Navigation – Plan du site
Théories et recherches
Théories et recherches

La rentabilité heuristique des méthodes

Michel Messu

Résumés

Cet article confronte les résultats obtenus selon deux techniques de recueil de données. D’une part un questionnaire d’enquête (celui utilisé par l’INSEE lors de son enquête « Histoires de vie »), d’autre part des entretiens en face à face réalisés auprès de personnes ayant répondu au questionnaire précédent. La confrontation permet d’obtenir, dans la plupart des cas, un gain heuristique. Il arrive pourtant que ce ne soit pas le cas. Plus que la question de la vérité ou de la validité intrinsèque du discours tenu ou de la réponse apportée, c’est la question du statut du discours recueilli pour une recherche ou de la réponse apportée qu’il faut interroger.

Haut de page

Texte intégral

1Ce texte prend appui sur une étude empirique réalisée en 2003/2004. L’objet de cette étude était de repérer les événements qui, au cours de l’histoire individuelle, peuvent avoir joué un rôle majeur dans la représentation que l’on peut se faire de soi – sachant que des événements traumatisants du type accidents de santé, accidents de la vie divers, comportements discriminatoires subis et liés à l’orientation sexuelle, à l’origine géographique, à l’appartenance ethnique, etc., allaient être regardés comme des facteurs probables, si ce n’est certains, d’altération de la représentation de soi. Bref, cette étude avait pour objectif de fournir un test pour le questionnaire qu’allait utiliser l’INSEE pour son enquête « histoire de vie » 1 et, secondairement, autoriser la production d’un matériau original pour approfondir la réflexion sociologique sur la question identitaire.

2La démarche suivie a consisté à faire passer auprès d’un échantillon de la population de deux zones géographiques le questionnaire INSEE et, pour les personnes qui l’acceptaient, de réaliser quelques semaines plus tard un entretien face à face qui devait couvrir le plus possible les rubriques du questionnaire sans en reprendre ni les questions ni l’ordre d’exposition 2. Aussi, lors de l’exploitation des résultats du matériau recueilli, j’ai pu confronter et les contenus de réponse apportés à l’une et l’autre des procédures d’enquête, et les types de présentation de soi et de représentation identitaire qu’il était possible d’en obtenir. Certes un usage impropre est fait ici d’un tel questionnaire puisque les réponses fournies dans ce cadre ne peuvent prendre véritablement tout leur sens que relativement à toutes les autres réponses fournies à la même question par toutes les autres personnes interrogées. De ce point de vue, les réponses proprement dites n’ont pas de valeur en soi. Cependant, pour impropre que soit cet usage, il n’est pas totalement illégitime puisque nous comparons non les réponses, à strictement parler, mais les histoires de vie qu’elles autorisent à présenter.

3Autrement dit, pour l’exercice, l’ensemble des réponses fournies au questionnaire « histoire de vie » de l’INSEE, comme les échanges verbaux tenus pendant l’entretien, sont regardés comme deux manières de narrer son identité, de dire qui l’on est et comment on est devenu qui l’on est. En somme, deux récits nous sont proposés qui peuvent être comparés et testés au point de vue heuristique. Ce faisant, c’est la capacité à produire une explication sociologique qui se trouve également testée.

La confrontation des réponses fournies à un questionnaire d’enquête et lors d’un entretien

4Si nous cherchons, d’une part, à savoir ce que chaque méthode nous apprend (en l’occurrence il s’agit ici de la somme des informations nouvelles, de leur cohérence, donc de leur capacité à fournir une « histoire de vie ») et, d’autre part, à vérifier la compatibilité avec ce que nous apporte l’autre démarche, force est de constater qu’aucune préséance ne peut être établie en faveur de l’une ou l’autre démarche. L’étude précitée nous a fourni toutes sortes de cas de figure. Nous ne saurions les développer dans cet article, ils sont présentés dans le rapport qui a fait suite à l’étude (Messu, 2004). Ils attestent aussi bien d’une forte complémentarité informationnelle que d’un hiatus pouvant conduire à une interprétation aporétique. Mais le plus souvent, ils font état, en toute logique, que du questionnaire à l’entretien on gagne en sûreté d’interprétation du cas sans toutefois obtenir jamais la certitude de procéder à ce que l’on pourrait appeler l’interprétation optimale. C’est pourquoi nous entendrons par rentabilité heuristique le jugement différentiel que nous pouvons porter sur l’étendue et la profondeur des informations recueillies par l’une ou l’autre des procédures, sachant qu’aucune référence individuelle absolue (la « vraie histoire » de l’individu), ni aucun standard collectif ne pouvaient être convoqués pour les étalonner.

5Pour s’en convaincre, rapportons quelques cas de confrontations pour lesquels se trouve en jeu la question de l’explication, autant dans sa portée (qu’est-ce que l’on explique ? Jusqu’où explique-t-on ?) que dans sa démarche et ses effets (comment procède-t-on à l’explication ? Vers quel type de conviction conduit-elle ? etc.)

Le cas de Patricia

6Si l’on s’en tient aux réponses apportées au questionnaire, Patricia est une femme de 49 ans, en invalidité depuis l’âge de 41 ans. Le début de sa maladie remonte à sa 38e année. Antérieurement, elle était monteuse offset après avoir exercé comme ouvrière dans une autre entreprise entre sa 19e et sa 21e année et comme fleuriste entre sa 17e et sa 19e année. Elle aurait donc connu une progression de carrière professionnelle en termes de qualification notamment. La maladie qui la frappe ne semble pas d’origine professionnelle mais biologique : une sclérose en plaques. C’est à 19 ans qu’elle se marie une première fois et a un premier enfant. Un an plus tard, elle se sépare de ce mari et se remariera à l’âge de 30 ans avec un homme de dix ans son cadet. Elle aura un deuxième enfant cinq ans après cette nouvelle union. Seize ans séparent donc les deux enfants. Les deux naissances sont considérées par elle comme des événements heureux dans un contexte de vie jugé plutôt maussade. Elle a passé toute son enfance avec ses deux parents. À 17 ans, elle quitte définitivement le domicile parental. Elle reste cependant dans la ville de son enfance, y rencontre son premier conjoint et y donne naissance à son premier enfant. À 21 ans, elle quitte cette ville pour celle dans laquelle nous l’avons rencontrée. Elle y exercera son métier de monteuse offset, y épousera son second mari et aura son deuxième enfant.

7Un test projectif était proposé pour terminer le questionnaire. D’une part, le test des lignes orientées. L’allure de la courbe qu’elle retiendra pour symboliser son histoire de vie est celle d’une ligne brisée avec la pointe tournée vers le haut. Elle commente ainsi son choix : « des bons et des mauvais moments, des hauts et des bas. Passage de moments de bonheur à des passages de soucis et des problèmes de santé ». D’autre part, une échelle de liberté donnant la représentation que se font les personnes de leur possibilité de choisir le cours de leur vie. Patricia la situe dans la case 3 de l’échelle proposée, qui en compte 6. Autrement dit, dans la zone inférieure du tiers médian. Il était aussi demandé, au terme d’une série de questions sur la situation familiale de la personne, de choisir différentes représentations statutaires. Deux choix ordonnés étaient possibles. Au moment de la passation du questionnaire, Patricia s’estime être avant tout, en tout cas en premier lieu : « une femme tout simplement ». En second lieu, « la mère de (ses) enfants ».

8Le questionnaire « histoire de vie » trace de Patricia un portrait dans lequel on perçoit le poids de l’origine et de l’environnement familial ainsi que celui d’événements qui vont durablement orienter son parcours de vie. Ainsi, pour s’en tenir à ses réponses, on y apprend que sa mère est toujours en vie, mais son père est décédé il y a un an. Avant ce décès, ses parents vivaient toujours ensemble. Deux frères ou soeurs l’ont entourée dans son enfance et son adolescence. Ses deux parents exerçaient une activité de commerçant, mais comme salariés. Tous deux étaient français de naissance. Le père était originaire de la région, la mère est née à Paris [P1 à P14] 3.

9Au plan des convictions religieuses, elle déclare n’avoir pas de pratique religieuse « mais un sentiment d’appartenance à une religion » [V1]. Pour autant, elle ne se sent proche d’aucun mouvement spirituel ou autre forme de croyance [V2]. Au plan des convictions politiques, elle ne se sent pas proche d’un parti mais, par contre, elle le dit d’un « mouvement ou d’une cause politique » [V4 et V5]. Elle n’a jamais milité, ni dans un parti, un mouvement ou un syndicat, ni ne s’est présentée à une élection politique locale ou nationale. Pas plus ne fait-elle partie d’une « association à but humanitaire ou de défense de l’environnement ou une autre association de défense d’intérêts » [V11]. Elle confirmera ailleurs dans le questionnaire [H15] ne pas faire partie d’une « association de personnes malades/handicapées ».

10Sur le plan de sa personnalité, de sa manière d’être et de se comporter, elle s’estime « assez différente en fonction des situations » [P9]. Ce qui l’amenait sûrement, dans la question précédente qui lui proposait de dresser avec une série d’adjectifs un portrait d’elle-même, à fournir une image pour le moins contrastée si ce n’est franchement contradictoire. Elle se déclarait à la fois, et avec le même degré d’application, « méfiante » et « ouverte », « volontaire » et « anxieuse », ou, avec des degrés opposés, « imaginative » mais pas du tout « spontanée » [P8]. L’image qu’elle donne d’elle-même aux autres, son apparence physique et vestimentaire, paraissent lui importer grandement. Alors qu’elle déclare être « consciente d’avoir un physique ingrat » [P1], elle juge important qu’en toutes circonstances il lui faille soigner son image, sa façon de s’habiller, de se coiffer [P2]. Elle déclare même que sa façon de s’habiller, de se coiffer lui confère un style, un look particulier, distinct [P4]. Et lorsqu’il lui est demandé de définir ce look ou ce style, elle l’énonce avec un adjectif : « farfelu » [P5].

11Quant à son handicap, il exige que des personnes l’aident à accomplir certaines tâches de la vie quotidienne [H3]. L’aide qu’elle reçoit, à l’occasion seulement, est prodiguée aussi bien pour l’accomplissement des soins personnels (toilette, habillage, repas) que pour se déplacer dans le logement ou hors du logement, et, a fortiori, pour effectuer des tâches ménagères (ménage, lessive, repassage, faire les courses, préparer les repas…) [questions H4, H5, H6, H8]. Par contre, aucune aide ne lui est nécessaire pour gérer son budget, faire ses papiers ou effectuer des démarches administratives [H7]. Mais, en raison de ces difficultés physiques, elle est amenée à avoir recours à un appareillage [H9], en l’occurrence, « une canne » [H10].

12Sa maladie lui a ouvert une « reconnaissance pour invalidité » [H11], sans que l’on sache d’ailleurs la nature de cette reconnaissance (AAH 4, rente, capital…). L’expérience de cette maladie a entraîné des conséquences négatives sur sa vie professionnelle (sûrement la cessation de ses activités professionnelles) et sur sa vie familiale et affective (mais là on ne connaîtra pas lesquelles [H12]). Par contre, s’agissant de sa façon de voir les choses, de sa personnalité, comme de ses relations avec les autres, ces conséquences sont jugées « à la fois » positives et négatives [H12].

13Du coup, la partie du questionnaire portant sur les « relations avec les autres » [D1 à D18] prend une importance particulière puisqu’elle est susceptible d’éclairer certaines autres réponses. Avec la question [D1], elle confirme que son état de santé ou son handicap ont été à l’origine de « moqueries, de mise à l’écart, de traitement injuste ou d’un refus de droit ». Son aspect physique, poids et taille, a entraîné les mêmes conséquences. D’ailleurs, si elle estime que sa taille est « comme il faut » [S2], en revanche son poids est jugé excessif [S4]. Là réside, peut-être, ses relations difficultueuses avec les autres [D1]. En tout cas la question [D4] qui détaille les réponses fournies en [D1], nous apprend que ce sont des « moqueries », répétées, qui se trouvent en cause dans ce cas. Par contre lorsqu’il est question « de (son) état de santé ou de (son) handicap », c’est de « mise à l’écart », là encore répétée, dont il s’agit. Ces comportements discriminatoires ont eu lieu en public : « rue, lieu public, transport en commun » [D9]. Ils ne lui ont pas été « toujours » adressés puisque c’est à l’âge de 45 ans qu’elle les a subis, en tout cas pour la première fois [D10]. Est-ce après que sa maladie soit devenue invalidante ou que sa surcharge de poids soit devenue manifeste ? On peut le penser. Quoi qu’il en soit, et bien que de tels comportements n’aient pas été considérés par elle comme « illégaux » [D11] et qu’elle-même ait réagi « avec calme » [D12], une autre personne, en l’occurrence sa propre fille [D14] alors âgée d’une dizaine d’années, a eu à réagir « avec (elle) ou à (sa) place » [D13].

14Et, si « aucune suite » judiciaire n’a été donnée à ces événements [D15], les conséquences personnelles n’en ont pas moins été effectives. Cela lui a « fait de la peine », voire l’a « blessée », surtout que c’était son état de santé qui était en cause [D5]. Cela aurait même eu des « conséquences » sur sa vie [D6], mais on ne sait pas lesquelles, si ce n’est, probablement, celle indiquée en [D16], à savoir « se replier sur soi-même ». Plusieurs réponses étaient possibles, mais ce sera la seule fournie.

15Cela dit, des gestes favorables, venant de personnes qui ne possèdent pas les mêmes caractéristiques de poids ou de handicap, ont pu lui être adressés en certaines circonstances [D17]. Ce qui l’amène d’ailleurs, quand on « met tout dans la balance », à considérer que ce sont les « comportements favorables » qui l’emportent [D18]. On comprend mieux, finalement, pourquoi elle situe la maîtrise qu’elle peut avoir de sa vie dans une position médiane [Z4] et représente le cours de son existence par une ligne brisée horizontale à la pointe ascendante [Z5].

16Voilà pour le questionnaire. Que nous apprend de plus l’entretien ? En quelques phrases Patricia résume son enfance et la rupture résidentielle qui l’a marquée.

« Je suis née à Autun. En Saône-et-loire. J'y ai vécu jusqu'à neuf-dix ans. C'était une enfance rêvée, j'y étais bien, heureuse. C'est une petite ville. Donc je suis allée en école privée. J'avais mes petites camarades. Je faisais de la danse classique. J'étais bien, et puis mes parents ont pris un commerce dans le Morvan, dans un patelin complètement paumé, O…, près de M…. À partir de là, ça n'a plus été du tout. J'ai tout perdu. Je ne comprenais pas pourquoi, et puis j'étais grande de taille et on m'appelait la duchesse parce que je venais soi-disant de la ville, alors qu'Autun n'est quand même pas une grosse ville. Je ne me suis pas du tout intégrée. J'ai été prise en grippe, et depuis je déteste le Morvan. »

17Lorsque l’entretien aborde la composition de sa famille d’origine le « j’ai tout perdu » et le « j’ai été prise en grippe » s’éclairent autrement. Ce n’était pas qu’une affaire de pensionnat.

« J'avais un demi frère du côté de papa, mais que je n'ai quasiment pas connu parce qu'il travaillait. Et puis nous sommes arrivés à O… et j'ai eu une petite sœur née en soixante-quatre. À partir de là c'était l'enfer, maman m'a prise en grippe. »

18La suite de l’entretien lui permet de préciser ce qu’était cet « enfer » :

« J'ai été frappée, maltraitée… et compagnie (sic). Et à dix-sept ans je suis partie de chez moi. C'était où je travaillais chez moi, et l'on me prenait tout mon salaire. Alors je m'en vais et je me débrouille seule. J'ai choisi cette solution. »

19Le demi-frère, de neuf ans plus âgé qu’elle, n’était pas mieux accepté par sa mère. Elle n’a jamais su quelle avait été son histoire, ni non plus celle de son père.

« Cela fait partie des secrets de famille. Je ne sais même pas exactement l'histoire de papa. Maintenant il est décédé, et je n'ai jamais osé lui en parler. Apparemment, il s'est marié une première fois et sa femme est décédée. Alors, de quoi ? comment ? je ne peux pas vous dire. Ma mère a toujours parlé de cette femme en termes très méchants. »

20C’est avec sa petite sœur qu’elle va tisser des liens affectifs :

« À treize ans, je devais laver la boutique en rentrant de l'école. C'est moi qui ai appris à marcher à ma petite sœur. On a créé un lien fusionnel toutes les deux. J'adore ma petite sœur et elle me le rend bien. »

21À la question de l’enquêteur de savoir si elle en a voulu à sa mère, elle n’hésite pas et reprend l’accusation précédente : « - Oh oui ! Elle a fait des choses horribles. Elle était horrible avec moi. »

22Le dénigrement maternel est puissant et systématique. Il portera notamment sur son aspect physique et la condamne à ne pouvoir rien faire de bon. Il durera jusqu’à son départ du domicile parental. Mais les effets en termes de construction de la personnalité lui paraissent indéniables. Elle l’exprime ainsi :

« Je pense que cela a construit quelque chose que je ne devrais pas être, en fait. C'est-à-dire que l'on m'a tellement répété que j'étais moche, grosse, que je n'avais rien pour moi, que je ne réussirais jamais. On me l'a tellement seriné que j'étais persuadée que de toute façon personne ne voudrait de moi, que je n'étais pas ceci, pas cela. »

23Et d’ajouter quelques instants plus tard :

« Vous savez, avec le recul, et en regardant les photos, en fin de compte, je n'étais pas moche du tout. Ma fille me ressemble beaucoup, et je vois comme elle est belle maintenant. »

24Et, avant de conclure sur ses rapports difficiles avec sa mère, elle confiera qu’aujourd’hui cette dernière, d’après elle, cherche à se faire plus maternelle et plus aimante :

« Maintenant c'est : ma chérie, comment vas-tu ? […] Elle me fait croire qu'en fin de compte, nous sommes ses filles, qu'elle nous aime. Alors qu'en fait, elle n'aime personne. »

25Un élément de compréhension sera donné, bien plus tard au cours de l’entretien :

« Maman, c'était une enfant de la DDASS. Elle a été élevée à la campagne. Donc évidemment, le petit doigt en l'air, cela ne devait pas se pratiquer à O… en Morvan. »

26On le voit, l’entretien vient apporter sur plusieurs points d’opinion abordés par le questionnaire la chair que les réponses proposées par celui-ci ne pouvaient fournir. Il en va ainsi, notamment, des toutes dernières questions proposant des projections graphiques de l’histoire de vie de la personne et demandant un commentaire pour expliquer le choix. Le choix de Patricia, on s’en souvient, est la ligne brisée horizontale avec une flèche ascendante et son commentaire énonce « les hauts et les bas ». Nous serions enclin d’ajouter que de tels « hauts et bas » caractérisent toute existence humaine. Au mieux pourrait-on déceler une tendance optimiste dans l’orientation de la flèche, mais au-delà le commentaire, singulier, n’est guère heuristique, il verse dans le lieu commun.  Il faut bien avoir à l’esprit les détails de l’histoire singulière de Patricia pour donner un autre sens, celui justement d’une histoire singulière qui aurait pu prendre une tout autre tournure. Du coup, c’est bien la singularité de cette histoire qui donne sens au choix et transforme la formule banale en un concentré verbal d’une expérience vécue.

27Indéniablement donc, l’entretien apporte la densité du vécu individuel que ne peut saisir le questionnaire. Non, bien sûr, par insuffisance de construction, mais par principe de conception. C’est que le questionnaire, on l’a dit, n’a pas vocation à être « exploité » individuellement. Autrement dit la confrontation du questionnaire et de l’entretien n’incite pas à attendre qu’ils se correspondent point à point.

28On peut donc tenir l’entretien pour une procédure offrant une plus grande rentabilité heuristique que le questionnaire quand c’est la singularité de l’histoire de vie qui est recherchée. Toutefois, avec le questionnaire, l’absence d’approfondissement de certaines réponses peut même conduire à des représentations foncièrement erronées de l’histoire de vie considérée. Un exemple nous a été donné dans le cas de Patricia. Le questionnaire enregistre le lieu de naissance et la nationalité des parents. Pour Patricia son père est né à Autun, donc dans la région, sa mère à Paris, hors région et qui plus est dans la capitale. L’idée d’une opposition possible entre les parents fondée sur l’opposition province-capitale vient donc immédiatement à l’esprit avec ce que la localisation parisienne de la mère connote de préjugés quant à la plus grande ouverture d’esprit, la plus grande tolérance sur le plan des mœurs, la plus grande culture, etc. Or, on l’a vu, il n’en est rien. Tout au contraire, Patricia caractérise sa mère comme un pur produit des mentalités les plus arriérées des campagnes les plus reculées. N’a-t-elle pas été placée par la DDASS dans une famille d’accueil du Morvan profond ? Dans laquelle elle aurait acquis ces comportements peu amènes qu’elle prodiguera plus tard à ses enfants dont Patricia, sa fille aînée. Il faut donc bien, si l’on veut éviter la méprise d’une interprétation abusive de l’information fournie par le questionnaire, avoir recours à une procédure d’approfondissement comme celle qu’autorise l’entretien.

29Inversement, l’entretien n’accordera que peu de place aux comportements discriminatoires qu’une personne dans sa situation était susceptible de subir. L’« absence » du volet discriminatoire est à comprendre dans l’économie générale de l’entretien lui-même. Celui-ci va laisser une grande place à l’histoire des rapports de Patricia avec sa mère. Cette place, c’est Patricia elle-même qui la lui accorde. Certes l’enquêteur explore cette dimension lorsqu’elle apparaît dans le cours de l’entretien, et elle apparaît très tôt dans cet entretien. Le « maman m’a prise en grippe » figure à la ligne 65 d’une transcription qui en comporte 1318. Toutes les autres occurrences seront à l’instigation de Patricia et lorsqu’il arrive à l’enquêteur d’y faire allusion, il n’est pas toujours suivi par Patricia qui, elle, a tendance à poursuivre « son idée ». Autrement dit, si l’on prend au sérieux ce que dit Patricia des rapports qu’elle a entretenus avec sa mère, la source première des moqueries, des vexations, des affronts, des mises à l’écart et des actes de malveillance se trouve du côté de sa propre mère. On peut comprendre dans ces conditions que les circonstances postérieures au cours desquelles elle aura à subir des moqueries (sur sa corpulence), et des mises à l’écart (du fait de son état de santé), ne constituent pas pour elle des faits inauguraux de discrimination et se trouvent en quelque sorte intégrés dans une histoire personnelle faite, depuis l’enfance, de discriminations – même si cela ne prend pas ce nom pour elle ‑. Une sorte d’habitus discriminatoire qui réclame que le trop plein d’évidence des pratiques discriminatoires à son endroit soit effectivement dépassé par un questionnement au cas par cas. Condition sine qua non pour que chacune d’entre elles puisse être reconnue et énoncée.

30Maintenant, on peut aussi dire que si l’absence de mention, dans l’entretien, des actes publics de moquerie et de mise à l’écart de Patricia a pu s’apprécier au regard du fonds d’histoire personnelle qu’elle a aussi livré. Encore fallait-il avoir eu connaissance desdits actes publics. Ce que l’entretien à lui seul ne nous donnait pas mais que l’usage singulier que nous avons fait ici du questionnaire nous a apporté. Ce qui, du coup, donne un intérêt particulier à la confrontation à laquelle nous venons de nous livrer.

31Qu’a donc donné finalement cette confrontation ? À l’évidence, c’est bien de la même personne et de la même histoire dont il s’agit dans les deux cas. Les événements, les lieux, les principales personnes qui scandent ou interviennent dans la biographie de Patricia sont strictement les mêmes. De ce point de vue, localisation et temporalisation sont d’une remarquable concordance. Mieux même, à quelques exceptions près dont certaines sont loin d’être anodines 5, les données recueillies au cours de l’entretien permettraient de renseigner presque complètement le questionnaire d’enquête « histoire de vie », dans sa partie factuelle bien entendu. Presque complètement car tout le volet traitant des « relations avec les autres », sous l’angle des pratiques discriminatoires, n’aurait pu l’être comme il l’a été lors de la passation du questionnaire.

32Nous ne saurions donc proclamer péremptoirement une supériorité de facto de l’entretien sur le questionnaire, a fortiori du questionnaire sur l’entretien. Même si l’entretien permet de renseigner le plus grand nombre de rubriques factuelles du questionnaire, il n’est pas suffisant pour se prononcer « à la place » de la personne interviewée dans les rubriques d’opinion et les tests projectifs. Il ne saurait donc être substitué au questionnaire. Réciproquement le questionnaire ne saurait remplacer l’entretien car il est loin de fournir toute la finesse des réponses qu’apporte ce dernier. En somme, c’est au regard du niveau d’explication souhaité que le choix de la procédure d’investigation de l’objet pourra être arrêté. Souhaite-t-on mettre l’accent sur les singularités que recèle l’objet ? L’entretien paraîtra plus indiqué. Souhaite-t-on au contraire retrouver ce qui constitue les lignes de force ou de structuration de l’objet ? Le questionnaire y pourvoira sans difficulté. Notons tout de même que le problème ne se pose en ces termes que parce qu’il existe une forte congruence entre les deux modes d’investigation de cet objet particulier. Or, celle-ci est loin d’être de mise.

D’autres cas, où les choses se passent tout autrement

Le cas de Serge (54 ans, marié, également en invalidité)

33Cette fois, il s’agit d’un homme atteint depuis trois ans d’une hémiplégie du côté gauche. Il a bénéficié d’une « reconnaissance pour invalidité » [H11] dont, à nouveau, on ne connaît pas la nature. Jusqu’à cet accident de santé Serge exerçait une activité professionnelle, celle de « responsable d’un service entretien + formations annexes » selon les indications portées sur la Grille biographique du questionnaire complétée par l’enquêteur du Crédoc. Il s’agissait d’un emploi salarié qui relevait du secteur privé, toujours selon la Grille biographique. Serge est né à Beaune, a vécu à Beaune et vit toujours à Beaune. Il y a été scolarisé jusqu’à l’âge de 14 ans, a fait un apprentissage d’ajusteur et a ensuite exercé le métier qu’il avait encore au moment de son accident de santé. Serge fait donc état d’un parcours biographique sans grandes discontinuités, excepté le décès de sa mère et un divorce avec la perte de sa fille, alors qu’il n’a que trente ans, sans oublier, à l’âge de 52 ans, l’accident de santé.

34Reprenons plus en détail les grandes lignes directrices de cette Grille biographique. Serge a vécu chez ses parents jusqu’à l’âge de 22 ans [B11]. Il a trois frères ou sœurs [B9]. Son père exerçait le métier de « jardinier » [P2] dans une entreprise privée [P3]. Sa mère était femme au foyer [P4]. Tous deux étaient de nationalité française par naissance et étaient nés dans le département de la Côte d’Or, pour la mère, le Jura, pour le père.

35Serge quitte le domicile de ses parents, semble-t-il, pour se marier. En tout cas, c’est à 22 ans qu’il contracte son premier mariage [B13]. L’année suivante naît un enfant, c’est une fille. Ce sera son seul enfant [B14]. Trois ans plus tard, Serge divorce. Sa femme, semble-t-il, reçoit la garde de l’enfant, car il ne le reverra plus [d’après la note manuscrite consignée par l’enquêteur du Crédoc sur le Tableau de composition du ménage]. Ce qui est certain est qu’il déclare que cet enfant ne vit pas avec lui [B15] et qu’il réside à Paris [B15]. Serge se remariera ou du moins commencera à vivre avec la personne qu’il épousera en seconde noce, 24 ans après cette séparation. De cette union ne naîtra donc aucun enfant. Serge déclare encore avoir des « petits-enfants » [F1]. Aujourd’hui, Serge se présente d’abord comme « le fils de (ses) parents » [F3a] et, secondairement, comme « le mari de (son) épouse » [F3b].

36Sur le plan de la santé Serge se perçoit comme « une personne handicapée » [S5]. Il répond d’ailleurs positivement au trois questions suivantes :
- « Avez-vous eu dans le passé, une maladie, un accident, des malformations dont vous gardez encore des traces aujourd’hui ? » [S6]
- « Avez-vous aujourd’hui un traitement régulier ou un suivi régulier pour raisons médicales ? » [S7]
- « Êtes-vous limité(e) dans le genre ou la quantité d’activités que vous pouvez faire (à la maison, au travail, à l’école ou dans les autres occupations de votre âge : déplacements, jeux, sports, loisirs…) ? » [S8]

37En conséquence, Serge doit recevoir l’aide de personnes – dont on ne connaîtra pas le lien de parenté avec lui ‑ pour accomplir certaines tâches de la vie quotidienne [H3]. Mais cette aide n’a jamais cours pour les « soins personnels (toilette, habillage, repas) » [H4], pour se « déplacer dans le logement » [H5], pour « sortir de (son) logement » [H6], pour « gérer (son) budget, s’occuper de (ses) papiers, des démarches administratives » [H7]. Par contre elle porte « parfois » sur « les tâches ménagères (ménage, lessive, repassage, préparer les repas, faire les courses, etc.) » [H8]. Mais pour autant il ne lui est pas nécessaire d’utiliser régulièrement « une aide technique, une prothèse ou un appareillage » [H9]. Quant aux effets de la maladie ils se sont fait sentir « négativement » sur sa « vie professionnelle » ; « positivement » sur sa « façon de voir les choses » ou sa « personnalité » ; « positivement et négativement » sur sa « vie familiale » [H12]. Il ne répondra pas concernant les effets sur sa « vie affective » et ses « relations avec les autres » [H12]. Toutefois, il déclare rencontrer régulièrement d’autres personnes malades en dehors de l’hôpital et des lieux de soins [H13], mais pour autant il ne fait pas partie d’une « association de personnes malades/handicapées » [H15]. Ce qui ne l’empêche pas de penser que ceux qui comme lui « sont malades/handicapés » forment « un groupe, une sorte de communauté » [H18]. Pour sa part, il n’a pas le sentiment d’en faire partie [H19], mais souhaiterait cependant en faire partie [H20].

38Bien que malade et handicapé, Serge déclare n’avoir jamais été l’objet de moqueries, de mise à l’écart, de traitement injuste ou de refus de droit [D1]. Enfin, concernant la manière dont il se situe sur l’échelle de liberté de « choisir le cours de sa vie », comme dans le cas précédent, c’est la case 3, médiane inférieure, qu’il va retenir [Z4]. C’est également la même courbe qui est adoptée mais avec ce commentaire très personnalisé : « Une vie un peu décousue qui ne ressemble pas à une droite, avec des petits accrocs. » [Z6].

39Mais écoutons l’entretien maintenant. La note d’ambiance d’abord :

Serge est paralysé du côté gauche. L’entretien est assez court car Serge a été submergé par ses émotions. Il n’est pas encore stabilisé. Nous avons fait une pause mais cela n’a pas suffi. Nous avons un peu parlé après l’arrêt de l’enregistrement mais seulement sur le registre de sa souffrance et de son envie de la partager. Aborder son handicap est très douloureux, et ses silences se remarquent par le fait que je suis amené à poser deux questions l’une derrière l’autre. De ce fait, nous n’avons pas pu aborder tous les thèmes que j’aurais souhaité.

40Serge commence l’entretien en signalant qu’une de ses cousines entend réunir toute la famille pour faire l’arbre généalogique du côté paternel : « Le but, c’est de faire une réunion tous ensemble. Je pense qu’on va faire l’arbre directement, pour voir d’où l’on vient et où l’on va. (…) On est toujours resté en contact. Dans notre esprit, la famille compte beaucoup. Déjà pour moi… »

41Bref, comme il l’énoncera encore, « On a toujours été très famille ». Puis il commence à faire le récit de son histoire :

« Je suis né à Beaune, dans le parc où j’habite, là-derrière. Mon père était jardinier de l’entreprise de bijouterie. Il s’occupait de tout le potager des établissements. Nous avions un appartement dans la maison, et je suis né là. […]
Mon père est originaire du Jura et il a rencontré ma mère en Bresse, d’où elle est originaire. J’ai un frère et deux sœurs, et nous sommes tous nés là, dans la propriété. […]
Et puis à quatorze ans, je suis entré comme apprenti ajusteur dans l’entreprise. C’était un choix de ma part, cela me plaisait bien. Je n’ai jamais été forcé à quoi que ce soit. Après j’ai passé un CAP, j’en ai passé plusieurs, j’avais la possibilité de prendre des cours du soir. J’ai eu quatre CAP : ajusteur, tourneur, fraiseur, mécanicien d’usinage. Puis j’ai continué. J’ai passé un brevet d’étude professionnelle. Pareil, mécanicien d’usinage, brevet de tourneur, de fraiseur. J’ai effectué des stages, électricité, pneumatisme. Et agent de maîtrise. J’ai donc terminé agent de maîtrise en maintenance, j’étais responsable du service maintenance de toute l’entreprise. Et cela me plaisait bien […]
Disons qu’au départ j’ai été un peu guidé, j’avais un oncle dans l’entreprise. Il m’a formé. Donc j’étais quand même en connaissance. […] Ils m’ont guidé un peu et comme cela m’a plu, j’ai continué. Et j’ai finalement fini comme responsable d’ateliers, c’était bien. »

42Très vite Serge fait part de son désir de ne pas quitter sa ville natale et son environnement familial et amical.

« C’est bien. C’est pourquoi j’ai du mal à quitter Beaune. Comme je suis marié, ma femme est de Dijon, je n’ai pas envie de quitter Beaune. Mes origines, ma vie est à Beaune. Ma sœur, mon frère, je n’ai pas envie de bouger.
Nous avons toujours été un groupe au sein de l’entreprise, un groupe de jeunes, enfin de gens de mon âge. J’ai fait ma jeunesse avec eux. Quand on sortait, c’était tout le temps ensemble. »

43Serge se présente donc comme très entouré et très sociable. Il le confirme d’ailleurs explicitement, ce qui permet à l’interviewer d’orienter l’entretien sur sa personnalité.

« […] je suis tout à fait sociable, prêt à partager tout ce que je peux. De ce côté là, on peut compter sur moi. J’ai beaucoup aidé. J’étais toujours prêt à donner un petit coup de main, pour des amis qui ont construit une maison ou du papier-peint, enfin prêt à les aider. J’ai toujours bien aimé cela.
- Comment pensez-vous que, eux, vous voient ?
- Dans ce sens, je pense qu’ils m’aiment bien. En plus, maintenant qu’il m’est arrivé cela, je suis bien content de les avoir. »

44« Maintenant qu’il m’est arrivé cela », c’est ainsi que Serge nous fait part de l’accident cérébral qui va entraîner pour lui une hémiplégie gauche.

« Un accident cérébral, arrivé comme cela : je devais être opéré du talon d’Achille, opération qui a été réalisée. Car, soit je la faisais, soit un jour ou l’autre mon tendon lâchait. […] J’avais mal en plus. Ils m’ont dit qu’il y avait une opération à faire. À vous de décider. Et moi, j’ai décidé de la faire, parce que comme j’étais sportif, j’aime beaucoup le sport, je l’ai faite. Alors je me suis fait opérer, il y a trois ans. Tout était bien, c’était le vingt-sept février deux mille. Je suis rentré chez moi. Une huitaine de jour après, dans la nuit, j’ai eu mal à la tête. Ma femme a fait venir le toubib, et quand il m’a vu, il a tout de suite fait venir le SAMU, et ils m’ont emmené à l’hôpital à Beaune. Là-bas, je ne savais pas ce que j’avais. […] Il m’a fait aller à l’hôpital. Il ne m’a pas dit exactement. Et quand je me suis retrouvé à l’hôpital, j’ai bien vu que je ne pouvais pas bouger la jambe ni le bras. Après ils m’ont envoyé à Dijon, en neurologie, et de Dijon, ils m’ont envoyé à DIVIO, un centre de rééducation fonctionnelle. Où je suis resté presque un an. Et j’ai essayé de remarcher un petit peu mais cela ne fonctionne pas. Et depuis, je fais de la kiné, je marche un petit peu mais ce n’est pas encore tout à fait cela. »

45Les conséquences, Serge les indique tout de suite :

« Plus de sport, plus rien. Et dans la vie courante, c’est moins facile, il faut qu’il y ait tout le temps quelqu’un avec moi. J’ai du mal à m’habiller, du mal pour tout. Mettez-vous un bras dans le dos, vous allez voir ce que vous allez pouvoir faire. »

46Mais aussi, il établit une relation de causalité entre son accident cérébral et son opération du tendon d’Achille :

« Et là, j’en ai voulu à la médecine. […] Mon avis, c’est l’anesthésie générale qui m’a débloqué un caillot qui m’est monté au cerveau. […] J’en veux au chirurgien qui m’a opéré, et à l’anesthésiste. Mais bon, c’est la fatalité. […] On m’a dit que j’avais la carotide qui a fui. Et un caillot est monté au cerveau. »

47Et d’ajouter dans la foulée :

« Vous savez, j’ai fait un infarctus il y a quelques années. Le cardiologue m’a dit qu’il restait un petit caillot dans le cœur. Il m’a dit que c’est cela qui a remonté au cerveau. »

48Un peu plus tard, au cours de l’entretien, il donnera le détail du déroulement de cet accident cardiaque.

« J’étais parti huit jours en vacances dans le midi, parce que je voulais faire un petit break. J’étais au Cap d’Agde, le matin du huitième jour, je fais mes bagages, je monte dans la voiture et je sens une petite douleur au cœur, mais sans plus. Je suis allé déjeuner sur le port du Cap d’Agde, et plus je déjeunais, plus j’avais mal. Là, j’ai pensé que quelque chose n’allait pas. Je suis remonté en voiture, et au Cap d’Agde, nous avons des cousins. Je suis donc parti les voir. J’arrive, chez eux, il paraît que j’étais tout blanc, on s’est demandé ce que j’avais. La femme de mon cousin demande à son mari de vite téléphoner à l’hôpital. Elle a tout de suite deviné que j’avais quelque chose au cœur. […] Elle ne m’a pas affolé. Elle m’a demandé de m’asseoir et m’a tendu un verre d’eau. Son mari a préparé la voiture et nous sommes partis sur Sète. À l’hôpital je me rappelle mal, j’avais tellement mal, mais je ne suis pas tombé dans les pommes. J’ai toujours été conscient. Ils se sont occupés de moi, je suis resté une huitaine de jours à l’hôpital de Sète, et l’on m’a raccompagné en véhicule sanitaire, grâce à mon assurance voiture, il n’y a pas eu de problèmes, ils m’ont rapatrié la voiture. Et je suis rentré à Beaune. C’était un mauvais passage, quoi. Sans plus, cela ne m’a pas traumatisé pour autant. »

49Mais, entre temps, Serge devait aussi révéler qu’il était, depuis l’âge de trente ans, diabétique.

« Je suis diabétique en plus. Donc j’étais déjà confronté aux piqûres, et tout. Cela m’avait déjà un peu traumatisé. […] Je devais faire deux piqûres par jour, avec un contrôle de glycémie. »

50Toutefois, ajoutera-t-il :

« […] après une année ou deux, je me suis dit que cela allait bien. Je me sentais bien. Je me faisais suivre par les médecins, tout allait bien. »

51On notera ici combien les formules : « c’est bien », « tout allait bien », « je trouve que c’est bien », etc., reviennent régulièrement dans la bouche de Serge pour ponctuer l’issue non dramatique de l’accident qu’il vient de connaître dans son existence. Parlant des conséquences de ses accidents de santé sur son mode de vie, conclura-t-il ainsi son propos :

« Je surveille ce que je mange, plus les piqûres, tout cela. Et je vais régulièrement chez le médecin, le cardiologue, le diabétologue, le généraliste et l’ophtalmologue. C’est suivi. Avec ma femme, il n’y a aucun problème, elle est là pour me guider. Et heureusement que je l’ai, d’ailleurs. Elle m’a été d’un grand secours. Voilà. Je trouve que c’est bien. »

52Mais lorsque l’enquêteur, dans les échanges suivants, évoque son confinement au domicile, Serge fait alors état de ses difficultés à l’assumer et se met à pleurer. L’entretien est interrompu.

« - Aujourd’hui, vous êtes beaucoup à la maison et par rapport à avant…
- C’est très difficile à vivre.
- Quelles ont été les conséquences sur vous ?
- Je prends des antidépresseurs…. Je voyais la vie en noir…
- Cela a changé votre vision des choses ?
- …
- Il y a eu des moments plus durs que d’autres ?
- …oui. »

53L’entretien reprendra quelques minutes plus tard sur le thème de ses convictions et croyances. S’agissant de ses convictions religieuses, Serge donne à ses problèmes de santé le sens d’épreuves qui l’amène à douter ou pour le moins à remettre en question sa pratique religieuse d’antan.

« Disons que j’y portais beaucoup d’importance avant, et maintenant moins, dans le sens où je me suis dit que le Bon Dieu m’a laissé tombé. […] Mais ce n’est pas pour autant que je n’irai pas à la messe. J’ai quand même un peu de religion en moi. […] Je suis allé à la messe. La première fois que je me suis marié, c’était avec quelqu’un de très catholique. Donc j’allais à la messe tous les dimanches, avec ma femme. »

54Mais un autre événement l’amène à s’interroger sur sa croyance et sa pratique religieuse, le divorce d’avec sa première épouse.

« D’ailleurs, pour le divorce en soi, cela a été assez difficile, car ils [les parents de sa première épouse] ne supportent pas le divorce, en fait. Mais ma famille, elle, ne m’a jamais abandonné. Et quelque part, cela m’a fait prendre du recul par rapport à la religion. Je me suis dit, tiens, il y a un petit problème. J’ai senti que le Bon Dieu m’abandonnait un petit peu. De temps en temps, je fais encore des prières, mais bon. À l’église, j’y vais encore, mais de temps en temps. »

55Renoncer à toute référence religieuse, catholique en l’occurrence, cela reviendrait, pour Serge, à trahir ce qu’il est et ce qu’il a reçu en héritage spirituel de la part de sa famille d’origine.

« - Quelque part, ce serait tourner le dos à tout ce que l’on m’a appris durant ma jeunesse, et vis-à-vis de ma famille aussi.
- C’est aussi un héritage de votre famille ?
- Oui, un petit peu, oui. Un héritage moral, mes parents m’ont toujours envoyé au catéchisme, j’ai fait ma communion, cela a été quelque chose de bien dans ma vie. »

56Cet héritage religieux, il continue à le pratiquer dans ses rapports avec les autres, même si ses ambitions ne se trouvent pas réalisées.

« - C’est-à-dire que vous mettez en œuvre les principes religieux, de partage, de… ?
- Voilà ! De partage, de ne pas abandonner les gens, de les soutenir à la limite. Pour moi cela a été quelque chose d’important. Et maintenant, de mon handicap, justement, j’aimerais aider davantage les gens. Si je pouvais.
- C’est-à-dire vous inscrire dans une association ?
- Voilà !
- Vous faites déjà partie d’une association ?
- Non. Je ne peux rien faire. Mais si je pouvais, je le ferais. »

57Quant au regard que les autres peuvent porter sur lui, Serge ne formule aucune réserve.

« - Comment percevez-vous le regard des autres qui parfois est cruel ?
- Ce n’est pas toujours évident. Pour l’instant je le perçois bien. Dans le sens où on vient me voir, on prend de mes nouvelles, cela je le perçois bien. Si l’on m’avait laissé tombé, peut-être aurais-je réagi différemment. Mais on ne m’a jamais laissé tombé, donc cela va. Pour moi, c’est bien. »

58Même aujourd’hui où, il le redit, il connaît une forme d’inquiétude, il partage toujours le même sentiment.

« […] des moments plus difficiles que d’autres. Mais j’arrivais toujours à remonter la pente. Il n’y a que maintenant où j’ai perdu un petit peu. […] Mais enfin ça va, je suis bien entouré. C’est pour cela que je ne voudrais pas quitter Beaune. Parce que je connais tout le monde, je sais qu’ils sont là pour moi. »

59En somme, et il l’exprimera lui-même : « Au fond de moi, je suis toujours le même. Je n’ai pas perdu les sentiments pour tout le monde. »

60La suite de l’entretien lui permet de relater les conditions dans lesquelles il a rencontré sa deuxième femme et surtout de souligner l’accord qui d’emblée a pu s’établir entre eux :

« Je pense qu’elle a tout de suite compris ce que je valais. On avait les mêmes valeurs. On attachait de l’importance pour les mêmes choses. On avait les mêmes idées. »

61De sa femme, on passera au groupe d’amis avec lesquels il fête, chaque année, le quatorze juillet. Alors pour le bicentenaire de la Révolution : « On a fait le bicentenaire de la révolution, on était tous ensemble. On s’était tous déguisés en bleu-blanc-rouge, on avait fabriqué une guillotine en bois, c’était une fête sensationnelle. ». Et puis Serge revient à nouveau sur les changements entraînés par la maladie dans sa vie quotidienne.

« Je ne peux plus faire le sport qui me plaisait, donc je me suis mis à lire, j’ai acheté un ordinateur, mais bon, cela ne remplace quand même pas ce que je faisais avant. […] Mais il faut bien compenser. Mon toubib m’a dit, il faut marcher un petit peu, il faut toujours avoir une activité pour ne pas rester dans son coin. Toujours bouger les membres, plus je bougerai, plus cela reviendra vite. Mais des fois, je perds espoir. »

62Et, avant de conclure l’entretien car l’émotion de nouveau l’étreint, il précise : « Je suis aux aguets de la moindre petite réaction. »

63Que donne, ici, la confrontation des deux méthodes ? La congruence rencontrée dans l’autre cas n’est plus de mise. L’entretien, cette fois, apporte un tout autre éclairage sur ce qui avait été suggéré par les réponses au questionnaire. Deux points de déséquilibre majeurs vont se faire jour. D’une part, le questionnaire n’a pas su enregistrer les deux autres maladies invalidantes que connaît Serge. D’autre part, l’entretien reste muet, si l’on peut dire, quant à l’existence d’une fille explicitement mentionnée dans le questionnaire. D’autant que, on le sait avec le questionnaire, Serge a connaissance de son statut de grand-père.

64Dans le questionnaire en effet, Serge mentionne qu’il a contracté un premier mariage à 22 ans [B13], que l’année suivante était né un enfant, une fille, et qu’elle était son seul enfant [B14]. Il déclare aussi que cet enfant ne vit pas avec lui [B15]. Plus loin Serge devait encore déclarer avoir des « petits-enfants » [F1]. À quoi attribuer ces « défaillances » ? Ce n’est pourtant ni dans la construction du questionnaire ni dans la manière de conduire l’entretien qu’il y a eu « défaillance », des défaillances « techniques » qui pourraient rendre compte de ces absences. Le questionnaire prévoyait explicitement un deuxième trouble susceptible d’altérer les conditions d’existence de la personne rencontrée. L’entretien a abordé la première union de Serge et le divorce qui l’a suivie. Il semble bien que, dans ce cas-ci, l’on touche du doigt la part d’irréductible indétermination de toute méthode visant au transfert de connaissances, de ce qui est connu de l’un et ignoré de l’autre.

65En même temps, ici, l’entretien se révèle être en capacité de fournir les éléments complémentaires, de « détail » pourrait-on dire, mais nécessaires à une compréhension fine des déclarations faites par la personne interrogée. L’entretien fournit une manière de restituer plus fidèlement ce qui forme si ce n’est le contenu informatif, absolu, du moins une bonne partie du contenu d’expérience de ladite personne. C’est le cas, ici, quand Serge parle de son rapport à la religion. Le questionnaire nous avait fait état d’un « rejet de la religion ». Et par « rejet » on ne peut manquer d’entendre l’acte volontaire de ne pas adopter la lettre et l’esprit de ladite religion. Ce qui semblait confirmé par la réponse qu’il fournit plus loin de voir ses propres enfants partager sa « position par rapport à la religion ». On pouvait même penser, compte tenu qu’il se déclare aussi « proche d’un parti politique » que sa position sur la religion se trouvait quelque peu commandée par, ou pour le moins être en congruence, avec une option idéologique.

66L’entretien va nuancer, pour le moins, cette appréciation. On doit même dire qu’il la rend caduque dans sa dernière formulation. Si « rejet » il y a, Serge l’énonce explicitement dans l’entretien, ce n’est pas de la croyance, ni même des rituels associés à cette croyance. Le « rejet » ne porte surtout pas sur le fond de cette croyance religieuse, en l’occurrence le catholicisme sûrement séculaire de sa famille d’origine, mais sur la manière d’y croire. C’est un « rejet » de sa religiosité d’antan et non de sa religion de référence et d’« appartenance ». Car, il nous le confie dans l’entretien, il y aurait de la « trahison » à le faire. Aussi aménage-t-il sa croyance et sa pratique en fonction de sa nouvelle religiosité :

« - Mais j’ai trouvé que ce n’était pas la peine d’être catholique pratiquant pour croire en Dieu. Pas du tout. Il suffit de croire soi-même et ça suffit.
- Ça suffit à quoi ?
- Cela suffit à avoir une religion catholique... Pour ne pas être athée. »

67Il est donc clair qu’entre ce que suggèrent les réponses au questionnaire et les déclarations faites au cours de l’entretien il y a une forte et singulière divergence d’appréciation et de compréhension de la personnalité de Serge. Du coup, l’explication première que nous sommes tenté de donner des réponses apportées par cet interlocuteur ne peuvent donc recevoir le même statut de « vérité ». L’une est manifestement abusive, l’autre plus conforme aux propres explications du locuteur. Le « rejet » volontaire et conscient de ses croyances religieuses, possiblement consécutif aux accidents de santé rencontrés dans la dernière partie de son existence, se révèle être une interprétation abusive et peu conforme avec celle qui cherche à coller aux déclarations enregistrées lors de l’entretien. Déclarations qui suggèrent un changement dans sa religiosité. Peu ou prou en lien avec ses accidents de santé, à moins que ce ne soit avec son divorce, on ne peut l’affirmer, c’est sa manière de manifester sa croyance qui aura l’objet d’un rejet et, partant, sujet de l’adoption d’une nouvelle manière. Sans les apports de l’entretien, bien que s’en tenant à la lettre des réponse faites au questionnaire, nous étions menacés d’une interprétation abusive.

Le cas de René (51 ans, marié, médecin acupuncteur)

68La biographie familiale de René l’inscrit dans une famille de quatre enfants. Il déclare avoir trois frères ou sœurs [B9]. Il a été élevé par ses parents, au moins jusqu’à l’âge de 18 ans [B1]. Et certainement au-delà puisqu’il n’a quitté leur domicile qu’à l’âge de 23 ans [B11]. Ses deux parents sont toujours en vie [B3 et B4] et vivent toujours ensemble [B5]. Jusqu’à l’âge de 34 ans, il vivra dans la proche banlieue de Paris, ensuite il s’installe dans un département limitrophe.

69Ce qui caractérise le parcours de vie de notre interlocuteur est qu’il fait état d’un plus grand nombre d’unions conjugales que ce que nous avons rencontré dans cette enquête. Il a connu 5 unions conjugales quand la moyenne pour les autres personnes rencontrées en Île-de-France se situe à 1,25. Il s’est marié trois fois [B13] et c’est de sa deuxième union matrimoniale qu’il a un enfant [B14], enfant qui vit toujours avec lui [B15]. Est-ce en relation ? C’est dans la filiation qu’il affirme son image de soi. Il se voit comme le père de son enfant [F3a] et le fils de ses parents [F3b].

70Ses parents sont de nationalité française [P10 et P14]. Son père est né à l’étranger, en Tunisie [P7 et P9]. Sa mère en France, à Paris [P11 et P12]. Celle-ci n’a jamais exercé d’activité professionnelle [P4] tandis que son père exerçait la profession d’architecte [P1 et P2]. Né en France de parents français, il est donc lui-même de nationalité française [N1]. Sa dernière épouse est également de nationalité française [N3]. Il déclare aussi, pour sa part, se sentir « avant tout » Français [N5]. Il déclare en outre ne pas avoir le sentiment d’appartenir à une « classe sociale » [V14]. Bien que ses revenus le situent dans la tranche la plus élevée proposée par le questionnaire [M1, M2], et bien qu’il soit par ailleurs propriétaire de son « logement principal » et « d’un ou de plusieurs autres logements » [M3, M5].

71Sur le plan de ses convictions et croyances, il déclare avoir « un rejet de la religion » [V1], mais aussi se sentir proche « d’un mouvement spirituel ou d’une autre forme de croyance » [V2]. Pour autant, il n’estime pas important que son enfant partage ses « croyances religieuses ou (sa) position par rapport à la religion » [V3]. Par contre, il l’estimera s’agissant de ses « opinions politiques » [V6]. Et, s’il ne se sent pas proche d’un « parti politique » [V4], il l’est, par contre, « d’un mouvement ou d’une cause politique » [V5]. Il déclare aussi toujours militer dans un syndicat [V9], mais n’avoir eu aucune activité de ce type dans un parti politique [V7]. Toutefois il en a eu, autrefois, dans « un autre groupe ou un mouvement » [V8]. Mais n’a jamais été candidat à une élection [V10]. Par ailleurs, il ne fait pas partie « d’une association à but humanitaire ou de défense de l’environnement ou une autre association de défense d’intérêts » [V11]. Bien sûr, nous ne pouvons avoir la moindre idée de ce que sont ce « mouvement ou cause politique » et ce syndicat pour lesquels il a pu militer.

72Au plan de son aspect physique et de sa santé, il s’estime être « comme il faut » [S2, S4] et « en bonne santé » [S5]. Toutefois, il se déclare « limité dans le genre ou la quantité d’activités qu’il peut faire » [S8] et déclare un « premier trouble » [H1] survenu à l’âge de 18 ans [H2]. Mais la notation de l’enquêteur étant pratiquement illisible, nous en sommes tenu à quelques conjectures d’interprétation scripturale : problème d’amnésie ? Problème d’énurésie ? Autre chose ? On le regrettera car la nature de ce trouble peut se révéler être handicapante, pour le moins, dans la pratique professionnelle de la médecine 6. Pourtant, il se déclare être en bonne santé [S5], ce qu’un médecin est censé apprécier de manière satisfaisante. Il déclare en conséquence n’avoir besoin d’aucune aide pour « accomplir certaines tâches de la vie quotidienne » [H3], ni utiliser de façon régulière « une aide technique, une prothèse ou un appareillage » [H9]. C’est sûrement pour cela qu’il n’a pas fait de « demande de reconnaissance pour invalidité » [H11]. D’autant qu’il déclare encore que « l’expérience de la maladie/handicap » n’a eu « aucune conséquence » sur sa vie (professionnelle, familiale, affective, ses relations avec les autres, ses façons de voir les choses) [H12]. Bref, l’absence de connaissance du trouble qu’il déclare avoir eu à l’âge de 18 ans rend l’ensemble de ses réponses quelque peu absconses.

73Une nouvelle fois, l’entretien va nous livrer les éléments qui permettent d’affiner les réponses obtenues dans le cadre du questionnaire. Assurément l’entretien est plus riche en éléments de compréhension de ce qui commande les réponses fournies. Pour le dire vite, il donne la raison d’être des réponses. Il apporte les éléments de l’explicitation des réponses au questionnaire. Du moins dans la plupart des cas et pour ce qui s’y trouve parallèlement abordé.

74Ainsi, nous n’avons pu lever l’incompréhension née de la notation défaillante de l’enquêteur concernant les « troubles » qu’avait connus notre interlocuteur. Ils ne sont mentionnés à aucun moment dans l’entretien et ne pouvaient donc être abordés lors de l’entretien puisque la teneur des réponses au questionnaire « histoire de vie » de l’INSEE était ignorée de celui qui conduisait l’entretien. Ces « troubles », sont-ils à ce point sans importance pour que notre interlocuteur les « oublie » lors de l’entretien qui suit de quelques jours les déclarations qu’il avait pu faire à leur propos au moment de la passation du questionnaire ? À moins que ce ne soit cette passation – la forme et la nature de la question, sa place dans l’économie générale du questionnaire, les inférences sémantiques induites, etc. – qui l’ait amené à se remémorer, ponctuellement et passagèrement, l’existence de tels « troubles » ? Nous ne saurions en décider.

75Par contre il arrive, comme c’est aussi le cas ici, qu’une contradiction manifeste apparaisse entre les deux modes d’interrogation de la personne. En effet, au cours de l’entretien et contrairement à ce qu’il avait déclaré lors de la passation du questionnaire, notre interlocuteur déclare n’avoir jamais été l’objet de discrimination. Pourtant, dans le questionnaire, il avait répondu positivement à la question : « Est-il déjà arrivé que l’on se moque de vous, que l’on vous mette à l’écart, que l’on vous traite de façon injuste ou que l’on vous refuse un droit » (question censée, pour les concepteurs du questionnaire et les commanditaires de l’étude, porter sur des faits de discrimination sociale). Et notre interlocuteur de préciser que cela avait eu lieu « à cause de son âge » [D1]. Il s’agissait plus précisément d’un « droit », et cela ne lui est arrivé qu’ « une seule fois » [D4 & D1-1]. Bien que sans conséquences sur sa vie [D8], il en avait été « blessé » ou en avait eu « de la peine » [D7]. Alors comment ne pas s’en souvenir 21 jours très exactement après l’avoir déclaré ?

76Écartons la thèse de la défaillance de mémoire. Encore que ce pourrait être la réponse si ce que nous n’avons pu décrypter dans le questionnaire était effectivement un « problème d’amnésie ». Mais cela semble peu plausible pour un médecin toujours en exercice et, qui plus est, ne se plaint pas d’un tel trouble dans sa pratique professionnelle. Il s’en faut d’ailleurs, puisqu’il se dit par ailleurs le confident d’un certain nombre de ses patientes. Écartons donc.

77Notre proposition de réponse à la question va considérer les niveaux d’inférence sémantique, de suggestion d’interprétation que mobilisent les deux approches. Ainsi le questionnaire « histoire de vie » n’a pas recours au terme « discrimination » dans la formulation de la question, l’entretien, si. Voici l’extrait d’entretien dans lequel est abordée la discrimination :

« - Enquêteur : Avez-vous déjà subi une discrimination ?
- René : Non, franchement, non. J'ai un nom d'origine juive, ça aurait pu arriver. Justement c'est amusant, j'en parlais à midi avec Monsieur S…, le dentiste. Il me disait que lui, quand il était gamin, ça lui était arrivé plusieurs fois qu'on le traite de juif, etc. Non, moi, je… Je me suis senti complexé parce que j'étais très grand en étant gamin. On disait toujours le grand, le grand. On ne se donnait pas la peine de retenir mon nom, on m'appelait le grand. Quand je suis allé en Afrique, je suis allé dans un village où il y avait des gosses qui n'avaient jamais vu de blancs. Donc ça fait un drôle d'effet, surtout comme il y avait les chiens qui m'aboyaient dessus et tout. C'est curieux. On sent qu'il y a des différences, je veux dire. C'est une bonne école, je veux dire. Je ne sais pas si je leur ai apporté beaucoup, mais en tout cas ils m'ont appris beaucoup, beaucoup, beaucoup. Donc non, je n'ai vraiment pas souffert de ça. Non, je ne crois pas, non. Ceci dit, je ne supporte pas le racisme, bien que je l'aie rencontré dans ma vie. J'ai été confronté à ça. J'ai été dans des situations pas faciles, mais ce n'était pas par rapport à moi. Ça m'est arrivé de virer des gens de la salle d'attente parce qu'ils faisaient des réflexions racistes par exemple, des choses comme ça. »

78Autrement dit, il est cohérent de répondre positivement au questionnaire et négativement à l’entretien si le refus d’un droit en raison de son âge n’apparaît pas comme un acte évident de discrimination. Ce peut être « seulement » une injustice. Ou du moins, une injustice de moindre poids qu’une discrimination qui, chez notre interlocuteur, est d’emblée pensée en termes raciaux ou ethniques. Pour le dire d’une phrase, la discrimination serait donc à tenir pour un degré supérieur d’injustice.

79Du coup, il convient de s’interroger sur l’orientation sémantique implicitement connotée par le questionnaire qui rassemble « moquerie », « mise à l’écart », « injustice », « refus d’un droit ». N’y a-t-il pas là source de confusion des niveaux d’injustice que semble distinguer notre interlocuteur ? Et, si ce médecin peut le faire, pourquoi pas les autres personnes interrogées ? La conséquence est que, en aucun cas, les réponses agrégées du questionnaire ne peuvent être interprétées en termes de « discrimination ». Puisque, au moins pour un certain nombre de répondants, ce n’est pas à une question portant sur la discrimination qu’ils ont répondu, mais, plus probablement à des questions comprises en termes d’injustice.

80Se profile, accessoirement, l’objet d’une réflexion sur l’acception dans laquelle il convient de tenir la notion de discrimination, et, subséquemment, sur les outils méthodologiques qu’il convient de mettre en œuvre pour en saisir ce qu’on appellera sa « réalité » sociale. Il faudrait, à n’en pas douter, rechercher des termes plus adéquats pour dire ce que recouvre le terme de discrimination lorsqu’il est usité par des politiques, des chercheurs en sciences sociales ou l’individu lambda interrogé par questionnaire ou dans le cadre d’un entretien. Des termes à même de faire le départ entre les approches idéologiques – celles qui répondent à des enjeux sociaux et politiques ‑ et les approches scientifiques, en tout cas de sciences sociales –celles qui visent d’abord des objectifs de connaissance. Maintenant, au-delà de l’ambiguïté linguistique du terme discrimination, on peut à nouveaux frais reprendre la question de savoir à quel type d’explication peut-on prétendre dans l’un et l’autre cas ? Et d’autre part, celle de savoir si la confrontation des méthodes d’investigation de l’objet nous offre des voies et des moyens nouveaux pour procéder à l’explication que l’on souhaite apporter dans une démarche de compréhension sociologique ?

Les voies et moyens de l’explication sociologique

81Sans conteste, la confrontation des méthodes autorise bien souvent l’approfondissement de la compréhension des réponses fournies aussi bien dans le cadre du questionnaire que dans celui de l’entretien. Plus précisément, certaines des réponses fournies par l’une ou l’autre des méthodes se trouvent, si ce n’est toujours « expliquées », du moins  sensiblement « explicitées » par les réponses fournies selon l’autre méthode.

82Le questionnaire arrive à expliciter certains des propos tenus au cours de l’entretien et, réciproquement, l’entretien peut apporter des éléments d’explication pour comprendre les réponses données au questionnaire. En somme, la confrontation autorise, ou peut autoriser, un gain explicatif à l’endroit de certaines réponses ou de certains propos, mais aussi, en tout cas au regard de l’objet de l’étude considéré – en l’occurrence ici, les « histoires de vie » –, un gain compréhensif de l’objet lui-même. En effet, à mieux expliquer certains éléments constitutifs du parcours de vie, certes reconstruit, de la personne rencontrée, on gagne en compréhension de son « histoire ». Ce qui revient à dire que par la confrontation des méthodes se poursuit en quelque sorte la narration de l’histoire singulière de l’individu concerné. Ce faisant, elle gagne en densité factuelle comme en finesse signifiante, et donc en élaboration 7.

83Pour autant, le gain compréhensif ne se produit qu’à l’occasion. Il n’a rien de systématique ou d’assuré. La confrontation des méthodes, en effet, n’a rien d’une panacée. Il s’en faut même. Bien des fois, il est nécessaire d’avoir recours à des hypothèses interprétatives supplémentaires pour arrêter le sens qu’il convient de donner au récit recueilli. C’est par exemple ce qui a dû être fait dans le dernier cas présenté. Mais, dans la plupart des cas, de la confrontation va naître une nouvelle compréhension, ou, pour mieux dire, une compréhension renouvelée. Soit parce que certaines des données recueillies s’en trouvent expliquées ou explicitées par les données rassemblées par l’autre méthode. Soit parce que se trouvent suscitées des hypothèses interprétatives qui n’auraient peut-être pas vu le jour sans cette confrontation. En effet, il faut pouvoir recueillir de nouveaux éléments informatifs, de nouvelles données factuelles et informationnelles, pour construire un nouveau cadre sémantique et interprétatif. De cette élaboration d’un nouveau cadre sémantique et interprétatif naîtra la possibilité de réinterpréter et l’ensemble des données rassemblées, et chacune des séries de données fournies par l’une ou l’autre des techniques de recueil. La ré-interprétation de ce que livre l’une des techniques, à la lumière de ce qu’apporte l’autre technique, renouvelle effectivement le cadre sémantique d’ensemble. Car il ne s’agit pas, ici, d’une comparaison terme à terme des deux séries de données, mais d’une interpénétration de celles-ci et, du coup, d’une interprétation renouvelée de l’une par l’autre. D’où le possible gain interprétatif de la démarche.

84Enfin, et à titre de conséquence de la démarche adoptée à l’endroit de l’objet de l’étude – ici, la question de l’identité ou plus précisément la question de la structuration de l’identité que cherchait à cerner le recueil des « histoires de vie » –, l’objet s’en trouve éclairé sous un jour nouveau, ce qui autorise des propositions théoriques originales ou plus élaborées. Il autorisera par exemple la compréhension théorique que nous avons donnée postérieurement dans un ouvrage (Messu, 2006) C’est en effet en termes d’activité mythogénique que nous avons proposé de comprendre le processus par lequel se forme, socialement et individuellement puisque c’est le même processus qui se trouve à l’œuvre, l’identité singulière des individus sociaux.

85Ce disant, la question épistémologique ici sous-jacente est foncièrement celle de la relation qu’il convient d’établir entre le sujet narratif, l’auteur d’un récit –ici un récit identitaire –, qu’il soit rencontré au cours d’un entretien ou au cours de la passation d’un questionnaire, et l’acteur social, l’agent titulaire de l’identité. Car, plus que la question de la vérité, de la validité intrinsèque du discours tenu ou de la réponse apportée, c’est la question du statut du discours tenu et de la réponse apportée, eux-mêmes, qu’il faut mettre au centre de nos interrogations. Celui-ci ne procède ni d’une naïve transparence, ni d’une fallacieuse malveillance. Sa nature intrinsèque ou, si l’on veut, son statut de vérité ne sauraient être tranchés, ce qui, finalement, importe peu. C’est ce que ce discours va finalement permettre, en termes d’explication et d’interprétation compréhensives, qui doit retenir l’attention.

86Pour ma part, j’ai opté pour une approche de type dialogique. C’est dans l’échange – de ce point de vue, l’entretien va se révéler être plus favorable que le questionnaire – que l’enquêté produit réflexivement son intrigue identitaire, construit son propre mythe identitaire. Pour autant, son discours n’est pas fictif, n’a pas le statut d’une illusion ou d’un pieux mensonge à soi-même. Il est tout simplement construit en situation et structuré selon un principe de cohérence qui permettra de faire tenir ensemble ce qui se présente, c’est selon, comme d’irréfragables caractéristiques sociales, d’irrécusables ascriptions, ou comme des traits singuliers, accidentels ou essentiels, poursuivis ou subis, valorisés ou récusés.

87Pour le dire autrement, l’identité qu’il nous a été donné d’analyser se présente d’abord comme une identité construite narrativement au cours de la procédure d’enquête, tant celle de l’entretien que celle de la passation du questionnaire. Et bien qu’il ne s’agisse jamais d’atteindre la vérité intrinsèque de l’identité individuelle – c’est en fait cette « vérité intrinsèque » qui est fictive –, toutes ces identités construites au cours des différentes démarches disent bien quelque chose et de l’identité ainsi construite par l’agent social, et du type de construction ainsi opérée. C’est ce double mouvement que nous avons eu l’occasion de saisir dans un certain nombre de cas. Leur présentation et leur analyse s’en sont trouvé facilitées du fait que nous avions à notre disposition deux « récits », si tant est toujours que l’on puisse tenir les réponses à un questionnaire standard pour un récit. En tout cas, étaient à notre disposition deux tableaux d’expériences biographiques construits par la même personne. Chacun des tableaux représentait une sorte de réponse à une commande, la confrontation des tableaux témoignait autant de la commande que de son traitement.

88Aussi, ce qu’il s’agissait d’expliquer en termes sociologiques était autant les récits produits que les conditions de leur production, et par là nous voulons dire tout autant la commande (la commande d’étude) que la manière de l’exécuter (les techniques de recueil des récits), les récits recueillis, reconstruits sous forme d’histoires de vie, ne trouvant pas en eux-mêmes leur principe d’explication. Dès lors l’explication sociologique revient-elle à rechercher, par ajustements successifs, le cadre dans lequel les données recueillies vont pouvoir prendre un sens. Plus précisément, le cadre dans lequel le sociologue analyste va pouvoir arrêter un sens. Expliquer, ici, c’est arrêter un sens. C’est donc comprendre. Et l’opération qui autorise cette compréhension est un jugement qui porte sur le sens. De ce point de vue, et par analogie avec la célèbre formule kantienne, expliquer c’est juger. Du coup renouons-nous avec la posture épistémologique de Weber, pour qui expliquer et comprendre sont une même opération.

89Nous pouvons affirmer, pour conclure, que ce ne sont pas les méthodes qui fournissent l’explication. Au mieux apportent-elles les éléments qui autoriseront le jugement. C’est de ce point de vue qu’elles peuvent connaître une rentabilité différentielle et, ce faisant, favoriser une plus ou moins grande compréhension du côté du chercheur. C’est la relation de sens, le rapport sémantique entre les éléments apportés par la méthode et la compréhension du chercheur que nous appelons ordinairement « explication ».

Haut de page

Bibliographie

Messu M. (2004), L’émoi, les « Moi » identitaires. L’identité construite et les manières de la dire, Rapport de fin d’étude pour la Direction de la recherche, des études et des statistiques (Drees), Ministère de l’emploi et de la solidarité/GRASS (UMR 7022)

Messu M. (2006), Des Racines et des ailes. Essai sur la construction du mythe identitaire, Paris, Éditions Hermann

Haut de page

Notes

1 L’Insee a entrepris, au cours de l’année 2003, une enquête, intitulée « Histoire de vie », auprès de 8403 personnes âgées de 18 ans ou plus et dont l’objectif était de saisir les différents éléments qui pouvaient contribuer à façonner l’identité des individus.
2 Deux sites, relativement contrastés, ont été retenus. La région Île-de-France, d’une part, le département de la Côte d’Or, d’autre part. Ces deux sites ont fait l’objet d’un choix raisonné par le Crédoc qui allait devoir procéder à la constitution des échantillons de personnes à enquêter et à la passation des questionnaires. Les entretiens ont toujours été réalisés postérieurement auprès des personnes qui en acceptaient le principe.
3 Les mentions entre crochets renvoient aux codifications du Questionnaire « Histoire de vie » de l’INSEE.
4 AAH : Allocation adulte handicapé. Créée en 1975 pour donner aux adultes handicapés un minimum de ressources devant leur permettre d’avoir un vie plus autonome. Elle concerne les personnes admettant un taux d’incapacité permanente d’au moins 80%. Elle est attribuée, à l’échelle du département, par les Cotorep (Commissions techniques d’orientation et de reclassement professionnel).
5 Il s’agit, dans l’ordre du questionnaire, de la possession ou non de petits-enfants [F1] ; de la commune de naissance de sa mère [P12] ; du partage des croyances religieuses et politiques par ses enfants [V3 et V6] ; du niveau des ressources monétaires de Patricia et de son ménage [M1 et M2] ; de sa taille en centimètres [S1] ; de l’objet ou vêtement ostentatoire marquant une conviction [P7] ; des faits de « discrimination » [D1] ; de l’activité professionnelle de son mari [Tableau de composition du ménage].
6 On peut en effet regretter que des enquêteurs n’aient pas toujours jugé bon d’appliquer strictement la consigne pourtant imprimée dans chacune des cases concernées : « Enquêteur : écrire en clair ». Fallait-il leur dire également d’écrire lisiblement ? En tout cas, plus d’une fois, nous avons une perte sèche de l’information directement attribuable à ce manque de rigueur et/ou de suivi des enquêteurs.
7 On évitera de dire qu’il y a là « approfondissement » de l’histoire singulière. D’une part parce qu’aucun « niveau » de compréhension ne peut être associé à l’une ou l’autre des méthodes. D’autre part, parce que ladite histoire n’a aucune existence en soi, ni ne se trouve déjà consignée « quelque part » et, donc, qu’on s’y rapprocherait un peu plus par le croisement des méthodes.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Messu, « La rentabilité heuristique des méthodes », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 27 avril 2008, consulté le 24 juin 2017. URL : http://sociologies.revues.org/1803

Haut de page

Auteur

Michel Messu

Professeur, Université de Nantes, Directeur du GRASS (UMR 7022, CNRS/Paris-8) - michel.messu@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page