Navigation – Plan du site
L'engagement citoyen en Europe centrale et orientale

L’engagement citoyen en Europe de l’Est : entre le politique et le social

Anna Krasteva et Antony Todorov

Texte intégral

1Le rapport du citoyen aux affaires de la cité ne cesse d’intéresser les sciences sociales et nous sommes loin d'avoir les éléments essentiels pour en comprendre les mécanismes. La philosophie politique moderne, en se référant au modèle de la démocratie athénienne de l’époque classique, prescrit au citoyen le devoir de s’intéresser aux affaires publiques, d’y participer, d’être actif. Mais depuis plusieurs décennies, la sociologie politique décrit le phénomène du citoyen passif qui préfère plutôt subir et tolérer le régime de la démocratie représentative que de manifester une volonté d’y participer activement. Depuis les années 1960, nombre d’études expliquent les raisons de ce désengagement du citoyen, ou plutôt de cette distance entre citoyens et élites dans les sociétés démocratiques. Souvent les interprétations se concentrent sur la notion de crise : crise de la démocratie représentative, crise et redéfinition de la politique, crise des partis traditionnels, crise de la représentation démocratique.

2Depuis la chute du mur de Berlin et la fin de la guerre froide, plusieurs explications vont du côté du désenchantement démocratique, de la distanciation des citoyens par rapport à la politique professionnelle tout en manifestant un soutien stable aux institutions démocratiques. En même temps, on note de nouvelles formes d’engagement et de nouvelles manifestations d’une politisation non traditionnelle, différente de la politisation partisane telle que la sociologie politique l’a définie. Cet engagement citoyen n’est pas synonyme d’engagement politique, mais va bien au-delà et reprend des formes nouvelles et différentes ; il ne s’agit pas uniquement d’expliquer cette distance au politique, mais encore de chercher comment les individus dans une société démocratique persistent à rester des individus démocratiques, c’est-à-dire à continuer à participer aux affaires de la cité en dépit de la professionnalisation évidente du domaine de la politique.

3La question devient d'autant plus intéressante quand on l'inscrit dans le contexte de la transition démocratique qu'ont connue les pays d'Europe centrale et orientale. Comment conjuguer dans ce cadre affirmation renouvelée de la démocratie et engagement citoyen new look ? Comment le couple démocratie politique et société civile prend-il une forme particulière dans cette configuration socio-politique singulière ? Sur quels objets se centre l'engagement citoyen quand il n'est plus, ne se veut plus, engagement civique ? Sous quelles formes se manifeste ce dernier pour sortir les citoyens de leur apathie politique et de leur indifférence au jeu démocratique ritualisé ? Les textes qui suivent prennent pour centre de telles interrogations et constituent, à n'en pas douter, un révélateur des enjeux qui travaillent les démocraties contemporaines, nouvelles et anciennes, de l'Est comme de l'Ouest.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Krasteva et Antony Todorov, « L’engagement citoyen en Europe de l’Est : entre le politique et le social », SociologieS [En ligne], Dossiers, L'engagement citoyen en Europe centrale et orientale, mis en ligne le 05 novembre 2009, consulté le 23 avril 2014. URL : http://sociologies.revues.org/2998

Haut de page

Auteurs

Anna Krasteva

Nouvelle université bulgare, Sofia, Bulgarie - anna.krasteva@gmail.com

Articles du même auteur

Antony Todorov

Nouvelle université bulgare, Sofia, Bulgarie - atodorov@nbu.bg

Articles du même auteur

Haut de page