Navigation – Plan du site
Maria Isaura Pereira de Queiroz
Découvertes / Redécouvertes
Maria Isaura Pereira de Queiroz

Maria Isaura Pereira de Queiroz et son héritage

Introduction au texte de Maria Isaura Pereira de Queiroz Identité culturelle et identité nationale au Brésil
Maria Helena Rocha Antuniassi

Résumés

Introduction au texte de Maria Isaura Pereira de Queiroz Identité culturelle et identité nationale au Brésil, reprenant la conférence inaugurale du Symposium « Identité Nationale » organisé par l'Association des Professeurs d'Histoire, les 26, 27 et 28 Novembre 1987, Universidade Nova de Lisbonne, Portugal.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte d’introduction est la version remaniée de l’hommage prononcé par l’auteure au Centre de Recherches sur le Brésil Contemporain (CRBC), École des Hautes Études en Sciences Sociales, São Paulo, le 21 juin 2006. Pour consulter le texte en ligne de Maria Isaura Pereira de Queiroz, cliquer sur : http://sociologies.revues.org/index2103.html

Texte intégral

La personne

1Maria Isaura Pereira de Queiroz est née à São Paulo en 1918. Elle a obtenu sa licence en Sciences Sociales en 1949 à la Faculté de Philosophie, Lettres et Sciences Humaines de l’Université de São Paulo. En 1956, à la 6ème section de l’École Pratique des Hautes Études, à Paris, elle a présenté sa thèse: « La guerre sainte au Brésil : le mouvement messianique du Contestado » ; les membres de son jury étaient Roger Bastide (directeur de thèse), Claude Levi-Strauss et Gabriel le Bras.

2Depuis lors, elle est restée en contact étroit avec les universités européennes en Allemagne, en Angleterre, en Belgique, aux Pays-Bas, en Italie, au Portugal et en France principalement où, à plusieurs reprises, elle a donné des cours en particulier à l’Institut des Hautes Études d’Amérique Latine de Paris. Et ce n’est pas un hasard si ses livres et nombre de ses articles ont été traduits en français, mais aussi en anglais, en italien, en espagnol et même en arabe. Elle a établi avec les universités européennes des échanges très fructueux, invitant des collègues européens à venir dialoguer avec nous au Brésil – je me souviens des visites d’Henri Desroche, Alfred Métraux, Maurice Leenhardt, entre autres – ou envoyant ses étudiants en thèse compléter leur formation dans ces universités. Elle a aussi accueilli au CERU (Centre d’études rurales et urbaines), qu’elle a fondé à São Paulo, bien des étudiants de ses collègues européens qui venaient faire leur thèse au Brésil.

3Le français, qu’elle parlait à la perfection, était sa seconde langue et explique ses liens étroits avec l’anthropologie et la sociologie francophone. Membre de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française, elle a participé à son Bureau de 1968 à 1972.

4Maria Isaura Pereira de Queiroz considérait que l’enseignement et la recherche sont des activités inséparables ; ce fut la raison majeure des grands efforts qu’elle a faits pour parvenir à la création du Centre d’études rurales et urbaines (CERU), institution à buts non lucratifs. À une époque où l’enseignement des sciences sociales restait très livresque, elle avait l’ambition d’établir par le biais de son Centre de recherche des accords avec les diverses institutions de l’État susceptibles de financer des recherches de terrain, cela pour que ses étudiants aient la possibilité de se former par le travail de recherche empirique. On peut dire aujourd’hui qu’elle a magnifiquement réussi ! Ainsi, pour citer quelques cas seulement, elle a conclu des accords avec le CEPLAC de l’État de Bahia (Centre de recherche et de planification de la culture du cacao ); avec le Service de mise en valeur du Val de Paraiba (où avaient été créés, avec l’aide des Hollandais, des polders cultivés par de petits agriculteurs de la région); avec le Service de la vallée du Rio Ribeira (institution crée par le gouvernement de São Paulo pour stimuler le développement agricole de cette vallée peuplée de très petits agriculteurs). De même, avec le Secrétariat de l’agriculture de l’État de São Paulo, avec l’Eletropaulo (il s’agissait à l’époque de projets d’installation du réseau électrique dans les favelas) et avec bien d’autres institutions.

  • 1 La Société Brésilienne pour le Progrès de la Science réalise chaque année une rencontre, à laquelle (...)

5Maria Isaura Pereira de Queiroz a été une intellectuelle militante et, sous ce rapport, le CERU a joué un rôle essentiel. Après le coup d’état militaire de mars 1964, le Centre, qu’elle venait de fonder en février, est devenu un pôle de résistance aux tentatives du gouvernement en vue de contrôler la vie de l’université. La situation du CERU était privilégiée puisqu’il fonctionnait dans l’université sans faire partie de la structure universitaire. C’est ainsi qu’en 1972, le Centre a eu la possibilité d’apporter son soutien à l’organisation de la réunion historique de la Société Brésilienne pour le Progrès de la Science (SBPC) 1, réunion boycottée par le régime militaire et finalement réalisée à l’Université Pontificale Catholique de São Paulo.

6L’œuvre de Maria Isaura Pereira de Queiroz est reconnue non seulement au sein de la communauté scientifique brésilienne et internationale, mais aussi en dehors de l’université dans la société civile. En 1998, déjà professeur émérite de l’USP, elle fut la première femme à être honorée du prix Almirante Alvaro Alberto du Ministère de la Science et de la technologie attribué au scientifique de l’année, prix qu’elle a reçu des mains du Président de la République, qui était d’ailleurs son collègue Fernando Henrique Cardoso, ancien président de l’Association Internationale de Sociologie.

Le maître et sa démarche : le dialogue entre la théorie et le terrain

7Je ne suis nullement une spécialiste de l’œuvre de Maria Isaura Pereira de Queiroz, une œuvre très riche qui couvre plusieurs domaines de recherche. Toutefois, j’ai eu la chance de l’avoir comme directrice de maîtrise et de doctorat ainsi que de travailler avec elle pendant de nombreuses années ; je peux parler d’expérience de sa manière d’enseigner et de pratiquer la recherche. La recherche impliquait à ses yeux la discipline d’un travail minutieux de collecte des données suivi d’un long processus d’élaboration des données et des textes, avec l’ambition de construire un tissu explicatif solide appuyé sur une constante réflexion théorique et méthodologique. Le dialogue entre la théorie et la pratique de la recherche était au centre de ses préoccupations. Le texte de Maria Isaura Pereira de Queiroz qui est republié ici, sur les notions d’identité culturelle et d’identité nationale au Brésil, vous fournit un excellent exemple de va-et-vient entre la construction de dossiers et l’élaboration théorique ; vous y relèverez aussi que Maria Isaura Pereira de Queiroz n’hésite pas à recourir à des terrains de nature très diverses : par exemple des productions intellectuelles d’un côté, un culte religieux de l’autre, pour en dégager les parallèles sur le plan théorique.

8On sait qu’elle a réalisé des travaux sur plusieurs thèmes comme la religion et particulièrement les messianismes, le cangaço (banditisme), le pouvoir local, etc. Pour ma part, j’ai travaillé avec elle dans le cadre de recherches sur la paysannerie, sur les relations de travail dans l’agriculture et, à un niveau plus général, sur les relations entre le rural et l’urbain au Brésil. C’est dans le cadre de ces recherches que j’ai réuni les matériaux de mes thèses. Maria Isaura Pereira de Queiroz a réalisé et orienté des recherches sur ces thèmes pendant plus de 30 ans, entre les années 1950 et 1980.

  • 2 La danse de São Gonçalo, d'origine portugaise, a un caractère religieux. Elle exprime la dévotion à (...)

9Elle s’est tout particulièrement intéressée aux sitiantes (petits paysans parcellaires), qu’elle considère comme le prototype du paysan brésilien. En rupture avec les travaux de l’époque, elle pose l’hypothèse d’une culture paysanne, dimension largement négligée. Elle lance tout un train de travaux de terrain, par exemple sur la perception de l’espace, la production symbolique, les relations de pouvoir, etc. Analysant des survivances de la culture portugaise comme la danse de São Gonçalo, les pénitences, le bumba meu boi 2, les légendes de Charlemagne ou des pairs de la Table ronde du roi Arthur, elle montre par exemple comment celles-ci se révèlent être des instruments qui assurent un contrôle diffus sur le comportement du groupe social.

10Rappelons que, jusqu’aux années 1960, une grande partie du savoir universitaire en sociologie rurale sur la société brésilienne s’inscrivait dans la mouvance des travaux sociologiques nord-américains. L’observation de communautés rurales avait pour but d’en déceler les facteurs génériques de changement, un changement dont le paradigme était donné par la civilisation urbaine industrielle. Maria Isaura s’inspire de l’importante recherche de Antônio Candido (1918-2005) qui fut publiée en 1964 sous le titre Os parceiros do Rio Bonito (Les partenaires du Rio Bonito, 1964) ; elle prend le bairro rural (le village rural) comme unité de référence dans ses recherches ; elle part du postulat que ce dernier, comme toute entité sociale, comprend une dynamique endogène, donc une forme de développement sui generis. Sa longue série de travaux sur la vie rurale va donner une dimension nouvelle à la sociologie rurale et constitue, sans aucun doute, une des œuvres les plus novatrices et stimulantes des sciences sociales brésiliennes contemporaines.

11Réalisées dans une perspective synchronique et diachronique, les études de Maria Isaura sur les sitiantes analysent le monde rural à un moment crucial de son histoire, celui où il subit l’impact du processus d’industrialisation, d’urbanisation et de modernisation de l’agriculture. Dès lors, les conditions de vie du sitiante (petit paysan) dans son habitat (le bairro rural) ne devraient plus être étudiées en elles-mêmes, mais dans une perspective historique où le rural et l’urbain entretiennent une relation dialectique ; dès lors le bairro est compris comme partie d’un tout pris dans les processus historiques de transformation de la société brésilienne, mais auquel il apporte sa contribution propre. Analysant la région du Sertão de Itapecerica (une région très proche de la ville de São Paulo, devenue aujourd’hui ville dortoir), elle montre comment de tels processus, combinés avec l’épuisement des sols, entraînent un mouvement de différenciation de la paysannerie avec la paupérisation de la majeure partie des sitiantes et la désorganisation de la culture rurale confrontée aux transformations et à l’extension de la ville de São Paulo.

12Maria Isaura Pereira de Queiroz avait une prédilection pour les études comparatives et ainsi elle montrera que ce qui se produit à Itapecerica n’est pas le destin inéluctable du paysan sitiante. Les études réalisées dans une autre région, la vallée du Rio Paraiba (plus distante de São Paulo) vont mettre au jour la possibilité du changement économique de la région sans abandon de la culture paysanne (la culture caipira).

  • 3 Le Pontal de Paranapanema, région située tout à l'ouest de l'État de São Paulo, a été le théâtre de (...)

13Une préoccupation de Maria Isaura Pereira de Queiroz traverse toutes ces études, le destin des sitiantes forcés d’effectuer le passage d’un genre de vie à un autre avec la destruction de la culture paysanne (cultura rustica), de son riche folklore dont elle a si bien analysé les fonctions pour les groupes. À l’instar de Roger Bastide, Maria Isaura se situe du côté de ces scientifiques qui pensent que la production de connaissances dans les sciences sociales peut contribuer à améliorer la qualité des relations sociales. En étudiant les transformations du cadre de vie des sitiantes (voir par exemple son article « Le sitiante, une catégorie rurale oubliée », Maria Isaura Pereira de Queiroz, 1963), elle affirmait : « Il faut connaître leurs comportements, leurs valeurs, l’état de crise qu’ils traversent pour rendre ce passage moins amer ». Pour elle, la sociologie, en fournissant une connaissance des diverses situations historiques vécues par les petits paysans, peut favoriser l’élaboration de projets d’adaptation de leurs institutions plus conformes à leur réalité. Cette attitude peut sembler naïve à certains. Il n’en reste pas moins qu’elle a formé une équipe de chercheurs qui, aujourd’hui encore, sont disposés à aller sur le terrain, à entrer dans les favelas ou à passer des semaines au Pontal de Paranapanema 3 à la recherche de données pour analyser et comprendre comment se produit la violence à la campagne qui se traduit dans les occupations du mouvement des « sans terre » ou des « sans toit ». Des chercheurs qui sont même capable de se vêtir d’une fantasia (déguisement) afin d’entrer dans la folie du Carnaval pour recueillir des données dans le but l’organisation et la dynamique des écoles de samba et de leurs défilés spectaculaires !

Actualité de l’œuvre de Maria Isaura Pereira de Queiroz

14L’actualité des travaux de Maria Isaura Pereira de Queiroz est incontestable. Lectures indispensables pour qui prétend étudier la société brésilienne actuelle, ils ouvrent une multitude de pistes dans le domaine de la sociologie rurale, de la culture et de la religion et, plus largement, dans celui de l’action sociale.

15Quel est le secret de cette actualité ? Une approche des faits sociaux dans laquelle théorie et recherche empirique ne vont jamais l’une sans l’autre. Des recherches empiriques basées sur le recueil de données qualitatives et quantitatives puisées aux sources les plus diverses, des romans de l’époque aux statistiques officielles, en passant par la presse et les médias et avec, surtout et toujours, l’enquête de terrain, la présence du sociologue-anthropologue sur les lieux de vie de ses sujets d’études, et son empathie pour ses derniers.

16Le cadre théorique qui oriente et éclaire les écrits de Maria Isaura est ancré dans les classiques des sciences sociales, Karl Marx, Max Weber et Émile Durkheim (on doit à Maria Isaura une excellente traduction des Règles de la méthode sociologique) ; il doit aussi aux œuvres de ses maîtres et amis Georges Gurvitch, Roger Bastide, Henri Desroche et d’autres. Les influences se combinent de telle manière que sur la toile de fond d’une vision dialectique et d’une perspective solidement ancrée dans l’histoire, les concepts deviennent des instruments efficaces de perception et d’analyse des faits sociaux. L’influence de Karl Marx est présente par l’importance accordée à l’histoire comme facteur d’interprétation des phénomènes sociaux, de leurs transformations et de leurs conditionnements réciproques. Mais cela ne la conduit ni à des positions dogmatiques ni à des conceptions mécaniquement déterministes. La polémique objectivisme / subjectivisme qui revient périodiquement dans les discussions de l’époque est complètement dépassée dans ses travaux. L’analyse de l’organisation et de la dynamique des villages ruraux est un bon exemple de sa manière d’analyser structure et culture comme une totalité. La notion chère à Georges Gurvitch de dialectique à l’œuvre est explicitée dans son article : « Dialectique du rural et de l’urbain : exemples brésiliens » (Pereira de Queiroz, 1978) dans lequel elle critique les analyses sociologiques du rural et de l’urbain qui considèrent ces derniers séparément l’un de l’autre.

17Je me rappelle comme si s’était hier Maria Isaura Pereira de Queiroz nous enseignant à analyser les données en utilisant les notions de mouvement, de transformation, d’opposition, de complémentarité et de totalité. Ce qui signifiait lire les données en cherchant à découvrir le caractère dynamique de la structure sociale en relation avec la multiplicité de ses principes d’organisation dans le cadre précis de l’histoire.

18Une autre caractéristique de ses travaux qu’on peut rattacher à sa formation française est l’ampleur des analyses qui dépassent constamment les frontières entre les sciences sociales. Bien qu’elle se définisse comme sociologue, sa manière de travailler doit beaucoup à l’anthropologie, l’ethnographie, la psychologie sociale et la géographie humaine ; ses travaux constituent ainsi une bonne illustration du fait que les frontières en sciences sociales, comme dirait Pierre Bourdieu, tiennent plus au découpage du champ scientifique qu’aux sciences elles-mêmes. Signe de cette ouverture, en juillet 2007, son œuvre a fait l’objet d’un hommage officiel lors de la rencontre annuelle l’Association Brésilienne d’Anthropologie.

19Maria Isaura Pereira de Queiroz a été nommée professeure émérite en 1990 ; elle se savait atteinte par la maladie qui allait mettre fin à son activité intellectuelle, elle avait tenu à en informer son entourage et ses collaborateurs. Elle mène depuis lors une vie retirée à São Paulo. Mais elle est toujours présente parmi nous en pensée, comme un modèle pour nous qui avons eu le privilège d’être ses élèves puis ses collaborateurs et enfin ses héritiers. Aujourd’hui ses écrits ont rang de « classiques » des sciences sociales brésiliennes !

Haut de page

Bibliographie

Pereira de Queiroz M. I. (1963), « El sitiante, uma categoria rural esquecida », Revista Brasiliense, São Paulo (45), mars

Pereira de Queiroz M. I. (1978), « Dialética do rural e do urbano: exemplos brasileiros », Cultura, sociedade rural e sociedade urbana no Brasil, EDUSP

Haut de page

Notes

1 La Société Brésilienne pour le Progrès de la Science réalise chaque année une rencontre, à laquelle sont aussi conviés des collègues étrangers, pour discuter les travaux de ses membres et parler des problèmes du pays. Au cours des années 1970, cette rencontre devint le forum des intellectuels qui luttaient pour la démocratisation du pays. En 1977, pour intimider les milieux intellectuels, le gouvernement autoritaire interdit l'organisation de la rencontre annuelle dans les locaux des universités publiques. La Société Brésilienne pour le Progrès de la Science faisant alors la preuve de sa capacité de résistance en organisant la rencontre à l'Université Pontificale Catholique de São Paulo. Le Centre d'Études Rurales et Urbaines faisait partie des groupes responsables de l'organisation de cette rencontre.

2 La danse de São Gonçalo, d'origine portugaise, a un caractère religieux. Elle exprime la dévotion à São Gonçalo et elle est dansée pour accomplir une promesse.

Bumba-meu-boi, boi-bumba est une danse du folklore populaire brésilienne avec des personnages humains et des animaux fantastiques; elle traite de la mort. Elle conte la légende de Catirina, une esclave qui incite son homme, le nègre Chico, à tuer le taureau le plus beau de la fazenda.

3 Le Pontal de Paranapanema, région située tout à l'ouest de l'État de São Paulo, a été le théâtre de nombreux conflits sociaux relatifs à l'occupation et à la propriété de la terre dans lesquels étaient impliqués l'État, les grands propriétaires latifundiaires et le MST, Mouvement des travailleurs ruraux sans terre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Helena Rocha Antuniassi, « Maria Isaura Pereira de Queiroz et son héritage », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Maria Isaura Pereira de Queiroz, mis en ligne le 28 avril 2008, consulté le 26 mars 2017. URL : http://sociologies.revues.org/2083

Haut de page

Auteur

Maria Helena Rocha Antuniassi

Professeure et directrice du Centro de Estudos Rurais e Urbanos, Universidade de São Paulo – Brésil – mhrocha@uol.com.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page