Navigation – Plan du site
Maurice Erard
Découvertes / Redécouvertes
Maurice Erard

Avant-propos au texte de Maurice Érard « Esquisse d’une sociologie des classes sociales en Suisse »

François Hainard

Résumés

Introduction et présentation de l’article de Maurice Érard « Esquisse d’une sociologie des classes sociales en Suisse », paru pour la première fois en 1965 dans les Cahiers Internationaux de Sociologie, volume 30, et reproduit avec l’aimable autorisation de la revue.

Haut de page

Notes de la rédaction

Pour consulter le texte de Maurice Érard, aller à : http://sociologies.revues.org/index2985.html

Texte intégral

La formation et la carrière

1Économiste de formation avec une licence obtenue dans sa vingtième année et un doctorat à vingt-six ans traitant de La thésaurisation, Maurice Érard (1920-2001), après divers enseignements dans des établissements de l'enseignement secondaire du canton de Neuchâtel en Suisse, région de sa jeunesse, se sent appelé par la sociologie en 1947, et se rend dès lors pour une année à la Sorbonne. C'est là qu'il rencontrera quelques grands noms de la sociologie du moment qui influenceront sa pensée et ses travaux tels qu'Albert Bayet, sociologue soucieux d'établir une science des faits moraux, ou Georges Davy, disciple de Durkheim, spécialiste de sociologie politique et un des membres influents de la fameuse revue L'Année sociologique. Mais Maurice Erard allait surtout suivre les enseignements de Georges Gurvitch (1894 -1965), philosophe et sociologue d'origine russe, préoccupé par l'étude d'une sociologie hyperempirique de la connaissance et de la vie morale. Un Georges Gurvitch qui, comme chacun le sait, allait régner sur la sociologie française jusque vers la fin des années 1950, avec une approche à la fois éloignée de la dialectique marxiste, de l'empirisme américain et du rationalisme structuraliste.

2C'est avec les préceptes de Georges Gurvitch en tête que Maurice Érard est appelé par l'Université de Neuchâtel un an plus tard, en 1948, pour y enseigner en tant que professeur extraordinaire, à la fois la sociologie, la démographie, la statistique et l'histoire de la pensée économique et sociale. Il sera nommé professeur ordinaire en 1954, spécialisant toujours davantage son enseignement vers la sociologie, chaire qu'il quittera en 1986, faisant valoir, selon l'expression consacrée, « son droit à la retraite » devenant dès lors professeur honoraire.

3Même si Maurice Érard a effectué et dirigé différentes recherches que ce soit sur l'entreprise, le travail des mères, les classes sociales (texte que nous présentons ici) ou encore les partis politiques, et sans que cette liste ne soit en rien exhaustive, nous croyons pouvoir dire qu'il fut véritablement et surtout un « professeur » au sens de l'enseignant totalement dévoué à ses étudiants, soucieux de transmettre à la fois un message et des connaissances. Un message dans la mesure où il insistait sur l'importance de la prise en compte du sociologique dans la compréhension et l'explication de la réalité ; des connaissances avec, notamment, la transmission d'une approche méthodologique dite « pluraliste », difficile et exigeante parce que combinant à la fois, telle une opération matricielle, le découpage de la réalité sous l'angle horizontal de la sociologie différentielle, et vertical avec les divers paliers d'une sociologie en profondeur, partant du plus visible pour aller vers le plus caché.

4Enseignant accompli aussi avec les supports de cours qu'il distribuait à ses étudiants, constituant ainsi un volumineux manuel de sociologie que tout autre auteur moins humble que lui aurait à coup sûr publié.

5Si Maurice Érard était dévoué à ses étudiants, il le fut aussi pour l'Université de Neuchâtel. Tout d'abord fondateur et directeur de l'Institut de sociologie et de science politique, puis doyen de la faculté de droit et des sciences économiques de 1955 à 1957, puis vice-recteur et recteur de 1965 à 1969 et, peu avant de quitter l'université, président du Sénat de 1983 à 1984.

6Enfin, il ne faudrait oublier le rôle joué par Maurice Érard dans l'émergence et le développement de la sociologie en Suisse et dans les pays de langue française puisqu'il fut membre fondateur non seulement de la Société Suisse de Sociologie, mais encore de l'Association Suisse de Science Politique et en 1958 de l'Association Internationale des Sociologues de Langue Française dont il devint par ailleurs le président de 1968 à 1971 et président d'honneur par la suite. Signalons encore qu'il intervint comme chargé de mission, par l'Unesco notamment, au Maroc et au Dahomey.

7Si ces quelques mots ne donnent qu'une idée trop superficielle du scientifique, ils ne disent rien de ce qu'était l'homme. Pour l'avoir connu d'abord comme étudiant, puis en tant qu'assistant et doctorant, nous voudrions dire ici combien Maurice Érard était disponible et attentif aux autres, encourageant quand il estimait devoir l'être, passionné par la vie et curieux de toutes les choses qui font le quotidien, dévoué à son institut et aux sciences sociales, et surtout habité par une très grande humilité malgré ses imposantes connaissances.

Sa sociologie pluraliste

8Comme pour de nombreux mandarins de la sociologie qui ont imposé leur approche, la sociologie de Georges Gurvitch a quasiment disparu avec lui. Et même si récemment quelques ouvrages (par exemple Saint-Louis, 2005 ; Farrugia, 2007 ; Rol et Antonov, 2007) semblent attester d'un renouveau d'intérêt, rares sont les personnes qui se réfèrent, du moins ouvertement, aux orientations du maître !

9La sociologie pluraliste gurvitchienne se veut une sociologie engagée, teintée de philosophie sociale, rattachée à la tradition sociologique française tout en y incluant parfois quelques aspects de l'analyse marxiste. Rappelons que pour Georges Gurvitch elle se distingue de la méthode « systématisante et analytique » (Gurvitch, 1963, p. 9) utilisée par la plupart des sciences sociales particulières, notamment en droit et en économie politique, dont le procédé tend à n'envisager qu'un seul palier pour un cadre social spécifique et à systématiser certains modèles. Elle se distingue aussi de la méthode « singularisante » qui sert à étudier l'irrépétable et l'unique, davantage propre à l'histoire. La méthode pluraliste recourt à une « typologie qualitative et discontinuiste », visant à l'application d'une vue d'ensemble des phénomènes sociaux totaux, via une dialectique empiriste. Georges Gurvitch, dans son traité de sociologie, définit la sociologie pluraliste comme étant « une science qui étudie les phénomènes sociaux totaux dans l'ensemble de leurs aspects et de leurs mouvements en les captant dans des types dialectisés microsociaux, groupaux et globaux en train de se faire et de se défaire » (Gurvitch, 1958). Chez lui on retrouve constamment « la complexité de la société. Rien ne saurait être exclu pour sa compréhension ; dans cette perspective, l'économie est importante certes, mais les représentations collectives, les réalités juridiques, les rapports et les rôles sociaux et également la vie quotidienne, etc., chacun de ces éléments a son importance et ne prend sens que dans la liaison qu'il établit avec les autres » (Maffesoli, 2007).

10La typologie comme la dialectique sont des éléments fondamentaux de cette sociologie des cadres sociaux (sociétés globales, classes sociales, groupements et manifestations de sociabilités telles que les « Nous »), des différents paliers en profondeur (puisque « les phénomènes sociaux sont pluridimensionnels et disposés en étagements, en couches, en paliers en profondeur, qui peuvent servir de points de repères pour reconstruire leur unité indissoluble ») (Gurvitch, 1958, pp. 20-21), des temporalités et des déterminismes.

11Gurvitch s'est cependant tu pour ce qui concerne l'application de son pluralisme à des sociologies spécialisées bien qu'ayant suggéré que tout phénomène social, étudié dans sa totalité, doit passer par les différents cadres sociaux de même que certains paliers en profondeur peuvent apparaître ou non et de manière différemment privilégiée.

12La description est faite en deux dimensions : « l'horizontalité » avec la sociologie différentielle qui traite de l'aspect « sociologique », et la « verticalité » avec la sociologie en profondeur relative au « social ». Il y a ensuite passage à l'explication du phénomène social total étudié en repérant la nature et la forme des déterminismes sous-jacents à l'objet d'étude, les différents degrés de libertés humaines qui peuvent jouer avec les déterminismes, ainsi que les formes et genres de temporalités dans lesquels ils se meuvent, ces trois phases de l'explication étant considérées dans une perspective dialectique.

13C'est à cette systématisation de la démarche gurvitchienne que Maurice Érard s'est attaché, d'une part à travers la mise en forme d'un Plan de sociologie pluraliste (repris de Gurvitch, mais modifié, complété et surtout enrichi de différentes rubriques de sorte à le rendre véritablement opératoire), et d'autre part à son application, via l'étude de l'entreprise, des partis politiques, des mythes, de la mort ou encore (la liste est non exhaustive) des classes sociales avec un article publié en 1965 et reproduit ci-après.

Une sociologie des classes sociales en Suisse

14Définition opératoire d'abord, définitions et classifications historiques ensuite, hypothèses méthodologiques qui seront soumises plus tard à l'épreuve des faits, classifications typologiques, choix des critères : telles sont les étapes reprises ici de l'approche pluraliste.

15On entre d'emblée dans une description générale des classes sociales, où très vite les catégories socio-professionnelles et les couches sociales révèlent leurs limites de par leur hétérogénéité. Maurice Érard se voit donc contraint de construire lui-même sa base de données en reprenant et combinant celles des recensements de la population et des entreprises. Ce faisant, il rend compte en même temps des fortes transformations économiques et sociales qu'a connues la Suisse dans l'après deuxième guerre : on assiste déjà à une solide restructuration de la paysannerie, mais aussi de la classe ouvrière, de la propriété marchande et on voit émerger une nouvelle répartition des revenus. Travaillant sur « un copieux fichier  de 1 695 noms d'administrateurs avec leurs principales relations d'affaires », Maurice Érard se donne ainsi les moyens de décrire le « caractère actif » du capitalisme financier suisse, mais aussi de signaler l'importance d'une classe « pauvre » qu'il estime au tiers de la population suisse d'alors (33%) !

16Son travail de bénédictin le conduit à découvrir une concentration du pouvoir économique et financier réunit aux mains de « 100 familles» constitutives d'une haute bourgeoisie d'affaires aussi solide et efficace que discrète : « De ce que je puis savoir d'eux, il me paraît d'ailleurs que nos grands bourgeois vivent assez tranquillement dans les faubourgs résidentiels de nos grandes villes ou sur les rives paisibles de nos lacs, où les villas luxueuses abondent, que de grands murs et parcs dissimulent généralement aux regards » (Érard, 1965, p. 16).

17La fin de l'analyse est consacrée à une sociologie de cette « classe sociale particulière » signalant aussi son internationalisation, puisqu'elle n'a pas de patrie, ce qui « en fait est plus vrai pour elle que pour le prolétariat » (ibid., p. 17), en même temps que sa capacité d'accélérer le mouvement de concentration capitaliste et faire naître en Suisse « un nombre inusité de ces holdings […] se trouvant en main de pays qui étaient formellement exclus du "Marché Commun", États-Unis notamment » (ibid., p. 17). Une présentation biographique du pouvoir de quelques personnages issus de cette bourgeoisie constitutive de ce capitalisme financier helvétique permet à Maurice Érard de démontrer et de dire que « comme l'ancienne, cette féodalité nouvelle est bien entendu héréditaire » (ibid., p. 19).

18Ce n'est pas seulement pour une exemplification de la sociologie pluraliste que cet article vaut la peine d'être relu, mais c'est surtout parce que nous avons sans doute affaire avec la première sociologie des classes sociales réalisée il y a plus de 40 ans pour la Suisse, et peut-être une des seules, ce qui en fait d'autant l'intérêt, les autres études, et notamment les plus récentes, portant davantage sur la stratification et les catégorisations.

19Le travail de Maurice Érard rend bien compte des processus de concentrations industrielles (métallurgie, alimentation, textiles, matériaux de construction et cimenterie, etc.) par absorption d'entreprises et la constitution d'holdings. Concentrations aussi dans le tertiaire avec notamment les entreprises bancaires et les compagnies d'assurance. Tout cela « offre un observatoire de l'économie mondiale et une sorte d'organe de planification au service du capital, mais dont le peuple suisse […] profite pourtant » (ibid., p. 23). Pour concéder un peu plus loin, fataliste et réaliste que « Il apparaît que notre bourgeoisie est actuellement la maîtresse irremplaçable de nos destinées » (ibid., p. 23).Une « bourgeoisie d'affaires qui semble faire peu de politique active, du moins sur le plan national », celle-ci se faisant « davantage par personnes interposées » (ibid., pp. 23-24).

20Question de la levée du secret bancaire, poids relatif des partis politiques et des syndicats, faiblesse des salaires et fragilité du « prolétariat suisse », insuffisance de conscience de classe de celui-ci, comparaison de la prospérité économique, carence lourde des assurances sociales, rareté des conflits de travail, abstentionnisme civique… autant d'informations et d'éclairages certes parfois rapides et superficiels sur la réalité socioéconomique helvétique en fortes transformations des années 1960. L'article de Maurice Érard reste précieux et utile plus de quarante ans après pour comprendre cette période et sans aucun doute celle d'aujourd'hui.

21Ajoutons encore un autre élément non négligeable pour le sociologue d'aujourd'hui. Pour Maurice Érard, il est important de relire et de reprendre les pères fondateurs ! D'où l'intérêt (même si parfois sans doute les limites) du choix des références théoriques des auteurs économistes et sociologues qui ont façonné les manières de comprendre les réalités économiques de la seconde moitié du xxème siècle, notamment Jean-Baptiste Say, Adam Smith, John Stuart Mill, Karl Marx et Maurice Halbwachs. Ensuite la démarche empruntée et en particulier la présentation d'un raccourci méthodologique (petit condensé d'intelligence, de persévérance et de ruse) puisque l'auteur prend la peine de décrire très précisément son procédé d'investigation, ce qui manque par trop souvent dans les travaux de sociologues qui, volontairement ou non, n'expliquent pas suffisamment la manière dont ils ont collecté et analysé leurs données.

Haut de page

Bibliographie

Balandier G. & M. Érard (dir.) (1986), Sociologie pluraliste et pluralisme sociologique. Mélanges publiés en l'honneur du professeur Maurice Érard, Neuchâtel, Université de Neuchâtel EDES

Érard M. (1965), « Esquisse d'une sociologie des classes sociales en Suisse », Cahiers Internationaux de Sociologie, volume 39, pp. 3-28

Farrugia F. (2007), Le Terrain et son interprétation, Paris, Éditions L'Harmattan

Gurvitch G. (1958), Traité de sociologie, 2 tomes, Paris, Presses Universitaires de France

Gurvitch G. (1963), La Vocation actuelle de la sociologie, 2 tomes, Paris, Presses Universitaires de France

Maffesoli M. (2007 [1985]), La Connaissance ordinaire, Paris, Éditions Klincksieck

Rol C. & M. Antonov m. (éd. et trad.) (2007), Georges Gurvitch. Écrits russes. Écrits de jeunesse, Paris, Éditions L'Harmattan

Saint-Louis F. (2005), Georges Gurvitch et la société autogestionnaire, Paris, Éditions L'Harmattan

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Hainard, « Avant-propos au texte de Maurice Érard « Esquisse d’une sociologie des classes sociales en Suisse » », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Maurice Erard, mis en ligne le 05 novembre 2009, consulté le 30 août 2016. URL : http://sociologies.revues.org/2972

Haut de page

Auteur

François Hainard

Professeur, Université de Neuchâtel, Suisse - francois.hainard@unine.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page