons, pas même dans les contes de fées, ou dans les histoires de science-fiction. Même en de telles situations, si une forêt est décrite, il est entendu qu’elle doit être plus ou moins semblable aux forêts de notre monde réel, constituées d’arbres qui sont des végétaux et non des minéraux, etc. Si par hasard l’on nous dit que cette forêt est constituée d’arbres minéraux, les notions de minéral et d'arbre doivent être les mêmes que dans notre monde réel.

27Habituellement un roman choisit comme son arrière-plan propre le monde de notre vie quotidienne, tout au moins, pour autant que ses caractéristiques principales sont en jeu : les histoires de Rex Stout demandent à leurs lecteurs de tenir pour vrai qu'à New York vivent des gens comme Nero Wolfe, Archie Goodwin, Saul Panzer ou l'Inspecteur Cramer, qui ne sont pas recensés par le bureau de l’état civil de New York, mais tout le reste arrive dans un New York qui possède les caractéristiques d’un New York existant (ou ayant existé) dans notre monde réel, et ce, parce que nous pourrions nous sentir perturbés si soudainement Archie Goodwin décidait d’escalader la Tour Eiffel à Central Park.

28Les mondes narratifs sont non seulement des mondes possibles, mais aussi des petits mondes, « c'est-à-dire une suite relativement brève d'événements localisés dans un certain recoin ou coin du monde réel (Hintikka, 1989, p. 55) ».

  • 7 Par exemple, selon Internet le Président Bush a dit dans un discours public (le 24 septembre 2001) (...)

29Un monde de fiction est une situation incomplète (Dolezel, 1989, p. 233) et non maximale. Dans le monde réel si John vit à Paris est vrai, il est aussi vrai que John vit dans la capitale de la France et qu'il vit au nord de Milan et au sud de Stockholm. Une telle série d'exigences n’est pas requise pour les mondes possibles de nos croyances (les mondes doxastiques prétendus). S'il est vrai que John croit que Tom vit à Paris, cela ne signifie pas que John croit que Tom vit au nord de Milan parce que John peut souffrir d'un manque d'informations géographiques 7.

  • 8 Pour ce qui concerne la question d’un monde narratif possible conçu comme monde en réduction et de (...)

30Les mondes de fiction sont aussi incomplets que les mondes doxastiques, mais en un sens différent. Au début de The space merchants de Frederik Pohl et Cyril M. Kornbluth (Delaney, 1980) nous lisons : « j'ai frotté le savon dépilatoire sur mon visage, et l'ai rincé au filet du robinet d'eau douce ». Dans une phrase se référant au monde réel on percevrait la mention eau douce comme une redondance, étant donné que les robinets courants sont des robinets d'eau douce. Pour autant que l’on suspecte que cette phrase décrit un monde de fiction, on comprend qu'elle fournit des informations indirectes sur un certain monde en lequel, sur les cuvettes de lavabo normales, le robinet d'eau douce est différent du robinet d'eau salée (tandis que dans notre monde l'opposition est froid/chaud). Bien que l'histoire n'ait pas fourni de nouvelles informations, les lecteurs seraient tentés d’inférer que l'histoire en question concerne un monde de science-fiction où l’eau douce manque. Cependant, jusqu'à ce que le roman nous donne de nouvelles informations, nous devons nécessairement penser que tant l’eau douce que l'eau salée ont pour formule H2O. En ce sens il semble que les mondes de fiction sont des mondes parasites 8. Un monde possible de fiction est celui en lequel tout est semblable à notre monde réel prétendu, à l’exception des variations explicitement introduites par le texte.

  • 9 Comme je l’ai dit dans mes Six Promenades dans les bois de la fiction (Eco, 1996, ch. 5), les lecte (...)

31William Shakespeare, dans Le conte d’hiver, dit que la scène III de l’acte III se déroule en Bohême, dans un pays désertique près de la mer. Nous savons qu'il n'y a aucun littoral en Bohème, de même qu'il n'y a aucune station balnéaire en Suisse, mais nous prenons pour acquis que – dans ce monde possible – la Bohême a des côtes maritimes. Par convention fictionnelle et suspension d'incrédulité, nous devons accepter ces variations comme si elles correspondaient à la réalité 9.

32Il a été dit que les personnages de fiction sont indéterminés, c’est-à-dire que nous ne connaissons que quelques-unes de leurs caractéristiques, tandis que les individus réels sont complètement déterminés, et nous devrions être capables d’énumérer la moindre de leurs différentes caractéristiques (Ingarden, 1931). Cependant si ceci est vrai d'un point de vue ontologique, d'un point de vue épistémologique c’est exactement le contraire : personne ne peut affirmer et prévoir toutes les caractéristiques d'un individu donné ou d'une espèce donnée, qui sont potentiellement infinies, tandis que les caractéristiques des personnages de fiction sont sévèrement délimitées par le texte du récit – et celles mentionnées par le texte sont les seules à entrer en ligne de compte pour l’identification du personnage.

33En fait je connais Leopold Bloom mieux que mon père. Quant à mon père, qui sait combien d'épisodes de sa vie j'ignore, combien de pensées secrètes il n’a jamais divulguées, combien de fois il a dissimulé ses peines, ses difficultés, ses faiblesses – de telle sorte qu’après sa mort je ne récupérerai jamais ce secret, ni les aspects peut-être fondamentaux de sa personnalité. Comme l'historien défini par Alexandre Dumas, je rêve et rêve en vain au sujet de ce cher fantôme perdu pour toujours. Au contraire je connais de Leopold Bloom tout ce que je dois savoir, et malgré cela à tout moment je relis Ulysse, et découvre quelque chose de plus à son sujet.

34Traitant de vérités historiques, l'historien peut démontrer pour des siècles si telle information est ou non pertinente. Par exemple, est-il pertinent pour l'histoire de Napoléon de connaître le menu de son dernier repas avant Waterloo ? La plupart des biographes considéreraient ce détail comme insignifiant. Cependant il peut exister des savants qui croient fortement en l’influence de l’alimentation sur le comportement humain, et ce détail, s’il était attesté par un certain document, serait d’une importance extrême pour leur recherche.

35Au contraire les textes de fiction nous disent, avec plus de précision, quels détails sont pertinents pour l'interprétation de l'histoire, la psychologie des personnages etc. et lesquels peuvent être négligés.

36À la fin du chapitre XXXV de Le Rouge et le Noir, Stendhal raconte comment Julien Sorel essaye de tuer Madame de Rênal dans l'église de Verrières. Après avoir dit que son bras tremblait, il conclut : « En ce moment, le jeune clerc qui servait la messe sonna pour l'élévation. Madame de Rênal baissa la tête qui un instant se trouva presque entièrement cachée par les plis de son châle. Julien ne la reconnaissait plus aussi bien ; il tira sur elle un coup de pistolet et la manqua ; il tira un second coup, elle tomba » (Stendhal, 2000, p. 591).

  • 10 Pour ce qui touche à ces deux balles, voir Geninasca (1997).

37Une page plus tard il est dit que Madame de Rênal n'a pas été mortellement blessée parce que la première balle a traversé son chapeau, et que la deuxième l’a frappée à l'épaule. Il est intéressant de remarquer que (ce qui a intrigué beaucoup de critiques) 10, Stendhal a spécifié où cette seconde balle avait fini : elle avait ricoché sur l'omoplate, pour frapper un pilier gothique, dont elle avait détaché un énorme éclat de pierre. Cependant, tout en étant aussi précis à propos de la deuxième balle, Stendhal est discret au sujet de la première. Il y aura toujours quelqu’un pour se demander où la première balle de Julien a fini. On peut imaginer beaucoup de fans de Stendhal essayant de retrouver cette église, et de retrouver les traces de cette balle (par exemple, un trou dans un autre pilier). Dans la même veine il y a beaucoup de fans de Joyce qui se réunissent à Dublin pour trouver la pharmacie où Bloom a acheté un savon au citron (et une telle pharmacie existe, ou existait toujours en 1965, quand j'ai acheté la même sorte de savon, probablement de nouveau fabriqué par l'apothicaire, juste pour plaire aux touristes joyciens).

38Supposons maintenant qu'un critique veuille interpréter tout le roman de Stendhal à partir de cette balle perdue. Nous avons été témoin des formes de critique les plus folles. Cependant, puisque le texte ne fait pas allusion à cette balle perdue nous aurions le droit de considérer une telle stratégie interprétative comme farfelue. Un texte de fiction ne nous dit pas seulement ce qui est vrai ou faux dans son monde narratif, mais aussi ce qui est pertinent et ce qui peut être négligé, étant sans importance. C'est pourquoi nous avons le sentiment d'être en mesure de porter des jugements incontestables concernant les personnages de fiction. Il est absolument vrai que Julien Sorel a manqué son premier tir, de même qu'il est absolument vrai que Mickey Mouse est le petit ami de Minnie.

Fiction vs assertions historiques

39Une assertion fictionnelle comme celle-ci : Anna Karénine s’est suicidée en se jetant sous un train, est aussi vraie que l'affirmation historique selon laquelle Adolf Hitler s'est suicidé (et son cadavre brûlé) dans un bunker à Berlin. Notre réaction première serait que l'affirmation concernant Anna relève d’une invention, tandis que celle concernant Hitler rapporte ce qui s’est réellement passé. Donc, pour être exact, en termes de sémantique vériconditionnelle, nous devrions dire que il est vrai qu’Anna Karénine s’est suicidée en se jetant sous un train est seulement une autre manière de dire il est vrai dans le monde du roman de Tolstoï, qu’il est écrit qu'Anna Karenine s’est suicidée en se jetant sous un train. S'il en est ainsi, en termes logiques, la vérité concernant Anna serait vraie de dicto et non de re, et d'un point de vue sémiotique ceci concernerait le plan d'expression et non le plan de contenu (ou, en termes saussuriens, le niveau du signifiant et non celui du signifié).

40Nous pouvons énoncer des affirmations vraies au sujet des personnages de fiction parce ce que ce qui leur arrive est consigné dans un texte, et qu’un texte ressemble à une partition musicale. Il est vrai qu’Anna Karénine s’est suicidée en se jetant sous un train, de la même façon qu’il est vrai que la Cinquième Symphonie de Beethoven est en ut mineur (et pas en fa majeur comme sa Sixième) et commence par "sol, sol, sol, mi bémol".

41Qu’il me soit permis de nommer approche partitionnellement orientée, cette façon de considérer des affirmations fictionnelles.

42Cependant une telle position ne donne pas entière satisfaction du point de vue de l'expérience d'un lecteur. Si nous laissons de côté de nombreux problèmes afférents à la lecture d'une partition définie comme processus complexe d'interprétation, disons qu'une partition musicale est un dispositif sémiotique qui nous explique comment se produit une séquence donnée de sons ; les auditeurs ne peuvent dire qu'ils apprécient la Cinquième Symphonie qu’après transformation d'une série de signes écrits en sons (et cela vaut également pour un musicien très qualifié, capable de lire la partition silencieusement, mais qui en réalité, la traduit mentalement en sons). Quand nous disons qu’il est vrai dans ce monde que dans le roman de Tolstoï, il est écrit qu'Anna Karénine s’est suicidée en se jetant sous un train, nous disons simplement qu’il est vrai dans ce monde qu'à une page imprimée donnée, il existe une suite de mots écrits qui, prononcés par le lecteur (bien que seulement mentalement) lui permettent de réaliser ensuite qu'il doit exister un monde narratif où les personnes comme Anna et Wronsky existent.

43Mais en parlant d'Anna Karénine ou de Wronsky nous ne prenons habituellement pas en considération la page qui relate leurs vicissitudes, mais parlons plutôt d'eux de la même façon que s’ils étaient des « personnes ».

  • 11 Pour cette interprétation de la notion dérridéenne de « trace » comme manière de prouver l’existenc (...)

44Il est vrai (dans ce monde) que la Bible commence par Bereshit, mais quand nous disons que Caïn a tué son frère ou qu'Abraham était sur le point d’immoler son fils (et quand fréquemment nous essayons d'interpréter moralement ou mystiquement ces événements) nous ne nous référons pas au chapitre hébreu originel (que 90 % des lecteurs de la Bible ne connaissent pas) et nous parlons du contenu et pas de l'expression du texte biblique. Il est vrai que nous savons que Caïn a tué Abel à cause de ce chapitre de la Bible, et il a été suggéré que l'existence de beaucoup d’objets non physiques, appelés objets sociaux, doit ou pourrait être prouvée par un document ou une trace 11. Mais nous verrons plus tard que (1) quelquefois des personnages de fiction ont vécu avant d’être consignés dans un document écrit (voir le cas des mythes), (2) que beaucoup de personnages de fiction parviennent à survivre au document qui a enregistré leur existence.

  • 12 Mais si Anna est un artefact, sa nature diffère de ces autres artefacts que sont les chaises ou les (...)
  • 13 Je ne peux éviter de citer de nouveau mon ouvrage Les limites de l’Interprétation.

45En matière de fait, personne (je pense) ne peut raisonnablement nier qu'Hitler et Anna Karénine sont deux sortes d'entités différentes, ayant un statut ontologique différent. Je ne suis pas, ce que dans certains départements américains, on appelle péjorativement un « textualiste ». Non seulement j'ai confiance en mon expérience, et je suis sûr que je suis positivement aujourd'hui à Atlanta, mais je crois aussi fortement qu'Hitler était un être humain réel – au moins jusqu'à ce qu'un historien fiable produise la preuve contraire, démontrant que c’était un robot construit par Wernher von Braun – tandis qu'Anna a été simplement imaginée par un esprit humain et, comme certains disent, est un artefact 12. Je n’admets pas, comme le font certains déconstructionnistes, qu'il n'y a pas de faits, mais seulement des interprétations. Ayant développé une théorie de l’interprétation sur les bases de la sémiotique de Charles Sanders Peirce, je suppose que pour pouvoir mettre en œuvre une interprétation quelconque, il doit exister un certain fait à interpréter 13.

46De toute façon on pourrait dire que les affirmations – non seulement les fictives, mais aussi les historiques – sont de dicto : les étudiants qui écrivent qu'Hitler est mort dans un bunker à Berlin déclarent simplement que c'est vrai selon leur manuel d'histoire. Autrement dit, exception faite des jugements dépendant de mon expérience directe (du genre il pleut) tous les jugements que je peux émettre en me fondant sur mon expérience culturelle (c'est-à-dire tous ceux concernant les informations enregistrées par une encyclopédie – à savoir, que les dinosaures étaient ainsi et ainsi, que Néron était mentalement perturbé, que l'acide sulfurique est H2SO4, etc.) sont basés sur de l’information textuelle et, bien qu'ils semblent exprimer de facto des vérités, ils sont simplement de dicto. Laissez-moi alors appeler vérités encyclopédiques tous ces articles de connaissance commune que j'apprends d'une encyclopédie (comme la distance du Soleil à la Terre ou le fait qu'Hitler est mort dans un bunker). Je tiens cette information pour vraie parce que j'ai confiance en la communauté scientifique et que j'accepte une sorte de division sociale du travail culturel par lequel je m’en remets à des gens spécialisés pour le prouver.

47Les assertions encyclopédiques ont cependant une limite. Elles sont toujours sujettes à révisions, puisque la science est par définition toujours prête à reconsidérer ses propres découvertes. Si nous gardons un esprit ouvert, nous devons être prêts à réviser nos opinions sur la mort d'Hitler chaque fois que l'on découvrira de nouveaux documents, et revoir nos croyances sur la distance du soleil, dans le cas où une nouvelle mesure astronomique serait faite. De plus le fait qu'Hitler soit mort dans un bunker a déjà été mis en doute par quelques historiens : il n'est pas impossible qu'Hitler ne soit pas mort à Berlin et se soit échappé en Argentine, que personne n’ait été brûlé là, ou bien encore que le corps calciné fut celui de quelqu'un d'autre, que le suicide d'Hitler fut inventé pour des raisons de propagande par les Russes qui parvinrent au bunker, ou que le bunker n’ait jamais existé puisque son emplacement exact est une question toujours en débat, etc, et ainsi de suite. Au contraire l'affirmation Anna Karénine s’est suicidée en se jetant sous un train ne peut pas être mise en doute.

48Chaque affirmation se rapportant à des vérités encyclopédiques peut et doit fréquemment être évaluée en termes de légitimité empirique externe (du genre « fournissez-moi la preuve qu’Hitler est réellement mort dans le bunker ») tandis que les affirmations à propos du suicide d’Anna relèvent du cas de légitimité textuelle interne (il n’est pas nécessaire de sortir du texte pour le prouver). Sur le fond d’une telle légitimité interne nous considérons comme fou ou mal informé l’individu qui dit qu'Anna Karénine a épousé Pierre Besuchov, tandis que nous serions plus prudents avec celui qui émettrait les doutes sur la mort d'Hitler.

49En se fondant sur la même légitimité interne, l'identité des personnages de fiction est indubitable. Dans la vie réelle nous sommes toujours incertains de l'identité du Masque de Fer, nous ne savons pas qui était vraiment Kaspar Hauser, ou si Anastasia Nicolaevna Romanova a été assassinée avec sa famille royale à Yekaterinenburg ou a survécu et fut démasquée comme le charmant prétendant plus tard interprété par Ingrid Bergman. Au contraire nous lisons les histoires d’Arthur Conan Doyle en étant sûrs que, quand Sherlock Holmes se réfère à Watson, il désigne toujours la même personne et qu'il n'y a pas à Londres deux personnes ayant le même nom et la même profession – autrement, si c'était le cas, le texte devrait au moins le suggérer. J'ai ailleurs argumenté contre la théorie de la désignation rigide de Saul Kripke (Eco, 1988 ; 1999), mais je suis heureux d'admettre qu'une telle notion tient, dans les mondes possibles de la narration. Nous pouvons définir le docteur Watson de multiples façons, mais il est clair qu'il est celui qui, pour la première fois dans A Study in Scarlet, est appelé Watson par un certain Stamford et que de ce fait, plus loin, tant Sherlock Holmes que les lecteurs, lorsqu’ils utilisent le nom de Watson, tentent de se référer à ce baptême originel. Il est possible que dans un roman non encore découvert, Arthur Conan Doyle dise que Watson a menti en disant qu'il a été blessé à la bataille de Maiwand, ou qu'il était docteur en médecine, mais même dans ce cas, le docteur Watson démasqué comme simulateur, restera cette personne qui dans A Study in Scarlet rencontre Sherlock Holmes pour la première fois.

50Le problème de l'identité forte des personnages de fiction est très important. Dans un livre de Philippe Doumenc est relatée l'histoire d'une enquête qui prouve que Madame Bovary ne s'est pas empoisonnée elle-même, mais a été assassinée (Doumenc, 2007). Maintenant, ce roman acquiert une certaine saveur uniquement parce que ses lecteurs prennent pour acquis qu’« en réalité » Emma Bovary s'est empoisonnée. On peut aimer ce roman de la même façon que les lecteurs aiment les prétendues histoires uchroniques, contrepoints temporels des utopies, une sorte de HF, Histoire-Fiction, ou de science-fiction concernant le passé, dans laquelle par exemple il est imaginé ce qui serait arrivé en Europe si Napoléon avait gagné à Waterloo. Un tel roman uchronique ne peut être apprécié que si le lecteur sait que Napoléon a été battu à Waterloo. Dans la même veine, pour aimer le roman de Philippe Doumenc, le lecteur doit tenir pour acquis que Madame Bovary s'est vraiment suicidée. Autrement, pourquoi écrire (et lire) une telle contre-histoire ?

La fonction épistémologique des déclarations fictionnelles

51Nous n'avons pas encore précisé quel genre d’entités sont les personnages de fiction à l'extérieur de la structure d'une approche partitionnellement orientée. Mais nous sommes en situation d’affirmer que des déclarations fictionnelles – étant donné la manière que nous avons de les utiliser et de les envisager – sont indispensables pour faire comprendre notre notion actuelle de la vérité.

52Si l’on demande ce que signifie pour une assertion le fait d’être vraie, si nous répondons d'après la célèbre définition d’Alfred Tarsky, selon laquelle la neige est blanche est vrai si et seulement la neige est blanche, nous dirons quelque chose d'assez intéressant pour stimuler des discussions logiques mais de peu d’utilité pour les hommes du commun (par exemple nous ne savons pas quelle sorte de preuves physiques sont suffisantes pour habiliter quelqu’un à affirmer que la neige est blanche). Nous devrions plutôt dire qu'une affirmation est incontestablement vraie lorsqu’elle est aussi irréfutable que Superman est Clark Kent.

53En général les lecteurs ordinaires acceptent comme irréfutable l'idée qu'Anna Karénine s'est suicidée. Mais même si quelqu’un désirait chercher des preuves empiriques externes, il suffirait d’accepter l'approche partitionnellement orientée (par laquelle il est en tout cas vrai que Léon Tolstoï dans un livre retrouvé a écrit ainsi et ainsi) pour avoir des données de sens confirmant ce que nous affirmons – tandis que pour la mort d'Hitler chaque preuve est davantage discutable.

54Pour décider si Hitler est mort dans le bunker de Berlin est incontestablement vrai ou pas, nous devons vérifier si nous considérons que c’est une vérité aussi incontestable que Superman est Clark Kent ou qu’Anna Karénine s’est suicidée en se jetant sous un train. Ce n’est qu’après une vérification de cette sorte que nous pourrons dire que Hitler est mort dans le bunker de Berlin est seulement probablement vrai, peut-être hautement probable, mais pas vrai sans l’ombre d’un doute (tandis que Superman est Clark Kent ne souffre aucun démenti). Le Pape et le Dalaï-lama peuvent consacrer des années à débattre de la question de savoir s’il est vrai ou pas que Jésus Christ est le Fils de Dieu, mais (s'ils sont suffisamment férus de littérature et de bandes dessinées) ils sont tous deux contraints d’admettre que Clark Kent est Superman et vice versa.

55Ainsi la fonction épistémologique des déclarations fictionnelles est de pouvoir être utilisées comme un test de litmust concernant l’irréfutabilité des vérités.

Des individus fluctuants dans des partitions fluctuantes

56Avoir suggéré ce que peut être la fonction aléthique des vérités fictionnelles n'explique toujours pas pourquoi nous pouvons pleurer sur les actions de personnages de fiction. Personne n’est supposé se sentir bouleversé parce que Léon Tolstoï a écrit qu’Anna Karénine est morte. L’on se sent ému, et même plus, parce qu’Anna Karénine est morte, même si l’on ignore que c’est Léon Tolstoï qui l’écrivit le premier.

57Remarquez que ce que je viens de dire vaut pour Anna Karénine, Clark Kent, Hamlet et bien d'autres, mais pas pour n’importe quel personnage de fiction. Personne (excepté des spécialistes des trivia games sur Nero Wolfe) ne pourrait dire qui était et ce qu’a fait un banquier nommé Dana Hammond. Tout au plus peut-on dire que dans l’ouvrage Dans les meilleures familles (un livre publié par Rex Stout en 1950), il est écrit qu’un certain Dana Hammond a fait ceci et cela. Dana Hammond reste, pour ainsi dire, le prisonnier de sa partition originale. Au contraire, si nous voulons citer un banquier célèbre et tristement célèbre, nous mentionnerons le baron Nucingen, qui d'une certaine façon a acquis le droit de vivre à l'extérieur même des livres d’Honoré de Balzac, où il est né. Nucingen est devenu ce que certaines théories esthétiques appellent un type universel. Ce n’est pas le cas de Dana Hammond, hélas pour lui.

58En ce sens nous devons supposer que certains personnages de fiction ont une sorte d'existence indépendante de leur partition originale. Combien de ceux qui connaissent le destin d'Anna Karénine ont lu le livre de Tolstoï, et combien d'entre eux ont au contraire entendu parler d'elle dans des films (principalement dans les deux avec Greta Garbo) et dans des nombreuses séries TV ? Je n’ai pas de réponse précise mais je peux à coup sûr dire que beaucoup de personnages de fiction « vivent » à l'extérieur de la partition qui leur a donné existence et qu’ils se meuvent dans une zone de l'univers qu’il est très difficile de délimiter. Certains d'entre eux migrent même d’un texte à un autre, parce que l'imagination collective, par-delà les siècles, les a investis émotionnellement et les a transformés en individus fluctuants.

59Il n'est pas indispensable qu'ils proviennent de grandes œuvres d'art ou de légendes populaires. En ce sens, nous avons transformé en entités fluctuantes tant Hamlet que Robin des Bois, tant Heathcliff que Milady, tant Leopold Bloom que Superman.

60Un jour, fasciné comme je continuais à l’être par les personnages fluctuants, j'ai inventé le pastiche littéraire suivant (pardonnez-moi pour cette forme d'auto-plagiat) :

Vienne, 1950. Vingt ans ont passé, mais Sam Spade n'a pas renoncé à s'emparer du faucon maltais. Son contact est maintenant Harry Lime, et tous deux sont en train de comploter au sommet de la roue du Prater. Ils descendent et se rendent au Café Mozart, où Sam joue dans un coin, sur une lyre, As time goes by. À la table du fond, la cigarette au coin des lèvres tordues en une grimace amère, se tient Rick. Il a trouvé un indice parmi les documents que lui a montrés Ugarte, et il montre une photo de Ugarte à Sam Spade : « Cairo ! » murmure le détective. Rick continue : à Paris, où il était entré triomphalement avec le capitaine Renault à la suite de De Gaulle, il avait appris l'existence d'une certaine Dragon Lady (la meurtrière présumée de Robert Jordan pendant la guerre civile espagnole), que les services secrets avaient mise sur les traces du faucon. Elle devrait être là d'une minute à l'autre. La porte s'ouvre, une silhouette féminine apparaît. « Ilsa ! » – s'écrie Rick. « Brigid ! » – s'écrie Sam Spade. « Anna Schmidt ! » – s'écrie Lime. « Miss Scarlett ! » s'écrie Sam, « Vous êtes revenue ! Ne faites plus de mal à mon maître ! ».

Dans la pénombre du bar, un homme s'avance, un sourire sarcastique sur les lèvres. C'est Philip Marlowe. « Allons-y, Miss Marple, dit-il à la femme, le Père Brown nous attend à Baker Street » (Eco, 1996, p. 167).

61Pour connaître un personnage fluctuant il n’est pas nécessaire d’avoir lu la partition originale. Beaucoup de personnes connaissent Ulysse sans avoir lu l'Odyssée et les millions d’enfants qui parlent du Petit Chaperon Rouge n'ont jamais lu les deux sources principales de son histoire, c'est-à-dire la version de Perrault et celle des Frères Grimm.

62Devenir une entité fluctuante ne dépend pas des qualités esthétiques de l’histoire originelle. Pourquoi tant de personnes souffrent-elles du suicide d'Anna Karénine, et seule une petite bande de fanatiques d'Hugo sympathise-t-elle avec le suicide de Cimourdain dans Quatre-vingt-treize ? Personnellement je suis plus sensible au destin de Cimourdain (un héros gigantesque) qu’à celui de cette pauvre dame. Malheureusement, la majorité est contre moi. Qui (à l’exception d’un fan de littérature française) se souvient d’Augustin Meaulnes ? Cependant il était (et est toujours) le protagoniste d'un grand roman d’Alain Fournier (Le Grand Meaulnes). Certains lecteurs sensibles peuvent s’investir profondément et passionnément dans ces romans au point d’accueillir Augustin Meaulnes et Cimourdain comme membres de leur club, mais la majorité de nos contemporains ne s'attend certainement pas à les rencontrer au coin de la rue, tandis que j'ai récemment lu que selon une enquête fiable, 25% des Britanniques croient que Winston Churchill, Gandhi et Charles Dickens étaient des personnages de fiction, tandis que beaucoup d'entre eux pensent que Sherlock Holmes et Eleanor Rigby ont vraiment existé. Ainsi Winston Churchill peut accéder aux privilèges des entités fictionnelles fluctuantes tandis qu'Augustin Meaulnes ne le peut pas.

63Certains personnages sont plus connus dans leur avatar extra-textuel que dans le rôle qu'ils ont joué dans un scénario précis. Prenons le cas du Petit Chaperon Rouge. Dans le texte de Perrault la petite fille est mangée par le loup et l’histoire s’arrête là, nous inspirant de graves réflexions sur les risques liés à l’imprudence. Dans le texte de Grimm le chasseur arrive, tue le loup et ramène de nouveau à la vie l'enfant et sa grand-mère. Maintenant, la fille que chaque mère et chaque enfant connaissent n'est ni celle de Perrault, ni celle de Grimm. La fin heureuse provient certainement de la version de Grimm, mais beaucoup d'autres détails sont une sorte de fusion des deux versions. Le Petit Chaperon Rouge que nous connaissons provient d'une partition fluctuante, celle plus ou moins partagée par chaque mère.

64Beaucoup de personnages mythiques étaient ainsi, avant leur entrée dans un texte primordial, comme c'est arrivé à Œdipe. Après tant de transpositions cinématographiques, les Trois Mousquetaires ne sont plus ceux de Dumas. Chaque lecteur des histoires de Nero Wolfe sait qu'il a vécu à Manhattan, dans un bâtiment de grès brun situé à un certain numéro de la 35ème Rue Ouest, mais tout au long des romans de Stout, au moins dix numéros différents de la rue sont mentionnés. À un moment donné, une sorte d'accord tacite a convaincu les fans de Nero Wolfe que le bon numéro était le 454 ; et le 22 juin 1996, la ville de New York et la bande de Wolfe a honoré Rex Stout et Nero Wolfe par l’apposition d’une plaque de bronze au 454, 35ème Rue Ouest, identifiant ainsi cet endroit comme l’emplacement du bâtiment de grès brun de la fiction.

65De la même façon Didon ou Medée, Don Quichote, Madame Bovary, Holden Caulfield, Gatsby, Philip Marlowe, Maigret ou Hercule Poirot, sont devenus des individus vivant à l'extérieur de leur partition originelle, et même ceux qui n'ont jamais lu Virgile, Euripide, Miguel de Cervantes, Gustave Flaubert, Jerome D. Salinger, Raymond Chandler, Georges Simenon et Agatha Christie peuvent revendiquer faire de vraies déclarations à leur sujet.

66Étant indépendants du texte et du monde possible où ils sont nés, ils circulent (pour ainsi dire) parmi nous et nous éprouvons quelques difficultés à ne pas les considérer comme des personnes réelles. Ainsi nous les choisissons non seulement comme des modèles pour notre vie, mais aussi comme des modèles pour la vie des autres et nous disons que quelqu'un a un complexe d'Œdipe, un appétit Gargantuesque, est aussi jaloux qu'Othello, a des doutes comme Hamlet, est un Harpagon.

Des personnages de fiction comme objets sémiotiques

67À ce point, même si j'ai dit que ma préoccupation n'était pas ontologique, je ne peux pas échapper à la question ontologique de base : quelles sortes d'entités sont les personnages de fiction et en quel sens, s’ils n'existent pas, au moins subsistent-ils ?

68Un personnage de fiction est certainement un objet sémiotique. Je définis ainsi chaque jeu de propriétés enregistrées par l'encyclopédie d'une culture, transmises par une expression donnée (un mot, une image ou tout autre dispositif). Un tel groupe de propriétés est ce que nous sommes habitués à appeler la signification ou le signifié de l'expression. Ainsi l’expression « chien » véhicule comme étant son contenu, les propriétés d'être un animal, un mammifère, un canidé, une créature aboyante, le meilleur ami de l'homme et plusieurs autres, recensées dans une encyclopédie complète. Ces propriétés peuvent à leur tour être interprétées par d'autres expressions, et la série de ces interprétations interconnectées constitue la totalité des notions socialement et collectivement accréditées, partagées par une communauté (Eco, 1976, 1988, 1999).

  • 14 Pour une histoire de l’idée des objets sociaux, de Giovanni Battista Vico et Thomas Reid à John Sea (...)

69Il existe plusieurs espèces d'objets sémiotiques, certains d'entre eux représentant des classes d’OPE, comme ceux véhiculés par les noms de soi-disant espèces naturelles, comme cheval, ou d’espèces artificielles comme table, d'autres représentant des notions abstraites ou des objets idéaux (comme liberté ou racine carrée), d'autres que l'on a étiqueté comme objets sociaux 14, parmi lesquels les mariages, l'argent, les diplômes, en général chaque entité possédant la nature d'une loi établie par une convention collective. Mais il existe aussi des objets sémiotiques représentant des individus, comme Boston ou John Smith. Je ne partage pas la théorie de la désignation rigide, et je crois fortement que chaque nom propre est, comme j'ai dit, une cheville pour accrocher un jeu de propriétés (Searle, 1958, p. 172), et c’est ainsi que le nom Napoléon véhicule les propriétés d’être né à Ajaccio, d’avoir été un général français, d’être devenu empereur, d’avoir gagné à Austerliz, d’être mort à Sainte Hélène le 5 mai 1821, etc.

70La majorité des objets sémiotiques comptent parmi leurs propriétés celle d'avoir un référent possible – autrement dit, ils ont la propriété d'être existants (comme Barack Obama) ou d'avoir existé (comme Cicéron) et fréquemment l'expression véhicule aussi des instructions pour identifier le référent. Des expressions comme cheval ou table représentent des classes d’OPE ; des objets idéaux comme la liberté ou la racine carrée peuvent être prédiqués à propos de cas concrets : la constitution de l'État Y est l’exemple d’un cas de liberté garantie à chaque citoyen, 1.7320508075688772 est l’exemple d’un cas de racine carrée (de 3) et l’on peut en dire autant des objets sociaux (l'événement X est un cas de mariage). Mais il existe des espèces de choses naturelles, artificielles, abstraites ou sociales qui ne peuvent être référées à aucune expérience individuelle : ainsi nous connaissons la signification (les propriétés présumées) de la licorne, du Saint Graal, de la troisième loi de la robotique définie par Asimov, d’un cercle carré et de Médée, mais nous savons que nous ne pouvons pas répertorier d’exemples de ces objets dans notre monde physique.

  • 15 Pour une critique de la position de Roman Ingarden, voir Thomasson (2005).

71Je les appellerais des objets purement intentionnels, si une telle définition n'avait pas été utilisée par Roman Ingarden dans d'autres buts (Ingarden, 1964 et 1973) 15. Pour Roman Ingarden sont objets purement intentionnels des artefacts comme une église ou un drapeau, ce dernier étant plus que la somme de ses composants matériels, étant plus qu'un morceau de tissu puisqu'il est doté d'une valeur symbolique sur fond de convention sociale et culturelle. Malgré cette définition, le mot église véhicule aussi la marche à suivre pour identifier une église, laissant entendre de quelle matière elle doit être faite, et son format moyen (une reproduction de la cathédrale de Reims en pâte d'amande n'est pas une église) et il est possible de trouver des OPE qui sont des églises (comme Notre-Dame, Saint Pierre ou la Sainte Basilique). Si au contraire nous définissons les personnages de fiction comme des objets purement intentionnels, nous désignons ces jeux de propriétés qui ne peuvent être concrétisés en aucune présence matérielle existante. L'expression Anna Karénine n'a pas d'extension du tout, et nous ne pouvons pas trouver en ce monde une chose dont nous pourrions dire « c'est Anna Karénine ».

72Aussi, laissez-moi définir les personnages de fiction comme objets absolument intentionnels.

73Carola Barbero a suggéré qu'un personnage de fiction est un objet d'ordre supérieur : l’un de ces objets qui sont quelque chose de plus que la somme de leurs propriétés. Un objet d’ordre supérieur « est dit dépendre génériquement (et non rigidement) de ses éléments constitutifs et relations, où génériquement signifie qu'il a besoin de quelques éléments rassemblés en une forme spécifique pour être l'objet qu'il est, mais qu’il n'a pas exactement besoin de ces éléments spécifiques » (Barbero, 2005). Ce qui est crucial pour l’identification de l'objet c’est qu'il maintient une Gestalt, une relation constante entre ses éléments, même si ces éléments ne sont plus les mêmes. Par exemple le train New York-Boston de 4h35 de l'après-midi est un tel objet, puisqu'il reste toujours identifiable comme étant le même train, bien que chaque jour ses voitures changent – non seulement il reste le même objet reconnaissable bien que son existence soit niée, comme dans le cas des annonces : le train New York-Boston de 4h35 de l'après-midi a été supprimé, ou : en raison de problèmes techniques le train New York-Boston de 4h35 partira l'après-midi à 5h00. Une mélodie est un exemple typique d'objet d'ordre supérieur. La sonate pour Piano de Chopin, N° 2 en si bémol mineur op. 35 restera mélodiquement reconnaissable même jouée sur une mandoline. Je concède que d'un point de vue esthétique le résultat serait désastreux, mais le modèle mélodique serait préservé – et elle serait reconnaissable même si quelques notes étaient oubliées.

74Il serait intéressant de décider quelles notes peuvent manquer sans que soit détruite la forme musicale globale, et lesquelles sont au contraire essentielles ou diagnostiques pour identifier cette mélodie comme telle. Ce n'est cependant pas un problème théorique, c'est plutôt une tâche pour un critique musical, et il trouvera des solutions différentes selon l'objet analysé. Cette réflexion est importante parce que le même problème existe quand nous analysons, au lieu de la mélodie, un personnage de fiction. Madame Bovary serait-elle toujours Madame Bovary si elle ne s’était pas suicidée ? En lisant le roman de Philippe Doumenc, nous avons l'impression d’être en relation avec la même personne ; mais l'illusion « optique » est due au fait que Bovary est présentée au début du roman comme déjà morte, et mentionnée comme la femme qui s'est prétendument suicidée. L'alternative proposée par l'auteur (la démonstration qu'elle a été assassinée) demeure l'avis personnel de quelques personnages de ce roman et n'élimine pas la caractéristique principale d'Emma.

75Carola Barbero cite « The Kugelmass Episode » (in Side Effects) de Woody Allen où Madame Bovary est rendue présente, par une sorte de machine à remonter le temps, pour avoir une liaison amoureuse dans le New York d’aujourd'hui. Emma Bovary apparaît comme une parodie de la vraie Madame Bovary, elle porte des vêtements contemporains et se comporte comme un mannequin de chez Tiffany, mais elle est toujours reconnaissable parce qu'elle conserve la plupart de ses propriétés diagnostiques – à savoir qu’elle est une petite-bourgeoise, qu’elle est femme de médecin, qu’elle vit le plus souvent à Yonville, qu’elle est insatisfaite de sa vie campagnarde, et qu’elle a une inclination pour l'adultère. Dans l'histoire de Woody Allen, Emma ne se suicide pas, mais il est essentiel pour la qualité ironique de la narration qu'Emma soit fascinante (et désirable) justement parce qu'elle était sur le point de se suicider – et Kugelmass est obligé de pénétrer par un artifice de science-fiction dans le monde de Gustave Flaubert, avant qu'Emma n'ait sa dernière relation adultère, juste avant qu’il ne soit trop tard.

  • 16 Pour ces questions voir Violi (2001, II B et III) et Eco (1999).

76Nous pouvons ainsi supposer qu'un personnage de fiction reste le même, bien que placé dans un contexte différent, pourvu que ses propriétés diagnostiques soient préservées. Quelles sont les propriétés vraiment diagnostiques est une question de définition de chaque personnage 16.

77Le Petit Chaperon Rouge est une fille, elle porte un capuchon rouge, elle a rencontré un loup qui va les dévorer plus tard, elle et sa grand-mère ; et ce, même si des personnes différentes peuvent avoir des idées différentes de l'âge de la fille, du type de nourriture qu'elle transportait dans son panier, etc. Cette fille fluctue vraiment de deux façons, en vivant à l’extérieur de sa partition originelle, et en étant une sorte de nébuleuse dont les frontières sont imprécises et variables. En tout cas quelques propriétés diagnostiques restent invariables et la rendent reconnaissable dans des contextes et situations différents. Il est possible de se demander ce qui aurait pu arriver au Petit Chaperon Rouge si elle n'avait pas rencontré le loup ; mais j'ai trouvé sur Internet beaucoup de représentations d'une fille avec un capuchon rouge, d’âge variant de cinq à douze ans, et je reconnaissais toujours la protagoniste du conte de fées. Mais il y avait aussi l’image d’une femme portant un capuchon rouge, qui était une blonde sexy de vingt ans, et je l'ai acceptée comme étant un Petit Chaperon Rouge, uniquement parce qu'elle est apparue sous ce nom, mais j’ai considéré cela comme une plaisanterie, une parodie, une provocation. Pour être le Petit Chaperon Rouge une fille doit faire preuve d’au moins deux propriétés diagnostiques, elle doit non seulement porter un capuchon rouge, mais aussi être une petite fille.

78En matière de faits, l’existence même des personnages de fiction oblige la sémiotique à réviser certaines de ses approches qui risquent de paraître excessivement simplifiées. Le triangle sémantique classique se figure d'habitude ainsi :

79L'insertion du référent dans ce triangle, je l’attribue au fait que nous utilisons fréquemment des expressions pour indiquer quelque chose qui existe physiquement dans notre monde. Je suis d’accord avec Peter Strawson lorsqu’il pose que mentionner ou référer n'est pas quelque chose qu'une expression fait, mais plutôt quelque chose que quelqu'un peut faire faire à une expression (Strawson, 1950) ; la mention ou la référence sont fonction de l'utilisation d'une expression.

80Il est douteux que nous mettions en œuvre un acte de référence quand nous disons que les chiens sont des animaux ou que tous les chats sont agréables : il semble que dans ce cas nous portons toujours des jugements à propos d'un objet sémiotique donné (une classe) prédicant à son sujet quelques-unes de ses propriétés.

81Un scientifique peut dire avoir découvert une nouvelle propriété des pommes et prétendre qu’il accomplit un acte de référenciation, quand il dit ou écrit dans ses protocoles qu'il a testé ces propriétés des pommes sur les pommes individuelles réelles A, B, C (indiquant alors la série d'objets réels qu’il a utilisés pour réaliser ses expériences, pour légitimer son induction) ; mais aussitôt que sa découverte est acceptée par la communauté scientifique, cette nouvelle propriété est attribuée aux pommes en général, et fera partie de manière permanente du contenu du mot pomme.

  • 17 Les encyclopédies doivent évidemment être tenues à jour. Le 4 mai 1821, l’encyclopédie publique men (...)

82Nous mettons en œuvre des actions de référentiation quand nous parlons d'individus, mais il y a une différence entre se référer aux individus existants et mentionner des individus qui ont existé dans le passé. Dans le contenu de l'expression Napoléon devrait être enregistrée, parmi ses caractéristiques, celle d'être mort le 5 mai 1821. Au contraire parmi les caractéristiques du contenu de l'expression Barack Obama doit figurer celle d'être vivant et d’être le président des États-Unis 17.

83Ainsi donc, la différence entre la référence aux individus toujours vivants et la mention des individus qui ont vécu dans le passé, doit être représentée par deux triangles sémiotiques différents :

  • 18 Pour les cas difficiles à vérifier de visu (par exemple si j’affirme que Barack Obama s’est rendu h (...)

84Dans ce cas, des locuteurs assertant p en se référant à Barack Obama invitent leurs destinataires à contrôler l’existence de p (s'ils le souhaitent) en une position spatio-temporelle précise du monde physiquement existant 18. Au contraire celui qui asserte p à propos de Napoléon n'invite pas les gens à vérifier p dans un monde passé. Sauf si l’on dispose d’une machine à remonter le temps, on ne peut pas retourner dans le passé pour vérifier si Napoléon a vraiment gagné à Austerliz. Chaque assertion au sujet de Napoléon dit quelles sont les propriétés véhiculées par l'expression Napoléon, ou concerne et se réfère à un document nouvellement découvert qui change ce que nous avons cru jusqu'à présent de lui – par exemple qu'il n'est pas mort le 5 mai, mais le 6 mai. Ce n’est que lorsque la communauté scientifique aura vérifié que ce document est un OPE, que nous pourrons passer à la correction de l'encyclopédie, c'est-à-dire à la correction des caractéristiques attribuées à Napoléon en tant qu’objet sémiotique.

85Il peut arriver que Napoléon devienne le personnage principal d'une reconstruction biographique (pour ne pas parler d'un roman historique) qui tente de le faire vivre de nouveau à son époque, reconstruisant ses actions et même ses sentiments. Dans ce cas, Napoléon devient très semblable à un personnage de fiction. Nous savons qu'il a vraiment existé, mais pour participer à sa vie nous essayons d'imaginer son monde passé comme s’il était le monde possible d'un roman.

86Qu'est-ce qui arrive en fait avec les personnages de fiction ? Il est vrai que certains d'entre eux sont présentés comme ayant vécu : il était une fois… (comme le Petit Chaperon Rouge et Anna Karénine), mais nous avons vérifié qu'en vertu d'une convention narrative le lecteur doit nécessairement prendre pour vrai ce qui est relaté, et feindre de vivre dans le monde possible de la narration comme si c'était son monde réel. De ce point de vue, il est sans importance que l'histoire parle d'une personne prétendument vivante (comme un détective donné, agissant actuellement à Los Angeles) ou d'une personne prétendument morte. C’est comme si quelqu’un nous disait que dans ce monde un de nos parents vient juste de mourir. Notre investissement émotionnel concernerait quelqu'un qui est toujours présent dans le monde de notre expérience.

87Ainsi le triangle sémantique possible devrait adopter cette nouvelle forme :

88À partir de là, nous pouvons mieux comprendre pourquoi on peut éprouver un attachement sentimental à l’égard des habitants d'un monde fictif possible comme s'ils étaient des personnes réelles. C'est seulement en partie pour la même raison qui fait que nous pouvons être choqués par un rêve éveillé dans lequel notre bien-aimé(e) meurt. Dans ce deuxième cas à la fin de notre rêverie nous revenons à notre vie quotidienne et nous reconnaissons que nous n'avions aucune raison réelle de nous inquiéter. Mais qu’arriverait-il si quelqu’un vivait dans un rêve éveillé ininterrompu ?

89Pour être, de manière permanente, en implication sentimentale avec les habitants d'un monde imaginaire possible, nous devons satisfaire à deux conditions : (1) nous devons vivre dans le monde imaginaire possible comme en un rêve éveillé ininterrompu et (2) nous devons d'une certaine façon nous comporter comme si nous étions l’un des personnages de ce monde.

90Nous avons supposé que les personnages de fiction sont nés dans le monde possible d'une narration, et que même quand ils deviennent des entités fluctuantes ils apparaissent dans d'autres narrations, ou continuent à appartenir à une partition fluctuante. Nous avons aussi supposé que selon une convention narrative nous feignions de prendre au sérieux le monde imaginaire possible. Ainsi il peut simplement arriver que, lorsque nous pénétrons un monde narratif possible très absorbant et captivant, une stratégie textuelle puisse provoquer quelque chose de semblable à une extase mystique ou à une hallucination, et nous oublions alors tout simplement que nous sommes entrés dans un monde seulement possible.

91Ceci arrive en particulier quand nous rencontrons un personnage dans sa partition originelle ou dans un nouveau contexte séduisant ; mais puisque ces personnages fluctuent et, pour ainsi dire, surviennent et pénètrent dans notre esprit comme les femmes dans le monde de James Prufrock parlant de Michel Ange ; ils sont toujours prêts à nous hypnotiser et à nous faire croire qu'ils sont parmi nous.

92Quant à la seconde condition, une fois que nous vivons dans un monde possible comme si c'était notre monde réel, nous pouvons être dérangés par le fait que dans ce monde-là nous ne sommes pas, pour ainsi dire, formellement recensés (ce monde ne parle pas de nous, nous nous déplaçons là comme si nous étions la balle perdue de Julien Sorel) et notre engagement passionnel nous pousse alors à assumer la personnalité de quelqu'un d'autre qui a le droit de vivre là. Alors nous nous identifions à l’un des personnages de la fiction.

93Cependant, une fois sortis d'un rêve éveillé dans lequel notre bien-aimé(e) meurt, nous reconnaissons que ce que nous avions imaginé était faux et nous tenons pour vraie l'affirmation mon ou ma bien-aimé(e) est toujours sain(e) et sauf(ve). Au contraire, quand l’hallucination fictionnelle cesse (quand nous avons fini de vivre comme si nous étions un personnage de fiction, simplement parce le vent se lève et il faut tenter de vivre), nous persistons à tenir pour vrai qu'Anna Karénine s'est suicidée, qu’Œdipe a tué son père et que Sherlock Holmes vit à Baker Street.

94Je comprends que c'est un comportement très particulier, mais cela arrive comme cela. Après avoir pleuré, nous fermons le livre de Tolstoï, nous revenons à notre vie quotidienne, mais nous considérons toujours qu'Anna Karénine s'est suicidée et nous pensons que quiconque dit qu'elle s'est mariée avec Heathcliff est fou.

  • 19 On pourrait dire que les entités mathématiques, elles aussi, ne sont pas soumises à révision. Toute (...)

95Il arrive qu’étant des entités fluctuantes, ces compagnons fidèles de notre vie (à la différence de tous les autres objets sémiotiques, qui sont culturellement soumis à révision) 19, ne changeront jamais et resteront les auteurs de ce qu'ils ont fait une fois pour toutes – et c'est en raison de l’irréversibilité de leurs actes que nous pouvons oser dire qu'il est vrai qu’ils ont été ou ont fait ceci et cela. Clark Kent est Superman une fois pour toutes.

À propos d'autres objets sémiotiques

96Y a-t-il quelqu’un d’autre qui partage le même destin ? Oui, il y a les héros et les divinités de chaque mythologie et beaucoup d'autres êtres légendaires comme les licornes, les nains, les fées et le Père Noël, ainsi que quatre-vingt-dix-neuf pour cent des entités des diverses religions. Il est évident que pour un athée chaque entité religieuse est une fiction, tandis que pour un croyant il y a quelque part un monde spirituel d'objets surnaturels (comme des dieux, des anges etc.), inaccessible à nos sens, mais absolument « réel » (et en ce sens un athée et un croyant relèvent de deux ontologies différentes). Cependant, si des Catholiques romains reconnaissent comme réellement existant un Dieu personnel et supposent que de Lui et de Son Fils procède le Saint-Esprit, alors ils doivent considérer Allah, Shiva ou le Grand Esprit des Prairies comme de simples fictions – conçues par une narration sacrée. De même, pour un Bouddhiste, le Dieu de la Bible est un simple individu de fiction et un individu de fiction est de même façon, Gitchi Manitou pour un Musulman aussi bien que pour un Chrétien. Cela signifie que pour un croyant de n'importe quelle confession, toutes les entités religieuses des autres religions (c'est-à-dire une majorité écrasante d'entités) sont des individus imaginaires – en suite de quoi nous avons le droit de considérer que plus ou moins quatre-vingt-dix pour cent des entités religieuses sont des fictions.

  • 20 Pour être rigoureux nous devrions dire que l’expression Jésus-Christ renvoie à deux objets différen (...)

97Simplement, les expressions signifiant des entités religieuses ont une double représentation sémantique ; pour un sceptique, Jésus-Christ est un OPE qui a existé pendant trente-trois ans au début du premier millénaire ; pour un Chrétien il est aussi un objet existant toujours d'une certaine façon (pour l'imagination populaire, dans le ciel) sous un mode d'existence immatériel 20. Il y a de nombreux cas de représentation sémantique double : mais si nous entreprenons d’explorer les vraies croyances du peuple, nous avons vu que quelques Britanniques croient que Holmes était une personne réelle, que beaucoup de poètes Chrétiens ont commencé leurs travaux en invoquant les Muses ou Apollon – et nous ne comprenons pas bien s'ils ont simplement utilisé un topos littéraire ou si d’une certaine façon ils prenaient au sérieux les divinités de l'Olympe. Beaucoup de personnages mythologiques sont devenus les protagonistes de narrations, et de façon symétrique beaucoup de protagonistes de narrations séculières sont devenus très semblables aux personnages de contes mythologiques, de telle sorte que des héros mythiques et des dieux, des personnages littéraires et des entités religieuses sont fréquemment séparés par des lignes de démarcation imprécises.

La puissance morale des personnages de fiction

98Nous avons dit qu'à la différence de tous les autres objets sémiotiques, qui sont culturellement soumis aux révisions, et peut-être en ceci seulement semblables aux entités mathématiques, les personnages de fiction ne changeront jamais et resteront les auteurs de ce qu'ils ont fait une fois pour toutes. C'est pourquoi ils sont importants pour nous, même d'un point de vue moral.

99Pensez à ceci : nous regardons Œdipe Roi et nous imaginons que notre homme a pris une autre route que celle où il a rencontré et a assassiné son père, et nous nous étonnons de ce qu’il ait atteint Thèbes et non pas, disons, Athènes, où il aurait pu avoir épousé Phryne ou Aspasia ; nous lisons Hamlet nous demandant pourquoi un garçon si charmant ne pouvait pas épouser Ophelia et vivre heureux avec elle, ayant tué sa canaille d’oncle, et ayant gentiment expulsé sa mère du Danemark. Pourquoi Heathcliff n'a-t-il pas un peu plus enduré ses humiliations, attendant de pouvoir épouser Catherine et de vivre avec elle comme un gentilhomme campagnard respecté ? Pourquoi le prince Andrej ne pouvait-il pas se remettre de sa maladie mortelle et épouser Natasha ? Pourquoi Raskolnikof a-t-il eu l'idée morbide de tuer une vieille dame au lieu de finir ses études et de devenir un professionnel respecté ? Pourquoi, lorsque Gregor Samsa a été transformé en horrible insecte, une belle princesse n'est-elle pas survenue, l'embrassant et faisant de lui le jeune homme le plus beau de Prague ? Pourquoi sur les collines arides de l'Espagne Robert Jordan ne pouvait-il pas battre ces porcs fascistes et rejoindre de nouveau sa douce Maria ?

100Maintenant, en principe, nous pouvons accomplir cela ; il suffit d’acheter un logiciel informatique pour réécrire Œdipe, Hamlet, Les hauts de Hurlevent, Guerre et paix, Crime et châtiment, La métamorphose, Pour qui sonne le glas. Mais le souhaitons-nous vraiment ?

101L'expérience dévastatrice qui consiste à découvrir que, malgré nos vœux, Hamlet, Robert Jordan ou le Prince Andrej sont morts, que les choses sont arrivées de cette façon et pour toujours, quoique nous ayons voulu et espéré au cours de notre lecture, nous fait ressentir le frisson du Destin. Nous nous rendons compte que nous ne pouvons pas décider si Achab capturera la Baleine ou non. La leçon réelle de Moby Dick est que la baleine va partout où Elle veut.

102Le charme des grandes tragédies vient du fait que leurs héros, au lieu d'échapper à un destin atroce, plongent dans l'abîme qu'ils ont creusé de leurs propres mains parce qu'ils ne savent pas ce qui les attend – et nous, qui voyons clairement où ils vont aveuglément, ne pouvons pas les arrêter. Nous avons un accès cognitif au monde d'Œdipe et nous savons tout de lui et de Jocaste, mais eux, bien que vivants dans un monde parasite qui dépend de notre propre monde, ne connaissent rien de nous. Un personnage de fiction ne peut pas communiquer avec ses homologues dans le monde réel (Eco, 1985).

103Un tel problème n'est pas aussi étrange qu'il y paraît. Essayez s'il vous plaît de le prendre au sérieux. Œdipe ne peut pas concevoir le monde de Sophocle – autrement il n'aurait pas épousé sa mère. Les personnages de fiction vivent dans un monde incomplet (ou, pour être plus grossier et politiquement incorrect) dans un monde handicapé.

104Mais quand nous comprenons vraiment leur destin, alors nous commençons à soupçonner que nous aussi, comme citoyens du monde réel, subissons fréquemment notre destin justement parce que nous pensons notre monde de la même façon que les personnages de fiction pensent le leur. La fiction suggère que peut-être notre vision du monde réel est aussi imparfaite que celle des personnages de fiction. C'est pourquoi des personnages de fiction réussis deviennent des exemples primordiaux pour la condition humaine « réelle ».

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Barbero C. (2005), Madame Bovary: Something Like a Melody, Milano, Albo Versorio.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Currie G. (1995), Image and Mind, Cambridge, Cambridge UP.
DOI : 10.1017/CBO9780511551277

Delaney S. (1980), « Generic Protocols », dans De Lauretis T. (dir.), The Technological Imagination, Madison, Coda Press.

Dolezel L. (1989), « Possible Worlds and Literary Fiction », dans Allen S., Possible Worlds in Humanities, Arts and Sciences, Proceedings of Nobel Symposium 65, Berlin, De Gruyter.

Doumenc P. (2007), Contre-enquête sur la mort d'Emma Bovary, Paris, Éditions Actes Sud.

Eco U. (1976), A Theory of Semiotics, Bloomington, Indiana U.P., 2.6.

Eco U. (1985), Lector in fabula, Paris, Éditions Grasset.

Eco U. (1988), Sémiotique et philosophie du langage, Paris, Presses universitaires de France.

Eco U. (1992), « Petits mondes » dans Les Limites de l’interprétation, Paris, Éditions Grasset.

Eco U. (1996), Six Promenades dans les bois de la fiction, Paris, Éditions Grasset.

Eco U. (1999), Kant et l’ornythorinque, Paris, Éditions Grasset.

Farrugia F. (2008), « Syndrome narratif et archétypes romanesques de la sentimentalité. Don Quichotte, Madame Bovary, un discours du pape et autres histoires », dans Farrugia F. et al., Émotions et sentiments. Une construction sociale, Paris, Éditions L'Harmattan.

Ferraris M. (dir.) (2008), Storia dell’ontologia, Milano, Bompiani.

Geninasca J. (1997), La Parole littéraire, Paris, Presses universitaires de France, II, 3.

Hintikka J. (1989), « Exploring Possible Worlds », dans Allen S. (dir.), Possible Worlds in Humanities, Arts and Sciences. Proceedings of the Nobel Symposium 65, Berlin, De Gruyter.

Ingarden R. (1931), Das literarische Kunstwerk, Halle, Niyemayer.

Ingarden R. (1964), Time and Modes of Being, Springfield, Thomas.

Ingarden R. (1973), The Literary Work of Art, Evanston, Northwestern U.P.

Radford C. (1975), « How Can We Be Moved by the Fate of Anna Karenina ? », Proceedings of the Aristotelian Society, 69 (suppl.).

Searle J. (1958), « Proper names », Mind 67.

Searle J. (1975), « The Logical Status of Fictional Discourse », New Literary History, 14.

Stendhal (2000), Le Rouge et le noir, Paris, Folio, Classique, Éditions Gallimard.

Strawson P. (1950), « On Referring », Mind 59.

Sutrop M. (1999), « Sympathy, Imagination and the Reader’s Emotional Response to Fiction », dans Schaeger J. & G. Stedman (dir.), Representations and Emotions, Tübingen, Gunther Narr Verlag, pp. 29-42.

Sutrop M. (2000), Fiction and Imagination, Paderborn, Mentis.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Thomason A. L. (2002), « Fictional characters and literary practices », British Journal of Aesthetics, 43, 2, Avril, pp. 138-157.
DOI : 10.1093/bjaesthetics/43.2.138

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Thomason A. L. (2005), « Ingarden and the Ontology of Cultural Objects », dans Chrudzimski A. (dir.), Existence, Culture, and Persons: The Ontology of Roman Ingarden, Frankfurt, ontos.
DOI : 10.1515/9783110325621.115

Violi P. (2001), Meaning and Experience, Bloomington, Indiana U.O.

Haut de page

Notes

1 Traduction française d’Aline Schulman, Éditions du Seuil, Paris, 1997.

2 À propos, un Faria réel a existé et Alexandre Dumas a été inspiré par ce curieux prêtre portugais, qui a été en quelque manière intéressé par le mesmérisme et avait très peu à voir avec le mentor de Montecristo. Dumas avait l'habitude d’emprunter certains de ses personnages à l’histoire réelle (comme c'est arrivé avec d'Artagnan) mais il ne fut pas demandé à ses lecteurs de s'inquiéter du caractère historique de ces personnages.

3 J'ai visité il y a des années le château et j'ai vu non seulement la cellule de Montecristo, mais aussi le tunnel prétendument creusé par l'Abbé Faria.

4 L’une de mes amies, tendre et sensible, avait l'habitude de dire : « Chaque fois que je vois dans un film flotter un drapeau, je pleure  quelque soit la nationalité ». En tout cas le fait d’être ému par des personnages de fiction a donné lieu à toute une littérature tant en psychologie qu’en narratologie. Pour une synthèse très complète voir Sutrop (1999 ; 2000) ; Radford (1975, p. 77) ; Farrugia (2008).

5 Pour Aristote, la catharsis était une sorte d’illusion puisqu’elle dépendait de notre identification avec les héros de la tragédie, nous étions ainsi supposés ressentir de la pitié et de la terreur en étant témoin ce qui leur arrivait.

6 D’un point de vue ontologique, l'approche la plus récente et la plus complète est celle de Carola Barbero. Elle décrit bien la différence entre une approche ontologique et une approche cognitive : « L’object theory ne présente aucun intérêt s’il s’agit de comprendre comment nous saisissons cognitivement des objets qui n'existent pas. En fait elle se focalise seulement sur les objets dans leur généralité absolue et indépendamment de leur mode possible de donation » (Barbero, 2005, p. 65).

7 Par exemple, selon Internet le Président Bush a dit dans un discours public (le 24 septembre 2001) que « les relations frontalières entre le Canada et le Mexique n’ont jamais été aussi bonnes ».

8 Pour ce qui concerne la question d’un monde narratif possible conçu comme monde en réduction et de nature parasite, voir aussi Eco (1992).

9 Comme je l’ai dit dans mes Six Promenades dans les bois de la fiction (Eco, 1996, ch. 5), les lecteurs sont plus ou moins désireux d’accepter certaines violations du format du monde réel en rapport avec le format de leur information encyclopédique. Alexandre Dumas a fait vivre Aramis dans la rue Servandoni, ce qui était impossibile étant donné que l'architecte Servandoni (à qui la rue fut ensuite dédiée) n’a vécu et n’a travaillé à l'église Saint-Sulpice qu’un siècle plus tard. Mais les lecteurs peuvent accepter cette information sans être troublés parce que très peu d'entre eux savent quelque chose de Servandoni. Si au contraire Dumas avait dit qu'Aramis vivait dans la rue Bonaparte, les lecteurs auraient eu matière à se sentir gênés.

10 Pour ce qui touche à ces deux balles, voir Geninasca (1997).

11 Pour cette interprétation de la notion dérridéenne de « trace » comme manière de prouver l’existence d’objets sociaux, voir Ferraris (2008).

12 Mais si Anna est un artefact, sa nature diffère de ces autres artefacts que sont les chaises ou les bateaux. Les artefacts de fiction ne sont pas des entités physiques et sont privés de localisation saptio-temporelle (Thomason, 2002).

13 Je ne peux éviter de citer de nouveau mon ouvrage Les limites de l’Interprétation.

14 Pour une histoire de l’idée des objets sociaux, de Giovanni Battista Vico et Thomas Reid à John Searle voir Ferraris (2008).

15 Pour une critique de la position de Roman Ingarden, voir Thomasson (2005).

16 Pour ces questions voir Violi (2001, II B et III) et Eco (1999).

17 Les encyclopédies doivent évidemment être tenues à jour. Le 4 mai 1821, l’encyclopédie publique mentionnait toujours Napoléon comme étant un ancien empereur vivant encore en exil à Sainte Hélène.

18 Pour les cas difficiles à vérifier de visu (par exemple si j’affirme que Barack Obama s’est rendu hier à Bagdad), nous nous en remettons à des prothèses (comme un journal ou une émission télévisée) qui devraient nous permettre de vérifier ce qui a réellement eu lieu dans ce monde, bien que ceci ait été hors d’atteinte de notre perception.

19 On pourrait dire que les entités mathématiques, elles aussi, ne sont pas soumises à révision. Toutefois, la notion de parallèle elle-même a changé après l’avènement des géométries non-euclidiennes et nos idées sur le théorème de Fermat ont changé après 1994.

20 Pour être rigoureux nous devrions dire que l’expression Jésus-Christ renvoie à deux objets différents, et que lorsque quelqu’un prononce ce nom, dans l’intention de donner sens à cette énonciation, nous devons savoir quelle sorte de croyances religieuses ou non religieuses il partage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Umberto Eco, « Quelques commentaires sur les personnages de fiction », SociologieS [En ligne], Dossiers, Émotions et sentiments, réalité et fiction, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 19 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/3141

Haut de page

Auteur

Umberto Eco

Université de Bologne, Italie

Haut de page