Navigation – Plan du site
Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l'enquête de terrain

Les écueils du double jeu

Une expérience d’observation participante transversale
Séverin Muller

Résumés

À partir d’une expérience d’observation participante qui a consisté à travailler comme ouvrier puis à intégrer les bureaux de la direction dans un abattoir industriel, l’auteur étudie les effets cognitifs de la transgression d’un ordre établi dans l’entreprise : les ouvriers avec les ouvriers et les cadres avec les cadres. Les situations décrites de rupture avec les usages du milieu permettent de réfléchir aux façons d’être identifié selon les circonstances, aux formes d’instrumentalisation du chercheur sur son terrain, aux manières dont la confiance s’acquiert se maintient ou se perd dans un environnement conflictuel (selon quels critères propres à chaque groupe sommes nous acceptés, cooptés ou exclus ?). Finalement, la démarche transversale et le jeu transgressif qu’elle suggère participent à l’apprentissage des systèmes de référence non partagés au sein d’une même organisation.

Haut de page

Texte intégral

1Les enquêtes sociologiques réalisées par observation participante se prêtent sans doute davantage que d’autres modes d’investigation aux expériences de vie et aux expérimentations du chercheur sur son terrain. Le projet d’immixtion temporaire dans un milieu donné s’accompagne d’un bouleversement des repères habituels et de l’identité sociale de l’enquêteur. L’expérience devient une composante à part entière de l’analyse sociologique car elle détermine le mode d’accès aux informations et le type de résultats obtenus. Cet article propose de revenir sur les implications éthiques d’une démarche d’enquête par « observation participante transversale ». Celle-ci consiste à mener plusieurs activités ordinaires au sein d’une même organisation, d’un même milieu d’interconnaissance en accédant à des points de vue transversaux et opposables. Ce dispositif vise à mieux comprendre les logiques d’actions et les catégories d’analyse propres aux acteurs étudiés en postulant que les perspectives qui affectent les activités collectives sont différentes selon les positions occupées. Cette manière de procéder, délicate dans sa mise en œuvre, reste assez peu expérimentée. Quelques recherches ont été réalisées selon ce principe dont la plus connue est probablement l’enquête collective d’Everett C. Hughes et de ses étudiants dans une faculté de médecine (Becker, Geer, Hughes & Strauss, 1961). L’ouvrage de Michael Burawoy, Manufactoring Consent, représente un autre exemple, cette fois réalisé par un seul individu accédant aux ateliers et aux bureaux d’une même organisation (Buravoy, 1979). La connaissance préalable de ces deux études m’a permis d’envisager une enquête dans l’un des trois principaux abattoirs industriels français en veillant à me placer des deux points de vue principaux et opposés : j’ai d’abord travaillé trois mois comme ouvrier sur la chaîne d’abattage et dans un atelier de découpe ; j’ai ensuite passé trois mois dans les bureaux de la direction en tant que « stagiaire »1. Il est intéressant de revenir sur les effets peu prévisibles de ce « double jeu » car il m’a obligé à transgresser un ordre établi dans l’entreprise, à rompre avec les usages du milieu, mais aussi avec quelques principes déontologiques de l’enquête. Si j’ai finalement peu suivi les enseignements de Rosalie Wax qui soulignait avec précaution que « rien de bon ne peut être fait par une seule personne » (Wax, 1979), les situations vécues permettent de réfléchir à l’instrumentalisation du chercheur sur son terrain, aux manières dont la confiance s’acquiert, se maintient ou se perd dans un espace conflictuel.

Une observation participante transversale

2C’est dans le cadre du doctorat de sociologie que j’intègre un abattoir industriel en 1998. Je suis influencé par la tradition de Chicago et il me paraît alors évident que l’observation participante est la mieux appropriée pour accéder au monde fermé des abattoirs. La phase de prospection s’étend sur plusieurs mois et de nombreuses entreprises refusent de m’accueillir avant que je décide de m’adresser au directeur financier d’un site industriel, rencontré deux ans plus tôt. Lorsque je lui parle de mon intention de travailler en tant qu’ouvrier pour comprendre par expérience directe les singularités du travail de la viande, il m’interrompt : « Arrête tout et viens faire ça chez nous ». Il me présente au directeur du service de production et nous convenons ensemble de ne pas informer les autres salariés des raisons de ma présence. Je demande à travailler sur la chaîne d’abattage et dans un atelier de découpe afin d’être soumis à un processus d’apprentissage ordinaire. Ils acceptent le principe et le directeur de production m’informe aussitôt des clauses de notre accord : « Tu vas voir, tu vas bosser avec les rugueux (les anciens), tu me raconteras l’ambiance, hein ? Tu nous donneras un peu tes impressions. » En contrepartie de mon acceptation dans l’usine, on attend logiquement certaines informations que je ne connais pas encore et que je suis peu disposé à divulguer, soucieux de ne pas nuire aux enquêtés.

3Je consacre les premières semaines sur la chaîne d’abattage à apprendre les techniques en suivant la cadence, à effectuer du mieux possible ce qu’on me demande sans me faire remarquer, comme tout ouvrier désireux d’obtenir un contrat non précaire. Je suis alors un observateur clandestin et mes appréhensions sont à la hauteur de ma méconnaissance du fonctionnement du milieu. J’apprends au fil des jours les usages informels, les codes relationnels et hiérarchiques. Rapidement, je comprends qu’il est difficile de s’insérer dans certains groupes ouvriers en raison du clivage entre les anciens et les nouveaux. Mon réseau de connaissances se limite aux apprentis et aux intérimaires appartenant tous à la même catégorie d’âge (19-25 ans). Comme eux, je reste à l’écart des moments de sociabilité des ouvriers titulaires. J’ai le sentiment de ne plus pouvoir suivre les règles du chercheur sur son terrain, consistant à rester à l’écoute et à s’intégrer progressivement en se conformant aux usages : de la sorte, on subit une réelle mise à l’écart en attendant que s’opère le long processus d’insertion des apprentis. C’est la situation de certains jeunes, présents depuis plusieurs mois, qui ne discutent toujours pas avec les « rugueux ». Dans ces conditions, l’observation clandestine semble inappropriée et je décide alors d’accélérer mon intégration en me « découvrant » au fur et à mesure des discussions. Mais je dois attendre deux semaines avant d’être l’objet d’un questionnement lors d’une pause matinale. Attablé avec deux bouviers et le saigneur du hall d’abattage, je suis interrogé par ce dernier. Jusqu’alors, nous ne nous connaissons qu’à travers le travail durant lequel je l’assiste :

– « Et toi, pour combien de temps tu es à ce poste ?

– Je sais pas. Jusqu’à la fin de la semaine.

– Après, tu vas où ?

– Je crois qu’ils veulent me mettre aux abats.

– Ah ! C’est un sale boulot. Moi aussi, j’ai fait les abats. Et combien de temps tu vas y être ?

– Deux semaines, après je vais en découpe.

– Tu fais un stage ?

– Ouais, je fais un mémoire d’études sur le travail dans les abattoirs.

– Ah ouais ? Alors tu vas écrire sur nous !

– Ah, oui, ça se peut que j’écrive des pages sur toi, par exemple.

– Tu mettras mon nom alors, hein ! Tu parleras de moi et tu mettras la vie de Libellule (son surnom) en titre, en gros. C’est pour faire un livre ? Si c’est un livre tu mettras mon nom (Les autres rient. Le saigneur s’adresse à l’assistance) Eh, il écrit un livre ! Ils te paient combien ?

– Oh, ça, c’est pas prévu. Mais bon, je travaille pas pour eux.

– Ils sont pas fous. »

4À l’issue de cette conversation, le saigneur ne cesse de divulguer aux ouvriers franchissant l’espace du hall les raisons de ma présence : « Eh, il écrit un livre. Il va écrire un bouquin sur nous. » Ma réputation est faite et dans le secteur d’abattage, on m’identifie rapidement comme « l’écrivain ». Le mois suivant, ayant intégré l’atelier de découpe, il ne faut pas plus d’une semaine pour qu’on m’attribue le même statut. Mon autre surnom devient « bac + 12 » et me vaut des remarques de circonstance : « C’est marrant quand même, tu fais pas celui qui a plein de diplômes ». Ces étiquettes attribuées sans démenti formel de ma part attisent la curiosité de certains ouvriers qui s’en amusent et viennent me raconter des anecdotes et des souvenirs liés à l’histoire de l’usine. De mon côté, quitte à être refusé ou accepté dans certains groupes, je reste direct et convivial, râleur et fatigué comme les autres, impatient de la fin de journée et blagueur quand la situation s’y prête. Au gré des échanges durant les pauses à l’usine, dans les bars, chez les uns et les autres, j’informe mes collègues : je ne suis pas ouvrier par besoin alimentaire ou par formation initiale, j’écris sur le travail dans les abattoirs et je souhaite le faire rigoureusement. Ceux avec qui j’entretiens une certaine affinité comprennent ma démarche en dépit de son incongruité, tandis que d’autres demeurent plus distants et perplexes. Malgré le décalage entre ce que je voulais être et la façon dont les ouvriers me perçoivent, le saigneur a certainement trouvé une identité convenant bien à la situation sans que je puisse l’envisager a priori. L’enquête dans les ateliers, caractérisée par une présence brève, m’a conduit à forcer les règles de l’insertion et de la socialisation. Mais durant cette période, on m’identifie finalement comme une personne extérieure aux rapports de forces quotidiens (ce qui changera par la suite), même si on les évoque en manifestant la volonté de les faire apparaître dans « mon livre ».

5Après trois mois de participation au travail ouvrier, je décide de rompre provisoirement avec mon terrain pour mettre en ordre les données recueillies et reformuler la problématique. Mon enquête se passe en plein cœur de la crise de la vache folle (commencée en mars 1996) et ses répercussions sont considérables dans les abattoirs, bouleversant les pratiques et les relations professionnelles. Pour comprendre la logique institutionnelle des changements en cours, je décide de poursuivre mon étude dans les bureaux. De retour sur le site six mois plus tard, j’explique mon intention au directeur de production en insistant sur la nécessité de comprendre l’organisation à ses différents niveaux. Il accepte volontiers et me propose d’installer mon « nouveau Q.G. » dans son service. Le dispositif d’observation appliqué dans les ateliers n’est pas reproductible dans les bureaux. N’étant pas en situation de connaître intimement les techniques d’organisation, je ne peux pas participer au travail ordinaire mais je développe une propension à singer l’activité d’un cadre tandis que mes occupations réelles restent attachées à mes recherches. J’assiste aux réunions et je veille à être présent dans l’usine aux mêmes heures que les cadres. Au prétexte d’entretiens ou de recherches documentaires, je vais faire ma tournée dans les différents services dans lesquels je passe des journées entières. Tout cadre qui se respecte va souvent sur le « terrain » (les ateliers). Je m’emploie à faire de même en me promenant, manifestant ma présence pour me faire connaître en différents endroits sans être recommandé explicitement de quiconque, suggérant l’inverse par mon attitude. Je vais discuter avec les ouvriers dans les ateliers ou au moment de pauses. Tout en continuant de participer aux activités de sociabilité ouvrière, j’accède au réseau d’interconnaissance des cadres qui m’invitent à des apéritifs, des dîners ou à la cafétéria proche de l’usine. Lors des discussions, je fais preuve de loquacité sur mes études et mes conditions d’existence. Les cadres aussi bien que les secrétaires me posent des questions sur mon travail et mes « découvertes », en me confiant des informations liées à mon sujet, selon l’idée qu’ils s’en font. Si je suis d’abord considéré comme « le stagiaire de la prod’ », amené à devenir cadre un jour, en quelques semaines le personnel des bureaux est informé des raisons de ma présence. Ma participation au travail sur la chaîne d’abattage est une attitude valorisée par une partie des anciens cadres promus en interne, ceux qui sont également passés par le « sale boulot » et qui me considèrent à ce titre comme « un type capable ». Les cadres plus jeunes, diplômés d’écoles agro-alimentaires, manifestent régulièrement leur familiarité avec mon domaine de recherche : « D’un point de vue sociologique, ça doit être passionnant... » ou « sociologiquement, (tel aspect) doit être vachement important pour toi ». Mon niveau d’étude me rapproche socialement davantage des jeunes cadres que des ouvriers, ce qui ne signifie pas que je me sente plus à l’aise avec les uns ou les autres. Je suis de toute façon placé dans une situation inconfortable, et le surnom que les cadres me prêtent – « Eliott Ness, l’incorruptible » car je refuse un jour qu’on m’offre un café – est significatif de l’ambivalence de mon attitude qui consiste à recevoir des informations en refusant d’en divulguer à mon tour. J’insiste maintes fois sur mon rôle de non-informateur, précisant les engagements pris auprès de mes interlocuteurs.

Les écueils du double jeu

6En choisissant de comprendre une organisation du point de vue des ateliers et des bureaux, j’accepte, sans en appréhender les effets, de transgresser un ordre établi dans l’entreprise : les ouvriers avec les ouvriers et les cadres avec les cadres. Si les uns communiquent avec les autres, c’est selon un code hiérarchique bien défini. Et si un ouvrier accède au statut de cadre, il « devient » cadre et se soumet à ce protocole. Pour ma part, je n’adopte pas les usages et je prends le parti de discuter ouvertement avec les uns et les autres. Par la même occasion, je mets à mal certains principes convenus de l’observation participante visant à ne pas se faire trop remarquer 2. Dans ma façon d’être, je ne procède pas selon les règles de l’art, ou du moins j’estime que ces règles peuvent être transgressées si elles s’avèrent inadaptées aux circonstances de l’enquête 3. Lorsque mon terrain se situe chez les cadres et non plus chez les ouvriers, on me fait remarquer « le changement de bord » de part et d’autre : « Pourquoi tu n’es plus ouvrier ? Tu veux pas bosser avec nous ? », ou : « Avec ton expérience, ça ne te dirait pas de faire des ressources humaines ? Il y a du boulot pour toi ». Alors que mon enquête se situe dans les bureaux, les relations avec certains ouvriers deviennent plus complexes : « Ah, ouais, tu es avec eux maintenant ? Ça y est, ils t’ont embauché ? ». Je m’efforce d’évoquer la nécessité de comprendre le fonctionnement des services pour avoir une vue d’ensemble. À deux reprises, je dois me justifier sur mes comportements ambivalents, une fois de façon un peu brutale. Des ouvriers syndiqués m’attendent à la sortie de l’usine pour savoir les objets de mes relations avec les encadrants : « Alors ? Tu essaies de te mettre bien avec les chefs ? » Après avoir évité un affrontement physique imminent, je leur explique mes études et ma démarche. Ils paraissent étonnés et perplexes : le fait de discuter ouvertement avec les cadres demeure par principe suspect. On ne rompt pas les rapports hiérarchiques sans y être invité, sans posséder un statut proche de celui de l’encadrement. Cette démarche transgressive me prive de l’accès à certains lieux de sociabilité tel que le restaurant d’entreprise où je ne me rends qu’à cinq reprises. La majorité du personnel vient y déjeuner et les discussions sont riches d’informations. Mais les tables sont occupées selon l’appartenance à la catégorie des cadres ou des ouvriers, puis selon des critères d’affinité. Mon embarras est perceptible lorsque, mon plateau en mains, je suis invité à m’asseoir à des tables distinctes. De telles situations soulignent les limites de la démarche et se traduisent par une auto-exclusion de certains moments de la vie collective.

7Le double jeu a pour autre conséquence une double instrumentalisation du chercheur. Dans les bureaux, on m’attribue la compétence, toute relative, d’avoir travaillé sur la chaîne et de pouvoir discuter facilement avec les ouvriers. Je suis potentiellement, parmi d’autres, une personne qui prend « la température » dans les ateliers et qui peut restituer des sentiments exprimés de façon éparse. Le directeur général, tout juste informé de ma présence, me demande d’intervenir devant une vingtaine de cadres et de chefs d’ateliers, ce que je ne peux ni ne sais refuser. En tout état de cause, l’insolente inutilité de ma présence ne peut se justifier sans contrepartie tangible. Avec appréhension, je bricole une intervention à caractère ethnographique en prenant le soin de leur apprendre ce qu’ils savent déjà, reproduisant leurs évidences en les présentant de façon ordonnée et logique. Mon souci est de ne pas nuire aux ouvriers et, en retour, la neutralité apparente de mes propos finit de rassurer l’assistance sur le contenu de mes travaux. Par la suite, certains cadres me demandent ce que je pense de telle ou telle situation particulière concernant l’organisation quotidienne. Je m’exerce à la pirouette rhétorique en abondant discrètement dans le sens du locuteur. De la même façon, les ouvriers, notamment les syndicalistes de la CGT, prennent l’habitude de me questionner sur l’état de l’activité, sur les décisions à venir en matière de politique salariale ou sur la trame de négociations en cours. J’accepte de part et d’autre le rôle de médiocre consultant et je m’informe de cette manière sur les préoccupations propres aux différents groupes. En somme, je dois faire preuve d’une belle dose de cynisme pour tenter de ne pas trahir tout en restant dans la place.

Comment susciter la confiance ?

8L’expérience des implications de l’appartenance passagère et consécutive à deux groupes sociaux opposés dans un même milieu débouche sur un problème général : la façon dont la confiance s’acquiert, se maintient ou se perd. Selon quels critères propres à chaque groupe sommes-nous acceptés, cooptés ou exclus ? Le problème se pose communément aux chercheurs qui acceptent d’entreprendre une démarche réflexive concernant leur relation aux enquêtés4. En arrivant sur le terrain, nous ne saisissons pas tous les enjeux de notre présence ni les rôles que vont nous faire jouer nos interlocuteurs. La façon de nous présenter est certes déterminante mais elle ne garantit en rien la manière dont les autres nous identifient, et elle ne nous rend pas crédibles a priori. La difficulté consiste à intégrer la conflictualité des rapports dans notre comportement car manifester sa neutralité ici aboutit facilement à être suspecté de coalition avec « l’adversaire ». Il faut ainsi trouver des attitudes en adéquation avec le milieu et en assumer les limites. J’ai tenté, avec candeur, de gagner la confiance en participant au déroulement des activités puis en m’engageant à ne pas restituer ce qui m’était confié. Suis-je pour autant digne de confiance ? Comment se positionner dans une telle situation ? Ces questions liées à nos problèmes de conscience sur le terrain, se posent dès lors que nous comparons nos expériences aux codes de « bonnes pratiques » qui établissent habituellement la confiance et qui nous sont enseignés durant nos formations universitaires : l’honnêteté, l’éthique, une forme de neutralité, le respect de l’anonymat, l’engagement à ne pas restituer les propos, le respect de l’ordre établi. Ces codes sont-ils adaptés à tout type de situation, à tout milieu ? Parmi les ouvriers, on devient digne de confiance – c’est-à-dire crédible dans son rôle – en participant aux formes d’entraide qui se traduisent par la transgression de certaines règles établies par la hiérarchie ou l’administration vétérinaire. Plus encore, dans un milieu exacerbant les valeurs « masculines », ne pas réagir à des provocations physiques, c’est être ensuite jugé comme un individu peu crédible, auquel on ne peut se fier. Et pourtant, a priori, insulter ceux qu’on étudie ou être prêt à se battre avec eux n’est pas recommandable. Le double jeu révèle de manière contrastée l’état des relations au sein des groupes. Dans les bureaux, je ne peux me soustraire aux conflits entre les différents services où règnent des enjeux de pouvoir et de reconnaissance. Je suis associé à « ceux de la production », ce qui se traduit par une impossibilité de mener mon enquête dans le service commercial. Si je suis pleinement intégré, c’est aux luttes d’influence, parfois suspecté de diffuser des informations sensibles à l’ennemi interne. En somme, il me faut m’accommoder du statut de traître ou de taupe en puissance pour certaines catégories de personnel.

***

9Finalement, la démarche transversale et le jeu transgressif qu’elle suggère, les manières perfectibles d’être identifié ont participé à l’apprentissage des catégorisations propres aux systèmes de référence de chaque groupe, offrant une acuité particulière à des domaines réservés, des points de vue opposés et des façons de faire non partagées au sein d’une même organisation. Par la transgression, on comprend rapidement que les motifs de tension et d’association transcendent inévitablement les hiérarchies officielles et que la « solidarité » ouvrière est aussi limitée que la « coopération » de services mis en concurrence les uns avec les autres et dont les intérêts divergent au quotidien. Cette approche conduit à ne pas surestimer la cohérence du monde observé en admettant qu’un ensemble organisationnel peut fonctionner tout en étant composé de parties qui se méconnaissent mutuellement de façon durable. Le double jeu devient alors un privilège de l’observateur, lui permettant d’établir des liens cognitifs entre des actions collectives apparemment déconnectées les unes des autres d’un point de vue temporel et spatial (c’est le cas lorsque, après avoir participé au travail de production, j’assiste aux réunions où sont mentionnés les problèmes rencontrés dans les ateliers). Ce rapport au terrain nécessite de s’intéresser à un « agir ensemble » pour reprendre l’expression de Georges Mead, où les actions collectives sont le fruit et l’expression d’ajustements de perceptions des autres et de soi (Mead, 1963). Sans doute, une enquête collective aurait permis de ne pas établir tant de ruptures avec les principes éthiques communément admis et recevables en sociologie empirique. De toute façon, une telle expérimentation doit se satisfaire d’une contradiction temporelle forte que le seul bon sens des règles de sociabilité ne suffit pas à résoudre : nous sommes tenus de nous conformer à des usages et des normes au moment même de notre présence participante qui vise justement à les saisir5.

Haut de page

Bibliographie

Beaud S. & F. Weber (1997), Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, Paris, Éditions La Découverte

Becker H. S., Geer B., Hugues E. C., & A. L. Strauss (1961), Boys in Whyte. Student Culture in Medical School, Chicago, The University of Chicago Press

Becker H.S. (1967), « Whose Side Are We On ? », Social Problems, n° 14, Winter

Bizeul D. (1999), « Faire avec les déconvenues. Une enquête en milieu nomade », Sociétés Contemporaines, n° 33-34, janvier/avril

Buravoy M. (1979), Manufacturing Consent: Changes in the Labor Process under Monopoly Capitalism, Chicago, The University of Chicago Press

Mead G. H. (1963), L’Esprit, le soi et la société, Paris, Presses universitaires de France (1ère édition 1934).

Muller S. (2007), À l’Abattoir. Travail et relations professionnelles à l’épreuve du risque sanitaire, Paris, Éditions Quae INRA/MSH, collection « Natures sociales » (à paraître).

Muller S. (2005), « Le temps du démontage. L’adaptation collective aux contraintes de production dans un abattoir », dans Danièle Linhart & Aimée Moutet (dir.), Le Travail nous est compté. La Construction des normes temporelles du travail, Paris, Éditions La Découverte, p. 221-240.

Muller S. (2004), « Les abattoirs sous haute surveillance. Politiques et normalisation sanitaires à Saint-Maixent-l’école, du xixe au milieu du xxe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 51-3, juillet-septembre, p. 104-120.

Muller S (2002), « Visites à l’abattoir : la mise en scène du travail », Genèses. Sciences sociales et histoire, n° 49, décembre, p. 89-109.

Peretz H. (1998), Les Méthodes en sociologie. L’Observation, Paris, Éditions La Découverte, p.16

Waw R. (1979), « Gender and Age in Fieldwork and Fieldwork Education: No Good Thing is done by Any Man Alone », Social Problems, n° 26-5, p. 509-522

Haut de page

Notes

1 Les résultats de l’enquête menée dans le cadre d’un doctorat de sociologie seront publiés dans un ouvrage à paraître en 2007 (Muller, 2007).
2 C’est ce que suggèrent les ouvrages de méthodes les plus estimables : « s’il participe lui-même à l’action, il [le chercheur] adoptera un des comportements habituels dans ce milieu. À cet égard, l’observateur doit être réservé, ne pas en faire trop et avoir compris ce qu’il peut faire » (Peretz, 1998). Stéphane Beaud et Florence Weber (Beaud & Weber, 1997) évoquent le « bon sens sociologique » (p. 106), la nécessité de « désamorcer les soupçons » (p. 109), ou l’impératif de l’observation à découvert afin de respecter les « règles sociales de savoir-vivre » (p. 119). Ces recommandations de bon sens oublient que nous sommes parfois fort éloignés de situations de bon sens lors de nos enquêtes. Il ne s’agit pas de disqualifier ces enseignements qui sont utiles dans la mesure où ils proposent un cadre général de réflexion sur la pratique.
3 Howard S. Becker aborde également le problème du positionnement du chercheur pris « entre deux feux » sur son terrain (Becker, 1967, p. 239-247).
4 Daniel Bizeul en a fait la démonstration à partir de ses études en milieu nomade (Bizeul, 1999, p. 11-137).
5 Je remercie Daniel Bizeul pour ses remarques constructives sur ce texte.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séverin Muller, « Les écueils du double jeu », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l'enquête de terrain, mis en ligne le 21 juin 2007, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/189

Haut de page

Auteur

Séverin Muller

Maître de conférence en sociologie à l’Université de Lille1 / Clersé-CNRS - 5 rue des Goncourt, 75011 Paris - severin.muller@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page